Derniers sujets
» Précarité
par ivo Hier à 11:01

» les fous de dieu
par ivo Hier à 10:22

» racisme quotidien
par ivo Hier à 10:16

» droites extremes
par ivo Hier à 10:06

» alimentation
par ivo Hier à 9:52

» Etats-Unis
par ivo Hier à 9:35

» un peu de douceur ....
par ivo Hier à 9:18

» les photos d'actus - l'info en résumé
par ivo Hier à 9:00

» immigration ...
par ivo Hier à 8:58

» la crise ..........
par ivo Hier à 8:53

» la phrase du jour
par ivo Hier à 7:58

» Birmanie
par ivo Hier à 7:47

» No Futur - la terre au 21° siecle
par ivo Jeu 21 Sep - 11:38

» agriculture
par ivo Jeu 21 Sep - 11:01

» état d'urgence et autres restrictions....
par ivo Jeu 21 Sep - 10:33

» [中国- Chine] 一般信息- Informations générales
par ivo Jeu 21 Sep - 10:06

» afrique du sud
par ivo Jeu 21 Sep - 10:02

» blancs comme neige ^^
par ivo Jeu 21 Sep - 9:24

» armement><désarmement
par ivo Jeu 21 Sep - 9:11

» flicage total du net
par ivo Jeu 21 Sep - 9:06

» U.E.
par ivo Jeu 21 Sep - 8:31

» macronie
par ivo Jeu 21 Sep - 8:28

» les "joies" du sport ...
par ivo Mer 20 Sep - 8:46

» [Deutschland- Österreich] Allgemeine Informationen. [Allemagne- Autriche] Informations générales.
par ivo Mer 20 Sep - 8:24

» ... 14/18 ...
par ivo Mar 19 Sep - 9:00

» Today's joke
par ivo Mar 19 Sep - 8:03

» retraites
par ivo Lun 18 Sep - 7:58

» Necronomacron
par ivo Sam 16 Sep - 9:25

» pesticides / fongicides
par ivo Sam 16 Sep - 9:16

» homophobie dans le monde ...
par ivo Sam 16 Sep - 8:23

» Infos insolites.
par ivo Ven 15 Sep - 9:27

» pape, cathos, vatican et autres ....
par ivo Ven 15 Sep - 9:00

» No Futur - l'espace au 21° siecle
par ivo Ven 15 Sep - 8:38

» vite, je vais vomir ...
par ivo Jeu 14 Sep - 9:06

» médias ? quels médias ??
par ivo Jeu 14 Sep - 7:34

» internet , technologie, ...
par ivo Mer 13 Sep - 8:43

» Yemen
par ivo Mer 13 Sep - 7:54

» egypte
par ivo Mar 12 Sep - 9:28

» Philippines
par ivo Mar 12 Sep - 9:07

» pologne
par ivo Mar 12 Sep - 8:55

» Nazisme.
par ivo Mar 12 Sep - 8:24

» Réflexion sur le sexisme
par ivo Lun 11 Sep - 8:37

» la police s'étonne qu'on ne l'aime pas
par niouze Sam 19 Aoû - 19:33

Passer à l'action ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Passer à l'action ?

Message  Invité le Sam 31 Juil - 0:57

Passer à l’action

Publié le 27 juillet

Maj le 29 juillet

Depuis plu­sieurs semai­nes, de nom­breu­ses crises ont touché la France et son gou­ver­ne­ment, entre l’affaire Woerth, les vio­len­ces à Grenoble et dans le Loir-et-Cher, les 21.000 euros partis en fumée avec les ciga­res de Christian Blanc, le permis de cons­truire d’Alain Joyandet et bien sur l’élimination de l’équipe de France, consi­dé­rée comme drame natio­nal (...).

A croire que tous ces scan­da­les et leur révé­la­tions sont un sou­hait de la part du gou­ver­ne­ment de pous­ser le peuple à la révolte. Après tout, quelle meilleure excuse pour­raient-ils trou­ver afin de nous plon­ger dans un quasi-tota­li­ta­risme ultra-sécu­ri­taire ?

L’exem­ple des évènements de la semaine der­nière nous le montre par­fai­te­ment. Un jeune délin­quant abattu par la police, une armée de CRS qui vien­nent bou­cler tout un quar­tier dont cer­tains de ses habi­tants ont commis l’affreux sacri­lège d’expri­mer leur colère, et l’UMP veut déjà alour­dir la répres­sion en expul­sant les délin­quants natu­ra­li­sés fran­çais qui feraient preuve de vio­len­ces envers les forces de l’ordre.

Alors com­ment se révol­ter, com­ment s’insur­ger contre les injus­ti­ces et les iné­ga­li­tés sans pour autant rendre ser­vice au pou­voir en place ? C’est une chose par­ti­cu­liè­re­ment dif­fi­cile, d’autant plus lors­que le pou­voir fait tout pour nour­rir les divi­sions au sein de la popu­la­tion (loi sur la burka, iden­tité natio­nale, etc...).

J’ai donc décidé d’écrire cet arti­cle pour réflé­chir aux dif­fé­rents modes d’actions pos­si­bles, de les ana­ly­ser, et bien sur (le plus impor­tant) d’en débat­tre.

J’ai choisi 4 dif­fé­rents types de révol­tes, l’ana­lyse que j’en fais n’engage que moi, et je vous invite à en pro­po­ser d’autres dans vos com­men­tai­res Wink

1. La déso­béis­sance civile

"Notre cœur ne bat plus vrai­ment et notre incons­cient est fâché, Stress, angoisse, can­cers, dépres­sions notre compte s’est chargé, Mais on ne cher­che pas la cause et les effets qu’on aime­rait chas­sés, « Philosophie fast-food » pour que nos cons­cien­ces soient ter­ras­sées, Au nom de la dignité humaine, nous avons dis Assez !". Keny Arkana, Désobéissance civile.

La déso­béis­sance civile cons­ti­tue un refus de se sou­met­tre à une loi consi­dé­rée comme injuste ou iné­gale.
C’est un mode d’action par­ti­cu­liè­re­ment sub­ver­sif et sur­tout non vio­lent.
Les exem­ples les plus connus sont évidemment ceux de Gandhi avec la célè­bre « Marche du sel » en 1930, et Martin Luther King dans les années 60 en pleine période de ségré­ga­tion. Mais de nos jours, il existe également de nom­breux exem­ples de déso­béis­sance civile, tel que les débou­lon­neurs, un col­lec­tif qui lutte contre le sys­tème publi­ci­taire, ou encore l’asso­cia­tion Greenpeace qui mène de nom­breu­ses actions, sou­vent consi­dé­rées comme illé­ga­les, pour lutter contre la pol­lu­tion (on est en droit de penser que les mili­tants de Greenpeace font des choses bien moins illé­ga­les que ceux contre qui ils mili­tent...).

Personnellement, je pense que la déso­béis­sance civile est un très bon moyen de se faire enten­dre. Le coté non vio­lent permet de légi­ti­mer l’action et d’éviter d’être stig­ma­ti­sés comme « cas­seurs » ou pire... D’un autre côté, la déso­béis­sance civile est elle à elle seule assez effi­cace pour chan­ger radi­ca­le­ment les choses ?

2. L’insur­rec­tion

"L’insur­rec­tion est le fait de poser en acte le refus de l’ordre étatique exis­tant (sous toutes ses formes) par les armes, par l’agi­ta­tion sociale de rues, l’émeute, la gué­rilla urbaine, ou par la lutte de bar­ri­ca­des.
L’insur­rec­tion est sou­vent la suite d’émeutes ou/et elle pré­cède par­fois une révo­lu­tion (qui peut pren­dre diver­ses formes : natio­nale, sociale, économique, poli­ti­que...). L’insur­rec­tion est donc essen­tiel­le­ment un moyen, les buts pou­vant être divers (de même que pour les révo­lu­tions).". Définition de l’insur­rec­tion sur Anarchopédia.

Lorsque l’on pense à une action dont le but est de ren­ver­ser l’oli­gar­chie, la pre­mière idée qui per­son­nel­le­ment me vient à l’esprit, c’est l’insur­rec­tion.
Avant tout, il faut savoir que l’insur­rec­tion est un droit, il est évoqué dans la décla­ra­tion des droits de l’homme et du citoyen de 1789, l’arti­cle 2 évoque la résis­tance à l’oppres­sion comme l’un des quatre droits natu­rels : « Le but de toute asso­cia­tion poli­ti­que est la conser­va­tion des droits natu­rels et impres­crip­ti­bles de l’homme. Ces droits sont la liberté, la pro­priété, la sûreté et la résis­tance à l’oppres­sion. ». Mais l’arti­cle 35 de la cons­ti­tu­tion de 1793 est encore plus clair : « Quand le gou­ver­ne­ment viole les droits du peuple, l’insur­rec­tion est, pour le peuple et pour chaque por­tion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indis­pen­sa­ble des devoirs ».

Alors for­cé­ment, la ques­tion qui se pose est, est-ce que le gou­ver­ne­ment a suf­fi­sam­ment bafoué nos droits pour qu’une insur­rec­tion soit légi­time ?
Mais en fait, cette ques­tion est inu­tile, selon moi, la vraie ques­tion, la plus impor­tante est la sui­vante :
Sommes-nous capa­bles de nous unir, d’oublier toutes les divi­sions fabri­quées par le pou­voir et ali­men­tées par les médias, et de mar­cher ensem­ble jusqu’à l’insur­rec­tion ?
Mais cela appelle une autre ques­tion : est-ce que les gens sont suf­fi­sam­ment cons­cients et révol­tés, ont-ils suf­fi­sam­ment pris cons­cience de ce qui se passe aujourd’hui, reste t’il un soup­çon d’esprit cri­ti­que pour nous per­met­tre de nous unir ?
Car je pense que l’insur­rec­tion ne peut se faire, et sur­tout être effi­cace, sans une prise de cons­cience indi­vi­duelle d’une grande majo­rité du peuple, et à mon avis, on en est encore loin.

Mais il faut également penser aux consé­quen­ces d’une telle action, car dans les deux cas, les ris­ques sont grands :
Un échec per­met­trait au gou­ver­ne­ment de faire passer des lois ultra sécu­ri­tai­res et liber­ti­ci­des avec le consen­te­ment du reste de la popu­la­tion (les mou­tons qui n’auraient pas pris part à l’insur­rec­tion), sou­ve­nez-vous de ce qui s’est passé suite aux émeutes de 2005 qui avaient entrainé toutes une série de mesu­res tel que l’inter­dic­tion des ras­sem­ble­ments.
Une vic­toire pour­raient également per­met­tre à cer­tains indi­vi­dus, syn­di­cats ou partis poli­ti­ques soit-disant de gauche de s’appro­prier le pou­voir, et là encore on pour­rait bas­cu­ler dans un régime tota­li­taire (je pense qu’il est inu­tile que je vous cite des exem­ples...).

C’est pour­quoi, même si je pense que l’insur­rec­tion serait néces­saire, il faut être pru­dent, et sur­tout s’assu­rer qu’une fois le pou­voir ren­versé, per­sonne ne s’en empare (j’espère que tout le monde n’est pas d’accord avec moi et qu’on en débat­tra en com­men­tai­res, car il me semble que c’est un sujet impor­tant).

3. La pro­pa­gande par le fait

"Mais regar­dez donc ce qui se passe en Russie, regar­dez le grand parti nihi­liste, voyez ses mem­bres qui savent si har­di­ment et si glo­rieu­se­ment mourir !
Que ne faites-vous comme eux ? Manque-t-il donc de pio­ches pour creu­ser des sou­ter­rains, de dyna­mite pour faire sauter Paris, de pétrole pour tout incen­dier ?
Imitez les nihi­lis­tes, et je serais à votre tête, alors seu­le­ment nous serons dignes de la liberté, nous pour­rons la conqué­rir, sur les débris d’une société pour­rie qui craque de toutes parts et dont tout bon citoyen doit se débar­ras­ser par le fer et le feu, nous établirons le nou­veau monde social". Louise Michel.

C’est à la fin du 19e siècle, après la tris­te­ment célè­bre « semaine san­glante » qu’est né le terme de pro­pa­gande par le fait. La stra­té­gie de pro­pa­gande par le fait à été adopté par les anar­chis­tes le 14 Juillet 1881 lors du congrès inter­na­tio­nal anar­chiste de Londres.
C’est alors que com­mence une longue série d’assas­si­nats et d’atten­tats, impli­quant des anar­chis­tes, nihi­lis­tes et socia­liste-révo­lu­tion­nai­res, trois mou­ve­ments influen­cés par les idées de Bakounine.
Les plus célè­bres anar­chis­tes ayant pra­ti­qué la pro­pa­gande par le fait sont Ravachol, Caserio qui assas­sina à Lyon le pré­si­dent de la répu­bli­que de l’époque, Sadi Carnot (voir la photo de l’arti­cle), et Auguste Vaillant qui commis un atten­tat pour venger l’exé­cu­tion de Ravachol.
C’est à la suite de cet atten­tat que furent pro­mul­guées une série de lois visant à répri­mer le mou­ve­ment anar­chiste, les fameu­ses lois scé­lé­ra­tes. Au début du 20e siècle, cette série de meur­tres et d’atten­tats donna au mou­ve­ment anar­chiste une image de ter­ro­risme, la pro­pa­gande par le fait fût donc aban­don­née au profit de l’action directe.

La pro­pa­gande par le fait est donc, selon moi, un mau­vais mode d’action.
Tout d’abord parce que, comme nous le montre ce qui s’est passé au début du siècle pré­cé­dent, elle a pour consé­quence la stig­ma­ti­sa­tion des anar­chis­tes en tant que ter­ro­ris­tes, mais aussi parce qu’elle donne l’occa­sion à l’État de faire passer des lois liber­ti­ci­des et ultra répres­si­ves.

4. La soli­da­rité

Gérard sort de chez lui, il s’apprête à se rendre au bureau comme chaque matin dans son cos­tard-cra­vate, la mal­lette qu’il tient à la main ne contient rien d’autres que les der­niè­res éditions du jour­nal gra­tuit du métro, mais au moins, elle lui donne l’appa­rence d’un cadre, et l’appa­rence, c’est le plus impor­tant.
En entrant dans la sta­tion de métro, il passe devant un sans-papier en train de se faire arrê­ter par la police, Gérard ne lui adresse même pas un regard et s’empresse de sauter dans le métro bondé qui est sur le point de partir.
Durant le trajet, Gérard reste dans son coin, il ne regarde ni ne parle à per­sonne, après tout, ce ne sont ni des col­lè­gues de bureau, ni de la famille, ils n’ont donc aucun point commun avec lui alors pour­quoi leur par­le­rait-il ? Arrivé au bureau, Gérard s’ins­talle à son poste de tra­vail. La mati­née passe len­te­ment, mais lors­que l’heure du déjeu­ner arrive, Gérard retrouve le sou­rire, il va pou­voir lire la page des sports de son jour­nal en man­geant son steak-frite comme chaque midi.
En arri­vant dans la file d’attente de la café­té­ria du coin de la rue, il aper­çoit une de ses col­lè­gue qui se plaint d’avoir perdu son por­te­feuille. Tant pis pour elle, elle man­gera mieux ce soir, de toute façon elle a besoin de mai­grir, elle est loin de res­sem­bler à la top model de la page 27 du cata­lo­gue de La Redoute, et puis après tout, l’argent ne pousse pas sur les arbres.

Bon je ne vais pas vous raconter toute la jour­née de Gérard, je pense que vous avez cerné le per­son­nage.
Gérard est le citoyen idéal, l’esclave moderne, amor­phe et for­maté, incons­cient de l’iner­tie de son exis­tence, noyé dans le flot de prin­ci­pes, valeurs mora­les, et autres conne­ries dont on lui à bourré le crane dès son plus jeune âge.
Mais ne le jugez pas trop vite, car Gérard est une vic­time du sys­tème, et après tout, vous et moi ne sommes peut être pas si dif­fé­rents de lui (je suis sur que beau­coup se sont reconnus lors­que j’ai parlé du top model de La Redoute, allez, avouez !).

Tout ça pour dire (car j’ima­gine qu’à force vous vous deman­dez ou je veux en venir...), que le sys­tème actuel ne laisse pas la place à la soli­da­rité, la com­pas­sion, l’échange ou l’amour.
Et c’est volon­taire, car il n’y a rien de plus dan­ge­reux pour le pou­voir qu’un peuple uni et soli­daire, c’est pour­quoi, comme je le disais dans l’intro­duc­tion de cet arti­cle, tout est fait pour nous divi­ser.

Alors cer­tains vont cer­tai­ne­ment penser que la soli­da­rité n’a rien à voir avec les 3 autres modes d’actions. C’est vrai, mais si je parle de la soli­da­rité c’est parce qu’aucun des 3 autres types de révolte ne peut se faire (hormis peut être, la pro­pa­gande par le fait) sans soli­da­rité. De plus, la soli­da­rité peut très vite deve­nir de la déso­béis­sance civile :
Un sans-papier se fait arrê­ter par la police dans une sta­tion de métro ? Pourquoi les cin­quante per­son­nes qui pas­sent au même moment ne s’inter­po­se­raient pas entre l’indi­vidu et les flics ?
Une famille doit se faire expul­ser de sa maison car sa banque à perdu toutes ses économies en bourse ? Ils auront du mal à les délo­ger si la maison est entou­rée de cen­tai­nes de voi­sins soli­dai­res.

Je pour­rais citer d’autres exem­ples, mais en tout cas, voila ce que je pré­co­nise, la déso­béis­sance civile cou­plée à une soli­da­rité sans limite. Alors bien sûr, cela ne ren­ver­sera pas le pou­voir, mais c’est un début et c’est réflé­chi.
En deve­nant de plus en plus soli­dai­res envers les uns et les autres, en mon­trant l’exem­ple par la déso­béis­sance civile, cela pour­rait pro­vo­quer un effet boule de neige, de plus en plus de gens pour­raient rejoin­dre le mou­ve­ment, et ca tombe bien, car il faut être nom­breux pour s’insur­ger...

PS : Le per­son­nage de Gérard pré­sent dans le 4e cha­pi­tre est pure­ment fictif et a été inventé par mon esprit tordu, tou­te­fois, toute res­sem­blance avec des per­son­nes exis­tan­tes serait mal­heu­reu­se­ment peu sur­pre­nante.
PS2 (non non pas la console) : je n’ai pas cité la pro­pa­gande clas­si­que, car selon moi, elle n’est plus du tout effi­cace à notre époque, mais je vous invite une nou­velle fois à par­ta­ger votre avis (et bien sûr, à cri­ti­quer le mien) en com­men­tai­res Wink

Source : CAC 69

Source : Rebellyon Info

C'est drôle, mais en le relisant, je trouve ça gentillet et un poil naïf. Mais ça peut n'être qu'un début après tout...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum