Derniers sujets
» les photos d'actus - l'info en résumé
par ivo Mer 22 Nov - 10:15

» vite, je vais vomir ...
par ivo Mer 22 Nov - 10:12

» macronie
par ivo Mer 22 Nov - 9:07

» pesticides / fongicides
par ivo Mer 22 Nov - 9:02

» contre l'esclavage moderne
par ivo Mer 22 Nov - 8:54

» Sur les rives du Jourdain
par ivo Mer 22 Nov - 8:52

» petits business entre amis
par ivo Mer 22 Nov - 8:41

» No Futur - la terre au 21° siecle
par ivo Mer 22 Nov - 8:36

» blancs comme neige ^^
par ivo Mer 22 Nov - 8:34

» homophobie dans le monde ...
par ivo Mer 22 Nov - 8:19

» immigration ...
par ivo Mer 22 Nov - 8:16

» Nucléaire mon amour ...
par ivo Mar 21 Nov - 9:19

» Afrique coloniale belge
par ivo Mar 21 Nov - 8:50

» Révolution russe
par ivo Mar 21 Nov - 8:01

» la police s'étonne qu'on ne l'aime pas
par ivo Lun 20 Nov - 8:44

» agriculture
par ivo Dim 19 Nov - 8:26

» <<< Santé >>>
par ivo Dim 19 Nov - 8:21

» droites extremes
par ivo Sam 18 Nov - 11:01

» Birmanie
par ivo Sam 18 Nov - 10:35

» enfance ...
par ivo Sam 18 Nov - 10:33

» U.E.
par ivo Sam 18 Nov - 10:10

» pologne
par ivo Sam 18 Nov - 8:44

» No Futur - l'espace au 21° siecle
par ivo Ven 17 Nov - 8:36

» Réunionnais de la Creuse
par ivo Ven 17 Nov - 7:56

» la phrase du jour
par ivo Ven 17 Nov - 7:13

» rwanda
par ivo Jeu 16 Nov - 9:49

» médias ? quels médias ??
par ivo Jeu 16 Nov - 9:27

» flicage total du net
par ivo Jeu 16 Nov - 8:19

» internet , technologie, ...
par ivo Jeu 16 Nov - 8:07

» Infos insolites.
par ivo Mer 15 Nov - 8:04

» ZAD partout ?
par niouze Mar 14 Nov - 17:54

» pape, cathos, vatican et autres ....
par ivo Mar 14 Nov - 9:00

» Necronomacron
par ivo Lun 13 Nov - 7:46

» monde - stupéfiants
par ivo Dim 12 Nov - 8:20

» état d'urgence et autres restrictions....
par ivo Dim 12 Nov - 8:16

» conditions de travail ...
par ivo Dim 12 Nov - 8:10

» ... 14/18 ...
par ivo Dim 12 Nov - 8:07

» Combien d’autres murs à faire tomber ?
par ivo Sam 11 Nov - 10:23

» salaires
par ivo Sam 11 Nov - 9:15

» impots
par ivo Sam 11 Nov - 9:12

» démocratie et justice ...
par ivo Sam 11 Nov - 8:33

» Today's joke
par ivo Ven 10 Nov - 9:49

» Les prisons: questions.
par ivo Ven 10 Nov - 9:04


Flics ... bénévoles !!!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Flics ... bénévoles !!!

Message  ivo le Jeu 14 Oct - 18:58

Devenez citoyen volontaire de la Police Nationale
Vous souhaitez contribuer à l'amélioration de la sécurité et de la tranquillité de votre ville ou de votre quartier.



Vous êtes disponible et volontaire pour accomplir des missions de solidarité, de médiation sociale et de sensibilisation au respect des règles de la vie en société.
Vous pouvez rejoindre le service volontaire citoyen de la police nationale.
Il est constaté au quotidien, que les citoyens sont nombreux à souhaiter contribuer à l'amélioration de la sécurité et de la tranquillité publique. Cette demande a été plus particulièrement perçue au cours de la crise urbaine de l'automne 2005, et pas seulement dans les quartiers difficiles.
Ces attitudes sont une réponse civique à l'accroissement de la violence des rapports sociaux et au mépris trop souvent affiché par certains pour les règles de la vie en société.


Les Objectifs

Ce dispositif basé sur le volontariat, permettra d'impliquer des citoyens désireux d'exercer des missions de solidarité, de médiation sociale et de sensibilisation au respect des règles de vie en société.
Leur action viendra en complément de celle menée par les forces de police.
Il s'agit donc nullement de créer une nouvelle force de sécurité intérieure à côté de la police et de la gendarmerie nationale, ou des polices municipales.
Le création de cette structure offrira ainsi à chaque citoyen la possibilité d’exprimer sa citoyenneté, de s'engager au service de la collectivité et de contribuer à la sécurité, à l’instar de ce qui existe au profit des forces armées, de la sécurité civile et beaucoup de polices étrangères.
Cet engagement, reconnu et organisé, permettra de renforcer le lien entre la police et la population.


Les missions exercées par les "citoyens volontaires"

La médiation, l'explication de la loi et le rappel de l'obligation de la respecter constituent le socle des missions susceptibles de leur être attribuées dans le champ de l'action préventive de la police nationale.

Quelques exemples :

Participer au renforcement du lien police population
Exercer des missions de solidarité
Contribuer à l'information du public, à l'accueil et à l'aide des victimes
Soutenir l'autorité parentale.
Aider à la prévention de la violence et de la délinquance


Ces missions seront confiées aux citoyens volontaires en prenant en compte différents critères :

- l'âge et la personnalité du volontaire citoyen ainsi que sa faculté de communication avec les autres,
- le nombre d'heures consacrées,
- la régularité de sa présence,
- la faculté d'acquérir de nouvelles connaissances,
- l'attrait pour les missions proposées.

Comment devenir citoyen volontaire ?

La loi du 5 mars 2007 relative à la prévention de la délinquance permet à la police nationale de faire appel à des volontaires bénévoles qui, par leur concours, complètent son action auprès de la population. Expérimenté dans 26 départements depuis 2006, ce dispositif est maintenant généralisé à l'ensemble du territoire national, il est ouvert à tous, à condition :

* d'être de nationalité française, ressortissant d'un Etat membre de l'Union Européenne, d'un autre Etat partie à l'accord sur l'Espace économique européen ou de la Confédération suisse ou résider régulièrement en France depuis au moins 5 ans et satisfaire à la condition d'intégration définie à l'article L.314-2 du code de l'entrée et du séjour des étrangers et du droit d'asile.
d'avoir au moins 17 ans
d'être physiquement apte à la fonction
de recueillir l'agrément de l'autorité administrative.


Cadre et protection juridique

Les volontaires citoyens bénéficieront de la protection juridique accordée aux collaborateurs occasionnels de service public. Ils ne sont pas rémunérés.
L'engagement est valable un an renouvelable par tacite reconduction, mais le citoyen volontaire pourra se désengager à tout moment, en informant l'autorité gestionnaire 15 jours avant par lettre recommandée avec accusé de réception.

Les candidats peuvent retirer et déposer les dossiers d'inscription auprès des commissariats de Foix et de Pamiers.
Pour plus de renseignement, appeler le 05 61 05 43 08 au commissariat de FOIX ou sur internet www.interieur.gouv.fr
Dépliant - 1.83 M
http://www.ariege.pref.gouv.fr/sections/l_etat_en_ariege/les_services_deconce/securite_publique_d/devenez_citoyen_volo/downloadFile/attachedFile/depliantSVC.pdf?nocache=1222249874.19
http://www.ariege.pref.gouv.fr/sections/l_etat_en_ariege/les_services_deconce/securite_publique_d

>>>>

http://www.interieur.gouv.fr/sections/a_l_interieur/la_police_nationale/service-volontaire-citoyen/svc/view
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Flics ... bénévoles !!!

Message  Lib le Jeu 14 Oct - 19:13



Retour au régime de Vichy.

_________________
"Quiconque a un jour bloqué une rocade assez longtemps pour entendre à nouveau le chant des oiseaux sait bien quelle sinistre vie s’interrompt avec le blocage de l’économie."
avatar
Lib

Messages : 1691
Date d'inscription : 16/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Flics ... bénévoles !!!

Message  ivo le Jeu 14 Oct - 19:18

l'affiche on dirait les pubs allemandes des années trente pour "le gentil soldat allemand" ...
j'arrive pas à les trouver ...

un peu dans ce goût là :



Dernière édition par ivo le Jeu 14 Oct - 20:42, édité 2 fois
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Flics ... bénévoles !!!

Message  Lib le Jeu 14 Oct - 19:25




_________________
"Quiconque a un jour bloqué une rocade assez longtemps pour entendre à nouveau le chant des oiseaux sait bien quelle sinistre vie s’interrompt avec le blocage de l’économie."
avatar
Lib

Messages : 1691
Date d'inscription : 16/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Flics ... bénévoles !!!

Message  niouze le Mar 28 Déc - 0:51

et c'est parti eins zwei ein zwei
Les premières Milices Citoyennes à Strasbourg

Les méfaits de la loi LOPPSI2 commencent à se faire sentir insidieusement…



Tout d'abord, un témoignage direct de scènes très inquiétantes dans la rue d'une de ces Milices à l'œuvre ; confirmé ensuite par un camarade qui se réfère au journal local qui fait une grande publicité de ce qui s'appelle officiellement «Service Volontaire Citoyen».



En effet, pour avoir été témoin, à la rue de la 1ere Armée, ce midi, au niveau de la station tram, de scènes étranges, et d'abord sans aucunement porter des conclusions définitives, tout porte à croire que voilà les premiers pas du nouveau SVC généralisé et officialisé :



De la fenêtre d'un immeuble donnant sur la rue, je vois cinq personnes, en civil, apparemment une femme et quatre hommes, sans aucun signe distinctif. Ils sont autour de deux SDF, et rigolent avec eux, leur parlent. Mon attention ne se serait pas attardée davantage si un car de la police nationale, en patrouille, comme il y en a tant dans ce secteur, ne s'était pas arrêté à leur niveau.



Première chose étrange : les cinq individus vont gaiement vers le car de police, font des signes de la main. Un flic en uniforme sort, la femme lui fait la bise, les autres ont l'air très excité, presque gamins, à tous parler en même temps. Finalement, le car s'en va assez rapidement continuer sa ronde. Comme de vieux amis de longue date, les cinq individus leur font des signes d'au-revoir, de manière très démonstrative. Puis ils saluent les SDF qui ont l'air de ne pas comprendre. Je remarque d'ailleurs que d'autres passants, dans la rue à ce moment-là, ont également l'air surpris.



C'est alors que se produit le plus étrange : les cinq individus remontent la rue et au premier croisement, alors qu'une voiture se gare sur un trottoir, ils se précipitent et d'après les signes de main, lui font apparemment comprendre qu'il n'a pas le droit de se garer là. Comme le type en voiture a l'air de s'en foutre, tout à coup, ils lui disent quelque chose et le type en voiture donne ses papiers d'identité, son permis de conduire, et sa carte grise. Pendant 5 à 10 minutes (ce qui est très long), ils contrôlent ses papiers.



Première question : À supposer que ce soit des flics, des civils peuvent-ils contrôler des papiers selon leur bon gré ?



Deuxième question : Si ce sont des flics, et en civil, ce ne peut être ni des BACeux ni autre, donc qui sont-ils ?



Première conclusion : En considération de cela, et de plus sans aucun signe distinctif, ce ne sont sûrement tout bonnement PAS des flics. Pas officiels en tout cas.



Par ailleurs, ils ne font pas sérieux, ils sont à quatre en cercle à décrypter le permis de conduire, puis deux regardent l'intérieur de la voiture par la fenêtre, un autre vérifie les pneus, un autre va jeter un coup d'œil rapide au niveau du coffre. Et là, de plus en plus étrange, un des individus parle à un petit micro au niveau de son col. Les SDF plus loin, sur la même rue, ont l'air de débattre vivement de ce groupe et les montrent du doigt en causant vivement.



Après de longues minutes, et un nouveau speech au micro, ils rendent les papiers au conducteur qui s'en va fissa.



Là, nouvelle scène étrange, ils rigolent en cercle, ont l'air de beaucoup s'amuser.



Il est dommage que je n'ai pas d'appareil photo car j'en aura bien pris de ces scènes très curieuses. Puis ils remontent la rue et tournent en se dirigeant vers le centre-ville.



Car me revient aussitôt une des nouvelles mesures promises par la loi LOPPSI2, à savoir le «Service Volontaire Citoyen», sorte de Milices Citoyennes-Républicaines à la nature et au rôle flous. Voici d'ailleurs ce qu'on en sait :



RÉSERVE CIVILE DE LA POLICE ET SERVICE VOLONTAIRE CITOYEN

La réserve civile est constituée de retraités de la police nationale et de volontaires. Les retraités peuvent accomplir des missions de soutien aux forces de sécurité et des missions de solidarité et les volontaires des «missions élémentaires d'exécution» ou des «missions de spécialiste correspondant à leur qualification professionnelle». Le service volontaire citoyen concerne des missions «de solidarité, de médiation sociale et d'éducation à la loi».



Or, il semble que le journal local DNA (Dernières Nouvelles d'Alsace), de bonne droite par ailleurs, fait depuis longtemps la publicité pour ce genre de dispositif. En effet, cet article datant de février 2007. Voici notamment les critères de recrutement :







D'après des camarades, de nouveaux articles du même genre ont été publiés récemment, que ce soit aux DNA ou au journal 20 Minutes local.



À ce titre, voici un extrait d'article datant du 7 novembre 2010, trouvé dans les journaux L'Alsace et DNA :






Voici qui est explicite, si l'on n'avait pas encore compris : ce sont bien là un dispositif de Milice, de délation, de surveillance, sorte de gangs policiers, dont on ne sait ni les droits officiels, leurs équipements (apparemment, déjà un micro), voire leurs armements (moins probable, mais qui sait), leur autorité officielle (sont-ils des «représentants d'État» officiels et, en tant que tels, disposent des mêmes pouvoirs d'intimidation et de répression que toute police déjà existante).



Ces Milices d'État ne sont sûrement que les prémisses de prochaines milices davantage nationalistes, car qu'est-ce qui interdit à l'État de créer des milices qui soutiennent des rafles de sans-papiers, par exemple, de squats, etc.



En outre, il semble que la loi LOPPSI2 ne fait que GÉNÉRALISER et OFFICIALISER sur tout le territoire ce dispositif, déjà existant dans plusieurs secteurs, comme l'atteste ce blog de recrutement de la police :





En situation de mouvement social, de manifestations syndicales ou sauvages, d'émeutes en banlieues, d'occupations et de blocages, quelles seront les conséquences de l'élargissement et du durcissement de ce nouveau dispositif d'État ?



La guerre sociale ne fait que se durcir…

Que la peur change de camp.



guitoto - lundi 27 décembre 2010.
juralibertaire

_________________
"Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça." coluche
avatar
niouze

Messages : 5040
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Flics ... bénévoles !!!

Message  Zanzi le Mar 28 Déc - 2:47

Arbeit, Arbeit!!!
Bon on va devoir refaire les couleurs du forum si on veut pas avoir de problème (zieg Sic)
Je propose une nouvelle image pour l'entête du site (les guguss en noir c'est fini ou alors pas le même costume) :


Razz
Alalala, merde on c'est gouré de camps mais eux ils vont pas nous louper... Le désespoir donne l'humour noir... Encore un truc qui va jouer en ma défaveur lors du procès... Si y en a un...

Loppsi2... Une belle histoire qui commence... Ils vont nous les brûler quand nos livres?
avatar
Zanzi

Messages : 95
Date d'inscription : 06/09/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Flics ... bénévoles !!!

Message  alangaja le Mar 28 Déc - 11:41

la milice citoyenne, on en a vaguement parlé dans mon coin ; c'est pas un succès fou. ce que je trouve assez fort, c'est que l'Etat policier arrive ainsi à transformer en flics des gens qui ne sont pas nécessairement fafs, voire carrément idéalistes ("on va faire des méchants de gentils bisounours").
avatar
alangaja

Messages : 174
Date d'inscription : 01/11/2010

http://www.freewebs.com/alangaja/fascisme2.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: Flics ... bénévoles !!!

Message  niouze le Jeu 1 Mar - 1:52

y a pas que les affiches qui sont collab' un certain guéant la dessus me fait carrément penser .....enfin juger par vous même
Délation citoyenne ?
20 Février 2012 Par anne duvivier

Le 14 février dernier, la première convention de « participation citoyenne » a été signée à Chagny, en Saône-et-Loire. Ce dispositif calqué sur celui de « neighbourhood Watch » (littéralement « voisins vigilants ») et directement importé des États-Unis et de Grande-Bretagne, est déjà expérimenté dans vingt-neuf départements en France.

© AD
Une circulaire du ministère de l’Intérieur du 22 juin 2011 prévoit son extension à l’ensemble du territoire, même si, jusqu’à présent, l’information n’avait pas gagné tous les échelons des services préfectoraux, en particulier bourguignons. Jeudi dernier, en Côte-d’Or, dans l’Yonne et dans la Nièvre, nos interlocuteurs, sceptiques dans un premier temps, ont dû effectuer quelques recherches, avant de confirmer, un rien embarrassés, que le projet était bien dans les tuyaux, sans que pour l’instant rien ne soit signé.


Embarras compréhensible, quand on découvre les termes dudit projet. Dans sa circulaire du 22 juin 2011, Claude Guéant explique : « Le concept vise à développer, chez chaque personne disposée à participer à sa propre sécurité dans son quartier, son lotissement ou son village, un comportement de nature à mettre en échec la délinquance. Les personnes volontaires seront donc sensibilisées en vue :
de l'accomplissement d'actes élémentaires de prévention tels que la surveillance des logements temporaires inhabités, le ramassage du courrier des vacanciers ;
d'une posture de vigilance accrue à l'égard des comportements et événements suspects (démarcheurs trop insistants...) ;
de l'acquisition du réflexe de signalement aux autorités compétentes de tout fait anormal (véhicules semblant en repérage, dégradations, incivilités...). »



Le 29 septembre suivant, réunissant les préfets, Claude Guéant revient à la charge : « Je compte sur vous pour emporter l'adhésion de nos concitoyens en les rassurant, notamment, sur les garanties administratives et judiciaires qui encadrent le déploiement de ce dispositif prometteur. »


Le 17 octobre de la même année, ouvrant le séminaire des DDSP (Directeurs départementaux de la sécurité publique) le ministre enrichit encore l’offre des prérogatives des « voisins vigilants » :
« En termes de priorités, cette politique de présence doit bénéficier selon moi – et je vous demande d’y prêter attention – à la lutte contre tout ce qui insupporte nos concitoyens : la mendicité agressive, les sollicitations aux carrefours, la prostitution visible, les tapages nocturnes, y compris ceux causés par les deux roues débridés. Nous réfléchissons du reste dans ces domaines à quelques instruments juridiques nouveaux. »

Concrètement, une fois l’adhésion des maires obtenue, des réunions d’information de la population sont organisées par les élus et les forces de l’ordre locales, afin de susciter l’engagement des habitants.
Il s’agit donc, pour les citoyens volontaires, de surveiller leur quartier, et de signaler à la gendarmerie ou à la police, selon les zones, tout agissement suspect entrant dans le large spectre évoqué par le ministre.
Quoi de plus évident ? « Avec nos numéros de téléphone en commun, nous échangeons nos dates de congés, les horaires des enfants à l'école et les noms des visiteurs que l'on attend. Chacun a appris à veiller sur la maison de l'autre », témoigne déjà en 2009 cette retraitée de l'Éducation nationale, et voisine vigilante. (1)
Très sympathique en effet. Et puis discret… Mais si vous ne considérez pas toute la rue comme faisant partie intégrante de votre bande de potes à qui vous racontez votre vie, cela signifie que vous vous exposez à quelques désagréments : votre cousin immatriculé dans un département étranger peine à trouver votre maison et fait trois fois le tour du quartier avant de repérer votre portail ? Mais lui a déjà été repéré par votre voisin, comme conducteur d’un véhicule suspect, et hop ! Le voilà sommé de présenter ses papiers aux gendarmes pendant que votre poulet dominical se dessèche.
Votre grand fils étudiant qui cultive le look rappeur, sweat à capuche et sac à dos, vient vous voir et entre naturellement par la porte-fenêtre ouverte sur le jardin… Quelques minutes plus tard, vous êtes contrôlés. Avec un peu de malchance, il ne porte pas le même nom que vous étant né d’un premier mariage, et vous ne pouvez pas prouver sur le champ qu’il est votre enfant parce que non… vous n’avez pas d’acte de naissance sous la main, mais juste tous ses dessins depuis la grande section de maternelle, classés dans le grenier à côté de son carton de playmobils…
Pour Laurent Mucchielli, sociologue, directeur de recherches au CNRS (2) joint au téléphone mercredi dernier, « le dispositif a toutes chances de ne pas fonctionner et comporte un certain nombre de dérives logiques. » Peu de gens accepteront de jouer le jeu, à part peut-être les personnes les plus âgées, « ou celles animées d’une âme de petit shérif local ». « La plupart du temps, estime-t-il, comme il ne se passe rien d’anormal, ces signalements vont conduire à des erreurs. Et créer des embrouilles… Les gendarmes ont autre chose à faire que de perdre du temps avec des séries d’appels sans intérêt… »


C’est exactement ce que pensent un certain nombre de maires, comme celui d’Argenton-les-Vallées (Deux-Sèvres), Gérard Bonnin, qui répondait le 21 janvier dernier à nos confrères de la Nouvelle République : « La question a été abordée deux fois au conseil, et les sous-entendus de délation ont pesé dans la décision. Dans un territoire rural comme le nôtre, tout le monde se connaît (…) « J'ai d'excellentes relations avec les gendarmes et si j'ai des informations utiles, je les leur communique. »


Justement, côté gendarmerie officielle, on le sait, la parole est verrouillée, plus que jamais en période électorale. Le discours est donc, sans surprise, mesuré – dans tous les sens du terme – et insiste surtout sur le fait qu’il n’est pas question pour les citoyens de se substituer aux forces de l’ordre, d’organiser des rondes, et encore moins de procéder à des interpellations. Il s’agit simplement, dans des communes où les cambriolages ne sont pas si rares, de signaler par exemple des faits pouvant prévenir une tentative de vol : « On ne peut pas mettre un gendarme devant chaque maison… »
Et pour cause… Pour le versant non officiel mais très écouté de la gendarmerie, Ronald Guillaumont, (3) gendarme aujourd’hui retraité et infatigable défenseur de l’Arme, s’insurge : « C’est ahurissant : on ne cesse de diminuer les effectifs des policiers et des gendarmes et on demande aux citoyens de faire leur boulot ; on voit bien quels petits cadors pourraient être intéressés… Ce dispositif n’est pas bon pour la tranquillité publique. »
Et plus largement, Ronald Guillaumont dresse un tableau sombre des conséquences de ces suppressions de postes de gendarmes (et de policiers) : des communes riches qui progressivement vont créer des polices municipales, tandis que les plus pauvres auront recours à ce type de solution…


Le constat des effets désastreux de la casse de la gendarmerie est partagé par le député du Finistère, Jean-Jacques Urvoas, en charge des questions de sécurité au Parti socialiste, qui rappelle dans son blog du 13 février dernier : « (…) comme le général Mignaux l’indiquait dans une note adressée le 28 février 2011 au ministre de l’Intérieur, la Gendarmerie compte dorénavant un effectif inférieur à celui qui était le sien en 2002 (96 795 ETPE).
Pour tous les Français, au détriment de leur besoin de sécurité, ces suppressions de postes se sont traduites par la restructuration de nombreuses unités, par des regroupements imposés au sein des « communautés de brigades », par la dissolution de détachements spécialisés et par la fermeture de 15 escadrons de gendarmerie mobile.
Ainsi sous l’action d’un Président qui n’a jamais compris sa spécificité, la gendarmerie n’a cessé de s’éloigner toujours plus de sa vocation séculaire de proximité. » (4)
Beaucoup de flou demeure autour de ce dispositif : la circulaire de Claude Guéant stipule par exemple que « police et gendarmerie devront pouvoir alerter les « voisins vigilants » de la détection d'un phénomène de délinquance visant le quartier ou le secteur considéré. »
Cela signifie donc que ces voisins zélés ne se contenteront pas d’appeler la gendarmerie ou le commissariat, mais pourraient être considérés comme des interlocuteurs officiels susceptibles de jouer le rôle d’auxiliaire de police… Existera-t-il des critères de sélection ? Lesquels ? Des évaluations ? Bénéficieront-ils du statut de « collaborateur occasionnel du service public » qui prévoit notamment la signature d'un « contrat d'engagement » et donne droit à des indemnités ? (5)


« Aidez la police nationale dans son action au service des citoyens. Confidentialité garantie. » C’est avec ce slogan que la police de l’Essonne propose en 2009 de « transmettre ses renseignements à police-ddsp91@interieur.gouv.fr ». Jean-Claude Borel-Garin, directeur départemental de la sécurité publique, à l’origine du dispositif qu’il avait déjà instauré dans l’Isère, provoque une belle polémique. Cet appel à la dénonciation publique estime alors Jean-Claude Delage, secrétaire général du syndicat Alliance, relève « d’une police d’une autre époque » !
Mais le 12 mars de la même année, à Montreuil, un jeune homme est lynché en pleine rue par des citoyens qui l’ont pris pour un violeur pédophile, après diffusion d’un portrait-robot…


Plus récemment, en Angleterre, on se souvient qu’en août 2011, après des émeutes qui ont touché plusieurs villes du pays, les autorités appellent clairement à dénoncer ceux qu’on appelle les « rats à capuche », non identifiés par les caméras de surveillance.
En Allemagne, la chaîne de service public ZDF diffuse l’émission hebdomadaire Aktenzeichen XY ungelöst (« dossier XY non résolu ») qui n’est rien d’autre qu’une série d’incitations à dénonciation auprès des téléspectateurs - avec prime à la clé en cas d’élucidation - pour des affaires criminelles non résolues. Succès jamais démenti depuis quelque quarante-cinq ans… L’émission dispose même de sa page Facebook.


Bref. On imagine sans peine toutes les dérives auxquelles ce type de dispositif, appuyé sur le discours hypersécuritaire qui va empoisonner notre campagne électorale, peut conduire.
Déjà, nombre de communes des Alpes Maritimes arborent sur leurs panneaux d’entrée d’agglomération, comme sur les boîtes aux lettres de leurs habitants, l’œil stylisé grand ouvert qui symbolise les voisins vigilants et rappelle fâcheusement le fameux « Big Brother is watching you ».

« En plus de compléter efficacement les dispositifs opérationnels de lutte contre les cambriolages, ce dispositif permet de consolider le sentiment de sécurité de nos concitoyens et de renouveler un lien social de quartier affaibli ces dernières années » affirmait sans rire Claude Guéant aux préfets lors de leur rencontre du 29 septembre 2011. « Réaffirmer le lien social » ?

Si telle était vraiment la préoccupation du ministre de l’Intérieur pour l’inquiétante « civilisation supérieure » qu’il est en train de nous bâtir, nous pourrions lui présenter tout un tas de propositions bien différentes, qui existent déjà : maisons de quartier, réseaux d’échange de savoir, économie solidaire, fêtes de voisins aussi. C’est bien ça la fête… On trouve toujours une occasion. À la faveur d’un changement de gouvernement pourquoi pas…
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
(1) Citée par l’envoyé spécial du Figaro à Grasse, Christophe Cornevin, le 02/11/2009.
(2) Blog Délinquance, justice et autres questions de société - http://www.laurent-mucchielli.org Dernier ouvrage publié : L'invention de la violence. Des peurs, des chiffres, des faits, Fayard, 2011.
(3) Notamment membre du conseil d'administration de l'Adefdromil (Association de défense des droits des militaires) cofondateur du forum Gendarmes & Citoyens ; collaborateur de http://lagrognegend.blogspot.com. On retrouve toutes ces thématiques sur le site : http://www.armee-media.com
(4) Le blog de Jean-Jacques Urvoas - http://www.urvoas.org/
(5) LOI n° 2011-267 du 14 mars 2011 d'orientation et de programmation pour la performance
de la sécurité intérieure – http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=4419C5B41C82D02455A7AD35559C8625.tpdjo04v_1?cidTexte=JORFTEXT000023707312&dateTexte=20120219

Billet partagé par Dijonscope, édition de ce jour.
http://blogs.mediapart.fr/blog/anne-duvivier/200212/delation-citoyenne

_________________
"Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça." coluche
avatar
niouze

Messages : 5040
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Flics ... bénévoles !!!

Message  niouze le Lun 20 Aoû - 17:39

La gentille milice du village
Le 10 août 2012 Sabine Blanc

Les Rangers des Pyrénées-Orientales font grogner plus d'un dans la sécurité privée : cette association dans la tradition des Rangers canadiens et des scouts vient parfois en renfort de la gendarmerie, avec des tenues connotées. Bénévoles, ils sont en revanche bien appréciés des communes à qui ils rendent service pour pas grand-chose.

"C'est quoi cette société de sécurité privée avec le béret", "Ça fait milice, j'aime pas trop Sad", "mais si c la claSSe hihi"... Une photo sur Facebook prise dans un album public d'un des membres des Rangers des Pyrénées-Orientales consacré à un événement qu'ils ont couvert.

Dimanche j’étais à ce vide grenier de Saint-Jean-Pla-de-Corts [...] dont les différents accès étaient gardés par des gens en uniformes dont je ne connaissais pas l’origine, pantalons kakis, chemises beiges avec épaulettes, bérets noirs bardés d’insignes sur les manches et sur la poitrine, K-Way, couleur camouflage, etc.

Me fiant à mes connaissances historiques, d’emblée ils m’ont fait penser à première vue par leurs insignes, galons et symboles à des miliciens (milice de Darlan sous le régime de Vichy), en disant cela je ne les identifie pas à ces personnes détestables de l’Occupation allemande en France de 1942-1945, mais cela m’a donné cette impression.

Un internaute commentait ainsi un article du journal régional de l’Aude et des Pyrénées-Orientales L’Indépendant intitulé “Il croit voir les gendarmes et abandonne 8 kilos de « shit » à la vue des Rangers”. Il relate comment un trafiquant présumé est passé à travers un contrôle douanier pour finalement s’enfuir devant des gens qu’il prend pour des forces de l’ordre assermentées et qui le coursent avec succès.

Ces personnes qui ont rappelé au lecteur les heures les plus sombres de l’histoire de France sont membres des Rangers, unités européennes de protection de l’environnement et de sécurisation rurale. Cette association est déclarée à la sous-préfecture des Pyrénées-Orientales dont le siège est… à la mairie de Céret, ladite sous-préfecture. Et pour cause, ils travaillent main dans la main avec des collectivités locales, où ils sont connus sous leur nom simplifié de Rangers des Pyrénées-Orientales (PO).
Tradition américano-canadienne des gardes montés

Ces Rangers sont l’antenne départementale d’une association nationale, les Rangers de France. Celle-ci s’inscrit dans une tradition américano-canadienne des gardes montés, ces cavaliers émérites amoureux de la nature et du cheval en particulier, traditionnellement vêtus d’une veste rouge et d’un chapeau. La filiation avec le scoutisme est aussi revendiquée. Dans ses statuts, il est uniquement question de cela et pas de missions de sécurité privée.

Dans les Pyrénées-Orientales, en revanche, leurs missions empiètent sur la sécurité urbaine. “C’est particulier, nous a précisé Eric Müller, le président du comité national des Rangers de France, c’est le seul groupement à avoir un accord avec la préfecture, ils sont demandés par la gendarmerie.

Leur page Facebook1, la décrit comme une (sic) “unité européene de protection de l’environement et de securisation rurale, unité européene intervention, renfort effectif d’etat gendarmerie police municipale, recrute toute personne tout ages sans concour, formation et stage commando assuré par nous.”

Coupure de presse de L'Indépendant
Profession encadrée

Ce qui fait sursauter plus d’un professionnel de la sécurité privée, car ils y voient une concurrence déloyale qui n’est pas soumise à toutes les obligations liées à leur métier. Par exemple, ils ne comprennent pas pourquoi leur costume est toléré alors que les “vrais” professionnels sont soumis à des obligations. Le livre VI du code de la sécurité intérieure, qui fixe le cadre de la sécurité privée, est clair sur ce point : les personnes qui exercent des activités de sécurité privée porte une tenue qui “ne doit entraîner aucune confusion avec les tenues des agents des services publics, notamment de la police nationale, de la gendarmerie nationale, des douanes et des polices municipales.”

Les Rangers rétorquent qu’ils ne sont pas des professionnels de la sécurité privée et que leurs tenues ont été “déposées au ministère de l’Intérieur”, comme nous l’a détaillé Claude Pagnon, le président de la section départementale. Cet ancien légionnaire parachutiste souligne que c’est une tradition que les membres doivent respecter. Passées en revue sur leur site, elles sont au nombre de trois : la tenue “folklorique” donc, avec la veste rouge ; la tenue bleue de travail, celle qui prête à confusion avec celle de la police et de la gendarmerie ; l’uniforme kaki. Béret, badge, galon, treillis noir, etc., font partie des accessoires obligatoires. Une tenue qui fait “milice”, “paramilitaire” pour certains. Et d’après quelques profils Facebook de membres, cela ne semble pas déplaire, au contraire. Claude Pagnon tempère :

Les Rangers s’occupent de jeunes désociabilisés, pour les réinsérer. Ils sont à la recherche d’une identité, ils ne se sentent pas assez reconnus, d’où le rôle de l’uniforme.

Un second coup de fil d’Owni plus tard, l’uniforme bleu est rangé au placard :

Vous n’êtes pas la première qui nous le dit, là j’ai dit “on arrête”. On mettra la chemise kaki ou le tee-shirt blanc.

De même, leur formation n’est pas celle requise pour les agents de sécurité privée mais celle qu’ils dispensent. Être Ranger, ça se mérite, il ne suffit pas de payer une cotisation. Les moins de 35 ans font une formation qui s’étale sur six mois, tous les week-ends, à l’issue de laquelle les aspirants sont admis, ou pas. “Je veux une formation dure, difficile, pour les formater”, annonce Claude Pagnon. Au programme, connaissance de la nature, premiers secours, etc.

Taser égaré

Pour autant, pas question de débordements. Quand nous avons demandé à Claude Pagnon pourquoi un membre exhibait un taser sur une photo publique sur Facebook pendant une mission, il nous a expliqué qu’il n’était pas au courant :

Nous n’avons pas de taser, juste des bombes lacrymogènes dans certains cas particuliers. Et nous ne nous en sommes jamais servis.

Dans le cadre d’une association, ce n’est pas facile de contrôler tout le monde. Si je le vois, je le fais dégager rapidement. En même temps, nous sommes parfois dans des situations difficiles. La gendarmerie doit alors intervenir mais elle ne peut pas toujours agir vite.

Renseignement pris, le membre en question travaille dans la sécurité privée et il est venu avec l’arme deux fois de suite sur un événement, tancé en vain. “L’électron libre qui n’obéit pas” a été évincé. Et si le taser semble plutôt amuser d’autres rangers sur la photo ci-dessous, c’est que les voies des réseaux sociaux leur sont moins familières que les sentiers forestiers. Le président des Rangers des PO s’excuse de ce relâchement, “il vit dans la montagne, sans Internet.”

17 euros de l’heure versus un défraiement

Ces critiques n’empêchent pas les Rangers des PO de connaître le succès auprès des collectivités locales. Elles font appel à eux régulièrement rappelle Claude Pagnon :

Nous intervenons exclusivement pour les municipalités qui en font la demande. Nous faisons de la sécurité et de la prévention, en particulier sur les manifestations sportives et festives. On fait ce que la gendarmerie nous demande, on en discute lors des réunions préparatoires. À Céret par exemple, nous orientons les véhicules, nous regardons si les gens n’ont pas d’objets contondants. Nous faisons aussi de la surveillance de zone pour les incendies de forêts.

En 1974, Yves Le Foll, un député PSU avait demandé au gouvernement la dissolution des Rangers, arguant “d’une voie de fait et du délit d’immixtion dans des fonctions publiques” et soulignant leur organisation comme “une milice privée de type paramilitaire” [pdf, p 65]. Le gouvernement avait répondu que “les Rangers de France n’ont reçu ni du ministère de l’Agriculture ni de l’Office national des forêts aucune des attributions de la puissance publique résultant de la loi, et notamment du code forestier et n’ont bénéficié de leur part d’aucun soutien moral ou matériel.”

Mais à l’heure de la “coproduction de la sécurité intérieure”, une notion entérinée par Nicolas Sarkozy en 2008 et alors que les finances publiques sont en berne, il est probable que les Rangers continueront d’être de plus en plus appelés à la rescousse par des maires. Bénévoles, les Rangers des PO rendent bien service pour pas grand-chose :

Nous ne sommes pas payés, juste défrayés pour les déplacements, la nourriture, etc. Nous avons effectué plus de 280 missions depuis nos débuts, en moyenne ça se passe très bien, elles nous redemandent. Nous ne sommes pas en concurrence avec la sécurité privée, mais en complémentarité.

Il y avait un manque, la demande augmente, nous sommes pris tous les week-ends d’août et de septembre. Les municipalités n’ont pas les moyens de payer dix ou quinze personnes en soutien, c’est ça ou rien.

À Céret, ils ont pris 22 agents de sécurité privée, ça leur revient à 17 euros de l’heure. Des gens de la municipalité m’ont dit qu’ils n’étaient pas sûr de les reprendre l’année prochaine. Il faut dire que cette année, la feria a été beaucoup plus tranquille.

Contacté à plusieurs reprises, l’adjoint en charge de ce dossier à Céret, Jean-Pierre Piquemal, ne nous a jamais rappelé.
http://owni.fr/2012/08/10/la-gentille-milice-du-village/

_________________
"Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça." coluche
avatar
niouze

Messages : 5040
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Flics ... bénévoles !!!

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum