Derniers sujets
» Précarité
par ivo Hier à 11:01

» les fous de dieu
par ivo Hier à 10:22

» racisme quotidien
par ivo Hier à 10:16

» droites extremes
par ivo Hier à 10:06

» alimentation
par ivo Hier à 9:52

» Etats-Unis
par ivo Hier à 9:35

» un peu de douceur ....
par ivo Hier à 9:18

» les photos d'actus - l'info en résumé
par ivo Hier à 9:00

» immigration ...
par ivo Hier à 8:58

» la crise ..........
par ivo Hier à 8:53

» la phrase du jour
par ivo Hier à 7:58

» Birmanie
par ivo Hier à 7:47

» No Futur - la terre au 21° siecle
par ivo Jeu 21 Sep - 11:38

» agriculture
par ivo Jeu 21 Sep - 11:01

» état d'urgence et autres restrictions....
par ivo Jeu 21 Sep - 10:33

» [中国- Chine] 一般信息- Informations générales
par ivo Jeu 21 Sep - 10:06

» afrique du sud
par ivo Jeu 21 Sep - 10:02

» blancs comme neige ^^
par ivo Jeu 21 Sep - 9:24

» armement><désarmement
par ivo Jeu 21 Sep - 9:11

» flicage total du net
par ivo Jeu 21 Sep - 9:06

» U.E.
par ivo Jeu 21 Sep - 8:31

» macronie
par ivo Jeu 21 Sep - 8:28

» les "joies" du sport ...
par ivo Mer 20 Sep - 8:46

» [Deutschland- Österreich] Allgemeine Informationen. [Allemagne- Autriche] Informations générales.
par ivo Mer 20 Sep - 8:24

» ... 14/18 ...
par ivo Mar 19 Sep - 9:00

» Today's joke
par ivo Mar 19 Sep - 8:03

» retraites
par ivo Lun 18 Sep - 7:58

» Necronomacron
par ivo Sam 16 Sep - 9:25

» pesticides / fongicides
par ivo Sam 16 Sep - 9:16

» homophobie dans le monde ...
par ivo Sam 16 Sep - 8:23

» Infos insolites.
par ivo Ven 15 Sep - 9:27

» pape, cathos, vatican et autres ....
par ivo Ven 15 Sep - 9:00

» No Futur - l'espace au 21° siecle
par ivo Ven 15 Sep - 8:38

» vite, je vais vomir ...
par ivo Jeu 14 Sep - 9:06

» médias ? quels médias ??
par ivo Jeu 14 Sep - 7:34

» internet , technologie, ...
par ivo Mer 13 Sep - 8:43

» Yemen
par ivo Mer 13 Sep - 7:54

» egypte
par ivo Mar 12 Sep - 9:28

» Philippines
par ivo Mar 12 Sep - 9:07

» pologne
par ivo Mar 12 Sep - 8:55

» Nazisme.
par ivo Mar 12 Sep - 8:24

» Réflexion sur le sexisme
par ivo Lun 11 Sep - 8:37

» la police s'étonne qu'on ne l'aime pas
par niouze Sam 19 Aoû - 19:33

immigration ...

Page 3 sur 15 Précédent  1, 2, 3, 4 ... 9 ... 15  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: immigration ...

Message  ivo le Ven 4 Oct - 8:52

Les migrants africains souvent «aux mains de mafieux sans scrupules et racistes»
http://www.rfi.fr/afrique/20131003-migrants-africains-mafieux-scrupules-racistes-lampedusa-leonard-vincent
Ce jeudi 3 octobre, au large de Lampedusa, le naufrage d'un bateau de migrants africains a fait plus de 100 morts, et le bilan définitif pourrait dépasser les 300 morts. Léonard Vincent, correspondant de RFI à Rabat, au Maroc, mais également spécialiste de la Corne de l’Afrique et de ses volontaires à l’immigration, apporte son analyse sur les rouages de ces drames qui surviennent, malheureusement, bien trop souvent. Actuellement, explique-t-il, « les passages sont plus dangereux, plus chers, l’attente est devenue plus périlleuse. Les migrants sont aux mains, la plupart du temps, de mafieux sans scrupules et animés, il faut le dire, par un racisme terrible ».

RFI : Léonard Vincent, bonjour. Malheureusement, ce genre de drame est régulier, n'est-ce pas ?

Léonard Vincent : Oui, effectivement. Le naufrage d’aujourd’hui est d’une ampleur exceptionnelle, mais ce n’est pas un phénomène inédit. Déjà en 2009, un navire qui transportait à l’époque 200 Erythréens, venus du petit pays de l’Erythrée en Afrique de l’Est, avait chaviré au large de la Sicile. On n’avait alors compté qu’un seul survivant, un jeune homme qui avait pu raconter son histoire.

Un an après, deux navires avaient fait naufrage aussi, au même endroit. Près de 400 migrants, essentiellement des Erythréens, des Ethiopiens et aussi des Somaliens, avaient péri en mer, dont une célèbre journaliste érythréenne et une athlète somalienne qui avait participé aux Jeux olympiques. Rien que la semaine dernière en Sicile, une quinzaine d’Erythréens se sont noyés au large des côtes, en essayant de gagner le rivage à la nage.

Alors évidemment, en plus d’être une épouvantable tragédie pour les victimes et leurs familles, c’est aussi un vrai drame pour la Sicile elle-même. Et dans ces conditions, certains pêcheurs siciliens s’organisent pour surveiller la mer, bien que la loi italienne leur interdise de porter assistance aux migrants clandestins.

En 2008, par exemple, des pêcheurs tunisiens avaient même fait de la prison à Agrigente, dans le sud de la Sicile, pour avoir secouru une quarantaine de clandestins en perdition. Et il faut rappeler que bien sûr, l’aide à l’immigration clandestine est un crime en Italie, comme d’ailleurs dans un certain nombre de pays européens.

Ce jeudi, un Tunisien a été arrêté, il est soupçonné d’être un passeur. Malheureusement, n’est-il pas qu’un simple maillon de la chaîne ?

S’il s’avère que l'homme arrêté est bien le « passeur » comme on dit, il n’est en effet qu’un employé, un bout de la chaîne qui, sans doute, aurait cherché lui aussi à obtenir l’asile en Europe. Ca s’est déjà vu dans des cas similaires. Les réseaux de passeurs dont ferait partie cet homme sont très bien organisés et très riches. Une place sur l’un de ces bateaux de fortune - qui coulent régulièrement - coûte plusieurs milliers de dollars aux Africains.

La somme évoquée par les clandestins survivants est souvent de 3 000 dollars, ce qui est considérable. Les enquêtes des associations de défense des droits de l’homme, et même de l’ONU, ont montré que les responsables de ces embarquements sont la plupart du temps des réseaux mafieux transfrontaliers, impliquant des Soudanais, des Libyens, des Tunisiens, mais aussi certains trafiquants notoires qui connaissent les routes pour traverser le Sahara avec des cigarettes, de la drogue, des armes, mais aussi des migrants, on le voit...

Bien entendu, ces mafias bénéficient souvent de la complicité d’autorités locales, qui sont payées pour fermer les yeux. Parfois, aussi, elles touchent une commission sur le prix et les rançons payés par les migrants. Alors, on le voit, il y a bel et bien un business très lucratif du trafic de clandestins sur toute la longueur de l’Afrique du Nord.

Les pays européens tentent depuis plusieurs années d’endiguer ce phénomène. Visiblement, cela n’empêche pas ce genre de drame. Cela veut-il dire que les politiques ne servent à rien ?

Les politiques ne fonctionnent pas, ou fonctionnent avec des effets pervers terribles. Le naufrage d’aujourd’hui, c’est une nouvelle manifestation épouvantable, très macabre, d’un problème qui n’a manifestement pas été correctement résolu par l’Europe, quand elle a décidé de fermer ses frontières maritimes avec le Sud. L’Europe a essentiellement délégué la répression de l’immigration clandestine aux pays des rives sud de la Méditerranée. Et tout ça n’a pas été préparé dans la profondeur, en réfléchissant à toutes les conséquences.

Un exemple : l’Italie de Silvio Berlusconi avait donné, il y a quelques années, beaucoup d’argent à la Libye de Mouammar Kadhafi, pour moderniser sa flotte, ses garde-côtes, cette flotte qui est chargée de contrôler le départ des embarquements clandestins. Les programmes d’assistance, la plupart du temps financière et militaire, offerts aux pays d’Afrique du Nord, ont eu pour conséquence de rendre la vie extrêmement dure aux migrants qui se massent sur les rivages d’Afrique du Nord.

→ À (RE)LIRE : Dramatique naufrage d’un bateau de migrants à Lampedusa

Les passages sont donc plus dangereux, plus chers, l’attente est devenue plus périlleuse encore. Les migrants sont aux mains, la plupart du temps, de mafieux sans scrupules et animés, il faut le dire, par un racisme terrible. Le périple de ces migrants dure souvent plusieurs années, et il faut dire qu’en Afrique du Nord, les Subsahariens constituent aussi une main-d’œuvre bon marché, malléable et corvéable à merci. Et c’est ainsi qu’ils paient leur passage, en travaillant au bénéfice de certains pays de passage.

Donc on voit bien que finalement, rien n’arrête réellement le flux de clandestins. Les opérations Frontex de l’Union européenne ne marchent pas. Au contraire, la vie impossible en Afrique du Nord désespère davantage les gens. Ils sont donc incités à prendre plus de risques pour passer vers l’Europe.

Léonard Vincent, vous êtes correspondant à Rabat. On sait que beaucoup des migrants d’Afrique de l’Ouest passent par le Maroc. Aujourd’hui, les autorités semblent vouloir se pencher sérieusement sur la question. Qu’en est-il ?

Oui, c’est tout récent. Le Maroc semble en train de changer de cap. Après la publication, cet été, d’un rapport accablant du Conseil national des droits de l’homme, le roi Mohammed VI a annoncé, il y a quelques semaines, une nouvelle politique migratoire, avec la création d’un statut de réfugié, de demandeur d’asile. Alors, le bureau du HCR ici à Rabat a dit être enthousiasmé par ce revirement, tout en restant vigilant.

Mais il faut noter quand même que c’est une première en Afrique. Des négociations sont en cours avec le HCR pour déterminer les procédures qui devront être suivies par le tout nouveau bureau des réfugiés et apatrides qui a ouvert ses portes la semaine dernière à Rabat. Alors qu’en Tunisie ou en Libye, en revanche, rien n’a changé. On se souvient que pendant la guerre civile, les milices rebelles ont chassé les migrants africains, sous prétexte qu’ils servaient de milices supplétives au régime de Kadhafi, ce qui s’est révélé faux.

→ À (RE)LIRE : Barcelone, paradis perdu des Africains

La situation est toujours la même dans ces pays... On peut dire que les migrants africains, dans ces conditions, sont les grands oubliés du « printemps arabe ». En Egypte particulièrement, les Erythréens, les Ethiopiens et les Somaliens qui cherchent à passer en Israël sont traités comme des esclaves. Ils sont détenus dans des conditions assez effroyables par les clans bédouins dans le Sinaï. Et une fois en Israël, ceux qui ont survécu à cette effroyable traversée font d’ailleurs face à de nouvelles difficultés.

Les autorités israéliennes se disent débordées, notamment par l’afflux d’Erythréens qui constituent, avec plusieurs dizaines de milliers de personnes - 30 000 est un chiffre qu’on cite souvent - la plus importante communauté immigrée dans l’Etat hébreu.

→ À (RE)LIRE : Entretien avec Léonard Vincent, auteur de l'ouvrage Les Erythréens

Naufrage à Lampedusa: la politique d'immigration de l'UE montrée du doigt
http://www.rfi.fr/afrique/20131004-naufrage-lampedusa-politique-immigration-ue-montree-doigt-clandestins-immigr%C3%A9s-africains
Selon le dernier bilan, le naufrage d'un navire de migrants clandestins qui s'est déroulé dans la nuit de mercredi à jeudi, a fait au moins 130 morts. Il s'agit de l'une des catastrophes les plus meurtrières que l'île italienne de Lampedusa ait connue. Alors qu'on dénombre encore 200 disparus, ce drame soulève une nouvelle fois la question de la politique migratoire répressive de l'Union européenne.

Avec notre bureau à Bruxelles,

Tous les pays riverains de la Méditerranée en appellent depuis dix ans à la solidarité des pays du reste de l'Europe. La règle qui prévaut depuis 2003 est en effet que les candidats à l'asile dans l'Union européenne n'ont le droit de déposer de demande que dans le pays par lequel ils sont entrés dans l'UE. Les pays du sud ont donc l'impression d'être laissés seuls face à un afflux de migrants de plus en plus important.

► À (RE)ECOUTER : Lampedusa, l’île des faux espoirs pour des milliers de migrants

Une série d'outils communs ont cependant été mis en place, parmi lesquels on peut citer des aides financières ou encore l'agence Frontex de surveillance des frontières européennes. Il y a aussi un important volet de communication avec les pays de départ, en particulier les accords de réadmission par lesquels plusieurs pays du sud de la Méditerranée s'engagent à accepter le retour d'immigrés partis clandestinement vers l'Union européenne.

Les débats vont repartir de plus belle dès la rencontre lundi des ministres de la Justice à Luxembourg. Une rencontre où sera lancé le système Eurosur, destiné à repérer et à sauver les embarcations de migrants. Même si la Commission européenne souligne qu'il y a plus de candidats à l'asile en Allemagne ou en France que dans les pays méditerranéens.

« Couloirs humanitaires »

A la télévision italienne, la ministre de l'Intégration, Cécile Kyenge, originaire de République démocratique du Congo et première Noire dans un gouvernement italien, a réclamé l'instauration de « couloirs humanitaires pour rendre plus sûres ces traversées sur lesquelles spéculent des organisations criminelles ». Elle demande aussi des facilités administratives pour accueillir ces migrants.

Cecile Kyenge
Ministre de l'Intégration italienne

Nous sommes face à une situation d'urgence (...) C'est donc la responsabilité de l'Europe.
avatar
ivo

Messages : 26380
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: immigration ...

Message  ivo le Sam 5 Oct - 9:08

Le naufrage d'une politique européenne de l'immigration
http://www.courrierinternational.com/article/2013/10/04/le-naufrage-d-une-politique-europeenne-de-l-immigration
Au lendemain de la tragédie au large de Lampedusa qui a fait au moins 130 morts, l'Union européenne ferait mieux de faire de l'immigration sa priorité au lieu d'épingler l'incompétence de l'Italie, se désole cet éditorialiste.


Un drapeau noir flotte sur le port de Lampedusa, avec le mot "honte" - AFP/Alberto Pizzoli

Que d'hyprocrisie sur les visages des puissants en deuil, alors que les victimes du désastre se noient une deuxième fois dans la rhétorique. Que de cynisme parmi les membres de la Ligue du Nord [parti d'extrême droite italien] qui proposent la solution de repousser les malheureux, afin qu'ils se résignent à mourir chez eux : loin des yeux, loin du cœur. Pendant ce temps, le rituel de l'émotion en diffusion simultanée sature nos écrans, à l'affût des cas désespérés, des héros à exhiber dans les talk-shows, pour faire oublier les racines d'un drame d'une ampleur inédite, mais pareil à tous ces autres qui ne nous ont arraché qu'une pauvre larme, vite séchée.


Tant que les désespérés fuyant la violence et la misère pourrissaient à nos frais dans les camps de concentration de Kadhafi [le dictateur libyen déchu], nul ne s'intéressait à leur sort. Maintenant que les cages sont ouvertes et que les rafiots des bandits ont repris la mer, nous pleurons les morts en continuant d'ignorer les vivants. L'Europe, qui fait la morale à l'Italie au moindre écart économique ou pour le gabarit non réglementaire d'une courgette, traite l'île de Lampedusa comme une province romaine plutôt que comme le poste avancé du continent.

Tout le monde sait que la seule solution consiste à patrouiller le long des côtes africaines pour mettre à l'abri ces pauvres bougres avant que les rafiots ne coulent, au lieu de feindre chaque fois la surprise à leur arrivée. Mais de telles initiatives demandent un peu de cœur et de jugeote, pas seulement des glandes lacrymales semblables à du sépulcre blanchi. Elles demandent une vision politique qui semble avoir fait naufrage dans l'Europe des pleutres.
Lampedusa : indignation hypocrite et larmes de crocodile
http://www.courrierinternational.com/article/2013/10/04/lampedusa-indignation-hypocrite-et-larmes-de-crocodile
Devant les images insoutenables du naufrage du 3 octobre, le monde se réveille en émoi face au drame de Lampedusa. Mais il n'est que la conséquence des choix politiques des dirigeants africains et européens. La responsabilité est partagée.


Des corps de migrants couverts dans le port de Lampedusa, le 3 octobre 2013 - AFP/Nino Randazzo

Avec un bilan provisoire qui dépasse les 130 victimes, le naufrage du 3 octobre au large de Lampedusa pourrait bien être le plus meurtrier de ces dernières années. En effet, sur les 450 à 500 immigrants somaliens ou érythréens qui avaient pris place dans l’embarcation, les secouristes ont réussi à ne sauver que 151 personnes.

Les témoins évoquent en particulier d’insoutenables images d’un océan, avec des têtes d’enfants et de femmes flottant sur les eaux. La tragédie provoque une émotion planétaire. Mais, c’est à se demander si cette émotion n’est pas feinte. Parce qu’autrement, cet accident, aussi choquant qu’il puisse être, n’a rien de surprenant. Il est la conséquence de choix et d’attitudes de responsables aussi bien africains qu’européens.

Pauvreté et déficit démocratique

En cela, il est le résultat de ce que le pape François a récemment appelé le déficit du "sens de la responsabilité fraternelle" de l’"insensibilité aux cris d’autrui". Le drame du 3 octobre est tout d’abord la conséquence logique de la pauvreté et du déficit démocratique qui caractérisent bon nombre d’Etats africains. Les premières causes qui poussent les Africains à se lancer à leurs risques et périls à l’assaut de la "forteresse Europe", ce sont bien les conjonctures économiques difficiles et les persécutions politiques. Or ces causes interpellent directement l’élite africaine en général et sa classe politique en particulier.

La Corne de l’Afrique offre la meilleure illustration de ce sombre tableau. La Somalie et l’Erythrée sont en effet caractérisées par une instabilité politique chronique. Il n’y existe pratiquement aucun embryon d’Etat. Ces deux pays vivent quasiment dans une situation d’anarchie systémique. Ce sont des bandes armées et criminelles qui se sont réparties les territoires qui y font la loi. Sur le plan socio-économique, la situation n’est guère meilleure. A ce propos, il suffit juste d'évoquer les épidémies de famine aiguë qui y sont régulièrement enregistrées.

L'Occident s’est uniquement préoccupé de ses intérêts

Naturellement, on ne pourrait en vouloir à quelqu’un qui essaie de se sortir des griffes de telles affres. Mais, dans ces drames quotidiens, l’Occident en général et l’Europe en particulier ont aussi leur part de responsabilité. Certes, ceux qui pensent que le Vieux Continent n’est pas fait pour accueillir toute la misère du monde n’ont pas forcément tort. Encore qu’ils devraient se rappeler qu’une bonne partie de cette misère de ce même monde est le fait de ce même Vieux Continent ! Le phénomène a commencé avec la traite négrière et s’est poursuivi pendant les périodes de la colonisation et du néocolonialisme.


Au cours de toutes ces phases, l’Occident s’est uniquement préoccupé de ses intérêts. Pour les obtenir, il a usé de tous les moyens. Y compris les moins recommandables. Bon nombre de conflits et de situations d’instabilité en Afrique ont leurs origines véritables outre-Méditerranée. Pour des raisons très souvent économiques, ils sont prêts à "foutre le bordel" dans les pays qui tentent de leur résister. Le cas libyen peut servir d’illustration. Et maintenant les voilà qui se barricadent, obligeant les immigrants à utiliser des voies détournées et prendre les risques les plus élevés.


avatar
ivo

Messages : 26380
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: immigration ...

Message  ivo le Sam 5 Oct - 11:09

La lettre déchirante de la maire de Lampedusa
http://www.rue89.com/2013/10/04/document-lettre-dechirante-maire-lampedusa-246298
Il y a un an, la maire de Lampedusa écrivait une lettre pour tenter d’alerter les Européens. Rien n’a changé.


Les corps de victimes alignés, à Lampedusa le 3 octobre 2013 (Nino Randazzo/AP/SIPA)

Je suis la nouvelle maire des îles de Lampedusa et Linosa. [...] J’ai déjà reçu 21 cadavres de personnes noyées qui tentaient d’atteindre Lampedusa et pour moi c’est tout simplement insupportable.

Pour Lampedusa, c’est un énorme fardeau de douleur. Nous avons dû demander de l’aide par le biais de la préfecture aux maires de la province afin de donner une sépulture digne à onze personnes parce que la commune n’avait plus de place disponible.

J’en ferai d’autres, mais je retourne à tous une question : jusqu’où faudra-t-il agrandir le cimetière de mon île ?

Je ne comprends pas qu’une telle tragédie puisse être considérée comme normale, comme s’il était possible de ne pas être obsédé chaque jour par l’idée, par exemple, que onze personnes dont huit très jeunes femmes et deux garçons de 11 et 13 ans meurent tous ensemble pendant un voyage qui aurait dû être pour eux le début d’une nouvelle vie.

Le nombre des réfugiés s’élevait à 115 ; 76 n’ont pas été sauvés mais le nombre de morts que restitue la mer est toujours plus élevé.

Un sujet de honte et de déshonneur

Je suis indignée par le sentiment d’habitude qui semble avoir envahi le monde, je suis scandalisée par le silence de l’Europe qui vient de recevoir le prix Nobel de la Paix, et qui est silencieuse face à une tragédie qui fait autant de victimes qu’une guerre.


Je suis de plus en plus convaincue que la politique d’immigration européenne considère ce bilan de vies humaines comme un moyen de modérer le flux migratoire, quand ce n’est pas un moyen de dissuasion.

Mais si le voyage en bateau est pour ces personnes la seule façon d’espérer, je crois que leur mort en mer doit être pour l’Europe un sujet de honte et de déshonneur. [...]

Tout le monde doit savoir que c’est à Lampedusa et ses seuls habitants [...] que revient le devoir de traiter ces personnes avec dignité, et de rendre un peu de dignité à notre pays et à l’Europe entière.

Si ces morts sont seulement les nôtres, alors je veux recevoir les télégrammes de condoléances après chaque noyé que l’on me « livre ».

Comme s’il avait la peau blanche, comme s’il s’agissait d’un de nos enfants noyé pendant les vacances
.
COMMENTAIRES 32

« Drame de l’immigration », formule commode pour fuir nos responsabilités
http://blogs.rue89.com/les-mots-demons/2013/10/04/drame-de-limmigration-formule-commode-pour-fuir-nos-responsabilites-231304
Quels mots pour décrire ce qui s’est passé au large de Lampedusa, ces corps repêchés un par un sur l’île et entreposés dans un hangar ? Une expression s’est imposée sur les radios, à la télévision, dans les journaux et sur le Web : « drame de l’immigration ».

Le drame évoque l’impuissance : on ne dit pas « drame de l’architecture » pour décrire un immeuble qui s’effondre, par exemple. Ou « drame du nucléaire » pour parler de Fukushima. Cela impliquerait que l’effondrement était inévitable ou que l’accident de la centrale japonaise était fatal.


Pas de « drame des frontières »

Pour l’immigration, en revanche, on ne se prive jamais de parler de drame. Les deux mots sont devenus siamois. Immigration = drame. Comme si le cœur du problème était l’immigration, avant d’être la frontière elle-même. Personne ne parle de « drame des frontières », jamais.


Les « drames de l’immigration » sont tellement perçus comme inévitables qu’on se passe en France de réagir officiellement. Un immeuble aurait brûlé à New York ou au Caire, l’Elysée aurait immédiatement rédigé un communiqué attristé, et adressé ses condoléances aux familles. Mais dans le cas des centaines de morts à Lampedusa, rien (jusqu’ici). Il ne s’agit que d’un drame de plus, terrible certes, mais que voulez-vous y faire ?

Et pourtant, l’atrocité de Lampedusa aurait pu être évitée. Affirmer que les Européens, qui comptent parmi les humains les plus riches du monde, n’ont pas les moyens d’éviter ce type de tragédie, n’est pas une position politiquement acceptable.

C’est ce qu’a tenté de soutenir François Crépeau, juriste canadien, professeur de droit à l’université McGill, et rapporteur spécial de l’ONU sur la protection des migrants. Il a donné une conférence de presse pour rappeler qu’il n’y a aucune fatalité dans ce type de tragédie :

« Traiter l’immigration clandestine uniquement par des mesures répressives est susceptible de provoquer ces tragédies. L’immigration clandestine n’est pas un crime contre les personnes ou les biens, ni une menace pour la sécurité. »

Les Etats, a-t-il ajouté, doivent assumer leur part de responsabilité dans ce qui s’est passé.


Une conséquence de nos choix

Nous avons choisi de réduire notre politique d’immigration à la seule criminalisation de ces clandestins, ces personnes qui fuient des situations très difficiles. Pas grand-chose n’est fait en revanche pour aider leurs économies, ou pour traquer les exploiteurs de sans-papiers.

Les « drames de l’immigration », c’est-à-dire la mort de toutes ces personnes, ne sont que les conséquences de ces choix.
352 COMMENTAIRES



CONFÉRENCE DE PRESSE DE M. FRANÇOIS CRÉPEAU, RAPPORTEUR SPÉCIAL SUR LES DROITS DE L’HOMME DES MIGRANTS, ET DE M. ABDELHAMID EL JAMRI, PRÉSIDENT DU COMITÉ POUR LES TRAVAILLEURS MIGRANTS
http://www.un.org/News/fr-press/docs/2013/Conf131003-MIGRANTS.doc.htm
« Il faut cesser de traiter la question de l’immigration et des travailleurs clandestins sous le seul angle de la sécurité », a affirmé, ce matin, devant la presse, M. François Crépeau, Rapporteur spécial sur les droits de l’homme des migrants.

En marge du Dialogue de haut niveau sur les migrations internationales et le développement, qui se tient jusqu’à demain au Siège de l’ONU, à New York, M. Crépeau et M. Abdelhamid El Jamri, Président du Comité pour les travailleurs migrants, ont appelé les États « à lutter contre la criminalisation de l’immigration clandestine ».

« Les travailleurs migrants, y compris les sans-papiers, ne représentent pas une menace à la sécurité, en traversant les frontières ils ne commettent aucun crime », a ainsi rappelé le Rapporteur spécial.

Ajoutant que les politiques répressives conduites « pour remporter des élections » ont pour effet de renforcer « les vrais criminels des migrations que sont les passeurs et les trafiquants », M. Crépeau a estimé que ces politiques étaient une cause majeure de la montée en puissance, « notamment en Europe », des partis d’extrême-droite. « À leur manière, ces formations sont les seules à débattre de la question des migrations », a-t-il noté.

« Plus vous réprimez, plus vous perdez le contrôle de vos frontières », a ajouté M. El Jamri, qui a exhorté les États à affermir les droits des travailleurs migrants en ratifiant et en appliquant les conventions pertinentes. « Les pays qui n’adhèrent pas à ces instruments, en particulier la Convention internationale sur la protection des droits de tous les travailleurs migrants et des membres de leur famille, maintiennent un vide juridique qui facilite la marge de manœuvre des trafiquants, aggravant ainsi un problème déjà très complexe », a-t-il précisé.

Répondant aux questions des correspondants de presse, M. Abdelhamid El Jamri a reconnu que la question des travailleurs migrants n’était pas au centre des débats à l’ONU: « La Convention relative aux droits de l’enfant et celle sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes seront bientôt universelles, ce qui est loin d’être le cas de la Convention sur la protection des travailleurs migrants. Ces derniers forment, pourtant, l’un des groupes humains les plus vulnérables de la planète ».

Pour rappel, 10 ans après son entrée en vigueur, la Convention sur la protection des travailleurs migrants a été ratifiée par 47 pays. Les principaux pays de destination des migrants, les États-Unis, les pays du Golfe et certains États membres de l’Union européenne n’y sont pas parties.

Pour François Crépeau, l’ONU doit dans ce contexte continuer d’œuvrer en faveur d’« un véritable changement de perception vis-à-vis de la question des migrants ».

« Le débat sur les migrations et les travailleurs clandestins est écrasé, on l’a dit, par les questions de sécurité nationale et transfrontalière. Notre devoir est d’inciter les États à donner la parole à tous ceux, inspecteurs de travail, professionnels de santé, professeurs, juristes, qui sont confrontés quotidiennement aux conséquences humaines du phénomène migratoire. Un phénomène qui n’appartient pas aux seuls ministres de l’intérieur et aux policiers », a-t-il ajouté.

M. Crépeau a ensuite plaidé vigoureusement pour un renforcement des droits des travailleurs migrants.

« À la différence des réfugiés, avec lesquels on tend à les confondre, ces gens travaillent, ils contribuent au développement économique des pays qu’ils traversent. Renforcer leurs droits et les intégrer est l’un des moyens les plus sûrs qu’ont trouvé les hommes, et ce depuis des siècles, pour combattre la pauvreté! » s’est-il exclamé. « Les travailleurs migrants ne vont pas disparaître », a-t-il aussi insisté, invitant les États à débattre de manière « constructive » sur les politiques à mettre en œuvre pour améliorer leur situation.

Sur ce dernier point, il a mis l’accent sur le fait que les travailleurs migrants, à la différence des femmes et des peuples autochtones par exemple, « ne peuvent pas défendre leurs droits en tant que citoyens ». « Ils ne votent pas, ne se mobilisent pas, aucun homme politique ne se risquerait à parler en leur nom », a-t-il constaté. Le Rapporteur spécial a ainsi affirmé que le renforcement « réel » des droits de tous les travailleurs migrants passe par la facilitation de leur accès à la justice.

« Seuls les tribunaux peuvent dire aux États que discriminer des travailleurs sans-papiers est une violation du droit international. » « Les tribunaux, eux, ne poursuivent pas d’intérêt politique », a relevé M. Crépeau.

Les intervenants ont invité en conclusion les dirigeants politiques à ne pas craindre le multiculturalisme et « à accepter les autres dans leur diversité ». « Partout, les hommes doivent pouvoir vivre ensemble, sinon harmonieusement, au moins dans un monde sans violence », a conclu le Rapporteur spécial.
avatar
ivo

Messages : 26380
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: immigration ...

Message  ivo le Dim 6 Oct - 10:15

Lampedusa, l’heure de comptes : “Depuis 15 ans, on envisage l’immigration uniquement sous un angle sécuritaire”
http://www.lesinrocks.com/2013/10/05/actualite/drame-lampedusa-comptes-immigration-11433278/


Ce n’est pas le premier ni sans doute le dernier. Pourtant, le naufrage survenu jeudi à Lampedusa réveille et bouleverse. Prise de conscience pour les uns, grande hypocrisie pour les autres. Bilan d’un drame humain.

L’Italie a le souffle coupé. Hier, pour la première fois, le gouvernement a décrété une journée de deuil pour les migrants. Un temps d’arrêt pour rendre hommage aux victimes de la nouvelle tragédie survenue à 500 mètres de l’île de Lampedusa. Un temps aussi pour poursuivre les recherches et finir de compter les morts. Un dernier bilan annonce 130 morts et plus de 200 disparus sur les 500 qui avaient embarqué de Libye pour “une nouvelle vie”. A bord, des migrants économiques, des femmes, des enfants, des demandeurs d’asiles, souvent très jeunes et majoritairement Erythréens et Somaliens.

Dans le monde entier, la nouvelle a fait la une des journaux. A croire que le cimetière méditerranéen est une révélation. Mais c’est la première fois qu’”on voit les morts, autant de morts” souligne le jeune journaliste collaborateur de la Rai, Gabriele Del Grande. Sur son blog Fortress on Europe, il tient le décompte. Depuis 1988, environ 19 000 personnes seraient mortes en tentant de franchir la Méditerranée. Lundi encore, trois jours plus tôt, treize morts ont été retrouvés aux abords d’une plage sicilienne, dans l’indifférence. Mais jeudi, personne n’a pu échapper à la vision des rangées de corps sur le quai du port de Lampedusa.

“Checkpoint Charlie du troisième millénaire”

“Il faut que les caméras de télévision viennent ici, montrent les cadavres, sinon c’est comme si ces tragédies n’existaient pas”, déclarait en larmes Giusi Nicolini, la maire de Lampedusa, à l’agence de presse italienne l’ANSA. L’émotion s’est propagée. La Repubblica a titré sur “Le cimetière des migrants”. Le Corriere della Sera écrit qu’”une fois séchées les larmes et montrés du doigt les criminels qui vivent de la traite de tels désespérés entassant 500 personnes dans une embarcation de quelques mètres de long, il serait temps de dire assez.”

“Assez“, c’est ce que le Pape avait pourtant décrété début juillet quand, fustigeant “la globalisation de l’indifférence“, il s’était rendu à Lampedusa pour “réveiller les consciences” et lancer un appel à “nous tous, prisonniers de nos peurs“. Jeudi, il n’a prononcé qu’une seule parole : “honte”.

Au sommet de l’Etat italien, on en appelle à l’aide et au soutien de l’Europe. Qualifiant l’île de “Checkpoint Charlie du troisième millénaire“, le ministre de l’Intérieur Angelino Alfano dénonce “un drame européen, pas seulement italien“. Le Président de la République Giorgio Napolitano, réclame un renforcement de “la surveillance des côtes d’où partent ces voyageurs du désespoir et de la mort“. Mais côté italien, français et européen, les premières voix s’élèvent pour dénoncer un discours paradoxal.

“Hypocrisie totale”

Pour de nombreux observateurs, ce sont le verrouillage des frontières et le maintien de la loi Bossi-Fini sur l’immigration adoptée par le gouvernement Berlusconi qui sont au cœur du problème. Le rapporteur de l’ONU pour la protection des migrants, François Crépeau, dénonce une “paranoïa” des Etats membres qui fait la part de plus en plus belle aux trafiquants d’êtres humains.

Pour Claire Rodier, juriste au Groupe d’information et de soutien des immigrés (GISTI), et auteure de Xénophobie business. A quoi servent les contrôles migratoires (Editions La Découverte) les réactions de ces dernières 48h dénotent, malgré les “larmes de crocodile”, une “hypocrisie totale” :

“Il faut juste avoir le courage de réviser tout le système d’accueil et d’attribution des visas. Depuis 15 ans, on envisage l’immigration uniquement sous un angle sécuritaire. On continue de faire appel à l’Europe et à ses nouveaux dispositifs de surveillance des frontières. Mais c’est précisément ce schéma qui conduit aux drames. En soi il n’y a aucune fatalité.”

L’anthropologue Michel Agier s’insurge dans Le Monde :

“Combien d’émotion faudra-t-il pour qu’on arrête de s’émouvoir et qu’on commence à réfléchir aux dispositifs mortifères que l’Europe a mis en place depuis la fin des années 1990 contre les migrants (…) ? Les morts de Lampedusa étaient évitables.”

Mardi prochain, le Parlement européen est censé adopter le règlement Eurosur pour renforcer le dispositif Frontex de surveillance maritime des frontières. Mais la Commission met en garde, “Prévention des drames humanitaires et répression ne changeront rien à la réalité : la pression migratoire est là pour durer et les Européens doivent l’accepter“. Pour Bruxelles, la seule façon de limiter ces tragédies humaines, c’est de rouvrir au niveau national les canaux de l’immigration légale, “ce dont les gouvernements et les opinions publiques, si prompts à pleurer les victimes, ne veulent pas entendre parler“.
pas un bateau pour s'occuper des vivants (voir peine de prison pour les "aidants" ... ) mais une flotte pour rechercher les cadavres ..........

Fortress Europe
>>>
http://fortresseurope.blogspot.fr/2006/02/immigrs-morts-aux-frontires-de-leurope.html
avatar
ivo

Messages : 26380
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: immigration ...

Message  ivo le Dim 6 Oct - 11:51

Naufrage à Lampedusa : les secours critiqués
http://www.lemonde.fr/europe/article/2013/10/05/un-prix-nobel-de-la-paix-pour-lampedusa_3490570_3214.html#
Les secours italiens ont-ils mis trop de temps à arriver sur les lieux du naufrage, jeudi 3 octobre, d'une embarcation transportant près de 500 migrants ? Selon les premiers témoignages des pêcheurs qui ont donné l'alerte, les gardes-côtes ont été appelé à 6 h 45, mais ne sont arrivés que 45 minutes plus tard pour venir en aide aux pêcheurs. Le naufrage a pourtant eu lieu à 500 mètres de la côte de Lampedusa. En outre, les pêcheurs, qui étaient revenus au port avec 47 clandestins survivants, ont été empêchés de repartir aider les secours, au motif qu'ils devaient auparavant obtenir une autorisation officielle pour le faire.
"J'aurais pu sauver plus de naufragés si les secours étaient arrivés à temps et s'ils nous avaient permis de ressortir plutôt que d'attendre la permission de Rome"
, a expliqué l'un des pêcheurs.


Filippo Marini, porte-parole des garde-côtes, a déclaré qu'une "autorisation" n'était pas requise, mais que la garde côtière devait coordonner les opérations de secours lorsqu'elles impliquent à la fois des navires officiels et des navires privés. "Sinon ce serait le chaos", a-t-il dit. Les services de secours affirment en outre n'avoir mis que 20 minutes à se rendre sur zone.

Un débat était déjà né très rapidement après le naufrage, lorsque des survivants du drame avaient expliqué que plusieurs bateaux de pêche étaient passés près de l'embarcation en difficulté sans s'arrêter. La maire de Lampedusa, Giusi Nicolini, a estimé qu'une loi italienne très controversée, qui réprime les personnes considérées comme ayant facilité une immigration illégale, pourrait avoir dissuadé certains citoyens de se porter au secours des naufragés.

"Les bateaux de pêche sont partis parce que notre pays a traduit en justice des pêcheurs et des propriétaires de bateaux qui avaient sauvé des vies et qui ont été accusés d'avoir favorisé une immigration illégale". "Le gouvernement doit changer ces normes inhumaines", a-t-elle déclaré.

RECHERCHES SUSPENDUES

Sur place, les recherches pour retrouver de nouvelles victimes du naufrage n'avaient toujours pas reprises, samedi 5 octobre, en raison des mauvaises conditions météorologiques en Méditerranée. Les sauveteurs ont pu jusqu'à présent récupérer 111 corps, et s'attendent à en trouver une centaine d'autres dans l'épave du bateau, qui gît par près de cinquante mètres de fond. Au total, cent cinquante-cinq rescapés ont pu être sauvés jeudi, le jour du naufrage, dont le bilan s'établit à environ 300 morts et disparus.

A voir : "Les images du sauvetage de plusieurs migrants"

Le bateau, qui transportait principalement des Erythréens et des Somaliens, a chaviré jeudi matin après que du fioul a pris feu. L'incendie a provoqué un mouvement de panique parmi les passagers qui se sont tous précipités sur le même bord. "On a entendu des cris et on s'est précipités, et nous avons trouvé une situation de cauchemar", a expliqué un commerçant de Lampedusa, Alessandro Marino, déplorant n'avoir réussi à n'en "sauver que 47".

Un ferry est arrivé vendredi à Lampedusa avec à son bord un camion chargé d'une centaine de cercueils et quatre fourgons mortuaires. Le premier ministre italien, Enrico Letta, a annoncé que les victimes se verraient toutes accorder la nationalité italienne, parlant de "honte" et demandant à l'Europe "d'accroître son niveau d'intervention". Dans un geste inédit, le maire de gauche de Rome, Ignazio Marino, a annoncé que les 155 rescapés seraient accueillis dans la capitale "en signe de rébellion contre la résignation et l'indifférence".

LE NOBEL DE LA PAIX POUR LAMPEDUSA ?

Vendredi avait été décrété jour de deuil national par le gouvernement italien et une minute de silence a été observée dans les écoles à la mémoire des victimes. A Lampedusa, à mi-chemin entre la Sicile et la Tunisie, magasins, restaurants et stations-service sont restés fermés. Après une messe dans la soirée en mémoire des victimes, un millier d'habitants a pris part à une marche silencieuse à travers la ville, à la lueur des bougies.

Un homme portant une croix faite avec le bois d'un bateau échoué était en tête de la procession, devant une banderole où on lisait : "Nous voulons accueillir les vivants, pas les morts." "Assez ! Il n'y a aucune excuse à l'indifférence", proclamait une autre banderole tenue par des enfants. Un drapeau noir avec le mot "Honte" flottait sur le port, près du cimetière de bateaux où achèvent de pourrir les embarcations des clandestins.

Une pétition pour décerner le prix Nobel de la paix à Lampedusa, lancée par l'hebdomadaire L'Espresso, a déjà recueilli plus de 20 000 signatures. La ministre de l'intégration, Cécile Kyenge, originaire de République démocratique du Congo, a soutenu cet appel, affirmant qu'il est "juste que nous remerciions ces hommes et ces femmes qui, chaque jour, prouvent leur solidarité, leur fraternité et leur amour envers ceux qui cherchent désespérément une vie meilleure".

A lire, notre revue de la presse italienne : "Lampedusa, le 'massacre de la honte'"

CORRIDORS HUMANITAIRES

La petite île est l'un des principaux points d'entrée des migrants qui affrontent la Méditerranée à bord d'embarcations surchargées et peu sûres pour tenter de débarquer sur les rivages de l'Europe, en quête d'une vie meilleure. Selon le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), un demi-millier de candidats à l'émigration clandestine se sont noyés en 2012 lors de la traversée entre la Tunisie et la Sicile. Le flux de migrants a gonflé ces derniers temps avec les nombreux Syriens qui fuient la guerre civile.

Le drame de jeudi a relancé les pressions de l'Italie pour obtenir plus d'aide de la part de ses partenaires de l'Union européenne. Le président du Conseil, Enrico Letta, a réclamé une réunion extraordinaire du Conseil européen pour convenir de la création de "corridors humanitaires" afin de protéger les migrants.

Le premier ministre français, Jean-Marc Ayrault a estimé samedi à Metz que les pays européens devaient "vite" se réunir pour évoquer la gestion des frontières maritimes. "Qui peut rester insensible ? J'ai été profondément touché, ému par les images que j'ai vues", a-t-il dit.

A lire : "Lampedusa : 'C'est un drame immense qui se joue dans l'indifférence générale'"

POLÉMIQUE POLITIQUE

La tragédie de Lampedusa a également provoqué un début de polémique politique, la Ligue du Nord exigeant la tête de la ministre de l'intégration, Cécile Kyenge. Pour la Ligue, hostile à l'immigration, les appels de la ministre en faveur d'une meilleure intégration des immigrés dans la Péninsule par le biais, notamment, d'une nouvelle législation sur la citoyenneté, ont envoyé "des signaux dangereux" aux candidats à l'émigration.

La maire de Lampedusa, Giusi Nicolini, a pour sa part rejeté la suggestion d'un responsable de la Ligue, Matteo Salvini, de renvoyer les bateaux au motif qu'ils transporteraient tous des clandestins. "Il s'agit de réfugiés, notre devoir est de les accueillir et de les respecter", a-t-elle expliqué. "Le message véhiculé par la Ligue est un virus qui est en train de contaminer la population. Dans un moment comme celui que nous connaissons, ce parti ne peut s'empêcher de ressasser ce genre de conneries."
avatar
ivo

Messages : 26380
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: immigration ...

Message  ivo le Mar 8 Oct - 9:58

quand les chiffres officiels contredisent TOUS les discours .............

Quelles sont les routes de l'immigration en Europe ?
fr info
D'où viennent les migrants en Europe ? Comment franchissent-ils les frontières de l'Union et pour quelles destinations ? L'agence Frontex a détecté quelque 73.000 entrées illégales l'an dernier, répartie en huit routes différentes. Les Syriens sont les plus nombreux, devant les Albanais et les Afghans.

L'an dernier, 73.000 migrants ont emprunté l'une des huit principales routes qui mènent à l'Union européenne, d'après le dernier rapport de Frontex. Un chiffre en nette baisse par rapport aux années précédentes. C'est même la première fois que ce chiffre passe sous la barre des 100.000 entrées depuis le début du comptage en 2008.

Une fois arrivés en Europe, les migrants peuvent être interceptés dans l'un des 250 camps d'étrangers (chiffres de 2010). Ce sont soit des centres de rétention, le temps que la demande d'admission soit étudiée, soit des centres d'expulsion... ou les deux.

La Grande-Bretagne et la Suède sont les deux principaux pays dans lesquels les migrants demandent l'asile. Plus de 200.000 dossiers ont été déposés sur les trois premiers mois de 2013. L'Allemagne est la troisième sur le podium mais avec un taux de croissance beaucoup plus fort que les deux premiers : + 53%. Quant à la France ? Seulement 500 dossiers ont été déposés début 2013, c'est un tiers de moins que l'année précédente.
>>>
http://www.frontex.europa.eu/assets/Publications/Risk_Analysis/FRAN_Q1_2013.pdf
avatar
ivo

Messages : 26380
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: immigration ...

Message  ivo le Mar 8 Oct - 11:21

Lampedusa : construite pour la paix, l’Europe fait la guerre aux pauvres
http://blogs.rue89.com/chez-noel-mamere/2013/10/07/lampedusa-construite-pour-la-paix-leurope-fait-la-guerre-aux-pauvres-231332
Que dire devant ce massacre des innocents qui fuyaient la guerre, la famine et les dictatures ? Que dire devant les cadavres de ces 300 malheureux morts pour la seule raison d’avoir eu la folle idée de passer d’un continent à l’autre au nom du droit à la liberté de circulation ?

Les larmes de crocodile et la défausse compassionnelle des dirigeants européens ne peuvent masquer la réalité crue et ignoble. Ces 300 morts accusent l’Europe de non-assistance à personnes en danger.

« Visa Balladur »

Au-delà de la honte, si bien exprimée par le pape François, c’est un crime qui ne dit pas son nom. Pendant que nous assistons à l’insoutenable sur nos écrans de télévision, un même crime se répète chaque jour aux Comores, dans le silence le plus abject.

La France de Hollande, barricadée à Mayotte, bafoue le droit international en continuant d’appliquer dans toute sa dureté les règles découlant du « visa Balladur ». Depuis 1994, plus de 8 000 morts ont ainsi été dénombrés dans le bras de mer de 70 km de large qui sépare l’île d’Anjouan de Mayotte.

Ainsi, pour toute réponse à « la misère du monde », les Etats riches ne trouvent-ils que la voie répressive. Ils érigent des barrières et des miradors, comme à Ceuta et Melilla, dépensent des centaines de millions d’euros chaque année dans les dispositifs Frontex et Eurosur, pour contrôler et pourchasser les migrants, subventionnent les Etats africains pour qu’ils contrôlent en plein désert leurs ressortissants, développent les camps de rétention en Afrique et en Europe. Tout cela en pure perte.

Les lignes Maginot du XXIe siècle

Comme les murs dressés entre la Grèce et la Turquie, les Etats-Unis et le Mexique, entre l’Afrique du Sud et le Mozambique, la Chine et la Corée du Nord, l’Ouzbékistan et l’Afghanistan, le Botswana et le Zimbabwe…

(israel et la palestine ?? ......)

La généralisation de ces clôtures et barbelés antimigrants devrait pourtant nous faire réfléchir. A quoi servent ces obstacles qui ne dissuaderont jamais ceux qui préfèrent risquer leur vie sur des rafiots de fortune plutôt que de rester dans des pays ravagés par la violence et la misère ? Ces lignes Maginot du XXIe siècle sont aussi inutiles qu’illusoires.

Elles servent, avant tout, à tromper les populations des Etats qui les érigent en refusant d’admettre cette simple vérité : « les flux migratoires » ne sont pas des invasions mais des mouvements de population normaux dans un monde ouvert.

On ne peut à la fois ériger en dogme la libre circulation de la finance et des marchandises et interdire aux êtres humains de circuler voire de s’installer. Ou alors c’est nier le droit d’hospitalité, le droit d’asile, le droit des migrants.

Une civilisation coécrite par les migrants

Je sais que l’on va encore une fois m’accuser d’angélisme incapable de comprendre les préoccupations populaires. Mais je défendrai toujours une vision du monde qui refuse les faux-semblants et exige de dire la vérité. Les migrants dits « illégaux » ne sont pas plus des ennemis de la République que ne l’étaient les Italiens, les Belges, les Polonais, les Espagnols, les Portugais, au XIXe et au XXe siècle.
(les arabes au XX° ? ...)

L’Europe ne se définit pas par sa « blanchitude » ou sa religion mais par son histoire et sa culture, produit de sa diversité. L’Europe, c’est le creuset d’une civilisation coécrite par des migrants. Et cela n’a jamais cessé depuis les Barbares et les Romains, les Huns et les Vikings, les Musulmans andalous et les Juifs venus d’Europe centrale.

Aujourd’hui, l’Europe se cache derrière ses murs pour protéger ses « riches » contre les « damnés de la terre ». Elle s’est transformée en forteresse. L’Union européenne, construite pour préserver la paix en son sein, fait la guerre aux pauvres du reste du monde… Et aux siens, comme on le voit dans le cas des Roms, citoyens européens.

Si la crise exacerbe toujours ces sentiments de rejet, ils sont renforcés par la situation d’inégalité et de déclassement qui sévit dans de nombreux pays européens.

Chaîne de l’hypocrisie

Pourtant, le mode de vie occidental fait rêver des centaines de millions d’hommes et de femmes dans le monde. Les images déversées par les écrans créent l’illusion d’un monde où le luxe est facile, où l’on trouve du travail, où l’on mange à sa faim, où l’on vit en sécurité. Nous savons qu’il n’en est rien mais que, pour des jeunes Maghrébins, Somaliens ou Erythréens, pour un jeune Syrien, cette illusion permet de conserver un espoir.

Quand la mer ne les engloutit pas, elle les jette dans une aventure au bout de laquelle ils découvrent l’envers du décor : une Europe de la peur et du désarroi où le dernier arrivant n’est pas le bienvenu, une Europe du chacun pour soi.

Tous ont été migrants, Sarkozy comme Valls. Les migrants sont nos frères et sont sous la protection internationale. Des conventions sont censées protéger leurs droits, mais les lois nationales, rédigées en hâte, sous la pression de la crise et de l’opinion, créent les conditions de la tragédie de Lampedusa.

Si les migrants traversent la Méditerranée au péril de leur vie c’est que les visas sont impossibles à obtenir. Si les trafiquants les abandonnent en pleine mer, c’est qu’ils ne veulent pas être considérés comme responsables du transport. Si les bateaux ne les secourent pas, c’est que les pêcheurs craignent d’être considérés comme des complices. Cette chaîne de l’hypocrisie doit être brisée.

Trop « droitdelhommiste » ?

Les centaines de millions dépensés pour équiper les pays riverains et frontaliers pourraient être mieux employés en programmes de réinstallation ou en projets de codéveloppement. Au lieu de vendre des armes aux dictateurs, on pourrait construire des hôpitaux. On pourrait décider d’en finir avec les subventions à l’exportation aux agriculteurs européens qui détruisent les productions vivrières des paysans africains. Des corridors humanitaires pourraient être organisés, à commencer par la Syrie. Le droit d’asile pourrait être étendu, mieux partagé par tous les pays de l’Union européenne…

Mais les Etats de l’Union ne feront rien de tout cela. Trop difficile à « vendre » à leurs opinions respectives, pas assez rentable, trop « droitdelhommiste ». On oubliera Lampedusa jusqu’à la prochaine fois. Les oubliés de l’Histoire passeront par pertes et profits, comme toujours.

Tant de lâcheté et de pleutrerie confondent.
68 RÉACTIONS
avatar
ivo

Messages : 26380
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: immigration ...

Message  ivo le Mar 8 Oct - 11:51

Lampedusa, Melilla, l'Evros... : ces portes de l'Europe où meurent les migrants
Ils meurent asphyxiés dans la cale d’un navire, noyés à quelques centaines de mètres de la côte, de faim, de soif, d'hypothermie. Ils meurent en mer, dans le désert du Sahara, dans les trains d'atterrissage d'avions de ligne, cachés sous des trains. Ils meurent sous les tirs de la police aux frontières. Ils se suicident. Combien sont-ils précisément ?
>>>
http://www.liberation.fr/monde/2013/10/07/lampedusa-melilla-l-evros-ces-portes-de-l-europe-ou-meurent-les-migrants_937602?xtor=rss-450

>>>
http://www.migreurop.org/IMG/pdf/map_36.1_des_morts_par_milliers_aux_frontieres.pdf


avatar
ivo

Messages : 26380
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: immigration ...

Message  ivo le Mer 9 Oct - 9:52

Après le drame Lampedusa, aucune mesure concrète annoncée à Luxembourg
http://www.rfi.fr/europe/20131008-drame-naufrage-lampedusa-luxembourg-mesure-asile-immigration-sauvetage-malmstrom
Les Européens sont appelés à organiser une vaste opération de « sécurité et de sauvetage » en Méditerranée pour répondre à l'émotion causée par la tragédie de Lampedusa, sans remettre en cause leur politique en matière d'asile. C'est ce qu'a annoncé la commissaire européenne chargée des Affaires intérieures, Cecilia Malmström, à son arrivée à une réunion des ministres européens de l'Intérieur à Luxembourg. En réalité, il y a eu peu d’avancées concrètes.

Avec notre envoyé spécial à Luxembourg,

Cette réunion, en effet, aura été décevante. Hormis des regrets et condoléances déjà entendus ailleurs à chaque naufrage d’embarcation de fortune en Méditerranée, les vingt-huit ministres de l’Intérieur n’auront absolument rien décidé de concret si ce n’est la constitution d’un groupe de travail confié à la diligence de la Commission européenne et chargé de déterminer par quels moyens l’on pourrait éviter toute nouvelle catastrophe maritime.

Le commissaire européen aux Affaires intérieures, la Suédoise Cecilia Malmström, était arrivée ici en laissant l’idée d’une vaste opération de sécurisation d’une zone maritime qui, selon ses propos, devrait s’étendre de Gibraltar à Chypre.

Outre le caractère démesuré de semblables projets – pas moins de 3 500 kilomètres séparent ces deux points - personne ici ne voit d’où sortiraient les fonds, ni les moyens techniques et humains pour le mettre en œuvre. D’ailleurs, on n’en comprend pas vraiment l’objectif précis.

→ A (RE) LIRE : L'Europe pressée d'agir après le drame de Lampedusa

Ce n’est donc pas encore aujourd‘hui que l’on est sorti du casse-tête qui consiste à vouloir freiner l’immigration clandestine tout en assurant une sécurité maritime accrue et des conditions des centres d’accueil, ce qui ne peut pas ne pas avoir un effet incitatif sur les candidats migrants. Et pour la grande politique paneuropéenne de l’immigration, eh bien, on attendra !
Ethiopie: le drame de Lampedusa déclenche des émeutes dans des camps de réfugiés érythréens
http://www.rfi.fr/afrique/20131008-ethiopie-drame-tragedie-naufrage-lampedusa-emeutes-camps-refugies-erythreens-hcr
Les secours sont toujours actifs en mer Méditerranée, à la recherche des corps après le naufrage de jeudi dernier. Le bilan provisoire fait état, ce mardi 8 octobre, de 274 morts parmi lesquels des migrants provenant principalement de la Corne de l'Afrique. En Ethiopie, dans deux camps de réfugiés érythréens, une veillée funèbre en mémoire des victimes a mal tourné. Ces émeutes ont fait au moins un mort et six blessés parmi les réfugiés.

Tout a démarré il y a trois jours. Les réfugiés érythréens ont organisé une veillée funèbre à la mémoire des victimes du naufrage de Lampedusa. Beaucoup de migrants noyés seraient Erythréens dont certains originaires des deux camps de Maï Ani et d’Adi Arush, installés dans le nord de l'Ethiopie.

Comment et pourquoi la situation a-t-elle dégénéré ? Difficile de savoir. Selon le Haut Commissariat aux réfugiés (HCR) - qui ne gère pas directement les deux camps mais dispose d'un bureau situé à seulement quelques kilomètres -, un refugié aurait tenté de s'emparer de l'arme d'un policier et aurait été tué. Toujours selon le HCR, les meneurs de l'émeute seraient des jeunes qui avaient rejoint l'Egypte et en ont été expulsés.

Les Erythréens fuient la répression du régime de fer d’Issayas Afewerki. Les jeunes garçons et filles sont en grand nombre parce qu'ils refusent de faire un service militaire obligatoire à durée indéterminée.

« Ce qui pousse les réfugiés érythréens à partir, ce sont les conditions dans leur pays. C’est un des pays qui produit le plus grand nombre de réfugiés, année après année, à cause du service militaire obligatoire et qui a une durée indéterminée. Et les gens fuient parce qu’ils ne veulent pas être enrôlés de force. Et ceux qui sont partis vers Lampedusa font partie de cette vague de jeunes qui fuient le recrutement forcé dans l’armée de leur pays », à déclaré, à RFI, Fatoumata Lejeune-Kaba, porte-parole du HCR pour l’Afrique.

Plus que des protestations contre leurs conditions de vie, ces réfugiés accusent les autorités éthiopiennes et le HCR de ne pas agir pour favoriser leur réinstallation dans les pays occidentaux. En effet, c’est l’objectif final d'une grande majorité des quelques 40 000 Erythréens installés dans ces deux camps éthiopiens.
avatar
ivo

Messages : 26380
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: immigration ...

Message  ivo le Jeu 10 Oct - 8:59

Lampedusa : des naufragés en quête d'égalité
http://www.courrierinternational.com/article/2013/10/09/lampedusa-des-naufrages-en-quete-d-egalite?page=all
Alors que le bilan de la tragédie s'alourdit d'heure en heure, une question revient sans cesse : à qui la faute? A nous tous. Européens, Africains, nous sommes "tous responsables" du fait que "nos enfants" traversent les mers en quête d'une vie meilleure.

Ces personnes anonymes, sans voix, dont l'existence quotidienne côtoie la mort, sont parties pour l'au-delà. Elles trouveront le repos céleste de l'autre côté de notre aventure humaine. Comme en 1999, Yaguine Koita et Fodé Tounkara, ces deux adolescents guinéens retrouvés morts dans la soute d'un avion de la compagnie Sabena, nous sommes tous responsables individuellement et collectivement de ce qui vient de se produire dans l'île de Lampedusa.

En 1999, on avait découvert une lettre dans les poches des adolescents guinéens, où ils indiquaient les motifs de leur voyage. Ils citaient le manque de nourriture, d’éducation, de loisirs, mais surtout ils souhaitaient être traités comme les autres.
Oui, ces maux caractérisent le quotidien de nombreux Africains en dépit des ressources énormes dont regorge le continent. La plupart de ceux qui ont perdu la vie dans le drame de l’île de Lampedusa sont originaires de Somalie, d'Erythrée. Dans ces deux pays, on meurt plus de la guerre que des motifs avancés par Yaguine et Fodé. Il n'y existe plus d'Etat. Des bandits se sont accaparés ces territoires et y règnent en maîtres absolus pour faire toutes sortes de trafics. Comment demander raisonnablement à des gens de vivre dans des espaces d'aussi haute insécurité ?

Plus d'humanité

C'est à ce niveau que l'Europe doit se remettre en cause dans sa politique immigratoire. Si je conviens que cette partie du monde ne doit pas recevoir tous les misérables du monde, il reste que tous les misérables doivent être traités sur un pied d'égalité. L'Histoire nous enseigne que tous les peuples, quelle que soit la partie du monde, ont dû migrer chaque fois qu'ils faisaient face à l’oppression, à la persécution physique ou morale. Le peuplement des Etats-Unis en est une illustration parfaite. Les Juifs ont voyagé de pays en pays pour échapper aux persécutions. Pourquoi cela devrait-il être différent des Somaliens, des Erythréens, des Africains en général ? Où est passée cette idée de communauté internationale dont le fondement juridique demeure la Charte des Nations unies ?
Au-delà des mots, l'Europe et le reste du monde développé doivent comprendre que les déshérités de la planète attendent d'eux plus d'humanité. Les grands humanistes que l'histoire occidentale a donnés au monde doivent se retourner dans leur tombe devant tant d'inhumanité de la part de leurs descendants. Avec ce qui vient de se produire, les discours de nombreux dirigeants européens empreints d'hypocrisie ne sont pas la réponse appropriée. Nous devons agir sur les causes véritables de tous ces drames. Et l'Occident en a les moyens.

Créer des Etats forts

Le monde développé ne sera jamais en sécurité aussi longtemps que la fracture sociale entre un Nord riche et un Sud pauvre continuera de s'élargir. C’est la leçon que nous devons tirer des récentes attaques contre le grand centre commercial de Nairobi. Au-delà des questions religieuses, il y a là un symbole, les désespérés de la planète endoctrinés à l'aide d'idées obscures prennent leur revanche sur les riches de la planète. Si on maintient tous les Somaliens dans un non-Etat comme c'est le cas actuellement, ils se transformeront tous en désespoir de cause en terroristes. Pour sortir les Africains du désespoir continu et permanent, il faut œuvrer à créer des Etats forts avec des institutions solides, comme le relevait si bien le président Obama dans son discours d’Accra.
C’est une évidence que le continent souffre plus des effets dévastateurs de la corruption que de toute autre chose. Ce qu’il faut aux Africains pour leur redonner de l’espoir, nos deux jeunes adolescents guinéens l'avaient écrit dans leur lettre "aux Excellences des pays développés", "nous souhaitons être traités comme les autres". Dans leur français approximatif, ces enfants avaient tout dit : les Africains ont soif d'égalité et de liberté.

Ils avaient ainsi exprimé le désir profond des peuples d'Afrique. Malheureusement, un système institutionnalisé a été mis en place pour maintenir le plus grand nombre d'Africains dans l'extrême pauvreté. Or, au XVIIIe siècle, Montesquieu disait qu'aucune société ne peut durablement se construire lorsqu'une partie de la population est riche au point d'en acheter l'autre moitié.

Le chômage des jeunes

Dans un pays comme le Burkina, c'est presque devenu un secret de Polichinelle que tous les leviers de l'économie nationale sont pris en otage par un petit clan dont le seul mérite est sa proximité avec le pouvoir d'Etat. Et rien n'y échappe : les mines, les banques, les assurances, le transport, l'immobilier, l'agriculture… Les fameux 83 000 emplois précaires créés par le gouvernement en urgence ne résoudront pas le problème de l'emploi des jeunes. La précarité est l'illustration parfaite de la pauvreté. On ne lutte pas contre la pauvreté en créant des emplois précaires. Ce qu'il nous faut, c'est s’attaquer à tous les monopoles, à tous les passe-droits accordés à des individus qui écument l’économie nationale. Hélas, cet exemple burkinabé peut être multiplié à l'infini à l'échelle du continent.
Que faire face au chômage des jeunes ? Au moment où les partis politiques organisent leur rentrée politique, on attend d'eux qu'ils innovent en cette matière par des propositions audacieuses, mais réalistes. En effet, aussi longtemps que les jeunes ne trouveront pas d'emploi dans leurs pays respectifs, ils voudront toujours immigrer et rien ne les en empêchera.
avatar
ivo

Messages : 26380
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: immigration ...

Message  ivo le Sam 12 Oct - 9:55

Italie: nouveau naufrage dramatique d'immigrés au large de Lampedusa
http://www.rfi.fr/europe/20131011-italie-nouveau-naufrage-dramatique-immigres-large-lampedusa
Le naufrage d'un nouveau bateau chargé d'immigrés au sud de Malte et de Lampedusa a coûté la vie à plus d'une trentaine de personnes et de nombreux disparus. Les secours s'activaient toujours vendredi soir pour tenter de sauver les naufragés de l'embarcation qui a chaviré en quelques minutes par une mer houleuse. Quelque 200 rescapés ont été recueillis par les navires maltais et italiens arrivés très vite dans la zone.

Le drame s'est produit ce vendredi vers 17h15 locales dans les eaux territoriales maltaises, à environ 130 kilomètres de l’île. Les immigrés auraient donné l’alerte eux-mêmes grâce à un téléphone satellitaire. C'est en tout cas un avion des forces armées maltaises qui a localisé l'embarcation. Cette dernière naviguait en direction de Lampedusa.

Les migrants se sont retrouvés à la mer quand leur embarcation a coulé en quelques minutes par une mer houleuse. Selon la marine militaire maltaise, le bateau a été déstabilisé quand ses passagers - des Syriens pour la plupart - ont voulu attirer l'attention de l'avion. Ils se sont agités et déplacés tous ensemble du même côté, faisant chavirer l'embarcation.

Plusieurs navires naviguaient à proximité du naufrage et ont pu être dépêchés rapidement sur place pour porter secours aux migrants en danger. Les autorités maltaises et italiennes ont vraiment travaillé ensemble.

→ À (RE)LIRE : Lampedusa, des migrants aux mains de « mafieux racistes »

Malgré les conditions météo difficiles, avec un vent fort, des hélicoptères et un avion sont entrés en action. Ils ont pu envoyer des chaloupes de sauvetage gonflables, mais ils ont aussi repéré de nombreux cadavres flottant à la surface de l’eau. Parmi les rescapés, dix enfants ont déjà été transportés à Lampedusa dans la nuit.

L’Europe se retrouve de nouveau sous le choc. Le drame de vendredi survient seulement huit jours après le tragique naufrage au large de Lampedusa, qui a fait au moins 339 victimes. Mais les tragédies ne semblent pas dissuader le trafic d'êtres humains. Rien n'arrête les organisations criminelles, qui bénéficient de la complicité de la mafia italienne.

De nombreux bateaux arrivent ces temps-ci à gagner Malte et l'Italie avec des migrants, en provenance surtout de Syrie ou de la Corne de l'Afrique. Pour preuve, s'il en fallait encore, le port de Lampedusa vient d'accueillir un bateau de pêche avec, à bord, 150 migrants. Une autre embarcation, qui transportait 100 personnes, a été escortée par la marine militaire italienne.

→ À (RE)LIRE : Après le drame de Lampedusa, un assouplissement des règles d'asile ?

La commissaire européenne aux Affaires intérieures, Cecilia Malmström, a demandé à la Libye et à la Tunisie de faire cesser « le business indigne des embarcations de fortune ». Cette question de l'immigration sera à l'ordre du jour d'une réunion ministérielle européenne à Luxembourg, mardi prochain.

Face à ce nouveau naufrage, la maire de Lampedusa, Giusi Nicolini, a déclaré : « Cette énième tragédie fait partie de la normalité de la vie de notre île. Je le dis et je le répète, il faut changer les lois, changer les politiques d'asile et d'accueil, pour cesser de faire mourir des innocents ». Elle demande la mise en place immédiate de couloirs humanitaires et a déclaré qu'il n'y aura plus de funérailles d'Etat pour les victimes du naufrage du 3 octobre

« L'île n'en finit plus de compter les morts et doit se concentrer sur les opérations de secours », justifie-t-elle. Et d'ajouter, la voix étranglée par la douleur : « Lampedusa ne peut plus être la frontière de l'Europe, notre île est trop petite ». Ce samedi, un navire doit transporter les centaines de cercueils alignés dans le hangar de l'aéroport de Lampedusa vers la terre ferme pour laisser place à de nouveaux cercueils, et de nouveaux deuils.

► ÉCOUTER SUR RFI : Drame de Lampedusa, le récit d'un rescapé érythréen
Il n'y a pas de remède-miracle pour l'immigration européenne
Jacques Delors. Le Parlement européen a donné hier son aval à la mise en place en décembre d'Eurosur, un système de surveillance qui permettra aux Etats de partager en temps quasi réel images et informations sur la situation aux frontières extérieures de l'UE
http://www.rfi.fr/europe/20131011-jacques-delors-rfi-immigration-europeenne-commission-refugies
avatar
ivo

Messages : 26380
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: immigration ...

Message  ivo le Sam 12 Oct - 13:23

Lampedusa, ou la faillite du chacun pour soi
En ces temps de chômage de masse, de récession, et alors que l'Etat providence croule sous l'endettement un peu partout en Europe, l'immigration n'a pas bonne presse. Elle nourrit la rhétorique simpliste et la montée de formations extrémistes qui intimident les partis de gouvernement. Et, réflexe compréhensible mais néanmoins catastrophique, ceux-ci se replient sur le "chacun pour soi".
>>>
http://www.lemonde.fr/idees/article/2013/10/07/lampedusa-ou-la-faillite-du-chacun-pour-soi_3491145_3232.html
réactions (30)

Migrations : l'UE veut renforcer ses frontières maritimes avec Eurosur
Le Parlement européen a donné jeudi 10 octobre son aval à la mise en place en décembre d'Eurosur, un système de surveillance des frontières de l'Union européenne avec les pays de la Méditerranée destiné à prévenir les mouvements de migrants.
Ultérieurement, ce réseau intégré de systèmes de signalement et de surveillance pourrait être élargi à l'ensemble du domaine maritime de l'UE, pour couvrir non seulement des aspects frontaliers, mais aussi toutes les activités maritimes, telles que la sécurité maritime, la protection de l'environnement marin, le contrôle de la pêche et l'application de la réglementation
>>>
http://www.lemonde.fr/europe/article/2013/10/10/migrations-l-ue-veut-renforcer-ses-frontieres-maritimes-avec-eurosur_3493689_3214.html


>>>
http://www.lemonde.fr/politique/article/2013/10/12/face-a-l-afflux-de-migrants-un-senateur-ump-regrette-le-regime-kadhafi-en-libye_3494660_823448.html
réactions (21)
avatar
ivo

Messages : 26380
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: immigration ...

Message  ivo le Mar 15 Oct - 8:47

Après Lampedusa, Eurosur ne rassure guère
http://www.courrierinternational.com/revue-de-presse/2013/10/14/apres-lampedusa-eurosur-ne-rassure-guere
Le 10 octobre, le Parlement européen a donné son feu vert à la mise en place du programme de surveillance renforcée des frontières extérieures de l'UE. Mais cela peut-il sauver des vies ? Des eurodéputés de gauche et certaines ONG en doutent fortement.

A une large majorité (par 479 voix contre 101 et 20 abstentions), le Parlement européen a adopté le 10 octobre le programme Eurosur, un nouveau système de reconnaissance et de transmission de données, destiné essentiellement à surveiller les flux de réfugiés en Méditerranée et coordonné par l'agence européenne Frontex.

Censé améliorer l'information à la fois de Frontex et des Etats membres sur l'état des frontières extérieures de l'UE, Eurosur entrera en fonction au début du mois de décembre. La commissaire européenne aux Affaires intérieures, Cecilia Malmström, s'est félicitée de cette avancée prévue de longue date, qui permettra de mieux endiguer la criminalité transfrontalière et, a-t-elle souligné une semaine après la tragédie de Lampedusa, à détecter plus rapidement et à venir en aide le cas échéant aux bateaux de réfugiés en difficulté.

Un système digne d'Orwell

Les Verts et le Parti de gauche - qui ont voté contre ce programme d'investissement évalué à 244 millions d'euros jusqu'en 2020 - dénoncent pour leur part une hypocrisie. "Ils veulent renforcer la lutte contre l'immigration clandestine," analyse l'eurodéputée Ska Keller (Verts), sauver des vies n'est qu'un "effet secondaire". Co-auteure d'une étude de la Fondation Heinrich Böll sur "les nouvelles initiatives de l'UE pour la surveillance des frontières", cette dernière déplore "l'absence de précisions sur la protection et le sauvetage des réfugiés, ainsi que sur le sort réservé aux rescapés", résume Cicero.

Elle ne pense pas qu'Eurosur soit "un instrument pour sauver des vies" et juge même que l'UE prend "des dimensions orwelliennes", ses frontières extérieures devenant "un champ d'expérimentation pour une nouvelle génération de technologies de surveillance" (drones, satellites, radars, caméras,...). De même, relate le mensuel berlinois, l'organisation humanitaire Pro Asyl estime qu'"Eurosur n'empêchera pas de mourir aux frontières de l'UE. Au contraire, la surveillance du détroit de Gibraltar rallongera et rendra plus périlleux encore les chemins qui mènent en Europe."

Reprendre l'initiative politique

A l'initiative de l'écrivain allemand Leander Sukov, soutenu par une trentaine d'artistes, une pétition a été lancée, adressée aux instances européennes et aux Etats membres, pour "abattre la forteresse Europe" et rappeler aux ministres de l'Intérieur des pays membres que "l'Europe a besoin d'une politique de migration humaniste et humanitaire".

Une perspective à laquelle souscrit sans peine le quotidien viennois Kurier qui écrit : "La politique de migration ne se résume pas à law and order* [la loi et l'ordre]. Le projet Eurosur, auquel Bruxelles travaille depuis cinq ans, fait l'objet d'une plus grande attention en raison de la récente tragédie des réfugiés [à Lampedusa] - à juste titre. [...] Car Eurosur vise d'abord et avant tout à rendre les frontières encore moins perméables et les routes [vers l'Europe] encore plus surveillées. [...] Or les Etats membres doivent se battre pour une politique de migration commune non seulement au plan technologique et policier, mais aussi politique. Ce qui signifie : adopter une répartition plus juste du poids des réfugiés. Mettre en place un système européen efficace de droit d'asile. Et, enfin, s'insurger face à une loi italienne qui sanctionne l'aide aux réfugiés en perdition en mer. Non, ce n'est pas - contrairement à ce qu'on dit volontiers à Bruxelles ces jours-ci - une 'affaire nationale'. C'est une honte pour l'Europe tout entière."

Note :* en anglais dans le texte
avatar
ivo

Messages : 26380
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: immigration ...

Message  ivo le Mer 16 Oct - 8:33

Le site internet Watch The Med, vigie civile en Méditerranée
Alors que l’Europe et l’Italie tentent de prévenir ces tragédies, la société civile s’organise, le site internet Watch the Med dresse une carte interactive des naufrages de migrants avec la participation des internautes.
>>>
http://www.rfi.fr/europe/20131015-le-site-watch-the-med-une-tour-vigie-civile-mediterranee-migrations-immigration-lampedusa

>>>
http://www.watchthemed.net/
avatar
ivo

Messages : 26380
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: immigration ...

Message  ivo le Mer 8 Jan - 10:07

Israël : quatrième jour de manifestations pour des milliers de migrants africains
En Israël, les migrants africains, qui demandent le droit d'asile, poursuivent leur mobilisation. Ils entrent ce mercredi 7 janvier dans leur quatrième jour de protestation et de grève pour réclamer, donc, le droit d’asile et aussi la libération de ceux qui sont emprisonnés, parce qu’ils n'ont pas de titre de séjour. Ils souhaitent à présent se rendre de Tel Aviv à Jérusalem pour rencontrer des responsables politiques.
>>>
http://www.rfi.fr/moyen-orient/20140108-israel-quatrieme-jour-manifestations-milliers-migrants-africains
avatar
ivo

Messages : 26380
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: immigration ...

Message  ivo le Jeu 23 Jan - 10:14


A l'Est de l'Europe, un rideau de barbelés descend sur la Bulgarie
Le gouvernement bulgare a commencé la construction d'un « mur » le long de la frontière avec la Turquie. L'objectif est de mieux contrôler l'afflux d'immigrants clandestins dans le pays, après une vague de près de 12 000 demandeurs d’asile, qui a mis à mal les institutions responsables des demandes d'asile.
>>>
http://www.rfi.fr/europe/20140122-bulgarie-immigration-mur-europe-barbeles-
avatar
ivo

Messages : 26380
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: immigration ...

Message  ivo le Jeu 23 Jan - 10:54

L’Australie choisit l’armée pour chasser les demandeurs d’asile
« Si nous étions en guerre, nous ne diffuserions pas d’informations qui pourraient être utiles à nos ennemis. »
Les informations concernant l’opération ayant été classées « secret défense », les autorités ne répondent pas aux demandes des journalistes.
En pleine polémique, le gouvernement a exempté, en décembre dernier, les membres de l’Opération « Frontières souveraines » de l’obligation de faire attention à leur sécurité ou celles des demandeurs d’asile. En somme, il leur octroie une protection juridique qui signifie qu’ils « ne seront plus exposés à des sanctions pénales individuelles ». Les militaires ne seront donc plus tenus responsables s’ils blessent ou tuent quelqu’un dans l’exercice de leurs fonctions.

« Tony Abbott dit qu’il est “en guerre” avec les passeurs, mais dans une situation de guerre prenant délibérément pour cibles des civils, on parle de crime de guerre.
>>>
http://rue89.nouvelobs.com/2014/01/22/laustralie-choisit-larmee-chasser-les-demandeurs-dasile-249263
avatar
ivo

Messages : 26380
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: immigration ...

Message  ivo le Lun 27 Jan - 8:15

Italie: des migrants se cousent la bouche pour dénoncer leurs conditions de rétention
Nouvelle illustration du terrible sort des migrants illégaux en Italie : pour la deuxième fois en quelques mois, une dizaine d'hommes ont cousu leur bouche. Ils veulent une révision des lois et une facilitation du droit d'asile. Ce geste choc s'est produit à Rome dans le centre de Ponte Galeria.
>>>
http://www.rfi.fr/europe/20140127-italie-migrants-cousent-leurs-levres-denoncer-leurs-conditions-retention-asile-expulsion-lampedusa-immigration
avatar
ivo

Messages : 26380
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: immigration ...

Message  ivo le Jeu 30 Jan - 10:18

“Ceuta, douce prison” ou la désillusion des migrants
chaque année, des centaines d’Africains habités par l’espoir d’arriver en Europe, atterrissent, souvent au péril de leur vie, dans cette enclave espagnole éloignée d’une quinzaine de kilomètres à peine de la péninsule Ibérique.
Le 29 septembre 2005, plusieurs centaines d’entre eux ont tenté de franchir la clôture séparant Ceuta du territoire marocain à l’aide d’échelles de fortune. Les gardes civils espagnols ont alors fait feu, tuant une dizaine de personnes, selon les rapports de plusieurs ONG.
Dans “un livre noir” consacré à Ceuta, le réseau Migreurop affirme que la ville est un laboratoire de l’externalisation de la politique européenne d’immigration.
>>>
http://www.lesinrocks.com/2014/01/29/actualite/ceuta-douce-prison-ou-la-desillusion-des-migrants-11466560/
avatar
ivo

Messages : 26380
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: immigration ...

Message  ivo le Jeu 6 Fév - 12:53

Plusieurs migrants se noient à Ceuta
Au moins sept migrants, dont une femme, sont morts noyés, jeudi 5 février, en tentant d'entrer illégalement depuis le nord du Maroc, à la nage, dans l'enclave espagnole de Ceuta, indiquent les autorités locales, qui n'excluent pas que le bilan soit plus lourd. Un responsable local de l'Association marocaine des droits humains (AMDH) a, lui, fait état d'un bilan de huit morts au total.
>>>
http://www.lemonde.fr/afrique/article/2014/02/06/plusieurs-migrants-se-noient-a-ceuta_4361460_3212.html
avatar
ivo

Messages : 26380
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: immigration ...

Message  ivo le Ven 7 Fév - 9:20

Des clandestins se noient au large du Maroc, plus d’un millier de migrants secourus en Italie
Un nouveau drame de l’immigration : neuf clandestins sont morts noyés au Maroc alors qu'ils tentaient de rejoindre l'enclave espagnole de Ceuta. Dans le sud de l'Italie, des opérations de secours sont en cours pour sauver 1 000 réfugiés repartis sur six embarcations de fortune au large de l’île de Lampedusa. Deux épisodes qui confirment l’augmentation continue de la pression migratoire aux portes de l’Europe.
>>>
http://www.rfi.fr/europe/20140206-clandestins-noient-large-maroc-plus-millier-migrants-secourus-italie-immigration-refugies-asile-lampedusa-ceuta
avatar
ivo

Messages : 26380
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: immigration ...

Message  ivo le Sam 15 Fév - 12:21

Mouvement de rébellion au centre de rétention de Vincennes
Deux personnes ont été placées en garde à vue après un mouvement de rébellion survenu dans la nuit de jeudi à vendredi au centre de rétention (CRA) de Vincennes, a-t-on appris de sources proches du dossier. Une trentaine de personnes retenues dans le CRA de Vincennes se sont rebellées «suite à l’expulsion d’un Algérien qui avait passé une vingtaine de jours en rétention», selon l’une des sources.
>>>
http://www.liberation.fr/societe/2014/02/14/mouvement-de-rebellion-au-centre-de-retention-de-vincennes_980401?xtor=rss-450
avatar
ivo

Messages : 26380
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: immigration ...

Message  ivo le Mar 18 Fév - 9:40

Maroc: 150 migrants réussissent à passer en Espagne
http://www.rfi.fr/afrique/20140218-maroc-150-migrants-reussissent-passer-espagne/
A la frontière entre l'Espagne et le Maroc, un nouvel assaut massif de migrants sub-sahariens a eu lieu lundi 17 janvier. De nombreux candidats au passage en Europe ont réussi cette fois à franchir les barbelés. Le 6 février dernier, 14 personnes avaient péri lors d’une précédente tentative à Ceuta, l’autre enclave espagnole en Afrique.

A 6 h30 lundi matin, environ 200 Camerounais descendus de la montagne où ils se cachaient ont pris d'assaut la frontière de l'enclave espagnole de Melilla, dans le nord-est du Maroc.

Grâce aux échelles de fortune et aux protections rudimentaires qu'ils confectionnent, 150 d'entre eux sont parvenus à franchir la triple barrière de barbelés.
Ce nouvel « assaut massif », comme on les appelle localement, a été lancé entre la ville marocaine de Beni Ensar et le quartier espagnol du Barrio Chino.

Cette fois, la Guardia civil, la police espagnole, n'a rien pu faire. Ces derniers mois, les moyens militaires mis en place par le Maroc et l'Espagne avaient pourtant permis de faire échouer presque toutes les tentatives qui ont lieu quasiment chaque semaine. C'est sans doute pourquoi, une fois en Espagne, les Camerounais se sont dirigés vers le centre de regroupement de Melilla en scandant des chants de victoire.

Côté marocain, une trentaine de migrants ayant échoué à passer ont été hospitalisés, avec des blessures parfois sérieuses. Selon une ONG sur place, il est probable que d'autres blessés se cachent dans les collines et ne viendront demander des soins que plus tard, une fois la tension retombée.
d'apres euronews, pour les 14 morts noyés, les bouées auraient été percées pour qu'ils se noient....
avatar
ivo

Messages : 26380
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: immigration ...

Message  ivo le Sam 17 Mai - 8:48

ITALIE - L'horreur au fond de la mer
Le quotidien La Repubblica a diffusé une vidéo choc de l'épave d'une embarcation de migrants qui, le 3 octobre dernier, avait coulé au large de Lampedusa, avec à son bord 545 personnes.
La vidéo tournée au lendemain du drame montre plusieurs corps gisant au fond de l'eau, des réfugiés pris au piège ou tentant de sortir de l’épave. Certains corps sont enlacés. Interviewé par la Repubblica, le président du Conseil italien, Matteo Renzi a déclaré ”Cette vidéo me donne la chair de poule. L’UE ne peut plus tourner la tête”.
Attention, ces images peuvent choquer.
>>>
http://video.repubblica.it/edizione/palermo/lampedusa-le-immagini-in-esclusiva-del-naufragio-all-isola-dei-conigli/165876/164365?ref=HREC1-1
avatar
ivo

Messages : 26380
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 15 Précédent  1, 2, 3, 4 ... 9 ... 15  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum