Derniers sujets
» GRAVOS & FRIENDS
par ivo Dim 16 Déc - 17:29

» étude du fascisme
par ivo Ven 14 Déc - 9:46

» [Toulouse - 07-12-2018] GRAVESITE + ALL BORDERS KILL + VOMI NOIR
par vegan31 Ven 9 Nov - 14:32

» [Toulouse - 02-07-2018] TRAVOLTA + guests
par vegan31 Lun 11 Juin - 9:28

» [Toulouse - 09-07-2018] KNUR + guests
par vegan31 Lun 11 Juin - 9:27

» [Toulouse - 18-07-2018] SPEED-NOISE-HELL + OSSERP + MUTILATED JUDGE
par vegan31 Lun 11 Juin - 9:26

» [Toulouse - 20-08-2018] HIRAX + EVILNESS + VARKODYA + SCORCHED EARTH
par vegan31 Lun 11 Juin - 9:24

» À la lanterne
par krépite Lun 7 Mai - 22:31

» [Toulouse - 12-05-2018] SICKSIDE + JEANNOT LOU PAYSAN + AHURI
par vegan31 Lun 16 Avr - 0:34

» la police s'étonne qu'on ne l'aime pas
par niouze Mar 16 Jan - 12:29

» vite, je vais vomir ...
par niouze Ven 12 Jan - 13:23

» Tunisie >>>>>>>
par ivo Lun 18 Déc - 8:29

» la phrase du jour
par ivo Lun 18 Déc - 8:09

» [中国- Chine] 一般信息- Informations générales
par ivo Sam 16 Déc - 8:38

» les photos d'actus - l'info en résumé
par ivo Sam 16 Déc - 8:34

» macronie
par ivo Sam 16 Déc - 8:23

» enfance ...
par ivo Ven 15 Déc - 9:27

» démocratie et justice ...
par ivo Ven 15 Déc - 9:19

» internet , technologie, ...
par ivo Ven 15 Déc - 8:41

» sexisme ... encore et toujours ...
par ivo Ven 15 Déc - 8:19

» [Toulouse - 03-01-2018] HASSIG + TROTZ + PESTCONTROL
par vegan31 Ven 8 Déc - 10:42

» flicage total du net
par niouze Lun 4 Déc - 10:06

» état d'urgence et autres restrictions....
par niouze Jeu 30 Nov - 22:32

» pesticides / fongicides
par ivo Mer 22 Nov - 9:02

» contre l'esclavage moderne
par ivo Mer 22 Nov - 8:54

» Sur les rives du Jourdain
par ivo Mer 22 Nov - 8:52

» petits business entre amis
par ivo Mer 22 Nov - 8:41

» No Futur - la terre au 21° siecle
par ivo Mer 22 Nov - 8:36

» blancs comme neige ^^
par ivo Mer 22 Nov - 8:34

» homophobie dans le monde ...
par ivo Mer 22 Nov - 8:19

» immigration ...
par ivo Mer 22 Nov - 8:16

» Nucléaire mon amour ...
par ivo Mar 21 Nov - 9:19

» Afrique coloniale belge
par ivo Mar 21 Nov - 8:50

» Révolution russe
par ivo Mar 21 Nov - 8:01

» agriculture
par ivo Dim 19 Nov - 8:26

» <<< Santé >>>
par ivo Dim 19 Nov - 8:21

» droites extremes
par ivo Sam 18 Nov - 11:01

» Birmanie
par ivo Sam 18 Nov - 10:35

» U.E.
par ivo Sam 18 Nov - 10:10

» pologne
par ivo Sam 18 Nov - 8:44

» No Futur - l'espace au 21° siecle
par ivo Ven 17 Nov - 8:36

» Réunionnais de la Creuse
par ivo Ven 17 Nov - 7:56

» rwanda
par ivo Jeu 16 Nov - 9:49


Nazisme.

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

Nazisme.

Message  spike le Dim 17 Juil - 14:00



«La détresse des petits livrés à eux-mêmes»
Soixante-neuf ans après la rafle du Vél d’Hiv, Annette Krajcer, 12 ans en 1942, raconte l’horreur des camps de transit.
Par EMMANUÈLE PEYRET envoyée spéciale à Carpentras

Il y a soixante-neuf ans, les 16 et 17 juillet 1942, 13 152 Juifs parisiens, dont 4 115 enfants, étaient arrêtés par la police française lors de la grande rafle du Vél d’Hiv. Ils furent ensuite conduits dans les camps de Drancy, Beaune-la-Rolande et Pithiviers, avant d’être déportés vers les camps d’extermination allemands. Annette Krajcer (1) et sa sœur Léa, 12 et 14 ans en 1942, font partie des rares enfants qui ont pu être sauvés de la déportation. Elles furent arrachées des convois vers Auschwitz par une cousine, secrétaire à Drancy. Raflées avec leur mère le 16 juillet 1942, séparées d’elle le 2 août, à Pithiviers, elles ne l’ont jamais revue, puisqu’elle a été gazée à Auschwitz avec le convoi 14. Survivante du Vél d’Hiv, des camps de Pithiviers et Drancy, Annette Krajcer dit : «Je porte la parole de ces 4 000 enfants.»Libération a rencontré dans son mas près de Carpentras cette petite femme aiguisée de 81 ans, qui a préféré raconter elle-même son histoire, avec ses mots.

«Regardez ma feuille d’internement à Pithiviers : à l’enregistrement, le 19 juillet 1942, les gendarmes français n’ont pas su orthographier mon nom de famille, et ont fait une autre faute sur la fiche de ma sœur. En revanche, aucune erreur sur mon lieu de naissance : Paris, ni sur ma nationalité :française. Ni de manière assez incongrue, pour la profession, "sans" et la situation maritale, "celib", pas d’erreur. Cette année-là, j’ai 12 ans, ma sœur Léa 14. Nous avons été arrêtées le 16 juillet, ma mère, ma sœur, et moi à notre appartement du IVe arrondissement, comme 4 000 autres enfants avec leurs parents, Juifs étrangers ou apatrides. Notre père était absent, il travaillait alors comme ouvrier agricole dans les Ardennes.

«D’abord parquées avec d’autres familles dans le préau de l’école rue Geoffroy -Lasnier, nous avons été transportées en autobus au Vél d’Hiv où nous avons passé trois jours et trois nuits dans une angoisse extrême. Allions nous être séparées ? Qu’allait-il se passer ? Puis ce sont les wagons à bestiaux, direction le camp de Pithiviers. Avec l’arrivée massive des familles du Vél d’Hiv, le camp, vidé des Juifs internés là depuis 1941, déportés peu de temps auparavant, devient un lieu d’internement uniquement de familles, avec beaucoup d’enfants. Les conditions habituelles d’internement dans un camp - baraques, châlits remplis de paille, barbelés, miradors, appels, gendarmes français - restent supportables tant que les mères veillent sur eux. Sur nous.

«Soleil de plomb». «La dislocation des familles par les déportations successives des hommes, des adolescents, puis des mères, contraintes, parfois par la force, de laisser leurs enfants seuls au camp va tout changer. Le 2 août, nous avons vu notre mère partir vers le hangar noir, après une séparation déchirante : une journée durant à tâcher de se parler de chaque côté des barbelés, sous un soleil de plomb. Maman est partie le 3 août avec un millier d’autres femmes pour une "destination inconnue". Après le départ des mères, nous avons pleuré sans fin, perdues. Au camp, les enfants, des tout petits, livrés à eux-mêmes se trouvent dans une détresse indescriptible :à la fois affective, psychologique, sanitaire, matérielle… Puis nous sommes transférées le 15 août à Drancy, pour une déportation presque immédiate. Notre cousine a découvert fortuitement notre nom sur la liste du convoi en partance. Elle l’a supprimé de la liste, avant de nous faire quitter le bloc des partants pour celui des "résidents".

«Nous avons été libérées de Drancy le 29 septembre 1942 et avons habité chez grand-mère, la mère de maman, qui, française, n’avait pas été arrêtée. De façon assez incongrue, nous avons repris notre scolarité normalement. Nous avons alors vécu une double vie, amputée de notre mère, si tendre, si cultivée, un modèle d’intégration dans ce pays qu’elle sentait comme le sien, elle est arrivée bébé d’Ukraine en 1904 : les nuits de désespérance et de sanglots avec les journées de cours au lycée, des représentations de théâtre amateur, les récitals d’orgue à l’église Saint-Roch - lieux où je peux me rendre avec l’étoile.

«Puis, menacées d’une nouvelle arrestation, nous avons été cachées, par des familles, par des sœurs, des particuliers. Tous ces gens sans qui nous n’aurions pu survivre. Comme mon père, caché lui aussi par une famille jusqu’en 1944. Nos voisins à la campagne, qui gardèrent l’argent de papa et envoyèrent les mandats à chaque fois, la concierge qui a veillé jalousement sur notre appartement.

«Zèle». «Mais que dire de ces Français qui aux postes de responsabilités qu’ils occupaient dans l’administration de Vichy, la police, la gendarmerie, les préfectures, les transports ont concouru avec zèle, à la phase initiale en France de la solution finale programmée par les nazis. Et le silence qui a recouvert cette tragédie jusqu’en avril 1990 et la publication d’une "Enquête sur un crime oublié" d’Eric Conan [article sur les enfants des camps du Loiret paru dans l’Express, ndlr].

«Après la Libération de Paris c’est au cinéma que j’ai découvert avec les actualités précédant le "grand film", les premières images épouvantables des camps libérés par les Alliés : une façon d’entrevoir comment ma mère est morte. D’elle, il me reste le piano, le violon, des photos de l’enfance heureuse d’avant, deux petits bouts de papier écrits au crayon d’une écriture chaotique, probablement jetés du train encore en France, ramassés sur la voie et postés par des cheminots à l’adresse de ma grand-mère. Il nous a fallu attendre 1978 pour apprendre dans le livre-mémorial de Serge Klarsfeld que du convoi 14, celui de maman, parti de Pithiviers pour Auschwitz le3 août 1942, aucune femme n’avait survécu. Aujourd’hui mère et grand-mère, ancien médecin, cet été 42, je l’ai porté en moi toute ma vie. Mon destin aurait pu être de finir ma route à 12 ans à Auschwitz avec des milliers d’autres enfants…»

(1) avec Philippe Barbeau, «le Dernier Eté des enfants à l’étoile», 2010, Oskar jeunesse
http://www.liberation.fr/societe/01012349284-la-detresse-des-petits-livres-a-eux-memes
avatar
spike

Messages : 3721
Date d'inscription : 19/05/2009

http://anarchietotale.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nazisme.

Message  ivo le Ven 11 Nov - 11:48

"Ressources inhumaines", de Fabrice d'Almeida
fr info
Les gardiens des camps de concentration avaient une vie agréable. C’est ce que démontre l’historien Fabrice d’Almeida dans son nouveau livre. Cette première étude jamais réalisée sur les conditions de vie des bourreaux nazis, souligne que le régime avait consciemment décidé de choyer ces hommes et ces femmes afin de banaliser leurs crimes.

Ressources inhumaines, de Fabrice d'Almeida est publié chez Fayard (292 p., 16€) – Note : ****

Résumé :

Quelle était la durée du temps de travail d'un gardien de camp de concentration ? Préférait-il jouer aux cartes, pratiquer la boxe ou se délasser en lisant un roman policier ? Sa famille vivait-elle avec lui ? Il n'existait aucune étude systématique des gardiennes et des gardiens.
A partir des archives de la SS et des dossiers constitués après 1945 lors de l'épuration, Fabrice d'Almeida reconstitue la stratégie de gestion des ressources humaines que Himmler et ses adjoints ont mise en œuvre, non seulement pour permettre aux bourreaux d'accomplir leur office, mais surtout pour éviter qu'ils s'ennuient.
A Auschwitz, les gardiens n'ont pas seulement exterminé des femmes et des enfants, ils ont aussi tué le temps. Les tueurs nazis ont joui de loisirs savamment organisés alors qu'à la même époque les surveillants du Goulag étaient laissés dans une condition à peine supérieure à celle des détenus.
En adoptant l’angle de vue des tueurs, le livre ne prétend pas excuser leur crime. Mais ce regard dérangeant dévoile le management de l'entreprise SS et les choix des leaders nazis dont l'ambition était de donner à leurs auxiliaires une vie agréable. Jeux, lectures, cinémas, théâtres, bordel et vie de famille : le temps libre était pensé dans le détail. Tout cela banalisait la nature du "travail".

avatar
ivo

Messages : 26729
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nazisme.

Message  ivo le Sam 26 Mai - 18:52

Mort de Klaas Faber, deuxième criminel nazi le plus recherché
fr info
D'origine néerlandaise, ce criminel de guerre avait été condamné dans son pays en 1947. Il s'était évadé en 1952 pour se réfugier en Allemagne. Il est mort jeudi à Ingolstadt, dans le Land de Bavière.


Klaas Faber était membre de la SS Silbertanne pendant la Seconde Guerre mondiale. © AP

Soixante-cinq ans après sa condamnation à mort aux Pays-Bas pour crime de guerre, le deuxième criminel nazi le plus recherché du monde (selon le Centre Simon Wiesenthal) est mort jeudi dernier à l'âge de 90 ans. Le plus recherché est le Hongrois Ladislaus Csizsik-Csatar, il avait organisé la déportation de 15.000 juifs slovaques au printemps 1944.

Klaas Faber, ancien membre du commando SS Silbertanne, avait été condamné à mort aux Pays-Bas en 1947 pour l'assassinat de 22 juifs néerlandais. Sa peine avait été ensuite commuée en prison à vie, il avait surtout réussi à s'échapper en 1952 pour se réfugier dans le petit village de Ingolstadt, en Bavière. Un second procès avait eu lieu en 1957 mais avait abouti à un non lieu, l'accusé vivait paisiblement en Allemagne.

Plus récemment, en 2004, les Pays-Bas avaient essayé de négocier avec l'Allemagne pour que Klaas Faber purge sa peine dans son pays d'accueil, mais cette demande avait été rejetée par la justice allemande, étant donné le non-lieu prononcé par les juges néerlandais en 1957.

En 2010, c'est le tribunal de La Haye qui était revenu à la charge en émettant un mandat d'arrêt européen. Là encore la justice allemande avait refusé l'extradition puisqu'elle n'extrade pas ses ressortissants. Selon la loi édictée par les nazis, le simple fait de servir dans la SS octroyait la nationalité allemande.
avatar
ivo

Messages : 26729
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nazisme.

Message  ivo le Ven 18 Oct - 9:24

Une semaine après sa mort, le message posthume du nazi Priebke
frinfo
Alors que le corps de l'ancien officier SS est toujours en attente d'un lieu de sépulture sur l'aéroport militaire de Pratica di Mare, au sud de Rome, les médias italiens ont diffusé jeudi soir une vidéo où il justifie sa participation au massacre des Fosses Ardéatines, mais sans exprimer de regrets.

Mars 1944. En représaille après un attentat contre une unité SS, les nazis décident d'abattre 10 civils italiens pour chacun des Allemands tués. Au total 335 Italiens  vont être tués dans ce qui restera dans l'histoire comme le massacre des Fosses Ardéatines.En 1998, 'ex-capitaine SS Erich Priebke a été condamné à la réclusion à perpétuité pour sa participation à ce massacre.

Dans cette vidéo posthume, il affirme que les "communistes italiens (qui) commirent l'attentat contre la police allemande" savaient "qu'après venaient les représailles." Et il répète qu'il a obéi "à un ordre 
venant d'Hitler" et qu'il aurait risqué sinon d'"être fusillé". Mais il n'y exprime à aucun moment des regrets.

A LIRE AUSSI >>> Italie : le casse-tête des obsèques de l'ancien nazi Priebke
commentaire
Je ne me souviens pas que le pilote de l'Enola Gay ait jamais exprimé de regrets non plus...
https://www.dailymotion.com/video/x162uiu_priebke-diffuso-il-videotestamento-fosse-ardeatine-esecuzione-terribile-ma-impossibile-dire-di-no_news
avatar
ivo

Messages : 26729
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nazisme.

Message  ivo le Lun 3 Fév - 11:08

Les nazis voulaient-ils faire des armes biologiques à base d’insectes ?
http://passeurdesciences.blog.lemonde.fr/2014/02/02/les-nazis-voulaient-ils-faire-des-armes-biologiques-a-base-dinsectes/
Il existait, à la fin de la Seconde Guerre mondiale, une petite structure en marge du camp de concentration de Dachau, dans le sud de l'Allemagne. Sa création avait été ordonnée au tout début de 1942 par Heinrich Himmler (1900-1945), chef de la SS et de la police, un des principaux architectes de la Shoah et un des plus grands criminels du régime nazi. Pourtant, à première vue, il n'y avait rien de monstrueux dans cette structure, puisqu'il s'agissait... d'un institut d'entomologie.

On a longtemps pensé que ce laboratoire menait avant tout des recherches dans un but sanitaire, afin de protéger les SS qui, au front ou bien dans les camps de concentration, étaient exposés aux maladies transportées par les insectes, comme par exemple le typhus. Plus cyniquement, le régime nazi avait aussi besoin que les déportés destinés à périr d'épuisement par le travail dans les ateliers ou usines installés dans les camps, aient le temps de "servir" avant de mourir. Si Himmler décida d'installer cet institut de recherche à Dachau, c'est parce qu'IG Farben, firme chimique, allait y construire une grande usine de caoutchouc synthétique. L'ingénieur automobile Ferdinand Porsche, père de la voiture du peuple, la Volkswagen qui ne s'appelait pas encore "la Coccinelle", avait aussi convaincu le patron de la SS d'y installer une fonderie.

Dans une étude publiée en décembre 2013 dans la revue Endeavour, l'entomologiste allemand Klaus Reinhardt (université de Tübingen) se demande si, derrière les objectifs officiels de cet institut ne se cachaient pas d'autres buts moins avouables. Il a en effet retrouvé des protocoles de recherche émanant du laboratoire, qui n'avaient jamais été rendus publics jusqu'à aujourd'hui et qui éclairent l'activité de l'institut d'entomologie de la Waffen-SS d'un jour différent. Un des documents, daté d'avril 1942, que présente Klaus Reinhardt commence par préciser que si le camp de Dachau a été choisi, c'est parce que son "excellent équipement médical pourrait servir à la recherche. De plus, la recherche serait facilitée si des observations sur les prisonniers pouvaient être menées. Un autre point qui soutient le choix de Dachau tient dans les expériences sur Anopheles (un genre de moustique vecteur du paludisme, NDLR) que réalise le professeur Schilling en relation avec le paludisme." Les "expériences" en question consistaient à tester sur des déportés auxquels on inoculait le parasite responsable de la maladie des médicaments à des doses parfois mortelles. Plusieurs centaines de personnes décédèrent au cours de ce programme d'expérimentations humaines et Claus Schilling, condamné à mort pour ces horreurs lors du Procès des médecins de Nuremberg, fut pendu en 1946.

Adolf Hitler avait interdit l'utilisation d'armes biologiques et, officiellement, les recherches menées sur le paludisme à Dachau devaient se concentrer sur les moyens de contrecarrer une attaque ennemie utilisant cette maladie absente, en temps normal, du sol allemand. Plusieurs textes retrouvés montrent ainsi que les chercheurs de l'institut d'entomologie travaillaient sur des pesticides, qui étaient une des spécialités du directeur du laboratoire, Eduard May. Néanmoins, les documents mis au jour par Klaus Reinhardt sont parfois ambigus, où l'on peut comprendre que les recherches menées peuvent aussi bien avoir un but défensif qu'offensif. Eduard May essayait notamment de déterminer quelle espèce d'anophèles résistait le mieux au manque de nourriture et il évoqua dans un de ses protocoles le fait que des moustiques fraîchement devenus adultes pouvaient jeûner assez longtemps pour que l'on puisse envisager le transport depuis les locaux où ils étaient élevés en masse jusqu'à l'endroit où ils devaient être relâchés dans la nature... Dans un autre texte, May parlait de nouveau les questions pratiques liées à l'utilisation d'anophèles comme armes biologiques.

L'institut d'entomologie de Dachau ne s'est pas intéressé qu'au paludisme. D'autres documents font allusion au projet "Loir", des recherches secrètes qui ne concernaient aucun loir. Il s'agit d'une étude sur les puces et on comprend à travers ces textes qu'Eduard May passait beaucoup de temps à se procurer des rats et des cages où les mettre. Mais pour faire ? La réponse tient dans un nom, celui de Karl Josef Gross, qui revient à plusieurs reprises et qui est un médecin SS spécialiste du bacille de la peste... Là encore, les documents manquent pour savoir dans quelle intention l'institut d'entomologie voulait travailler sur cette maladie. Le 10 avril 1945, May finit par commander ses rats... dix-neuf jours avant que le camp de Dachau soit libéré par les troupes américaines.

Aucun des documents retrouvés par Klaus Reinhardt ne constitue la preuve que le laboratoire du camp de Dachau développait vraiment des armes biologiques à base d'insectes. La formulation est toujours suffisamment ambiguë pour que l'on ne puisse pas déterminer si les recherches sont menées dans un but offensif ou défensif. Néanmoins, une coïncidence est intrigante : dans un livre publié en 2006, l'historien américain Frank Snowden, assure que les Allemands furent responsables d'une attaque biologique en 1943 en Italie, en répandant des millions de larves de moustiques porteurs du paludisme dans des marais au sud de Rome, ce dans l'intention de ralentir la progression des troupes alliées qui remontaient vers la capitale italienne. Frank Snowden cite le nom du concepteur de l'opération, Erich Martini... qui faisait partie de l'équipe de Dachau.
avatar
ivo

Messages : 26729
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nazisme.

Message  niouze le Lun 3 Fév - 14:57

si les nazi ne l'ont pas fait les japonais eux n'ont pas hesiter a ce servir de la peste durant la 2nd guerre mondial
http://fr.wikipedia.org/wiki/Unit%C3%A9_731
http://www.interet-general.info/spip.php?article53

_________________
"Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça." coluche
avatar
niouze

Messages : 5052
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nazisme.

Message  ivo le Jeu 13 Fév - 21:25

Le bourreau nazi, ce bon père de famille
« Le Monde des livres » publie aujourd'hui, quelques jours avant sa parution en France et en Allemagne, un document exceptionnel : les lettres que Heinrich Himmler envoya à sa femme, Marga, de 1927, l'année de leur rencontre, à 1945, celle où Himmler se suicida.
>>>
http://www.lemonde.fr/livres/article/2014/02/13/le-monde-des-livres-publie-des-lettres-inedites-de-himmler-a-sa-femme_4365280_3260.html
avatar
ivo

Messages : 26729
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nazisme.

Message  ivo le Mar 2 Déc - 8:33

Le criminel de guerre nazi Aloïs Brunner serait mort en Syrie
http://www.france24.com/fr/20141201-criminel-guerre-nazi-alois-brunner-serait-mort-syrie-damas-centre-wiesenthal-adolf-eichmann/
Le centre Wiesenthal a décidé de retirer Aloïs Brunner de sa liste des criminels de guerre nazis recherchés. Selon un ex-agent des services de renseignement allemands, l'ancien chef du camp de Drancy serait décédé il y a quatre ans en Syrie.

Après des décennies de traque, le centre Simon Wiesenthal, qui traque les criminels nazis, a décidé de ne plus rechercher Aloïs Brunner, l'ancien bras droit d'Adol Eichmann, le principal responsable de la mise en œuvre de la "solution finale" durant la Seconde Guerre mondiale. Selon le directeur, Efraim Zuroff, cet officier SS serait en effet mort au Moyen-Orient, il y a quatre ans.

"Je suis presque certain qu'Aloïs Brunner n'est plus en vie et qu'il y est décédé il y a quatre ans en Syrie où il avait trouvé refuge", a-t-il expliqué à l'AFP lundi 1er décembre. "Nous avons obtenu ces informations d'un ancien agent des services de renseignement allemands, et nous avons décidé de le retirer de notre liste de recherche des criminels de guerre nazis et de leurs collaborateurs".

Selon de nombreuses sources, Aloïs Brunner se serait enfui dans les années cinquante en Syrie où il était connu sous le nom de "Georg Fischer". Malgré plusieurs demandes d'extradition, l'Allemagne ainsi que d'autres pays ont toujours essuyé des refus de la part des autorités syriennes.

La traque continue

Ce criminel nazi né en 1912 est accusé d'avoir envoyé 128 500 juifs vers les camps d'extermination. Il a notamment été le responsable du camp de Drancy en région parisienne, se rendant responsable de la déportation de 24 000 juifs français ou résidents en France en direction des camps de la mort. Aloïs Brunner a été condamné à mort par contumace par le tribunal permanent des forces armées à Paris en 1954. En 2001, la cour d'assises de Paris l'a de nouveau condamné à perpétuité pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité.

Le criminel de guerre nazi le plus recherché désormais est Gerhard Sommer, un ancien sous-lieutenant de la 16e division SS Reichsführer, condamné par défaut en juin 2005 à la prison à perpétuité pour le massacre de 560 civils italiens en 1944 en Toscane. En octobre, le centre Wiesenthal a par ailleurs transmis à la justice allemande une liste de 80 anciens membres peut-être encore en vie des Einsatzgruppen, le nom donné aux escadrons de la mort du régime d'Adolf Hitler.
avatar
ivo

Messages : 26729
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nazisme.

Message  ivo le Mar 27 Jan - 12:43

avatar
ivo

Messages : 26729
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nazisme.

Message  ivo le Mar 3 Fév - 8:28

Le "comptable d'Auschwitz" sera jugé en Allemagne
Un ancien officier du camp d'extermination nazi d'Auschwitz, Oskar Gröning, nonagénaire, va être jugé en Allemagne à partir du 21 avril pour complicité d'assassinat de 300 000 personnes.
Gröning, alors membre des Waffen SS, était chargé de compter les billets de banque retrouvés dans les bagages des prisonniers et de les transférer aux autorités nazies à Berlin.
L'accusé était également chargé de débarrasser les bagages des déportés afin qu'ils ne soient pas vus par les nouveaux prisonniers.
En 2005, Oskar Gröning avait indiqué au quotidien "Bild" qu'il regrettait d'avoir travaillé dans le camp d'extermination, affirmant qu'il continuait d'entendre les cris venant des chambres à gaz.
>>>
http://www.france24.com/fr/20150202-auschwitz-comptable-camp-concentration-nazi-juge-allemagne-Oskar-Gr%C3%B6ning-holocauste-pologne/
avatar
ivo

Messages : 26729
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nazisme.

Message  ivo le Mar 18 Oct - 8:46

L'Autriche va raser la maison natale d'Adolf Hitler
>>>
http://www.france24.com/fr/20161017-autriche-raser-maison-natale-adolf-hitler


et pas que dans la justice ....
Allemagne : après guerre, un système judiciaire gangréné par les anciens nazis
En 1957, 77% des hauts fonctionnaires du ministère étaient d’anciens membres de la NSDAP, le parti nazi.
Les personnes concernées ont-elles au moins eu des remords? «On ne trouve nulle part des mots de regrets, seulement des justifications»
Au bout du compte, pourquoi les instances judiciaires ont-elles conservé à leurs postes les anciens nazis? Après guerre, la nécessité de reconstruire un pays en ruines pour faire face au bloc communiste a rapidement pris le dessus. Ce qui passa par le recours à des fonctionnaires déjà formés, quitte à ce qu'ils aient travaillé au sein de l'appareil d'Etat hitlérien.
Résultat : les anciens nazis restés à leurs postes ont cherché à protéger leurs anciens camarades. On comprend alors d’autant mieux le peu de zèle, dans les années 50 et 60, des autorités judiciaires ouest-allemandes pour rechercher et faire condamner les criminels de guerre…
>>>
http://geopolis.francetvinfo.fr/allemagne-apres-guerre-un-systeme-judiciaire-gangrene-par-les-anciens-nazis-121673
avatar
ivo

Messages : 26729
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nazisme.

Message  ivo le Mer 30 Nov - 11:29

l'influence des nazis après 1945
77% des dirigeants du ministère de la Justice étaient d'anciens nazis en 1957
Le plus célèbre de ces cadres, l'ancien magistrat nazi Eduard Dreher, avait forgé en 1968 une loi d'apparence technique, qui avait considérablement compliqué les poursuites contre d'ex-criminels du IIIe Reich, mettant fin à la quasi-totalité des enquêtes en cours.
>>>
http://www.lexpress.fr/actualite/monde/europe/vaste-enquete-en-allemagne-sur-l-influence-des-nazis-apres-1945_1854385.html
avatar
ivo

Messages : 26729
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nazisme.

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum