Derniers sujets
» droites extremes
par niouze Hier à 12:21

» la police s'étonne qu'on ne l'aime pas
par niouze Lun 24 Juil - 13:13

» Etats-Unis
par ivo Lun 10 Juil - 13:50

» Black Blocs
par ivo Lun 10 Juil - 13:45

» Syrie
par ivo Lun 10 Juil - 13:41

» immigration ...
par ivo Lun 10 Juil - 13:31

» ... G20 ...
par ivo Lun 10 Juil - 8:15

» turquie information
par ivo Lun 10 Juil - 8:07

» armement><désarmement
par ivo Lun 10 Juil - 8:00

» burundi
par ivo Dim 9 Juil - 9:17

» Today's joke
par ivo Dim 9 Juil - 9:00

» U.E.
par ivo Dim 9 Juil - 8:58

» Réflexion sur la peine de mort
par ivo Dim 9 Juil - 8:46

» esclavage
par ivo Dim 9 Juil - 8:44

» Corée du nord
par ivo Dim 9 Juil - 8:36

» egypte
par ivo Dim 9 Juil - 8:19

» GRAVOS & FRIENDS
par ivo Sam 8 Juil - 13:07

» blancs comme neige ^^
par niouze Sam 8 Juil - 11:40

» les "joies" du sport ...
par ivo Sam 8 Juil - 9:39

» pape, cathos, vatican et autres ....
par ivo Sam 8 Juil - 9:10

» sexisme ... encore et toujours ...
par ivo Sam 8 Juil - 8:57

» Salvador
par ivo Sam 8 Juil - 8:49

» les photos d'actus - l'info en résumé
par ivo Sam 8 Juil - 8:03

» internet , technologie, ...
par ivo Sam 8 Juil - 7:56

» la phrase du jour
par ivo Sam 8 Juil - 7:46

» Découvrir la Techno.
par ivo Ven 7 Juil - 13:09

» macronie
par ivo Ven 7 Juil - 7:52

» état d'urgence et autres restrictions....
par ivo Ven 7 Juil - 7:50

» Necronomacron
par ivo Ven 7 Juil - 7:49

» R.I.P. .......................
par ivo Jeu 6 Juil - 13:40

» vite, je vais vomir ...
par ivo Jeu 6 Juil - 10:20

» racisme quotidien
par ivo Jeu 6 Juil - 9:22

» flicage total du net
par ivo Jeu 6 Juil - 8:08

» Nucléaire mon amour ...
par ivo Mer 5 Juil - 8:04

» monde - stupéfiants
par ivo Mar 4 Juil - 8:52

» homophobie dans le monde ...
par ivo Dim 2 Juil - 8:50

» "stupéfiants"
par ivo Sam 1 Juil - 9:45

» No Futur - l'espace au 21° siecle
par ivo Sam 1 Juil - 9:17

» salaires
par ivo Sam 1 Juil - 9:04

» No Futur - la terre au 21° siecle
par ivo Sam 1 Juil - 8:58

» RDC >>>
par ivo Sam 1 Juil - 8:55

» Iran >>>
par ivo Sam 1 Juil - 8:36

» médias ? quels médias ??
par ivo Sam 1 Juil - 8:19

Sur les rives du Jourdain

Page 5 sur 9 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Sur les rives du Jourdain

Message  ivo le Dim 3 Mar - 9:50

Le « Masque de fer » d'Israël
Dans la cellule 15 de la prison Ayalon, près de Tel-Aviv, la plus célèbre d'Israël, il est impossible de se suicider. Bardée de caméras, elle a été conçue pour empêcher les détenus «importants» de se donner la mort. Yigal Amir, l'assassin d'Yitzhak Rabin, y a séjourné plusieurs années. Pourtant, en décembre 2010, un certain «M. X» est retrouvé pendu. Aussitôt, c'est la panique. Des agents d'un «service de sécurité» se précipitent dans la cellule. Pendant plusieurs heures, ils interdisent au personnel médical et pénitentiaire de s'approcher du corps pour mieux faire le «ménage». Puis plus rien. Depuis dix mois, ce prisonnier était maintenu dans l'anonymat.
>>>
http://www.marianne.net/Le-Masque-de-fer-d-Israel_a226806.html
avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur les rives du Jourdain

Message  ivo le Mar 5 Mar - 9:24

Israel: Palestiniens et colons israéliens dans des bus séparés
http://www.rfi.fr/moyen-orient/20130304-israel-palestiniens-colons-israeliens-bus-separes
Depuis ce lundi 4 mars, les autorités israéliennes ont mis en place des bus réservés aux Palestiniens pour les transporter depuis la Cisjordanie jusqu’à leur lieu de travail, en Israël. Les Palestiniens éviteront ainsi de croiser des colons dans les transports en communs. Une mesure à forte résonance symbolique, mais les autorités israéliennes assurent qu’il s’agit d’améliorer le confort des passagers palestiniens.

Avec notre correspondantes à Jérusalem, Perrine Mouterde

Deux bus d'une compagnie israélienne partiront chaque matin du barrage d'Eryal, près du poste frontière de Qalandiya, en Cisjordanie. Des bus que les Palestiniens qui travaillent en Israël sont désormais fortement incités à emprunter. Plutôt que les autres véhicules, à bord desquels montent aussi des colons israéliens.

C'est d'ailleurs sous la pression de ces derniers que la mesure a été adoptée. Selon une source officielle israélienne, beaucoup se sont plaints de la présence dans leur bus de Palestiniens, dont ils considèrent qu’ils représenteraient une menace pour leur sécurité.
Les autorités israéliennes nient toutefois toute volonté de ségrégation.


Accusations de ségrégationnisme

Le ministre des Transports a répété que personne ne pouvait empêcher quiconque de monter dans un véhicule. Mais il a expliqué que les transports en commun étaient surchargés sur cette ligne et que les tensions sont fortes entre Palestiniens et colons. Selon lui, ce serait donc pour améliorer le confort des Palestiniens que ces nouveaux bus ont été mis en place.

Des défenseurs des droits de l'homme dénoncent, eux, une mesure raciste. Ces dernières années, des organisations ont recensé plusieurs incidents au cours desquels des policiers israéliens ont contraint des passagers palestiniens à descendre d'un véhicule.
avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur les rives du Jourdain

Message  ivo le Mer 6 Mar - 20:39

L'Unicef accuse Israël de maltraiter les mineurs palestiniens détenus de façon "systématique"
fr info
Le Fonds des Nations unies pour l'enfance rapporte ce mercredi que les mineurs palestiniens en détention militaire sont mal traités. Un "mauvais traitement" qui est "répandu, systématique et institutionnalisé".

Le "mauvais traitement" des enfants palestiniens est "systématique" dans les prisons israéliennes, affirme un rapport de l'Unicef. Ce mercredi, le Fonds des Nations unies pour l'enfance, dévoile sur plusieurs pages, comment l'armée et la police israéliennes traitent les mineurs palestiniens qu'elles arrêtent. Ils sont environ 700 par an selon l'Unicef, âgés de 12 à 17 ans.

>>> Retrouvez ici le rapport de l'Unicef (anglais)
http://www.unicef.org/oPt/UNICEF_oPt_Children_in_Israeli_Military_Detention_Observations_and_Recommendations_-_6_March_2013.pdf

"Dans aucun autre pays les enfants ne sont systématiquement jugés par des tribunaux militaires pour mineurs qui, par définition, ne fournissent pas les garanties nécessaires au respect de leurs droits" (rapport de l'Unicef)

Selon l'Unicef, ce sont des garçons qui sont en grande majorité arrêtés, interrogés et détenus par l'armée, la police ou les agents de sécurité israéliens.

Les mauvais traitements comprennent "l'arrestation d'enfants chez eux entre minuit et 05H00 par des soldats lourdement armés, le fait de bander les yeux des enfants et de leur lier les mains par des attaches en plastique".

Le rapport cite également "les aveux forcés, l'absence d'accès à un avocat ou à des membres de la famille pendant l'interrogatoire". Ces pratiques "violent le droit international" selon l'Unicef.

Emprisonnés pour des jets de pierres

Les enfants sont jugés par des tribunaux militaires "systématiquement" écrit le rapport, ce qui ne garantie pas le "respect de leurs droits".

Ils sont en général arrêtés et poursuivis pour "jet de pierre" Lorsque les mineurs ont 13 ans ou moins, ils peuvent être emprisonnés jusqu'à six mois. A partir de 14 ans, ils encourent jusqu'à 10 ans de prison, voir 20 ans si ils ont ciblé des véhicules en mouvement.

Recommandations de l'Unicef

L'Unicef demande à Israël de limiter au strict nécessaire les arrestations nocturnes des mineurs et de ne pas attacher les enfants.

Elle recommande également que les familles des enfants arrêtés soient prévenues des motifs de la détention ainsi que de leurs droits dans leur langue.

Enfin, les forces de l'ordre israéliennes doivent également essayer de faciliter et d'accélérer l'accès des mineurs à un avocat.
Israël doit, selon l'agence de l'ONU, "faire de l'intérêt de l'enfant une considération primordiale".
avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur les rives du Jourdain

Message  ivo le Lun 6 Mai - 8:52

Raids israéliens contre la Syrie, demain l'Iran?
http://www.marianne.net/Raids-israeliens-contre-la-Syrie-demain-l-Iran_a228673.html
Israël a mené deux raids en territoire syrien, en 48 heures, contre des convois et des bases d'armes en provenance d'Iran et destinées au Hezbollah. Des opérations totalement approuvées par Barack Obama au nom "du droit d'Israël à se défendre".

Les responsables de Tsahal, l'armée israélienne, ne s'en sont pas cachés. Les journalistes américains, espagnols, belges et français notamment ont été informés samedi et dimanche par les canaux de la communication officielle de l'Etat hébreu des raids menés en territoire syrien.

Vendredi, c'est un convoi transportant des armes qui été bombardé, dimanche, très tôt, un hangar au nord de Damas où étaient stockés des missiles de type Fateh-110. De source israélienne, ces missiles iraniens ont une portée de 300 kilomètres. Les armes transitaient par la Syrie pour être livrées au Hezbollah affirme Israël.

La base détruite ce dimanche 5 mai, près d'un aéroport, venait de recevoir cet armement placé sous la protection " des Gardiens iraniens de la Révolution", toujours d'après Tsahal.

Cette même base avait déjà été bombardée par Israël en janvier mais Damas avait gardé un silence complet sur l'opération. Tel-Aviv, de son côté, n'avait ni infirmé ni confirmé.
avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur les rives du Jourdain

Message  ivo le Mer 15 Mai - 9:24

Adoption d'un budget d'austérité en Israël
http://www.rfi.fr/moyen-orient/20130514-israel-budget-lapid-defense-Netanyahu-polemique
En Israël, après des heures de négociations, le gouvernement s'est finalement mis d'accord, ce mardi 14 mai au matin, sur un budget d'austérité pour la période 2013-2014.Tous les ministères sont concernés. Chacun verra ses crédits amputés de 2 %. Le très stratégique secteur de la Défense n'échappe pas à la règle, mais en ce qui le concerne, les coupes seront moins drastiques que ce qui était prévu au départ par le ministère des Finances.

Avec notre correspondant à Jérusalem, Nicolas Falez

Le budget 2013-2014 a été voté ce matin à l’issue d’âpres négociations. Et sans surprise, il s'agit d'un budget d'austérité, y compris pour la Défense, qui voit son budget diminuer de 2 % cette année. Et de 3 % l’année prochaine. Le Premier ministre Netanyahu est toutefois intervenu pour que la cure d’amaigrissement de l’armée soit moins sévère que dans le projet initial du ministère des Finances.

L’impôt sur les sociétés va augmenter, ainsi que la TVA. L’objectif est de ramener le déficit budgétaire du pays à 3 % du PIB en 2014.

Avant même l’adoption de la loi de Finances, les mesures envisagées ont poussé plus de 10 000 Israéliens dans les rues du pays, samedi 11 mai au soir. Un avertissement pour le ministre des Finances, Yair Lapid, dont le parti centriste promettait de s’adresser aux classes moyennes. Celles-là mêmes qui avaient défilé en masse il y a deux ans lors du mouvement des « indignés » israéliens.

Yair Lapid est sous le feu des critiques. Ainsi que Benyamin Netanyahu dont une dépense de voyage a fait couler beaucoup d’encre ces derniers jours : l’aménagement d’un lit deux places dans l’avion qui emmenait le Premier ministre à Londres le mois dernier. Coût de l’installation : 100 000 euros.
avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur les rives du Jourdain

Message  ivo le Sam 5 Oct - 9:24

Israël s'insurge contre une résolution du Conseil de l'Europe sur la circoncision
http://www.rfi.fr/moyen-orient/20131004-israel-resolution-conseil-europe-circoncision
Israël réclame l'annulation immédiate d'une résolution du Conseil de l'Europe sur la circoncision, une pratique qualifiée «d'atteinte à l'intégrité physique des enfants». Les autorités israéliennes estiment qu'un tel jugement alimente les tendances racistes et haineuses en Europe.

Avec notre correspondante à Jérusalem, Murielle Paradon

« C'est une atteinte intolérable à une tradition religieuse respectable et ancienne », selon les autorités israéliennes. « Toute comparaison avec la mutilation génitale féminine est au mieux le signe d'une ignorance consternante, au pire de la diffamation et de la haine antireligieuse. »

Des propos très durs pour condamner une résolution du Conseil de l'Europe passée inaperçue, en début de semaine. L'organisation de défense des droits de l'homme s'était dite particulièrement préoccupée par certaines atteintes à l'intégrité physique des enfants comme, entre autres, la circoncision de jeunes garçons pour des motifs religieux.

S'appuyant sur un rapport d'une parlementaire allemande, le Conseil de l'Europe invitait les Etats à définir clairement des conditions médicales et sanitaires entourant ce genre de pratique et à adopter des dispositions juridiques pour qu'elle ne soit pas réalisée avant qu'un enfant soit en âge d'être consulté.

Or, la circoncision est en général pratiquée dans les jours suivants la naissance, que ce soit chez les juifs ou les musulmans.
avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur les rives du Jourdain

Message  ivo le Lun 7 Oct - 9:40

L’histoire oubliée de Mordechai Vanunu, lanceur d’alerte israélien kidnappé par le Mossad
Libéré sur parole en 2004, Mordechai Vanunu a croupi seize ans dans une cellule de confinement israélienne. En 1986, quand ce technicien nucléaire israélien révèle au monde l’existence d’un programme d’armement nucléaire tenu secret par l’Etat hébreu, le terme « lanceur d’alerte » n’existait pas.
>>>
http://www.rue89.com/2013/10/06/lhistoire-oubliee-mordechai-vanunu-lanceur-dalerte-israelien-kidnappe-mossad-246318
avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur les rives du Jourdain

Message  ivo le Jeu 10 Oct - 10:20

Quand les soldats israéliens se racontent dans «Le livre noir de l'occupation»
http://www.rfi.fr/moyen-orient/20131009-le-service-militaire-israel-apres-palestine-territoires-occupation-breaking-the-silence
En Israël, certains soldats ont décidé de sortir de leur silence. Ils sont environ un millier à s’être confiés à l’association israélienne Breaking the Silence, pour raconter leurs services dans les Territoires palestiniens occupés. Ces soldats parlent de leur culpabilité, de leur honte et de leur comportement parfois intolérable envers les Palestiniens. Leurs témoignages sont regroupés dans un livre qui sort ce mercredi 9 octobre en français et intitulé Le livre noir de l’occupation israélienne.

Avec notre correspondante à Ramallah, Emilie Baujard

Les témoignages émanent de toutes les unités, du simple soldat au commandant de brigade, en passant par des réservistes. Tous décrivent la même chose : il faut contrôler les Palestiniens. Et pour cela il faut « marquer sa présence », un jargon militaire expliqué par Yehuda Shaul, le directeur de l’association Breaking the Silence :

« Vous êtes quatre soldats à un checkpoint, il y a une centaine de Palestiniens qui attendent pour passer. La seule façon pour vous de vous faire respecter c’est que ces personnes aient peur de vous. Alors vous attrapez la 50e personne dans la queue et vous la frappez. Vous demandez à quelqu’un sa carte d’identité et ce quelqu’un sourit un peu trop, alors vous le laissez au soleil pendant 8 heures. Et il va comprendre qui est le boss. »

Le livre montre aussi un visage encore plus sombre de l’occupation israélienne. Des Palestiniens utilisés comme bouclier humain, des destructions arbitraires de maisons palestiniennes. Des actions considérées comme des crimes de guerre au regard du droit international. Et des actions que Gail, qui a servi à Hébron il y a 10 ans, a voulu dénoncer en témoignant :

« C’est de mon devoir de dire ce qu’il se passe. La société israélienne m’envoie ici faire mon devoir, pour la protéger. Mais elle ne sait pas comment je le fais. Donc je dois lui ouvrir les yeux. Car pour la société, il n’y pas d’occupation, les soldats sont juste là pour maintenir la sécurité. Mais vous êtes sûrs que c’est pour maintenir la sécurité ? la sécurité de qui ? »

Mais pour l’instant, en Israël, ceux qui ont osé briser le silence sont accusés d’être des traîtres et des menteurs.
wahoo ... 'z'ont eu le sens de l'humour en plus sur ce coup .... ça doit leur peser ....
Le Livre noir
http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Livre_noir
et d'autres.
avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur les rives du Jourdain

Message  ivo le Jeu 12 Déc - 8:52

ISRAËL - Quelque chose de pourri chez les Nétanyahou
http://www.courrierinternational.com/article/2013/12/11/quelque-chose-de-pourri-chez-les-netanyahou
Coup de colère de l'écrivain israélien Yigal Sarna contre le train de vie extravagant du Premier ministre Benyamin Nétanyahou et de son épouse, alors que la crise économique secoue toute la société.

Quelque chose d'étrange et de mystérieux est en train de se passer dans les résidences du couple Nétanyahou. Quelque chose de sombre. Quelque chose qu'il est temps de dévoiler.

L'accord secret qui aurait été établi par l'avocat Yaakov Neeman après l'affaire de la "cassette torride" [dans les années 90, Benyamin Nétanyahou a avoué publiquement avoir eu une relation extraconjugale] et dans lequel seraient énoncées les conditions exigées par Sara Netanyahou pour ne pas quitter son mari, doit être rendu public. Peut-être cela nous aidera-t-il à comprendre les folles dépenses du couple, ces sommes exorbitantes qui rappellent le train de vie extravagant du couple Ceausescu.

Pourquoi M. et Mme Nétanyahou disposent-ils de trois immenses et luxueuses résidences à la charge du contribuable, alors que le reste des Israéliens ploient sous le fardeau du crédit de leur petit appartement, peinent à payer leur location ou sont carrément sans abri ? Pourquoi faut-il inscrire ces résidences au budget de l'Etat ? Pourquoi faut-il financer l'entretien de la villa personnelle de Césarée où le couple passe ses week-ends et où un employé travaille huit heures par jour, six jours par semaine ? Où les Netanyahou puisent-ils l'ignoble insolence avec laquelle ils paient leurs factures de fleurs, crèmes glacées, laverie automatique et eau pour leur piscine ?


Plus la classe moyenne s'appauvrit, plus les petites gens doivent mener deux emplois de front pour rester pauvres, plus les établissements ferment et les services sociaux déclinent, plus les privatisations et licenciements se multiplient, plus les gens sont écrasés, plus les pensions sont réduites, plus le nombre de travailleurs sociaux diminue, plus la TVA augmente, plus les salaires des enseignants contractuels sont amputés, plus les couloirs des hôpitaux sont remplis de malades, plus on nous demande de nous serrer la ceinture, plus nos enfants sont tenus de donner gratuitement trois ans de leur vie, plus les personnes âgées vivent de peu et les survivants de l'Holocauste de dons - et plus la famille Nétanyahou prend du poids et gonfle tel un énorme gâteau.

L'unique achat du couple que j'approuve est celui des bougies parfumées. Seule une forte odeur de cire peut couvrir une telle puanteur. Ça suffit !

YEDIOT | YIGAL SARNA
avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur les rives du Jourdain

Message  ivo le Jeu 12 Déc - 9:10

ISRAËL - Comment le Mossad recrute ses agents secrets
Les méthodes de sélection pointilleuses des candidats de l'agence israélienne de renseignements n'ont pas empêché quelques échecs. Certains agents recrutés se sont avérés problématiques. Une passionnante enquête du Jerusalem Post
.
>>>
http://www.courrierinternational.com/article/2013/12/12/comment-le-mossad-recrute-ses-agents-secrets?page=all
avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur les rives du Jourdain

Message  ivo le Lun 16 Déc - 9:55


D’anciens soldats israéliens parlent : « Il frappe un Arabe et je ne fais rien »
http://www.rue89.com/2013/12/15/danciens-soldats-israeliens-parlent-frappe-arabe-fais-rien-241316
Une association israélienne recueille et publie des témoignages de soldats qui dénoncent « l’occupation » dans les Territoires. Les textes, parfois violents, sont percutants. Rue89 en publie quatre.

Aux checkpoints israéliens, beaucoup de soldats ont encore des visages d’enfants et portent en bandoulière des armes bien plus grandes qu’eux. En Israël, le service militaire est obligatoire dès la majorité : il dure minimum 22 mois pour les filles, trois ans pour les garçons. Ça représente beaucoup de temps quand on a 20 ans.

Yehuda Shaul était l’un d’entre eux, entre 2001 et 2004. Après des études dans le lycée talmudique d’une colonie juive de Cisjordanie, il a servi trois ans dans le 50e bataillon de la Brigade Nahal.

Choqué par ce qu’il a vécu, il a fondé « Breaking the silence » (briser le silence) : l’association israélienne recueille et publie des témoignages de soldats, officiers et sous-officiers de Tsahal.

Des centaines de récits, collectés et vérifiés par l’ONG, qui dénoncent « l’occupation » et décrivent les actions de l’armée dans les Territoires, depuis la Seconde Intifada (2000).

Un recueil de témoignages bruts, traduits en français, vient de paraître sous le titre « Le Livre noir de l’occupation israélienne » (Ed. Autrement, octobre 2013).

« Hé, les gars, il y a une occupation »

Les briseurs de silence disent vouloir montrer la vérité, faire du bruit pour lutter contre l’occupation. « On dit, “hé les gars il y a une occupation, regardez ce qu’on est en train de faire” », explique Yehuda Shaul sur France 24.

Destructions arbitraires de maisons palestiniennes, arrestations, violences, humiliations... les témoignages, bien que non exhaustifs, sont éclairants sur le mode opératoire de l’armée dans les Territoires. Le tout empreint de violence faite, vue ou ressentie.

Il y a par exemple ce soldat à Ramallah, en 2002, qui se souvient s’être mis à « casser des trucs », dans un immeuble de la logistique palestinienne :

« Je me suis senti, moi et quelques autres, dans un moment de frénésie, à casser des tables, des portes, à jeter des tas et des tas de papiers dans chaque pièce, des trucs comme ça. La folie intérieure se libère, juste parce que tu peux, je dirais. » (p.125)

Il y a aussi dans ces récits des coups, des pierres, du sang, des morts.

« J’ai commencé à mettre les choses en doute »

Mais ce qui est précieux et rare, dans tous ces témoignages, c’est de découvrir le regard des soldats sur leurs propres actions et sur ce qui les dépasse. L’une a été marquée par Moussa, un civil palestinien de 22 ans, avec qui elle a discuté plusieurs fois sur le pont Allenby.

« Il m’a regardé dans les yeux et il m’a dit : “Je vis dans une prison, je ne peux pas aller à la mer, je veux aller à Tel Aviv, acheter des choses pour ma femme.” Et ça te ronge de l’intérieur. Des mots pareils, une situation pareille, tu commences à changer de point de vue.

C’est-à-dire, quand je suis arrivée, je me suis engagée dans l’armée très... je ne sais pas si on peut dire de droite, mais très motivée... je voulais tout faire pour... Et ton service sème le doute, avec ce que j’ai vécu, j’ai commencé à mettre les choses en doute. » (p.212-213)

D’autres récits parlent de culpabilité – « j’ai honte » – ou d’humanité. Plusieurs soldats disent aussi que les souvenirs les relancent sans cesse.

Rue89 a sélectionné et publie quatre témoignages, extraits du « Livre noir de l’occupation israélienne », avec l’aimable autorisation des éditions Autrement.

1
« J’ai juste fait du mal à quelqu’un. Et ça ne va pas »
Bataillon Lavi, dans les collines d’Hébron Sud, en 2003.
« Il y a eu un incident dont je pense que c’est le plus... c’est le truc que je regrette le plus. C’est la pire chose que j’ai faite pendant tout mon service dans les Territoires.

Il y avait ce type qui venait de Yatta et qui voulait passer un barrage. Il se rendait de Yatta à Hébron, à la laiterie. Il y avait un camion plein de récipients pour le lait. Je crois qu’il y avait un couvre-feu à Hébron à ce moment-là. Bref, il n’avait pas le droit de passer. Je l’ai attrapé au moment où il franchissait le barrage, c’était la troisième fois de la semaine que j’attrapais le même type – dans des circonstances différentes, mais le même type, plus ou moins au même endroit.

J’ai un peu pété les plombs, parce que je l’ai fait sortir... je lui ai dit de descendre du véhicule et tout, mais il s’est mis à protester et à crier, alors j’ai tout de suite fait deux choses : j’ai sorti les menottes et le bandeau. Je suis monté dans la jeep et je l’a amené à la porte. Il était, je ne sais pas, 10 heures du matin, quelque chose comme ça... et je l’ai relâché entre 11 heures et 1 heure du matin.

C’est-à-dire, c’était l’été... c’est-à-dire, toute la journée. Il avait genre 2 000 litres de lait avec lui et tout a tourné. Ça a duré toute la journée, il est resté à la porte avec les yeux bandés et les mains attachées.

Quand j’y repense maintenant, j’ai honte pour deux raisons. Premièrement, pour la manière dont j’ai traité un autre être humain. Attraper un homme et prendre le contrôle de sa vie comme ça ? [...] Je l’ai emmené comme un prisonnier, attaché. Et personne d’autre n’était responsable de ça. Ce n’est pas comme si j’avais reçu des ordres, vous voyez ? Non, c’est ce que j’ai décidé de faire. Et c’était acceptable. Du point de vue de tous mes supérieurs, il n’y avait pas de problème.

OK, tu as arrêté quelqu’un, voilà comment tu as traité un autre être humain, mais le fait est qu’il y avait aussi des biens, c’est-à-dire du lait. Quelque chose qui avait une valeur financière a été perdu. [...]

Ce n’est pas un terroriste, il n’était pas recherché, il ne s’en est pas pris à moi, il ne m’a pas menacé avec une arme. C’est un type normal. Quelle était l’utilité de ce que j’ai fait ? Aucune. Est-ce que ça a contribué à la sécurité de l’Etat ? Non. J’ai juste fait du mal à quelqu’un. Et ça ne va pas. »

2
« Ça fait partie des choses que tu peux faire »
Brigade Nahal, à Hébron, en 2002.
« Il y a cette maison qu’on a investie à Hébron... on l’a prise. Vous connaissez la procédure : la famille descend d’un étage. Qu’est-ce qu’on a fait ? On était... au troisième étage, les gars ont installé un tuyau pour pouvoir pisser dehors. Ils ont mis le tuyau, on l’a installé exactement de manière à ce que la pisse coule dans la cour de la maison en dessous de nous. Il y avait quelques poulaillers, ça coulait dessus. Tous les jours, c’était la blague, attendre que le père ou l’un des gamins aille au poulailler et tout le monde se mettait à pisser. Ou bien je me rappelle un ami qui aimait se laver les dents et la bouche avec le bidon puis attendre que quelqu’un passe en bas pour leur cracher dessus.

Ça fait partie de...

Ça fait partie des choses que tu peux faire, ouais, tu peux faire ça. Personne ne t’en empêchera, pas même les gradés sur le terrain, parce que en général ils font partie du consensus, pas des exceptions. C’est un truc qu’on peut faire. Tu peux, à toi de décider si tu le fais ou pas. Il n’y a pas de juge, de jugement. Personne ne te jugera pour ça. »

3
« Tu as envie de le tuer mais il pleure »
Brigade Nahal, à Hébron, en 2009.
« Une fois, on a fait une arrestation. Ils jetaient des pierres place Gross, on a été alertés et ce gamin est apparu. [...]

Quel âge avait le garçon ?

15 ans, il s’appelait Daoud. Donc on l’a arrêté. On est descendus de notre véhicule, on lui a couru après, il était complètement sous le choc. On l’a emmené à Gross, du côté juif, et il s’est mis à pleurer, à hurler en se roulant par terre, tout plein de sueur et de larmes. On ne pouvait rien faire de lui, d’un coup on se retrouvait avec un gamin en pleurs sur les bras, alors que quelques secondes plus tôt il jetait des tuiles à Gross, tu meurs d’envie de le réduire en bouillie, on t’a appelé dans cette chaleur démentielle. Tu as envie de le tuer mais il pleure.

Comme on ne savait pas quoi faire, on l’a gardé à tour de rôle parce que tout le monde craquait quand on restait avec lui, alors on tentait quelque chose puis on partait. A un moment, j’étais avec lui, j’essayais de le calmer parce qu’il était attaché, les yeux bandés, il pleurait, ça lui coulait sur le visage. J’ai commencé à le secouer : “Tais-toi, tais-toi, ça suffit maintenant !” Puis on l’a emmené au poste de police, il pleurait encore et les flics ne voulaient pas l’interroger. Ils ne voulaient pas de lui, c’était tellement agaçant, absurde. Au milieu de toute cette pagaille, alors qu’il se roule par terre, le type des communications sort son Motorola. [...] Boum, un coup sur la tête. Il ne voulait pas lui faire de mal. C’était juste après deux heures de pleurs insupportables.

[...] Je me rappelle, on les détestait. Je les détestais. J’étais tellement raciste, là-bas, j’étais en colère contre leur saleté, leur misère, toute la putain de cette situation [...] On a fini par le détacher parce qu’il pleurait, il nous suppliait. Il criait, il était trempé de sueur, de morve, de larmes. Tu ne sais plus quoi faire. On l’a secoué par désespoir. Ce n’était pas particulièrement violent. Je pense qu’on s’est même mis à rire, même maintenant quand j’y repense, dans cette situation tu es complètement perdu. »

4
« Il frappe un Arabe et je ne fais rien »
Unité Nahal, à Hébron, en 2009.
« Les gars de l’équipe de commandement avancé... nous disaient tout le temps qu’ils frappaient des Arabes pour rire. En patrouille... ils les frappent tout le temps, mais il y a eu une fois en particulier...

Un jour, on a reçu une alerte. [...] On s’est rendus au checkpoint de la pharmacie. Il y avait deux ou trois gamins qui refusaient de passer par le détecteur de métaux. On a arrêté la jeep, il est descendu et a emmené un garçon dans une ruelle. [...]

Il... Je le vois comme dans un film. Il s’est mis face au gamin, qui était tout près du mur, il s’est mis face à lui, l’a regardé une seconde puis il l’a étranglé avec le... il l’a tenu comme ça avec son coude. [...]


Il l’a étranglé contre le mur. Le gamin s’est enragé, le commandant lui hurlait dessus, en hébreu, pas en arabe. Puis il l’a relâché. Le gamin a levé les mains pour s’essuyer les yeux, et le commandant l’a frappé. Le gamin a laissé retomber ses bras, il a arrêté de se frotter les yeux. Il a gardé les mains le long du corps, puis les gifles ont commencé. De plus en plus. Des coups. Et des cris.

Le gamin s’est mis à hurler, ça faisait peur, les gens se sont mis à contourner le checkpoint pour regarder dans la ruelle. Je me rappelle que le commandant est sorti en disant : “C’est bon, tout va bien.” Il a crié au gamin : “Bouge pas, reste là.” Il est sorti en disant que tout allait bien, il a appelé le commandant d’escouade du checkpoint, il s’est mis face au gamin et il a dit : “Voilà comment on s’occupe d’eux.” Puis il a encore donné deux claques au gamin et l’a laissé partir.

C’est une histoire folle, je me rappelle que je suis resté dans le véhicule, à regarder, et que je me suis dit : j’ai attendu une situation comme celle-là pendant trois ans. Depuis le jour où je me suis engagé, je voulais empêcher ce genre de chose, et voilà que je ne fais rien, que je choisis de ne rien faire.

Est-ce que c’est acceptable ? Je me rappelle que je me suis répondu : oui, c’est acceptable. Il frappe un Arabe et je ne fais rien. J’avais vraiment conscience de ne rien faire parce que j’avais peur du commandant, et puis qu’est-ce que je pouvais faire ? Sauter de la jeep et lui dire d’arrêter, parce que ce qu’il faisait était stupide ? »
avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur les rives du Jourdain

Message  ivo le Sam 11 Jan - 9:07

Israël: des centaines de nouveaux logements dans les colonies

Un ouvrier palestinien travaille sur le chantier d'une colonie juive près de Jérusalem.
Le gouvernement israélien a donné son feu vert, ce vendredi 10 janvier, à la construction de 1 400 nouveaux logements dans les colonies de Cisjordanie et de Jérusalem-Est. Une annonce qui a tout de suite provoqué de vives réactions dans les Territoires palestiniens.
>>>
http://www.rfi.fr/moyen-orient/20140110-feu-vert-gouvernement-israelien-construction-1400-nouveaux-logements-colonies
avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur les rives du Jourdain

Message  ivo le Dim 12 Jan - 9:49

Mort d'Ariel Sharon, guerrier et politique
http://www.rfi.fr/moyen-orient/20140102-ariel-sharon-mort-israel-guerrier-politique
Militaire puis homme politique, Ariel Sharon fut l’une des principales figures de la droite israélienne. Ce farouche partisan de la colonisation était Premier ministre lors de sa brutale plongée dans le coma en 2006. Il s'est éteint ce samedi 11 janvier 2014, selon des informations de la radio militaire israélienne. Il avait 85 ans. Alors que Benyamin Netanyahu a affirmé que «sa mémoire serait à jamais dans le cœur» de la nation israélienne, le porte-parole du Fatah palestinien a parlé «d'un criminel ayant échappé à la justice internationale». François Hollande a, pour sa part, salué «un acteur majeur» de l'histoire de son pays.

Ariel Sharon était un « sabra », ce terme par lequel les Israéliens désignent leurs compatriotes nés en « Terre Promise » et non en diaspora. En 1928, la Palestine est régie par le mandat britannique, lorsqu’Ariel Sharon voit le jour dans le village agricole de Kfar Malal. Celui qui s’appelle encore Ariel Sheinerman est issu d’une famille juive venue de Biélorussie.

Jeune homme, il s’engage dans la Haganah, un groupe armé juif clandestin. Il combat en 1948, lors de la Première Guerre israélo-arabe et sera blessé lors de la bataille de Latrun, un point stratégique sur la route entre Jérusalem et Tel-Aviv. Dès cette époque, il commence à se forger une réputation de soldat particulièrement téméraire.

En 1953, Ariel Sharon crée et commande la tristement célèbre « Unité 101 » chargée de mener des opérations de représailles après des attaques ayant visé des citoyens israéliens. Représailles qui firent des victimes civiles, comme dans le village palestinien de Qibyah (aujourd’hui en Cisjordanie), où plus de 70 personnes en majorité des femmes et des enfants furent tués lors d’une opération menée par l’Unité 101 en octobre 1953. La version officielle israélienne relate que les habitants se sont cachés chez eux et que les soldats on fait exploser des maisons qu’ils croyaient vides.

Avec l’opération de Suez (une attaque contre l’Egypte coordonnée par la France, la Grande-Bretagne et Israël) en 1956, Ariel Sharon se montre peu respectueux des ordres de ses supérieurs. Il sera critiqué pour ses choix stratégiques dans la bataille du Mitlé, dans le Sinaï, qui coûta la vie à de nombreux parachutistes israéliens.

Homme de droite et partisan de la colonisation

L’homme gravit les échelons et c’est en général qu’il participe à la Guerre des Six-Jours en 1967. Sharon combat une nouvelle fois l’armée égyptienne dans le Sinaï. Nouvelle victoire de l’Etat hébreu qui occupe désormais la Cisjordanie, la Bande de Gaza, Jérusalem-Est et le Plateau du Golan. Le général Sharon quitte l’armée en 1973 mais doit bientôt reprendre l’uniforme, pour cause de Guerre du Kippour.

C’est l’époque de son entrée dans la vie politique, à droite de l’échiquier politique israélien. Il fonde son propre parti, Shlomzion, qui fusionnera ensuite avec le Likoud, dirigé par Menahem Begin. En 1977, Israël porte pour la première fois un gouvernement de droite à sa tête. La colonisation de la Cisjordanie et de Gaza s’intensifie, Sharon en est l’un des partisans.

Sabra et Chatila

D’abord ministre de l’Agriculture du gouvernement Begin, Ariel Sharon est ensuite nommé à la Défense. En 1982, l’Etat hébreu lance une opération militaire au Liban pour en chasser l’OLP de Yasser Arafat. Après les massacres des réfugiés palestiniens des camps de Sabra et Chatila par les milices chrétiennes libanaises alliées de l’Etat hébreu, une commission d’enquête israélienne se penche sur les évènements et conclut à la « responsabilité indirecte » d’Ariel Sharon. Il démissionne en février 1983. Mais par la suite, rien ne l’empêcha d’occuper plusieurs fonctions ministérielles dans les années 80 et 90.

La Seconde Intifada

En 1999, Ariel Sharon est élu à la tête du Likoud alors dans l’opposition. L’année suivante il visite l’Esplanade des Mosquées (le Mont du Temple, pour les juifs) à Jérusalem, un acte généralement considéré comme le point de départ de la Seconde Intifada. En effet, le chef de la droite se rend sous escorte en ce lieu saint pour les musulmans comme pour les juifs mais où très peu d’Israéliens s’aventurent depuis la conquête de Jérusalem-Est en 1967. La visite d’Ariel Sharon est vécue comme une provocation, elle entraîne des manifestations de colère. Réprimées par l’armée israélienne, les émeutes font des victimes et déclenchent l’engrenage de la violence dans une région sans perspective depuis l’échec des négociations de Camp David de l’été précédent.

Le retrait de Gaza, Kadima et le coma

Les violences de la seconde Intifada font chuter le gouvernement d’Ehud Barak et portent Ariel Sharon à la tête du gouvernement à l’issue des élections anticipées de 2001. Il mène alors une politique de réponse militaire aux attentats suicide (l’opération Rempart défensif dans les villes palestiniennes après l’attentat de Netanya en 2002) et de mise à l’écart du Président palestinien Yasser Arafat, assiégé dans son complexe présidentiel de la Mouqataa à Ramallah.

En 2005, le même Ariel Sharon lance une double initiative qui déconcerte nombre de ses partisans au sein de la droite nationaliste : il annonce le retrait unilatéral des colons et des soldats israéliens de la bande de Gaza et – dans le même temps – crée un nouveau parti centriste, Kadima (« en avant » en hébreu).

Le retrait a lieu à l’été 2005, 8.000 colons quittent Gaza, parfois emmenés de force par des soldats israéliens. Quatre colonies isolées du nord de la Cisjordanie sont également évacuées. Dans les mois qui suivent, Kadima prend forme autour de transfuges venus de la droite comme de la gauche israélienne. Des élections anticipées doivent avoir lieu mais Ariel Sharon ne mènera pas ce dernier combat: victime d’une première attaque cérébrale en décembre puis d’une seconde le 4 janvier 2006, il tombe dans le coma. Il n’en est jamais sorti.

Quel héritage ?

Mais pendant 8 ans, Ariel Sharon respire toujours, sur son lit de l’Hopital Tel Hashomer, au nord de Tel-Aviv. Et Kadima, le parti qu’il avait fondé après le retrait de Gaza, remporte les élections de 2006, portant Ehud Olmert à la tête du gouvernement. En 2009, Kadima s’impose comme le premier parti en nombre de députés à la Knesset mais Tzipi Livni ne parvient pas à former de coalition et passera 4 ans dans l’opposition, avant de quitter le parti.

En 2013, Kadima s’effondre et n’obtient que deux sièges aux élections législatives. Plus généralement, beaucoup d’Israéliens ont aujourd’hui tourné le dos à l’idée « sharonienne » selon laquelle il est nécessaire pour Israël d’effectuer des retraits unilatéraux de certains territoires pour éviter de se le voir imposer dans une future négociation.

Parmi les héritiers politiques d’Ariel Sharon, l’ancien Premier ministre Ehud Olmert est aujourd’hui mis en cause dans plusieurs scandales politico-financiers, Quand à Tzipi Livni elle a fondé le parti HaTnua (« Le Mouvement ») qui a obtenu 6 députés aux législatives de janvier 2013.

Après la mort d'Ariel Sharon, réactions contrastées au Proche-Orient
Il reste celui qui a favorisé l’implantation de dizaines de milliers de colons israéliens en Cisjordanie et à Jérusalem-Est. Et même le retrait unilatéral des colons de Gaza en 2005 n’a jamais fait oublier à la population palestinienne son implication indirecte dans le massacre du camp de réfugiés palestiniens de Sabra et Chatila au Liban 1982. Alors ministre de la Défense, il est accusé d’avoir été au courant et de n’avoir rien fait pour empêcher ces massacres.

Et puis, enfin, pour les Palestiniens, Ariel Sharon reste celui qui a provoqué les violences qui ont mené à la seconde Intifada en 2000. Ariel Sharon s’était rendu sur l’Esplanade des mosquées à Jérusalem, un lieu réservé aux musulmans. Sa visite avait déclenché une vague de violences dans les territoires palestiniens.

La mort d’Ariel Sharon n’a suscité aucune réaction officielle ou commentaire de la part des hommes politiques, mais elle a été accueillie par des tirs de joie dans le camp d’Aïn el-Héloué, le plus grand rassemblement de réfugiés palestiniens au Liban, à 50 km au sud de Beyrouth.

Les principaux sites d’information du pays et ceux des grands journaux se sont contentés de rapporter la nouvelle en reprenant des dépêches des agences de presse. Les sites du Hezbollah, eux, ont mis en évidence « les crimes qu’il a commis tout au long de sa carrière ». Le site officiel du parti évoque un lourd registre criminel avec des milliers de victimes palestiniennes, libanaises et égyptiennes. « Le massacre de Sabra et Chatila est l’un des témoins de ses crimes », titre ainsi un article publié sur ce site.
>>>
http://www.rfi.fr/moyen-orient/20140111-ariel-sharon-palestine-israel-sabra-chatila
avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur les rives du Jourdain

Message  ivo le Jeu 16 Jan - 9:42

Israël: A Tel Aviv, manifestation de haine à l'encontre des immigrés africains
http://www.rfi.fr/afrique/20140116-israel-tel-aviv-manifestation-haine-encontre-immigres-africains
Les immigrés africains qui réclament le statut de demandeurs d’asile et la liberté de travailler ont repris leur mouvement. Plusieurs centaines de femmes ont manifesté hier mercredi 15 janvier devant l’ONU à Tel Aviv. Dans la soirée, c’est une contre-manifestation qui a eu lieu dans le centre ville. Environ 300 Israéliens ont protesté contre la présence de ces immigrés africains dans leur pays.

Avec notre correspondante à Tel Aviv, Murielle Paradon

Ils ne sont pas nombreux mais leurs propos sont haineux. Agitant des drapeaux israéliens, ils réclament le renvoi des immigrés africains chez eux. La plupart des manifestants sont d’extrême droite, comme ce vieil homme nommé Israël, qui veut préserver l’identité juive de son pays : « Il y a un complot pour supprimer l’identité juive d’Israël, s'indigne-t-il. Nous ne sommes pas un pays d’immigration, nous sommes un état nationaliste, tout le monde ne peut pas prétendre devenir Israélien ! ».

Les immigrés africains qui débarquent sans rien en Israël n’ont d’autre choix que de s’entasser dans les quartiers pauvres au sud de Tel Aviv. La cohabitation avec les habitants, eux aussi déshérités, est souvent difficile.

Accusés de tous les maux

Les immigrés sont alors accusés de tous les maux. « Les habitants du sud de Tel Aviv souffrent, ils vivent dans la terreur à cause de ces immigrés qui violent les femmes, qui volent les gens, affirme Lizzy, habitante de Tel Aviv. Ces immigrés ne sont pas des réfugiés, ce sont des travailleurs immigrés et ils sont violents ».

Le taux de criminalité chez les immigrés a certes augmenté en 2012, selon la police. Mais pour les associations de droits de l’homme, cette criminalité reste très marginale.

→ A (RE)LIRE : Immigrés Africains en Israël : la mobilisation continue
avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur les rives du Jourdain

Message  ivo le Mer 22 Jan - 9:09

Israël, apartheid et messianisme
http://www.monde-diplomatique.fr/2013/07/VIDAL/49344
Une provocation ? Shlomo Sand s’en défend. Après avoir expliqué « comment le peuple juif fut inventé » (Fayard, 2009), puis « comment la terre d’Israël fut inventée » (Flammarion, 2012), avec Comment j’ai cessé d’être juif (1) il récuse, en bonne logique, son appartenance à une « ethnie » dont il a montré combien elle était « fictive », mais surtout il refuse les privilèges que cette « élection » lui accorde.

Certes, les « Arabes israéliens » sont citoyens du même Etat que les « Juifs israéliens » : ils peuvent, eux aussi, voter et être élus. Mais, pour tout le reste, ou presque, leur citoyenneté est de seconde classe. « Si l’on est juif, écrit Sand, on peut acheter des terrains alors qu’un citoyen non juif n’aura pas le droit d’en acquérir. Si l’on est juif, même si l’on n’envisage de séjourner en Israël qu’à titre temporaire avec un hébreu balbutiant, on peut être gouverneur de la Banque d’Israël, banque centrale de l’Etat qui n’emploie aucun citoyen israélien arabe. Si l’on est juif, on peut être ministre des affaires étrangères et résider à titre permanent dans une colonie située à l’extérieur des frontières juridiques d’Israël, à côté de voisins palestiniens privés de tout droit civique. » Etc. D’où cette question : « Le statut du Juif en Israël ne ressemble-t-il pas à celui de l’Afrikaner dans l’Afrique du Sud d’avant 1994 ? »

La lecture d’Israël : le nouvel apartheid (2), de Michel Bôle-Richard, correspondant du Monde à Johannesburg de 1984 à 1990, puis à Jérusalem de 2006 à 2009, permet de mesurer combien, à maints égards, la comparaison est probante. Puisant dans ses années d’enquêtes, de reportages et d’interviews, Bôle-Richard évoque de façon très concrète la judaïsation de Jérusalem, les colons hystériques d’Hébron, le martyre de Gaza, le mur de séparation, les lois liberticides, mais aussi la lâcheté de la « communauté internationale », seule apte à ramener à la raison les fondamentalistes, qui se croient investis d’une mission divine.

Correspondant de France 2 à Jérusalem, Charles Enderlin analyse la montée de ce mouvement dans Au nom du Temple (3). Né au lendemain de la guerre des six jours, le Bloc de la foi (Goush Emounim) entend coloniser les territoires qu’Israël vient alors d’occuper, en premier lieu la Cisjordanie, baptisée Judée-Samarie, et Jérusalem-Est annexée, y compris l’esplanade des Mosquées, au nom d’une idéologie résumée par le fondateur de l’école religieuse qui l’a répandue, le rabbin Yehuda Hacohen Kook : « Nous devons rappeler au gouvernement et au peuple d’Israël qu’aucune concession n’est possible sur notre terre. »

La droite israélienne s’est appuyée sur ces fondamentalistes pour empêcher, puis saboter toute négociation avec l’Organisation de libération de la Palestine (OLP). De leur côté, sous l’aile de la droite et de l’extrême droite, les « fous de Dieu » ont investi l’Etat, son armée et plus généralement ses structures. A preuve le gouvernement issu des élections de février 2013 : entre la droitisation du Likoud et la percée de M. Naftali Bennett, jamais ces messianistes n’ont bénéficié de rapports de forces aussi favorables depuis 1967.
avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur les rives du Jourdain

Message  ivo le Mer 22 Jan - 10:08



Pitié pour les Palestiniens
http://www.courrierinternational.com/dessin/2014/01/21/pitie-pour-les-palestiniens
Samedi 18 janvier, de l'aide alimentaire est entrée à Yarmouk. Cela faisait six mois que les réfugiés Palestiniens qui vivent dans ce camp situé au sud de Damas, soumis à un blocus des forces pro-gouvernementales syriennes, étaient privés de nourriture. Plus de 40 personnes y seraient mortes de faim au cours des quatre derniers mois.

Yarmouk abritait quelque 170 000 habitants avant le début du conflit syrien, en mars 2011. Selon l'ONU, il reste au moins 18 000. Dans l'intervalle, des dizaines de milliers ont fui après que les groupes d'opposition armés sont entrés dans le camp et que les forces gouvernementales ont lancé une attaque. Des centaines d'autres sont morts.

Yarmouk, c'est "un camp sans espoir pour un peuple sans terre", écrit Robert Fisk dans The Independent. "Pitié pour les Palestiniens, ces éternels réfugiés, chassés de Palestine en 1947-48, de Jordanie en 1970-71, du Liban en 1982, du Koweit en 1991 et aujourd'hui de Syrie".
Dessin de Haddad paru dans Al-Hayat
avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur les rives du Jourdain

Message  ivo le Mer 29 Jan - 11:11

La liaison du fils de Nétanyahou avec une fille non juive scandalise l’extrême droite en Israël
En tant que premier ministre d’Israël et du peuple juif, il doit afficher une responsabilité nationale à travers les valeurs qu’il défend au sein de son propre foyer. Je parie que cela le peine. Chaque juif qui souhaite conserver ses racines veut voir son fils se marier avec une fille juive. Nous ne manquons pas de filles belles et accomplies pour avoir à semer dans le champ des autres.
>>>
http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2014/01/29/amour-la-liaison-du-fils-de-netanyahou-avec-une-fille-non-juive-scandalise-lextreme-droite-en-israel/
avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur les rives du Jourdain

Message  ivo le Ven 31 Jan - 9:51

Israël: prières devant le Mur des Lamentations contre le plan de paix de John Kerry
Des centaines de personnes se sont rassemblées au Mur des Lamentations à Jérusalem, ce jeudi après-midi, pour faire une prière contre les négociations de paix en cours avec les Palestiniens. Le rassemblement avait lieu à l’appel des partis nationalistes religieux, l’aile dure du gouvernement israélien.
>>>
http://www.rfi.fr/moyen-orient/20140130-israel-rassemblement-jerusalem-contre-le-plan-paix-john-kerry-mur-lamentations
avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur les rives du Jourdain

Message  ivo le Lun 3 Fév - 9:13

Israël: un nouveau scandale lié aux colonies israéliennes en Cisjordanie
Il s’agirait cette fois de malversations et de détournements de fonds. Une enquête est en cours et en attendant le gouvernement israélien a décidé de suspendre les transferts de fonds publics. Au total, il serait question de 42 millions de dollars.
>>>
http://www.rfi.fr/moyen-orient/20140202-israel-scandale-colonies-fonds-detournes-conseil-colons
avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur les rives du Jourdain

Message  ivo le Ven 7 Fév - 8:27

Le casse-tête de Nétanyahou face aux menaces de boycott
L'appel international pour le boycott d'Israël préoccupe l'Etat hébreu, qui n'arrive pas à élaborer une stratégie efficace pour affronter la menace. Des rabbins et des leaders politiques de l'extrême droite ont appelé à la prière au mur des Lamentations.
Pour Yuval Steinitz et le directeur général de son administration, Yossi Kuperwasser, la "délégitimation" d'Israël est une tendance lourde et profonde à laquelle il faut répondre par une campagne publique agressive et la mobilisation de ressources financières considérables. Ils exigent un budget de 100 millions de shekels [21 millions d'euros] pour appliquer leur plan, lequel consiste principalement à mener une campagne intensive de communication sur le front diplomatique, ainsi qu'à prendre des mesures légales contre les organisations encourageant le boycott.
>>>
http://www.courrierinternational.com/article/2014/02/06/le-casse-tete-de-netanyahou-face-aux-menaces-de-boycott
avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur les rives du Jourdain

Message  ivo le Ven 7 Fév - 9:06

Cisjordanie: le CICR suspend une partie de son aide aux Palestiniens
La suspension de la livraison des tentes est une « décision difficile mais inévitable », explique le porte-parole du CICR à Jérusalem. La Croix-Rouge veut ainsi mettre en lumière les difficulté qu’elle rencontre pour fournir de l’aide humanitaire aux Palestiniens vivant dans la vallée du Jourdain, et notamment en « zone C », contrôlée par Israël.
Dans cette zone, les démolitions de maisons palestiniennes ont plus que doublé en un an et le CICR assure que l’armée israélienne a détruit, confisqué ou empêché la distribution de l’aide à de nombreuses reprises ces derniers mois.
>>>
http://www.rfi.fr/moyen-orient/20140206-israel-territoires-palestiniens-croix-rouge-cicr-vallee-jourdain-humanitaire-cisjordanie
avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur les rives du Jourdain

Message  ivo le Sam 8 Fév - 9:50

Territoires palestiniens : évacuation d’opposants à la colonisation
http://www.rfi.fr/moyen-orient/20140208-nouvelle-evacuation-opposants-colonisation-jourdain-isra%C3%ABl-palestine
Depuis une semaine, des dizaines de militants palestiniens avaient élu domicile dans un village abandonné de la vallée du Jourdain contrôlé par Israël. Une action menée contre la politique d’occupation israélienne. L’action non-violente a pris fin dans la nuit de jeudi à vendredi, quand le campement a été évacué par l’armée israélienne.

Les soldats israéliens ont fait irruption en pleine nuit, armés de bâtons fluorescents et de gaz lacrymogène. L’évacuation s’est faite en quelques minutes, et plusieurs militants ont été blessés. Aux premières heures du jour, vendredi, le village d’Ein Hijleh était à nouveau vide de tout habitant.

Mais le groupe de militants reste déterminé. Quelques heures après l'évacuation, ils ont reconstruit un autre campement dans le nord de la vallée du Jourdain.

→ A (RE)LIRE : Un projet d’annexion de la vallée du Jourdain fait polémique

Ces actions non-violentes sont organisées pour protester contre la politique de colonisation du gouvernement israélien, notamment dans la vallée du Jourdain. Une zone majoritairement contrôlée par Israël où les destructions de maisons palestiniennes ont plus que doublé en un an.

Il s’agit aussi de faire pression sur les négociations de paix en cours. Ce groupe de militants, qui n'est affilié à aucun parti politique, réclame le retrait des forces israéliennes de la Cisjordanie et de Jérusalem-Est. Il avait déjà mené des actions similaires l’année dernière non loin de Jérusalem.
avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur les rives du Jourdain

Message  ivo le Mer 26 Fév - 9:34

Gil Hilel, le vrai visage de l’occupation israélienne en Palestine
Il y a vingt ans jour pour jour, la ville d’Hébron était ébranlée par le massacre du Tombeau des Patriarches. Divisée en deux zones, elle symbolise l’impossible cohabitation entre Israéliens et Palestiniens. Plusieurs milliers de soldats assurent leur pénible coexistence. Gil Hilel a servi trois ans dans cette ville fantôme. Aujourd’hui membre de l’association Breaking the silence, elle brise les tabous et témoigne de la réalité de l’occupation israélienne en Palestine.
>>>
http://www.lesinrocks.com/2014/02/25/actualite/gil-hilel-visage-occupation-israelienne-palestine-11480401/
avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Page 5 sur 9 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum