Derniers sujets
» état d'urgence et autres restrictions....
par ivo Hier à 11:11

» démocratie et justice ...
par ivo Hier à 10:11

» macronie
par ivo Hier à 9:59

» les photos d'actus - l'info en résumé
par ivo Hier à 9:53

» [Deutschland- Österreich] Allgemeine Informationen. [Allemagne- Autriche] Informations générales.
par ivo Hier à 9:01

» ZAD partout ?
par ivo Dim 24 Sep - 11:29

» ZAD notre dames des landes
par ivo Dim 24 Sep - 11:27

» la police s'étonne qu'on ne l'aime pas
par ivo Dim 24 Sep - 11:25

» les fous de dieu
par ivo Dim 24 Sep - 11:20

» Necronomacron
par ivo Dim 24 Sep - 11:09

» les "joies" du sport ...
par ivo Dim 24 Sep - 10:48

» blancs comme neige ^^
par ivo Dim 24 Sep - 10:16

» U.E.
par ivo Dim 24 Sep - 10:14

» Today's joke
par ivo Dim 24 Sep - 9:58

» Découvrir la Techno.
par ivo Dim 24 Sep - 9:54

» homophobie dans le monde ...
par ivo Dim 24 Sep - 9:20

» alimentation
par ivo Dim 24 Sep - 9:17

» immigration ...
par ivo Dim 24 Sep - 8:34

» Précarité
par ivo Sam 23 Sep - 8:16

» la phrase du jour
par ivo Sam 23 Sep - 8:12

» racisme quotidien
par ivo Ven 22 Sep - 10:16

» droites extremes
par ivo Ven 22 Sep - 10:06

» Etats-Unis
par ivo Ven 22 Sep - 9:35

» un peu de douceur ....
par ivo Ven 22 Sep - 9:18

» la crise ..........
par ivo Ven 22 Sep - 8:53

» Birmanie
par ivo Ven 22 Sep - 7:47

» No Futur - la terre au 21° siecle
par ivo Jeu 21 Sep - 11:38

» agriculture
par ivo Jeu 21 Sep - 11:01

» [中国- Chine] 一般信息- Informations générales
par ivo Jeu 21 Sep - 10:06

» afrique du sud
par ivo Jeu 21 Sep - 10:02

» armement><désarmement
par ivo Jeu 21 Sep - 9:11

» flicage total du net
par ivo Jeu 21 Sep - 9:06

» ... 14/18 ...
par ivo Mar 19 Sep - 9:00

» retraites
par ivo Lun 18 Sep - 7:58

» pesticides / fongicides
par ivo Sam 16 Sep - 9:16

» Infos insolites.
par ivo Ven 15 Sep - 9:27

» pape, cathos, vatican et autres ....
par ivo Ven 15 Sep - 9:00

» No Futur - l'espace au 21° siecle
par ivo Ven 15 Sep - 8:38

» vite, je vais vomir ...
par ivo Jeu 14 Sep - 9:06

» médias ? quels médias ??
par ivo Jeu 14 Sep - 7:34

» internet , technologie, ...
par ivo Mer 13 Sep - 8:43

» Yemen
par ivo Mer 13 Sep - 7:54

» egypte
par ivo Mar 12 Sep - 9:28

Syrie

Page 6 sur 13 Précédent  1, 2, 3 ... 5, 6, 7 ... 11, 12, 13  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Syrie

Message  ivo le Jeu 23 Fév - 20:07

L'appel au secours de la journaliste française blessée en Syrie
fr info
Edith Bouvier, reporter au Figaro, a été blessée hier dans l'attaque qui a coûté la vie à deux de ses confrères. Dans une vidéo publiée par les insurgés syriens sur YouTube, elle demande à être évacuée au plus vite pour être opérée.


Edith Bouvier souffre d'une double fracture et doit être opérée au plus vite
Deux de ses confrères sont morts hier sous les bombes du régime syrien. Elle a été blessée dans la même attaque. Edith Bouvier, reporter au Figaro, n'est pas tirée d'affaire pour autant. Dans une vidéo publiée sur Internet, on la voit allongée dans un appartement (l'hôpital étant toujours visé par des bombes, selon les rebelles). Elle raconte, très calmement, la mort de ses deux confrères Rémi Ochlik et Marie Colvin. Et pourquoi elle doit être évacuée rapidement.

"J'ai besoin au plus vite d'une voiture médicalisée, ou en bon état, qui nous conduise jusqu'au Liban"

"J'ai la jambe cassée, au niveau du fémur, dans le sens de la longueur et dans le sens de la largeur. Les médecins nous ont très bien traités, autant qu'ils le peuvent. Seulement ils ne peuvent pas pratiquer d'opération chirurgicale", explique la journaliste. Une opération dont elle a besoin, et qui pourrait être pratiquée au Liban voisin. Mais pour envisager un déplacement en sécurité, "j'ai besoin de la mise en place d'un cessez-le-feu".

Dans la même vidéo, le photographe William Daniels, qui travaillait avec Edith Bouvier, explique qu'il est sorti indemne de l'attaque mais qu'il "a eu beaucoup de chance". Il précise que "le moral est bon", même si "c'est difficile ici. On n'a pas d'électricité, on n'a pas beaucoup à manger, les bombes continuent de tomber. Il faudrait qu'on puisse partir rapidement".

Lors d'une conférence de presse à Londres, Alain Juppé a annoncé qu'il avait demandé hier à Damas d'organiser l'évacuation de la journaliste française. Pour le ministre des Affaires étrangères, "ce qui se passe en Syrie est chaque jour plus révoltant, plus honteux, plus scandaleux".

Alain Juppé réclame un accès sécurisé et médicalisé pour les blessés, journalistes ou civils
avatar
ivo

Messages : 26407
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Syrie

Message  spike le Ven 24 Fév - 0:17

Et une laquais de Sarkozy en moins Very Happy!
Vraiment quel cynisme ce soir Wink....
avatar
spike

Messages : 3721
Date d'inscription : 19/05/2009

http://anarchietotale.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Syrie

Message  ivo le Ven 24 Fév - 9:29

L'ONU et la Ligue arabe envoie Kofi Annan en mission en Syrie
fr info
L'ancien secrétaire général de l'ONU a été chargé cette nuit "d'offrir ses bons offices afin de mettre un terme à toutes les violences et les violations des droits de l'homme, et à promouvoir une solution pacifique à la crise syrienne."

Kofi Annan a désormais sa feuille de route sous la forme d'un communiqué commun de l'ONU et de la Ligue arabe qui fait référence à la résolution sur la Syrie adoptée par l'Assemblée générale de l'ONU la semaine dernière ainsi qu'aux "résolutions pertinentes de la Ligue arabe."

Il doit avoir des "consultations larges en Syrie et en dehors de la Syrieavec tous les interlocuteurs concernés, de façon à mettre fin à la violence et à la crise humanitaire" dans le pays. Son objectif est de "faciliter un règlement pacifique et complet (de la crise) conduit par les Syriens eux-mêmes et qui réponde aux aspirations démocratiques de la population à travers un dialogue politique large entre le gouvernement syrien et l'opposition syrienne dans son ensemble".

la blague du jour, kofi et sa baguette magique ^^
avatar
ivo

Messages : 26407
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Syrie

Message  ivo le Ven 24 Fév - 10:04

et pdt ce temps ...........



A Homs, «même les enfants sont en colère»
http://www.liberation.fr/monde/01012391701-a-homs-meme-les-enfants-sont-en-colere?google_editors_picks=true
L’envoyé spécial de «Libération», tout juste sorti de la ville pilonnée sans relâche, raconte l’horreur de la répression syrienne.

La nuit, la pluie, la boue et une petite colonne d’ombres qui ploient sous leur fardeau. Des torrents de pluie et des champs de boue. Un mur à franchir. A nouveau la boue, si dense qu’elle aspire les chaussures. Encore un mur. Les ombres se faufilent entre les fermes isolées, glissent en sautant des arroyos, trébuchent mais ne trahissent pas le silence, à peine réveillent-elles un chien. Chacune porte ce qu’elle peut sur son dos, de la farine, du lait pour enfant, des médicaments. Une épopée de fourmis pour ravitailler Homs, ou plutôt Bab Amro, le dernier quartier insoumis, le symbole des symboles de l’insurrection syrienne, assiégé depuis des mois et bombardé depuis quinze jours du lever au coucher du soleil.

Tireurs embusqués. Ce sentier improvisé de boue épaisse qui serpente entre les postes de l’armée, c’est le seul itinéraire possible pour gagner Bab Amro, le seul lien avec le monde extérieur. Après la campagne, il y a le passage secret - dont on ne peut révéler l’emplacement, sous peine que l’armée syrienne le détruise comme elle l’a fait avec le précédent -, une canalisation souterraine longue de 4 kilomètres. Une fois à Homs, les membres de l’Armée syrienne libre (ASL), de très jeunes gens surexcités, prennent les provisions et s’occupent de les distribuer. Leurs voitures ronflent, puis bondissent dans la nuit, tous feux éteints. Malgré la nuit opaque, elles sont bientôt repérées et poursuivies par les rafales des tireurs embusqués, jusqu’à ce que les premières ruines leur offrent un asile incertain. Après, il y a les rues sous le feu des snipers et celles qui leur échappent. Dans les secondes, il est possible d’allumer les phares et de conduire moins vite. Dans les autres artères, la vie joue à la loterie.

A regarder la ville, on dirait qu’elle ne respire plus. Les rues sont livrées à l’ordure et aux décombres. Pas un passant, à l’exception de quelques combattants ou d’un médecin qui, en courant, défiant les balles des tireurs, n’a pas renoncé à rentrer chez lui pour rassurer sa famille. La nuit, quelques voitures osent se hasarder dans les artères défoncées, le plus souvent en quête de quelques vivres dans d’autres quartiers, ceux qui ne sont pas encore complètement sous la coupe de l’armée syrienne. Quelques très rares lumières, dont celles du petit centre de presse, celui que les bombes ont anéanti hier, tuant deux journalistes occidentaux (lire page 5), installé au rez-de-chaussée d’un immeuble de trois étages. Le dernier avait déjà été fracassé par un obus. Les habitants du lieu, la famille d’Abou Omar, un chauffeur de taxi de 48 ans, avaient trouvé refuge dans une maisonnette contiguë au bâtiment. Quelques jours plus tard, le 9 février, une roquette frappait à son tour la petite maison, tuant l’épouse du conducteur, sa fille et une autre qu’ils avaient accueillie. «Elles ont été tuées pendant leur sommeil. A ce moment-là, j’étais sorti chercher de la nourriture, c’est pourquoi j’ai été épargné», raconte Abou Omar, qui décrit avec des gestes toutes les tortures qu’il aimerait infliger à Bachar al-Assad. Il ne reste que quelques pans de murs de la maisonnette.

«Terrifiés». Pas très loin, il y a un autre immeuble. On le croit vide, mais toute une famille s’y cache. Hamida, 30 ans, survit comme elle le peut avec six enfants, les siens et ceux de membres de sa famille. Elle-même, à cause de la peur, n’a plus de lait maternel à donner à Farane, son bébé de 16 mois : «Et je ne sais quoi faire pour occuper les autres enfants. Ils pleurent, ils crient. Ils sont terrifiés. Même les plus petits sont en colère. Ils demandent pourquoi on nous fait ça. On se sent complètement abandonnés par la communauté internationale. Mais ces petits enfants ne sont quand même pas des terroristes !» Diana, une fillette de 8 ans, intervient : «Moi, j’ai trop peur de Bachar al-Assad.» Déjà, la famille a perdu Ahmed, 16 ans, tué en allant chercher de la nourriture.

Le centre de presse - en fait une seule pièce où les Syriens comme les rares journalistes occidentaux de passage travaillaient, mangeaient et dormaient côte à côte - était dirigé d’une main de fer par Abou Hanin, dont le nom signifie «le père de la Nostalgie», le prénom de sa fillette. Lui, dont la vie est particulièrement menacée et exposée, a décidé d’informer jusqu’au bout. Il fait tout son possible pour trouver de l’essence afin de faire fonctionner générateur, ce qui permet d’avoir de l’électricité et, dès lors, de conserver un accès à Internet et de pouvoir regarder la télévision. Sur la chaîne Al-Jezira, on peut voir les représentants débattre aux Nations unies de la Syrie et d’une éventuelle résolution. «Allez-y Messieurs. Discutez, discutez… pour arriver à rien du tout. Et pendant ce temps, le massacre continue. Aujourd’hui, c’est une belle journée. Il y a déjà des dizaines d’obus qui sont tombés», lance-t-il dans un anglais parfait. Depuis dix mois, Abou Hanin informe coûte que coûte. Pour cela, il a réuni une dizaine de journalistes-activistes qui réalisent des vidéos sur le siège de Bab Amro. L’un d’eux vient de rentrer. «J’ai été visé par un sniper près de la mosquée», dit-il négligemment, comme s’il évoquait l’arrivée d’une averse. Personne ne prête attention à ses paroles.

Orage d’acier. C’est encore Abou Hanin qui accepte d’emmener les journalistes de passage dans les rares endroits où la vie du quartier se manifeste encore un peu : les centres de premiers secours et de ravitaillement, des souterrains où l’on fait le pain et ou s’entassent jusqu’à 300 femmes et enfants… Il sait appréhender, en fonction des heures de la journée, l’incessant déluge d’obus, quand il est possible de se risquer ici ou là. Au volant de sa voiture, c’est encore un autre homme qui se découvre. Dans les rues les moins exposées, il se concentre en roulant doucement. Puis, brutalement, il jette son véhicule dans l’orage d’acier, parcourant les artères crevassées et boueuses à une vitesse qui défie la raison, plongeant dans les vastes flaques d’eau, sans jamais montrer la moindre nervosité.

Il n’est pas le seul héros ordinaire. Un habitant du quartier, Abou Zyad, un technicien de 47 ans qui en paraît 70, avec un bonnet de ski enfoncé à ras des sourcils, un blouson de cuir fatigué et une barbe bien taillée en dépit des circonstances, fait d’incessants va-et-vient à travers les lignes de l’armée pour ravitailler les habitants. A chaque fois, il apporte un sac de 70 à 80 kg, en général du sang pour les blessés, des médicaments et du lait pour les nourrissons, qu’il fixe sur une petite moto chinoise avec laquelle il roule tranquillement, empruntant les chemins détrempés qui permettent d’approcher Homs. Puis, il cache le véhicule, prend son lourd sac sur une épaule et, à la faveur de l’obscurité, gagne à pied la ville assiégée. «Je marche pendant environ un kilomètre. Je fais attention aux écoles qui sont toutes remplies de soldats. Puis, j’arrive à la première tranchée qu’ont creusée les soldats et qui est large de quatre mètres et profonde de deux. Après, c’est la route à traverser. Puis, la seconde tranchée, pareille à la précédente», raconte en fumant cigarette sur cigarette ce père de trois enfants, dont une fillette qui est, dit-il, «la chose la plus précieuse de ma vie». Il ne se rend même pas compte qu’il accomplit quasiment au quotidien un exploit. «Si on ne fait pas ce genre de boulot, qui d’autre prendra soin de nos gosses ?» demande-t-il simplement. Un peu d’humour avant de repartir : «Quand notre révolution sera finie, je viendrai vous aider à faire la vôtre. Je viendrai avec ma petite moto, mais elle ne sera plus chinoise», rigole-t-il en faisant référence à la position de Pékin en faveur d’Al-Assad.

Chant des coqs. Autre héros, le Dr Mohammed Mohammed, ancien médecin militaire qui a déserté l’armée en décembre et seul véritable professionnel du Centre des premiers soins. Après avoir mis sa famille à l’abri à l’extérieur du pays, il est venu spécialement du nord du pays dans l’enfer de Homs pour partager le sort de sa population. Avec une pince, il arrache brutalement un fragment d’obus de l’œil d’un blessé qui vient de succomber, faute de matériel adéquat. Puis, seule façon de surmonter un stress né de cette impuissance, il se met à hurler et à insulter le régime avec une incroyable violence, face à une caméra du centre de presse. «Voir les gens mourir sans rien pouvoir faire alors qu’on pourrait les sauver, c’est la pire chose pour un médecin. Il y a quelques temps, un homme a mis deux jours à mourir à cause d’un éclat dans la tête», dit-il, en esquissant nerveusement avec les bras d’illusoires gestes de défense chaque fois qu’un obus tombe à proximité du dispensaire.

Pour Abou Hanin, du centre de presse, ce que souhaite le régime n’est pas tant prendre la ville que d’en faire un exemple. «Homs n’est défendu que par quelques centaines de combattants. Avec ses chars et ses milliers de soldats, Bachar peut s’en emparer quand il le désire. Non, ce qu’il veut d’abord, c’est la punir. Détruire Bab Amro, c’est détruire le cœur de la révolution.» Le pilonnage du quartier est si violent que le silence est rare. Pourtant, entre deux salves d’obus, on entend le chant des coqs, singulier et unique rappel que la vie n’a pas renoncé dans la ville agonisante, et qu’elle persiste coûte que coûte.


.......;
avatar
ivo

Messages : 26407
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Syrie

Message  ivo le Sam 25 Fév - 9:04

En Syrie, les négociations reprennent samedi pour évacuer les journalistes blessés de Homs
fr info
Les négociations entre la Croix-Rouge internationale, le gouvernement syrien et les opposants reprennent samedi. Il s’agit d’évacuer les deux journalistes étrangers blessés, dont Edith Bouvier reporter au Figaro. Par ailleurs, les affrontements entre opposants et forces fidèles au régime syrien ont fait plus de 100 morts dans plusieurs villes du pays.


Plusieurs blessés syriens, ainsi que des femmes et des enfants, ont été évacués du quartier de Baba Amr, à Homs, dans la journée de vendredi par des ambulances du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) et du Croissant rouge arabe syrien (CRAS).
Les organisations humanitaires n’ont en revanche pas réussi à faire sortir les deux journalistes blessés, Edith Bouvier et Paul Conroy. Ils n’ont pas non plus pu rappatrier les corps des deux reporters tués mercredi.

Les négociations concernant ces évacuations doivent reprendre samedi. Vendredi en fin de journée, les autorités syriennes et les opposants se rejetaient la faute pour expliquer la lenteur de l’opération. Selon un représentant du ministère des Affaires étrangères syrien « les groupes armés à Baba Amr ont refusé de livrer la blessée mettant en danger la vie de la Française et entravant le rapatriement des corps ».

Alain Juppé, le ministre des Affaires étrangères français a lancé un appel solennel à Damas pour permettre le rapatriement des deux blessés étranegrs. L’ambassadeur de France a regagné son poste après avoir été rappelé « pour consultation » en France il y a plus de deux semaines, sans toutefois lier son retour aux tentatives d’évacuation.

Par ailleurs, les violences se poursuivent dans le pays. 103 personnes ont été tuées dans des bombardements menés à Homs par les forces du président Bachar al-Assad et dans des attaques menées dans le nord et l’est du pays. La majorité des victimes sont des civils.
avatar
ivo

Messages : 26407
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Syrie

Message  ivo le Dim 26 Fév - 9:17

Pas d’accord en Syrie sur l’évacuation d’Edith Bouvier
fr info
Les négociations entre le comité international de la Croix-Rouge, les autorités et les opposants pour évacuer les blessés piégés dans Homs n’ont rien donné aujourd’hui selon un porte-parole du CICR. L’organisation humanitaire cherche toujours à faire sortir des personnes blessées, dont des journalistes occidentaux tandis que la ville est soumise à un intense bombardement.


Des ambulances du Croissant-Rouge tentent d'évacuer des blessés du quartier de Baba Amr à Homs © Maxppp

La journaliste française Edith Bouvier et le photographe britannique Paul Conroy espéraient pouvoir quitter Homs aujourd’hui. La Française, qui souffre d’une fracture du fémur depuis mercredi a besoin de soins. Mais les négociations pour les évacuer avec d’autres blessés et pour pouvoir rapatrier les corps des deux journalistes tués mercredi n’ont pas abouti.

Toute la journée, la Croix-Rouge a chercher à établir un cessez le feu entre les autorités syriennes et les opposants au régime. Le CICR leur demande de faire taire les armes, le temps d’évacuer les blessés. Vendredi un premier convoi avait pu transporter sept blessés ainsi que 20 femmes et enfants malades vers l’hôpital al Amine, à deux kilomètres du quartier rebelle de Baba Amr. Les discussions doivent reprendre demain.

Pendant ce temps, le pilonnage de la ville se poursuit. Selon des militants des droits de l’Homme, 19 personnes ont été tué dans le quartier de Baba Amr. L’observatoire syrien des droits de l’Homme chiffre le bilan de la journée à 94 morts dans plusieurs villes syriennes.


Référendum en Syrie sur la nouvelle Constitution
fr info
Plus de 14 millions de Syriens sont appelés à se prononcer par référendum sur le nouveau texte. Ce projet vise à tenter de calmer la contestation - sans succès : l'opposition appelle au boycott du vote.


Des manifestants brandissent un exemplaire de la nouvelle Constitution, vendredi dernier à Damas © Reuters Khaled al-Hariri

Finalement, la seule avancée contenue dans la nouvelle Constitution syrienne se trouve à l'article 8, celui qui stipulait que le parti Baas était "le dirgeant de l'Etat et de la société" ; à la place figure une disposition qui instaure le "pluralisme politique".

Pour le reste, circulez, il n'y a rien à voir... Juste trois semaines de bombardements intensifs sur Homs, 11 mois de révolte dans le pays, au moins 7.600 morts selon l'opposition. L'opposition, qui appelle au boycott du vote.

Cette nouvelle Constitution, annoncée par Bachar al-Assad, et soumise à référendum, s'inscrit dans le cadre des réformes promises par le régime, pour tenter de calmer la contestation. Mais elle maintient de très larges prérogatives au chef de l'Etat : c'est toujours lui qui choisit le Premier ministre, et le gouvernement, indépendamment de la majorité parlementaire ; c'est lui qui peut, s'il le souhaite, rejeter des lois.

L'article 88 prévoit que le président ne peut être élu que pour deux
septennats, mais l'article 155 précise que ces dispositions ne s'appliqueront qu'à partir de la prochaine élection présidentielle prévue en 2014, ce qui permet en théorie à Bachar al-Assad de rester au pouvoir encore 16 ans
.
avatar
ivo

Messages : 26407
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Syrie

Message  ivo le Lun 27 Fév - 9:03

Référendum sur fond de violences en Syrie
fr info
Les Syriens sont allés voter dimanche sur une nouvelle constitution. Une journée d’élection sur fond de violences, il y a au mois eu 57 morts dans des bombardements et des affrontements. A Homs, la Croix-Rouge n’a toujours pas pu évacuer Edith Bouvier et Paul Conroy.


Bachar al-Assad vote lors du référendum organisé en Syrie, scrutin qualifié de "plaisanterie" par les Etats-Unis © Reuters

Plus de 14 millions de Syriens étaient appelés aux urnes pour se prononcer sur une nouvelle constitution censée instaurer le pluralisme politique et mettre fin à l’hégémonie du parti Baas. Un référendum que l’opposition a demandé de boycotter tandis que les Américains le qualifiaient de "plaisanterie". Le texte prévoit notamment que Bachar al-Assad puisse rester au pouvoir…encore 16 ans.

Selon le ministre syrien de l’intérieur, le scrutin a connu un véritable succès avec une "grande affluence dans les bureaux de vote, à l’exception de certaines régions". Il a ainsi été impossible d’aller voter dans les régions rebelles. Pour l’Observatoire syrien des droits de l’homme, ce référendum a été une réussite "uniquement dans les médias gouvernementaux".

Au moment où les bureaux de vote se sont ouverts, le quartier de Baba Amr a de nouveau été bombardé par les forces syriennes. Dans le pays, au moins 57 personnes ont été tuées aujourd’hui des civils et des militaires.

A Homs, la journée a été marquée également par la poursuite des négociations entre diplomates et humanitaires avec les autorités et l’opposition. Il s‘agit de pouvoir évacuer les blessés, en particulier la journaliste française Edith Bouvier et le photographe britannique Paul Conroy. L’évacuation pourrait avoir lieu demain. L’épouse du journaliste anglais a affirmé à la BBC que son mari avait refusé une évacuation par le Croissant rouge syrien, n’ayant pas confiance dans cette organisation.
avatar
ivo

Messages : 26407
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Syrie

Message  ivo le Lun 27 Fév - 12:19

Nouveau train de sanctions européennes contre la Syrie
fr info
Les nouvelles sanctions visent notamment la banque centrale syrienne et le transport aérien de fret. Objectif : asphyxier financièrement le régime de Damas et acculer Bachar al-Assad à la négociation pour son départ.


A Homs, les bombes tombent sans discontinuer depuis plus de trois semaines, malgré les sanctions de la communauté internationale © Reuters Moulhem Al-Jundi

Ces nouvelles sanctions européennes ont été adoptées ce lundi matin à Bruxelles au cours d’une réunion des ministres des Affaires étrangères de l’UE. Elles comprennent :

Un gel des biens de la banque centrale syrienne en Europe
Une interdiction du commerce de métaux précieux comme l’or, réalisé par le pays
Un embargo sur les vols de fret opérés par la Syrie, qui ne pourront plus atterrir sur le territoire européen
L’ajout de sept nouvelles personnes sur la liste noire des proches du régime syrien (150 personnes, organisations et entreprises), interdits de visa en Europe et dont les avoirs sont gelés.

Les ministres des Affaires étrangères de l’Union ne sont en revanche pas allés jusqu’à interdire les vols passagers en provenance de Syrie. L’option avait été envisagée, mais elle empêcherait toute évacuation de ressortissants étrangers en provenance de Syrie, si cela s’avérait nécessaire.

Plusieurs des ministres présents, notamment Alain Juppé, ont dénoncé le référendum sur la nouvelle Constitution organisé dimanche par le régime syrien. "Une sinistre mascarade", selon le chef de la diplomatie française. Car, en parallèle, la répression sanglante de la contestation se poursuit, notamment à Homs où les bombes pleuvent sans discontinuer depuis plus de trois semaines.
Les négociations et les préparatifs continuent pour tenter de rapatrier les journalistes étrangers bloqués dans le quartier de Baba Amr.
avatar
ivo

Messages : 26407
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Syrie

Message  ivo le Lun 27 Fév - 19:39

la blague du jour



Référendum contesté en Syrie: 90% de "oui"
fr info
Selon la télévision officielle, 57,4% des électeurs ont participé ce dimanche au référendum constitutionnel organisé en Syrie. De même source, 89,4% des votants se sont prononcés pour le "oui" au "pluralisme politique" et au maintien au pouvoir de Bachar al-Assad.

Un référendum critiqué par plusieurs ministres européens des Affaires étrangères, notamment français et britannique. "Quand on voit le président de la Chambre de l'assemblée nationale (syrienne) sourire en votant sur ce référendum", cela montre qu'il s'agit d'une "sinistre mascarade" a ainsi commenté le chef de la diplomatie française Alain Juppé.


pas possible ????
avatar
ivo

Messages : 26407
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Syrie

Message  ivo le Mer 29 Fév - 19:38

L’armée syrienne enserre le dernier quartier rebelle de Homs
fr info
Les forces du régime prétendent contrôler le quartier de Bab Amr à Homs. L’opposition fait plutôt état de combats pour empêcher l’assaut de cette zone déjà bombardée depuis plus d’un mois. Une chose est sûre : une offensive de grande ampleur est en cours.


A Idlib, dans le nord de la Syrie © Reuters Zohra Bensemra

Après 25 jours de bombardement, l’armée syrienne avance ses troupes vers Bab Amr. D’importantes forces s’étaient concentrées ces derniers jours autour du principal bastion de la résistance armée au régime de Bachar al-Assad. "L'offensive a commencé dans la nuit de mardi à mercredi, selon un responsable syrien à Damas. Le secteur est sous contrôle. L'armée a déjà procédé à un nettoyage bloc par bloc, maison par maison, et maintenant les soldats fouillent chaque cave et tunnel à la recherche d'armes et de terroristes".

Le quartier encerclé, un tunnel dynamité

Une version contestée par Hadi Abdallah, membre de la Commission générale de la révolution syrienne. "Les forces du régime ne sont pas entrées pour l'instant à Baba Amr. Elles encerclent le quartier et il y a de violents combats avec les déserteurs de l'Armée syrienne libre", assure ce responsable. Selon lui "l'ASL et des militants civils sont en train d'évacuer les familles des lieux visés par un bombardement inouï qui touche même les endroits qui paraissaient sûrs".

Selon Hadi Abdallah, l'armée syrienne a dynamité la principale voie de communication du quartier avec l'extérieur, "en fait une canalisation d'eau de 2700 mètres de long. Des produits alimentaires et médicaux étaient acheminées par cette route clandestine".

"Entrer dans le quartier, c'est se faire tirer dessus de tous les côtés" - un spécialiste de la région

Trois semaines de tirs d’artillerie n’ont donc pas tout à fait eu raison de la résistance des déserteurs moins bien équipés qui tiennent la troisième ville syrienne, capitale de fait de la contestation. "Le régime croit que s'il contrôle Homs, il mettra fin à la révolution", commente le colonel Riad al-Assad, chef de l'Armée syrienne libre.

Selon les analystes, l'armée redoute une guerre urbaine. "L'armée syrienne sait qu'entrer dans le quartier, c'est se faire tirer dessus de tous les côtés et qu'il faudra prendre maison par maison", explique Fabrice Balanche, directeur du Groupe de recherches et d'études sur la Méditerranée et le Moyen-Orient (Gremmo), à Lyon. Selon cet expert, le quartier s’est déjà vidé des deux tiers de ses 40.000 habitants.
avatar
ivo

Messages : 26407
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Syrie

Message  ivo le Jeu 1 Mar - 19:12

L'armée syrienne a pris le contrôle du dernier quartier rebelle de Homs
fr info
Après un mois de siège et une journée d’assaut, le régime syrien s’est rendu maître du quartier de Bab Amr, à Homs. Les troupes rebelles évoquent un "retrait tactique" destiné à protéger la population.


L'armée syrienne encerclait le quartier depuis près d'un mois. © Reuters Mulham Alnader

Bab Amr est tombé. Ce quartier de Homs était la principale cible des bombardements de l’armée syrienne depuis 26 jours, mais les troupes de Bachar al-Assad ont réellement entrepris de l’investir hier matin. "Les dernières poches de résistance sont toutes tombées" ce midi, selon l’armée syrienne.

Les troupes rebelles ont confirmé cette information en annonçant dans un communiqué leur "retrait tactique" du quartier. Elles expliquent vouloir épargner les 4.000 habitants restés chez eux. Avant le début des combats, la zone comptait 40.000 résidents.

"Au moins 17 victimes civiles" (ONG)

Au moins 7.000 soldats encerclaient le quartier depuis hier matin, en particulier des hommes de la quatrième division armée, commandée par le frère de Bachar al-Assad et considérée comme l’une des plus redoutables aux ordres du régime.

Les rebelles mettent en garde contre des attaques de "vengeance" contre les civils, qui selon eux "coûteraient beaucoup au régime". L’assaut a fait "au moins 17 victimes civiles dans les environs de Baba Amr", selon l’Observatoire syrien des droits de l'Homme.

"Le soldats sont en train de distribuer de la nourriture à la population et d'évacuer les blessés", selon un responsable militaire syrien cité par l'AFP. La même source assure être à la recherche des journalistes bloqués sur place, dont la française Edith Bouvier, qui est blessée.

Plus aucune communication possible

Les forces syriennes avaient dynamité avant l’assaut le tunnel qui permettait le ravitaillement du quartier. Ce matin, l’armée du régime est parvenue à brouiller les signaux de téléphonie satellite dans la zone, interdisant de fait toute communication.

Le président du Conseil national syrien affirmait ce matin que la journaliste française Edith Bouvier, blessée la semaine dernière dans un bombardement et bloquée depuis à Homs, se trouvait hier "dans un endroit protégé". Il s’avouait aussi incapable de dire si cela était toujours le cas.
avatar
ivo

Messages : 26407
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Syrie

Message  ivo le Ven 2 Mar - 19:38

Syrie : les journalistes français volent vers Paris, la Croix-Rouge entre à Homs
fr info
Bloqués pendant une semaine dans Homs bombardée, les deux journalistes Edith Bouvier et William Daniels ont quitté le Liban ce midi à bord d’un avion sanitaire. Dans le même temps, un convoi de la Croix-rouge est entré à Homs, mais s'est vu interdire l'accès à Bab Amr.

L’avion devrait atterrir à 18h sur l’aérodrome de Villacoublay, où le président de la République accueillera ses passagers.

Edith Bouvier et William Daniels ont pu décoller de l’aéroport de Beyrouth, après une courte période d’observation à l'hôpital Hôtel-Dieu de France. La journaliste du Figaro souffre d’une fracture du fémur.

Bloqués pendant une semaine

Edith Bouvier a été blessée le 22 février lors d'un bombardement qui a coûté la vie à la journaliste du Sunday Times Marie Colvin et au photographe français Rémi Ochlik

Après au moins une tentative d’évacuation ratée, elle est arrivée au Liban jeudi soir en compagnie de William Bouvier, un autre journaliste resté bloqué à Homs. Selon Etienne Mougeotte, directeur de la rédaction du Figaro, l'évacuation s'est faite avec l'aide de l'Armée syrienne libre.

"Nous n'oublions pas les Syriens anonymes qui ont permis la sortie de nos compatriotes" - Bernard Valero

Le porte-parole du ministère français des affaires étrangères, Bernard Valero, a rendu hommage aux efforts de la rébellion syrienne : "Nous n'oublions pas les Syriens qui probablement resteront anonymes et qui ont permis la sortie de la ville de Homs de nos deux compatriotes et de gagner le Liban sains et saufs." Il a aussi félicité les médecins qui ont empêché que l'état de la blessée s'aggrave.

Selon l'ONG Avaaz, au moins 13 militants syriens ont été tués dans les tentatives pour faire sortir du pays le groupe de journalistes occidentaux bloqués à Homs. Sept autres militants syriens auraient péri en tentant d'acheminer de l'aide médicale pour les blessés dans le bombardement. Avant les deux Français, le photographe britannique Paul Conroy et le reporter espagnol Javier Espinosa ont pu être évacués vers le Liban.

Médicaments, couvertures et lait pour bébé

A Homs, les opérations de secours à la population commencent seulement. Sept camions du Comité international de la Croix-Rouge du Croissant-Rouge s’apprêtaient ce midi à entrer dans le quartier de Bab Amr, particulièrement éprouvé par un mois de bombardements.

Mais le convoi n'a pas reçu l'autorisation d'entrer dans le quartier. Jakob Kellenberger, le président du CICR, juge "inacceptable que des gens qui attendent de l'aide d'urgence depuis des semaines n'aient toujours reçu aucun soutien". Il ajoute que les équipes vont "rester cette nuit à Homs dans l'espoir de pouvoir entrer très prochainement à Bab Amr".

Les camions transportent de la nourriture, des médicaments, des couvertures, du lait pour bébé et divers équipements. Le Conseil de sécurité des Nations unies a demandé hier à la Syrie "d'autoriser un accès libre, total et immédiat du personnel humanitaire à toutes les populations qui ont besoin de secours".

"Les hôpitaux gouvernementaux sont dicrédités"
De retour de Syrie, le Dr Jacques Bérès répond à Catherine Duthu


Nicolas Sarkozy annonce la fermeture de l'ambassade de France en Syrie
fr info
Le ministre des Affaires étrangères, Alain Juppé, avait dénoncé hier soir l'absence de coopération des autorités syriennes pour organiser l'évacuation des journalistes français. "Ce qui se passe en Syrie est un scandale" a dit ce matin le président de la République. La Grande-Bretagne et les Etats-Unis ont déjà fermé leurs ambassades à Damas.

L'ambassadeur de France, Eric Chevallier, avait regagné d'urgence son poste il y a une semaine vraisemblablement pour gérer les opérations de sauvetage des journalistes. Il va donc à nouveau rentrer à Paris où il séjournait dans le cadre de "consultations."

"En Syrie, ce qui se passe, c'est un scandale, il y a plus de 8.000 morts, (dont) des centaines d'enfants, et la ville de Homs qui menace d'être rayée de la carte, c'est absolument inacceptable" a affirmé ce matin le chef de l'Etat.

Nicolas Sarkozy annonce la fermeture de l'ambassade de France en Syrie

"Les autorités syriennes n'ont pas accédé à la demande que nous avions faite d'envoyer l'ambassadeur de France à Homs pour qu'il puisse prendre contact avec le Croissant rouge et la Croix-rouge et donner ainsi toutes les garanties de sécurité à Edith Bouvier et William Daniels" pour leur évacuation avait indiqué hier soir Alain Juppé.

Hier la Grande-Bretagne avait annoncé le retrait de tout son personnel diplomatique de Syrie et la suspension de l'activité de son ambassade à Damas. e la Suisse. Les Etats-Unis avaient eux fermé leur représentation et évacué leurs derniers personnels sur place dés le début du mois de février.
avatar
ivo

Messages : 26407
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Syrie

Message  ivo le Sam 3 Mar - 19:34

Syrie: le quartier rebelle de Homs toujours interdit d'accès à la Croix-Rouge
fr info
Alors que les insurgés de l'Armée syrienne libre ont quitté cette semaine le quartier de Bab Amro, les organisations humanitaires dont la Croix-Rouge n'ont toujours pas réussi à accéder aux blessés. Les négociations continuent.


Vue aérienne du quartier de Bab Amro © Reuters

Un convoi de sept camions chargés de vivres mais aussi de médicaments et d'autres denrées de première nécessité est bloqué aux porte de ce quartier dévasté par les bombardements.

Des informations précédentes laissaient sous entendre que le CICR était arrivé dans le quartier.Information démentie par son porte parole à Damas.


Les autorités syriennes ont en revanche remis au CICR les
dépouilles du photographe français Rémi Ochlik et de la
journaliste américaine Marie Colvin, tués le 22 février par un
bombardement à Bab Amro.

Syrie: la Croix-Rouge négocie toujours pour entrer dans le quartier rebelle de Homs, explications de Perrine Mouterde
avatar
ivo

Messages : 26407
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Syrie

Message  ivo le Dim 4 Mar - 8:52

La Chine demande l'arrêt des violences en Syrie
fr info
Pékin demande au gouvernement et aux rebelles syriens de mettre immédiatement fin aux violences dans le pays, en particulier contre les civils, dans un communiqué publié par le ministère des Affaires étrangères chinois.


Manifestation contre Bachar Al-Assad au Liban © Reuters Jamal Saidi

La Chine lève enfin la voix contre Damas. Elle demande l'arrêt des violences et l'ouverture d'un dialogue "sans condition préalable". Le ministère des Affaires étrangères chinois indique aujourd'hui dans un communiqué :

"Le gouvernement syrien et toutes les parties concernées devraient immédiatement, totalement et inconditionnellement mettre fin à tous les actes de violence, en particulier la violence contre des civils innocents"


La Chine maintient tout de même qu'elle est opposée "à toute ingérence dans les affaires intérieures de la Syrie sous le prétexte de questions humanitaires". Jeudi dernier elle avait voté contre une résolution du Conseil des droits de l'homme de l'Onu condamnant la répression en Syrie. Mais le même jour elle avait voté pour faire part de la "profonde déception" des membres du Conseil de sécurité de l'Onu face au refus du gouvernement de Damas d'autoriser la venue de Valerie Amos, responsable des opérations humanitaires des Nations unies.

La Chine et la Russie ont opposé leur veto à deux reprises à des projets de résolution de l'Onu dénonçant la répression en Syrie, qui aurait fait plus de 7.500 morts dans la population civile depuis la mi-mars 2011.
avatar
ivo

Messages : 26407
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Syrie

Message  ivo le Dim 4 Mar - 19:28

Des réfugiés syriens affluent au Liban
fr info
Un à deux mille réfugiés fuyant la violence en Syrie franchissent la frontière et pénètrent actuellement dans le nord du Liban, selon le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés.

Depuis la frontière libanaise on entend les bombardements syriens. Quelques 2.000 personnes - surtout des femmes et des enfants - fuient la Syrie et se réfugient chez leurs voisins. Ils viennent notamment de Kousair, ville de 40.000 habitants située à 12km de la frontière, et actuellement pillonnée par l'armée syrienne.

"Entre un et deux mille Syriens sont en train d'arriver au Liban"

"Les chiffres seront plus clairs dans les heures à venir. C'est ce que nous savons de nos équipes sur le terrain et des autorités locales", précise Jean-Paul Cavalieri, représentant adjoint du Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) au Liban. Le HCR comptabilisait jusqu'ici environ 7.000 réfugiés syriens au Liban.

En Syrie, du côté de Homs cette fois, la Croix-Rouge internationale s'efforce toujours d'accéder au quartier de Baba Amr, mais les autorités syriennes bloquent toujours un convoi d'aide humanitaire pour les milliers de civils pris au piège.
avatar
ivo

Messages : 26407
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Syrie

Message  ivo le Mar 6 Mar - 20:11

Syrie : les humanitaires impuissants aux portes de Homs
fr info
La Croix-Rouge attend toujours de pouvoir accéder aux blessés près de Homs. La responsable des opérations humanitaires de l'Onu doit se rendre sur place dès mercredi. Pendant ce temps, les violences se poursuivent.


Manifestation de réfugiés syriens devant le siège de la Croix Rouge à Tripoli au nord du Liban © Reuters

Après sa sanglante conquête du quartier de Baba Amr à Homs le 1er mars, l’armée syrienne pilonne maintenant Rastane dans le centre du pays. Les forces du régime de Bachar al-Assad ont également lancé une offensive à Yabroud dans la province de Damas et mené des opérations notamment dans la province de Deraa (sud), selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Six civils sont déjà morts dans ces bombardements.

"Ce qui se passe à Rastane est identique à ce qui s'est passé à Baba Amr : blocus, tirs d'artillerie et au lance-roquettes", a de son côté estimé Hadi Abdallah, militant à Homs de la Commission générale de la révolution syrienne. A Homs justement, le CICR attend toujours de pouvoir accéder aux blessés. Quatre jours sans pouvoir acheminer un convoi d’aide d’urgence. Les autorités ont avancé des raisons de sécurité, en particulier la présence de bombes et de mines, pour justifier ce délai dénoncé par la communauté internationale.

La responsable des opérations humanitaires de l'ONU Valérie Amos a dit de son côté qu'elle se rendrait en Syrie à partir de mercredi pour tenter d'obtenir un accès humanitaire "sans entrave". Sur le plan diplomatique, l'émissaire de l'Onu et de la Ligue arabe, Kofi Annan lui même, a reçu l'accord des autorités syriennes pour effectuer sa première visite à Damas. Ce sera samedi prochain.

La Syrie va-t-elle accepter un cessez-le-feu humanitaire à Baba Amr ? Réponses de M. Lemaresquier et du CICR sur France Info
avatar
ivo

Messages : 26407
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Syrie

Message  ivo le Mer 7 Mar - 20:22

Homs : le Croissant-Rouge syrien est entré à Baba Amr
fr info
Les humanitaires attendaient le feu vert depuis vendredi. Une équipe du Croissant-Rouge arabe syrien a pénétré cet après-midi dans le quartier de Baba Amr à Homs. L’armée syrienne interdisait jusqu’ici l’accès à cet ancien bastion de la rébellion, cible de lourds bombardements.

Les membres de l'équipe sont restés sur place "environ 45 minutes. Ils ont découvert que la plupart des habitants avaient quitté Bab Amro pour d'autres secteur de la ville", selon le porte-parole du Comité international de la Croix-Rouge.

Valerie Amos, responsable des opérations humanitaires des Nations unies, accompagnait le convoi. Elle a passé ces trois derniers jours à convaincre le régime d'ouvrir le quartier aux ONG.

D'autres quartiers de Homs ont à nouveau été bombardés la nuit dernière, selon l'opposition.

Air France suspend la ligne Paris-Damas "jusqu'à nouvel ordre"
fr info
"En raison de la situation en Syrie, Air France a décidé de suspendre ses vols vers Damas jusqu'à nouvel ordre", a annoncé ce midi un porte-parole de la compagnie.

Air France assurait jusqu'ici trois allers-retours par semaine entre Paris et la capitale syrienne. Lundi, elle avait annulé un premier vol. Ces décisions suivent la dégradation des relations diplomatiques entre les deux pays, illustrée par la fermeture de l'ambassade de France à Damas vendredi dernier.
avatar
ivo

Messages : 26407
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Syrie

Message  ivo le Jeu 8 Mar - 10:11

Syrie: Homs "dévastée", selon la responsable humanitaire de l'ONU
http://www.liberation.fr/depeches/01012394418-syrie-assauts-sur-plusieurs-villes-la-responsable-des-missions-humanitaires-de-l-onu-attendue

Damas interdisait jusque-là l'accès de Baba Amr aux humanitaires, mettant en avant des raisons de sécurité, en particulier la présence de bombes et de mines. ( © AFP photo AFP)

DAMAS (AFP) - La responsable des opérations humanitaires de l'ONU est arrivée mercredi en Syrie où elle a pu visiter des quartiers de Homs "totalement dévastés" alors que les violences se sont poursuivies à travers le pays, plusieurs morts ayant été signalés dans la province d'Idleb (nord-ouest).

Précédant de trois jours l'émissaire de l'ONU et de la Ligue arabe Kofi Annan, Valerie Amos a rencontré des responsables syriens et s'est rendue dans la ville de Homs (centre).

Elle a pu entrer brièvement dans le quartier de Baba Amr, assiégé et pilonné par l'artillerie pendant un mois avant que les forces gouvernementales ne le reprennent le 1er mars.

La responsable de l'ONU a tenté de se rendre dans des quartiers tenus par l'opposition armée mais "n'a pas été en mesure de le faire" pour des raisons de sécurité, selon sa porte-parole Amanda Pitt.

Le ministre des Affaires étrangères Walid Mouallem lui avait pourtant "confirmé qu'elle pourrait se rendre là où elle voudrait", a souligné la porte-parole de Mme Amos, venue en Syrie pour obtenir un accès humanitaire "sans entrave" aux populations touchées par les violences.

Au cours de ce déplacement de près d'une heure, Mme Amos et les personnes qui l'accompagnaient "ont entendu des coups de feu". "Les parties (de la ville) qu'ils ont vues étaient totalement dévastées", a expliqué Amanda Pitt.

Symbole de la contestation jusqu'à sa chute, Baba Amr était quasi désert, ses habitants ayant fui les combats, a constaté le Croissant rouge, qui accompagnait Mme Amos.

Les bombardements y ont fait quelque 700 morts et des milliers de blessés, selon l'ONG Human Rights Watch. Des tirs de roquettes ont été signalés dans d'autres quartiers de Homs mercredi par l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Damas interdisait jusque-là l'accès de Baba Amr aux humanitaires, mettant en avant des raisons de sécurité, en particulier la présence de bombes et de mines.

Mais selon Hadi Abdallah, militant à Homs de la Commission générale de la révolution syrienne, les autorités cherchaient en fait à "enterrer et brûler les cadavres et effacer les traces" de leurs crimes afin que la Croix-Rouge "ne s'aperçoive de rien".

La presse syrienne a fait état de la découverte de plusieurs corps d'étrangers à Baba Amr, dont un Européen accusé d'avoir aidé les rebelles.

Entre-temps, la répression a fait mercredi de nouvelles victimes, à Homs même et dans sa province, dans les provinces d'Alep (nord), d'Idleb et de Deraa (sud). Au moins 19 personnes, dont 13 civils et 6 déserteurs, ont été tuées par l'armée syrienne, a rapporté l'OSDH.

Et selon le Conseil national syrien (CNS) --la plus importante coalition de l'opposition--, qui redoute une "réédition du massacre" de Baba Amr, "42 chars et 131 véhicules de transport de troupes" se dirigent vers Saraqeb, dans la province d'Idleb, et "des colonnes militaires se dirigeaient vers la ville d'Idleb" mercredi.

Selon un nouveau bilan de l'OSDH, les violences ont fait 8.458 morts, en majorité des civils, depuis le début de la révolte il y a près d'un an.

Alors que de plus en plus de militants réclament au moins une zone d'exclusion aérienne, le président américain Barack Obama a exclu "de lancer, comme certains l'ont suggéré, une action militaire unilatérale ou de croire qu'existe une solution simple".

"Ce qui se passe en Syrie est bouleversant et scandaleux", a-t-il jugé.

Washington pourrait néanmoins fournir une aide non militaire aux rebelles, comme des moyens de communication, comme l'a affirmé mercredi le secrétaire américain à la Défense Leon Panetta.

L'Egypte a mis en garde contre une possible guerre civile si des armes étaient fournies à l'opposition qui les réclame.
(ah ? parce que c'es t pas le cas là ?? ... )

De son côté, la Russie, comme l'a fait la Chine la semaine dernière, a appelé Damas et les rebelles à mettre "immédiatement" fin aux violences et à faciliter l'arrivée de l'aide humanitaire. La Russie comme la Chine ont bloqué à deux reprises des résolutions de l'ONU condamnant la répression en Syrie.

Un émissaire chinois, Li Huaxin, s'est rendu à Damas pour présenter des propositions de Pékin visant à résoudre la crise.

D'autre part, le président tunisien Moncef Marzouki a répété qu'il était prêt à accorder l'asile au président Bachar al-Assad, après le refus russe de l'accueillir, en vue d'"arrêter les massacres" eu Syrie.

En attendant, la situation humanitaire devient de plus en plus préoccupante, la nourriture et les médicaments se raréfient. Des milliers de Syriens continuent de fuir: environ 2.000 sont arrivés au Liban depuis ce week-end, d'après le Haut commissariat aux réfugiés (HCR).

Plus de 25.000 réfugiés sont actuellement recensés par l'ONU dans les pays voisins de la Syrie, et les violences ont déplacé entre 100.000 et 200.000 personnes à l'intérieur du pays.


Syrie : un haut responsable du régime rejoint l'opposition
http://www.liberation.fr/monde/01012394664-syrie-un-haut-responsable-du-regime-rejoint-l-opposition
Le vice-ministre du pétrole Abdo Hussameddine a annoncé sa démission dans la nuit via une vidéo postée sur internet, dans laquelle il qualifie le régime de «criminel».

Le vice vice-ministre syrien du Pétrole, Abdo Hussameddine, a annoncé dans la nuit de mercredi à jeudi sa démission et qu'il rejoignait l'opposition, devenant le plus haut cadre du régime de Bachar al-Assad à faire défection depuis le début des violences.

De son côté, la responsable des opérations humanitaires de l'ONU, Valerie Amos, est arrivée mercredi en Syrie où elle pu visiter des quartiers de la ville de Homs "totalement dévastés", selon sa porte-parole, Amanda Pitt.

Elle a notamment pu entrer brièvement dans le quartier de Baba Amr, assiégé et pilonné par l'artillerie pendant un mois avant que les forces gouvernementales ne le reprennent le 1er mars.

Entretemps, la répression a fait mercredi de nouvelles victimes, à Homs même et dans sa province, dans les provinces d'Alep (nord), d'Idleb et de Deraa (sud). Au moins 27 personnes, dont 7 déserteurs, ont été tuées par l'armée, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Dans un message vidéo posté sur le site Youtube par des opposants, le vice-ministre du Pétrole annonce rejoindre "la révolution du peuple qui rejette l'injustice et la campagne brutale du régime".

Rami, le militant qui a tourné la vidéo et l'a postée sur YouTube, a indiqué à l'AFP à Beyrouth que l'opposition avait aidé à organiser la défection du vice-ministre. Invoquant des raisons de sécurité, il n'a pas révélé l'endroit où le message a été enregistré.

Dans son message, Abdo Hussameddine affirme avoir servi le gouvernement syrien pendant 33 ans et ne pas souhaiter terminer sa vie "au service d'un régime criminel".

"C'est pourquoi j'ai pris le droit chemin, sachant que ce régime brûlera ma maison, traquera ma famille et fabriquera des mensonges", ajoute-t-il en appelant les autres membres du gouvernement à abandonner "un bateau qui coule".

La complicité coupable de la Russie et la Chine

Il s'en prend également à la Russie et à la Chine, accusant leurs deux gouvernements de ne pas "être des amis du peuple syrien mais des partenaires des assassinats" de Syriens.

La Russie comme la Chine ont bloqué à deux reprises des résolutions de l'ONU condamnant la répression en Syrie.

A Homs, la responsable des opérations humanitaires de l'ONU a tenté de se rendre dans des quartiers tenus par l'opposition armée mais "n'a pas été en mesure de le faire" pour des raisons de sécurité, selon sa porte-parole.

Le ministre des Affaires étrangères Walid Mouallem lui avait pourtant "confirmé qu'elle pourrait se rendre là où elle voudrait", a souligné la porte-parole de Mme Amos, venue en Syrie pour obtenir un accès humanitaire "sans entrave" aux populations touchées par les violences.

Au cours de ce déplacement de près d'une heure, Mme Amos et les personnes qui l'accompagnaient "ont entendu des coups de feu".

Symbole de la contestation jusqu'à sa chute, Baba Amr était quasi désert, ses habitants ayant fui les combats, a constaté le Croissant rouge, qui accompagnait Mme Amos.

Les bombardements y ont faite 700 morts et des milliers de blessés, selon l'ONG Human Rights Watch. Des tirs de roquettes ont été signalés dans d'autres quartiers de Homs mercredi par l'OSDH.

Damas interdisait jusque-là l'accès de Baba Amr aux humanitaires, mettant en avant des raisons de sécurité, en particulier la présence de bombes et de mines.

Mais selon Hadi Abdallah, militant à Homs de la Commission générale de la révolution syrienne, les autorités cherchaient en fait à "enterrer et brûler les cadavres et effacer les traces" de leurs crimes afin que la Croix-Rouge "ne s'aperçoive de rien".

Massacres

La presse syrienne a fait état de la découverte de plusieurs corps d'étrangers à Baba Amr, dont un Européen accusé d'avoir aidé les rebelles.

Et selon le Conseil national syrien (CNS) --la plus importante coalition de l'opposition--, qui redoute une "réédition du massacre" de Baba Amr, "42 chars et 131 véhicules de transport de troupes" se dirigent vers Saraqeb, dans la province d'Idleb, et "des colonnes militaires se dirigeaient vers la ville d'Idleb" mercredi.

Selon un nouveau bilan de l'OSDH, les violences ont fait plus de 8.500 morts, en majorité des civils, depuis le début de la révolte il y a près d'un an.

Alors que de plus en plus de militants réclament au moins une zone d'exclusion aérienne, le président américain Barack Obama a exclu "de lancer, comme certains l'ont suggéré, une action militaire unilatérale ou de croire qu'existe une solution simple".

"Ce qui se passe en Syrie est bouleversant et scandaleux", a-t-il jugé.

Washington pourrait néanmoins fournir une aide non militaire aux rebelles, comme des moyens de communication, selon le secrétaire américain à la Défense Leon Panetta.

L'Egypte a mis en garde contre une possible guerre civile si des armes étaient fournies à l'opposition qui les réclame.

De son côté, la Russie, comme l'a fait la Chine la semaine dernière, a appelé Damas et les rebelles à mettre "immédiatement" fin aux violences et à faciliter l'arrivée de l'aide humanitaire.

L'ambassadeur russe à l'ONU, Vitali Tchourkine, a lui accusé le gouvernement libyen d'abriter un camp d'entraînement pour des rebelles syriens qui ont mené des actions contre le régime de Damas.

Un émissaire chinois, Li Huaxin, s'est rendu à Damas pour présenter des propositions de Pékin visant à résoudre la crise.

D'autre part, le président tunisien Moncef Marzouki a répété être prêt à accorder l'asile au président al-Assad, après le refus russe de l'accueillir, en vue d'"arrêter les massacres".
avatar
ivo

Messages : 26407
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Syrie

Message  ivo le Ven 9 Mar - 19:38

Les désertions se poursuivent dans l’armée syrienne
fr info
Quatre généraux et deux colonels de l’armée syrienne sont arrivés aujourd’hui en Turquie. Ces déserteurs viennent s’ajouter aux 12.000 Syriens qui ont trouvé refuge dans le pays depuis mars 2011, date du déclenchement de la révolte anti-régime en Syrie.

A la frontière turco-syrienne, les camps de réfugiés se remplissent chaque jour un peu plus. Et parmi eux, des officiers déserteurs de l’armée syrienne. "Ces derniers jours, 234 Syriens, dont deux généraux, un colonel et deux sous officiers, qui ont fui les conflits dans leur pays", sont arrivés à Reyhanli, petite ville turque située à la frontière syrienne, a indiqué le sous-préfet de cette localité, Yusuf Güler.

Les camps de réfugiés sont situés à Hatay (sud) où sont aussi basés des membres de l'Armée syrienne libre (ASL) et son chef, le colonel Riad al-Assaad, formée de déserteurs de l'armée nationale. L'ASL a mené plusieurs opérations contre des soldats de l'armée régulière qui ont fait des dizaines de morts.
avatar
ivo

Messages : 26407
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Syrie

Message  ivo le Sam 10 Mar - 19:12

Dialogue de sourds entre Bachar al-Assad et Kofi Annan
fr info
Le président syrien a reçu l'émissaire international envoyé pour tenter de pacifier la situation en Syrie. Bachar al-Assad a à nouveau refusé tout dialogue tant que les "groupes terroristes" ne seront pas éliminés.


Kofi Annan n'a pas convaincu Bachar al-Assad d'arrêter les violences en Syrie © Reuters Sana Sana

Pendant toute la durée de l'entretien à Damas, les bombes ont continué à pleuvoir sur le bastion rebelle d'Idleb, dans le nord-ouest du pays. Au moins 36 personnes ont été tués dans ces bombardements, et la ville a même été prise d'assaut en fin de journée par l'armée syrienne. Comme un nouveau pied-de-nez de Bachar el-Assad à la communauté internationale.

Le président syrien l'a d'ailleurs redit à Kofi Annan, l'émissaire de l'ONU et de la Ligue arabe : tout dialogue est voué à l'échec tant que les "groupes terroristes" ne sont pas éliminés. Il précise toutefois que "la Syrie est prête à faire réussir tout effort sincère pour trouver une solution". Mais "tout dialogue ou processus politique ne peut réussir tant qu'il y a des groupes terroristes qui oeuvrent pour semer le chaos et la déstabilisation en s'attaquant aux civils et aux militaires". Depuis le début de la révolte, le 15 mars 2011, le régime assure que la contestation est le fait de groupes armés et manipulés par l'étranger.

Mission difficile pour Kofi Annan

L'émissaire de l'ONU quittera Damas demain, après avoir rencontré des reponsables gouvernementaux et de la société civile. Mais sa mission est particulièrement ardue : il souhaite obtenir "un cessez-le-feu immédiat, une solution politique globale, un accès et une aide humanitaires".

Kofi Annan aurait toutefois exprimé son "refus de l'ingérence étrangère dans les affaires de la Syrie", selon l'agence officielle Sana.



Alain Juppé s'inquiète d'un "risque de guerre civile entre les communautés syriennes"
fr info
Selon le ministre des Affaires étrangères, une intervention militaire en Syrie "n'est pas à l'ordre du jour: la Syrie n'est pas la Libye." Il souhaite remettre dans les discussions l'idée des corridors humanitaires. Et il estime que "ce régime ne pourra pas se maintenir." Alain Juppé qui cite Dominique de Villepin qui a dit que la Syrie l'empêchait de dormir: "Moi aussi."

Alain Juppé s'inquiète d'un "risque de guerre civile entre les communautés syriennes" au micro de Quentin Dickinson


La Syrie rappelle ses ambassadeurs en poste en Europe
fr info
La Syrie a commencé à rappeler ses ambassadeurs en poste dans les 27 pays de l'Union européenne. Damas craint en effet qu'ils soient expulsés en représailles à la brutalité de la répression par le régime du président Bachar al-Assad.

Les Vingt-Sept, menés par la France, étudient la possibilité de réduire collectivement le niveau de leur relations diplomatiques avec Damas. Bien qu'aucun accord n'ait été pris pour le moment, la France a déjà fermé son ambassade à Damas.
avatar
ivo

Messages : 26407
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Syrie

Message  Groucho Marx le Sam 10 Mar - 20:07

Syrie : Des militaires français capturés par l'armée syrienne ?
http://www.francesoir.fr/actualite/international/syrie-treize-militaires-francais-captures-par-l-armee-syrienne-193534.html
Depuis plusieurs jours, des "informations", encore à l'état de rumeur, se propagent sur internet, faisant état de militaires français et de membres de la Direction Générale de la Sécurité Extérieure (DGSE) capturés par les autorités syriennes. Démentie par le Quai d'Orsay, puis par le ministère de Défense, l'information n'a pas été confirmé dans les autorités françaises. Certains évoquent une "tentative de déstabilisation". Pour d'autres, l'information qui entretient un certain flou est troublante.
"Les informations ont d'abord fait état d'un bataillon de 180 militaires, avant que le chiffre ne soit ramené, pour plus de vraisemblance, autour de la quinzaine", estime J. D. Merchet AFP

L'information émane d'un journal libanais réputé, The Daily Star, mais est à prendre avec la plus grande précaution. Lundi dernier, le quotidien de Beyrouth affirmait dans ses colonnes qu'au moins treize officiers de l'armée française ont été capturés par les forces syriennes. L'annonce, reprise par The Telegraph, est toutefois toujours à prendre au conditionnel.


Citant une source palestinienne basée à Damas, a priori pro-syrienne, le journal précise que ces officiers français seraient retenus dans un hôpital de campagne proche de la ville syrienne de Homs, et que des responsables à Paris et à Damas tentent de trouver un arrangement pour obtenir leur libération. L'information a été reprise au conditionnel par l'agence de renseignement privée américaine, Stratfor.
"Nous ne confirmons pas, et ne démentons pas"

Un porte-parole du ministère français des affaires étrangères, cité par le Daily Star, a contredit cette information : « Nous démontons toute présence des troupes françaises sur le sol syrien ». Un autre porte-parole du ministère de la Défense, toujours interrogé par le Daily Star, n'en dira pas beaucoup plus : « Nous n'avons aucune information là-dessus. Nous ne confirmons pas, et ne démentons pas. »

L'arrivée de ces troupes françaises et membres de la DGSE coïnciderait pourtant avec l'évacuation, la semaine dernière, de plusieurs reporters occidentaux dont la journaliste du Figaro, Edith Bouvier, et le photographe, William Daniels. Le récit de leur fuite ne mentionne d'ailleurs que l'aide des rebelles syriens. Lundi matin, interviewé sur France Inter, le photographe de guerre a réfuté toute assistance de la part d'officiers français : « Je n'ai eu aucun contact avec des soldats français pendant cette opération. Nous avons seulement vu des Syriens de l'Armée syrienne libre. Nous leur devons notre salut », avait-il déclaré.
"Tout cela n'est pas sérieux"

Sur le blog Secret défense, le journaliste français Jean-Dominique Merchet, citant une source anonyme, affirme dans un billet qu'il s'agit « d'informations absolument sans fondement, qui relèvent de l'intoxication, voire de la déstabilisation ». Selon lui, l'une des sources de ces « rumeurs » est un ancien du Réseau Voltaire, Thierry Meyssan, aujourd'hui installé à Beyrouth, et qui s'était fait connaître par un ouvrage dans lequel il niait que des terroristes arabes aient participé au 11 septembre.

« Si de telles personnes étaient détenues par les forces syriennes ou autres, cette information serait impossible à cacher, estime Jean-Dominique Merchet. La preuve ? L'enlèvement de deux militaires de la DGSE à Mogadiscio en Somalie, en juillet 2009, a été connu au bout de quelques heures. La France n'est pas une dictature dans laquelle des hommes disparaissent sans laisser de traces. Tout cela n'est pas sérieux. »

La Russie, pays allié de la Syrie, prend pour sa part le contre-pied de cette vision. Le chaîne Russia Today évoque de son côté plus de 120 soldats français capturés par l'armée syrienne. Donnant encore un peu de moins de crédit à l'information du Daily Star. Toutefois, la France n'est pas officiellement en conflit avec la Syrie. Le 13 février dernier, le ministre des Affaires étrangères, Alain Juppé, avait déclaré : « Nous pensons qu'aujourd'hui toute intervention à caractère militaire extérieure ne ferait qu'aggraver la situation, d'autant qu'il n'y aura pas de décision du Conseil de sécurité, qui est la seule instance à même d'autoriser une intervention militaire. » Et si cette information s'avérait finalement exacte, on pourrait toutefois se poser la question du sort réservé à ces soldats français, qui, alors, ne bénéficieraient pas du statut de prisonnier de guerre.
avatar
Groucho Marx

Messages : 411
Date d'inscription : 12/11/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Syrie

Message  ivo le Dim 11 Mar - 19:32

Kofi Annan quitte la Syrie sans accord pour mettre fin aux violences
fr info
L'émissaire international a conclu sa visite en Syrie sans parvenir à un accord pour mettre fin à un an de violences en Syrie. Pendant les deux jours de passage de Kofi Annan, les affrontements ont fait plus de 120 morts.

"Cela va être difficile, mais nous devons espérer." Au terme de deux jours de visite officielle, Kofi Annan veut rester optimiste. Pourtant son passage à Damas n'a pas vraiment arrangé les choses en Syrie. Une visite qui visait à négocier une sortie de crise, après un an de violences et plus de 8.500 morts, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme.

Hier déjà, la rencontre avec Bachar al-Assad avait donné le ton. Le dirigeant syrien avait refusé tout processus de dialogue tant qu'il y aurait "des groupes terroristes oeuvrant pour semer le chaos". Depuis hier, le régime a d'ailleurs intensifié son offensive contre les combattants rebelles, notamment dans les régions d'Idleb, de Damas ou de Hama. Au moins 34 personnes ont été tuées ce dimanche.

"On ne peut pas se permettre d'échouer"

Pour Kofi Annan, il doit pourtant y avoir un terrain d'entente possible. L'émissaire de l'ONU affirme avoir présenté au régime "une série de propositions concrètes" pour arrêter le bain de sang. "La situation est si mauvaise et dangereuse qu'on ne peut pas se permettre d'échouer", s'inquiète Kofi Annan, qui doit également visiter des camps de réfugiés syriens en Turquie.

La question syrienne sera à nouveau au centre des discussions demain lundi, au siège des Nations-Unies cette fois. Les ministres des Affaires étrangères américains, éuropéens et russe célèbreront le Printemps arabe. La Syrie devrait y dominer les débats.
avatar
ivo

Messages : 26407
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Syrie

Message  ivo le Lun 12 Mar - 11:53

Syrie: 47 femmes et enfants "massacrés" par le régime à Homs, selon des militants
http://www.liberation.fr/depeches/01012395407-syrie-47-corps-a-homs-massacres-par-le-regime-selon-les-militants

"Les corps d'au moins 26 enfants et 21 femmes ont été retrouvés dans les quartiers de Karm al-Zeitoun et al-Adawiyé, par les chabbiha", les milices pro-régime qui participent à la répression au côté de l'armée, a dit à l'AFP Hadi Abdallah, militant local, vidéo à l'appui. ( © AFP -)

BEYROUTH (AFP) - Une cinquantaine de corps de femmes et d'enfants ont été retrouvés dans la ville syrienne de Homs (centre), un "massacre" attribué par l'opposition aux forces du régime et par les médias officiels à des "gangs terroristes".

Les photos et les vidéos diffusées par les militants montrent des images insoutenables d'enfants à la tête ensanglantée et au visage mutilé, ainsi que des corps complètements carbonisés.

Le Conseil national syrien (CNS), principale formation de l'opposition, a précisé que le "massacre" avait été perpétré dimanche et dit "mener les contacts nécessaires avec l'ensemble des organisations et des pays amis du peuple syrien en vue d'une réunion d'urgence du Conseil de sécurité" de l'ONU.

Le président de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), Rami Abdel Rahmane, a confirmé à l'AFP ces tueries dans le grand quartier de Karm al-Zeitoun, dont une partie est contrôlée depuis quelques jours par l'armée et l'autre par les militaires dissidents.

"Des centaines de familles ont fui Homs dans la nuit, notamment du quartier de Karm al-Zeitoun, par crainte de nouveaux massacres par les forces du régime" et "beaucoup ont passé la nuit en plein air", selon lui.

"Les corps d'au moins 26 enfants et 21 femmes ont été retrouvés dans les quartiers de Karm al-Zeitoun et Al-Adawiyé, dont certains égorgés, d'autres poignardés par les chabbiha", les milices pro-régime, a affirmé à l'AFP Hadi Abdallah, militant local de la Commission générale de la révolution syrienne.

La télévision d'Etat a accusé des "gangs terroristes armés" d'avoir "kidnappé des citoyens à Homs et de les avoir tués et filmés pour susciter des réactions internationales contre la Syrie", et affirmé que les "autorités compétentes ont délivré les habitants de Karm al-Zeitoun des terroristes". "Les gangs terroristes armés nous ont habitués à commettre plus de crimes avant les réunions du Conseil de sécurité", a-t-elle indiqué, dénonçant une "hystérie médiatique terroriste contre la Syrie".

L'AFP n'est pas en mesure de confirmer ces informations en raison des restrictions draconiennes imposées aux médias pour la couverture de la crise en Syrie, où le régime de Bachar al-Assad réprime depuis un an dans le sang une contestation populaire qu'il assimile à du "terrorisme".

Selon M. Abdallah, "des membres de l'Armée syrienne libre (ASL, formé des militaires dissidents) sont parvenus à transporter les corps au quartier de Bab Sebaa (à Homs), plus sûr" et c'est là que les militants ont filmé les corps. "Certaines victimes ont été égorgées avec des couteaux, d'autres poignardées. Des enfants ont été frappés à la tête par des objets tranchants. Une fillette a été mutilée et certaines femmes ont été violées avant d'être tuées", a indiqué M. Abdallah.

"De nouveaux massacres pourront être encore perpétrés à l'avenir si la communauté internationale reste silencieuse", a affirmé M. Abdallah. "Nous appelons sans détour à une intervention militaire étrangère, à des frappes contre le régime et à armer l'ASL". "Nous ne voulons plus de paroles, cela fait des mois que les Etats-Unis et les autres appellent Bachar à cesser les violences, mais il continue de tuer les gens. Ca suffit, s'ils n'ont rien d'autre à dire, qu'ils se taisent", a ajouté le militant.

Dans un incident séparé, M. Abdallah a rapporté que les forces du régime avaient "rassemblé dimanche des dizaines de femmes et filles sur des places publiques à Karm el-Zeitoun, les ont dénudées et ont commencé à rigoler, en présence de leurs familles". "Des parents témoins de ces humiliations m'ont dit qu'ils ne pouvaient que pleurer (étant) menacés par une arme", a-t-il dit.
avatar
ivo

Messages : 26407
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Syrie

Message  ivo le Mer 14 Mar - 10:08

SYRIE. L'armée a repris le contrôle total de la ville d'Idleb
http://tempsreel.nouvelobs.com/la-revolte-syrienne/20120314.OBS3706/syrie-l-armee-a-repris-le-controle-total-de-la-ville-d-idleb.html
Cette reprise intervient deux semaines après celle de Baba Amr, quartier rebelle de la ville de Homs.

L'armée syrienne a pris le contrôle total de la ville rebelle d'Idleb, dans le nord-ouest du pays, au terme d'un assaut qui a duré quatre jours et a poussé les insurgés à se retirer, a affirmé mercredi 14 mars un militant.

"Depuis hier soir, il n'y a plus de combats, l'Armée syrienne libre (ASL) s'est retirée et l'armée régulière a pris d'assaut toute la ville et mène des perquisitions maison par maison", a affirmé Noureddine al-Abdo, militant local dans la ville. "L'armée poursuit ses arrestations jusqu'à ce matin", dit-il.

"L'ASL a préféré se retirer. Tout le monde sait qu'elle est incapable de faire face à (la puissance de feu) de l'armée", a ajouté le militant.

"Temps record"

Mardi, un quotidien proche du pouvoir avait indiqué que l'offensive d'envergure lancée depuis quelques jours dans la ville d'Idleb s'était achevée.

"Trois jours après le début de l'opération d'envergure dans la ville d'Idleb (...) celle-ci s'est terminée en un temps record", a affirmé le quotidien privé "Al-Watan", proche du pouvoir.

Le contrôle d'Idleb intervient deux semaines après la reprise de Baba Amr, quartier rebelle de la ville de Homs (centre) repris par l'armée le 1er mars après un mois de bombardements meurtriers qui ont fait des centaines de victimes.

Les militants craignaient depuis plusieurs jours que la ville d'Idleb ne subisse le même sort.

"Manque d'équipement"

Selon les militants, le fait qu'Idleb n'ait pas autant résisté que Baba Amr s'explique notamment par le manque d'équipement : alors que les armes parvenaient en abondance à Baba Amr, en provenance notamment du nord du Liban frontalier de la province de Homs, cela n'a pas été le cas pour Idleb.

"Les rebelles d'Idleb ne recevaient pas d'armes. Ce dont ils disposaient, c'était essentiellement les armes que les déserteurs avaient amenées avec eux", indique Noureddine al-Abdo.

Les combattants rebelles, essentiellement des déserteurs équipés d'armes légères et moyennes, répètent souvent qu'ils peinent face à l'artillerie lourde des forces régulières.


SUR LE MÊME SUJET
» SYRIE. Pourquoi ce soutien jusqu'au-boutiste de la Russie ?
» SYRIE. "Sans internet, nous mourrions en silence"
» SYRIE. Kofi Annan a reçu une réponse de Bachar al-Assad
avatar
ivo

Messages : 26407
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Syrie

Message  ivo le Mer 14 Mar - 12:42

Amnesty dénonce les 31 méthodes de torture encouragées par le régime syrien
fr info
Un an après le début d’un soulèvement sans précédent, réprimé dans le sang, les détenus syriens sont confrontés "à un monde cauchemardesque de torture systématique" qui ramène le pays des décennies en arrière, dénonce Amnesty International dans un rapport publié ce mercredi.


Manifestation de réfugiés syriens devant l'ambassade de Syrie à Amman, en Jordanie © Reuters Ali Jarekji

Tel père, tel fils.

En Syrie, la situation "est désormais semblable à celle vécue par les détenus sous l’ancien président Hafez al-Assad – un monde cauchemardesque de torture systématique", affirme le porte-parole d’Amnesty au Moyen-Orient, Ann Harrison.

Le rapport de l’organisation se fonde sur les témoignages d'anciens détenus recueillis dans des camps de réfugiés jordaniens, selon lesquels les violences commencent dès leur arrestation, et monte crescendo dans les centres de détention : les opposants sont alors "frappés avec des bâtons, des crosses de fusil, des fouets, des poings, des câbles", précise Amnesty.
La violence atteint son paroxysme au cours des interrogatoires : "Plusieurs survivants ont raconté la pratique du ‘dulab’ (pneu en arabe, ndlr), durant laquelle la victime est coincée dans un pneu – souvent hissé en hauteur – et battue", poursuit l’organisation. Les détenus sont également soumis à des chocs électriques, voire violés. "L’officier l’a violé contre le mur, Khaled pleurait, en frappant sa tête contre le mur", relate Tareq, qui a été contraint d’assister au viol de l’un de ses codétenus.

Dans son rapport, Amnesty International recense pas moins de 31 méthodes de torture systématique encouragées par le régime syrien. Et atteste que des "crimes contre l’humanité" sont commis en Syrie. "L’ampleur de la torture et des mauvais traitements a atteint un niveau jamais vu pendant des années et rappelle l’ère sombre des années 1970 et 1980", poursuit l’organisation.
Appelant l’ONU à renforcer sa capacité de contrôle, Amnesty conclut que les responsables de ces actes, y compris ceux qui les ont encouragés, "doivent n’avoir aucun doute sur le fait qu’ils seront confrontés à la justice".
avatar
ivo

Messages : 26407
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Page 6 sur 13 Précédent  1, 2, 3 ... 5, 6, 7 ... 11, 12, 13  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum