Derniers sujets
» les photos d'actus - l'info en résumé
par ivo Mer 22 Nov - 10:15

» vite, je vais vomir ...
par ivo Mer 22 Nov - 10:12

» macronie
par ivo Mer 22 Nov - 9:07

» pesticides / fongicides
par ivo Mer 22 Nov - 9:02

» contre l'esclavage moderne
par ivo Mer 22 Nov - 8:54

» Sur les rives du Jourdain
par ivo Mer 22 Nov - 8:52

» petits business entre amis
par ivo Mer 22 Nov - 8:41

» No Futur - la terre au 21° siecle
par ivo Mer 22 Nov - 8:36

» blancs comme neige ^^
par ivo Mer 22 Nov - 8:34

» homophobie dans le monde ...
par ivo Mer 22 Nov - 8:19

» immigration ...
par ivo Mer 22 Nov - 8:16

» Nucléaire mon amour ...
par ivo Mar 21 Nov - 9:19

» Afrique coloniale belge
par ivo Mar 21 Nov - 8:50

» Révolution russe
par ivo Mar 21 Nov - 8:01

» la police s'étonne qu'on ne l'aime pas
par ivo Lun 20 Nov - 8:44

» agriculture
par ivo Dim 19 Nov - 8:26

» <<< Santé >>>
par ivo Dim 19 Nov - 8:21

» droites extremes
par ivo Sam 18 Nov - 11:01

» Birmanie
par ivo Sam 18 Nov - 10:35

» enfance ...
par ivo Sam 18 Nov - 10:33

» U.E.
par ivo Sam 18 Nov - 10:10

» pologne
par ivo Sam 18 Nov - 8:44

» No Futur - l'espace au 21° siecle
par ivo Ven 17 Nov - 8:36

» Réunionnais de la Creuse
par ivo Ven 17 Nov - 7:56

» la phrase du jour
par ivo Ven 17 Nov - 7:13

» rwanda
par ivo Jeu 16 Nov - 9:49

» médias ? quels médias ??
par ivo Jeu 16 Nov - 9:27

» flicage total du net
par ivo Jeu 16 Nov - 8:19

» internet , technologie, ...
par ivo Jeu 16 Nov - 8:07

» Infos insolites.
par ivo Mer 15 Nov - 8:04

» ZAD partout ?
par niouze Mar 14 Nov - 17:54

» pape, cathos, vatican et autres ....
par ivo Mar 14 Nov - 9:00

» Necronomacron
par ivo Lun 13 Nov - 7:46

» monde - stupéfiants
par ivo Dim 12 Nov - 8:20

» état d'urgence et autres restrictions....
par ivo Dim 12 Nov - 8:16

» conditions de travail ...
par ivo Dim 12 Nov - 8:10

» ... 14/18 ...
par ivo Dim 12 Nov - 8:07

» Combien d’autres murs à faire tomber ?
par ivo Sam 11 Nov - 10:23

» salaires
par ivo Sam 11 Nov - 9:15

» impots
par ivo Sam 11 Nov - 9:12

» démocratie et justice ...
par ivo Sam 11 Nov - 8:33

» Today's joke
par ivo Ven 10 Nov - 9:49

» Les prisons: questions.
par ivo Ven 10 Nov - 9:04


Syrie

Page 5 sur 13 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 11, 12, 13  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Syrie

Message  ivo le Sam 28 Jan - 19:55

Violences en Syrie : la ligue arabe suspend sa mission, l’opposition demande la protection de l’ONU
fr info
Face à la recrudescence des violences en Syrie – au moins 193 morts depuis mardi, selon les associations de défense des droits de l’Homme – la ligue arabe a décidé de suspendre sa mission d’observation. Le Conseil national syrien se prépare lui à aller à New York demander la protection du conseil de sécurité de l’ONU, contre la répression du régime de Damas.

De violents combats ont encore eu lieu aujourd’hui en Syrie. Cinq militaires et trois déserteurs ont été tués par l’armée syrienne dans la province de Homs. Deux civils ont aussi été tués. Selon la ligue arabe, les violences ont augmenté "de manière importante" depuis mardi, en particulier à Homs, Hama et Idleb, dans le nord et le nord-ouest du pays. La ligue accuse le régime syrien d'avoir "choisi l'option de l'escalade".

Dans ce contexte, les pays arabes ont décidé de suspendre les activités de leurs observateurs. Ils sont encore une centaine sur place en Syrie. Leur objectif de départ était de surveiller l’application du plan de sortie de crise et en particulier la fin des violences contre les civils.

Face à l’échec manifeste de la mission, l’opposition syrienne, rassemblée au sein du Conseil national syrien (CNS) va demander demain au Conseil de sécurité de l'ONU une protection contre la répression menée par le régime du président Bachar al-Assad.

Paris, Londres, Berlin et plusieurs pays arabes ont présenté hier au Conseil de sécurité un projet de résolution qui prévoit notamment un transfert du pouvoir du président syrien Bachar Al-Assad à son vice-président. Mais la Russie y est formellement opposée, ce qui bloque tout vote du Conseil de sécurité.

L'opposition syrienne appelle donc à manifester demain devant les consulats russes du monde entier pour protester contre le rejet par Moscou.
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Syrie

Message  ivo le Mer 1 Fév - 9:08

Pressions à l’ONU pour faire cesser l’horreur en Syrie
fr info
Une importante réunion du Conseil de sécurité de l’ONU s’est déroulée ce mardi à New-York. Ligue arabe, Etats-Unis, France ont demandé que la violence cesse en Syrie, et ont surtout élevé le ton pour que le Conseil agisse enfin.

Le langage a beau être diplomatique, cette fois il a le mérite d’être clair. Le ministre des Affaires étrangères, Alain Juppé a demandé que le conseil de sécurité sorte de son "silence scandaleux". Il a dit attendre que le conseil "prenne ses responsabilités face à un peuple qui souffre", et de réclamer l’adoption d’une résolution soutenant les initiatives de la Ligue arabe.

La Ligue arabe soutenue pour l’occasion par le Qatar, a exhorté également le Conseil d’adopter rapidement des mesures concernant la situation en Syrie. Nabil Elarabi, le secrétaire général de la Ligue arabe a souhaité que "des mesures rapides et décisives" soient prises. Il a été rejoint par le Premier ministre du Qatar, qui lui a regretté que "la machine à tuer soit toujours à l’œuvre" dans le pays dirigé par Bachar-al-Assad. Et de demander que le conseil exerce des pressions notamment économiques pour faire plier le régime syrien.

France, Ligue Arabe demandent une action, tout comme les Etats-Unis. Hilary Clinton, la secrétaire d'Etat américaine a estimé que "l'inaction" du Conseil de sécurité a pour conséquence d'affaiblir la "crédibilité" de l'ONU et de poursuivre en estimant que "le règne de la terreur d'Assad va prendre fin".

La Russie et la Chine bloquent toujours

Pour l’heure, la résolution présentée est soutenue par la France, la Grande Bretagne, le Qatar, le Maroc, les Etats-Unis, l’Allemagne ou encore le Portugal. Elle s’inspire du plan de sortie de crise de la Ligue arabe qui propose la mise à l’écart de Bachar-al-Assad et la création d’un gouvernement d’union. Mais voilà, une fois de plus, Moscou et Pékin ont décidé de s’opposer à ce projet. Il faut savoir que les deux pays détiennent un droit de veto au sein du Conseil de sécurité de l’ONU.

Damas en profite pour montrer ses muscles

La Russie et la Chine qui bloquent et la Syrie qui continue de crier au complot tout en se montrant menaçante. L’ambassadeur syrien à l’ONU, Bachar Jaafari, tout en rejetant comme on peut l’imaginer le projet de résolution a également promis que son pays saurait "faire face à ses ennemis". L’ambassadeur s’est dit convaincu que les puissances occidentales et les pays membres de la Ligue arabe sont à l’origine de la crise qui secoue actuellement la Syrie.
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Syrie

Message  ivo le Ven 3 Fév - 20:13

Syrie : 30e anniversaire du massacre de Hama
fr info
La Syrie commémore aujourd'hui le 30e anniversaire du massacre de Hama, la ville syrienne qu'Hafez Al Asad, une ville que le père de l'actuel président fit raser avec un bilan de quelque 30.000 morts.

C'est une journée qui s'annonce donc très dure avec une répression qui se poursuit alors que le Conseil de sécurité de l'ONU ne parvient toujours pas à faire voter une résolution sur le conflit syrien.

Les militants appellent les Syriens à sortir dans la rue, malgré la répression et une très forte surveillance, notamment autour des mosquées.
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Syrie

Message  ivo le Sam 4 Fév - 9:01

Syrie : plus de 260 morts à Homs, vote imminent au Conseil de sécurité de l'Onu
fr info
L'opposition syrienne affirme que plus de 260 civils ont été tués par des tirs de mortier cette nuit dans le bastion de la contestation en Syrie. Damas dément, et met ce "massacre" sur le compte de bandes armées. L'Onu doit se réunir aujourd'hui pour voter une résolution demandant le départ de Bachar al-Assad

Si ce chiffre de 260 morts était confirmé, ce serait le bilan le plus lourd jamais enregistré dans une seule journée depuis le début de la révolte en Syrie en mars dernier. Que s'est-il passé à Homs cette nuit ? Plusieurs chaînes d'informations arabes ont diffusé des images de dizaines de corps dans les rues de la ville. Et des témoins joints par Reuters rapportent un pilonnage en règle contre le quartier de Khalidya, et des dizaines d'habitations effondrées sur leurs occupants.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme, basé à Londres, ce seraient les forces de sécurité de Bachar el-Assad qui auraient tiré au mortier, faisant au moins 217 morts. Mais le régime dément tout pilonnage et affirme que "les civils montrés par les chaînes de télévision satellitaires sont des citoyens qui ont été kidnappés et tués par des hommes armés".

Vers une résolution de l'Onu

Pour le Conseil national syrien, ca ne fait cependant aucun doute. C'est le régime de Damas le responsable de ce "terrifiant massacre" et des autres. Selon @RevolutionSyrie, d'ailleurs, d'autres villes syriennes, comme Hama, ou Alep, auraient été victimes de ces attaques surprise. Des attaques alors que le Conseil de sécurité de l'Onu doit se réunir ce samedi vers 10h, heure new-yorkaise, pour voter une résolution, largement inspirée par la Ligue arabe, appelant le président syrien à se démettre de ses fonctions et à transfèrer ses pouvoirs à un vice-président.

Un doute subsiste néanmoins sur la position de la Russie. Opposera-t-elle son veto comme elle l'avait déjà fait, avec la Chine, début octobre ? Les diplomates comptent sur ce nouveau dramatique bilan à Homs pour que Moscou se ravise.

avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Syrie

Message  ivo le Sam 4 Fév - 19:44

La Chine et la Russie opposent leur véto à une résolution sur la Syrie
fr info
La majorité des membres du Conseil de sécurité de l'ONU était pourtant en faveur d'un texte condamnant la répression en Syrie. le veto des deux membres permanents bloque la situation.

Treize pays sur quinze que compte le Conseil de sécurité se sont prononcés en faveur du texte mais le veto des deux membres permanents l'emporte. Malgré dix mois de violence qui ont fait plus de 6.000 victimes civiles selon les associations syriennes. En octobre dernier, un précédent texte avait été refusé à cause du veto chinois.

Le projet retoqué, proposé par les Occidentaux et les pays arabes exprimait son soutien à la Ligue arabe. Il dénonçait également les "violations continues" des droits de l'Homme.

L'ambassadeur français à l'ONU a exprimé ses regrets : "C'est un triste jour pour ce Conseil, pour les Syriens et pour les amis de la démocratie." Gérard Araud a ensuite rappelé les massacres de Hama en 1982 alors qu'Hafez Al-Assad était président. Il a ajouté que "l'horreur est héréditaire à Damas".
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Syrie

Message  ivo le Lun 6 Fév - 9:35

Syrie : nouveaux pilonnages à Homs, selon l'opposition
fr info
Après le pilonnage massif du bastion de la contestation samedi, qui aurait fait plus de 230 morts, selon l'opposition syrienne, nouveaux bombardements ce matin. Plusieurs télévisions arabes ont montré ce matin en direct des colonnes de fumées s'élevant de la ville, sous le bruit des muezzins et d'explosions. Les militants affirment qu'il y aurait "un grand nombre de victimes".

Selon le CNS, représentation de l'opposition syrienne, le régime aurait "déployé ses chars et ses forces autour de Homs pour une offensive de grande envergure". Au surlendemain du veto sino-russe contre la résolution du Conseil de sécurité qui devait condamner la repression en Syrie, appelle "la communauté internationale à agir vite pour empêcher un nouveau massacre".
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Syrie

Message  ivo le Mar 7 Fév - 9:50

Syrie : Homs continue d'être pilonnée
http://www.lepoint.fr/monde/syrie-pres-de-100-civils-tues-lundi-en-majorite-dans-la-province-de-homs-07-02-2012-1428213_24.php
Selon l'Observatoire des droits de l'homme, les violences ont fait près de 100 morts dans le pays lundi.

Des tirs nourris étaient entendus mardi matin dans la ville de Homs, haut lieu de la contestation, au lendemain de violences qui ont fait près de 100 morts dans le pays, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

Des tirs nourris mais sporadiques de kalashnikov et de mitrailleuse lourde, ainsi que des tirs d'obus étaient entendus dans le quartier de Baba Amro à Homs, selon des images fixes et du son diffusés en direct par une caméra installée sur un toit par des opposants. "Les bombardements n'ont pas cessé de la nuit. Toutes les cinq minutes, on entend près de quatre explosions", a affirmé Abou Rami, un habitant de la ville joint par téléphone de Beyrouth mardi matin. "Ce matin, les tirs se concentrent sur les quartiers de Baba Amro, Inchaat et Joubar", a-t-il ajouté. "La situation humanitaire est terrible et personne n'ose se déplacer, les snipers sont partout", s'inquiète-t-il.

La poursuite des violences intervient le jour de l'arrivée à Damas du chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov, dont le pays est un allié traditionnel de la Syrie au Proche-Orient, pour s'entretenir avec Bachar el-Assad, au moment où Moscou bloque toute résolution à l'ONU sur le dossier syrien. Le bilan des civils tués lundi selon l'Observatoire s'est élevé à 98, dont 69 tués dans des bombardements sur des quartiers de la ville de Homs et sur les localités de Rastane, Qousseir et Houla. Treize civils ont par ailleurs été tués dans les localités de la province d'Idleb (nord-ouest), 15 dans la province de Damas et un dans la province d'Alep (nord), selon la même source.

avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Syrie

Message  ivo le Mar 7 Fév - 19:27

Répression accrue en Syrie : la France rappelle son ambassadeur
fr info
C'est la deuxième fois en quelques semaines que l'ambassadeur de France en Syrie est rappelé "pour consultations" à Paris. Le Quai d'Orsay justifie ce nouveau rappel par "l'aggravation de la répression menée par le régime de Damas contre sa population". Par ailleurs le ministre des affaires étrangères russe s'est entretenu avec Bachar al-Assad.


La ville de Homs, haut lieu de la contestation, est en proie à une répression accrue du régime syrien © Reuters Stringer

Ce matin les forces syriennes ont de nouveau pilonné la ville de Homs, haut lieu de la contestation du régime. Des bombardements qui ont fait 15 morts parmi les civils. Quatre militaires qui tentaient de prendre d’assaut un quartier de cette ville située à l’ouest du pays ont eux été tués par un groupe de déserteurs.

De nouvelles violences qui font suite à la mort hier de près de 100 personnes en Syrie, victimes de la répression menée par le régime de Damas selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme. Une aggravation de la répression qui a poussé la France à rappeler son ambassadeur pour consultations. Eric Chevallier devrait être de retour en France dans les prochains jours. Déjà à la mi-novembre, Eric Chevallier avait quitté Damas après de violentes interventions de l'armée syrienne contre les manifestants.

L’Italie et l’Espagne aujourd’hui, la Grande-Bretagne hier ont pris des initiatives similaires. Les Etats-Unis ont eux fermé leur ambassade dans le pays et évacué les derniers fonctionnaires présents en Syrie. Par ailleurs, les monarchies du Golfe ont rapatrié leurs ambassadeurs et expulsé les diplomates syriens de leurs territoires.

Dans le même temps, Sergueï Lavrov, le ministre russe des Affaires étrangères, s’est rendu à Damas ce matin pour y rencontrer le président syrien. Selon le chef de la diplomatie russe Bachar al-Assad va bientôt annoncer la date d’un référendum sur une nouvelle constitution dont le contenu a été finalisé.

Pour la deuxième fois en quelques semaines, la France rappelle son ambassadeur pour consultation :
Bernard Valero, porte-parole du Quai d'Orsay.

Situation en Syrie, les pays du Golfe rappellent leurs ambassadeurs et expulsent les diplomates syriens.
Les précisions à Ryad de Clarence Rodriguez.
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Syrie

Message  ivo le Mer 8 Fév - 9:40

L'assaut du régime syrien contre Homs continue : encore des morts par dizaines, selon l'OSDH
fr info
Ca fait cinq jours qu'a commencé le pilonnage, même si le pouvoir de Damas s'en défend. Pas de répit cette nuit. L'Observatoire syrien des droits de l'Homme et l'opposition parlent à nouveau de dizaines de civils tués à Homs.


Dans une rue de Homs (photo du 4 février) © Reuters

Selon plusieurs sources croisées par l'agence Reuters, au moins 47 civils auraient été tués depuis hier soir dans les bombardements que mènent inlassablement l'armée syrienne, contre le bastion de la contestation que représente la ville de Homs. L'Observatoire des droits de l'Homme en Syrie raconte que trois familles entières auraient été décimées dans ces nouvelles violences ciblant les quartiers de Baba Amro, Khaldiyé et Bayada.

Une offensive sanglante au lendemain d'une rencontre pourtant censée faire taire les canons. Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a rencontré hier le président syrien Bachar al-Assad, qui s'est engagé à "coopérer" à tout effort et à faire cesser les violences.

Les ambassadeurs rappelés

Les Etats-Unis se sont dits aussitôt sceptiques. Et ont évoqué pour la première fois la possibilité d'apporter de l'aide humanitaire aux Syriens. Ils se refusent toujours néanmoins à leur fournir des armes.

Le régime de Damas se trouve donc plus que jamais isolé. Les Etats-Unis ont annoncé la fermeture de leur ambassade en Syrie. Puis la Belgique, le Royaume-Uni, l'Espagne, la France, l'Italie et les Pays-Bas ont rappelé leurs ambassadeurs pour consultation. Enfin, les monarchies du Golfe ont décidé d'expulser les ambassadeurs de Syrie de leur six pays et de retirer aussi les leurs de Damas.
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Syrie

Message  ivo le Mer 8 Fév - 19:36

Juppé ne croit "absolument pas" aux promesses de Bachar al-Assad
fr info
Le ministre des Affaires étrangères se montre particulièrement sceptique sur les résultats de la rencontre hier entre le président syrien et le chef de la diplomatie russe. Il était aujourd’hui l’invité de l'émission "Questions d'info" (France Info/Le Monde/AFP/LCP).

Comme on lui demandait s'il croyait aux engagements pris par Bachar al-Assad lors de la visite de Sergueï Lavrov de mettre un terme aux violences "d'où qu'elles viennent", Alain Juppé a rétorqué: "Absolument pas". Avant d’ajouter : "C'est vraiment une manipulation de la part de Bachar al-Assad dans laquelle nous n'allons pas tomber". "Cela fait +N+ fois que des gens vont à Damas rencontrer Bachar al-Assad et qu'il leur donne des bonnes assurances. […] Je ne crois absolument pas aux engagements du régime syrien qui s'est discrédité", a-t-il expliqué.

Alain Juppé a ensuite attaqué le régime syrien sur sa légitimité :
"Lorsqu'on a massacré 6.000 de ses concitoyens [...], on n'a plus de légitimité", a ajouté le chef de la diplomatie française. Enfin, Alain Juppé a jugé que Moscou se "trompait complètement" dans ses "arguments" sur le dossier syrien.


L’UE prépare l’évacuation de milliers d’Européens de Syrie
fr info
Il s’agit d’un "scénario du pire". Mais l’Union européenne a dépêché au Liban et en Jordanie des experts chargés de préparer l’évacuation de milliers d’Européens résidant en Syrie, au cas où cela deviendrait nécessaire.


La ville de Homs est la cible d'intenses pilonnages depuis cinq jours © Reuters

"Nous sommes face à un mur et il faut tenter de l’escalader", résume un diplomate européen, cité par l’AFP.
Face à l’intransigeance du régime syrien, face à la répression qui continue et s’accentue, l’Union européenne a dépêché une équipe d’experts chargés de préparer le rapatriement des quelques milliers d’Européens résidant en Syrie, mais aussi de ressortissants de pays tiers. Au cas où cela deviendrait nécessaire.

Parallèlement, les pays européens préparent un nouveau train de sanctions contre Damas, qui pourraient être approuvées à la fin du mois.
Parmi les idées avancées, la suspension de tous les vols commerciaux avec la Syrie, un gel des avoirs en Europe de la Banque centrale syrienne, un embargo sur certaines exportations syriennes comme le phosphate qui joue un rôle important pour l’économie du pays, ou encore l’interdiction du commerce d’or et de métaux précieux avec la Syrie.
L’Europe a déjà imposé un embargo sur les ventes d’armes et l’interdiction d’importer du pétrole brut syrien. Des sanctions touchent également directement près de 150 personnes et organisations proches du régime al-Assad.

Depuis le début de la révolte du peuple syrien, à la mi-mars 2011, la répression sanglante menée par les forces de sécurité aurait fait plus de 6.000 morts, selon certaines sources.
Depuis cinq jours, la ville de Homs est la cible de pilonnages intenses, des dizaines de personnes y auraient été tuées au cours des dernières heures.


Les bombardements de l'armée syrienne s'intensifient à Homs, foyer de la contestation - Le récit de Valérie Crova


Syrie : le régime persécute blessés et médecins, selon MSF
fr info
Selon l’association d’urgentistes, les opposants au régime syrien sont pourchassés jusque dans les hôpitaux, arrêtés et torturés. Les médecins qui acceptent de les soigner subiraient le même sort.


A l'hôpital de Homs, principal bastion de l'opposition syrienne © Reuters

La médecine utilisée comme une arme de persécution.
Selon Médecins Sans Frontières (MSF), qui fait état de nombreux témoignages recueillis en Syrie, la plupart des blessés ne vont pas dans les hôpitaux publics, de peur d’y être arrêtés et torturés.


Les médecins sont amenés à traiter les blessés dans des lieux improvisés, des appartements ou des fermes. Mais ils courent le risque d’être, à leur tour, arrêtés par les services de sécurité qui attaquent même les hôpitaux mobiles et les détruisent. "Ils rentrent dans les maisons à la recherche de médicaments ou de n’importe quel matériel médical", confie ce médecin sous couvert d’anonymat, cité par l’AFP.
Les médecins clandestins ne se risquent plus à demander du sang à la Banque centrale de sang, ajoute MSF.

Seule une infime partie des blessés arrivent à trouver refuge dans les pays voisins où ils peuvent être soignés dans des conditions correctes, déplore l’association, qui dit être "dans l’incapacité d’intervenir directement en Syrie".
MSF réclame la garantie que les structures de santé syriennes soient neutres et accessibles, que les patients puissent y être soignés sans aucune discrimination et que les soignants ne mettent pas leur vie en péril pour avoir choisi de respecter la déontologie de leur profession.

Au moins 50 personnes ont été tuées ce mercredi dans un nouvel assaut lancé sur Homs. La ville est pilonnée par les forces syriennes pour la cinquième journée consécutive.

En Syrie, les blessés et les médecins qui acceptent de les soigner sont persécutés, dénonce Philippe Ribeiro de MSF
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Syrie

Message  ivo le Jeu 9 Fév - 12:26

Syrie : Homs toujours sous les bombes, les rebelles réclament des armes
fr info
Au lendemain d’une journée de pilonnages qui ont fait une cinquantaine de morts, les bombardements ont repris à l’aube à Homs, principal bastion de l’opposition syrienne. L’Armée syrienne libre qui réclame des armes pour faire tomber le régime de Damas.


Depuis vendredi, les pilonnages incessants auraient fait plus de 400 morts à Homs © Reuters

"Les effectifs, nous les avons, il nous manque juste des armes (…) Nous avons besoin de matériel", a lancé un responsable de l’Armée syrienne libre (ASL) lors d’une conférence de presse clandestine organisée dans la région de Homs. "Nous sommes confrontés à l’une des pires machines à mort du monde", a-t-il ajouté, précisant que ses hommes, mal armés, "attaquent les tanks à l’arme légère".
L’ASL revendique 40.000 combattants, des déserteurs de l’armée régulière.

Des rebelles bien impuissants face aux pilonnages incessants de l’armée syrienne sur la ville de Homs, principal bastion de l’opposition. Mercredi, ces bombardements ont fait au moins une cinquantaine de morts et ils ont repris ce jeudi dès l’aube, faisant au moins une trentaine de victimes civiles.
En parallèle, l’armée régulière tente d’étouffer la ville en n’autorisant aucune entrée de nourriture ni d’assistance. Les rebelles parlent de crise humanitaire "catastrophique".

Plus de 400 civils ont été tués à Homs depuis vendredi, en dépit de l’engagement pris par Bachar el-Assad auprès de son allié russe de cesser le bain de sang.
Damas refuse toujours de reconnaître le mouvement de contestation lancé il y a près d’un an en Syrie. Et affirme toujours poursuivre les "groupes terroristes" accusés d’être à l’origine des violences contre les civils.
Selon certaines sources, la répression sanglante de la contestation aurait fait plus de 6.000 morts depuis mars 2011.

Reportage de Valérie Crova dans une ville reprise par l'armée régulière syrienne, à 20 km à l'est de Damas

Israël envisage tous les scénarios, y compris une chute rapide de Bachar el-Assad - Reportage de Grégory Philipps
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Syrie

Message  ivo le Ven 10 Fév - 10:21

Syrie: le sixième jour de bombardements sur Homs fait plus de 80 morts
http://www.liberation.fr/depeches/01012388878-syrie-au-moins-13-morts-dans-de-nouveaux-bombardements-sur-homs
DAMAS (AFP) - Plus de 80 personnes ont péri jeudi en Syrie, dont une majorité de civils tués par les forces du régime dans la ville de Homs, haut lieu de la contestation dans le centre du pays, le président américain Barack Obama dénonçant un "bain de sang atroce".

"Cinquante-trois civils ont été tués dans de violents bombardements sur Homs, dont 35 dans le quartier de Baba Amr, et onze (...) dans le pilonnage de leurs maisons dans le quartier d'Inchaat", a affirmé l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Les troupes syriennes ont pilonné Homs avec acharnement jeudi, au 6e jour d'un assaut destiné à faire plier cette ville rebelle. Entre samedi et mercredi soir, plus de 400 civils y ont été tués, selon le chef de l'OSDH Rami Abdel Rahmane.

"Les roquettes pleuvent sans arrêt sur Baba Amr", un quartier de Homs, a indiqué un militant sur place, Omar Chaker.

"Certains immeubles sont totalement détruits. Homs est une ville (...) fantôme", affirme Jad al-Homsi, un autre militant, qui estime que les armes des membres de l'Armée syrienne libre (ASL, déserteurs) "ne font pas le poids face aux roquettes du régime", dit-il.

Selon le militant Omar Chaker, de Baba Amr, joint sur Skype, "des corps carbonisés se trouvent dans des maisons visées par les bombardements. Les habitants se réfugient dans les étages inférieurs en l'absence d'abris".

Amnesty international a dit craindre "une crise humanitaire majeure" à Homs où les communications téléphoniques et l'électricité sont coupées, les infrastructures détruites, les médicaments et la nourriture se font rares selon les militants.

Outre Homs, les troupes mènent des opérations contre d'autres foyers de la contestation, comme à Deir Ezzor (est), Zabadani et Madaya, à 40 km au nord de Damas, Idleb (nord-ouest), et des villes de la province de Deraa (sud).

Ainsi, dix civils ont péri à Zabadani, quatre à Idleb, un à Deraa et sept à Khaldiyé, près de Damas.

Par ailleurs, sept membres des forces de sécurité ont été tués et douze blessés dans une embuscade tendue par des déserteurs sur la route reliant Deraa à Damas, selon l'OSDH.

Comme chaque semaine depuis le début de la révolte contre le régime de Bachar al-Assad à la mi-mars 2011, les militants pro-démocratie ont appelé les Syriens à manifester en masse vendredi.

Cette fois-ci, ils entendent dénoncer l'appui de la Russie au régime et son veto à un projet de résolution du conseil de sécurité de l'ONU condamnant la répression.

"La Russie tue nos enfants. Ses avions, ses chars et son veto aussi tuent nos enfants", ont-ils écrit sur la page Facebook "Syrian Revolution 2011".

Le Conseil national syrien (CNS), principale formation de l'opposition, a estimé que la Russie avait "besoin de recouvrer sa crédibilité auprès du peuple syrien en usant de son influence sur le régime" pour faire cesser immédiatement les tueries et négocier le départ du président Assad.

Le CNS a tenu jeudi des réunions au Qatar sous la présidence de Burhan Ghalioun pour débattre des développements politiques "avant deux réunions importantes, celle du Conseil de coopération du Golfe (CCG) et celle de la Ligue arabe", prévues dimanche au Caire, a précisé l'un de ses membres.

Le pouvoir, qui se refuse à reconnaître l'ampleur du mouvement de contestation, a confirmé une opération à Homs mais affirmé que ses forces y pourchassaient les "groupes terroristes" qu'il accuse d'être à l'origine des violences contre les civils.

Le président américain Barack Obama a dénoncé le "bain de sang atroce" qui est selon lui en cours en Syrie, à l'occasion d'une rencontre à la Maison Blanche avec le Premier ministre italien Mario Monti.

Le ministre britannique des Affaires étrangères William Hague, qui a de nouveau demandé au président Assad de quitter "immédiatement" le pouvoir, a indiqué par ailleurs que son pays n'avait pas l'intention de fournir d'armes à l'opposition syrienne.

La Russie doit "reconnaître la réalité de la situation sur le terrain" en Syrie, a dit jeudi à Mexico Catherine Ashton, la chef de la diplomatie de l'Union européenne.

Le ministre français des Affaires étrangères Alain Juppé a dénoncé jeudi le "massacre quotidien" en Syrie.

La communauté internationale ne peut pas se permettre de regarder le "massacre" qui se déroule en Syrie sans agir, a estimé jeudi Ahmet Davutoglu, chef de la diplomatie turque, lors d'une visite à Washington, où il compte évoquer l'idée d'une conférence internationale.

Selon des analystes, le blocage diplomatique après les veto russe et chinois à l'ONU ouvre la porte à la militarisation du mouvement de contestation, des voix appelant à l'intérieur comme à l'étranger à armer l'opposition.

La France a approuvé de son côté le retour d'observateurs arabes en Syrie "à condition que ces derniers puissent exercer librement et entièrement leur mandat".

Le chef de l'ONU Ban Ki-moon avait annoncé mercredi que le Conseil de sécurité examinerait bientôt une demande de la Ligue arabe suggérant une "mission conjointe en Syrie, avec un émissaire spécial commun", après la décision selon lui de l'organisation arabe de renvoyer ses observateurs dans ce pays.

Malgré l'indignation provoquée par son veto, la Russie, un allié du régime Assad, continue à opter pour la non ingérence en Syrie, après avoir envoyé son chef de la diplomatie Sergueï Lavrov rencontrer mardi à Damas M. Assad qui a pourtant promis à son interlocuteur de "faire cesser" l'effusion de sang.

"Notre tâche, c'est de les aider (les Syriens) sans aucune forme d'ingérence", a expliqué le Premier ministre Vladimir Poutine, dont le pays refuse d'évoquer un départ de M. Assad en estimant que son sort devait être réglé par "les Syriens eux-mêmes".

Face au blocage à l'ONU, plusieurs pays ont pris des mesures unilatérales pour accentuer l'isolement du régime Assad visé déjà par des sanctions: Washington a fermé son ambassade, des pays européens ont rappelé leurs ambassadeurs et les monarchies du Golfe ont décidé d'expulser les ambassadeurs syriens.

La Libye, qui était parmi les premiers pays à avoir reconnu le CNS, a donné aux diplomates syriens 72 heures pour quitter le pays, a indiqué jeudi l'agence officielle Lana.

Les Etats-Unis ont annoncé une prochaine réunion d'un groupe de pays "amis du peuple syrien".

avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Syrie

Message  ivo le Ven 10 Fév - 19:14

Syrie : au moins 25 morts dans deux attentats à Alep ; l'armée déployée devant les mosquées
fr info
Deux attentats à la voiture piégée ont touché ce matin deux bâtiments officiels à Alep, dans le nord du pays. Un premier bilan fait état d'au moins 25 morts et 175 blessés.


L'un des immeubles d'Alep visés par un attentat à la voiture piégée © Reuters George Orfalian

Jusqu'à présent, la grande ville du nord de la Syrie avait été relativement épragnée par les violences. Ces deux attentats, les premiers depuis le début du soulèvement contre le régime de Bachar al-Assad, visaient des cibles très symboliques : l'un des bâtiments abritait la direction de la sécurité militaire, l'autre est un immeuble de la police.

"Ce régime criminel tue nos enfants à Homs et mène des attaques à Alep pour détourner l'attention"

Le bilan de 25 morts et 175 blessés est donné par le ministère de la Santé, cité par la télévision d'Etat. L'Armée libre de Syrie (ASL), qui regroupe les soldats dissidents, accuse le régime d'être responsable de ces attentats. "Ce régime criminel tue nos enfants à Homs et mène des attaques à Alep pour détourner l'attention de ce qu'il fait à Homs", affirme le porte-parole de l'ASL.

Effectivement, à Homs, les chars d'assaut de l'armée régulière ont commencé à ratisser les quartiers tenus par l'opposition. Les combats auraient d'ores et déjà fait plusieurs morts dans les rangs des soldats dissidents.
Des affrontements sont également signalés à Deraa (sud du pays), à Zabadani (au nord de Damas), et dans plusieurs localités de la banlieue de la capitale.


Pour éviter les rassemblements anti-Assad à l'occasion de la prière du vendredi, les forces gouvernementales se sont déployées devant les mosquées de nombreuses villes syriennes. L'Observatoire syrien des droits de l'Homme, basé en Grande-Bretagne, affirme que les soldats tirent sur les fidèles voulant se rassembler à la sortie des mosquées.
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Syrie

Message  ivo le Dim 12 Fév - 9:44

La violence se poursuit en Syrie et se propage au Liban
http://www.liberation.fr/monde/01012389380-la-violence-se-poursuit-en-syrie-et-se-propage-au-liban
Pendant que le régime syrien poursuit sa répression sanglante, une flambée de violences confessionnelles au Liban voisin fait craindre un débordement de la crise hors des frontières.


Des militaires libanais patrouillent en véhicules blindés dans les rues de Tripoli, au nord du pays, ce samedi. (Photo AFP)

La tension montait samedi à Alep au lendemain d'un double attentat sanglant dans cette ville, la deuxième de Syrie, jusque là peu touchée par la contestation, pendant que le régime poursuivait son pilonnage sur Homs (centre) et Zabadani.

Une flambée de violences confessionnelles dans le Liban voisin fait parallèlement craindre un débordement de la crise hors des frontières.

A Homs (centre), "capitale de la révolution" qui subit une offensive des forces armées depuis une semaine, quatre personnes, dont une femme, ont été tuées samedi dans le pilonnage continu du quartier de Baba Amr ainsi que dans des tirs de mitrailleuses lourdes, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).



Selon les militants, plus de 450 personnes ont péri à Homs depuis le début de l'offensive sur la ville le 4 février.

Ailleurs, deux personnes ont été tuées samedi à Deraa (sud) et Damas, et trois autres à Zabadani, a affirmé l'OSDH, précisant que l'armée déployée massivement poursuivait le bombardement de cette ville proche de Damas.

Dans la capitale Damas, un général de l'armée syrienne a été abattu samedi matin par un "groupe terroriste", selon les médias officiels, un fait rarissime, si confirmé.

En décembre et janvier, des attentats suicide avaient touché Damas, faisant quelque 70 morts. Comme pour Alep, le régime et l'opposition s'étaient mutuellement accusés.

A Alep (nord), frappée vendredi pour la première fois depuis le début de la révolte par un double attentat qui a fait 28 morts selon les autorités, les quartiers anti-régime connaissent "un important déploiement des forces de sécurité", a indiqué l'OSDH.

Snipers

La tension est de plus en plus palpable dans cette ville, poumon économique du pays, jusque là relativement épargné par la contestation contre le régime de Bachar al-Assad.

Un militant sur place a confirmé à l'AFP que les mesures de sécurité avaient été renforcées, avec un déploiement de blindés et des "snipers partout".

Les deux attentats à la voiture piégée ont visé le siège des renseignements militaires et le QG des forces de l'ordre. Le pouvoir syrien les a imputés à des "gangs terroristes" qu'il accuse d'être derrière les violences depuis le début mi-mars 2011 de la révolte populaire que le régime tente d'étouffer, au prix de plus de 6000 morts selon un décompte des militants.

Mais l'opposition a accusé le régime d'avoir perpétré les attaques "pour détourner l'attention de ce qu'il fait à Homs", selon l'Armée syrienne libre (ASL), qui rassemble des milliers de soldats déserteurs.

A Homs, des membres des forces de sécurité et des soldats se livrent à une campagne de "pillage à grande échelle" dans le quartier d'Inchaat, où résident des familles aisées, a affirmé Hadi Abdallah, membre de la Commission générale de la révolution syrienne.

Ils "pillent ordinateurs, télévisions, électroménager et même couvertures, seul moyens pour les habitants de se réchauffer", a-t-il précisé.

L'ONU impuissante

Sur le front diplomatique, les pays de la Ligue arabe qui se retrouvent dimanche au Caire pourraient prendre des décisions importantes sur la Syrie, avec la création d'un groupe des "Amis de la Syrie" et la désignation d'un envoyé spécial dans le pays, selon des sources diplomatiques.

La Turquie va demander à l'ONU le lancement d'une campagne d'aide humanitaire à destination des populations victimes de la répression en Syrie.

"Nous, la Turquie, lançons une initiative au bureau de l'ONU à Genève pour mettre en place un flux d'aide humanitaire vers la Syrie", a annoncé le ministre turc des Affaires étrangères, Ahmet Davutoglu, évoquant un "drame humanitaire" en cours notamment à Homs.

L'ONU est restée impuissante jusque là, bloquée par un veto de la Russie à une résolution du Conseil de sécurité condamnant la répression. Des membres du Conseil national syrien (CNS), principale coalition de l'opposition, ont en outre assuré que certains pays du Golfe étaient prêts à reconnaître le CNS comme autorité légitime en Syrie. La Libye est le seul pays à l'avoir fait pour l'instant.

La crise syrienne menace de s'étendre vers le Liban voisin: des heurts entre Libanais pro et anti-Assad ont fait deux morts et 21 blessés samedi à Tripoli, la grande ville du nord du pays.

Des habitants du quartier de Jabal Mohsen (alaouite, pro-Assad) et d'autres de Bab el-Tebbaneh (sunnite, anti-Assad) s'affrontent depuis vendredi à coups de tirs et de roquettes RPG, selon un responsable des services de sécurité.

La Syrie, à majorité sunnite, est gouvernée depuis 40 ans par le clan Assad issu de la minorité alaouite. Son petit voisin libanais est un pays multiconfessionnel déjà miné par les dissensions religieuses qui a connu une guerre civile dévastatrice de 1975 à 1990.
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Syrie

Message  ivo le Dim 12 Fév - 19:30

La Ligue arabe réclame des Casques Bleus pour la Syrie
fr info
Après 11 mois de répression sanglante de la contestation en Syrie (6.000 morts, selon certaines sources), la Ligue arabe prône l'arrêt de la mission de ses observateurs en Syrie, la suspension de toute forme de coopération avec le régime de Damas et le renforcement des sanctions économiques.

Mais surtout, la Ligue arabe se prononce pour l'envoi de soldats de maintien de la paix des Nations unies, afin d'assurer la sécurité des populations syriennes.


L'annonce de ces mesures contenues dans un projet de résolution intervient après la démission du chef controversé de la mission des observateurs de la Ligue arabe en Syrie.
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Syrie

Message  ivo le Mar 14 Fév - 9:54

SYRIE. "Sans intervention internationale, la rue va s'armer"
http://tempsreel.nouvelobs.com/la-revolte-syrienne/20120213.OBS1288/syrie-sans-intervention-internationale-la-rue-va-s-armer.html

Syrie: Homs visée par le plus violent bombardement depuis des jours
http://www.liberation.fr/depeches/01012389872-syrie-la-ville-rebelle-de-homs-a-nouveau-bombardee-l-onu-evoque-des-crimes-contre-l-humanite
DAMAS (AFP) - La ville syrienne rebelle de Homs a subi le plus violent bombardement par les forces du régime de Bachar al-Assad depuis cinq jours, qui a visé notamment le quartier de Baba Amr, ont affirmé des militants.

"Le bombardement de Baba Amr qui a commencé à l'aube est le plus violent depuis cinq jours. En moyenne, deux roquettes tombent chaque minute", a affirmé à l'AFP Rami Abdel Rahmane, chef de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme. Un autre militant, Hadi Abdallah, a également affirmé que le "bombardement était d'une violence extrême, plus que les autres jours".

Le régime syrien avait bombardé Homs lundi, ignorant l'appel de la Ligue arabe à une force de paix commune avec l'ONU, une idée qui divise les Européens et à laquelle la Russie, alliée de Damas, pose des conditions.

Les Nations unies ont affirmé de leur côté que les forces syriennes avaient "vraisemblablement" commis des crimes contre l'humanité en réprimant depuis onze mois la contestation populaire hostile au régime, au prix de plus de 6.000 morts, selon des militants.

Déjà profondément divisée sur la crise syrienne, la communauté internationale semble l'être encore plus sur la proposition d'une force de paix avancée par la Ligue arabe: Paris a mis en garde contre toute action "à caractère militaire", Moscou exigé un cessez-le-feu et Washington souligné qu'en l'absence de paix, une telle initiative était compliquée.

Sourd aux appels à cesser la répression, le régime syrien a poursuivi lundi le pilonnage de Homs (centre), désormais touchée par une crise humanitaire, les militants dénonçant une pénurie de pain.

La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton, qui a jugé "déplorable que le régime ait intensifié la violence (...) en utilisant l'artillerie et des tirs de blindés", a assuré que les Etats-Unis travaillaient pour "répondre aux problèmes humanitaires" et aider "ceux qui sont blessés et qui meurent".

Le Croissant Rouge syrien a affirmé distribuer de l'aide médicale et alimentaire à des milliers de personnes dans la "capitale de la révolution", où, selon un décompte de l'ONU, plus de 300 personnes ont péri depuis le 4 février dans une "attaque sans discernement contre des zones civiles".

La Haut commissaire de l'ONU aux droits de l'homme Navi Pillay a déclaré que "la nature et l'étendue des exactions perpétrées par les forces syriennes indiquent que des crimes contre l'humanité ont vraisemblablement été commis" depuis mars 2011.

Lors d'un entretien téléphonique lundi, le président américain Barack Obama et le Premier ministre britannique David Cameron ont renouvelé leur condamnation de la violente répression menée par le régime syrien à l'encontre de son propre peuple. "Ils sont tombés d'accord sur la nécessité de se coordonner étroitement pour accroître la pression sur le régime de Bachar al-Assad et pour soutenir une transition vers la démocratie", selon le communiqué de la Maison Blanche.

Sur le terrain, les violences se poursuivaient avec des affrontements entre soldats et déserteurs qui ont fait 11 morts dans les rangs de l'armée régulière. Mais les tirs des forces de l'ordre, qui ont encore tué lundi 18 civils à travers le pays, dont deux adolescents, ne décourageaient pas les manifestants. "La révolution continue tant qu'il y a un nourrisson vivant parmi nous", pouvait-on lire sur une pancarte lors d'une manifestation dans la province de Deraa (sud), berceau de la contestation, d'après une vidéo diffusée par les militants.

Face à cette crise, la Ligue arabe, qui avait déjà tenté de faire passer à l'ONU une résolution condamnant la répression --bloquée par Pékin et Moscou-- a décidé de demander au Conseil de sécurité la formation d'une force conjointe et de fournir un soutien politique et matériel à l'opposition.

Burhan Ghalioun, chef du Conseil national syrien (CNS), principale coalition de l'opposition, a déclaré sur Al-Jazira voir dans ces décisions "les premiers pas" vers la chute du régime.

Damas a toutefois répondu qu'elles n'empêcheraient pas le gouvernement "d'assumer ses responsabilités" dans "le rétablissement de la sécurité et de la stabilité", selon l'agence officielle Sana.

L'idée d'une mission de paix ne fait toutefois pas l'unanimité: soutenue par l'Union européenne, Londres veut en "discuter de manière urgente", mais la France a lancé une mise en garde. "Toute intervention à caractère militaire extérieure ne ferait qu'aggraver la situation, d'autant qu'il n'y aura pas de décision du Conseil de sécurité", a affirmé le chef de la diplomatie française Alain Juppé.

Moscou a dit étudier la proposition, tout en jugeant qu'un cessez-le-feu était nécessaire au préalable. Une telle mission, a observé la Maison Blanche, débuterait s'il y avait "une paix à maintenir. Malheureusement, nous savons qu'il n'y en a pas". Pékin s'est gardé de se prononcer.

Le secrétaire général de Ligue arabe Nabil al-Arabi doit rencontrer mardi en Allemagne la chancelière Angela Merkel. D'après les analystes, la proposition arabe est promise à l'échec. "Je crains qu'il ne soit très difficile de trouver des Etats membres prêts à envoyer des troupes", a affirmé à l'AFP Salman Shaikh, directeur du centre Brookings de Doha.

Le père Paolo Dall'Oglio, fondateur d'une communauté monastique syriaque-catholique en Syrie, a estimé que le Vatican pouvait jouer "un rôle décisif". "Le conflit est déjà confessionnalisé", a regretté le jésuite italien, expliquant que les chrétiens se trouvaient "au milieu".

Arabes et Occidentaux doivent lancer cette semaine une nouvelle tentative pour faire condamner Damas, cette fois à l'Assemblée générale de l'ONU --organe consultatif où le veto n'existe pas. Moscou et Pékin devraient une fois encore s'opposer à ce projet, préparé par l'Arabie saoudite et le Qatar, très similaire au texte bloqué par leur double veto le 4 février.

Autre étape au calendrier: la "Conférence des amis de la Syrie", que Tunis s'est proposé d'organiser le 24 février et qui a reçu lundi un soutien appuyé de Mme Clinton et de son homologue turc Ahmet Davutoglu en visite à Washington.
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Syrie

Message  ivo le Mer 15 Fév - 12:31

Quand Bachar al-Assad bombarde d'une main et promet la démocratie de l'autre
fr info
Nouvelle flambée de violences en Syrie où le régime a attaqué la ville rebelle d'Hama et porté un nouveau coup à Homs. Tout en promettant "une nouvelle constitution basée sur le pluralisme et la démocratie"...


Après les bombardements, à Bab Amro, quartier de Homs, ce matin © Reuters

Jamais le double langage de Damas n'aura été aussi patent ! Alors que ses hommes pillonnent Hama depuis hier, ont coupé lignes de téléphone et connections internet, alors qu'ils n'en finissent plus non plus d'assiéger Homs au vu et au su du monde entier, le régime maintient sa version : ce serait, dit-il, des "bandes terroristes armées" les responsables de ces violences. L'agence officielle Sana corrobore ces dires. Elle raconte ce matin qu'"un groupe terroriste a fait exploser l'oléoduc à Homs qui approvisionne Damas et la région sud en mazout". Pour les militants anti-al-Assad pourtant, ça ne fait pas un pli : ce sont des avions militaires qui auraient saboté l'oléoduc.

"Le pouvoir sera exercé démocratiquement" (Damas)

Des violences que le président Bachar al-Assad fait mine de nier, quand il propose, sans sciller, d'organiser un référendum le 26 février sur la future constitution syrienne. Un texte que Damas promet "basé sur le principe du pluralisme politique et, dit-il, le pouvoir sera exercé démocratiquement à travers des élections". Il serait question notamment de limiter le mandat présidentiel à deux septennats, selon le quotidien el-Watan. Mais on ignore si la règle s'appliquera dès la fin du deuxième mandat de Bachar al-Assad en 2014. Selon l'agence Sana en outre, ce sont "les partis politiques autorisés [qui] contribueront à la vie politique". La clause sur la primauté du parti Baas (celui de Bachar et d'Hafez al-Assad avant lui) disparaîtrait.

Plus de 6.000 victimes depuis la mi-mars 2011

Ces déclarations d'intention, à double lecture, sur fond de bombardements, ne dupent personne. Ce matin, sur France Info, Alain Juppé, le ministre français des Affaires étrangères, a répété l'urgence d'organiser "des corridors humanitaires" pour venir en aide aux civils. Hier, les violences en ont encore tué 18. D'après l'ONU, plus de 6.000 personnes seraient mortes dans le pays depuis le début de la crise il y a près d'un an.
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Syrie

Message  ivo le Jeu 16 Fév - 19:51

Une résolution pour condamner la répression en Syrie mise au vote à l’ONU
fr info
L’Assemblée générale des Nations unies doit voter ce soir un projet de résolution pour condamner la répression en Syrie. La situation dans le pays a été également abordée à Vienne, en marge d'une réunion de l'ONU, par le ministre des affaires étrangères français et son homologue russe. Sur le terrain, les violences se poursuivent.


Depuis plusieurs jours les forces syriennes pilonnent la ville de Homs © Reuters

Les forces syriennes ont continué à bombarder les villes rebelles de Homs et Hama ce matin. Les violences ont fait au moins 22 morts selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme. A Deraa, autre bastion de la révolte, l’armée régulière a affronté des militaires dissidents.

Alors que les violences se poursuivent, la communauté internationale peine à trouver une solution. La situation en Syrie s’est retrouvée au cœur d’une réunion des Nations unies à Vienne, réunion consacrée à l’origine au trafic de drogue. Le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki Moon a condamné de possibles crimes contre l’humanité.

Dans le même temps le ministre des affaires étrangères français, Alain Juppé, a rencontré son homologue russe, Sergueï Lavrov. Alain Juppé a proposé la création de "corridors humanitaires" pour venir en aide à la population. La Russie, principale soutien du régime de Bachar al-Assad est pour l’instant opposée à toute intervention extérieure.

La Syrie sera de nouveau au centre des discussions à l’Assemblée générale des Nations unies ce soir avec un projet de résolution pour condamner la répression dans le pays. Un texte similaire a déjà été rejeté au Conseil de sécurité en raison du blocage de Moscou et Pékin. Ce nouveau texte a de fortes chances d’être adopté cette fois ci, en dépit de l’opposition russe et chinoise, mais qui n’aura qu’une portée symbolique - les résolutions de l’Assemblée générale ne sont pas contraignantes.

"Nous pouvons peut-être nous retrouver sur l'objectif à court terme de l'arrêt des massacres" - Alain Juppé



Deux symboles de la révolte contre le régime syrien arrêtés
fr info
La blogueuse Razan Ghazzawi et le journaliste Mazen Darwish ont été arrêtés aujourd’hui à Damas par les membres des services de sécurité. Ils ont été interpellés en compagnie de plusieurs autres militants lors d’une réunion au sein du Centre syrien pour les médias.


La blogueuse Razan Ghazzawi lors d'une conférence en Allemagne l'an dernier © Reuters

Les forces de sécurité ont investi le bâtiment abritant le Centre syrien pour les médias et la liberté d’expression à la mi-journée. Un Centre situé à Damas officiellement fermé depuis quatre ans mais qui continue de fonctionner sans autorisation.

Plusieurs journalistes et militants ont été interpellés, dont les très symboliques Mazen Darwich, le directeur de la structure, et Razan Ghazzawi, l’une des figures de la révolte contre le régime de Bachar al-Assad. Ces deux personnalités sont depuis longtemps dans le collimateur des forces de sécurité.

Mazen Darwich avait déjà été arrêté en mars 2011 alors qu’il assistait à un sit-in à Damas en qualité d’observateur. Quelques jours plus tard il avait été convoqué après avoir fait des déclarations sur les arrestations en Syrie et sur le début de la révolte populaire dans le sud du pays.

Razan Ghazzawi a passé 15 jours en prison en décembre dernier avant d’être libérée. Blogueuse américo-syrienne elle animai un blog sous son vrai nom au vu et au su du régime de Bachar al-Assad. Un blog et un compte Twitter extrêment critiques.

Pour le moment les motifs de ces arrestations ne sont pas connus. Pour l’avocat et opposant Anouar al-Bounni, ces interpellations "reflètent a volonté des autorités syriennes d'étouffer toutes les voix défendant la liberté d'expression". Cela montre aussi que 'les annonces faites par le pouvoir en faveur de l’ouverture et du dialogue sont mensongères".
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Syrie

Message  ivo le Sam 18 Fév - 20:17

Syrie : la violence gagne Damas
fr info
La répression se renforce en Syrie, notamment, dans la capitale où le quartier de Mazzé a été le théâtre vendredi et samedi de manifestations anti-régime inédites.


Des manifestations massives contre la répression du régime de Bachar al Assad ont eu lieu vendredi 17 février dans tout le pays. © Reuters Handout

Les forces de sécurité syriennes ont tiré sur des milliers de personnes qui participaient aux funérailles de manifestants tués la veille. Les funérailles se sont transformées en manifestation à Mazzé dans le centre-ouest de Damas. Environ cinq manifestants ont été tués et plusieurs autres blessés.

D’après un porte-parole des militants, les funérailles ont rassemblé 15.000 personnes. C'est le premier rassemblement de cette ampleur tout près de la capitale. Le régime syrien est confronté depuis onze mois à une révolte populaire. Les militants des droits de l’homme dénoncent 6.000 morts.

Appel au vote

Le même jour; le régime de Bachar al-Assad appelle plus de 14 millions de Syriens à voter le 26 février une nouvelle Constitution lors d'un référendum. L'opposition et les militants pro-démocratie appellent, eux, à boycotter le scrutin et réclament le départ du dirigent.

Entre-temps, l'Irak a annoncé le renfort de ses frontières avec la Syrie. Bagdad souhaite bloquer l'entrée d'armes de contrebande en Syrie acheminées par des membres d'Al Qaïda.
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Syrie

Message  ivo le Mer 22 Fév - 9:48

Syrie : au moins 100 civils tués par les forces pro-Assad
fr info
Les forces du régime ont tué aujourd'hui une centaine de personnes lors d'attaques contre la ville de Homs, épicentre de l'insurrection syrienne, et des villages de la province d'Idlib, proche de la frontière turque.

Le Conseil national syrien (CNS), principale instance de l'opposition syrienne, a appelé la communauté internationale à obtenir la levée du "siège" de Homs et acheminer une aide humanitaire.

Depuis le début de la révolte contre le régime du président Bachar al-Assad en mars 2011, des milliers de personnes ont été tuées dans la répression sanglante, selon des militants des droits de l'Homme.
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Syrie

Message  ivo le Mer 22 Fév - 12:11

Le photoreporter français Rémi Ochlik et la journaliste américaine Marie Colvin tués à Homs
fr info
Les deux reporters seraient morts fauchés par un tir de roquette, dans le quartier de Baba Amr, particulièrement visé depuis plusieurs semaines par les bombardements du régime de Damas.

Les bombardements qui ne cessent depuis des semaines et des semaines à Homs ont touché ce matin un centre de presse mis en place par l'opposition, dans le quartier particulièrement visé de Baba Amr, racontent des militants contactés par l'AFP. Selon d'autres joints par Reuters, deux journalistes occidentaux ont été tués et trois ou quatre autres blessés par une roquette, alors qu'ils s'enfuyaient pour échapper à ces tirs d'obus.

Parmi les deux victimes, on compte un photoreporter français indépendant, rompu aux reportages de guerre, Rémi Ochlik, 28 ans. Et une journaliste de nationalité américaine Marie Colvin travaillant pour le Sunday Times à Londres.

Le 11 janvier dernier déjà, le grand reporter de France Télévisions Gilles Jacquier était mort dans la même ville de Homs, dans un voyage organisé par les autorités syriennes. Sous un tir d'obus dont on n'a jamais déterminé l'origine.

"A Homs, les snipers tirent même sur les chats" (Jean-Pierre Perrin, Libération)

C'est dire la difficulté de travailler dans cette ville. L'un des rares journalistes à y avoir pénétré, Jean-Pierre Perrin de Libération, était l'invité de France Info ce matin. Il raconte le dénuement, la survie et les combats de rue incessants et surtout les snipers qui tirent sur tout ce qui bouge et rendent la vie des habitants impossible.

"Le quartier de Baba Amr à Homs ne vit plus à la même heure que nous. Il est dans un autre monde" (00:03:23)
Jean-Pierre Perrin, l'envoyé spécial de Libération à Homs, interrogé par Olivier Emond
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Syrie

Message  ivo le Mer 22 Fév - 19:50

Syrie : Paris demande un "accès sécurisé" pour secourir les victimes
fr info
Après la mort de deux journalistes à Homs, dont le français Rémi Ochlik, le Quai d’Orsay demande à Damas la mise en place d’un accès sécurisé pour aller secourir le groupe de journalistes bombardé. L’ambassadrice syrienne à Paris a été convoquée.


Le quartier al-Khalidya à Homs, sous les bombardements incessants de l'armée syrienne © Reuters

L’Américaine Marie Colvin et le Français Rémi Ochlik faisaient partie d’un groupe d’une demi-douzaine de journalistes qui ont été touchés par des tirs de roquettes de l’armée syrienne. Une reportrice du Figaro, Edith Bouvier, a été plus légèrement touchée à la jambe.
Selon le ministre de la Culture Frédéric Mitterrand, nos confrères auraient été "poursuivis alors qu’ils essayaient d’échapper aux bombardements". Des bombardements qui visaient, semble-t-il, le centre de presse des rebelles, dans le quartier Baba Amr.

Dans la foulée, Alain Juppé a fait convoquer l’ambassadrice syrienne à Paris "pour lui rappeler le caractère intolérable du comportement du gouvernement syrien".
Le Quai d’Orsay demande également à Damas la mise en place d’un "accès sécurisé et médicalisé" pour porter secours aux victimes, avec le soutien de la Croix-rouge internationale.

Mais la Russie, qui n’a pas encore totalement lâché Bachar al-Assad, s’oppose à la création de couloirs humanitaires, estimant qu’au contraire, cela ne ferait qu’"aggraver le conflit et conduire à des confrontations militaires graves".


"On nous a dit que le régime syrien avait l'intention de tuer tous les journalistes" Jean-Pierre Perrin, reporter à Libé
fr info
Jean-Pierre Perrin, le grand reporter de Libération, a passé 17 jours à Homs, en Syrie. Actuellement à Beyrouth, France Info a pu le joindre par téléphone. Il a travaillé ces derniers jours à Homs avec Marie Colvin, journaliste américaine tuée ce matin avec le photojournaliste français Rémi Ochlik. Le centre de presse et les journalistes occidentaux sont des cibles, selon lui. Il répond à Mireille Lemaresquier.

"Chaque fois qu'on met le pied dehors, ils ciblent, ils tirent"
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Syrie

Message  ivo le Jeu 23 Fév - 9:15

Le régime syrien à nouveau accusé après la mort de deux journalistes à Homs
fr info
La mort du photographe français Rémi Ochlik et de la journaliste américaine Marie Colvin a donné lieu a une multitudes de condamnation de la part de la communauté internationale. La Maison Blanche a ainsi dénoncé "la brutalité éhontée du régime du président Assad".

La France "tient les autorités syriennes responsables et comptables de la mort des journalistes" (Alain Juppé=

Les déclarations se sont succédé au fil de la journée. Déclarations unanimes pour condamner, comme les Etats-Unis, la "brutalité éhontée du régime du président Assad". La mort du photographe français Rémi Ochlik et de la journaliste américaine Marie Colvin qualifiée de "crimes" par l’Union européenne.

Alain Juppé, a d’ailleurs lancé un avertissement aux autorités syriennes. "La France tient les autorités syriennes pour responsables et comptables de la vie de nos ressortissants, de la vie de nos blessés". "Face à l'urgence de la situation, le régime de Damas nous doit une réponse", a expliqué le ministre des Affaires étrangères français.

Un drame qui a également conforté les occidentaux de la nécessité de mettre un terme à ces violences dans le pays. Les morts se comptent par centaines dans la ville de Homs, pilonnée depuis plus de deux semaines. Selon les organisations humanitaires, les habitants manquent désormais de tout.

Le comité international de la Croix-Rouge continue ses efforts pour permettre de venir en aide aux civils piégés par les combats et les bombardements. Le CICR appelle notamment les autorités et les insurgés syriens à convenir d’une trêve quotidienne de deux heures pour ravitailler les populations et évacuer les blessés.
L’ONU espère de son côté pouvoir envoyer sa responsable des opérations humanitaires dans le pays.


Les journalistes tués en Syrie ont-ils été délibérément visés ?
fr info
Le photographe français Rémi Ochlik et la reporter américaine Marie Colvin ont été tués à Homs, bastion de la contestation syrienne. Comme Gilles Jacquier le mois dernier. Reporters sans frontières fait part de ses doutes. Certains éléments pourraient laisser penser que l'armée avait délibérément visé les journalistes.

Contrairement au journaliste de France 2, Rémi Ochlik et Marie Colvin étaient entrés clandestinement en Syrie. Ils s'étaient installés avec les autres reporters étrangers dans un immeuble qui fait office de centre de presse. L'immeuble a été bombardé, tuant au total 15 personnes. Plusieurs reporters ont aussi été blessés, dont la Française Edith Bouvier, qui travaille pour le Figaro. Comme pour la mort de Gilles Jacquier, les circonstances comportent une part d'ombre : les journalistes ont-ils été visés intentionnellement ? Reporters sans frontières ne cache pas ses doutes. "L'armée syrienne connaissait très bien la localisation de cet immeuble" note Soazig Dollet, c'est la responsable Moyen-Orient de RSF. "Pas moins de onze obus auraient touché le bâtiment et ses environs ce matin".

Les deux journalistes étaient des habitués des terrains de guerre. A seulement 28 ans, Rémi Ochlik avait déjà couvert plusieurs conflits. Il n'avait que 20 ans quand il est parti en Haïti pour son premier photoreportage. Après avoir fondé sa propre agence, il vendait ses photos à Paris Match, à Time Magazine ou encore au Wall Street Journal, et il commençait à avoir une solide réputation. Sa couverture du conflit libyen lui avait valu un prix du prestigieux World Press Photo et le festival Scoop lui avait décerné son grand prix en décembre dernier. "Il nous a présenté des photos sur la place Tahrir, la révolution de Jasmin et sur la Libye" se souvient le directeur du festival, Alain Lebouc. "On a voulu récompenser l'ensemble de son oeuvre, car il avait une approche exceptionnelle".

Marie Colvin, elle, était encore plus expérimentée. La reporter américaine, âgée de 55 ans, travaillaitdepuis de nombreuses années pour le Sunday Times. En 2001, elle avait été victime d'un attentat au Sri-Lanka, dans lequel elle avait perdu un oeil. Malgré son expérience, la journaliste semblait très choquée par la situation en Syrie, comme en témoigne son reportage réalisé hier pour la BBC.

Et désormais, la question se pose dans certaines rédactions : faut-il encore envoyer des journalistes en Syrie ? Aucune interdiction n'a été faite, Reporters sans frontières n'a pas déconseillé aux rédactions d'envoyer de journalistes sur place, mais beaucoup de rédactions s'interrogent. "On se pose des questions" reconnaît Caroline Mangès, rédactrice en chef à Paris Match. Tout en assurant que la présence des journalistes est essentielle. "On espère que d'autres auront le courage d'y aller. Mais ce sera de plus en plus difficile".
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Syrie

Message  ivo le Jeu 23 Fév - 13:01

SYRIE. Dans Homs assiégé, le témoignage d'un chirurgien français
http://tempsreel.nouvelobs.com/la-revolte-syrienne/20120222.OBS2072/syrie-dans-homs-assiege-le-temoignage-d-un-chirurgien-francais.html
"Il y a des immeubles qui flambent, des trous dans les murs des maisons et beaucoup, beaucoup de blessés..."



A plus de 70 ans, le chirurgien français Jacques Bérès opère à Homs, cette ville dont des quartiers entiers sont en train d'être rasés par l'armée syrienne.

Co-fondateur, en 1971, de Médecins sans Frontières dont il fut président par deux fois, il est parti une nouvelle fois sur le terrain. Avec cette fois les ordres de mission de deux associations : France-Syrie démocratie et l'Union des associations musulmanes du 93.

Alors que deux journalistes occidentaux sont morts ce mercredi dans le quartier de Bab Amro lors d'un bombardement, Jacques Bérès témoigne de la situation dans la ville.

Même via un téléphone satellitaire, la communication est difficile. Le son parfois métallique, accompagné par les bombardements, laisse entendre une voix traînante. Celle d'un homme épuisé par vingt jours passés sur le terrain.


Cela fait maintenant une vingtaine de jours que vous êtes à Homs pour soigner des blessés, comment allez-vous ?

- C'est très dur, nous avons beaucoup de morts, surtout hier où nous avons eu huit décès parmi nos patients, dont deux enfants. Aujourd'hui, nous n'en avons eu que deux… Il y a très peu d'eau, pas moyen de faire de l'eau chaude, pas moyen de prendre une douche. On ne dort pas. C'est dur, très fatigant! Et maintenant je ne crois pas que je puisse partir ni par un côté de la ville, ni de l'autre. Nous avons essayé hier de transférer tout l'hôpital vers Damas mais nous avons été arrêtés sur la route, il y a des gens qui ont été tués.

L'hôpital a été transféré deux fois déjà par mesure de sécurité, notamment quand nous avons été touchés par des tirs. Mais nous sommes toujours à quelques centaines de mètres de Bab Amro, dans une école abandonnée que nous avons transformée en hôpital de campagne.

Cela fait maintenant une vingtaine de jours que je suis là, je suis bien fatigué. Je pensais rentrer demain et j'avais un transport organisé, mais il semble qu'il n'y ait plus de possibilité de sortie.

Avez-vous été informé de la mort de journalistes ce matin à Homs ?

- On m'a dit cela. Mais je n'ai pas vu les corps. On m'a dit qu'ils étaient morts dans l'effondrement d'un immeuble.

A quoi ressemble le quartier de Bab Amro ?

- Cela commence à ressembler à Beyrouth pendant la guerre. Il y a des voitures qui flambent, des immeubles qui flambent, des trous dans les murs des maisons et beaucoup, beaucoup de blessés, à la fois des combattants de l'armée libre de Syrie mais majoritairement des civils, hommes, femmes et enfants. Ils n'arrivent pas à évacuer la partie fragile de la population… Ces hommes sont très braves et croient en la victoire. Moi aussi, mais cela coûte tellement cher en vies humaines ! Le quartier est presque sans arrêt bombardé.

Les habitants parviennent-ils à se faire soigner ?

- Ils se débrouillent, ils sont formidables. Non seulement ils amènent leurs blessés depuis Bab Amro mais ils les remmènent aussi. On les soigne aussi vite que possible. Les cas légers repartent debout [les tirs recommencent non loin de Jacques Bérès, NDLR] avec des doses d'anesthésiant incroyables dans le corps. Et les cas lourds repartent au bout de quelques heures, sans histoires. Il y a une solidarité vraiment formidable.

Dans quelle structure opérez-vous ?

- C'est un hôpital de fortune. Il n'y a qu'une seule salle d'opération qui tourne tout le temps. Nous sommes trois chirurgiens. [Il s'interrompt] Ça va tomber ! [On entend le souffle d'une bombe. Quasiment imperturbable, il reprend.] Il n'y a plus beaucoup d'anesthésiants et s'il n'en arrive plus clandestinement depuis l'étranger cela va être difficile.

De quoi souffrent les blessés ?

- Il y a tous types de blessures. Mais les blessés simultanément aux poumons et à la tête n'ont aucune chance de survivre. Et pour ceux qui ont la colonne vertébrale touchée, c'est difficile… Je viens d'avoir un homme avec la moitié du crane arrachée... Les blessures sont dues à la fois aux bombardements, explosions, shrapnel [obus contenant des balles, NDLR].

Quelle est la situation humanitaire ?

- Il n'y a plus grand-chose : plus beaucoup de nourriture, plus beaucoup d'eau, et il n'y a plus d'électricité pour pomper. Il y a bien des générateurs, mais plus personne n'a de fioul pour les alimenter. La situation médicale et humanitaire est vraiment très difficile, il y a un véritable acharnement.
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Syrie

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 5 sur 13 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 11, 12, 13  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum