Derniers sujets
» ZAD partout ?
par ivo Aujourd'hui à 11:29

» ZAD notre dames des landes
par ivo Aujourd'hui à 11:27

» la police s'étonne qu'on ne l'aime pas
par ivo Aujourd'hui à 11:25

» les fous de dieu
par ivo Aujourd'hui à 11:20

» Necronomacron
par ivo Aujourd'hui à 11:09

» les "joies" du sport ...
par ivo Aujourd'hui à 10:48

» blancs comme neige ^^
par ivo Aujourd'hui à 10:16

» U.E.
par ivo Aujourd'hui à 10:14

» état d'urgence et autres restrictions....
par ivo Aujourd'hui à 10:05

» Today's joke
par ivo Aujourd'hui à 9:58

» Découvrir la Techno.
par ivo Aujourd'hui à 9:54

» homophobie dans le monde ...
par ivo Aujourd'hui à 9:20

» alimentation
par ivo Aujourd'hui à 9:17

» immigration ...
par ivo Aujourd'hui à 8:34

» [Deutschland- Österreich] Allgemeine Informationen. [Allemagne- Autriche] Informations générales.
par ivo Aujourd'hui à 8:31

» les photos d'actus - l'info en résumé
par ivo Aujourd'hui à 8:20

» Précarité
par ivo Hier à 8:16

» la phrase du jour
par ivo Hier à 8:12

» racisme quotidien
par ivo Ven 22 Sep - 10:16

» droites extremes
par ivo Ven 22 Sep - 10:06

» Etats-Unis
par ivo Ven 22 Sep - 9:35

» un peu de douceur ....
par ivo Ven 22 Sep - 9:18

» la crise ..........
par ivo Ven 22 Sep - 8:53

» Birmanie
par ivo Ven 22 Sep - 7:47

» No Futur - la terre au 21° siecle
par ivo Jeu 21 Sep - 11:38

» agriculture
par ivo Jeu 21 Sep - 11:01

» [中国- Chine] 一般信息- Informations générales
par ivo Jeu 21 Sep - 10:06

» afrique du sud
par ivo Jeu 21 Sep - 10:02

» armement><désarmement
par ivo Jeu 21 Sep - 9:11

» flicage total du net
par ivo Jeu 21 Sep - 9:06

» macronie
par ivo Jeu 21 Sep - 8:28

» ... 14/18 ...
par ivo Mar 19 Sep - 9:00

» retraites
par ivo Lun 18 Sep - 7:58

» pesticides / fongicides
par ivo Sam 16 Sep - 9:16

» Infos insolites.
par ivo Ven 15 Sep - 9:27

» pape, cathos, vatican et autres ....
par ivo Ven 15 Sep - 9:00

» No Futur - l'espace au 21° siecle
par ivo Ven 15 Sep - 8:38

» vite, je vais vomir ...
par ivo Jeu 14 Sep - 9:06

» médias ? quels médias ??
par ivo Jeu 14 Sep - 7:34

» internet , technologie, ...
par ivo Mer 13 Sep - 8:43

» Yemen
par ivo Mer 13 Sep - 7:54

» egypte
par ivo Mar 12 Sep - 9:28

» Philippines
par ivo Mar 12 Sep - 9:07

Syrie

Page 4 sur 13 Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 11, 12, 13  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Syrie

Message  spike le Ven 26 Aoû - 23:29



Les manifestants syriens ne désarment pas

Au moins trois manifestants ont été tués et 25 personnes blessées en Syrie lors de défilés qui ont rassemblé des dizaines de milliers de personnes pour le dernier vendredi du ramadan.

Deux personnes auraient été tuées à Deir Ezzor, une autre à Nawa.

D'autres militants des droits de l'Homme ont fait état de cinq blessés à Deir Ezzor, trois à Homs (centre) dont un père et sa fille de quatre qui se trouvaient devant chez eux, six à al Qusair (près de Homs), un à Qouriya (près de Deir Ezzor), cinq à Douma, un à Daraya et un autre à Kisweh, trois localités de la banlieue de Damas.

Selon l'agence officielle Sana, trois membres des forces de sécurité ont été blessés par balles lors d'une attaque par des hommes armés et cagoulés, dont deux ont été tués.

Des dizaines de milliers de personnes ont manifesté à travers le pays contre le régime du président Bachar al-Assad, scandant «Bachar, nous ne t'aimons pas même si tu transformes la nuit en jour» et «Nous sommes les hommes de la liberté», selon les militants.

«Vendredi de la patience et de la persévérance»

Abdel Karim Rihaoui, président de la Ligue syrienne des droits de l'homme, libéré cette semaine après 10 jours de détention, a mentionné des manifestations à Alep (nord) et à Ain al-Arab, une ville à majorité kurde à 150 km à l'est d'Alep, ainsi que dans plusieurs localités des environs de Deraa (sud), berceau de la contestation entamée mi-mars contre les autorités.

Selon M. Rihaoui, des manifestants ont reçu des coups de bâton à Midane, un quartier de Damas, et des défilés ont eu lieu en dépit de tirs et d'une très forte présence sécuritaire dans la banlieue de la capitale.

Comme chaque vendredi depuis le début du mouvement, la page Facebook «The Syrian revolution 2011» avait appelé à des rassemblements, placés cette semaine sous le thème du «Vendredi de la patience et de la persévérance».

A Homs, ville industrielle devenue une place forte de la contestation, des milliers de personnes ont défilé dans plusieurs quartiers, selon l'OSDH.

Des manifestations ont aussi eu lieu à Bou Kamal, à la frontière irakienne, et à Qamishli, dans le nord-est où se trouve une population d'origine kurde, selon Omar Idibi, porte-parole de la Coordination des comités locaux.

Le corps d'un camionneur turc tué jeudi dans des violences près de Homs devait être rapatrié vendredi en Turquie pour y être inhumé, a annoncé l'association des transporteurs turcs (UND). Mecit Akdogan, 50 ans, s'était retrouvé au milieu d'accrochages entre opposants et partisans du régime.

Selon l'ONU, le bilan de la répression s'élève à plus de 2.200 morts depuis mars et l'ambassadeur de Syrie à l'ONU, Bachar Jaafari, a assuré le 11 août que 500 membres des forces de l'ordre avaient été tués par des manifestants depuis le début de la contestation.

Répression «stérile», estime le Qatar

L'émir du Qatar, Hamad Ben Khalifa Al-Thani, a qualifié la répression de «stérile» et appelé les autorités à faire rapidement d'importantes réformes. «Nous avons essayé d'encourager nos frères en Syrie pour qu'ils fassent de vraies réformes (...). Le peuple syrien va dans la rue dans le cadre d'un réel soulèvement civil pour demander du changement, la justice et la liberté», a déclaré l'émir.

Jeudi, le président iranien Mahmoud Ahmadinejad avait appelé les pays de la région à «régler leurs problèmes (...) sans l'intervention des Occidentaux».

Dans le même temps, le gouverneur de la Banque centrale syrienne, Adib Malayeh, a déclaré dans un entretien à l'AFP que l'économie syrienne était affaiblie par la contestation en cours et les sévères sanctions européennes et américaines.

«Nous allons être confrontés à de plus en plus de difficultés à cause des sanctions et des événements. Il va falloir se serrer la ceinture», a-t-il prévenu.

La police a ouvert une enquête pour retrouver les agresseurs d'un célèbre caricaturiste, Ali Ferzat, qui avait été enlevé et tabassé jeudi, a rapporté vendredi Sana.

(Source AFP)
http://www.liberation.fr/monde/01012356327-les-manifestants-syriens-ne-desarment-pas
avatar
spike

Messages : 3721
Date d'inscription : 19/05/2009

http://anarchietotale.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Syrie

Message  ivo le Mer 31 Aoû - 18:15

Syrie : 473 manifestants tués pendant le ramadan (ONG)
france-info
L’Observatoire syrien des droits de l’Homme dresse le triste bilan du mois du ramadan qui s’est achevé lundi. Pendant cette période, 473 personnes ont été tués lors des manifestations en Syrie (360 civils et 113 membres des forces de sécurité et de l’armée).
Le régime du président Bachar al-Assad est contesté par des manifestations quasi-quotidiennes depuis la mi-mars.
avatar
ivo

Messages : 26402
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Syrie

Message  ivo le Lun 19 Sep - 20:08

Alain Juppé dénonce le silence de l’ONU face aux "crimes contre l’humanité" en Syrie
FRANCE INFO - 16:11
Le ministre français des Affaires étrangères, Alain Juppé, s’est indigné à New York du "silence inacceptable" du Conseil de sécurité de l’ONU face aux "crimes contre l’humanité" en Syrie. La critique vise la Russie et la Chine, qui refusent toute action concertée contre Damas. Le ministre a également fait part de ses inquiétudes sur le dossier israélo-palestinien.

C’est une offensive diplomatique dont le but est de faire siffler des oreilles. Celles des Russes et des Chinois en l’occurrence. Le ministre français des Affaires étrangères, Alain Juppé, a critiqué le “silence inacceptable” de l’ONU face aux “crimes contre l’humanité”. Il s’exprimait devant le Conseil des relations étrangères (CFR), un centre de réflexion, en marge de l’Assemblée générale des Nations unies.

Forte du succès militaire et diplomatique libyen, la France espère peser sur la décision des deux géants, échaudés par la gestion de ce même dossier libyen. Les membres du Conseil de sécurité sont en effet très divisés sur le dossier. Paris, Londres et Washington demandent des sanctions internationales contre Damas et veulent le départ de Bachar al Assad. Mais Moscou, proche allié de la Syrie, et Pékin, refusent de mettre le doigt dans un processus de sanction concerté. Les deux puissances estiment qu’elles ont été manipulées et forcées sur l’intervention en Libye.

Pour Caroline Donati, auteur du livre "L’exception syrienne" la sortie d’Alain Juppé est justifiée. (3'45")

Cette sortie d’Alain Juppé fait suite au coup de pression tenté par Nicolas Sarkozy, qui a dédié sa visite en Libye “à tous ceux qui espèrent une Syrie libre”.
Cinq personnes auraient encore été tuées en Syrie aujourd’hui, où la répression est quotidienne et où l’armée a entrepris de ratisser les campagnes. L’ONU estime que 2.600 personnes ont été tuées depuis le début du soulèvement.

Au cours de la même intervention, Alain Juppé a également fait part de son inquiétude sur le conflit israélo-palestinien, dossier pour lequel il a fait le voyage à l’ONU, où Mahmoud Abbas doit faire sa demande d’adhésion au nom de la Palestine vendredi. Le ministre craint “une explosion de violence”, alors que le bras de fer diplomatique risque de dégénérer en affrontements sur le terrain. Il appelle à relancer le processus de paix. Sans apporter de soutien marqué à l’un ou l’autre camp, il estime toutefois que le statu quo est “inacceptable et intenable”.
avatar
ivo

Messages : 26402
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Syrie

Message  ivo le Mar 27 Sep - 10:06

Syrie : l’armée investit Rastan, refuge des déserteurs
FRANCE INFO - 09:43
Nouvelle tentative de reprise en main de la contestation syrienne.
Après deux jours de siège et une nuit de pilonnage, plusieurs dizaines de chars sont entrés ce matin dans Rastan. La ville, située entre Homs et Hama, est devenue le refuge des déserteurs de l’armée.


Appuyées par des blindés et des hélicoptères, les forces syriennes sont entrées ce matin dans Rastan, une ville de 40.000 habitants située le long du grand axe routier reliant Damas, dans le Sud, à Alep, dans le Nord.
L’assaut a été lancé après deux jours de siège, et une nuit de pilonnage intense par les chars et les hélicoptères de l’armée syrienne.
"On ne peut pas sortir de chez nous depuis deux jours et nous n’avons aucune idée du nombre de victimes", rapporte un habitant de Rastan.


A mesure que la contestation prenait de l’ampleur en Syrie, cette région du Centre est devenue, avec la province d’Idlib près de la frontière turque dans le Nord, un berceau de la résistance aux forces armées de Bachar al Assad. C’est notamment à Rastan que se sont regroupés les déserteurs de l’armée, toujours plus nombreux.
Les régions d’Idlib et de Homs fournissent traditionnellement le gros des troupes, majoritairement sunnites, de l’armée. Tandis que le commandement est entre les mains de la minorité alaouite dont est issue la famille Assad.

Depuis six mois, Bachar al Assad est confronté à une contestation sans précédent depuis son accession au pouvoir en 2000. Il avait succédé à son père, Hafez al Assad, qui avait lui-même dirigé le pays durant 30 ans, jusqu’à son décès.
Depuis plusieurs mois, face aux menaces de la communauté internationale, le régime syrien alterne promesses de réformes et interventions militaires pour tenter de mater son opposition.
avatar
ivo

Messages : 26402
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Syrie

Message  ivo le Sam 1 Oct - 18:52

Syrie : l’armée reprend Rastan, berceau de l’opposition
FRANCE INFO - 17:32
Au terme d’une nuit de combats, l’armée syrienne s’est emparée de la majeure partie de la ville de Rastan, point de ralliement de nombreux opposants et de militaires déserteurs.
Dans le même temps, le Conseil national syrien poursuit ses tractations à Istanbul (Turquie) et tente de construire une large opposition politique.


Six mois d'opposition en Syrie. Le régime al-Assad a déployé des chars, ici à Homs, pour tenter de mater la rébellion
© REUTERS

La rébellion matée à Rastan ?
Vendredi, l’armée avait déployé 250 chars dans la région. Et au terme d’une nuit intense de fusillades, le pouvoir occuperait aujourd’hui 80% de la ville, berceau de la rébellion et des militaires déserteurs.
Rastan se situe dans le Centre-Ouest de la Syrie, sur la route menant de Damas à Alep.

Dans le même temps, le Conseil national syrien (CNS) poursuit ses tractations à Istanbul (Turquie). La coalition la plus large et la plus représentative de l’opposition tente d’obtenir le ralliement de tous les courants d’opposition. Des discussions ont lieu en particulier avec des Kurdes et des représentants des tribus, mais aussi avec Burhan Ghalioun, un universitaire syrien installé à Paris, opposant de longue date du régime.

Le mouvement de contestation au régime al-Assad, qui dure depuis six mois, se heurte à une répression sanglante du pouvoir. Les Nations unies évaluent à 2.700 le nombre de personnes tuées lors de la campagne de répression.
Selon le pouvoir, 700 policiers et militaires ont été tués par les "bandes armées soutenues par des forces étrangères"
.
avatar
ivo

Messages : 26402
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Syrie

Message  ivo le Dim 2 Oct - 17:43

Syrie : tous les courants de l’opposition réunis dans un Conseil national
FRANCE INFO - 17:28
Après deux jours de tractations menées à Istanbul (Turquie), l’opposition syrienne annonce avoir formé un Conseil national réunissant tous les courants politiques opposés au régime al-Assad. Le Conseil national est désormais, à l’image du CNT libyen, le "représentant de la révolution syrienne à l’intérieur et à l’extérieur".
L’opposition syrienne annonce la création d’un Conseil national réunissant toutes les sensibilités hostiles à Bachar al-Assad - d’Istanbul en Turquie, la correspondance de Jérôme Bastion (0'58")


Manifestation monstre d'opposants du régime al-Assad, le 30 septembre, dans la région de Homs
© REUTERS

Sa création a été qualifiée d’"historique" par l’universitaire Burhan Ghalioune, opposant de longue date au régime syrien qui vit à Paris.
Résultat de tractations menées depuis samedi à Istanbul, le Conseil national syrien créé ce dimanche réunit toutes les tendances politiques, notamment les Comités locaux de coordination (LCC) qui chapeautent les manifestations en Syrie, les libéraux, les Frères musulmans, ainsi que les partis kurdes et assyriens.

Le premier acte du Conseil syrien a été de lancer un appel à la communauté internationale pour qu’elle protège le peuple syrien de la répression sanglante du régime de Bachar al-Assad.

Le Conseil devrait se réunir prochainement pour élire son président et son comité exécutif, sorte de gouvernement bis appelé à prendre la suite du régime al-Assad.

La répression sanglante continue
Sur le terrain, l’armée régulière a repris samedi la majeure partie de Rastan, une ville de 40.000 habitants située dans la région de Homs à 160 km au nord de Damas. Le résultat de plusieurs jours d’affrontements entre militaires et déserteurs de l’armée, qui s’étaient regroupés dans cette ville berceau de la rébellion.
Selon l’Observatoire syrien des Droits de l’homme, basé en Grande-Bretagne, des dizaines de civils ont été tués et enterrés dans les jardins des maisons au cours des quatre jours de pilonnages menés par l’armée.

Ce dimanche, un appel au soulèvement a été lancé dans les universités syriennes.


La répression du mouvement de contestation lancé il y a six mois en Syrie a déjà fait, selon l’ONU, plus de 2.700 morts.
avatar
ivo

Messages : 26402
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Syrie

Message  ivo le Lun 3 Oct - 20:49

Nombreuses manifestations de soutien au Conseil national syrien
http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2011/10/03/les-freres-musulmans-pronent-l-instauration-d-un-etat-democratique-en-syrie_1581270_3218.html
De nombreux militants ont annoncé l'organisation de marches de soutien en Syrie pour appuyer le Conseil national syrien (CNS), qui réunit pour la première fois tous les courants de l'opposition syrienne et dont la formation a été annoncée dimanche à Istanbul.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), plusieurs manifestations ont eu lieu dans le quartier de Qadam, à Damas, en dépit du déploiement massif des forces de sécurité, ainsi qu'à Hama, Homs, Idlib, Deraa, Deir-Ezzor et dans la province de Damas.

Des vidéos postées sur la page facebook "Syrian Revolution 2011", moteur du mouvement de contestation contre le régime du président Bachar Al-Assad, ont montré des manifestants à Zabadani, à 50 km au nord de Damas, qui affirmaient leur appui au CNS "notre représentant unique et légitime".

"Nous appuyons le Conseil national syrien, le représentant légitime et unique de la Révolution syrienne", pouvait-on lire sur une pancarte portée par des manifestants à Inkhel, dans la province de Deraa (Sud).

Dimanche, l'opposition avait annoncé à Istanbul la formation du CNS. L'opposant Burhan Ghalioune a expliqué que le Conseil "œuvre pour mobiliser toutes les catégories du peuple syrien et apporter le soutien nécessaire à la marche de la révolution et à la réalisation des espoirs et attentes de notre peuple pour le renversement du régime et de ses symboles, y compris la tête de ce régime".

LES FRÈRES MUSULMANS PRÔNENT UN ÉTAT DÉMOCRATIQUE

L'ancien chef des Frères musulmans de Syrie, Ali Sadreddine Al-Bayanouni, a assuré dimanche soir que la confrérie aspirait à l'instauration d'un Etat démocratique et non pas islamique en Syrie en cas de chute du régime du président Bachar Al-Assad.

Lors d'une conférence organisée par le centre Brookings de Doha, M. Bayanouni a affirmé que le CNS représentait "80 % de l'opposition syrienne", et qu'il était "ouvert à ceux qui voudraient s'y joindre".

Il a affirmé que les Frères musulmans, qui font partie de cette instance "ne veulent pas imposer leurs vues à l'opposition ni au peuple syrien". "Les Frères musulmans sont pour l'édification d'un Etat civil démocratique et moderne" en Syrie en cas de chute du régime, a-t-il encore dit.

Le Conseil national syrien réunit toutes les tendances politiques, regroupant notamment les comités locaux de coordination qui chapeautent les manifestations sur le terrain, les libéraux, la confrérie des Frères musulmans, interdite de longue date en Syrie, ainsi que des partis kurdes et assyriens.
M. Bayanouni a appelé l'administration américaine à appuyer le soulèvement populaire en Syrie, estimant qu'elle devait "réaliser enfin que son intérêt est d'appuyer le peuple et non ce régime, qui est fini".
avatar
ivo

Messages : 26402
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Syrie

Message  ivo le Mar 4 Oct - 12:20

Selon Amnesty International, la Syrie traque ses opposants dans le monde entier
FRANCE INFO - 11:56
Harcèlements, menaces, intimidations, voire arrestations... Si les dissidents syriens pensaient être à l’abri de la peur et des pressions en s’expatriant à Paris ou Montréal, c’est manifestement peine perdue.
Un rapport d’Amnesty International révèle que des diplomates syriens filment et photographient systématiquement les opposants qui manifestent devant les ambassades de Syrie de l’étranger, pour tenter ensuite de les réduire au silence.



Selon Ammesty, les agents du renseignement syrien infiltrent systématiquement les manifestations anti-Al Assad (ici devant le Panthéon le 3 septembre) © Citizenside/Michel Stoupak

On est loin de Rastan ou Homs, en Syrie, où tombent presque chaque jour des civils venus tenir tête aux hommes de Bachar Al-Assad, en espérant y gagner davantage de liberté et de démocratie. Et pourtant...
L’organisation de défense des Droits de l’Homme Amnesty International a réuni des témoignages provenant d’une trentaine de Syriens en exil dans huit pays : l’Allemagne, le Canada, le Chili, l’Espagne, les États-Unis, la France, la Grande-Bretagne et la Suède. Et aboutit à ce constat : tous ont été victimes d’intimidations directes.

Le rapport raconte par exemple la désagréable expérience vécue par Alaa Basatneh, 19 ans, étudiante originaire de Damas, mais réfugiée dans l’Illinois aux États-Unis. Elle administre avec d’autres compatriotes le compte Facebook The Syrian Days of Rage, qui recense les exactions du régime syrien. Cet été, en plein mois d’août, un de ses amis sur Facebook a été arrêté en Syrie et forcé d’ouvrir son compte, avant d’être relâché. Après quoi la jeune étudiante a reçu ce message : “ Ces mots te sont adressés, à toi l’agent, la traître. Tes écrits nous parviennent. Rien ne nous échappe, ’Chicago girl’. Nous t’attendrons à l’aéroport pour te montrer ce qui est bon pour toi. Nous ferons de toi un exemple.”

Des hommes de la Mukharabat dans tous les cortèges
Un témoignage, parmi d’autres, qui recoupe ceux que Le Monde a recueilli aussi en France. Des opposants "pourchassés jusqu’à Paris", raconte le quotidien.
Ces exilés participent pour certains aux rassemblements qui se tiennent tous les week-end à 17h autour de la fontaine du Châtelet à Paris. Rassemblements festifs à première vue, mais, affirme le journal, "un œil plus exercé remarquera le manège des mouchards qui tournent à pied ou en voiture, filmant l’assistance avec leurs téléphones portables".


Ce fichage s’accompagne, selon Amnesty, de harcèlement par les services de sécurité, mais aussi d’arrestations, d’actes de torture et de disparitions chez les proches des exilés. Et de pointer la responsabilité de la Mukhabarat, le renseignement syrien, qui agit dans l’ombre dans le monde entier.

L’influence de la Mukhabarat : violence et harcèlement contre les Syriens de l’étranger et leurs proches restés au pays (en anglais) (PDF - 1.8 Mo)
http://www.france-info.com/IMG/pdf/mde240572011en.pdf
avatar
ivo

Messages : 26402
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Syrie

Message  ivo le Mer 5 Oct - 9:14

ONU : veto de la Russie et de la chine à une résolution condamnant la Syrie
france-info
La Russie et la Chine, deux membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU, ont opposé leur veto à un projet de résolution condamnant la répression en Syrie hier soir au Conseil de sécurité desNations unies.

Le texte, rédigé par la France en coopération avec l’Allemagne, la Grande-Bretagne et le Portugal, laissait la porte ouverte à des sanctions si le régime de Bachar al Assad poursuivait sur cette voie.
avatar
ivo

Messages : 26402
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Syrie

Message  ivo le Jeu 6 Oct - 13:38

Damas n’entend rien et poursuit la répression
http://www.humanite.fr/monde/damas-n%E2%80%99entend-rien-et-poursuit-la-repression-480913
La situation en Syrie continue à se dégrader. Le risque d’un conflit armé, voire d’une guerre civile n’est pas exclu. Les discussions se poursuivent à l’ONU sur d’éventuelles sanctions.

Au lendemain de l’unification d’une grande partie de l’opposition syrienne, Damas ne relâche pas sa pression sur les manifestants, bien que ceux-ci soient moins nombreux qu’il y a quelques semaines. Une politique suicidaire du pouvoir syrien qui risque de provoquer une lutte armée, voire une guerre civile. Un membre du Conseil national syrien, Basma Kodmani, faisait remarquer dans le Figaro d’hier à ce propos que « les défections de militaires se multiplient et les soldats partent avec leurs armes. C’est de cela dont nous avons peur ».

Trois soldats et un civil syriens ont été tués, hier, lors d’accrochages dans le nord-ouest de la Syrie, et trois civils ont péri à Homs (centre), alors qu’un militant communiste a été assassiné dans cette même ville, a rapporté l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH). Le même jour, dans ce quartier, un enfant a été tué par des balles tirées sur la voiture qui le transportait avec son père, qui a été blessé, tandis que deux autres civils ont été tués près de Qoussair et les corps de quatre civils retrouvés dans la région de Homs, toujours selon la même source. La répression du mouvement de contestation populaire a déjà fait, selon l’ONU, plus de 2 700 morts depuis la mi-mars en Syrie.

Par ailleurs, les protestataires syriens en Europe et en Amérique seraient « systématiquement surveillés et harcelés » par les employés des ambassades syriennes qui agissent sous ordre du régime de Bachar Al Assad, selon Amnesty International. L’ONG cite les cas de plus de 30 militants au Canada, au Chili, en France, en Allemagne, en Espagne, en Suède, en Grande-Bretagne et aux États-Unis « qui ont été l’objet d’intimidations de la part d’officiels dans les ambassades » de ces pays et « dont les proches en Syrie ont été harcelés, arrêtés et parfois torturés ».

Sur le plan diplomatique, alors qu’une résolution condamnant la répression de l’opposition syrienne est en discussion aux Nations unies, l’UE et le Brésil sont favorables à ce que l’ONU, et notamment le Conseil de sécurité, continue à suivre la situation en Syrie. Dans une déclaration conjointe adoptée lors d’un sommet à Bruxelles, l’UE et le Brésil disent avoir « exprimé de profondes inquiétudes concernant la situation actuelle en Syrie et le besoin de continuer à presser les autorités syriennes pour mettre un terme à la violence et d’initier une transition pacifique à la démocratie », sans mentionner de possibles sanctions.

La Russie a fait savoir qu’elle ne votera pas en l’état le projet de résolution sur la Syrie, en débat au Conseil de sécurité de l’ONU. Quant à la Turquie, voisine de la Syrie, elle a annoncé qu’elle prendrait rapidement des sanctions contre le régime de Damas. Le projet européen prévoit des « mesures ciblées » si le régime syrien ne met pas fin à la répression d’ici trente jours.

Solidarité avec les Syriens

Lors du dernier Festival d’Avignon, un appel à la solidarité avec le peuple syrien avait été lancé. Une soirée est organisée dans ce cadre à Paris, à l’Odéon, le lundi 10 octobre de 20 heures à 22 heures. Burhan Ghalioun, coordinateur du Conseil national syrien, y prendra la parole. Entrée libre, réservation indispensable : present.compose@theatre-odeon.fr
avatar
ivo

Messages : 26402
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Syrie

Message  ivo le Ven 7 Oct - 9:10

Syrie: 2.900 morts dans la répression de la contestation
http://www.liberation.fr/depeches/01012364162-syrie-plus-de-2-900-personnes-tuees-depuis-le-debut-de-la-repression-selon-l-onu


DAMAS (AFP) - La répression du mouvement de contestation du régime du président Bachar al-Assad a fait, selon l'ONU, plus de 2.900 morts depuis le 15 mars en Syrie, où douze personnes ont encore été tuées jeudi dans des heurts entre soldats et déserteurs.

"Selon la liste détaillée des noms des personnes dont nous disposons, le nombre total de personnes tuées depuis le début des manifestations en Syrie dépasse les 2.900", a déclaré à l'AFP un porte-parole du Haut commissariat, Rupert Colville.

Il a toutefois précisé que ce chiffre risquait d'augmenter étant donné que le nombre de personnes portées disparues "est beaucoup plus élevé".

L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) a de son côté fait état de 12 nouveaux morts jeudi dans le nord-ouest du pays lors de heurts entre soldats et déserteurs.

"Sept soldats et cinq déserteurs et civils ont été tués dans des affrontements dans les villages à l'ouest de Jabal al-Zaouiya", dans le gouvernorat d'Idleb, près de la Turquie, a rapporté l'OSDH, ajoutant que 32 autres avaient été blessés, dont certains grièvement.

Des forces militaires et de sécurité, accompagnées de chars, ont pris d'assaut jeudi matin des villages dans cette région, selon l'OSDH et les comités locaux de coordination (LCC), qui chapeautent les manifestants.

Elles ont aussi mené des perquisitions dans la région de Deir Ezzor et à Abou Kamal, dans l'est du pays, arrêtant 29 personnes.

Par ailleurs, des forces syriennes sont entrées au Liban et ont tué un Syrien habitant dans la région de la Bekaa, près de la frontière, a indiqué à l'AFP un responsable de la sécurité.

A Dael, dans le gouvernorat de Deraa (sud), les funérailles d'un jeune homme de 17 ans se sont transformées en manifestation regroupant 15.000 personnes.

Pendant les funérailles de Bassel al-Chahadate, qui a succombé mercredi à des blessures reçues le 25 septembre, les manifestants ont notamment scandé des slogans contre le veto russo-chinois à un projet de résolution au Conseil de sécurité de l'ONU condamnant Damas pour la répression.

Les militants pro-démocratie restent déterminés à obtenir la chute du régime du président Assad: ils ont appelé sur Facebook à manifester de nouveau vendredi sous le slogan "le Conseil national syrien (CNS) est notre représentant, à moi et à toi et celui de tous les Syriens".

Le CNS, l'instance représentante de l'opposition, doit d'ailleurs se réunir samedi au Caire, notamment pour se doter d'une direction, a indiqué jeudi à l'AFP Burhan Ghalioun, figure historique de l'opposition et responsable provisoire du CNS.

"La nomination officielle du responsable du CNS ne va pas tarder", a-t-il précisé.

Né fin août à Istanbul, le CNS réunit la majorité des courants politiques opposés au régime de Bachar al-Assad, notamment les Comités locaux de coordination, les libéraux, la confrérie des Frères musulmans, interdite de longue date en Syrie, ainsi que des partis kurdes et assyriens.

Dans une vidéo postée sur You Tube, une grande figure de l'opposition Riad Turk, 71 ans, a apporté son "soutien au Conseil national syrien".

"Nous appelons toutes les forces de la Révolution à s'unir autour du slogan de la chute du régime pour établir un régime démocratique civil", a dit cet opposant historique, détenu pendant plus de 20 ans dans les geôles syriennes.

Vendredi, le Conseil des droits de l'homme de l'ONU doit de son côté passer en revue la situation des droits fondamentaux en Syrie à travers son Examen périodique universel (EPU), procédure à laquelle tous les membres des Nations unies doivent se soumettre.

"Dans le cadre de l'EPU, nous appelons tous les Etats à dénoncer la gravité, l'étendue et la nature systématique des violations des droits humains liées à la répression du mouvement de protestation largement pacifique en Syrie", a déclaré à l'AFP Philippe Dam, de l'organisation Human Rights Watch.

Selon des analystes, le pouvoir syrien a confié un rôle de premier plan à ses milices civiles, les chabbiha, pour mater l'insurrection.

Après l'échec mercredi, en raison du veto russo-chinois, du projet de résolution condamnant Damas, l'Union européenne prévoit de nouvelles sanctions contre une banque commerciale syrienne pour la fin de la semaine prochaine.

Il s'agit, selon des diplomates européens, de la Commercial Bank of Syria, déjà sanctionnée en août par les Etats-Unis pour son financement présumé de la production de missiles syriens et d'armes non conventionnelles.
avatar
ivo

Messages : 26402
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Syrie

Message  ivo le Sam 22 Oct - 9:44

Manifestations en Syrie : au moins 24 civils tués
france info
Les forces de sécurité ont tué au moins 24 civils vendredi en Syrie, où le mouvement de contestation contre le régime de Bachar al-Assad a été galvanisé par la mort de l’ancien dirigeant Mouammar Kadhafi en Libye.

La mort de Moammar Kadhafi semble avoir redonné de la vigueur aux manifestants syriens alors que le mouvement de contestation a donné des signes d’essoufflement ces dernières semaines.

" Kadhafi est fini. C’est ton tour Bachar ", ont scandé les manifestants de la ville de Maaret al Numaan dans la province d’Idlib (nord-ouest).

Selon l’ONU, plus de 3.000 personnes, en majorité des civils, ont péri dans la répression depuis le début de la contestation.
avatar
ivo

Messages : 26402
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Syrie

Message  niouze le Lun 24 Oct - 12:32

Des hackers interviennent en Syrie


Dans la nuit du 4 au 5 septembre, à 2h53, KheOps (le pseudonyme d’un hacker familier des actions politiques) a “appuyé sur le bouton”,
comme il le dit modestement, et détourné l’Internet en Syrie. Dès lors,
les internautes syriens étaient automatiquement redirigés vers un site web expliquant pourquoi, et comment, contourner la censure et protéger leurs communications sur le Net :

Il nous fallait imposer notre message. Nous
l’afficherions sur leurs écrans, par surprise, et sans qu’il soit
possible de l’éviter, et durant un temps suffisamment long pour qu’ils
n’aient d’autre choix que de le lire.
Et ils choisirent quatre fois, cette semaine-là, de passer ainsi par-dessus les murs de la censure syrienne. Ils, ce sont les Telecomix,
un collectif de hackers qui s’était déjà illustré, lors du Printemps
arabe, en aidant les internautes de Tunisie et d’Egypte à déjouer les
cybercenseurs.

Les internautes se connectaient alors sur le canal IRC de Télécomix, ne faisant parfois que passer, certains laissant quelques mots : “Ce qui revenait tout le temps, c’est la peur des mukhabarats (NDLR : la sécurité d’État syrienne)
et de savoir si on était ou non Israéliens. Autant pour l’intelligence
je comprends autant pour le reste… Je ne sais toujours pas pourquoi”
s’interroge KheOps, l’un des hackers les plus actifs sur le projet (voir aussi son émouvant témoignage sur Reflets.info). Il fallait rassurer, parfois plus souvent qu’encadrer, conseiller ou sécuriser.

Il était une fois #OpSyria


Tout n’a pas commencé, toutefois, par une simple pression sur un
bouton. C’est l’opacité du régime syrien qui a conduit le groupe
Telecomix à s’intéresser au pays :

De manière générale, on ne savait pas ce qu’il se passait
en Syrie. Le peu d’images qui filtraient nous apprenaient que ce qui
s’y passait était beaucoup plus grave qu’en Egypte. Aujourd’hui, on est
10 à assurer le support technique de tout un pays.
On a commencé avec une vingtaine de volontaires aux USA, en Europe, dans le monde arabe”
se souvient KheOps. L’idée de départ était de fournir une sorte de
boite à outils pour permettre aux révolutionnaires syriens d’améliorer
leur anonymat et leur sécurité en ligne. Il fallait écrire, en anglais,
d’abord. Réécrire, traduire en arabe, créer les pages, se heurter aux
problèmes de ponctuation en arabe, de copier-coller qui parfois ne
fonctionnent pas comme escompté… Et bien entendu, le travail technique.
Près d’un mois a été nécessaire à une dizaine de personnes pour réaliser
ce qui s’est affiché sur les écrans syriens.


Dans la nuit du 11 au 12 août dernier, partent 6000 emails.
Destination ? La Syrie. Consignes de sécurité, informations sur le
monitoring d’État et bien entendu présentation du groupe Telecomix. Le
message, que s’approprient les Syriens, se retrouve très vite sur le groupe Facebook « officiel » de la révolution, des premiers contacts sont établis.

Maintenant, je suis en sécurité grâce à eux. C’est en
voyant ce message que je suis allé sur l’IRC. La première fois, ils
m’ont tous accueilli et guidé. J’ai beaucoup appris sur la manière dont
le gouvernement espionne mes connexions. Je fais confiance à toute cette
équipe. Ce sont des personnes spéciales avec un haut degré d’humanité
et de responsabilité. Je suis aussi anonyme en ligne, j’ai moins peur de
me connecter.
Muhammad, Syrien, n’est pas le seul. Ses nouveaux amis anonymes du
web lui donnent aussi des conseils sur l’utilisation de son téléphone,
sur les écoutes, des pratiques simples à adopter au quotidien.

Le message qui s’affiche quand on se connecte sur le serveur IRC mis en place par le collectif est explicite : “Public channel: no names, places, personal info
(espace public : pas de noms, pas de lieux, pas de données
personnelles). On y croise des hackers, des arabophones venus donner un
coup de main. Ils aident aujourd’hui les Syriens à échanger des
informations entre eux, faire sortir des images et vidéos du pays, le
tout de manière sécurisée.… Sous cette façade se cache un travail
titanesque de part et d’autres du mur de la censure.

Aujourd’hui, le groupe d’activistes, rassemblés sous la bannière
Telecomix, a pu rentrer en contact avec quelques dizaines de personnes.
Méfiant, KheOps prévient : “Rien n’est jamais totalement sûr. On joue au chat et à la souris.”
Alors ils sécurisent sans cesse, contournent, accueillent et rassurent
sur l’IRC. Tout est fait de manière collective, ce qui semble parfois le
surprendre : “On retrouve des gens qui ne se connaissaient pas, de
cultures différentes qui travaillent ensemble autour d’un objectif
commun, d’un idéal partagé.”
Et des vocations naissent. Muhammad sera “journaliste pour parler de la reconstruction du pays” ou… hacker :

Aujourd’hui, j’utilise un email qu’ils ont créé pour moi,
ils m’aident à publier des vidéos sur Internet, et surtout ils m’ont
donné accès à un espace pour que je puisse y stocker mes données et
qu’elles ne restent pas sur mon ordinateur. J’enseigne à mon tour ces
techniques à mes amis, je leur ai gravé des CD avec les programmes
utiles.
L’inverse est-il possible ? KheOps aurait-il un pied en Syrie ? “Cela
fait plus de deux mois que je suis sur l’opération et avec tout ce que
je lis, avec les gens avec qui je rentre en contact, avec les
connaissances que ça nous apporte… J’ai parfois l’impression d’y être.”
L’impression, seulement. Muhammad, que nous avons réussi à joindre, parle de sa ville, dans le centre du pays : “Le
calme avant la tempête. Elle est pleine de Shabbiya (ndlr : miliciens
proches du régime), on les voit partout. Certains bureaux où j’ai
travaillé ont rouvert mais nous ne sommes pas dupes. Une grande campagne
d’arrestation d’activistes est en cours.”
Un des meilleurs amis de Muhammad a été arrêté le 31 août dernier. Il aurait dû rester, selon ses dires, une semaine en prison “comme tout le monde. Mardi, il n’était toujours pas réapparu.



http://owni.fr/2011/09/14/syrie-des-hackers-font-tomber-le-mur-de-la-censure/

_________________
"Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça." coluche
avatar
niouze

Messages : 5030
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Syrie

Message  niouze le Sam 29 Oct - 11:41

Un cyberactiviste traqué par Assad






Syrie •

Pour fuir le régime de Damas, il a effectué un
périple de vingt jours jusqu’en Suisse. Il n’a plus de nouvelles ni de
son frère blessé, ni de ses proches. Témoignage.






A Lausanne, hier, neuf témoins syriens de la révolution, vivant
en Suisse, ont décrit la brutalité du régime de Bachar al-Assad. Arrivé
il y a trois jours à Genève, Sayer al-Doumi*, 25 ans, est très inquiet
pour l’avenir des proches laissés au pays. Il a pénétré en Suisse
clandestinement par la France après un périple de vingt jours à travers
le sud de l’Europe. Cet ingénieur a quitté la ville de Douma (15 km au
nord de Damas) prise sous le feu de l’armée syrienne, qui réprime dans
le sang en toute impunité. Il livre un témoignage poignant.
«Je
suis arrivé en Suisse il y a trois jours. Je suis encore sous le choc
car le voyage a été rude. Sincèrement, je n’ai jamais pensé que j’y
arriverais. J’ignore de quoi demain sera fait. Je suis perdu.
Traumatisé. Je n’arrive pas à dormir. Je pense à ma famille qui a été
disloquée. Je ne me suis même pas présenté devant les autorités
helvétiques. J’ai encore peur de la Syrie.

Devenu cyberactiviste

»En
Syrie, j’étais cyberactiviste. Je filmais la révolution et je
collectais des images prises dans ma région pour qu’elles soient
diffusées sur le net. Je filmais des images des manifestations, les
funérailles, les exactions de la police, les militaires qui envahissent
les quartiers et commencent à déporter les jeunes. Ceux qui résistent
sont tués sur le champ. Les chars détruisent les maisons des personnes
recherchées. Je filme avec mon téléphone portable. Puis rapidement, je
sauvegarde les images sur une disquette qu’une personne récupère
rapidement. On regroupe nos images sur une carte mémoire. Un militant
transporte le document à Damas, où la connexion internet est toujours
disponible, pour les mettre en ligne. Ceux qui filment les
manifestations sont la cible des snipers. Le régime ne veut plus que nos
images circulent sur le web. Du coup, il liquide les témoins.


Coupés du monde

»Dans
ma localité de Douma, il n’y a ni électricité, ni internet. Nous sommes
coupés du monde. Pour sortir de Douma, il faut passer plusieurs
barrages de sécurité. Il nous est arrivé de cacher les cartes mémoires
et nos téléphones dans des cargaisons de fruits et légumes qui
alimentent les marchés de Damas. Il y a même des gens au pouvoir qui
nous aident. Ils ne peuvent pas se rallier à la révolution mais
utilisent leur poste officiel pour laisser des moyens de communication
et des vivres arriver à la population. Chaque jour, il y a des
déserteurs de l’armée qui rejoignent la révolte.

Blessés exécutés

»Aujourd’hui,
ma famille vit l’errance en Syrie. Elle a fui notre domicile, détruit
par la police. Mon frère de 22 ans a été touché par une balle dans la
tête lors d’une manif. Moi, je suis recherché. Ma famille se cache pour
sauver mon frère. Elle ne peut pas le transporter à l’hôpital: les
autorités l’achèveraient, lui et les membres de ma famille. Il y a une
règle aujourd’hui en Syrie: chaque blessé est directement exécuté et sa
famille déportée
. J’aurais tellement souhaité fuir avec mon frère pour
le ramener en Suisse et le soigner. Mais avec son état de santé, je
savais qu’il n’allait pas tenir le choc du périple.
»J’ai beaucoup
souffert avant d’arriver à Genève. J’ai failli mourir. J’ai traversé
clandestinement plusieurs pays en prenant beaucoup de risques. Il y a
vingt jours, j’ai quitté la région de Rif Dimachq. Je suis arrivé en
Turquie après une traversée de la Syrie qui a duré plusieurs jours. Je
suis resté à Istanbul deux jours, le temps que l’opposition syrienne me
procure de faux papiers européens et me donne des adresses en Europe,
particulièrement en Suisse où je peux trouver refuge et de l’aide. J’ai
passé par la Grèce puis, directement, par l’Italie. Et me voici à
Genève. Ici, je n’ai ni famille, ni amis, juste quelques adresses
d’associations des droits de l’homme. On m’a dit qu’à Genève, ils ont
une longue tradition dans l’accueil des réfugiés.

Le régime tue et déporte

»Je
ne pouvais pas rester en Turquie, parce que le régime de Bachar y
traque les opposants. Il récolte leurs données puis persécute leur
famille en Syrie en guise de représailles. Ce régime tue sans pitié. En
Turquie, au Liban, en Irak, même en Europe, tu risques gros si tu
parles. Ce régime déporte, tue et torture.
»Même loin de la Syrie,
je fais des cauchemars. J’ai peur que les «chabihas» (brigades civiles
du régime) ne s’attaquent à mes proches. Je souhaite que les autorités
suisses me respectent et me traitent avec humanité. Je sais que je ne
devais pas entrer comme ça chez vous. Mais que voulez-vous? Parfois, on
n’a pas le choix. On est obligé de fuir la mort et la terreur.
»Je
suis aujourd’hui dans un état dépressif. Alors qu’un destin radieux
m’attendait au sein d’une famille syrienne sunnite qui n’a jamais fait
de l’activisme politique. Ni ma mère, ni mon père ne se mêlaient de
politique. Ils savaient bien que le régime est dangereux. C’est mon
frère et moi qui les ont mis dans ce sale pétrin. Nous étions membres du
comité de la révolution de notre région.

Pratiques nazies

»Depuis
un mois, je n’ai plus de nouvelles de ma famille. Je ne sais pas si mon
frère vit toujours avec sa balle dans la tête. Je suis sans nouvelles
également de mon père et ma mère, mes cinq sœurs et de mon petit frère.
Les «chabihas» nous recherchent. Ils touchent plus de 1000 dollars s’ils
arrêtent ou éliminent des acteurs de la révolution. La Syrie de Bachar
est un état mafieux avec des pratiques nazies.
J’attends la chute du
régime. En Syrie, c’est le point de non-retour. J’ai encore dans la tête
les chants de la révolte: «Le peuple veut la chute du régime et la
guillotine pour Bachar.» Les Syriens ont découvert finalement qu’ils
sont solidaires. La révolution nous a soudés contre ce régime.

Plus de 10000 morts

»J’étais
un ingénieur en électromécanique. Aujourd’hui, mon avenir est détruit.
En sortant le premier jour pour filmer les manifestations dans Rif
Dimachq, j’étais conscient du risque. Aujourd’hui, la révolte contre
Bachar a fait plus de 10000 morts alors que les ONG parlent de 3000. On
ne comprend pas la monstruosité de ce régime. On le savait intraitable,
mais pas à ce point.» I

* Pseudonyme utilisé pour la révolution

Demandes en hausse

PROPOS RECUEILLIS PAR PIERRE-ANDRÉ SIEBER ET SID AHMED HAMMOUCHE
Chef de l’information
à l’Office fédéral des migrations (ODM), Michael Glauser confirme
l’augmentation des demandes d’asile de citoyens syriens en Suisse.

Combien de nouvelles demandes sont déposées par mois en Suisse?
Michael Glauser:
Nos statistiques du mois de septembre 2011 montrent que l’Office des
migrations a enregistré 98 demandes d’asile émanant de requérants de ce
pays. A la même période de l’année 2010, nous avons reçu 35 demandes. Le
nombre a donc triplé. Au total, la Suisse héberge 1606 réfugiés
syriens, dont plus de 600 personnes admises provisoirement.

Etant donné la situation explosive en Syrie, la Suisse leur accorde-t-elle un statut spécial?
Chaque
demande d’asile est examinée individuellement. L’ODM prend sa décision
en conformité avec les principes juridiques applicables. Et les mesures
concernent les personnes dont la vie est en danger. Dans ce cas, la
Suisse leur offre une protection et l’asile.

Y a-t-il eu des renvois?
Il
est trop tôt pour faire une évaluation. Nos statistiques montrent que
les demandes d’asile augmentent ces derniers mois. Il y a aussi des cas
de non-entrée en matière qui ont connu une petite hausse. Ces personnes
doivent quitter le territoire. Comme on ne connaît pas le nombre de
personnes qui ne s’enregistrent pas et disparaissent dans la nature,
c’est impossible de donner des chiffres.

Peut-on s’attendre à un flux migratoire important encore ces mois à venir?
Impossible
de dire comment la situation va évoluer en Syrie. Une prédiction ne
serait que pure spéculation. Par contre on s’attend à ce que les choses
bougent comme l’afflux massif des Nord-Africains sur Lampedusa. Ou les
50000 réfugiés qui ont fui la Libye. Personne ne sait quand la vague
déferlera.

Escalade de la répression: 35 civils sont tués

ATS/AFP/REUTERS
La Syrie a connu
hier l’une des journées les plus violentes depuis des semaines, avec 35
civils tués. Les forces de sécurité ont tiré à balles réelles pour
disperser des manifestations réclamant une zone d’exclusion aérienne
au-dessus du pays. La plupart des victimes sont tombées dans les régions
de Homs et de Hama, deux foyers de la contestation dans le centre du
pays, selon des militants.
«Douze civils ont été tués dans divers
quartiers de la ville de Hama, 20 autres dans la ville de Homs et un
civil à Qousseir, dans la région de Homs», théâtre depuis plusieurs
semaines d’opérations de l’armée, a annoncé l’Observatoire syrien des
droits de l’homme (OSDH). Deux civils ont également été tués et dix
autres blessés par les tirs des forces de sécurité à Tsil, dans la
province de Deraa (sud). Depuis le 15 mars, la répression a fait plus de
3000 morts, selon l’ONU.

Comme chaque vendredi
depuis le début de la contestation contre le régime du président Bachar
al-Assad, de nombreuses manifestations ont eu lieu à la sortie des
mosquées, après la grande prière de la mi-journée. A Homs, près de 20000
personnes ont défilé en réclamant la chute du régime, selon des
militants. Ces derniers avaient appelé sur leur page Facebook à
manifester en faveur d’une «zone d’exclusion aérienne», à l’image de la
Libye, «afin de permettre à l’«armée syrienne libre» d’œuvrer avec plus
de liberté».
L’Armée syrienne libre est une force d’opposition
armée dont la création a été annoncée en juillet par le colonel Riad
al-Asaad, qui a déserté et s’est réfugié en Turquie. Les défections et
les affrontements entre soldats de l’armée régulière et déserteurs se
sont multipliés ces dernières semaines.
Selon l’OSDH, des
affrontements ont lieu à Hama entre des déserteurs présumés et des
membres des forces de l’ordre. Dans le nord-ouest, les forces armées et
de sécurité ont procédé à des perquisitions dans le village de Kafrouma,
dans la province d’Idleb, près de la frontière turque. Elles ont arrêté
treize personnes dont une femme et son fils de 12 ans, a ajouté l’OSDH,
basé au Royaume-Uni.

A Damas, des
dizaines de jeunes ont défilé pour la liberté dans le quartier de Barzé,
malgré un déploiement massif des forces de sécurité, qui ont procédé à
plus d’une quarantaine d’arrestations, toujours selon l’OSDH.
L’ambassadeur
de France à l’ONU, Gérard Araud, a déclaré jeudi que les quinze pays
membres du Conseil de sécurité pourraient se retrouver pour une nouvelle
action contre la Syrie. Début octobre, le veto de la Chine et de la
Russie avait pourtant empêché une résolution menaçant Damas de «mesures
ciblées». La Lituanie a annoncé hier avoir interdit le survol de son
territoire par des avions syriens à destination et en provenance de
l’enclave russe de Kaliningrad, craignant qu’ils ne soient utilisés pour
transporter du matériel militaire.
Enfin, l’Espagne a convoqué
hier l’ambassadeur de Syrie à Madrid pour dénoncer le harcèlement et les
intimidations dont plusieurs opposants syriens vivant en Espagne se
disent victimes de la part de l’ambassade.



propos recueillis par sid ahmed hammouche
http://www.laliberte.ch/info/un-cyberactiviste-traque-par-assad


tient au fait assad encore un ex super poto a sarko http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20111026.OBS3272/syrie-sarkozy-et-son-ami-bachar-al-assad.html

_________________
"Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça." coluche
avatar
niouze

Messages : 5030
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Syrie

Message  ivo le Jeu 3 Nov - 10:08

La Syrie accepte le plan de paix de la Ligue arabe, sur le papier
FRANCE INFO - HIER, 19:00
La Syrie a officiellement accepté "sans réserve" le plan de sortie de crise proposé par la Ligue arabe, lors d’un comité ministériel de cette organisation. Ce plan prévoit des consultations entre le gouvernement et l’opposition pour organiser un "dialogue national". Mais l’opposition syrienne se méfie et soupçonne le régime de Bachar al-Assad de vouloir gagner du temps.

Côté pile, la délégation syrienne à la Ligue arabe a “accepté sans réserve” le plan de sortie de crise proposé par l’organisation, au cours d’un conseil des ministres. Côté face, sur le terrain, c’est encore l’inconnue.

Personne ne sait ce que Damas a en tête en acceptant de tendre la main, sous la houlette de la Ligue arabe. “Le plus important, c’est l’engagement de la Syrie à mettre en œuvre cet accord. Nous espérons et nous souhaitons que seront appliqués l’arrêt total de la violence pour protéger les civils, la libération des personnes incarcérées en raison des événements actuels, l’évacuation des villes et zones en proie à des conflits armés”, se félicite Hamad ben Jassem, Premier ministre et chef de la diplomatie du Qatar.

Selon le texte, Damas doit aussi ouvrir un dialogue sous 15 jours. Des consultations doivent être menées dans ce but par le comité ministériel arabe. Mais l’accord laisse un point important dans le flou : le lieu où devrait avoir lieu ce dialogue. Le régime le veut à Damas, l’opposition à l’étranger.

Sur le terrain, le calme ne semble pas encore prêt à revenir. Des déserteurs de l’armée ont tué 15 militaires pro-Assad, affirme l’Observatoire syrien des droits de l’Homme, basé à Londres. Opération qui tiendrait lieu de représailles à la mort de 11 civils un peu plus tôt.

L’opposition syrienne accueille d’ailleurs fraichement cette ouverture apparente : “le régime veut gagner du temps”, accuse le Conseil national syrien, qui rappelle que Damas a répondu “par une escalade de la répression”. Et l’opposition demande à la Ligue arabe de geler l’adhésion de la Syrie.

il croit au pere noel lui.
avatar
ivo

Messages : 26402
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Syrie

Message  ivo le Sam 5 Nov - 12:46

>>>>>>>>>>>

Plus d’une vingtaine de morts en Syrie malgré le plan arabe
http://www.liberte-algerie.com/international/bachar-al-assad-poursuit-le-massacre-plus-d-une-vingtaine-de-morts-en-syrie-malgre-le-plan-arabe-165682
Bachar Al-Assad poursuit le massacre

Alors que le président syrien avait donné son accord pour mettre en œuvre rapidement le plan de la Ligue arabe, son armée a continué à tuer les manifestants jeudi et hier, en dépit des nombreuses mises en gardes.

Rien n’a changé en Syrie où les forces de sécurité poursuivent le massacre des civils, malgré la décision du régime de Bachar al-Assad d'accepter un plan arabe devant cesser la répression sanglante du mouvement de révolte. Jeudi, vingt civils ont été tués par balles et des dizaines de personnes ont été arrêtées, alors qu’hier, cinq personnes sont tombées sous les balles des forces de sécurité syriennes. L’acceptation mercredi “sans réserves”, par le pouvoir syrien le plan de sortie de crise qui prévoit un arrêt total des violences, la libération des personnes arrêtées dans le cadre de la répression, le départ de l'armée des villes et la libre circulation des observateurs et médias internationaux, avant l'ouverture d'un dialogue entre le régime et l'opposition, n’a en fin de compte pas empêché l’armée syrienne de continuer à réprimer dans le sang les manifestants. “Nous n'avons pas vu de signes que le régime (du président Bachar al-Assad) avait l'intention de respecter les engagements qu'il a pris”, a commenté la porte-parole du département d'État Victoria Nuland. Ainsi, les États-Unis ont prévenu la Syrie, qu'elle renforcerait encore davantage son isolement international si elle ne mettait pas en oeuvre le plan arabe de sortie de crise.
L’Union européenne a appelé les autorités de Damas à mettre en oeuvre “pleinement et rapidement” la proposition arabe prévoyant notamment, un “dialogue national” censé mettre fin à la crise en Syrie. “Il est désormais vital que les engagements des autorités syriennes auprès la Ligue arabe soient mis en oeuvre pleinement et rapidement sous surveillance arabe”, a estimé la chef de la diplomatie européenne Catherine Ashton dans un communiqué. Tout en saluant les “efforts de la Ligue arabe visant à arrêter l'effusion de sang des Syriens”, les Comités locaux de coordination (LCC), qui chapeautent la contestation sur le terrain, ne croient pas en “l'acceptation par le régime syrien des clauses du plan”. Malgré la répression, les militants restent également déterminés, appelant les Syriens à manifester ce vendredi sous le slogan “Allah est grand, contre les despotes et les tyrans”. D'importantes manifestations ont eu lieu dans plusieurs quartiers de la ville de Homs, ainsi que dans des localités de la province, à Houla, Qousseir, Talbissé et Tadmor, selon l'OSDH. “Plus le régime réprime et tue, plus nous sommes déterminés. Le régime ne pourra pas se maintenir malgré (l'appui) de la Russie et de la Chine, ni en raison des décisions de la Ligue arabe, car le peuple est déterminé à obtenir la liberté”, affirme la page Facebook “Syrian Revolution 2011”.
À signaler qu’une délégation du Conseil national syrien (CNS), qui regroupe la majorité des opposants, a nié lors d'une rencontre jeudi avec le chef de la Ligue arabe, Nabil al-Arabi, que le CNS allait participer au dialogue avec le régime. “Non, nous ne parlons pas de dialogue, nous invitons à des négociations pour le transfert du pouvoir du régime tyrannique vers un régime démocratique et nous demandons à Bachar al-Assad de quitter le pouvoir”, a affirmé à la presse Samir Al-Nachar, membre du bureau exécutif du CNS.
avatar
ivo

Messages : 26402
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Syrie

Message  ivo le Lun 7 Nov - 10:46

Syrie: le sang continue à couler
http://www.rtbf.be/info/monde/detail_syrie-le-sang-continue-a-couler?id=7038583
La violence persiste en dépit du plan arabe de paix. Les forces du régime syrien ont tué près d'une vingtaine de civils dimanche. Face à la poursuite de la répression, la Ligue arabe a accusé Damas de ne pas respecter ses engagements.

Le régime du président Bachar al-Assad a encore accentué la répression contre l'opposition syrienne. La violence a fait au moins 19 morts dimanche. La plupart des décès ont été signalés à Homs, bastion de la révolte contre le pouvoir. Dans cette ville d'un million d'habitants, au Nord de Damas, un quartier est pilonné depuis près d'une semaine par les blindés du régime.

La Ligue arabe a haussé le ton face à Damas, accusant les autorités syriennes de ne pas respecter le plan de sortie de crise accepté la semaine dernière. L'organisation doit tenir une réunion spéciale sur la situation en Syrie samedi prochain, en raison de la poursuite de la violence.

Samedi, le gouvernement syrien a fait un premier geste en libérant plus de 550 personnes arrêtées lors de manifestations. Mais, les forces de sécurité ont poursuivi leur violente répression. Les opérations sécuritaires ont fait plus d'une soixantaine de morts depuis que Damas a officiellement accepté le plan de la Ligue Arabe, mercredi dernier.

Pour sa part, le Conseil national syrien, qui regroupe la majorité de l'opposition, continue à réclamer le départ de Bachar al-Assad. Selon l'ONU, plus de 3000 civils ont été tués et des milliers d'autres arrêtés depuis le début du mouvement de contestation en Syrie à la mi-mars.
avatar
ivo

Messages : 26402
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Syrie

Message  ivo le Ven 11 Nov - 11:23

Human Rights Watch accuse Damas de crimes contre l'humanité
http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2011/11/11/human-right-watch-accuse-damas-de-crimes-contre-l-humanite_1602268_3218.html
Malgré le plan de la Ligue arabe pour la sortie des violences, les civils continuent de mourir en Syrie. Dans un rapport (PDF) publié ce vendredi 11 novembre, l'ONG Human Rights Watch (HRW) accuse le régime syrien de "crimes contre l'humanité" dans la ville de Homs, ses forces perpétrant de manière systématique des "abus" contre les civils dans leur répression du mouvement de contestation depuis huit mois.

Alors que la Ligue arabe se réunit vendredi et samedi pour discuter du dossier syrien, HRW reprend les revendications du CNS à son compte et appelle l'organisation panarabe "à suspendre l'adhésion de la Syrie". L'ONG a aussi demandé à la Ligue arabe de réclamer à l'ONU un embargo sur les armes ainsi que des sanctions contre des membres du régime, et de déférer la Syrie devant la Cour pénale internationale (CPI).

"Le recours systématique aux abus contre les civils à Homs par les forces du gouvernement syrien, y compris la torture et les exécutions arbitraires, montre que des crimes contre l'humanité ont été commis", affirme l'ONG, qui indique que le mois de septembre a été le plus meurtrier, depuis le début de la contestation.

104 CIVILS TUÉS À HOMS DEPUIS LE 2 NOVEMBRE

Se basant sur des témoignages et des entretiens, elle indique que "587 civils" ont été tués à Homs, haut lieu de la contestation, entre la mi-avril et la fin août, et au moins 104 depuis le 2 novembre, date de l'accord donné par le président Bachar Al-Assad au plan arabe prévoyant l'arrêt des violences. "Homs est le microcosme de la brutalité du gouvernement syrien", écrit Sarah Leah Whitson, la responsable de la section Moyen-Orient à HRW.

L'ONG s'inquiète aussi de la hausse du nombre de morts et des cas de torture dans les geôles du pouvoir. Le procédé est toujours le même : les forces de l'ordre enlèvent littéralement certains opposants, sans en informer les familles, qui quelques jours plus tard reçoivent un appel téléphonique de l'hôpital public leur demandant de venir récupérer le corps.

"Dans de nombreux cas, les familles des personnes tuées en garde à vue ont dû signer des documents indiquant que des "gangs armés" avaient tué leurs parents et la promesse de ne pas faire d'obsèques publiques comme condition pour recevoir le corps", détaille le rapport.

LE CONFLIT SE MILITARISE

L'ONG n'oublie pas les exactions, de plus en plus nombreuses, commises par les soldats déserteurs, passés de l'armée régulière à la rébellion. Et met en garde contre une militarisation du mouvement de la contestation, qui aboutirait à un conflit armé.

Une militarisation inéluctable si la communauté internationale n'intervient pas pour protéger le peuple syrien. L'ONG demande à l'ONU et à son conseil d'intervenir pour protéger le peuple syrien. Et critique fortement l'attitude des BRICS (Brésil, Russie, Chine, Inde et Afrique du Sud), accusés d'être trop tendres avec le régime et d'être naïfs en pensant que Bachar Al-Assad allait engager les réformes promises.

Cette inaction de la communauté internationale légitime les autorités syriennes et leur donne un sentiment d'impunité quand elles commettent de graves violations des droits de l'homme, estime le rapport.
avatar
ivo

Messages : 26402
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Syrie

Message  ivo le Sam 12 Nov - 19:40

La Ligue arabe suspend la Syrie, en attendant la paix
fr info
Damas tardant à appliquer le plan de paix conclu il y a dix jours, la Ligue arabe appelle à des sanctions. La Syrie rétorque que sa suspension est "illégale".

Un camouflet sévère pour le régime de Bachar al-Assad.
Après des mois de crise, la Ligue arabe a décidé de suspendre la Syrie et de rappeler ses ambassadeurs à Damas. Tant que le régime de Bachar el-Assad n'appliquera pas le plan de paix conclu il y a dix jours. Lors de la réunion d'urgence organisée ce samedi au Caire, 18 pays ont voté cette suspension. Seuls le Liban, le Yémen et la Syrie elle-même ont voté contre. L'Irak s'est abstenu.
La suspension de l'adhésion de la Syrie était l'une des principales revendications de l'opposition syrienne, dont les différents courants ont défilé au siège de la Ligue ces derniers jours.

Dans son communiqué, la Ligue arabe appelle également à des "sanctions économiques et politiques contre le pouvoir syrien", et invite tous les courants de l'opposition syrienne à se réunir au Caire sous trois jours pour élaborer un projet de "transition".

Réaction de la Syrie : la décision de la Ligue arabe est "illégale". Elle "met fin à l'action arabe commune et prouve que la Ligue suit un programme édicté par les Américains et les Occidentaux", affirme Youssef Ahmad, ambassadeur syrien auprès de la Ligue arabe.

Sur le terrain, la répression du soulèvement populaire sans précédent contre le régime de Damas a fait plus de 3.500 morts, selon l'ONU. Et elle n'a pas baissé d'intensité, contrairement aux engagements pris par Damas : le régime syrien avait pourtant accepté le 2 novembre le plan arabe qui prévoyait la fin des violences, la libération des détenus, le retrait de l'armée des villes tenues par l'opposition et la libre circulation des médias.
avatar
ivo

Messages : 26402
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Syrie

Message  ivo le Dim 13 Nov - 13:36

Vives tensions après la suspension de la Syrie par la Ligue arabe
fr info
Après la décision hier de la Ligue arabe, les partisans de Bachar Al-Assad ont violemment réagi. Les ambassades du Qatar, d'Arabie Saoudite, et de Turquie, ont été prises d'assaut par la foule.

Chants patriotiques, drapeaux, portraits du président syrien : des dizaines de milliers de partisans se sont réunis sur la place Sabaa Bahrat, à Damas, en criant : "Le peuple veut Bachar Al-Assad". Même scène simultanément à Alep, Lattaquié et d'autres villes du pays.

Déjà hier, des poignées de fidèles au régime s'en étaient pris à plusieurs ambassades. Celles de Turquie, du Qatar et d'Arabie Saoudite notamment, qui ont donné leur voix à la décision de la Ligue arabe. La dernière a été en partie saccagée. Un incident "violemment" dénoncé par Ryad ce matin, qui dans un communiqué "rend les autorités syriennes responsables de la protection de tous les intérêts saoudiens en Syrie". Le centre culturel français de Lattaquié enfin a été pris pour cibles.

La Ligue arabe hier en annonçant cette suspension, a rappelé les ambassadeurs arabes en poste en Syrie. Mais les deux représentations qatarie et saoudienne avaient déjà quitté les lieux, pour dénoncer la répression en Syrie.

Celle-ci ne ralentit pas, malgré l'isolement de plus en plus patent de Damas. Au moins six civils auraient été tués hier et les défections se multiplieraient. Selon l'Observatoire syrien des Droits de l'Homme, neuf agents de sécurité auraient été tués par des déserteurs et un soldat se serait donné la mort parce qu'il refusait de tirer sur la foule.
avatar
ivo

Messages : 26402
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Syrie

Message  ivo le Mar 15 Nov - 9:25

Syrie : le roi de Jordanie, premier dirigeant arabe à demander la démission de Bachar al Assad
fr info
Pour la première fois, un pays arabe a officiellement appelé à la démission de Bachar al Assad, en Syrie. Il s'agit du roi Abdallah II de Jordanie. Sur le terrain, l'armée a rencontré une importante résistance à la répression.

Si tous les pays arabes ne rompent pas ouvertement avec Damas, ils prennent leurs distances.
Les explications de Claude Guibal.

Deux jours après la décision de la Ligue arabe de suspendre la Syrie des rangs de son organisation, le roi Abdallah II de Jordanie a estimé aujourd’hui que le président Bachar al Assad devait présenter sa démission.

Il s'agit du premier dirigeant arabe à lancer un tel appel, après huit mois de soulèvement populaire contre les autorités de Damas. Les autres pays arabes, si ils ne "lâchent" pas encore Damas, le ton monte. L'Algérie, par exemple, a voté en faveur de l'exclusion de la Syrie de la Ligue et cache à peine son agacement. Mais Alger refuse de rappeler son ambassadeur en Syrie, affirmant que le contact doit être maintenu.

La Ligue envisage de répondre à l'invitation syrienne de venir vérifier sur place, et elle prendrait des contacts avec des organisations des droits de l'Homme arabes, envisageant de les déployer sur le terrain.

Mais le "terrain" se prête-t-il à de telles observations ? Rien n'est Au moins sûr. Quarante personnes ont été tuées ce lundi lors d'affrontements dans le sud du pays, près de la ville de Khirbet Ghazaleh, une région proche de la Jordanie. Un bilan à peu près également réparti entre les insurgés et l'armée. Pour la première fois, l'armée a rencontré une résistance armée de grande ampleur, constituée de déserteurs, aidés par des Bédouins.
avatar
ivo

Messages : 26402
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Syrie

Message  ivo le Mer 16 Nov - 12:25

La Syrie, de plus en plus seule face au reste du monde
fr info
Des soldats déserteurs attaquent un centre des services secrets syriens. La Syrie absente de la réunion du Conseil ministériel de la Ligue arabe prévue aujourd'hui à Rabat. Des demandes de départ du Président Bachar al Assad qui se multiplient. Le régime syrien est plus que jamais isolé.

Départ inévitable, départ souhaité, départ demandé, les mots changent mais le sens reste le même. Il s' agit toujours d'aboutir au départ du dictateur syrien et de son régime sanguinaire. La Turquie estime ainsi que le régime de Bachar al Assad a laissé passer sa dernière chance de mettre fin à la crise. Le prince saoudien Tourki al Faiçal juge que le départ du Président syrien est proche. Autant de déclarations qui arrivent après la décision de la Ligue arabe de suspendre de ses instances le régime de Damas en raison de la poursuite de la répression qui se déroule actuellement dans ce pays.

Dans ce contexte, on voit mal comment Bachal Al Asad peut envisager rester à son poste. Certes, il peut encore compter sur quelques faibles soutiens, comme celui du chef de la diplomatie marocaine, Taiëb Fassi qui a déclaré que la Syrie serait la bienvenue lors de la réunion de la Ligue arabe à Rabat. Certes, il peut encore compter sur la Russie qui refuse toujours de soutenir toute idée de sanction contre Damas. Mais à la vitesse où vont les choses, la question est de savoir combien de temps ces soutiens vont pouvoir encore durer.

Un pays proche de la guerre civile

De plus, l'argument du régime syrien qui parle de compot de l'étranger lui aussi ne semble plus tenir. La fissure à l'intérieur du pays, elle aussi devient tous les jours de plus en plus grande. Cette nuit, ce sont des militaires déserteurs et dissidents qui pour la première fois ont attaqué un centre des services secrets. Une attaque qui n'est pas unique, puisque des explosions ont été entendues dans différentes villes près de Damas.

avatar
ivo

Messages : 26402
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Syrie

Message  niouze le Mer 16 Nov - 14:40

on voit mal comment Bachal Al Asad peut envisager rester à son poste.

a coup d'assassinat ,comme si il avait a foutre que tout le monde soit contre lui

_________________
"Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça." coluche
avatar
niouze

Messages : 5030
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Syrie

Message  niouze le Jeu 5 Jan - 13:56

j'savait pas trop ou mettre sa ...alors je le met ici
Oui, la répression en Syrie est bien réelle, n'en déplaise à Meyssan et Cie

Alors que la Russie a dévoilé il y a quelques jours un projet de résolution au Conseil de sécurité condamnant notamment « l'usage disproportionné de la force par les autorités syriennes », qui aurait fait probablement plus de 5 000 morts à ce jour selon l’ONU, la complosphère persiste à s'enferrer dans le déni de réalité.

Depuis plusieurs semaines, les professionnels de la théorie du complot prétendent que les snipers qui tirent sur les foules de manifestants en Syrie sont en réalité des « mercenaires », des soldats d'élites infiltrés, d’obscures « forces spéciales » envoyées par l’OTAN.

Sur mondialisation.ca, Wayne Madsen explique que des « escadrons de la mort » armés par les Etats-Unis et Israël « ont non seulement mené des attaques contre les forces de sécurité syriennes, mais ont aussi massacré des civils dans des opérations sous "faux drapeau" attribuées par la suite aux forces du gouvernement syrien ». L’ex-larouchiste Webster Tarpley évoque quant à lui une « production conjointe de la CIA, du MI6, du Mossad ». Marc George, un ancien du Front national actuellement directeur du site medialibre.eu (après avoir été directeur de campagne de Dieudonné et secrétaire général de l'association d'Alain Soral) accuse tout bonnement « l’empire israélien » et le « lobby juif » de vouloir la peau de « l’Etat syrien ». De son côté, Thierry Meyssan affirme noir sur blanc que les manifestants anti-Assad n’ont jamais existé, que le bon président Assad a expressément interdit à ses hommes de tirer sur les manifestants et que les tortures infligées aux enfants par les services de sécurité syriens ne sont qu’une invention des médias occidentaux.


Rappelons que Marc George, Webster Tarpley et Francesco Condemi (Clap36) ont fait partie de la fine équipe qui s’est rendue en Syrie le mois dernier à l’initiative de Thierry Meyssan… et du régime de Damas.

Le reportage de la journaliste Manon Loizeau, diffusé récemment sur France 2, balaie en trente minutes toute cette désinformation (voir ci-dessous). Entrée clandestinement en Syrie (le pays est fermé à la presse internationale), Manon Loizeau s'est rendue à Homs où elle a rencontré des déserteurs de l'armée syrienne - ceux-là même dont le président du Réseau Voltaire affirme qu'ils ne sont qu'une poignée et ont quitté la Syrie.

Pour prendre la mesure de la désinformation à laquelle se livrent les supplétifs du régime de Bachar el-Assad, on se reportera également au dernier rapport de Human Rights Watch, décrit par Le Monde comme « l’étude la plus détaillée sur les responsables au jour le jour de la répression et sur la façon dont elle est menée ».
http://www.conspiracywatch.info/Oui-la-repression-en-Syrie-est-bien-reelle-n-en-deplaise-a-Meyssan-et-Cie_a764.html

c'est beau les théorie du complot bientot on nous dira que kim jong il etait un bienfaiteur de l'humanité ....

_________________
"Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça." coluche
avatar
niouze

Messages : 5030
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Syrie

Message  ivo le Ven 27 Jan - 19:37

Syrie : l'ONU prépare un projet de résolution
fr info
A la veille d'une mission de la Ligue arabe à l'ONU pour discuter du dossier syrien, la répression a redoublé d'intensité en Syrie. L'armée a lancé de nouvelles offensives contre plusieurs villes. Jeudi, l'Observatoire syrien des droits de l'Homme a compté 62 morts dans les violences, dont 43 civils.


Soldats de l'armée syrienne qui ont rejoint la rébellion © Reuters

Une réunion est prévue en début de semaine avec le Conseil de sécurité pour qu'il ratifie le plan arabe de sortie de crise décidé au Caire. Plan qui prévoit à terme le départ de Bachar al-Assad et qui a été rejeté en bloc par Damas.

"Un projet de résolution sur la Syrie pourrait être distribué" aux 15 membres du Conseil, selon un diplomate d'un pays membre. Moscou a déjà rejeté ce nouveau texte, basé sur l'initiative arabe qui prévoit la mise en place d'un gouvernement d'union nationale et le départ à terme du président syrien Bachar al-Assad.

L'armée syrienne a lancé jeudi de nouvelles offensives contre les villes de Hama et Homs (centre), après avoir attaqué Douma, près de Damas, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme. Les violences interreligieuses entre la majorité sunnite et la minorité alaouite, dont est issu le régime en place, ont commencé il y a quatre mois à Homs mais le dernier bilan (33 civils dont neuf enfants tués) est apparemment un des plus lourds jamais enregistrés.

Khaled Issa,vice president de la coordination nationale pour le changement démocratique : "la violence augmente"
avatar
ivo

Messages : 26402
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 13 Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 11, 12, 13  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum