Derniers sujets
» flicage total du net
par ivo Aujourd'hui à 9:05

» ... 14/18 ...
par ivo Aujourd'hui à 9:00

» la phrase du jour
par ivo Aujourd'hui à 8:29

» afrique du sud
par ivo Aujourd'hui à 8:08

» Today's joke
par ivo Aujourd'hui à 8:03

» les photos d'actus - l'info en résumé
par ivo Aujourd'hui à 7:54

» retraites
par ivo Hier à 7:58

» armement><désarmement
par ivo Dim 17 Sep - 8:09

» Necronomacron
par ivo Sam 16 Sep - 9:25

» pesticides / fongicides
par ivo Sam 16 Sep - 9:16

» immigration ...
par ivo Sam 16 Sep - 8:41

» homophobie dans le monde ...
par ivo Sam 16 Sep - 8:23

» Infos insolites.
par ivo Ven 15 Sep - 9:27

» pape, cathos, vatican et autres ....
par ivo Ven 15 Sep - 9:00

» Etats-Unis
par ivo Ven 15 Sep - 8:55

» No Futur - l'espace au 21° siecle
par ivo Ven 15 Sep - 8:38

» les "joies" du sport ...
par ivo Ven 15 Sep - 8:26

» vite, je vais vomir ...
par ivo Jeu 14 Sep - 9:06

» médias ? quels médias ??
par ivo Jeu 14 Sep - 7:34

» état d'urgence et autres restrictions....
par ivo Jeu 14 Sep - 7:29

» macronie
par ivo Mer 13 Sep - 9:28

» droites extremes
par ivo Mer 13 Sep - 9:12

» internet , technologie, ...
par ivo Mer 13 Sep - 8:43

» [Deutschland- Österreich] Allgemeine Informationen. [Allemagne- Autriche] Informations générales.
par ivo Mer 13 Sep - 8:10

» Yemen
par ivo Mer 13 Sep - 7:54

» Birmanie
par ivo Mer 13 Sep - 7:53

» egypte
par ivo Mar 12 Sep - 9:28

» Philippines
par ivo Mar 12 Sep - 9:07

» pologne
par ivo Mar 12 Sep - 8:55

» Nazisme.
par ivo Mar 12 Sep - 8:24

» les fous de dieu
par ivo Lun 11 Sep - 8:53

» Réflexion sur le sexisme
par ivo Lun 11 Sep - 8:37

» No Futur - la terre au 21° siecle
par ivo Lun 11 Sep - 7:52

» la police s'étonne qu'on ne l'aime pas
par niouze Sam 19 Aoû - 19:33

» Black Blocs
par ivo Lun 10 Juil - 13:45

» Syrie
par ivo Lun 10 Juil - 13:41

» ... G20 ...
par ivo Lun 10 Juil - 8:15

» turquie information
par ivo Lun 10 Juil - 8:07

» burundi
par ivo Dim 9 Juil - 9:17

» U.E.
par ivo Dim 9 Juil - 8:58

» Réflexion sur la peine de mort
par ivo Dim 9 Juil - 8:46

» esclavage
par ivo Dim 9 Juil - 8:44

» Corée du nord
par ivo Dim 9 Juil - 8:36

Forum Social Mondial

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Forum Social Mondial

Message  ivo le Dim 6 Fév - 9:57

Forum social mondial : la gauche a rendez-vous à Dakar
FRANCE INFO - 05:51
Martine Aubry, Eva Joly, Olivier Besancenot, Pierre Laurent... De nombreux représentants de la gauche française arrivent à Dakar, pour participer au 11e Forum social mondial (FSM), qui s’ouvre aujourd’hui. La patronne du PS, notamment, veut livrer sa "vision" de l’Afrique, en rupture avec le "discours de Dakar" de Nicolas Sarkozy.
Il se veut le contrepoint du Forum économique mondial de Davos. Le Forum social mondial tient sa 11ème édition à Dakar, au Sénégal, avec pour thème "les crises du capitalisme et des civilisations". Entre 40.000 et 50.000 personnes sont attendues à partir d’aujourd’hui, dont le Bolivien Evo Morales, le Vénézuélien Hugo Chavez et l’ancien dirigeant brésilien Lula.

Sans oublier une importante délégation de la gauche française : les eurodéputés d’Europe Ecologie Eva Joly et Jean-Paul Besset, le numéro 1 communiste Pierre Laurent, la co-leader du Parti de Gauche Martine Billard ou encore Olivier Besancenot, porte-parole du NPA se croiseront à Dakar.

Martine Aubry aussi a fait le déplacement. La patronne du PS a bien l’intention de prendre le contrepied de Nicolas Sarkozy. "A travers ce voyage, elle veut rompre avec cet inconscient post-colonial français qui a conduit à des discours malheureux comme celui de Dakar", explique le secrétaire socialiste à l’International Jean-Christophe Cambadélis, en faisant référence au discours prononcé en 2007 par le chef de l’Etat qui avait déploré que "l’homme africain" ne soit "pas assez entré dans l’Histoire".

A Dakar, le PS est venu en force, Louise Bodet (0'57")

Martine Aubry a peut-être aussi une autre motivation... "On ne peut pas exclure qu’elle soit candidate en 2012, et dans ce cas-là, aller en Afrique, c’est aussi se donner une stature présidentielle", estime le politologue Gérard Grunberg.
avatar
ivo

Messages : 26351
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Forum Social Mondial

Message  ivo le Dim 6 Fév - 19:19

Dix mille marcheurs ouvrent le forum social mondial de Dakar
FRANCE INFO - 18:14
Le Forum social mondial (FSM), vaste rassemblement d’altermondialistes qui se tient cette année sur fond de contestations populaires dans le monde arabe, mais aussi au Sénégal, s’est ouvert aujourd’hui à Dakar par une marche de quelque dix mille personnes.
Parmi les marcheurs, Martine Aubry, leader du Parti socialiste français, très entourée et sollicitée par les journalistes et membres d’ONG africaines.
C’est le grand rendez vous des alter mondialistes. Le forum social mondial s’est ouvert aujourd’hui à Dakar. Cet aprés midi prés de 10 000 personnes ont participé à une grande marche pour l’ouverture de ce forum dans la capitale sénégalaise. Reportage de Dominique André. (2'01")


Le forum social mondial s'est ouvert aujourd'hui à Dakar
©RF/E.Gérard

Le FSM, qui se tient chaque année juste après le Forum économique mondial de Davos, se présente comme le contrepoint à cette réunion du gotha politique et économique mondial dans une station de ski huppée des Alpes suisses.
Dans la foule des marcheurs de Dakar se trouvaient des représentants de pays arabes en proie à des mouvements de contestation populaire, dont l’Egypte, pour exiger le départ de régimes autoritaires en place depuis des décennies.
Commentant les évènements d’Egypte et de Tunisie où les manifestations de rue ont contraint le président Zine El Abidine Ben Ali à la fuite le 14 janvier, Mohamed Kabbas, syndicaliste marocain de 65 ans, a estimé que “la pression de la rue, c’est ça qui donne des résultats”.
Les Sénégalais qui accueillent le forum ont rappelé qu’ils étaient eux aussi confrontés à de graves difficultés sociales et économiques. Une femme brandissait ainsi une pancarte sur laquelle on pouvait lire “Dans les ténèbres jusqu’à quand ?”, en référence aux longues et innombrables coupures d’électricité qui exaspèrent de plus en plus les Sénégalais.


Les sénégalais manifestent pour exprimer leur colère
©RF/E.Gérard

C’est la deuxième fois depuis sa création en 2001 à Porto-Alegre, au Brésil, que le Forum a lieu en Afrique après celui de Nairobi en 2007. “L’Afrique illustre l’un des plus grands échecs de trois décennies des politiques néolibérales”, indique le dossier de presse du FSM. “En réaction, les mouvements sociaux et les citoyens du monde se joignent aux peuples africains qui refusent de payer le prix des crises actuelles dans lesquelles ils n’ont aucune responsabilité”, ajoute-t-il.

Plusieurs personnalités sont présentes comme les présidents bolivien Evo Morales, guinéen Alpha Condé et l’ancien dirigeant du Brésil Luiz Inacio Lula da Silva.
Martine Aubry participe également à ce forum“. Arrêtons de regarder le Maghreb et l’Afrique avec compassion. Ce qui s’est passé en Tunisie montre que le peuple peut redevenir maître de son destin quels que soient ses moyens. C’est peut-être ce que l’Europe a oublié”, a indiqué la première secrétaire du PS.

Le forum social mondial s’est ouvert aujourd’hui à Dakar au Sénégal. Avec entre autre Martine Aubry. La premiére secrétaire du PS en a profité pour appeler les autorités francaises à changer leur regard sur l’Afrique et en particulier sur le Maghreb. (0'58")

Le Sénégal, pays musulman d’accueil du FSM dirigé depuis onze ans par Abdoulaye Wade, fervent partisan du libéralisme, est confronté depuis des mois à des manifestations régulières et souvent violentes de jeunes.
Désespérés, confrontés au chômage et sans avenir, ils prennent prétexte des coupures d’électricité récurrentes pour exprimer leur colère à un an d’une présidentielle à laquelle Wade, 83 ans, entend se présenter pour un troisième mandat.
avatar
ivo

Messages : 26351
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Forum Social Mondial

Message  ivo le Sam 12 Fév - 20:28

Le FSM ou la rébellion des peuples
http://www.humanite.fr/10_02_2011-le-fsm-ou-la-r%C3%A9bellion-des-peuples-464917
La 11e édition du Forum social mondial de Dakar s’est achevée. Son leitmotiv : l’urgence de bâtir des alternatives face au système capitaliste particulièrement destructeur et prédateur sur le continent africain. Dakar, envoyée spéciale.

En 2004, en quittant pour la première fois sa ville natale de Porto Alegre, le Forum social mondial élargissait son audience internationale, s’enracinait dans les luttes sociales au Sud et se ressourçait à une extraordinaire participation populaire. À la recherche d’une nouvelle dynamique, c’est un mouvement altermondialiste en pleine mutation qui a élu domicile toute la semaine dans la capitale sénégalaise. La crise globale est passée par là, validant la critique d’un ordre néolibéral jadis récrié comme une utopie. Au tournant du millénaire, « l’économie libérale semblait encore incontestable. Je me souviens que des journalistes américains décrivaient nos forums comme de simples événements festifs », se souvient le Malien Ibrahima Coulibaly, président de la Coordination nationale des organisations paysannes (Cnop). Désormais, les idées débattues dans les forums sociaux, « annulation de la dette, taxes sur les transactions financières, régulation de la finance, lutte contre les paradis fiscaux, régulation des marchés agricoles, remise en cause du PIB comme seul indicateur de richesse » se retrouvent jusque « sur la table des propositions des politiques », remarque Bernard Pinaud, du Comité catholique contre la faim et pour le développement. Ajoutons que certaines ont fait leur chemin jusque dans les conseils d’administration des multinationales qui se piquent de « social business » pour mieux les dévoyer. « C’est là peut-être le défi du mouvement altermondialiste. Victime de son succès, ses propositions sont récupérées sans lui en reconnaître la paternité, et pas vraiment mises en œuvre », regrette-t-il dans un texte de contribution au FSM de Dakar. Les débats de cette 11e édition, rendus difficiles par de lourds problèmes de logistiques et d’organisation, ont également posé plus explicitement la question de la nécessaire articulation entre mouvements sociaux et dynamiques politiques. Dès l’ouverture du forum, dimanche, le président bolivien Evo Morales revenait longuement sur les luttes sociales, culturelles et politiques qui ont porté le premier Amérindien à la tête d’un État d’Amérique du Sud. Son appel à la « rébellion des peuples » contre un système capitaliste « à l’agonie » a résonné toute la semaine à Dakar, où s’est exprimée l’urgence de bâtir des alternatives à ce système destructeur. C’est que, sur le continent africain, le capitalisme en crise est source de dévastation sociale. Pillage des ressources naturelles, accaparement des terres agricoles par des multinationales de l’agrobusiness, démantèlement des protections et services sociaux de base réduisent les peuples, pour reprendre un mot d’Édouard Glissant, à des « asphyxies sèches ». Le tout, avec la complicité de dirigeants aussi serviles que corrompus.

Rosa Moussaoui
avatar
ivo

Messages : 26351
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Forum Social Mondial

Message  niouze le Dim 13 Fév - 22:34

Déclaration de l'assemblée des mouvements sociaux du FSM 2011 à Dakar (Sénégal) - 10 février



Nous, réunies et réunis lors de l’Assemblée des mouvements sociaux du Forum social mondial 2011 à Dakar affirmons l’apport capital de l’Afrique et de ses peuples dans la construction de la civilisation humaine. Ensemble, les peuples de tous les continents mènent des luttes pour s’opposer avec la plus grande énergie à la domination du capital, cachée derrière des promesses de progrès économique et d’apparente stabilité politique. La décolonisation des peuples opprimés reste pour nous, mouvements sociaux du monde entier, un grand défi à relever.



Nous affirmons notre soutien et notre solidarité active aux peuples de Tunisie, d’Égypte et du monde arabe qui se lèvent aujourd’hui pour revendiquer une véritable démocratie et construire un pouvoir populaire. De part leurs luttes, ils montrent la voie d’un autre monde débarrassé de l’oppression et de l’exploitation.



Nous réaffirmons avec force notre soutien aux peuples ivoirien, d’Afrique et du monde dans leurs luttes pour une démocratie souveraine et participative. Nous défendons le droit à l’autodétermination de tous les peuples.



Au sein du processus FSM, l’Assemblée des mouvements sociaux est l’espace où nous nous réunissons avec notre diversité, pour construire nos agendas et luttes communes contre le capitalisme, le patriarcat, le racisme et toute forme de discrimination.



À Dakar, nous célébrons les 10 ans du premier Forum qui s’est tenu à Porto Alegre en 2001. Au cours de cette période, nous avons construit une histoire et un travail communs qui a permis certaines avancées, notamment en Amérique latine, où nous avons réussi à freiner des alliances néo-libérales et concrétiser plusieurs alternatives pour un développement socialement juste et respectueux de la nature.



Au cours de ces 10 ans, nous avons également assisté à l’explosion d’une crise systémique qui s’est déclinée en crise alimentaire, environnementale, financière et économique, et qui a donné lieu à l’accroissement des migrations et déplacements forcés de populations, de l’exploitation, de l’endettement, des inégalités sociales.



Nous dénonçons le rôle des acteurs du système (banques, transnationales, grands médias, institutions internationales…) qui, à la recherche du profit maximum, continuent leur politique interventionniste via des guerres, des occupations militaires, des supposées missions humanitaires, la création de bases militaires, le pillage des ressources naturelles, l’exploitation des peuples, la manipulation idéologique. Nous dénonçons également la cooptation qu’ils exercent à travers le financement de secteurs sociaux servant leurs intérêts, et leurs pratiques assistentialistes qui génèrent la dépendance.



Le capitalisme détruit la vie quotidienne des populations. Mais, chaque jour naissent de nombreuses luttes pour la justice sociale, pour éliminer les dégâts du colonialisme et pour que toutes tous obtiennent une qualité de vie digne. Nous affirmons que nous, les peuples, ne devons plus payer pour leur crise et qu’il n’y a pas d’issue à cette crise au sein du système capitaliste. Réaffirmant la nécessité de construire une stratégie commune de lutte contre le capitalisme, nous, mouvements sociaux :



Nous luttons contre les transnationales parce qu’ils soutiennent le système capitaliste, privatisent la vie, les services publics et les biens communs comme l’eau, l’air, la terre, les semences, les ressources minérales. Les transnationales promeuvent les guerres, par le biais de l’engagement d’entreprises privées et mercenaires et de la production d’armes, reproduisent des pratiques extractivistes nuisibles à la vie, accaparent nos terres et développent des semences et aliments transgéniques qui enlèvent aux peuples le droit à l’alimentation et détruisent la biodiversité.



Nous exigeons la souveraineté des peuples dans la définition de leur mode de vie. Nous exigeons la mise en place de politiques qui protègent les productions locales, donnent une dignité aux tâches agricoles et conservent les valeurs ancestrales de la vie. Nous dénonçons les traités néolibéraux de libre échange et exigeons la liberté de circulation pour tous les êtres humains.



Nous continuons à nous mobiliser pour l’annulation inconditionnelle de la dette publique de tous les pays du Sud. Nous dénonçons également, dans les pays du Nord, l’utilisation de la dette publique pour imposer aux peuples des politiques injustes et anti-sociales.



Mobilisons-nous massivement à l’occasion des réunions des G8 et G20 pour dire non à ces politiques qui nous traitent comme des marchandises !



Nous luttons pour la justice climatique et la souveraineté alimentaire. Le réchauffement global est un produit du système capitaliste de production, distribution et consommation. Les transnationales, les institutions financières internationales et les gouvernements à leur service ne veulent pas réduire leurs émissions de gaz à effet de serre. Nous dénonçons le «capitalisme vert», et refusons les fausses solutions à la crise climatique comme les agrocarburants, les organismes génétiquement modifiés et les mécanismes de marché de carbone, comme le REDD, qui font miroiter aux populations appauvries des progrès, tout en privatisant et transformant en marchandises les forêts et territoires où ces populations ont vécu pendant des millénaires.



Nous défendons la souveraineté alimentaire et l’accord atteint pendant le sommet des peuples contre le changement climatique qui s’est tenu à Cochabamba, où des véritables alternatives à la crise climatique ont été construites avec les mouvements sociaux et organisations du monde entier.



Mobilisons-nous, tous et toutes, en particulier sur le continent africain, pendant le COP 17 à Durban en Afrique du Sud et à «Rio +20» en 2012, pour réaffirmer les droits des peuples et de la nature et arrêter l’accord illégitime de Cancun.



Nous défendons l’agriculture paysanne qui est une solution réelle à la crise alimentaire et climatique et signifie aussi l’accès à la terre pour celles et ceux qui la travaillent. Pour cela, nous appelons à une grande mobilisation pour stopper l’accaparement des terres et appuyer les luttes paysannes locales.



Nous luttons contre la violence envers les femmes qui est exercée régulièrement dans les territoires occupés militairement, mais aussi contre la violence dont souffrent les femmes quand elles sont criminalisées parce qu’elles participent activement aux luttes sociales. Nous luttons contre la violence domestique et sexuelle qui est exercée sur elles quand elles sont considérées comme des objets ou marchandises, quand leur souveraineté sur leur corps et leur spiritualité n’est pas reconnue. Nous luttons contre la traite des femmes, des filles et garçons. Mobilisons-nous tous ensemble, partout dans le monde, contre les violences faites aux femmes. Nous défendons la diversité sexuelle, le droit à l’autodétermination du genre, et nous luttons contre l’homophobie et les violences sexistes.



Nous luttons pour la paix et contre la guerre, le colonialisme, les occupations et la militarisation de nos territoires.



Les puissances impérialistes utilisent des bases militaires, pour provoquer des conflits, contrôler et piller les ressources naturelles, et promouvoir des initiatives antidémocratiques comme ils l’ont fait avec le coup d’État au Honduras et l’occupation militaire en Haïti. Ils promeuvent guerres et conflits comme ils le font en Afghanistan, Irak, République démocratique du Congo et beaucoup d’autres pays.



Nous devons intensifier la lutte contre la répression des peuples et la criminalisation de leurs luttes et renforcer les liens de solidarité entre les peuples comme le mouvement international de boycott, désinvestissement et sanctions contre Israël. Notre combat se dirige également contre l’OTAN et pour l’élimination de toutes les armes nucléaires.



Chacune de ces luttes implique une bataille des idées dans laquelle nous ne pouvons avancer sans démocratiser la communication. Nous affirmons qu’il est possible de construire une mondialisation d’un autre type, à partir des peuples et pour les peuples, et avec la participation fondamentale des jeunes, femmes, paysans et peuples autochtones.



L’assemblée des mouvements sociaux appelle les forces et acteurs populaires de tous les pays à développer deux actions de mobilisation, coordonnées au niveau mondial, pour contribuer à l’émancipation et l’autodétermination des peuples et pour renforcer la lutte contre le capitalisme.



Nous inspirant des luttes des peuples de Tunisie et d’Égypte, nous appelons à ce que le 20 mars soit un jour international de solidarité avec le soulèvement du peuple arabe et africain, dont les conquêtes renforcent les luttes de tous les peuples : la résistance du peuple palestinien et saharaoui, les mobilisations européennes, asiatiques et africaines contre la dette et l’ajustement structurel, et tous les processus de changement en cours en Amérique latine.



Nous appelons également à une journée d’action globale contre le capitalisme le 12 octobre, où, de toutes les manières possibles, nous exprimerons notre refus d’un système qui est en train de détruire tout sur son passage.



Mouvements sociaux du monde entier, avançons vers une unité globale pour défaire le système capitaliste ! Nous vaincrons !


_________________
"Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça." coluche
avatar
niouze

Messages : 5030
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum