Derniers sujets
» la police s'étonne qu'on ne l'aime pas
par niouze Hier à 10:29

» Etats-Unis
par ivo Lun 10 Juil - 13:50

» Black Blocs
par ivo Lun 10 Juil - 13:45

» Syrie
par ivo Lun 10 Juil - 13:41

» immigration ...
par ivo Lun 10 Juil - 13:31

» ... G20 ...
par ivo Lun 10 Juil - 8:15

» turquie information
par ivo Lun 10 Juil - 8:07

» armement><désarmement
par ivo Lun 10 Juil - 8:00

» burundi
par ivo Dim 9 Juil - 9:17

» Today's joke
par ivo Dim 9 Juil - 9:00

» U.E.
par ivo Dim 9 Juil - 8:58

» Réflexion sur la peine de mort
par ivo Dim 9 Juil - 8:46

» esclavage
par ivo Dim 9 Juil - 8:44

» Corée du nord
par ivo Dim 9 Juil - 8:36

» egypte
par ivo Dim 9 Juil - 8:19

» droites extremes
par ivo Dim 9 Juil - 8:14

» GRAVOS & FRIENDS
par ivo Sam 8 Juil - 13:07

» blancs comme neige ^^
par niouze Sam 8 Juil - 11:40

» les "joies" du sport ...
par ivo Sam 8 Juil - 9:39

» pape, cathos, vatican et autres ....
par ivo Sam 8 Juil - 9:10

» sexisme ... encore et toujours ...
par ivo Sam 8 Juil - 8:57

» Salvador
par ivo Sam 8 Juil - 8:49

» les photos d'actus - l'info en résumé
par ivo Sam 8 Juil - 8:03

» internet , technologie, ...
par ivo Sam 8 Juil - 7:56

» la phrase du jour
par ivo Sam 8 Juil - 7:46

» Découvrir la Techno.
par ivo Ven 7 Juil - 13:09

» macronie
par ivo Ven 7 Juil - 7:52

» état d'urgence et autres restrictions....
par ivo Ven 7 Juil - 7:50

» Necronomacron
par ivo Ven 7 Juil - 7:49

» R.I.P. .......................
par ivo Jeu 6 Juil - 13:40

» vite, je vais vomir ...
par ivo Jeu 6 Juil - 10:20

» racisme quotidien
par ivo Jeu 6 Juil - 9:22

» flicage total du net
par ivo Jeu 6 Juil - 8:08

» Nucléaire mon amour ...
par ivo Mer 5 Juil - 8:04

» monde - stupéfiants
par ivo Mar 4 Juil - 8:52

» homophobie dans le monde ...
par ivo Dim 2 Juil - 8:50

» "stupéfiants"
par ivo Sam 1 Juil - 9:45

» No Futur - l'espace au 21° siecle
par ivo Sam 1 Juil - 9:17

» salaires
par ivo Sam 1 Juil - 9:04

» No Futur - la terre au 21° siecle
par ivo Sam 1 Juil - 8:58

» RDC >>>
par ivo Sam 1 Juil - 8:55

» Iran >>>
par ivo Sam 1 Juil - 8:36

» médias ? quels médias ??
par ivo Sam 1 Juil - 8:19

Bahreïn

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Bahreïn

Message  ivo le Mar 15 Fév - 10:44

Incidents aux funérailles d'un manifestant tué à Bahreïn
http://www.lexpress.fr/actualites/2/monde/incidents-aux-funerailles-d-un-manifestant-tue-a-bahrein_962539.html
Des incidents ont éclaté mardi à Bahreïn lors des funérailles d'un manifestant tué la veille lors d'affrontements avec les forces de l'ordre en marge d'une journée de mobilisation contre le régime, rapportent des témoins.
Le jeune homme était âgé de 22 ans. Il a été tué par balles lundi à Daih, un des villages chiites des environs de la capitale, Manama, où les forces de sécurité sont intervenues pour mater le "jour de colère" organisé contre le gouvernement.
Mardi, des incidents ont éclaté lors de la procession funèbre. La police a dispersé la foule à coups de grenades lacrymogènes, a déclaré à l'agence Reuters le député Ibrahim Mattar, élu du groupe d'opposition chiite Wefaq.
Le député chiite a ajouté qu'un second manifestant était mort mardi, sans pouvoir préciser s'il avait succombé à des blessures infligées la veille ou s'il avait été tué dans la journée de mardi.
La chaîne Al Djazira annonce elle qu'il a été tué lors des incidents ayant émaillé la procession funèbre.
La population de Bahreïn est majoritairement chiite, mais sa famille régnante est de confession sunnite.
De grandes manifestations dans cette île-Etat du Golfe pourraient avoir un effet d'entraînement sur la communauté chiite d'Arabie saoudite, elle aussi marginalisée, jugent des analystes.

Frederik Richter, Henri-Pierre André pour le service français
Par Reuters

Bahreïn: un deuxième manifestant tué
http://www.liberation.fr/depeches/01012320095-bahrein-deces-d-un-homme-blesse-lors-de-la-dispersion-d-une-manifestation


DUBAI (AFP) - Un deuxième Bahreïni a été tué mardi lors de la dispersion par les forces de sécurité de manifestants chiites qui réclament des réformes politiques et sociales, a déclaré à l'AFP un député de l'opposition.

La foule était rassemblée devant un hôpital du centre de Manama afin de participer aux obsèques de Ali Mcheimeh, un jeune chiite décédé des suites de ses blessures après avoir été atteint lors de la dispersion d'une manifestation lundi soir dans le village chiite de Diya, à l'est de Manama.

"Fadel Salman Matrouk a été tué par des balles à fragmentation devant l'hôpital Souleimania à Manama où les gens s'étaient rassemblés pour les funérailles du premier martyr", a déclaré M. Khalil Ibrahim al-Marzooq, un député de l'opposition chiite.

La police bahreïnie avait déjà dispersé lundi en faisant usage de gaz lacrymogènes quelques centaines de manifestants dans plusieurs villages chiites. Ils s'étaient mobilisés à l'initiative d'internautes qui avaient appelé sur Facebook à manifester pour réclamer des réformes politiques et sociales, dans la foulée des soulèvements en Tunisie et en Egypte.

Bahreïn, un petit pays du Golfe à majorité chiite mais dirigé par une dynastie sunnite, fait figure de parent pauvre à côté des autres monarchies pétrolières de la région, ses réserves de pétrole s'étant pratiquement taries.

© 2011 AFP
avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bahreïn

Message  ivo le Mar 15 Fév - 20:53

Milliers de manifestants dans la capitale de Bahreïn
http://www.tsr.ch/info/monde/2959304-milliers-de-manifestants-dans-la-capitale-de-bahrein.html

Des manifestants ont commencé à installer des tentes sur la place principale de la capitale, comme en Egypte. [Hamad I Mohammed - Reuters]

Des milliers de manifestants chiites sont entrés mardi dans la capitale de Bahreïn, Manama, peu après la mort d'un deuxième manifestant lors de manifestations antigouvernementales. En signe de soutien, le bloc chiite au Parlement a décidé de suspendre sa participation à l'assemblée.
Un homme a été tué mardi à Bahreïn lors d'incidents qui ont éclaté pendant les funérailles d'un manifestant tué la veille en marge du "jour de colère" organisé contre le gouvernement. Les affrontements se sont produits alors que 2000 personnes s'étaient réunies devant la morgue d'un hôpital pour accompagner la dépouille du jeune homme de 22 ans tué par balles lundi.

La police a tiré des grenades lacrymogènes sur la procession funèbre mais le cortège s'est reformé et a repris sa marche, a déclaré le député Ibrahim Mattar, élu du groupe d'opposition chiite al-Wefaq. Une personne a été tuée dans la bousculade, victime d'un tir par arme à feu, a dit Ibrahim Mattar. Selon la police locale, les participants de la procession s'en sont pris à des policiers présents dans quatre véhicules.



Comme sur la place Tahrir au Caire
En provenance du lieu des funérailles, situé à la périphérie de Manama, des participants en colère ont gagné la place de la Perle, dans le centre-ville. "Le peuple veut la chute du régime", ont scandé certains, reprenant le principal slogan du soulèvement en Egypte. Les manifestants ont commencé à installer des tentes au milieu de cette place qu'ils ont rebaptisée "Place des martyrs".


Ils ont affirmé leur intention d'y demeurer jusqu'à ce qu'ils aient obtenu satisfaction de leurs revendications. "Nous avons appris des leçons de l'Egypte et de la Tunisie. Nous voulons une nouvelle Constitution, la fin de la discrimination, et l'instauration d'une monarchie constitutionnelle", a déclaré l'un des manifestants. La police avait bloqué les accès menant au secteur, alors qu'un hélicoptère survolait la région.

Discours du roi
Dans un discours télévisé au ton conciliant, le roi de Bahreïn, cheikh Hamad ben Issa Al Khalifa a exprimé son regret pour "la mort de deux de nos chers fils", tués lors de la dispersion de manifestations lundi et mardi. Il a annoncé la formation d'une enquête ministérielle menée par le vice-premier ministre Jawad ben Salem al-Aarid, lui-même chiite.

Le bloc chiite au Parlement, le mouvement al-Wefaq qui compte 18 élus sur 40 sièges, a annoncé avoir suspendu sa participation à l'assemblée en raison de la répression "sauvage" des manifestants. Dans un communiqué, le mouvement a affirmé soutenir "les revendications légitimes du peuple".

Parmi celles-ci figurent en bonne place la lutte contre la pauvreté et le chômage. Les manifestants rejettent aussi la politique du gouvernement qui accorde la citoyenneté à des sunnites étrangers ainsi que des emplois dans les forces de sécurité et des logements qui modifient l'équilibre démographique.

La population de Bahreïn est majoritairement chiite, mais sa famille régnante est de confession sunnite. Ce pays fait figure de parent pauvre à côté des autres monarchies pétrolières de la région, ses réserves de pétrole s'étant pratiquement taries. Entre 1994 et 1999, Bahreïn a été le théâtre de violences animées par des chiites qui avaient fait une quarantaine de morts. Les chiites s'estiment discriminés au niveau de l'emploi, des services sociaux comme l'habitat et des services publics fournis à leurs villages.

agences/lan
avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bahreïn

Message  ivo le Mer 16 Fév - 9:39

Manifestations en continu depuis deux jours à Barheïn
FRANCE INFO - 07:49
Le vent de contestation qui a eu raison des régimes tunisien et égyptien, gagne le Barheïn, ce petit royaume du Golfe. Les manifestations depuis deux jours rassemblent des Chiites, majoritaires dans la populations, qui s’opposent à la famille régnante de confession sunnite.
Ces "jours de colère" ont déjà fait deux morts. Cette nuit, certains manifestants ont campé dans le centre de Manama, la capitale
.



Des milliers de manifestants hier dans le centre de Manama au Barheïn © REUTERS/Hamad I Mohammed

Des libertés politiques, des réformes, et la fin des discriminations de la part des sunnites dans l’accès au logement, aux soins et aux emplois dans la fonction publique : voilà un aperçu des revendications de ces sujets de Barheïn qui manifestent par milliers depuis deux jours à Manama, autour de la place centrale appelée le Rond-Point de la Perle.

Ces manifestations ont dégénéré, faisant deux morts en deux jours. Les obsèques du second sont prévues aujourd’hui. Du coup, certains manifestants ont choisi de ne pas rentrer chez eux et ont installé des tentes sur leur place Tahrir.

Manifestations à Barheïn pour plus de libertés politiques Les précisions de Clarence Rodriguez (0'54")

Un soulèvement qui inquiète les États-Unis, dont la Cinquième flotte de l’US Navy est basé dans le royaume. Le Barheïn est aussi un important centre bancaire dans le Golfe. Son premier ministre, le cheikh Khalifa Ben Salman al Khalifa, oncle du roi, gouverne le pays depuis son indépendance en 1971. Les manifestants réclament sa démission.

Seules concessions accordées par le pouvoir qui craint une radicalisation de la protestation : le versement d’une allocation de 1.000 dinars (2.000 euros environ) à chaque famille, la libération des adolescents mineurs incarcérés l’an dernier, et des millions de dollars de nouvelles dépenses sociales.

Cécile Quéguiner, avec agences
avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bahreïn

Message  ivo le Jeu 17 Fév - 9:46

Au moins quatre morts dans les manifestations à Bahreïn
FRANCE INFO - 09:13
Alors que le royaume de Bahreïn connaît à son tour un soulèvement populaire, l’armée est entrée en action cette nuit sur la place principale de la capitale Manama, où campaient depuis deux nuits les protestataires. Selon l’opposition chiite, au moins quatre manifestants auraient été tués.


Un enfant blessé après l'assaut de la police à Manama cette nuit © AFP/Joseph Eid

La place de la Perle, au centre de Manama, a été rebaptisée par les manifestants qui l’occupent depuis lundi place Tahrir, comme la symbolique place du Caire. Tahrir, en arabe, signifie "libération".

L’armée et la police y ont fait leur entrée en pleine nuit, avec force chars, hélicoptères, dépanneuses et ambulances militaires en prévision. Tirant gaz lacrymogènes et balles en caoutchouc, "sans aucune sommation" selon des témoins. D’après un bilan provisoire, l’assaut aurait fait au moins quatre morts et des dizaines de blessés. Deux autres personnes avaient déjà été tuées les jours précédents.

Révolte à Barheïn : le régime tente de reprendre le contrôle Récit de Clarence Rodriguez, à Ryad (0'56")

Le ministère de l’Intérieur a écrit sur Twitter que les forces de sécurité avaient "vidé la place de la Perle" à Manama et qu’une grande avenue de la capitale était partiellement fermée.
"C’est du terrorisme pur et simple", rétorque le chef du Wefaq, le principal parti d’opposition chiite. Celui-ci a suspendu ses activités parlementaires et réclamé hier nouvelle Constitution plus démocratique.

Portés par les exemples tunisien et égyptien, la principale revendication des manifestants est la démission du premier ministre, le cheikh Khalifa ben Salman al Khalifa, en place depuis 1971. Mais ils réclament aussi la fin des avantages acquis pour les sunnites qui détiennent tous les postes clé du pays.

Dans les années 1990, le Bahreïn avait déjà été le théâtre de troubles. Mais l’adoption en 2002 d’une nouvelle Constitution et l’organisation d’élections législatives avaient temporairement ramené le calme.

Cécile Quéguiner, avec agences
avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bahreïn

Message  ivo le Jeu 17 Fév - 10:09

Manama: poursuite des manifestations, 4 morts
http://info.france2.fr/monde/manama-poursuite-des-manifestations-3-morts-67380040.html

Un camp de manifestants sur la place de la Perle à Manama, dans la nuit du 16 au 17/02/2011
AFP. Joseph Eid

Un manifestant bahreïni est décédé jeudi, portant à 4 morts le bilan de l'assaut mercredi des forces de sécurité
Le chef de l'opposition chiite à Bahreïn, cheikh Ali Salmane, a affirmé que l'assaut des forces de sécurité contre des protestaires à Manama aurait des conséquences "catastrophiques". 4 personnes ont été tuées lors de la dispersion par les forces de sécurité bahreinies dans la nuit de mercredi à jeudi des manifestants qui campaient dans le centre.

Plus d'une dizaine de chars, des véhicules militaires et des ambulances de l'armée ont circulé jeudi matin sur une grande avenue du centre de Manama, la capitale du Bahreïn, ont rapporté des témoins.

Cheikh Salmane, chef de l'Association de l'Entente nationale islamique (AENI), ou Al-Wefaq, qui compte 18 élus à l'Assemblée, sur 40 sièges, a affirmé que l'opposition maintenait son appel à une manifestation samedi.

Il a affirmé que l'assaut contre les contestataires qui campaient sur la Place de la Perle à Manama était "une attaque sauvage et injustifiée contre un rassemblement pacifique". Il a affirmé que les blessés étaient au nombre de 70, dont deux graves. Le dirigeant chiite a précisé que les forces anti-émeutes avaient attaqué la place "sur plusieurs axes en même temps", rendant difficile la fuite des manifestants. Il a ajouté que les forces de sécurité avaient utilisé massivement "les gaz lacrymogènes, les balles en caoutchouc et les balles à fragmentation".

Mercredi, plus de 2.000 personnes, certaines scandant "le peuple veut la chute du régime", ont participé aux funérailles de Fadel Salman Matrouk à Mahouz, une banlieue chiite de Manama. Il avait été tué par balle lors de la dispersion mardi à Manama d'un rassemblement de personnes venues participer aux obsèques d'un premier manifestant chiite tué dans la répression de protestations antigouvernementales la veille.

Tensions et manifs depuis le début de semaine
Mardi après-midi, des milliers de manifestants se sont rassemblés dans le centre de la capitale de Bahrein, Manama. Parmi eux, certains réclamaient un changement de régime, selon un reporter de l'AFP. Les manifestants ont afflué après les obsèques de l'un des deux chiites tués lundi à Bahreïn lors de la répression de précédentes protestations anti-gouvernementales qui ont éclaté dans ce petit royaume du Golfe à majorité chiite gouverné par une dynastie sunnite.

Les manifestations se déroulent à l'initiative d'internautes qui ont appelé sur Facebook à manifester pour réclamer des réformes politiques et sociales dans la foulée des soulèvements en Tunisie et en Egypte. Bahreïn fait figure de parent pauvre à côté des autres monarchies pétrolières de la région, ses réserves de pétrole s'étant pratiquement taries. "Le peuple veut la chute du régime", répétaient certains manifestants, reprenant le principal slogan du soulèvement en Egypte. "Nous avons appris des leçons de l'Egypte et de la Tunisie. Nous voulons une nouvelle Constitution, la fin de la discrimination, et l'instauration d'une monarchie constitutionnelle", a déclaré l'un des manifestants.

Les manifestants ont commencé à installer des tentes au milieu de la place de la Perle, qu'ils ont rebaptisée "Place des martyrs", et affirmé leur intention d'y demeurer jusqu'à ce qu'ils aient obtenu satisfaction de leurs revendications. La police a bloqué les accès menant au secteur.

Selon des témoins, les incidents autour des funérailles ont débuté mardi alors que 2.000 personnes étaient parties de la morgue d'un hôpital pour accompagner la dépouille d'Ali Mouchaïma. Ce jeune homme de 22 ans avait été tué par balles lundi à Daih, l'un des villages chiites des environs de Manama où les forces de sécurité étaient intervenues pour mater le "jour de colère" organisé contre le gouvernement. Une personne a été tuée mardi dans la bousculade qui s'est produite lors des obsèques. Elle a été victime d'un tir par arme à feu et sa mort a suscité des réactions de colère dans la foule, qui s'est mise à scander "Nous exigeons la chute du régime".

Dans une allocution télévisée, le roi a présenté ses condoléances aux familles des deux victimes, "deux de nos fils précieux", et promis qu'une commission ferait le jour sur les circonstances de leur décès. "Nous demanderons aux législateurs de se pencher sur cette question et de suggérer des lois nécessaires pour la résoudre", a ajouté cheikh Hamad ben Issa Al Khalifa. Le roi a également souligné que les manifestations pacifiques étaient autorisées.

Des précédents
Entre 1994 et 1999, le royaume avait déjà été le théâtre de troubles, ayant fait une quarantaine de morts. Les chiites s'estiment discriminés au niveau de l'emploi, des services sociaux comme l'habitat et des services publics fournis à leurs villages.

L'octroi en 2002 d'une nouvelle Constitution et l'organisation d'élections législatives avaient contribué à ramener le calme. Parmi les revendications des manifestants figurent en bonne place la lutte contre la pauvreté et le chômage. Ils rejettent aussi la politique du gouvernement qui accorde la citoyenneté à des sunnites étrangers ainsi que des emplois dans les forces de sécurité et des logements qui modifie l'équilibre démographique.

Le poste de Premier ministre est occupé par un membre de la dynastie sunnite des Al-Khalifa qui règne depuis 1783 sur Bahreïn.

Vendredi 11 février, tentant d'éviter une radicalisation de la protestation, cheikh Hamad ben Issa Al Khalifa avait annoncé le versement d'une allocation de 1000 dinars (2000 euros environ) à chaque famille. Son gouvernement s'est engagé à libérer des adolescents mineurs arrêtés l'an dernier. Il a aussi annoncé qu'il débloquerait 417 millions de dollars de dépenses sociales, dont des subventions sur les produits de première nécessité.

Au contraire des pétromonarchies du Golfe, Bahreïn, dont la moitié des 1,3 million d'habitants est composée d'expatriés, n'a pas des ressources financières illimitées. De grandes manifestations dans cette île-Etat du Golfe pourraient avoir un effet d'entraînement sur la communauté chiite d'Arabie saoudite voisine, elle aussi marginalisée, jugent des analystes.
avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bahreïn

Message  ivo le Ven 18 Fév - 10:06

Bahreïn : les Chiites enterrent leurs morts, après de violentes manifestations
FRANCE INFO - 05:47
Hier, les autorités du royaume n’ont pas hésité à user de la force, pour disperser les manifestants chiites réunis sur la place de la Perle à Manama, la capitale. Bilan : au moins quatre morts. Leurs funérailles aujourd’hui pourraient donner lieu à de nouveaux heurts.
Les opposants avaient espéré faire de la Place de la Perle en plein Manama, une place Tahrir à l’égyptienne. Mais la police et l’armée ont mis le paquet pour évacuer les lieux. Au moins quatre manifestants ont été tués, plus de 230 ont été blessés, des dizaines ont été arrêtés et 60 sont portés disparus, selon des responsables de l’opposition.

Les funérailles des manifestants tués doivent se tenir aujourd’hui, laissant craindre de nouveaux heurts avec les forces de l’ordre.
avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bahreïn

Message  ivo le Ven 18 Fév - 10:44

Barheïn : les manifestants pleurent leurs morts
http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2011/02/18/barhein-les-manifestants-pleurent-leurs-morts_1481851_3218.html
Au lendemain d'une intervention violente des forces de l'ordre, les manifestants chiites de Bahreïn devaient enterrer leurs morts, vendredi 18 février, lors de funérailles qui pourraient donner lieu à de nouveaux rassemblements et tester la détermination de la famille royale à réprimer tout mouvement de contestation.

Au moins quatre personnes ont été tuées dans l'intervention violente des forces de sécurité dans la nuit de mercredi à jeudi pour disperser les manifestants rassemblés place de la Perle, au centre de la capitale, Manama. Plus de 230 d'entre eux ont été blessés, des dizaines ont été arrêtés et 60 sont portés disparus, selon des responsables de l'opposition.

CINQ JOURS DE MANIFESTATIONS

Inspirés par les soulèvements populaires en Tunisie et en Egypte, des milliers de Bahreïnis, essentiellement de la majorité chiite, manifestent depuis lundi pour exiger des réformes politiques et sociales dans le royaume, dirigé par une famille sunnite. Leur principale revendication est la démission du premier ministre, le cheikh Khalifa ben Salman al Khalifa, qui gouverne depuis l'indépendance du pays, en 1971. Oncle du roi Hamad ibn Issa al Khalifa, il est perçu comme le symbole de la richesse de la famille régnante.

Les processions funéraires à Bahreïn peuvent rassembler une foule nombreuse et à tout instant dégénérer ou se transformer en manifestation spontanée. En début de semaine, un manifestant a été tué alors qu'il assistait à l'enterrement d'un autre manifestant tué la veille.

La secrétaire d'Etat américaine, Hillary Clinton, qui s'est entretenue au téléphone avec son homologue bahreïni, a indiqué jeudi que les Etats-Unis soutenaient un "changement véritable et significatif" dans un pays "ami et allié." Barheïn est un proche allié des Etats-Unis, qui ont fait de Manama le port d'attache de la 5e flotte de l'US Navy.


avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bahreïn

Message  ivo le Ven 18 Fév - 19:25

Bahreïn : tirs sur la foule, le prince héritier promet le dialogue
FRANCE INFO - 17:17
La police a ouvert le feu pour disperser des manifestants, rassemblés à Manama. Des manifestants qui rendaient hommage aux victimes, tuées hier.
Le prince héritier, lui, promet de dialoguer avec l’opposition... mais seulement après que le calme sera revenu
.



Lors des obsèques du manifestant, à Manama, aujourd'hui.
© REUTERS/ Hamad I Mohammed

Situation toujours aussi explosive à Bahreïn. Les manifestations d’hier ont été meurtrières ; celles d’aujourd’hui ne le sont pas encore, mais on compte déjà des dizaines de blessés.

Tout est parti, justement, d’un rassemblement lié aux obsèques des manifestants, tués hier. Plusieurs milliers de chiites se sont massés à Bahreïn, dans une ambiance extrêmement pesante.
D’ailleurs, l’opposition, qui avait prévu de programmer une grande marche demain, a décidé de la reporter à mardi - en raison de la période de deuil à observer.

Après les obsèques, la foule a tenté de se rendre sur la place de la Perle, au centre de Manama, la capitale. La police a tiré sur les manifestants, pour les disperser.
Un photographe de l’AFP sur place a vu des dizaines de blessés. Des responsables hospitaliers parlent d’au moins 25 blessés, certains grièvement.


Seule concession accordée par le pouvoir : le prince héritier a promis d’ouvrir le dialogue avec l’opposition. Mais seulement quand le calme sera revenu...

Nouveaux incidents à Bahreïn aujourd’hui. A Manama, la correspondante de France Info, Nathalie Gilet (0'50")

Bahreïn, un petit archipel du nord-ouest du Golfe, est gouverné par la dynastie sunnite des Al-Khalifa, mais sa population est majoritairement chiite et s’estime discriminée en matière d’emploi, de logement et d’accès aux services sociaux et publics.
Mais ce pays est d’une importance stratégique pour Washington, qui y a installé le quartier général de sa Ve flotte, chargée de surveiller les routes maritimes empruntées par les pétroliers, de soutenir les opérations en Afghanistan et de contrer une éventuelle menace iranienne.

MDR !!!!!!!

ils tirent à balles réelles sur la foule et ils veulent du dialogue !!!

avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bahreïn

Message  ivo le Ven 18 Fév - 19:48

Bahreïn sous le choc de la répression
http://www.lexpress.fr/actualite/monde/proche-orient/bahrein-sous-le-choc-de-la-repression_964083.html
L'armée a tiré vendredi sur un millier de personnes qui voulaient reprendre un sit-in à Manama.

L'armée bahreïnie a tiré vendredi sur un millier de personnes qui voulaient reprendre un sit-in à Manama, faisant de nombreux blessés vendredi soir. Ceux-ci tentaient de se rendre sur la place de la Perle, dans le centre de la capitale, où les forces de sécurité avaient dispersé par la force jeudi à l'aube un sit-in de manifestants contre le régime. Selon des témoins, des tirs ont visé ces manifestants qui se trouvaient près de l'hôpital Salmaniya dans la capitale.
"Vingt-six blessés, dont certains grièvement touchés, ont été admis à l'hôpital Salmaniya", selon un élu de l'opposition chiite, Ali al-Assouad, ajoutant qu'un des blessés était "dans un état de mort clinique". "L'armée a tiré à balles réelles. Le photographe de l'AFP, qui s'est rendu à l'hôpital, a vu des dizaines de blessés.

"Ni chiites, ni sunnites. Unité nationale"

Un peu plus tôt dans la journée, des milliers de Bahreïnis ont défilé dans le village chiite de Sitra, qui faisait ses adieux à trois de ses enfants tués la veille dans la répression policière d'un sit-in contre le régime à Manama. Scandant "Le peuple veut la chute du régime" ou "A mort les Al-Khalifa", la famille royale, la foule a défilé pendant plusieurs heures dans le centre de ce village de la banlieue de Manama.
La foule a accompagné chacun des trois "martyrs" dans une procession, aussitôt transformée en véritable forum politique. "A la place de la Perle, vous avez imposé votre volonté aux autorités, qui ont tenté de vous réprimer par la violence", a lancé le militant islamiste Abdel Wahab Hussein, avant d'ajouter que la répression est "la preuve de l'effondrement du régime".
S'adressant à la foule par mégaphone, il a énuméré les réformes politiques réclamées par l'opposition, avant de souligner que "le ministre de l'Intérieur et les responsables ayant donné l'ordre de tirer sur les protestataires jeudi doivent être jugés".
Brandissant le drapeau rouge et blanc de Bahreïn, les orateurs ont tenu à ne pas donner de dimension confessionnelle à la procession, scandant un slogan devenu populaire ces derniers jours à Bahreïn: "Ni chiites, ni sunnites. Unité nationale".

Mettant à profit la présence de nombreux journalistes étrangers, notamment occidentaux, des "volontaires" se sont mobilisés pour servir d'interprètes ou pour expliquer "l'injustice" dont sont victimes les chiites de Bahreïn, majoritaires dans ce pays gouverné par une dynastie sunnite.
"Je ne manifeste pas parce que j'ai faim, mais pour la dignité et pour partager le pouvoir avec les Al-Khalifa", a expliqué Ali Abdel Jabbar Hassan, qui participait aux funérailles. "Monsieur Ecclestone, est-ce que nos vies valent d'être sacrifiées pour le prix de Formule 1", proclamait une banderole brandie par des jeunes, en tête du cortège.
Bernie Ecclestone est le grand argentier de la Formule 1, dont la saison 2011 doit démarrer le 13 mars sur le circuit Sakhir de Bahreïn.

"Le matin, le roi déplore les morts, la nuit il nous attaque", s'emporte en écho à cette déclaration Jaafar Abdel Hussein Mohamed, un retraité d'Alba, la compagnie locale d'Aluminium.
Il fait allusion à la décision du roi, cheikh Hamad ben Issa Al Khalifa, qui a annoncé mardi la formation d'une commission d'enquête sur la mort de deux manifestants, suivie deux jours plus tard par l'attaque sur la place de la Perle.



Le prince héritier promet un dialogue une fois le calme revenu
Dans la soirée, le prince héritier de Bahreïn, Salman ben Hamad Al-Khalifa, a promis un dialogue avec l'opposition une fois le calme revenu dans cet archipel du Golfe où des manifestations de chiites ont été réprimées dans le sang.
avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bahreïn

Message  ivo le Sam 19 Fév - 10:44

Devant l’hôpital de Bahreïn, la colère de la foule ; reportage
La situation est toujours extrêmement tendue dans le petit royaume de Bahreïn. L’armée a tiré hier sur des manifestants qui s’étaient à nouveau rassemblés malgré l’interdiction à Manama, la capitale, pour demander un changement de régime. Des dizaines de personnes ont été blessées. La chef de la diplomatie européenne Catherine Ashton demande que le dialogue promis s’ouvre "sans délais".


Devant l'hôpital, l'attente de la foume s'est transformée en meeting politique
©Reuters/ Hamad I Mohammed

Les opposants tentaient en fait de réinvestir la place de la Perle, d’où ils avaient été délogés il y a deux jours après une intervention sanglantes des forces de sécurité. L’armée a tiré sur la foule. “Au total, 55 blessés, dont quatre grièvement touchés, ont été admis à l’hôpital Salmaniya” affirme un élu de l’opposition chiite, Abdel Jalil Khalil Ibrahim. L’un des blessés “est dans un état de mort clinique”. La télévision d’Etat a fait état de "7 blessés légers, dont la plupart ont quitté l’hôpital". A l’extérieur de l’hôpital, l’attente des familles et amis s’est transformée en meeting politique.

A Manama, l’envoyé spécial de France Info, Grégory Philipps s’est rendu à l’hôpital où sont soignés les manifestants (2'00")

Dans un communiqué, la chef de la diplomatie européenne Catherine Ashton s’est prononcé ce matin pour que le dialogue promis par le prince héritier de Bahreïn débute “sans délais” . Et elle s’est dit “profondément préoccupée par les dernières informations sur le recours à la violence par les forces de sécurité” à Bahreïn avant de déplorer “les pertes de vies” humaines.
avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bahreïn

Message  ivo le Sam 19 Fév - 18:50

Bahreïn : les blindés quittent la place de la Perle, l’opposition s’installe
FRANCE INFO - 15:30
La place de la Perle entrera-t-elle dans l’histoire comme la place Tahrir au Caire, symbole de la chute de Moubarak. C’est l’espoir des manifestants qui ont commencé à s’y installer, après le départ des blindés.


La place de la Perle, au centre de Manama
©Reuters/ Hamad I Mohammed

Deux jours après la violente dispersion par les forces de sécurité des contestataires qui campaient sur cette place, des manifestants ont commencé à y dresser des tentes. Parmi les slogans entendus cet après-midi, “Par notre sang, par notre âme, nous te défendrons, Bahreïn” ou “Le peuple veut la chute du régime” . La police n’est pas intervenue. L’armée bahreïnie avait quitté les lieux dans la matinée, répondant ainsi à une revendication de l’opposition. C’était l’une des conditions à l’ouverture d’un dialogue politique.

L’opposition s’installe sur la place de la Perle, le récit de Grégory Philipps, l’envoyé spécial de France Info (1'43")

Selon l’agence officielle BNA, le prince héritier de Bahreïn, Salman ben Hamad Al-Khalifa, a ordonné à la police de “rester à l’écart des rassemblements”. Il a aussi demandé aux manifestants de se disperser “pour éviter un affrontement” avec les forces de l’ordre.


Les abbayas noires de la place de la Perle
©RF/ Grégory Philipps

De son coté, l’union générale des syndicats de Bahreïn a appelé à une grève générale illimitée à partir de demain pour exiger la liberté de manifester pacifiquement, sans intervention des forces de l’ordre. “En ces moments difficiles et pour préserver les vies et la sécurité des citoyens, l’union appelle à une grève générale à partir du dimanche 20 février à moins que l’armée se soit retirée des rues et que les manifestations pacifiques puissent se dérouler sans agression des forces de l’ordre” écrit la centrale syndicale dans son communiqué.
avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bahreïn

Message  ivo le Dim 20 Fév - 9:57

Début de dialogue à Bahreïn, l’opposition occupe le coeur de Manama
FRANCE INFO - 06:34
Des milliers de manifestants ont passé la nuit sur la place de la Perle à Manama, épicentre de la contestation contre le régime de Bahreïn, après le retrait de l’armée et de la police dans une tentative d’apaisement.
Alors que le gouvernement annonce l’ouverture du dialogue avec les groupes d’opposition, les syndicats appellent à une grève générale illimitée à partir d’aujourd’hui pour exiger la liberté de manifester pacifiquement
. L’approvisionnement en eau et en électricité devrait toutefois être assuré.
L’opposition a passé la nuit sur la place de la Perle, le reportage de l’envoyé spécial de France Info, Grégory Philipps (2'01")


Des milliers de manifestants ont réinvesti la place de la Perle à Manama, sur laquelle ils ont passé la nuit
© RADIO FRANCE / Grégory Philipps


Deux manifestantes, place de la Perle à Manama, à la lueur des bougies
© RADIO FRANCE / Grégory Philipps


"Khalifa, la partie est terminée", annonce cette banderole à l'adresse du dirigeant de Bahreïn
© RADIO FRANCE / Grégory Philipps
avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bahreïn

Message  ivo le Dim 20 Fév - 18:55

Bahreïn : incertitudes sur le GP de Formule 1 du 13 mars
Un Grand prix de F1 peut-il se tenir dans un pays en proie à un soulèvement populaire ? C’est la question qui se pose à Bahreïn, qui doit accueillir le 13 mars prochain le premier Grand prix de la saison de Formule 1. Les 12 écuries sont attendues dans le royaume à partir du 3 mars pour quatre journées d’essais.

La gouvernance de la F1 renvoie le prince héritier à ses responsabilités : c’est à Salman ibn Hamad al Khalifa de décider si les conditions de sécurité sont réunies pour la tenue du Grand prix de Bahreïn, selon le grand argentier de la F1 Bernie Ecclestone.

Décision mardi.
En cas d’annulation, le premier Grand prix de la saison pourrait être remplacé par une série d’essais en Espagne.

y'a vraiment aucun mot pour qualifier leur ignominie ....
à mort toutes ces ordures immondes !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bahreïn

Message  ivo le Lun 21 Fév - 9:44

Bahreïn : les manifestants campent, l’opposition pose des exigences au dialogue
FRANCE INFO - HIER, 20:17
A Bahreïn, après une semaine de révolte, au moins 6 morts et des dizaines de blessés jeudi et vendredi dernier, le roi a proposé un dialogue à l’opposition. Mais les manifestants réclament d’abord la démission du gouvernement. L’actuel Premier ministre, l’oncle du roi, est en poste depuis le début des années 70. Depuis ce weekend, l’opposition occupe de nouveau la place de la Perle, en plein cœur de Manama, la capitale.
Bahreïn : les manifestants demandent toujours la démission du gouvernement Sur la place de la Perle, le reportage de Grégory Philipps (2'02")


Des milliers de manifestants ont installé des toiles de tente sur la place de la Perle à Manama, symbole de la révolution
© REUTERS

Après une première nuit passée à la belle étoile, des milliers de manifestants ont dressé aujourd’hui de nouvelles toiles de tente. Et s’apprêtaient à passer une deuxième nuit sur cette place de la Perle, devenue le symbole de la contestation lancée par le peuple de Bahreïn le 14 février.
La place a été reconquise samedi par les manifestants, en majorité chiites, après le retrait de l’armée ordonné par le prince héritier Salman ben Hamad Al-Khalifa, en signe d’apaisement.

Différents corps de métiers ont défilé toute la journée sur la place, en signe de solidarité avec les protestataires.
Pour sa part, l’union générale des syndicats de Bahreïn a levé son mot d’ordre de grève générale, estimant que les demandes d’un retrait de l’armée de Manama et du droit de manifester avaient été satisfaites.

Place de la Perle, symbole de la révolte du peuple Le récit de Grégory Philipps, envoyé spécial de France Info à Manama, interrogé par Alice Serrano (2'11")

Monarchie constitutionnelle
Entre-temps, les différents mouvements d’opposition tenaient des concertations pour élaborer un document résumant leurs positions. Mais l’opposition a déjà réaffirmé qu’elle maintenait comme préalable au dialogue proposé par le pouvoir en place, la démission de l’actuel gouvernement. Une équipe responsable, selon elle, de la répression sanglante de la répression populaire.

L’opposition veut que le pays se transforme en véritable monarchie constitutionnelle où le Parlement élu désignerait le chef du gouvernement. Ce poste est occupé depuis 40 ans par l’oncle du prince héritier, cheikh Khalifa ben Salman Al-Khalifa.

Le Grand prix de Bahreïn incertain
En marge de la situation politique très secouée : les incertitudes qui pèsent sur la tenue du Grand prix de Formule 1 de Bahreïn. Prévu le 13 mars, le premier Grand prix de la saison pourrait être annulé : une décision sera prise mardi. Les 12 équipes en lice sont attendues sur place à partir du 3 mars.

Gilles Halais, avec agences
avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bahreïn

Message  ivo le Lun 21 Fév - 17:27

Bahreïn : l’opposition se radicalise et mobilise pour une marche mardi
FRANCE INFO - 16:47
Campée sur la place de la Perle de Manama depuis deux jours, l’opposition chiite de Bahreïn prépare une démonstration de force avec une grande marche ce mardi dans les rues de la capitale.
Les manifestants radicalisent leurs revendications, réclamant à présent la fin du règne de la dynastie des Al-Khalifa.



Quelque 10.000 manifestants sont installés jour et nuit sur la place de la Perle à Manama, capitale de Bahreïn
© REUTERS / Caren Firouz

Au huitième jour de la contestation, le bilan de la répression à Bahreïn s’est alourdi à sept morts : une femme d’une vingtaine d’années a été abattue d’une balle dans la tête lorsque l’armée a ouvert le feu sur la foule vendredi.

L’opposition qui occupe toujours la place de la Perle à Manama, symbole de la contestation, poursuit ses réflexions sur l’offre de dialogue faite par le prince héritier de Bahreïn, Salmane ben Hamad Al-Khalifa.
Parallèlement, elle mobilise ses partisans pour une marche mardi après-midi, espérant réunir 100.000 personnes et offrir au pouvoir en place une véritable démonstration de force.

L’opposition assure ne pas vouloir un changement de régime, mais l’instauration d’une monarchie constitutionnelle.
Elle semble toutefois débordée par les manifestants place de la Perle, qui ont radicalisé leurs demandes et réclament à présent la chute du régime. Des slogans tels que "Démission Al-Khalifa" ou "Le peuple veut la chute du régime" sont maintenant répétés par la foule, dont de nombreux jeunes.


Enfin, le principal opposant au régime, le chiite Hassan Machaimaa, actuellement jugé par contumace pour terrorisme, annonce son retour à Bahreïn mardi soir. Il vivait en exil à Londres où il est traité pour un cancer.

Gilles Halais, avec agences
avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bahreïn

Message  ivo le Mar 22 Fév - 12:15

Nouvelle journée de manifestations à Bahreïn
A Manama la capitale, des milliers de personnes ont assisté aux obsèques d’un des manifestants tués vendredi ; d’autres campent toujours sur la place de la Perle, en plein centre-ville. L’opposition espère pouvoir mobiliser aujourd’hui au moins 100.000 personnes.
Il avait 20 ans. Redha Mohamed a été tué vendredi dernier, dans l’intervention de l’armée, place de la Perle, à Manama. Ses obsèques, ce matin, on réuni plusieurs milliers de personnes, peut-être 20 ou 30.000 à en croire l’envoyé spécial de France Info, Grégory Philipps. Les forces de l’ordre ont su se faire très discrètes.

Un peu plus loin, sur la place de la Perle - haut lieu de la contestation - des centaines de manifestants ont commencé à affluer. L’opposition espère au moins 100.000 personnes aujourd’hui. “Non au dialogue, Non au dialogue”, scande la foule. Qui rejette les concessions faites par le pouvoir.

Nouvelle grosse journée de manifestations en perspective, à Bahreïn... que détaille l’envoyé spécial de France Info, Gégory Philipps. (3'18")

Hier, le roi de Bahreïn a ordonné de libérer les prisonniers chiites, et de surseoir aux poursuites judiciaires contre d’autres prisonniers politiques.
Mais l’opposition réclame toujours le démission du gouvernement “qui n’a pas protégé son peuple”.
avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bahreïn

Message  ivo le Ven 25 Fév - 19:05

Il y a 1 heure(s)
Nouvelle manifestation de grande ampleur à Bahreïn
Plusieurs dizaines de milliers de manifestants sont descendus dans la rue aujourd’hui à Manama, la capitale de Bahreïn. Ils veulent faire monter la pression sur le pouvoir avant d’éventuelles discussions visant à mettre fin à près de deux semaines de contestation dans le petit royaume.

Ce vendredi avait été déclaré jour de deuil national par le gouvernement pour honorer la mémoire des sept personnes tuées depuis le début des manifestations le 14 février.
avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bahreïn

Message  ivo le Dim 27 Fév - 11:07

Bahrein: le remaniement ministériel ne satisfait pas l'opposition
http://www.rfi.fr/moyen-orient/20110226-bahrein-le-remaniement-ministeriel-satisfait-pas-opposition

Dans les rues de Manama, samedi 26 février 2011. Reuters/Caren Firouz

Le roi de Bahrein a procédé ce samedi 26 février 2011 à un remaniement ministériel et changé les attributions de cinq de ses ministres tout en les gardant au gouvernement. Ce remaniement intervient près de deux semaines après le début de révoltes populaires. Un geste jugé insuffisant aux yeux des manifestants, qui réclament beaucoup plus. Ils étaient encore plusieurs milliers à défiler ce samedi, alors qu'un opposant chiite radical, jusque-là en exil à Londres, Hassan Mouchaimaa est rentré au pays pour rejoindre le mouvement d'opposition à la famille royale des Khalifa.

Les concessions faites par le pouvoir ce samedi 26 février 2011 visent à répondre à une partie des revendications de l'opposition. Celle-ci dénonce notamment les discriminations à l'égard de la majorité chiite dans les services publics, d'où le remplacement des ministres de la Santé et du Logement qui pourraient désormais revenir à des personnalités chiites.

Mais les attentes des manifestants vont bien au-delà. Inspirés par les soulèvements en Tunisie, en Egypte, en Libye, ils s'en prennent aujourd'hui très directement au Premier ministre cheikh Khalifa, oncle du roi, en place depuis quarante ans. Ils veulent une nouvelle Constitution, et réclament la fin du système en place concentrant le pouvoir entre les mains d'une élite sunnite, sous le règne de la dynastie al-Khalifa depuis 200 ans.

Un système dans lequel le Parlement élu ne joue aucun rôle, tandis que les ministres nommés par le souverain, le sont -pour les deux tiers- du fait de leur appartenance à la famille royale. Les responsables de l'opposition se montrent sceptiques face aux promesses du pouvoir. Pour eux, pas de dialogue possible avant la démission du gouvernement.
Ce samedi, les manifestants ne sont pas restés cantonnés à la place de la Perle, épicentre de la contestation, ils se sont dirigés vers les bureaux du Premier ministre et ont organisé un rassemblement devant le siège du ministère des Affaires étrangères, au centre de la capitale Manama, appelant au départ du roi Hamad et à la chute du régime.
avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bahreïn

Message  ivo le Dim 27 Fév - 19:03

Des milliers de manifestants à Manama, démission du bloc chiite au Parlement
http://www.leparisien.fr/flash-actualite-monde/des-milliers-de-manifestants-a-manama-demission-du-bloc-chiite-au-parlement-27-02-2011-1334268.php

Des milliers de Bahreïnis ont défilé dimanche à Manama réclamant la chute du régime de la dynastie sunnite des Al-Khalifa, alors que le groupe chiite au Parlement a confirmé sa démission, au lendemain de l'annonce d'un remaniement ministériel que l'opposition a jugé insuffisante. | Joseph Eid

Des milliers de Bahreïnis ont défilé dimanche à Manama réclamant la chute du régime de la dynastie sunnite des Al-Khalifa, alors que le groupe chiite au Parlement a confirmé sa démission, au lendemain de l'annonce d'un remaniement ministériel que l'opposition a jugé insuffisante.
Partis de la place de la Perle, devenue épicentre de la contestation lancée le 14 février, les manifestants ont marché sur un des principaux axes de la capitale.

"Le peuple veut la chute du régime", pouvait-on lire sur une grande bannière brandie par les manifestants, qui scandaient le même slogan.
Arborant un grand drapeau, la foule s'est dirigée vers le quartier diplomatique, défilant devant les ambassades de Koweït et d'Arabie saoudite et devant la Banque centrale.
Devant le ministère de la Justice, la foule a crié "à bas Hamad !", le roi Hamad ben Issa Al-Khalifa.
Les manifestants ont poursuivi leur marche, passant devant le bureau du procureur et le siège du ministère des Affaires étrangères, avant de retourner place de la Perle.

Plusieurs milliers de manifestants avaient marché de cette place vers le ministère des Affaires étrangères samedi. Et la veille déjà, plusieurs dizaines de milliers de contestataires avaient défilé vers elle et s'y étaient rassemblés.
Entre-temps, les 18 députés du parti Wefaq ont annoncé leur démission après les violences qui ont marqué les premiers jours des manifestations populaires à Manama, exigeant la fin du régime monarchique des Al-Khalifa.
Dans un communiqué, ils indiquent dimanche qu'ils ont confirmé, par une lettre aux instances du Parlement, leur décision prise après la mort de sept manifestants tués par la police.
La police avait été par la suite retirée des rues de Manama, mais les manifestations se sont poursuivies et les protestataires ont dressé un camp de toile sur la place de la Perle, dans le centre de Manama.
"Nous ne faisons plus partie de cette Assemblée, qui n'a pas protesté face à ces massacres", indiquent les parlementaires dans leur lettre de démission.
Cette décision doit encore être approuvée par les autres membres du Parlement de 40 sièges. Si cette démission est acceptée, des élections partielles doivent être organisées dans les deux mois. Si le Parlement ne les accepte pas, il continuera d'opérer avec seulement 22 députés.
Dans leur lettre, les parlementaires n'ont pas mentionné le remaniement annoncé samedi, mais des membres de l'opposition l'avaient déjà dénoncé et avaient assuré que cette initiative du gouvernement allait renforcer leur détermination.
L'opposition dominée par les chiites, majoritaire à Bahreïn, demande l'instauration d'une véritable monarchie constitutionnelle en remplacement de la domination du pouvoir par la lignée des Al-Khalifa, qui règne depuis plus de 200 ans.
Le roi Hamad ben Issa Al-Khalifa a nommé son fils le prince Salman pour conduire un dialogue nationale avec l'opposition mais ce dialogue n'a pas débuté et l'opposition demande la démission du gouvernement pour l'entamer.
avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bahreïn

Message  niouze le Ven 8 Avr - 13:23

Le prince héritier de Bahreïn a prévenu qu'il n'y aurait "aucune clémence" pour ceux qui cherchent à diviser le royaume du Golfe, secoué depuis la mi-février par un vaste mouvement de contestation.

Cheikh Salman Ben Hamad Al Khalifa, considéré comme un réformateur modéré au sein de la famille régnante, s'est exprimé, jeudi soir 7 avril, à la télévision bahreïnie. "Dans ce moment important du développement de notre pays, je continuerai (...) à rester ferme sur le principe selon lequel il ne peut y avoir aucune clémence pour quiconque cherche à diviser notre société en deux", a-t-il dit.

La famille régnante sunnite a décrété en mars la loi martiale et fait appel aux troupes du Conseil de coopération du Golfe (CCG), alliance militaire et politique du Golfe, pour réprimer les manifestations en faveur de la démocratie organisées essentiellement par la majorité chiite.

CENTAINES D'ARRESTATIONS

Depuis, des membres du principal parti d'opposition chiite Wefaq et de nombreux habitants chiites ont dénoncé des disparitions aux postes de contrôle installés autour de Manama, la capitale, où officient des militaires cagoulés. Ils affirment que des centaines de personnes – responsables politiques, militants, médecins favorables à la contestation – ont été arrêtées et que plusieurs centaines de salariés, chiites pour la plupart, ont été licenciés.

Les commentateurs jugent que Cheikh Salman, qui prônait la recherche d'un dialogue avec l'opposition, a perdu la bataille avec l'aile dure de sa propre famille, et que les radicaux des deux camps, gouvernement et opposition, empêchent désormais les voix plus modérées de s'exprimer.

L'organisation de défense des droits de l'homme Human Rights Watch a dénoncé vendredi des arrestations arbitraires à Bahreïn et fait état de témoignages d'abus contre des détenus. "La loi d'urgence n'autorise par les autorités à piétiner les droits humains fondamentaux", a déclaré Joe Stork, directeur adjoint de HRW pour le Moyen-Orient.
http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2011/04/08/aucune-clemence-pour-les-opposants-a-bahrein_1504799_3218.html

_________________
"Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça." coluche
avatar
niouze

Messages : 5024
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bahreïn

Message  ivo le Dim 8 Mai - 19:08

Bahreïn : l’état d’urgence levé le 1er juin
france-info
L’état d’urgence proclamé le 15 mars 2011, par le roi de Bahreïn Hamad Ben Issa Al-Khalifa pour mater la contestation populaire, sera levé le 1er juin.

Cet état d’urgence aurait servi à des arrestations sans mandat judiciaire, à la détention de protestataires et de militants politiques, et au jugement de civils par des tribunaux militaires, selon Amnesty International.

Le procès de 21 dirigeants de l’opposition et militants accusés d’avoir cherché à renverser le gouvernement, s’est ouvert aujourd’hui dans le royaume.
avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bahreïn

Message  ivo le Ven 13 Avr - 18:59

LA CENSURE EN POLE POSITION
http://fr.rsf.org/bahrein-la-censure-en-pole-13-04-2012,42309.html
Reporters sans frontières lance une campagne et une pétition pour dénoncer l’incroyable politique de répression menée par le régime du roi Hamad Ben Aissa Al-Khalifad depuis le début des printemps arabes, et son œuvre de propagande dont le point d’orgue devrait être la tenue d’un grand prix de Formule 1, les 20 et 22 avril 2012.

Depuis le début des manifestations démocratiques, en février 2011, les correspondants étrangers sont interdits d’entrée sur le territoire. Les Net-citoyens et les journalistes, en particulier les professionnels de l’image, sont systématiquement traqués quand ils se trouvent aux abords des rassemblements. Les violences sont innombrables, tout comme les emprisonnements, les procédures judiciaires intentées contre les professionnels de la presse et les condamnations prononcées. La Bahrain Press Association, basée à Londres, recense plus de 140 cas d’arrestations, tortures et licenciements de journalistes depuis février 2011. La torture en détention est pratique courante. Des campagnes de diffamation sont menées contre des militants des droits de l’homme. Deux net-citoyens et un patron de presse sont morts pour avoir défendu leur droit d’informer.

Le filtrage de sites Internet s’est élargi à tous les sujets liés aux manifestations populaires. De nombreux sites de streaming, qui permettent de transmettre des images en temps réel, ont été bloqués. Car le contrôle des images sur la contestation est une question de survie pour le pouvoir. Rien ne doit filtrer de la revendication populaire et de sa brutale répression. Rien ne doit alerter la communauté internationale.

En parallèle, le régime, avec l’aide directe de plusieurs pays du Golfe persique, et grâce à l’incroyable silence des pays occidentaux, soigne son image et multiplie les efforts à la fois diplomatiques et de communication pour présenter le Bahreïn comme un exemple de stabilité politique et de bien-être social. Empêchons la censure de l’emporter.


JE SIGNE LA PÉTITION !

avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bahreïn

Message  ivo le Mer 18 Avr - 19:19

Le Grand Prix de Formule 1 de Bahrein réveille la contestation du régime
fr info
Les essais du Grand Prix sont prévus vendredi, la course dimanche. De nombreux citoyens prévoient d’utiliser l’événement comme caisse de résonance pour leur demande de démocratie. Pour tenter de les en dissuader, les autorités du pays ont procédé à des arrestations.

"Ils vont essayer de nous dire que tout va bien"
Hassiba Hadj Sahraoui, directrice adjointe du programme Moyen-Orient d'Amnesty International.


Ce sera un test pour le régime comme pour ses opposants. L’année dernière, la protestation avait mené à l’annulation du Grand Prix de Formule 1 de Bahrein. Le régime de l’émirat est déterminé à montrer qu’il maîtrise la situation. Les forces de sécurité ont renforcé leur présence autour du circuit où les écuries commencent à s’installer. Les premiers essais auront lieu vendredi.

La police a procédé à des dizaines d’arrestations préventives dans les rangs de l’opposition. "Depuis le 14 avril, environ 80 personnes ont été arrêtées dans plusieurs villages proches de Manama", selon l'association des jeunes de Bahreïn pour les droits de l'Homme.

Les projecteurs de retour un an après les violences

Plusieurs partis d’opposition ont annoncé leur intention d’investir les tribunes le jour de la course pour dénoncer l’absence de réel changement, plus d’un an après la violente répression de manifestations anti-gouvernementales. Selon les sources (gouvernement ou ONG), entre 35 et 60 manifestants ont trouvé la mort, certains sous la torture, en février et mars 2011. Les manifestations anti-gouvernementales ont d’ailleurs repris une fois l’état d’urgence levé, au mois de juin.



Des manifestations se sont déjà déroulées hier près de l’aéroport international de l’émirat. Human Rights Watch et Reporters Sans Frontières ont critiqué la décision de maintenir la course. RSF a même lancé une campagne d’appel au boycott de la compétition. Une partie de l’opposition est aussi sur cette ligne, même si l’événement permet d’attirer les projecteurs sur le pays.
avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bahreïn

Message  ivo le Ven 20 Avr - 7:48

La pression monte autour du Grand Prix de F1 de Bahreïn
fr info
L'année dernière, la course avait été annulée en raison de la contestation. Cette année le petit royaume du Golfe soutenu par les responsables de la F1, a décidé de ne pas céder. Ni aux manifestants, ni aux organisations de défense des droits de l’homme.


Manifestante contre le GP face aux policiers © Reuters Hamad I Mohammed

Reporters Sans Frontières qui a lancé une campagne et une pétition baptisées "l'important c'est de ne pas participer", affirme que Bahreïn comptait en 2011 parmi les "10 lieux les plus dangereux au monde pour la presse", le Royaume du Golfe étant "le théâtre d'une répression sanglante qui vise notamment les journalistes, les photoreporters et les net-citoyens".

Human Rights Watch a également critiqué la décision de la FIA de maintenir cet évènement. Et le Groupe parlementaire britannique pour la démocratie à Bahreïn, a averti les commanditaires de la Formule Un qu'ils risquaient de nuire à leur image en soutenant le Grand Prix de Bahreïn et estime que la course aurait dû être annulée. Ces appels au boycott et les manifestations annoncées expliquent sans doute la décision prise par des compagnies occidentales de ne pas inviter de clients ou de partenaires sur circuit.

A la veille des essais, des membres de l'écurie Force India ont été la cible d'un cocktail molotov.

Après les séances d'essais programmées ce vendredi et samedi, le Grand Prix doit se disputer dimanche.
avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum