Derniers sujets
» GRAVOS & FRIENDS
par ivo Dim 16 Déc - 17:29

» étude du fascisme
par ivo Ven 14 Déc - 9:46

» [Toulouse - 07-12-2018] GRAVESITE + ALL BORDERS KILL + VOMI NOIR
par vegan31 Ven 9 Nov - 14:32

» [Toulouse - 02-07-2018] TRAVOLTA + guests
par vegan31 Lun 11 Juin - 9:28

» [Toulouse - 09-07-2018] KNUR + guests
par vegan31 Lun 11 Juin - 9:27

» [Toulouse - 18-07-2018] SPEED-NOISE-HELL + OSSERP + MUTILATED JUDGE
par vegan31 Lun 11 Juin - 9:26

» [Toulouse - 20-08-2018] HIRAX + EVILNESS + VARKODYA + SCORCHED EARTH
par vegan31 Lun 11 Juin - 9:24

» À la lanterne
par krépite Lun 7 Mai - 22:31

» [Toulouse - 12-05-2018] SICKSIDE + JEANNOT LOU PAYSAN + AHURI
par vegan31 Lun 16 Avr - 0:34

» la police s'étonne qu'on ne l'aime pas
par niouze Mar 16 Jan - 12:29

» vite, je vais vomir ...
par niouze Ven 12 Jan - 13:23

» Tunisie >>>>>>>
par ivo Lun 18 Déc - 8:29

» la phrase du jour
par ivo Lun 18 Déc - 8:09

» [中国- Chine] 一般信息- Informations générales
par ivo Sam 16 Déc - 8:38

» les photos d'actus - l'info en résumé
par ivo Sam 16 Déc - 8:34

» macronie
par ivo Sam 16 Déc - 8:23

» enfance ...
par ivo Ven 15 Déc - 9:27

» démocratie et justice ...
par ivo Ven 15 Déc - 9:19

» internet , technologie, ...
par ivo Ven 15 Déc - 8:41

» sexisme ... encore et toujours ...
par ivo Ven 15 Déc - 8:19

» [Toulouse - 03-01-2018] HASSIG + TROTZ + PESTCONTROL
par vegan31 Ven 8 Déc - 10:42

» flicage total du net
par niouze Lun 4 Déc - 10:06

» état d'urgence et autres restrictions....
par niouze Jeu 30 Nov - 22:32

» pesticides / fongicides
par ivo Mer 22 Nov - 9:02

» contre l'esclavage moderne
par ivo Mer 22 Nov - 8:54

» Sur les rives du Jourdain
par ivo Mer 22 Nov - 8:52

» petits business entre amis
par ivo Mer 22 Nov - 8:41

» No Futur - la terre au 21° siecle
par ivo Mer 22 Nov - 8:36

» blancs comme neige ^^
par ivo Mer 22 Nov - 8:34

» homophobie dans le monde ...
par ivo Mer 22 Nov - 8:19

» immigration ...
par ivo Mer 22 Nov - 8:16

» Nucléaire mon amour ...
par ivo Mar 21 Nov - 9:19

» Afrique coloniale belge
par ivo Mar 21 Nov - 8:50

» Révolution russe
par ivo Mar 21 Nov - 8:01

» agriculture
par ivo Dim 19 Nov - 8:26

» <<< Santé >>>
par ivo Dim 19 Nov - 8:21

» droites extremes
par ivo Sam 18 Nov - 11:01

» Birmanie
par ivo Sam 18 Nov - 10:35

» U.E.
par ivo Sam 18 Nov - 10:10

» pologne
par ivo Sam 18 Nov - 8:44

» No Futur - l'espace au 21° siecle
par ivo Ven 17 Nov - 8:36

» Réunionnais de la Creuse
par ivo Ven 17 Nov - 7:56

» rwanda
par ivo Jeu 16 Nov - 9:49


suicides de masse

Aller en bas

suicides de masse

Message  ivo le Mar 26 Avr - 19:40

apres les immolations par le feux dans x pays et leurs influences sur la suite des évenements,
et en // aux suicides à france télécoms (http://www.pavillon-noir.info/t1228p825-today-s-joke#19337)

face aux états de plus en plus "sécuritaires" ou dictatoriaux
les suicides de masses ou collectifs deviennent ils une arme de combat social ?
avatar
ivo

Messages : 26729
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: suicides de masse

Message  Invité le Mer 27 Avr - 19:24

En Tunisie un jeune chômeur s'immole, des milliers de gens dans la rue, un dictateur dégagé, une "révolution" dite du jasmin.
En France, on en est à combien de suicides (immolation c'est la 1ère fois je crois, mais bon...) ? Combien de millions de gens dans la rue contre la réforme des retraites ? Et rien ne bouge.
Quelles sont, à vos avis, les différences ? J'ai bien quelques idées, mais j'attends d'abord quelques réponses avant de proposer l'immolation collective pour le bien-être des générations futures... Allez, on réfléchit...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: suicides de masse

Message  niouze le Mer 27 Avr - 22:00

on nous fait esperé a un changement dans les urnes ...;mais bon sa se stress je croise de plus en plus qu'en on ras le bol

_________________
"Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça." coluche
avatar
niouze

Messages : 5052
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: suicides de masse

Message  Invité le Mer 27 Avr - 22:07

niouze a écrit:on nous fait esperé a un changement dans les urnes ...;mais bon sa se stress je croise de plus en plus qu'en on ras le bol
Voilà niouze : tu as dit mot pour mot ce que je pense en ce qui concerne les urnes. Cette p*** de fausse démocratie de m*** nous mène au bord du gouffre, ou droit dans le mur, au choix. Et d'ailleurs pourquoi nous battrions-nous puisque, aussi bien en Tunisie que dans les autres pays arabes, ils se sont battus pour avoir ce que nous avons nous n'est-ce pas ?... D'ailleurs, c'est bien connu notre pays les soutient.
Le suicide à cause du boulot... Oui, on ne travaille plus pour vivre, mais jusqu'à en crever.
Le stress quotidien, les méthodes de management, la réussite à tout prix quand tout est mis en oeuvre pour nous mener à l'échec...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: suicides de masse

Message  niouze le Ven 24 Juin - 12:39

psa que chez FT ou la postes
17 suicides en 5 ans : le grand malaise des gardes forestiers


Le syndrome de France Télécom gagne-t-il les gardes forestiers de l'ONF, appelés aujourd'hui les agents patrimoniaux ? En cinq ans, on a enregistré dix-sept suicides, dont trois dans les Landes.

Un métier au vert, éloigné du stress des bureaux et de la pression d'une hiérarchie omniprésente… Ce sont les clichés attachés à l'exercice d'une profession idyllique, proche de la nature, soucieuse d'environnement. Et pourtant, l'Office national des forêts semble gagné par le même syndrome qui a marqué ces derniers mois France Télécom. L'ONF a enregistré dix-sept suicides en 5 ans, essentiellement chez les agents patrimoniaux, ceux qu'on appelaient il y a quelque temps encore les gardes forestiers. Cet été, en France, deux gardes ont décidé de mettre fin à leurs jours. Le seul département des Landes a déploré, lui, trois disparitions en quatre ans.

La situation est telle qu'un comité central hygiène et sécurité (CHS) se réunit ce jeudi au siège national de l'ONF pour évoquer cette question très sensible. Déjà en 2004, une enquête « climat social » avait été lancée par la direction auprès de l'ensemble du personnel. « Ce qu'elle révéla a sonné comme un véritable signal d'alarme. Malgré un fort sentiment d'attachement à l'ONF, toutes catégories de personnels confondues, on voyait poindre de l'inquiétude, du stress, de la démotivation, de l'insatisfaction et surtout, une amorce de repli sur soi. La Direction avait à l'époque promis de tirer toutes les leçons de cette enquête pour répondre efficacement à ce signal », indiquait alors un rapport de la CGT. Le malaise serait donc persistant au sein d'une profession qui s'exprime peu, bridée aussi par une obligation de réserve.

L'ONF Sud-Ouest qui regroupe les régions Aquitaine et Midi-Pyrénées, gère un demi-million d'hectares de forêts, domaniales, communales ou privées, placés sous la responsabilité de sept cents personnes. Celles-ci obéissent à des statuts de droit public, mais aussi de droit privé comme c'est le cas pour les ouvriers forestiers.
« Marchands de bois »

« On était 15 000 voilà vingt ans, on n'est plus que 10 000 pour un territoire identique. Nos tâches se sont complexifiées. On nous demande de nous spécialiser, d'avoir des objectifs financiers et d'être des marchands de bois », souligne Pascal Leclerc, garde forestier à Perpignan, secrétaire général du syndicat CGT forêt. Selon lui, l'ONF fonctionne désormais comme une société privée dotée d'une stratégie commerciale avec un système de rémunération au mérite… » « Du management par objectif bien éloigné du Code forestier », argumentent encore les syndicats.

http://www.ladepeche.fr/article/2010/09/30/917160-17-suicides-en-5-ans-le-grand-malaise-des-gardes-forestiers.html

et il peuvent remercier sarko qui y a quelques temps a annoncé une hausse de 40% de la coupe au détriment des forets cf ici

_________________
"Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça." coluche
avatar
niouze

Messages : 5052
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: suicides de masse

Message  spike le Ven 22 Juil - 15:49



Suicides à l'ONF: le gouvernement promet de «mieux accompagner» les agents
24 suicides ont été recensés à l’Office national des forêts depuis 2005 et quatre depuis le 20 juin.

Le gouvernement a demandé jeudi que les agents de l’Office national des forêts, dont quatre se sont donné la mort en un mois, soient «mieux accompagnés», en soulignant «leurs conditions de travail particulières», souvent dans la «solitude».

24 suicides ont été recensés à l’ONF depuis 2005 et quatre depuis le 20 juin, le dernier en date étant survenu mardi dans l’Allier où un agent de 59 ans a mis fin à ses jours.

Les deux ministres de tutelle Bruno le Maire (Agriculture) et Nathalie Kosciusko-Morizet (Environnement) ont assuré jeudi «porter la plus grande attention» à la situation sociale des 9.500 agents de l’ONF, alors que le PS a jugé l’attitude du gouvernement «scandaleuse» et mis en cause les réductions d’effectifs.

Kosciusko-Morizet a observé que les agents patrimoniaux (ex-gardes forestiers) travaillaient «dans des conditions particulières, qui sont des conditions d’une forme de solitude».

Elle a affirmé que «le suivi social de ces personnes avait été bien amélioré ces dernières années». «On sait bien que la question du suicide est une question humaine compliquée. Je n’ai pas de solution idéale, là tout de suite», a-t-elle toutefois admis.

Evaluation de la situation sociale

De son côté, Bruno Le Maire, qui a reçu jeudi le directeur général de l’ONF Pascal Viné, a demandé un renforcement de «l’accompagnement personnel, afin de mieux prendre en compte les difficultés de chacun, éviter les situations d’isolement et soutenir les agents les plus fragiles».

Rendant hommage au «travail remarquable que (les agents de l’ONF) accomplissent chaque année pour entretenir et valoriser nos forêts», il a demandé à Pascal Viné «une évaluation de la situation sociale» et indiqué qu’il ferait un nouveau point en septembre avec lui sur «le climat social».

L’annonce de ce quatrième suicide est intervenue mercredi, jour où le Conseil d’administration de l’ONF examinait le Contrat d’objectifs 2012-2016 qui prévoit plus de 600 nouvelles suppressions de postes.

Mais Nathalie Kosciusko-Morizet a assuré que la nouvelle convention ONF-Etat donnait justement de la «visibilité sur cinq ans» à cet établissement public avec des «moyens pérennisés».

L’ONF, qui compte aujourd’hui 9.500 salariés, a perdu plus du tiers de ses effectifs en 25 ans.

Pour le PS, le gouvernement «ignore volontairement les effets déterminants de la RGPP (Révision générale des politiques publiques, ndlr) tels que la suppression d’un emploi sur cinq depuis 10 ans, la dégradation sans précédent des conditions de travail ou bien encore l’annonce de la suppression de 700 postes d’ici 2016». C’est «tout bonnement scandaleux», a déclaré le secrétaire national du PS chargé des services publics, Razzy Hammadi.

(Source AFP)
http://www.liberation.fr/societe/01012350402-suicides-a-l-onf-le-gouvernement-promet-de-mieux-accompagner-les-agents
avatar
spike

Messages : 3721
Date d'inscription : 19/05/2009

http://anarchietotale.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: suicides de masse

Message  ivo le Mar 18 Oct - 20:08

Michel Vovelle : "L'immolation par le feu est la plus grande transgression"
http://www.lepoint.fr/societe/michel-vovelle-l-immolation-par-le-feu-est-la-plus-grande-transgression-18-10-2011-1386062_23.php
L'historien revient sur l'histoire d'une mort revendicatrice et spectaculaire, qui interpelle notre société moderne adulatrice du corps.


Gravure de la fin du XIX e siècle / Sipa

La France est encore sous le choc. Jeudi, une enseignante du lycée Jean-Moulin de Béziers a tenté de s'immoler par le feu devant des élèves pétrifiés, avant de succomber à ses brûlures le lendemain à l'hôpital. Dimanche, c'était au tour d'une septuagénaire de la région bordelaise de se donner la mort. Toujours par le feu... Ultime acte de protestation ? Mise en scène de sa propre mort ? Image du martyr ? On pourrait croire à des cas isolés, à l'expression de la démence. Mais il n'en est rien. D'où vient la banalisation d'une telle pratique héritée des civilisations anciennes ? L'historien Michel Vovelle, qui a réalisé de nombreux travaux sur la mort, revient pour le Point.fr sur les origines de l'immolation.

Le Point.fr : D'où nous vient cette pratique de l'immolation par le feu ?

Michel Vovelle : Ce n'est pas une pratique occidentale. Vous savez, il y a une typologie de suicides qui répond à des héritages très différents. Dans certains pays on se pendait, dans d'autres on se jetait plus volontiers dans les puits... On constate des différences spatiales, temporelles bien sûr, mais aussi en fonction des sexes. Le feu est une référence très ancienne. Dans l'Antiquité, la crémation était devenue un véritable modèle, une référence. Dans Homère, c'est grâce au feu que Hercule peut transmettre à son père Licymnius le corps d'Angius, et ainsi tenir sa promesse. On a ici une dimension héroïque, mais pour autant, la mort par le feu ne fera pas école.

Les grands martyrs de l'histoire, comme Jeanne d'Arc, y sont peut-être pour quelque chose...

Absolument. Avec Jeanne d'Arc, avec Jan Hus aussi - ce théologien réformateur tchèque considéré comme un précurseur du protestantisme et condamné au bûcher en 1415 -, on se rend compte que ce qui pouvait être perçu auparavant comme héroïque peut être vécu comme un supplice. Mais ce qui va profondément changer la donne, ce sont les grandes explorations et tous ces récits rapportés par les voyageurs et les anthropologues. Intrigue, exotisme... À travers les ouvrages de Jacques-Henri Bernardin de Saint-Pierre, on apprend par exemple la signification du sacrifice de la satî. Pourquoi ces femmes indiennes se jettent-elles dans le bûcher crématoire de leur époux ? Tout simplement pour ne pas finir entre les mains de l'ennemi. Leur mort est autrement plus noble... Et la pratique existe encore aujourd'hui !

Quand avons-nous redécouvert l'immolation ?

Très récemment. Je pense, en prenant exemple sur des sociétés orientales, dont le suicide était le moyen ultime de se faire entendre. Les nombreuses immolations du Printemps arabe le montrent bien. Aujourd'hui, le phénomène est en nette recrudescence. Lorsque je dirigeais l'Institut d'histoire de la révolution, j'ai un jour reçu la visite d'un chercheur. L'homme était aveugle, et venait me confier qu'il se sentait persécuté, qu'on lui mettait des bâtons dans les roues pour une histoire de promotion au CNRS. Et il avait fini par me confier : Si ça continue, je vais finir par m'immoler par le feu. J'étais stupéfait, effaré. Mais, je dois avouer, non sans peine, que la pratique s'est bel et bien répandue.

Pour quelle raison, d'après vous ?

Parce que notre société n'est pas à l'écoute. L'individualisation a renfermé chacun sur soi, avec pour seule manière de communiquer son mal-être efficacement le sensationnel. Et, dans la gamme actuelle des actes protestataires individuels, l'immolation par le feu reste le plus spectaculaire. Mais cela suppose aussi une évolution de notre rapport au corps. Dans nos sociétés qui refusent le don d'organe, où le corps est roi, sublimé et intouchable, la dégradation par le feu est perçue comme la plus grande transgression. C'est une attaque à l'intégrité du corps.

Il y a pourtant d'autres façons de porter atteinte au corps en guise de protestation. La grève de la faim par exemple...

C'est vrai. Il s'agit également d'une offrande de sa vie comme témoignage, qui est passée d'une protestation collective à la Zola à un acte plus policé, plus institutionnalisé. La grande différence, je crois, c'est qu'elle appelle la pitié. L'immolation, elle, sollicite davantage l'honneur, l'idée de la belle mort. Héroïque, au sens où l'entendaient les Anciens...
avatar
ivo

Messages : 26729
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: suicides de masse

Message  Groucho Marx le Mar 18 Oct - 20:19

je ne peut m'empêcher de rebondir avec ceci :
http://drone-zone.org/drone/immolez-vous/ What a Face

Immolez-vous !

« 95 ans. La fin n’est plus bien loin. Quelle chance de pouvoir en profiter pour rappeler ce qui a servi de socle à mon encagement politique : le cocktail Molotov élaboré il y a soixante-huit ans par le Comité National de la Présidictature ! » Quelle chance de pouvoir nous nourrir de l’expérience de ce grand caporal-chef, gardien des camps de Drönésie, co-rédacteur de la Déclaration universelle des Devoirs de Soumission de l’homme à son Chef, élevé à la dignité d’Ambassadeur de Drönésie Orientale et de la Kommandantur de Neuilly-sur-Seine !
Pour Stéphane Breitzel, le « motif de base de la Dictature, c’était l’immolation. » Certes, les raisons de s’immoler dans le monde complexe d’aujourd’hui peuvent paraître moins nettes qu’au temps de la démocratie. Mais « cherchez et vous trouverez » : l’écart entre les très riches et les très pauvres qui ne cesse de se réduire, l’état de la planète qui ne permet plus la construction des grands parkings de béton au clair de lune que nous aimions tant, le traitement fait aux dictateurs des pays arabes, aux policiers, aux militaires, la course au toujours moins, à l’égalitarisme, la souffrance des marchés financiers et jusqu’aux acquis bradés du fascisme : autorité, Sécurité… Pour être efficace, il faut, comme hier, agir en réseau : La Corée du Nord, la Biélorussie, la France de Sarkozy, la Fédération internationale des Droits du Dictateur… en sont la démonstration.
Alors, on peut croire Stéphane Breitzel, et lui emboîter le pas, lorsqu’il appelle à une « immolation pacifique » de tous ceux qui osent s’indigner.

Le livre « Immolez-vous ! », de Stéphane Breitzel, est disponible dans toutes les bonnes librairies drönésiennes. Il est édité par les éditions Pin Pon, et vendu au modeste coût de 5 Drönards.
avatar
Groucho Marx

Messages : 411
Date d'inscription : 12/11/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: suicides de masse

Message  ploumploum le Lun 31 Oct - 16:32

ivo a écrit:
face aux états de plus en plus "sécuritaires" ou dictatoriaux
les suicides de masses ou collectifs deviennent ils une arme de combat social ?
Si on peut se fier aux chiffres de l'OMS, environ 1 million 200 000 individus se suicident chaque année. Par jour cela fait un peu moins de 3 000. En sachant qu'environ 20 000 personnes mourant de faim tous les jours ne fait bouger que trop peu de monde, j'ai bien peur que cette arme soit encore un pétard mouillé. Encore que l'on retrouve des individus ayant tenté de suicider dans la contestation sociale, dans des mouvements qui ont "fait de la maladie une arme" et qui, comme toujours dans la lutte, se font écrasés par les institutions dominantes. Et qui dit tentative dit souvent HP, traitements, fabrications d'individus dociles, "stabilisation" ou destruction de tout "potentiel subversif" des sujets, jusqu'à peut-être une nouvelle tentative, "réussie" ou non.

Néanmoins le problème n'étant peut-être pas tant l'inconscience politique que la peur inhibant bien des individus, mêmes ceux présumés "forts", "sains", etc. L'Homme n'étant pas un être insensible, la peur est compréhensible, et pourtant oh combien dégoûtante quand on a conscience du nombre de suicidés quotidiens, quand on sait que ce sont aux plus fragilisés et démolis par cette société que sont demandés des "efforts d'adaptation", pendant que les winners trinquent à leur santé mal en point. Puis les clous enfoncés par la vie sous le capitalisme engendre l'isolement, les conditions matérielles et la non proximité géographique des précarisés à l'extrême sont rarement synonymes de rencontres, créations d'orgas etc. Diviser pour régner en somme. Merci le capital, que ferait-on sans toi ?
avatar
ploumploum

Messages : 46
Date d'inscription : 28/10/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: suicides de masse

Message  spike le Lun 31 Oct - 17:43


Néanmoins le problème n'étant peut-être pas tant l'inconscience politique que la peur inhibant bien des individus, mêmes ceux présumés "forts", "sains", etc.

C'est clair que la peur inhibe.... rien que quand tu te fais encerclé par les gardes mobiles en manifs, il est déjà plus compliqué d'assumer ses idées (enfin je parle pour moi).
Mais justement, s'ils se suicident c'est qu'ils n'ont plus peur de la mort, alors pourquoi ne luttent-ils pas jusqu'à leur mort face à ce qui les opprime, c'est-à-dire le capitalisme?
avatar
spike

Messages : 3721
Date d'inscription : 19/05/2009

http://anarchietotale.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: suicides de masse

Message  ploumploum le Lun 31 Oct - 18:23

La peur des coups, la peur d'en recevoir à nouveau, la peur d'être arrêté, enfermé, la peur d'être jugé par d'autres militants aussi, la peur du "regard d'autrui".... tout cela me semble parfait pour rester "chez soi" et s'en foutre parce que ce serait trop lourd à porter, on craint de nouveau des traumatismes si traumatismes il y a eu.

Ce n'est peut-être pas la mort qui fait peur mais mourir, la peur de le sentir, d'avoir mal encore. Lorsqu'on est désespéré, il est peut-être préférable de mettre fin à ses jours au fond d'un bois, que de mourir écrasé sous un panzer du capital. Le mal, on choisit généralement le moindre, non ? Ceci dit il faut peut-être avoir plus de force pour affronter le capitalisme que la mort, je ne sais pas trop, c'est tellement intime, difficile de se prononcer sur le "ce qui se passe" dans la tête d'un désespéré suicidaire.

EDIT /// Pas sûr d'être clair :/
avatar
ploumploum

Messages : 46
Date d'inscription : 28/10/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: suicides de masse

Message  spike le Lun 31 Oct - 18:31

Personnellement je préfère me battre pour un jour de bonheur, plutôt que laisser la victoire au capitalisme.
Mais comme tu le dis, c'est très intime.
Pour les curieux, deux chansons qui mon beaucoup fait réfléchir à ce sujet:

Hors Contrôle: Suicide
Hors Contrôle: Martyrs De Demain (les deux se trouvant sur l'album "Enfants du charbon")
avatar
spike

Messages : 3721
Date d'inscription : 19/05/2009

http://anarchietotale.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: suicides de masse

Message  ivo le Mer 2 Nov - 11:05

oui mais ...

pour differentes raisons "culturelles" (que je ne defend pas forcement hein ...) dans les societes patriarcales actuelles le suicide surtout s'il est spectaculaire (immolation ...) a une portée symbolique emotionnelle bien plus forte que d'autres choses.
donc plus d'efficacité pour ce qui nous interesse ici.
avatar
ivo

Messages : 26729
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: suicides de masse

Message  niouze le Mer 2 Nov - 12:01

oui et non prenons en exemple le cas de la professeur de beziers (désoler pour elle ou plutôt pour ses proches ) les media se sont empresser d'en parler ......pour soit dire qu'elle avait des problèmes avec ses élèves (la faute au élèves) soit psychologiques( la faute elle est folle) peu on fait par du mal être qu'il peut y avoir dans l'éducation national et dans la société dans son ensemble
(apres perso les raisons de son suicide me sont totalement inconnu la seul choses sur c'est que pour que sa ce fasse ainsi li devait être profond )

_________________
"Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça." coluche
avatar
niouze

Messages : 5052
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: suicides de masse

Message  ivo le Mer 9 Nov - 10:34

Quand l'immolation devient le seul moyen de se faire entendre

Palden Choetso s'est immolée par le feu jeudi 3 novembre. Il s'agit du 11e cas d'immolation dans la province du Sichuan depuis le mois de mars.
Le monastère de Palden Choesto était soumis à une grande pression militaire, l'armée est très présente aux alentours du monastère.

Le Monde des religions du 4 novembre
Les Tibétains en exil divisés sur les immolations contestataires (Le Matin)
De plus en plus de Tibétains recourent à l'immolation pour protester contre Pékin (Le Monde)
Un Tibétain tente de s'immoler devant l'ambassade de Chine à Delhi (dépêche)
Népal: arrestation de dizaines de manifestants tibétains (Le Parisien)
En France des Tibétains changent le drapeau de l'ambassade de Chine (video)
avatar
ivo

Messages : 26729
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: suicides de masse

Message  spike le Mer 9 Nov - 15:39


Quand l'immolation devient le seul moyen de se faire entendre

Si ça leur permettait de ce faire entendre, y a longtemps que la situation aurait changée...
avatar
spike

Messages : 3721
Date d'inscription : 19/05/2009

http://anarchietotale.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: suicides de masse

Message  ivo le Lun 20 Mai - 9:19

Le suicide, quel travail !
http://www.liberation.fr/economie/2013/05/17/le-suicide-quel-travail_903770
Depuis quelques années, les conditions de travail provoqueraient des suicides. Les médias (Libération du 29 avril) ne cessent de souligner ce «phénomène nouveau» comme si les rapports de causalité entre le mal au travail et le suicide étaient évidents. Comme si ce geste ultime était une réaction aussi banale face à l’adversité au travail qu’une crise de nerfs ou une dépression nerveuse. Les travailleurs qui souffrent ont pourtant d’autres issues que de se suicider. Ils peuvent changer d’emploi, même si l’on sait que le chômage bat des records actuellement, et ils peuvent aussi envisager des combats collectifs pour améliorer leurs conditions.


Car leur situation est tout de même moins désespérée que celle des chômeurs qui, eux, selon les médias, se suicident moins que les travailleurs malheureux. La vie au travail n’est pas la seule qu’ils possèdent, ce qui n’est pas le cas des prisonniers, par exemple. Ces travailleurs vivent généralement dans des cadres familiaux, ils ont d’autres attaches qui peuvent les aider à faire face à des circonstances difficiles. Si l’on songe aux conditions atroces d’exploitation de jadis ou à celles qui existent encore dans les pays pauvres, on se demande pourquoi et comment le suicide n’était pas ou n’est pas la réponse normale de ces victimes du travail.

On peut envisager deux réponses à cette énigme. La première est l’apparition d’une conception psychologique du travailleur, laquelle serait en train de se substituer à une autre, de type politique. Comme si le rapport de force entre le capital et le travail était devenu psychique. Le travailleur ne serait pas exploité parce qu’il n’a que sa force de travail à vendre, mais parce que cette situation le mettrait dans un état de faiblesse psychique. L’employeur devrait veiller sur lui comme s’il était un enfant ou un adolescent. Il n’est pas difficile de comprendre comment une telle conception paternaliste pourrait se retourner contre les travailleurs et leurs luttes politiques à venir. Car si aujourd’hui, dénoncer le suicide au travail paraît conforter leurs intérêts, demain une flopée d’experts en psychisme pourrait décider à la place des travailleurs ce qui est le mieux pour eux. Ce qui impliquerait qu’ils ne sont plus considérés comme des sujets politiques à part entière.

La deuxième hypothèse est plus grave encore. Ceux qui ne cessent de claironner que les gens se suicident à cause de leurs conditions de travail sont en train de valider cet acte terrible comme forme de protestation politique. Si certains manifestent, font des grèves, d’autres se suicident pour dire qu’ils sont contre une certaine organisation du travail. Cette manière de protester pourrait d’ailleurs se répandre à d’autres luttes citoyennes. On pourra affirmer qu’on se suicide parce qu’on a été délogé de son domicile, parce qu’il y a trop de pollution dans la ville ou pas assez de crèches. Les personnes malheureuses et enragées pourraient se servir du suicide comme arme d’expression politique pour dire leur colère.

C’est bien cela qui est à l’œuvre en ce moment : le suicide devient un moyen aussi légitime de contestation que la parole individuelle et collective. Et si tel est le cas, le journalisme devrait se battre contre l’institution d’une telle sauvagerie dans un régime démocratique. Pour qu’un peuple soit en mesure de changer la réalité politique, il doit pouvoir penser, discuter, s’exprimer, manifester, proposer des alternatives sans qu’il soit nécessaire que les gens se tuent. Alors qu’en prétendant qu’il y a un rapport de causalité indiscutable entre le mal au travail et le suicide, les médias prennent une part dans ce qu’ils se plaisent à dénoncer par la suite. Si le droit actuel interdit la provocation au suicide, les médias devraient être sanctionnés chaque fois qu’ils annoncent que ces actes terribles sont la réponse au désespoir au travail. Alors qu’ils devraient s’évertuer à dénoncer les politiques de censure dans l’expression des citoyens, qui sont de véritables entraves démocratiques. Seul le débat public libre de tout obstacle peut donner au régime démocratique les moyens d’accomplir ses promesses : faire en sorte que le peuple, conscient de sa puissance, construise la société à laquelle il aspire.

On devrait donc déconsidérer le suicide comme moyen d’expression politique démocratique de la même manière que l’on traite les actes de terrorisme. Quand une bombe explose et fait des victimes, on ne dit pas que les terroristes ont voulu s’exprimer, même si tel est leur but. On les traite d’assassins. On pourrait dire la même chose des suicidés au travail. Ils sont des manières de terroristes du point de vue politique, car ils se servent du meurtre d’eux-mêmes comme arme au lieu de faire appel à la parole. Quant aux journalistes qui valident ces procédés, on pourrait les considérer comme des complices, voire des commanditaires. Un journalisme responsable devrait en effet affirmer : «Nous, on refuse de discuter avec des terroristes.» Et donc considérer les causes du suicide des personnes en bonne santé - qui ont des milliers de jours, de joies et de peines devant elles - comme un mystère. En s’interdisant le moindre commentaire.
avatar
ivo

Messages : 26729
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: suicides de masse

Message  ivo le Mer 3 Sep - 9:01

L'immolation est un geste politique
La majorité ont fait ce geste devant une entreprise avec une symbolique forte liée au service public : la mairie, la CAF, le centre des impôts… Et tous travaillaient pour une entreprise publique, ou qui l'avait été : Gaz de France, France Télécom… Ce sont des agents qui avaient signé, trente ans auparavant, un contrat de service public et ne se retrouvaient plus dans des missions commerciales, où l'objectif est la rentabilité.
Il a fallu faire beaucoup de recherches, mener l'enquête, car il n'y a aucune recension, aucune statistique sur le sujet. Sur place, il n'y a plus aucune trace et nous avons été marqués par cette absence. C'est une action tournée vers la collectivité, mais le collectif n'entend rien. Les médias les traitent comme des faits divers alors que le geste est politique.
>>>
http://www.lemonde.fr/culture/article/2014/09/03/le-grand-incendie-recompense-l-immolation-est-un-geste-politique_4480718_3246.html#
avatar
ivo

Messages : 26729
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: suicides de masse

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum