Derniers sujets
» la police s'étonne qu'on ne l'aime pas
par niouze Ven 12 Avr - 22:09

» GRAVOS & FRIENDS
par ivo Dim 16 Déc - 17:29

» étude du fascisme
par ivo Ven 14 Déc - 9:46

» [Toulouse - 07-12-2018] GRAVESITE + ALL BORDERS KILL + VOMI NOIR
par vegan31 Ven 9 Nov - 14:32

» [Toulouse - 02-07-2018] TRAVOLTA + guests
par vegan31 Lun 11 Juin - 9:28

» [Toulouse - 09-07-2018] KNUR + guests
par vegan31 Lun 11 Juin - 9:27

» [Toulouse - 18-07-2018] SPEED-NOISE-HELL + OSSERP + MUTILATED JUDGE
par vegan31 Lun 11 Juin - 9:26

» [Toulouse - 20-08-2018] HIRAX + EVILNESS + VARKODYA + SCORCHED EARTH
par vegan31 Lun 11 Juin - 9:24

» À la lanterne
par krépite Lun 7 Mai - 22:31

» [Toulouse - 12-05-2018] SICKSIDE + JEANNOT LOU PAYSAN + AHURI
par vegan31 Lun 16 Avr - 0:34

» vite, je vais vomir ...
par niouze Ven 12 Jan - 13:23

» Tunisie >>>>>>>
par ivo Lun 18 Déc - 8:29

» la phrase du jour
par ivo Lun 18 Déc - 8:09

» [中国- Chine] 一般信息- Informations générales
par ivo Sam 16 Déc - 8:38

» les photos d'actus - l'info en résumé
par ivo Sam 16 Déc - 8:34

» macronie
par ivo Sam 16 Déc - 8:23

» enfance ...
par ivo Ven 15 Déc - 9:27

» démocratie et justice ...
par ivo Ven 15 Déc - 9:19

» internet , technologie, ...
par ivo Ven 15 Déc - 8:41

» sexisme ... encore et toujours ...
par ivo Ven 15 Déc - 8:19

» [Toulouse - 03-01-2018] HASSIG + TROTZ + PESTCONTROL
par vegan31 Ven 8 Déc - 10:42

» flicage total du net
par niouze Lun 4 Déc - 10:06

» état d'urgence et autres restrictions....
par niouze Jeu 30 Nov - 22:32

» pesticides / fongicides
par ivo Mer 22 Nov - 9:02

» contre l'esclavage moderne
par ivo Mer 22 Nov - 8:54

» Sur les rives du Jourdain
par ivo Mer 22 Nov - 8:52

» petits business entre amis
par ivo Mer 22 Nov - 8:41

» No Futur - la terre au 21° siecle
par ivo Mer 22 Nov - 8:36

» blancs comme neige ^^
par ivo Mer 22 Nov - 8:34

» homophobie dans le monde ...
par ivo Mer 22 Nov - 8:19

» immigration ...
par ivo Mer 22 Nov - 8:16

» Nucléaire mon amour ...
par ivo Mar 21 Nov - 9:19

» Afrique coloniale belge
par ivo Mar 21 Nov - 8:50

» Révolution russe
par ivo Mar 21 Nov - 8:01

» agriculture
par ivo Dim 19 Nov - 8:26

» <<< Santé >>>
par ivo Dim 19 Nov - 8:21

» droites extremes
par ivo Sam 18 Nov - 11:01

» Birmanie
par ivo Sam 18 Nov - 10:35

» U.E.
par ivo Sam 18 Nov - 10:10

» pologne
par ivo Sam 18 Nov - 8:44

» No Futur - l'espace au 21° siecle
par ivo Ven 17 Nov - 8:36

» Réunionnais de la Creuse
par ivo Ven 17 Nov - 7:56

» rwanda
par ivo Jeu 16 Nov - 9:49


[doc] Into eternity

Aller en bas

[doc] Into eternity Empty [doc] Into eternity

Message  ivo le Dim 5 Juin - 10:36

je ne l'ai pas vu mais la critique à l'air interressante

[doc] Into eternity Into_Eternity-fc0a6

La certitude de la folie des hommes
http://www.agoravox.fr/actualites/environnement/article/la-certitude-de-la-folie-des-95028
Pour l'Eternité ? Il y a quelque chose de presque poétique dans la traduction du titre du documentaire "Into Eternity". J'ajoute un " ?" alors qu'il n'y en a pas dans le titre anglais original. L'interrogation, on la retrouve tout au long du visionnage, elle nous colle au basques en sortant et elle ne nous lâche pas facilement.

Documentaire d'1h15 de Michael Madsen projeté dans seulement 3 salles parisiennes alors qu'il devrait, de mon point de vue, être proposé dans les plus grandes salles d'ici et ailleurs, Into Eternity est à voir et à méditer puis à conseiller... ce que je fais sur AgoraVox en me disant que peut-être, quelques curieux s'y aventureront...

L'affiche fait penser à celle du fameux Abyss, film fantastique où tout se passe dans les profondeurs océaniques. Avec Into Eternity, nous sommes dans les profondeurs de notre planète bleue. Ce documentaire nous fait découvrir le plus mégalomaniaque chantier de toute l'histoire des Modernes. Démarré dans les années 70 (ah quand même !?), il se poursuivra jusqu'en... (tenez-vous bien) l'an 2100 ! Les inventeurs et réalisateurs de ce projet n'ont reculé devant rien. On se demande même qui financent ce projet à côté duquel les travaux pharaoniques se réduisent à une attraction à Dysney Land.

Tout se passe en Finlande. Des ingénieurs, savants, experts, politiciens et autres individus de pouvoirs et de "savoirs" ont décidé de creuser une sorte de termitière sous-terraine descendant jusqu'à 4 kms de profondeur selon un plan précis réalisé dans les roches les plus dures d'un coin retiré du pays. L'endroit, les roches et les sous-sols sont considérés comme sûrs, à l'abri de toute instabilité de surface. Seule la surface - comprendre : les humains - est considérée comme imprévisible.

Ce projet de "ouf" s'appelle "Onkalo". Le documentaire nous fait découvrir les stupéfiants lacis déjà creusés dans les entrailles de la terre, les centaines d'explosifs ouvrant progressivement des tunnels d'une dimension colossale pour y stocker les quelques 200.000 (300.000 dit un des responsables de l'hyper chantier !) tonnes de déchets radioactifs que l'humanité porte déjà sur les bras comme un paquet encombrant et archi préoccupant comme chacun sait à présent.

Le réalisateur se place comme s'il s'adressait à des individus des générations futures, peut-être celle des années 2100 (?). Il questionne ainsi le spectateur invité à entrer dans les boyaux effrayants de ce stupéfiant projet. Filmé avec un incroyable talent, Madsen nous prend par la main (et la conscience) avec une palpable délicatesse comme s'il voulait éviter que l'on s'enfuit à toute jambe. Et il a raison car ce que nous dévoile ce documentaire, ce n'est pas seulement la dimension d'un projet dont on se demande de quel esprit halluciné il a surgi, mais aussi la totale incertitude de ceux que l'on appelle partout les spécialistes, les experts, les savants.

Usant de ralentis discrets mais à bon escient, Madsen parvient à nous offrir un spectacle qui prend très lentement aux tripes. La bande son alterne entre sonorités atemporelles glaçées comme le bleu presque blanc des projecteurs des sous-terrains et des musiques à la Sibélius nostalgiques, somptueuses, saisissantes toutes en lenteur. On progresse dans les tunnels gigantesques comme dans un mausolée interminable. Les ouvriers (très qualifiés !) qui oeuvrent dans ce chantier de la mort parlent peu et font leur boulot, réglé au millimètre, comme une routine.

Plusieurs interviews de responsables finlandais de haut niveau ponctuent cette symphonie mortelle. Et là, le réalisateur a fait très fort. Peu de questions et des réponses assez courtes. Des grands silences entre les questions d'une pertinence incontournable, avant que les interrogés parviennent à répondre quelque chose qui ait un vrai sens. Ils hésitent, fixent leur regard, cherche une réponse qui se tienne dans les arcanes obscures de leur propre cerveau. Car tout est là dans ce documentaire exceptionnel : nous découvrons la profondeur indicible de l'incertitude des esprits qui ont quand même lancé cet hyper chantier. Nous comprenons qu'ils agissent, décident, projettent, élaborent, dessinent, creusent, entreprosent, continuent ce délire sans rien savoir de ce qu'il adviendra vraiment. Sans rien savoir non plus de l'avenir de la planète, sans rien savoir de comment feront les génrations futures, sans rien savoir de comment prévenir ces générations futures de ne jamais creuser là un jour... Comment faire pour informer, transmettre, protéger ? Rien, ils n'en savent rien mais, comme les Shadoks, ils creusent, creusent et creuseront jusqu'en 2100 pour enterrer au plus profond de la terre nos pires cauchemars. D'un côté la précision ahurissante d'une titanesque technologie réglée comme un ballet glacial, de l'autre une absolue vacuité du futur que l'on fabrique aujourd'hui. Une création de terreur sous forme d'une termitière au fond de laquelle la Mort infinie est et continuera d'être entreposée.

On sort de cette projection abasourdi. On ne parvient même pas à imaginer à quoi cela peut ressembler sur place. On regarde autour de soi, la foule qui partout dans Paname ensoleillé va et vient mollement en fonction des pulsions consuméristes qui guide, invisible, les âmes d'aujourdh'ui. On lève les yeux vers ce ciel qui n'en finit plus d'être azuré, vers les arbres dont les feuillages denses frémissent au gré du vent tiède et l'on se demande si ce qu'on a vu, là bas au fin fond d'une immense forêt finlandaise enneigée, est une réalité ou un déraillement passager de l'esprit...

Je vous suggère à toutes et tous d'aller voir ce documentaire, ne serait-ce que pour qu'un maximum de personnes soit informé et exprime une opinion : est-ce une solution au problème des déchets nucléaires ou une totale folie ? Pour moi, pour le moment, la sidération ne fait que continuer...

Bande-annonce du docu :