Derniers sujets
» GRAVOS & FRIENDS
par ivo Dim 16 Déc - 17:29

» étude du fascisme
par ivo Ven 14 Déc - 9:46

» [Toulouse - 07-12-2018] GRAVESITE + ALL BORDERS KILL + VOMI NOIR
par vegan31 Ven 9 Nov - 14:32

» [Toulouse - 02-07-2018] TRAVOLTA + guests
par vegan31 Lun 11 Juin - 9:28

» [Toulouse - 09-07-2018] KNUR + guests
par vegan31 Lun 11 Juin - 9:27

» [Toulouse - 18-07-2018] SPEED-NOISE-HELL + OSSERP + MUTILATED JUDGE
par vegan31 Lun 11 Juin - 9:26

» [Toulouse - 20-08-2018] HIRAX + EVILNESS + VARKODYA + SCORCHED EARTH
par vegan31 Lun 11 Juin - 9:24

» À la lanterne
par krépite Lun 7 Mai - 22:31

» [Toulouse - 12-05-2018] SICKSIDE + JEANNOT LOU PAYSAN + AHURI
par vegan31 Lun 16 Avr - 0:34

» la police s'étonne qu'on ne l'aime pas
par niouze Mar 16 Jan - 12:29

» vite, je vais vomir ...
par niouze Ven 12 Jan - 13:23

» Tunisie >>>>>>>
par ivo Lun 18 Déc - 8:29

» la phrase du jour
par ivo Lun 18 Déc - 8:09

» [中国- Chine] 一般信息- Informations générales
par ivo Sam 16 Déc - 8:38

» les photos d'actus - l'info en résumé
par ivo Sam 16 Déc - 8:34

» macronie
par ivo Sam 16 Déc - 8:23

» enfance ...
par ivo Ven 15 Déc - 9:27

» démocratie et justice ...
par ivo Ven 15 Déc - 9:19

» internet , technologie, ...
par ivo Ven 15 Déc - 8:41

» sexisme ... encore et toujours ...
par ivo Ven 15 Déc - 8:19

» [Toulouse - 03-01-2018] HASSIG + TROTZ + PESTCONTROL
par vegan31 Ven 8 Déc - 10:42

» flicage total du net
par niouze Lun 4 Déc - 10:06

» état d'urgence et autres restrictions....
par niouze Jeu 30 Nov - 22:32

» pesticides / fongicides
par ivo Mer 22 Nov - 9:02

» contre l'esclavage moderne
par ivo Mer 22 Nov - 8:54

» Sur les rives du Jourdain
par ivo Mer 22 Nov - 8:52

» petits business entre amis
par ivo Mer 22 Nov - 8:41

» No Futur - la terre au 21° siecle
par ivo Mer 22 Nov - 8:36

» blancs comme neige ^^
par ivo Mer 22 Nov - 8:34

» homophobie dans le monde ...
par ivo Mer 22 Nov - 8:19

» immigration ...
par ivo Mer 22 Nov - 8:16

» Nucléaire mon amour ...
par ivo Mar 21 Nov - 9:19

» Afrique coloniale belge
par ivo Mar 21 Nov - 8:50

» Révolution russe
par ivo Mar 21 Nov - 8:01

» agriculture
par ivo Dim 19 Nov - 8:26

» <<< Santé >>>
par ivo Dim 19 Nov - 8:21

» droites extremes
par ivo Sam 18 Nov - 11:01

» Birmanie
par ivo Sam 18 Nov - 10:35

» U.E.
par ivo Sam 18 Nov - 10:10

» pologne
par ivo Sam 18 Nov - 8:44

» No Futur - l'espace au 21° siecle
par ivo Ven 17 Nov - 8:36

» Réunionnais de la Creuse
par ivo Ven 17 Nov - 7:56

» rwanda
par ivo Jeu 16 Nov - 9:49


Tchernobyl

Aller en bas

Tchernobyl

Message  ivo le Mar 26 Avr - 9:15

Il y a 25 ans, le monde se réveillait après la catastrophe de Tchernobyl
FRANCE INFO - HIER, 06:20
Dans la nuit du 25 au 26 avril 1986, le réacteur numéro 4 de la centrale de Tchernobyl, en Ukraine, explose. Le nuage radioactif monte à plus d’un kilomètre de haut, dispersant dans toute l’Europe une forte pollution radioactive. Il faudra un an et demi et le travail de 600.000 liquidateurs pour stabiliser la situation. Mais 25 ans après, des zones d’ombres subsistent.


Une petite fille devant les portraits de pompiers et liquidateurs de Tchernobyl, lors d’une cérémonie de souvenir hier soir à Slavutych en Ukraine.
© REUTERS / Gleb Garanich

Dans l’empire soviétique de l’époque, l’information est cachée à la population pendant plusieurs jours. Et pourtant, ce qui est d’abord présenté par les responsables ukrainiens comme un simple incident à la centrale de Tchernobyl va se révéler être en fait la pire catastrophe nucléaire civile de l’Histoire.

25 ans plus tard, cette commémoration réveille donc de douloureux souvenirs pour certains Ukrainiens. L’Ukraine, qui avec le Bélarus et la Russie - trois républiques de l’ex URSS - est en première ligne des pays exposés au nuage radioactif. Un nuage qui survolera bientôt toute une partie de l’Europe.

Souvenirs de Tchernobyl : rencontre à Kiev avec une jeune femme de la "génération Tchernobyl" Portrait signé Anne-Laure Barral (1'57")

Dans les jours qui suivent la catastrophe, le gouvernement français est pourtant formel : le nuage radioactif n’est pas passé au-dessus de l’hexagone. Dans la version officielle, il a été repoussé par un anticyclone. Aucune mesure de prévention n’est donc prise en France. Côté allemand en revanche, on ne voit pas les choses sous cet angle. De l’autre côté du Rhin, le gouvernement déconseille la consommation des salades et des épinards qui auraient pu contenir de l’iode radioactif.

Tchernobyl : des chercheurs alsaciens se souviennent bien de cette période et 25 ans après, plusieurs questions restent sans réponse Reportage de Blandine Lévite à Strasbourg (1'23")

Aujourd’hui encore, on connaît mal les effets du passage du nuage sur la santé. Le bilan total des victimes, tout comme les conséquences sanitaires de la catastrophe font encore débats. Quant au réacteur numéro 4, il a été recouvert à la hâte d’une chape aujourd’hui fissurée. Commencée à la fin de l’année dernière, la construction d’un nouveau sarcophage doit être achevée en 2015.

Tchernobyl : quelles conséquences sur la santé ? Jean-Marie Brom, physicien et chercheur à l’institut Hubert Curien de Strasbourg, n’a pas la réponse (0'37")

Ce 25ème anniversaire sera l’occasion de nombreuses commémorations mais également de plusieurs manifestations antinucléaires à travers l’Europe.

Cécile Mimaut, avec agences
avatar
ivo

Messages : 26729
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tchernobyl

Message  ivo le Mar 26 Avr - 9:56

Tchernobyl: un bilan sanitaire encore flou
http://www.20minutes.fr/article/712813/planete-tchernobyl-bilan-sanitaire-encore-flou

Un masque à gaz pour enfant et un chausson sont abandonnés dans un jardin de la ville fantôme de Prypiat près de la centrale nucléaire de Tchernobyl, Ukraine, le 4 avril 2011. G. GARANICH / REUTERS

NUCLEAIRE - Vingt-cinq ans après, le nombre de victimes fait encore l'objet de débats...

Vingt-cinq ans après l'explosion d'un réacteur de la centrale de Tchernobyl, le nombre exact des victimes reste le sujet de débats acharnés et des millions de personnes, selon les médecins, souffrent toujours de problèmes de santé liés à la catastrophe. Les autorités ukrainiennes estiment qu'au total 5 millions de personnes - Ukrainiens, Bélarusses et Russes - ont «souffert» de cette catastrophe. Une bonne partie d'entre eux vivent toujours sur les territoires contaminés. Pour Greenpeace, les suites de la contamination radioactive (cancers, atteintes au systèmes immunitaires, maladies cardiaques...) pourraient causer au total de 100.000 à 400.000 morts dans ces trois ex-républiques soviétiques.

Des chiffres qui contrastent avec le bilan de l'ONU, qui a estimé en 2005 à 4000 le nombre de personnes tuées par les radiations. Un comité scientifique de l'ONU, l'UNSCEAR, ne reconnaît que 31 morts d'opérateurs et pompiers directement imputables aux effets de la radiation et 19 autres «liquidateurs» morts avant 2006 pour «différentes raisons».

Forte augmentation des cancers de la thyroïde

Volodymyr Palkine, un Ukrainien de 69 ans qui travaillait à la centrale au moment de l'accident, a raconté à l'AFP passer au moins deux mois par an à l'hôpital, et avoir souffert d'hémorragies à la gorge et aux intestins. «J'avais une santé de fer, aujourd'hui j'ai une trentaine de maladies», a-t-il dit, assis sur son lit d'hôpital dans une clinique spécialisée à Kiev. «J'ai du mal à marcher, mes os s'émiettent, j'ai des problèmes à la thyroïde», a-t-il ajouté.

Après l'explosion du réacteur numéro 4 de la centrale le 26 avril 1986, environ 600.000 soviétiques réquisitionnés dans tout le pays ont participé pendant des mois à des travaux visant à stopper la propagation des radiations, isoler les débris du réacteur et nettoyer la zone contaminée autour de cette centrale atomique. La seule conséquence incontestable de la catastrophe est une forte augmentation des cancers de la thyroïde. Le dernier rapport de L'UNSCEAR paru en février fait état de 6.000 cas de cette maladie dont 15 fatals.

Pressions sur les scientifiques?

Le Bélarusse Iouri Bandajevski, médecin auteur de nombreuses études sur Tchernobyl, estime que les rapports officiels minimisent l'impact de la catastrophe sous la pression du lobby nucléaire. «Pendant 25 ans, les structures étatiques ont tout fait pour cacher les informations au profit du lobby nucléaire, le plus puissant au monde, qui dicte ses conditions», assure-t-il à l'AFP. Emprisonné dans le passé pour des accusations de corruption qu'il dénonce comme politiques et liées à ses critiques du pouvoir bélarusse, Iouri Bandajevski accuse les autorités des ex-républiques soviétiques de ne rien faire pour protéger les millions de personnes vivant sur les territoires contaminés.

Un autre médecin, l'Ukrainien David Belyi, qui travaille au Centre scientifique de médecine nucléaire à Kiev, rejette les accusations de pressions. «Personne ne nous interdit quoi que ce soit», a-t-il affirmé à l'AFP. «Si l'on examine la fréquence des maladies d'organes internes chez les victimes de Tchernobyl, nous ne trouverons pas d'augmentation par rapport à la population générale», selon lui. «L'espérance de vie chez ces personnes est la même que chez les autres Ukrainiens», soit 61 ans pour hommes et 73 ans pour femmes, selon lui. Des conclusions qui peuvent encore changer dans l'avenir, admet le scientifique. «Il ne faut pas avoir peur de réviser ses connaissances et reconnaître des erreurs», souligne-t-il.

© 2011 AFP
avatar
ivo

Messages : 26729
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum