Derniers sujets
» la police s'étonne qu'on ne l'aime pas
par niouze Aujourd'hui à 10:29

» Etats-Unis
par ivo Lun 10 Juil - 13:50

» Black Blocs
par ivo Lun 10 Juil - 13:45

» Syrie
par ivo Lun 10 Juil - 13:41

» immigration ...
par ivo Lun 10 Juil - 13:31

» ... G20 ...
par ivo Lun 10 Juil - 8:15

» turquie information
par ivo Lun 10 Juil - 8:07

» armement><désarmement
par ivo Lun 10 Juil - 8:00

» burundi
par ivo Dim 9 Juil - 9:17

» Today's joke
par ivo Dim 9 Juil - 9:00

» U.E.
par ivo Dim 9 Juil - 8:58

» Réflexion sur la peine de mort
par ivo Dim 9 Juil - 8:46

» esclavage
par ivo Dim 9 Juil - 8:44

» Corée du nord
par ivo Dim 9 Juil - 8:36

» egypte
par ivo Dim 9 Juil - 8:19

» droites extremes
par ivo Dim 9 Juil - 8:14

» GRAVOS & FRIENDS
par ivo Sam 8 Juil - 13:07

» blancs comme neige ^^
par niouze Sam 8 Juil - 11:40

» les "joies" du sport ...
par ivo Sam 8 Juil - 9:39

» pape, cathos, vatican et autres ....
par ivo Sam 8 Juil - 9:10

» sexisme ... encore et toujours ...
par ivo Sam 8 Juil - 8:57

» Salvador
par ivo Sam 8 Juil - 8:49

» les photos d'actus - l'info en résumé
par ivo Sam 8 Juil - 8:03

» internet , technologie, ...
par ivo Sam 8 Juil - 7:56

» la phrase du jour
par ivo Sam 8 Juil - 7:46

» Découvrir la Techno.
par ivo Ven 7 Juil - 13:09

» macronie
par ivo Ven 7 Juil - 7:52

» état d'urgence et autres restrictions....
par ivo Ven 7 Juil - 7:50

» Necronomacron
par ivo Ven 7 Juil - 7:49

» R.I.P. .......................
par ivo Jeu 6 Juil - 13:40

» vite, je vais vomir ...
par ivo Jeu 6 Juil - 10:20

» racisme quotidien
par ivo Jeu 6 Juil - 9:22

» flicage total du net
par ivo Jeu 6 Juil - 8:08

» Nucléaire mon amour ...
par ivo Mer 5 Juil - 8:04

» monde - stupéfiants
par ivo Mar 4 Juil - 8:52

» homophobie dans le monde ...
par ivo Dim 2 Juil - 8:50

» "stupéfiants"
par ivo Sam 1 Juil - 9:45

» No Futur - l'espace au 21° siecle
par ivo Sam 1 Juil - 9:17

» salaires
par ivo Sam 1 Juil - 9:04

» No Futur - la terre au 21° siecle
par ivo Sam 1 Juil - 8:58

» RDC >>>
par ivo Sam 1 Juil - 8:55

» Iran >>>
par ivo Sam 1 Juil - 8:36

» médias ? quels médias ??
par ivo Sam 1 Juil - 8:19

egypte

Page 5 sur 12 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 10, 11, 12  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: egypte

Message  ivo le Ven 11 Fév - 10:22

Le faux départ d’Hosni Moubarak ravive la colère des manifestants et suscite l’inquiétude de la communauté internationale
FRANCE INFO - 08:02


Devant un écran géant place Tahrir, des manifestants laissent éclater leur colère à l'écoute du discours du président Moubarak.
©REUTERS/Asmaa Waguih

Le président égyptien Hosni Moubarak s’est adressé hier soir au peuple égyptien. Lors d’une allocution télévisée, le Raïs a annoncé le transfert du pouvoir à son vice-président Omar Souleimane, sans pour autant donner sa démission, et en jouant sur la corde nationaliste en refusant de "céder aux diktats de l’étranger". Un discours qui a provoqué la fureur des manifestants rassemblés sur la place Tahrir, dans le centre du Caire, et les craintes de la communauté internationale.
Coup de tonnerre place Tahrir après le faux départ d’Hosni Moubarak Le récit de cette journée avec notre envoyé spécial au Caire Richard Place. Il répondait ce matin à Marc Fauvelle (4'43")

Quelque 200.000 personnes étaient rassemblées hier soir sur la place Tahrir. 200.000 Egyptiens qui attendaient le discours télévisé du président dans une ambiance de fête.
Depuis le milieu de l’après-midi, la rumeur courrait. Ce soir Hosni Moubarak allait quitter le pouvoir. Mais au bout du compte, une énorme déception, une énorme frustration. Hosni Moubarak reste.


" La transition du pouvoir va d’aujourd’hui à septembre ", a déclaré le Raïs en référence à la présidentielle à laquelle il a promis de ne pas se présenter. Il a néanmoins annoncé le transfert du pouvoir à son vice-président Omar Souleimane.

Réaction du journaliste égyptien de Nile TV Nabil Choubachy Il se dit "effondré" (1'00")

La réaction de l’opposant Mohamed Elbaradeï "L’Egypte va exploser. L’armée doit maintenant sauver le pays. Nous devons être très inquiets. Ils (Hosni Moubarak et son vice-président Omar Souleimane) doivent démissionner. Les gens n’ont plus confiance en eux. Comment peut-on être un président sans pouvoirs ?"

Ecoutez Mohamed Elbaradeï (0'49")

La réaction américaine "Les Egyptiens ont reçu l’assurance qu’il y aurait une transition du pouvoir, mais il n’est pas encore évident que cette transition soit immédiate, significative ou suffisante", a déclaré le chef de la Maison Blanche dans un communiqué. "Le gouvernement égyptien doit tracer un chemin crédible, concret et sans équivoque vers une démocratie réelle et (ses membres) n’ont pas encore saisi cette occasion", a ajouté Barak Obama, en mettant en garde contre tout recours par les autorités à la violence.

A Washington, Fabienne Sintès (1'03")

L’ONU Le secrétaire-général de l’ONU Ban Ki-moon a appelé une nouvelle fois à "une transition transparente, ordonnée et pacifique (...) qui inclut des élections libres, justes et crédibles".

L’UE "Le président Moubarak n’a pas encore ouvert la voie pour des réformes plus rapides et plus profondes", a déploré la chef de la diplomatie de l’UE Catherine Ashton.

La Grande-Bretagne "On ignore pour le moment quels pouvoirs ont été transmis et quelles en sont les conséquences", a indiqué le chef de la diplomatie britannique William Hague.

L’Allemagne Le ministre allemand des Affaires étrangères, Guido Westerwelle, s’est montré déçu par le discours qui selon lui "n’était pas le pas espéré vers l’avant".

La France Le président français Nicolas Sarkozy a souhaité que l’Egypte trouve le chemin de la démocratie et "pas de la dictature religieuse comme en Iran".

Israël Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a agité lundi le spectre d’un régime à l’iranienne en Egypte, dans le cas où "un mouvement islamiste organisé prendrait le contrôle de l’Etat" à la faveur du "chaos".

A Jérusalem, Frédéric Barreyre (0'54")

L’Iran avait appelé la semaine dernière à une révolution islamique en Egypte, estimant que le modèle de la révolution iranienne de 1979 était un véritable "tremblement de terre" susceptible de balayer l’influence américaine dans le monde arabe.

Hosni Moubarak est en proie depuis le 25 janvier à une révolte populaire sans précédent dans le pays. Les heurts entre policiers et manifestants pendant les premiers jours de la contestation, puis entre militants pro et anti Moubarak le 2 février, ont fait près de 300 morts, selon l’ONU et Human Rights Watch, ainsi que des milliers de blessés. Depuis le 3 février, les manifestations se sont déroulées le plus souvent dans le calme.

Moubarak est aveugle et n’entend pas les cris de la rue L’analyse de Vincent Geisser, enseignant à l’institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman (0'58")


==========

Le discours du vice-présdient égyptien Omar Souleimane

Voici le texte du discours prononcé jeudi soir par le vice-président égyptien Omar Souleimane, auquel le chef de l’Etat Hosni Moubarak a délégué ses pouvoirs.

"Chers concitoyens, en cet instant décisif pour l’histoire de la Nation, j’invite tous les honorables Egyptiens qui s’inquiètent pour la sécurité et la stabilité de l’Egypte à se rendre à la raison et à regarder vers l’avenir.
"Le mouvement de jeunes du 25 juin a obtenu des réformes majeures sur la voie de la démocratie et le changement est d’ores et déjà en marche. Des décisions constitutionnelles ont été prises et toutes les commissions nécessaires à l’application des décisions du président ont été formées.
"Ce que le président a annoncé aujourd’hui montre sa compréhension à l’égard des revendications légitimes du peuple et sa détermination à accomplir ses promesses et ses voeux de réformes. Il a également démontré sa connaissance des circonstances précises dans lesquelles se trouve l’Egypte.
"Le président a placé les intérêts nationaux au-dessus de toute autre considération. "Le président m’a assigné la responsabilité (...) de défendre la stabilité et la sécurité de la Nation, de protéger ses biens, d’apaiser tous les Egyptiens et de ramener le pays à la normale.
"Je vous invite tous à y contribuer et je suis convaincu que le peuple égyptien est capable de défendre ses intérêts.
"Nous avons entamé la discussion, nous nous sommes entendus et nous avons établi une feuille de route pour mettre en oeuvre l’essentiel des revendications en fonction du calendrier imparti, et le dialogue reste ouvert.

Aussi, je réaffirme ma détermination à faire le nécessaire pour assurer un transfert pacifique du pouvoir dans le respect de l’ordre constitutionnel.
Je m’engage à réaliser tout ce qui a été décidé dans le cadre du dialogue national, à défendre la révolution de la jeunesse et ses accomplissements, à oeuvrer au rétablissement de la confiance mutuelle dans le respect de la Constitution et à répondre aux revendications du peuple à travers le dialogue national.
"J’invite les citoyens à se tourner vers l’avenir. Il ne tient qu’à nous d’en faire un avenir radieux et prospère de liberté et de démocratie (...)
"Jeunes d’Egypte ! Héros d’Egypte ! rentrez chez vous et reprenez le travail afin que nous puissions bâtir et créer !
"Ecoutez votre conscience et votre raison, et considérez les dangers qui vous entourent. Vous avez mis l’ouvrage sur le métier avec foi en Dieu, en les institutions avec l’armée à leur tête, qui a défendu la révolution de la jeunesse, protégé la Nation et la légitimité de la Constitution.
"Ces gens sont en mesure de surmonter les difficultés et de relever les défis. Nous allons oeuvrer avec l’esprit d’équipe et avec la solide détermination du peuple égyptien. Aussi sommes-nous inébranlables. J’ai juré devant Dieu et devant vous d’oeuvrer pour le bien de la Nation et de défendre de toutes mes forces la sécurité et la prospérité."


Reuters
France Info - 06:57


Nouvelle journée de manifestations en Egypte : "on a peur" (Mustapha El Gendy)
FRANCE INFO - 08:34
En direct ce matin sur France Info, Mustapha El Gendy, ancien député, membre de l’opposition égyptienne. Il a passé la nuit place Tahrir, place centrale du Caire, devenue depuis 18 jours le symbole de la contestation.

Mustafa El Guendi revient sur les événements de ces dernières heures et sur l’immense déception des manifestants qui attendaient l’annonce du départ du président Moubarak.
De nouvelles manifestations sont prévues aujourd’hui, jour de grande prière. Alors que depuis le 3 février, elles s’étaient déroulées le plus souvent dans le calme, cette fois-ci l’ambiance est extrêmement tendue. Mustapha El Gendy a peur des débordements, notamment de la jeunesse égyptienne.

Mustapha El Gendy répondait ce matin à Marc Fauvelle (3'11")

Depuis le 25 janvier dernier, la "Révolution du Nil" a déjà fait au moins 300 morts.
avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: egypte

Message  ivo le Ven 11 Fév - 10:26

Omar Souleimane, de l’ombre de Moubarak... à la lumière
FRANCE INFO - 10:17
Il avait été chargé par Hosni Moubarak de négocier la transition politique... au point de prendre quasiment sa place : nommé vice-président fin janvier, [color:1661=red]il est depuis hier soir dépositaire de tous les pouvoirs. Sans que le mécontentement de la rue soit calmé pour autant.

Longtemps, il est resté dans l’ombre de "son" président. Parce qu’il lui doit tout. Omar Souleimane, 74 ans, est d’ailleurs un homme de l’ombre. Pas étonnant, de la part de celui qui a, pendant vingt ans, dirigé les services secrets égyptiens. Et qui a d’ailleurs été nommé à ce poste par Hosni Moubarak en personne.

Un bon petit soldat, donc. Qui a même sauvé la vie de "son" président : c’était le 26 juin 1995, lors d’un sommet à Addis Abeba, en Éthiopie. Des tireurs islamistes de la Jaama islamiya tirent sur le cortège officiel. Moubarak est indemne.

Deux ans plus tard - pendant l’été 1997 -, Souleimane demande un renforcement de la police sur les sites touristiques. Personne ne l’écoute. Le 17 octobre, un attentat à Louxor fait 62 victimes. Cette fois, Moubarak décide de vraiment l’écouter.

Du coup, Souleimane devient son homme de confiance. Il parle parfaitement anglais, est bien connu à l’étranger - certains disent même qu’il est manipulé par la CIA...
Bref, il est l’homme-clé du régime, qui gère les dossiers de politique étrangère - dont le conflit israélo-palestinien. Un spécialiste des dossiers sensibles : pas étonnant, au final, qu’il soit nommé vice-président.

Omar Souleimane devient le 29 janvier dernier vice-président, un poste laissé vacant depuis que Moubarak a pris le pouvoir, en 1981.
Nouvel épisode hier soir : Moubarak, dans une intervention télévisée, annonce confier tous les pouvoirs à son vice-président. Pour ne pas perdre la face ? Sans doute... La rue, elle, a bruyamment fait savoir sa déception. Ce sera désormais à Omar Souleimane de lui répondre.
avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: egypte

Message  ivo le Ven 11 Fév - 11:16

Mobilisation massive en perspective au Caire
http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2011/02/11/mobilisation-massive-en-perspective-au-caire_1478399_3218.html
10h15
[Commentaire de la part de Maycne ]
"Moubarak défie le peuple égyptien", titre le quotidien espagnol El Pais : http://www.elpais.com/articulo/internacional/Mubarak/desafia/pueblo/egipcio/elpepuint/20110211elpepuint_3/Tes

10h17
[Commentaire de la part de Greg ]
Des tweets parlent de certains militaires qui donneraient leurs armes au peuple. Qu'en est-il ?

10h18
@Greg : Selon Reuters, un commandant de l'armée égyptienne a rejoint les rangs des manifestants place Tahrir et assure qu'une quinzaine d'officiers de rang intermédiaire ont fait de même.

"Le mouvement de solidarité des forces armées avec le peuple a débuté", a-t-il dit.

10h21
Des manifestations ont aussi lieu à Alexandrie où, vendredi dernier, plus d'un million de personnes avaient défilé dans les rues.

10h23
[Commentaire de la part de Guest2 ]
Est-il confirmé que l'armée a quitté les abords du palais présidentiel ?

10h24
@Guest2 : Selon les dernières informations, il y a toujours six véhicules blindés au moins, dont trois chars, autour du bâtiment. Des dizaines d'Egyptiens sont actuellement rassemblés devant le palais présidentiel mais l'armée n'est pas intervenue pour les disperser.

10h27
[Commentaire de la part de AdeL ]
Des infos sur l'heure de la grande prière ?

10h27
@Adel : 12 heures (en Egypte, 13 heures en France).

10h27
[Commentaire de la part de Guest ]
Selon des amis sur place, peu de manifestants sont disposés a faire le déplacement de Tahrir a Heliopolis (palais présidentiel). Mais si l'armée prend position en faveur du régime (communiqué a venir), la réaction est imprévisible

10h28
[Commentaire de la part de Philippe ]
Sait on si le président Moubarak est actuellement dans son palais présidentiel ?

10h29
@Philippe : Selon la chaîne Al-Arabia, non. Hosni Moubarak se serait rendu dans la station balnéaire de Charm El-Cheik hier, avec le chef d'état-major de l'armée, mais aucune source officielle n'a confirmé cette information.

10h31
Rectification : la grande prière a lieu à 12 h 55 en Egypte, donc à 11 h 55 en France.

10h32
[Commentaire de la part de gabba ]
@Philippe, j'ai entendu sur Al-Jazira hier que d'après certains membres de l'opposition, il serait dans un abri anti-atomique dans les sous-sols du Caire.

10h34
Selon l'agence de presse Mena, le vice-président Omar Souleiman aurait demandé au premier ministre, Ahmed Chafik, de désigner un vice-premier ministre issu du "comité des sages" chargé de réfléchir à la transition politique en Égypte. Il sera chargé de superviser le "dialogue national" lancé entre le pouvoir, l'opposition et des personnalités indépendantes. Le "comité des sages" comprend des avocats, des universitaires ainsi que des hommes d'affaires, comme le magnat des télécoms Naguib Sawiris.

10h34
[Commentaire de la part de Maycne ]
Editorial du Guardian : "Le choix décisif de l'armée" - http://www.guardian.co.uk/commentisfree/2011/feb/11/egypt-hosni-mubarak

10h35
Sur la place Tahrir les manifestants scandent : "Le peuple et l'armée sont main dans la main."

10h37
[Commentaire de la part de AdeL ]
Donc l'armée est la clef de tout ?

10h40
@AdeL : Oui, des choix de l'armée dépendra la suite des événements. C'est pourquoi le communiqué qui doit être diffusé d'un instant à l'autre par le conseil suprême des forces armées est très attendu.

10h40
[Commentaire de la part de Maycne ]
"Moubarak refuse de démissionner, la révolte gagne en furie et en détermination" titre The New York Times : http://www.nytimes.com/2011/02/12/world/middleeast/12egypt.html?_r=1&hp

10h49
Le communiqué de l'armée égyptienne est en train d'être annoncé.

10h52
L'armée annonce qu'elle garantit la réforme de la Constitution promise par Hosni Moubarak et la levée de l'état d'urgence en fonction de la situation. L'armée "travaillera pour une transition pacifique du pouvoir" et souhaite la reprise de l'activité du pays.

10h52
Le communiqué ne mentionne pas la possibilité d'une démission de Moubarak et ne revient pas sur les rumeurs d'hier soir.

10h53
Finalement, le communiqué tant attendu n'annonce rien de vraiment nouveau.

10h54
L'armée a également promis la tenue d'élections justes et libres, mais sans donner de date précise.

10h56
D'après l'analyse de la correspondante d'Al Jazira, ce communiqué montre bien que l'armée a décidé de s'engager dans le mouvement et qu'elle commence doucement à formuler ses souhaits, sans encore se positionner précisément.

10h57
[Commentaire de la part de Guest ]
Selon mes amis sur la place Tahrir, ce communiqué a été accueilli par des sifflets et des slogans anti-Moubarak appelant celui-ci a démissionner. Il y a une certaine déception car les manifestants attendaient une prise de position mais ils ne désespèrent pas de voir l'armée se joindre a leur cause

11h06
[Commentaire de la part de gomar ]
Qu'en est-il des pro-moubarak ? sont-ils présents ? Quelle est leur attitude ?

11h07
@gomar : Pour l'instant, personne ne mentionne la présence de pro-moubarak et il ne semble pas y avoir d'altercation au sein des rassemblements.



avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: egypte

Message  ivo le Ven 11 Fév - 11:33

L'Arabie saoudite dénonce les ingérences de "certains pays" en Egypte
http://www.lexpress.fr/actualites/1/monde/l-arabie-saoudite-denonce-les-ingerences-de-certains-pays-en-egypte_961305.html
RABAT - Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Saoud al-Fayçal s'est déclaré "choqué" jeudi à Rabat des "ingérences de certains pays" dans les affaires de l'Egypte, et affirmé que le roi Abdallah, dont des rumeurs annonçaient la mort, était en "excellente" santé.
"Nous sommes étonnés de voir ce que nous considérons comme des ingérences par certains pays dans les affaires intérieures de l'Egypte", a déclaré le ministre lors d'un point de presse commun avec son homologue marocain Taieb Fassi Firhi.
"Nous pensons que (les Egyptiens) peuvent résoudre leurs problèmes par eux-mêmes et nous sommes choqués de voir que certains pays devancent même les souhaits du peuple égyptien", a-t-il ajouté.
Le Prince Fayçal n'a pas précisé de quels pays il s'agissait. Mais ses propos ont paru viser les Etats-Unis, au lendemain d'un entretien téléphonique du roi Abdallah, actuellement en convalescence au Maroc, avec le président américain Barack Obama.
Interrogé sur la santé du roi, le ministre saoudien a également déclaré qu'elle était "excellente, et que le souverain était impatient de rentrer dans son pays.
Le site www.islamtimes.org avait affirmé jeudi que le roi Abdallah était décédé d'une crise cardiaque après sa conversation téléphonique animée avec le président Obama au sujet de l'Egypte.
Le ministre marocain, avec qui le Prince al-Fayçal venait de signer des accords de coopération, est intervenu pour souligner que le Maroc partageait le point de vue de son homologue sur les ingérences en Egypte.
"Nous espérons que l'on laissera (les Egyptiens) résoudre leurs problèmes. Ils sont plus que capables de le faire", a poursuivi le prince al-Fayçal.
Il a également exprimé l'espoir que cela puisse se faire "pacifiquement afin que l'Egypte puisse retrouver son rôle très important, non seulement dans le monde arabe et islamique, mais aussi dans les affaires internationales car c'est un rôle qui ne peut être joué par aucun autre pays".
Selon le Times de Londres le monarque saoudien aurait fait état de son "irritation" dans une précédente conversation téléphonique avec M. Obama le 29 janvier menaçant de financer le régime égyptien si les Etats-Unis retiraient leur aide au pays.
Le roi a également averti Washington de ne pas humilier le président Moubarak, au pouvoir depuis près de 30 ans, estimant qu'il devrait être autorisé à superviser la transition dans le pays
, a ajouté le Times citant une source haut placée à Ryad confirmée par deux autres sources.
Le roi Abdallah avait récemment manifesté sa solidarité avec le président égyptien Hosni Moubarak, dont le départ est réclamé par le mouvement de contestation en Egypte, entré dans sa 17e journée, alors que l'administration américaine exige une transition immédiate et ordonnée du pouvoir en Egypte.
Par AFP
avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: egypte

Message  ivo le Ven 11 Fév - 12:29

L’armée égyptienne se porte garante des réformes promises par Moubarak
FRANCE INFO - 11:40
L’armée égyptienne s’est dite prête aujourd’hui à lever l’état d’urgence, en vigueur depuis 30 ans, "aussitôt que les circonstances actuelles" le permettront", répondant ainsi à une demande des manifestants antigouvernementaux.
Elle a annoncé qu’elle se portait garante des réformes promises par le président Hosni Moubarak et assuré qu’elle garantira des "élections libres et transparentes".


L'armée garde le palais présidentiel du Caire. Elle assure qu'elle va garantir des élections libres
©Reutres/Amr Dalsh

L’armée égyptienne a annoncé aujourd’hui qu’elle se portait garante des réformes promises par le président Hosni Moubarak, en appelant à un retour à la normale dans le pays et en mettant en garde contre toute atteinte à la sécurité de l’Egypte.
Le Conseil suprême des forces armées a appelé les manifestants à quitter les rues et à mettre un terme aux rassemblements qui durent depuis le 25 janvier.


Le Conseil suprême des forces armées, qui réunit les plus hauts gradés sous la direction du ministre de la Défense Mohamed Hussein Tantaoui, a diffusé un “communiqué n°2” dans lequel il “confirme la levée de l’état d’urgence aussitôt que les circonstances actuelles le permettront”. L’état d’urgence est en vigueur depuis l’assassinat du président Anouar Sadate en 1981.
Les militaires promettent également, de garantir “les amendements législatifs requis pour conduire une élection présidentielle libre et honnête”.

Egypte : L’armée soutient la décision d’Hosni Moubarak. L’intervention du président Moubarak a fait l’effet d’une douche froide pour tous les manifestants de la place Tahrir. Parmi eux, Mustapha El Gendy, ancien député et membre de l’opposition égyptienne. (0'43")

Les manifestants égyptiens ont réagi avec colère aux déclarations de l’armée soutenant les réformes annoncées par le président Hosni Moubarak.
Les opposants rassemblés devant le palais lourdement gardé, dont la plupart espéraient obtenir le ralliement de l’armée, ont laissé éclater leur colère en apprenant la position des militaires, et l’un d’entre eux a arraché le micro des mains de l’officier pour protester. “Vous nous avez déçus, on avait mis tous nos espoirs en vous”, a-t-il crié, tandis que la foule entonnait des slogans réclamant que le président Moubarak soit jugé.


Le rôle de l’armée est jugé crucial dans les jours à venir face à une opposition rendue furieuse par la décision de Hosni Moubarak de rester en place, hier soir.
L’armée confirme “la nécessité de reprendre” (..) “une vie normale, de préserver les intérêts et les biens de notre grand peuple”.
L’armée reconnaît le transfert de pouvoirs du président au vice-président, annoncé hier soir par Hosni Moubarak dans une allocution télévisée.


Mikaël Roparz, avec agences
avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: egypte

Message  spike le Ven 11 Fév - 14:36



Egypte, l'éruption
Après la révolution tunisienne, l'Egypte s'est embrasée. Manifestations et répression s'enchaînent.
MONDE 11/02/2011 À 10H32 (MISE À JOUR À 14H22)

Les manifestants remobilisent de plus belle au Caire
AU FIL DE LA JOURNÉE
Colère et mobilisation sont à leur comble dans le pays, au lendemain du discours du raïs qui, contre toute attente, n'a pas démissionné. Plusieurs sources font état de son départ de la capitale égyptienne.


L'essentiel: dans un discours à la nation retransmis à la télé, hier soir, Moubarak a réaffirmé qu'il resterait à son poste jusqu'en septembre. Seule concession: le transfert de ses pouvoirs au vice-président. Les manifestants ont commencé d'affluer par dizaines de milliers ce matin place Tahrir pour faire de ce vendredi une journée de mobilisation massive. Vendredi dernier avait été surnommé le «jour du départ», ce vendredi a été baptisé «Le jour de l'adieu».

Pour suivre les événements, voici la liste Twitter que libé.fr a établie et, toujours, le live d'Al-Jazira en anglais.

--> A lire, nos récits et analyses: Moubarak, le crépuscule d'un dictateur, Moubarak s'aggrippe à son trône, ainsi que les tribunes publiées aujourd'hui dans Libé: «Il faut parier sur la liberté» (par Mahmoud Hussein) et «Quand un peuple sort du sommeil» (par l'écrivain Nabil Naoum).

--> Le récit de la journée d'hier.

Et toujours: notre blog Cris d'Egypte tenu par un Cairote, Aalam Wassef.

A voir, un nouveau diapo photo qui sera actualisé au fil de la journée.

A voir aussi sur le New York Times, une carte interactive de la situation au jour le jour.

Et enfin notre dossier, «Egypte, l'eruption»

14h20. Info confirmée par une source proche du gouvernement, citée par l'AFP: Moubarak a quitté Le Caire pour une destination inconnue avec sa famille.

14h10. Pour le Premier ministre danois, «Moubarak c'est du passé». «Nous avons maintenant un régime fini», juge Lars Loekke Rasmussen.

14h. Même écho sur le fil Twitter de Christiane Amanpour, journaliste américaine de ABC, qui a interviewé Moubarak il y a quelques jours, et qui écrit: «Un haut responsable égyptien m'a dit que Moubarak avait quitté le Caire. Il reste en Egypte comme figure présidentielle. Il est parti la nuit dernière après son discours à la nation».

13h30. Selon Al-Arabia, Moubarak aurait quitté Le Caire. Lui et ses proches seraient partis d'une base aérienne militaire située en périphérie de la capitale. Cette info circule déjà depuis hier soir.

13 heures. Devant le palais présidentiel, très éloigné du centre-ville et très bien gardé, des manifestants ont exprimé leur colère, après la lecture du communiqué de l'armée, rapporte l'AFP. L'un d'eux a arraché le micro des mains de l'officier qui lisait le communiqué, pour protester. «Vous nous avez déçus, on avait mis tous nos espoirs en vous», a-t-il crié. Le colonel s'est défendu: «Non, non, ce n'est pas un coup d'Etat».

Tweet du correspondant de CNN, place Tahrir:



Place Tahrir, les manifestants ont passé la matinée à réclamer le soutien de l'armée à leur cause. Le cheikh dirigeant les prières sur la place s'est évanoui à la fin de son prêche, après avoir appelé l'armée égyptienne à «agir d'une manière qui soit acceptable devant Dieu le jour du Jugement dernier».

Ce matin, trois soldats ont quitté armes et uniformes, pour se joindre aux manifestants, rapporte l'AFP qui cite des témoins. Hier soir, c'est un major de l'armée qui a rallié le soulèvement, comme le rapporte notre blogueur Aalam Wassef, sur «Cris d'Egypte».

Midi. De plus en plus de monde place Tahrir, où c'est l'heure de la prière

Selon Alarabiya, les manifestants auraient pris le contrôle de plusieur bâtiments gouvernementaux à Suez.

11 heures Le site du NDP, le parti présidentiel, a tout l'air d'avoir été piraté par les détracteurs du président.

http://www.cairondp.org/new/

10 heures Le communiqué annoncé par l'armée est tombé: elle assure qu'elle garantira des «élections libres et honnêtes» tout en mettant «en garde contre toute atteinte à la sécurité de la nation et des citoyens».

Le conseil «souligne la nécessité d'un retour au travail dans les établissements de l'Etat et le retour à la vie normale».

Pas très rassurant, juge notre blogueur Aalam Wassef: «l'armée ne fait rien de plus que se porter garante des promesses formulées par le président: fin de l'état d'urgence, remaniement de la constitution, protection de la population et des intérêts nationaux, organisation d'élections libres, respect "en temps et en heure" des demandes exprimées par le peuple, pas de représailles sécuritaires contre "les dignes manifestants qui se sont élevés contre la corruption. »(lire ici)

9 heures. Des dizaines de milliers de manifestants occupent la place Tahrir et les rues près du Parlement. Des rassemblements se sont également formés devant le palais présidentiel et l'immeuble de la télévision d'Etat. Beaucoup arborent une attitude de défi après la déception de la veille.

A voir, le live envoyé par 3arabawy via Bambuser


7 heures. Le conseil suprême des forces armées égyptiennes annonce qu'il va adresser un «important communiqué au peuple». Sans dire à quelle heure.

Minuit. Le prix de Nobel de la paix et leader de l'opposition Mohamed ElBaradei poste un court message sur Twitter: «L'Egypte va exploser. L'armée doit maintenant sauver le pays.»
http://www.liberation.fr/monde/01012319418-les-manifestants-remobilisent-de-plus-belle-au-caire
avatar
spike

Messages : 3721
Date d'inscription : 19/05/2009

http://anarchietotale.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: egypte

Message  niouze le Ven 11 Fév - 17:34

17h10. Hosni Moubarak démissionne, selon le vice-président Omar Souleimane.


La foule agglutinée place Tahrir explose de joie, dans une indescriptible clameur

_________________
"Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça." coluche
avatar
niouze

Messages : 5024
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: egypte

Message  ivo le Ven 11 Fév - 17:37

Fin de règne au Caire : Moubarak abandonne le pouvoir
Moins de trois semaines après les premières manifestations en Egypte, le régime Moubarak vient de tomber : le raïs, aux commandes du pays depuis trente ans, abandonne ce qui lui restait de pouvoir. C’est l’homme à qui il avait transmis ses pouvoirs, hier, Omar Souleimane, qui a annoncé ce soir qu’Hosni Moubarak démissionnait.
Suivez ici, en direct, l’évolution de la situation.

Fin de règne au Caire : Moubarak abandonne le pouvoir


17h29
"C'est le plus beau jour de ma vie" : déclaration de l'opposant Mohamed ElBaradeï

17h29
[Fichier audio] Le parcours politique de Moubarak avec Claude Guibal.mp3 Visionner

17h23
"Le peuple a fait tomber le régime! le peuple a fait tomber le régime!", scande une foule en délire sur la place Tahrir, devenue symbole du mouvement de contestation.

17h23

Portrait express d'Hosni Moubarak - IDE

17h17
[Fichier audio] Explosion de joie place Tahrir, Richard Place envoyé spécial de France Info au Caire.mp3 Visionner

17h09
Le vice-président Omar Souleimane annonce la création d'un conseil militaire pour diriger le pays.

17h06
Explosion de joie dans les rues du Caire à l'annonce du départ de Moubarak

17h05
Le vice président annonce que le président égyptien Hosni Moubarak quitte le pouvoir.
vendredi 11 février 2011


Moubarak et ses proches auraient quitté Le Caire selon Al Arabia
Selon la chaine d’informations Al Arabia, le président Hosni Moubarak et sa famille auraient quitté Le Caire pour une destination inconnue.
La chaîne d’information à capitaux saoudiens ajoute que le raïs et ses proches sont partis d’une base aérienne militaire située en périphérie de la capitale.

Au 18e jour du soulèvement populaire, les manifestants réunis par centaines de milliers au Caire ont promis de marcher sur le palais présidentiel. Quelque 2.000 personnes étaient rassemblées devant le bâtiment en début d’après-midi.
avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: egypte

Message  spike le Ven 11 Fév - 18:06

cheers cheers cheers

seuls les révolutionnaires construisent l'Histoire en la bouleversant!!
avatar
spike

Messages : 3721
Date d'inscription : 19/05/2009

http://anarchietotale.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: egypte

Message  ivo le Ven 11 Fév - 18:15

attendons de voir toutes les reactions avant de trop nous réjouir ...................................

entre l'ancien patron des services secrets, son conseil militaire, les integristes, israel et tout le reste ...
je n'ouvrirais pas le champagne tt de suite perso ....
avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: egypte

Message  spike le Ven 11 Fév - 18:37

Tout à fait, tu prolonges ma pensée, mais c'est déjà un bon début....
avatar
spike

Messages : 3721
Date d'inscription : 19/05/2009

http://anarchietotale.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: egypte

Message  ivo le Ven 11 Fév - 19:07

Le jeu ambigu des militaires égyptiens
http://www.lefigaro.fr/international/2011/02/10/01003-20110210ARTFIG00774-le-jeu-ambigu-des-militaires-egyptiens.php
11/02/2011 | Mise à jour : 14:39

Le Conseil suprême des forces armées égyptiennes sur la télévision d'État, le 10 février. Crédits photo : REUTERS TV/Reuters

L'armée a affirmé jeudi son intention de prendre les «mesures» nécessaires «pour protéger la nation» et «pour appuyer les demandes légitimes du peuple».

La pression de l'armée n'a pas encore eu raison de Hosni Moubarak. Jeudi, une longue réunion du Conseil suprême des forces armées s'est tenue entre les dix ou quinze plus hauts gradés du pays, en l'absence du président. L'institution militaire a affirmé son intention de prendre les «mesures » nécessaires «pour protéger la nation» et «pour appuyer les demandes légitimes du peuple». Puis le commandant militaire de la région du Caire, Hassan al-Roweny, a promis aux manifestants de la place Tahrir: «Tout ce que vous voulez sera réalisé.»

Choisir son camp
Depuis qu'elle a été appelée par le pouvoir, le 28 janvier, en renfort de la police, l'armée s'est placée au cœur de la crise égyptienne. Au cours des longs jours passés place Tahrir, au milieu des manifestants, les forces armées ont adopté une posture de neutralité, refusant de tirer sur les manifestants sans lâcher pour autant le régime du président Moubarak, dont elles sont le principal pilier, son épine dorsale. Liée au pouvoir par une relation intime, puisqu'elle a fourni tous les présidents égyptiens, y compris le dernier, Hosni Moubarak, depuis le renversement de la monarchie en 1952, elle est aussi très respectée par le peuple. Contrairement à la police, chargée de la répression et des basses œuvres du régime, l'armée s'est toujours placée en retrait, sans intervenir. Mais le respect qu'elle inspire en Égypte est aussi dû au souvenir des guerres israélo-arabes.

Au fil du temps, cependant, la neutralité de l'armée a fini par se muer en arbitre ambigu sur la place Tahrir. Incapable de choisir, elle a été mise en cause cette semaine par des organisations des droits de l'homme, notamment Human Rights Watch, qui ont fait état de témoignages l'accusant d'avoir détenu en secret des centaines de manifestants et d'en avoir torturé certains. Pour convaincre les manifestants de rentrer chez eux, le pouvoir n'avait pas hésité à brandir l'armée comme menace, prévenant qu'elle interviendrait en cas de «chaos» en Égypte.

Si l'attitude prudente et attentiste des militaires égyptiens déployés dans les grandes villes égyptiennes, Le Caire, Alexandrie et Suez, n'a pas suffi à calmer les manifestants de la place Tahrir, elle a visiblement permis de débloquer - du moins en partie - la situation. Le rôle modérateur de l'armée a depuis le début été encouragé par les responsables du Pentagone, en contact régulier avec le chef d'état-major de l'armée égyptienne, laquelle reçoit une importante aide financière de Washington.

Certains analystes évoquaient jeudi la rivalité qui aurait opposé, au sein de l'élite, les officiers d'active comme le chef d'état-major Sami Annan et les hauts gradés à la retraite, comme le premier ministre Ahmed Chafik et le vice-président Omar Souleiman. Ces deux derniers auraient conservé des liens importants avec Moubarak et auraient finalement emporté la partie.

À l'issue de trois semaines de révolte, l'armée reste le dernier rempart de Hosni Moubarak. Elle risque aujourd'hui de se retrouver face à une radicalisation de la rue qui l'obligera à choisir son camp. Les chances de voir triompher son option préférée - le transfert des pouvoirs présidentiels à Omar Souleiman - s'éloignent.

L'administration Obama à la peine face à la crise égyptienne
http://www.lepoint.fr/monde/l-administration-obama-a-la-peine-face-a-la-crise-egyptienne-11-02-2011-1294459_24.php
Publié le 11/02/2011 à 16:54 - Modifié le 11/02/2011 à 16:55
Moubarak a refusé de démissionner jeudi soir, un revers pour la diplomatie américaine, qui le poussait vers une sortie définitive.

Face à la crise qui secoue l'Égypte depuis près de trois semaines, l'administration du président Barack Obama semble avoir du mal à influencer l'un de ses principaux alliés au Moyen-Orient et même, parfois, à comprendre les tenants et les aboutissants de la situation au Caire.

Le président égyptien Hosni Moubarak a refusé de démissionner jeudi soir et s'est borné à déléguer ses pouvoirs à son nouveau vice-président, un revers pour la diplomatie américaine, qui le poussait vers une sortie définitive. La décision du dirigeant, si elle a provoqué la déception des dizaines de milliers de manifestants de la place Tahrir au Caire, a paru prendre à contre-pied Barack Obama, qui avait auparavant observé : "Ce qui est parfaitement évident est que nous sommes les témoins de l'histoire en marche" en Égypte. Ces déclarations, couplées avec celles du directeur de la CIA Leon Panetta, qui avait estimé, jeudi, devant le Congrès, "fort probable" que Hosni Moubarak quitte le pouvoir dans la soirée, ont donné l'impression que la Maison-Blanche pensait que le destin du "raïs" était scellé.

Désarroi

Mais ce dernier a déjoué les pronostics, dénonçant au passage des "diktats" de l'étranger, une formulation qui ne trompe personne vu la multiplication des déclarations à Washington ces dernières semaines en faveur d'une transition vers la démocratie. Le communiqué diffusé jeudi soir par la présidence américaine s'est distingué par sa fermeté sans précédent vis-à-vis de Hosni Moubarak, fidèle allié des États-Unis depuis près de 30 ans. "Trop d'Égyptiens restent incrédules sur le sérieux du gouvernement quant à une transition réelle vers la démocratie, et le gouvernement a la responsabilité de parler clairement aux Égyptiens et au monde entier", a ainsi déclaré Barack Obama. Le président a aussi estimé, sans nommer une seule fois Hosni Moubarak ni son vice-président Omar Souleiman, que "le gouvernement égyptien doit tracer un chemin crédible, concret et sans équivoque vers une démocratie réelle, et (ses membres) n'ont pas encore saisi cette occasion".

Mais cette rhétorique plus musclée ne parvient pas à masquer le désarroi d'une administration coincée entre la nécessité de préserver les liens avec un acteur capital au Moyen-Orient et ses appels à une démocratisation qui pourrait à terme signifier une moindre docilité du Caire.

Les États-Unis cajolent l'armée égyptienne

L'équipe Obama se retrouve aussi limitée par ses déclarations selon lesquelles seuls les Égyptiens peuvent décider de leur avenir, une position qui serait mise à l'épreuve en cas de reprise de la répression des manifestations en Égypte. La crise égyptienne illustre "les limites de l'influence des États-Unis, les limites des connaissances des États-Unis (...) et les limites de ce que nous pouvons faire pour influencer les événements", juge le président du groupe de réflexion Council on Foreign Relations, Richard Haass.

Depuis le début de la crise, les États-Unis ont cajolé l'armée égyptienne, l'appelant à la retenue face à la mobilisation populaire et évoquant la possibilité d'examiner l'aide de quelque 1,3 milliard de dollars qu'ils versent chaque année à cette puissante entité. Mais jouer cette carte pourrait être risqué. La meilleure stratégie, aux yeux de Richard Haass, serait de mener une diplomatie silencieuse mais ferme. Pour l'influent sénateur américain John McCain, Barack Obama n'a pas d'autres solutions que d'être ferme face à Hosni Moubarak. "Il faut que les États-Unis soient plus clairs et signifient au président Moubarak qu'il doit démissionner", a-t-il déclaré à la chaîne Fox News.


Départ de Moubarak: Israël inquiet
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2011/02/11/97001-20110211FILWWW00657-depart-de-moubarak-israel-inquiet.php
11/02/2011 | Mise à jour : 18:19
Israël espère que la démission du président Hosni Moubarak ne changera rien à ses relations pacifiques avec l'Egypte, a déclaré vendredi un haut responsable israélien. "C'est trop tôt pour en prédire les conséquences mais nous espérons que le changement vers la démocratie en Egypte se déroulera sans violence et que l'accord de paix survivra", a-t-il ajouté.

L'Egypte a été le premier pays arabe à conclure en 1979 un accord de paix avec l'Etat juif. Cette initiative avait valu au président Anouar Sadate, dont Moubarak était le vice-président, d'être assassiné en octobre 1981 par un militaire islamiste.

Au fil du déroulement de la "Révolution du Nil", qui a eu raison de la volonté de Moubarak de se maintenir au pouvoir, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a exprimé une inquiétude croissante devant les perspectives d'effacement d'un partenaire sûr et solide.
avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: egypte

Message  ivo le Ven 11 Fév - 19:48

Moubarak chassé par la "Révolution du Nil"
FRANCE INFO - 18:26
Le président Hosni Moubarak, chassé cet après-midi par la rue après dix-huit jours d’une contestation populaire sans précédent, a gouverné l’Egypte sans partage pendant trois décennies.
M. Moubarak quitte la présidence de l’Egypte et remet le pouvoir à l’armée.
Cette annonce est intervenue peu après celle du départ du raïs et de sa famille pour Charm el-Cheikh, dans le Sinaï égyptien.
Un concert assourdissant de klaxons a salué la nouvelle donnée au Caire par le vice-président égyptien Omar Souleimane.

Ce soir au Caire, après l'annonce du départ de Moubarak © REUTERS/Dylan Martinez

Il est 17h05 lorsque le vice-président égyptien annonce la démission d’Hosni Moubarak.
Le rais a démissionné de la présidence et transféré ses prérogatives à l’armée, pliant devant à les centaines de milliers de citoyens qui manifestaient depuis 18 jours pour la démocratie. “Le peuple a chassé le président”, scandait la foule devant son palais présidentiel au Caire.
Un peu plus tôt, le Parti national démocrate (PND) de M. Moubarak avait indiqué que le chef de l’Etat avait quitté Le Caire pour la station balnéaire égyptienne de Charm el-Cheikh, dans le Sinaï, où il dispose d’une résidence.

L’Egypte en liesse après le départ de Moubarak. Le politologue Gilles Kepel, spécialiste de l’islam et du monde arabe explique à Catherine Pottier comment va s’organiser l’héritage de Moubarak. (5'16")


Hosni Moubarak avait tenté de s’accrocher au pouvoir. Hier soir, il avait transféré une partie de ses prérogatives à son vice-président Omar Souleimane, tout en conservant son titre de président.
Déçus, les manifestants sont descendus en masse dans les rues des grandes villes d’Egypte aujourd’hui , demandant à l’armée d’intervenir pour l’évincer.
Durant la journée, des foules ont marché sur les palais présidentiels au Caire et à Alexandrie. Des contestataires ont assiégé le bâtiment de la télévision d’Etat dans la capitale.

C’était la journée de mobilisation la plus massive depuis le 25 janvier. Le mouvement lancé par de jeunes activistes sur internet a été progressivement rejoint par différentes couches de la population égyptienne, remontée contre l’autoritarisme du régime et sa corruption.

Fin de règne pour Hosni Moubarak. La réaction de Mustapha El Gendy, ancien député d’opposition avec Catherine Pottier. (1'57")

Hosni Moubarak a démissionné de la présidence égyptienne. Réaction de l’écrivain égyptien Khaled Kamissi (1'50")

Le départ du Président Moubarak. C’est la fin d’une époque et une nouvelle donne pour le pays et aussi pour ses représentants diplomatiques à travers le monde. L’ambassadeur d’ Egypte en France Nasser Kamel. (3'44")

Moubarak finit par partir. Son départ rappelle celui de Ben Ali, en Tunisie explique Vincent Geisser, sociologue et politologue français au CNRS.Il est avec Emilie Defay. (2'19")

Jean-Marc Ayrault, président du groupe PS à l’Assemblée nationale estime que c’“est un jour merveilleux”. Ce qui a été possible au Caire ou à Tunis peut aller jusqu’à Téhéran. Nous devons leur apporter toute l’aide, tout le concours qu’ils demanderont pour accomplir leur difficile, mais ô combien, prometteuse transition vers la démocratie. La fin du régime Moubarak est un jour merveilleux pour tous les Egyptiens. Comme en Tunisie, tout un peuple, par delà les classes et les appartenances, a su trouver la force de l’espérance démocratique pour rallier à lui la sympathie du monde entier et faire tomber l’oppression. Comme il y a vingt ans la chute du rideau de fer, ce printemps des peuples arabes est le plus beau message d’espoir”.

Le président Hosni Moubarak, chassé par la rue. "L’Egypte est belle quand elle est libre".Ce sont les mots de Jean-Marc Ayrault. Le chef du groupe socialiste à l’Assemblée sur France Info. (3'02")

L’opposant Mohamed ElBaradeï, qui avait prédit hier une “explosion” et appelé l’armée à l’aide, s’est félicité du départ de Moubarak, saluant “un grand jour pour les Egyptiens”.
Selon lui, il ouvre la voie à une période de co-gouvernement entre l’armée et le peuple. Selon la chaîne Al Arabia, le président du Conseil constitutionnel et l’armée co-dirigeront le pays durant la période transitoire.
L’armée a annoncé le limogeage du gouvernement nommé par Moubarak au début de la crise et la suspension des deux chambres du parlement.

Mikaël Roparz, avec agences



La démission de Moubarak saluée dans le monde entier
FRANCE INFO - 18:46
Elle a provoqué des scènes de liesse au Caire. L’annonce du départ du président égyptien est également très commentée hors d’Egypte. Bruxelles fait part de sa satisfaction. Des manifestations de joie ont lieu en Tunisie et à Gaza. Israël, cependant, fait part de son inquiétude.

Hosni Moubarak a "écouté la voix du peuple égyptien". Catherine Ashton, la chef de la diplomatie européenne, a été l’une des premières à s’exprimer, quelques minutes après la démission du président égyptien. Cela ouvre la voie, dit-elle, à des "réformes plus rapides et plus profondes".

La Maison Blanche a très rapidement annoncé que Barack Obama allait prononcer un discours sur l’Egypte. Son allocution est prévue à 19h30. Pas de doute que le président américain saluera, comme l’a déjà fait son vice-président Joe Biden, "un jour historique" en Egypte.

Deux heures après la démission de Moubarak, Nicolas Sarkozy a salué la décision "courageuse et nécessaire" du président égyptien.
La gauche s’est montrée nettement plus enthousiaste : Martine Aubry a salué "la grande victoire du peuple égyptien", Jack Lang "un jour historique pour l’Egypte". "Ce qui a été possible au Caire ou à Tunis peut aller jusqu’à Téhéran" affirme de son côté le chef de file des députés PS, Jean-Marc Ayrault. "Nous serons vigilants pour que cette victoire ne soit pas confisquée" prévient cependant le numéro 1 des communistes, Pierre Laurent.

"L’Egypte est belle quand elle est libre" réagit Jean-Marc Ayrault, chef du groupe socialiste à l’Assemblée Nationale (3'02")

Plusieurs centaines de Français d’origine égyptienne se sont rassemblés ce soir sur l’esplanade des Invalides à Paris pour célébrer la nouvelle.

De son côté, la Suisse annonce sa décision de geler "avec effet immédiat" les avoirs que pourraient détenir Moubarak et son entourage dans la confédération.

"Une leçon pour beaucoup de régimes arabes"

Dans le monde arabe, les réactions sont également très nombreuses. La démission a provoqué des scènes de liesse à Tunis et dans la bande de Gaza. "Dieu a délivré nos frères égyptiens de ce dictateur" s’exclame un jeune Tunisien, alors qu’un tonnerre de klaxons résonne dans la capitale tunisienne.

Les Tunisiens saluent la révolution de leurs voisins égyptiens comme le raconte le jeune journaliste tunisien Mehdi Haouas (0'52")

Le Hamas salue le "début de la victoire de la révolution égyptienne" et appelle "l’armée égyptienne à se porter garante des revendications du peuple et à ne pas permettre qu’elles soient dévoyées".

Les puissants Frères musulmans de Jordanie lancent un avertissement : le départ d’Hosni Moubarak doit "être une leçon pour beaucoup de régimes arabes, qui suivent les mêmes méthodes contre leurs peuples".

En Algérie, six personnes ont été interpellées lors d’une manifestation de soutien à la révolution égyptienne. "Après Moubarak, c’est Bouteflika" scandaient les manifestants.

Des feux d’artifice ont été tirés à Beyrouth pour fêter la démission de Moubarak, et le Hezbollah libanais parle d’une "victoire historique".
L’Iran affirme également que les Egyptiens ont obtenu une "grande victoire".


En revanche, Israël fait part de sa préoccupation. Un responsable gouvernemental israélien espère ainsi que la période de transition qui s’ouvre en Egypte sera "sans secousse" . Il aégalement réaffirmé la nécessité de préserver le traité de paix conclu entre Israël et l’Egypte en 1979.

La démission de Moubarak provoque l’inquiétude en Israël. Les précisions de Frédéric Barreyre à Jérusalem (1'14")

avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: egypte

Message  spike le Sam 12 Fév - 2:16


BILLET
Une nouvelle Egypte plurielle, pacifique et décidée a émergé vendredi soir.
66 réactions
Par CHRISTOPHE AYAD spécialiste du monde arabe à «Libération»


Les Egyptiens ont pour habitude de surnommer leur pays — et leur capitale tout à la fois — Oum al-dounia: la mère du monde. C'est ce que l'Egypte est redevenue ce soir, en menant une révolution populaire et pacifique. Une révolution unique, il faut le préciser, dans l'histoire égyptienne. Celle de 1919 visait l'occupation britannique, celle de 1952, menée par les «officiers libres», était en fait un coup d'Etat. Il sera toujours temps demain de voir si cette révolution sera confisquée, dévoyée ou accaparée par l'armée, les islamistes ou qui que ce soit d'autre. L'heure est aux réjouissances et ne boudons pas notre plaisir...

Après trois décennies d'immobilisme, de stagnation et de répression, l'Egypte bouge à nouveau. Nul ne sait encore où cela la conduira, mais le moment n'est pas à l'inquiétude et au scepticisme. On ne peut que se réjouir de ce qui vient de se passer parce que ce que l'Egypte vivait depuis des années, c'était une implosion, c'est-à-dire une explosion silencieuse et tournée vers elle-même. Une implosion alimentée par le chômage, la pauvreté, des injustices de plus en plus insupportables, un Etat-policier sorti d'un autre âge.

A ceux qui ont peur du changement, il suffit de rappeler les conséquences du statu quo: des tensions interconfessionnelles de plus en plus graves, une radicalisation de la frange jihadiste du mouvement islamiste, une méfiance de la population envers son propre Etat, le règne du chacun pour soi et l'absence de respect des lois et du vivre-ensemble. Seuls ceux qui n'ont jamais dépassé le lobby de leur hôtel de luxe ne le voient pas. Seuls ceux qui ne parlent qu'à une élite cooptée ne le comprennent pas. L'Egypte était en danger et elle se porte mieux ce soir qu'il y a un mois.

Cet immobilisme déprimant avait gagné aussi le seul véritable atout de Hosni Moubarak: sa capacité d'intermédiaire entre Israël et les Arabes. De plus en plus traitée comme quantité négligeable par Israël, ignorée par les Etats-Unis au moment d'envahir l'Irak, l'Egypte de Moubarak est devenue, non plus un partenaire, mais un subalterne occidental au Proche-Orient, voire un garde-chiourme quand il s'agit de participer au blocus de Gaza. Cela aussi a contribué à l'exaspération — voire plus — de nombre d'Egyptiens.

Le fait que moins de trois semaines de manifestations aient complètement emporté le régime Moubarak en dit long sur son absence d'enracinement et de pérennité. Cela en dit long aussi sur l'émergence d'une nouvelle Egypte: diverse, plurielle, concernée, pacifique et décidée. Une Egypte citoyenne faite d'individus qui s'accordent sur l'essentiel tout en respectant les différences.

Il a été dit que l'Egypte n'avait pas une classe moyenne éduquée suffisante, comme c'est le cas de la Tunisie, pour pouvoir basculer dans un processus véritablement révolutionnaire: c'était faux. Par son poids démographique, la vitalité de sa société, sa production culturelle et — évidemment — sa position géostratégique, aux portes d'Israël et de Gaza, l'Egypte reprend aujourd'hui, vis-à-vis du monde arabe, valeur de modèle et de référence.

C'est une bonne nouvelle, et pour l'Egypte et pour le monde arabe. Une bonne nouvelle aussi pour Israël et les Etats-Unis, qui seront peut-être plus enclins à écouter et à tenir compte des voix qui viennent du Caire. Surtout si elles émanent d'une véritable démocratie et non plus d'une autocratie payée pour se taire.
http://www.liberation.fr/monde/01012319572-le-caire-redevient-un-modele-pour-le-monde-arabe
avatar
spike

Messages : 3721
Date d'inscription : 19/05/2009

http://anarchietotale.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: egypte

Message  spike le Sam 12 Fév - 2:18

avatar
spike

Messages : 3721
Date d'inscription : 19/05/2009

http://anarchietotale.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: egypte

Message  ivo le Sam 12 Fév - 9:48

Nuit de liesse sur la place Tahrir
FRANCE INFO - 00:29
Elle a été le coeur de la contestation, le théâtre de violents heurts entre pro et anti-Moubarak. La place Tahrir est cette nuit un lieu de fête et de célébration. Après la démission d’Hosni Moubarak, des centaines de milliers d’Egyptiens de toutes confessions et de toutes classes sociales se sont rassemblés sur cette place, au centre du Caire, pour laisser éclater leur joie.
Crépitement de flashes, charivari de klaxons, explosion de feux d’artifices. La place Tahrir se laisse bercer par l’ivresse de la victoire. Une véritable marée rouge, blanche et noire - aux couleurs du drapeau égyptien - a afflué sur la bien-nommée "place de la Libération". La liesse est à la hauteur des attentes et de la tension accumulées depuis le début de la révolte populaire.

La place Tahrir explose de joie. Les précisions sur place de Stéphane Laujénie (1'11")

Le Caire fête le départ de Moubarak, reportage signé Valérie Crova (2'01")

Nuit de liesse au Caire, le reportage de Claude Guibal (1'43")


Des centaines de milliers de personnes ont afflué sur la place Tahrir.
© REUTERS/Amr Dalsh

"Nous avons abattu le pharaon"

"Le peuple a renversé le régime !" scandent les manifestations. Elites et classes populaires, musulmans et coptes, progressistes et islamistes conservateurs communient dans la même joie. "Les Egyptiens ont retrouvé leur dignité. C’est incroyable, je n’arrive pas à y croire" jubile Fatima Mahfouz, 31 ans. Comme des millions d’Egyptiens, elle n’a connu qu’un seul président, Hosni Moubarak. "Nous avons réussi une chose sans précédent depuis 7.000 ans. Nous avons abattu le pharaon. L’Egypte est libre, elle ne redeviendra jamais ce qu’elle était, nous ne le permettrons pas" lance Tarek Saad, un charpentier de 51 ans.

Ahmed, un habitant d’Alexandrie qui manifeste depuis 18 jours, est fou de joie. Il répond à Grégory Philipps (2'12")

Au bout de 18 jours de contestation, certains manifestants sont prêts à reprendre une vie normale, confiants dans l’armée à qui Hosni Moubarak a remis le pouvoir. D’autres, au contraire, n’ont pas l’intention de quitter la place Tahrir. "On restera jusqu’à ce que la situation s’éclaircisse. Nous voulons la liberté totale et la démocratie" affirme un habitant du delta du Nil, qui campe depuis trois jours sur la place. Pas question de s’arrêter en si bon chemin, renchérit un autre manifestant : "Nous ne voulons personne de l’ancien régime, ils doivent tous partir".


Les manifestants et l'armée célèbrent la nouvelle côte à côte.
© RF / Nicolas Mathias

L’armée désormais au pouvoir en Egypte
FRANCE INFO - 07:50
Les Egyptiens ont réussi à chasser Hosni Moubarak mais c’est l’armée qui est désormais au pouvoir. Il leur faut désormais s’assurer que les militaires confieront bien à terme les rênes du pays à un régime démocratique et civil. Parmi les signes forts très attendus, la levée de l’état-d’urgence en vigueur depuis 1981. "Attention à ne pas se faire voler la révolution" prévient un chercheur égyptien.


©Reuters/ Asmaa Waguih

Le pouvoir a été confié à un Conseil suprême des forces armées. Selon le vice-président Omar Souleimane, il devrait diriger le pays jusqu’à l’élection présidentielle de septembre. L’armée a promis qu’il s’agirait d’un scrutin équitable.

Le chef de ce conseil militaire est pourtant le ministre de la Défense, Mohamed Hussein Tantaoui, un pilier de l’ancien régime. L’avenir d’Omar Souleimane est lui-même incertain. Cet ancien chef de services de renseignement âgé de 74 ans était contesté par les manifestants.

“Les Egyptiens doivent faire attention à ne pas se faire voler leur révolution... L’armée pourrait envoyer un signal positif en limogeant le gouvernement formé à la hâte par Hosni Moubarak après le début du soulèvement populaire et le remplacer par un cabinet qui représente le peuple, les forces d’opposition et les forces qui ont déclenché la révolution” estime Hassan Nafaa, professeur de sciences politiques à l’université du Caire.

Après la fête, les questions avec Claude Guibal, la correspondante de Claude Guibal au Caire (1'23")

"Tout reste à construire" constate Nasser Kamel, l’ambassadeur d’Egypte en France avec Emilie Defay (1'47")

L’armée "a intérêt" que tout se passe bien, Bernard Bottiveaux, chercheur au CNRS et à l’IMA avec Célyne Bayt-Darcourt (2'16")

Ahmed qui a participé au mouvement depuis le début fait confiance à l’armée à Célyne Bayt-Darcourt (2'19")

Le vice-président égyptien Omar Souleimane a demandé au Premier ministre Ahmed Chafik de désigner un vice-Premier ministre issu du “comité des sages” chargé de réfléchir à la transition politique en Egypte. Il sera chargé , rapporte l’agence de presse Mena. Ce vice-Premier ministre sera chargé de superviser le “dialogue national” lancé entre le pouvoir, l’opposition et des personnalités indépendantes.

“Nous avons attendu ce jour pendant des décennies” s’est réjouit Mohamed ElBaradeï. qui s’est dit “impatient de collaborer avec l’armée pour organiser des élections libres et équitables. J’attends avec impatience une période transitoire de partage du pouvoir entre l’armée et le peuple.”
avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: egypte

Message  ivo le Sam 12 Fév - 19:22

Les engagements de l’armée égyptienne : transition vers un pouvoir civil et respect des traités
Dans un communiqué lu à la télévision publique, le conseil suprême des forces armées égyptiennes annonce que son objectif est de confier le pouvoir à un gouvernement civil élu. Il rassure également sur les traités internationaux de l’Egypte. Le traité de paix avec Israël n’est donc pas remis en cause.
Dans son “communiqué numéro 4”, le conseil suprême des forces armées a promis cet après-midi une “transition pacifique du pouvoir” qui “préparera le terrain à un pouvoir civil élu en vue de construire un Etat démocratique libre. ”


Il annonce également que le gouvernement nommé quelques jours avant son départ par Hosni Moubarak allait rester en place provisoirement pour assurer la gestion des affaires courantes ; “le gouvernement actuel et les gouverneurs continueront de travailler jusqu’à ce qu’un nouveau gouvernement soit formé. ” Aucun délai n’est annoncé dans ce communiqué.

Enfin une assurance qui était très attendue. Le communiqué précise que “la République arabe d’Egypte restera engagée envers tous ses traités régionaux et internationaux”. Autrement dit, le traité de paix avec Israël n’est pas remis en cause par la démission du président Hosni Moubarak

L’armée égyptienne a cherché à rassurer, aussi bien à l’intérieur qu’à l’éxtérieur, décryptage signé Claude Guibal (0'59")


Un soldat porté en triomphe par des Egyptiens, ce matin près de la place Tahrir, au Caire.
© REUTERS/Suhaib Salem

Une "très bonne annonce" selon Israël

“C’est une bonne annonce (...) La paix n’est pas seulement dans l’intérêt d’Israël mais aussi de l’Egypte. Je suis très heureux de cette annonce” a réagi Yuval Steinitz, le ministre israélien des finances. C’est la première réaction d’un responsable israélien sur la révolution en Egypte.

Parmi les autres décisions annoncées aujourd’hui, l’allègement du couvre-feu qui commencera désormais à minuit au lieu de 20H00 et durera jusqu’à 06H00. Enfin la Bourse du Caire, fermée depuis le 27 janvier, doit rouvrir mercredi.

Le grand nettoyage de la place Tahrir a commencé ce matin
Scènes étonnantes aujourd’hui la place Tahrir occupée depuis des jours par des milliers de manifestants. Des dizaines de personnes se sont présentées ce matin pour nettoyer les lieux. Et ils sont venus avec tout le matériel nécessaire, du balai aux produits décapants...
Le grand nettoyage de la place Tahrir a commencé sous les yeux de Richard Place, l’un des envoyés spéciaux de France Info avec Célyne Bayt-Darcourt (2'18")

Nader est ainsi venu ce matin participer à cette opération spontanée de nettoyage (0'43")


©Reuters/ Suhaib Salem


Fillon salue la révolution égyptienne mais ménage Moubarak
FRANCE INFO - 17:44


François Fillon avec le gouverneur de la province de Jeddah, à l'ouest de l'Arabie Saoudite.
© REUTERS

C’est en plein séisme politique au Moyen-Orient que le Premier ministre a débuté aujourd’hui une visite de deux jours en Arabie Saoudite et aux Emirats. François Fillon a évoqué sobrement la démission d’Hosni Moubarak, rappelant que le rais avait contribué à la paix.

C’est le premier chef du gouvernement français à venir à Ryad depuis 1994. François Fillon a débuté sa visite officielle en se rendant sur le porte-avions Charles-de-Gaulle, qui participe à un exercice conjoint avec l’armée saoudienne en mer Rouge. Devant plus d’un millier de marins, le Premier ministre a commenté pour la première fois la démission d’Hosni Moubarak, chassé du pouvoir par 18 jours de révolte. Ce départ "répond aux fortes aspirations du peuple égyptien à la démocratie, à la dignité, à la liberté", et le "courage" des Egyptiens "force l’admiration et le respect".

François Fillon commente la révolution égyptienne à bord du Charles-de-Gaulle, au large de l’Arabie Saoudite. (1'58")

Pas question cependant de critiquer trop durement le président déchu, que François Fillon avait rencontré fin décembre lors de ses vacances très contestées en Egypte. Si "c’est aux Egyptiens qu’il revient d’apprécier" la trace que Moubarak "laissera dans l’histoire de son pays", "personne ne pourra contester la contribution qu’il a apportée à la cause de la paix" a affirmé le Premier ministre.

En Arabie Saoudite, Fillon salue la révolution égyptienne mais ménage Moubarak. Les précisions à Ryad de Yannick Falt (1'18")

Interrogé sur ses vacances controversées en Egypte, François Fillon botte en touche. (0'53")

Une manière aussi peut-être de ménager l’Arabie Saoudite, qui a explicitement soutenu Hosni Moubarak jusqu’au bout. La monarchie ultraconservatrice, qui craint une déstabilisation de la région, héberge depuis mi-janvier l’ancien président tunisien Ben Ali, lui aussi chassé du pouvoir par la rue.
avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: egypte

Message  ivo le Dim 13 Fév - 9:34

En Egypte, la joie teintée de méfiance
FRANCE INFO - HIER, 22:46
Les Egyptiens savourent toujours leur joie, après l’annonce de la démission d’Hosni Moubarak. Mais cela n’empêche pas certains manifestants de s’avouer méfiants face à l’armée qui a désormais les rênes du pays. Le Conseil des forces armées a pourtant promis une transition rapide du pouvoir aux civils.
"Maintenant, nous connaissons la place Tahrir. Dès qu’il y aura une injustice, nous y reviendrons". Les mots de cette pharmacienne du Caire résument bien le sentiment de beaucoup d’Egyptiens : satisfaits d’avoir poussé Moubarak au pouvoir, mais soucieux de ne pas laisser l’armée confisquer leur révolution.


"Hier, j'étais un manifestant. Aujourd'hui, je construis l'Egypte". Les opposants n'ont pas l'intention de laisser l'armée confisquer leur révolution.
©AFP PHOTO/PATRICK BAZ

"Nous ne partirons pas parce que nous voulons être sûrs que ce pays va aller dans la bonne direction" affirme ainsi Ahmed, un jeune chômeur de 27 ans. Comme d’autres Cairotes, il refuse de démonter la tente qu’il avait dressé sur la place Tahrir. "Nous voulons avoir des garanties" renchérit l’un de ses amis. Ces propos provoquent la colère d’autres manifestants, qui affirment qu’il est temps de reprendre une vie normale. Les opposants, unis dans leur lutte contre Moubarak, semblent connaître leurs premiers désaccords.

Sur la place Tahrir, beaucoup de liesse... mais un peu d’inquiétude. Reportage de Stéphane Laugénie, l’un des envoyés spéciaux de France Info (1'58")

L’armée, de son côté, a tenté de rassurer les Egyptiens. Dans la journée, le Conseil suprême des forces armées a assuré que son objectif était de confier le pouvoir à un gouvernement civil élu. (LIRE NOTRE ARTICLE)

A la suite de cette annonce, la "Coalition pour le changement" qui rassemble les groupes de l’opposition et de jeunesse à l’origine du soulèvement, a annoncé l’arrêt de l’occupation permanente de la place Tahrir. Mais elle a également appelé les manifestants à y revenir chaque semaine, après la grande prière du vendredi.

L’objectif est de maintenir la pression sur les militaires, tant que les revendications des manifestants n’auront pas été satisfaites. La Coalition a pour la première fois listé ses demandes : levée de l’état d’urgence, formation d’un gouvernement d’union nationale ou encore respect des libertés fondamentales dont la presse et le droit de constituer librement des partis politiques.
avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: egypte

Message  ivo le Dim 13 Fév - 10:07

L'armée disperse les manifestants place Tahrir
http://www.lepoint.fr/monde/l-armee-disperse-les-manifestants-place-tahrir-13-02-2011-1294817_24.php
Le trafic sur le rond-point du Caire, épicentre de la révolution, reprend pour la première fois depuis plus de deux semaines.

L'armée a commencé, dimanche, à disperser les manifestants encore rassemblés sur la place Tahrir au Caire, alors que le trafic sur le rond-point, épicentre de la révolution, reprenait lentement pour la première fois depuis plus de deux semaines. Des manifestants ont scandé "doucement, doucement", alors que les soldats s'approchaient d'eux, et une poignée a résisté, provoquant quelques bousculades. Des soldats ont parlé aux manifestants.

L'armée, qui assure respecter les demandes des manifestants dont la mobilisation a provoqué la chute du régime de Hosni Moubarak, a appelé les occupants de la place Tahrir à rentrer chez eux pour permettre à la vie de reprendre son cours. Dans le sillage des manifestations lancées le 25 janvier, le trafic de la place Tahrir s'était interrompu le 28 janvier. "Sur la place, sur la place, nous réclamons nos droits sur la place", ont scandé certains manifestants, alors que l'armée encerclait la foule.

Protéger la révolution

Malgré le départ de Hosni Moubarak vendredi - principale revendication des manifestants -, certains ont prévenu qu'ils resteraient place Tahrir pour protéger la révolution et mettre la pression sur le Conseil suprême des forces armées, qui assume désormais le pouvoir. "L'armée est la colonne vertébrale de l'Égypte. La solution n'est pas de nous faire quitter la place. Elle doit répondre à nos demandes", a déclaré un manifestant dans un haut-parleur.

Selon certains protestataires, plus de trente responsables du mouvement ont été interpellés et emmenés près du Musée égyptien, situé près de la place. L'armée, appelée par Moubarak le 28 janvier dernier à venir épauler la police débordée par la situation, est dans l'ensemble restée neutre et en retrait pendant la révolution. "Il n'y a pas d'hostilité entre le peuple et les forces armées. Nous vous demandons de ne pas vous en prendre à nos fils. Il s'agit d'une manifestation pacifique", a déclaré un manifestant.


avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: egypte

Message  ivo le Dim 13 Fév - 17:56

Les irréductibles de la place Tahrir
FRANCE INFO - 14:14
Des échauffourées se sont produites ce matin sur cette place emblématique de la révolution égyptienne. Quelques centaines de manifestants refusent de quitter les lieux. Une place où se sont retrouvés pour manifester un millier de policiers qui réclament de meilleurs salaires et conditions de vie.
Les iréductibles de la place Tahrir, le récit de Sébastien Laugénie, l’un des envoyés spéciaux de Radio France en Egypte (1'13")


La place Tahrir en partie rendue ce matin à la circulation
©Reuters/ Suhaib Salem

Ce matin, l’armée a commencé à évacuer les tentes sur la gigantesque place, où campaient encore des centaines de manifestants. Des altercations ont éclaté entre militaires et de jeunes manifestants refusant de partir et réclamant des garanties à l’armée qui assure la transition.

"L’armée et le peuple sont unis" et "Révolution, révolution jusqu’à la victoire", scandaient les manifestants après avoir reçu l’ordre de la police militaire de laisser la vie reprendre son cours ordinaire.

Des policiers, enhardis par la révolte qui a entraîné la chute de Moubarak, se sont rassemblés pour réclamer des augmentations salariales.

L’Egypte n’a plus ni parlement, ni constitution
FRANCE INFO - 15:15
Le Conseil suprême des forces armées, au pouvoir en Egypte, a annoncé cet après-midi la suspension de la Constitution et la dissolution du parlement. Les militaires au pouvoir depuis le départ d’Hosni Moubarak vendredi soir, annoncent qu’ils resteront au pouvoir pour une durée de six mois ou jusqu’aux prochaines élections législatives.

Dans un communiqué lu à la télévision publique, la formation d’une commission chargée d’amender la constitution et dont les conclusions seront soumises à référendum a également été annoncée.

Deux décisions qui semblent nécessaires à la démocratisation de l’Egypte. La dissolution du parlement élu en décembre dernier était indispensable pour permettre l’organisation de nouvelles élections. Quant à la constitution, elle ne permettait pas en l’état la participation à l’élection présidentielle de candidatures indépendantes

L’Egypte n’a plus ni parlement ni constitution, décryptage de Claude Guibal, la correspondante de France Info au Caire (1'08")

Enfin le conseil suprême des forces armées, cette instance formée d’une vingtaine de généraux, donne une idée du calendrier de la transition en indiquant qu’il “prend en charge la direction des affaires du pays provisoirement pendant six mois, ou jusqu’à la fin des élections législatives et pour la présidence de la République”.

.........


avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: egypte

Message  niouze le Dim 13 Fév - 22:26

Révolution réussi ? ou révolution volé !
Égypte : l'armée promet de réprimer les grèves et l'action syndicale - 13 février


Egypt’s military to warn against “chaos and disorder”

Egypt’s new military rulers will issue a warning on Sunday against anyone who creates “chaos and disorder”, an army source said.

The Higher Military Council will also ban meetings by labour unions or professional syndicates, effectively forbidding strikes, and tell all Egyptians to get back to work after the unrest that toppled Hosni Mubarak.

Leur presse (Reuters), 13 février 2011 - 3:05pm GMT.


Remember, when the army took over in 1952, first thing they did was executing two strike leaders at Kafr el-Dawwar textile mill.


3arabawy.

le juralibertaire

_________________
"Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça." coluche
avatar
niouze

Messages : 5024
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: egypte

Message  Invité le Lun 14 Fév - 13:15

Lundi 14 février 2011 1 14 /02 /Fév /2011 12:03
L'État reste à détruire en Égypte - 14 février

Égypte : l'armée vole la victoire du peuple


Les choses n’ont pas traîné.

À peine le dictateur Moubarak chassé par le peuple et exilé à Charm-El-Cheikh, l’armée égyptienne a pris ouvertement le pouvoir qu’elle détient de fait, depuis 1952, après le renversement du roi Farouk par les officiers nationalistes révolutionnaires dont Gamal Abdel Nasser.

Le peuple a abattu une dictature de 30 ans, et l’État-Major rafle la mise.

Cherchez l’erreur…

C’est la révolution «ordonnée» et «crédible» dont rêvait l’Occident.


Mais à peine les occupants de la place Tahrir avaient-ils terminé leur Osterputz et rendu les lieux à l’infernale circulation automobile, qu’ils ont compris à quelle sauce ils étaient consommés.

Et ils sont revenus s’y installer bien décidés à ne pas se laisser voler leur victoire par d’ex-maréchaux à la soviétique. Et cette fois, l’armée, prétendue neutre, les a délogés vite fait. Faut pas pousser !

Et dans le même temps, les grèves se multiplient dans les entreprises, dont beaucoup sont précisément la propriété des militaires, de haut rang, il va sans dire.

Bref, la révolution confisquée, provisoirement, a encore des perspectives d’avenir.

Et ce n’est ni la dissolution de l’Assemblée, frauduleusement élue, ni la mini révision constitutionnelle annoncée, ni même la date, lointaine, des élections qui feront oublier le putsch à froid réalisé au nez et à la barbe du monde.

On est sûr que bientôt, le peuple demandera à l’armée : qui t’a fait Raïs ?

Si les militaires égyptiens avaient été vraiment des démocrates, ils auraient organisé une transition en y associant des représentants de tous les partis, de toutes les associations, et surtout de tous les occupants de la place Tahrir, et d’ailleurs qui représentent eux véritablement le pouvoir populaire.



Mais allez demander ça à des chefs militaires !

Jura libertaire

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: egypte

Message  ivo le Lun 14 Fév - 18:57

Egypte : L’armée tente de remettre le pays en ordre de marche
FRANCE INFO - 13:00
Trois jours après la démission de Hosni Moubarak, les manifestants ont quitté ce matin la place Tahrir, au centre du Caire, avant d’y organiser un nouveau rassemblement en début d’après-midi.
Cette place de la Libération, investie par les anti-Moubarak dès le début du mouvement, est devenue en près de trois semaines le symbole de la révolution égyptienne.
De nouvelles manifestations critiquées par les militaires égyptiens qui appellent à cesser les grèves.


Au Caire, l'armée appelle à cesser les grèves
©REUTERS/Suhaib Salem

L’armée égyptienne, aux commandes du pays depuis que le président Hosni Moubarak a démissionné, a appelé citoyens et syndicats à cesser les grèves, au moment où les mouvements sociaux prenaient de l’ampleur.
La “révolution du Nil”, qui a eu raison de Moubarak en dix-huit jours, s’est répercutée sur le terrain social. Les manifestations et les grèves se multiplient pour obtenir une revalorisation des salaires et de meilleures conditions de travail.
L’état-major avait lancé un ultimatum ce matin aux quelques dizaines de manifestants encore présents sur la place, les menaçant de les arrêter s’ils ne quittaient pas les lieux. Les habitants du Caire avaient obtempéré... pendant quelques heures : environ 2.000 personnes se sont à nouveau rassemblées en début d’après-midi.

Dans un communiqué diffusé par la télévision publique, les militaires soulignent que “les nobles Egyptiens voient que ces grèves, dans cette période délicate, produisent des résultats négatifs”. L’armée “appelle les citoyens, les organisations professionnelles et les syndicats à jouer pleinement leur rôle”.

“L’armée commence à utiliser « la légitimité révolutionnaire »comme la base de ses actions”, indique Hassan Abu Taleb,analyste à l’Al-Arham Center for political and strategic studies. “L’engagement de l’armée à mettre en place un gouvernement civil et issu d’élections libres, un parlement et un espace de liberté pour les partis politiques est un bon signe”, estime-t-il.


............................................
avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: egypte

Message  ivo le Mar 15 Fév - 9:57

Au Caire, après la révolution, les revendications sociales
FRANCE INFO - 08:37
Après les opposants au régime, ce sont des milliers de fonctionnaires égyptiens qui ont manifesté hier au Caire et dans d’autres villes du pays, pour réclamer de meilleurs salaires et conditions de travail. L’armée désormais au pouvoir a aussitôt demandé l’arrêt de ces manifestations. Mais portés par le vent de révolte qui a mis Hosni Moubarak à terre, les piquets de grève se multiplient, dans une Egypte libérée mais toujours exsangue.


Des employés des transports publics du Caire qui manifestaient hier © AFP/Mohammed Abed

Des centaines de salariés des transports publics ont défilé près du bâtiment de la radio publique, alors que ceux de l’Organisation gouvernementale de la Jeunesse et des Sports manifestaient sur la place Tahrir. Sur l’autre rive du Nil, des centaines de conducteurs d’ambulance. Grève encore dans les banques ou la compagnie aérienne nationale EgyptAir qui a programmé seulement 31 vols internationaux et 12 dessertes intérieures contre 145 habituellement. Enfin, plusieurs centaines de policiers ont défilé devant le ministère de l’Intérieur. "C’est dur pour nous de retourner au travail, parce que les gens nous détestent", expliquait hier un capitaine à l’AFP, exprimant le malaise dans ce corps considéré comme bras armé du pouvoir déchu.

La grogne social prend le relais de la révolution Reportage de Sébastien Laugénie (1'20")

Les militaires aux commandes du pays ont aussitôt tenté de casser le mouvement. Dans un communiqué lu à la télévision nationale, un porte-parole du Conseil suprême des forces armées a averti que la poursuite des grèves et manifestations mettrait en péril l’économie du pays et permettrait à des "éléments irresponsables" de perpétrer des "actes illégaux".

C’est l’Egypte toute entière qui bouillonne Analyse de Claude Guibal, correspondante de France Info au Caire (0'59")

L’armée qui tente d’amadouer la sphère des cyber-militants. Les généraux ont reçu hier plusieurs de leurs représentants. Un entretien encourageant selon le blogueur Waël Ghonim. Les militaires, explique-t-il sur sa page Facebook, ont annoncé que des amendements à la Constitution -suspendue dimanche- seraient préparés dans les dix jours par un comité indépendant, puis soumis à référendum dans deux mois.

Enfin, ce sont les guides et professionnels du tourisme ont manifesté hier devant les pyramides, à Gizeh près du Caire, pour appeler les touristes à revenir en Égypte. "Nous sommes prêts à accueillir des millions et des millions de gens comme avant. S’il vous plaît, revenez", a lancé un guide.

Cécile Quéguiner, avec agences


L’Egypte demande aux Européens de geler les avoirs d’ex-responsables
Les autorités égyptiennes ont demandé à plusieurs pays européens de geler les avoirs d’ex-hauts responsables du régime de Hosni Moubarak, mais pas du président déchu lui-même.

A la demande de la Grande-Bretagne, les ministres européens des Finances ont décidé de mettre la question d’un gel éventuel des avoirs de sept anciens responsables égyptiens au menu d’une rencontre qu’ils doivent avoir mardi à Bruxelles, selon une source diplomatique.

Seule la Suisse a décidé dès vendredi de geler "avec effet immédiat" les avoirs que pourraient y détenir Hosni Moubarak et son entourage.
avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Page 5 sur 12 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 10, 11, 12  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum