Derniers sujets
» flicage total du net
par ivo Aujourd'hui à 9:05

» ... 14/18 ...
par ivo Aujourd'hui à 9:00

» la phrase du jour
par ivo Aujourd'hui à 8:29

» afrique du sud
par ivo Aujourd'hui à 8:08

» Today's joke
par ivo Aujourd'hui à 8:03

» les photos d'actus - l'info en résumé
par ivo Aujourd'hui à 7:54

» retraites
par ivo Hier à 7:58

» armement><désarmement
par ivo Dim 17 Sep - 8:09

» Necronomacron
par ivo Sam 16 Sep - 9:25

» pesticides / fongicides
par ivo Sam 16 Sep - 9:16

» immigration ...
par ivo Sam 16 Sep - 8:41

» homophobie dans le monde ...
par ivo Sam 16 Sep - 8:23

» Infos insolites.
par ivo Ven 15 Sep - 9:27

» pape, cathos, vatican et autres ....
par ivo Ven 15 Sep - 9:00

» Etats-Unis
par ivo Ven 15 Sep - 8:55

» No Futur - l'espace au 21° siecle
par ivo Ven 15 Sep - 8:38

» les "joies" du sport ...
par ivo Ven 15 Sep - 8:26

» vite, je vais vomir ...
par ivo Jeu 14 Sep - 9:06

» médias ? quels médias ??
par ivo Jeu 14 Sep - 7:34

» état d'urgence et autres restrictions....
par ivo Jeu 14 Sep - 7:29

» macronie
par ivo Mer 13 Sep - 9:28

» droites extremes
par ivo Mer 13 Sep - 9:12

» internet , technologie, ...
par ivo Mer 13 Sep - 8:43

» [Deutschland- Österreich] Allgemeine Informationen. [Allemagne- Autriche] Informations générales.
par ivo Mer 13 Sep - 8:10

» Yemen
par ivo Mer 13 Sep - 7:54

» Birmanie
par ivo Mer 13 Sep - 7:53

» egypte
par ivo Mar 12 Sep - 9:28

» Philippines
par ivo Mar 12 Sep - 9:07

» pologne
par ivo Mar 12 Sep - 8:55

» Nazisme.
par ivo Mar 12 Sep - 8:24

» les fous de dieu
par ivo Lun 11 Sep - 8:53

» Réflexion sur le sexisme
par ivo Lun 11 Sep - 8:37

» No Futur - la terre au 21° siecle
par ivo Lun 11 Sep - 7:52

» la police s'étonne qu'on ne l'aime pas
par niouze Sam 19 Aoû - 19:33

» Black Blocs
par ivo Lun 10 Juil - 13:45

» Syrie
par ivo Lun 10 Juil - 13:41

» ... G20 ...
par ivo Lun 10 Juil - 8:15

» turquie information
par ivo Lun 10 Juil - 8:07

» burundi
par ivo Dim 9 Juil - 9:17

» U.E.
par ivo Dim 9 Juil - 8:58

» Réflexion sur la peine de mort
par ivo Dim 9 Juil - 8:46

» esclavage
par ivo Dim 9 Juil - 8:44

» Corée du nord
par ivo Dim 9 Juil - 8:36

Libye

Page 2 sur 10 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Libye

Message  niouze le Mer 23 Fév - 0:52

sa sent surtout le chien aux abois (désoler pour nos amis les chiens)

a lire de bas en haut
Le colonel Kadhafi a prononcé un discours télévisé délirant. Au bord de la guerre civile, la Libye ne compte plus ses morts.

Capture d'écran d'Al-Jazeera sur le discours de Kadhafi.



Alors que la partie orientale de la Libye – près de la moitié du pays – est désormais contrôlée par les insurgés, la crainte d'une partition du pays se concrétise.

Diplomates, militaires, ministres (le dernier en date étant celui de l'Intérieur) quittent le navire, mais de multiples témoignages font état de tirs mortels contre des civils et bombardements, de la part de troupes paramilitaires renforcées par des mercenaires.

Dans la ville de Al Bayda un habitant a raconté par téléphone à Reuters que 26 personnes, dont son beau-frère, avaient été tuées dans la nuit. Selon Human Rights Watch, 62 personnes seraient mortes entre dimanche et lundi à Tripoli.

« C'est un discours qui fait vraiment peur », a commenté la chancelière allemande Angela Merkel après l'intervention du président libyen. Le colonel Kadhafi a harangué ce mardi soir le peuple libyen pendant plus d'une heure sur la télévision nationale, exhortant ses fidèles à sortir dans la rue et menaçant les manifestants de la peine de mort.

Il a évoqué le nom de son fils Seif el-Islam pour conduire les vagues réformes dont il a parlé lors de son intervention.

« Je suis un révolutionnaire, je n'ai plus rien à perdre. […] La Libye, c'est mon pays ! C'est mon pays ! Je ne vais pas quitter la Libye ! […]

Les manifestants sont des rats, des drogués qui veulent imiter ce qui s'est passé en Tunisie et en Egypte. […]

C'est un complot d'étrangers, d'Américains, d'Al Qaeda et de fous. Je combattrai jusqu'à la dernière goutte de sang. […] »

Kadhafi nie avoir usé de la politique de la terre brûlée, par Baudry.

23h45. A l'ONU, à New York, l'ambassadeur adjoint de Libye, qui a fait défection, affirme qu'un « génocide » a débuté en Libye, sur ordre du colonel Kadhafi.

Pour sa part, le Conseil de sécurité, réunion mardi soir, a exprimé son « inquiétude sérieuse » face aux événements de Libye, condamnant « la violence » et « l'usage de la force contre les civils », sans pour autant critiquer directement le pouvoir du colonel Kadhafi. Une déclaration classique en novlangue onusienne qui ressemble plus à une manifestation d'impuissance internationale qu'à une mobilisation en faveur des Libyens.

Lire la déclaration complète, en anglais, sur le site de la mission française à l'ONU.

23h30. Les uns après les autres, Mouammar Kadhafi perd ses soutiens. Mardi soir, c'est le ministre de l'intérieur, Abdel Fattah Younes, un officier de l'armée, qui a annoncé qu'il rejoignait les insurgés, et appelait l'armée à suivre son exemple.

Sur une vidéo diffusée par Al Jazeera, Younes déclare qu'il a décidé de rallier « la révolution du 17 février », convaincu de la « légitimité de ses demandes ».


« J'appelle l'armée libyenne à servir le peuple et à soutenir la révolution du 17 février ». (voir la vidéo d'Al Jazeera en arabe)


22h20. A Benghazi, ville de l'Est de la Libye aux mains des insurgés, le discours de Kadhafi est projeté sur grand écran. Sur cette vidéo de la chaîne Al Jazeera, les habitants lancent leurs chaussures et toutes sortes de projectiles sur le leader de la Jamahriya qui, hier encore, leur inspirait la peur.

(Al-Jazeera).18h10. Le discours de Kadhafi n'en finit plus. Le traducteur de Al-Jazeera semble épuisé.

« Ne détruisez pas votre pays sans raison, quel est le sens de tout ça ? Ayez honte. Enfin, je veux vous dire, le pays ne doit pas tomber aux mains de fous. »

17h40. « Les jeunes de Libye doivent porter des brassards »

« Dès demain, ce soir, tous ceux qui aiment Mouammar Kadhafi, qu'ils prennent leurs enfants et qu'ils sortent dans la rue. […]

Les jeunes, tous les jeunes, je ne dis pas tous ces jeunes drogués, mais les jeunes de Libye, doivent faire des comités populaires et porter des brassards. »


17h35. « Vous pouvez vous répartir les ressources pétrolières »

« Dès demain, nous aurons une nouvelle Jamahiry [révolution, ndlr] populaire. Je n'ai pas d'opposition à ce qu'il y ait une Constitution en Libye, c'est à l'autorité populaire de décider.

Vous pouvez également vous répartir les ressources pétrolières car elles appartiennent aux Libyens, chacun d'entre vous est libre d'en faire ce qu'il veut. »

17h30. « Je ne démissionnerai jamais »[colr=blu][cool au moins un qui va avoir sa tete a la bonne place, dans un panier ] [/color]

« Je n'ai pas donné l'ordre d'utiliser la force parce que ce serait la politique de la terre brûlée. Tous ces crimes qui ont été commis [par les manifestants, ndlr] sont prévus au code pénal qui a été écrit avant la révolution et sont passibles de peine de mort. […]


Dès demain, la sécurité sera assurée par les services de la police et de la sécurité. Je ne démissionnerai jamais, je vous mènerai à la victoire. »

17h15. « Les manifestants sont des rats, des drogués, des alcooliques »

« Susciter une guerre civile, et ça va finir en guerre civile entre les différentes tribus, est passible de peine de mort. […]

Les manifestants sont des rats, des drogués, des alcooliques qui veulent imiter ce qui s'est passé en Tunisie et en Egypte. […]

Notre pays risque de devenir comme l'Afghanistan, c'est ce que vous voulez ? […]

Badgad a été bombardé par l'aviation américaine, il y a des millions de personnes qui sont mortes. L'armée américaine disait “on voulait éradiquer le parti Baas, on est libres de faire ça.” […]

Les mêmes groupes qui ont démoli la Somalie et l'Afghanistan sont en train de démolir ce pays. C'est la même bande de criminels, le même groupe de personnes. […]

C'est un complot d'étrangers, d'Américains, d'Al Qaeda et de fous. Je combattrai jusqu'à la dernière goutte de sang. »

17 heures. « C'est mon pays, je ne vais pas quitter mon pays »

Début de l'intervention du colonel Kadhafi sur la télévision d'Etat libyenne qui a lieu dans son palais bombardé en 1986 par les américains. Sur un ton exalté, furieux :

« Sortez dans les rues, n'ayez pas peur. Sortez les enfants. […]

Je suis un révolutionnaire, je n'ai plus rien à perdre. […]

La Libye, c'est mon pays ! C'est mon pays ! Je ne vais pas quitter la Libye ! »



16h15. Selon l'organisation Human Rights Watch, 62 personnes auraient trouvé la mort au cours de ces deux derniers jours dans la seul capitale libyenne.

16 heures. Le côté libyen de la frontière avec l'Egypte est désormais contrôlé par des opposants au régime, armés de Kalachnikov. Ils accueillent les visiteurs, dont un reporter de Reuters.

Un Libyen lui a raconté que la deuxième ville du pays, Benghazi, aurait été « libérée » par un bataillon « appartenant » à l'un des fils du colonel Kadhafi.

15h35. Nour el-Mismari, ancien chef du protocole libyen et proche de Kadhafi, témoigne pour Libération des massacres en cours à Tripoli. Selon lui, les combats font encore rage dans la capitale libyenne. Il s'agit pour lui d'un « génocide de masse ».

15h10. Edward – le prénom a été changé –, jeune homme anglais travaillant à Tripoli, rapporte à Rue89 :

« Aujourd'hui, la place Verte est calme, seuls des supporters de Kadhafi, payés par le régime, sont présents. Les prisonniers de droit commun ont été libérés pour venir soutenir le régime.

Il n'y a plus de coup de feu, mais on peut voir du sang séché dans les rues. Il y a beaucoup de dégâts, les banques autour de la place ont été pillées. Un bâtiment des services de renseignement est encore en feu.

On entend des bruits d'hélicoptères, on en a vus beaucoup hier dans le ciel. »

15 heures. D'après un tweet d'Al-Arabiya, l'ambassadeur libyen en France a démissionné.

13h42. Selon une vidéo postée sur YouTube ce mardi, l'armée, dont une partie s'est rangée du côté des manifestants anti-Kadhafi, procède à l'arrestation de mercenaires.


13h40. La liste des diplomates libyens démissionnaires s'allonge. Les ambassadeurs en Australie, Indonésie, Inde, Malaisie, Pologne et au Bangladesh ont quitté leur poste ou désavoué la répression ordonnée par Kadhafi.

La mission libyenne aux Nations unies a publié un texte dans lequel elle se déclare solidaire du peuple libyen et dénonce la violence du régime.

13h30. Un professeur de technologie, blessé et soigné dans un hôpital de Shahat, à l'est du pays, affirme avoir été attaqué par des mercenaires en provenance d'Afrique sub-saharienne.


Selon la victime, les soldats qui se sont alliés à la population ont été tués par des mercenaires.

13 heures. La France envoie trois avions en Libye pour rapatrier ses ressortissants. Dans un communiqué, Michèle Alliot-Marie a déclaré :

« Le gouvernement a décidé de procéder au rapatriement de ceux dont la présence n'est pas indispensable aujourd'hui. »

Jusqu'à présent, le Quai d'Orsay avait seulement conseillé aux Français de faire preuve de prudence.

11h15. Navu Pillay, haut commissaire des Nations unies aux droits de l'homme, a demandé l'ouverture d'une enquête internationale indépendante sur les violences en Libye.

Elle demande également l'« arrêt immédiat des graves violations des droits de l'homme commises par les autorités libyennes ».

Selon elle, les exactions commises contre la population libyenne pourraient être assimilées à des « crimes contre l'humanité ».

8 heures. La Ligue des droits de homme évoque « au minimum de 300 à 400 morts » d'après des informations fournies par ses correspondants locaux. La télévision nationale libyenne dément ces massacres.




1h30. Les médias arabes avaient annoncé dans le soirée de lundi que le colonel Kadhafi allait faire une déclaration. Il a fait une brève apparition à la télévision d'Etat pour démentir en moins d'une minute les rumeurs sur sa fuite :

« Je suis à Tripoli, pas au Venezuela. »

Dans l'après-midi, le ministre anglais des Affaires étrangères disait avoir des informations selon lesquelles le dictateur « était en route pour le Venezuela ».



Assis sur le siège passager d'une vieille voiture blanche, le colonel Kadhafi tenait lui-même un parapluie :

« Je suis satisfait car j'ai parlé cette nuit aux jeunes du Square Green [lieu de la contestation à Tripoli, ndlr] mais la pluie est arrivée.

Kadhafi dans un véhicule étrange et sous son parapluie lors de son intervention, par Chimulus.

Je veux leur montrer bien clairement que je suis là, à Tripoli, pas au Venezuela. Il ne faut pas croire les télévisions étrangères. Ce sont des chiens. Au revoir. »



Un peu plus tôt, le général chargé de la Défense a déclaré que ses forces allaient « nettoyer » la Libye de ses éléments anti-gouvernementaux, « des gangs terroristes, composés de jeunes exploités et chargés en pilules hallucinogènes par des personnes qui obéissent à des calendriers étrangers ».

Principaux visés, les Tunisiens, nombreux à travailler en Libye. La télévision d'Etat a diffusé la « confession » de l'un d'eux reconnaissant avoir distribué de la drogue.



Minuit. Al-Arabiya rapporte qu'en Guinée et au Nigeria, on recrute par petites annonces des mercenaires pour un salaire de 2 000 euros par jour, alors qu'en Libye un groupe d'officiers a demandé aux troupes de rejoindre le mouvement de protestation.

_________________
"Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça." coluche
avatar
niouze

Messages : 5030
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Libye

Message  ivo le Mer 23 Fév - 9:37

Un bilan officiel fait état de 300 morts en Libye
FRANCE INFO - HIER, 22:34
C’est la première fois depuis le début des violences que les autorités libyennes publient un bilan des victimes : il y aurait eu 189 civils et 111 militaires tués, un chiffre inférieur aux décomptes des organisations indépendantes. Ceux qui réussissent à quitter la Libye racontent des scènes de grande violence.
Dans un édifiant discours diffusé en direct à la télévision libyenne, Mouammar Kadhafi a assuré que le régime n’avait "pas encore fait usage de la force" à l’encontre des manifestants (LIRE NOTRE ARTICLE). Et pourtant, ce même régime admet que les victimes sont d’ores et déjà nombreuses. Les autorités ont recensé 300 morts - 189 civils et 111 militaires.
La plupart des victimes ont été recensées à Benghazi, deuxième ville du pays et foyer de l’insurrection, à Al-Baïda et à Derna.



A Tobrouk, ville de l'est de la Libye, ces opposants brandissent un mortier que des pro-Kadhafi auraient tiré sur leur stock de munitions.
© REUTERS/Asmaa Waguih

Depuis dimanche soir, les violences meurtrières touchent également Tripoli. D’après l’organisation de défense des droits de l’homme Human Rights Watch, la répression a déjà fait "au moins 62" morts dans la capitale en deux jours.

Tripoli est "livrée aux milices des comités révolutionnaires", le pilier du régime de Kadhafi, raconte Farid, ingénieur de 38 ans qui a fui le pays pour sa Tunisie natale. "Ce sont eux qui font la loi, ils n’épargnent ni les Libyens, ni les étrangers, ils n’hésitent pas à tirer, à casser les portes des maisons ou à arrêter les gens".

"J’ai vu un massacre hier soir et avant-hier soir" raconte une femme de 40 ans, qui a elle aussi franchi la frontière avec la Tunisie. Des partisans de Mouammar Kadhafi "visaient les opposants qui s’enfuyaient en courant. J’ai entendu beaucoup de tirs, de cris. J’ai vu des tireurs juchés sur le haut de bâtiments".


A la frontière tuniso-libyenne, ce mardi. Des centaines de Tunisiens fuient la Libye.
© RF / Gilles Gallinaro

De nombreux témoins racontent les mêmes scènes d’horreur. Entre les tirs et la panique, "des blessés gisent à terre, d’autres s’enfuient en courant, du sang sur le corps" explique Aiche Khedri, ouvrier de 50 ans. De nombreux commerçants ont fermé leur magasin et les habitants restent terrés chez eux en vivant sur les stocks.

Mais tout ce qu’ils ont vu, ces témoins ne pourront pas le montrer. A la frontière, "on nous a fouillés et confisqué cartes mémoires des téléphones mobiles, appareils photo, caméras", dit Sami, maçon de 30 ans. "Ils ont dit qu’ils ne voulaient pas que le monde extérieur voit ce qu’il se passe".


Libye : la communauté internationale brandit la menace de sanctions
FRANCE INFO - 07:48
Une semaine après le début d’une révolte populaire sans précédent en Libye et très sévèrement réprimée par le pouvoir en place, le Conseil de sécurité de l’ONU a demandé "la fin immédiate" de ces violences, tandis que les Européens sont divisés sur l’opportunité de prendre des sanctions contre le régime du colonel Mouammar Kadhafi. Selon des bilans encore invérifiables, la répression aurait déjà fait jusqu’à 400 morts.
Le Conseil de sécurité de l’ONU a demandé "la fin immédiate" des violences en Libye New York, Aurélien Coly (1'06")

Le Conseil de sécurité de l’ONU s’est réuni d’urgence cette nuit à New York pour réclamer la fin "immédiate" des violences en Libye. "Il y a encore plus d’inquiétude après l’inquiétant discours de Mouammar Kadhafi", a dit un diplomate à la suite de l’allocution du numéro un libyen, qui a menacé ses compatriotes d’une répression sanglante. Une répression qualifiée par la secrétaire d’Etat américaine, Hillary Clinton, de " bain de sang inacceptable ".

Libye : La secrétaire d’Etat américaine, Hillary Clinton parle d’un bain de sang "totalement inacceptable" Traduction de Fabienne Sintès (0'48")

Les quinze membres du Conseil ont exhorté les autorités libyennes à agir avec retenue, à respecter les droits de l’homme et à permettre aux organisations de défense des droits de l’homme de pénétrer dans le pays. ils ont a par ailleurs réclamé une aide humanitaire internationale pour aider le peuple libyen.
Ils "insistent" également "sur l’importance de la responsabilité. Ils ont souligné la nécessité de faire répondre de leurs actes les personnes responsables d’attaques contre les civils", selon la déclaration.

Aux Etats-Unis, des voix s’élèvent pour demander l’adoption de sanctions et de mesures immédiates contre le régime du colonel Kadhafi, allant du bombardement des aérodromes libyens à une zone d’exclusion aérienne dans l’espace libyen.
" La situation en Libye réclame plus qu’une simple condamnation publique, elle demande une action internationale forte ", ont notamment estimé le sénateur républicain John McCain et son collègue indépendant Joe Lieberman. L’influent sénateur démocrate John Kerry a également appelé à des sanctions "temporaires", évoquant notamment un embargo sur les armes.
La Maison blanche, qui condamne des "violences consternantes", semble cependant écarter toute action unilatérale, laissant entendre que les Etats-Unis travaillent avec d’autres pays sur la situation en Libye.

Face à la répression qui se durcit chaque jour en Libye, où les affrontements entre manifestants antigouvernementaux et forces de l’ordre aurait déjà fait entre 300 et 400 morts selon les ONG, le ton monte aussi à Bruxelles.
Mais si les Européens sont unanimes pour condamner ces violences, les Vingt-Sept sont divisés sur l’opportunité de prendre des sanctions contre le régime libyen. Certains pays redoutent en effet un retour de bâton contre leurs ressortissants sur place ou, pour Malte et l’Italie surtout, une ouverture des vannes de l’immigration illégale.

Bruxelles divisée sur les sanctions à prendre Les précisions de Quentin Dickinson (0'55")


Réactions recueillies à travers le monde

Alors que les Libyens sont plus que jamais menacés d’une répression sanglante après le discours de Mouammar Kadhafi, les anti-Kadhafi essaient de faire entendre leur voix. Ils s’appuient notamment sur la diaspora. Otman Bensassi est un berbère libyen qui vit en France depuis 28 ans, après avoir fui la répression kadhafiste. Il a obtenu l’asile politique et a pu rentrer faire quelques allers-retours en Libye dernièrement.

Ecoutez Otman Bensassi, au micro d’Anne-Laure Chouin (1'45")

Londres compte une importante communauté libyenne qui a organisé plusieurs manifestations de soutien ces derniers jours. Le rassemblement le plus important a eu lieu hier devant le 10 Downing Street, la demeure du Premier ministre David Cameron. Deux messages : NON à Kadhafi, mais aussi NON à la passivité, voire la complicité, de la Grande-Bretagne et de ses alliés occidentaux.

A Londres, le reportage de Franck Mathevon (1'15")

En Italie, après l’arrivée massive d’immigrants tunisiens à Lampedusa, Rome s’inquiète désormais d’un afflux de réfugiés libyens. Silvio Berlusconi s’est entretenu au téléphone avec Moammar Kadhafi dans la soirée. Les autorités italiennes affirment que 200 à 300.000 immigrés clandestins se présenteront aux portes de l’Europe du Sud dans les semaines qui viennent. La situation est prise très au sérieux, au plus haut niveau de l’Etat.

A Rome, Eric Valmir (0'50")

La population égyptienne a suivi hier avec effarement le discours de Mouamar Khadafi à la télévision. Les Egyptiens se sentent particulièrement solidaires du peuple libyen. Dans tout le pays, des chaînes de solidarité se mettent en place pour accueillir les blessés et les réfugiés.

Au Caire, Claude Guibal (0'54")

La Tunisie a demandé à la Libye l’arrêt des "affrontements dangereux, sanglants et douloureux". Dans un communiqué du ministère des Affaires étrangères, cité par l’agence TAP, la Tunisie "exprime sa profonde tristesse à propos des nombreuses pertes humaines" et se déclare "prête à accueillir les blessés libyens pour des soins dans les grands hôpitaux".

La Chine, autre régime autoritaire, observe de près l’évolution de la situation dans le monde arabe, et multiplie les appels à la stabilité sociale. Pékin tente depuis le début de minimiser l’impact de ces révoltes. Censure de la presse, d’internet, arrestations de manifestants ce week-end, tout les moyens sont bons pour que ce vent de contestation ne souffle pas en Chine.

Correspondance à Shanghai de Delphine Sureau (0'56")

La Bourse de New-York a fini en nette baisse hier face à l’aggravation de la situation dans le monde arabe, en particulier en Libye, 4e producteur de pétrole en Afrique. Le prix du baril de pétrole a lui fini en hausse de 8,5%, à 93,57 dollars.

A Washington, les précisions de Pierre-Yves Dugua (0'53")

France Info - 08:35

Cécile Mimaut, avec agences


........................................
avatar
ivo

Messages : 26351
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Libye

Message  ivo le Mer 23 Fév - 10:02

L'intervention de Kadhafi "fait peur", estime la France
(AFP) – il y a 1 heure
http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5jnnXDaW7EeYBr9RuMAtcapbzIdUw?docId=CNG.e1e621cedae6a424afca1d52333f1aad.3d1
PARIS — L'intervention télévisée mardi du dirigeant libyen, Mouammar Kadhafi, "fait peur", a déclaré mercredi le ministre français des Affaires européennes, Laurent Wauquiez, en annonçant de nouvelles rotations d'avions pour aller chercher en Libye des ressortissants français.
"Cette vidéo fait peur, elle donne des frissons dans le dos: le langage qui est utilisé, l'outrance et la violence des propos, l'absence totale de perspective politique, la France condamne tout cela avec la plus ferme détermination", a affirmé le ministre sur la chaîne de télévision Canal Plus.
Mouammar Kadhafi a assuré dans une allocution télévisée d'une heure et demie qu'il resterait en Libye en tant que "chef de la révolution", promettant qu'il se "battrait jusqu'à la dernière goutte de (son) sang" et menaçant les manifestants armés de se voir infliger "la peine de mort".
"Mais il y a encore des Français qui sont là-bas", a relevé Laurent Wauquiez. "On doit faire attention à tout ce que l'on dit, il y a la vie de Français qui est en jeu. Notre première préoccupation: on ramène tout le monde à la maison", a-t-il ajouté.
Deux avions militaires affrétés par la France avec à leur bord quelque 500 rapatriés sont arrivés à l'aéroport parisien de Roissy-Charles-de-Gaulle dans la nuit de mardi à mercredi.
"Un premier avion transportait 167 personnes, dont 70 enfants. Un deuxième avion comprenait à peu près 200 personnes. On a aidé également des ressortissants étrangers qui ont besoin de nous. Ces avions vont repartir, refaire une rotation, pour ramener tout le monde à la maison", a précisé Laurent Wauquiez.
Il reste environ 300 Français sur place, selon le ministre. Environ 750 Français vivent en Libye en temps normal.
"La France étudiera très vite, dès qu'on aura résolu le problème des ressortissants français, la prise de sanctions contre le régime de Kadhafi", a aussi souligné le ministre français. Plus de 230 personnes ont été tuées depuis le 15 février en Libye, selon l'ONG Human Rights Watch (HRW), lors de manifestations demandant le départ du colonel Mouammar Kadhafi, qui dirige le pays depuis 1969.
Copyright © 2011 AFP
avatar
ivo

Messages : 26351
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Libye

Message  niouze le Mer 23 Fév - 13:02

pfff tu parle ils ont surtout peur de perdre son precieux petrole

_________________
"Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça." coluche
avatar
niouze

Messages : 5030
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Libye

Message  spike le Mer 23 Fév - 13:29

Ils sont prêt à envoyer des milice pour aider à mater la révolte Tunisienne, par contre pour faire sauter la tête d'un dictateur, ils ne se pressent pas trop !!
avatar
spike

Messages : 3721
Date d'inscription : 19/05/2009

http://anarchietotale.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Libye

Message  ivo le Mer 23 Fév - 13:45

c'est un peu de l'ingérence non ??????

si on commence à légitimer ce genre de choses .... XD


par contre d'habitude ils sont prompts à envoyer des casques bleus.
qu'on ne voit plus bcp ces dernieres années ( sauf en haiti ^^)

ah l'onu .... XD


Dernière édition par ivo le Mer 23 Fév - 13:47, édité 1 fois
avatar
ivo

Messages : 26351
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Libye

Message  spike le Mer 23 Fév - 13:46

ivo a écrit:c'est un peu de l'ingérence non ??????

si on commence à légitimer ce genre de choses .... XD

??????????????????
avatar
spike

Messages : 3721
Date d'inscription : 19/05/2009

http://anarchietotale.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Libye

Message  niouze le Mer 23 Fév - 13:49

ivo a écrit:c'est un peu de l'ingérence non ??????

si on commence à légitimer ce genre de choses .... XD
j'allait le dire
par contre si on voulait etre réellement droit dans nos bottes on pourrait 1: arretez de l'enrichir en achetant son pétrole
2 arreté de l'armée en lui vendant nos avion et autre produit made in dassault (>>> http://www.leblogfinance.com/2010/08/lybie-1ere-vente-du-rafale-de-dassault-a-linternational.html )

mais bizarement j'ai des doutes la dessus Rolling Eyes


Dernière édition par niouze le Mer 23 Fév - 13:56, édité 2 fois

_________________
"Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça." coluche
avatar
niouze

Messages : 5030
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Libye

Message  ivo le Mer 23 Fév - 13:50

tu es le premier à raler contre les magouilles de la CIA pdt des decenies à travers le monde.

et la tu voudrais
faire sauter la tête d'un dictateur, ils ne se pressent pas trop

et comment mon cher spike.
assassinat, attentat , commando,frappe aérienne ... ??^^
etais tu pour l'intervention en irak ????
avatar
ivo

Messages : 26351
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Libye

Message  spike le Mer 23 Fév - 13:55



tu es le premier à raler contre les magouilles de la CIA pdt des decenies à travers le monde.

A quoi fais-tu référence?



etais tu pour l'intervention en irak ????

T'es serieux là??? Evidemment que non!!!
avatar
spike

Messages : 3721
Date d'inscription : 19/05/2009

http://anarchietotale.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Libye

Message  spike le Mer 23 Fév - 14:03

ivo a écrit:ben ttes les magouilles meutres et autres manipulations politiques en amerique du sud par exemple.

si on est logique on a pas le droit d'ingerence en libye.

Aider un peuple qui lutte pour la liberté, je n'appelle pas ça de l'ingérence mais de la solidarité.
avatar
spike

Messages : 3721
Date d'inscription : 19/05/2009

http://anarchietotale.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Libye

Message  ivo le Mer 23 Fév - 14:08

La Libye de plus en plus isolée
FRANCE INFO - 13:19
Au niveau international Mouammar Kadhafi et son régime font l’unanimité contre eux. L’Union européenne étudie des sanctions à l’encontre de la Libye. Pendant ce temps sur place, des milliers de personnes tentent de fuir le pays alors que les ports sont bloqués. Dans la capitale Tripoli, quelques dizaines de partisans de Kadhafi se sont réunis pour clamer leur soutien au "Guide".


A Tobrouk, à l'est de la Libye, des manifestants brandissent le Livre vert - détruit - de Kadhafi
© REUTERS / Asmaa Waguih

Sur la place Verte, au centre de Tripoli, lieu de rassemblement des partisans du colonel Kadhafi depuis le début de la contestation le 15 février, quelques dizaines de voitures ont tourné en klaxonnant sous une pluie battante. Tripoli semble être toujours tenu de main de fer par le régime. Dans son discours télévisé enflammé de plus d’une heure hier le colonel Kadhafi avait prévenu : "Rendez vos armes immédiatement, sinon il y aura des boucheries".

Kadhafi de de plus en plus isolée. Bassan Tahan est professeur de géopolitique au lycée Henri IV à Paris. Il voit dans le "Guide" un dirigeant fou et aux abois, dont la fin est prévisible (2'03")

Des menaces qui sont selon l’UE, "inacceptables". Lors d’une réunion prévue dans la journée des ambassadeurs des 27 pays de l’Union à Bruxelles, "les Etats vont discuter quelles actions peuvent et doivent être prises par l’UE" à l’encontre de la Libye et du régime libyen, en particulier des "mesures restrictives". Les bilans de la répression dans le pays grimpent jour après jour à la hausse. Le ministre italien des Affaires étrangères évoque aujourd’hui 1.000 morts depuis le début des violences.

A la frontière entre la Libye et la Tunisie. Des centaines de travailleurs expatriés fuient le pays depuis quelques jours. L’envoyé spécial de France Info Richard Place a rencontré Zyed, un jeune tunisien, qui attend désespérément des nouvelles de son frère (1'42")

Première conséquence : certains pays redoutent un retour de bâton contre leurs ressortissants sur place. D’autre part, fuyant cette situation dramatique, des centaines d’immigrés fuient la Libye en direction de Malte et de l’Italie. Le ministre italien de l’Intérieur réunit ses homologues français, grec, espagnol, chypriote et maltais aujourd’hui à Rome pour discuter de l’impact potentiel d’une vague d’immigration liée à l’explosion de violence en Libye.

Caroline Caldier, avec agences
avatar
ivo

Messages : 26351
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Libye

Message  spike le Mer 23 Fév - 14:09

ivo a écrit:un mouvement de solidarité de citoyens , certes.

trop d'interventionisme de la part de gouvernants, etats ou services déjà moins.

Donc tu es contre le fait que l'état français (ou autres) face sauter la tête de khaddafi?
avatar
spike

Messages : 3721
Date d'inscription : 19/05/2009

http://anarchietotale.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Libye

Message  ivo le Mer 23 Fév - 14:12

tout à fait !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

et comment donc ?????

t'hallucines sur ce coup spike.

tu es contre une intervention en irak mais pour une en libye ????
avatar
ivo

Messages : 26351
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Libye

Message  niouze le Mer 23 Fév - 14:14

qu'elle commence deja par arrêter d'etre son amis ....
oui je suis contre en 91 en roumanie le peuple n'a pas eu besoin de la france pour fusiller l'autre boeuf
solidarité entre peuple oui , aide oui ; se mêler d'une révolution pour y placé un nouvelle "amis" non !

_________________
"Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça." coluche
avatar
niouze

Messages : 5030
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Libye

Message  spike le Mer 23 Fév - 14:22

ivo a écrit:tout à fait !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

et comment donc ?????

t'hallucines sur ce coup spike.

tu es contre une intervention en irak mais pour une en libye ????

Ah ok je vois où tu veux en venir.
Disons que devant la violence de Khadafi, je pense qu'il faut lui mettre une balle en pleine tête. Peut m'importe qui le fera.
Ce que je ne veux pas, et on sera d'accord là dessus, c'est que la France si elle intervient se trouve de fausses excuses comme l'ont fait les Américains en Irak, pour asservir la population.
En gros c'est, dans une situation urgente, comme c'est le cas actuellement, on bousille le fou et on laisse ensuite le peuple décider pour lui-même.

Niouze: on est donc d'accord sur le fond.
avatar
spike

Messages : 3721
Date d'inscription : 19/05/2009

http://anarchietotale.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Libye

Message  ivo le Mer 23 Fév - 14:28

je suis en total desaccord avec toi spike.

ou alors on legitime ttes les interventions politiques de l'histoire...

c'est aux libyens de virer kadhafi.

et aux peuples en general de virer tous leurs "dirigeants" puants.

en aucun cas à un "état" d'intervenir.
avatar
ivo

Messages : 26351
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Libye

Message  spike le Mer 23 Fév - 14:35

ivo a écrit:je suis en total desaccord avec toi spike.

ou alors on legitime ttes les interventions politiques de l'histoire...

c'est aux libyens de virer kadhafi.

et aux peuples en general de virer tous leurs "dirigeants" puants.

en aucun cas à un "état" d'intervenir.

Si ils y arrivent seuls tant mieux, mais cela coûtera beaucoup plus chers en vie humaine.
avatar
spike

Messages : 3721
Date d'inscription : 19/05/2009

http://anarchietotale.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Libye

Message  spike le Mer 23 Fév - 15:01



Répression sanglante en Libye
Le régime de Muammar al-Kadhafi réagit avec une brutalité extrême la révolte du peuple.
MONDE 23/02/2011 À 07H35 (MISE À JOUR À 13H37)

«Les crimes horribles ne peuvent pas rester sans conséquences»
HEURE PAR HEURE
L'UE et son président, Herman Van Rompuy, se préparent à des sanctions et dénoncent le «génocide» libyen. La région Cyrénaïque à l'est du pays ne serait plus sous le contrôle de Kadhafi. Un médecin français raconte le carnage à Benghazi.
526 réactions


L'ESSENTIEL

•La province libyenne de Cyrénaïque (Banghazi, Tobrouk) ne serait plus sous le contrôle de Kadhafi, selon le gouvernement italien.

•Selon un premier bilan officiel, les violences qui ont accompagné la révolte contre le régime libyen ont fait 300 morts. Le ministre italien des Affaires étrangères parle de plus de 1 000 morts. Un médecin français qui vient de fuir Benghazi évoque «plus de 2 000 morts» la semaine dernière dans cette ville.

•Les Nations-unies évoquent des crimes contre l'humanité, plusieurs représentants de l'UE parlent de «génocide».

•Nicolas Sarkozy réclame des sanctions et la suspension des relations.

•Les étrangers sont massivement évacués de Libye. Les Français de retour dans l'hexagone témoignent.

•Dans un discours télévisé mardi après-midi, Kadhafi a invité la jeunesse à se constituer en comité de défense. Il dit «préférer mourir en martyr».

•Suivez sur Twitter les dernières infos, via des comptes sélectionnés par Libération.

13h35. Le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi est «pire» que l'ancien dictateur irakien Saddam Hussein et la fin de son régime est prévue dans «quelques jours», a affirmé dans une interview mercredi le représentant démissionnaire de la Libye auprès de la Ligue arabe.

«Je crois que c'est une question de quelques jours, pas plus. Malheureusement, je pense en même temps que ça coûtera cher à la Libye et aux Libyens, car cet homme est capable de tout», a affirmé Abdel Moneim al-Honi dans une interview au quotidien panarabe à capitaux saoudiens Al Hayat.

13h30. La France, qui a engagé mercredi une nouvelle rotation aérienne vers la Libye, a évacué jusqu'à présent de ce pays 335 Français et 56 étrangers, selon le ministère des Affaires étrangères.

«Dans la nuit de mardi à mercredi, le ministère des Affaires étrangères et européennes a procédé au rapatriement de 335 compatriotes et de 56 ressortissants étrangers à bord de deux avions de l'armée de l'Air», a précisé lors d'un point-presse le porte-parole du ministère, Bernard Valero.

13h15. Le président de l'Union européenne, Herman Van Rompuy, a vigoureusement condamné mercredi à Prague les violences «horribles» perpétrées par les forces libyennes contre les manifestants, soulignant que ces crimes ne peuvent «pas rester sans conséquences».

12h55. Les pilotes libyens qui se sont posés lundi à Malte affirment dans un quotidien maltais que leurs deux Mirage F1 ont été récemment rénovés par la France, en vertu d'un accord signé par Kadhafi et Nicolas Sarkozy.

Les deux pilotes, des colonels de l'armée de l'air libyenne, racontent qu'ils ont décollé de la base aérienne d'Okba Bin Nafe puis ont quitté leur formation quand ils ont reçu l'ordre d'attaquer des civils.

12h50. «Tous les ports et terminaux sont temporairement fermés», en Libye, annonce mercredi la compagnie maritime française CMA-CGM sur son site internet.

12h40. L'UE va évacuer 10.000 de ses ressortissants, notamment par la mer. L'Union européenne a encore 10.000 de ses citoyens en Libye et mobilise des moyens pour être en mesure de les évacuer y compris par la mer au cours des prochaines heures et jours, a annoncé mercredi la Commission européenne.

12h30. La BBC publie le témoignage d'une femme britannique de retour de Libye.«A Janzour (10 km à l'ouest de Tripoli) il y a des mercenaires qui tirent sur les gens dans la rue», rapporte-t-elle.

Un ami encore présent dans cette ville, lui aurait confié hier qu'il y avait des bombardements. D'autres, sur le chemin de l'aéroport, auraient été contraints de sortir de leur bus et de s'allonger sur la route avec leurs mains sur leurs têtes. Ils sont finalement sains et saufs, précise la femme sur le site de la BBC: «Maintenant, vous ne pouvez pas entrer en contact avec quiconque en Libye parce que les téléphones ne fonctionnent pas, je suis très inquiet pour mes amis», poursuit-elle, inquiète.

12h15. «Plus de 2 000 morts» à Benghazi. Le Point.fr a recueilli le témoignage de Gérard Buffet, 60 ans, qui a été pendant un an et demi anesthésiste-réanimateur au Benghazi Medical Center. Rapatrié en France lundi, il raconte l'horreur de la semaine dernière dans la deuxième ville du pays, et la répression des manifestants par les forces de Kadhafi.

«Nos ambulances sur le terrain ont compté, le premier jour, 75 morts ; le deuxième, 200 ; ensuite plus de 500. Dès le troisième jour, je n'avais plus de morphine ni de médicaments. Au début, les forces de répression tiraient sur les gens aux jambes et à l'abdomen. Ensuite, au thorax et à la tête. Ensuite on a vu des tirs de mortier, et carrément de roquettes antiaériennes, directement dans la foule. Un carnage. Des gens brûlés, déchiquetés. Au total, je pense qu'il y a plus de 2 000 morts ; on a rempli deux hôpitaux de 1 500 lits.»

12 heures. L'UE va geler les comptes bancaires du clan Kadhafi. L'Union européenne est sur le point de décider de sanctions à l'encontre du colonel Mouammar Kadhafi, après avoir suspendu des négociations sur un accord de partenariat avec Tripoli, a déclaré mercredi le ministre luxembourgeois des Affaires étrangères Jean Asselborn.

«Ce qui se passe en Libye est à mon avis un génocide de grande ampleur», a estimé Jean Asselborn dans un entretien à la radio Deutschlandfunk, en réaction au discours tenu mardi par le dirigeant libyen.

«C'est très, très grave et je pense que le mot 'sanctions' face à un tel phénomène est un mot très faible», a-t-il souligné.

«Je pense que ce n'est plus qu'une question d'heures avant que l'Union européenne dise oui à des restrictions de visa et que nous gelions les comptes bancaires des Libyens qui ont agi de manière irresponsable et sont membres du clan Kadhafi», a-t-il dit.

11h50. A voir sur l'un des blogs du New-York Times, un diaporama de photos à Tobrouk, première ville libyenne où sont entrées les journalistes.

11h45. Robert Baer, chroniqueur de l'hebdomadaire américain Time Magazine, rapporte que le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi a ordonné à ses forces de sécurité de commencer à saboter les installations pétrolières du pays, citant une source proche du gouvernement.

«Ils vont commencer par faire sauter plusieurs oléoducs, et couper les flux vers les ports méditerranéens», affirme le journaliste.

11h40. La Turquie a rapatrié au cours des trois derniers jours plus de 5.000 de ses ressortissants installés en Libye mais déplore un mort, a affirmé mercredi le chef de la diplomatie turque Ahmet Davutoglu.

11h30. Démission du ministre de l'Intérieur. Selon CNN, Abdul Fattah Younis, le ministre de l'Intérieur aurait démissionné lundi après le massacre de 300 civils à Benghazi. Pour lui, il ne ferait aucun doute que Kadhafi est prêt à tout.

11h20. Tripoli, la nuit, les manifestations, la guerre. Plusieurs vidéos postées sur Youtube attestent des affrontements ces dernières nuits dans la capitale libyenne. Malheureusement, il est impossible de savoir à quels moments exactement elles ont été filmées. En général, les manifestants semblent tenter de se diriger vers Green Square, l'une des places principales.







11h10. Un point sur les défections au sein du régime libyen. Les ambassadeurs libyens aux Etats-unis, en Inde, au Bangladesh, en Australie, en Indonésie (également en poste à Singapour et Brunei) et en Malaisie, ont annoncé avoir démissionné.
L'ambassadeur libyen en France soutient lui le mouvement mais n'a pas démissionné.

Le ministre de la Justice, Moustapha Abdel Jalil, le représentant permanent de la Libye auprès de la Ligue arabe, Abdel Moneim al-Honi, et Youssef Saouani, directeur exécutif de la Fondation Kadhafi et proche conseiller de Saïf Al-Islam Kadhafi, l'un des fils du numéro un libyen, ont également lâché le régime.

Des rumeur font état également de l'enlèvement du ministre de l'Intérieur libyen.



Des membres de l'équipe diplomatique libyenne, emmenés par l'ambassadeur adjoint de la Libye à l'ONU, Ibrahim Dabbashi, ont quant à eux exhorté l'armée libyenne à renverser Mouammar Kadhafi, un «tyran», qu'ils accusent de «génocide».

11 heures. Quatre ferries grecs affrétés par les autorités chinoises étaient en route mercredi pour la Libye, pour évacuer notamment de Benghazi quelque 15.000 Chinois, en principe vers la Crète.

10h50. Sarkozy demande des sanctions et la suspension des relations. Le Président français a demandé mercredi «l'adoption rapide de sanctions concrètes» de la part de l'Union européenne (UE) contre les responsables de la répression en Libye et souhaité la suspension des relations économiques et financières avec ce pays «jusqu'à nouvel ordre».

10h40. La province libyenne de Cyrénaïque (côte est) n'est plus sous le contrôle du gouvernement de Mouammar Khadafi, a déclaré mercredi à Rome le ministre italien des Affaires étrangères, Franco Frattini.

Elle regroupe notamment les villes de Benghazi, d'Al Baïda, ou de Tobrouk (à lire le reportage de notre reporter qui est entré dans cette ville hier).


10h30. Le Conseil des droits de l'homme de l'ONU tiendra vendredi une session spéciale sur la situation en Libye, à la demande de l'Union européenne, a indiqué mercredi un responsable du Haut commissariat des Nations unies pour les droits de l'homme.

10h25. Des mercenaires étaient dans les rues de Benghazi. Plusieurs vidéos sur Youtube témoigneraient de la présence la semaine dernière de mercenaires dans la ville de Benghazi. Selon l'internaute qui a posté cette vidéo, muttardi, la scène ci-dessous s'est déroulée le 17 février dans la journée.



10h20. L'ambassadeur de Libye en Indonésie, Salaheddin M. El Bishari, a annoncé sa démission car il ne peut «tolérer» que des civils soient tués par le régime de Mouammar Kadhafi.

10 heures: Total a «commencé à suspendre» une partie de sa production de pétrole en Libye selon son porte-parole.

Dans la nuit de mardi à mercredi. 300 morts selon un premier bilan officiel. Les violences qui ont accompagné la révolte contre le régime libyen ont fait 300 morts -242 civils et 58 militaires-, selon les premiers chiffres officiels communiqués mardi soir.

Plus de 230 personnes ont été tuées depuis le 15 février, selon l'ONG Human Rights Watch (HRW). La FIDH avance le chiffre de 300 à 400 morts.

Le Conseil de sécurité de l'ONU condamne la répression. Le Conseil de sécurité de l'ONU a demandé mardi soir «la fin immédiate» des violences en Libye et condamné la répression des manifestants engagée par le régime du colonel Kadhafi, lors d'une réunion d'urgence consacrée à la crise dans le pays.

C'est la première fois que le Conseil a discuté de la tourmente qui a gagné le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord. «Il s'agit à l'évidence (en Libye) d'un cas différent de ce que nous avons vu en Egypte et en Tunisie du fait de l'étendue de la violence et de l'utilisation de mercenaires» contre les manifestants, a souligné un diplomate sous couvert d'anonymat.

Wauquiez: le discours de Kadhafi «fait peur». L'intervention télévisée de Kadhafi, hier, «fait peur», juge Laurent Wauquiez, le ministre des Affaires européennes. «Cette vidéo fait peur, elle donne des frissons dans le dos: le langage qui est utilisé, l'outrance et la violence des propos, l'absence totale de perspective politique, la France condamne tout cela avec la plus ferme détermination», a affirmé le ministre sur Canal Plus.

Il a annoncé de nouvelles rotations d'avions pour aller chercher en Libye des ressortissants français. Il reste environ 300 Français sur place, selon le ministre. Environ 750 Français vivent en Libye en temps normal.

«La France étudiera très vite, dès qu'on aura résolu le problème des ressortissants français, la prise de sanctions contre le régime de Kadhafi», a aussi souligné le ministre français.

Des Français rapatriés témoignent. Deux vols militaires affrétés mardi ont atterri très tôt mercredi, à l'aéroport de Roissy. A leur bord, quelque 500 Français rapatriés de Tripoli. Plusieurs ont refusé de répondre aux journalistes, d'autres ont raconté la tension, l'attente et la peur dans la capitale libyenne.

Fanny, son fils de deux ans et demi dans les bras, explique qu'elle «n'a rien vu». «On est restés cloîtrés chez nous, dans un quartier calme pendant une semaine», explique-t-elle. «On a eu peur pendant trois jours sans vraiment savoir pourquoi puisqu'on n'avait plus ni internet, ni téléphone», ajoute cette jeune enseignante. Elle raconte avoir «fait des provisions dimanche en voyant les Libyens acheter en grand quantité».

Mahir Korucu, ingénieur chez SNCF Géodis, n'a «pas eu peur» car «il n'y avait pas de danger pour les expats». Il décrit une ambiance tendue, avec «personne dans les rues» et des «grosses mitrailleuses montées sur des 4x4». «D'habitude on voyait la police, et là c'était l'armée avec des tanks qui était partout», témoigne le jeune homme qui vivait à Tripoli depuis deux ans.

Environ 750 Français vivent en Libye en temps normal. Selon les estimations du ministère des Affaires étrangères, ils étaient autour de 500 quand la crise a éclaté.

http://www.liberation.fr/monde/01012321688-300-morts-en-libye-selon-les-autorites
avatar
spike

Messages : 3721
Date d'inscription : 19/05/2009

http://anarchietotale.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Libye

Message  niouze le Mer 23 Fév - 15:53

en réponses a la question de spike (car ne croyons pas que si il n'y a pas d'intervention c'est pour évité l'ingerence la vérité est ailleurs (mais pas venu de l'espace) )
Pourquoi l'Occident ne vole pas au secours des Libyens
Par Marie Kostrz | Rue89 | 23/02/2011 | 12H34

Pétrole, lutte contre l'immigration et l'islamisme… Kadhafi exploite les limites de la diplomatie des droits de l'homme. Explicateur.


Depuis lundi, une avalanche de condamnations officielles s'abat sur le régime libyen. Pourtant, les puissances occidentales n'ont aucune emprise sur le cours des événements. Et ne cherchent pas forcément à en avoir.

Selon Hasni Abidi, directeur du Centre d'études et de recherche sur le monde arabe et méditerranéen (Cernam) à Genève et spécialiste de la Libye, certains actes commis par le régime ces derniers jours peuvent pourtant être qualifiés de crimes de guerre.

Au moins cinq éléments expliquent les atermoiements des pays occidentaux.
1La rente pétrolière a muselé les pays importateurs

La Libye, quatrième producteur en Afrique, dispose des plus importantes réserves de pétrole du continent. Elle exporte 85% de son or noir vers l'Europe occidentale. Premier client, l'Italie, dont 22% de ses importations proviennent du pays nord-africain.

Selon Bertrand Badie, spécialiste des relations internationales et professeur à Sciences-Po, cette forte dépendance explique l'inertie des puissances occidentales :

« Le marché pétrolier est extrêmement tendu actuellement. La situation est suffisamment critique pour que les Etats exercent eux-mêmes une autocensure sans que Kadhafi ne les menace de fermer le robinet de brut. »

Depuis la fin de l'embargo sur la Libye déclaré en 1999, Kadhafi a attisé la compétition entre les puissances occidentales gourmandes en pétrole. Le Guide a abandonné ses habits de terroriste et ouvert ses exploitations pétrolières aux pays étrangers. Le régime est alors devenu fréquentable aux yeux des Occidentaux. L'Italie, la France, l'Allemagne et surtout la Grande-Bretagne ont sauté sur l'occasion.

Le régime jouit ainsi d'une manne financière colossale. Il encaisse chaque année 35 milliards de dollars. Une opulence dont s'est servi Kadhafi pour asservir la communauté internationale, selon Hasni Abidi :

« Il a mis en place une politique d'arrosage visant à faire taire toute contestation au niveau national, mais aussi international : il a financé des groupes d'amitié franco-libyens par exemple.

L'Italie et l'Allemagne forment la police libyenne, car le régime paye cash. Les pays étrangers se retrouvent prisonniers de cette relation avec le pouvoir. »

Selon Bertrand Badie, la situation libyenne actuelle montre que la mondialisation a permis à n'importe quel pays de se doter de moyens de pression :

« Dans un contexte d'interdépendance croissante, les puissances sont condamnées à la prudence : chaque Etat a une influence grâce à sa capacité de déstabilisation. »

2La Libye, un verrou contre l'immigration…

Depuis plusieurs années, la Libye a été érigée en rempart contre les flux migratoires. Elle empêche les centaines de milliers de migrants d'Afrique sub-saharienne de rejoindre les côtes européennes de la Méditerranée. [en les enferment dans des camps au milieux du desert ] Bertrand Badie précise :

« La possibilité que le verrou libyen saute est une grande angoisse, quasiment obsessionnelle, de l'Occident. »

Cela inquiète particulièrement l'Italie : le pays craint un nouvel afflux massif d'immigrés, après l'arrivée à Lampedusa de plusieurs milliers de Tunisiens suite à la chute de Ben Ali.
3
… et contre l'islamisme

Autre peur : l'islamisme. Les puissances étrangères se sont aussi accommodées d'une dictature ferme envers ses partisans, très présents dans le Sahel et à l'Ouest de la Libye. Elles ménagent ainsi un régime qui a maté la contestation islamiste.
4
Instabilité tribale et absence d'opposition

Dans son discours-fleuve prononcé mardi, Kadhafi a brandi la menace tribale :

« Aucune tribu ne peut en dominer une autre et nous plongerons dans la guerre civile. »

L'organisation particulière de la Libye, structurée autour de grandes tribus alliées à Kadhafi, est également prise en compte par les puissances étrangères. Certaines viennent de prendre leurs distances avec le régime. La Warfalla, allié historique de Kadhafi et pilier du régime, a ainsi condamné lundi la répression.

Contrairement aux autres pays arabes, comme la Tunisie ou l'Algérie, le pays n'a pas de mouvements d'opposition, de diaspora active constituant un contre-pouvoir indirect. Hasni Abidi regrette :

« La Libye est le seul pays qui n'a de compte à rendre à personne. »

Dans ce contexte, les pays étrangers observent prudemment l'évolution des alliances tribales. Une source diplomatique française détaille :

« Les Occidentaux maîtrisent très peu la structure et les rapports inter-tribus. Ils attendent d'en savoir un peu plus avant d'agir, car ils ne connaissent pas vraiment les forces en présence.

Sur qui exactement s'appuyer en Libye ? Est-ce une révolution contre Kadhafi ou le fait d'une tribu qui cherche à s'imposer sur les autres ? Si oui, laquelle et quel est son projet politique ? »

5Les expatriés pris au piège

Kadhafi a choisi de combattre les protestataires « jusqu'à la dernière goutte de sang ». Des paroles qui obligent les pays étrangers à la plus grande prudence.

Selon notre source diplomatique, la France ne tentera rien tant que ses 750 ressortissants présents sur le sol libyen n'auront pas été évacués. L'imprévisibilité de Kadhafi, son passé terroriste et les menaces brandies lors de son discours inquiètent :

« En cas d'agression, on ne sait pas de quoi Khadafi est capable, ni quelles sont exactement ses capacités militaires ou ses alliances dans la région. Dans la mesure où il est prêt à sacrifier son propre peuple, on ne sait pas jusqu'où il peut aller et ce n'est pas pour rassurer les Occidentaux. »

Les pays limitrophes, cantonnés dans un rôle inférieur par Kadhafi, s'inquiètent aussi du sort de leurs ressortissants en cas d'intervention étrangère. D'après les sources officielles de chaque pays, il y aurait entre 50 000 et 80 000 Tunisiens et environ 1,5 million d'Egyptiens en Libye.

Et les Tunisiens ont été formellement accusés par le régime de fournir de la drogue aux contestataires. La Tunisie essaye donc de faire comprendre à la France qu'elle ne souhaite pas d'intervention qui risquerait de mettre en danger ses citoyens.

Avec l'exemple libyen, un constat s'impose. La diplomatie des droits de l'homme, qui a eu le vent en poupe après la chute du mur de Berlin, est aujourd'hui délaissée. Les interventions humanitaires et le rétablissement des droits de l'homme en cas d'agression sont aujourd'hui des actions qui ne mobilisent plus la communauté internationale. Bertrand Badie conclut :

« Ce type de diplomatie n'est utilisé que quand ça nous arrange et il a en plus montré ses faiblesses. Aujourd'hui, plus personne ne croit sincèrement en elle. »


Comment se débarrasser de Kadhafi, par Baudry.

► Mis à jour le 23/02/11 à 13h40. Les islamistes sont présents dans le Sahel et à l'Ouest de la Libye.

http://www.rue89.com/explicateur/2011/02/23/pourquoi-loccident-ne-vole-pas-au-secours-des-libyens-191890

_________________
"Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça." coluche
avatar
niouze

Messages : 5030
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Libye

Message  spike le Mer 23 Fév - 17:34

Ce n'était pas vraiment une question, mais ce texte est très intéressant. Merci.
avatar
spike

Messages : 3721
Date d'inscription : 19/05/2009

http://anarchietotale.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Libye

Message  ivo le Mer 23 Fév - 18:48

Libye : Kadhafi a personnellement ordonné l’attentat de Lockerbie (ex-ministre libyen de la Justice)
FRANCE INFO - 17:14
Kadhafi lâché par le monde entier et certains des siens, les langues commencent à se délier sur les 40 années de terreur du régime. Dans une interview accordée au tabloïd suédois Expressen, l’ex-ministre libyen de la Justice Mustafa Abdel-Jalil affirme détenir " la preuve que Kadhafi a donné l’ordre sur Lockerbie".


21 décembre 1988, après l'explosion en vol du Boeing 747 de la Pan Am à Lockerbie (Ecosse)
© REUTERS

Cet attentat perpétré contre un Boeing 747 de la compagnie américaine Pan Am avait coûté la vie, le 21 décembre 1988, à 270 personnes au-dessus de Lockerbie (Ecosse).

Cette action terroriste avait mis au ban de la société, durant plusieurs années, un Kadhafi accusé d’être à l’origine de l’attentat.
Alors que son régime est vacillant, les langues commencent à se délier : son ex-ministre de la Justice, qui vient de démissionner, affirme dans les colonnes d’un tabloïd suédois détenir "la preuve que Kadhafi a donné l’ordre sur Lockerbie". Selon Mustafa Abdel-Jalil, Kadhafi a donné personnellement ses instructions au Libyen Adbelbaset Ali al-Megrahi.
Cet ex-officier des services de renseignement libyens avait finalement été arrêté en 1991 en Libye, pour être livré à la justice écossaise sept ans plus tard.

Condamné en 2001 à la réclusion à vie assortie d’une peine de sûreté de 27 ans par un tribunal spécial écossais, Al-Megrahi n’a purgé que huit ans de prison. La justice écossaise l’a en effet libéré en août 2009 pour raisons humanitaires : il avait un cancer de la prostate et les spécialistes britanniques consultés lui donnaient moins de trois mois à vivre.

Accueilli en héros à son arrivée à Tripoli, Al-Megrahi est toujours en vie.
L’ex-ministre de la Justice affirme aujourd’hui que Kadhafi avait fait "tout ce qui est en son pouvoir pour faire revenir Al-Megrahi" .


Après l’attentat de Lockerbie et du DC10 d’UTA, l’association SOS-Attentats s’est toujours battue contre un retour en grâce de Kadhafi : sa présidente, Françoise Rudetski, au micro France Info de Bernard Thomasson (2'00")

Gilles Halais, avec agences


L’exode libyen, future catastrophe humanitaire ?
FRANCE INFO - 17:00
Déjà considéré comme une plaque tournante de l’immigration en Afrique, la Libye connait depuis deux jours un véritable assaut de réfugiés cherchant à fuir le pays. Plus de 5.000 personnes ont passé ses frontières entre lundi et mardi. L’Europe s’apprête à faire face à un afflux massif de réfugiés et redoute une crise humanitaire.


Réfugiés au poste frontière entre la Libye et l'Egypte.
© REUTERS

Le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) n’a pas attendu pour tirer la sonnette d’alarme. Son porte-parole, Melissa Fleming a d’ores et déjà demandé aux pays voisins de la Libye (Tunisie, Egypte, Soudan, Tchad, Niger et Algérie) de ne pas refouler les réfugiés fuyant un pays en proie à une violente répression du régime contre l’insurrection populaire.

Entre lundi et mardi, 5.700 personnes ont traversé la frontière à Ras Jedir direction la Tunisie. Selon un responsable du Croissant rouge pour la région de Ben Guerdane, "après ce qu’a dit Kadhafi hier, il y a un risque catastrophique" d’exode massif. Les menaces de mort à l’encontre des manifestants assénées par Mouammar Kadhafi ont terrorisé les populations sur place.

Les frontières libyennes sont assaillies par des flots de réfugiés qui veulent quitter le pays. Jean-Philippe Chauzy, Porte Parole de l’Organisation Internationale des Migrations (2'10")

Autre voisin de la Libye, l’Egypte s’organise pour tenter d’éviter le pire. Des hôpitaux de campagne et des camps sont mis en place à la frontière. Un tiers de la population libyenne, soit 2,5 millions d’habitants sont des immigrés d’Afrique subsaharienne. Selon le HCR "le pays est une plaque tournante importante pour la migration, pour les gens qui fuient les guerres et la violence sur le continent africain".

En Libye 2,5 millions d’habitants sont des immigrés
Parmi les pays européens les plus proches, l’Italie se prépare. "Nous savons à quoi nous attendre quand le régime libyen tombera : une vague de 200.000 à 300.000 immigrés. Soit dix fois plus que le phénomène des Albanais dans les années 1990", met en garde le ministre italien des Affaires étrangères, Franco Frattini. L’île italienne de Lampedusa est la porte d’entrée vers l’Europe.

L’Italie espère un soutien de ses partenaires européens. Lesquels, à l’image de la France ou de l’Allemagne refusent le concept du partage de la prise en charge des réfugiés illégaux, à l’image des Tunisiens qui ont fui leur pays après la chute de Ben Ali. Mais les exilés libyens fuyant les violences pourraient bénéficier d’une protection temporaire d’un an. Voire le déclenchement de l’article 78 du traité européen de Lisbonne permettant de débloquer une assistance financière en cas d’afflux soudain de réfugiés dans un ou plusieurs Etats membres.

Caroline Caldier, avec agences


L’est de la Libye échappe au contrôle de Kadhafi
FRANCE INFO - 16:24
L’opposition semble contrôler toute la côte orientale du pays, à la frontière égyptienne. Les soldats ont rallié les insurgés. Des scènes de liesse sont même signalées dans la région.


Des insurgés ont hissé le drapeau de la contestation - celui de l'indépendance du pays, avant Kadhafi - sur un bâtiment du port de Tobrouk.
© REUTERS

Un avion de chasse libyen qui s’écrase... parce que son équipage a refusé de bombarder Benghazi : tout un symbole. Symbole d’un renversement de la situation ? Car l’est de la Libye semble aujourd’hui avoir basculé sous le contrôle des insurgés. L’armée sur place n’obéit plus à Tripoli. Elle a rallié le mouvement d’opposition.
L’équipage de l’avion, lui, a eu le temps de sauter en parachute...


Les quelques témoins sur place racontent la population qui arbore fièrement le drapeau d’avant Kadhafi, celui de l’indépendance du pays. Sur la route côtière, qui va de la frontière égyptienne à la ville de Tobrouk, les gens font le signe de la victoire.

Parfois, le tableau est un peu moins idyllique. Des habitants de la localité d’Al-Baïda ont indiqué que des miliciens loyaux à Kadhafi avaient été exécutés.

Au total, les insurgés semblent contrôler toute cette région orientale, riche en pétrole, de la frontière égyptienne jusqu’à Ajdabiya plus à l’ouest, en passant par Tobrouk et Benghazi.

L’histoire n’en reste pas là. Al-Qaïda s’est invitée, en proclamant un émirat islamique à Derna, entre Benghazi et Tobrouk ; un émirat dirigé par un ancien détenu de Guantanamo, si l’on en croit le vice-ministre libyen aux Affaires étrangères.

Quant à la communauté internationale, elle s’inquiète doublement, d’un possible bain de sang dans le pays, et d’une crise humanitaire. Les réfugiés affluent aux frontières du pays (voir notre article).
Les pays étrangers, eux, continuent d’évacuer leurs ressortissants. Dans le plus grand désordre.
avatar
ivo

Messages : 26351
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Libye

Message  spike le Jeu 24 Fév - 0:30


«L'aviation bombarde les dépôts d'armes pour empêcher que les manifestants s’en emparent»
TÉMOIGNAGES
Arrivés ce mercredi, plusieurs passagers d'un vol Tripoli-Paris racontent leurs derniers jours passés en Libye: «des tirs, des cris», «les téléphones mis sur écoutes»…
84 réactions
Par VINCENT DUHEM


Arrivé par le vol d’African Airways à 14h30 à Roissy, un Libyen d'une soixante d'années, qui souhaite rester anonyme pour «protéger sa famille», accepte de témoigner pour Libé.fr. Il est épuisé, le vol a trois heures de retard. Il explique qu'à l'aéroport de Tripoli, la situation est «dramatique». «Il y a beaucoup d'étrangers, beaucoup d'Egyptiens. Il sont là depuis des jours, dorment là-bas.»

Il raconte «une révolte de la jeunesse contre le régime. Les gens en ont marre. Kadhafi n'a pas fait beaucoup de bien pour eux. Elle est sérieuse, bien organisée, comme en Tunisie et en Egypte. Elle contrôle déjà toute la région de Benghazi.»

«A Tripoli, je n’ai pas vu grand-chose. Il y a des affrontements entre les jeunes et les comités de la révolution». Il évoque «des violences», causées par «des mercenaires». «L'aviation bombarde les dépôts d'armes pour empêcher que les manifestants s’en emparent», assure-t-il. «Il y aura beaucoup de morts, ce qui est logique puisqu’on tire sur la foule avec des kalachnikovs».

L'armée est depuis le début de la révolte très peu présente à Tripoli. Mais son rôle sera «important» explique-t-il. «Si elle rejoint le peuple, le régime tombe.»

«Kadhafi nous a insulté, menacé, traité de drogué»

Selon ses informations, «Kadhafi est retranché dans le palais [où il a prononcé son discours], tout le pays est contre lui, sauf certains quartiers de Tripoli.» Il en est sûr, «si son palais tombe, c'est la fin du régime. Kadhafi a détruit le pays depuis quarante ans, il n'hésitera pas à l'éliminer de la carte.» Son discours l'a choqué. «Il nous a insulté, menacé, traité de drogué.»

Inquiet pour son pays, il en «appelle à l'opinion publique internationale». Pour l'instant, il se dit terriblement déçu de la position de la France. «Ce pays a été pour tous les Libyens une fenêtre de liberté, le pays des droits de l'homme. Et maintenant, La France se comporte comme un marchand de canons.»

La plupart des gens qui arrivent sur les vols réguliers avaient prévu de partir de longue date et disposent de billets, comme cet Anglo-Saxon d'origine indienne, qui travaille en Libye.

Lui aussi, décrit une situation «très grave» à l'aéroport de Tripoli. «Les gens n'ont plus de place pour se déplacer, dorment par terre.»

«A Tripoli, la nuit dernière a été la pire»

Souhaitant également rester anonyme, il estime que «c'est de pire en pire». «La violence augmente un peu plus tous les jours. A Tripoli, la nuit dernière a été la pire depuis le début de la révolte. Les bruits étaient assez effrayants. Des tirs, des cris, beaucoup d'activités. Mais c'est encore pire à Benghazi».

«A Tripoli, les téléphones sont mis sur écoute. Ils bloquent les télécommunications. Mais internet va mieux.»

Lui non plus n'a été victime, ni témoin direct de violences. Il rapporte tout de même que des amis lui ont confié avoir «assisté à des meurtres», sans plus de précisions. Ces derniers jours, Tripoli a des airs de ville morte, explique-t-il. «La journée, il ne se passe rien, les magasins sont fermés. Il y a très peu de voitures dans les rues. C'est vraiment la nuit que se déroulent les affrontements».

http://www.liberation.fr/monde/01012321785-l-aviation-bombarde-les-depots-d-armes-pour-empecher-que-les-manifestants-s-en-emparent
avatar
spike

Messages : 3721
Date d'inscription : 19/05/2009

http://anarchietotale.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 10 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum