Derniers sujets
» GRAVOS & FRIENDS
par ivo Mar 13 Nov - 16:53

» [Toulouse - 07-12-2018] GRAVESITE + ALL BORDERS KILL + VOMI NOIR
par vegan31 Ven 9 Nov - 14:32

» [Toulouse - 02-07-2018] TRAVOLTA + guests
par vegan31 Lun 11 Juin - 9:28

» [Toulouse - 09-07-2018] KNUR + guests
par vegan31 Lun 11 Juin - 9:27

» [Toulouse - 18-07-2018] SPEED-NOISE-HELL + OSSERP + MUTILATED JUDGE
par vegan31 Lun 11 Juin - 9:26

» [Toulouse - 20-08-2018] HIRAX + EVILNESS + VARKODYA + SCORCHED EARTH
par vegan31 Lun 11 Juin - 9:24

» À la lanterne
par krépite Lun 7 Mai - 22:31

» [Toulouse - 12-05-2018] SICKSIDE + JEANNOT LOU PAYSAN + AHURI
par vegan31 Lun 16 Avr - 0:34

» étude du fascisme
par ivo Mar 6 Fév - 8:58

» la police s'étonne qu'on ne l'aime pas
par niouze Mar 16 Jan - 12:29

» vite, je vais vomir ...
par niouze Ven 12 Jan - 13:23

» Tunisie >>>>>>>
par ivo Lun 18 Déc - 8:29

» la phrase du jour
par ivo Lun 18 Déc - 8:09

» [中国- Chine] 一般信息- Informations générales
par ivo Sam 16 Déc - 8:38

» les photos d'actus - l'info en résumé
par ivo Sam 16 Déc - 8:34

» macronie
par ivo Sam 16 Déc - 8:23

» enfance ...
par ivo Ven 15 Déc - 9:27

» démocratie et justice ...
par ivo Ven 15 Déc - 9:19

» internet , technologie, ...
par ivo Ven 15 Déc - 8:41

» sexisme ... encore et toujours ...
par ivo Ven 15 Déc - 8:19

» [Toulouse - 03-01-2018] HASSIG + TROTZ + PESTCONTROL
par vegan31 Ven 8 Déc - 10:42

» flicage total du net
par niouze Lun 4 Déc - 10:06

» état d'urgence et autres restrictions....
par niouze Jeu 30 Nov - 22:32

» pesticides / fongicides
par ivo Mer 22 Nov - 9:02

» contre l'esclavage moderne
par ivo Mer 22 Nov - 8:54

» Sur les rives du Jourdain
par ivo Mer 22 Nov - 8:52

» petits business entre amis
par ivo Mer 22 Nov - 8:41

» No Futur - la terre au 21° siecle
par ivo Mer 22 Nov - 8:36

» blancs comme neige ^^
par ivo Mer 22 Nov - 8:34

» homophobie dans le monde ...
par ivo Mer 22 Nov - 8:19

» immigration ...
par ivo Mer 22 Nov - 8:16

» Nucléaire mon amour ...
par ivo Mar 21 Nov - 9:19

» Afrique coloniale belge
par ivo Mar 21 Nov - 8:50

» Révolution russe
par ivo Mar 21 Nov - 8:01

» agriculture
par ivo Dim 19 Nov - 8:26

» <<< Santé >>>
par ivo Dim 19 Nov - 8:21

» droites extremes
par ivo Sam 18 Nov - 11:01

» Birmanie
par ivo Sam 18 Nov - 10:35

» U.E.
par ivo Sam 18 Nov - 10:10

» pologne
par ivo Sam 18 Nov - 8:44

» No Futur - l'espace au 21° siecle
par ivo Ven 17 Nov - 8:36

» Réunionnais de la Creuse
par ivo Ven 17 Nov - 7:56

» rwanda
par ivo Jeu 16 Nov - 9:49

guerre(s) de religion(s)

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Aller en bas

guerres de religions ...

Message  ivo le Lun 10 Mai - 11:25

AFP, Mise a jour : 10/05/2010 07:44
Nigeria: la ville de Jos désormais coupée en deux entre chrétiens et musulmans

Des maisons noircies par les flammes, des échoppes abandonnées par leurs propriétaires qui ont pris la fuite, des blocs de pierres au milieu des rues: la ville de Jos et ses environs, au centre du Nigeria, portent les stigmates des récentes violences sectaires.

Jos, une cité ombragée et fleurie, est maintenant divisée en deux parties associées à des ethnies auxquelles correspondent des croyances religieuses: chrétienne Berom et musulmane Haoussa et Fulani.

La circulation est quasi impossible d'un secteur à l'autre de la localité, entre le nord à majorité musulmane et le sud à majorité chrétienne.

"A Jos, nous connaissons nos frontières. Nous savons où nous pouvons être et ne pas être. Nous ne pouvons pas nous rendre n'importe où, n'importe comment", assure Olivia Milaha, militante des droits de l'Homme.


"Nous voici pratiquement au même stade que l'a été le Liban -divisés", ajoute-t-elle, en référence à la guerre civile ayant opposé notamment chrétiens et musulmans dans les années 1970-80.

Abdul Yusuf, un vendeur de fruits haoussa de Bukuru, une localité à dominante chrétienne au sud de Jos, se plaint des affaires ralenties depuis le cycle de violences de janvier et ses centaines de morts, majoritairement musulmans.

"Personne ne vient plus acheter", dit-il, installé dans le grand marché proche des maisons en ruines.

Yusuf résume l'état d'esprit de Jos, capitale de l'Etat central du Plateau, à la frontière du nord musulman et du sud chrétien et animiste du Nigeria, pays le plus peuplé d'Afrique avec quelque 150 millions d'habitants.

La ville est l'épicentre des affrontements qui secouent le pays depuis des mois et ont fait, selon des groupes locaux de défense des droits de l'Homme, plus de 1.500 morts et des dizaines de milliers de déplacés.

A Jos, il y a désormais "des zones interdites aux chrétiens et d'autres aux musulmans", constate lui aussi l'avocat Ahmed Garba. Certains, dit-il, n'osent même plus engager un avocat de l'autre communauté.

Les ONG veulent une solution rapide pour éviter le pire.

"Si rien de crédible n'est entrepris très vite, Jos pourrait vivre une autre crise avec des tueries massives et des exactions à une échelle jamais vue", avertit l'avocat Chidi Odinkalu, de l'Initiative pour une Société Ouverte, en visite dans la ville.

"Il faut prévenir un génocide", affirme-t-il. "La population de Jos a un besoin urgent de reprendre confiance dans le gouvernement local et dans la coexistence inter-communautaire".

Lors des massacres de mars, des éleveurs Fulani ont parcouru la ville à la recherche de chrétiens Berom. Et ils en ont tué plus de 500, selon des bilans concordants.

Les Berom sont les premiers habitants de Jos et considèrent les Haoussas comme des colons, car arrivés dans la ville pour travailler dans les mines d'étain il y a un siècle, raconte Jonah Madugu, un intellectuel Berom.

Mais les chefs religieux, qui appellent conjointement au calme, affirment que les problèmes actuels sont surtout dus à une mauvaise gouvernance. "Il ne faudrait qu'une semaine pour résoudre les différends si seulement le gouvernement voulait bien rétablir la confiance", lance un chef religieux musulman de Bukuru, Alhaji Ali Mohammed.

Le fossé semble pourtant difficile à combler et la haine est devenue telle qu'elle interfère même dans les enterrements.

"Même si l'un de nous meurt, il ne nous est pas possible de l'enterrer ici", se plaint un chef musulman de Bukuru, à majorité chrétienne, en expliquant que les morts de sa communauté sont désormais mis en terre dans l'Etat voisin de Bauchi.
avatar
ivo

Messages : 26727
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

guerre(s) de religion(s)

Message  ivo le Lun 8 Nov - 20:25

les extremistes (et meme pas tant que ça...) religieux mettent partout la pression; cathos, sionistes, musulmans ...

les néoconservateurs de tous crins les soutiennent et relient faits et actes dans la politique de tous les jours ...

la laicité recule partout ...

vous etes prets pour (la suite d') un carnage annoncé ?
avatar
ivo

Messages : 26727
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: guerre(s) de religion(s)

Message  alangaja le Lun 8 Nov - 21:22

des armes contre les religions :
-l'humour
-la science
- le sexe (le sexe, c'est bien, mais la religion est contre, pas cool)
-"ben moi, je sais réfléchir comme un grand, définir ma propre morale, sans dieu ni maître"
- un type croyant est pas moins con qu'un autre
...
avatar
alangaja

Messages : 174
Date d'inscription : 01/11/2010

http://www.freewebs.com/alangaja/fascisme2.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: guerre(s) de religion(s)

Message  ivo le Mar 9 Nov - 11:50

LA RELIGION ET LA GUERRE

QUAND LES RELIGIONS SE MÊLENT...

http://www.webzinemaker.com/admi/m6/page.php3?num_web=37603&rubr=2&id=264364
Artisans de paix ou fauteurs de guerre ?

De récents sondages réalisés dans diverses nations indiquent que pour un grand nombre de personnes la religion est plutôt un facteur de guerre qu’un facteur de paix. C’est ce que pensent 47 pour cent des Français et 48 pour cent des Israéliens.

John Taylor, secrétaire général de la Conférence mondiale des religions pour la paix, a déclaré ce qui suit dans la revue catholique mensuelle L’actualité religieuse dans le monde:

“Nous avions un peu l’illusion que toutes les religions avaient apporté et pouvaient apporter de la lumière, de la charité dans les conflits et que ce serait donc un grand bienfait si elles unissaient leurs forces contre la guerre, contre l’armement. Mais peu à peu, en approfondissant les questions, nous avons bien dû nous rendre à l’évidence que ce ne sont pas les armements qui ont provoqué les conflits, mais les haines, les divisions entre les hommes (...). Et là, les religions jouent un rôle, aussi.”

Dans le quotidien catholique Avvenire, l’historien Ernesto Galli Della Loggia s’exprime encore plus crûment: “La religion ne semble pas avoir tissé un canevas unificateur parmi les hommes et les peuples, mais exactement le contraire. Elle agit ainsi depuis des siècles. Non seulement les principales religions monothéistes se sont livrées une guerre à outrance, mais certaines — principalement le christianisme et l’islam — ont tout fait pour exterminer les religions animistes des peuples dits primitifs. Cela s’est produit parce que la religion et le pouvoir politique marchaient main dans la main.”

Voilà certaines des raisons pour lesquelles les gouvernements ne tiennent pas compte des chefs religieux ou les tolèrent comme un mal nécessaire de nos jours. La religion elle-même ce dernier temps n’est qu’un vernis; elle a peu ou pas d’influence sur les hommes et sur les conditions mondiales.

À la conclusion du jour de prière de Paix à Assis, le pape Jean Paul II lui-même a reconnu la responsabilité du catholicisme dans toutes ces effusions de sang. Il a déclaré: “Je suis prêt à reconnaître que les catholiques n’ont pas toujours été fidèles à cette affirmation de foi.” Puis il a ajouté: “Nous n’avons pas toujours été des ‘artisans de la paix’. Par conséquent, pour nous, mais peut-être aussi, dans un certain sens, pour tous, cette rencontre d’Assise est un acte de pénitence.”

À propos des guerres actuelles, Ernesto Galli Della Loggia déclare: “Neuf fois sur dix, ces conflits sont aussi, voire surtout, des conflits religieux.”


Les religions donnent-elles l’exemple?

“LA RELIGION a été l’une des forces les plus puissantes de l’Histoire28”, lit-on dans une encyclopédie (The World Book Encyclopedia). Mais les religions ont-elles été dans le monde une force en faveur de la paix et de la sécurité? Ont-elles enseigné à leurs fidèles que l’amour fraternel devait l’emporter sur les barrières nationales et les différences raciales? D’autre part, les Églises de la chrétienté (l’Église catholique, les Églises protestantes et orthodoxes) se sont-elles montrées fidèles à leur prétention quand elles affirment suivre le Christ et le reconnaître comme “le Prince de la paix”? N’ont-elles pas plutôt attisé les haines qui menacent l’avenir de l’homme? Les faits nous apporteront une réponse surprenante.



Artisans de la paix ou fauteurs de guerre ?

“ UN CHRÉTIEN ne doit participer à aucun acte de guerre. ” Ainsi peut se résumer la position des premiers chrétiens sur la guerre, notent Thoko et Malusi Mpulwana dans la revue Echoes, publiée par le Conseil œcuménique des Églises (COÉ). C’est seulement, ajoutent-ils, “ lorsque l’Église chrétienne fit alliance avec les milieux dirigeants ” qu’elle commença à prôner “ l’acceptation de la nécessité de faire la guerre ”. Le résultat ? Il est notoire que la chrétienté n’a cessé de soutenir les guerres. Après la Seconde Guerre mondiale, l’Église unie du Christ au Japon, s’est sentie tenue de publier officiellement une “ Confession de responsabilité dans la Seconde Guerre mondiale ”.

Cinquante ans après, la chrétienté n’a pas perdu sa réputation de fautrice de guerre. “ Lorsque nous nous demandons si nous, les chrétiens, avons réellement dit un non ferme et convaincant à la logique de guerre et oui à l’amour du Christ, écrit Roger Williamson, qui travaille pour l’Église anglicane, il apparaît clairement que nous [...] avons encore beaucoup à confesser. ”
Le COÉ a, il est vrai, déclaré en 1948 : “ La guerre comme moyen de règlement des conflits est incompatible avec l’enseignement et avec l’exemple de notre Seigneur Jésus Christ. ” Cependant, Roger Williamson fait observer que les Églises de la chrétienté contribuent encore largement “ au fanatisme, à l’intolérance, à la restriction des libertés et au durcissement des conflits ”. “ La religion, conclut-il, [...] exacerbe les conflits plus souvent qu’elle n’y met fin. ”

La guerre qui a déchiré l’ex-Yougoslavie en est un exemple. Malgré les injustices et les cruautés commises pendant des années, les Églises ne sont pas parvenues à présenter un front uni. Pour quelle raison ? Comme le dit Roger Williamson, malgré le lien chrétien qui est censé les unir, les clergés serbe et croate s’affrontent tout autant que les dirigeants politiques. Là et ailleurs, les membres du clergé de la chrétienté, qu’ils soient catholiques, orthodoxes ou protestants, n’agissent pas en artisans de la paix, mais en “ aumôniers de leur propre camp ”. L’auteur reconnaît qu’en dépit du fait que plus de 300 Églises adhèrent aujourd’hui au COÉ, il est “ étonnamment difficile de trouver des exemples d’Églises qui favorisent réellement la paix ”.



La guerre: pourquoi?

VOUS êtes-vous jamais demandé pourquoi les nations entrent en guerre? Si nous trouvons la réponse à cette question, nous découvrirons peut-être aussi le secret de la paix.

Sans doute réagissez-vous à peu près comme ce professeur de sciences politiques, John Stoessinger, qui a dit: “Je lisais que les guerres étaient dues au nationalisme, au militarisme, au jeu des alliances, aux facteurs économiques, ou encore à quelque autre froide abstraction qui m’échappait complètement. (...) Je me demandais si cela pouvait être vrai. (...) En fin de compte, ce sont toujours les hommes qui déclenchent les guerres. Pourtant, dans les ouvrages classiques traitant de la guerre, on donne rarement à la dimension [humaine] le poids qu’elle a en réalité.” (C’est nous qui soulignons.) Il est donc évident qu’on ne peut éliminer le facteur humain des causes de la guerre.

Dans son ouvrage L’évolution de la guerre (angl.), le professeur Otterbein en arrive à une conclusion similaire quand il dit que “les guerres sont décidées par des hommes qui appartiennent à des organisations: état-major militaire ou politique.” Mais quel est le but d’une guerre? L’analyse du professeur Otterbein fait apparaître ces motifs fondamentaux: l’hégémonie politique, le territoire, le pillage, le prestige, la défense et la vengeance.

La guerre: inscrite dans nos gènes?

L’autrichien Konrad Lorenz, pionnier de l’éthologie moderne (science du comportement animal), soutient que l’homme a des pulsions d’agression qui constituent ‘son instinct de motivation le plus élevé, instinct qui le pousse au combat’. — L’Agression.

D’un autre côté, Sue Mansfield, professeur d’histoire, conteste cette conclusion quand elle dit: “Bien que de tout temps la plupart des civilisations aient livré des guerres, la majorité des êtres humains n’y ont pas participé.” Les gouvernements doivent recourir au recrutement obligatoire pour composer leurs forces armées: cela laisse aussi supposer que les gens en général ne sont pas nécessairement des plus enthousiasmés à la perspective d’agresser et de tuer et que, d’autre part, l’agression et le meurtre ne sont pas des réactions spontanées. Le professeur Mansfield ajoute: “En effet, l’Histoire révèle que d’ordinaire la guerre a toujours été le fait d’une minorité.”

De nos jours, ceux qui composent cette minorité reçoivent un entraînement intensif et sont conditionnés. En outre, avec l’avènement de l’artillerie, des bombes et des missiles, la guerre et le meurtre sont devenus plus impersonnels. Aujourd’hui, et cela tranche avec les guerres du passé, la minorité spécialisée peut tuer ses victimes sans pour autant les voir et encore moins les connaître. Comment peut-on être incité à se battre quand on ne connaît même pas son ennemi?

Le rôle de la propagande

Il arrive que des voisins se disputent. Mais leurs altercations se terminent rarement par une effusion de sang. D’abord, la loi du pays condamne celui qui est coupable de violence et de meurtre sur la personne d’un concitoyen. Mais en temps de guerre, cette même loi ne dissuade pas les gens d’attaquer les habitants du pays ennemi même si, pour la plupart, ils ne connaissent pas vraiment leurs “ennemis”. Tout ce qu’ils savent à leur sujet, c’est ce qu’on leur a fait croire par le bourrage de crâne des médias politisés.

Cela est vrai dans tous les pays. À ce sujet, citons encore ces paroles d’Eibl-Eibesfeld: “L’opinion publique est formée par des groupes d’intérêt (hommes politiques, fabricants d’armes, militaires) qui abusent l’électorat en lui fournissant des informations fausses ou orientées.” Dans le même ordre d’idées, l’historien H. Barnes écrivait: “Depuis les guerres de la Révolution française, (...) on n’a cessé de répandre une propagande abondante et insistante visant à protéger la guerre de la critique populaire, de l’opposition et d’une analyse a posteriori de ses conséquences.”


Par ce moyen, “il est possible de persuader et de manipuler à peu près n’importe qui, et de l’amener à se trouver plus ou moins volontairement dans une situation où il devra tuer et peut-être mourir”. (La guerre par Gwynne Dyer.) Ainsi, grâce à son pouvoir politique et économique, l’“élite” peut se servir des médias pour préparer les masses à un massacre.

Adolf Hitler et Joseph Goebbels, les chefs de l’élite dirigeante nazie, avaient bien compris quel avantage ils auraient à tromper les masses et à exercer une emprise sur les esprits. Le 24 août 1939, devant un groupe d’officiers supérieurs, Hitler expliquait ainsi ses plans d’invasion de la Pologne: “Je trouverai une cause propagandiste pour déclencher la guerre. Peu importe qu’elle soit plausible ou non. (...) Quand on déclenche et mène une guerre, la victoire prime le droit.”

Voilà qui est clair: pour qu’une nation se dresse contre une autre, elle doit pouvoir invoquer un motif. Mais quels sont les principaux éléments générateurs de la fièvre guerrière?

Qui décide la guerre?

L’économiste autrichien Schumpeter affirmait: “Si l’on choisit la guerre, c’est en particulier sous la poussée des classes dirigeantes se souciant des intérêts du pays, mais aussi sous la pression de tous ceux à qui profite une politique belliciste, que ce soit au niveau économique ou social.” On a défini ces classes dirigeantes comme des “élites [qui] s’efforcent à tous moments de manipuler d’autres parties de la population, quand ce n’est pas l’opinion publique elle-même, et ce dans le but d’asseoir leur propre pouvoir”. — Pourquoi la guerre? par les professeurs Nelson et Olin.

Toute nation a sa classe dirigeante, divisée ou non en différentes factions politiques. Toutefois, beaucoup font remarquer que dans aucun pays on ne devrait sous-estimer le pouvoir détenu par l’élite militaire. Parlant de l’institution qu’est l’armée, l’ancien ambassadeur américain John Galbraith écrit que “c’est de loin le plus puissant de tous les éléments autonomes du pouvoir”. Puis il ajoute: “Ce qui fait la force de l’armée, ce sont non seulement ses prérogatives importantes, mais aussi (...) tous les moyens dont elle dispose pour s’imposer. (...) Aujourd’hui, plus qu’aucune autre forme de pouvoir, c’est l’armée qui est la plus importante cause de malaise.”

Galbraith illustre son propos en prenant pour référence l’armée américaine, dont les ressources sont “bien plus importantes que celles de n’importe quelle forme de pouvoir comparable; elles englobent tout ce qui est mis à la disposition des forces armées et des institutions civiles qui en dépendent, mais aussi ce qui est investi dans l’industrie d’armement”. La situation est certainement analogue dans bien d’autres pays. Là réside le danger d’une guerre d’extermination mutuelle: si l’autorité militaire venait à l’emporter sur le pouvoir politique.

Le nationalisme: cet “égoïsme sacré” qui divise

Parfois le peuple n’est pas favorable à la guerre. Dans ce cas, comment les dirigeants arrivent-ils aussi aisément à persuader les masses de se ranger à leurs vues? Les États-Unis ont rencontré un problème de ce genre lors de la guerre du Viêt Nam. Qu’a fait alors l’élite gouvernementale? Galbraith répond en ces termes: “La guerre du Viêt Nam a fourni l’occasion aux États-Unis du plus gigantesque effort de conditionnement social [canalisation de l’opinion publique] des temps modernes. Rien n’a été négligé dans cette entreprise visant à amener le public américain à considérer la guerre comme nécessaire et acceptable.” Cela suppose un moyen très efficace pour amener une nation à montrer de la complaisance envers la guerre. Quel est ce moyen?

C’est encore le professeur Galbraith qui nous donne la réponse: “Dans tous les pays les écoles inculquent les principes du patriotisme (...). Cette forme de conditionnement qui exige que chacun se rallie autour du drapeau national joue un rôle clé pour obtenir la soumission de tous à la politique militaire et étrangère.” Ce conditionnement systématique prévaut dans les pays communistes comme dans les nations occidentales.

Charles Yost, diplomate de carrière du ministère américain des Affaires étrangères a fait cette déclaration: “La cause première de l’insécurité des nations est toujours là; c’est l’attribut même dont les nations tirent le plus d’orgueil: leur souveraine indépendance, leur ‘égoïsme sacré’, leur insubordination à tout intérêt plus grand ou plus élevé que le leur.” Cet “égoïsme sacré” est en bref le nationalisme cause de désunion, l’enseignement pernicieux selon lequel une nation est supérieure à toutes les autres.

L’historien Arnold Toynbee écrivait: “L’esprit patriotique est un ferment né du vin nouveau de la démocratie dans les vieux fûts du tribalisme.” Dans l’ouvrage Pouvoir et immortalité (angl.), nous lisons sous la plume du docteur Lopez-Reyes: “La souveraineté est une cause très importante de la guerre aujourd’hui; (...) si rien ne change, le système des nations ou États souverains va déclencher une troisième guerre mondiale.” L’importance donnée au nationalisme et à la souveraineté s’oppose au concept fondamental selon lequel nous sommes tous membres de la même famille humaine, abstraction faite des différences linguistiques ou culturelles. C’est la négation de ce concept qui mène à la guerre.

Certes, les experts peuvent présenter toutes sortes de raisonnements expliquant pourquoi l’homme entreprend systématiquement de détruire ceux de sa propre espèce. Il n’en reste pas moins un facteur capital dont la plupart des commentateurs ne parlent pas.

La religion: son influence sur la guerre

Même si la religion perd du terrain dans de nombreux pays, on peut néanmoins faire figurer le clergé dans la classe d’élite qui prend toutes les décisions. De plus, la religion n’a jamais cessé d’être l’instigatrice de guerres. Le conflit qui oppose actuellement musulmans shiites, musulmans sunnites et la force d’Iraq en est un exemple frappant.

On a assisté au même genre de situation entre l’Inde et le Pakistan, à Rwanda et Irlande du Nord. Le professeur Stoessinger déclare: “Les guerres de religion les plus cruelles de l’Histoire n’ont été ni les croisades des chrétiens contre l’Islam ni la guerre de Trente Ans qui a divisé catholiques et protestants. C’est plutôt la guerre entre les hindous et les musulmans qui a eu lieu en notre XXe siècle.” Qu’est-ce qui a suscité cette inimitié persistante? C’est la partition entre l’Inde et le Pakistan qui s’est effectuée en 1947. La première conséquence en a été “un énorme mouvement de population, sans doute le plus massif de tous les temps. Craignant de subir des persécutions au Pakistan, plus de sept millions d’hindous ont fui précipitamment en Inde pour y chercher refuge. Parallèlement, un nombre égal de musulmans ont quitté l’Inde et sont venus chercher la sécurité sur le sol pakistanais. Ce mouvement de population s’est accompagné d’un déferlement de violence et d’effusions de sang provoquées par les haines religieuses”. — Pourquoi les nations entrent en guerre (angl.).



Il est à noter que l’islam et le judaïsme sont considérés comme des facteurs de guerre dans les pays catholiques, tandis qu’en Israël près d’un quart de la population estime que le catholicisme est un facteur de guerre

Tout au long de l’Histoire, le clergé s’est fait volontiers le complice de l’élite au pouvoir. En temps de guerre, dans les deux camps les chefs religieux ont béni pieusement au nom de Dieu les armes et les armées, alors que souvent ils se réclamaient de la même confession. À cause d’un tel blasphème, bien des gens ont rompu avec Dieu et la religion.
avatar
ivo

Messages : 26727
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: guerre(s) de religion(s)

Message  ivo le Mer 10 Nov - 10:54

Irak : nouvelles attaques contre des chrétiens de Bagdad

Plusieurs attentats à la bombe et un tir de mortier visant la communauté chrétienne de Bagdad ont fait au moins trois morts et une vingtaine de blessés ce mercredi à Bagdad.
En deux heures, au moins 14 bombes ont explosé à travers la ville, et un obus de mortier s’est abattu sur le quartier de Doura, dans le sud de la ville.


Il y a dix jours, une attaque contre une église catholique de la ville avait fait 52 morts.
C’est à la suite de ces premières attaques qu’une cinquantaine de chrétiens irakiens a été accueillie en France lundi soir.
avatar
ivo

Messages : 26727
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: guerre(s) de religion(s)

Message  ivo le Jeu 11 Nov - 17:20

quand certains "médias" font tout pour mettre de l'huile sur le feu ...


Islam: Malaise après un reportage au 20h de TF1
http://www.jeanmarcmorandini.com/article-46075-islam-malaise-apres-un-reportage-au-20h-de-tf1-regardez.html
L'Union des organisations islamiques de France (UOIF) a critiqué samedi dans un communiqué le reportage diffusé vendredi soir par TF1 sur deux adolescents qui ont jeté des pierres lors d'une messe dans une église de Carcassonne y voyant un lien entre délinquance et islam.

Les faits se sont produits mardi lors de l'office des défunts dans une église située dans un quartier HLM. Deux jeunes gens non identifiés ont lancé des pierres, blessant légèrement une personne âgée et endommageant une statue. Le curé de la paroisse a porté plainte, une enquête est en cours et le délégué régional du Conseil français du culte musulman a condamné une "attitude de voyous".

Dans le reportage diffusé vendredi en ouverture du journal de 20 heures, l'UOIF, qui condamne "avec la plus grande vigueur" cet incident, "s'étonne de l'amalgame induit par le traitement de cette information".

"Sans aucun lien évident avec l'affaire, la proximité d'une mosquée a été évoquée et son imam interviewé. En plus, l'attentat meurtrier perpétré contre une église en Irak (dimanche à Bagdad faisant 46 morts, ndlr) a été cité", déplore l'UOIF.

Cette dernière "regrette qu'encore une fois on use de raccourcis pour lier implicitement un fait divers de délinquance à l'islam et aux musulmans" et juge "insupportable que de plus en plus des informations soient distillées d'une manière subtile au risque de nourrir les expressions d'islamophobie".

TF1 a déclaré en milieu d'après-midi, n'avoir "pas de commentaire à faire pour le moment".
avatar
ivo

Messages : 26727
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: guerre(s) de religion(s)

Message  ivo le Ven 12 Nov - 13:16



"Les habitants de la terre se divisent en deux,

Ceux qui ont un cerveau, mais pas de religion,

Et ceux qui ont une religion, mais pas de cerveau."

[Aboul-Ala al-Maari XI°s]

=======

"A Maara, les nôtres faisaient bouillir des paîens adultes dans les marmittes,

ils fixaient les enfants sur des broches et les dévoraient grillés"

[Raoul de Caen 1099]

=======

"Les nôtres ne répugnaient pas à manger non seulement les Turcs et les Sarrazins tués mais aussi les chiens!"

[Albert d'Aix 1099]
avatar
ivo

Messages : 26727
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: guerre(s) de religion(s)

Message  Lib le Ven 12 Nov - 13:25

ivo a écrit:quand certains "médias" font tout pour mettre de l'huile sur le feu ...


Islam: Malaise après un reportage au 20h de TF1






_________________
"Quiconque a un jour bloqué une rocade assez longtemps pour entendre à nouveau le chant des oiseaux sait bien quelle sinistre vie s’interrompt avec le blocage de l’économie."
avatar
Lib

Messages : 1691
Date d'inscription : 16/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: guerre(s) de religion(s)

Message  Groucho Marx le Ven 12 Nov - 16:13

tu t'ais renseigné sur l'auteur Adriana EVANGELIZT ?
avant de lire j'ai fait une recherche :
http://visionnaire.over-blog.com/
http://nom666.over-blog.com/
What a Face
avatar
Groucho Marx

Messages : 411
Date d'inscription : 12/11/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: guerre(s) de religion(s)

Message  ivo le Ven 12 Nov - 16:20

oui oui je sais ....
tu penses bien qu'avant de poster qque chose comme ça je verifie un peu.

mais à ce moment là il ne faut plus rien citer, ne plus voir aucun doc ... etc ...


tout ce qui m'interesse c'est ce qui est dit dans le texte.
la source (le site) en est d'ailleurs d'autant plus savoureuse ...
quant à l'auteur ...
tu noteras que j'ai quand meme linké la source.

chacun interprete à sa sauce apres.

espece de fouineur Wink

avatar
ivo

Messages : 26727
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: guerre(s) de religion(s)

Message  niouze le Mar 16 Nov - 14:30

Blogueur athée arrêté par les autorités palestiniennes (Facebook)
Par Gilles Klein le 16/11/2010

Un jeune blogueur athée a été arrêté par les autorités palestiniennes pour avoir fait la promotion de ses idées sur Internet et, en particulier, sur Facebook. Une page de soutien a été ouverte sur Facebook par des jeunes Arabes favorables à la liberté d'expression.



"Waleed Al Husseini, un blogueur et activiste, âgé de 26 ans, a été arrêté dans la ville cisjordanienne de Qalqilya par les autorités palestiniennes pour promotion de l'athéisme. Ses amis ont cessé de recevoir des nouvelles de lui la semaine dernière, puis plusieurs messages sur des forums disent qu'il a bien été arrêté." explique la page Facebook "Solidarité avec Waleed Al-Husseini"

"L'agence de presse Maan a confirmé cette nouvelle après avoir contacté les autorités." Hussiny
Ma an news





"Les résidents d'une ville conservatrice du nord de la Cisjordanie ont été surpris lorsque les forces de sécurité ont arrêté un blogueur controversé dont les messages sur Facebook avaient exaspéré les musulmans." explique l'agence Ma'an.

"Une source de haut rang dans les services généraux de renseignements palestiniens a déclaré à Ma'an que le détenu, qui n'a pas été identifié, a été arrêté à Qalqiliya."

L'agence cite les propos du blogueur "«Les musulmans me demandent souvent pourquoi j'ai quitté l'Islam», écrit-il.«Ce qui me frappe est que les musulmans ne peuvent pas l'comprendre que le renoncement à l'Islam est un choix offert à tous et que toute personne a le droit de le faire. Ils croient que quiconque quitte l'islam est un agent ou un espion pour un État de l'Ouest»" allusion à Israel.



La page ouverte sur Facebook par ce blogueur est toujours en ligne malgré de nombreuses demandes de supression.






"Sa mère a annulé son abonnement Internet après avoir découvert des articles sur l'athéisme sur son ordinateur, en espérant qu'il changerait d'avis.Il a continué dans un café internet où il passait plusieurs heures par jour pendant plusieurs mois, ce qui a éveillé les soupçons." explique le site catholique World

"Un employé du cybercafé a donné des captures d'écrans de ses pages Facebook aux services de renseignement palestiniens. Après avoir surveillé Husayin pendant quelques mois, les fonctionnaires l'ont arrêté le 31 octobre. Il n'a pas été inculpé mais il reste en détention, a déclaré le porte-parole de la sécurité palestinienne Adnan Damiri."

http://www.arretsurimages.net/vite.php?id=9647

_________________
"Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça." coluche
avatar
niouze

Messages : 5052
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: guerre(s) de religion(s)

Message  ivo le Jeu 23 Déc - 13:43

Appel Europe Ecologie - Les Verts: Laïcité n'est pas racisme
http://www.mesopinions.com/Appel-Europe-Ecologie---Les-Verts--Laicite-n-est-pas-racisme-petition-petitions-79c4ddf51674b85dbaee8ff8516d43e9.html

Auteur :eelv@hotmail.fr

Description :Europe Ecologie - Les Verts Premiers signataires: Djamila Sonzogni (Porte parole EELV), Frédéric Sarkis (Conseiller municipal EELV), Nabila Keramane (conseillère régionale EELV)

A l'attention de Tous les citoyens désirant Liberté, Egalité et Fraternité

Appel Europe Ecologie – Les Verts:
Laïcité n’est pas racisme !

Depuis quelques années, nous assistons à une véritable libération de la parole raciste visant les personnes issues de nos anciennes colonies : loi sur l’apport positif de la colonisation, présentation de l’immigration comme un danger pour la supposée « identité nationale », lois visant spécifiquement les musulmans, ethnicisation de la question sociale en ce qui concerne les difficultés que rencontrent les banlieues, campagnes contre « l’islamisation » de la France, amalgames entre terrorisme, islamisme, musulmans, jeunes de banlieue.

Cette vision culturaliste d’un monde traversé par un « choc » entre « civilisations » supposées incompatibles est en train de gagner la « bataille des esprits » et de transformer durablement la matrice d’analyse de la réalité sociale et politique.

Aujourd’hui ces discours ne sont plus l’apanage de l’extrême droite mais traversent l’ensemble de nos sociétés. En France, cette vision est entrée en résonnance avec une certaine tradition de hiérarchisation des cultures héritées de notre histoire coloniale.


L’un des tours de « passe passe » qui a permis, malgré une tradition anti-raciste et anti-coloniale, d’étendre ces grilles d’analyse même au sein de l’institution républicaine, s’est fait par l’instrumentalisation et le pervertissement de la notion de « laïcité ».

La laïcité est un principe de séparation de l’institution républicaine et des institutions religieuses destiné à assurer l’autonomie de l’individu. La laïcité, c’est le droit de croire comme celui de ne pas croire. La laïcité c’est le droit à chacun de définir soit même sont identité d’individu dans le respect d’un construire ensemble permettant à chacun d’avoir sa place. Bref, la laïcité est un outil de liberté, d’égalité et de fraternité, un outil de démocratie.

Malheureusement, certains confondent la défense de la laïcité, par le fait d’imposer une identité « majoritaire » (certains diront « nationale ») à ceux, les juifs, les musulmans, les immigrés et autres « minoritaires » supposés par essence être incapables de « s’intégrer » sinon « s’assimiler » à la communauté « majoritaire ».

Avec l’appel à la tenue d’assises contre l’islamisation de la France ou encore avec l’assimilation, faite par Marine Le Pen, des prières de rue faites par les « musulmans » à l’occupation nazie, un pas dans l’instrumentalisation de la laïcité vient d’être franchi. Le discours anti-arabe des années 80 est recyclé, sous couvert de pseudo-laïcité, à un discours anti- musulman. Le vocabulaire change, le racisme reste.

Le risque cette fois est que de nombreuses personnes de bonne foi et pensant défendre sincèrement la laïcité soient trompées par ce nouveau vocable et ne se rendent pas compte de l’instrumentalisation dont elles font l’objet.


La France est diverse, c’est un état de fait qu’il faut accepter. La critique des religions, de toutes les religions, est un droit mais critiquer les religions cela ne signifie pas accepter la relégation communautaire et nier aux individus croyants le droit au libre arbitre et à leur droits de citoyens.

La défense de la laïcité doit au contraire se faire par le respect de l’autonomie des individus, c'est-à-dire par la recherche de l’adhésion volontaire à un modèle de vivre ensemble laissant à chacun sa place et respectant l’égalité entre les citoyens.

Il ne s’agit pas de nier les mécanismes de repli identitaire que l’on voit poindre un peu partout. Cependant, ne nous trompons pas de cible. Ce repli n’est pas l’apanage des « minorités » mais est un phénomène qui s’amplifie en réaction à une mondialisation libérale affaiblissant les systèmes collectifs de protection sociale et généralisant une culture de compétition entre êtres humains réduits à un statut de consommateurs et de cibles marketing.

La réponse à la fragmentation de nos sociétés ne se fera pas en mettant de l’huile sur le feu des réactions identitaires mais en proposant un projet collectif et politique nouveau redonnant de l’espérance dans les processus collectifs et dans un horizon meilleur pour tous.

La génération d’après guerre a su faire adhérer les peuples européens à un nouveau projet de progrès social et de paix. Aujourd’hui, avec les guerres, les crises économiques, sociales et écologiques, il est évident que le modèle hérité de nos parents n’est plus apte à répondre aux besoins d’aujourd’hui.

Ceux qui veulent dépasser le modèle du Xxème siècle pour revenir à celui des « croisades » et du rêve des « conquêtes » coloniales (discours de 2007 de N. Sarkozy à Toulon), se trompent lourdement. Notre génération doit réinventer un rêve européen, un rêve qui répond aux questions d’aujourd’hui sans reproduire les erreurs du passé, un rêve de paix et d’équilibre entre les êtres humains et leur environnement. C’est cela le vrai défi qui est posé à nous, c’est cela le rêve que nous avons la responsabilité de construire ensemble.
avatar
ivo

Messages : 26727
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: guerre(s) de religion(s)

Message  ivo le Sam 25 Déc - 13:03

Réveillon meurtrier pour les chrétiens du Nigéria et des Philippines
http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/monde/20101225.OBS5274/reveillon-meurtrier-pour-les-chretiens-du-nigeria-et-des-philippines.html
Des attaques ont ciblé des fidèles chrétiens vendredi soir, faisant au moins 14 morts au Nigéria et 6 blessés aux Philippines. Au même moment, à Rome, le pape a condamné la violence et la guerre, tandis qu'à Bethléem, le patriarche latin de Jérusalem a exhorté à la paix au Moyen-Orient.

Des attaques meurtrières ont ensanglanté le réveillon de Noël de fidèles chrétiens au Nigéria et aux Philippines, vendredi 24 décembre, alors que le pape Benoît XVI condamnait, au même moment, ceux qui sèment la violence et la guerre dans le monde, en célébrant la messe de la nuit de Noël à la basilique Saint-Pierre de Rome.

Au Nigeria, au moins huit personnes ont été tuées par une explosion dans le centre du pays, une région où les tensions sont vives entre communautés chrétienne et musulmane.
Dans le nord majoritairement musulman, des hommes armés suspectés d'appartenir à la secte Boko Haram, les "talibans" nigérians, ont mené trois attaques contre des églises. "Dans une attaque menée contre une église baptiste dans la région d'Alamderi, cinq fidèles dont un pasteur ont été tués par des hommes armés suspectés d'appartenir à la secte Boko Haram", selon l'armée nigériane.
Dans une autre partie de la même ville de Maiduguri, considérée comme un "fief" taliban, un garde de sécurité a été tué par d'autres membres présumés de la secte Boko Haram, qui ont attaqué une autre église, a-t-elle ajouté.
Des soldats nigérians, selon la même source, ont réussi à empêcher une autre attaque visant troisième église à Maiduguri.
L'armée a cependant souligné qu'une église baptiste avait été incendiée ainsi que la maison du pasteur qui était située à proximité.

Aux Philippines, dans le sud du pays en proie à une rébellion musulmane, six personnes ont été blessées par l'explosion d'une bombe dans une église où était célébrée la messe de Noël sur l'île de Jolo.

Dans le même temps, sur un forum connu pour ses liens avec le réseau Al-Qaida, le Shumukh al-Islam, un militant a menacé dans une cassette audio "les incroyants et les pays chrétiens célébrant Noël" d'attentats à la bombe, a annoncé vendredi le centre américain de surveillance de sites islamistes (SITE).



Des messes de Noël teintées d'inquiétude

En cette nuit marquée par ces violences et menaces anti-chrétiennes, la messe de Noël dite par le pape à la basilique Saint-Pierre de Rome a eu une intensité toute particulière : Benoît XVI a condamné dans des termes très durs ceux qui sèment la violence et la guerre dans le monde. "Seigneur, réalise totalement ta promesse : brise les bâtons des tortionnaires, brûle les chaussures bruyantes (des soldats), fais que finisse le temps des manteaux couverts de sang", a déclaré le pape dans son homélie, devant les milliers de fidèles assemblés dans la basilique au Vatican.

Comme en écho, à Bethléem, lieu de naissance du Christ selon les Evangiles, le patriarche latin de Jérusalem, Mgr Fouad Twal, plus haute autorité catholique romaine en Terre sainte, a exhorté à la paix au Moyen-Orient.

Dans son prêche, le prélat a fait allusion au sort des chrétiens d'Irak, fuyant leur pays depuis le massacre de Bagdad fin octobre.

"Dans un monde déchiré par la violence et l'intégrisme, qui légitime les pires actions, jusqu'aux assassinats dans les églises, l'Enfant de Bethléem vient nous rappeler que le premier commandement est l'Amour. Il nous enseigne le pardon et la réconciliation, même avec nos ennemis", a souligné le patriarche, qui a lancé un appel pour que "le son des cloches couvre le bruit des armes".



Intentions de prière pour les persécutions

"En ce Noël, nous souhaitons que Jérusalem devienne non seulement la capitale de deux nations (israélienne et palestinienne), mais aussi un modèle pour le monde entier de bonne entente et de coexistence entre les trois religions monothéistes", a encore déclaré le prélat.

Mais, en riposte à des tirs de mortier et de roquettes palestiniens, l'aviation israélienne a toutefois bombardé quatre objectifs dans la bande de Gaza dans la nuit de vendredi à samedi, blessant au moins deux personnes.

Le chef de l'Eglise anglicane, l'archevêque de Canterbury Rowan Williams, a demandé pour sa part dans son sermon de Noël qu'on se souvienne à cette occasion de ceux qui, partout dans le monde, sont victimes de persécutions en raison de leur foi chrétienne.

"Nous pouvons nous sentir impuissants; et pourtant nous devrions aussi savoir que les gens dans de telles circonstances sont renforcés par le simple fait de savoir qu'ils n'ont pas été oubliés", a-t-il dit, selon le texte de son sermon.



(Nouvelobs.com)
avatar
ivo

Messages : 26727
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: guerre(s) de religion(s)

Message  ivo le Mar 28 Déc - 13:29

Violences inter-confessionnelles au Nigéria : 86 morts
Les affrontements inter-communautaires au Nigéria, entre chrétiens et musulmans, ont fait 86 morts, selon l’Agence nationale de gestion des situations d’urgence.
Des attentats anti-chrétiens ont eu lieu la veille de Noël à Jos, une ville du centre du pays, déclenchant plusieurs jours d’affrontements et de représailles.

Le bilan officiel communiqué par la police fait état de 35 morts.
avatar
ivo

Messages : 26727
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: guerre(s) de religion(s)

Message  alangaja le Mar 28 Déc - 14:08

il me semble que ce conflit interreligieux dans ce pays en cache un autre qui est de nature plus sociale, mas je ne retrouve pas l'info. ce qui est sûr, c'est que j'ai du mal à croire aux affrontements meurtriers pour des causes strictement religieuses. même au Moyen Age ça n'existait pas...
avatar
alangaja

Messages : 174
Date d'inscription : 01/11/2010

http://www.freewebs.com/alangaja/fascisme2.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: guerre(s) de religion(s)

Message  ivo le Mar 28 Déc - 14:12

relire
http://www.pavillon-noir.info/t1587-guerres-de-religions#13040

il est évident que les motifs religieux sont tjs pretextes pour cammoufler des interets bcp plus terre à terre
......

à se demander si l'origine du patriarcat il y a qques milliers d'années ne fut pas simplement ce besoin ....


Dernière édition par ivo le Mar 28 Déc - 14:14, édité 1 fois
avatar
ivo

Messages : 26727
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: guerre(s) de religion(s)

Message  ivo le Lun 3 Jan - 20:05

Menaces à l'encontre des coptes de France: «C'est du jamais-vu»
http://www.liberation.fr/monde/01012311380-menaces-a-l-encontre-des-coptes-de-france-c-est-du-jamais-vu
Les coptes d'Europe sont-ils menacés à leur tour? Deux jours après l'attentat qui a tué 21 personnes à Alexandrie, en Egypte, les communautés coptes française et allemande ont fait état de menaces à leur encontre. Un évêque copte d'Allemagne a alerté les autorités et demandé une protection, notamment pour les cérémonies du Noël copte orthodoxe, qui débutent jeudi 6 janvier.

En France, le curé de l'église copte de Châtenay-Malabry, Girguis Lucas, a déposé une plainte ce lundi. Une enquête a été ouverte, pour «association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste». Elle est menée par la section antiterroriste de la brigade criminelle de la police judiciaire parisienne.

La Direction générale de la police nationale indique qu'elle n'a pas relevé de «menace circonstanciée» à l'heure actuelle. La sécurité sera toutefois renforcée «pendant quelque temps» autour des 19 lieux de culte coptes que compte la France. D'après le ministère de l'Intérieur, chargé des Cultes, la France compte quelque 45.000 coptes, Egyptiens ou descendants d'Egyptiens. Venus surtout dans les années 1970, ils résident principalement en région parisienne.

Pour Girguis Lucas, ces menaces proférées à l'encontre des coptes de France sont inédites.

Quelles menaces avez-vous reçues?

C'est un fidèle m'a alerté. Sur Internet, des menaces circulaient comme quoi les attentats d'Alexandrie seraient répétés dans d'autres églises coptes, et notamment hors d'Egypte. Notre église était nommément citée. Peut-être parce que c'est l'une des plus anciennes églises coptes de France. Elle a été fondée il y a 21 ans. C'est aussi l'une des plus importantes en nombre de fidèles: 500 à 1000. Nous avons déposé plainte, la police avait déjà repéré ces menaces.

La communauté copte a-t-elle déjà fait l'objet de menaces en France? Est-elle aujourd'hui gagnée par la peur?

C'est du jamais-vu en France. Que cela touche des églises coptes hors d'Egypte, c'est bizarre. Nous n'avons pas peur, car nous sommes gardés par le seigneur, mais il faut faire le nécessaire, appeler la police, sécuriser les cérémonies de Noël. C'est une menace réelle.

Comment abordez-vous les célébrations du Noël copte, qui débutent jeudi?

Elles ne seront pas joyeuses, comme c'est le cas normalement. Il y a des gens qui ont vu des membres de leur famille blessés ou tués. Mais nous célébrerons la messe de la nativité du Christ.

Quant à la venue ou non des fidèles, je ne peux pas vraiment prédire ce qui va se passer, car c'est une situation inédite pour moi. Je peux imaginer deux cas de figure: soit il y aura moins de monde car les gens auront peur. Soit il y aura plus de monde, car dans des situations pareilles la solidarité se renforce. J'ai demandé à l'ambassadeur d'Egypte, qui habituellement est présent, de ne pas venir. Je crains pour sa sécurité.


......
avatar
ivo

Messages : 26727
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: guerre(s) de religion(s)

Message  ivo le Ven 7 Jan - 12:06

Sarkozy dénonce un plan d’épuration religieuse au Moyen-Orient
FRANCE INFO - 11:07


Nicolas Sarkozy lors de la cérémonie de voeux aux partenaires sociaux, hier à l'Elysée
©REUTERS/Charles Platiau

Nicolas Sarkozy a déclaré ce matin qu’il n’admettrait pas "ce qui ressemble de plus en plus" à "un plan particulièrement pervers d’épuration du Moyen-Orient, d’épuration religieuse", après les persécutions à l’égard des communautés chrétiennes.
Des propos tenus lors des vœux du chef de l’Etat devant les autorités religieuses.
Le Président français a condamné l’attentat de la nuit de la Saint-Sylvestre qui a fait une vingtaine de morts dans une église d’Alexandrie.
“Il faut y prendre garde, nous ne pouvons pas non plus admettre et donc faciliter ce qui ressemble de plus en plus, j’emploie un mot fort, à un plan particulièrement pervers d’épuration au Moyen-Orient, d’épuration religieuse ”, a-t-il déclaré.
“En Irak comme en Egypte, les chrétiens d’Orient sont chez eux, et ils sont là pour la plupart depuis 2.000 ans”. “Les droits qui sont garantis chez nous à toutes les religions doivent être réciproquement garantis dans les autres pays”, a poursuivi Nicolas Sarkozy.

Chrétiens d’Orient : Sarkozy dénonce un plan "d’épuration religieuse" Ecoutez Nicolas Sarkozy devant les autorités religieuses. (9'25")

Le président de la République s’exprimait lors des vœux aux autorités religieuses du pays, auxquelles s’était joint exceptionnellement cette année le représentant des coptes en France, le père Girguis Lucas, curé de la paroisse de Châtenay-Malabry (Hauts-de-Seine).
Les orthodoxes, parmi lesquels les coptes, fêtent aujourd’hui Noël, suivant le calendrier julien.

avatar
ivo

Messages : 26727
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: guerre(s) de religion(s)

Message  ivo le Dim 8 Mai - 10:31

Egypte : Au moins quatre morts entre musulmans et chrétiens au Caire
france-info
Au moins quatre morts et plus de vingt blessés lors d’affrontements interconfessionnels entre musulmans et chrétiens au Caire.

Ces affrontements ont eu lieu ce soir lorsque des musulmans ont attaqué une église chrétienne copte dans le quartier de Imbaba, dans le nord-ouest du Caire
.
avatar
ivo

Messages : 26727
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: guerre(s) de religion(s)

Message  ivo le Dim 8 Mai - 12:17

Violences interconfessionnelles en Egypte : 10 morts, réunion de crise du gouvernement
FRANCE INFO - 11:49
10 morts et 186 blessés dans des affrontements entre musulmans et chrétiens au Caire hier soir. Ce sont parmi les plus graves violences inter-confessionnelles depuis la chute du régime Moubarak. Le Premier ministre a annulé un déplacement dans le Golfe et convoqué en urgence une réunion de crise.


Vue du quartier d'Imbaba au Caire, où musulmans et chrétiens coptes se sont une nouvelle fois affrontés hier soir, malgré l'intervention de l'armée et de policiers anti-émeutes
© REUTERS / Asmaa Waguih

Essam Charaf devait entamer ce matin une tournée aux Emirats arabes unis et à Bahreïn. Le Premier ministre égyptien est finalement resté au Caire pour animer une réunion de crise de son cabinet, après les violences inter-confessionnelles qui ont éclaté hier soir dans un quartier populaire du Caire.

A l’origine de ces affrontements, une rumeur a circulé dans le quartier d’Imbaba, faisant état de l’enlèvement d’une chrétienne mariée à un musulman et de sa détention dans une église contre sa volonté. Même si ces faits n’ont pas été confirmés, cette rumeur a provoqué la colère de musulmans qui ont alors marché sur cette église.

Des heurts ont suivi, des coups de feu ont retenti dans tout le quartier. Une autre église du quartier a été incendiée.
De nombreux soldats et des policiers anti-émeutes ont alors été déployés et ont tenté de disperser la foule à l’aide de gaz lacrymogènes. Sans toutefois réussir pendant plusieurs heures à ramener le calme et sans pouvoir empêcher la mort d’au moins 10 personnes. 186 personnes ont aussi été blessées, certains pas balles.

Ce matin, dans le quartier, des meubles jonchaient encore les trottoirs, témoin de la violence des événements. Les incendies dans les églises ont été éteints, mais les bâtiments son toujours encerclés par l’armée.

L’armée égyptienne a promis d’agir fermement contres les responsables de ces violences. 190 personnes vont d’ailleurs être déférées devant un tribunal militaire. Et plusieurs dirigeants religieux ont condamné ces affrontements, et se sont inquiété de l’escalade des tensions durant la période de transition. Le grand mufti Ali Gomaa a estimé que ces heurts "mettaient en danger la sécurité de l’Egypte".

La minorité copte stigmatisée par les salafistes

Depuis des mois, le pays enregistre une montée des tensions entre communautés, alimentée par des polémiques sur des femmes coptes qui seraient cloitrées par l’Eglise, pour les empêcher de se convertir à l’islam. Plusieurs manifestations à l’appel de salafistes ont eu lieu ces dernières semaines pour réclamer la libération notamment de deux épouses de prêtres. Toutes deux auraient quitté leur mari. Elles ont été raccompagnées chez elles par la police. Les Coptes assurent qu’elles ont en fait été enlevées par des mulsulmans.

Les Coptes, ou chrétiens d’Egypte, représentent entre 6 et 10% des quelque 80 millions d’Égyptiens. Présents dans le pays depuis les premiers temps du christianisme, avant l’ère islamique, ils s’estiment discriminés et de plus en plus marginalisés dans une société en grande majorité musulmane sunnite. Leur sentiment d’insécurité s’est aggravé depuis la chute du président Moubarak, qui s’est traduite par une visibilité accrue du mouvement fondamentaliste salafiste.
avatar
ivo

Messages : 26727
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum