Derniers sujets
» GRAVOS & FRIENDS
par ivo Jeu 21 Juin - 11:58

» [Toulouse - 02-07-2018] TRAVOLTA + guests
par vegan31 Lun 11 Juin - 9:28

» [Toulouse - 09-07-2018] KNUR + guests
par vegan31 Lun 11 Juin - 9:27

» [Toulouse - 18-07-2018] SPEED-NOISE-HELL + OSSERP + MUTILATED JUDGE
par vegan31 Lun 11 Juin - 9:26

» [Toulouse - 20-08-2018] HIRAX + EVILNESS + VARKODYA + SCORCHED EARTH
par vegan31 Lun 11 Juin - 9:24

» À la lanterne
par krépite Lun 7 Mai - 22:31

» [Toulouse - 12-05-2018] SICKSIDE + JEANNOT LOU PAYSAN + AHURI
par vegan31 Lun 16 Avr - 0:34

» étude du fascisme
par ivo Mar 6 Fév - 8:58

» la police s'étonne qu'on ne l'aime pas
par niouze Mar 16 Jan - 12:29

» vite, je vais vomir ...
par niouze Ven 12 Jan - 13:23

» Tunisie >>>>>>>
par ivo Lun 18 Déc - 8:29

» la phrase du jour
par ivo Lun 18 Déc - 8:09

» [中国- Chine] 一般信息- Informations générales
par ivo Sam 16 Déc - 8:38

» les photos d'actus - l'info en résumé
par ivo Sam 16 Déc - 8:34

» macronie
par ivo Sam 16 Déc - 8:23

» enfance ...
par ivo Ven 15 Déc - 9:27

» démocratie et justice ...
par ivo Ven 15 Déc - 9:19

» internet , technologie, ...
par ivo Ven 15 Déc - 8:41

» sexisme ... encore et toujours ...
par ivo Ven 15 Déc - 8:19

» [Toulouse - 03-01-2018] HASSIG + TROTZ + PESTCONTROL
par vegan31 Ven 8 Déc - 10:42

» flicage total du net
par niouze Lun 4 Déc - 10:06

» état d'urgence et autres restrictions....
par niouze Jeu 30 Nov - 22:32

» pesticides / fongicides
par ivo Mer 22 Nov - 9:02

» contre l'esclavage moderne
par ivo Mer 22 Nov - 8:54

» Sur les rives du Jourdain
par ivo Mer 22 Nov - 8:52

» petits business entre amis
par ivo Mer 22 Nov - 8:41

» No Futur - la terre au 21° siecle
par ivo Mer 22 Nov - 8:36

» blancs comme neige ^^
par ivo Mer 22 Nov - 8:34

» homophobie dans le monde ...
par ivo Mer 22 Nov - 8:19

» immigration ...
par ivo Mer 22 Nov - 8:16

» Nucléaire mon amour ...
par ivo Mar 21 Nov - 9:19

» Afrique coloniale belge
par ivo Mar 21 Nov - 8:50

» Révolution russe
par ivo Mar 21 Nov - 8:01

» agriculture
par ivo Dim 19 Nov - 8:26

» <<< Santé >>>
par ivo Dim 19 Nov - 8:21

» droites extremes
par ivo Sam 18 Nov - 11:01

» Birmanie
par ivo Sam 18 Nov - 10:35

» U.E.
par ivo Sam 18 Nov - 10:10

» pologne
par ivo Sam 18 Nov - 8:44

» No Futur - l'espace au 21° siecle
par ivo Ven 17 Nov - 8:36

» Réunionnais de la Creuse
par ivo Ven 17 Nov - 7:56

» rwanda
par ivo Jeu 16 Nov - 9:49

» médias ? quels médias ??
par ivo Jeu 16 Nov - 9:27

No Futur - la terre au 21° siecle

Page 1 sur 25 1, 2, 3 ... 13 ... 25  Suivant

Aller en bas

Re: No Futur - la terre au 21° siecle

Message  ivo le Ven 9 Oct - 14:33


Après s’être attaqué aux Philippines, le typhon Parma a balayé, dimanche 4 octobre, le nord de Taiwan. Vents violents et pluies torrentielles, mais aucune victime

La reconstruction d'habitations pour 520 personnes après les inondations et glissements de terrain près de Messine en Sicile prendra entre quatre à cinq mois. D'après le dernier bilan de la protection civile de Messine, les intempéries ont fait 23 morts tandis que 35 personnes sont toujours portées disparues. (Ci-dessus, des volontaires sur la plage de Scaletta Zanclea , le samedi 3 octobre)

Le bilan de la tempête tropicale qui a balayé la capitale des Philippines , Manille, provoquant les pires inondations depuis quarante ans, est monté à 140 morts, a annoncé, lundi 28 septembre, le gouvernement qui en appelle désormais à l'aide internationale. 453033 personnes ont par ailleurs été déplacées.

À Manille, la capitale des Philippes noyée sous les eaux, la vie continue malgré tout et les habitants s’organisent comme ici ce coiffeur, jeudi 8 octobre.

Au lendemain du typhon qui a ravagé les Philippines, des milliers d’habitants de Manille ont été installés dans un gymnase après avoir perdu leurs biens et que leur maison ait été arrachée (photo prise le mercredi 7 octobre)
avatar
ivo

Messages : 26725
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: No Futur - la terre au 21° siecle

Message  Lib le Ven 9 Oct - 17:04


_________________
"Quiconque a un jour bloqué une rocade assez longtemps pour entendre à nouveau le chant des oiseaux sait bien quelle sinistre vie s’interrompt avec le blocage de l’économie."
avatar
Lib

Messages : 1691
Date d'inscription : 16/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: No Futur - la terre au 21° siecle

Message  ivo le Ven 9 Oct - 17:45

à lire impérativement:

Les Derniers Hommes , roman de science-fiction de Pierre Bordage

http://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Derniers_Hommes

[modifier]

Un siècle après la troisième guerre mondiale, qui a opposé le camp Indo-Arabo-Américain à l'alliance Paris-Moscou-Pékin, le monde est devenu invivable en raison des radiations nucléaires, des poisons déversés dans les rivières et les lacs, des animaux rendus dangereux par les manipulations génétiques et des armes robotisées toujours en service. Les humains sont pour la plupart devenus nomades et tentent de survivre dans cet environnement.

L'un de ces clans de nomades, celui des aquariotes, parcourt l'Europe de l'Oural à la côte atlantique française en cherchant l'eau potable, ce trésor inestimable, afin de le troquer avec les autres tribus au cours de son périple. Parmi eux, vivent Solman et Raïma qui pressentent l'arrivée de l'Apocalypse décrite dans la Bible.
avatar
ivo

Messages : 26725
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: No Futur - la terre au 21° siecle

Message  ivo le Sam 10 Oct - 11:37

Près d'un Français sur deux ignore l'aggravation de la faim dans le monde (sondage)
09/10/2009-[20:12] - AFP

PARIS, 9 oct 2009 (AFP) - Près d’un Français sur deux (48%) ignore qu’en 30 ans le nombre de personnes malnutries a plus que doublé et franchi en juin le cap du milliard, selon un sondage TNS Sofres, réalisé pour Action contre la Faim (ACF) et le Journal du Dimanche (JDD) qui le publie samedi.

Si 52% des sondés pensent que la faim et la malnutrition se sont aggravées, 33% pensent que la situation n’a pas changé en 30 ans et 12% pensent que la situation s’est améliorée. Les Français estiment à 68% que l’on ne parle pas assez de la faim dans le monde (contre 7% "on en parle trop"), un fléau identifié par plus des trois quarts (77%) comme étant plus meurtrier que le sida et la tuberculose réunies. Une majorité de sondés (59%) estiment que la France et ses citoyens apportent une aide "importante" aux populations touchées par la faim, contre 32% pour qui elle est "pas ou peu importante". Pour autant, dans le contexte de crise économique, les Français sont 54% à estimer qu’il faut "augmenter l’aide à l’égard des populations les plus démunies" contre 36% qui estiment que "la France n’a plus les moyens d’aider les pays qui souffrent comme autrefois". Plusieurs hypothèses de financements de la lutte contre la faim ont été soumises aux sondés : ils se prononcent massivement (72%, contre 17% d’opposés) pour l’affectation des intérêts des assurances vie sans bénéficiaire conservés par les compagnies d’assurances. Viennent ensuite l’augmentation de 1 euro de la taxe solidaire sur les billets d’avion (68% pour, 26% contre), la création d’un nouvel impôt solidaire de 2 euros par an et par foyer (52% pour, 44% contre) ou d’une nouvelle taxe sur les alcools et tabacs (47% pour, 48% contre). Le sondage a été réalisé du 25 au 28 septembre auprès d’un échantillon représentatif de la population de 1.000 personnes, interrogées en face-à-face, selon la méthode des quotas.
avatar
ivo

Messages : 26725
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: No Futur - la terre au 21° siecle

Message  ivo le Sam 10 Oct - 12:06

Climat : pour l'ONU, c'est désormais aux gouvernements d'agir
Deux semaines de négociations sur le climat se sont achevées, vendredi 9 octobre, à Bangkok sur un appel aux pays développés à plus d'engagement et de clarté, pour espérer aboutir à un accord mondial en fin d'année à Copenhague. Il reste désormais seulement cinq journées de négociations, à Barcelone début novembre, avant le rendez-vous dans la capitale danoise (7 au 18 décembre), qui vise à enrayer le réchauffement en cours.

Mais les négociations sous l'égide de l'ONU ne sont "pas le seul terrain de jeu", a rappelé Yvo de Boer, plus haut responsable du climat au sein de l'organisation internationale, confiant au sujet de la possibilité d'un "succès" à Copenhague. Selon Hervé Kempf, spécialiste des questions environnementales au "Monde", ces deux semaines de travail à Bangkok, si elles n'ont pas forcément permis d'harmoniser les points de vue, ont au moins permis de "clarifier les grands enjeux"

"LES PAYS EN DÉVELOPPEMENT SONT FRUSTRÉS"

"La balle est dans le camp de tous les pays", a pour sa part affirmé Jonathan Pershing, numéro deux de la délégation américaine. Les deux semaines de Bangkok ont ainsi rappelé que l'acceptation par les Etats-Unis de leur part de responsabilité dans l'enjeu climatique après des années de déni et d'inaction sous l'ère Bush, posait des questions ardues sur le format du prochain accord – le protocole de Kyoto est un repoussoir pour les Américains – mais aussi sur leur niveau d'engagements en termes de réductions d'émission. L'Union européenne (UE), dont le message a été largement perçu comme confus à Bangkok, a elle aussi fait l'objet de très vives critiques. Les Européens ne peuvent plus désormais prétendre au titre de "leader climatique", a jugé Tove Ryding, de Greenpeace. "Cette semaine, ils ont réussi à créer une confusion complète autour du protocole de Kyoto", a-t-elle estimé.

Depuis Copenhague, dans un discours en ouverture du Global Editors' Forum, le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, a prévenu que la communauté internationale était "dangereusement proche d'une impasse" à moins de deux mois du sommet sur le climat, "en dépit de nos récents efforts à New York, Pittsburgh et Bangkok". Il a rappelé qu'il restait "moins de soixante jours" jusqu'au rendez-vous de Copenhague, et "en fait juste une semaine de négociations de plus à Barcelone en novembre".

L'annonce de l'attribution du prix Nobel de la paix au président Obama a suscité des réactions positives dans les couloirs du centre de conférence à Bangkok. "J'espère que cela constituera un encouragement pour lui à s'engager fortement" en faveur d'un accord à Copenhague, a déclaré M. de Boer. La cérémonie de remise du Nobel de la paix étant fixée au 10 décembre à Oslo, et Copenhague étant programmé du 7 au 18 décembre, le président américain pourrait s'arrêter dans la capitale danoise, où la venue d'autres dirigeants, dont le Français Nicolas Sarkozy et le Britannique Gordon Brown, est annoncée.
http://www.lemonde.fr/planete/article/2009/10/09/climat-pour-l-onu-c-est-desormais-aux-gouvernements-d-agir_1251892_3244.html
avatar
ivo

Messages : 26725
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: No Futur - la terre au 21° siecle

Message  ivo le Sam 10 Oct - 12:07

Happening spatial pour sensibiliser aux enjeux de l'eau
Guy Laliberté, le fondateur du Cirque du Soleil, a lancé vendredi soir depuis la Station spatiale internationale un message poétique sur les enjeux de l'eau. Son message a été relayé par un "spectacle planétaire" simultané dans quatorze villes dans le monde, transmis sur internet.

Guy Laliberté a présenté depuis l'espace sa "mission sociale et poétique" et le conte, qui en est l'élément central, écrit spécialement par l'écrivain québécois anglophone Yann Martel. Le texte porte sur une conversation entre le Soleil, la Lune et une goutte d'eau - allusion au nom de la fondation de Laliberté, OneDrop.

Puis l'ancien vice-président américain Al Gore a présenté, dans une séquence vidéo, photos et dessins à l'appui, les dangers menaçant l'eau et, par conséquent, les écosystèmes de la Terre, en raison du réchauffement planétaire. Un autre défenseur de l'environnement, le Canadien d'origine japonaise David Suzuki, a évoqué l'impact néfaste des activités humaines sur les ressources en eau. Le spectacle s'est alors transporté à Montréal, où l'astronaute Julie Payette et Yann Martel ont lu le début du conte en français et en anglais. Et les acrobates du Cirque du Soleil ont offert un spectacle inspiré des traditions amérindiennes, avec la chanteuse inuit Elisapie Isaac.

Treize autres étapes ont pendant cent minutes, de Johannesburg à Rio, de Paris à Mexico, de New-York à Moscou, avec un défilé de vedettes bénévoles comprenant Bono, Salma Hayek, Gilberto Gil, Shakira, Bono, Garou, Patrick Bruel et Jean-Jacques Goldman, avec en prime la star des ballets du Bolchoï, Nikolaï Tsiskaridzé.
http://www.lemonde.fr/planete/article/2009/10/10/happening-spatial-pour-sensibiliser-aux-enjeux-de-l-eau_1251988_3244.html
avatar
ivo

Messages : 26725
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: No Futur - la terre au 21° siecle

Message  ivo le Dim 11 Oct - 11:00

Biocarburants : «Il reste des incertitudes»
http://www.liberation.fr/economie/0101596257-biocarburants-il-reste-des-incertitudes
Code:
Interview:
Questions à Jean-Louis Bal Directeur des énergies renouvelables à l’Ademe:

C’était un rapport très attendu, il a été mis en ligne quasi en catimini, jeudi soir, sur le site de l’Ademe, l’agence de l’environnement. Son sujet ? L’analyse du cycle de vie des biocarburants, soit leur bilan environnemental «du champ à la roue». Le résultat, contrasté, a provoqué la satisfaction des industriels du secteur et les critiques des écologistes. Décryptage avec Jean-Louis Bal, directeur des énergies renouvelables à l’Ademe.
Au regard de l’étude, les biocarburants sont-ils efficaces ?

Les éthanols de blé, betterave et maïs et les biodiesels à partir de tournesol, soja et colza ont un bilan correct : ils permettent un gain de 60 à 80 % d’émissions de gaz à effet de serre. En revanche, la filière ETBE (une forme d’utilisation de l’éthanol) a un résultat très moyen : ce carburant ne passera pas l’exigence européenne de baisse de 50 % à partir de 2017.
Peut-on alors trancher pour ou contre les biocarburants ?

Sur certains points, le débat n’est pas fini. Il reste de grosses incertitudes, la principale étant l’influence des biocarburants sur le changement d’affectation des sols : quand on transforme une surface non cultivée en surface agricole, ça libère du carbone dans l’atmosphère. Ce changement peut aussi être indirect, si le blé qui part en biocarburant doit être cultivé ailleurs. Cela peut alors rendre le bilan négatif.
La vérité est-elle, comme le disent certaines associations, dans les annexes, non encore publiées, du rapport ?

Il n’y a rien de caché dans les annexes, le rapport complet sera mis en ligne dans les prochains jours. L’important, c’est qu’avec l’objectif de 7 % de biocarburants incorporés en 2010, et un coefficient moyen de 60 % de réduction de CO2, ça ne fait jamais que 4 % de baisse d’émissions dans les transports. Pas plus que ça. Ça ne doit pas dispenser des efforts à faire.
avatar
ivo

Messages : 26725
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: No Futur - la terre au 21° siecle

Message  ivo le Dim 11 Oct - 11:40

Nanotechnologies : ce qui se vend
http://www.lemonde.fr/technologies/article/2009/10/09/nanotechnologies-ce-qui-se-vend_1251924_651865.html#ens_id=1241569
A l'approche du débat public national autour du développement et de la régulation des nanotechnologies, qui se déroulera du 15 octobre au 24 février, il nous a semblé intéressant de se pencher sur les produits qui, d'ores et déjà, incorporent des nanomatériaux, ou sont fabriqués au moyen de nanotechnologies.

Equipements sportifs, peintures, emballages, textiles… la base de données du Project on Emerging Nanotechnologies (PEN), une fondation américaine qui veut œuvrer à plus de transparence en matière de nanotechnologies, a franchi cet été le cap des mille produits vendus dans le commerce, soit une augmentation de 379 % depuis sa création en 2006 (voir le bilan que nous dressions à l'époque : 212 (nano)produits de consommation).

On y trouve 155 vêtements, 137 produits cosmétiques et 33 crèmes solaires, des shampoings, dentifrices, traitements capillaires, anti-douleurs ou contre l’acné… : 60 % d’entre eux relèvent des domaines de la santé et du bien-être.

Viennent ensuite les produits de ménage et d’entretien, ou pour le jardin : peintures, nettoyants, purificateurs d’air, dégraissants, anti-odeurs, oreillers et autres produits antibactériens, sacs à main et bagages imperméabilisés…

Les produits alimentaires arrivent en troisième position, avec un complément "bionique" (et aromatisé au café), un autre pour maigrir ou vivre plus longtemps, de la vitamine en spray, du chocolat light, ou encore cette "eau maternelle", filtrée au moyen de nanoparticules d'argent "sans traitements chimiques" et tout spécialement créée pour les mamans et leurs nouveaux-nés.

On y dénombre également 68 produits et accessoires utilisés dans le secteur automobile, essentiellement des revêtements extérieurs, destinés à lutter contre les effets de l'humidité, de l'érosion, ou des marques pouvant abîmer les carrosseries.

En cinquième position, les produits électroniques sont également assez bien représentés, et constituent une bonne partie du chiffre d'affaires des "nanos", avec la mémoire de l'iPod et la batterie de l'iPhone, toutes deux fabriquées par Samsung, les processeurs Intel Core 2 Duo, la puce IBM de la Xbox 360, les écrans OLED, et même un téléphone mobile antibactérien…

Au rayon enfants, on trouve une tétine, un biberon, une brosse à dents, et même des nounours antibactériens.

Nos amis les animaux ne sont pas en reste ; ils peuvent en effet se voir offrir un lit intelligent, imperméable, antibactérien et à la pointe de la technologie puisqu'il reste "naturellement propre" et sans odeur, un shampoing désodorisant, un spray pour restaurer le pH neutre de leur peau, ou encore un collier antiaboiement qui envoie une "correction" électrique à chaque fois que votre chien aboie…

En 2007, le marché des produits incorporant des nanomatériaux était estimé à 147 milliards de dollars, et pourrait, d'après le PEN, atteindre les 3 100 milliards en 2012. Si le marché est, pour l'instant, dominé par l'industrie chimique, cette dernière pourrait d'ici là être supplantée par les industries pharmaceutiques et cosmétiques.

540 de ces produits viennent des USA, 240 de l'Asie du Sud-Est, et 154 d'Europe, dont 17 de France (deux raquettes de tennis, quinze parfums et produits cosmétiques).

Le PEN a également publié, en juin 2009, une carte des 1200 entreprises, universités et laboratoires qui, aux Etats-Unis, travaillent au développement et à la commercialisation des nanotechnologies.

Malheureusement, note le bureau européen de l'environnement (EEB, qui se présente comme "la voix environnementale des Européens", et qui fédère plus de 140 ONG dans 31 pays) dans un rapport consacré à l'impact sanitaire et environnemental des nanomatériaux, on ne dispose pas, en Europe, d'information claire sur ce qui est produit ou testé par qui, où, ni en quelle quantité.
avatar
ivo

Messages : 26725
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: No Futur - la terre au 21° siecle

Message  ivo le Lun 12 Oct - 11:44

La Sibérie, poubelle radioactive et lointaine d’EDF
France Info - 11:03


Que faire de ses déchets nucléaires ? EDF semble avoir trouvé une solution : 13% de ses déchets radioactifs seraient exportés vers la Sibérie, pour y être théoriquement recyclés. Problème : une majorité de ces rebuts finirait entreposée en plein air, dans une ville interdite d’accès, selon une enquête publiée ce matin par Libération et diffusée demain sur Arte .

Ca fait pourtant des années que l’industrie nucléaire se présente comme une industrie recyclable à 96%. Mais le documentaire réalisé par Éric Guéret et Laure Noualhat montre une réalité toute différente : "aujourd’hui, c’est près de 13% des matières radioactives produites par notre parc nucléaire qui dorment quelque part au fin fond de la Sibérie", écrit Laure Noualhat dans Libération.

Ce quelque part, c’est Tomsk-7, rebaptisé Seversk, une ville de 30.000 habitants, interdite aux journalistes. Depuis le milieu des années 90, 108 tonnes d’uranium appauvri made in France viendraient chaque année s’entreposer, en containers, dans un parking à ciel ouvert !
Selon Laure Noualhat, en l’état ce ne serait pas dangereux... sauf si un avion venait à se crasher dessus, et dispersait ainsi les matières radioactives dans l’environnement.


Que dit EDF ?

L’électricien national ne confirme pas le pourcentage de 13% mais reconnait volontiers l’envoi de ces déchets en Russie, "pour retraitement". Car, explique un responsable d’Areva dans les colonnes de Libération, "nous ne disposons pas en France pour l’instant du procédé d’ultracentrifugation". Procédé qui devrait être développé en 2012 dans l’usine Georges-Besse II, au Tricastin, dans le Vaucluse.

En attendant, Areva expédie donc une partie de son uranium de retraitement à 8.000 kilomètres, par bateau du Havre à Saint-Pétersbourg, puis par train jusqu’à Seversk. Ce qui pose question sur la sécurité de ce transport, la sécurité du stockage et l’opacité de ce circuit...

"EDF agit comme un criminel écologique", a dénoncé ce matin Noël Mamère, invité de France Info, "le secret règne en maître depuis plus de 40 ans".

Le documentaire "Déchets, le cauchemar du nucléaire", réalisé par Éric Guéret et Laure Noualhat, sera diffusé demain à 20h45 sur Arte.

Déchets radioactifs : EDF, "criminel écologique" (Noël Mamère)

Raphaëlle Duchemin - 09:01

Une enquête d’Arte qui sera diffusée demain soir épingle sérieusement la gestion des déchets nucléaires produits par les centrales francaises d’EDF. Une partie de ces déchets, 13%, ne serait pas recyclée, mais entreposée en Sibérie. A l’air libre. Invité ce matin de France Info, le député Vert Noël Mamère dénonce l’opacité d’EDF et le "culte du secret"...

"EDF ment, EDF (et Areva) se comportent comme des criminels écologiques. EDF et Areva se comportent comme des voyous", a déclaré Noël Mamère.

"Cela ne me surprend pas du tout, j’ai été condamné par les tribunaux pour l’avoir déjà dit et j’ai gagné devant la Cour européenne des droits de l’Homme", a-t-il ajouté. "Le secret règne en maître depuis plus de 40 ans", déplore Noël Mamère.

’’Rattraper le parti socialiste’’

Le député-maire Vert de Bègles (Gironde) réagissait également ce matin aux résultats de la législative partielle dans la 12e circonscription des Yvelines (Ile-de-France). Avec 44,2% des voix, le candidat UMP, l’ancien champion de judo David Douillet, arrive largement en tête du premier tour devant le maire socialiste de Poissy Frederik Bernard (21,9%). Le candidat des Verts, Alain Lipietz, se classe lui en troisième position avec 14,8% des voix. Quant au Modem, représenté par Richard Bertrand, il obtient 7,7% des suffrages.

Bien-sûr, les Verts auraient espéré un meilleur score mais "je vous rappelle que c’est un système qui ne nous est pas favorable puisque c’est un système uninominal, où c’est donc difficile de partir seul", explique Noël Mamère.

Reste que "notre implantation continue élection après élection", assure-t-il. "Nous avons fait la preuve que maintenant nous pouvons tourner autour des 15 à 16%, ce qui correspond exactement à la moyenne nationale que nous avions réussie au cours des élections européennes".

"Petit à petit, nous sommes en train de rattraper le parti socialiste et d’être dans des différentiels qui sont quand même très faibles… Le rapport de force est en train de se renforcer en notre faveur", se félicite-t-il.
avatar
ivo

Messages : 26725
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: No Futur - la terre au 21° siecle

Message  ivo le Lun 12 Oct - 11:46

Changement climatique : l’Afrique veut aller unie à Copenhague
France Info - Hier, 16:55

Au cours du Forum de Ouagadougou, six chefs d’état africains ont décidé de défendre une position commune au sommet de Copenhague sur le climat en décembre. Ils ont notamment décidé d’exiger « des réparations et des dédommagements" pour faire face aux dérèglements du climat. Le ministre burkinabè de l’environnement, Salifou Sawadogo, a estimé à44 milliards d’euros les financements nécessaires.
L’ancien président Jacques Chirac s’est lui résolument prononcé contre l’idée d’une compensation globale où l’Afrique serait dédommagée pour ne plus toucher à ses forêts... et "renoncer à son industrialisation." ”

France Info - Les troupeaux décimés par la sécheresse au Kenya
avatar
ivo

Messages : 26725
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: No Futur - la terre au 21° siecle

Message  ivo le Lun 12 Oct - 12:30

Une longue saison d'insécurité alimentaire au Sud-Soudan
http://www.liberation.fr/depeches/0101596430-une-longue-saison-d-insecurite-alimentaire-au-sud-soudan

LOBIRA BOMA (Soudan) (AFP) - Dans un hameau de huttes aux toits coniques adossé sur le contrefort d'une montagne abrupte, des femmes pilent des herbes sèches, ingrédient clé d'une diète imposée par l'insécurité alimentaire sévère qui touche plus d'un million de personnes au Sud-Soudan.

"Vous mettez les herbes broyées dans l'eau, puis vous les mangez. Nous mangeons cette potion chaque jour", regrette Juspine Ifuho, montrant la fine poudre verte récoltée dans le creux poli d'une roche servant de mortier.

A l'horizon du village de Lobira Boma, peuplé par la tribu Latuka, dans l'Etat d'Equateur-Oriental, une vallée s'étend sur des lieues et s'éteint sur le roc des montagnes voisines.

Dans ces zones reculées du Sud-Soudan, les agriculteurs dépendent essentiellement des pluies pour faire pousser le sorgho, le millet et les arachides. Or une sécheresse intense en mai et juin a abîmé la grande récolte d'été.

"Nous n'avons rien d'autre à manger car la récolte est morte. Nous devons acheter des céréales au marché, mais nous n'avons pas d'argent", souffle le sous-chef du village, Pilagio Ohiasa, mâchoire carrée, dents d'ivoire, vêtu d'un t-shirt des Cowboys de Dallas -club de football américain- et d'espadrilles déglinguées.

La sécheresse, la hausse des prix et la multiplication des violences tribales contribuent toutes, selon les régions, à l'insécurité alimentaire sévère qui touche 1,5 million de personnes au Sud-Soudan, selon Michelle Iseminger, chef locale des opérations du Programme alimentaire mondial (PAM).

A Lobira Boma, un gamin aux allures de petit bouddha noir au ventre gonflé tète le sein flétri d'une vielle femme, des adolescents arborent au bras gauche un couteau traditionnel nommé "adami", un vieil homme quête, et le bétail arpente librement les dédales en pente du village.

"Ceux qui ont des vaches peuvent les vendre (pour se procurer de la nourriture). Mais pas tous ont des vaches", assure Pilagio Ohiasa. Au marché local, point de fruits et de légumes sur les étals, seulement de l'eau en bouteille, des sodas et des biscuits importés du Kenya et de l'Ouganda par des routes tortueuses et vendus au prix fort.

"L'Equateur-Oriental était le grenier du Sud-Soudan, mais cette année est différente, nous ne produisons rien", constate Dennis Okumu, un responsable de la sécurité alimentaire dans le diocèse local de Torit. "Généralement, la récolte la plus stable est celle du sorgho. Sans sorgho, on peut dire que les gens ici n'ont rien. Or cette année, nous n'en avons pas".

Cette région reçoit en moyenne 360 millimètres de pluie entre mars et septembre, mais cette année 280 mm sont tombés, selon l'Organisation de l'ONU pour l'Agriculture et l'alimentation (FAO).

"Le grand problème c'est la distribution des pluies", explique Rogerio Bonifacio, de la FAO au Soudan. A un avril pluvieux ont succédé des mois très secs, ce qui a détruit les récoltes. "Le mois de mai a été l'un des plus secs depuis dix ou quinze ans".

Vaste région sous-développée gorgée de ressources naturelles et bénie par des terres fertiles, le Sud-Soudan panse encore ses plaies quatre ans après la fin de la guerre civile avec le Nord, à l'origine de deux millions de morts.

"Le Sud-Soudan a une histoire de guerre. Après l'accord de paix de 2005, l'emphase a été mise sur l'éducation et les services de base. C'est seulement maintenant que les activités d'agriculture commencent à reprendre. Or les systèmes en place ne sont pas du tout développés", constate Marc Bloch de l'ONG Caritas-Suisse.

Au pied du village de Lobira Boma, les habitants ont replanté du mil et des arachides dans une terre cuivrée par le soleil. Ils espèrent la pluie... et une nouvelle aide alimentaire.
avatar
ivo

Messages : 26725
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: No Futur - la terre au 21° siecle

Message  ivo le Lun 12 Oct - 12:44

Climat: l'Afrique veut un «dédommagement» du Nord
http://www.liberation.fr/terre/0101596442-climat-l-afrique-veut-un-dedommagement-du-nord
Deux mois avant le sommet de Copenhague, les Etats de l'Union africaine font front commun pour exiger que les pollueurs soient les payeurs.

L'Afrique, continent le plus vulnérable au réchauffement climatique mondial, a exigé dimanche des «réparations et dédommagements», deux mois avant le sommet sur le climat de Copenhague, demandant que les pays industrialisés pollueurs soient les payeurs.

Ces «exigences» du continent le moins pollueur mais le plus pauvre du monde interviennent au moment où les négociations internationales sont très laborieuses, voire «dangereusement proches d'une impasse», comme l'affirme le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso.

«Pour la première fois, l'Afrique aura une position commune» au sommet de Copenhague, s'est félicité le président de la Commission de l'Union africaine Jean Ping lors de la 7e édition du Forum mondial pour le développement durable consacré aux changements climatiques.

«On a décidé de parler d'une seule et même voix» et d' «des réparations et des dédommagements», a-t-il ajouté à Ouagadougou, sans toutefois avancer de montant.

Le président du comité d'organisation du Forum, le ministre burkinabè de l'Environnement Salifou Sawadogo, avait estimé vendredi à l'AFP à 65 milliards de dollars (44 milliards d'euros) les financements nécessaires pour que le continent puisse faire face aux dérèglements du climat.
«Responsabilité historique des pays développés»

«Les responsables doivent s'engager à réduire leur émission de gaz à effet de serre et à répondre aux principes du "pollueur-payeur"», a assuré M. Ping, préconisant la mise en place de "nouveaux fonds internationaux pour soutenir les pays pauvres".

Il a pris l'exemple de l'Etat du Texas (Etats-Unis) qui, «avec trente millions d'habitants relâche à lui seul autant de CO2 que le milliard d'Africains réunis». Mais il n'a pas cité la Chine, l'autre grand pollueur de la planète.

Tout en soulignant la «responsabilité historique des pays développés», il a indiqué que les pays africains «se proposent d'intégrer le changement climatique dans le développement économique», sans toutefois avancer des engagements fermes et initiatives concrètes.

Marginalisée dans l'économie mondiale, l'Afrique l'est également sur le marché carbone, qui consiste à financer une action «verte» dans un pays du Sud pour «racheter» une pollution au Nord.

Selon le responsable de l'UA, sur 1.600 projets dans le monde, seuls 30 sont africains, dont 15 en Afrique du Sud, première puissance économique du continent.
Chirac «résolument» contre

Comme l'a souligné le président burkinabè, Blaise Compaoré, «les difficultés majeures à surmonter sont celles liées à l'inexistence de mécanismes efficaces de financement et de transfert». Il envisage donc «dès 2010» de convoquer des «assises financières africaines» à ce sujet.

L'ex-président français Jacques Chirac s'est «résolument» prononcé «contre l'idée d'une compensation globale où l'Afrique serait dédommagée pour ne plus toucher à ses forêts, pour geler sa consommation d'éngergie et renoncer à son industrialisation».

Six présidents africains (Bénin, Burkina Faso, Centrafrique, Congo, Mali et Togo), ont assisté au forum, la dernière réunion continentale au niveau des chef d'Etat avant le sommet de Copenhague. Une quinzaine avait été initialement annoncée.

«La seule position commune de l'Afrique, c'est de demander de l'argent au Nord», estime un peu amer un expert occidental sous couvert de l'anonymat. Mais, avant d'ouvrir les mannes financières en pleine crise économique mondiale, «le Nord leur répond: "montrez-nous d'abord vos projets"».

(Source AFP)

A lire aussi
Les pays pauvres supporteront 80% des dégâts du changement climatique

La Banque mondiale, à l'origine de ce chiffre, confirme plusieurs analyses allant déjà dans ce sens.
23 millions de personnes menacées par la disette en Afrique de l'Est

L'organisation Oxfam lance un appel de fonds pour venir en aide à ces personnes menacées par une vague de sécheresse.
L'Afrique unie face au climat

Les spécialistes africains de l'environnement sont réunis ce week-end au Burkina Faso pour s'accorder avant le sommet de l'ONU sur le climat, du 7 au 18 décembre à Copenhague
avatar
ivo

Messages : 26725
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: No Futur - la terre au 21° siecle

Message  Cernunnos le Mar 13 Oct - 6:14

Et alors, quelle est la conclusion ?
avatar
Cernunnos

Messages : 46
Date d'inscription : 27/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: No Futur - la terre au 21° siecle

Message  ivo le Mar 13 Oct - 10:46

une conclusion au futur ?? ^^

le but de ces deux topics c'est (pour moi):

> affiner notre perception du futur plus ou moins proche

>> afin surtout d'affiner notre perception des enjeux et changements à venir

>>> afin surtout d'affiner nos luttes.

j'en ai plus que marre des "anars" qui passe leur temps à citer des auteurs morts depuis 200 (...^^)ans et qui sont incapables de voir que leur discours n'est meme plus théorique ni meme obsolete tellement le monde change.
(ceci dit sans viser personne ici ... pas encore ^^)
avatar
ivo

Messages : 26725
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: No Futur - la terre au 21° siecle

Message  Cernunnos le Mar 13 Oct - 14:58

Merci, j'avais bien compris la motivation, et je m'intéresse particulièrement au résultat de l'affinage de tes luttes.
avatar
Cernunnos

Messages : 46
Date d'inscription : 27/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: No Futur - la terre au 21° siecle

Message  ivo le Mer 14 Oct - 12:15

Plus d'un milliard d'humains ont faim
http://www.lemonde.fr/international/article/2009/10/14/plus-d-un-milliard-d-humains-ont-faim_1253681_3210.html
La faim touche aujourd'hui 1,02 milliard de personnes, soit un sixième de la population mondiale, selon un rapport de la FAO (l'agence de l'ONU pour l'alimentation et l'agriculture) publié mercredi 14 octobre à Rome à l'occasion de la semaine mondiale de l'alimentation. "Aucune nation n'est épargnée et, comme toujours, ce sont les pays les plus pauvres – et les populations les plus démunies – qui en pâtissent le plus", déplore Jacques Diouf, le directeur général de la FAO, dans un document réalisé conjointement avec le programme alimentaire mondial avant la journée mondiale de l'alimentation, vendredi.

La majeure partie des personnes sous-alimentées vivent dans la région Asie-Pacifique (642 millions). Suit l'Afrique subsaharienne (265 millions), l'Amérique latine (53 millions) puis une région comprenant le Proche-Orient et l'Afrique du Nord (42 millions). Dans les pays développés, 15 millions de personnes souffrent de la faim.

Durant toute cette semaine, quelque 300 experts sont réunis à Rome, siège de la FAO, sur le thème "comment nourrir le monde en 2050". La population mondiale doit passer de 6,8 milliards à 9,1 milliards en 2050, selon les dernières projections de l'ONU.

Plus d'un milliard de personnes frappées par la faim dans le monde
http://www.liberation.fr/monde/0101597076-plus-d-un-milliard-de-personnes-frappes-par-la-faim-dans-le-monde

La faim a progressé dans le monde en raison de la crise économique mondiale en 2008-2009 et touche aujourd'hui un sixième de la population mondiale, selon un rapport publié mercredi par la FAO, une agence de l'ONU.



Pour la première fois depuis 1970, le seuil historique du milliard d'affamés dans le monde a été de nouveau franchit. À l'occasion de la semaine de l'alimentation, un rapport conjoint de la FAO (l'agence de l'ONU pour l'Alimentation et l'Agriculture) et du PAM (programme alimentaire mondial) estime qu'une personne sur six souffre de la faim.

«Aucune nation n'est épargnée et, comme toujours, ce sont les pays les plus pauvres et les populations les plus démunies qui en pâtissent le plus», déplore Jacques Diouf, le directeur général de la FAO. La majeure partie des personnes sous-alimentées provient, en effet, des régions du tiers-monde : Asie-Pacifique (642 millions), suivie de l'Afrique subsaharienne (265 millions), de l'Amérique latine (53 millions) puis d'une région comprenant Proche-Orient et Afrique du Nord (42 millions). Cependant, les pays développés sont également frappés. 15 millions de personnes souffrent de la faim dans les pays du industrialisés, précise le document.
Augmentation des prix des denrées alimentaires

Selon le rapport, les crises économique et alimentaire ont élevé de manière dangereuse le prix des denrées de première nécessité. Le nombre de victimes de la malnutrition a augmenté de 100 millions par rapport à l'année dernière. «Les ménages pauvres se sont trouvé dans l'obligation de réduire le nombre des repas et de consommer des aliments moins nutritifs, de diminuer les dépenses de santé et d'éducation, et de vendre leurs avoirs», souligne-t-il. Cependant, les crises n'ont fait qu'aggraver une situation déjà inquiétante. Le nombre de personnes mal nourries augmente de manière régulière depuis plus d'une décennie, effaçant les bénéfices des progrès observés dans les années 1980 et au début des années 1990.

«Le problème de l'insécurité alimentaire» est «d'abord une question de mobilisation au plus haut niveau politique pour que les ressources financières nécessaires soient disponibles», à déclaré Jacques Diouf, directeur général de la FAO. «Chaque année, les soutiens à l'agriculture des pays de l'OCDE atteignent 365 milliards de dollars et les dépenses d'armement 1.340 milliards», a-t-il rappelé, dans le cadre de la Semaine mondiale de l'alimentation.
300 experts à Rome

Alors que la population mondiale devrait atteindre les 9,1 milliards d'individus dans les quarantes prochaines années, 300 experts internationaux s'interrogent sur le thème «comment nourrir le monde en 2050», cette semaine à Rome. «L'alimentation devient une bombe pour les gouvernements: si on ne fait rien, ça pète à la figure», analyse Jean-Louis Vélajus du Comité français pour la solidarité internationale (CFSI). «Le milliard de personnes souffrant de la faim n'est pas traitable par l'aide alimentaire mais par une réforme globale de l'agriculture», estime-t-il.

ONG humanitaires et de développement militent ensemble pour une réforme des politiques commerciales et agricoles, qui maintiennent, selon elles, les pays en développement dans la dépendance. Elles réclament un arrêt de la «libéralisation à tous va», qui provoque une volatilité des cours des denrées alimentaires, mais demandent surtout des investissements massifs dans l'agriculture des pays du Sud.

Cette mobilisation autour de la Journée mondiale de l'Alimentation, organisée vendredi, servira de prélude au sommet sur la sécurité alimentaire à Rome mi-novembre, suivi du sommet de Copenhague sur le changement climatique en décembre. «Prise en tenaille» entre le milliard d'affamés et «la question environnementale qui oblige à réfléchir sur les modes d'exploitation, la communauté internationale est bien obligée de mettre les choses à plat sinon, on va dans le mur!», estime Jean-Louis Vélajus.


Dernière édition par ivo le Jeu 15 Oct - 12:39, édité 1 fois
avatar
ivo

Messages : 26725
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: No Futur - la terre au 21° siecle

Message  ivo le Mer 14 Oct - 12:49


Suite aux terribles inondations dans la région du Mahaboobnagar, en Inde, 300 personnes sont mortes et plus d’un million d’habitants ont du être déplacés. Ici, des écoliers du village de Shanti Nagar portent un masque pour éviter toute propagation d’épidémie, le 10 octobre.
avatar
ivo

Messages : 26725
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: No Futur - la terre au 21° siecle

Message  ivo le Jeu 15 Oct - 11:45

Une nouvelle île apparaît...
France Info - Hier, 23:00

C’est un phénomène extrêmement rare, surtout en France. Une nouvelle île est tout simplement en train d’apparaître, en plein estuaire de la Gironde...
D’une superficie de 4 hectares à marée haute et une centaine à marée basse, cette île s’est matérialisée au début de cette année à partir de sédiments accumulés sur des bancs de sable, à deux kilomètres du célèbre phare de Cordouan. A l’échelle de la formation des continents, sa naissance est soudaine.

On y recense déjà une douzaine d’espèces de plantes différentes, et l’endroit est devenu la coqueluche des chercheurs.
Cette nouvelle île est une "merveille"... Bernard Giraud, adjoint en charge de l’environnement de la mairie de Royan
avatar
ivo

Messages : 26725
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: No Futur - la terre au 21° siecle

Message  ivo le Jeu 15 Oct - 12:25

La calotte arctique fondra totalement en été "dans 20 à 30 ans"
0101597237-la-calotte-arctique-fondra-totalement-en-ete-dans-20-a-30-ans
LONDRES (AFP) - La calotte polaire arctique disparaîtra complètement en été "dans 20 à 30 ans", mais d'ici à peine une dizaine d'années l'Arctique sera considéré comme une voie maritime sûre, ont conclu mercredi des scientifiques à la suite d'une mission de l'explorateur Pen Hadow.

"La banquise aura complètement disparu en été dans 20 à 30 ans mais aura fortement diminué dans bien moins longtemps. Dans une dizaine d'années, l'océan arctique sera considéré comme une mer ouverte" à la navigation pendant la saison estivale, a déclaré Peter Wadhams, professeur à l'université anglaise de Cambridge.

Lors d'une conférence de presse à Londres, il a présenté les conclusions des analyses effectuées à partir des milliers de données récoltées pendant une mission de 73 jours au printemps dernier dirigée par l'explorateur britannique Pen Hadow.

L'objectif était de mesurer en hiver, sur le terrain, l'épaisseur de la banquise pour affiner les prévisions sur la fonte de la calotte arctique.

Sur les quelque 450 km parcourus par l'équipe, l'épaisseur moyenne de glace relevée était de 1,8 mètre et, sur les crêtes formées par la pression, elle était de 4,8 mètres.

"Une épaisseur de 1,8 m est caractéristique d'une glace formée dans l'année, qui est plus vulnérable pendant l'été. Et la glace accumulée sur plusieurs années se rétracte de manière accélérée", a poursuivi M. Wadhams. "C'est un exemple concret du réchauffement climatique en action", a-t-il ajouté.

Pour le docteur Martin Sommerkorn du Fonds mondial pour la nature (WWF), partenaire de l'expédition, "l'étude dresse un tableau très sombre concernant la fonte de la banquise" qui est "plus rapide que ce que nous pensions", précisant que cette disparition aurait "un impact au-delà de l'Arctique".

Outre la disparition de la faune, cette fonte entraîne une augmentation du niveau des océans, des modifications atmosphériques et des courants maritimes mais aussi la libération de volumes très importants de gaz à effet de serre, considérés comme responsables du réchauffement climatique, a-t-il expliqué.

Selon lui, le permafrost arctique (terres gelées en permanence) renferme deux fois plus de CO2 que l'atmosphère et les fonds marins gelés de l'Arctique en renferment plus que les réserves cumulées de charbon, pétrole et gaz de la planète.
avatar
ivo

Messages : 26725
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: No Futur - la terre au 21° siecle

Message  ivo le Jeu 15 Oct - 12:27

Nanotechnologies: coup d'envoi à Strasbourg d'un grand débat national
http://www.liberation.fr/depeches/0101597214-nanotechnologies-coup-d-envoi-a-strasbourg-d-un-grand-debat-national

PARIS (AFP) - Test de grossesse, crème à bronzer, pneus, textiles: des nanotechnologies sont déjà présentes dans notre environnement. Un large débat public s'ouvre cette semaine à Strasbourg sur les avancées et risques de particules jusqu'à 100.000 fois plus fines qu'un cheveu.

"Nano" nous vient du grec nanos, qui signifie nain. Un nanomètre, c'est un milliardième de mètre. Difficile à se représenter. A titre de comparaison, il y a autant de différence de taille entre la Terre et une meule de fromage (ou un petit ballon) qu'entre cette meule et un nanomètre.

L'exemple est tiré du dossier de présentation du débat public lancé officiellement le 23 septembre par le ministre de l'Ecologie Jean-Louis Borloo.

Quelque 800 produits incorporent déjà des nanotechnologies. D'autres sont en développement, avec des applications pour la santé, l'énergie, la téléphonie mobile, les matériaux ou encore le traitement de l'eau grâce à des nanofiltres.

"C'est une révolution devant nous qui est majeure et je ne veux pas que cette révolution n'appartienne qu'aux experts", avait alors déclaré M. Borloo, alors que les effets sur la santé et l'environnement de structures ou particules nanométriques restent mal connus.

Le débat s'organisera à la fois sur un site internet (www.debatpublic-nano.org) et lors de réunions publiques dans 17 villes de France entre le 15 octobre et le 23 février.

La première réunion, jeudi à Strasbourg, doit notamment faire le point sur la réglementation européenne, selon Jean Bergougnoux président de la commission chargée d'organiser ce débat national.

Pour les cosmétiques, un règlement prévoit que les crèmes à bronzer contenant des nanoparticules de dioxyde de titane, pour éviter de laisser des traces blanches, doivent le mentionner sur l'étiquette, a-t-il rappelé.

Mais la question reste ouverte en ce qui concerne l'inclusion ou non des nanoparticules dans le règlement REACH sur les produits chimiques.

Noir de carbone pour augmenter la durée de vie des pneumatiques, nanoparticules accroissant la résistance de peintures aux rayures ou aux ultraviolets, nanotubes de carbone conférant légèreté et solidité aux cadres de raquettes de tennis... Nombreuses sont les applications des structures ou particules, dont l'une au moins des dimensions est comprise entre 1 et 100 nanomètres.

Les tests de grossesse constituent le premier marché pour les nanotechnologies de santé : leurs nanoparticules d'or permettent d'attraper les molécules de l'hormone de grossesse et de les fixer en quelques minutes seulement sur la bandelette test, selon le dossier présenté sur le site web du débat public.

Autres exemples cités : des nanoparticules d'argent, aux propriétés antibactériennes ou luttant contre les mauvais odeurs, sont "présentes aujourd'hui dans plus de 600 produits (électroménager, pansements, sous-vêtement..)".

La miniaturisation extrême permet aux "nano-objets" ou "nanoparticules" d'exploiter de nouvelles propriétés, optiques ou magnétiques par exemple.

En démultipliant les capacités de stockage informatique, on peut créer des "bases de données pléthoriques", ce qui pose la question des libertés individuelles. Les avancées de la nanomédecine susceptibles, non seulement de "réparer", mais aussi "d'améliorer" l'homme, sont aussi sources de questions éthiques.

Pour M. Bergougnoux qui entend "informer, écouter et rendre compte objectivement", le débat doit permettre d'aborder "tout ce dont le public souhaite parler".
Commision particulière du débat public

©️ 2009 AFP
avatar
ivo

Messages : 26725
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: No Futur - la terre au 21° siecle

Message  ivo le Jeu 15 Oct - 12:44

Protection de l'eau et de l'atmosphère: les infractions ont doublé depuis 2006
http://www.liberation.fr/depeches/0101597209-protection-de-l-eau-et-de-l-atmosphere-les-infractions-ont-double-depuis-2006
PARIS (AFP) - Le nombre des atteintes "aux milieux" comme l'air, l'eau et l'atmosphère représentent une large part des infractions du droit de l'environnement qui ont "plus que doublé" depuis 2006, révèle une étude de l'Observatoire national de la délinquance (OND).

Cette étude, selon l'OND, se base sur les infractions relevées par la gendarmerie, l'Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) et l'Office national de l'eau et des milieux aquatiques (Onema).

Elle donne une image "exhaustive" de ces infractions, fait valoir celui-ci, qui sont à 80% des contraventions et ne sont pas uniquement des statistiques des forces de l'ordre souvent à la base, -- et la limite, selon lui --, des études de l'OND,

Depuis 2006, observe l'OND, le nombre des infractions à l'environnement "a peu varié" globalement mais il y a des évolutions contrastées selon les types d'infractions.

Ainsi, les nuisances sonores ou visuelles (pollution de l'affichage publicitaire) ont baissé de 4 à 5% et le nombre des infractions aux milieux (eau, air, atmosphère) "a plus que doublé" passant de 5.770 à 12.713 soit + 120%, toujours depuis 2006.

Cela s'explique, selon l'OND, par la hausse importante des infractions relevées par les gendarmes notamment dans le domaine des dépôts d'ordures non autorisés, le nombre des plaintes étant à cet égard plus important en raison de la sensibilité aux questions d'environnement des élus ou des riverains.

Toujours selon l'étude, le tiers des infractions à l'environnement constatées sont des contraventions de 5e classe, c'est-à-dire un niveau d'amendes lourdes qui concerne par exemple les abandons d'épaves ou la chasse sans permis."Ce sont les infractions de M. tout-le-monde", selon l'auteur de cette étude, le gendarme Yannick Silvain.

Il y a très peu d'infractions relevant de la réclusion criminelle comme les incendies de forêts par exemple.

Les infractions à la santé publique comme l'amiante ou l'introduction de matières pouvant nuire à la qualité des eaux d'alimentation sont aussi minoritaires: 93 en 2008 sur un total de 58.585 infractions au droit à l'environnement.

"Cela ne reflète sans doute pas la réalité", indique à cet égard M. Silvain pour qui il "faudrait poursuivre les études" sur ce sujet sensible où les "enquêtes sont très longues".
avatar
ivo

Messages : 26725
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: No Futur - la terre au 21° siecle

Message  ivo le Ven 16 Oct - 11:18

Nanotechnologies. Des citoyens informés et capables de s’approprier l’avenir technique
http://www.humanite.fr/2009-10-15_Idees-Tribune-libre-Histoire_Nanotechnologies-Des-citoyens-informes-et
COMMENT INSCRIRE LE DÉVELOPPEMENT DES NANOTECHNOLOGIES DANS LE DÉBAT DE SOCIÉTÉ ?

« La politique est un mécanisme qui sert à empêcher les gens de prendre part à ce qui les concerne directement. » Cette assertion de Paul Valéry donne un éclairage assez dramatique aux tentatives actuelles de mise en débat public de choix technologiques qui forgent directement notre avenir. Ainsi est lancée, ce 15 octobre à Strasbourg, la série de dix-sept débats publics sur les nanotechnologies, organisée par la Commission nationale du débat public (CNDP). Saisie par sept ministères en mars dernier, dans le cadre de la loi Grenelle, celle-ci devra fournir, fin février, une cartographie des points de vue et arguments exprimés pour éclairer l’État sur « l’organisation du contrôle et du suivi des nanomatériaux, la caractérisation de l’exposition et l’évaluation de la toxicité sur l’homme et les écosystèmes, l’information et la protection du travailleur et du consommateur, les modalités de soutien à la recherche et aux innovations dans ce domaine ».

Un tel processus est-il en mesure de faire changer d’opinion les sceptiques comme Valéry qui sont légion ? Peut-on croire à une dynamique capable de donner prise aux citoyens sur cet avenir technique ? Regardons d’un peu près les enjeux d’un tel débat…

De quoi sera-t-il question ? Les nanotechnologies – qui désignent les interventions sur la matière pour réarranger ses briques élémentaires ou atomes – déferlent depuis dix ans sur le marché sans grande visibilité. Pourtant, touchez, regardez, respirez : les nanoparticules sont déjà parmi nous : dans les cosmétiques pour faire écran solaire, dans les peintures ou les ciments (comme antitaches ou dépolluants), en couches minces sur les vitres, dans les vêtements (comme antibactériens), capteurs, étiquettes ou mémoires dans l’électronique et jusque dans nos aliments pour fluidifier les préparations… Certains espèrent aussi de nouvelles stratégies pour soigner avec des nanocapsules ciblant les tumeurs ou les virus.

Signal de ralliement, sésame pour drainer des investissements (qui atteignent aujourd’hui plus de cinq milliards d’euros par an dans le monde), le terme de « nanotechnologies » est essentiellement une construction politique. L‘échelle « nano » est devenue celle de toutes les équivalences entre les mondes de la chimie, de la biologie, de l’informatique et des neurosciences. C’est la convergence nanobio- info-cogni-sciences (NBIC). La matière peut être réagencée et surtout fonctionnalisée, c’est-à-dire qu’on peut lui greffer des propriétés inédites.

Mais qui dit émergence de propriétés dit aussi risques nouveaux… Les nanotubes de carbone (utilisés pour leur résistance et leurs propriétés électriques) pourraient avoir des effets de type amiante, par exemple. Autre exemple : la banalisation du nanoargent antibactérien (dans les chaussettes, frigidaires, claviers d’ordinateurs) libéré dans l’environnement peut tuer des microbes dont nous avons besoin (notamment dans les stations d’épuration). Alors que, partout dans le monde, les organisations comme l’OCDE, l’ISO s’échinent à caractériser ces nouveaux objets lilliputiens, on s’étonne du nom guilleret de « NanoSmile » donné à un site officiel coordonné par le Commissariat à l’énergie atomique (CEA).

L’inquiétude s’accroît quand on réalise qu’aucune traçabilité des produits nanostructurés n’a été prévue puisque les nanomatériaux sont mis sur le marché sans déclaration particulière. Alors que la loi Grenelle prévoit en France de changer la donne, la mise en oeuvre semble redoutable, précisent les juristes comme Stéphanie Lacour (CNRS). Si les moyens de contrôle semblent manquer, les réglementations aussi. Le Parlement européen, dans une résolution du 24 avril 2009, a souligné l’écart entre l’investissement massif pour la recherche sur les nanosciences – soit 3,5 milliards d’euros pour la période 2007-2013 – et le « manque considérable de connaissances et d’informations ». Il demande à la Commission de réviser toute la législation nano avant 2011 et de dresser un inventaire des différents types et utilisations des nanomatériaux. Malgré ces constats graves, le coeur du débat est ailleurs. À quoi vont servir ces nanotechnologies ? Vont-elles apporter des solutions pour économiser les ressources, éviter de polluer en aggravant l’empreinte en carbone ? Les réponses sont mitigées dès lors qu’on s’attelle à faire des bilans des cycles de vie des matériaux.

Pire, les signaux politiques ne sont guère encourageants. Les politiques américains proposent comme horizon l’« amélioration des performances humaines ». Ici, individualisme et compétitivité sont les valeurs phares. Même si l’Europe assigne à ce programme une finalité plus sociale, on n’aperçoit pas la priorité au changement de cap de l’innovation qu’impose la crise actuelle. « Les nanotechnologies peuvent avoir du sens, pourvu qu’elles s’inscrivent dans un véritable projet de société », souligne l’organisation VivAgora (1). Encore faut-il que, comme l’exprime la sociologue américaine Sheila Jananoff (2), « les gouvernements reconsidèrent les relations entre experts, décideurs et citoyens dans le management des technologies ».

(1) http://www.vivagora.org (2) Voir le Meilleur des nanomondes, de Dorothée Benoît-Browaeys. Éditions Buchet-Chaste, 2009.
avatar
ivo

Messages : 26725
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 25 1, 2, 3 ... 13 ... 25  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum