Derniers sujets
» état d'urgence et autres restrictions....
par ivo Hier à 11:11

» démocratie et justice ...
par ivo Hier à 10:11

» macronie
par ivo Hier à 9:59

» les photos d'actus - l'info en résumé
par ivo Hier à 9:53

» [Deutschland- Österreich] Allgemeine Informationen. [Allemagne- Autriche] Informations générales.
par ivo Hier à 9:01

» ZAD partout ?
par ivo Dim 24 Sep - 11:29

» ZAD notre dames des landes
par ivo Dim 24 Sep - 11:27

» la police s'étonne qu'on ne l'aime pas
par ivo Dim 24 Sep - 11:25

» les fous de dieu
par ivo Dim 24 Sep - 11:20

» Necronomacron
par ivo Dim 24 Sep - 11:09

» les "joies" du sport ...
par ivo Dim 24 Sep - 10:48

» blancs comme neige ^^
par ivo Dim 24 Sep - 10:16

» U.E.
par ivo Dim 24 Sep - 10:14

» Today's joke
par ivo Dim 24 Sep - 9:58

» Découvrir la Techno.
par ivo Dim 24 Sep - 9:54

» homophobie dans le monde ...
par ivo Dim 24 Sep - 9:20

» alimentation
par ivo Dim 24 Sep - 9:17

» immigration ...
par ivo Dim 24 Sep - 8:34

» Précarité
par ivo Sam 23 Sep - 8:16

» la phrase du jour
par ivo Sam 23 Sep - 8:12

» racisme quotidien
par ivo Ven 22 Sep - 10:16

» droites extremes
par ivo Ven 22 Sep - 10:06

» Etats-Unis
par ivo Ven 22 Sep - 9:35

» un peu de douceur ....
par ivo Ven 22 Sep - 9:18

» la crise ..........
par ivo Ven 22 Sep - 8:53

» Birmanie
par ivo Ven 22 Sep - 7:47

» No Futur - la terre au 21° siecle
par ivo Jeu 21 Sep - 11:38

» agriculture
par ivo Jeu 21 Sep - 11:01

» [中国- Chine] 一般信息- Informations générales
par ivo Jeu 21 Sep - 10:06

» afrique du sud
par ivo Jeu 21 Sep - 10:02

» armement><désarmement
par ivo Jeu 21 Sep - 9:11

» flicage total du net
par ivo Jeu 21 Sep - 9:06

» ... 14/18 ...
par ivo Mar 19 Sep - 9:00

» retraites
par ivo Lun 18 Sep - 7:58

» pesticides / fongicides
par ivo Sam 16 Sep - 9:16

» Infos insolites.
par ivo Ven 15 Sep - 9:27

» pape, cathos, vatican et autres ....
par ivo Ven 15 Sep - 9:00

» No Futur - l'espace au 21° siecle
par ivo Ven 15 Sep - 8:38

» vite, je vais vomir ...
par ivo Jeu 14 Sep - 9:06

» médias ? quels médias ??
par ivo Jeu 14 Sep - 7:34

» internet , technologie, ...
par ivo Mer 13 Sep - 8:43

» Yemen
par ivo Mer 13 Sep - 7:54

» egypte
par ivo Mar 12 Sep - 9:28

Mali>>>

Page 1 sur 5 1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Mali>>>

Message  spike le Sam 18 Sep - 15:33



Affrontements entre l'armée mauritanienne et Al Qaeda dans le nord du Mali

Les combats entre l'armée mauritanienne et des éléments d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) dans le nord du Mali, interrompus dans la nuit, «ont repris» samedi matin, a indiqué une source militaire mauritanienne.

«Les affrontements se sont terminés dans la nuit. Mais ils ont repris violemment ce (samedi) matin», a déclaré cette source par téléphone, précisant qu'ils se déroulaient à Raz-El-Ma, soit à 235 km à l'ouest de Tombouctou.

L'armée mauritanienne affirme avoir tué douze combattants islamistes et perdu deux de ses soldats.

Cette nouvelle offensive montre «la détermination de notre armée à éradiquer le terrorisme qui a déjà visé notre armée à plusieurs reprises et porté atteinte à notre sécurité», avait ajouté ce responsable militaire, près de deux mois après un raid franco-mauritanien contre Aqmi dans le nord du Mali. Sept membres d'Aqmi avaient été tués.

Le raid du 22 juillet visait, selon Paris, à libérer le Français Michel Germaneau, enlevé quelques mois plus tôt dans le nord du Niger. Mais Aqmi avait annoncé, le 25 juillet, avoir exécuté cet otage de 78 ans pour venger la mort de ses membres.

Ces différentes sources n'ont pas fait de lien direct avec l'affaire de l'enlèvement, jeudi au Niger, de cinq Français et deux Africains, qui auraient été acheminés vers le désert malien.

Les islamistes d'Aqmi - et en particulier l'unité de l'Algérien Abdelhamid Abou Zeïd dans le nord Mali - sont soupçonnés d'être impliqués dans ce nouvel enlèvement au Sahel.

(Source AFP
avatar
spike

Messages : 3721
Date d'inscription : 19/05/2009

http://anarchietotale.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mali>>>

Message  ivo le Mer 2 Mai - 19:01

Au Nord-Mali, "viols collectifs", "enfants soldats", "pillage des hôpitaux"...
fr info
La situation reste très fragile au Mali, après l'échec d'un "contre-coup d'État" en début de semaine à Bamako. Dans le même temps, le nord du pays est en train de sombrer dans le chaos. La région est toujours occupé par les touaregs indépendantistes du MNLA, mais aussi par des groupes armés islamistes et des bandes criminelles. Selon plusieurs témoignages concordants, les crimes de guerre se succèdent sur place.

Jean-Marie Fardeau, directeur France de Human Rights Watch, décrit des scènes d'horreur
avatar
ivo

Messages : 26407
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mali>>>

Message  ivo le Mar 22 Mai - 9:28

Le président malien blessé par des manifestants
fr info
Trois personnes ont été tuées à Bamako par les forces de l'ordre. Des centaines de manifestants ont occupé le palais présidentiel et ont agressé le chef de l'État par intérim, Dioncounda Traoré. Il a été blessé et a dû être transporté à l'hôpital.


Plusieurs centaines de manifestants ont envahi le palais du président malien qui a été blessé. © Reuters

La situation a dégénéré à Bamako, au Mali, lorsque des partisans de la junte malienne sont allés occuper le palais présidentiel. Plusieurs centaines de manifestants ont réclamé la démission du président intérimaire Dioncouda Traoré. Ils ont déchiré des portraits du chef de l'État et l'ont ensuite agressé. Il a été tabassé et blessé et a du être emmené à l'hôpital. Il en est ressorti quelques heures après "sans traumatisme grave", selon les médecins.

Selon plusieurs témoins, les forces de l'ordre, complètement dépassées par l'ampleur de la manifestation ont tiré sur la foule. Trois personnes ont été tuées et plusieurs autres blessées.

Ces troubles interviennent après l'accord de sortie de crise trouvé ce week-end. Il permet à Dioncouda Traoré de rester encore un an au pouvoir. À charge pour lui d'organiser la transition démocratique devant aboutir à des élections.

Cet accord, signé par l'ex chef de la junte, le capitaine Amadou Haya Sanogo, donne à ce dernier le rang d'ancien chef d'État avec de nombreux avantages. Les manifestants, qui répondaient à l'appel de la Coordination des organisations patriotiques du Mali (Copam) favorable au coup d'État du 22 mars.
avatar
ivo

Messages : 26407
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mali>>>

Message  ivo le Dim 27 Mai - 19:55

Le gouvernement malien dit non à la création d'un "Etat islamique" dans le Nord
fr info
Le gouvernement malien "rejette catégoriquement" la création d'un "Etat islamique" dans le nord du pays, par la rébellion touareg et le groupe islamiste Ansar Dine. Les deux groupes armés, qui contrôlent le nord du pays, ont annoncé leur fusion samedi et leur volonté de créer un Etat de l'Azawad.


Des habitants du Nord du Mali manifestent à Bamako après la prise de leur maison par les groupes armés © Reuters Joe Penney

"Même si c'est la création d'un Etat sur papier, et non dans les faits, nous prenons les devants pour dire que le Mali est un pays laïc, qui restera laïc", a affirmé le ministre malien de la Communication et porte-parole du gouvernement, Hamadoun Touré. Il rejette ainsi l'annonce des deux groupes armés qui souhaitent faire de l'Azawad un Etat indépendant.

Une "solution négociée"

Pour la médiation ouest-africaine, cette fusion pourrait être bénéfique. Elle y voit en effet une "cohésion" qui pourrait favoriser une "solution négociée" à la crise dans cette région."La médiation salue toute dynamique allant vers la cohésion entre les différents mouvements armés, l'essentiel étant que ce groupe (choisisse) l'option d'une solution négociée au conflit", a indiqué le ministre burkinabè des Affaires étrangères, dont le pays conduit la médiation au nom de l'Afrique de l'Ouest.

"En plus de cette cohésion, la médiation souhaite que non seulement (les groupes fusionnés) aillent vers la solution négociée, mais qu'ils préservent l'intégrité territoriale du Mali et qu'ils abandonnent la terreur et le terrorisme comme moyens d'action", a poursuivi le ministre.

Des objectifs éloignés

Le Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA, rébellion touareg) et Ansar Dine, allié d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), avaient annoncé samedi leur "auto dissolution" et la création d'un "Conseil transitoire de l'Etat islamique de l'Azawad", l'immense région nord du Mali.

Cet accord entre les deux groupes armés avait créé la surprise dans la mesure où ils poursuivaient des objectifs très éloignés : le MNLA, sécessionniste, se disait laïc, tandis qu'Ansar Dine disait sa volonté d'imposer la charia (loi islamique) dans tout le Mali.
avatar
ivo

Messages : 26407
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mali>>>

Message  ivo le Lun 30 Juil - 18:53

Mali : un couple lapidé à mort par des islamistes
fr info
La lapidation était publique. A Aguelhok, dans le nord du Mali, un couple a été lapidé hier parce qu'il n'était pas marié, et avait deux enfants.

"Dès les premiers coups, la femme s'est évanouie" ; l'homme, lui, "a crié une fois", raconte des témoins, des élus de la région - qui ont voulu rester anonymes, par crainte des représailles. Pour la première fois depuis qu'ils contrôlent le nord du Mali, des islamistes ont procédé à une lapidation publique jusqu'à ce que mort s'ensuive.
On avait déjà rapporté des coups de fouet pour les buveurs d'alcool, les fumeurs, les couples illégitimes, mais pas de lapidation.

Lapidés parce qu'ils n'étaient pas mariés, et avaient eu deux enfants. Les islamistes sont allés les chercher dans la brousse. Ils les ont ramenés en ville, à Aguelhok, dans le nord du pays. Devant une foule de 200 personnes, l'homme et la femme ont été mis chacun dans un trou. Et lapidés.


La ville d'Aguelhok est contrôlée par le groupe armé islamiste Ansar Dine, allié d'Al-Qaïda au Maghreb islamique dans la région. Elle a été désertée par la grande majorité de ses 3.000 habitants.
....
avatar
ivo

Messages : 26407
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mali>>>

Message  ivo le Jeu 20 Sep - 19:45

Mali : les islamistes arrêtent les femmes non voilées à Tombouctou
fr info
Les islamistes ont commencé jeudi à arrêter les femmes qui ne portent pas le voile à Tombouctou, au Mali. Depuis le mois de mars, le nord du pays est tombé aux mains de groupes alliés à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), qui souhaitent imposer la charia (loi islamique).


Femmes voilées à Tombouctou en mai 2012 SIPA

Les islamistes s'imposent de plus en plus dans le nord du Mali. Depuis jeudi, à Tombouctou, ils arrêtent les femmes qui ne portent pas le voile, puisqu'ils tentent d'imposer la charia, loi islamique. Ils ont également décrété que toute femme rencontrée dans la rue après 23h doit être "conduite en prison".

"Depuis mercredi soir, ils rendent visite à des imams pour leur dire que, désormais, toutes les filles doivent s'habiller décemment", a confirmé un habitant du quartier Bellah Farandi, à Tombouctou. Les imams ont également été informés de la création d'une "prison pour femmes" et des différents montants d'amendes que les "contrevenants à la loi islamique" doivent payer.

Multiplication des violences "au nom de la charia"

Jeudi, Amnesty International a dénoncé la multiplication des violences infligées "au nom de leur interprétation de la charia" : exécution par lapidation d'un couple non marié, amputations de présumés voleurs, flagellations de buveurs d'alcool ou de fumeurs.

Depuis le putsch militaire du 22 mars, le nord du Mali est tombé aux mains des groupes islamistes Ansar Dine (Défense de l'islam) et Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao), alliés à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). Les états d'Afrique de l'Ouest tente de préparer une intervention. Jeudi le Premier ministre malien rencontrait Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères, à Paris.

avatar
ivo

Messages : 26407
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mali>>>

Message  ivo le Mar 25 Sep - 9:25

Le Mali saisit l'ONU d'une demande d'intervention militaire
fr info
Bamako a officiellement demandé une intervention militaire internationale dans le nord du Mali, contrôlé par des groupes islamistes. Cette demande sera étudiée mercredi en marge de l'Assemblée générale de l'ONU.


Membres du groupe islamiste Ansar Dine à Tombouctou, au Mali, en septembre STR/AP/SIPA

La perspective d'une intervention militaire au Mali se rapproche. Lundi Laurent Fabius a indiqué que Bamako avait officiellement demandé une intervention militaire internationale dans le nord du Mali, contrôlé par des groupes islamistes.

Le président malien Dioncounda Traoré et son Premier ministre Cheikh Modibo Diarra ont demandé, dans une lettre au secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon, une résolution du Conseil de sécurité autorisant "l'intervention d'une force militaire internationale afin d'aider l'armée malienne à reconquérir les régions du Nord occupées", a déclaré Laurent Fabius devant la presse. "Nous espérons que la décision sera prise rapidement", a-t-il précisé.

La demande du Mali sera étudiée mercredi en marge de l'Assemblée générale de l'ONU. Il y a quelques jours, le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, réaffirmait que le gouvernement français apporterait un "soutien logisitique" à une éventuelle intervention. Bamako et la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao) se sont mis d'accord durant le week-end sur le déploiement d'une force africaine au Mali.

"La France n'est pas en première ligne, c'est un facilitateur" - Laurent Fabius
avatar
ivo

Messages : 26407
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mali>>>

Message  ivo le Dim 30 Sep - 8:43

Nouvelle destruction de mausolée au Nord-Mali
fr info
Les islamistes s'en sont pris au mausolée d'Alfa Mobo à Goundam, situé à 90 kilomètres de Tombouctou. Ils avaient déjà détruit des tombeaux en juillet dernier. Pour Antoine Glaser, spécialiste de l'Afrique, les islamistes cherchent à "asseoir leur pouvoir".


Les islamistes en train de détruire un mausolée en juillet dernierCapture d'écran du site news.com

Des combattants islamistes ont détruit samedi le tombeau d'un saint soufi à Goundam, dans le Nord-Mali, à 90 kilomètres de Tombouctou. En juillet dernier, plusieurs hauts lieux historiques et religieux avaient déjà été détruits par les extrémistes dans cette région.

Cette fois, les islamistes s'en sont pris, avec des haches notamment, au mausolée d'Alfa Mobo. La semaine dernière, devant les Nations Unies, François Hollande a plaidé pour une intervention rapide des forces armées africaines dans cette région. Mais pour Antoine Glaser, spécialiste de l'Afrique et ancien rédacteur en chef de La lettre du continent, il ne faut pas voir dans cette nouvelle destruction un message envoyé à la communauté internationale.

"C'est pour asseoir leur pouvoir" (Antoine Glaser)

Pour Antoine Glaser, détruire les monuments religueux "est une façon pour les islamistes radicaux de montrer qu'ils sont les patrons de la région". Il explique que ceux qui détruisent ces mausolés prônent l'unicité de dieu et qu'ils "refusent absolument que les populations locales sacrent des saints, sacrent des marabouts (...) c'est vraiment pour les soumettre".

"Les islamistes cherchent à asseoir leur pouvoir" (Antoine Glaser, spécialiste)
avatar
ivo

Messages : 26407
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mali>>>

Message  ivo le Ven 5 Oct - 9:46

Les Islamistes éxecutent un homme devant 600 personnes au Mali
http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20121003.FAP9515/les-islamistes-executent-un-homme-devant-600-personnes-au-mali.html
BAMAKO (Sipa) — Les islamistes radicaux, qui ont pris le contrôle du nord du Mali, ont exécuté mardi soir un homme accusé de meurtre, devant plus de 600 personnes à Tombouktou.

Un habitant de la ville, Oumar Maiga, a expliqué qu'on a tiré dans le dos du meurtrier qui a agonisé plusieurs heures.

La famille de cet homme, un Touareg membre d'un groupe rebelle, avait proposé une compensation à la famille de la victime qui ne l'a pas acceptée.

L'homme a été emmené menottes aux mains dans une zone située entre deux hôtels de Tombouktou, assis les jambes vers la Mecque, avant qu'un juge n'ordonne l'application de la sentence.

Cette exécution publique marque une étape supplémentaire dans l'application stricte de la chariah par les groupes islamistes, dont l'Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) et Ansar Dine. Ils ont pris le contrôle du nord du pays à la faveur de l'absence de pouvoir central, depuis le coup d'Etat à Bamako en avril dernier.

A Douentza, ils ont flagellé quatre personnes qui avaient bu de la bière.
avatar
ivo

Messages : 26407
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mali>>>

Message  ivo le Sam 13 Oct - 9:39

Intervention au Mali : l'ONU veut des précisions
fr info
Le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté vendredi à l'unanimité la résolution proposée notamment par la France. Elle donne 45 jours aux pays ouest-africains pour préciser leurs plans en vue d'une intervention militaire destinée à reconquérir le Nord-Mali, contrôlé par des islamistes extrémistes.


Un Touareg montre son bras amputé par des islamistes lors d'une conférence de presse d'Amnesty en septembre à Bamako © Maxppp Tanya Bindra

Il ne s'agit pas encore d'un feu vert pour une intervention dans le nord du Mali, mais d'un premier pas. Le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté unanimement vendredi la résolution de soutien à une force militaire sous direction africaine, résolution mise au point par la France et soutenue par d'autres Européens et des pays africains.

Le texte donne 45 jours à la Cédéao (Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest) et l'Union africaine pour préciser leurs plans en vue d'une intervention armée pour chasser les islamistes qui contrôlent le nord du pays depuis le mois de mars. La résolution charge le secrétariat général de l'ONU de travailler avec eux pour présenter des "recommandations détaillées et praticables", notamment "un concept opérationnel", une liste de troupes et une évaluation des coûts.

Le texte condamne "les violations des droits de l'Homme"

La résolution invite en parallèle le gouvernement malien et les rebelles touareg à "s'impliquer dés que possible dans un processus de négociations crédible". Le texte condamne également "les violations des droits de l'Homme commises dans le nord du Mali par des rebelles armés, des groupes terroristes et extrémistes".

Fin septembre, Bamako avait requis officiellement une demande d'intervention de l'ONU. Ce n'est que par une deuxième résolution, au mieux à la fin de l'année, que le Conseil pourra donner son feu vert formel au déploiement d'une force. Pour l'instant, il se contente de dire qu'il "répondra à la demande" malienne d'intervention une fois qu'il aura les renseignements demandés.

L'envoi rapide de 150 instructeurs militaires européens au Mali ?

Mais le Conseil de sécurité invite tout de même les pays membres de l'ONU et les organisations comme l'Union européenne à commencer à entraîner et équiper l'armée malienne. L'UE envisage l'envoi rapide de 150 instructeurs militaires et en discutera lundi entre ministres des Affaires étrangères.

François Hollande, en déplacement vendredi au Sénégal, indiquait que cette résolution permettrait "de donner un cadre légal à ce que les Africains décideront eux-mêmes d'engager". Le chef de l'Etat a également confirmé que la France n'enverrait pas de troupes au sol mais était prête à fournir un appui.
donc prix nobel de la paix ça veut dire que l'europe ne fait des guerres que pour la paix ........


version france info junior
>>>
Faut-il aller faire la guerre aux terroristes islamistes au Mali ?
François Hollande en a de nouveau parlé : le président français veut une intervention internationale au Mali pour venir à bout du terrorisme qui a installé ses bases dans cette région. Si tout le monde semble être d'accord sur le principe, cette force d'intervention armée est loin d'être constituée.

Après le coup d'Etat de mars dernier qui a renversé le président malien, des groupes islamistes liés à Al-Qaïda, l'organisation de Ben Laden, ont pris possession en huit jours du nord du Mali.
Sur ce territoire grand comme la France, ces quelque 4.000 hommes — dont un millier de véritables combattants — imposent par la violence la charia, la loi de Dieu, qu'ils veulent étendre à tout le pays. Le trafic de drogue, d'armes et d'otages leur sert à financer leurs activités terroristes et pendant ce temps, la population malienne est mise à genou.

La communauté internationale semble d'accord sur le principe d'une intervention militaire pour venir à bout de ces groupes terroristes : une armée de 3.000 hommes pourrait être constituée par les 14 pays voisins du Mali. Une armée qui recevrait l'aide (en matériel, en renseignements) des pays occidentaux.
Mais une intervention militaire, même avec le feu vert de l'ONU, coûterait des milliards de dollars et personne, pour l'instant, ne s'est engagé à la financer. Le risque est également de lancer un conflit qui durerait des années, contre un adversaire insaisissable, très mobile et très difficile à débusquer.



comme ça c'est sur, c'est nous les gentils de la paix.
(hormis tte autre reflexion, ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit)
avatar
ivo

Messages : 26407
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mali>>>

Message  ivo le Sam 20 Oct - 10:38


Comment la France planifie l'intervention au nord du Mali
...
Concrètement, dans l'entourage de Jean-Yves Le Drian, on planche sur un programme en trois phases: un, stabiliser le sud du Mali et protéger Bamako dès la fin du mois de novembre ; deux, mettre en place la formation des armées africaines en janvier ; trois, amorcer la reconquête du nord début mars au plus tard.
...
Les autorités françaises communiquent plus discrètement sur les forces spéciales à pied d'œuvre dans la région, dont la mission est indépendante du calendrier officiel. Elles se préparent à intervenir en amont pour fournir du renseignement et guider les forces africaines sur place. Elles pourraient agir plus rapidement encore si les intérêts de la France ou la vie des otages venaient à être menacés.

Comme en Libye et en Côte d'Ivoire en 2011, des moyens clandestins sont mis en place pour épauler les forces locales, notamment l'armée malienne, sous-équipée et démoralisée après sa défaite contre les islamistes. Dans l'ombre, Paris a aussi pris en charge l'élaboration du programme d'intervention qui doit être proposé par les pays de l'Ouest africain.

Restés jusque-là en retrait sur le dossier du Sahel, les États-Unis ont changé de posture après l'attaque commise contre leur représentation diplomatique à Benghazi, le 11 septembre dernier ...
>>>
http://www.lefigaro.fr/international/2012/10/19/01003-20121019ARTFIG00657-comment-la-france-planifie-l-intervention-au-nord-du-mali.php
avatar
ivo

Messages : 26407
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mali>>>

Message  ivo le Lun 22 Oct - 9:06

Nord-Mali : arrivée de centaines de jihadistes
fr info
Des centaines de jihadistes étrangers sont arrivés ce week-end dans le nord du Mali occupé par des islamistes armés depuis près de sept mois. Ils seraient prêts pour se battre à leur côté en cas d'intervention armée internationale pour reconquérir cette région.


Des miliciens du groupe islamiste armé Ansar Dine, à proximité de Gao. © Reuters Stringer

Ils se déplacent armés dans des véhicules pick-up. Des centaines de jihadistes sont arrivés du Soudan et du Sahara occidental dans le nord du Mali. Deux jours après une réunion à Bamako des partenaires internationaux du Mali qui se disent prêts à intervenir, ces combattants sont à se battre aux côtés des islamistes dans la perspective de l'envoi dans la région d'une force armée étrangère.

Des centaines de jihadistes venus du Soudan et du Sahel

Ils sont arrivés dans les régions de Tombouctou, au nord-ouest du Mali et de Gao, au nord-est. Des centaines de jihadistes, essentiellement de nationalité soudanaise et d'origine sahraouie, sont venus en renfort des islamistes pour faire face à une attaque des forces maliennes et de ses alliés.

Tombouctou est contrôlée par le groupe islamiste armé Ansar Dine (Défenseurs de l'islam) et Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

A Gao, depuis vendredi, de nouveaux islamistes arrivent et se rendent à la police islamique du Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) qui contrôle la ville.

Les islamistes se préparent à se défendre. A Bamako, les précisions du correspondant de RFI, Serge Daniel.

Une réponse à la réunion de Bamako

L'arrivée de ces renforts répond à la réunion de haut niveau vendredi à Bamako rassemblant des représentants de l'ONU, de l'Union africaine, de l'Union européenne, de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao), mais aussi de pays voisins comme l'Algérie et la Mauritanie. L'armée malienne n'est pas en mesure de reprendre seule le Nord.

Une force armée de quelque 3.000 hommes venant de pays de la Cédéao est en préparation, avec l'aval de l'ONU et l'appui logistique de pays comme la France et les Etats-Unis. Sa composition précise et son financement ne sont pas encore clairement fixés mais l'objectif est clair : reconquérir le Nord du pays.

Les islamistes contrôlent le Nord depuis sept mois

L'armée malienne a subi une lourde défaite face à l'offensive lancée en janvier par les rebelles touareg du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA) alliés aux islamistes armés qui ont depuis pris le contrôle total du nord du Mali. Les islamistes y imposent avec brutalité la charia (loi islamique), y commettant de nombreuses exactions: meurtres, lapidations, amputations, coups de fouets, destruction de monuments sacrés.

La chute du Nord aux mains des islamistes a été précipitée par un coup d'Etat militaire qui a renversé le 22 mars le président Amadou Toumani Touré.
avatar
ivo

Messages : 26407
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mali>>>

Message  ivo le Mar 23 Oct - 10:28

L'Algérie ouvre la porte à une opération militaire au nord du Mali
A mesure que la pression monte autour d'une possible action militaire internationale au Sahel, l'attention se concentre sur Alger, dont le rôle dans la sécurité de la région conditionne la réussite de toute intervention.
>>>
http://www.lemonde.fr/international/article/2012/10/22/l-algerie-ouvre-la-porte-a-une-operation-militaire-au-nord-du-mali_1779088_3210.html?google_editors_picks=true

MALI. Le Nord en ordre de bataille
La guerre se prépare désormais activement : les djihadistes étrangers affluent dans la région tandis que Paris presse pour une intervention avant le printemps.
>>>
http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20121022.OBS6555/mali-le-nord-en-ordre-de-bataille.html

EN PRÉVISION D'UNE INTERVENTION MILITAIRE AU MALI
La Libye envoie ses djihadistes au Sahel

Le contexte du «tout-sécuritaire» au Mali est de plus en plus préoccupant, notamment avec l'arrivée de centaines d'éléments de Libye, de Somalie, du Niger et du Nigeria. Selon l'AFP, des Soudanais auraient également rejoint Al Qaîda au Maghreb, le Mujao et Ansar Eddine. Des sources sécuritaires très au fait du dossier malien confient que ces éléments auraient reçu un entraînement dans le sud de la Tunisie. Ce mouvement subversif comporte les signes d'une assistance aux réseaux terroristes qui contrôlent le nord du Mali depuis plus de six mois, en cas d'une intervention militaire.
>>>
http://www.lexpressiondz.com/actualite/162493-la-libye-envoie-ses-djihadistes-au-sahel.html
avatar
ivo

Messages : 26407
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mali>>>

Message  ivo le Sam 12 Jan - 8:57

François Hollande engage l'armée française au Mali
fr info
7 commentaires
Le président de la République a confirmé vendredi soir l'intervention des forces françaises au côté de l'armée malienne, en lutte contre les islamistes qui contrôlent le nord du pays. François Hollande n'a pas précisé le nombre de militaires engagés, ni la durée de l'opération.

Le chef de l'Etat a confirmé vendredi soir les informations rapportées dans la journée par l'armée malienne. Les forces françaises ont bien apporté leur appui aux unités de l'armée malienne qui ont lancé vendredi une contre-offensive dans le centre du pays, "pour lutter contre ces éléments terroristes" a déclaré François Hollande lors d'une brève allocution à l'Elysée.

"J'ai, au nom de la France, répondu à la demande d'aide du président du Mali, appuyé par les pays africains de l'Ouest", a indiqué le chef de l'Etat. "Il y va de l'existence même de cet Etat ami, le Mali, de la sécurité de sa population et de celle également de nos ressortissants. Ils sont 6.000 là-bas", a-t-il souligné.

"Les forces armées françaises ont apporté cet après-midi leur soutien aux unités maliennes" - Écoutez en intégralité l'intervention de François Hollande

Sortir les forces islamistes des villes

"L'objectif de l'intervention était de sortir les forces islamistes des villes", explique Matthieu GUIDRE, spécialiste du monde arabe et des groupes islamistes, qui assure que l'opération était préparée depuis plusieurs mois. "S'ils étaient restés dans les villes, explique-t-il, on aurait eu beaucoup de victimes civiles, ce qui était inacceptable. Pour l'instant le piège fonctionne, espérons que cela continue."

L'intervention française au Mali était préparée depuis plusieurs semaines : les précisions de Mathieu Guidre, spécialiste du monde arabe et des groupes islamistes.

Combien d'hommes ? Combien de temps ?

François Hollande ne s'est pas exprimé sur les détails de cette intervention française. "Cette opération durera le temps nécessaire", a simplement dit le président. "Il s'agit essentiellement de bloquer l'avancée des groupes terroristes et criminels, pendant le temps qu'il faut", a également indiqué quelques minutes plus tard Laurent Fabius lors d'une allocution.

Sur les moyens engagés, le ministre des Affaires étrangères a jugé "pas opportun de donner des indications aux terroristes". "Les moyens nécessaires ont été prévus", a-t-il dit, précisant toutefois que l'aviation française était intervenue. À la question de savoir si des troupes nigérianes et sénégalaises étaient engagées au côté des Français, comme l'indiquait plus tôt l'armée malienne, Laurent Fabius a répondu par la négative.

La France n'agit pas en "gendarme"

Le président de la République a indiqué que le Parlement français serait "saisi dès lundi" de ce dossier. Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères, a ajouté que Jean-Marc Ayrault recevrait les responsables politiques lundi.

Sur les motivations de la France, "je pense que l'expression 'gendarme' ou autre n'est pas pertinente", a indiqué Laurent Fabius. "Si nous intervenons en soutien des forces maliennes, c'est parce que la communauté internationale le demande", a-t-il ajouté.

"Leur objectif était d'installer au Mali un Etat terroriste" (Fabius)

"Profitant du délai entre les décisions internationales prises et le moment de leur application, les groupes terroristes et criminels sont descendus vers le Sud, leur objectif étant de contrôler la totalité du Mali et d'installer au Mali un Etat terroriste", a également précisé Laurent Fabius.

Laurent Fabius justifie cette décision française

Selon les informations délivrées par l'armée malienne vendredi, les troupes françaises sont venues en appui à Sévaré, dans le centre du pays. C'est de là que l'armée malienne a lancé sa contre-offensive vendredi, pour tenter de reprendre la localité de Konna, tombée aux mains des djihadistes jeudi. Cette ville représentait le dernier rempart entre les insurgés et Mopti, la principale ville de la région et porte du Nord désertique.

Vendredi le président de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) a aussi autorisé l'envoi immédiat de troupes au Mali. Face à la dégradation de la situation, le gouvernement français avait appelé vendredi ses ressortissants "dont la présence n'est pas indispensable" à quitter le pays.



L'offensive islamiste est "stoppée" par l'armée malienne et ses alliés
fr info
La situation sur le front est "globalement stabilisée", d'après le président malien. L'armée du pays et "les troupes étrangères" auraient réussi à contenir ce vendredi l'avancée des rebelles vers le sud du pays.

"La situation sur le front est globalement sous contrôle. Nous porterons une riposte cinglante et massive à nos ennemis", a déclaré ce vendredi soir Dioncounda Traoré, président malien par interim.

"L'avancée des islamistes a été stoppée par l'armée malienne avec le soutien des troupes étrangères. Nous poursuivons l'offensive", confirme de son côté le capitaine malien Oumar Daw, basé à Mopti. Cette ville du centre du pays est considérée comme le dernier rempart avant Bamako.

Contre-offensive en cours dans le centre

C'est dans le centre du pays que se concentre les combats entre les forces gouvernementales et les rebelles depuis plusieurs jours (voir infographie ci-dessous). Alors que ces derniers semblaient avoir pris l'avantage et progressaient vers le sud, la situation semble donc avoir basculé ce vendredi. La ville de Konna aurait notamment été reprise grâce à l'entrée en lice des alliés de Bamako, dont la France.

A Paris, Laurent Fabius a indiqué que l'engagement français avait commencé dans l'après-midi avec une "intervention aérienne". Mais le ministre des Affaires étrangères ne précise pas combien d'hommes ont été déployés sur le terrain. Par ailleurs, le président de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) a aussi autorisé l'envoi immédiat de troupes au Mali. Il s'agirait notamment de troupes venues du Nigéria. Le Sénégal a démenti être également engagé dans les combats.
commentaire
Le New-York Times mentionne la destruction d'un hélicoptère Français, selon un général Américain (http://www.nytimes.com/2013/01/12/world/africa/mali-islamist-rebels-fran...) On n'a aucune info dans les médias en France sur ce sujet ?


Soutien quasi unanime à l'intervention militaire française au Mali
fr info
L'ensemble de la classe politique française et la plupart de la communauté internationale saluent l'engagement militaire de Paris aux côtés des forces maliennes.

Jean-Marc Ayrault a appelé l'ensemble des responsables politiques ce vendredi pour les informer de la situation au Mali. De l'UMP au Front national en passant par le MoDem, l'ensemble de l'opposition est unanime : l'annonce d'une intervention française au Mali par François Hollande est justifiée.

"Au-delà des clivages partisans"

Pour Jean-François Copé, "la France se montre fidèle à ses valeurs universelles, celles-là même qui ont justifié l'intervention en Afghanistan contre l'extrémisme, le fanatisme, le terrorisme et en faveur de la paix et de la sécurité internationales". Même tonalité chez François Fillon qui déclare "considérer que la lutte contre le terrorisme exige l'unité de la Nation au-delà des clivages partisans".

Au Front national, Marine Le Pen juge l'intervention militaire de la France "légitime" et elle "doit être soutenue dans la mesure où notre pays a été appelé à l'aide par le gouvernement légitime du Mali en application d'une coopération de défense entre nos deux pays, dans une zone francophone".

"La cause est juste et le Mali est un vieil allié de la France", Florian Philippot, vice-président du Front national

Au centre Jean-Louis Borloo (UDI), François Bayrou (MoDem) et Hervé Morin sont sur la même longueur d'onde. Le président du Nouveau centre, et ancien ministre de la Défense, estime que "cette intervention semble la bienvenue".

"En décider seul est condamnable" pour Mélenchon

A gauche, on semble plus mitigé sur la façon dont a été annoncée cette intervention. Le député écologiste Noël Mamère s'étonne que le Président ne saisisse "le Parlement qu'une fois les opérations lancées." Pour Jean-Luc Mélenchon, co-président du Parti de gauche, "en décider seul, sans saisir préalablement ni le gouvernement ni le Parlement, est condamnable".

"C'est un moment où il faut être solidaire envers les Maliens et unis derrière nos force" Harlem Désir, premier secrétaire du PS

Matignon annonce par ailleurs que le Premier ministre recevra lundi "en fin de journée les présidents de l'Assemblée nationale et du Sénat, ainsi que les présidents de groupes politiques des deux assemblées et ceux des commissions des Affaires étrangères et de la Défense de l'Assemblée et du Sénat".

"Rien ne justifiait de ne pas d'abord saisir le Parlement"-Eric Coquerel, secrétaire national du Parti de gauche, à propos de l'intervention française au Mali

"Je suis aux anges", lance le président de l'Union africaine

Réactions également du côté de la communauté internationale. "Je suis aux anges", a dit Boni Yayi, président de l'Union africaine. "Je voudrais absolument, au nom du continent, exprimer notre gratitude à la République française, à son président, à son gouvernement, à tout le peuple français, qui ont su apprécier (...) la gravité de la situation".

A la Maison blanche, on indique que les Etats-Unis "partagent les objectifs" de la France au Mali. "Le Royaume-Uni apporte son soutien à la décision française d'apporter son soutien au gouvernement malien face à l'avancée rebelle", lance William Hague, chef de la diplomatie britannique sur Twitter.


William Hague

@WilliamJHague
UK supports French decision to provide assistance to Government of #Mali in the face of rebel advance
11 Janv 13 RépondreRetweeterFavori
A Berlin, Guido Westerwelle affirme que "la France agit à la demande du gouvernement malien. La France agit sur la base du droit international". Le ministre des Affaires étrangères allemand ajoute que "les rebelles doivent cesser leurs attaques contre l'intégrité de l'Etat malien".

...
avatar
ivo

Messages : 26407
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mali>>>

Message  ivo le Sam 12 Jan - 13:21

La contre-offensive s'intensifie au Mali
fr info
La France renforce sa présence militaire au Mali. Samedi, François Hollande réunira un conseil de Défense pour évaluer la situation. Par ailleurs, dès lundi, la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) apportera son soutien militaire au pays, actuellement aux prises avec les islamistes qui tiennent le nord de la région. L'Etat malien avait sollicité la communauté internationale pour obtenir de l'aide.


Le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian fait le point sur la mobilisation française au Mali. © Capture d'écran

Au cours des opérations de vendredi après-midi, un pilote d'hélicoptère de l'armée de l'air français a trouvé la mort. A Bamako, la France a également déployé vendredi soir plusieurs centaines de soldats afin de protéger la ville.

Les pays voisins se mobilisent

La Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) annonce le déploiement militaire de ses troupes d'ici lundi : "Nous devons reprendre le Nord du Mali occupé par les islamistes", explique Ali Coulibaly, ministre ivoirien. Voilà plusieurs mois que la Cédéao se prononçait en faveur d'une intervention internationale.

De son côté, le Nigéria a mobilisé au Mali une équipe technique de l'armée de l'air ainsi que le futur commandant de la force africaine. Tous deux étaient déjà sur place, au Mali.

Le Conseil de sécurité de l'Onu a quant à lui donné son aval à l'intervention d'une force internationale. Mais pour des raisons logistiques notamment, aucune force ne sera déployée avant septembre.

Samedi, les militaires maliens nettoyent les dernières poches de résistance des islamistes à Konna, au lendemain de la contre-offensive de l'armée malienne, soutenue par les forces françaises.
avatar
ivo

Messages : 26407
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mali>>>

Message  ivo le Dim 13 Jan - 19:54

Au Mali, l'armée française affronte des hommes "bien équipés, bien armés et bien entraînés" (Elysée)
Elles pensaient tomber sur "quelques soudards à bords de Toyota avec quelques armes", les forces françaises affrontent des groupes islamistes "bien équipés, bien armés et bien entraînés", confie l'Elysée. Les opérations françaises pour empêcher la progression des islamistes vers le sud du Mali se poursuivent ce dimanche, pour la troisième journée consécutive.
>>>
http://www.franceinfo.fr/politique/au-mali-l-armee-francaise-affronte-des-hommes-bien-equipes-bien-armee-et-859891-2013-01-13
commentaire
la guerre moderne nécessite de bons renseignements pour la gagner Si nos informations sur l'ennemi sont à ce point mauvaises qu'on n'arrive même pas à connaitre à l'avance leurs armements ( pas difficile à voir depuis le ciel pourtant... ) cela nous promet bien de mauvaises surprises pour le futur... Par ailleurs, je comprends l'intervention française mais je reconnais que Villepin n'a pas tort de souligner le "flou" dans les buts poursuivis par cette opération ... stabiliser une ligne ? reconquérir ? L'Algérie est d'accord pour voir des soldats français à ses frontières ?? Normal pour le gouvernement de ne pas montrer ses cartes, mais je m'inquiète un peu quand je vois les commentaires de l'Elysée sur la résistance des combattants adverses, et l'échec en Somalie...


Mali : l'armée française frappe au nord et se déploie au sol
fr info
Au troisième jour de l'intervention militaire française au Mali, les frappes aériennes se poursuivent sur des cibles islamistes dans le nord du pays. Plus au sud, des troupes au sol ont été déployées à Bamako et Mopti, tant pour assurer la sécurité des ressortissants français que pour affirmer la détermination de la France, selon le ministre de la Défense.


Ravitaillement en vol d'un Mirage 2000 D au-dessus du Tchad © AP/SIPA ECPAD

"Il y a des raids en permanence. Il y en a en ce moment, il y en aura dans l'après-midi, il y en aura demain", explique le ministre de la Défense, au troisième jour des opérations militaires françaises au Mali. "La détermination du président de la République est totale : il faut éradiquer ce terrorisme", poursuit Jean-Yves Le Drian.

L'aviation française a frappé dans la matinée des positions islamistes dans le nord du Mali, notamment à Gao. Des jihadistes seraient en fuite, selon des habitants. Une dizaine de frappes au total, menées par quatre Rafale partis de France et qui viennent renforcer le dispositif aérien français sur place, précise le ministère de la Défense. "Des camps d'entraînement, des infrastructures et des dépôts logistiques constituant les bases arrière des groupes terroristes" ont été détruits, ajoute le communiqué.
D'autres frappes aériennes ont été menées à Kidal, à plus de 1.500 km au nord de Bamako. Elles visaient, là aussi, une importante base islamiste.

Le maire de Gao, Diallo Sadou "n'a pas de mots pour remercier la France"

Les hélicoptères français ont également pilonné des stocks d'armes et de munitions à Léré, une localité du nord-ouest proche de la frontière avec la Mauritanie, ainsi qu'à Douentza. Trois localités situées au nord de la ligne de démarcation entre les forces rebelles et les forces maliennes appuyées par l'armée française.

Alors qu'au cours des deux premiers jours de l'intervention française les opérations étaient seulement aériennes, des troupes au sol ont été déployées ces dernières heures dans les faubourgs de Bamako, "mais également à Mopti un peu plus au nord (...) Un peu plus de 400" hommes, selon le ministre de la Défense. Il s'agit non seulement d'assurer la sécurité des quelque 6.000 ressortissants français, mais aussi de "signifier notre volonté d'action", poursuit Jean-Yves Le Drian. "Si c'est nécessaire, nous conforterons ce dispositif. Notre détermination est très nette et très claire", conclut le ministre.

Le ministre de la Défense confirme la poursuite des raids aériens et le déploiement de troupes au sol (document iTélé)
commentaires
Bravo aux soldats francais bravo au president Hollande
nous remercions la


Les forces françaises déployées au Mali
fr info
Des dizaines d'avion de chasse mobilisés au Mali pour l'opération de soutien aux forces maliennes. Le dispositif aérien a été renforcé ce dimanche par le déploiement de troupes au sol. État des lieux de la présence militaire française au Mali.


Deux hélicoptères de combat du RHC de Pau prêt à décoller pour le Mali © AP/SIPA - Guillaume Collet

Moyens terrestres

Des dizaines de soldats français ont été mobilisés pour sécuriser l'aéroport de Sévaré, dans le centre du Mali.
Environ 500 militaires, des marsouins du 21e régiment d'infanterie de marine de Fréjus (21e RIMa) et des légionnaires du 1er Régiment étranger de cavalerie d'Orange (1er REC) ont été déployés à Bamako, et environ 150 hommes du 2e Régiment d'infanterie de marine (2e RIMa) ont été envoyés de France. Les Forces spéciales, en première ligne dans ce genre d'opération, sont également engagées.


Dispositif aérien

Deux mirages F1CR et six Mirage 2000D ont été mobilisés dans le cadre du détachement Epervier, ainsi que trois avions ravitailleurs C135 et des appareils de transports. Quatre Rafale, partis de France, ont conduit des frappes aériennes près de Gao dimanche.
Dans la région de Konna, ce sont des hélicoptères de combat, des Gazelle équipés de missile Hot et de canon de 20 mm qui ont été mobilisés.


Pléiades 1B, le satellite européen d'observation de la Terre, permet de surveiller les zones de crise et de conflit et de fournir des renseignements plus précis.

Troupes africaines

La France devrait être aidée par l'envoi de troupes africaines qui seront dirigées par le général nigérian, Shehu Abdulkadir.

Le Niger, le Burkina Faso, le Togo et le Sénégal ont chacun annoncé l'envoi d'environ 500 hommes. De leur côté, le Nigéria doit envoyer 600 soldats et le Bénin 300. Le Tchad a déclaré qu'il n'excluait pas l'envoi de troupes, mais attend que la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) propose une feuille de route.

Soutiens occidentaux

Les Etats-Unis pourraient aider la France en donnant des renseignements, du ravitaillement en vol et d'autres appuis. Elle envisage une batterie d'option, dont un appui logistique et l'intensification du partage des renseignements, qui inclurait des drones américains de surveillance.

La Grande-Bretagne fournira une aide logistique pour permettre un transport rapide des troupes étrangères et des équipements vers le Mali. Par contre, elle n'enverra aucun personnel en situation de combat.
satellites, drones, chasseurs, helicopteres, blindés et commandos divers ....
il rigole pas flamby pour essayer de faire oublier sa profonde nullité ...
avatar
ivo

Messages : 26407
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mali>>>

Message  ivo le Lun 14 Jan - 12:37

Mali : les islamistes se replient à l'est, entrée en scène des avions britanniques
fr info
Bilan des premières frappes aériennes françaises, dimanche, au nord de la ligne de démarcation : plus d'une soixantaine de djihadistes tués dans la région de Gao. Les rebelles se replient vers l'est. Ce lundi, des avions britanniques de transport de matériel décollent d'Evreux (Eure) pour le Mali.

Après avoir stoppé l'avancée vers le sud des islamistes, l'aviation française a, pour la première fois dimanche, pilonné des positions tenues par les islamistes dans le nord du Mali.
À Gao, les islamistes ont été pris par les frappes en pleine réunion. "Il y a eu beaucoup de morts", selon un habitant de la ville. "Ils ont perdu énormément en logistique et des hommes. Le bilan est certainement plus élevé" que les 60 victimes annoncées, poursuit-il. Les islamistes sont sortis dans la nuit des maisons où ils se terraient pour récupérer les corps.

Conséquence de ces pilonnages : les islamistes se sont repliés vers l'est du Mali, selon le ministre de la Défense. À l'issue de la réunion interministérielle qui s'est tenue à l'Élysée, Jean-Yves Le Drian précise qu'un "point difficile" persiste dans la partie ouest, où les forces françaises font face à des hommes "extrêmement armés." Mais "la situation est conforme aux orientations" du président de la République, "elle évolue favorablement", précise le ministre.

Appuis européens et américain

Ce lundi, les forces françaises engagées au Mali reçoivent l'appui des premiers appareils britanniques, un appui promis samedi par David Cameron. Deux avions C17 de transport de matériel doivent participer à la mission. Ils décolleront de la base aérienne 105 d'Evreux (Eure), embarquant notamment des véhicules blindés type VAB.
Un premier appareil s'est posé dimanche sur la BA-105 pour des essais de compatibilité, notamment pour l'arrimage à bord du matériel, précise le Sirpa Air. L'ambassadeur de Grande-Bretagne était présent sur la base au moment de son arrivée.

Les Etats-Unis apportent également un soutien logistique, dans le domaine des transports et des communications, mais également dans le secteur du renseignement grâce à l'engagement de drones de surveillance non armés.

De son côté, après avoir décidé dans un premier temps de ne pas prendre part aux opérations, l'Allemagne affirme ce lundi étudier l'envoi d'une aide "logistique, médicale".


"Africanisation" de l'intervention

Paris presse la Cédéao (Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest) d'accélérer le déploiement de ses troupes au Mali. Les premiers soldats, en provenance notamment du Sénégal, du Niger et du Burkina Faso, devraient arriver dans la journée à Bamako.
Mais les experts militaires doutent de la capacité de ces forces africaines à reconquérir seules le nord du Mali. Le Nigeria, qui fournit le plus gros contingent (600 hommes) et prend le commandement opérationnel de cette force, a lui-même laissé entendre qu'il faudrait du temps pour équiper et former ce contingent.

Au quatrième jour de l'intervention armée au Mali, le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian fait le point

Des djihadistes menacent une nouvelle fois la France de représailles
fr info
Des djihadistes basés dans le nord du Mali ont annoncé qu'ils allaient "frapper le cœur de la France" en représailles de l'intervention française au Mali. Ces menaces ont été proférées par Abou Dardar, l'un des responsables du Mujao, le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest.

La France a attaqué l'islam. Nous allons frapper le cœur de la France. Au nom d'Allah, nous allons frapper le cœur de la France", a déclaré Abou Dardar, l'un des responsables du Mujao dans le nord du Mali. Selon lui, la France pourrait être frappée "partout. À Bamako, en Afrique et en Europe".

Le Mujao, Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest, est devenu l'un des maîtres du nord du Mali. L'organisation a notamment revendiqué des attentats contre des forces algériennes. Elle a également enlevé un Français dans l'ouest du Mali le 20 novembre dernier. Huit Français sont détenus en otages au Sahel. Abou Dardar a expliqué : "Nous allons faire aujourd'hui un communiqué sur les otages. À partir d'aujourd'hui, tous les moudjahidines sont ensemble."

Le plan Vigipirate renforcé

La menace terroriste est prise très au sérieux par la France. Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls a expliqué dans une interview au Parisien de lundi que la situation au Mali "peut inciter des individus ou groupes à commettre des attentats aussi bien en France qu'à l'étranger". Le plan Vigipirate a ainsi été renforcé.

"Sur une période aussi longue l'attention peut s'émousser", a précisé le ministre expliquant que les patrouilles ont été renforcées dans les transports et les lieux publics, les contrôles et fouilles accrus à l'entrée des bâtiments publics et dans les aéroports notamment.

Manuel Valls rappelle par ailleurs que "des menaces explicites de groupes sahéliens ont été publiés ces derniers mois". Et le ministre de souligner :

"Ce n'est pas en cédant aux terroristes que l'on diminue la menace."

Mali : l'intervention française est "justifiée" (Alain Juppé)
fr info
Invité de France Info, l'ancien ministre des Affaires étrangères Alain Juppé a jugé lundi l'intervention française au Mali justifiée. Selon lui, la menace qui s'aggravait sur Bamako et l'ensemble du pays était "inacceptable".

Alain Juppé a défendu lundi sur France Info l'intervention militaire française au Mali. L'ancien ministre des Affaires étrangères de Nicolas Sarkozy a ainsi expliqué que "si les terroristes s'étaient emparés du pays, les conséquences auraient été incalculables sur l'ensemble de la zone sahélienne". Pour Alain Juppé :

"On ne pouvait pas laisser faire cela. Ce n'est pas la France qui a pris l'initiative, ce sont les terroristes qui ont attaqué. Il fallait stopper cela."

"Ce sont les autorités maliennes qui ont fait appel à la France", a détaillé, Alain Juppé et cette intervention s'est faite dans le "cadre de la légalité internationale puisque le Conseil de sécurité de l'Onu a donné son feu vert à plusieurs reprises".

Il faut par ailleurs obtenir "le plus rapidement possible le déploiement d'une force africaine sur le terrain. Et là l'Europe pourrait jouer un rôle je suis très surpris de voir qu'il ne se passe rien du côté de Bruxelles", explique Alain Juppé.

commentaire
Vive la France, et les pommes de terre cuites, sortis des mêmes écoles, les politocards sont solidaires pour envoyer au casse pipe les peuples tous entiers, les intérêts d' Areva n' y sont pour rien, les fous de Dieu sont juste capables de shooter 2 tours à New York, toutes les centrales nucléaires sont intouchables, divertissement de division massif avec le mariage, institution totalement périmée, circulez, y' a rien à voir

Quasi-union sacrée sur le Mali
fr info
Après la trêve de Noël, le Parlement reprend ses travaux. Et cette rentrée parlementaire est placée sous le signe de l'intervention militaire française au Mali. Le Premier ministre doit recevoir ce lundi soir les responsables de l'Assemblée nationale et du Sénat comme le veut désormais la constitution en cas d'engagement de la France à l'étranger. Un rendez-vous qui a lieu sur fond de large soutien à défaut d'union sacrée.

La plupart des parlementaires ou responsables politiques considèrent que l'intervention au Mali s'inscrit dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. C'est le cas du patron de l'UMP, Jean-François Copé : "C'est tout à fait normal que dans un moment comme celui-là, face à la lutte contre le terrorisme, notre nation soit rassemblée. Sur ce sujet c'est tout à fait normal. Mais ça n'a rien à voir avec le mariage homosexuel et l'adoption et c'est une manière pour moi de dire qu'à un moment où nous devons être rassemblés, ce n'est pas le temps des projets qui divisent les Français".

Voilà pour le premier réflexe, mais pour l'ancien ministre Laurent Wauquiez, vice-président du parti, il ne s'agit pas pour autant de signer un chèque en blanc au gouvernement : "Evidement qu'il y aura des questions : est-ce que la France intervient seule ? quelle durée ? Quelle importance de l'engagement ? Mais quand les soldats sont engagés sur le terrain, le devoir des élus c'est de les soutenir. C'est ce qu'on fait".

Les parlementaires vont pouvoir poser toutes ces questions car justement, le parlement va être saisi cette semaine. C'est ce que prévoit en effet la constitution depuis la révision de 2008 décidée par Nicolas Sarkozy. L'article 35 stipule que le Parlement doit être informé dans les trois jours qui suivent le début d'une intervention militaire française à l'étranger. C'est pour celà que Jean-Marc Ayrault reçoit les responsables parlementaires ce soir. Cette information peut être suivi d'un débat qui, d'après le texte, n'est pas suivi d'un vote.

Pour certains comme le député écologiste Noël Mamère. ce débat aurait dû avoir lieu avant la décision d'intervenir : "On est en train de reproduire ce qu'a fait le prédecesseur de François Hollande en Afghanistan, en Côte-d'Ivoire ou au Tchad. Quand on est dans une démocratie parlementaire, on consulte avant le parlement pour qu'il y ait un débat et un vote. nous poursuivons dans une logique qui n'est rien d'autre que celle de la Françafrique".

Mais si le débat parlementaire avait eu lieu avant, c'est l'effet de surprise sur le terrain aurait été quelque peu éventé. Par ailleurs il y avait urgence, souligne le patron des députés UDI, Jean-Christophe Lagarde : "Le parlement débattra pour savoir quelles sont les conditions, quelle est la durée, quels sont les enjeux, comment préserver la vie de nos otages. Et si il avait été trop tard, si un certain nombre de villes maliennes, et pourquoi pas Bamako elle-même, ça ne seravait plus à rien de débattre.

Certains ont aussi des critiques à formuler sur le fond. Au Front de gauche, on note que l'argument de l'urgence est systématiquement utilisé. Et pour la porte-parole de Lutte Ouvrière, Nathalie Arthaud... les raisons de l'intervention française sont avant tout économiques : "le gouvernement n'est pas parti en guerre pour protéger la population. Ce qui préoccupe le gouvernement, ce sont les intérêts de la France. Parce qu'à côté du Mali, il y a le Niger, le grand fournisseur d'uranium pour Areva. Voilà le problème de la France : il ne faut pas que les intérêts d'Areva soient gênés".

Malgré ces critiques, François Hollande a estimé qu'il y avait un consensus politique autour de l'opération militaire au Mali.

Intervention au Mali : "Nous reprenons de mauvaises habitudes"
fr info
Après avoir exprimé "une pensée à la mémoire de ceux qui sont déjà morts dans cette opération parce que ce sont les nôtres qui ont servi et obéi jusqu'au sacrifice suprême", Jean-Luc Mélenchon affirme que la France n'intervient pas au Mali "dans le cadre d'un mandat de l'ONU. Le mandat de l'ONU, c'était qu'une force africaine intervienne".

Il regrette la reprise par la France de "l'habitude d'intervenir par ci par là". Et il estime que les leçons des précédentes interventions en Afrique n'ont pas été tirées:

"Laquelle des guerres qu'il fallait mener d'urgence et qui sera la solution au problème a-t-elle réussi au cours des vingt dernières années : est-ce l'Irak détruite aujourd'hui, l'Afghanistan dont nous ressortons piteusement, la Libye à l'origine de la propagation des armes?"
commentaires
Comment peut critiquer l'intervention de la France, qui va probablement sauver des centaines, voir des milliers de vies et stopper, provisoirement, cette menace Jihadiste qui touche les démocraties du monde entier. Vous êtes bien assis dans votre fauteuil, pensez aux hommes qui défendent la démocratie, sans laquelle vous ne pourriez même pas vous exprimer.Vous faites de la politique politicienne, et c'est méprisable.
Bonjour. Ne nous leurons pas c'est l'Uranium que l'on cherche.. quand à sécuriser cette zone ? deux fois comme la France en desert plus une immense bande de terre qui va du Senagal au Soudan et au Soudan on trouve des Bisounours au Soudan ? J'ai vécu 4 ans au Mali, et ma quesion donc aprés on va aller au Yemen ou des fillettes de 10 ans sont mariées de force par les mêmes gugus ? cela m'étonnerai car il n'y a que du sable fin... et des ruines que l'on a laissé saccager. Soyons un peu serieux c'est du post colonialisme d'ailleurs c'est ce que souligne L'Hindu le journal indien.Quand aux représailles je crains le pire!
avatar
ivo

Messages : 26407
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mali>>>

Message  ivo le Mar 15 Jan - 9:36

"Hollande commandant en chef" : la presse internationale commente l'opération au Mali
fr info
En Europe, en Afrique et en Amérique du Nord, l'intervention française au Mali suscite aujourd'hui beaucoup d'articles de presse. Largement favorables à cette opération, les médias s'interrogent cependant sur les conséquences de cette action engagée par la France seule. François Hollande y gagne une nouvelle image de "leader".

La presse qui se montre plutôt favorable à cette intervention, même la presse américaine qui n'est pas tendre vis à vis de la France, surtout lorsqu'il s'agit de questions militaires. "On doit mettre au crédit de la France", écrit le Wall Street Journal, "d'intervenir toute seule et de manière décisive plutôt que de laisser une nation assiégée par Al-Qaida attendre que les têtes pensantes de l'ONU se décident à agir".

Cette intervention n'est cependant sans risque, notent plusieurs médias : "l'opération fait naître le spectre d'un bourbier africain" estime Fox News. En Grande-Bretagne, The Guardian imagine déjà "François Hollande s'inclinant devant des cercueils recouverts du drapeau tricolore". Les médias africains, eux, s'inquiètent d'une démarche au parfum post-colonialiste : "l'opération a été appelée "Serval" rappelle le quotidien algérien Liberté. "Or le Serval est un petit félin africain qui a la particularité d'uriner 30 fois par heure pour marquer son territoire". //

Malgré les critiques, François Hollande bénéficie d'une nouvelle image dans la presse internationale. "En un week-end, le président français a gagné ses galons de leader" écrit le Temps en Suisse. "Jusqu'alors, beaucoup se gaussaient de sa mollesse diplomatique" note le Soir, en Belgique, "mais c'est un autre François Hollande qui est apparu [...] Grave. Solennel. Et surtout ferme.". Le président français "montre son côté dur" estime Il diaro de Cadiz, en Espagne pour qui "Flamby" s'est "mué en commandant de guerre".

Ce changement est remarqué également par la presse allemande qui s'interroge sur le rôle de l'Allemagne : "la Bundeswehr - l'armée fédérale - doit-elle participer à cette mission ?" se demande le magazine Bild. Oui, répond le Suddeutsche Zeitung : "Le président Hollande a pris la bonne décision. On ne doit pas le laisser seul gérer la situation".
...

résumé:
...
De nouvelles forces françaises sont en outre entrées au Mali par la frontière ivoirienne lundi. Il s'agit d'une trentaine de chars ainsi qu'un d'un hélicoptère, issus de la force "Licorne" déployée en Côte d'Ivoire depuis 2002. "Cette colonne de chars est venue d'Abidjan et était applaudie par une foule immense dans les villes et villages qu'elle a traversés jusqu'à la frontière", a raconté un habitant de la région.
...
Les rebelles Touareg du Mouvement national pour la libération de l'Azawad ont fait part de leur intention d'aider l'armée française. Ils proposent de "faire le travail au sol" grâce à leur "connaissance du terrain et des populations". Ces rebelles avaient en premier attaqué le nord du pays en janvier 2012 avant d'en être chassés par les groupes islamistes.
...
Les frontières fermées

Dans le même temps, d'autres pays limitrophes du Mali ont fermé la frontière qu'ils partagent avec le pays, selon le ministre algérien des Affaires étrangères. De même, l'armée mauritanienne s'est déployée pour "boucler la frontière" qui sépare le Mali de la Mauritanie "en vue de mieux sécuriser le pays".

Cette fermeture des frontières se déroule alors que des dizaines de maliens fuient les combats. Quelque 30.000 personnes, selon les estimations des Nations Unies. Selon Eduardo del Buey, porte-parole de l'Onu, les groupes islamistes du nord empêcheraient les régugiés de se diriger vers le sud pour échapper aux combats.
...
Le secrétaire général des Nations-Unies, Ban Ki-Moon, a salué l'intervention française. Il "se félicite de voir que des partenaires répondent à la demande d'assistance du gouvernement de ce pays afin de contrer l'avance vers le sud des groupes terrorristes armés", selon un communiqué.
...
A l'issue de la réunion tenue lundi soir, les présidents des groupes parlementaires ont exprimé leur soutien à l'engagement des forces françaises.


...
le chef de l'État s'est rendu sur la base navale "Camp de la Paix" à Abou Dhabi où sont stationnés des militaires français.
...
François Hollande a notamment annoncé que le nombre de militaires intervenant au Mali allait augmenter. "Pour l'instant nous sommes à 750 hommes, ça va encore augmenter", a ainsi expliqué le chef de l'État.

Le président de la République a également annoncé que de nouvelles frappes avaient eu lieu cette nuit. Elles ont "atteint leurs objectifs", a précisé François Hollande. La difficulté pour les troupes françaises est de préserver les populations civiles désormais otages des djihadistes selon François Hollande.
...
Pour Libération, il faut s'interroger sur la responsabilité de la société civile africaine mais aussi de la Banque Mondiale et du FMI et de leurs programmes d'ajustements structurels. Pour Libération, il faudra relire cet aspect économique de l'histoire quand se termineront les opérations militaires, si elles se terminent un jour et si elles débouchent sur autre chose qu'un état de guerre larvée ou de paix armée.

avatar
ivo

Messages : 26407
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mali>>>

Message  ivo le Mar 15 Jan - 13:20

légitimation générale, dignité de la famille de LA victime fr dans les médias, masturbation collective christoccidendale et patriotisme obligatoire de rigueur, notamment dans les ecoles et les eglises,
tout va tres bien au mali, tjs sans journaliste sur place ni images hors celles officielles de cadavres carbonisés de terroristes certifiées armée fr ...
résumé:

Un militaire français au Mali : "On n'a pas l'habitude de ce genre de combat"
fr info
commentaire:
je suis un malien en plus je remercie ce tout mon cœur la décision du président français que tout les maliens les approuves comme chez vous... je suis en outre en mopti mais voudrais réagir de ce que nous ne sais pas , ici a mopti BEAUCOUP DES GENS SONT ENTRAIN DE FAIRE AMALGAME ENTRE LEI DJIHADI et les autres musulmans qui leurs ressemble seulement dans l'apparence alors que nous somme tellement loin comme le langage qui se dit de chez nous "loin comme du poisson fraiche au poisson fumée" les soldats malien qui se trouve a mopti sont entrain de tué beaucoup des gens sans raison valable aussi ce qui f


bientot les photos des strings qui sechent, comme au vietnam, faut faire de la proximité avec NOS soldats.
...
"S'il n'y avait pas eu la France dans ces premiers jours, je ne sais pas ce que le Mali serait devenu" , s'est interrogé François Hollande à Abu Dhabi.
Ramata Coulibaly a été reçue ce week-end par François Hollande qui voulait prendre le pouls de la communauté malienne en France.

"Les contacts avec le nord Mali est difficile dans la mesure où les islamistes ont coupé les câbles des liaisons... l'inquiétude grandit chez nous" dit Ramata Coulibaly, avant d'ajouter: "Beaucoup d'incertitudes pour la ville de Gao, avant de partir, les islalmistes ont détruit les stations d'essence, l'hopital, les écoles, la maternité".

Ramata Coulibaly ajoute que ses cousines, jointes au télephone à Gao, ont assisté à des rafles d'enfants de 11-12 ans. Certains ont été violés.

Autre invité de Jean Leymarie, Gaétan Moutou chercheur pour Amnesty International qui confirme les scènes de viols contre les femmes: "Lors de nos differentes missions au Mali, nous avons pu rencontrer une des personnes qui avait été amputée"
commentaire:
Les atrocités décrites ici rappellent celles des talibans en Afganistan lors de leur retour après l'abandon des Russes . Rien de neuf avec ces nazis modernes . La "sainteté" a un prix très élevé au mercato de la bêtise humaine .

Près de 150.000 réfugiés

Le Comité international de la Croix-Rouge a recensé 86 personnes blessées dans les hopitaux de Mopti dans le centre du pays et de Gao au nord du Mali. Parmi elles, des blessés graves ont expliqué des représentants du CICR qui ne disposent pas de données sur des décès.

De leurs côtés, le Haut Commissariat aux régugiés (HCR) et le bureau de coordination des Affaires humanitaires de l'ONU (Ocha) évoquent les chiffres de 150.000 personnes réfuguées dans les pays voisins et de 230.000 déplacés depuis le début du conflit au Mali il y a neuf mois.

Hollande enfin dans le costume de chef d'Etat ?
fr info
Alors que le conflit au Mali entre dans son cinquième jour, François Hollande commence sa visite à Abu Dhabi en tant qu'invité d'honneur du "World future energy summit". Une visite qui sera aussi l'occasion pour le chef des armées d'évoquer la crise malienne avec des responsables mauritaniens. Et d'endosser -enfin! diront certains- le costume de chef d'Etat.


Le Nord Mali est aux mains des islamistes depuis avril dernier © Reuters

Pour en débattre, nous sommes avec Pierre Haski de Rue89.com et Jean-Sébastien Ferjou d'Atlantico.fr.

Ce matin, François Hollande a annoncé un renforcement du dispositif militaire français au Mali. Il a ajouté que de nouvelles frappes aériennes avaient visé des bases rebelles islamistes. Pour l'heure, la France dispose de quelque 750 hommes. Mais d'autres militaires français devraient arriver avant de céder la place à une force militaire africaine d'ici une semaine, au plus tôt.

C'est donc pour François Hollande une première. En tant que chef des armées, le président français s'est montré déterminé à aider le Mali et repousser l'offensive des rebelles islamistes. L'effet est quasi-immédiat : 63% des Français interrogés sont favorables à l'intervention militaire française contre 37 % opposés.

Pour Pierre Haski, "beaucoup de Français qui avaient de sérieux doutes sur la capacité de François Hollande à incarner l'élan, la décision, le cap dans un climat de crise économie, ont été surpris par la capacité du président a prendre la décision la plus lourde d'envoyer des hommes à une mort possible..." Et d'ajouter que "ce n'était pas là qu'on l'attendait !"

"Attention !" prévient Jean-Sébastien Ferjou, "cela fait six mois qu'on connaît la situation au Mali. Et on ne connaît pas les buts de guerre de François Hollande. Y va-t-on pour reconstruire l'Etat Malien ? Ce n'est pas très clair..."

à noter que sur la photo, si je ne me trompe .., nous voyons un Véhicule de l'Avant Blindé, transport de troupe de fabrication fr >>> ??? ..................

bonne messe à tous.
avatar
ivo

Messages : 26407
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mali>>>

Message  ivo le Mar 15 Jan - 16:51

bla bla officiel national aux invalides au passé, au présent et à l'imparfait sur bfmtv et itélé en direct live
pour un héros plus balaise que toute la team américa en entier qui rentre dans le coeur de la france et du mali .
j'espere pour le bien de la cohésion nationale et l'union sacré de la patrie que tout le monde regarde.

ah ... on en est à la lumiere divine ...
meme dieu regarde ...


('tain j'aurais du rester à l'armée moi ... légion d'honneur et tout le tralala ...'de à vous !!!)


10 minutes top chrono, des fois qu'on y aille trop souvent aux invalides dans les temps à venir ...
avatar
ivo

Messages : 26407
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mali>>>

Message  ivo le Mer 16 Jan - 9:52

résumé:



"1.700 militaires" sont actuellement engagés dans l'intervention "dont 800 sur le territoire malien".
"douze chasseurs, cinq avions ravitailleurs sont actuellement engagés". Les chasseurs opèrent depuis des bases situées au Tchad et à Bamako. Les avions et les hélicoptères français ont effectué une cinquantaine de sorties depuis le début des opérations vendredi dernier.
Quant aux blindés, une colonne d'une trentaine de véhicules a quitté Bamako en direction du Nord ce mardi. La France dispose pour le moment d'un escadron blindé de type Sagaie et de deux compagnies de véhicules de l'avant blindés. Ils ont été acheminés depuis la Côte d'Ivoire et le Tchad jusqu'à Bamako.




Un Malien qui donne son sang pour aider les soldats blessés © Reuters - Joe Penney

Lors de l'offensive pour tenter de reprendre Diabali, les islamistes ont mis à mal l'armée régulière malienne.
Dans la capitale malienne, le centre hospitalier vient d'ouvrir une unité pour soigner les soldats blessés dans le Nord et évacués d'urgence vers Bamako. Géraldine Hallot, envoyée spéciale de France Info, a visité cette unité. Elle a pu parler au personnel, conscient de l'état d'urgence dans lequel se trouve le pays et aux civils, venus donner leur sang. "Je donne mon sang pour ceux qui vont se saigner pour la patrie", explique l'un d'eux.

La guerre au Mali débattue en France mais aussi mardi au parlement européen en présence de la représentante de l'Union européenne pour les Affaires étrangères. Catherine Ashton a remercié la France pour son intervention, mais elle s'est gardée de proposer tout engagement supplémentaire de l'UE pour soulager Paris. Une position dénoncée par l'eurodéputé écologiste Daniel Cohn-Bendit. il appelle les Européens à ne pas laisser la France se débrouiller seule...

le tweet direct live ....
https://twitter.com/ouahmaneomar

buts de guerre officiels:
-lutter contre le terrorsime
-sécuriser le mali
moyens:
-fermeture des frontieres
-éradication des terroristes

....
avatar
ivo

Messages : 26407
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mali>>>

Message  ivo le Mer 16 Jan - 12:29

résumé:

Ce mercredi après-midi, le Parlement va débattre de cette guerre. Débat sans vote comme l'a précisé Jean-Marc Ayrault.

A quelques exceptions près, l'extrême-gauche notamment, la classe politique soutient l'action en cours mais, souligne l'opposition de droite, cela n'empêche pas de s'interroger sur la stratégie adoptée.
"Les armées d'autres pays d'Afrique peuvent elles intervenir au Mali?" demande Jean Leymarie.

La réponse de Vincent Hugeux est claire: "Non. Les armées africaines, mis à part le Nigeria et le Tchad, sont mal équipées et n'ont pas l'habitude d'agir dans ce genre de terrain"
"Maintenant nous sommes sur le terrain", confirme le chef d'état-major des armées, l'amiral Edouard Guillaud. "Dans les heures qui viennent, mais je ne suis pas capable de dire si c'est dans une heure ou dans 72 heures, nous combattrons directement".
...
"Jusqu'à présent, nous avions fait en sorte qu'il y ait quelques forces terrestres à Bamako, pour sécuriser d'abord nos populations, nos ressortissants, les ressortissants européens et la ville de Bamako. Maintenant les forces terrestres françaises sont en train de remonter vers le nord", confirme Jean-Yves Le Drian.
...
Des renforts supplémentaires sont arrivés ce mercredi matin dans la zone, pour tenter de déloger les djihadistes. La ville a été bombardée à plusieurs reprises par l'aviation française, mais la tâche s'annonce ardue : les islamistes cherchent à se fondre dans la population, et s'en servent comme bouclier.

C'est dans cette zone que se trouvent "les groupes les plus durs, les plus fanatiques, les mieux organisés, les plus déterminés et les mieux armés", estime le ministre de la Défense. "Plusieurs centaines, plus d'un millier de terroristes".

avatar
ivo

Messages : 26407
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mali>>>

Message  ivo le Mer 16 Jan - 19:27

résumé:

Des sources de sécurité maliennes parlent de "corps à corps" avec les djihadistes - ce qui signifie que les deux camps sont au contact visuel.

L'intervention française au Mali a donné lieu ce mercredi après-midi à deux débats devant les représentations nationales. Après le discours du Premier ministre à l'Assemblée, les chefs de file des principaux partis politiques se sont exprimés tour à tour. Au Sénat, c'est le ministre des Affaires étrangères qui a lu le texte du Premier ministre. Unanimité politique de rigueur.

le président ivoirien salue l'intervention française et appelle les Européens à se mobiliser





commentaires:
Cela va vite mal tourner... Il est impossible de combattre ces islamistes sur du moyen et long terme; ce sera une succession d'embuscades, d'attentats, donc de morts, hélas; respects les hommes, ceux qui vont au front défendre un idéal de démocratie... Mais il faut ABSOLUMENT que des troupes européennes ou autres prennent part aux combats, et très vite; sinon on va se planter grave...
On peut gagner quelques batailles sur le court terme mais sur le long terme ce n'est pas notre pays et c'est aux maliens de prendre leur responsabilités et d'assumer leur destin. Le temps de la colonisation est révolu. Il faut décimer les preneurs d'otages et les terroristes et rentrer. On a assez de problèmes nationaux sociaux et économiques pour adopter un profil réaliste et modeste à la hauteur de nos moyens .
Vous vous amusez bien, M. Hollande, avec votre guerre coloniel?
malheureusement la securité francaise se joue aussi sur le sol malien.... Si l'algerie avait traité son dossier gspc comme elle aurait du, on en serait pas la...
Ce n'est pas a priori uniquement qu'ils se fondent dans la population, c'est qu'ils sont en partie la population affamée de cette région à qui Aqmi à fait des promesses de richesse matériel et spirituelle, des djihadistes venu probablement du Pakistan afin d'embrigader la population locale et celle des pays voisins en utilisant les clivages entre l’état malien et les habitants de l'Azawad qui revendiquaient et combattaient depuis les années 60 pour obtenir leur indépendance sur ce territoire (cf MNLA par exemple) et pas nécessairement pour y appliquer la charia. Il était nécessaire d'intervenir avant que ce territoire ne puisse servir de base arriere a des gens utilisant leur religion pour assouvir leur soif de pouvoir (ce qui aurait aussi pour nous de terrible conséquences les voitures et les centrales ça tourne pas à l'eau salé). Cependant,une fois ces combattants acculé sur les contreforts du hoggars, en partant du principe que l'algerie et le niger feront tout pour les empêcher de poursuivre leur retraite dans des zones plus difficile dacces ,que va t il se passer? Seront nous aussi la pour la population locale, pour éviter un bain de sang entre malien du sud et malien du nord?Que ferons nous pour aider les locaux à développer une économie les sortants de leur misère matérielle afin que le problème ne se reproduise pas? C'est bien beau de faire le gendarme mais faire le médecin est aussi essentiel,si je ne m'abuse?
que la france s'occupe de sa sécurité chez elle, pas à l'étranger !
avatar
ivo

Messages : 26407
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 5 1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum