Derniers sujets
» homophobie dans le monde ...
par ivo Hier à 8:59

» la police s'étonne qu'on ne l'aime pas
par ivo Hier à 8:44

» No Futur - la terre au 21° siecle
par ivo Hier à 8:36

» petits business entre amis
par ivo Hier à 8:31

» agriculture
par ivo Dim 19 Nov - 8:26

» immigration ...
par ivo Dim 19 Nov - 8:23

» <<< Santé >>>
par ivo Dim 19 Nov - 8:21

» droites extremes
par ivo Sam 18 Nov - 11:01

» les photos d'actus - l'info en résumé
par ivo Sam 18 Nov - 10:36

» Birmanie
par ivo Sam 18 Nov - 10:35

» enfance ...
par ivo Sam 18 Nov - 10:33

» U.E.
par ivo Sam 18 Nov - 10:10

» pologne
par ivo Sam 18 Nov - 8:44

» Révolution russe
par niouze Ven 17 Nov - 12:17

» No Futur - l'espace au 21° siecle
par ivo Ven 17 Nov - 8:36

» Réunionnais de la Creuse
par ivo Ven 17 Nov - 7:56

» macronie
par ivo Ven 17 Nov - 7:49

» la phrase du jour
par ivo Ven 17 Nov - 7:13

» rwanda
par ivo Jeu 16 Nov - 9:49

» médias ? quels médias ??
par ivo Jeu 16 Nov - 9:27

» flicage total du net
par ivo Jeu 16 Nov - 8:19

» internet , technologie, ...
par ivo Jeu 16 Nov - 8:07

» blancs comme neige ^^
par ivo Mer 15 Nov - 8:30

» Infos insolites.
par ivo Mer 15 Nov - 8:04

» ZAD partout ?
par niouze Mar 14 Nov - 17:54

» Nucléaire mon amour ...
par ivo Mar 14 Nov - 10:01

» pape, cathos, vatican et autres ....
par ivo Mar 14 Nov - 9:00

» Necronomacron
par ivo Lun 13 Nov - 7:46

» pesticides / fongicides
par ivo Dim 12 Nov - 8:42

» monde - stupéfiants
par ivo Dim 12 Nov - 8:20

» état d'urgence et autres restrictions....
par ivo Dim 12 Nov - 8:16

» conditions de travail ...
par ivo Dim 12 Nov - 8:10

» ... 14/18 ...
par ivo Dim 12 Nov - 8:07

» Combien d’autres murs à faire tomber ?
par ivo Sam 11 Nov - 10:23

» salaires
par ivo Sam 11 Nov - 9:15

» impots
par ivo Sam 11 Nov - 9:12

» contre l'esclavage moderne
par ivo Sam 11 Nov - 9:01

» démocratie et justice ...
par ivo Sam 11 Nov - 8:33

» Today's joke
par ivo Ven 10 Nov - 9:49

» Les prisons: questions.
par ivo Ven 10 Nov - 9:04

» Affaire de Tarnac
par ivo Mer 25 Oct - 11:20

» vite, je vais vomir ...
par ivo Mer 25 Oct - 10:13

» [Deutschland- Österreich] Allgemeine Informationen. [Allemagne- Autriche] Informations générales.
par ivo Mer 25 Oct - 10:00

alimentation

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

alimentation

Message  ivo le Ven 7 Jan - 12:10

Prix agricoles records : une nouvelle crise alimentaire ?
EMMANUEL KESSLER - 09:01
Faut-il craindre de nouvelles émeutes de la faim ? La FAO, l’Organisation des nations-unies pour l’alimentation, vient de faire état d’un niveau record des prix agricoles. Ils dépassent ceux de 2008, lorsque des émeutes avaient éclaté dans les pays les plus pauvres. Des tensions ont commencé à apparaître, en Algérie notamment. Est-ce que l’on risque de revivre les mêmes situations ?
Version audio : réformer les marchés agricoles ne suffira pas... (2'45")

En 2010, les prix agricoles ont à nouveau flambé. Le blé, le soja, ont grimpé de 50% depuis six mois. Les jeunes descendus dans la rue à Alger protestent contre le coût de produits comme l’huile. Ou le sucre, dont les cours sont au plus haut depuis 30 ans. On est sur des marchés où les prix dépendent des productions au niveau mondial. Alors la première explication, c’est la météo. Après la sécheresse l’été dernier en Russie, qui a ravagé les récoltes de céréales, voilà maintenant les inondations australiennes. Or l’Australie est le 4è exportateur mondial de blé. Moins de quantité, ça fait monter les prix. Une tendance accentuée par un deuxième phénomène : la spéculation. Ces denrées de base sont cotées sur des marchés, sous forme de contrats qui s’achètent et se revendent. Ils attirent les investisseurs, qui en tirent de meilleurs profits qu’en misant sur la Bourse. C’est assez semblable à ce qui s’est passé en 2008. Il y a quand même une différence de taille, c’est que les dernières récoles ont été très bonnes dans les pays pauvres d’Afrique ou d’Asie. Donc moins de risques quand même sur les approvisionnements dans certaines régions. Mais ces nouvelles tensions montrent que le défi alimentaire de la planète est loin, très loin d’être relevé.

La France, qui préside le G20, a l’ambition de réformer le système des prix agricoles pour éviter ces énormes variations des prix. Est-ce que c’est une bonne piste ?

Oui, car ce yoyo des prix agricoles peut produire des effets insupportables. Chez nous, on consacre 15% de son budget à se nourrir. On peut s’adapter. Mais dans les pays pauvres, c’est 80 ou 90%. Donc la valse des étiquettes alimentaires prend à la gorge les populations. Mais mieux contrôler les marchés agricoles ne suffit pas. Depuis plusieurs dizaines d’années, dans ces pays, on a désinvesti l’agriculture locale, en faisant croire aux populations qu’elles se nourriraient plus facilement grâce aux importations, qui ont profité aux pays riches. C’est aussi une question politique : les émeutes en Algérie disent le désarroi de populations qui ne voient pas d’avenir, dans un pays qui se vante pourtant de disposer, grâce au pétrole et au gaz, d’un coffre-fort rempli de 150 milliards de dollars.
avatar
ivo

Messages : 26686
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: alimentation

Message  ivo le Sam 5 Fév - 11:15

L'obésité a doublé depuis 30 ans
Mise à jour le vendredi 4 février 2011 à 19 h 59
http://www.radio-canada.ca/nouvelles/sante/2011/02/04/001-obesite-double-30-ans.shtml
L'épidémie d'obésité se poursuit à travers le monde avec une prévalence qui a pratiquement doublé en 30 ans, d'après une étude publiée dans The Lancet.

Et ce, même si la tension artérielle et les niveaux de cholestérol ont chuté.

Les États-Unis remportent la palme du pays où l'obésité est la plus importante, tandis que le Japon compte le moins grand nombre d'obèses.

Les chercheurs ont constaté que l'obésité atteignait maintenant les pays en voie de développement. Elle affecte 1 adulte sur 10 dans le monde.


Méthodologie

L'équipe de scientifiques a étudié les données de l'indice de masse corporelle de 199 pays auprès d'adultes de 20 ans et plus. En se fiant aussi sur les données épidémiologiques, cela représente 960 pays-années et 9,1 milliards de participants.
L'étude a été financée par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et la Fondation de Bill et Melinda Gates.

Voici les taux moyens de l'indice de masse corporelle (IMC), soit le rapport du poids au carré de la taille en mètre, de différents pays. Ils sont classés du plus grand IMC au plus petit.

Il y a surpoids au-delà de 25 et obésité au-delà de 30 d'après l'OMS.

HOMMES

Nauru : 33,9
États-Unis : 28,5
Arabie saoudite : 27,9
Australie : 27,6
Canada : 27,5
Espagne : 27,5
Argentine : 27,5
Royaume-Uni : 27,4
Mexique : 27,4
Allemagne : 27,2
Afrique du sud : 26,9
Belgique : 26,8
Pologne : 26,7
Égypte : 26,7
Italie : 26,5
Suisse : 26,2
Russie : 26
France : 25,9
Brésil : 25,8
Cuba : 25,1
Algérie : 24,6
Japon : 23,5
Thaïlande : 23
Nigeria : 23
Chine : 22,9
Inde : 21
Bangladesh : 20,4
RDCongo : 19,9
FEMMES

Nauru : 35
Égypte : 30,1
Arabie saoudite : 29,6
Afrique du Sud : 29,5
Mexique : 28,7
États-Unis : 28,3
Argentine : 27,5
Russie : 27,2
Australie : 26,9
Royaume-Uni : 26,9
Canada : 26,7
Cuba : 26,6
Espagne : 26,3
Algérie : 26,4
Brésil : 26
Pologne : 25,9
Allemagne : 25,7
Belgique : 25,1
France : 24,8
Italie : 24,8
Thaïlande : 24,4
Suisse : 24,1
Nigeria : 23,7
Chine : 22,9
Japon : 21,9
RDCongo : 21,7
Inde : 21,3
Bangladesh : 20,5

Radio-Canada.ca avec
Agence France Presse, Associated Press et Reuters
avatar
ivo

Messages : 26686
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: alimentation

Message  ivo le Mar 15 Fév - 19:20

Hausse des prix alimentaires : 44 millions de personnes de plus dans l’extrême pauvreté
C’est une estimation de la Banque Mondiale : la hausse des prix alimentaires, au cours des six derniers mois, a fait basculer 44 millions de personnes sous le seuil de l’extrême pauvreté (c’est-à-dire 1,25 dollar par jour et par personne).
Les prix des produits alimentaires de base (blé, maïs, sucre, huile, et dans une moindre mesure riz) ont augmenté en moyenne de 15% entre octobre 2010 et janvier 2011.


On estime à 1,2 milliard le nombre de personnes vivant sous ce seuil d’extrême pauvreté dans le monde.
avatar
ivo

Messages : 26686
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: alimentation

Message  ivo le Ven 18 Fév - 9:48

Matières premières agricoles : une flambée jamais vue
FRANCE INFO - 05:04
Alors que s’ouvre demain, au parc des expositions de la porte de Versailles à Paris, le 48ème salon de l’agriculture, France Info se penche sur une question qui préoccupe le monde entier : l’envolée des prix des matières premières agricoles. Ils ont dépassé leur niveau de 2008 et atteignent des records en ce début d’année.
Première explication à cette hausse vertigineuse des prix des matières premières : les intempéries à différents endroits du globe. La Russie, traditionnellement gros exportateur de céréales, a connu une grande sécheresse l’été dernier. On comptait sur l’hémisphère sud pour compenser, mais des inondations ont abîmé les récoltes en Australie ces dernières semaines. (MDR)
Résultat : moins de blé à vendre sur la planète. Et pourtant on compte plus d’acheteurs. Le niveau de vie des Chinois augmente vitesse grand V : ils n’ont jamais autant consommé de céréales et de viande.

Mais en Europe, si les prix s’envolent, si le prix du blé a doublé en 6 mois par exemple, c’est aussi parce que Bruxelles a quasi cessé tout encadrement. "Jusqu’en 2000, 2001, l’Europe avait installé des filets de sécurité. Par exemple pour le blé, il y avait un prix maximum : 160 euros la tonne, et un prix plancher 100 euros la tonne. Les variations ne pouvaient pas aller au-delà" explique Michel Portier, à la tête de la société de conseil Agritel, spécialisée dans les cours des matières premières agricoles. Il ajoute : "En enlevant tous ces filets de sécurité, on a fait entrer la volatilité sur nos marchés. Donc il faut s’attendre à ce qu’à l’avenir, on batte encore des records de prix. En 2013, il est prévu que les aides de la PAC disparaissent tout simplement. Dans ce contexte, certains sont en train de se demander si l’on a vraiment bien fait de supprimer tous ces outils de régulation. " (alors que le G20 est censé faire le contraire ...)

Les cours des matières premières agricoles flambent : Michel Portier pointe la responsabilité de l’UE (2'27")

Pointés du doigt comme responsables de cette flambée des prix également : les spéculateurs car certains traders opportunistes entrent et sortent en permanence des marchés pour profiter des changements de prix des produits agricoles.

Ceux qui profitent évidemment bien sûr aussi de cette situation, ce sont les céréaliers en France comme ailleurs. Les céréaliers français - sans comprendre bien ce qui se passe - regardent leurs revenus s’envoler cette année. "J’ai fait exactement le même travail que l’an passé, j’ai même récolté un peu moins. Et pourtant, alors que je n’avais dégagé aucun revenu sur mon exploitation l’an passé, cette année, je vais gagner autour de 60 000 euros. C’est impressionnant comme variation", commente Jacques Pasquier. Il possède 96 hectares à Antran, dans la Vienne. Jacques Pasquier ne va pas cracher bien sûr cet argent, mais comme il ne sait absolument pas quelle sera la situation dans un an, il ne va pas le réinvestir. Il va au contraire le mettre de côté.

Si les céréaliers vont remplir allègrement leurs comptes en banque cette année, leurs collègues éleveurs, eux, tirent la langue. Car pour nourrir le bétail, il faut beaucoup de céréales. Des céréales qu’ils achètent - vus les cours mondiaux - bien plus cher que l’an passé. Cela plombe leurs prix de revient.
"Moi, chaque mois, j’ai besoin de 6 à 7 tonnes de granulés de céréales pour nourrir mes bêtes. Mais voilà comme le prix de ces granulés a augmenté de 25 %, ca fait très mal sur la facture ! Mais j’ai pas d’autres choix que de les acheter. C’est indispensable dans l’alimentation du bétail. Alors je plie le dos, je peux pas faire autrement mais j’ai des coûts de production énormes" raconte, inquiet, Dominique Brothier, 45 ans, propriétaire de 60 vaches à Ivrac-Malleyrand près d’Angoulême. Parmi les éleveurs les plus touchés : les éleveurs de porcs. Car eux ne donnent pas de fourrage à leurs animaux. Ils leur donnent exclusivement ce type de granulés de céréales, devenus si chers.

Dominique Brothier, céréalier dans la Vienne, voit ses revenus fortement augmenter (1'30")

Des céréales qui coûtent plus, de la viande qui coûte plus cher à produire... Forcément le consommateur a des raisons d’être inquiet.
Va-t-on voir toutes ces hausses se répercuter sur les étiquettes dans les supermarchés ? Cela paraît inéluctable. Les grandes surfaces et les industriels de l’agro-alimentaire sont en pleine négociation. Et ces discussions sont tendues. Les deux parties ont jusqu’au 1er mars pour trouver des accords, signer les contrats et donc fixer les prix alimentaires pour 2011.
Les industriels présentent des factures gonflées de 6 à 8 % par rapport à l’an passé. Les enseignes de la distribution bataillent pour que la hausse soit moins conséquente au final. " Je pourrais vous dire qu’on ne va pas toucher aux prix. Mais ce serait mentir. Les prix ces prochains mois vont augmenter dans certains rayons. Mais chez nous on s’engage à ne pas dépasser 2 % de hausse en moyenne " confie Serge Papin, le PDG des Magasins U. Pour certains articles, les prix vont stagner. Pour d’autres, la hausse sera bien visible : les biscuits, pâtisseries, les pâtes, les huiles, la volaille notamment.

Les hausses de prix pour les consommateurs sont inéluctables, explique Serge Papin PDG des magasins U (1'37")

Dans les pays dans lesquels l’alimentation représente une part plus importante du budget des ménages, la répercussion de la flambée des matières premières agricoles est déjà une réalité, et la vie chère n’a pas tardé à susciter des manifestations. C’est le cas notamment dans le monde arabe.
Face à cette situation, l’agence de l’ONU pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) dit redouter de nouvelles émeutes de la faim dans le monde, comme celles survenues en 2008
(relire notre dossier, ci-dessous) .
Selon la banque Mondiale, entre juin et décembre 2010, 44 millions de personnes supplémentaires sur la planète sont passées sous le seuil de l’extrême pauvreté.

Enquête et reportage : Mathilde Lemaire


avatar
ivo

Messages : 26686
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: alimentation

Message  ivo le Jeu 21 Avr - 17:00

Pourquoi l’or et les matières premières flambent ?
EMMANUEL CUGNY - 08:50
France Info illustre le sujet à travers ses différentes éditions ce matin : la flambée de l’or ! C’est l’ensemble des matières premières qui a le vent en poupe en ce moment. D’habitude, on parle plutôt de l’envolée des marchés financiers… les valeurs sont-elles en train de changer ?
Ecoutez la chronique d’Emmanuel Cugny (2'30")

Non, et attention de ne pas tout mélanger. D’abord, quelques perspectives pour 2011 : progression des cours du cotons attendus cette année : +105% ; le café : +70% ; le blé : +47%, le Colza : +75% ; le sucre : +16%... et je ne vous parle ni du pétrole dont le baril vole chaque jour de record en record, ni de l’argent qui a enfoncé hier son plafond atteint il y a 31 ans ; ni du cuivre qui fait que les trains de la SNCF arrivent de plus en plus en retard à cause des vols, le long des voies, de ce précieux métal qui se négocie très cher... quant à l’or, j’y reviens dans un instant.

Que se passe-t-il donc Emmanuel ?

Et bien on assiste à la combinaison de plusieurs facteurs. Tout d’abord, les fondamentaux, au premier rang desquels le rapport offre / demande notamment dans les pays émergents. La Chine et l’Inde – pour ne prendre que ces deux exemples – se développent à grande vitesse et ont besoin de matières premières pour alimenter leur machine productive (principalement les métaux). Et puis on paie aussi aujourd’hui le manque d’investissements des décennies 80 et 90. Le monde bouge, il tourne toujours plus vite mais les infrastructures n’ont pas profité d’une modernisation suffisante. Il faut donc rattraper le retard, et tout cela à un coût.

On invoque aussi des raisons climatiques et géopolitiques !

Le climat : c’est indéniable dans le secteur des céréales… les tornades, sécheresses, et autres inondations ont pesé lourdement ces dernières années. La situation géopolitique pour le pétrole : je ne reviendrai pas sur les récents événements qui ont touché et qui continuent de toucher certains pays du Nord du continent africain... Et puis… il y a les contraintes environnementales ! Il faut savoir que 40% de la production américaine de maïs part dans la fabrication d’éthanol aux Etats-Unis. Ce n’est pas anodin.

Mais vous nous avez peu parlé de la spéculation.

Face à la loi de l’offre et de la demande que je viens d’évoquer, la spéculation n’est pas le cause principale de la flambée des prix mais c’est vrai qu’elle compte en partie. En fait, la spéculation vaut surtout pour l’or.Le métal jaune flambe... son cours a été multiplé par 5 en dix ans. On achète de l’or parce que cela rassure en période de doute et de crise. C’est une valeur refuge insensible à l’inflation et non sujette aux variations des taux d’intérêts. Mais gare à la bulle... car la baisse des cours est possible... le métal jaune n’est pas un placement a capital garanti et ne finance pas l’investissement contrairement à d’autres produits plus risqués. Le risque... c’est certainement le fonds qui manque le plus aujourd’hui en France.
avatar
ivo

Messages : 26686
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: alimentation

Message  ivo le Jeu 2 Juin - 14:36

Allo le G20 : Ne jouez plus avec notre nourriture !
http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/allo-le-g20-ne-jouez-plus-avec-95158
Aujourd'hui, un milliard de personnes souffrent de la faim dans le monde, soit près d’une personne sur sept, et autant souffrent de malnutrition.

Les petites exploitations produisent encore plus de la moitié de la nourriture mais cette agriculture familiale et paysanne disparait peu à peu en France, en Europe et dans les pays du Sud.

Cette situation est le résultat direct des politiques menées au cours des trente dernières années par les principales puissances économiques du monde qui ont démantelé les politiques agricoles nationales et régionales au nom du dogme du « libre échange ». Les fausses solutions des pays du G20 n'arrêtent pas la spéculation, la disparition des paysans, la confiscation des ressources naturelles, l'accaparement des terres et la crise alimentaire.

Un G20 agricole, prévu fin juin, prétend traiter de la volatilité des prix des matières premières. Une occasion de dire haut et fort qu’il existe d’autres propositions alternatives qui passent par un changement radical des politiques agricoles, des échanges mondiaux et des institutions internationales…

Réduire la faim dans le monde et renforcer l’agriculture paysanne et familiale supposent des réformes profondes en matière agricole, remettant radicalement en cause les politiques de libéralisation des marchés, comme celle de l’Union européenne avec la Politique Agricole Commune (PAC). Ces politiques ont provoqué spéculation, dumping social, dégradation de l’environnement et des conditions de vie des paysans et des paysannes au Nord et au Sud.

Ainsi, à l’heure où la France assure la présidence du G20, nous appelons le Président de la République et le Ministre de l’Agriculture à favoriser des politiques, des modes de production et de consommation durables et équitables qui permettent aux Etats d’assurer leur souveraineté alimentaire et le droit à l’alimentation de leur population. Ces politiques doivent :

- Soutenir et protéger l’agriculture paysanne et familiale respectueuse de l’environnement, en Europe et dans les pays du Sud

- Prendre en compte les besoins spécifiques des paysannes, nombreuses dans les pays du Sud

- Rétablir des mécanismes publics de stockage, de stabilisation des prix et de maîtrise de l’offre aux niveaux national et régional, favorisant les exploitations paysannes et familiales et garantissant un revenu stable aux agriculteurs et des prix raisonnables aux consommateurs

- S’attaquer à la spéculation sur les produits agricoles

- Arrêter les accaparements de terre et le soutien massif aux agro carburants

- Renforcer, réformer et démocratiser les Nations unies, afin qu’elles deviennent l’instance principale de décision de ces régulations mondiales, fondées sur la souveraineté alimentaire, la coopération et la solidarité.

Pour signer la pétition : http://www.peuples-solidaires.org/petition-g8-g20/
avatar
ivo

Messages : 26686
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: alimentation

Message  ivo le Sam 4 Juin - 19:44

Vache folle: Réintroduction partielle des farines animales envisagée
http://www.20minutes.fr/ledirect/735677/vache-folle-reintroduction-partielle-farines-animales-envisagee
Le Conseil national de l'alimentation (CNA) envisage une réintroduction en France en deux temps des farines animales, interdites depuis la crise de la vache folle, dans un rapport préliminaire disponible sur son site internet.

Instance consultative des ministères de l'Alimentation, de la Santé et de l'Economie, le CNA, qui doit rendre son avis définitif mi-septembre, présente dans son rapport d'étape de «premières pistes de recommandations», débattues lors de sa dernière réunion mardi à Strasbourg.

Il suggère une «autorisation (des farines animales, ndlr) limitée, dans un premier temps, au secteur de l'aquaculture» et envisage ensuite, «dans un deuxième temps, et après un bilan bénéfices/risques, une extension éventuelle à l'alimentation des porcs et des volailles».

Dans l'ensemble, le CNA, où siègent autorités médicales, agriculteurs, industriels et représentants des consommateurs, plaide une «levée de la mesure de police sanitaire» touchant les produits animaux transformés (PAT), composés de viande et d'os de mammifères pour nourrir porcs, volailles et poissons.

«Les conditions sanitaires ayant conduit à l'interdiction des PAT dans l'alimentation des animaux destinées à la consommation humaine (ne sont) plus d'actualité», explique-t-il.

A la demande du gouvernement, le CNA et l'Anses, l'agence de sécurité sanitaire de l'alimentation, planchent séparément depuis l'été 2010 sur l'éventuelle réintroduction partielle des farines animales, à la suite d'une proposition en ce sens de la Commission européenne.

Bruxelles a proposé en juillet 2010 de lever l'interdiction du recours à certaines farines animales pour l'alimentation des non ruminants comme les porcs, les volailles ou le poisson et de mettre fin à «l'abattage systématique» des animaux menacés lorsqu'un cas d'ESB est décelé.

La Commission entend toutefois maintenir l'interdiction de donner des protéines animales à des ruminants censés se nourrir d'herbe, ou de nourrir un animal avec des protéines issues de sa propre espèce.

Les farines animales, soupçonnées d'avoir contribué à la propagation de l'encéphalopathie spongiforme bovine (ESB, maladie de la vache folle), sont interdites dans l'UE depuis 1994 pour les animaux destinés à l'alimentation.

Mais depuis, des travaux de l'Agence européenne de sécurité des aliments (EFSA) ont montré que si des porcs sont nourris avec des protéines animales transformées de volailles, l'augmentation du risque d'exposition de l'homme à l'ESB serait «négligeable».

© 2011 AFP


....................................................
avatar
ivo

Messages : 26686
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: alimentation

Message  ivo le Lun 6 Juin - 11:19

Les Farines Animales Vous Disent bonjour !!!
http://www.agoravox.fr/actualites/citoyennete/article/les-farines-animales-vous-disent-95461
Pour une nourriture des volailles, porcs et poissons d'élevage peu couteuse, on a tente à nouveau de nourrir les bêtes avec des farines animales même si ces farines seront utilisées pour nourrir les porcs , la volaille, ou les poissons, qui parait-il, peuvent manger des protéines, à condition que ces protéines ne soient pas issues de leur propre espèce. Mais une erreur est si vite arrivée…


Interdites depuis 1990 pour enrayer l'épidémie de vache folle, ces farines animales pourraient être de nouveau autorisées pour des motifs économiques. La Commission européenne y songe. Le débat ne fait que commencer.

Ils ne tiennent pas compte des avertissements de la nature ...
S'ils continuent à ignorer les alertes naturelles, ils risquent de provoquer encore plus de dégâts que par le passé.
Il vaut mieux à mon sens augmenter le prix des viandes que nous vendre moins cher de la viande empoisonnée ... à dose homéopathique !!!


On se souvient…
> 1985 - découverte d'une nouvelle maladie neurologique bovine

> 1988 - Les farines animales sont identifiées comme vecteur probable de la maladie

> 1990 - interdiction des farines de viande et d'os dans l'alimentation des bovins en France

> 1991 - premier cas d'encéphalopathie spongiforme bovine (ESB) en France

> 1994 - l' interdiction des farines est étendue à tous les ruminants.

> 1996 - La Grande Bretagne annonce l'émergence d'une maladie humaine ( “maladie de Creutzfeldt-jakob” dont l'origine bovine est probable) Au total 170 Britanniques sont décédés de Creutzfeldt-Jakob, et 25 Français

> 2000 - les farines animales sont interdites à tous les animaux d'élevage. les bêtes seront nourries désormais avec des protéines végétales.

résultats :

- 185.000 vaches atteintes en 10 ans
- des milliers de troupeaux sacrifiés
- plus de 200 victimes humaines de la maladie de Creutzfeldt-Jakob
.


Et la commission Européenne voudrait de nouveau autoriser l'usage de ces farines ! ! !



Si les éleveurs réutilisaient ces farines, ils ne seraient pas gagnants, car les Français réduiraient considérablement leur consommation de viande, voire en arrêteraient la consommation pour certains.
Pourquoi reproduire les mêmes erreurs que par le passé ? le jeu n'en vaut pas la chandelle !

En France, le Ministère de l'Agriculture a décidé de saisir l'Agence Nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation (Anses) pour évaluer les dangers éventuels liés à un retour des farines.
" S'il y a des incertitudes, on ne prendra aucun risque " disent-ils,mais comment leur faire confiance ???




Et pourtant, la Commission européenne envisage d'autoriser à nouveau certaines farines pour l'alimentation des porcs, des volailles et des poissons. Ce qui ne manque pas de faire ruminer les écologistes… Même si, en Europe, tous les pays sont unanimes : pas question de redonner des protéines animales à des ruminants ni de nourrir un porc ou une volaille avec des farines issues de sa propre espèce. En France, le ministère de l'Agriculture a décidé de saisir l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation (Anses) pour évaluer les dangers éventuels liés à un retour des farines.



http://justa3unblogfr.unblog.fr/2010/07/27/les-farines-animales-reviennent-sur-le-tapis/

http://www.leparisien.fr/societe/le-retour-annonce-des-farines-animales-27-07-2010-1013606.php

http://www.lalibre.be/actu/belgique/article/888/interdites-les-farines-carnees-reviennent.html

http://www.lejdd.fr/Societe/Sante/Actualite/Une-instance-consultative-gouvernementale-propose-de-reutiliser-les-farines-animales-pour-les-poissons-les-poules-et-les-porcs-325317/


avatar
ivo

Messages : 26686
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: alimentation

Message  spike le Jeu 16 Juin - 13:25



Les six enfants hospitalisés à Lille intoxiqués par du bœuf allemand

"La viande suspecte provient d'Allemagne. Elle a été abattue là-bas, avant d'être importée en France dans notre société". Cette déclaration de Guy Lamorlette, PDG de la société SEB (Société Economique Bragarde), située à Saint-Dizier (Haute-Marne), fait suite à la suspicion qui planait contre ce fabricant de steaks hachés après l'infection alimentaire de six enfants hospitalisés à Lille

Ils ont été hospitalisés, jeudi matin, au CHU de Lille -ce qui fait deux enfants de plus que mercredi soir- pour une infection alimentaire liée à un type rare de bactérie E.coli après avoir consommé des steaks hachés.

«Ce matin, il y a six cas d’enfants hospitalisés à Lille pour une infection alimentaire liée à une bactérie E.coli», a déclaré une porte-parole de l’Agence régionale de santé (ARS), sans donner plus de détails sur les deux nouveaux cas. «Ils sont tous dans un état stable. Leur état reste sérieux, mais pas préoccupant. Leur pronostic vital n’est absolument pas engagé», a-t-elle affirmé, alors qu’une source hospitalière indiquait mercredi soir à l’AFP que l’état de santé des enfants hospitalisés était «jugé préoccupant par les médecins».

Ces enfants, âgés de 20 mois à huit ans, ont été pris en charge en réanimation pédiatrique au CHU de Lille, après avoir été victimes de «diarrhées sanglantes importantes» apparemment liées à la consommation de steaks hachés surgelés de marque «Steaks Country» vendus dans des magasins Lidl, a annoncé l’Agence régionale de santé (ARS).

Rappel des lots de steaks hachés

«Cette infection à Escherichia coli ne présente aucun lien, à ce jour, avec l’épidémie récemment survenue en Allemagne», qui a fait 37 morts dans ce pays et 38 en tout en Europe, a souligné l’ARS. Des examens devraient être pratiqués jeudi dans la matinée pour confirmer que la bactérie en cause n’est pas de même souche que celle qui sévit en Allemagne.

Les enfants hospitalisés sont originaires de quatre villes différentes de la région Nord/Pas-de-Calais, a-t-on précisé au CHU.

Les victimes souffrent d’un «syndrome hémolytique et urémique» qui «peut être à l’origine d’insuffisance rénale aiguë», a expliqué l’ARS. La bactérie, d’un «type rare», produit des toxines dangereuses appelées «shigatoxines». Les autorités sanitaires ont demandé au fabricant de procéder au rappel des steaks hachés de la marque Steaks Country en vente dans des magasins Lidl.

Troubles digestifs

Le fabricant, la société SEB basée à Saint-Dizier (Haute-Marne), a annoncé dans la nuit de mercredi à jeudi, dans un communiqué, avoir demandé à ses magasins clients le rappel de tous les lots concernés. Elle a mis en place un numéro vert 0800.802.511 à destination des consommateurs.

«Ce produit est vendu en boîtes de 1 kg (10 steaks de 100g) avec une date limite de consommation aux 10, 11 et 12 mai 2012. Des affichettes seront mises en place dans les magasins potentiellement concernés», selon l’ARS.

Les autorités recommandent aux personnes ayant acheté ces steaks «de ne pas les consommer et de les rapporter au point de vente». «En cas de troubles digestifs (diarrhées souvent avec du sang, maux de ventre et parfois des vomissements) survenus au maximum dans les 10 jours après consommation de ces steaks suspects, il est recommandé de consulter rapidement son médecin traitant», selon l’ARS.

Les autorités sanitaires recommandent de cuire la viande hachée surgelée sans décongélation préalable. Ils soulignent que «la cuisson à coeur des steaks hachés permet de prévenir les conséquences d’une contamination par Escherichia coli, la bactérie étant détruite par une température de 65 degrés.»

(Source AFP)
http://www.liberation.fr/societe/01012343623-infection-alimentaire-quatre-enfants-hospitalises-a-lille
avatar
spike

Messages : 3721
Date d'inscription : 19/05/2009

http://anarchietotale.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: alimentation

Message  ivo le Lun 20 Juin - 10:41

Farines animales : le possible retour
FRANCE INFO - 07:28
Pourrait-on un jour remanger des viandes européennes nourries aux farines animales ? Bruno Le Maire dit qu’il ne ré-autorisera pas leur réintroduction tant qu’il sera ministre de l’Agriculture. Mais après ? Ça n’est pas du tout à exclure. Car cela aurait bien des avantages pour certains. Les défenseurs d’un tel projet sont plus nombreux qu’on l’imagine.
Vers un retour des farines animales ? Les défenseurs d’un tel projet sont plus nombreux qu’on l’imagine. Enquête de Mathilde Lemaire. (4'50")

Ré-introduire les farines animales, : l’idée progresse sérieusement chez les scientifiques et dans différentes instances chargées de plancher sur le sujet. Le CNA, le Centre national de l’alimentation, a par exemple été prié de s’interroger sur ce possible retour. En interne, il a rendu un avis favorable à la réintroduction des farines animales. C’était il y a quelques jours et le document a fuité. C’est précisément ce qui a remis le sujet au cœur du débat.

Pour cette réintroduction de certaines farines animales, le CNA pose tout de même certaines conditions : Il faudrait bien plus de traçabilité et de garde-fous que dans le passé dans la fabrication de ces farines. Et on sait que les procédés ont énormément évolué.

Il faudrait interdire absolument le cannibalisme : c’est à dire qu’il serait impossible de donner par exemple des farines de porc à un porc. Enfin, les ruminants ne devront en aucun cas être concernés... Seuls les animaux qui dans la nature mangent des protéines animales pourraient être nourris avec ce type de farine.

"On sait bien que les porcs ou les poulets par exemple sont des monogastriques. Dans la nature, ils ne se nourrissent pas uniquement de végétaux. Les poules mangent des vers. on semble l’avoir oublié", note le président de la Fédération industrielle avicole, Gilles Huttepain.

"L’encéphalopathie spongiforme bovine a quasi été éradiquée en Europe. Moins de cinq cas d’animaux malades sont désormais recensés en France chaque année", précise Véronique Bellemain, vétérinaire au Centre national de l’alimentation. "Nous avons énormément accru les contrôles. Les risques ne sont plus du tout les mêmes. C’est donc normal de désormais réfléchir à une possible ré-introduction des protéines animales transformées", ajoute-t-elle.

La réflexion est bien engagée, sur une éventuelle réintroduction des farines animales. Véronique Bellemain est vétérinaire et vice présidente du Centre national de l’alimentation (3'15")

Une question se pose évidemment : celle de savoir quel est l’intérêt de ré-autoriser les farines animales. L’intérêt peut sembler d’abord économique. Car depuis leur interdiction en Europe dans les années 2000, les farines animales ont été remplacées par des aliments pour bétail 100 % d’origine végétale qui sont souvent bien plus chers. On sait notamment que le cours mondial des céréales flambe très régulièrement. Beaucoup de ces produits végétaux doivent en outre être importés. Il faut donc ajouter le coût de leur transport.

"Mais il y a aussi des intérêts écologiques" tient à préciser Gilles Huttepain, de la Fédération avicole. "Depuis les années 2000, nous sommes contraints de nourrir nos poulets avec des tourteaux de soja OGM du Brésil et avec des huiles de palmes d’Indonésie. Vous imaginez bien le bilan carbone que toutes ces importations représentent, sans parler de la déforestation" conclut-il. Ce serait donc lutter contre le gaspillage et choisir la voie du bon sens écologique que de préférer les farines animales selon lui.

Pas question de donner des farines animales à n’importe quel animal, assure Gilles Huttepain, président de la Fédération des industries avicoles (et responsable d’un des principaux groupes volaillers français). (2'21")

Il faut savoir qu’en Europe de nombreuses usines continuent de fabriquer des farines animales. Mais elles sont destinées à de tous autres usages. Elles servent de fertilisants dans les champs. Une partie est utilisée comme carburant dans les cimenteries. Enfin on en retrouve aussi dans les croquettes que l’on donne à nos chats et chiens.

Les partisans du retour des farines animales soulignent aussi qu’il n’ y a que dans les 27 pays européens que ces protéines animales sont interdites. Partout ailleurs, des centaines de milliers d’exploitations ou de batteries en utilisent. On peut acheter par exemple en France du porc argentin nourri aux farines animales. Il y aurait donc là une certaine ironie.

Autant d’arguments qui font réfléchir même les associations de consommateurs qui n’ y sont pas farouchement opposées. "Nous n’avons pas encore arrêté de position sur cette question du retour des farines animales" explique Olivier Andrault d’UFC-Que choisir. "Il nous faudrait des avis clairs de la part des experts scientifiques européens. Nous ne les avons pas encore. Il nous faudrait aussi l’assurance que dans les usines de fabrication, les farines de porcs, de poulets ou même de bovins ne seront pas au final mélangées. Nous réclamons une vraie traçabilité. Ça n’est pas encore suffisamment clair", explique-t-il.

Mais dans l’opinion publique, le scepticisme est bien plus grand que chez les associations de consommateurs. Les images traumatisantes des animaux tremblotants et des cheptels abattus ont marqué les Français et les Européens pour très longtemps.

Il suffit de faire une enquête à la sortie d’un supermarché pour comprendre que le projet de réintroduire les farines animales reste très très impopulaire. Les clients interrogés expliquent que, selon eux, c’est contraire à la tendance actuelle orientée vers plus de "naturel", plus de "sain". "Nous avons réussi à faire sans pendant 15 ans , pourquoi devrait-on y revenir" , explique un client quinquagénaire.
Une jeune fille derrière lui promet, elle, que si on nourrit de nouveau certains animaux avec ce type de protéines animales, elle arrêtera de manger de la viande.

Le ministre de l’Agriculture est très conscient sans doute de ce rejet massif. Et c’est pour cela qu’il ne prendra pas, pour le moment, l’engagement de ré-autoriser les farines animales. A quelques mois d’une élection présidentielle, cela ressemblerait bien à un faux pas.


...........................................................................................................................
avatar
ivo

Messages : 26686
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: alimentation

Message  spike le Dim 29 Juil - 16:12



Hollande en héraut du foie gras

28 juillet 2012 à 19:58

En déplacement dans le Gers, le président français a défendu la production hexagonale, dont l'exportation en Californie est interdite depuis le 1er juillet.

François Hollande a défendu samedi lors d’un déplacement dans le Gers le foie gras français, victime de la guerre engagée dans le monde anglo-saxon par les lobbys anti-gavage au nom du bien être animal.

«Les éleveurs français ont fait de gros efforts pour se mettre aux normes, pour respecter toutes les conditions qui leur étaient imposées au titre de l’Europe pour le bien être animal», a souligné le chef de l’Etat lors de la visite d’une exploitation à Monlezun, consacrée notamment à la production de foie gras de canard.

«Le foie gras, c’est une grande production française qui honore les éleveurs qui s’y consacrent. Nous consommons pratiquemment la production que nous faisons en France mais nous avons aussi de l’exportation et je ne laisserai pas mettre en cause les exportations de foie gras, notamment dans certains pays ou certains Etats en Amérique», a assuré M. Hollande faisant allusion à la Californie.

Cet Etat américain interdit par la loi depuis le 1er juillet la production et la vente de foie gras.

«Ils ne peuvent pas défendre le libre échange et empêcher la venue d’un bon produit comme le foie gras. S’il le faut, j’en apporterai aux autorités de ce pays autant qu’il sera nécessaire, ce sera pour leur plus grand plaisir», a affirmé le chef de l’Etat tout en reconnaissant ne disposer que de sa force de «conviction» pour faire plier les Américains.

«On ne peut pas empêcher l’exportation pour nous, l’importation pour les Etats-Unis d’un produit» dès lors que «les normes sanitaires» et celles «du confort animal» sont respectées, s’est insurgé le président de la République.

«Le foie gras quand même on voudrait tellement le consommmer ici en France et parfois par manque de pouvoir d’achat nous ne le pouvons pas, je ne voudrais pas en priver les Américains!», s’est tout de même amusé M. Hollande.

(AFP)

Sûr qu'on ne va pas se caver de foie gras par les temps qui courent...

Petite vidéo sympa:
avatar
spike

Messages : 3721
Date d'inscription : 19/05/2009

http://anarchietotale.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: alimentation

Message  Invité le Dim 29 Juil - 17:14

Pas besoin de regarder la vidéo : j'avais déjà arrêté le foie gras (et maintenant toute viande quelle qu'elle soit) avant un séjour dans le Gers où il m'a été fort difficile d'y échapper... Mais bon, t'empêcheras jamais un président d'être démago...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: alimentation

Message  ivo le Dim 29 Juil - 19:01

Land Grabbing
fr info
En Ethiopie, le gouvernement a mis en oeuvre depuis quatre ans, un programme de production en fruits et légumes destinés à l'exportation. Le pays qui reçoit pourtant de l'aide alimentaire, loue ses terres fertiles à des groupes étrangers, voire des états.

Dans la vallée du Rift éthiopien " la commercial farm " d'Awassa, équipée en serres de haute technologie, s'étale sur mille hectares. Les légumes sont récoltés puis livrés à Addis Abeba. De là, ils sont envoyés par avion, au Moyen-Orient à destination des consommateurs du Golfe.

Un million d'hectares est déjà loué à des entreprises saoudiennes, indiennes et aussi européennes. Le coût de la main d'oeuvre étant inférieur à la moyenne africaine, comme le vante le site de l'Ethiopian Investment Agency.

Dans le magazine " Géo ", on s'aperçoit que le phénomène touche de plus en plus de pays du Sud : la vague d'investissements, en 2009, correspond à soixante millions d'hectares de terres cédées, soit la superficie de la France.

Cette pression commerciale sur la terre est dénoncée dans un rapport des Nations-Unies pour le droit à l'Alimentation
.

....
avatar
ivo

Messages : 26686
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: alimentation

Message  ivo le Mar 16 Oct - 9:39

La journée mondiale de l'alimentation dénonce 870 millions d'affamés et plus d'un millard de mal nourris
http://www.la-croix.com/Semaine-en-images/La-journee-mondiale-de-l-alimentation-denonce-870-millions-d-affames-et-plus-d-un-millard-de-mal-nourris-_NG_-2012-10-16-864962
L'ONU célèbre mardi 16 octobre la journée mondiale de l'alimentation alors que le nombre d'affamés dans le monde, 870 millions, a cessé de baisser au cours de la décennie écoulée.

Ce chiffre dépasserait même le milliard et demi de mal nourris si on comptabilisait le déficit en éléments essentiels au développement physique et psychologique des enfants, estime le Rapporteur spécial de l'ONU pour le droit à l'Alimentation Olivier De Schutter.

Quand les prix des denrées de base augmentent, comme ils l'ont fait cet été brutalement quand la sécheresse aux États-Unis laissait présager une moindre récolte de céréales, les plus pauvres réduisent leur consommation: « Non seulement ils font moins de repas mais ceux-ci sont aussi moins diversifiés ». explique-t-il.

L'AFRIQUE SUB-SAHARIENNE, ZONE LA PLUS TOUCHÉE
Pour Olivier De Schutter, « cette menace n'est pas assez vue comme une priorité, or c'en est une ».

L'Afrique sub-saharienne, confrontée à des aléas climatiques sévères, reste la plus affectée par la faim et a vu la part des affamés augmenter quand celle-ci baissait ailleurs, en Asie, en Amérique Latine et en Océanie.

Or la part des investissements agricoles dans le monde a plongé en vingt ans, passant "de 20% de l'aide totale dans les années 80 à 4% aujourd'hui", remarque Luc Guyau, président indépendant du Conseil de la FAO, pour qui le travail essentiel de l'organisation doit être de mettre en place des politiques agricoles favorisant les producteurs.

Une table-ronde réunira mardi 16 octobre au siège de la FAO à Rome près d'une quarantaine de pays, dont une vingtaine de ministres: le ministre français de l'Agriculture Stéphane Le Foll qui la présidera souhaite évoquer la transparence des marchés agricoles et la création de stocks alimentaires d'urgence dans les pays vulnérables, afin de contrer les pénuries et d'éviter les crises.

AFP
avatar
ivo

Messages : 26686
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: alimentation

Message  ivo le Ven 11 Jan - 9:44

Près de la moitié de la nourriture mondiale est gaspillée
Selon une étude réalisée par l'Institut du génie civil basé à Londres, près de la moitié de la nourriture produite chaque année dans le monde est gaspillée. En cause : des récoltes mal faites, des problèmes dans le stockage et le transport et l'irresponsabilité des distributeurs et des consommateurs.

Chaque année, ce sont quatre milliards de tonnes de nourriture qui sont produite dans le monde. Selon l'Institut du génie civil basé à Londres, sur ces quatre milliards, 1,2 à deux milliards ne seront jamais consommé.

La faute aux consommateurs et distributeurs

Dans les pays développés, les causes de ce gaspillages résident essentiellement dans les comportements des distributeurs et des consommateurs; Ainsi, expliquent les auteurs de ce rapport, "30% de ce qui est récolté dans les champs n'arrivera jamais sur le marché (essentiellement au supermarché) en raison de la sélection de la forme, de la qualité et de l'impossibilité à se conformer à des critères purement esthétiques".

Par ailleurs, l'attitude des consommateurs est également pointée du doigt. De 30 à 50% de la nourriture achetée en supermarché dans les pays développés sera jeté par les clients en raison de la mauvaise compréhension des étiquettes. Les clients ont également tendance à acheter plus que la quantité dont ils ont besoin, encouragés dans leurs achats par les promotions et les remises.

De mauvaises conditions de stockage

Le gaspillage existe également dans les pays moins développés d'Afrique subsaharienne ou d'Asie du Sud-Est mais pour des raisons différentes. Les pertes sont le plus souvent dues à des récoltes mal effectuées ou à de mauvaises conditions de stockage. En Asie du Sud-Est, par exemple, les pertes en production rizicole représentent entre 37 et 80% du total, soit près de 180 millions de tonnes par an.

Le rapport insiste donc sur la nécessité de développer les investissements dans les pays les plus pauvres. L'Éthiopie envisage par exemple de développer un réseau national d'infrastructures de stockage de céréales. Il devrait coûter au moins un milliard de dollars.

La nécessité de lutter contre ce gaspillage

Selon les auteurs "un tel niveau de gaspillage est une tragédie qui ne peut continuer si nous voulons répondre avec succès et de manière durable à nos besoins alimentaires". D'autant que l'Onu prédit l'arrivée en 2075 d'un pic de population à 9,5 milliards d'habitants. Il faudra en nourrir 2,5 milliards de plus qu'actuellement. La lutte contre ce gaspillage sera alors une véritable nécessité.
commentaires
c'est pas nouveau !!! y a 20 ans déjà ,je bosser pour une grande marque de yaourts , on en balancer des palettes entières,pour des raisons banal tel que l’étiquetage etc.... ,et interdiction de se servir . c'est la loi du commerce, s'il le donne ,pourquoi l'acheter !!
on a le meme gaspillage pour l'energie ,pour l'eau ,....et c'est pas demain que cela va s'arreté
avatar
ivo

Messages : 26686
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: alimentation

Message  ivo le Jeu 12 Sep - 8:50

Un tiers de la nourriture produite dans le monde est gaspillée chaque année
http://www.rfi.fr/economie/20130911-alerte-fao-13-milliard-tonnes-nourriture-sont-gaspilles-chaque-annee-le-monde
Dans son dernier rapport, la FAO, l'organisation de l'ONU pour l'alimentation et l'agriculture, affirme que plus d'un milliard de tonnes de nourriture sont gaspillés chaque année. Ce qui signifie qu'un tiers de la nourriture destinée à la consommation humaine mondiale serait jetée ou perdue. Ce gaspillage a un impact très négatif sur l’environnement et l’économie, s’alarme la FAO.

La perte est effarante. Chaque année, 1 milliard 300 millions de tonnes de nourriture sont gaspillés à l’échelle mondiale. Cela représente un coût de 750 milliards de dollars. Près de 30 % des surfaces agricoles de la planète produisent ainsi à perte.

D'après Mathilde Iweins, une experte de la FAO sur les ressources naturelles, il faut « il faut imaginer que 28 % des terres agricoles en 2007 étaient utilisées pour produire des produits qui n’ont jamais été mangés. En terme de surface cela représente,1,4 milliard d’hectares. Si c’était un pays, ce serait le second pays le plus grand du monde. »

L’impact est très significatif sur l’environnement. La nourriture non consommée engloutit ainsi un volume d'eau équivalent au débit annuel du fleuve de la Volga en Russie. Mathilde Iweins le compare au lac de Genève en Suisse. Pour avoir l'équivalent, on doit multiplier son volume en eau par 3 pour obtenir l'empreinte en eau bleue du gaspillage alimentaire.

870 millions de personnes souffrent de la faim

La nourriture non consommée est aussi responsable du rejet dans l'atmosphère de près de trois milliards et demi de tonnes de gaz à effet de serre. C'est donc le plus gros pollueur au monde, derrière la Chine et les Etats-Unis.
En effet, d'après l'experte en ressources naturelles de la FAO, « l'empreinte carbone serait de 3,3 milliards d'équivalent CO2 par an. »

Plus de la moitié, soit 54 % de ce gaspillage alimentaire, se situe « en amont », c'est-à-dire pendant les phases de production, de manutention et de stockage. Pour le reste, soit 46 % les faits ont lieu « en aval », lors de la transformation, la distribution et la consommation.

Ce gaspillage intervient pour les pays en développement durant la production agricole. Les régions à revenus moyens et élevés connaissent davantage de gaspillage au niveau de la vente au détail et des consommateurs. Il s'agit d'une situation ahurissante quand on sait que 870 millions d’êtres humains souffrent de la faim chaque jour dans le monde.
avatar
ivo

Messages : 26686
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: alimentation

Message  ivo le Jeu 3 Oct - 12:02

quand les riches auront la gastronomie traditionnelle bio et les pauvres de la merde.
pour sauver le monde ...

Ils gagnent un million de dollars pour faire avaler des insectes à la planète
«Notre message est: mangez des insectes, les insectes sont en abondance, ils sont une source riche en protéines et en minéraux», a plaidé Eva Ursula Müller, directrice à la FAO, en présentant ce rapport à Rome. Et de plaider «Un tiers de la population mondiale mange des insectes, et c’est parce qu’ils sont délicieux et nutritifs»
>>>
http://etudiant.lefigaro.fr/les-news/actu/detail/article/ils-gagnent-un-million-de-dollars-pour-faire-avaler-des-insectes-a-la-planete-2996/
avatar
ivo

Messages : 26686
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: alimentation

Message  ivo le Ven 11 Oct - 10:53

Aujourd’hui, nous produisons 4 milliards de tonnes de nourriture par an. Mais à cause de mauvaises pratiques de récolte, de stockage, et à cause du gaspillage du marché et des consommateurs, il est estimé qu’entre 30% et 50% (soit 1,2 à 2 milliards de tonnes) de toute la nourriture produite n’atteint jamais un estomac humain.
De plus, ce chiffre de comprend pas le fait que de grandes quantités de terres, d’énergie, d’engrais et d’eau sont également perdues dans la production de nourriture, et sont gaspillées. Ce niveau de gaspillage est une tragédie
>>>
http://www.rue89.com/2013/10/10/supermarche-produits-perimes-ouvre-usa-a-quand-france-246288
avatar
ivo

Messages : 26686
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: alimentation

Message  ivo le Jeu 20 Nov - 7:37

La conférence de Rome sur la nutrition dénonce un système mondial trop industrialisé
http://fr.euronews.com/2014/11/19/la-conference-de-rome-sur-la-nutrition-denonce-un-systeme-mondial-trop-/
Plus de 800 millions de personnes dans le monde ne mangent pas à leur faim…Et 500 millions d’autres sont en surpoids.

Le système alimentaire mondial est trop industrialisé, favorise la malnutrition, ne parvient pas à éradiquer la faim et encourage l’obésité. C’est le constat entendu au premier jour d’une conférence internationale sur la nutrition, qui s’est ouverte à Rome ce mercredi à l’initiative de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation (FAO) et l’agriculture et de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

A la tribune, la directrice générale de l’OMS a interpellé les représentants des 176 pays présents à cette conférence. “Quelque chose ne va pas” a commencé Margaret Chan d’une voix blanche. “Mesdames et messieurs, une partie de notre monde déséquilibré meurt encore de faim. Et une autre partie se gave jusqu‘à l’obésité à tel point que l’espérance de vie recule à nouveau et que les dépenses de santé atteignent des sommes astronomiques.

La responsable de l’Organisation Mondiale de la Santé a également regretté que, pour certaines grandes villes d’Afrique et d’Asie, il était plus économique d’importer de la nourriture industrielle que d’acheter la production agroalimentaire locale.

Si la faim dans le monde recule depuis 20 ans, la malnutrition, elle, augmente, alors que selon les experts de l’OMS et de la FAO, il y a sur la planète assez de nourriture pour que tout le monde mange correctement.
avatar
ivo

Messages : 26686
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: alimentation

Message  ivo le Mar 27 Jan - 12:08

Une pomme de 1950 équivaut à 100 pommes d’aujourd’hui
Manger toujours plus, pour se nourrir de moins en moins. Tandis que, dans les pays développés, nos apports en calories augmentent, la plupart des aliments non transformés que nous consommons – fruits, légumes et céréales – deviennent des coquilles vides sur le plan nutritionnel.
Une dizaine d’études d’universités canadiennes, américaines et britanniques, publiées entre 1997 et aujourd’hui, font état d’une dégringolade de la concentration en nutriments dans nos aliments.
>>>
http://rue89.nouvelobs.com/2015/01/26/pomme-1950-equivaut-a-100-pommes-daujourdhui-257258
avatar
ivo

Messages : 26686
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum