Derniers sujets
» GRAVOS & FRIENDS
par ivo Mar 13 Nov - 16:53

» [Toulouse - 07-12-2018] GRAVESITE + ALL BORDERS KILL + VOMI NOIR
par vegan31 Ven 9 Nov - 14:32

» [Toulouse - 02-07-2018] TRAVOLTA + guests
par vegan31 Lun 11 Juin - 9:28

» [Toulouse - 09-07-2018] KNUR + guests
par vegan31 Lun 11 Juin - 9:27

» [Toulouse - 18-07-2018] SPEED-NOISE-HELL + OSSERP + MUTILATED JUDGE
par vegan31 Lun 11 Juin - 9:26

» [Toulouse - 20-08-2018] HIRAX + EVILNESS + VARKODYA + SCORCHED EARTH
par vegan31 Lun 11 Juin - 9:24

» À la lanterne
par krépite Lun 7 Mai - 22:31

» [Toulouse - 12-05-2018] SICKSIDE + JEANNOT LOU PAYSAN + AHURI
par vegan31 Lun 16 Avr - 0:34

» étude du fascisme
par ivo Mar 6 Fév - 8:58

» la police s'étonne qu'on ne l'aime pas
par niouze Mar 16 Jan - 12:29

» vite, je vais vomir ...
par niouze Ven 12 Jan - 13:23

» Tunisie >>>>>>>
par ivo Lun 18 Déc - 8:29

» la phrase du jour
par ivo Lun 18 Déc - 8:09

» [中国- Chine] 一般信息- Informations générales
par ivo Sam 16 Déc - 8:38

» les photos d'actus - l'info en résumé
par ivo Sam 16 Déc - 8:34

» macronie
par ivo Sam 16 Déc - 8:23

» enfance ...
par ivo Ven 15 Déc - 9:27

» démocratie et justice ...
par ivo Ven 15 Déc - 9:19

» internet , technologie, ...
par ivo Ven 15 Déc - 8:41

» sexisme ... encore et toujours ...
par ivo Ven 15 Déc - 8:19

» [Toulouse - 03-01-2018] HASSIG + TROTZ + PESTCONTROL
par vegan31 Ven 8 Déc - 10:42

» flicage total du net
par niouze Lun 4 Déc - 10:06

» état d'urgence et autres restrictions....
par niouze Jeu 30 Nov - 22:32

» pesticides / fongicides
par ivo Mer 22 Nov - 9:02

» contre l'esclavage moderne
par ivo Mer 22 Nov - 8:54

» Sur les rives du Jourdain
par ivo Mer 22 Nov - 8:52

» petits business entre amis
par ivo Mer 22 Nov - 8:41

» No Futur - la terre au 21° siecle
par ivo Mer 22 Nov - 8:36

» blancs comme neige ^^
par ivo Mer 22 Nov - 8:34

» homophobie dans le monde ...
par ivo Mer 22 Nov - 8:19

» immigration ...
par ivo Mer 22 Nov - 8:16

» Nucléaire mon amour ...
par ivo Mar 21 Nov - 9:19

» Afrique coloniale belge
par ivo Mar 21 Nov - 8:50

» Révolution russe
par ivo Mar 21 Nov - 8:01

» agriculture
par ivo Dim 19 Nov - 8:26

» <<< Santé >>>
par ivo Dim 19 Nov - 8:21

» droites extremes
par ivo Sam 18 Nov - 11:01

» Birmanie
par ivo Sam 18 Nov - 10:35

» U.E.
par ivo Sam 18 Nov - 10:10

» pologne
par ivo Sam 18 Nov - 8:44

» No Futur - l'espace au 21° siecle
par ivo Ven 17 Nov - 8:36

» Réunionnais de la Creuse
par ivo Ven 17 Nov - 7:56

» rwanda
par ivo Jeu 16 Nov - 9:49

ZAD partout ?

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

ZAD partout ?

Message  niouze le Jeu 23 Mai - 17:15

contre la léo et son son monde : http://leopart.noblogs.org/
CONTRE LA LEO, OCCUPONS LE FLEO

GRAINE DE RESISTANCE

A la suite de l’appel lancé par des individus luttant contre la LEO et son
monde, des collectifs locaux et du réseau Reclaim the Field, 300 personnes
environ ont participé à une manif-occupation du 27 avril au 1er mai 2013.
Durant ces rencontres, ont eu lieu : la construction d’un poulailler,
l’installation d’un rucher et d’une serre, la plantation d’un champ de
patates, le défrichage d’un terrain pour la réinstallation d’une
maraîchère déplacée par le projet de la LEO, la taille d’un verger
abandonné à cause de la LEO, la préparation de la terre pour des jardins
potagers.
Plusieurs discussions se sont déroulées sur des thèmes variés tels que
« l’occupation comme pratique de lutte », « les mouvements sociaux en
Grèce » ou encore des échanges avec les acteurs des luttes locales. Un
chantier de rénovation de la maison de la lutte, baptisée maison LEOpart,
s’est déroulé dans une ambiance de partage de savoirs faire. De nombreux
habitants de la ceinture verte ont réagi positivement face au mouvement
d’occupation. Des voisins sont venus donner un coup de main et ont fait
des dons de nourriture, de matériel, d’un âne, d’un bouquet de muguet, de
fumier pour les culture et ont proposé des douches aux occupants.

LE FLEO PREND DU TERRAIN

Suite à la manif-occupation, nous avons décidé d’occuper un terrain d’un
hectare que nous avons baptisé le FLEO – Fabuleux Laboratoire
d’Expérimentation et d’Occupation. Ce lieu se veut une zone d’accueil des
nouveaux occupants et un espace de création de nos utopies. Une yourte
dortoir, une serre et un poulailler sont déjà installés. Une deuxième
yourte, une cuisine collective, des cabanes et une salle de bain sont en
chantier.
Parallèlement la maison LEOpart qui se veut être une base d’organisation
de la lutte accueillera un dortoir, une cuisine et une salle de
réu/concert/projections/infokiosk… Elle sera inaugurée le 25 Mai. Enfin,
la GanGGRaine, une maison squattée depuis février abrite un collectif
d’habitants.
D’autres lieux sont potentiellement squattable, d’autres maisons sont en
phase d’être expropriés.

APPEL A OCCUPATION

Le samedi 11 mai aura lieu la première Assemblée Générale du mouvement
LEOpart. Cette assemblée sera ouverte à toutes et tous celleux qui
souhaitent s’investir dans le mouvement. Elle sera suivie d’une journée de
chantier collectif le dimanche 12 mai.

Ici, la résistance s’organise avec enthousiasme. Nous appelons les
individus qui se reconnaissent dans la lutte contre les projets inutiles
et leur monde à nous rejoindre pour construire, faire vivre et grandir
cette occupation.

Face à la LEO, semons le FLEO.

Les LEOpartes et LEOparts

_________________
"Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça." coluche
avatar
niouze

Messages : 5052
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: ZAD partout ?

Message  niouze le Mer 5 Nov - 14:00

Plutôt que par des défilés et des bris de vitrines, une cinquantaine de personnes ont choisi d’exprimer pacifiquement leur colère en installant un campement au centre de Rouen. Ils y ont passé la nuit, et créent la première Zad urbaine du pays.
http://www.reporterre.net/spip.php?article6534

_________________
"Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça." coluche
avatar
niouze

Messages : 5052
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: ZAD partout ?

Message  niouze le Ven 7 Nov - 18:05


Les forces de l'ordre ont évacué vendredi vers 4h30 du matin le campement qu'une centaine de militants écologistes avaient installé depuis mardi soir, dans le centre de Rouen à la mémoire de Rémi Fraisse. Les policiers venus à bord de plus d'une vingtaine de cars de CRS ont poussé les occupants hors du camp et commencé à le démanteler, en faisant usage de gaz lacrymogènes.
Ils appliquaient une ordonnance en référé d'évacuation à la demande de la mairie socialiste de Rouen, rendu la veille par le président du Tribunal de Grande Instance (TGI) de Rouen. L'opération s'est déroulée très rapidement, les manifestants n'opposant pas de résistance. Au nombre d'environ une centaine, des jeunes hommes et femmes, de différentes mouvances écologistes et anarchistes, ils s'étaient regroupés et scandaient «pas de violence», «pacifistes», ou «tous ensemble ouais».

Engager le dialogue sur les «violences policières»

Les protestataires avaient érigé rapidement leur ZAD («zone à défendre») mardi soir à l'issue d'un rassemblement à Rouen, à la mémoire du jeune botaniste, tué par l'explosion d'une grenade lancée par un gendarme le 26 octobre, lors d'une manifestation contre le barrage de Sivens, dans le Tarn. Ils s'étaient installés sur la place Foch, une petite place le long de la rue Jeanne d'Arc, grande artère de la ville, en face d'une aile du palais de justice.
Le campement comprenait une douzaine de tentes, une cabane et des stands construits avec des palettes et du carton, et un «salon de discussion» avec canapés. Un manifestant s'était installé la dernière nuit en haut d'un arbre. Bien visibles, ils invitaient la population à engager le dialogue sur les «violences policières», servaient des boissons chaudes et proposaient un peu de nourriture.
«Nous ne revendiquons rien: c'est la possibilité même de lutter et d'envisager d'autres futurs qui est en jeu», proclamaient leurs tracts. Les manifestants s'attendaient à être délogés mais n'ont pas voulu partir d'eux mêmes, bien qu'avertis par des représentants de la mairie que leur évacuation avait été réclamée. «Nous resterons ensemble et nous attendrons le dernier moment pour partir» avait indiqué un militant ayant requis l'anonymat.
http://www.20minutes.fr/societe/1476759-20141107-mort-remi-fraisse-police-evacue-campement-ecologiste-rouen

_________________
"Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça." coluche
avatar
niouze

Messages : 5052
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: ZAD partout ?

Message  ivo le Lun 10 Nov - 10:14

Notre-Dame-des-Landes, Lyon-Turin, Sivens… «Le débat public n’est qu’un simulacre»
http://www.liberation.fr/terre/2014/11/06/notre-dame-des-landes-lyon-turin-sivens-le-debat-public-n-est-qu-un-simulacre_1137813
Après le drame de Sivens, Françoise Verchère, élue contestant le projet de nouvel aéroport de Nantes, et Daniel Ibanez, opposant à la LGV Lyon-Turin, comparent leurs expériences : pour eux, la radicalisation naît de la mascarade du processus de concertation préalable.

Depuis la mort de Rémi Fraisse à Sivens (Tarn), les opposants aux grands projets dits «inutiles et imposés» sont interpellés par élus et médias au sujet de la violence. «Mais quelle autre voie reste-t-il dans ces dossiers sinon la résistance sur le terrain ?», répond Françoise Verchère, et coprésidente du Collectif d’élus doutant de la pertinence de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes (Cédpa), conseillère générale (Parti de gauche) de Loire-Atlantique. «Lorsque le fait accompli devient la règle des préfets, comment empêcher l’irréversible ?», ajoute Daniel Ibanez, membre de la Coordination des opposants au Lyon-Turin, et économiste des procédures collectives. Débat public biaisé, enquête publique en forme de mascarade, recours non suspensifs, silence et mépris des décideurs… Autant de désillusions qui, selon eux, du barrage de Sivens à l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, de la LGV (ligne à grande vitesse) Lyon-Turin au Center Parc de Roybon en Isère ou au grand stade de Lyon, conduisent à la désespérance.

Le drame survenu à Sivens aurait-il pu se produire sur la ZAD (zone à défendre) du projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes ?

Françoise Verchère : Lorsque les forces de l’ordre ont lancé, à l’automne 2012, l’opération César pour évacuer la ZAD, je n’ai cessé de craindre ce qui est arrivé à Sivens fin octobre. Il y avait les mêmes ingrédients. A Sivens, la résistance se manifestait sur le terrain, des élus et des citoyens responsables demandaient à dialoguer, deux personnes menaient une grève de la faim pour obtenir l’organisation d’un débat, et tout était refusé. Si on en arrive à une résistance sur le terrain, qui s’exprime, parfois, par la violence, c’est qu’en amont, il n’y a pas eu le dialogue, la concertation et le vrai débat démocratique.


Dans ces dossiers environnementaux, les décisions résultent pourtant d’un processus de démocratie participative avec débat public, études, enquête publique…

F.V. : C’est l’argument qu’on nous renvoie toujours. Nous n’aurions pas le droit de contester fondamentalement ces décisions puisqu’elles ont été prises démocratiquement par des élus. Or les élus votent sur des dossiers qu’ils ne connaissent que superficiellement mais auxquels ils croient pour des raisons de pouvoir, d’image ou de «vision d’avenir». C’est ce que j’ai observé durant le débat public sur le nouvel aéroport. Sur le fond du dossier, ils répètent des contre-vérités et n’ont aucune envie de vérifier ni de douter.

Daniel Ibanez : Pour la LGV Lyon-Turin, la négation du débat public s’exprime de manière très simple. Toutes les prévisions de trafic qui justifiaient la création de la LGV étaient surévaluées. En 1991, Louis Besson, ministre des Transports, annonçait ainsi un trafic qui atteindrait les 19 millions de passagers. En 2012, il est de 4 millions ! Le coût du projet lui est passé de 3 à 26 milliards d’euros. Or, bien que les conditions ne soient plus celles qui ont présidé au lancement du projet, aucun élu, aucun promoteur n’a d’obligation, au sens de la loi, de revoir entièrement le projet.

Chaque projet fait aussi l’objet d’une étude d’impact environnemental…

F.V. : Oui mais ces documents qui ont l’apparence de l’objectivité sont réalisés par un bureau d’études choisi par le porteur du projet ! Pour prétendre à un minimum d’indépendance, c’est l’Etat qui devrait procéder au choix. A Notre-Dame-des-Landes, le cabinet d’études Biotope avait entamé l’étude d’impact environnemental avec un inventaire de la faune et de la flore avant même de se voir attribuer le marché public ! Et la contre-expertise réalisée ensuite par des naturalistes a montré que cet inventaire avait été très superficiel.

D.I. : A Sivens, la Compagnie d’aménagement des coteaux de Gascogne intervient en tant que bureau d’étude sur des analyses de besoins en eau et comme maître d’ouvrage sur les bassins où ils font ces études. Pour l’enquête publique du Lyon-Turin, le principal cabinet d’études, Egis, est le maître d’œuvre de Lyon-Turin Ferroviaire!

Les décisions de justice ont donné raison au projet de barrage de Sivens.

F.V. : Le barrage a fait l’objet d’avis défavorables du Conseil scientifique régional du patrimoine naturel et du Conseil national de la protection de la nature (CNPN). La préfecture a pourtant conclu à l’intérêt général du projet et le tribunal administratif a rejeté le référé en suspension formé par les opposants. A chaque fois, le débat public n’est qu’un simulacre, l’affaire est entendue dès le début. La preuve avec cet autre scandale : à Roybon, en Isère, le groupe Pierre & Vacances projette d’implanter un complexe touristique, vivement contesté par des associations de défense de la biodiversité et des collectifs de citoyens. Les trois commissaires enquêteurs public de la loi sur l’eau ont rendu un avis négatif tout comme le CNPN. Le préfet passe outre et signe les arrêtés autorisant le lancement des travaux.

D.I. : En deux ans, la Cour des Comptes a rendu quatre rapports qui contestent le bien fondé de la LGV Lyon-Turin. L’Etat persiste pourtant, sans débat.

L’enquête publique permet aux citoyens de s’exprimer.

D.I. : Mais pas du tout ! Ce n’est qu’une mascarade
. Il suffit d’examiner les conditions concrètes d’accès au dossier. Il est disponible en mairie aux seules heures d’ouverture. Pour le consulter, mieux vaut donc ne pas travailler ! Ensuite, il faut être un expert pour pouvoir intervenir tellement les dossiers sont techniques et indigestes. Pour le Lyon-Turin, c’est 5 000 pages ! Qui est capable, en trois mois, d’apprendre à parler des problèmes d’excavation d’une mine, d’hydrogéologie, de courbures ? En outre, l’enquête publique n’est ouverte que dans les communes directement touchées par le tracé ou l’ouvrage. L’attention des élus et des citoyens, aimablement «aidés» par les commissaires enquêteurs, se focalise sur les nuisances locales et non plus sur l’intérêt public, ce qui permet, ensuite, de taxer toute contestation de «nimbysme» (1) et de l’écarter.

Vous dénoncez un «saucissonnage» des dossiers ?

F.V. : C’est une méthode classique pour compliquer le travail des opposants. En 2003, lors du débat public sur le nouvel aéroport de Nantes, nous disions que quand bien même l’actuel aéroport serait saturé - nous avons ensuite démontré que c’était faux -, on ne pouvait en implanter un à Notre-Dame-des-Landes parce que c’est une zone humide à préserver. On nous a répondu que ce n’était pas le moment d’en parler. Même réponse lors de l’enquête publique en 2007-2008. Ce n’est qu’en 2012, neuf ans plus tard, que finalement l’enquête publique «loi sur l’eau» et l’expertise scientifique ont confirmé ce que nous disions depuis des années. Mais alors on nous dit qu’il est trop tard. C’est pervers.

D.I. : De même, le 7 décembre 2011 soit avant l’enquête publique sur le Lyon-Turin, l’Autorité environnementale déclare que RFF a «nivelé par le bas» l’information sur l’eau pour la délivrer après la déclaration d’utilité publique. Facile.

Citoyens opposants, vous avez néanmoins pu produire des études alternatives.

F.V. : Sur Notre-Dame-des-Landes, on a réussi à démontrer que l’aéroport actuel n’est pas saturé, que le bruit n’augmente pas sur l’agglomération et que l’aéroport prévu est plus petit que l’aéroport actuel. Tout cela devrait normalement aboutir à stopper le dossier. Or, silence total. Pour les politiques, la vérité n’importe pas. Par principe, un «projet d’aménagement du territoire» n’est pas contestable.

D.I. : Sur le Lyon-Turin, nous avons démonté pied à pied chaque argument, chaque chiffrage. Et bien, le président de Lyon-Turin Ferroviaire s’en sort en disant que nous avons raison sur trente ans mais qu’ils œuvrent pour des siècles. L’argument de la multisécularité est un argument antidémocratique parce qu’il repose sur l’infaillibilité du porteur du projet et donc l’inutilité de débattre.

F.V. : Récemment, le Canard enchaîné a dévoilé que le permis de construire du nouvel aéroport de Nantes repose sur des surfaces plus petites que celles de l’actuel aéroport et que celles prévues par la Direction de l’aviation civile, la DGAC, en cas de réaménagement de l’actuelle aérogare de Nantes. Et pourtant, la même DGAC valide le permis de construire. Gravissime parce que cela signifie qu’il y a des manipulations au plus haut niveau. Depuis l’été, je cherche à entrer en contact sur ce sujet avec le ministère de l’Ecologie. En vain. Faut-il vraiment un mort sur le terrain pour qu’on se penche sur les problèmes ?

Vous stigmatisez aussi l’attitude des médias.

F.V. : Les médias préfèrent le sang et les larmes aux calculs du taux de rentabilité interne du Lyon-Turin, de la surface de l’aéroport de Nantes ou du volume d’eau nécessaire à Sivens. C’est seulement au moment d’un drame ou d’une manifestation qui dégénère qu’ils tendent les micros et que ces dossiers émergent. Et là, on nous demande d’abord si nous condamnons la violence puis éventuellement, en quelques secondes, de parler du fond du dossier. Du coup, impossible de faire de la pédagogie. Comme pour les citoyens, un dossier de ce type demande aux journalistes un temps qu’ils n’ont probablement pas.

Depuis le drame survenu à Sivens, les porteurs des projets en appellent à l’État de droit.

F.V. : Sur toutes les radios, sur toutes les télés, les élus réclament «l’Etat de droit». Je suis évidemment d’accord pour que l’Etat de droit soit respecté. Je suis élue depuis trente ans et j’ai passé mon temps à expliquer aux citoyens que le «vivre ensemble» nécessitait le respect des lois et des règles. Mais je le dis clairement : aujourd’hui l’Etat n’est pas respectable dans les procédures qu’il met en place, quand il couvre manipulations et mensonges afin que le débat public aboutisse à la décision prise par un ou deux élus «visionnaires», puis quand il criminalise l’opposition et la réprime. Le Cédpa a travaillé sur le fond du dossier parce que nous pensions que les arguments rationnels l’emporteraient. Pourtant, en tant qu’élus, il a fallu que nous nous enchaînions à la porte de la préfecture pour obtenir un entretien. Et le préfet de région nous a traités de «vitrine légale d’un mouvement armé» ! Les arguments rationnels ne sont jamais entendus, précisément parce que tout est biaisé depuis le départ. Si des jeunes citoyens n’étaient pas venus occuper la ZAD, l’aéroport serait déjà construit.

D.I. : L’Etat de droit, ce serait un vrai débat sur l’utilité publique, sans conflits d’intérêts et sans que soit préjugé du choix final. C’est cela qui peut éviter la désespérance, pas les grenades offensives ni les tirs de flash-ball.

(1) Dénomination péjorative issue de l’acronyme «nimby» signifiant «not in my back yard», «pas dans mon arrière-cour».
avatar
ivo

Messages : 26727
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: ZAD partout ?

Message  ivo le Sam 15 Nov - 9:45

L'Intérieur veut briser la dynamique de la contestation d'extrême gauche
http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2014/11/14/01016-20141114ARTFIG00410-l-interieur-veut-briser-la-dynamique-de-la-contestation-d-extreme-gauche.php
L'affaire Fraisse va-t-elle fédérer les luttes ? Le feu social qui couve fait craindre des actions de plus en plus violentes.

C'est un bourdonnement, une clameur. L'indignation autour de la mort de Rémi Fraisse, 21 ans, tué par les gendarmes, sur le site du barrage de Sivens (Tarn), dans la nuit du 25 au 26 octobre, est comme un feu qui couve sous les pieds du ministre de l'Intérieur. Au-delà de ses gestes d'apaisement, la vigilance s'impose pour un ministère qui ne saurait se laisser déborder.
Les foyers de contestation essaiment aujourd'hui du bocage nantais à la ferme des 1000 vaches, le mouvement de solidarité avec le jeune botaniste victime d'un tir de grenade offensive commence même à gagner l'imprévisible public lycéen. Lundi dernier, profitant de ce contexte, plus d'une centaine de casseurs s'en sont pris aux voitures, aux commerces, à Saint-Denis, en Seine-Saint-Denis.

À Paris, jeudi matin, une petite dizaine d'établissements scolaires ont été bloqués. D'autres jeunes ont manifesté depuis et 350 d'entre eux se sont rassemblés en assemblée générale à l'université Rennes-II, jeudi. Les tracts et les initiatives se multiplient, comme l'organisation d'un «picnic» anticapitaliste à Paris, le 22, place de la Réunion (XXe). La Coordination des groupes anarchistes appelle à «s'organiser, contre-attaquer!»
Le week-end dernier déjà, des saccages ont eu lieu à Toulouse, et ce pour la seconde fois. Le ministre de l'Intérieur n'a pu que déplorer «des violences commises par de petits groupes de casseurs très mobiles». Il a fallu interrompre les trams, les métros, les bus. Deux policiers ont été blessés et 21 casseurs présumés interpellés. Un scénario semblable à ceux de Rennes et Lyon, précédemment.
Beauvau aimerait briser la dynamique. Patrice Ribeiro, le secrétaire général du syndicat de policiers Synergie-Officiers, explique: «Les militants verts ou rouges sont passés des slogans aux provocations physiques sur le terrain. La crainte étant désormais qu'une frange de ces agitateurs ne bascule vers l'action armée, comme au temps des mouvements révolutionnaires des années 70.» À l'entendre, «une forme de clandestinité propre à ces groupes est en train de se développer, une sorte de paranoïa propice à toutes les dérives.»
Les extrémistes de gauche, qui ont raté la «jonction» avec les banlieues, sont-ils vraiment en passe de reproduire un mouvement de révolte similaire à celui des «indignés» de la Puerta del Sol à Madrid en 2012?
«C'est leur rêve», assure un préfet de province placé en première ligne. «Les récits de leurs confrontations avec l'autorité pullulent, en tout cas, sur la Toile, nourrissant la rumeur, le désir de vengeance, à l'instar de ce que nous connaissons avec les islamistes qui s'autoradicalisent via Internet», confie un commissaire de police.
Les «écolo-guerriers» ratissent désormais bien au-delà des ex-blacks blocs, ces durs de la contestation anarcho-libertaire, qui s'habillent en noir, portent la cagoule et agissent comme de vrais petits commandos. Étudiants, chômeurs, anciens salariés, hackeurs tendance Anonymous, clowns activistes, vieux anars du NPA, jeunes paumés déguisés en Mad Max, tous veulent défier la «police fasciste» depuis la «bavure» de Sivens.


Les «zadistes» (nom tiré de leur camp retranché, Zad, qui signifie «zone à défendre»), agrègent «des militants politiques ou des M. Tout-le-Monde», affirme Benoît Hartmann, porte-parole de l'association France Nature Environnement, à laquelle adhérait Rémi Fraisse et qui fédère aujourd'hui près de 850. 000 militants et 3000 associations. Selon lui, cette mobilisation se mue peu à peu en «mouvement social».
Là est le risque. «Plus le vivier grandit, plus il permet à des éléments radicaux de se noyer dans la masse», assure un spécialiste à Beauvau. Il omet cependant de préciser que l'infiltration policière est par là même facilitée…

Mais les «zadistes» ou assimilés se méfient. «Dans leurs campements, ils érigent des filtres, questionnent l'intrus, agissent comme une police politique pour débusquer le traître», explique un agent des ex-Renseignements généraux (RG). Cet officier de police chevronné assure que les communications modernes, via Internet, les mobiles, compliquent singulièrement la tâche de la police. «Certains décochent les options de géolocalisation de leurs téléphones cellulaires pour échapper à tout repérage ; d'autres vont jusqu'à crypter leurs appels», ajoute le policier.
Pour l'heure, malgré la forte mobilisation des manifestants, et même si certains vont jusqu'à revendiquer une filiation avec Action directe, on est encore loin des dérives du passé, quand les Groupes d'action révolutionnaire internationale (Gari) ou les maoïstes des Noyaux armés pour l'autonomie populaire (Napap) multipliaient les hold-up pour financer leur cause et que le mouvement de Rouillan et Ménigon signait sa création en 1979 par un mitraillage en règle du siège du CNPF.
«Chez les zadistes, on en est certes à envoyer des bouteilles d'acide et d'urine sur les forces de l'ordre, entre deux jets de pierres et de cocktails Molotov, mais, fort heureusement, aucune utilisation d'arme à feu n'a été constatée», concède un vieux briscard de l'ordre public. Prophétisée par les saboteurs présumés de l'affaire de Tarnac en 2004, «l'insurrection qui vient» a beau inquiéter la police, elle se hâte lentement. L'hôte de Beauvau a conscience qu'il ne doit pas surréagir. Il a aussi appris qu'il ne doit pas communiquer à contretemps.


176 commentaires
avatar
ivo

Messages : 26727
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: ZAD partout ?

Message  niouze le Lun 17 Nov - 12:03

Le week-end dernier déjà, des saccages ont eu lieu à Toulouse, et ce pour la seconde fois. Le ministre de l'Intérieur n'a pu que déplorer «des violences commises par de petits groupes de casseurs très mobiles». Il a fallu interrompre les trams, les métros, les bus. Deux policiers ont été blessés et 21 casseurs présumés interpellés

et la désinofrmation continu ....
tient un recit d'une méchante casseuse black block etc ..... ^^
http://blogs.mediapart.fr/blog/helene-duffau/111114/toulouse-la-guerre-contre-le-peuple-est-declaree

_________________
"Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça." coluche
avatar
niouze

Messages : 5052
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: ZAD partout ?

Message  niouze le Lun 17 Nov - 14:23

et toujours sur cette manif le nouveau journal toulousain (apres rapide recherche pas un journal de dangereux gauchiste le couteau entre les dents
Les deux témoignages concordent et sont bien éloignés du robinet d’eau tiède entendu  un peu partout. Oui, tout le monde doit condamner des agissements violents quand il y a lieu d’être, mais les coulisses de cette manifestation montrent également que les provocations ne viennent pas toujours du côté des manifestants. Que la force publique est parfois dans l’erreur. Nicolas Lafforgue, président de l’association des lecteurs du JT, était dans le cortège : « De ce que j’ai pu voir, il n’y avait aucune violence … Des tirs de confettis tout au plus. Les flics ont clairement entraîné avec leurs provocations une réponse violente. Je m’interroge aussi au sujet du  traitement médiatique. BFM était là et a tout vu. Pourtant, ils n’ont pas montré les charges des flics … » Celui qui est également chanteur du groupe « Bruit qui court » attaque également les partis politiques : « Il n’y avait aucun parti à cette manif , mis à part le NPA. Les politiques ont abandonné les manifestants ! » La seule voiture brûlée, samedi dernier, a été le fait d’une grenade lacrymo lancée par la police … C’est aussi une réalité.

http://www.lejournaltoulousain.fr/societe/coulisses-non-mais-on-peut-manifester-quand-meme-36147

_________________
"Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça." coluche
avatar
niouze

Messages : 5052
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: ZAD partout ?

Message  niouze le Lun 17 Nov - 14:47


Popularisée à Notre-Dame des Landes et Sivens, la notion de "Zones à Défendre" (ZAD) gagne du terrain. À Roybon, en Isère, des "zadistes" revendiqués viennent de faire leur apparition sur le chantier du futur Center Parcs des Chambarans. Qui sont-ils ? Quel est leur mode de pensée ? Que veulent-ils? Pour tenter de répondre à ces questions France Bleu Isère les a rencontrés.


http://www.francebleu.fr/infos/isere/zad-et-zadistes-roybon-1927186

_________________
"Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça." coluche
avatar
niouze

Messages : 5052
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: ZAD partout ?

Message  ivo le Lun 1 Déc - 9:33



Manifestation contre un projet de Center Parcs en Isère
fr info
Plusieurs centaines de personnes ont manifesté dimanche après-midi dans la forêt de Chambaran, près du Vercors, contre un projet de village de vacances. Les opposants parlent d'un "carnage" pour l'environnement. Une opposition qui n'est pas sans rappeler celle au barrage de Sivens dans le Tarn.

Organisée par le collectif Zad (Zone à défendre) Roybon en Isère, cette manifestation est le troisième rassemblement contre ce projet depuis le lancement des travaux le 20 octobre.

Depuis des semaines, ce chantier fait l'objet de "harcèlement" et d'actes de "vandalisme"... Eric Magnier, directeur grands projets du groupe Pierre & Vacances-Center Parcs déplore : "On est obligé de déplacer les engins de défrichement toutes les nuits". Les travaux auraient déjà pris deux à trois semaines de retard.

150 hectares occupés par le village de vacances

Le projet doit réunir un millier de cottages, des commerces et des restaurants autour de l'"Aquamundo", une bulle transparente maintenue à 29°C, avec jacuzzi et piscine. A l'issue des travaux, le site s'étendra sur 150 hectares. En attendant, l'association "Pour les Chambaran sans Center Parcs" (PCSP) a déposé un recours en référé au tribunal administratif de Grenoble pour faire arrêter l'abattage des arbres.

Pour Francis Meneu, président de la Frapna (Fédération Rhône Alpes de protection de la nature), "c'est une aberration". "Le lieu d'implantation est le point de naissance de deux rivières. C'est un espace entièrement naturel et jamais impacté par l'homme en 700 ans".

Les opposants s'appuient sur les conclusions de la commission d'enquête publique qui a rendu à l'unanimité un "avis défavorable". Selon elle, l'impact des zones humides est évalué "a minima" entre 110 et 120 hectares. "Dix fois Sivens ! " selon les opposants.

697 emplois créés

De son côté, le groupe Pierre & Vacances souligne que ce projet permettra de créer 697 emplois et entraînera des retombées fiscales pour les collectivités locales.

Des arguments qui ont déjà convaincu des élus isérois, de droite comme de gauche, à l'image du secrétaire d'Etat, André Vallini qui défend un "projet bon pour le développement de l'Isère".

Face à cette contestation, difficile de ne pas penser à celles contre le projet de l'aéroport Notre-Dame-des-Landes ou plus récemment contre le barrage de Sivens. Les opposants au projet de Center Parcs isérois espèrent eux aussi provoquer un débat national.
avatar
ivo

Messages : 26727
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: ZAD partout ?

Message  ivo le Mar 2 Déc - 8:20

Center Parcs de Chambaran : un nouveau bétonnage
http://www.humanite.fr/center-parcs-de-chambaran-un-nouveau-betonnage-de-la-nature-au-nom-dun-soi-disant-developpement
Le projet est sous le coude depuis 2007. Le Groupe Pierre & Vacances projette la réalisation d’un Center Parcs au milieu de la forêt des Chambaran en Isère : 1 000 cottages répartis sur 200 hectares et un bâtiment de loisir de 3,6 hectares, le tout clos d’une enceinte de 2 mètres de haut pour que les bêtes sauvages ne viennent pas perturber la quiétude des futurs vacanciers installés au cœur de la forêt !

Pierre & Vacances bénéficie d’un partenariat privilégié avec les collectivités locales et la région qui investissent 36,5 millions d’euros et lui ont cédé le terrain pour une bouchée de pain (0,30 euro/m2, alors que le prix moyen est normalement de 18 euros).

Les autorisations ont été accordées par le préfet alors que l’enquête d’utilité publique a émis un avis défavorable pour non respect de la loi sur l’eau (site sensible du fait de zones humides, de corridors écologiques, en tête de bassin versant, etc). Les enquêtes d’impact ont été partielles et les mesures compensatoires inadaptées. Le Conseil National de la Protection de la Nature a d’ailleurs rendu un avis défavorable.

L’impact en terme d’emploi est, lui, limité et discutable : 48 % des emplois promis seront des activités de nettoyage avec un temps moyen d’un peu moins de 12h/semaine soit 370 euros/mois.

Enfin, alors que plusieurs recours juridiques sont déposés, le préfet a autorisé le lancement des travaux de déboisement avec la protection des forces de l’ordre (patrouille quotidienne et surveillance aérienne).

Après Notre-Dame-des-Landes et le drame du barrage de Sivens, l’histoire se répète une nouvelle fois et se concrétise par une faillite démocratique et un passage en force des pouvoirs publics locaux.

Les organisations signataires soutiennent la lutte juridique et sur le terrain qui s’organise avec l’association PCSCP (Pour les Chambaran SANS Center Parcs), la ZAD de Roybon, et la FRAPNA (Fédération Rhône-Alpes de Protection de la Nature).

Nous appelons solennellement Madame la ministre de l’écologie à prendre toutes les dispositions pour faire cesser le déboisement du site et arrêter définitivement le projet.

Confédération Paysanne, ATTAC, Les amis de la Terre, Agir pour l’environnement, l’union syndicale Solidaire.
avatar
ivo

Messages : 26727
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: ZAD partout ?

Message  ivo le Mar 2 Déc - 9:48

Center Parcs à Roybon: une contestation similaire au barrage de Sivens en Isère
Des militants occupent une maison forestière à proximité du chantier de défrichement depuis dimanche soir, tandis que des associations en ont appelé lundi au gouvernement pour interrompre les travaux.
Membres du collectif Zad (Zone à défendre) Roybon, ces opposants, au nombre d'une centaine, participaient à une manifestation qui a rassemblé entre 600 et 1.000 personnes dimanche dans la forêt de Chambaran. "Notre promenade s'est achevée à la maison forestière de la Marquise, propriété abandonnée de l'ONF (Office national des forêts, ndlr) que nous occupons massivement (...) jusqu'à l'abandon définitif du projet de Center Parcs", écrivent-ils. La gendarmerie a confirmé à l'AFP cette occupation illégale.
"Cette maison nous servira de base arrière pour organiser notre lutte pour une forêt sans Center Parcs", écrivent les "zadistes". "Pierre, les vacances sont finies!", concluent-ils.
La direction de Pierre & Vacances-Center Parcs a pour sa part déploré les incidents qui se sont déroulés dimanche et lundi sur le chantier, parlant "d'actes de vandalisme et de sabotage".
>>>
http://www.huffingtonpost.fr/2014/12/01/center-parcs-roybon-contestation-similaire-sivens-isere_n_6249252.html


avatar
ivo

Messages : 26727
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: ZAD partout ?

Message  ivo le Ven 5 Déc - 7:45







Liens

Blog "Non au Center Parcs des Chambarans"
Association PCSCP
Zone à défendre NDDL
Zad du Testet
Non au Center Parcs de Poligny
Non au Center Parcs du Rousset
Sauver Chamboux
Les jardins de l'utopie
"Non au Mac Do de Lézignan"

>>>>
https://zadroybon.wordpress.com/
avatar
ivo

Messages : 26727
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: ZAD partout ?

Message  ivo le Lun 8 Déc - 8:52

Construction du Center Parcs à Roybon : la bataille écologique se poursuit
À Roybon, en Isère, un projet de complexe touristique menace 150 hectares situés sur une zone humide. Une enquête publique a émis un avis défavorable contre le projet mais la préfecture a toutefois donné son feu vert aux travaux.
>>>
http://www.france24.com/fr/20141207-construction-center-parcs-roybon-isere-france-ecologiste-bataille-zad-zadistes-sivens-environnement/
avatar
ivo

Messages : 26727
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: ZAD partout ?

Message  ivo le Sam 7 Fév - 11:08

les pro Center Parcs et les zadistes manifestent ce week-end
Les militants «zadistes» ont programmé ce week-end un festival pour manifester contre le chantier du Center Parces de Roybon. En face, les partisans du projet prévoient d'empêcher cette manifestation.
>>>
http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2015/02/07/01016-20150207ARTFIG00002-en-isere-les-pro-center-parcs-et-les-zadistes-manifestent-ce-week-end.php

avatar
ivo

Messages : 26727
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: ZAD partout ?

Message  niouze le Mer 20 Mai - 15:30


[interzad] ‪#‎ZAD‬ ‪#‎GPII‬ ‪#‎ZadOléron‬
Communiqué suite aux violences de samedi soir
Samedi 16 mai la ZAD a organisé un concert pour célébrer sa réouverture sur une terre prêtée par un ostréiculteur. Dans la soirée, pendant que des groupes jouaient, cinq personnes sont arrivées, ont fait le tour du site afin d'estimer le nombre de personnes présentes et pour repérer le lieu. Ils ont par la suite tenté des attouchements auprès de femmes présentes. Des copains se sont interposés pour calmer le jeu et se sont fait violemment frappés le visage et le corps. Ce groupe a donc sorti des matraques telescopiques ainsi que des poings américains pour frapper au hasard dans la foule, hommes et femmes confondus. Nous pensons que ce groupe a été commandité par une entité et armé en conséquence; cette action était de toute évidence préméditée. Quand nous avons réussi à reprendre la situation en main ils nous ont clairement annoncé qu'ils reviendraient encore plus nombreux avec des fusils.
Cela ne nous empêcha pas de reprendre le concert et de continuer la soirée malgré le départ de plusieurs personnes effrayées par la violence de cet évènement. Cela ne nous décourage pas pour autant dans notre lutte. Au contraire, nos convictions se renforcent d'autant plus. Ils cherchent a nous enterrer mais ils ont oublié que nous sommes des graines. Nous ne pouvons pas garder le silence sur ce qu'il nous ait arrivé, nous dénonçons cette violence inhumaine à notre encontre. Nous ne lâchons rien, la lutte ne fait que commencer et les réponses pour l'accomplir ne se font pas attendre. Nous appelons toute personnalité et entité à dénoncer ce qu'il nous est arrivé pour briser le silence afin qu'ils se découragent à l'avenir !
Nous n'avons eu aucun blessé grave ce soir là, heureusement, mais nous ne pouvons pas garder le silence sur cet évènement.
Signé : les occupant-e-s de la ZAD des marais de Dolus
http://zadoleron.com/communique-16.05.php

_________________
"Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça." coluche
avatar
niouze

Messages : 5052
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: ZAD partout ?

Message  ivo le Mer 3 Juin - 11:58

Grands projets : un rapport prône «la démocratie environnementale»
Ils sont les grands cauchemars de tout ministre de l'Environnement. Ils? Les grands projets ou les infrastructures qui, a minima, suscitent l'incompréhension de la population, ou pire, se transforment en Zad.
Le sénateur Alain Richard rend ce mercredi après-midi son rapport à la ministre de l'Environnement concernant la démocratie participative sur les grands projets. Objectif : réduire les contestations juridiques.
>>>
http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2015/06/03/01016-20150603ARTFIG00002-grands-projets-un-rapport-prone-la-democratie-environnementale.php
30 commentaires

avatar
ivo

Messages : 26727
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: ZAD partout ?

Message  niouze le Mar 23 Juin - 15:53


Center Parcs de Roybon : le Conseil d’Etat annule la suspension des travaux
Le Monde | 18.06.2015 à 12h45 • Mis à jour le 18.06.2015 à 14h02


Le Conseil d’Etat a annulé jeudi 18 juin la suspension des travaux du Center Parcs de Roybon, en Isère. Le 23 décembre 2014, le tribunal administratif de Grenoble, saisi par la Fédération de la Drôme pour la pêche et la protection du milieu aquatique, avait suspendu en urgence la réalisation du village vacances.
Mais le Conseil d’Etat, saisi par le groupe Pierre & Vacances, a considéré que les mesures prises pour compenser la destruction de zones humides sur le chantier étaient suffisantes, contrairement à ce qu’avançaient les opposants au projet implanté au cœur de la forêt de Chambaran.

http://www.lemonde.fr/planete/article/2015/06/18/center-parcs-de-roybon-le-conseil-d-etat-ne-suit-pas-le-tribunal-administratif-de-grenoble_4657190_3244.html

du coup ....

Center Parcs de Roybon : le préfet envisage une expulsion des opposants en juillet

http://www.ledauphine.com/isere-sud/2015/06/16/center-parcs-de-roybon-le-prefet-envisage-une-expulsion-des-opposants-en-juillet?utm_source=direct&utm_medium=newsletter&utm_campaign=ledauphine.com-alerte-info

suivre info sur https://zadroybon.wordpress.com/

_________________
"Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça." coluche
avatar
niouze

Messages : 5052
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: ZAD partout ?

Message  niouze le Ven 14 Aoû - 23:50

Le projet minier d’une ex-filiale d’Areva menace l’environnement en Creuse
Quand une ex-filiale d’Areva veut relancer l’exploitation minière en Creuse, l’équilibre environnemental et économique d’une zone rurale vacille. Le projet est contesté par des habitants et des élus locaux. Ils refusent de voir une installation classée Seveso dans un environnement naturel protégé. Ils se retrouvent samedi 25 juillet au festival No Mine’s Land.



http://www.reporterre.net/Le-projet-minier-d-une-ex-filiale-d-Areva-menace-l-environnement-en-Creuse

site du collectif contre la mine http://www.stopmines23.fr/

_________________
"Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça." coluche
avatar
niouze

Messages : 5052
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: ZAD partout ?

Message  ivo le Mar 6 Oct - 8:28

de la bretagne au val de Suse

Résistance dans la vallée
Dans cette vallée prend corps une réalité qui a échappé, des deux côtés de la frontière, à un personnel politique n’ayant plus l’ombre d’une vision politique, même sociale-démocrate, et qui n’en finit pas de s’effondrer intellectuellement, humainement et électoralement. Cette réalité charnelle en constante évolution représente ce dont les politiciens ont perdu jusqu’au souvenir : un peuple.
>>>
http://www.monde-diplomatique.fr/2014/12/QUADRUPPANI/51054
avatar
ivo

Messages : 26727
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: ZAD partout ?

Message  ivo le Dim 1 Nov - 8:50

Face aux armes de la police


Le journal le Monde remet en cause l’enquête de l’Inspection générale de la gendarmerie nationale (IGGN) sur les affrontements de Sivens et la mort de Rémi Fraisse, tué (au moyen d’une grenade) le 26 octobre de l’année dernière par le chef de groupe du 4e peloton de l’escadron de gendarmerie mobile de La Réole (Gironde) : Jean-Christophe J.
Pour l’essentiel, les gendarmes n’ont pas enquêté sur les faits, mais sur le climat qui régnait sur la ZAD (zone à défendre) du projet de barrage de Sivens dans les semaines qui les ont précédés – dont la violence justifierait la réplique de la nuit du 25 au 26 octobre – et sur la personnalité de la victime – totalement et irrémédiablement pacifique.
Après des mois d’investigations, les gendarmes en reviennent tout simplement à la thèse officielle évoquée par Bernard Cazeneuve et Manuel Valls dans les jours qui ont suivi la mort du jeune militant écologiste. A Sivens, écrivent-ils dans leur procès-verbal de synthèse, les gendarmes ont riposté « à des violences caractérisées, croissantes et incessantes », « les avertissements réglementaires ont été effectués avant chaque usage ou lancer de grenade » et, enfin, « la précaution d’utiliser une paire de jumelles [à intensification lumineuse] pour vérifier si personne ne se trouve dans la zone où il s’apprête à jeter la grenade démontre la volonté du chef J. d’éviter de blesser un manifestant.
Ces trois affirmations sont contredites par le dossier sur lequel elles se fondent. Ainsi de l’utilisation des jumelles. Ce soir-là, les militaires du 4e peloton agissent sans projecteur – il est cassé. Le chef J. assure qu’avant de lancer sa grenade il est donc retourné à la fourgonnette de son groupe, à 8 mètres de sa position, pour vérifier avec les jumelles que la zone visée était « isolée, et dégagée de toute personne ». Un épisode dont le gendarme qui avait la garde de l’appareil n’a aucun souvenir, pas plus que son collègue affecté au véhicule. Et les sommations jugées « réglementaires » ont été réalisées sans mégaphone : il était également en panne…
« Malgré les efforts déployés, l’IGGN ne parvient pas à documenter les effets des « violences caractérisées » des opposants : le seul blessé, côté gendarme, s’est fait mal au genou en trébuchant tout seul lors d’une sortie… [...]A 1 heure du matin, quand le commandant de gendarmerie mobile autorise l’usage de grenades offensives, il précise étrangement au centre opérationnel : « Terrain tenu, pas de gros soucis. »
Le commandant de gendarmerie mobile, entendu deux heures après la mort du jeune homme, avait assuré, spontanément : « Je tiens à préciser que le préfet du Tarn, par l’intermédiaire du commandant de groupement, nous avait demandé de faire preuve d’une extrême fermeté.

Bis

Lors de son discours aux forces de sécurité, le 13 octobre, Bernard Cazeneuve, qui n’a évoqué ni l’anniversaire des émeutes de 2005, ni celui de la mort de Rémi Fraisse, a préféré fustiger « "les théoriciens litaniques des violences policières" : "J’aimerais d’ailleurs beaucoup, j’en profite pour leur envoyer un message, que les théoriciens litaniques des violences policières puissent avoir un mot, ne serait-ce qu’un seul, pour dire leur compassion lorsque certains d’entre-vous sont victimes du feu d’individus dont la violence est devenue la seule et unique modalité. »

Quand tenteront-ils d’expulser la ZAD ?


Mardi 20 octobre, à l’Assemblée Nationale, Manuel Valls a rappelé « l’engagement du gouvernement et donc de l’Etat pour la mise en œuvre de ce projet et pour que cessent ces mises en cause de l’autorité de l’Etat de la part d’une minorité violente ».
Chacun y va de ses projections. Tout juste un an après l’assassinat de Rémi Fraisse, ça ferait mauvais genre. Pendant la COP21 ? Idem. Noël ? Les gendarmes ont des familles… Le journal le Monde, après avoir rappelé la détermination des opposants (dont les habitants d’une nouvelle maison occupée, investie le 10 octobre) se montre très confiant :
Les occupants devraient bénéficier d’un répit, car de nombreuses procédures juridiques sont en cours ou à venir. Le gouvernement s’était engagé à ne pas démarrer le chantier tant que toutes les démarches n’auraient pas été épuisées. Le 17 juillet, le tribunal administratif de Nantes rejetait les ultimes recours déposés par les opposants sur les arrêtés préfectoraux « loi sur l’eau » et « espèces protégées ». Les opposants ont fait appel de la décision. Ils attendent également un nouvel arrêté, sur une espèce protégée oubliée, le campagnol amphibie. La préfecture de Loire-Atlantique assure qu’il devrait être publié avant la fin de l’année. Il sera aussitôt attaqué devant le tribunal. Le petit rongeur, d’une vingtaine de centimètres, pourrait permettre de gagner plusieurs mois. Au printemps, les déménagements d’autres espèces, en période de reproduction, seront impossibles. Tout comme les expulsions en période hivernale (du 1er novembre au 31 mars), alors que plusieurs procédures sont en attente.
D’aucuns, visiblement peu convaincus par les analyses politique du quotidien de référence, se préparent.


https://lundi.am/Cauchemar-et-faceties-5
avatar
ivo

Messages : 26727
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: ZAD partout ?

Message  ivo le Mar 3 Nov - 10:19

Quand vont-ils tenter d’expulser la ZAD (suite) ?


La semaine dernière le journal le Monde ne sentait pas trop une expulsion prochaine de la ZAD. La faute notamment à une souris amphibie. Le quotidien de référence a eu du (french) flair.
La préfecture de la Loire-Atlantique a annoncé, vendredi 30 octobre, que l’Etat engageait la « reprise des travaux » du projet, contesté, d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, près de Nantes, suspendus depuis l’automne 2012. Dans un communiqué, elle précise en avoir informé les collectivités locales lors d’une réunion du comité de pilotage de ce projet.
Fair play, la préfecture a annoncé par où (et quand) elle comptait réinvestir le terrain…
Ces travaux, qui commenceraient « à partir de 2016 », doivent permettre la réalisation de la route (deux fois deux voies) qui conduira à l’aéroport et sera reliée aux RN137 (Nantes-Rennes) et RN165 (Nantes-Lorient). Les entreprises ont jusqu’au 23 novembre pour répondre à cet appel public à la concurrence, qui fixe à vingt-quatre mois le délai d’exécution du marché à compter de sa notification.
Dans son communiqué (relayé ici par la fondation Hulot, qui râle à 1 mois de la COP21), la préfecture indique avoir demandé aux « maîtres d’ouvrage de la future plate-forme et de sa desserte routière de mettre en oeuvre les démarches qui permettront de démarrer les travaux ».
Par ailleurs, la publication par la préfecture au Bulletin officiel des annonces des marchés publics d’un appel d’offres nous donne des indices sur les travaux qui devraient être engagés en premier : « des travaux de débroussaillage, de rétablissements d’accès et de clôtures de la desserte routière de l’aéroport du Grand Ouest. »
https://lundi.am/Cauchemars-et-faceties-6

« De toute façon, l’aéroport ne se fera pas... »

Offensive à Notre-Dame-des-Landes


Le Premier ministre Manuel Valls en est persuadé : la construction de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes va bientôt pouvoir reprendre.
Opposants, habitants et occupants restent très sceptiques.

Dans les mémoires, le souvenir de la si bien nommée « Opération César » a laissé quelques traces. À moins de faire appel à l’armée, personne n’imagine sérieusement qu’une opération d’expulsion puisse être menée à bien et maintenue dans le temps.
Le 22 septembre dernier, un juge des expropriations avait essayé de se rendre sur la zone. Prévenants, les zadistes avaient annoncé qu’une telle incursion n’était pas à l’ordre du jour. N’écoutant que lui-même, le juge (et sa caravane de 4x4 blancs) eut à rebrousser chemin, non sans s’être préalablement fait tirer sur la cravate.
Le 8 octobre, c’était au tour d’un camion rempli d’alcool de disparaître au milieu de la zone. Il ne fallut pas moins d’un hélicoptère et plusieurs centaines de policiers pour le retrouver à l’endroit où son chauffeur l’avait abandonné.
Le lendemain, une centaine de zadistes occupent et défendent une jolie maison et ses deux hectares de terrain. La « Noé Verte », située aux limites de la zone d’aménagement, doit servir de conserverie pour le mouvement.
Nous sommes allés à la rencontre de ces nouveaux habitants. Ils nous expliquent les raisons de leur venue sur la ZAD et leurs désaccords avec le Premier ministre qui, jeudi dernier, déclarait leur expulsion imminente devant le Sénat.
https://lundi.am/De-toutes-facons-l-aeroport-ne-se-fera-pas
avatar
ivo

Messages : 26727
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum