Derniers sujets
» les photos d'actus - l'info en résumé
par ivo Mer 22 Nov - 10:15

» vite, je vais vomir ...
par ivo Mer 22 Nov - 10:12

» macronie
par ivo Mer 22 Nov - 9:07

» pesticides / fongicides
par ivo Mer 22 Nov - 9:02

» contre l'esclavage moderne
par ivo Mer 22 Nov - 8:54

» Sur les rives du Jourdain
par ivo Mer 22 Nov - 8:52

» petits business entre amis
par ivo Mer 22 Nov - 8:41

» No Futur - la terre au 21° siecle
par ivo Mer 22 Nov - 8:36

» blancs comme neige ^^
par ivo Mer 22 Nov - 8:34

» homophobie dans le monde ...
par ivo Mer 22 Nov - 8:19

» immigration ...
par ivo Mer 22 Nov - 8:16

» Nucléaire mon amour ...
par ivo Mar 21 Nov - 9:19

» Afrique coloniale belge
par ivo Mar 21 Nov - 8:50

» Révolution russe
par ivo Mar 21 Nov - 8:01

» la police s'étonne qu'on ne l'aime pas
par ivo Lun 20 Nov - 8:44

» agriculture
par ivo Dim 19 Nov - 8:26

» <<< Santé >>>
par ivo Dim 19 Nov - 8:21

» droites extremes
par ivo Sam 18 Nov - 11:01

» Birmanie
par ivo Sam 18 Nov - 10:35

» enfance ...
par ivo Sam 18 Nov - 10:33

» U.E.
par ivo Sam 18 Nov - 10:10

» pologne
par ivo Sam 18 Nov - 8:44

» No Futur - l'espace au 21° siecle
par ivo Ven 17 Nov - 8:36

» Réunionnais de la Creuse
par ivo Ven 17 Nov - 7:56

» la phrase du jour
par ivo Ven 17 Nov - 7:13

» rwanda
par ivo Jeu 16 Nov - 9:49

» médias ? quels médias ??
par ivo Jeu 16 Nov - 9:27

» flicage total du net
par ivo Jeu 16 Nov - 8:19

» internet , technologie, ...
par ivo Jeu 16 Nov - 8:07

» Infos insolites.
par ivo Mer 15 Nov - 8:04

» ZAD partout ?
par niouze Mar 14 Nov - 17:54

» pape, cathos, vatican et autres ....
par ivo Mar 14 Nov - 9:00

» Necronomacron
par ivo Lun 13 Nov - 7:46

» monde - stupéfiants
par ivo Dim 12 Nov - 8:20

» état d'urgence et autres restrictions....
par ivo Dim 12 Nov - 8:16

» conditions de travail ...
par ivo Dim 12 Nov - 8:10

» ... 14/18 ...
par ivo Dim 12 Nov - 8:07

» Combien d’autres murs à faire tomber ?
par ivo Sam 11 Nov - 10:23

» salaires
par ivo Sam 11 Nov - 9:15

» impots
par ivo Sam 11 Nov - 9:12

» démocratie et justice ...
par ivo Sam 11 Nov - 8:33

» Today's joke
par ivo Ven 10 Nov - 9:49

» Les prisons: questions.
par ivo Ven 10 Nov - 9:04


blancs comme neige ^^

Page 2 sur 13 Précédent  1, 2, 3, ... 11, 12, 13  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: blancs comme neige ^^

Message  ivo le Mar 2 Oct - 12:52

Corruption présumée : quatre policiers la BAC Nord de Marseille en garde à vue
fr info
L'Inspection générale de la police nationale (IGPN), la "police des polices", perquisitionne les locaux de la BAC Nord (Brigade anti-criminalité) de Marseille dans le cadre d'une enquête préliminaire ouverte début 2012 pour des faits présumés d'une extrême gravité. Quatre policiers ont été interpellés et placés en garde à vue.

Les "bœuf-carottes" ont investi ce mardi matin les locaux de la BAC (Brigade anti-criminalité) des quartiers Nord de Marseille. Des perquisitions sont en cours, qui visent notamment les vestiaires de certains fonctionnaires. Aucun autre détail n'est disponible dans l'immédiat.
Quatre policiers de la BAC ont été interpellés et immédiatement placés en garde à vue.

Les limiers de la "police des polices" agissent dans le cadre d'une enquête préliminaire ouverte début 2012 pour "vols et extorsions en bande organisée, violences aggravées, trafic de stupéfiants", à la suite de dénonciations internes. Un fonctionnaire de la BAC, révoqué pour avoir relâché un dealer en possession de stupéfiants sans en avoir informé sa hiérarchie, s'était épanché dans la presse locale.
De l'argent ou de la drogue ont-ils été "prélevés" au profit de policiers de la BAC Nord ?
L'enquête vise à vérifier ces allégations.

Règlements de comptes sur fond de trafic de drogue

Un nouveau préfet de police, doté de pouvoirs étendus, a été nommé à la mi-septembre en Conseil des ministres. Peu avant, un Conseil interministériel consacré à la criminalité à Marseille avait réuni une quinzaine de membres du gouvernement.
La deuxième ville de France est, depuis de nombreux mois, le théâtre de règlements de comptes sanglants sur fond de trafic de drogue.
commentaire
Si ce n'était que la BAC ..... Chuuuut !!! Certaines prostitués bulgares confient à certains clients que des policiers Marseillais leur trouvent des studios à louer pour " travailler " elles disposent même de leurs mobiles comme " protection " .... à suivre .... l' IGPN a beaucoup de travaille à Marseille .... ! ....
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: blancs comme neige ^^

Message  ivo le Jeu 4 Oct - 11:44

Marseille : drogue et argent liquide saisis dans les faux plafonds de la BAC Nord
fr info
Perquisitions fructueuses mardi matin dans les locaux de la BAC Nord de Marseille : la "police des polices" a saisi de la drogue, des bijoux et de l'argent liquide, dissimulés dans les faux plafonds de la brigade, apprend-on de source judiciaire.

Les voitures de la brigade avaient été truffées de micros et caméras : les "bœuf-carottes" savaient donc parfaitement ce qu'ils venaient chercher, en effectuant leur descente mardi matin dans les locaux de la BAC des quartiers Nord de Marseille. Et les perquisitions ont été fructueuses : quelque 500 g de haschisch, de l'argent liquide et divers objets, le tout dissimulé dans les faux plafonds de la brigade, confirme une source judiciaire. Selon RTL, il y avait même des bijoux.

Les contenus de plusieurs casiers des vestiaires de la BAC ont été placés sous scellés. Et des analyses comptables sont en cours sur les comptes bancaires de certains fonctionnaires, pour retrouver la trace de plusieurs dizaines de milliers d'euros "d'argent sale". Vérifications en cours également s'agissant du train de vie de certains policiers.

Dans le cadre de l'enquête ouverte pour "vol et extorsion en bande organisée", 12 "ripoux" présumés sont toujours en garde à vue dans les locaux de la gendarmerie de Marseille. "Un gage de neutralité", selon une source proche du dossier. Les premières présentations aux juges pourraient intervenir vendredi.
Dans le cas où certains seraient placés sous contrôle judiciaire et suspendus de leurs fonctions, voire écroués, les effectifs de la BAC Nord s'en trouveraient sensiblement réduits. Des solutions de remplacement sont d'ores et déjà à l'étude, "selon les dégâts que fera l'affaire," précise-t-on de même source.
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: blancs comme neige ^^

Message  ivo le Jeu 4 Oct - 19:22

actualisation ^^

Marseille : drogue, bijoux volés et argent liquide saisis à la BAC Nord et au domicile des "ripoux"
fr info
Perquisitions fructueuses mardi matin dans les locaux de la BAC Nord de Marseille : la "police des polices" a saisi de la drogue, des bijoux et de l'argent liquide, dissimulés dans les faux plafonds de la brigade et au domicile de certains policiers. La moitié de la BAC Nord pourrait être mouillée.

Les voitures de la brigade avaient été truffées de micros et caméras : les "bœuf-carottes" savaient donc parfaitement ce qu'ils venaient chercher, en effectuant leur descente mardi matin dans les locaux de la BAC des quartiers Nord de Marseille. Et les perquisitions ont été fructueuses : 500 g de résine de cannabis conditionnée dissimulée dans les faux plafonds de la brigade, des bijoux volés dans les vestiaires, et des liasses de billets au domicile de certains policiers. Certains planquaient dans des boites plusieurs milliers d'euros, confie une source policière à Elodie Guéguen du service enquête de France Info.

Des "éléments accablants", conclut cette source, évoquant "une véritable entreprise criminelle." Les écoutes des enregistrements réalisés dans les voitures sont tout aussi accablantes : on y entend les policiers se partager de fortes sommes d'argent, poursuit cette source.

La moitié des effectifs mouillés ?

Des analyses comptables sont en cours sur les comptes bancaires de certains fonctionnaires, pour retrouver la trace de plusieurs dizaines de milliers d'euros "d'argent sale". Vérifications en cours également s'agissant du train de vie de certains policiers.
Au total, la moitié des effectifs de la brigade pourraient être inquiétés, d'autres arrestations devraient être opérées.

Dans le cadre de l'enquête ouverte pour "vol et extorsion en bande organisée", 12 "ripoux" présumés sont toujours en garde à vue dans les locaux de la gendarmerie de Marseille. "Un gage de neutralité", selon une source proche du dossier. Les premières présentations aux juges pourraient intervenir vendredi.

Dans le cas où certains seraient placés sous contrôle judiciaire et suspendus de leurs fonctions, voire écroués, les effectifs de la BAC Nord s'en trouveraient sensiblement réduits. Des solutions de remplacement sont d'ores et déjà à l'étude, "selon les dégâts que fera l'affaire," précise-t-on de même source.

Malaise dans la police marseillaise après la mise en cause des policiers de la BAC Nord - Reportage d'Olivier Martocq
commentaires
C'est plus flic ou voyou ! C'est flic et voyou
Peu de gens sont prêts à l'admettre mais à bien des égards la police n'est qu'un gang comme un autre (certains préfère le terme de "corporation"), surtout la BAC. Il ne s'agit pas de mettre tout les policiers dans le même panier (à salade) mais la seule différence qu'il y a entre la BAC et les malfrats c'est que les premier travaillent pour l'état et porte un uniforme. Ca n'est qu'une question de choix. Quand on file un flingue et un uniforme donc les attributs du pouvoir à des imbéciles, voilà ce qui arrive: ils se croient au dessus des lois.
certes c'est un peu triste, cependant nos hommes politiques s'enrichissent à tour de bras et comment font ils eux ?
Tant qu'un flic gagnera en 1 mois, ce qu'un petit malfrat se fait en 1 jour.....Il n'y a pas que des idéalistes dans la police . Et je ne parle pas du manque de considération des citoyens et des gouvernants vis à vis de leur police.
Ecoeurant! En verite, tant que la police nationale n'aura pas reforme en profondeur sa politique de recrutement et de formation .... et que l'Etat ne paiera pas mieux ces fonctionnaires, il faut s'attendre a d'autres affaires semblables. Traditionnellement les financiers de l'Etat sont bien payes avec des primes consequentes, pour eviter qu'ils puisents dans les caisses, il faudrait en prendre exemple. L'ethique s'arrete toujours au commence l'Etre Humain avec ses faiblesses!
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: blancs comme neige ^^

Message  ivo le Ven 5 Oct - 12:37

Marseille : 12 "ripoux" de la BAC Nord déférés, "agissements inacceptables" (procureur)
fr info
Sur les 13 fonctionnaires de la BAC Nord de Marseille en garde à vue depuis mardi, 12 ont été déférés au parquet ce vendredi pour être mis en examen. Le procureur de Marseille dénonce des pratiques "inacceptables" confondues par des écoutes téléphoniques "accablantes." Les "ripoux" encourent jusqu'à 20 ans de prison.

"Ripoux" de Marseille : le procureur Jacques Dallest dénonce "tout un catalogue des agissements les plus inacceptables"

Trois jours après la descente des "bœuf-carottes" à la BAC Nord de Marseille, 12 des 13 policiers placés en garde à vue ont été déférés au parquet en tout début de matinée. Ils devraient être mis en examen par la juge Patricia Krummenacker dans le cadre de l'instruction ouverte au début de l'année pour vol et extorsion de fonds en bande organisée, et trafic de drogue.
Des faits d'une extrême gravité s'agissant, de surcroît, de fonctionnaires de police qui encourent jusqu'à 20 ans de réclusion criminelle.

Affaire exceptionnelle, enquête hors norme

Trente limiers de la "police des polices", dont certains sont descendus de Paris en renfort, ont cuisiné les suspects durant trois jours. Quinze autres fonctionnaires ont été entendus mais en dehors du régime de la garde à vue. Au terme de ce premier épisode, le procureur de Marseille a livré des détails sur l'ampleur de l'affaire.

Pour confondre les "ripoux", l'IGPN (Inspection générale de la police nationale) avait déployé de très gros moyens : écoutes téléphoniques, "sonorisation" (caméras vidéo, micros cachés) des voitures et des bureaux des suspects, balises GPS sous les voitures etc.
Ce qu'ils ont trouvé en perquisitionnant les locaux de la BAC Nord et les domiciles de certains fonctionnaires est à la hauteur de ce qu'ils attendaient : drogue, argent liquide et même bijoux volés.

"Tout un catalogue d'agissements inacceptables [...] Un système organisé de vol, de racket, de trafic de drogue" (procureur)

Plus révélateurs encore, les enregistrements des conversations tenues dans les voitures de service : "C'est assez instructif sur les pratiques délictueuses qui étaient en cours chez les intéressés [...] dans ce que je considère comme un système organisé de vol, de racket, de trafic de drogue", explique le procureur Jacques Dallest. Des conversations "accablantes" révélant "tout un catalogue des agissements les plus inacceptables et cela de façon répétée dans le temps [...] Le sentiment, c'est qu'on a une gangrène qui a touché ce service", insiste le magistrat.
Certains fonctionnaires ont reconnu partiellement les faits, d'autres nient en bloc.

"C'est une affaire lourde, loin d'être terminée", poursuit le procureur Dallest. Les soupçons se portent sur quasiment toute l'équipe de jour de la BAC Nord, soit 30 à 40 fonctionnaires.
combien on pari que pas un seul ne prendra 20 ans ??? XD
quand à la rareté supposée de la pourriture des flics, bfmtv à fait une petite vidéo avec qques cas seulement, juste de ces 25 dernieres années .... à voir ...
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: blancs comme neige ^^

Message  ivo le Mer 10 Oct - 10:07

Marseille : "Flics le jour, voyous la nuit"
fr info
"Flics le jour, voyous la nuit", c'est le titre de la Provence qui a eu accès aux écoutes téléphoniques réalisées pendant des mois par la police des polices sur les policiers marseillais suspectés notamment de racket et de trafic de stupéfiants. Selon Romain Luongo dans la Provence, des écoutes qui "donnent le vertige"...

Car ces écoutes révèlent une véritable entreprise d'extorsion à grande échelle générant des sommes démesurées.

Sur la trentaine de policiers de la Bac Nord interpellés, trois seraient au coeur de l'enquête, les autres en comparaison n'auraient été que des amateurs.

Pour les trois piliers du trafic, la combine était simple : ils ciblaient à chaque fois une cité, pour se faire remettre la drogue détenue par des revendeurs au pied des immeubles. Ensuite, ils allaient tout simplement revendre eux-mêmes la marchandise aux dealers d'une autre cité. A la fin du mois, les gains pouvaient atteindre jusqu'à 30 000 euros.

Une affaire qui tournait tranquillement depuis des années. Sans parler des petits plaisirs, les restaurants qu'ils payaient avec de la drogue ou qu'ils s'offraient sans payer, exactement comme dans le film "Les ripoux".

Selon la Provence, d'autres policiers pourraient se retrouver mis en cause, et l'affaire n'a pas fini d'ébranler la police marseillaise.
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: blancs comme neige ^^

Message  ivo le Ven 12 Oct - 9:05

La BAC nord de Marseille déjà pointée du doigt en 2009
fr info
Alors que Manuel Valls est présent ce jeudi soir à Marseille, Le Point révèle que les agissements des policiers de la BAC nord de Marseille avaient déjà été dénoncés par un responsable associatif il y a trois ans. A l'époque, l'ancien numéro deux de la police marseillaise n'avait pas transmis le dossier à la justice.

Un responsable associatif avait dénoncé les agissements de la BAC nord de Marseille il y a trois ans. Précisions d'Isabelle Dor.

"Monsieur le préfet, nous tenons à dénoncer des agissements honteux au sein des forces de police qui sévissent dans notre secteur".

La phrase est tirée d'une lettre envoyée en octobre 2009 à la préfecture des Bouches-du-Rhône par un responsable associatif des quartiers nord de Marseille. Dans ce courrier publié sur le site internet du Point, l'auteur explique notamment avoir vu "des sacs pleins de baskets ou d'accessoires de contrefaçons déposés à l'arrière des véhicules de la BAC".

La réponse de la préfecture arrive deux mois plus tard. La directrice de cabinet du préfet délégué pour la sécurité pour la sécurité et la défense à Marseille explique qu'une enquête a été menée mais qu'elle "n'a pas permis de corroborer les faits que vous m'avez dénoncés".

Le parquet de Marseille tenu à l'écart

Selon l'hebdomadaire, l'enquête a été diligentée par le directeur départemental de la sécurité publique. Pascal Lalle qui a choisi de confier les investigations à un cabinet d'audit et de discipline plutôt qu'au parquet de Marseille.

Toujours d'après Le Point, un rapport interne de police daté de décembre 2010 alerte une nouvelle fois Pascal Lalle des agissements de la BAC nord. Celui-ci confie une nouvelle fois l'enquête au cabinet d'audit et d'investigation... qui ne donne pas suite. C'est finalement l'Inspection générale des services qui alerte le parquet en novembre 2011 sur la base de PV de renseignements anonyme. Depuis, 30 policiers ont été suspendus. La Bac nord a été dissoute et Manuel Valls est sur place ce jeudi soir.

Le nom de Pascal Lalle est revenu à plusieurs reprises depuis la prise en main du dossier marseillais par le gouvernement. Le 18 juillet dernier, il a été officiellement nommé directeur central de la Sécurité publique, en charge de 68.000 policiers en France.

.........
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: blancs comme neige ^^

Message  ivo le Sam 13 Oct - 9:04

Une élue de Paris mise en cause dans une affaire de blanchiment d'argent
fr info
Adjointe écologiste au maire du XIIIe arrondissement, elle figure parmi les 17 personnes interpellées en France lors du démantèlement d'un réseau de blanchiment de fonds, liés à un trafic de drogue. Une perquisition à son domicile a permis de retrouver plusieurs dizaines de milliers d'euros, en liquide.

C'est "l'une des plus importantes affaires de blanchiment de ces dernières années", à en croire une source proche du dossier. 20 suspects, au total, ont été arrêtés mercredi et plusieurs millions d'euros saisis, en espèces et biens de valeurs.

20 suspects donc - trois en suisse, les responsables présumés du réseau de blanchiment, et 17 en France, soupçonnées d'être membres du réseau de trafic de stupéfiants, des blanchisseurs et des bénéficiaires des remises d'espèces. Parmi eux, une dizaine de "cols blancs" parisiens. Dont cette adjointe écologistes au maire du XIIIe arrondissement de Paris, chez qui plusieurs dizaines de milliers d'euros en liquide ont été retrouvés.

Huit tonnes de cannabis

A l'origine de ce coup de filet, une enquête de février dernier qui a mis au jour un important réseau d'importation de cannabis entre le Maroc, l'Espagne et la région parisienne. A l'époque, le réseau avait déjà importé plus de huit tonnes de cannabis, pour un montant estimé à 40 millions d'euros.

Les millions d'euros tirés de la revente étaient blanchis via "une machinerie complexe", selon le parquet. Les sommes transitaient sur les comptes suisses de ces délinquants en "col blanc", avant de partir pour des comptes à l'étranger appartenant aux organisateurs du trafic.
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: blancs comme neige ^^

Message  ivo le Mar 23 Oct - 20:11

Des policiers de la Bac nord complices d'assassinat ?
L'avocat d'un caïd marseillais tué en 2008 vient de porter plainte contre des policiers de la Bac nord de Marseille. Selon lui, ils auraient livré en pâture le nom de son client provoquant son assassinat.
>>>
http://www.franceinfo.fr/faits-divers/des-policiers-de-la-bac-nord-complices-d-assassinat-778561-2012-10-23
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: blancs comme neige ^^

Message  ivo le Ven 26 Oct - 19:03

Le maire du Mont-Saint-Michel sera jugé pour prise illégale d'intérêts
fr info
Éric Vannier, le maire du Mont-Saint-Michel, comparaîtra le 30 janvier prochain pour prise illégale d'intérêts. Son prédécesseur l'accuse d'avoir modifié le départ des navettes du Mont-Saint-Michel pour favoriser ses activités commerciales. L'élu possède en effet plusieurs hôtels et restaurants sur l'îlot rocheux.
>>>
http://www.franceinfo.fr/faits-divers/le-maire-du-mont-saint-michel-sera-juge-pour-prise-illegale-d-interets-782139-2012-10-26




Une brigadière mise en examen pour trafic de stupéfiants
fr info
Une policière de Seine-Saint-Denis a été arrêtée et placée en détention à Rouen. Elle est soupçonnée d'avoir livré des informations à son petit ami. L'homme est le chef présumé d'un réseau de trafic de drogue qui avait commencé à être démantelé au Havre en 2011.


La brigadière, âgée d'une trentaine d'années, travaillait à la direction territoriale de la sécurité publique de Seine-Saint-Denis. Elle a été arrêtée, mise en examen et écroutée pour trafic de stupéfiants. La justice la soupçonne d'avoir livré des informations à son compagnon. Un homme qui serait à la tête d'un réseau de trafic de drogue.

L'affaire avait débuté en 2011 après l'interception au Havre d'un go-fast. La voiture transportait plusieurs dizaines de kilos de cannabis. L'enquête s'est orientée sur la jeune policière qui aurait consulté sur son lieu de travail des fichiers lui permettant de tenir son partenaire informé des investigations sur lui. Elle aurait lui également donné des éléments permettant de repérer les voitures banalisées.

Par ailleurs, les enquêteurs ont été alertés par le train de vie très important du couple selon Paris-Normandie qui a révélé cette affaire. Actuellement, la police est secouée par plusieurs scandales, l'affaire Neyret ou encore l'affaire de la Bac nord de Marseille.

avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: blancs comme neige ^^

Message  ivo le Jeu 1 Nov - 8:44

Amiante : Aubry s'inquiète de sa possible mise en examen
La maire de Lille est soupçonnée d'avoir eu connaissance des risques posés par l'amiante lorsqu'elle était à la tête de la Direction des relations du travail dans les années 1980. Ses avocats feront tout pour faire annuler une mise en examen.
>>>
http://www.lefigaro.fr/politique/2012/10/31/01002-20121031ARTFIG00563-aubry-cherche-a-annuler-sa-possible-mise-en-examen.php
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: blancs comme neige ^^

Message  ivo le Ven 2 Nov - 19:55

Amiante : Martine Aubry convoquée mardi pour une possible mise en examen
fr info
Elle a déjà annoncé qu'elle demanderait par voie judiciaire l'annulation de sa prochaine mise en examen. L'ancienne patronne de la Direction des relations du travail (DRT, 1984-1987) est convoquée mardi chez la juge Bertella-Geffroy dans le dossier des dégâts provoqués par l'amiante dans les années 1970-80.



Plus de 25 ans après les faits, Martine Aubry pourrait être mise en examen mardi par la juge Marie-Odile Bertella-Geffroy pour homicides involontaires dans le cadre de son action à la tête de la DRT du ministère du Travail entre 1984 et 1987. Le directeur général de la Santé de 1986 à 1997, Jean-François Girard, et une dizaine d'autres hauts fonctionnaires ont déjà été mis en examen dans ce dossier.

Qu'est-il reproché à Martine Aubry ? De ne pas avoir pris, en sa qualité de directrice des relations du Travail, un certain nombre de mesures de protection des travailleurs et autres personnes exposées à l'amiante. Elle aurait notamment transposé tardivement (trop ?) une directive européenne datant de 1983.
Selon l'avocat de l'Association nationale de défense des victimes de l'amiante (Andeva), "un lobbying extraordinaire" a réussi, à l'époque, à "anesthésier les services de l'État" sur les dangers de l'amiante.

Treize anciens ministres mis hors de cause

Devant les enquêteurs qui l'ont entendue en janvier 2010, Martine Aubry s'était dite convaincue que les décrets de 1977 et 1987 permettaient de protéger efficacement les salariés. L'ex-patronne du PS avait également plaidé que la nécessité d'interdire l'amiante n'était intervenue qu'en 1994.
Les avocats de plusieurs mis en examen dans cette tentaculaire affaire de l'amiante rappellent que 13 anciens ministres de l'Industrie et du Logement ont été mis hors de cause en 2000 par la Cour de justice de la République.

Martine Aubry a annoncé dès mercredi qu'elle demanderait l'annulation de sa mise en examen.
commentaires
Merci Martine de l'idée. A l'avenir, je demanderai l'annulation de poursuites judiciaires me concernant.... Mais moi, je ne suis qu'un petit citoyen de l ombre, inconnu et qui donc devra répondre d'une infraction aussi absurde que de se faire flasher au volant d une voiture que je ne conduis pas, qui n'est pas la mienne ( marque et type qui ne correspond pas ) mais qui porte mon n°. Il y a deux poids deux mesures dans notre justice. Je ne condamne pas cette dame vis à vis de cette affaire, mais le système qui consiste à poursuivre parfois bêtement un citoyen alors que des éléments concrets crèvent les yeux
Si procès il y a , Me Aubry ne risque pas grand chose , dans ce genre de procès , la montagne accouche très souvent d'une souris ! et les Responsables Politiques presque toujours jugés irresponsables dans ce genre de dossiers !
Super!! si un jour je me fais inculper, je demanderais moi aussi l'annulation de ma mise en examen... c'est pas beau la vie ?

avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: blancs comme neige ^^

Message  ivo le Mar 6 Nov - 8:33

Canada : le maire de Montréal démissionne
fr info
Le maire de Montréal Gérald Tremblay, qui dirigeait la deuxième ville du Canada depuis 2001, mis en cause dans le financement illégal de sa formation, a annoncé sa démission.


Le maire de Montréal Gérald Tremblay © Reuters Christinne Muschi

Gérald Tremblay, 70 ans, maire de Montréal, mis en cause par un ancien cadre de son parti dans le financement illégal de sa formation, a annoncé lundi soir dans la mairie sa démission.

"Ce soir, j'ai voulu m'adresser à vous directement, Montréalais et
Montréalaise. J'aimerais vous dire qu'après 25 années au service de la
collectivité, je quitte la vie publique", a déclaré le maire dans une
allocution télévisée depuis l'hôtel de ville.

Cette démission est une conséquence directe des révélations accablantes faites par des témoins à une commission d'enquête publique qui se penche sur la corruption dans l'octroi des contrats publics à Montréal et ailleurs au Québec.
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: blancs comme neige ^^

Message  ivo le Jeu 29 Nov - 11:50

L'espionnage présumé d'Olivier Besancenot devant la justice
L'enquête a permis la perquisition d'un compte-rendu des filatures effectuées sur Olivier Besancenot et son entourage. Le patron de SMP Technologies affirme n'avoir demandé qu'un relevé cadastral pour obtenir l'adresse de sa cible, afin de l'attaquer en diffamation. Le reste des investigations aurait, selon Antoine Di Zazzo, été réalisé à l'initiative du cabinet détective.

Sur le banc des accusés, neuf autres personnes comparaissent à partir de ce jeudi, dont des détectives, des policiers, mais aussi des responsables de banque, des impôts ou des douanes. Tous seraient impliqués dans cette affaire d'espionnage. Selon Olivier Besancenot, "tout le monde se renvoie la balle" dans ce dossier.
>>>
http://www.franceinfo.fr/justice/debut-du-proces-de-l-espionnage-presume-d-olivier-besancenot-817259-2012-11-29
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: blancs comme neige ^^

Message  ivo le Mer 16 Jan - 8:52

Le sénateur Gaston Flosse condamné à cinq ans de prison ferme
fr info
Le tribunal de Papeete a condamné le sénateur UDI à une peine de prison ferme de cinq ans, dans le cadre d'une affaire de trafic d'influence passif et de corruption active. Il aurait perçu des sommes d'argent en liquide pour favoriser des attributions de marchés publics. Ses avocats ont fait savoir qu'il comptait faire appel.


Gaston Flosse a été président de la Polynésie Française à quatre reprises © Maxppp

Le procès de l'affaire de l'Office des postes et télécommunications de Polynésie s'est terminé ce mardi, par la condamnation des huit prévenus par le tribunal correctionnel de Papeete. Parmi eux, Gaston Flosse, sénateur UDI de Polynésie. Il écope de cinq ans de prison ferme, ainsi que de 83.300 euros d'amende et cinq ans de privation de ses droits civils, civiques et de famille.

Gaston Flosse, 81 ans, était soupçonné de trafic d'influence passif et de corruption active. Entre 1993 et 2005, il aurait reçu près d'1,2 million d'euros, pour favoriser des sociétés de l'homme d'affaires Hubert Haddad afin que celui-ci obtienne des marchés publics. Ces marchés concernaient notamment les contrats de régie publicitaire dans les annuaires de Polynésie française. Hubert Haddad fait lui aussi partie des condamnés.

Appel suspensif

Les avocats de la défense, qui avaient dénoncé un "procès politique" pendant les audiences, ont fait savoir que Gaston Flosse allait faire appel. L'appel étant suspensif, le sénateur devrait encore disposer de ses droits civiques et pourrait se représenter lors des élections prévues en 2014 et 2015.

Ce n'est pas la première fois que Gaston Flosse est aux prises avec la justice : en 2011, il avait déjà été condamné à quatre ans de prison ferme dans une affaire d'emplois fictifs.
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: blancs comme neige ^^

Message  ivo le Lun 21 Jan - 13:40

Pétrole contre nourriture : ouverture du procès en correctionnelle à Paris
fr info
C'est le volet français d'une affaire qui a défrayé la chronique : comment le régime de Saddam Hussein a largement contourné la résolution de l'ONU, qui visait à alléger l'embargo sur le pétrole après la guerre du Golfe. Total, son PDG Christophe de Margerie, Charles Pasqua notamment, se retrouvent sur le banc des prévenus. Le procès doit durer un mois.

Pendant un mois, la justice française va se plonger dans les méandres de l'histoire de l'Irak - celle de Saddam Hussein, frappée par un embargo sur ses exportations de pétrole, en représailles à l'invasion du Koweït en 1990. Plus précisément, la justice va se pencher sur le programme "Pétrole contre nourriture". En 1995, l'ONU décide d'alléger l'embargo ; l'Irak pourra exporter son pétrole en échange de biens humanitaires et de consommation. Sauf que le régime irakien va allègrement contourner la résolution...

C'est après 2003 que le scandale éclate. On se rend compte que les dirigeants irakiens demandaient des paiements supplémentaires - des "surcharges" - aux acheteurs, et empochaient la différence de prix via des intermédiaires et des sociétés écrans. Ils attribuaient aussi des barils à des "personnalités amies", qui recevaient leur commission en contrepartie de leur lobbying en faveur de la levée de l'embargo.

Le scandale éclabousse des centaines de sociétés et de personnalités, dans plusieurs dizaines de pays... dont la France.

19 prévenus en France

Ils sont 19 à comparaître ce lundi devant le tribunal correctionnel de Paris - pour l'occasion, la 11e chambre va siéger dans les locaux de la prestigieuse 1ère chambre civile. Des responsables d'associations, des hommes d'affaires, des journalistes, des diplomates ; Jean-Bernard Mérimée, ex-ambassadeur de France à l'ONU, Charles Pasqua, le groupe Total, son PDG Christophe de Margerie entre autres.

Charles Pasqua nie avoir profité des largesses des Irakiens ; Total aurait sciemment payé des surfacturations pour obtenir des contrats - le groupe réfute vigoureusement.

Avant d'aborder le fond de l'affaire, le tribunal va examiner divers points de procédure. Des questions prioritaires de constitutionnalité (QPC) ont été posées par la défense, qui pourraient entraîner un report du procès.

Le procès "pétrole contre nourriture" doit durer un mois. Sara Ghibaudo
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: blancs comme neige ^^

Message  ivo le Lun 21 Jan - 20:10

Sondages de l'Elysée : le parquet élargit son enquête
Le parquet de Paris a pris un réquisitoire supplétif qui permet au juge d'instruction d'élargir ses investigations à ce qui faisait jusque là l'objet d'une enquête préliminaire. Tous les sondages passés pendant le quinquennat Sarkozy, entre 2007 à 2012, auprès de neuf instituts.
>>>
http://www.franceinfo.fr/justice/sondages-de-l-elysee-le-parquet-elargit-son-enquete-a-tous-les-marches-pa-867769-2013-01-21
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: blancs comme neige ^^

Message  ivo le Lun 21 Jan - 20:17

Fondation d'art Hamon : Pasqua et Santini condamnés à deux ans de prison avec sursis
fr info
Charles Pasqua et André Santini étaient poursuivis en tant que président et vice-président du syndicat mixte de l'Ile-Saint-Germain, une structure qui devait construire un musée en échange d'une donation de 192 oeuvres d'art par Jean Hamon. Le musée n'a jamais vu le jour.



Ce devait être un beau projet : un musée, sur l'Ile-Saint-Germain, dans les Hauts-de-Seine, pour abriter quelque 192 oeuvres d'art données par le collectionneur Jean Hamon. Sauf que le musée n'a jamais vu le jour. Et qu'il y a eu surfacturations et fausses factures...

Charles Pasqua et André Santini ont été condamnés à deux ans de prison avec sursis, en tant que président et vice-président du syndicat mixte de l'Ile-Saint-Germain. Le tribunal correctionnel de Versailles a assorti la peine de Charles Pasqua d'une amende de 150.000 euros et de deux ans inéligibilité. Pour André Santini, 200.000 euros et cinq ans d'inéligibilité. Tous deux font appel.
commentaires:
Comment est-il possible dans le cas Pasqua d'être condamné plusieurs fois (j'entends dans des affaires différentes) à du sursis???
Bonsoir, Pour Santini je ne sais.Mais pour le renard de Pasqua, il y a belle lurette qu'il prend un peu partout du sursis, est-ce normal ? Un honnête citoyen à droit à un seul sursis pour un même délit, pourquoi Pasqua en a autant ?
toujours la même chose coupable mais pas responsable Honte aux politiques
Sursis ? Une honte.
Encore 2 victimes d'erreurs judiciaires.....
Un "spécialiste" des eaux et un (ex)-représentant de Ricard dans une magouille artistique : boudiou quel pastis ! (corsé le pastaga)
Cela étonne quelqu'un ? Moi, si j'avais détourné 192 œuvres d'art et fait des faux, je ne crois pas que j'aurai pu avoir des peines avec sursis !
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: blancs comme neige ^^

Message  ivo le Jeu 24 Jan - 13:15

Affaire Crédit lyonnais : perquisitions chez Bernard Tapie et Stéphane Richard
fr info
Des perquisitions sont menées depuis le début de matinée chez Bernard Tapie et Stéphane Richard, PDG de France Telecom et ancien directeur de cabinet de Christine Lagarde à Bercy. L'enquête porte sur les conditions du règlement, par un tribunal arbitral, du litige opposant Bernard Tapie au Crédit lyonnais lors de la revente d'Adidas.



Les enquêteurs de la Brigade financière ont sonné à l'heure du laitier aux domiciles de Bernard Tapie et du PDG de France Telecom, Stéphane Richard. Ces perquisitions sont menées dans le cadre de l'instruction sur les conditions dans lesquelles a été réglé le conflit entre Tapie et le Crédit Lyonnais, conflit portant sur la revente d'Adidas par la banque.
En juillet 2008, c'est un tribunal arbitral qui a tranché, en accordant 403 millions d'euros de dommages et intérêts à l'homme d'affaires.

Depuis septembre 2012, trois juges du pôle financier du parquet de Paris conduisent une information judiciaire pour "usage abusif de pouvoirs sociaux et recel", au préjudice du Consortium de réalisation (CDR). Cette structure avait été créée en 1995 pour gérer le passif du Crédit lyonnais après sa quasi-faillite.
L'instruction, qui porte sur le volet non ministériel de l'affaire, vise implicitement deux hauts fonctionnaires qui avaient mis en œuvre le recours à ce tribunal arbitral : Jean-François Rocchi, président du CDR, et Bernard Scemama, ancien président de l'Établissement public de financement et de réalisation (EPFR), entité contrôlant le CDR.

Christine Lagarde également dans le collimateur

A l'époque, Christine Lagarde, actuelle patronne du FMI, était ministre de l'Economie et des Finances. Elle est aujourd'hui visée par une instruction de la Cour de justice de la République pour "complicité de faux et de détournement de fonds publics." La CJR juge "contestable" le recours à l'arbitrage, et estime que l'ancienne ministre est impliquée "personnellement" dans un processus portant "de nombreuses anomalies et irrégularités."

.....
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

sa bosse dur a la BAC

Message  niouze le Lun 28 Jan - 13:57

Palaces et escorte de stars : les extras de la BAC de Paris
Créé le 25-01-2013 à 11h37 - Mis à jour le 26-01-2013 à 23h44
Le Nouvel Observateur

ENQUÊTE. Soirées huppées dans les grands hôtels, protection de stars : des policiers parisiens mènent de très discrètes missions annexes...
Mots-clés : bac, ripoux, vigiles



Les invités n'ont rien vu. Il est 1 heure du matin, ce 28 novembre 2012, au Shangri-La, dernier-né des palaces parisiens, et la foule des VIP réunie par le joaillier Chopard dans le restaurant de l'hôtel dîne et devise comme si de rien n'était.

Sous l'imposante verrière construite à la fin du XIXe siècle pour le prince Roland Bonaparte, ex-propriétaire des lieux, des mannequins virevoltent pour présenter les dernières créations de la manufacture suisse, dont les parures ou les montres de luxe séduisent les stars et les politiques, de Tom Cruise à Sophie Marceau en passant par Bill Clinton ou le prince Charles.

Solitaires de saphir, colliers de perles ou pendentifs d'émeraude. Est-ce l'éclat des bijoux ou celui de leurs présentoirs vivants, drapés dans des robes Elie Saab ? Le chanteur Lionel Richie, vieille gloire des années 1980, semble ne se rendre compte de rien et continue d'applaudir à tout rompre.
La "police" des vigiles

Mais, dans les coulisses, c'est la panique. Des inspecteurs du Cnaps, le Conseil national des Activités privées de Sécurité, la "police des vigiles", ont débarqué à l'improviste et passent en revue la trentaine de gardes du corps déployés pour l'occasion. Plus de la moitié sont en infraction ! Certains ne possèdent pas de carte professionnelle et d'autres, étrangers, n'ont même pas de titre de séjour... Les responsables de Startcom, la société qui sécurise la soirée, sont introuvables. L'équipe du Cnaps dresse des procès-verbaux, interroge, saisit.

A 3 heures du matin, la fête s'achève. Un à un, les invités prennent congé, sans oublier de poser pour les traditionnelles photos à paraître dans les rubriques people. Lionel Richie étreint la présidente de Chopard, la Suisse Caroline ScheufeleGruosi, il sourit sous les flashes, puis monte dans sa limousine. Dans le restaurant déserté ne restent que les extras qui entassent verres et assiettes sur les chariots et les petites mains qui rangent les bijoux dans leurs écrins.
Branle-bas de combat chez les "bœuf-carottes"

Les inspecteurs du Cnaps observent la scène : ils attendent l'arrivée des transporteurs de fonds qui vont rapporter bagues et colliers place Vendôme, siège du bijoutier. Mais, lorsque ceux-ci arrivent, surprise ! Ce sont des hommes de la BAC de Paris en civil... Munis de leurs armes de service, quelques-uns portent même des gilets pare-balles estampillés "police".

Le face-à-face est tendu : ne comprenant pas qu'on ose leur poser des questions, les flics rabrouent les inspecteurs du Cnaps. Jusqu'à ce que ces derniers leur mettent leurs cartes sous le nez et exigent, en retour, les papiers des vrais faux policiers...
Le rapatriement des bijoux se fait dans un silence de plomb.

Lorsque le Cnaps transmet, quelques jours plus tard, à la Préfecture de Police de Paris une note résumant sa descente au Shangri-La, c'est le branle-bas de combat boulevard du Palais. L'Inspection générale des Services (IGS), les redoutés "boeuf-carottes" parisiens, lance immédiatement une enquête administrative sur ces policiers de la BAC qui arrondissent leurs fins de mois dans les grands hôtels.
Après Michel Neyret et les rackets de la BAC de Marseille

Théoriquement, les fonctionnaires ont le droit d'exercer un emploi "secondaire". Mais après avis d'une commission de déontologie, et quand cet emploi ne nuit pas à la "neutralité" et à "l'indépendance" du service. Inutile de dire que vigile n'entre pas dans cette catégorie...

Ce délicat dossier est suivi de très près, et sans qu'à ce jour rien n'en ait encore filtré, par le préfet de police de Paris, Bernard Boucault. L'ancien directeur de l'ENA, qui a remplacé le très sarkozyste Michel Gaudin, limogé après la victoire de François Hollande, entend frapper un grand coup contre les filières de travail clandestin au sein de la préfecture parisienne, souvent qualifiée d'"Etat dans l'Etat".

Les cadeaux des truands au commissaire Michel Neyret à Lyon et surtout le racket des dealers par la BAC de Marseille ont déjà écorné l'image de la police. Il faut absolument éviter d'ébruiter cette nouvelle affaire de "tricoche", terme qui désigne, chez les policiers, le travail au noir (le "tricocheur" joue sur les deux tableaux : une maille à l'endroit, une maille à l'envers).
Flics "à la pige"

Selon nos informations, pourtant, pas moins de neuf sociétés et trois fonctionnaires sont aujourd'hui dans le collimateur de l'IGS. Certaines ont allègrement puisé dans les effectifs de la BAC parisienne et détourné ses policiers en civil de leur mission première (la lutte contre la délinquance) pour les "louer" à des organisateurs de fêtes et galas. Ces flics "à la pige" effectuant le plus souvent leurs prestations avec leurs véhicules de service ou même leurs scanners et autres coûteux équipements électroniques, strictement réservés à la police.

Startcom, qui sécurisait la soirée Chopard au Shangri-La, a poussé encore plus loin la "synergie" : cette société domiciliée à Villejuif est présidée par une certaine Stéphanie Bonhomme, qui se révèle être l'épouse de Thierry Bonhomme... un policier de la BAC.

A la même adresse, on trouve une autre SARL, Startcom Radiocommunication, dont le gérant, Nabil Drissi, est lui aussi fonctionnaire de la BAC.
L'enquête de l'IGS est toujours en cours et, à ce jour, aucun des deux hommes n'a fait l'objet d'une sanction administrative ou pénale. Ces deux entreprises, créées à l'été 2012, n'ont même pas attendu d'avoir les autorisations nécessaires pour exercer leur activité.
"Plusieurs dizaines" de vigiles exerçant sans permis

C'est le Cnaps, établissement public placé sous la tutelle du ministre de l'Intérieur, qui délivre ce précieux vade-mecum. Le Cnaps, autorité de régulation, sans pouvoir d'enquête, a été mis en place sous la présidence de Nicolas Sarkozy et officiellement inauguré par Claude Guéant en janvier 2012, quelques mois avant qu'il ne quitte la place Beauvau. Son président n'est autre qu'Alain Bauer, un proche de l'ancien chef de l'Etat, dont il fut le conseiller, mais aussi un ami intime de Manuel Valls.

Quand le criminologue a ajouté à la liste de ses activités, déjà fort nombreuses, la direction du nouvel organisme censé superviser la sécurité privée, il a promis de mieux organiser "une profession en forte croissance" (près de 6.000 entreprises employant 160.000 personnes) et de la doter d'un "code de déontologie".

Depuis, le Cnaps a effectué "près d'un millier d'inspections", dit Bauer, et découvert "plusieurs dizaines" de vigiles exerçant sans permis. Parmi eux, combien de policiers en exercice ? Alain Bauer ne donnera pas de chiffres. Vérification faite, un seul cas de fonctionnaire travaillant au noir a déjà été instruit par le Cnaps en dix mois d'inspection.
Gros bras pour les soirées

Bonhomme et Drissi n'en sont pourtant pas à leur coup d'essai. Selon le directeur de la sécurité d'un palace parisien, les deux hommes évoluent depuis plusieurs années dans l'univers très fermé de l'hôtellerie de luxe, où ils fournissent des gros bras pour les soirées, n'hésitant pas à payer de leur personne en jouant eux-mêmes les body guards.

Celui qui leur a ouvert les portes des cinq-étoiles s'appelle Sofiane Salah Kaabi. Toujours tiré à quatre épingles, l'aimable facilitateur occupe un poste tout ce qu'il y a de plus officiel chez Chopard : event manager, en clair "organisateur de soirées".

Il monte des galas de prestige, trouve les salles, recrute les traiteurs et surtout rameute les people, indispensables pour assurer des retombées marketing. A ses heures perdues, il fait également office de rabatteur pour les grands hôtels parisiens, leur amenant les touristes les plus fortunés, contre commission. Il a notamment tenté d'attirer dans plusieurs palaces la princesse Maha al-Sudaïri.
Princesses dispendieuses et milliardaires paranoïaques

Depuis un an, l'épouse de feu le prince héritier d'Arabie saoudite Nayef ben Abdulaziz fait la tournée des plus beaux établissements de la capitale. Cette cliente en or ne se déplace jamais sans son personnel - près de soixante personnes ! -, privatise des étages entiers, dépense à chacun de ses séjours plusieurs millions d'euros.

On ne lui connaît qu'un défaut : elle a une fâcheuse tendance à ne pas payer sa note... En délicatesse avec la famille royale - son mari l'a répudiée avant sa mort en juin 2012 -, elle n'a plus accès aux fonds inépuisables de la dynastie saoudienne. Lors d'un séjour au Shangri-La, l'an dernier, elle a même tenté de filer à l'anglaise.

Princesses dispendieuses et milliardaires paranoïaques, le monde huppé et interlope des palaces est évidemment une aubaine pour tous ceux qui se disent spécialistes de la sécurité, qu'ils soient commissaires à la retraite ou fonctionnaires toujours en activité, comme Bonhomme et Drissi.

Les dignitaires arabes, par exemple, mobilisent à chaque déplacement des dizaines de gardes du corps et exigent, moins pour des raisons de sécurité que de prestige, que leurs protecteurs soient lourdement armés. Or, à la suite d'une modification réglementaire intervenue en 2006, les "gorilles" français ne peuvent plus porter de revolvers et encore moins de fusils automatiques.


Afin d'éviter que des escouades privées à la gâchette facile ne circulent au milieu des touristes qui visitent Paris, la protection rapprochée se fait désormais "à mains nues" en France. Seule une poignée de prestataires étrangers, dûment autorisés par les services du protocole du Quai-d'Orsay, ont encore le droit d'être armés sur le territoire national.

"On laisse des Britanniques ou des Belges inconnus circuler enfouraillés à Paris ou à Cannes, alors que des Français contrôlés et agrémentés n'ont même pas droit à un pistolet d'alarme !", peste le dirigeant d'une société de protection, qui a perdu plusieurs gros contrats avec des ambassades du Golfe au profit d'équipes étrangères.
Filière de travail clandestin à la Préfecture de police de Paris

Pour contourner cette mesure, jugée vexatoire, les représentations saoudiennes et qataries à Paris font parfois appel à de "vrais" policiers, qui opèrent en dehors de leurs heures de service. En 2007, une première filière de travail clandestin avait déjà été démantelée, en toute discrétion, au sein des Renseignements généraux (RG) de la Préfecture de Police de Paris.

C'est un vigile réclamant 2.800 euros pour douze jours de travail impayés qui a dénoncé son employeur, Thierry Ponsonnet, dont l'officine Security Consulting International était commodément installée au 5 rue des Saussaies, juste en face du ministère de l'Intérieur.

Ponsonnet était en cheville avec le responsable du syndicat policier Alliance au sein des RG, Antonio Fiori, et avec le chef du groupe "Escorte" du service de renseignement parisien, Rabah Bey. Il recrutait des policiers pour protéger des Saoudiens en goguette à Paris ou sur la Côte d'Azur, parmi lesquels le colonel Hussein al-Kahtani, ex-attaché de défense à l'ambassade saoudienne à Londres et cheville ouvrière des grands contrats d'armement dans le royaume, ou encore la princesse Latifa ben Abdulaziz, fille du roi Abdulaziz, premier roi d'Arabie.
Gyrophare et pistolet Glock 9 mm

Thierry Ponsonnet, qui fut sapeur-pompier dans sa jeunesse, aimait se présenter comme un ancien du Service de Protection des Hautes Personnalités, l'unité d'élite qui assure la sécurité des ministres et des préfets, dont il portait volontiers l'épinglette et le pince-cravate officiel, théoriquement réservés aux seuls ex-fonctionnaires du SPHP.

Exhibant parfois un brassard "police", il faisait régulièrement usage d'un gyrophare et avait même apposé sur sa carte d'agent de protection rapprochée un liseré bleu-blanc-rouge pour qu'elle ressemble à une carte officielle. Quand faire illusion n'était plus suffisant, il produisait des faux : son autorisation de port d'un pistolet Glock 9 mm était bidon, tout comme son permis de détention et d'usage d'un gyrophare.

D'où provenaient ces documents falsifiés ? L'instruction menée par la juge Dominique de Talancé a établi que l'imprimerie de la Préfecture de Police était alors placée sous la responsabilité d'un membre de la famille du syndicaliste Antonio Fiori. Ce dernier a vigoureusement nié avoir produit le moindre faux pour Thierry, même si un port d'arme falsifié au nom de son ami a été retrouvé par les enquêteurs dans son bureau.
Faux fax à en-tête de la Préfecture de Police

Le responsable d'Alliance a en revanche admis avoir confectionné - avec une photocopieuse et du Tipp-Ex... - un faux fax à en-tête de la Préfecture de Police de Paris annonçant la venue sur la Côte d'Azur d'une "équipe officielle" dédiée à la protection de la famille royale saoudienne et conduite par Thierry Ponsonnet. Sur la foi de ce fax, le président de Security Consulting a obtenu une place de mouillage pour son Zodiac, pompeusement baptisé le "Maloca II", dans le port de Cannes, en plein mois de juillet, la période la plus chargée de l'année.

Avec ses amis Fiori et Bey, entre les escortes de princes et princesses, il s'est détendu en faisant du ski nautique... Quand le "Maloca II" a eu une avarie, c'est la brigade fluviale de la Préfecture qui, contre quelques bouteilles de champagne, s'est chargée des réparations.

Pour payer les policiers qui travaillaient pour lui, Ponsonnet devait jongler avec les enveloppes d'argent liquide. Fort opportunément, il bénéficiait de la complicité de sa chargée de compte à la Banque populaire, qui était également sa maîtresse. Elle a été condamnée pour recel de biens provenant d'un délit.
Qui manipule qui ?

Employer des policiers pour jouer les gardes du corps peut donner lieu à des quiproquos dignes du théâtre de boulevard : on ne sait plus qui manipule qui. Ainsi, en 2005, des fonctionnaires du ministère de l'Intérieur, en quête de renseignements, ont tenté d'approcher discrètement, au Crillon, l'équipe de protection de la princesse saoudienne Latifah ben Abdulaziz, sans se douter que cette escorte était en majorité composée... de gens de la "maison".

Sollicités, les gorilles français de la princesse ont non seulement éconduit les collègues trop curieux, mais ils ont cherché à les identifier en se procurant, après avoir soudoyé le service de sécurité de l'hôtel, les enregistrements des caméras de surveillance de l'établissement. Les bandes vidéo ont ensuite été remises au secrétaire particulier de la princesse.
Sanctions disciplinaires

Stéphane Duplan, l'avocat de Thierry Ponsonnet, répugne à évoquer la "vieille affaire" (le jugement date pourtant seulement de 2010) à laquelle a été mêlé son client. La Préfecture de Police n'est pas plus bavarde. Elle a lavé son linge sale en famille. Les policiers qui ont reconnu avoir travaillé pour Ponsonnet n'ont écopé que de sanctions disciplinaires.

Seuls Fiori et Bey se sont retrouvés devant un tribunal et ont été condamnés pour "faux et usage de faux". Quant à Thierry Ponsonnet, il a écopé de trois ans de prison, dont deux avec sursis, et d'une amende de 100.000 euros pour "détention de faux documents", "trafic d'influence actif" et "travail dissimulé".

Depuis, il s'est lancé dans l'import-export d'équipement de police et a approvisionné, entre autres, la Guinée pendant l'éphémère régime de transition du général Sékouba Konaté, en 2010. Un retour à la "tradition".

Car, dans les années 1980, c'étaient les ambassades africaines, et pas encore l'Arabie saoudite, qui permettaient aux policiers de faire de juteux extras. Jean-Pierre Fourès, un ancien des RG, était, pour ne citer que cet exemple, le correspondant à Paris de la "B2", la sécurité militaire gabonaise. Il entretenait les meilleures relations avec ses anciens collègues et était toujours à la recherche de bonnes volontés pour assurer la sécurité d'une délégation ou fournir un tuyau sur une affaire sensible.
Quelque chose ne tourne pas rond

Reconverti dans l'enquête privée, Jean-Pierre Fourès est aujourd'hui soupçonné d'avoir, via ses nombreux contacts au sein des RG (devenus depuis la DCRI), fourni à la chaîne de meubles Ikea des informations sur son personnel et sur ses clients. Ayant obtenu de nombreux e-mails entre Fourès et la direction de la sécurité de l'entreprise, le syndicat Force ouvrière a porté plainte en mars dernier. L'affaire est actuellement à l'instruction.

Parmi les données transmises par Fourès figuraient des extraits du fichier Stic, compilations de toutes les infractions commises par un particulier, ainsi que du registre des cartes grises.

La multiplication des affaires impliquant des fonctionnaires est-elle le signe que quelque chose ne tourne pas rond dans la police française ? Au ministère de l'Intérieur, on préfère parler de "changement de culture" et souligner que, jusqu'au milieu des années 1990, personne ne trouvait à redire sur les "tricocheurs". Ces pratiques, assure-t-on en haut lieu, sont aujourd'hui de moins en moins tolérées, y compris par les policiers eux-mêmes, qui n'hésitent plus à dénoncer les collègues qui cèdent à la tentation.

Philippe Vasset
http://tempsreel.nouvelobs.com/l-enquete-de-l-obs/20130125.OBS6683/palaces-et-escorte-de-stars-les-extras-de-la-bac-de-paris.html

_________________
"Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça." coluche
avatar
niouze

Messages : 5040
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: blancs comme neige ^^

Message  ivo le Mer 6 Fév - 19:21

Scandale du Libor : RBS à son tour condamnée
La banque britannique RBS (Royal Bank of Scotland) a été condamnée mercredi à une amende de 450 millions d'euros. Comme Barclays et UBS avant elle, RBS est condamnée pour avoir manipulé le taux interbancaire Libor, central dans le monde de la finance. Un scandale qui pourrait encore toucher une vingtaine d'établissements.
>>>
http://www.franceinfo.fr/economie/scandale-du-libor-rbs-a-son-tour-condamnee-884619-2013-02-06
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: blancs comme neige ^^

Message  ivo le Jeu 7 Fév - 12:31

En Allemagne, la ministre de l'Education accusée... de plagiat
Annette Schavan perd son titre de "docteur". L'université de Düsseldorf l'accuse d'avoir copié d'autres travaux pour rédiger sa thèse de philosophie en 1980. La ministre se défend. La chancelière Angela Merkel la soutient... pour l'instant.
>>>
http://www.franceinfo.fr/decryptage/l-histoire-du-jour/l-histoire-du-jour-aod-885081-2013-02-07
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: blancs comme neige ^^

Message  ivo le Ven 8 Fév - 9:15

Gaston Flosse (une nouvelle fois) condamné à de la prison
Le sénateur UDI écope de quatre ans de prison avec sursis et trois ans de privation des droits civiques dans le cadre d'une vaste affaire d'emplois fictifs. C'est la deuxième condamnation de Gaston Flosse en moins d'un mois.
>>>
http://www.franceinfo.fr/justice/gaston-flosse-une-nouvelle-fois-condamne-a-de-la-prison-885957-2013-02-07

2° condamnation et tjs du sursis c'est beau non ?
aller donc voler une deuxieme pomme, voir si vous aurez du sursis ...
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: blancs comme neige ^^

Message  ivo le Jeu 21 Fév - 11:17

Pistorius : l'enquêteur principal accusé de tentative de meurtre
Oscar Pistorius comparaît une nouvelle fois jeudi devant le tribunal d'instance de Pretoria, en Afrique du Sud. L'athlète handisport va réclamer sa libération sous caution. Parallèlement, la police a confirmé qu'Hilton Botha, le principal enquêteur dans l'affaire, était poursuivi en justice pour sept tentatives de meurtre en service en 2009.
>>>
http://www.franceinfo.fr/justice/pistorius-le-principal-enqueteur-implique-dans-une-tentative-de-meurtre-898811-2013-02-21
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: blancs comme neige ^^

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 13 Précédent  1, 2, 3, ... 11, 12, 13  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum