Derniers sujets
» les photos d'actus - l'info en résumé
par ivo Mer 22 Nov - 10:15

» vite, je vais vomir ...
par ivo Mer 22 Nov - 10:12

» macronie
par ivo Mer 22 Nov - 9:07

» pesticides / fongicides
par ivo Mer 22 Nov - 9:02

» contre l'esclavage moderne
par ivo Mer 22 Nov - 8:54

» Sur les rives du Jourdain
par ivo Mer 22 Nov - 8:52

» petits business entre amis
par ivo Mer 22 Nov - 8:41

» No Futur - la terre au 21° siecle
par ivo Mer 22 Nov - 8:36

» blancs comme neige ^^
par ivo Mer 22 Nov - 8:34

» homophobie dans le monde ...
par ivo Mer 22 Nov - 8:19

» immigration ...
par ivo Mer 22 Nov - 8:16

» Nucléaire mon amour ...
par ivo Mar 21 Nov - 9:19

» Afrique coloniale belge
par ivo Mar 21 Nov - 8:50

» Révolution russe
par ivo Mar 21 Nov - 8:01

» la police s'étonne qu'on ne l'aime pas
par ivo Lun 20 Nov - 8:44

» agriculture
par ivo Dim 19 Nov - 8:26

» <<< Santé >>>
par ivo Dim 19 Nov - 8:21

» droites extremes
par ivo Sam 18 Nov - 11:01

» Birmanie
par ivo Sam 18 Nov - 10:35

» enfance ...
par ivo Sam 18 Nov - 10:33

» U.E.
par ivo Sam 18 Nov - 10:10

» pologne
par ivo Sam 18 Nov - 8:44

» No Futur - l'espace au 21° siecle
par ivo Ven 17 Nov - 8:36

» Réunionnais de la Creuse
par ivo Ven 17 Nov - 7:56

» la phrase du jour
par ivo Ven 17 Nov - 7:13

» rwanda
par ivo Jeu 16 Nov - 9:49

» médias ? quels médias ??
par ivo Jeu 16 Nov - 9:27

» flicage total du net
par ivo Jeu 16 Nov - 8:19

» internet , technologie, ...
par ivo Jeu 16 Nov - 8:07

» Infos insolites.
par ivo Mer 15 Nov - 8:04

» ZAD partout ?
par niouze Mar 14 Nov - 17:54

» pape, cathos, vatican et autres ....
par ivo Mar 14 Nov - 9:00

» Necronomacron
par ivo Lun 13 Nov - 7:46

» monde - stupéfiants
par ivo Dim 12 Nov - 8:20

» état d'urgence et autres restrictions....
par ivo Dim 12 Nov - 8:16

» conditions de travail ...
par ivo Dim 12 Nov - 8:10

» ... 14/18 ...
par ivo Dim 12 Nov - 8:07

» Combien d’autres murs à faire tomber ?
par ivo Sam 11 Nov - 10:23

» salaires
par ivo Sam 11 Nov - 9:15

» impots
par ivo Sam 11 Nov - 9:12

» démocratie et justice ...
par ivo Sam 11 Nov - 8:33

» Today's joke
par ivo Ven 10 Nov - 9:49

» Les prisons: questions.
par ivo Ven 10 Nov - 9:04


Libye

Page 5 sur 10 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Libye

Message  spike le Jeu 7 Avr - 18:46


Nouvelle bavure de l'Otan en Libye

Deux rebelles ont été tués et une dizaine blessés ce jeudi à l’est de Brega par un raid aérien opéré, selon des témoins, par l'Alliance atlantique.

Deux rebelles ont été tués et une dizaine blessés par un raid aérien de l’Otan jeudi à l’est du port pétrolier de Brega, a-t-on appris de sources hospitalières et auprès des insurgés. «Il y a eu deux morts et au moins dix blessés dont deux grièvement atteints», a indiqué à l’AFP le docteur Cherif Hassi à l’hôpital d’Ajdabiya où ont été transportées les victimes.

«Il s’agissait d’avions de l’Otan. Ils ont ouvert le feu deux fois en direction d’un char et l’ont fait exploser», a assuré à l’AFP un rebelle, Ali Sahli. «Au lieu d’attaquer Kadhafi ils nous attaquent. Qu’est-ce qui ne va pas avec nos amis les Etats Unis et le Royaume Uni», s’interroge Souleimane Rifadi, un volontaire à l’hôpital d’Ajdabiya, à 80 km à l’est de Brega.

«Pourquoi l’Otan bombarde à l’est alors que les forces de Kadhafi sont à l’ouest?», demande un jeune rebelle Omar Mohamed, arrivé à l’hôpital avec le convoi d’ambulances suivi par des véhicules militaires des rebelles. D’intenses combats opposent depuis une semaine les rebelles aux forces loyales au dirigeant Mouammar Kadhafi autour de Brega.

Explosions dans la banlieue de Tripoli

Vendredi dernier, dans cette même région à l’est de Brega, un raid aérien de l’Otan avait tué par erreur neuf rebelles libyens et quatre civils qui circulaient en convoi. Le pilote a sans doute pensé avoir été visé par un rebelle qui a tiré en l’air à la mitrailleuse avec des balles traçantes, en signe de joie, avait précisé un responsable proche des rebelles.

L’Alliance atlantique, qui a pris le commandement de l’opération en Libye jeudi dernier, n’a pas formellement reconnu que l’un de ses avions était présent à l’endroit de l’incident et qu’il avait ouvert le feu. Mais «si quelqu’un tire sur l’un de nos appareils, ils ont le droit de se défendre», avait souligné un responsable.

A l’ouest du pays, des avions ont survolé jeudi Tripoli et des explosions ont été entendues dans la banlieue-est, selon des journalistes de l’AFP.

Des avions ont été entendus depuis le centre-ville puis trois explosions ont retenti dans le quartier de Salaheddine, dans la banlieue sud-est de la capitale libyenne. Des sirènes d’ambulances ont hurlé peu après à Tripoli. Un habitant de cette banlieue contacté par l’AFP a confirmé avoir entendu les trois explosions affirmant ne pas être en mesure de préciser leur origine.

(Source AFP)

http://www.liberation.fr/monde/01012330387-nouvelle-bavure-de-l-otan-en-libye
avatar
spike

Messages : 3721
Date d'inscription : 19/05/2009

http://anarchietotale.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Libye

Message  spike le Dim 10 Avr - 19:56


Libye: la délégation de l'Union africaine reçue par Kadhafi
Plusieurs présidents et ministres ont engagé la discussion en vue d'une trêve. Sur le terrain les affrontements ont continué ce dimanche, à Ajdabiya et à Misrata notamment, faisant plusieurs morts.
49 réactions


Le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi a reçu dimanche sous sa tente dans sa résidence de Bab el-Aziziya à Tripoli la délégation de présidents mandatés par l'Union africaine (UA) pour tenter de faire cesser les combats dans le pays. A l'issue de l'entrevue, les membres de la délégation ont posé pour les photographes devant la tente, sans faire de déclaration dans l'immédiat.

Le président sud-africain Jacob Zuma et ses homologues Amadou Toumani Touré (Mali), Mohamed Ould Abdel Aziz (Mauritanie) et Denis Sassou Nguesso (Congo), ainsi que le ministre ougandais des Affaires étrangères, Henry Oryem Okello, étaient arrivés l'un après l'autre dans l'après-midi à l'aéroport de Miitiga, près de Tripoli.

Des partisans du colonel Kadhafi les attendaient à l'aéroport, portant des portraits du dirigeant libyen et des drapeaux verts du régime.

Réunis samedi à Nouakchott, les médiateurs avaient réaffirmé les objectifs de leur mission: "cessation immédiate de toutes les hostilités", acheminement de l'aide humanitaire et ouverture d'un dialogue entre le régime et l'insurrection.

Après Tripoli, la délégation a prévu de se rendre dimanche soir à Benghazi, "capitale" des rebelles à 1000 km à l'est de Tripoli, pour tenter de convaincre l'insurrection de baisser les armes. L'entreprise s'annonce délicate, les chefs de la rébellion ayant rejeté tout cessez-le-feu impliquant le maintien au pouvoir de M. Kadhafi ou de ses fils.

Sur le terrain, les combats entre forces gouvernementales et rebelles ont fait au moins 23 morts depuis samedi à Ajdabiya (est) et à Misrata (ouest). L'Otan a parlé de situation "désespérée" dans ces deux villes et promis de poursuivre les bombardements pour désarmer le régime.

(Source AFP)
http://www.liberation.fr/monde/01012330847-libye-violents-combats-a-ajdabiya
avatar
spike

Messages : 3721
Date d'inscription : 19/05/2009

http://anarchietotale.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Libye

Message  spike le Mer 13 Avr - 18:08


Libye: la France va demander à ses alliés de frapper plus vite les cibles

La France va demander à ses alliés de l'Otan jeudi à Berlin non seulement de mobiliser davantage de moyens aériens contre les troupes kadhafistes mais aussi de frapper plus vite les cibles pour plus d'efficacité, a indiqué mercredi un responsable français.

"Nous devons être collectivement capables d'assurer notre mission en Libye, qui est de protéger effectivement les civils. Pour cela, il faut plus de souplesse opérationnelle", a-t-il déclaré à des journalistes à la veille d'une réunion des ministres des Affaires étrangères de l'Otan dans la capitale allemande.

"Six alliés sur 28 participent aux missions air-sol et deux en effectuent 50%", a-t-il souligné.

Selon des sources militaires alliées, les deux pays qui font la moitié du travail sont la France et le Royaume-Uni, avec 29 et 10 appareils respectivement. Les quatre autres sont la Belgique, le Canada, le Danemark et la Norvège.

"Les alliés ont les moyens de combler le manque" qu'a provoqué le retrait le 4 avril d'une cinquantaine d'avions américains, a-t-il estimé.

Un autre diplomate allié a indiqué que "le commandement militaire de l'Otan a demandé plus d'avions il y a quelques jours" et qu'à ce stade, après l'apport de quatre avions britanniques supplémentaires, "une dizaine d'avions manquent" encore.

"Ces moyens là, ce n'est pas la France qui va les mettre à disposition de l'Otan. Le trou pourrait être utilement rempli par d'autres sur le plan militaire et politique", a souligné le responsable français.

Mais la conduite des opérations pose à son avis un autre problème. "Si les règles d'engagement de l'Otan sont aussi robustes que celles de la coalition" qui l'a précédée du 19 au 30 mars, en revanche "le ciblage +dynamique+, en quelques heures, des objectifs à bombarder est plus difficile à faire", a expliqué ce responsable français.

"La priorité est le maintien de la pression militaire" et pour cela il faut frapper assez fort pour protéger les civils et assez vite en "raccourcissant autant que possible le cycle de traitement des cibles" depuis l'identification jusqu'à la destruction, a-t-il dit en substance.

(Source AFP)
http://www.liberation.fr/monde/01012331496-libye-la-france-va-demander-a-ses-allies-de-frapper-plus-vite-les-cibles
avatar
spike

Messages : 3721
Date d'inscription : 19/05/2009

http://anarchietotale.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Libye

Message  spike le Mer 13 Avr - 23:37

Reçu aujourd'hui:



Libye : Non à l'engrenage militaire !
Arrêt des bombardements, Cessez-le-feu - Oui aux solutions politiques.


Signez la cyber-pétition en ligne: http://www.mvtpaix.org/utils/petitionlibye.php

Madame, monsieur,

L’évolution de la situation en Libye suscite une vive inquiétude. Nous sommes de nouveau face à une grave et dangereuse aventure guerrière.

Pleinement solidaires des mouvements populaires en Libye, en Tunisie, en Egypte et dans l'ensemble de la région - que nous considérons comme un souffle d'espoir extraordinaire pour les peuples du monde entier - nos organisations lancent un appel unitaire pour dénoncer un engrenage dangereux et que cesse au plus vite la double peine infligée au peuple libyen.


Nous appelons à :

l'arrêt des bombardements et au retrait de l'OTAN
l'engagement d'initiatives politiques, notamment de la France et de l'Union européenne, pour l’établissement d’un cessez-le-feu multilatéral
la mise en place internationale et régionale d'un strict embargo sur tous les armements, de sanctions notamment financières, et l'engagement de poursuites judiciaires contre les dirigeants du régime de Kadhafi responsables de crimes envers le peuple libyen.

Nous vous invitons à soutenir ces exigences en signant la pétition en ligne qui sera envoyée en votre nom à l'Elysée, aux ministères de la Défense et des Affaires étrangères - cela ne prend que quelques instants;

Faites circuler ce message autour de vous (en format html) pour former une chaîne de la paix.

Merci de votre engagement pour la paix.


La liste des organisations signataires au 13 avril 2011 :
ACCA (Agir contre le colonialisme aujourd’hui) - ANECR (Association nationale des élus communistes et républicains) - Appel des Cent pour la Paix - AFASPA (Association française d’amitié et de solidarité avec les peuples d’Afrique) - AAW France (Américains contre la guerre) – ARAC (Association républicaine des anciens combattants) –CAAC Comores (Collectif des associations et des amis des Comores) - Centre quaker international – Collectif des iraniens contre la guerre - COT (Comité des objecteurs du Tarn) - DIDF (Fédération des Associations des Travailleurs et des Jeunes) - Droit solidarité - Enjeu-Les Pionniers – EPP (Enseignants pour la Paix) - Femmes Egalité – Femmes solidaires - Gauche unitaire - Les Alternatifs - Le Mouvement de la Paix - Ligue internationale des Femmes pour la Paix et la Liberté – MJCF (Mouvement jeunes communistes de France) - MRAP (Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples) – MIR (Mouvement international de la réconciliation) – PCOF (Parti communiste des ouvriers de France) - PCF (Parti communiste français) - Réseau des acteurs de la culture de la paix de la Seine Saint Denis - Réseau franciscain Gubbio - Union pacifiste
avatar
spike

Messages : 3721
Date d'inscription : 19/05/2009

http://anarchietotale.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Libye

Message  spike le Jeu 14 Avr - 11:55


Libye: réunion attendue de l'Otan aujourd'hui

L’Otan va avoir jeudi à surmonter de sérieuses divergences sur la conduite de l’intervention militaire en Libye, au lendemain de la décision du Groupe de contact sur la Libye, réuni au Qatar, de créer un fonds d’aide à la rébellion.

Les débats entre les ministres des Affaires étrangères des 28 pays de l’Alliance atlantique, qui ont dès le début de la crise libyenne le 15 février réagi contradictoirement, pourraient être difficiles, la France et le Royaume Uni demandant que davantage d’alliés bombardent à leurs côtés les troupes de Mouammar Kadhafi.

A la veille de cette réunion à Berlin, jeudi et vendredi, le président français, Nicolas Sarkozy, et le Premier ministre britannique, David Cameron, sont tombés d’accord sur la nécessité d’accroître «la pression militaire» sur Kadhafi, qui «reste déterminé à maintenir son effort de guerre contre sa propre population».

La secrétaire d’Etat américaine, Hillary Clinton, qui doit également participer à la réunion, a dénoncé quant à elle les «attaques sauvages et continues» du régime Kadhafi contre des civils et de «nouvelles atrocités», faisant état d’informations selon lesquelles ses forces ont fait usage d’artillerie et de mortiers contre des zones résidentielles de Misrata (ouest) et coupé l’eau et l’électricité dans la ville.

Soutien aux rebelles

Lors de sa réunion mercredi à Doha, le Groupe de contact a souligné la nécessité de fournir aux rebelles qui tiennent l’Est de la Libye les moyens de se défendre, tout en se refusant à inclure explicitement dans cette aide des équipements militaires.

Une vingtaine de pays et d’organisations y ont participé, sous la coprésidence de la Grande-Bretagne et du Qatar, près de quatre semaines après le début, le 19 mars, d’une intervention militaire multinationale sous mandat de l’ONU.

Selon le communiqué final, le Groupe de contact a décidé «la mise en place d’un mécanisme financier temporaire» pour doter le Conseil national de transition (CNT), organe politique de la rébellion, «des moyens pour gérer les aides et répondre aux besoins urgents» des régions contrôlées par la rébellion.

Aucune indication n’a été donnée sur la dotation de ce fonds, mais la rébellion a indiqué qu’elle attendait que des fonds gelés dans le cadre des sanctions contre le régime Kadhafi soient mis à sa disposition.

Le Groupe a reconnu le CNT comme le représentant «légitime» du peuple libyen et réitéré la nécessité du départ du colonel Kadhafi pour mettre un terme à la crise.

Il a également décidé de fournir un soutien à la rébellion, y compris «un soutien matériel» dans le cadre des résolutions 1970 et 1973 de l’ONU, qui prévoient notamment un embargo sur les armes.

Divergences

Interrogés sur la portée de cette décision, les ministres britannique et italien des Affaires Etrangères, William Hague et Franco Frattini, ont semblé diverger.

M. Hague a évoqué la fourniture de moyens de communications, mais M. Frattini a estimé que «la résolution 1973 n’interdit pas de fournir des armes, des armes non offensives, des armes d’auto-défense».

Le Premier ministre du Qatar, Hamad ben Jassem ben Jabr Al-Thani, a souligné que «le peuple libyen a le droit d’assurer sa défense face aux attaques continues des forces pro-Kadhafi» et que «l’autodéfense nécessite des équipements, qui ne soient pas offensifs mais défensifs».

Le chef de la diplomatie française, Alain Juppé, a pour sa part précisé à propos du soutien aux rebelles qu’il était envisagé de «les aider à se financer, à se renforcer» mais qu’il «n’a pas été question de livraisons d’armes».

La rébellion a indiqué qu’elle pourrait demander à certains Etats de la coalition internationale des armes «défensives» pour protéger les civils. Mahmoud Chammam, responsable de l’information au sein du CNT, a exclu que le Conseil finance l’achat d’armes grâce au nouveau fonds, assurant que ce dernier devrait «répondre aux besoins de base du peuple libyen».

«Il est important que la coalition montre sa totale détermination à protéger les populations civiles, à faire cesser les sièges, dignes du Moyen-Age, de Misrata et Zenten (ouest), et à faire rentrer les troupes de Kadhafi dans leurs casernes», a indiqué une source française à l’issue de la réunion de MM. Sarkozy et Cameron à Paris.

Les Etats-Unis qui avaient pris le commandement de la coalition dans un premier temps, avant d’annoncer le retrait de leurs appareils d’attaque au sol, ont révélé mercredi que des avions de combats américains bombardaient toujours la défense aérienne libyenne.

Les cinq pays émergents du Brics -- Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud --, réunis jeudi à Sanya, en Chine, se sont prononcés contre l’usage de la force en Libye et au Moyent-Orient.

Seule l’Afrique du Sud avait voté en faveur de la résolution de l’ONU ouvrant la voie aux frappes aériennes en Libye, les quatre autres pays — notamment Chine et Russie, membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU — s’étant abstenus, craignant des victimes civiles.

Sur le terrain, les forces rebelles ont repris la ville stratégique d’Ajdabiya (est), à 160 km au sud de Benghazi, théâtre de combats meurtriers ces derniers jours, mais les unités pro-Kadhafi y maintenaient leur pression.

Deux fortes explosions ont retenti mercredi à Tripoli. L’Otan a annoncé avoir bombardé des dépôts de munitions près d’Al-Aziziya, à une vingtaine de km au sud-ouest de la capitale.

Plus tôt, l’agence officielle libyenne avait fait état de raids aériens de l’Otan sur Misrata et Al-Aziziya (ouest) ainsi que sur Syrte, la ville natale du colonel Kadhafi, à 600 km à l’est de Tripoli.

Le vice-ministre libyen aux Affaires étrangères, Khaled Kaaim, a indiqué mercredi soir que le Qatar fournissait des missiles antichars français de type Milan aux rebelles à Benghazi (est) et accusé des éléments de Hezbollah libanais de combattre aux côtés des insurgés à Misrata.

Le nouveau ministre libyen des Affaires étrangères, Abdelati Laabidi, doit rencontrer jeudi à Chypre son homologue chypriote, Marcos Kyprianou.

(Source AFP)
http://www.liberation.fr/monde/01012331673-libye-reunion-attendue-de-l-otan-aujourd-hui
avatar
spike

Messages : 3721
Date d'inscription : 19/05/2009

http://anarchietotale.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Libye

Message  spike le Sam 16 Avr - 16:00


Kadhafi accusé d'utiliser des bombes à sous-munitions
Par ailleurs, l'Otan serait à court de munitions, selon «The Washington Post».

Les rebelles libyens accusent les forces pro-Kadhafi d’utiliser des bombes à sous-munitions à Misrata, grande ville côtière de l’ouest du pays tenue par les insurgés qu’elles pilonnent intensément depuis quelques jours.

La rébellion a dénoncé l’emploi de ses armes sur des zones peuplées par des civils à Misrata, des accusations confirmées par l’ONG Human Rights Watch qui a affirmé avoir pu voir de telles bombes sur place. «Human Rights Watch a observé au moins trois bombes à sous-munitions exploser au-dessus du quartier d’El-Shawahda à Misrata la nuit du 14 avril», a précisé l’ONG. Le New York Times, photos à l’appui, a indiqué que des bombes à fragmentation de 120 mm fabriquées en Espagne en 2007, un an avant que ce pays signe la convention internationale sur les bombes à sous-munitions, avaient été utilisées jeudi par les forces de Kadhafi lors de combats avec la rébellion.

«La Libye doit cesser immédiatement d’utiliser ces armes et mettre tout en oeuvre pour que les civils soient protégés par leurs restes meurtriers», a plaidé HRW. Les sous-munitions contenues dans les armes à fragmentation sont susceptibles, quand elles n’ont pas immédiatement explosé, de tuer et de mutiler des civils longtemps après l’emploi des bombes.


Tripoli a nié avoir utilisé des bombes à sous-munitions. «Absolument pas. Moralement, légalement, nous ne pouvons pas faire cela à l’encontre de notre population civile», a déclaré Moussa Ibrahim, porte-parole du gouvernement à des journalistes qui l’interrogeaient sur le sujet. Une convention internationale interdisant les armes à sous-munitions est entrée en vigueur en 2010 mais la Libye fait partie des pays non signataires.

Sur le plan humanitaire, l’Otan et l’UE ont resserré leur coordination en vue d’une opération humanitaire préparée par les Européens à Misrata. Une réunion doit se tenir «dans les semaines à venir». Au moins treize personnes ont été tuées vendredi dans les affrontements entre les forces de Mouammar Kadhafi et les rebelles dans la ville assiégé, et les pilonnages se sont poursuivis dans la nuit, selon des sources médicales.

Le bruit de fortes explosions et de rafales de tirs parvenait du centre de la ville, a rapporté un photographe de l’AFP sur place, précisant que des survols de l’Otan avaient précédé les bombardements. Les échanges à l’arme automatique, aux tirs de mortiers et à l’artillerie s’étaient intensifiés en fin de journée.

La chasse à Kadhafi

Par ailleurs, la Grande-Bretagne, la France et les Etats-Unis ont demandé vendredi le départ de Kadhafi, dont la chute est désormais l’objectif avoué de l’Otan. Dans une tribune commune publiée vendredi dans quatre quotidiens, David Cameron, Nicolas Sarkozy et Barack Obama ont estimé «impossible d’imaginer que la Libye ait un avenir avec Kadhafi», jugeant «impensable que quelqu’un qui a voulu massacrer son peuple joue un rôle dans le futur gouvernement libyen». Le ministre français de la Défense, Gérard Longuet, a estimé qu’avec cette prise de position des trois pays, on était «certainement» en train de sortir de la résolution 1973 de l’ONU sur la Libye, suggérant l’adoption d’une nouvelle résolution pour avaliser le projet de chasser Kadhafi.

Moscou, par la voix de son ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, a estimé de nouveau que l’Otan outrepassait le mandat de l’ONU. Il est «important de passer de manière urgente à la phase politique et d’avancer vers un règlement politique et diplomatique» de la crise libyenne. La secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton a rappelé que l’intervention militaire internationale avait empêché un nouveau massacre à Benghazi comme celui de Srebrenica en 1995 en Bosnie.

Entre-temps, de hauts-responsables américains et de l’Alliance atlantique ont affirmé que les forces de l’Otan se trouvent à court de bombes de précision et d’autres types de munitions, a rapporté vendredi The Washington Post. Le journal américain souligne que cette pénurie met en lumière les limites du Royaume-Uni, de la France et des autres pays européens à mener dans la durée une opération militaire relativement modeste. Mais il ne précise pas l’origine de cette pénurie.

L’Otan a repris le 31 mars les rênes des opérations militaires lancées le 19 mars par une coalition internationale dirigée par les Etats-Unis, la France et le Royaume-Uni, qui s’était appuyée sur la résolution 1973 du Conseil de sécurité de l’ONU pour bombarder les troupes du colonel Kadhafi dès lors qu’elles représentaient un danger pour la population.

Les Etats-Unis ont refusé jeudi de revenir en première ligne en Libye, après avoir retiré leurs avions de combat des opérations. Seuls six des 28 Etats membres de l’Otan participent actuellement aux raids aériens en Libye.

(Source AFP)
http://www.liberation.fr/monde/01012332154-kadhafi-accuse-d-utiliser-des-armes-a-sous-munitions
avatar
spike

Messages : 3721
Date d'inscription : 19/05/2009

http://anarchietotale.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Libye

Message  niouze le Sam 16 Avr - 19:11

qui donc a put vendre ses bombes a khadafi ??

_________________
"Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça." coluche
avatar
niouze

Messages : 5040
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Libye

Message  spike le Sam 16 Avr - 19:14

niouze a écrit:qui donc a put vendre ses bombes a khadafi ??

L'espagne ils le disent dans l'article Very Happy!
avatar
spike

Messages : 3721
Date d'inscription : 19/05/2009

http://anarchietotale.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Libye

Message  niouze le Sam 16 Avr - 19:40

fabriquées en Espagne en 2007
ce qui ne veut pas forcement dire que c'est eux qui les vendent ....

_________________
"Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça." coluche
avatar
niouze

Messages : 5040
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Libye

Message  spike le Dim 17 Avr - 15:48



Les rebelles libyens tiennent à Misrata, piétinent devant Ajdabiya
9 réactions

Des rebelles le 16 avril 2011 à Ajdabiya. (© AFP Marwan Naamani)

Les forces pro-Kadhafi tiraient à l’artillerie lourde dimanche sur l’entrée ouest d’Ajdabiya, repoussant de nouveau les rebelles vers l’est. Ces derniers en revanche tenaient bon à Misrata, la grande ville côtière que les pro-Kadhafi pilonnent depuis des semaines. Au total, les combats ont fait samedi au moins 14 morts et une cinquantaine de blessés sur ces deux fronts.

Samedi, les insurgés avaient progressé d’une quarantaine de kilomètres en direction de Brega, située à 80 km à l’est d’Ajdabiya, à la faveur de raids aériens de l’Otan les jours précédents. Mais dès dimanche matin, des tirs particulièrement intenses sur la porte ouest d’Ajdabiya indiquaient que les forces pro-Kadhafi étaient revenues à moins de 20 km de cette ville, poussant certains rebelles et les habitants restés dans la ville à fuir par centaines. Des tirs de roquettes des forces gouvernementales sur le front à mi-chemin entre Ajdabiya et Brega avaient fait samedi 8 morts et 27 blessés.

A Misrata en revanche, le pilonnage nocturne par les pro-Kadhafi a été nettement moins intense dans la nuit de samedi à dimanche que les nuits précédentes. Les rebelles ont affirmé avoir attaqué avec succès des positions des pro-Kadhafi dans la nuit et cerné ou repoussé des tireurs embusqués autour de la rue de Tripoli, l’artère principale de la ville. Dans le centre, de la fumée noire s’élevait, provenant selon un rebelle d’un char détruit pendant la nuit.

Les rebelles de Misrata, nettement plus organisés que dans la plupart des autres villes tenues par l’opposition, avaient déjà détruit samedi quatre chars – dissimulés dans des maisons pour éviter les tirs de l’Otan – dans la prise d’un camp de l’armée régulière.

Cette journée a cependant été «très difficile», a déclaré Paolo Grosso, un médecin anesthésiste italien envoyé par l’association Emergency, évoquant «beaucoup de blessés», y compris des enfants. En fin d’après-midi, le principal hôpital de la ville a évoqué un bilan de six morts et 31 blessés.

Les restes de bombes à sous-munitions de 120 étaient visibles dans différents quartiers, selon un photographe de l’AFP. Ces bombes peuvent tuer ou mutiler à des dizaines de mètres à la ronde, et même longtemps après si les sous-munitions n’ont pas explosé tout de suite. Le régime a fermement démenti avoir utilisé ces armes, interdites depuis 2010. Mais vendredi, trois personnes ont dû être amputées d’un pied et deux d’une main après avoir été touchées par ces sous-munitions, selon une source médicale. Plusieurs milliers de migrants attendent toujours leur évacuation dans un camp de fortune installé près du port de Misrata, dans des conditions particulièrement précaires.

Deux bateaux affrétés par l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) prévoient de faire des navettes entre Misrata et Benghazi, d’où les réfugiés doivent être ensuite conduits à la frontière égyptienne et rapatriés.

Dimanche, le ministre français de la Défense, Gérard Longuet, a estimé qu’il y avait «un certain risque» que le conflit «puisse durer» parce que le dirigeant libyen et son pays n’étaient pas «totalement prévisibles». Selon le New York Times, le gouvernement américain a lancé une intense recherche pour trouver un pays qui pourrait accueillir Kadhafi, sans avoir à le livrer s’il était poursuivi par la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye pour les violences contre son peuple.

Dans une tribune commune publiée vendredi, le président américain Barack Obama, le Premier ministre britannique David Cameron et le président français Nicolas Sarkozy avaient déclaré qu’il était «impossible d’imaginer que la Libye ait un avenir avec Kadhafi». Le ministre français des Affaires étrangères, Alain Juppé, a assuré samedi que la coalition n’avait «nul besoin d’une nouvelle résolution» de l’ONU pour contraindre Mouammar Kadhafi au départ dans la mesure où le dirigeant libyen avait «perdu toute légitimité».

(Source AFP)
http://www.liberation.fr/monde/01012332249-les-rebelles-libyens-tiennent-a-misrata-pietinent-devant-ajdabiya
avatar
spike

Messages : 3721
Date d'inscription : 19/05/2009

http://anarchietotale.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Libye

Message  spike le Mar 19 Avr - 0:12



Quel pays pour accueillir Kadhafi?

Par QUENTIN GIRARD

L’administration américaine réfléchirait à une issue diplomatique pour le conflit en Libye, selon le New York Times. L’hypothèse privilégiée serait un exil du dictateur vers un pays africain.

Problème: Kadhafi est susceptible d’être poursuivi par la Cour pénale internationale, notamment pour l’attentat contre le vol 103 de Pan Am, survenu en 1988 au-dessus de l'Ecosse, sans oublier les atrocités commises dans son pays. Il faut donc lui trouver un pays qui ne soit pas signataire du Statut de Rome de 1998, qui créa la CPI. Les Etats qui l’ont signé s’engagent en effet à participer aux enquêtes, arrêter et extrader les personnes poursuivies (consultez le PDF du statut de Rome ici, spécialement le Chapitre IX). Si jamais Kadhafi allait dans un pays signataire, il risquerait d’être arrêté et d’être expulsé vers La Haye pour être jugé à tout moment.

Sur le continent africain, 21 pays (et la Libye) n’ont pas signé cette convention. Parmi eux, certains peuvent sans doute être éliminés d’office, étant donné le contexte politique actuel. La Côte-d'Ivoire doit déjà se débrouiller avec Gbagbo. L’Égypte a toujours Moubarak en villégiature à Charm el-Cheikh. Même histoire pour la Tunisie. Pour René Otayek, enseignant-chercheur à Sciences Po Bordeaux, spécialiste de la Libye et des questions africaines, «la liste est extrêmement réduite. Toutes les pistes possibles il y a trois mois sont aujourd’hui sujettes à caution.Ces pays sont eux-mêmes confrontés à des mouvements de contestation.» Pour la Tunisie, par exemple, Kadhafi ayant soutenu publiquement Ben Ali, cela pourrait être très mal reçu par la population. «Accueillir Kadhafi en ce moment, au niveau du symbole, ce n’est pas bon du tout», estime René Otayek. Pour Said Haddad, enseignant-chercheur au Centre de recherche des écoles de Saint-Cyr Coëtquidan spécialiste du monde arabe, «l'exil de Kadhafi est une question piège. Il faut trouver des pays qui soient assez forts pour ne pas être destabilisés par son arrivée, ce n'est pas évident».

L’Algérie a ainsi sans doute trop fort à faire avec sa population en ce moment pour accueillir ce voisin encombrant et on imagine mal le dictateur être envoyé dans un pays aussi instable que la Somalie. Du côté du Maroc, Mohammed VI est engagé dans des grandes réformes et les relations ont souvent été excécrables entre la monarchie marocaine et le leader libyen. «Il arrivait à Kadhafi "pour ne pas se salir" de porter des gants avant de serrer la main du roi du Maroc», raconte Karim Bitar, chercheur associé à l'IRIS, l'Institut de Relations Internationales et Stratégiques.

Le Soudan, la Mauritanie, le Zimbabwe

En retirant de la liste ces quelques pays, il reste encore 15 pays. Plusieurs facteurs sont ensuite à prendre en compte:

•Les bonnes relations de Kadhafi avec tel ou tel dirigeant - et c'est souvent très compliqué.

•Les différents moyens de pression possibles des Etats-Unis (le principe du «tu l’accueilles, on te donne des subventions, on oublie une dette», etc...).

•Le contexte politique interne du pays.

Selon René Otayek, certains pays répondent plus à ces critères que d'autres, la Mauritanie et le Soudan tenant la corde. «La Mauritanie est une possibilité. Kadhafi n’a jamais vraiment appuyé le Front Polisario, il a toujours eu une position ambiguë, ayant notamment la volonté de ne pas favoriser la création d’un nouvel Etat arabe. Et il existe dans ce pays un fort courant panarabiste. Peut-être aussi le Soudan, la question est de savoir si Béchir peut prendre le risque? Il y a toujours eu des relations extrêmement compliquées entre les deux pays, mais si l’exil est approuvée par les Etats-Unis, c’est sans doute possible.» Cela permettrait au Président soudanais de redorer un peu son image à l’international en rendant ce service. Pour Said Haddad, le Soudan est «effectivement une possibilité. Béchir a souvent été accueilli à Tripoli et Kadhafi a énormément joué dans le jeu interne de Karthoum».

Au contraire, pour Karim Bitar, «le Zimbabwe de Mugabe serait le plus plausible en Afrique.» Le pays accueille déjà Mengistu Haïlé Mariam, l'ancien Négus rouge d'Ethiopie. «La Guinée Equatoriale peut également être une possibilité», juge toujours le chercheur. A noter que tous ces pays ne sont par vraiment connus pour avoir des dirigeants amoureux de la démocratie et de la liberté.

Selon Karim Bitar, «le pays d’accueil dépendra aussi des conditions de départ. Si Kadhafi parvient à négocier l’immunité, le cercle des pays susceptibles de l’accueillir grandirait et certains pourraient accepter de le recevoir, officiellement pour faire cesser le bain de sang et probablement après avoir obtenu des USA quelques compensations qui peuvent prendre des formes diverses selon les pays.»

Dans cette optique, René Otayek estime que «le seul pays qui pourrait prendre le risque serait l’Afrique du Sud» (en orange sur la carte). D’une part du fait de son poids diplomatique et d’autre part «parce qu’elle a entretenue des relations plutôt bonnes avec Kadhafi. Pendant l’embargo sur les armes, elle a essayé de prendre des mesures favorables à la Libye pour le contourner».

Hors de l’Afrique, étant donné les mauvaises relations de Kadhafi avec les autres pays arabes, seule pour le moment les pistes du Vénézuela de Chavez (Etat qui a cependant signé le Statut de Rome) ou d'un autre pays d'Amérique latine semblent crédibles.

Encore, faudrait-il bien sûr que Kadhafi veuille bien partir. «J'ai dû mal à croire qu'un dirigeant en poste depuis plus de 40 ans puisse quitter le pouvoir comme ça, cela me semble peu probable. Je pense qu'il n'a aucune envie de finir comme Idris Ier», estime ainsi le chercheur Said Haddad. Le dernier roi de Libye avait été renversé par un jeune capitaine, Mouammar Kadhafi, en 1969. Il est mort des années plus tard en exil au Caire. Il n'a jamais été enterré dans son pays.

* Sur les 53 pays d'Afrique, 22 n'ont pas signé le Statut de Rome: Algérie, Angola, Cameroun, Cap-Vert, Côte-d’Ivoire, Egypte, Erythrée, Ethiopie, Guinée-Bissau, Guinée équatoriale, Libye, Maroc, Mauritanie, Mozambique, Rwanda, Sao Tomé-et-Principe, Somalie, Soudan, Swaziland, Togo, Tunisie, Zimbabwe.

Au total, 114 pays dans le monde sont signataires de la convention.
http://www.liberation.fr/monde/01012332433-quel-pays-pour-accueillir-kadhafi

UN PORC, UNE BALLE, JUSTICE SOCIALE!! http://www.asm-vizu. anarchie
avatar
spike

Messages : 3721
Date d'inscription : 19/05/2009

http://anarchietotale.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Libye

Message  spike le Jeu 21 Avr - 23:37


Libye: «L'envoi de conseillers est un signe que le conflit va durer plus longtemps que prévu»
INTERVIEW
Le chercheur Bastien Irondelle analyse la signification de l'envoi de conseillers militaires sur le terrain libyen et leur véritable utilité.

Recueilli par QUENTIN GIRARD

Londres, Paris et Rome ont annoncé l'envoi d'une quarantaine de conseillers militaires au sol qui doivent aider la rébellion libyenne à s'organiser sur le terrain. Bastien Irondelle, chargé de recherche à Sciences Po, spécialiste des questions de défense et de sécurité en Europe, décrypte ce que ces conseillers militaires peuvent vraiment faire.


Pourquoi la France et le Royaume-Uni envoient-ils des conseillers militaires en Libye ?

Il faut faire la distinction que font les Français et les Britanniques: ils ont envoyé des conseillers militaires pour encadrer et coopérer avec les insurgés, mais en aucun cas pour faire du pointage, c’est à dire indiquer pour les avions les positions des troupes ennemies au sol. Il y a un gros problème actuellement, c’est que l’armée de Kadhafi est de mieux en mieux organisée et camouflée. Un meilleur pointage permettrait d’éviter les bavures et les tirs fratricides, quand l’Otan bombarde par exemple par erreur un pick-up des rebelles. Officiellement, les forces françaises sont donc là juste pour conseiller. Officieusement, il y a en sans doute également sur le terrain.

Du coup, quel est leur rôle exact? Sont-ils vraiment utiles?

En théorie, ils peuvent agir sur deux points. Le premier est de former les insurgés à du nouveau matériel reçu entre autre, mais il faudrait pour cela plus d’instructeurs. En insistant sur l’encadrement et l’organisation des insurgés qui ont beaucoup de bonnes volontés mais qui ne savent pas se battre, ils peuvent grandement améliorer leur efficacité opérationnelle.

Le deuxième point est qu’il est possible d’améliorer également la coordination entre l’Otan et les rebelles. Pour savoir quelle position il faut prendre et quel point il faut bombarder par exemple. Il y a de nombreux avions de reconnaissance, ces officiers peuvent améliorer la transmission d’informations entre eux et les insurgés, qui sont complètement aveugles.

N’y-a-t-il pas un risque ainsi de sortir du cadre de la résolution de l’Onu?

Le ministre de la Défense Gérard Longuet a dit il y a quelques jours qu'on s’en éloignait. Depuis, les autorités semblent avoir rétro-pédalé et un peu minimisé. Mais il est clair que l’envoi de conseillers spéciaux est un doigt de plus dans le conflit. Un des problèmes est de savoir jusqu’à quel point ils participent aux opérations. On a connu des cas où les conseillers militaires étaient très proches des zones d’affrontements et où cela a pu faire polémique.

L’engagement français en Libye ressemble-t-il à des conflits précédents?

En Libye, nous sommes dans une situation un peu particulière. En Côte-d’Ivoire, il y avait des accords de coopération, des troupes françaises au sol de longue date, etc... Le parallèle le plus proche que l’on peut établir est avec les Américains au début de la guerre d’Afghanistan. L’idée était alors de s’appuyer au maximum sur des troupes aériennes, quelques forces spéciales et sur les troupes auxiliaires des insurgés au sol. La situation en Libye se rapproche de celle-là, par défaut. L’envoi de conseillers militaires est en tout cas un signe que les gouvernements considèrent que le conflit va durer plus longtemps que prévu.
http://www.liberation.fr/monde/01012333109-libye-l-envoi-de-conseillers-est-un-signe-que-le-conflit-va-durer-plus-longtemps-que-prevu
avatar
spike

Messages : 3721
Date d'inscription : 19/05/2009

http://anarchietotale.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Libye

Message  ivo le Ven 22 Avr - 10:28

Les Etats-Unis vont envoyer des drones armés au-dessus de la Libye
http://www.lemonde.fr/libye/article/2011/04/21/les-etats-unis-vont-envoyer-des-drones-armes-au-dessus-de-la-libye_1511198_1496980.html

Un drone américain, ici pris en photo à Kandahar, en Afghanistan, en 2010.REUTERS/POOL

Bien que Washington souhaite rester en retrait des actions militaires en Libye, les Etats-Unis vont utiliser des drones armés, a annoncé, jeudi 21 avril, le secrétaire à la défense états-unien Robert Gates. Il s'agit, selon lui, d'une "contribution modeste" aux efforts de la coalition internationale. Leur usage a été autorisé par le président américain Barack Obama.

Ces drones sont à la disposition de la coalition depuis début avril et ont déjà effectué des missions de renseignement, a expliqué un responsable états-unien. C'est à la demande de l'OTAN qu'ils vont dorénavant effectuer des frappes.

Deux drones Predator seront en permanence engagés dans le ciel libyen. Selon M. Gates, la décision d'utiliser ces appareils sans pilote armés de missiles a été prise en raison de "la situation humanitaire" en Libye et parce qu'ils apportent "une capacité" que d'autres types d'appareils ne pouvaient pas apporter, notamment pour éviter les victimes civiles.

"Ce qu'ils apporteront d'unique, c'est la capacité de voler plus bas et donc d'avoir une meilleure visibilité sur des cibles précises, maintenant [que les forces loyales au colonel Kadhafi] ont commencé à s'enterrer dans des positions défensives", a déclaré M. Gates. "Ils sont parfaitement adaptés à ces zones, des zones urbaines", a-t-il souligné. Les appareils peuvent notamment voler vingt-quatre heures sans interruption au-dessus de cibles potentielles.

PAS DE CHANGEMENT DANS LA NATURE DE LA MISSION AMÉRICAINE

Ce type de drones est utilisé massivement par les Américains au Pakistan pour tuer des insurgés talibans et des membres du réseau Al-Qaida. Les drones auraient dû être engagés dès aujourd'hui mais le mauvais temps en a décidé autrement, a précisé le vice-chef d'état-major interarmées états-unien, le général James Cartwright.

Robert Gates a tenu à souligner que cette annonce ne changeait pas la nature de la mission américaine au sein de la coalition. "Je ne pense pas" que la nature de la mission change, a insisté le ministre. Les Etats-Unis ont pris grand soin de se mettre en retrait des opérations militaires en Libye en convaincant leurs alliés de confier le commandement des opérations militaires à l'Alliance atlantique.

Ces drones "sont un moyen très limité" qui apportent "une capacité supplémentaire à l'OTAN", a souligné M. Gates, rappelant que le président Obama s'était dès le départ engagé à faire bénéficier la coalition des moyens militaires dont d'autres pays ne disposaient pas.
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Libye

Message  ivo le Sam 23 Avr - 11:48

Libye : nouvelles frappes de l’OTAN près du QG de Kadhafi
FRANCE INFO - 07:42
Des bruits d’explosion cette nuit dans Tripoli après un survol de la ville qualifié d’intensif par les journalistes présents. Les raids de la coalition semblent avoir eu pour cible le QG du colonel Kadhafi à Bab al Azizia, dans la banlieue sud de la capitale libyenne.
Les autorités libyennes ont organisé une visite sur place de la presse internationale. Ils ont pu voir des cratères, dans un terrain vague, entouré de murs et de miradors et gardée en permanence par l’armée. Ce serait un “parking” selon leurs guides. Au fond de ces cratères, une couche de béton armé transpercée par les bombes. A proximité, étaient entreposées une dizaine de caisses de munitions vides.


avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Libye

Message  spike le Dim 24 Avr - 18:45


Libye: les combats se poursuivent à Misrata
Les pro-Kadhafi présents dans la ville seraient désormais encerclés par les insurgés dans l’ancien hôpital public.

Les combats se poursuivaient dimanche à Misrata, ville rebelle libyenne assiégée depuis deux mois par les forces pro-Kadhafi, mais connaissaient une relative baisse d’intensité par rapport à la veille, avec six morts en milieu d’après-midi, selon des sources médicales. (Lire ici un reportage de notre envoyé spécial publié dans l'édition de samedi de Libération)

Samedi, les violences avaient fait au moins 28 morts et une centaine de blessés, «le plus lourd bilan en 65 jours» de siège, avait déclaré le docteur Khalid Abou Falra, de la clinique Hikma, le principal hôpital de cette grande ville côtière à 200 km à l’est de Tripoli.

Dimanche vers 15H00, six personnes avaient trouvé la mort et 34 avaient été blessées, selon le docteur Falra. Sur les 60 derniers jours, le bilan était en moyenne de 11 morts par jour.

Pendant la nuit, les explosions se sont succédé quasi sans interruption jusqu’à 02H30, notamment des rafales de roquettes Grad, des armes utilisées par les deux camps. Elles ont repris avec la même intensité à la mi-journée, selon des journalistes de l’AFP.

Selon un combattant rebelle, les roquettes des pro-Kadhafi sont tirées à partir d’une position située à Kalarim, à 25 km au sud de la ville. Il n’était pas possible de confirmer cette information de source indépendante.

Plusieurs rebelles ont aussi assuré que les pro-Kadhafi présents dans la ville étaient désormais encerclés dans l’ancien hôpital public, ce qu’ont confirmé deux soldats loyalistes blessés et capturés, un Libyen et un mercenaire mauritanien.

Ces derniers ont indiqué que le moral de leur camp était au plus bas, leurs lignes d’approvisionnement étant coupées et leurs officiers ayant fui.


Alors que la grande majorité des blessés de samedi présentaient des blessés par balles, ceux de dimanche ont essentiellement été blessés par des explosions de bombes et roquettes, dont le grondement se faisait entendre de manière quasi ininterrompue, et souffrent de plaies béantes et de membres gravement entaillés, voire arrachés.

La situation devient de plus en plus précaire dans la ville, où trouver de la nourriture, de l’eau et des médicaments est difficile. Dans certains bâtiments détruits de la rue Tripoli, où se trouvait le front jusqu’à vendredi, des cadavres, en majorité de soldats pro-Kadhafi, sont toujours prisonniers des décombres, ont rapporté des combattants rebelles.

La nette avancée de ces derniers, qui ont repris une grande partie de la ville mais butent sur une forte résistance des forces gouvernementales, a permis de libérer des habitants enfermés chez eux depuis parfois plusieurs dizaines de jours, à cause des tireurs embusqués loyalistes qui abattaient tous ceux qui tentaient de sortir.

«J’ai passé 50 jours bloqué par les snipers de Kadhafi dans ma maison avec ma famille!», a ainsi confié Mouftah Emeitiq, 45 ans, content d’en être sorti vivant.

Il abritait également chez lui une autre famille dont la maison avait été détruite, soit 15 personnes au total, selon lui. «Au début, on mangeait ce qui restait dans la maison. Puis ça s’est épuisé. Comme toutes les maisons de ma rue sont collées les unes aux autres, on a fait des trous dans les murs pour passer d’une maison à l’autre pour le ravitaillement», a-t-il expliqué.

La dernière maison de la rue était également dans le champ de tir des snipers. Chaque jour, un courageux volontaire se risquait sous les balles pour chercher à manger. «Six voisins en sont morts, abattus par les hommes de Kadhafi», a-t-il dit.

(Source AFP)
http://www.liberation.fr/monde/01012333575-libye-les-combats-se-pooursuivent-a-misrata
avatar
spike

Messages : 3721
Date d'inscription : 19/05/2009

http://anarchietotale.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Libye

Message  ivo le Lun 25 Avr - 9:44

Libye : nouvelles frappes contre le QG de Kadhafi, son bureau détruit
FRANCE INFO - 06:09
Selon des journalistes qui ont été conduits sur place quelques heures après l’attaque, les missiles de la coalition ont détruit cette nuit le bureau du colonel Kadhafi dans son immense résidence à Tripoli. Un responsable libyen affirme que 45 personnes ont été blessées, dont 15 grièvement, dans ce bombardement. Et il dénonce "une tentative d’assassinat du colonel Kadhafi". Mais il est impossible de savoir où se trouvait le leader libyen au moment de cette attaque.
Autre pièce partiellement détruite, la grande salle où s’étaient réunis il y a deux semaines les dirigeants africains venus discuter d’un plan de paix.

Cette résidence de Kadhafi avait déjà été prise pour cible par la coalition internationale. Depuis quelques jours, l’Otan semble avoir décidé d’intensifier ses frappes sur la capitale libyenne.

Cette nuit, de fortes explosions ont été ressenties dans plusieurs quartiers de Tripoli.
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Libye

Message  ivo le Lun 25 Avr - 20:05

Les rues de Misrata jonchées de corps après d'intenses combats
http://www.lepoint.fr/monde/les-rues-de-misrata-jonchees-de-corps-apres-d-intenses-combats-25-04-2011-1323138_24.php
Dernier centre important de l'Ouest encore aux mains des rebelles, Misrata est confrontée à une crise humanitaire qui s'aggrave.

Les rues de Misrata sont jonchées de cadavres. Ici, ceux de deux soldats des forces fidèles au colonel Kadhafi. © Christophe Simon / AFP

SOURCE REUTERS
Des cadavres épars jonchaient lundi les rues de Misrata, troisième ville de Libye où des médecins s'efforçaient de venir en aide aux blessés après des affrontements armés comptant parmi les plus sanglants d'un siège de deux mois, ont rapporté rebelles et habitants. À la suite d'une intense nuit de pilonnage, des habitants ont découvert en sortant des scènes de dévastation. Les soldats de Muammar Kadhafi avaient quitté la ville, couverts par un déluge d'obus et de roquettes. Selon des médecins, une vingtaine de personnes ont été tuées dans les combats de dimanche, et vingt-huit dans ceux de samedi. Un porte-parole des insurgés a parlé d'un bilan plus lourd encore.

Trois victimes aux corps calcinés étaient méconnaissables et un garçon de 10 ans avait été tué dans son sommeil, mais beaucoup d'obus se sont écrasés sur des terrains vagues, ont déclaré des habitants qui ont noté que les bombardements avaient cessé lorsque des avions de l'Otan étaient apparus dans le ciel. "Il y a des corps de soldats de Kadhafi partout dans les rues et dans les immeubles. Nous ne pouvons pas dire combien. Certains sont là depuis plusieurs jours", a dit par téléphone Mohammed Ibrahim, un habitant qui a perdu un cousin ce week-end.

"Indescriptible"

À la fin de la semaine dernière, les forces kadhafistes avaient annoncé qu'elles se retiraient de Misrata et y seraient remplacées par des éléments tribaux. Les rebelles avaient crié victoire prématurément samedi. En quelques heures, Misrata a connu les pires affrontements d'un siège où ont péri des centaines de civils et qui a fait de la ville un symbole de la résistance au Guide libyen.

Misrata est le dernier centre important de l'Ouest encore aux mains des rebelles. S'ils en étaient chassés, il s'agirait pour eux d'un sérieux revers. Des habitants ont dit que les kadhafistes avaient été évincés de la rue de Tripoli, centre des combats récents, et repoussés vers la périphérie de Misrata d'où ils tirent des obus quand les avions de l'Otan ne survolent pas les lieux. Mais beaucoup ne sont pas sûrs que l'armée se soit vraiment retirée.

À l'hôpital de Misrata, des médecins peinaient sous le nombre des blessés. Un porte-parole des rebelles, Sami, a dit que la situation s'aggravait rapidement. "C'est indescriptible. L'hôpital est très petit et rempli de blessés dont la plupart sont dans un état critique", a-t-il dit par téléphone. "La quantité de nourriture disponible en ville diminue aussi. L'état de la ville se détériore, car elle est assiégée depuis environ deux mois."
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Libye

Message  spike le Sam 30 Avr - 11:05



Kadhafi répète qu'il ne partira pas et appelle Paris et Washington à négocier

Mouammar Kadhafi a répété qu’il ne renoncerait pas au pouvoir et appelé Paris et Washington à négocier avec lui une sortie de crise, alors que Tripoli a menacé d’attaquer tout navire entrant dans le port de Misrata assiégé depuis deux mois, invitant les rebelles à se rendre.

L’Otan «doit abandonner tout espoir d’un départ de Mouammar Kadhafi. Je n’ai pas de fonction officielle pour y renoncer. Je ne quitterai pas mon pays et je m’y battrai jusqu’à la mort», a déclaré le dirigeant libyen dans une allocution dans la nuit de vendredi à samedi. Selon la télévision d’Etat, elle était retransmise en direct.

Les rebelles libyens, les Etats-Unis et l’Union européenne réclament le départ du colonel Kadhafi, au pouvoir depuis 1970, mais celui-ci a répété que son peuple l’«aime», affirmant qu’il était pour eux «plus sacré que l’empereur du Japon ne l’était pour son peuple».

Il s’exprimait lors d’une cérémonie marquant le centenaire d’une bataille contre les forces d’occupation italiennes en Libye.

«Nous sommes prêts à négocier avec la France et les Etats-Unis mais sans condition», a encore dit le dirigeant libyen dans sa première apparition publique depuis le 9 avril. «Nous ne nous rendrons pas mais je vous appelle à négocier. Si vous voulez le pétrole, nous passerons des contrats avec vos compagnies, ce n’est pas la peine de mener une guerre».

La France et les Etats-Unis, avec la Grande-Bretagne, avaient mené les premières opérations militaires en Libye lancées le 19 mars en vertu d’une résolution de l’ONU. Le commandement des opérations est passé à l’Otan fin mars.

«Nous pouvons régler nos problèmes entre Libyens sans nous battre, retirez vos flottes et vos avions», a lancé le leader libyen à l’adresse de l’Otan.

Sur le terrain, à Misrata, de violents combats ont eu lieu vendredi autour de l’aéroport, situé à deux kilomètres au sud-ouest de la troisième ville de Libye (200 km à l’est de la capitale), selon des journalistes de l’AFP.

Les combats avaient fait 18 morts et 83 blessés à 19H00 GMT, selon des sources médicales.

Des rebelles ont annoncé que les forces gouvernementales avaient lancé une contre-attaque, appuyée par quatre chars, sur la zone d’Al-Ghiran, près de l’aéroport. «Nous les avons arrêtés à l’extrême limite, pour le moment», a déclaré à l’AFP Ibrahim Ahmed Bouchagha, combattant rebelle.

Un porte-parole du gouvernement a fait savoir vendredi que le ministère de la Justice appelait «tous les groupes armés à Misrata à déposer les armes en échange d’une amnistie», précisant que l’offre tient jusqu’au 3 mai.

Il a également confirmé la menace de frapper les navires entrant dans le port, comme l’avait annoncé un peu plus tôt la télévision libyenne.

Tout bateau «tentant d’entrer au port (…) sera frappé avec force», a indiqué la télévision, affirmant que l’armée avait «mis hors service» le port, seule voie de ravitaillement, et que l’acheminement des aides devrait désormais se faire «par les voies terrestres» sous la supervision de l’armée.

Des navires de l’Otan ont par ailleurs neutralisé des mines marines posées par les forces loyalistes dans le port de Misrata, selon le général britannique Rob Weighill.

Dans un communiqué, l’Otan «a prévenu les autorités portuaires de Misrata, qui ont temporairement fermé l’installation portuaire», entraînant l’annulation des déplacements de deux bateaux d’aide humanitaire.

«Les forces de l’Otan sont maintenant activement lancées dans la neutralisation de la menace que représentent les mines, afin d’assurer que la circulation de l’aide continue», a déclaré l’amiral italien Rinaldo Veri, cité dans le communiqué.

«L’Otan exhorte les compagnies maritimes civiles à continuer à coordonner» leurs mouvements avec l’Alliance atlantique afin de permettre «le transit sûr des bateaux dans la région».

Selon le Croissant-Rouge, les violences à Misrata ont fait environ 1.500 morts, habitants et rebelles, en deux mois. Selon le procureur local, les pro-Kadhafi ont aussi enlevé plus de 500 habitants.

Plus à l’ouest, les insurgés tenaient toujours vendredi le poste-frontière tuniso-libyen de Dehiba, reconquis la veille.

Selon le Haut commissariat de l’ONU pour les réfugiés, l’escalade des violences dans l’ouest du pays a interrompu les flux de réfugiés partant vers le sud de la Tunisie. Pour la seule journée de mercredi, 3.100 personnes avaient fui via Dehiba.

Selon un correspondant de l’AFP, des habitants et des rebelles ont rapporté des frappes aériennes dans des zones où sont positionnées les troupes de Kadhafi.

(Source AFP)
http://www.liberation.fr/monde/01012334687-kadhafi-repete-qu-il-ne-partira-pas-et-appelle-paris-et-washington-a-negocier
avatar
spike

Messages : 3721
Date d'inscription : 19/05/2009

http://anarchietotale.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Libye

Message  ivo le Dim 1 Mai - 9:23

Un fils et trois petits-enfants de Kadhafi tués dans un raid de l’Otan selon un porte-parole libyen
FRANCE INFO - 05:42
Selon un porte-parole du gouvernement libyen, Mouammar Kadhafi a survécu cette nuit à un raid de l’Otan. Mais son plus jeune fils, Saïf al Arab, et trois de ses petits-enfants sont morts. Des responsables libyens ont conduit des journalistes jusqu’à la maison visée, qui a été touchée par au moins trois missiles. L’Otan ne confirme pas la mort du fils et de petits enfants du leader libyen.
Libye : la mort annoncée d’un fils de Kadhafi dans un bombardement de l’Otan, le récit de David Thomson, RFI-France 24 (0'49")

Depuis Bruxelles, l’Otan confirme des frappes dans ce secteur de Tripoli, mais pas la mort du fils Kadhafi : “L’Otan a poursuivi ses frappes de précision contre les installations militaires du régime Kadhafi à Tripoli cette nuit, y compris des frappes sur un bâtiment de commandement et de contrôle connu dans le secteur de Bab al-Aziziya, peu après 18H00 GMT samedi soir... Nous regrettons toute perte de vie, particulièrement celle de civils innocents” affirme dans un communiqué le général Charles Bouchard, commandant en chef de l’opération.

Retour sur la position de l’Otan depuis Bruxelles avec Pierre Benazet (0'49")

Tirs de joie dans Benghazi

L’annonce de la mort d’un des fils de Kadhafi a été fêtée cette nuit à Benghazi, le fief de l’insurrection libyenne. “Ils sont tellement contents que Kadhafi ait perdu son fils dans un raid aérien qu’ils tirent pour célébrer” sa mort, a déclaré le porte-parole militaire du Conseil national de transition le colonel Ahmed Omar Bani.
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Libye

Message  ivo le Lun 2 Mai - 9:33

Les kadhafistes poursuivent leurs attaques dans l'Ouest libyen
http://www.lepoint.fr/fil-info-reuters/les-kadhafistes-poursuivent-leurs-attaques-dans-l-ouest-libyen-02-05-2011-1325424_240.php
TRIPOLI (Reuters) - Les attaques des forces libyennes contre la rébellion ont redoublé d'intensité dimanche dans l'ouest de la Libye au lendemain de la mort présumée d'un fils de Mouammar Kadhafi.

L'annonce du décès de Saïf al Arab, 29 ans, et de trois petits-enfants du colonel libyen dans un raid de l'Otan a déclenché la fureur des partisans du "Guide" qui ont vandalisé et incendié les ambassades d'Italie et du Royaume-Uni à Tripoli.

Les obsèques du fils de Mouammar Kadhafi sont prévues ce lundi. Le dirigeant libyen, qui se trouvait dans le bâtiment attaqué par l'aviation de l'Otan samedi soir mais s'en est sorti indemne d'après le gouvernement, ne s'est pas montré depuis mais il pourrait apparaître en public à cette occasion.

Le vice-ministre libyen des Affaires étrangères, Khaled Kaim, a déclaré que le raid de samedi constituait la quatrième tentative d'assassinat de Mouammar Kadhafi.

Déjà accusée à plusieurs reprises d'outrepasser son mandat de protection des populations civiles, l'Otan, qui commande depuis fin mars les opérations militaires en Libye, a démenti avoir visé le dirigeant ou sa famille.

L'Alliance assure avoir frappé un centre de commandement des forces libyennes, une version rejetée par Khaled Kaim.

Le vice-ministre a également démenti avoir monté un coup de propagande et inventé ces décès.

Un chirurgien français, Gérard Le Clouerec, qui ne travaille pas pour le gouvernement libyen, a été prié d'identifier les corps de Saïf al Arab et de deux enfants. Il a déclaré que les trois corps avaient été victimes d'une explosion.

Il a ajouté que les visages des deux enfants étaient défigurés et difficiles à identifier.

Le Clouerec a également dit avoir vu le corps d'un jeune adulte d'une trentaine d'années, portant une barbe et une fine moustache, dont le visage ressemble à une photographie de Saïf al Arab qui lui a été présentée.

LES RÉFUGIÉS AFFLUENT EN TUNISIE

Les forces kadhafistes ont tiré dimanche des roquettes sur la zone portuaire de Misrata alors même qu'un navire d'aide cherchait à décharger sa cargaison, a annoncé un porte-parole des insurgés.

Deux autres navires acheminant des cargaisons vers la ville ont été contraints de rebrousser chemin pour attendre au large, en raison des bombardements, a-t-il ajouté.

"Le pilonnage du port a un effet désastreux pour nous car il bloque toute l'aide humanitaire que nous recevons", a déclaré ce porte-parole, Ahmed Hassan.

La télévision d'Etat libyenne a indiqué que les kadhafistes avaient pilonné la zone portuaire pour empêcher une livraison d'armes aux "bandes criminelles armées" - allusion aux insurgés.

Les rebelles disent avoir chassé ces derniers jours les forces loyalistes du centre de la troisième ville de Libye, située à 220 km à l'est de Tripoli, et s'efforcer désormais de prendre le contrôle de l'aéroport.

A l'est, la ligne de front ne bouge plus depuis une semaine autour de la ville d'Ajdabiah, où les troupes gouvernementales ont renforcé leurs positions.

A l'ouest, les forces gouvernementales s'emploient à déloger les rebelles du djebel Nafoussa, au sud-ouest de la capitale.

Des obus se sont abattus sur le territoire tunisien en marge de nouveaux combats près du poste-frontière de Dehiba, où les forces libyennes ont mené une incursion vendredi qui a provoqué la colère de Tunis.

Les réfugiés ont afflué en Tunisie dimanche.

"Je n'aurais jamais pensé que je devrais quitter un jour ma maison mais aujourd'hui, à l'âge de 80 ans, j'ai été obligé de fuir avec ma famille, sans rien et sans savoir où je vais demeurer en Tunisie", a déclaré un réfugié venant de la ville de Zentane, tenue par les insurgés.

L'ONU ÉVACUE SON PERSONNEL INTERNATIONAL

La Grande-Bretagne a expulsé l'ambassadeur de Libye à Londres en réaction à l'attaque contre sa mission, qui avait été évacuée de son personnel il y a plusieurs semaines, comme celle de l'Italie, également visée par une foule de manifestants.

Khaled Kaim, le vice-ministre libyen des Affaires étrangères, a parlé d'une "action regrettable".

"Ces actes se sont produits après 3h30 du matin. C'est pourquoi nos forces de police ont été débordées par le nombre des manifestants", a-t-il dit.

Les Nations unies ont retiré leurs 12 représentants étrangers arrivés en mission le mois dernier à Tripoli en raison de la situation dans la capitale.

"Une foule a pénétré dans les locaux de l'Onu et s'est emparée de plusieurs véhicules. Tous les personnels de l'Onu sont sains et saufs", a déclaré Martin Nesirky, porte-parole des Nations unies à New York. "La décision de quitter le pays a été prise eu égard à la situation à Tripoli en matière de sécurité."

Ces employés continueront à s'occuper de la situation en Libye de la Tunisie voisine.
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Libye

Message  ivo le Mar 3 Mai - 9:59

Nouvel assaut des forces pro-Kadhafi contre Misrata
http://www.lefigaro.fr/international/2011/05/02/01003-20110502ARTFIG00725-nouvel-assaut-des-forces-pro-kadhafi-contre-misrata.php
Des chars venus de l'Ouest tentaient lundi d'investir la ville tandis que le port était soumis à d'intenses bombardements.

Les forces pro-Kadhafi ont lancé lundi une offensive d'ampleur sur Misrata, cité rebelle assiégée depuis deux mois. Des chars arrivés par les faubourgs ouest de la ville, notamment al-Ghiran, tentaient d'investir la ville. Les rebelles ont assuré avoir arrêté leur progression sans qu'il soit possible de vérifier l'information de source indépendante. Ces derniers jours, les combats se concentraient essentiellement dans cette zone située près de l'aéroport. Vendredi, le régime libyen avait offert une amnistie aux rebelles s'ils déposaient les armes, précisant que l'offre était valable jusqu'à aujourd'hui.

Depuis dimanche, le port, essentiel pour l'approvisionnement en armes et en aide humanitaire de Misrata, dont tous les accès terrestres sont coupés, subit un intense bombardement de l'armée. Des bateaux humanitaires, notamment un navire de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) qui a jeté l'ancre au large de Misrata depuis samedi, attendent toujours le feu vert de l'Otan pour accoster. Des mines ont été mouillées par les forces loyalistes dans les eaux au large du port et paralysent le trafic.

À Tripoli, l'Otan a poursuivi ses frappes dans la nuit de dimanche à lundi en dépit des accusations lancées par le régime libyen, qui accuse la coalition d'avoir tenté d'assassiner Mouammar Kadhafi lors d'un bombardement aérien qui a tué un de ses fils. Seïf al-Arab Mouammar Kadhafi, 29 ans, un des six fils du colonel Kadhafi, et trois des petits-enfants de ce dernier, Seïf (2 ans), Carthage (2 ans) et Mastoura (4 mois), ainsi que des amis et voisins, tués par un raid sur la maison de Seïf al-Arab, devaient être été enterrés lundi dans le cimetière des Martyrs d'al-Hani à Tripoli. Quelques heures après ces frappes, les ambassades d'Italie et de Grande-Bretagne à Tripoli ont été la cible d'attaques par des manifestants. Londres a décidé d'expulser l'ambassadeur de Libye à la suite de ces incidents. Le vice-ministre libyen des Affaires étrangères, Khaled Kaïm, a affirmé que la police avait été débordée par la foule, qualifiant ces agressions d'«incident regrettable » et assurant que la Libye prendrait à sa charge les réparations.

Pour des raisons de sécurité, la Turquie a temporairement évacué son ambassade. Les Nations unies ont également décidé de retirer l'ensemble de leur personnel de Tripoli.

Dans l'Ouest libyen, à la frontière avec la Tunisie, l'armée tunisienne déployée dans le secteur de Dehiba a évacué trois positions après l'explosion d'obus tirés depuis la Libye et tombés en territoire tunisien. Au poste frontière de Dehiba, le flot de réfugiés libyens ne tarissait pas dimanche matin, avec le chiffre record de 4970 personnes enregistrées pour la seule journée de samedi.
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Libye

Message  ivo le Mer 4 Mai - 9:57

L'inquiétude monte à Misrata après la fin de l'ultimatum
http://www.lefigaro.fr/international/2011/05/04/01003-20110504ARTFIG00337-l-inquietude-monte-a-misrata-apres-la-fin-de-l-ultimatum.php
Le régime avait donné aux rebelles de la ville jusqu'à minuit mardi soir pour se rendre en échange d'une amnistie. La situation humanitaire de la ville est de plus en plus précaire.

• Fin de l'ultimatum à Misrata
Les habitants de Misrata se réveillent inquiets mercredi. L'ultimatum que leur a fixé vendredi le régime libyen est venu à expiration à minuit, sans avoir été satisfait. Les forces de Mouammar Kadhafi avaient proposé aux rebelles de la ville de se rendre en échange d'une amnistie. Les rebelles avaient immédiatemment rejeté cette proposition, leur commandant en chef Ibrahim Bet-Almal affirmant: «Nous ne nous rendrons pas. Nous vaincrons ou nous mourrons».

La journée de mardi a été assez calme mardi, alors que la ville avait subi un assaut des forces de Kadhafi lundi. Pour la première fois depuis longtemps, aucun obus ni roquette ne sont tombés sur la troisième ville du pays, à 200 km à l'est de Tripoli. Ce calme est sans doute lié aux destructions infligées lundi par l'Otan, qui a annoncé avoir détruit autour de Misrata 12 stocks de munitions et trois engins d'artillerie autopropulsés des pro-Kadhafi. Mais les combats au sol se poursuivent, et se concentrent dans les faubourgs proches de l'aéroport de la ville.

• Les livraisons humanitaires bloquées
Alors que Misrata est toujours assiégée par les forces de Mouammar Kadhafi, les livraisons humanitaires sont entravées par les tirs d'artilleries et une mine placée près de l'entrée du port, seule porte d'accès pour approvisionner le demi-million d'habitants de la ville. «La situation à Misrata, soumise à des bombardements intenses, reste critique», a indiqué le vice-amiral Rinaldo Veri, au nom de l'Otan.

Quatre embarcations relevant des forces de Mouammar Kadhafi ont largué trois mines au large de Misrata vendredi dans le but de couper la ville de toute aide humanitaire. Deux de ces mines ont été détruites samedi par l'Otan. Mais la troisième, partie à la dérive, n'avait toujours pas été repérée mardi après-midi, malgré l'arrivée dans la zone de chasseurs de mines de l'Otan.

Par conséquent, les bateaux humanitaires n'ont pas encore reçu l'autorisation d'accoster à Misrata, au grand dam des organisations de secours. L'arrivée du bateau Red Star, qui attend au large de Misrata depuis samedi, «est particulièrement importante en raison des nombreux civils blessés, dont certains sont en soins intensifs», a précisé Rinaldo Veri, ajoutant que deux personnes étaient décédées en attendant d'être évacuées. Selon le Bureau de coordination des Affaires humanitaires de l'ONU (Ocha), plusieurs centaines de patients ont besoin d'être évacués pour recevoir d'urgence des soins médicaux. La ville commencerait à manquer cruellement de médecins, d'infirmières et de matériel médical.

• Des milliers de réfugiés fuient le pays
Les affrontements entre rebelles et forces gouvernementales contraignent des milliers de Libyens à fuir le pays, soit en passant la frontière tunisienne, ou en cherchant à gagner l'Europe.

«Au cours du week-end écoulé, plus de 8.000 personnes, des berbères pour la plupart, sont arrivés à Dehiba dans le sud de la Tunisie. La plupart étaient des femmes et des enfants», a déclaré mardi un porte-parole du Haut commissariat de l'ONU pour les réfugiés. Une violente tempête de sable a balayé la région, et a détruit des centaines de tentes abritant des réfugiés.

«La plupart des réfugiés libyens quittent la Libye par groupes tribaux. Beaucoup choisissent de rester dans les camps pendant quelques jours avant d'être accueillis par des familles tunisiennes», a-t-il ajouté. Cependant, davantage de réfugiés choisissent de tenter leur chance par bateau vers l'Italie, après dix jours de pause dus au mauvais temps.

• Attentat à Benghazi
Une voiture piégée a explosé mardi soir près du siège du Conseil national de transition (CNT) à Benghazi, fief des rebelles. L'attentat a fait deux blessés légers. C'est la première fois qu'un attentat se produit dans la ville depuis le début de l'insurrection libyenne mi-février.

Des centaines d'hommes ont afflué sur les lieux, certains accusant les forces loyales au dirigeant libyen Mouammar Kadhafi d'être derrière l'attaque. «Je veux dire à Kadhafi qu'il pense nous faire peur et utiliser le terrorisme pour étouffer la révolution, mais nous espérons qu'il y aura désormais encore plus de soutien et de fonds pour la révolution du 17 février», a déclaré un habitant de la ville.
• Fortes explosions à Tripoli
Trois fortes explosions ont été ressenties mercredi matin à Tripoli, alors que la capitale était survolée par des avions. D'après un témoin, on peut voir de la fumée s'élever dans l'est de la capitale. On ignore encore la cible de ces bombes.

(avec agences)
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Libye

Message  ivo le Mer 4 Mai - 18:09

Bombardement à Misrata lors d'une évacuation, cinq morts
http://www.lexpress.fr/actualites/2/monde/bombardement-a-misrata-lors-d-une-evacuation-cinq-morts_989283.html
Malgré des tirs d'artillerie des troupes kadhafistes qui ont fait cinq morts, un navire d'aide humanitaire a appareillé mercredi du port de Misrata, dans l'ouest de la Libye, avec à son bord 800 travailleurs immigrés.
Des journalistes et des Libyens blessés ont également pu embarquer sur le Red Star One, à destination de Benghazi, mais d'autres personnes désireuses de partir ont été contraintes de rester sur le quai, dit l'organisation internationale pour les migrations (OIM) qui a affrété le navire.
"Des centaines de civils libyens ont tenté désespérément d'embarquer pour s'enfuir de Misrata. Mais, à cause d'une capacité limitée, la passerelle du bateau a dû être remontée pour permettre au navire de quitter le port en sécurité", dit l'organisation dans un communiqué.
Auparavant, l'embarquement s'était déroulé sous les tirs d'artillerie des troupes loyales à Mouammar Kadhafi.
"Les bombardements ont fait de nombreuses victimes parmi les Libyens et les gens d'autres nationalités qui attendaient d'être évacués", a dit à Reuters un porte-parole des rebelles, Gemal Salem. "Jusqu'à présent, il y a cinq personnes tuées".
Les travailleurs immigrés évacués travaillaient surtout dans le bâtiment et l'industrie pétrolière et sont originaires de pays d'Afrique, Niger, Ghana, Tchad, Nigeria, Soudan, Mali, Egypte et du Bangladesh.
Au total, depuis le début de la guerre civile, environ 12.000 personnes ont été évacuées de Misrata en une douzaine de rotations maritimes ont permis l'acheminement de 3.000 tonnes d'aide, a dit un porte-parole de l'Onu.
Les tirs d'artillerie de l'armée régulière libyenne ont également touché le quartier Qasr Ahmad, zone à la fois résidentielle et industrielle, où se trouvent des usines métallurgiques.
Mardi soir, une quarantaine de missiles Grad ont été tirés par les kadhafistes sur la ville de Zentane, dans le djebel Nafoussa, au sud-ouest de Tripoli, disent les insurgés. A Tripoli, deux fortes explosions ont été entendues.
Le Haut Commissariat de l'Onu pour les réfugiés (HCR) a indiqué mardi que les combats entre rebelles et forces loyales à Mouammar Kadhafi avaient contraint des milliers de Libyens à fuir l'ouest du pays pour se réfugier à la frontière tunisienne ou chercher à gagner l'Europe par bateau.
"Au cours du week-end écoulé, plus de 8.000 personnes, des berbères pour la plupart, sont arrivées à Dehiba dans le sud de la Tunisie. La plupart étaient des femmes et des enfants", a déclaré Adrian Edwards, porte-parole de l'agence de l'Onu, lors d'un point de presse à Genève.
Le poste frontalier tuniso-libyen de Dehiba a changé de mains plusieurs fois au cours de la semaine écoulée et les combats ont débordé plusieurs fois en territoire tunisien.
Mouammar Kadhafi, au pouvoir depuis 1969, n'est plus apparu en public depuis une attaque de l'Otan au missile samedi sur une maison de Tripoli dans laquelle son plus jeune fils et trois de ses petits-enfants ont été tués.
Selon les autorités libyennes et selon Leon Panetta, directeur de la CIA, le dirigeant libyen est toujours vivant.
A Bruxelles, le secrétaire général de l'Otan, Anders Fogh Rasmussen, a estimé que sur le plan militaire les forces pro-Kadhafi s'affaiblissaient.
"Chaque semaine, chaque jour, nous faisons de nouveaux progrès et nous touchons des cibles importantes. Mais je ne suis pas en mesure de savoir à quel point nous avons touché les capacités militaires de Mouammar Kadhafi, mais ce qui est sûr, c'est qu'elles sont plus faibles qu'au moment où nous avons lancé nos opérations", il y a un mois et demi, a-t-il indiqué.
Jeudi, le groupe de contact sur la Libye tiendra une réunion à Rome, avec comme dossier prioritaire la question du financement de la rébellion.
Car si sur le front occidental la principale préoccupation des rebelles à Misrata ou à Zentane est de résister aux attaques des pro-Kadhafi, les insurgés à l'Est tentent, eux, de recevoir des fonds afin de reconstruire les infrastructures et remettre sur pied le secteur administratif.
Par Reuters
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Libye

Message  ivo le Jeu 5 Mai - 19:14

Libye: du délicat financement de la rébellion
De The Associated Press – Il y a 28 minutes
ROME — Le Groupe de contact sur la Libye s'est réuni jeudi à Rome pour trouver les moyens de financer la rébellion libyenne, qui évalue ses besoins pour les prochains mois à 3 milliards de dollars (2 milliards d'euros) pour payer les soldes des insurgés, la nourriture, les médicaments et d'autres fournitures de base. (pas d'armes bien sur ^^)
Pour l'aide humanitaire aux civils libyens, les pays participants ont promis 250 millions de dollars (170 millions d'euros), selon le ministre italien des Affaires étrangères Franco Frattini. Mais le financement de l'insurrection est une affaire plus délicate.
Les 22 pays et cinq organisations internationales, dont l'OTAN et la Ligue arabe, engagés dans l'opération militaire contre le colonel Moammar Kadhafi en ont discuté à Rome en présence du chef du Conseil national de transition (CNT) libyen Moustapha Abdeljalil.
Washington s'intéresse aux avoirs libyens gelés sur son sol, qui se chiffrent à plus de 30 milliards de dollars (20 milliards d'euros). L'administration Obama aimerait "puiser une partie de ces avoirs détenus par Kadhafi et le gouvernement libyen aux Etats-Unis pour les mettre à la disposition de l'aide au peuple libyen", a expliqué jeudi la secrétaire d'Etat Hillary Clinton.
Les Etats-Unis ont promis pour 53 millions de dollars (36 millions d'euros) d'aide humanitaire. Ils ont aussi autorisé jusqu'à 25 millions de dollars (17 millions d'euros) d'assistance aux rebelles en équipement "non-létal": fournitures médicales, tentes, rations, bottes et vêtements pare-balles. Une première cargaison devrait arriver ces prochains jours à Benghazi, bastion des rebelles.
La Grande-Bretagne a déjà déboursé 13 millions de livres (15 millions d'euros) d'aide humanitaire et d'équipement "non-létal", à savoir des armures et des téléphones satellitaires.
Le Groupe de contact a convenu jeudi de créer un fonds international auquel le CNT pourrait avoir accès afin de fournir des services de base aux Libyens. Ce sera "un fonds international où les pays pourront verser leur contribution de façon transparente", a expliqué le ministre britannique des Affaires étrangères William Hague.
Son homologue français Alain Juppé a estimé que le fonds devrait être "opérationnel (...) dans les prochaines semaines" et précisé que "la France va examiner sa propre participation".
Le ministre s'est félicité de l'"accord unanime du Groupe de contact sur la nécessité de poursuivre toutes les formes de pression contre le régime Kadhafi".
Pour ce faire, "il faut intensifier les frappes, mieux cibler les objectifs militaires que nous voulons atteindre pour affaiblir le régime, qui continue à utiliser la force contre la population de Misrata ou contre d'autres villes encore en Libye", a-t-il dit, suggérant aussi "la suspension des émissions de radio et de télévision ou les sanctions financières". Face au colonel Kadhafi, le CNT "est l'interlocuteur capable d'exprimer les aspirations du peuple libyen", a-t-il estimé.
La cheffe de la diplomatie américaine Hillary Clinton a estimé jeudi que chasser le colonel Kadhafi du pouvoir était la meilleure façon de protéger les civils.
"Nous avons dit les choses clairement: la meilleure façon de protéger les civils est que Kadhafi cesse ses attaques brutales et impitoyables contre les civils d'Est en Ouest, qu'il se retire des villes qu'il assiège et attaque, et qu'il quitte le pouvoir", a-t-elle déclaré avant la réunion du Groupe de contact.
A l'ouverture de la conférence, Franco Frattini a appelé à la reconnaissance diplomatique du conseil intérimaire libyen, ce qui "aidera à renforcer nos partenaires de Benghazi et accentuera l'isolement du régime Kadhafi". AP
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Libye

Message  ivo le Ven 6 Mai - 9:33

Tripoli critique le plan d'aide financière
http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2011/05/06/97002-20110506FILWWW00274-tripoli-critique-le-plan-d-aide-financiere.php
Le fonds spécial pour aider les rebelles libyens, dont la création a été décidée par le groupe de contact sur la Libye jeudi à Rome et qui prévoit l'utilisation des fonds gelés du colonel Kadhafi et de ses proches, est "comme de la piraterie en haute mer", a déclaré vendredi le vice-ministre libyen des Affaires étrangères Khaled Kaïm.

"La Libye est toujours, selon le droit international, un Etat souverain et toute utilisation des fonds gelés est comme de la piraterie en haut mer", a affirmé M. Kaïm lors d'une conférence de presse à Tripoli.

Le groupe de contact sur la Libye, réuni à Rome jeudi, s'est mis d'accord sur la création d'un nouveau fonds spécial, sous supervision internationale, pour aider les rebelles et financé dans un premier temps "par des dons ou des prêts", a indiqué le chef de la diplomatie française Alain Juppé.

Les participants se sont penchés aussi sur l'utilisation ultérieure des fonds gelés du colonel Kadhafi et de ses proches, estimés à 60 milliards de dollars dans le monde, dont plus de la moitié aux Etats-Unis.

M. Kaïm a rejeté le groupe de contact dans son ensemble, affirmant: "ce groupe est ambigu, un corps étrange, et nous ne le considérons pas comme une entité".
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Libye

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 5 sur 10 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum