Derniers sujets
» GRAVOS & FRIENDS
par ivo Ven 23 Fév - 10:10

» étude du fascisme
par ivo Mar 6 Fév - 8:58

» la police s'étonne qu'on ne l'aime pas
par niouze Mar 16 Jan - 12:29

» vite, je vais vomir ...
par niouze Ven 12 Jan - 13:23

» Tunisie >>>>>>>
par ivo Lun 18 Déc - 8:29

» la phrase du jour
par ivo Lun 18 Déc - 8:09

» [中国- Chine] 一般信息- Informations générales
par ivo Sam 16 Déc - 8:38

» les photos d'actus - l'info en résumé
par ivo Sam 16 Déc - 8:34

» macronie
par ivo Sam 16 Déc - 8:23

» enfance ...
par ivo Ven 15 Déc - 9:27

» démocratie et justice ...
par ivo Ven 15 Déc - 9:19

» internet , technologie, ...
par ivo Ven 15 Déc - 8:41

» sexisme ... encore et toujours ...
par ivo Ven 15 Déc - 8:19

» [Toulouse - 03-01-2018] HASSIG + TROTZ + PESTCONTROL
par vegan31 Ven 8 Déc - 10:42

» flicage total du net
par niouze Lun 4 Déc - 10:06

» état d'urgence et autres restrictions....
par niouze Jeu 30 Nov - 22:32

» pesticides / fongicides
par ivo Mer 22 Nov - 9:02

» contre l'esclavage moderne
par ivo Mer 22 Nov - 8:54

» Sur les rives du Jourdain
par ivo Mer 22 Nov - 8:52

» petits business entre amis
par ivo Mer 22 Nov - 8:41

» No Futur - la terre au 21° siecle
par ivo Mer 22 Nov - 8:36

» blancs comme neige ^^
par ivo Mer 22 Nov - 8:34

» homophobie dans le monde ...
par ivo Mer 22 Nov - 8:19

» immigration ...
par ivo Mer 22 Nov - 8:16

» Nucléaire mon amour ...
par ivo Mar 21 Nov - 9:19

» Afrique coloniale belge
par ivo Mar 21 Nov - 8:50

» Révolution russe
par ivo Mar 21 Nov - 8:01

» agriculture
par ivo Dim 19 Nov - 8:26

» <<< Santé >>>
par ivo Dim 19 Nov - 8:21

» droites extremes
par ivo Sam 18 Nov - 11:01

» Birmanie
par ivo Sam 18 Nov - 10:35

» U.E.
par ivo Sam 18 Nov - 10:10

» pologne
par ivo Sam 18 Nov - 8:44

» No Futur - l'espace au 21° siecle
par ivo Ven 17 Nov - 8:36

» Réunionnais de la Creuse
par ivo Ven 17 Nov - 7:56

» rwanda
par ivo Jeu 16 Nov - 9:49

» médias ? quels médias ??
par ivo Jeu 16 Nov - 9:27

» Infos insolites.
par ivo Mer 15 Nov - 8:04

» ZAD partout ?
par niouze Mar 14 Nov - 17:54

» pape, cathos, vatican et autres ....
par ivo Mar 14 Nov - 9:00

» Necronomacron
par ivo Lun 13 Nov - 7:46

» monde - stupéfiants
par ivo Dim 12 Nov - 8:20

» conditions de travail ...
par ivo Dim 12 Nov - 8:10

du langage

Aller en bas

du langage

Message  ivo le Sam 12 Fév - 10:59

"Dégage!", mot qui engage de Tunis au Caire, via Paris
(AFP) – Il y a 1 jour
http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5jP2Xrpg4UDzYdYskZy-dy0VtrB9w?docId=CNG.cc3d42cde9222337d2a279275d352881.721
PARIS — Dégage! : de la Tunisie à l'Egypte en passant par la France et l'Italie, cette injonction "à peine méchante", dit un linguiste, s'est imposée avec la force d'un tsunami libertaire, métaphore lointaine d'un petit mot germain à l'origine positif.

"C'est le mot qui court de révolte en révolte!", lançait Marianne dans son dernier numéro, s'arrêtant sur ce "mot-projectile" passé dans le langage courant au XXe siècle, selon Alain Rey, spécialiste de la langue française.

"Dégage Ben Ali! " : la Tunisie a ouvert la voie dans la langue de Molière, renversant mi-janvier le président et le régime dont elle ne voulait plus. L'Egypte a suivi avec un slogan identique en arabe adressé au président Hosni Moubarak.

En France, c'est la démission de la ministre des affaires étrangères Michèle Alliot-Marie qui est désormais ainsi réclamée: "Dégage MAM !". Ce slogan fait l'ouverture, parmi d'autres, de la page d'accueil du site du MoDem d'Eure-et-Loir et porte le nom d'un groupe de citoyens en colère sur Facebook.

Plus fleuri, le "Dimettiti Buffone!" (démissionne bouffon !) choisi le 3 février par des manifestants italiens à Bologne lassés des frasques du président du conseil Silvio Berlusconi avec la gent féminine.

L'origine du mot est pourtant germanique, dit Alain Rey: "wad" (caution, gage) date du Moyen Age.
"Dégage" renvoie à "de l'argent donné en échange de quelque chose, qu'on ne peut dépenser à sa guise. Si on le dé-gage, il devient libre. On dégage d'abord des choses, puis, par métaphore, on libère quelqu'un d'un engagement", explique Alain Rey.

"L'expression devient familière, voire grossière, dans la première partie du XXe siècle : on dégage pour sortir d'une situation dans laquelle on est coincé ou pour s'en prendre à quelqu'un qui ne veut pas partir", poursuit-il.

"L'effet produit reste, mais le contexte est totalement retourné. Politique et familiarité se sont rejointes une fois de plus", dit Alain Rey, constatant un glissement répandu "de la communication familière réservée à la sphère privée dans la sphère publique".
Mais, ajoute-t-il, "+Dégage!+ c'est familier, mais ce n'est pas méchant. Avant, on aurait dit + A bas! ou Va-t-en!+".

Copyright © 2011 AFP

avatar
ivo

Messages : 26720
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: du langage

Message  ivo le Dim 20 Fév - 10:38

On dit “Dégage Moubarak” mais pas “Casse-toi pauvre con”
http://www.telerama.fr/monde/dites-degage-moubarak-et-pas-casse-toi-pauvre-con,65830.php
Pour marquer sa solidarité avec les manifestants de la place Tahrir, il a brandi une pancarte “Casse-toi pauvre con !”. Résultat, ce professeur du lycée français du Caire a été rapatrié par le Quai d'Orsay et sanctionné. Il aurait mieux fait de passer ses vacances en Dordogne…


Capture d'écran d'un reportage de BFM TV sur la place Tahrir, le 1er février.

Il y a des « Casse-toi, pauvre con ! » qui valent leur pesant de vols en avion. Ce mardi 1er février 2011, jour de la manifestation « du million » en Egypte, un professeur au lycée français du Caire se prépare à aller suivre le rassemblement prévu sur la place Tahrir. Alexandre (1) est marié à une Egyptienne, il a deux enfants, il connaît l'Egypte et le régime liberticide de Moubarak comme sa poche.

Membre de l'Association démocratique des Français à l'étranger (ADFE), Alexandre n'est pas insensible aux thèses des révolutionnaires égyptiens. Dans les précédentes manifestations, il a vu les slogans qui faisaient référence à la révolution tunisienne, les « Dégage Moubarak ! », en français dans le texte. Il décide de concocter sa propre pancarte et écrit sur son panneau ces quatre fameux mots présidentiels : « Casse-toi pauvre con ! »

L'homme est facétieux. L'idée est cocasse. En outre, le slogan fait honneur à la francophonie et colle parfaitement à l'état d'esprit des manifestants. Las, il ne fait pas rire l'ambassade de France au Caire, quand elle découvre les clichés réalisés par son photographe sur place. « Casse-toi pauvre con ! » sur la place Tahrir, alors que Moubarak n'est pas encore tombé : du plus mauvais effet du point de vue du Quai d'Orsay.

Trois jours plus tard, Médiapart publie un article titré « Alliot-Marie fait taire les chercheurs français en Egypte ». L'article révèle qu'il a été demandé aux chercheurs du Centre d’études et de documentation économique, juridique et sociale (CEDEJ), basé en Egypte, de ne pas intervenir dans les médias français. Les chercheurs sont priés « d'exercer, en qualité de fonctionnaire, leur devoir de réserve ». Selon Bernard Valero, porte-parole du ministère des Affaires étrangères cité par Mediapart, « un agent de l'Etat français n'a pas à faire de déclaration publique à l'étranger sur la vie intérieure d'un pays, qu'on soit chercheur, professeur ou encore volontaire international ».

L'interdiction faite à des spécialistes de l'Egypte de parler d'Egypte au moment où il se passe quelque chose en Egypte pourra laisser pantois les esprits peu rompus aux subtilités diplomatiques. Le cas d'Alexandre est plus grave. Le professeur n'est pas chercheur. Il a osé exprimer son soutien aux manifestants. Se prend-il pour Malraux parti combattre les fascistes en Espagne entre 36-38 dans les Brigades internationales ? A-t-il perdu la tête au point de s'engager dans une cause alors qu'il aurait pu rester cloîtré chez lui en attendant qu'un vainqueur se dessine ?

Dans tous les cas, notre professeur expatrié a complètement oublié qu'il était un agent de l'Etat 24h sur 24, sept jours sur sept, même pendant ses vacances forcées (le lycée est fermé). Il doit donc impérativement la boucler.

Dès le vendredi qui suit son audace, le professeur est convoqué par l'ambassade. Il doit être puni. Il faut faire un exemple, décourager les velléités pro-révolutionnaires des autres expatriés. Alexandre est rapatrié à Paris dès le samedi matin, « pour sa sécurité ». En France, il est menacé de rétrogradation. Il s'en sort avec un blâme.

Le Quai d'Orsay lui a d'abord fait comprendre qu'il pourrait rentrer en Egypte et retrouver sa famille l'été prochain, après son départ à la retraite. Moubarak ayant quitté le pouvoir, il pourrait rentrer plus tôt.

Nous avons contacté le professeur, mais il a refusé catégoriquement de répondre à nos questions. Selon des sources sur place, le ministère des Affaires étrangères lui aurait demandé de se taire contre la promesse d'une sanction moins lourde et un retour en Egypte plus rapide.

Morale de l’histoire : mieux vaut être ministre des Affaires étrangères et proposer de l’aide à un dictateur qu’être un simple prof et en conspuer un autre…

Précision : le Quai d'Orsay nous fait savoir que c'est en voyant le reportage de BFM TV que l'Ambassade de France du Caire a découvert la pancarte et son auteur, et non en regardant les clichés d'un photographe envoyé sur place.

Mise à jour (17/02, 18h) : Selon BFM TV, le professeur sera réintégré à la rentrée prochaine, le 28 février.

novlangue et gouvernement "démocratique" par la peur.
hitler et staline rigolent dans leurs tombes.

mais la peur aura une fin un jour
et la vengeance sera succulente ...
avatar
ivo

Messages : 26720
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: du langage

Message  Invité le Dim 20 Fév - 12:45

Le "casse-toi pauv' con", depuis qu'on le brandit dans les manifs en France, si on avait dû être sanctionnés à chaque fois les comicos auraient explosé...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum