Derniers sujets
» les photos d'actus - l'info en résumé
par ivo Mer 22 Nov - 10:15

» vite, je vais vomir ...
par ivo Mer 22 Nov - 10:12

» macronie
par ivo Mer 22 Nov - 9:07

» pesticides / fongicides
par ivo Mer 22 Nov - 9:02

» contre l'esclavage moderne
par ivo Mer 22 Nov - 8:54

» Sur les rives du Jourdain
par ivo Mer 22 Nov - 8:52

» petits business entre amis
par ivo Mer 22 Nov - 8:41

» No Futur - la terre au 21° siecle
par ivo Mer 22 Nov - 8:36

» blancs comme neige ^^
par ivo Mer 22 Nov - 8:34

» homophobie dans le monde ...
par ivo Mer 22 Nov - 8:19

» immigration ...
par ivo Mer 22 Nov - 8:16

» Nucléaire mon amour ...
par ivo Mar 21 Nov - 9:19

» Afrique coloniale belge
par ivo Mar 21 Nov - 8:50

» Révolution russe
par ivo Mar 21 Nov - 8:01

» la police s'étonne qu'on ne l'aime pas
par ivo Lun 20 Nov - 8:44

» agriculture
par ivo Dim 19 Nov - 8:26

» <<< Santé >>>
par ivo Dim 19 Nov - 8:21

» droites extremes
par ivo Sam 18 Nov - 11:01

» Birmanie
par ivo Sam 18 Nov - 10:35

» enfance ...
par ivo Sam 18 Nov - 10:33

» U.E.
par ivo Sam 18 Nov - 10:10

» pologne
par ivo Sam 18 Nov - 8:44

» No Futur - l'espace au 21° siecle
par ivo Ven 17 Nov - 8:36

» Réunionnais de la Creuse
par ivo Ven 17 Nov - 7:56

» la phrase du jour
par ivo Ven 17 Nov - 7:13

» rwanda
par ivo Jeu 16 Nov - 9:49

» médias ? quels médias ??
par ivo Jeu 16 Nov - 9:27

» flicage total du net
par ivo Jeu 16 Nov - 8:19

» internet , technologie, ...
par ivo Jeu 16 Nov - 8:07

» Infos insolites.
par ivo Mer 15 Nov - 8:04

» ZAD partout ?
par niouze Mar 14 Nov - 17:54

» pape, cathos, vatican et autres ....
par ivo Mar 14 Nov - 9:00

» Necronomacron
par ivo Lun 13 Nov - 7:46

» monde - stupéfiants
par ivo Dim 12 Nov - 8:20

» état d'urgence et autres restrictions....
par ivo Dim 12 Nov - 8:16

» conditions de travail ...
par ivo Dim 12 Nov - 8:10

» ... 14/18 ...
par ivo Dim 12 Nov - 8:07

» Combien d’autres murs à faire tomber ?
par ivo Sam 11 Nov - 10:23

» salaires
par ivo Sam 11 Nov - 9:15

» impots
par ivo Sam 11 Nov - 9:12

» démocratie et justice ...
par ivo Sam 11 Nov - 8:33

» Today's joke
par ivo Ven 10 Nov - 9:49

» Les prisons: questions.
par ivo Ven 10 Nov - 9:04


attaque ta banque et brûle ton fric ^^

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: attaque ta banque et brûle ton fric ^^

Message  Invité le Lun 29 Nov - 12:30

Je souhaiterais verrouiller parce que je pense qu'on a tout dit sur ce sujet et que je ne vois pas bien qui pourrait y rajouter quelque chose d'intéressant.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: attaque ta banque et brûle ton fric ^^

Message  niouze le Lun 29 Nov - 14:37

groucho : ouai j'avoue en parlant de sa; avoir penser a enric duran ; on en avait deja parler (si c'est pas ici c'est sur un ancien forum ) mais la preuve en est que ce type d'action est difficilement suivie, le mec a même du fuir son pays ; puis y est retourner et a fait un peu de prisons si mes souvenir sont exact

_________________
"Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça." coluche
avatar
niouze

Messages : 5040
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: attaque ta banque et brûle ton fric ^^

Message  Invité le Sam 4 Déc - 1:38

Puisqu'on n'a pas verrouillé, suite :


Eric Cantona, encore un effort pour être révolutionnaire !
03/12/2010 à 19h49 - mis à jour le 03/12/2010 à 20h39 |

Depuis quelques semaines, Eric Cantona nous invite à faire la « révolution » en vidant notre compte en banque le 7 décembre… Simpliste et démagogique, en quoi cette idée serait-elle révolutionnaire ? En prime, la référence à Albert Spaggiari, gangster d’extrême droite, devrait faire réfléchir les gens qui s’agitent sur Facebook.

Suite à l’échec des grèves et manifestations contre la réforme des retraites, Eric Cantona pense qu’il suffirait de retirer son argent des banques pour faire chuter le système capitaliste. Une idée simple qui aurait le bénéfice d’être « propre ». « On va pas prendre les armes, on va pas aller tuer des gens », explique l’ex-footballeur. Pour insister sur le caractère « pacifique » de l’opération, Cantonna ajoute qu’il faut faire ça « à la Spaggiari ! ».

On a les héros qu’on peut, mais Albert Spaggiari (1932-1989) ne figure pas dans le répertoire des héros révolutionnaires ! Si vous avez des trous de mémoire, rappelons que Spaggiari est le truand qui a dévalisé la Société Générale de Nice en 1976. Le « casse du siècle » titraient les journaux. Sur les murs de la salle des coffres, Spaggiari avait écrit : « Sans arme, ni haine, ni violence ». Le hic, c’est que ce gangster n’était pas Alexandre Jacob (anarchiste qui dévalisait pacifiquement les riches pour redistribuer l’argent aux pauvres et financer des journaux libertaires), ni Lucio Urtubia (anarchiste qui a tout aussi pacifiquement mis la First National City Bank à genoux en fabriquant des brouettes de fausse monnaie).

Très très loin de ces Robin des Bois anars, Spaggiari fut un militant de l’Organisation armée secrète (OAS), organisation terroriste d’extrême droite qui sévissait au moment de la guerre d’Algérie, avant de se lier à des groupes nationalistes. On retrouvera ensuite ce sinistre individu dans les dictatures fascistes d’Amérique latine, notamment dans le Chili de Pinochet où il était copain avec un flic responsable de l’assassinat d’un ministre de Salvador Allende à Washington… Vous avez toujours envie de la « révolution » de Cantona ?

Ce n’est donc pas parce que Eric Cantona a été le personnage central d’un film du cinéaste militant Ken Loach qu’il a été touché par la grâce révolutionnaire au sens où les exploité-e-s l’entendent. Bien sûr qu’on en a marre des injustices, des violences et des destructions générées par ce système cannibale qui assassine les hommes et l’environnement. Nous aussi nous voulons la mort du capitalisme, système mafieux qui vole les pauvres pour donner aux riches. Il n’est pas question de mêler nos voix à celles des ministres de l’Economie et des banquiers qui s’égosillent contre Cantona, mais pas question non plus de laisser courir des illusions qui contribueront à décevoir encore un peu plus les gens qui rêvent de transformations sociales.

Supposons qu’il soit possible que tout le monde retire son argent le 7 décembre (sachant que celles et ceux qui souhaitent le plus la fin du système sont les moins fortuné-e-s). Admettons que cette action infaisable pour de multiples raisons réussisse. Que faisons-nous le 8 décembre ? On garde Sarkozy, l’ami des banquiers ? On le remplace par DSK, autre ami des banquiers ? On continue à pointer au boulot et à subir les patrons ? On continue à produire et à consommer n’importe quoi ? Comment on répartit les richesses (y compris celles des footballeurs) ? On fait quoi face aux flics qui nous empêcheront d’approcher des banques, du MEDEF, de l’Assemblée nationale, de l’Elysée, des télés et radios nationales… « Sans violence » qu’il dit le Cantona en oubliant de préciser que la violence est toujours du côté des maîtres du monde. Pour les opprimé-e-s, la violence n’est souvent que de la légitime défense, de la résistance.

Tout cloche dans ton idée Cantona. Elle pouvait être drôle pendant une troisième mi-temps un peu trop arrosée, mais, une fois les vapeurs de l’alcool dissipées, reconnaît que tu te trompes de méthode. Puisque tu aimes le cinéma social, je t’invite à regarder The Take (de Naomi Klein) ou Nosotros del Bauen (de Didier Zyserman). En 2001, l’Argentine a connu une crise financière et économique sans précédent. Pour faire face, les travailleurs ont créé le Mouvement national des entreprises récupérées pour remettre en marche des entreprises de manière autogérée. C’est le cas de l’hôtel Bauen et de bien d’autres lieux. Voilà une piste intéressante, certes un peu plus complexe qu’un aller-retour au DAB de sa banque.

Si les anarchistes prônent la grève générale expropriatrice et autogestionnaire, ce n’est pas pour amuser la galerie. Oui, hachons menu le cochon ultra-libéral. Oui, bloquons l’économie (Ah, si les « camarades » de l’intersyndicale parisienne n’avaient pas volé au secours du gouvernement pendant le mouvement pour la défense des retraites…). Oui, mettons sur la paille les actionnaires, les boursicoteurs et autres vampires. Oui, créons des banques alternatives au service de projets socialement et écologiquement utiles ici et dans les pays pillés par les pays riches. Oui, inventons une société basée sur l’égalité, la solidarité, la justice. Si tu veux jouer ce match-là Cantona, on te prend dans notre équipe.

A lire sur Le Post.fr

- Alexandre Jacob, anarchiste et gentleman cambrioleur : http://www.lepost.fr/article/2009/09/08/1687568_anarchiste-et-gentleman-cambrioleur.html

- Les succulents cours de morale anarchiste de Lucio Urtubia : http://www.lepost.fr/article/2010/02/28/1964456_les-succulents-cours-de-morale-anarchiste-de-lucio-urtubia.html


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: attaque ta banque et brûle ton fric ^^

Message  ivo le Sam 4 Déc - 9:53

merci N.N.

jolie critique effective.


Oui, mettons sur la paille les actionnaires, les boursicoteurs et autres vampires. Oui, créons des banques alternatives au service de projets socialement et écologiquement utiles ici et dans les pays pillés par les pays riches.

mais meme si les limites entre les discours noirs et bruns sont souvent floues,
ne tombons pas non plus dans le reformisme Wink

toutes les couleurs autour du noir n'en sont pas ....
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: attaque ta banque et brûle ton fric ^^

Message  Invité le Sam 4 Déc - 10:50

Je n'ai pas dit que je reprenais à mon compte le texte dans son intégralité (mais presque, en fait). Et ne te bile pas trop quant aux risques que j'aurais de tomber dans le réformisme : je n'ai pas l'impression que ça guette beaucoup d'entre nous ici.
D'ailleurs ce texte m'a plus l'air révolutionnaire que réformiste, Alexandre Jacob et Lucio tu les mets dans quelle case ?^^

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: attaque ta banque et brûle ton fric ^^

Message  Invité le Sam 4 Déc - 11:03

J'aurais des tas de choses à te répondre mais :

- on sort du sujet
- on n'est que 2 à discuter depuis quelques posts (pas bien ça^^)
- j'ai pas le temps là maintenant

...
mais je lâcherai pas le morceau^^

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: attaque ta banque et brûle ton fric ^^

Message  ivo le Sam 4 Déc - 11:46

Banques - Eric Cantona pris dans la Toile
Frédéric Helbert 04/12/10 à 08h50
http://www.francesoir.fr/economie/banques-eric-cantona-pris-dans-la-toile.65700
Les déclarations de l'ex-star du foot assurant que « la révolution se fait dans les banques » enflamment le Net. Enquête.

Le phénomène a aujourd'hui a traversé les frontières. « C'est le miracle d'Internet, se félicite Yann Serfati, 24 ans, réalisateur et comédien. Jusqu'à présent, j'étais très mobilisé politiquement, et en colère contre les banques, mais je prêchais dans le désert » . Et puis, il y a eu la vidéo désormais fameuse d'Eric Cantona. L'ex-star du foot au caractère bien trempé, reconverti notamment dans le cinéma, accorde une interview-filmée le 6 octobre dernier, au quotidien Presse-Oçéan, à Nantes, où « Canto » participe au tournage d'un nouveau film.

Une vidéo de piètre qualité, mais dont le contenu prend soudain un relief particulier lorsque Eric Cantona y explique calmement, que manifester ne sert plus à rien, que la seule manière de « faire la révolution » et de lutter contre le système, ce n'est pas de prendre les armes, mais qu'il suffit que tout le monde aille à la banque, retirer ses économies et vide son compte. « La révolution se fait dans les banques », tranche Cantonna, décidément toujours aussi imprévisible dans ses déclaration que ses dribbles. Mais l'ex-attaquant de Manchester United, qui n'a fixé aucune date ni lancé aucun appel précis, est alors loin de se douter que son credo mis en ligne sur le site du quotidien régional va faire le tour du monde.

Plus de 30.000 internautes prêts à faire sauter la banque

« Ils étaient loin du buzz, explique Yan Serfati, lorsque je suis tombé dessus avec un ami étudiant. Mais « Canto » résumait parfaitement ce qu'on pensait depuis longtemps ». Quelques jours plus tard, les deux compères comprennent que l'occasion est en or. Cap sur le réseau social « Facebookl » et création, en un rien de temps, ce qu'on appelle en anglais un « event ». Une page ou l'on invite les gens à se prononcer ou à participer à un « évènement ». Une photo-symbole, avec la célèbre peinture d'Eugène Delacroix La liberté guidant le peuple et un slogan digne de mai 68 : « Révolution: le 7 décembre, on va tous retirer notre argent dans les banques ! ».

Cette page, qui renvoie à la déclaration en ligne d'Eric Cantona, va dès lors enflammer la toile et faire buzzer la vidéo de l'as des formules qui font mouche. C'est le début d'une histoire folle dont personne ne connait l'épilogue. Car, dans la foulée, Yann Sarfati, est rejoint par une amie belge, scénariste, passionaria politique, en guerre contre les banques. Seule, sans moyens financiers, avec un petit logiciel, elle crée un véritable site internet fin octobre.

Depuis, le site a dépassé les 400 000 vues. « A l'heure où je vous parle, s'enthousiasme Géraldine Feuillan, sur Facebook, c'est la folie ! Plus de 30 000 personnes se disent prêtes à fermer leur compte le 7 décembre prochain. 395 000 ont coché la case peut-être! Notre page a été reproduite en une demi-douzaine de langues européennes ».

Les trois « révolutionnaires en herbe » jubilent à la simple idée de l'engouement populaire ou des frayeurs au sein du personnel politique et financier qu'ils suscitent. Une audace dont les retombées sont pour l'heure incalculables.
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: attaque ta banque et brûle ton fric ^^

Message  Groucho Marx le Sam 4 Déc - 12:50

comme je n'ai tjrs pas fouillé le site de l'appel (si ce n'est voir rapidement les "auteurs" des vidéos)... je n'ai rien à ajouter sur le sujet.

je dirais seulement que tout ces médias qui perdent leur temps à blablater une interview de qlq minutes d'un footballeur fantasque feraient mieux de se concentrer sur ce qu'il y a derriere cet appel... m'enfin.

edit : precision quand je parle de média, je parle de TOUS les médias (dans le sens où, PN est aussi à inclure dans les médias)


Dernière édition par Groucho Marx le Sam 4 Déc - 13:11, édité 1 fois
avatar
Groucho Marx

Messages : 411
Date d'inscription : 12/11/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: attaque ta banque et brûle ton fric ^^

Message  ivo le Sam 4 Déc - 13:02

on va pas refaire les médias.

je me tate d'ailleurs à faire un sujet dédié à l'abrutissemnt et l'infantilisation de masses de ces derniers ...
ça commence vraiment à devenir magnifique en ce moment.

radio paris ment ...
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: attaque ta banque et brûle ton fric ^^

Message  Lib le Sam 4 Déc - 14:13

Franchement, il ya à boire et à manger.

J'ai survolé l'info et le topic, je ne me suis pas attardé sur les liens, parce que personnellement, l'idée est séduisante, mais comme le dit le texte posté par Nn, on fait quoi le 8? D'autant que je ne suis pas dans ma contré et que je n'ai pas de "yes card", je ne vois pas faire de mal à ma banque en retirant le maximum autorisé de ma carte. Et on est beaucoup dans ce cas. Et au guichet? Est ce que les caissiers ne vont pas avoir une restriction sur la distribution des espèces?

Il y a d'autre action dans le style qui sont répertoriés depuis fort logtemps, mais on ne fait pas attention à celles-ci parce que ce n'est pas une star qui balance l'info. Comme ne pas consommer pendant X temps, elec, gaz et pétrole.
Il y a moult solution, et le canto, il a de la gueule, je le vois bien se faire hameçonner par un parti politique pour faire le porte drapeau en 2012.

_________________
"Quiconque a un jour bloqué une rocade assez longtemps pour entendre à nouveau le chant des oiseaux sait bien quelle sinistre vie s’interrompt avec le blocage de l’économie."
avatar
Lib

Messages : 1691
Date d'inscription : 16/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: attaque ta banque et brûle ton fric ^^

Message  ivo le Sam 4 Déc - 14:39

Est ce que les caissiers ne vont pas avoir une restriction sur la distribution des espèces?
parait qu'ils ont pas le droit ... ^^


toutes les autres actions j'ai essayé de les reciter.
on devrait p'tet creer un sujet dédié.


ce qui m'interesse ici surtout, ce n'est pas la chose en tant que telle , ni ce qui se passera le 8 (rien bien sur)
c'est l'impact que petit à petit ça peut avoir dans les esprits.
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: attaque ta banque et brûle ton fric ^^

Message  ivo le Sam 4 Déc - 19:18

Cantona va-t-il faire sauter la banque ?
http://www.lemonde.fr/economie/article/2010/12/04/cantona-va-t-il-faire-sauter-la-banque_1447286_3234.html
Tout est parti d'une de ces fulgurances dont Eric Cantona a le secret. Un coup du sombrero aux traders de la City, suivi d'une reprise de volée en pleine lucarne du système bancaire. Dans une interview à Presse Océan, début octobre, le "King" se laisse aller à quelques réflexions sur la crise : "La révolution, aujourd'hui, se fait dans les banques : tu vas à la banque de ton village et tu retires ton argent. Et s'il y avait 20 millions de gens qui retirent leur argent, le système s'écroule. Pas d'armes, pas de sang, rien du tout, à la Spaggiari [connu comme le cerveau du "casse du siècle" à la Société générale en 1976]."

Ce qui aurait pu rester un simple apparté ou une banale discussion de comptoir s'est vite tranformé en un nouveau manifeste révolutionnaire pour des milliers d'internautes. L'interview, sous-titrée en plusieurs langues, rencontre un franc succès sur les sites de partage de vidéos. Un groupe Facebook, associé à un site Internet en huit langues, relaie la pensée de l'ancien attaquant de Manchester sous ce mot d'ordre : "Le 7 décembre, retirons notre argent des banques !" Sur Facebook, plus de 34 000 personnes se sont engagées à retirer leurs économies à la date prévue, 26 000 iront "peut-être" et 425 000 sont "en attente de réponse". On est loin des 20 millions préconisés par "Canto", mais un tel enthousiasme à vouloir châtier les banques quelque trois ans après le début de la crise des subprimes a de quoi interpeller.

Propulsé gourou d'un nouvel ordre mondial, le King, qu'on pourrait croire un brin dépassé par son aura, assume : il a rejoint le groupe et a promis de joindre le geste à la parole. Face à "l'étrange solidarité qui est en train de naître, oui, le 7 décembre, je serai à la banque", a-t-il déclaré à Libération. Dans la foulée, plusieurs sites, notamment en France et aux Etats-Unis se sont associés à la démarche ainsi que d'autres groupes sur Facebook. La campagne aurait essaimé dans une vingtaine de pays. La presse s'en fait l'écho. The Guardian s'est ainsi fendu de deux articles, l'un pour rendre compte de l'ampleur de la campagne, l'autre pour critiquer l'initiative d'"Eric the Red", tout comme El Pais, la presse allemande ou encore belge.

Qu'est-ce qu'une panique bancaire ?

Mardi 7 décembre, donc, des milliers de personnes devraient se présenter à leur guichet munis de valises vides et en repartir des billets plein les poches. Objectif : faire vasciller le système bancaire en rendant les banques insolvables. C'est ce qu'on appelle une "panique bancaire", ou "bank run".

"Le système bancaire fonctionne comme celui des assurances, explique Nicolas Bozou, économiste du bureau d'analyse Asterès. Il fonctionne sauf si tous les clients connaissent un sinistre au même moment, ou décident de retirer leur argent en même temps ". En d'autres termes : le système bancaire est parfaitement sécurisé tant que tout le monde le pense.

La "panique bancaire" est une anticipation auto-réalisatrice qui conduit un grand nombre de clients d'une banque à retirer leurs dépôts le plus vite possible par crainte qu'elle ne devienne insolvable. Ce faisant, ils la rendent effectivement insolvable, aucune banque ne possèdant les liquidités correspondant aux dépôts de ses clients. Ne pouvant faire face à ces multiples demandes de retrait, qui peuvent s'accroître rapidement par effet de mimétisme, l'établissement court le risque de ne plus pouvoir payer ses frais de fonctionnement. "Quand tout le monde a un comportement irrationnel, il peut alors devenir rationnel d'être irrationnel", résume Nicolas Bazou pour expliquer ce type de phénomènes.

Les précédents

L'appel du 7 décembre n'est pas à proprement une panique bancaire, puisqu'il est planifié et vise à punir le système. Il ne se transformera en "bank run" que si l'ampleur de la mobilisation est telle que les autres clients finissent par trouver à leur tour plus "rationnel" d'aller vider leurs comptes de crainte que le système s'écroule. L'économie mondiale a déjà connu ce type de phénomènes à plusieurs reprises, toujours en période de grande crise.

- En 1907, un épisode connu sous le nom de "panique des banquiers" aux Etats-Unis accula de nombreuses banques et entreprises à la faillite après d'inombrables retraits de liquidités.

- Pendant la Grande Dépression, en 1929, un nouvel épisode de "bank run" secoua les Etats-Unis. Il sera immortalisé par Frank Capra dans American Madness (La ruée) en 1932, puis dans dans It's a Wonderful Life (La vie est belle) en 1946 :



- Lors de la crise économique argentine, en décembre 2001, le gouvernement a limité les retraits à 250 pesos par semaine pour stopper le phénomène. Cette mesure, surnommée "corralito", provoqua au contraire la panique de la population, chacun tentant de retirer ses dépôts des banques, et la chute du gouvernement trois semaines plus tard.

- En septembre 2007, en pleine crise des subprimes, une véritable panique s'est emparée des clients de l'institution britannique de crédit hypothécaire Northern Rock, après des rumeurs sur son manque de solvabilité. Les déposants commençant à faire la queue pour retirer leurs économies, le gouvernement a été contraint de nationaliser l'établissement pour éviter sa disparition.

- En juillet 2008, des centaines de clients se sont rués dans les agences d'IndyMac Bancorp pour retirer leurs avoirs, en dépit du fait que la banque régionale californienne avait été repris quelques jours plus tôt par les autorités fédérales pour éviter sa faillite.

Y a-t-il un risque ?

Si l'on se fie aux précédents, il faudrait que les retraits atteignent plusieurs centaines de millions d'euros au moins en quelques heures pour créer des tensions au sein des banques. Une déferlante d'autant plus difficile à imaginer mardi que les banques demandent un délai de plusieurs jours en cas de retrait dépassant quelques milliers d'euros. Autre facteur de dilution : l'appel visant toutes les banques, sa charge éventuelle serait répartie sur les six grands réseaux nationaux.

Pour Nicolas Bazou, ça ne fait pas un pli : "Ca ne va pas marcher ! Pour que cette démarche soit couronnée de succès, il faudrait que des millions de gens retirent leur argent, or personne ne le fera. Car avant d'être un attentat contre le système, une telle initiative représenterait un danger pour les épargnants eux-mêmes", explique-t-il. "Ce n'est pas la bonne méthode pour attaquer le système".

A en croire certains commentaires sur Facebook ("J'ai plus de sous !", "Et si on est en négatif, ça compte aussi ?"...), le succès de l'opération pourrait en outre dépendre en grande partie du seul retrait bancaire de Cantona.

Ce qu'en disent les politiques

La dernière sortie médiatique de "Canto" a beau avoir déclenché un souffle révolutionnaire sur le Net, il n'inspire que haussements d'épaules et sarcasmes dans la classe politique. La ministre de l'économie Christine Lagarde a ainsi peu goûté l'inspiration d'"Eric the Mad", comme le surnommaient les supporters de Leeds United. "Chacun son métier, a-t-elle rappelé : il y en a qui jouent magnifiquement au football, je ne m'y risquerais pas, je crois qu'il faut intervenir chacun dans sa compétence." "C'est un immense footballeur, je ne suis pas sûre qu'il faille le suivre dans toutes ses suggestions non plus", a-t-elle ajouté.

Le ministre du budget, François Baroin, n'a guère été plus tendre. "C'est grotesque et irresponsable. Cantona en conseiller financier, ce n'est pas très sérieux (...) A chacun son métier, et les vaches seront bien gardées", a-t-il déclaré dans une interview à France-Soir. "En tout cas, si des fans retirent leurs billes de leur assurance vie, la responsabilité de M. Cantona sera engagée sur la vie de ces gens-là".

A gauche aussi, les principaux leaders politiques se sont désolidarisés d'Eric le rouge. Sur France Info, Jean-Luc Mélenchon (Parti de gauche) déclare : "Je ne sais pas si on gagnerait quelque chose à une faillite générale et instantanée du système". Pour Nathalie Arthaud (Lutte ouvrière) sur LCI, "le problème c'est que les banques, on en a besoin, elles sont utiles".

Ce qu'en pensent les banquiers

S'ils relativisent le réel danger de cette initiative, les banquiers n'en sont pas moins interpellés par le ressentiment qu'elle traduit vis-à-vis de leur activité. Dans les colonnes du Figaro, le patron de la BNP, Baudoin Prot, minimise la portée de cet appel, tout en le qualifiant d'"insécuritaire". Aucune "campagne ou action particulière" n'a été mise en place par la direction pour l'échéance fatidique du 7 décembre, précise-t-il.

Valérie Ohannessian, vice-présidente de la fédération bancaire française, a quant à elle déclaré au Guardian que l'idée du King était "stupide par quelque bout qu'on la prenne". "Ma première réaction a été de rire. C'est absolument idiot. La première fonction des banques est de garder l'argent en sécurité", fait-elle remarquer avant de s'interroger sur la faisabilité d'une telle démarche : "Si M. Cantona veut retirer son argent de sa banque, j'imagnine qu'il va lui falloir quelques valises..."

Pour en savoir plus :

- "Les fondements micro-économiques du concept de panique bancaire", par François Marini, chercheur au CNRS.

- L'interview de Géraldine Feuillien, une des initiatrices de l'appel du 7 décembre ("Le Post")



................................ ^^
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: attaque ta banque et brûle ton fric ^^

Message  Lib le Sam 4 Déc - 20:10


_________________
"Quiconque a un jour bloqué une rocade assez longtemps pour entendre à nouveau le chant des oiseaux sait bien quelle sinistre vie s’interrompt avec le blocage de l’économie."
avatar
Lib

Messages : 1691
Date d'inscription : 16/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: attaque ta banque et brûle ton fric ^^

Message  Invité le Lun 6 Déc - 12:11

Quelques précisions concernantla Géraldine

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: attaque ta banque et brûle ton fric ^^

Message  ivo le Lun 6 Déc - 18:52

Eric Cantona, les banques et nous
Guillaume Duval, rédacteur en chef d’Alternatives économiques | Article Web - 02 décembre 2010
http://www.alternatives-economiques.fr/eric-cantona--les-banques-et-nous_fr_art_633_52089.html
Le 7 décembre prochain, l'ex-footballeur Eric Cantona et 23 000 personnes annoncent vouloir retirer leur argent des banques. Leur colère face à l'impudence des financiers est certes pleinement justifiée, mais dans le contexte actuel une telle initiative risque surtout d'ajouter de la crise à la crise.

S'appuyant sur une interview donnée en octobre dernier par le footballeur Eric Cantona à Presse Océan, les animateurs du site Bankrun2010 appellent les citoyens à retirer leur argent des banques le 7 décembre prochain afin de faire s'écrouler « un système criminel, corrompu et mortifère ». L'écho que rencontre cet appel traduit l'exaspération qui s'est emparée à juste titre du public au vu des dégâts considérables causés par la finance dérégulée et de l'arrogance post-crise de financiers visiblement incapables de se réformer. Mais dans le contexte européen actuel, ajouter de la crise à la crise risque davantage d'aggraver la situation des citoyens ordinaires que de punir les banquiers.

De bonnes raisons d'en vouloir aux banques

Les dégâts suscités par le fonctionnement actuel de la sphère financière sont apparus au grand jour avec l'écroulement de la banque d'affaires Lehman Brothers il y a deux ans. Alors que les dirigeants de la finance justifiaient leurs rémunérations abracadabrantesques par la sophistication des opérations qu'ils menaient, on s'est alors rendu compte qu'eux-mêmes, bien souvent, ne comprenaient pas les risques associés aux produits qu'ils achetaient et vendaient. Quant aux services éminents qu'ils étaient supposés rendre aux acteurs de l'économie réelle, non seulement leurs exigences de rentabilité démesurées à court terme désorganisaient déjà en temps ordinaire les entreprises mais en plus la crise déclenchée par leur cupidité sans borne a entraîné la plus grave récession depuis 1929.

Du coup, pour éviter qu'elle ne se transforme en une dépression plus profonde, il a quand même fallu les renflouer à coups de centaines de milliards d'euros d'argent public. Moyennant quoi, à peine l'orage calmé, ils se sont remis à se verser des bonus fantastiques, comme si de rien n'était. Et aujourd'hui ils se permettent d'exiger des gouvernements qui les ont tirés d'affaire la mise en œuvre de plans d'austérité toujours plus sévères, pesant surtout sur les plus modestes, pour apurer les dettes que leurs bêtises ont entraînées. De quoi en effet leur en vouloir sérieusement…

Les risques du bank run

Mais est-ce pour autant une raison pour ajouter les effets d'une « ruée sur les banques », un « bank run » comme disent les Anglo-saxons, à la grave crise qui sévit actuellement dans la zone euro autour des dettes publiques grecque, irlandaise, portugaise, espagnole…? Les initiateurs de cet appel ont raison sur un point : le « bank run » peut être un moyen très efficace pour faire s'écrouler le système financier. L'activité des banques se caractérise en effet par une asymétrie : les dépôts qui figurent dans leurs comptes au passif, qui sont des dettes à votre égard, vous sont théoriquement accessibles. Alors que ces sommes correspondent, à l'actif des banques, à des crédits qui sont accordés pour financer des prêts consentis le plus souvent pour plusieurs années (pour acheter une maison, une voiture…). Autrement dit, elles ne disposent pas réellement de l'argent correspondant aux montants figurant sur vos relevés de comptes.

En temps ordinaire ce n'est pas un problème : les flux entrants des gens qui déposent de l'argent s'équilibrent à peu près avec ceux des gens qui veulent effectuer des retraits. Mais si un nombre significatif de personnes veulent effectuer des retraits en même temps, la banque n'est très rapidement plus en état de répondre à leurs demandes. Du coup le phénomène s'autoaccélère car les autres craignent alors que la banque ne tombe en faillite et tentent de récupérer leur mise tant qu'il est temps… Ce phénomène a été à l'origine de la plupart des graves crises bancaires qui ont affecté tous les pays industrialisés aux 19ème et 20ème siècles.

Depuis la crise de 1929 cependant on était parvenu à éviter le retour des paniques bancaires, notamment en instituant une garantie publique des dépôts, dont le niveau a d'ailleurs été relevé un peu partout depuis deux ans. Si bien que, même s'il rencontrait un certain succès, l'appel Bankrun2010 n'aurait sans doute pas toute l'efficacité que lui souhaitent ses initiateurs. Et heureusement. En effet si le système financier s'effondrait vraiment comme Bankrun2010 le voudrait, les dirigeants de la finance et les traders se retrouveraient certes au chômage, mais ils seraient loin d'être les seuls dans la difficulté. Car, comme cela a failli être le cas déjà après la faillite de Lehman Brothers, c'est toute l'économie réelle qui se trouverait très rapidement paralysée…

Monnaie : attention fragile

Nous vivons dans des sociétés largement fondées sur la monnaie et les relations monétaires entre les hommes et les femmes qui les composent. Des relations monétaires et non pas seulement marchandes : le fonctionnement des services publics et le versement des prestations sociales dépendent eux aussi de l'existence d'un système financier en état de marche… Depuis que nous avons renoncé à l'étalon-or, la valeur de cette monnaie ne repose plus que sur la confiance que nous lui accordons ainsi qu'à ceux qui la créent et la gèrent. La crise actuelle montre à n'en pas douter que ces personnes et ces institutions ont trahi la confiance que nous leur faisions.

Il convient d'en tirer toutes les conséquences à travers des réformes profondes à la fois dans les institutions financières elles-mêmes et chez ceux censés les surveiller. Et, à bien des égards il y a lieu d'être inquiet des retards et des reculs encaissés sur la voie de cette réforme depuis deux ans. Pour relancer le processus, il faudrait à n'en pas douter une mobilisation citoyenne plus forte. De nombreuses initiatives ont déjà été lancées dans le but de transformer en profondeur la finance. Sans prétention à l'exhaustivité citons notamment le combat pour développer les différentes formes d'épargne solidaire (voir à ce sujet le Hors série poche d'Alternatives économiques réalisé en partenariat avec Finansol), la bataille pour obliger tous les investisseurs à utiliser des critères sociaux et environnementaux dans leurs choix de placements (on verra avec profit le film qui est en salles actuellement « Moi, la finance et le développement durable » qui traite de ces questions), les actions pour surveiller les banques et leurs politiques d'investissement comme celles menées en France par les Amis de la Terre et à l'échelle internationale par le réseau Bankwatch, les multiples mobilisations lancées contre les paradis fiscaux avec l'énorme travail effectué à l'échelle internationale par le Tax justice network ou en France avec la pétition Stop aux paradis fiscaux, sans oublier l'appel lancé par un groupe de députés au Parlement européen en faveur de la création d'un Financewatch européen, un groupe de pression qui soit en mesure de contrecarrer l'action pernicieuse des lobbies financiers sur les institutions européennes…

Bref les initiatives citoyennes intéressantes ne manquent pas et elles auraient grand besoin de renforts afin de peser davantage face aux lobbies de la finance qui poussent au retour au business as usual après la crise. Mais, dans le contexte actuel de l'Europe, cette mobilisation ne devrait pas prendre la forme d'une action qui risque de miner davantage encore la confiance fragile dans notre monnaie commune. Si celle-ci était réellement remise en cause, les citoyens ordinaires risqueraient en effet de le payer beaucoup plus cher encore que les banques et les banquiers…

Guillaume Duval, rédacteur en chef d’Alternatives économiques | Article Web - 02 décembre 2010

liens sur la page.
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: attaque ta banque et brûle ton fric ^^

Message  Invité le Lun 6 Déc - 19:49

Si celle-ci était réellement remise en cause, les citoyens ordinaires risqueraient en effet de le payer beaucoup plus cher encore que les banques et les banquiers…
Ben voilà...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: attaque ta banque et brûle ton fric ^^

Message  ivo le Lun 6 Déc - 19:52

oui et alors ?? ^^



faudrait aussi décider :
fric / pas fric fric / pas fric fric / pas fric fric / pas fric fric / pas fric fric / pas fric
.........

faut pas sortir l'hiver, il fait froid.

et le poivre ça pique ^^
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: attaque ta banque et brûle ton fric ^^

Message  Invité le Lun 6 Déc - 22:16

Et les impôts des pauvres vont renflouer les banques... Je suis d'accord, c'est à peu près aussi évident que le poivre qui pique. Sauf que le poivre on s'en tape, alors que les pauvres qui paient pour les riches, moi perso je trouve ça plutôt injuste. C'est pas une question de choisir fric/pas fric, justement, eux n'ont pas de choix.
[edit] Et tant qu'on n'est que 2 à discuter, moi j'interviendrai plus sur le sujet. J'ai un peu l'impression d'avoir du mal à me faire comprendre, et j'attends un peu l'opinion des autres. D'ailleurs je vais regarder la télé, va y avoir Cantona...


Dernière édition par Nyark nyark le Mar 7 Déc - 7:56, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: attaque ta banque et brûle ton fric ^^

Message  Zanzi le Lun 6 Déc - 23:39

Au moins ça les fait paniquer un peu... Peut-être une crise cardiaque ou deux chez les banquiers rien de bien mauvais pour nos finances.
avatar
Zanzi

Messages : 95
Date d'inscription : 06/09/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: attaque ta banque et brûle ton fric ^^

Message  Invité le Mar 7 Déc - 7:56

Allez, c'est le grand jour : ceux qui ont 4 sous sur leur compte en banque, allez vite les retirer... Vous les remettrez demain, mais votre banquier aura eu des vapeurs c'est sûr. Sauf si vous avez un prélèvement qui passe (ou plutôt qui ne passe pas aujourd'hui, auquel cas c'est vous aurez des désagréments). Hasta siempre commandante Canto...
Elle est bien partie la révolution... Jean-Marc au secours, sors vite, ils deviennent fous !!!

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: attaque ta banque et brûle ton fric ^^

Message  ivo le Mar 7 Déc - 9:21

Le "casse" d’Eric Cantona révèle le malaise des Français face aux banques
FRANCE INFO - 05:04
Vider son compte pour frapper les banques et ainsi manifester sa colère. Eric Cantona ne pensait sans doute pas que cette idée lancée discrètement en interview il y a deux mois ferait un tel buzz. Des internautes ont repris sa proposition : ils ont appelé les Français à se rendre aujourd’hui, 7 décembre, à leur banque pour réclamer leurs sous. Plus de 40.000 personnes ont promis de passer à l’acte. C’est la preuve qu’il existe une vraie crise de confiance entre les Français et leurs banques. L’enquête de Mathilde Lemaire.


"Quand il y a une grève en France, ça ne se voit plus" avait dit Nicolas Sarkozy. Trois millions de manifestants ne font pas fléchir un gouvernement. Il faudrait donc s’y prendre autrement pour bousculer le système. Il y en a un qui a sa petite idée : Eric Cantona, qui suggère dans une interview de vider nos comptes en banque.

Deux mois plus tard, la vidéo interview du footballeur a été traduite en 28 langues, visionnée des centaines de milliers de fois. Le message de l’ancien attaquant de Manchester est simple : "Le système est bâti sur le pouvoir des banques. Donc il peut être détruit par les banques. C’est-à-dire qu’au lieu qu’il y ait trois millions de gens qui défilent dans la rue, ces trois millions de gens vont à la banque, retirent leur argent. Et les banques s’écroulent. Et là il y a une vraie menace. Pas d’arme. Pas de sang. A la Spaggiari !" L’ancien footballeur fait référence au casse du siècle à la société générale de Nice en 1976.


Eric Cantona et les Banques

Là où Cantona - à défaut de casse - a réussi un coup, c’est que son interview a beaucoup séduit. A commencer par une citoyenne belge et un citoyen français. Conquis par Commandante Cantona, ils ont créé un site, et une page facebook.

Avec eux, l’appel prend une vraie consistance. Il est précis, daté. Le retrait massif de l’argent en banque, ce sera le 7 décembre. Ces administrateurs ne se disent liés à aucun syndicat - aucun parti. Très critiques à l’égard des journalistes, ils n’ont pas souhaité donner d’interview à France Info.

Gérard, Parisien de 58 ans qui a lui répondu à l’appel sur Facebook accepte de confier ses motivations. Et ironie de l’histoire, Gérard est un ancien directeur de banque. "Je suis le mouvement depuis le départ, je vais aller au distributeur de mon agence de la banque postale. Je vais retirer ce qu’il reste d’épargne pour l’année. Peut-être 1.000 euros". Gérard ne songe pas sérieusement à renverser le système, à faire la révolution. Lui ce qu’il veut dénoncer, ce sont les abus des banques : frais bancaires abusifs, notamment en cas de découvert, commissions retirées sans préavis sur le compte des clients, etc.

"Quand j’ai commencé ma carrière dans la banque dans les années 70, j’étais fier de travailler dans ce secteur. Aujourd’hui personne n’ose dire qu’il travaille pour une banque. Les pratiques des banquiers se sont détériorées. Les gens en ont ras le bol", explique Gérard.

Gérard, ancien directeur de banque, a décidé de retirer aujourd’hui toute l’épargne de son compte

L’appel à vider son compte en banque a séduit quelque 40.000 internautes, et n’a pas manqué de susciter des réactions dans le monde économique et politique. La ministre de l’économie, Christine Lagarde a renvoyé Eric Cantona à son terrain de football. Le ministre du budget François Baroin a jugé l’idée "grotesque et irresponsable" . Même à gauche : Nathalie Arthaud pour Lutte ouvrière dit "les banques, on en a besoin, elles sont utiles". Olivier Besancenot et Jean-Luc Mélenchon aussi se démarquent du mouvement. D’autres rappellent que beaucoup d’argent liquide en circulation, c’est le risque d’une hausse de la criminalité - cambriolages, attaques, etc.

Du côté du secteur bancaire, on n’a pas observé de réelle panique. Mais l’appel de Cantona fait beaucoup parler dans les 39.000 agences de banque du pays. Baudoin Prot, directeur général de BNP paribas qualifie l’initiative de "totalement insécuritaire" et "mal fondée". "Dans plus de 70 % des cas, les clients sont contents de leur banque" ajoute la FBF, la fédération bancaire française. "Ne serait ce que pour toucher son salaire, ses prestations sociales, mettre son argent en sécurité, nous avons tous besoin d’un compte en banque" commente Pierre Boquet directeur de la branche "banque de détail" à la FBF. Il insiste sur les nombreux services qu’offrent les banques et notamment l’accès au crédit. Neuf millions de français sont emprunteurs. "Le crédit c’est le poumon de l’économie, c’est ce qui permet les investissements des entreprises, et c’est créateur d’emplois" conclut-il.

Il est impensable de se passer des banques, estime Pierre Boquet, directeur du département "banque de détail" à la Fédération bancaire Française.

Pas de quoi convaincre les usagers des banques très agacés depuis la crise de 2008. "Les bonus, les affaires en tout genre, les frais bancaires abusifs… Tout cela suscite un ras le bol chez les clients des banques" explique Serge Maître, président de l’association française des usagers des banques. "La communauté à travers l’Etat a volé au secours des banques, mais elles aujourd’hui s’en fichent bien et continuent de pressurer les usagers" ajoute-t-il.

Dans ce contexte, depuis plusieurs mois déjà, les banques tentent de redorer leur blason avec de nouvelles campagnes marketing. Elle vantent leurs "offres de crédit responsable", mettent l’accent sur leur "soutien aux petites entreprises", précisent pour certaines qu’elles ne rémunèrent plus leurs conseillers avec des commissions qui inciteraient à la vente de nouveaux services.

Le professeur d’économie Thomas Coutrot, également co-président d’Attac est un peu sceptique quand à l’appel du 7 décembre, mais y voit lui aussi "le signe d’une rupture de confiance entre les clients et les banques". "Ce qui est encourageant avec ce buzz provoqué par Cantona, c’est que ca va sans doute aider au développement de banques alternatives, de banques solidaires, citoyennes qui sont encore au stade d’embryon aujourd’hui en France". Il existe en effet aujourd’hui dans l’hexagone une seule banques solidaire : la NEF. Créée en 1988, elle ne compte pas plus de 26 000.clients à ce jour.


Mathilde Lemaire
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: attaque ta banque et brûle ton fric ^^

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum