Derniers sujets
» GRAVOS & FRIENDS
par ivo Sam 12 Mai - 9:56

» À la lanterne
par krépite Lun 7 Mai - 22:31

» [Toulouse - 12-05-2018] SICKSIDE + JEANNOT LOU PAYSAN + AHURI
par vegan31 Lun 16 Avr - 0:34

» étude du fascisme
par ivo Mar 6 Fév - 8:58

» la police s'étonne qu'on ne l'aime pas
par niouze Mar 16 Jan - 12:29

» vite, je vais vomir ...
par niouze Ven 12 Jan - 13:23

» Tunisie >>>>>>>
par ivo Lun 18 Déc - 8:29

» la phrase du jour
par ivo Lun 18 Déc - 8:09

» [中国- Chine] 一般信息- Informations générales
par ivo Sam 16 Déc - 8:38

» les photos d'actus - l'info en résumé
par ivo Sam 16 Déc - 8:34

» macronie
par ivo Sam 16 Déc - 8:23

» enfance ...
par ivo Ven 15 Déc - 9:27

» démocratie et justice ...
par ivo Ven 15 Déc - 9:19

» internet , technologie, ...
par ivo Ven 15 Déc - 8:41

» sexisme ... encore et toujours ...
par ivo Ven 15 Déc - 8:19

» [Toulouse - 03-01-2018] HASSIG + TROTZ + PESTCONTROL
par vegan31 Ven 8 Déc - 10:42

» flicage total du net
par niouze Lun 4 Déc - 10:06

» état d'urgence et autres restrictions....
par niouze Jeu 30 Nov - 22:32

» pesticides / fongicides
par ivo Mer 22 Nov - 9:02

» contre l'esclavage moderne
par ivo Mer 22 Nov - 8:54

» Sur les rives du Jourdain
par ivo Mer 22 Nov - 8:52

» petits business entre amis
par ivo Mer 22 Nov - 8:41

» No Futur - la terre au 21° siecle
par ivo Mer 22 Nov - 8:36

» blancs comme neige ^^
par ivo Mer 22 Nov - 8:34

» homophobie dans le monde ...
par ivo Mer 22 Nov - 8:19

» immigration ...
par ivo Mer 22 Nov - 8:16

» Nucléaire mon amour ...
par ivo Mar 21 Nov - 9:19

» Afrique coloniale belge
par ivo Mar 21 Nov - 8:50

» Révolution russe
par ivo Mar 21 Nov - 8:01

» agriculture
par ivo Dim 19 Nov - 8:26

» <<< Santé >>>
par ivo Dim 19 Nov - 8:21

» droites extremes
par ivo Sam 18 Nov - 11:01

» Birmanie
par ivo Sam 18 Nov - 10:35

» U.E.
par ivo Sam 18 Nov - 10:10

» pologne
par ivo Sam 18 Nov - 8:44

» No Futur - l'espace au 21° siecle
par ivo Ven 17 Nov - 8:36

» Réunionnais de la Creuse
par ivo Ven 17 Nov - 7:56

» rwanda
par ivo Jeu 16 Nov - 9:49

» médias ? quels médias ??
par ivo Jeu 16 Nov - 9:27

» Infos insolites.
par ivo Mer 15 Nov - 8:04

» ZAD partout ?
par niouze Mar 14 Nov - 17:54

» pape, cathos, vatican et autres ....
par ivo Mar 14 Nov - 9:00

» Necronomacron
par ivo Lun 13 Nov - 7:46

le danger de l'ecologisme

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

le danger de l'ecologisme

Message  niouze le Mer 7 Oct - 12:54

ceci n'est pas un post pour critiquer l'ecologisme en soi meme mais plutot pour y denombrer ce qui pourrait le rendre dangereux que ce soit par les fausse bonne idée tout comme sont utilisation faite par un capitalisme qui en faite se soucie plus de l'argent qu'il peut engendrer que lui meme (l'idée m'est venu en lisant le post d'ivo ici surle businness de la taxe carbonne et peut etre les reponse que nous anarchiste devront y apporter

les fausse bonnes idées :
-la voiture electrique : effectivement les voiture electrique n'emete pas de gaz a effet de serre seulement sont elle ecologique pour autant , la reponse est non car elle marche avec des batterie hors c'est batterie sont rempli d'un liquide extremement dangereux pour la nature et non recyclable
-les centrals nucléaires : bon la pas besoin d'explication , les dechet sont bien pire que son usage

le business /spectacle ecologique
la je renvoi au texte en lien si dessus sur le compensation carbonne ainsi que sur des mec qui comme hulot ou YAB qui se servent de l'ecologie comme d'un moyen de se faire connaitre mais (comme hulot) n'hesite pas a utiliser un helicoptere pour aller faire les zouave au groenland sans compter que ceux ci sont sponso par des entreprise non ecolo (rhone poulenc, pour hulot, areva pour YAB)

l'ecologie source de revenu
ici je pense au grand magasin qui sous pretexte d'ecologie font payer des sac hors de prix comme moyen d'enrayer la dissemination de ceux ci dans la nature (alors qu'il serait plus simple d'en fabriquer des en produit non chimique et biodegradable)
je pense aussi a des entreprise comme lush qui si il font des produit franchement sympa (des savon bio et/ou sans approt chimique et animal les vendes a des prix argh et donc ne s'adresse qu'a des personne ayant les moyen
je songe aussi a ceux trop marrant qui vont vous vendre un produit (comme les sac a nouveau) soit disant ecolo car recyclable mais ne provenant pas de produit recycler

l'ecologie denie des liberté
la j'attaque ce qui me semble le pire certain scientifique au nom du tout ecologique propose comme solution un remede pire que le mal
leve toi et marche ...
et que propose ce scientifique (membre de l'academie des science ) ni plus ni moins un recours a la religion comme moyen de changer les mentalité .... pas besoin de vous faire un dessin ; et surtout un plan qui s'accompagnera de contrainte et donc de decreter l'instauration d'un etat policier pour mettre celle si en place ; si ce type de texte peut parraitre farfelu il faut craindre que par le futur il y aura de plus en plus de personne qui au nom de l'ecologie s'attaqueront a nos liberté.


voila ce texte n'est pas exausitf a vous d'y ajouter tout les probleme que dasn le futur rique d'apporter l'ecologie
et aussi (surtout) a y mettre toute les solutions que nous libertaire devront porter pour contrer les risques et (fausse) idée que risque d'ammener l'ecologie
avatar
niouze

Messages : 5052
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: le danger de l'ecologisme

Message  anarchy-wanted le Mer 7 Oct - 13:40

c'est simple, l'écologie est instrumentalisée pour donner un second souffle au capitalisme: le développement durable

anarchy-wanted

Messages : 49
Date d'inscription : 02/09/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: le danger de l'ecologisme

Message  anarchy-wanted le Mer 7 Oct - 13:49

quels nouveaux carburants?

anarchy-wanted

Messages : 49
Date d'inscription : 02/09/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: le danger de l'ecologisme

Message  ivo le Mer 7 Oct - 13:54

E85 (carburant)
http://fr.wikipedia.org/wiki/E85_(carburant)

consomme plus d'energie à produire qu'il n'en restitue.
pollution monstrueuse des sols par utilisation ultra intensive de chimiques.
deforestation et fin des cultures vivrieres.
modification des cours internationnaux des cereales et autres.


mais ... super bon business capitaloecolobiodurable...
avatar
ivo

Messages : 26723
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: le danger de l'ecologisme

Message  Lib le Mer 7 Oct - 13:55

Faut pas voir ça comme ça.
Je suis pro développement durable et pro écologie, mais modéré. (on ne peut pas être écolo à 100%)
Pas d'activisme ou de sympathie avec un parti ou une idée quelconque, je tri, je recycle, je réutilise et ce depuis que je suis capable de réfléchir.

Pas besoin de faire marcher le business éco-label des multinationales.

[édit] ce n'est pas en réponse au post d'.^o[/édit]

_________________
"Quiconque a un jour bloqué une rocade assez longtemps pour entendre à nouveau le chant des oiseaux sait bien quelle sinistre vie s’interrompt avec le blocage de l’économie."
avatar
Lib

Messages : 1691
Date d'inscription : 16/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: le danger de l'ecologisme

Message  niouze le Mer 7 Oct - 14:48

bien sur lib je suis plutot comme toi , je trie, recycle (quand sa m'est possible), fait une partie de mes course le soir dans les poubelle du shopie , utilise du chanvre pour les cage des mes rat , chanvre qui une fois user va servir de terreau pour le jardin de mon beau pere qui me donne des belle tomate et haricot bio , n'utilise ma voiture que quand je n'ai d'autre choix (pour aller en teuf ou en ardeche en general ) je cherche meme (si quelqu'un sait ) une personne pouvant me fournir en huile recycler comme carburant dans ma region (le faire sur mon balcon serait contraignant (manque de place))....
mais le but de ce post est justement d'eviter de se faire avoir par tout ce qui peut apparaitre comme etant de l'ecologie (comme le fait aussi remarquer ivo)
avatar
niouze

Messages : 5052
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: le danger de l'ecologisme

Message  Cernunnos le Mer 7 Oct - 18:28

On peut aligner les fausses bonnes idées pendant des semaines...

Je vous propose plutôt de trouver une vraie bonne idée. Moi j'en connais qu'une mais je peux déjà vous dire qu'elle ne va pas vous plaire, et elle ne me plait pas beaucoup non plus, alors allez-y, j'attends vos propositions avec impatience.
avatar
Cernunnos

Messages : 46
Date d'inscription : 27/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: le danger de l'ecologisme

Message  ivo le Mer 7 Oct - 19:23

On peut aligner les fausses bonnes idées pendant des semaines...
>>>
Débats théoriques :le danger de l'ecologisme

Je vous propose plutôt de trouver une vraie bonne idée... j'attends vos propositions avec impatience.
crées- nous donc
Débats théoriques :les bonnes idées de l'ecologisme




Moi j'en connais qu'une mais je peux déjà vous dire qu'elle ne va pas vous plaire, et elle ne me plait pas beaucoup non plus
??? ^^
avatar
ivo

Messages : 26723
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: le danger de l'ecologisme

Message  Cernunnos le Mer 7 Oct - 19:49

Je veux pas créer un nouveau sujet, y'aurait rien à y mettre.

L'écologisme, c'est surtout des trucs pour se donner bonne conscience en ayant l'impression que des petits gestes peuvent changer les choses, genre les lampes fluorocompactes dans le film d'Al Gore.

Maintenant, ça peut être plus subtil que ça. Une des techniques de base de la manipulation est celle du "pied dans la porte". En deux mots, on fait faire quelque chose de facile aux gens afin de les rendre plus réceptifs à quelque chose de plus compliqué, de plus désagréable ou qui demande plus d'implication.

Donc sensibiliser les gens pour les amener à faire des petites choses pourrait "ouvrir la porte" pour les inciter à faire des choses plus importantes. C'est une hypothèse.

Même YAB et Hulot, souvent traités d'éco-tartuffes, ils ont malgré tout ramené beaucoup d'images et d'impressions, de constatations des coins les plus reculés de la planète. Je crois pas qu'il aurait été possible de sensibiliser les gens à l'ère de l'image sans passer par ça. S'ils étaient venu avec des textes de plus d'une page on en parlerait même pas.

Alors entre les fausses bonnes idées et les fausses mauvaises idées, il est difficile de faire le tri.
avatar
Cernunnos

Messages : 46
Date d'inscription : 27/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: le danger de l'ecologisme

Message  Invité le Mer 7 Oct - 22:35

Je crois pas qu'il aurait été possible de sensibiliser les gens à l'ère de l'image sans passer par ça. S'ils étaient venu avec des textes de plus d'une page on en parlerait même pas.
Tu n'as pas tort là-dessus, la preuve :


Spoiler:
René Dumont, né le 13 mars 1904 à Cambrai (Nord) et mort le 18 juin 2001, est un agronome du développement français, connu pour son engagement écologiste.

René Dumont est né à Cambrai (19, allée Saint-Roch), le 13 mars 1904. Son père, Rémy, fils de paysans, lui inculqua l'amour de la terre. Instituteur rural puis professeur spécial d'agriculture, Rémy participa à la rédaction du premier Larousse agricole. Sa mère, née Françoise Busque, fut en 1898 l'une des premières femmes agrégées de mathématiques en France[1]. D'abord professeur de sciences, elle devint directrice de collège. Sa fonction la mena à Arras où René fut marqué par l'horreur la 1re guerre mondiale, puis à Amiens, à Évreux et enfin à Montargis, au collège du Chinchon. En 1920, René y côtoya de jeunes Chinois qui allaient ensuite lancer la révolution dans leur pays.

Entré brillamment en 1922 à l'Institut national agronomique (INA), il en sort avec un diplôme d'ingénieur agronome en poche. Commençant sa carrière au Viêt Nam (1929), il se révolte contre le colonialisme et revient à Paris pour occuper la chaire de professeur d'agriculture comparée (1933-1974) à l'Institut national agronomique puis à l'Institut national agronomique Paris-Grignon (INA P-G).

René Dumont a commencé sa carrière en soutenant le modèle agricole de l'époque, basé sur l'utilisation des fertilisants chimiques et sur le machinisme agricole. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il a même écrit des articles dans La Terre française, hebdomadaire contrôlé, comme toute la presse française, par le gouvernement collaborationniste du Maréchal Pétain et prônant le corporatisme agricole.

Toutefois, il a été l'un des premiers à dénoncer les dégâts issus de la Révolution verte et à lutter contre l'agriculture productiviste. Il fut un expert aux Nations unies et à la FAO et est l'auteur d'une trentaine d'ouvrages. Grand voyageur, il était spécialiste des problèmes du monde agricole dans les pays sous-développés.

Il soutenait en particulier :

* le contrôle démographique ;
* les économies d'énergie ;
* la coopération internationale envers les pays en voie de développement ;
* la protection et la remédiation des sols.

René Dumont considérait que le développement n'était pas un problème d'argent, d'engrais ou de semences, mais plutôt la résultante d'un équilibre entre les trois. Il soutenait que les relations entre hommes et leurs champs reposaient essentiellement sur les relations existantes entre les hommes eux-mêmes, les relations sociales constituant les bases sur lesquelles reposent une agriculture et un développement industriel de qualité. Enfin, il considérait que les piliers soutenant de bonnes relations sociales entre les hommes reposaient sur de bonnes relations entre les hommes et les femmes. Il affirmait ainsi sa croyance en l'importance de l'émancipation de la femme dans le cadre du contrôle démographique.

Dumont a été un des premiers à expliquer les conséquences de ce qui ne s'appelait pas encore la mondialisation : explosion démographique, productivisme, pollution, bidonvilles, fossé grandissant entre pays du Sud et pays du Nord.

Il fut également le premier à utiliser les mots développement durable.
En 1974 à l'initiative de divers groupes et personnalités (Amis de la Terre, Pollution Non, Jean Carlier et les Journalistes-écrivains pour la nature et l'écologie) René Dumont fut choisi pour se présenter à l'élection présidentielle consécutive à la mort du Président Pompidou, en tant que premier candidat écologiste. Peu importa le faible résultat de 1,32 % des votes, car il s'agissait uniquement d'utiliser les médias et particulièrement la télévision pour faire connaître la pensée écologiste en politique. Sa prestation sobre, décontractée, intelligente et originale a été un succès car elle a ouvert le chemin à l'écologie politique pour toute une génération de jeunes qui ont pris conscience des limites des ressources naturelles planétaires et de l'absurdité d'une croissance économique exponentielle. Brice Lalonde fut son directeur de campagne électorale.

En avance sur son temps, le plus célèbre des agronomes français, bien connu pour son éternel pull over rouge, a surpris les Français en se montrant à la télévision avec une pomme et un verre d'eau, pour leur expliquer avec des mots tout simples combien ces ressources étaient précieuses et en péril. Il prédisait l'inévitable hausse du prix des carburants.

La politique écologique française fondée par Dumont est contre la guerre, contre le capitalisme, pour la solidarité entre les peuples et prenant en compte le monde sous-développé. Certains, toutefois, considèrent que ces racines ne sont pas suffisamment ancrées dans l'écologie profonde.

A la suite de sa campagne, en juin 1974, lors des Assises de Montargis (Loiret), où se réunissent les militants qui s'étaient engagés dans celle-ci, sera fondée la première organisation de l'écologie politique d'envergure nationale : le Mouvement écologique.

Certains voient en René Dumont le père spirituel du parti des Verts, Les Verts dont il soutint régulièrement les candidats à la présidentielle et qui après sa mort créèrent une fondation portant son nom, l'ont toujours considéré comme l'un des leurs. C'était sûrement un humaniste de gauche, mais surtout un mondialiste, et certainement un altermondialiste ; il était membre fondateur d'Attac.
source Wikipedia.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Des biocarburants pas aussi "verts" que ça

Message  ivo le Ven 9 Oct - 13:07

Des biocarburants pas aussi "verts" que ça
http://www.lemonde.fr/planete/article/2009/10/09/des-biocarburants-pas-aussi-verts-que-ca_1251439_3244.html

Les biocarburants utilisés en France ne sont pas tous aussi "verts" que l'on veut bien le dire. Qu'il s'agisse des émissions de gaz à effet de serre qu'ils engendrent ou de l'énergie consommée dans leurs processus de fabrication, de grandes disparités apparaissent. Sans compter l'impact que peut avoir leur développement sur l'utilisation des terres.

C'est ce que montre un rapport réalisé par le bureau d'étude Bio Intelligence Service (BioIS) pour le compte de l'Ademe (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie) que Le Monde s'est procuré. Ce rapport a servi de base à une étude sur les biocarburants de première génération consommés en France publiée par l'Ademe jeudi 8 octobre, tard dans la soirée, à la demande du ministère de l'Ecologie.

Le "haut du panier", l'éthanol de canne à sucre

L'éthanol de canne à sucre émet 90 % de moins de gaz à effet de serre que l'essence et les économies d'énergies dans son processus de production sont d'environ 80 %.

Le bilan "correct" des bioéthanols issus du maïs, du blé, de la betterave et des biodiesels de tournesol, colza, soja

Ces bioéthanols et ces biodesels assurent, selon le rapport, un gain en terme d'émissions de 60 % à 80% par rapport aux énergies fossiles et des économies d'énergies dans le processus de fabrication de 50 % à 80%.

Les mauvais comptes de la filière ETBE (ethyl-tertio-buthyle-ether) issue d'éthanol de betterave, de blé, de maïs

Après le biodiesel de colza, la filière ETBE (ethyl-tertio-buthyle-ether) qui est basée sur l'utilisation de l'éthanol de betterave, de blé, ou de maïs est la filière la plus développée en France.

Son bilan, tant en termes de gains énergétiques (à peine 20%) que de réductions d’émissions la qualifie tout juste aux exigences européennes : selon la directive sur les énergies renouvelables, un biocarburant, pour être comptabilisé dans le plan Climat, devra permettre une réduction de 35 % des gaz à effet de serre par rapport à l’énergie fossile qu’il remplace en 2010 et de 50 % en 2013.

L'impact sur l'utilisation des terres modifie les bilans

Le rapport insiste également sur les conséquences du développement des biocarburants sur l'utilisation des terres, que les cultures sur lesquelels ceux-ci reposent prennent la place de cultures alimentaires ou prospèrent à la place des forêts.

Le rapport montre que la prise en compte de changement d'affectation des sols peut transformer un bilan à peu près positif sur le plan environnemental et énergétique en un bilan catastrophique.

L'étude de BioIS montre par exemple que, dans l'hypothèse où la production de biocarburants se traduit par de la déforestation en zone tropicale, le biodiesel issu du colza a un bilan carbone deux fois plus mauvais que le combustible fossile qu'il remplace.
avatar
ivo

Messages : 26723
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: le danger de l'ecologisme

Message  niouze le Jeu 7 Jan - 16:03


LES DERIVES DE "L’ECOLOGISME"
category global | ecologie | valide author lundi 04 janvier 2010 - 17:03author par Patrick MIGNARD Notifier cet article/commentaire aux moderateur-ice-s

L’écologie semble ne pas faire exception dans les dérives « idéologiques » des bonnes idées. Elle est entrain de devenir, elle aussi, un « isme », véritable dégénérescence de l’idée originelle.

L’écologie, devenue un « fromage politique » pour des organisations politiciennes et des arrivistes, est entrain de perdre sa pureté d’origine, en un mot sa crédibilité et son efficacité, et en passe de servir toutes les causes, même les moins nobles.

DE L’ECOLOGIE A L’ECOLOGISME….

Une idée dégénère lorsqu’elle est accaparée par une bureaucratie qui en fait une fin en soi,… pour sa promotion et sa survie. L’intérêt général, qui était censé la fonder, passe alors au deuxième plan et ne devient que le prétexte à une politique tournée vers des intérêts privés, ceux des possesseurs du capital et de leurs relais dans la sphère du politique.

Tout le monde est, en effet, devenu « écologiste », même les pires pollueurs donnent des leçons d’écologie et s’en servent d’argument pour leurs publicités mensongères… Des noms ?

Au fur et à mesure de son développement, l’écologie perd de sa substance et s’égare dans des considérations et des pratiques qui, tout en faisant référence à elle, servent essentiellement des intérêts qui lui sont parfaitement étrangers et surtout n’aide en rien à régler les véritables problèmes.

Certes, devant la dégradation de l’environnement un sentiment collectif de crainte et d’angoisse est de plus en plus palpable, mais devant la passivité citoyenne, largement entretenue par les politiciens – « votez pour nous on s’occupe de tout » -, ces derniers en profitent pour, non seulement n’apporter aucune solution aux problèmes écologiques qui se posent, mais profiter politiquement et financièrement de cette crainte. Accaparée par les pouvoirs en place, ceux qui sont les garants du système marchand, elle devient une caution, un alibi, pour donner l’impression au bon peuple que l’ « on s’en occupe », que l’ « on fait le nécessaire », … mais que l’ « on ne peut pas avoir tout, tout de suite »… conclusion « on ne fait rien ou pas grand-chose ».

L’écologie n’est certes pas une exception… toutes les bonnes causes ont tourné au « vinaigre » : démocratie, socialisme, humanisme,….

C’est ainsi que l’écologie devient de l’écologisme.

UNE NOUVELLE « ARISTOCRATIE » POLITICIENNE

Des carrières, des promotions sociales, des ambitions démesurées, se fondent aujourd’hui sur l’écologie… Des noms ?. Les nouveaux grands prêtres de l’écologie bâtissent une véritable Eglise avec sa Divinité, son dogme, ses fidèles et ses dissidents.

D’une combat honorable au début, dans les années 70, on est passé à la gestion d’un misérable, mais juteux, fond de commerce Les « nouveaux écologistes » professionnels constituent aujourd’hui une caste parasite qui vit de la culpabilisation du bon peuple, tout en vivant comme vivent tous les élus avec des privilèges exorbitant au regard du reste de la population.

Mais les politiciens traditionnels ne sont pas en reste. Ils se sont jetés avec avidité et indécence sur ces problèmes, ne voulant pas se faire doubler par des nouveaux (par)venus et voyant là un moyen commode de gruger le citoyen naïf et surtout de taxer partie ou totalité de la population, avec l’excuse de la « bonne conscience écologique ». Ils sont de plus assurés d’être soutenus par les nouveaux venus décider à avoir leur part de « fromage »… et même plus si possible.

Toute contestation des mesures prises est immédiatement condamnée au non des intérêts supérieurs de la Planète et de l’ « avenir des générations futures »… Ben voyons, rien que ça !

L’intolérance, la culpabilisation, la manipulation, la dissimulation, le racket sont devenus des pratiques courantes des pouvoirs qui se drapent de l’ « écharpe verte ».

Des exemples ?
La taxe carbone - provisoirement stoppée - qui n’est rien d’autre qu’un nouvel impôt et qui, bien évidemment ne contribue en rien à l’amélioration de l’équilibre écologique, sinon a combler le déficit budgétaire.

La taxe sur les puits, qui pénalise ceux qui ont un jardin et cultivent leurs fleurs et légumes… taxe qui va désormais permettre de dépasser le stade de la responsabilité et de justifier une utilisation inconsidérée de l’eau…. « pourquoi se priver puisqu’on paye ! ».

Demain à n’en pas douter une taxe sur les cheminées, prenant prétexte l’émission de CO2. Et pourquoi pas non plus une taxe sur la respiration, l’eau de pluie récupérée ( tout se paye) et la non récupérée (gaspillage), les fenêtres, l’accès aux forêts, … etc…

Il n’y a en fait aucune limite à ce racket car, bien évidemment, pendant que l’on taxe le bon peuple, les industriels ne se gênent pas pour saccager la planète avec l’accord implicite des pouvoirs en place… voir COPENHAGUE.

Ainsi un nouveau type de soumission est imposé au bon peuple,… et bien évidemment pour son bien.

Quels crédits peuvent alors avoir les écologistes-politiciens qui profitent de ce racket en tant qu’élus.

Ils prennent en otage la vie pour sauver leur système.

UN AVATAR DU « LIBERAL-ECOLOGISME »

Traiter des problèmes d’environnement dans le cadre d’un système marchand libéral était la pire des options… Nous en vivons aujourd’hui les affres,… et les générations futures n’ont pas fini d’en payer le prix.

Alors que les rapports de l’Homme dans la Nature sont affaire de conscience et de responsabilité, l’option libérale, celle qui gère tout aujourd’hui, le soumet aux « lois du marché »… autrement dit à un mécanisme aveugle et qui met en action les pires réflexes de l’esprit humain : concurrence, cupidité, individualisme, intérêt à court terme. Par exemple, la mise entre les mains de la « finance » des « droits de polluer » ne peut conduire qu’à un désastre.

Tous nous font croire que c’est en payant que l’on sauve la planète ( ?). « Faire payer » est leur seul mode d’action…

Le libéralisme place la conscience dans le porte monnaie.

Le traitement des problèmes d’environnement, aujourd’hui, démontre l’incompétence et la cupidité des pouvoirs en place, dont certains dits « démocratiques », c’est-à-dire fondés sur une légitimité populaire.

Tout ceci en dit long sur l’impasse politique dans laquelle nous nous trouvons. Non seulement nous n’arrivons pas à résoudre des problèmes qui risquent à terme d’engager l’Humanité dans une catastrophe, mais se répètent des processus politiques qui nous enfoncent encore plus dans la crise et dans l’impasse.

L’écologie, qui est au départ une prise de conscience des rapports de l’Homme à la Nature, est entrain de tourner en cuisine politicienne et est accaparée par des profiteurs.

Il est temps de se réveiller et de ne plus écouter les chants de sirènes des nouveaux sauveurs qui nous sollicitent pour obtenir une légitimité.

Il est temps de ne compter que sur nous mêmes pour créer des conditions sociales de vie compatibles avec les lois de la nature.

Peut-être que nous, nous ne souffrirons pas de notre inconsistance, mais nos descendants ont tout à craindre.

Janvier 2010 Patrick MIGNARD

_________________
"Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça." coluche
avatar
niouze

Messages : 5052
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

le danger de l'écologisme

Message  paulnashua77 le Mar 2 Fév - 1:56

Tout ce qui brille n'est pas de l'or, tout ce qui est vert n'est pas écologique.

Il n'y a aucun danger dans la réelle écologie, le seule danger qu'elle peut avoir c'est envers le capitalisme. Car la mise en place d'une vrai écologie serait que chacun puisse produire selon ses besoins : énergie (solaire, éolien ...), eau (puits, récupération d'eau...), nourriture (jardin, élevage ...) pour le reste cela semble plus difficile, mais cela était pourtant la vie de nos ancêtres qui produisait vêtements, constructions ... dans un périmètre proche.
La technologie peut permettre au niveau énergétique de revenir à une production personnelle qui peut même être partagé et mise en commun, comme les propositions de mise en place d'infrastructure électrique permettant sur un réseau générale de faire circuler et d'échanger l'électricité entre producteur et consommateur (il fait toujours jour quelque part sur terre pour le solaire).
Le système en place, devant les bouleversement qui s'annonce, veut récupérer a bon compte des moyens moins polluants, tout en conservant la même organisation et surtout la même distribution monétaire entre ceux qui payent et ceux qui gagnent de l'argent. Cela les poussent à proposer des systèmes un peu moins polluants, des fois seulement en apparence, mais qui sauvegarde le système producteur-transporteur-consommateur en place.
Bousculer ce système c'est se battre pour la mise en place de nouvelle technologie permettant de casser cet engrenage, comme par exemple, la production d'énergie individuelle, partageable localement. Bien sur, ces technologies reposent sur des objets plus ou moins polluants à leur création et qu'il faut gérer à leur fin de vie comme déchets, mais le rejets Co2 zéro n'existe pas, il faut faire un choix, et vite. Le problème, c'est que se choix ne peut-être que collectif, et passer par les élections. Alors ....
avatar
paulnashua77

Messages : 6
Date d'inscription : 27/01/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: le danger de l'ecologisme

Message  Invité le Mar 2 Fév - 13:02

Le problème, c'est que se choix ne peut-être que collectif, et passer par les élections. Alors ...

Tu penses qu'un choix collectif passe nécessairement par des élections ? Ce serait intéressant que tu développes ce point.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: le danger de l'ecologisme

Message  spike le Mar 2 Fév - 22:03

Salut Paul.

Sur la même remarque que celle soulever par Nn:

Je pense que ce que tu dis est faut car, rien ne t'empêche aujourd'hui d'acheter un panneau solaire pour ta maison, et pour ça pas besoin d'élection.
avatar
spike

Messages : 3721
Date d'inscription : 19/05/2009

http://anarchietotale.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: le danger de l'ecologisme

Message  niouze le Mar 2 Fév - 22:06

oui mais un panneau solaire sur ta maison n'est pas suffisant si a coter de toi l'usine continue a rejeter ses gaz dans le ciel et si elle sur-consomme l'electricité (ceci dit je ne dit pas non plus qu'il faille passer par les election pour arranger les choses ma methode serait plus radical même si discutable )

_________________
"Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça." coluche
avatar
niouze

Messages : 5052
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

la prime a la casse ecolo???

Message  niouze le Jeu 4 Fév - 22:45

pas tant que sa d'apres le fakir


La prime à la casse écologique
Solution bidon (1)
Le 24 janvier 2010 - par Nicolas Séné et François Ruffin
La prime à la casse : c’était la mesure écolo de l’hiver dernier. Sauf que, d’après nos calculs, elle casse surtout l’environnement… On aimerait bien savoir, d'ailleurs, si d'après les vôtres aussi.

« Votre voiture n’est plus toute jeune ? L’Etat vous offre une prime à la casse de 1000 € si elle a plus de dix ans. Renault étend cette prime aux véhicules de plus de huit ans. »
C’était la mesure « écolo » de l’hiver dernier : il fallait se débarrasser de nos bagnoles, en racheter des neuves, forcément plus « respectueuses de l’environnement ».
Sauf que.
Sauf qu’une question nous trottait dans la tête : dans ce raisonnement, personne n’inclut le coût écologique pour la fabrication d’une voiture. On a cherché sur Internet : rien.
Alors allons-y.
On appelle le service de presse de Renault.
Un Monsieur sort les fiches techniques des véhicules, et nous renseigne gentiment.
La "Twingo authentique 1.2", vantée dans la pub du début, rejetterait 120 g de CO2 par kilomètre (139 g, d’après les essais réalisés par les journaux autos, mais peu importe). La Twingo d’il y a dix ans rejetait, annonce le Monsieur, 138 g de CO2 par kilomètre. On « économiserait » donc 0,018 kilogramme par kilomètre. Mais, toujours d’après la firme, la production d’une voiture rejetterait 6,5 tonnes de CO2 (évaluation réalisée pour la Scénic, non disponible pour les autres modèles). Et une tonne, encore, pour la destruction.

La voiture « propre » plus sale…

Une fois ces éléments rassemblés, on peut sortir nos calculettes.
(6500 + 1000) / 0,018 = 416 666.
Donc : pour qu’il soit rentable, écologiquement, d’acheter une nouvelle voiture plutôt que de rouler avec l’ancienne, il faut rouler plus de 416 666 kilomètres ! Ce qui correspond au kilométrage parcouru en 33 années par un automobiliste.

Bien sûr, on chipotera. Que c’est approximatif. Que les données ne sont pas exactes, etc.
C’est vrai.
Mais l’ordre de grandeur est là.
La Twingo neuve, supposée plus « propre », est en vérité plus sale. Beaucoup plus sale.

Le méchant plus gentil…

Ça nous a surpris, ce résultat.
D’autant que ce calcul n’est effectué nulle part. Ni par des journalistes sérieux, ni par des députés sérieux, ni par des industriels sérieux, ni par des techniciens sérieux. Pourtant tous soucieux d’écologie, il paraît.
On avait pu se tromper d’une virgule.
Alors, on l’a repris part un autre bout.
Supposons deux Français moyens, dont la voiture parcourt, chaque année, 12 650 kilomètres.
Le premier, c’est le méchant : pas écolo, il n’écoute pas Borloo et ne croit pas les pubs Renault – mais roule dans un petit modèle quand même. Il use son tacot jusqu’à la corde, seize ans avec sa vieille Twingo. Soit : 6500 (pour la fabrication) + 16 * 12650 * 0.138 (pour son utilisation) + 1000 (pour sa destruction). Egal, au final : 35,4 tonnes de CO2 rejetés.
Le second, c’est le gentil, qui suit les consignes de Borloo et Renault : au bout de huit ans, il change sa Twingo pour une nouvelle, avec un moteur moins polluant. Soit : 6500 (pour la fabrication de sa première voiture) + 8 * 12650 * 0.138 (pour son utilisation les huit premières années) + 1000 (pour la destruction de sa première voiture) + 6500 (pour la fabrication de sa seconde voiture) + 8 * 12650 * 0.120 (pour son utilisation les huit années suivantes) + 1000 (pour sa destruction). Egal : 41,1 tonnes de CO2 rejetés.
Tout ça, on le rappelle, à partir des données du constructeur.
Les calculs de l’ISF (l’Institut Scientifique Fakirien) sont formels : changer sa voiture tous les huit ou dix ans est néfaste pour l’environnement. Ca produit 16 %, environ, de gaz à effets de serre en plus. Et pourtant, voilà la mesure qu’ils nous ont vendus comme « écolo » : acheter et jeter.
Plus vite.

La planète marche sur la tête.
Vers le gouffre.
Et au galop : « La France avance, Renault accélère » concluait le spot.

Et vous ?

Si le coeur vous en dit, si vous êtes motorisés et si vous possédez une calculette, on vous invite à nous imiter. Faites vos propres calculs. Et vérifiez que nous ne sommes pas trompés. Et puis - que vous trouviez une faille dans notre raisonnement ou que vous aboutissiez à la même conclusion que nous - on aimerait que nous envoyiez vos calculs. A cette adresse : redaction@fakirpresse.info

(article publié dans Fakir N°43, novembre 2009)

_________________
"Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça." coluche
avatar
niouze

Messages : 5052
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Un choix collectif, le plus juste possible, passe par des élections !

Message  paulnashua77 le Ven 5 Mar - 0:07

Pour le système démocratique en place en France, tout ce qui touche à la mise en place d'infrastructures, de règles ou de lois nationale, ou même régionales passe par des élections.
Mais, même ce site, si j'en crois les explications du capitaine, passe par un décision à la majorité, et donc, par un vote, soit des élections (procédure de vote avec des règles).
avatar
paulnashua77

Messages : 6
Date d'inscription : 27/01/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: le danger de l'ecologisme

Message  Invité le Ven 5 Mar - 12:38

Les anars n'ont jamais craché sur le vote bien au contraire ! Dans l'idéal, tout devrait passer par des décisions prises en assemblées générales : c'est ce qui se fait, je crois, à la CNT (je n'y suis pas) notamment pour savoir si on reconduit une grève ou pas (c'est juste un exemple). Le système d'élection que l'on propose est juste légèrement différent : mandat impératif et élus révocables.

Ce qui ne me semble pas être le cas actuellement dans nos "démocraties" où les élus dépassent rarement leurs promesses verbales et, même pour les plus sincères d'entre eux, sont vite déconnectés de la réalité.

Pour résumer, nous vivons dans un système de délégation de pouvoirs et c'est une des choses que nous refusons. Qui plus est, comme je le dis dans un autre topic, les élections, telles qu'organisées en France (mais pas que) et très fréquentes (merci le quinquennat au passage) amènent la plupart des gens à de faux espoirs : tout va mal et le pouvoir est de droite ? Qu'à cela ne tienne, on va voter à gauche et ça va s'arranger. Le pouvoir est "de gauche" et tout se casse la gueule ? Pas grave, on vote Sarko : c'est l'homme du pouvoir d'achat et tout va s'arranger. La preuve.

Le problème qui se pose actuellement c'est l'environnement, pas grave on va voter "Europe écologie" et Dany va nous arranger tout ça vite fait bien fait.

Non, mais vraiment tu y crois encore ?!!!

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: le danger de l'ecologisme

Message  spike le Ven 5 Mar - 13:22

Nyark nyark a écrit:Les anars n'ont jamais craché sur le vote bien au contraire ! Dans l'idéal, tout devrait passer par des décisions prises en assemblées générales : c'est ce qui se fait, je crois, à la CNT (je n'y suis pas) notamment pour savoir si on reconduit une grève ou pas (c'est juste un exemple). Le système d'élection que l'on propose est juste légèrement différent : mandat impératif et élus révocables.

Ce qui ne me semble pas être le cas actuellement dans nos "démocraties" où les élus dépassent rarement leurs promesses verbales et, même pour les plus sincères d'entre eux, sont vite déconnectés de la réalité.

Pour résumer, nous vivons dans un système de délégation de pouvoirs et c'est une des choses que nous refusons. Qui plus est, comme je le dis dans un autre topic, les élections, telles qu'organisées en France (mais pas que) et très fréquentes (merci le quinquennat au passage) amènent la plupart des gens à de faux espoirs : tout va mal et le pouvoir est de droite ? Qu'à cela ne tienne, on va voter à gauche et ça va s'arranger. Le pouvoir est "de gauche" et tout se casse la gueule ? Pas grave, on vote Sarko : c'est l'homme du pouvoir d'achat et tout va s'arranger. La preuve.

Le problème qui se pose actuellement c'est l'environnement, pas grave on va voter "Europe écologie" et Dany va nous arranger tout ça vite fait bien fait.

Non, mais vraiment tu y crois encore ?!!!

Merci Nn!
Cependant je ne sais pas si c'est vrai ce que tu dis sur les mandats impératifs....
avatar
spike

Messages : 3721
Date d'inscription : 19/05/2009

http://anarchietotale.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

elections en france

Message  paulnashua77 le Jeu 18 Mar - 12:34

Pour moi, le pb des élections en france, c'est que l'on ne donne pas des mandats mais des postes à des gens qui sont des professionnelles de la représentation des idées des autres.
Il faudrait déjà limiter l'élection, pour toute personne, à deux mandats par types d'élections.
Cela Ra-Frêche-irai le débat, et les idées.

Pour ce qui concerne l'écologie, et la possibilité de faire tout seul dans son coin. Sans règle établie, et coup de pouce financier et structurelle de l'état, il y aura un choix entre pollution et pognon. Et qui croyez vous qui va gagner dans cette société capitaliste ?
avatar
paulnashua77

Messages : 6
Date d'inscription : 27/01/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: le danger de l'ecologisme

Message  Invité le Ven 19 Mar - 8:53

paulnashua77 a écrit:Pour moi, le pb des élections en france, c'est que l'on ne donne pas des mandats mais des postes à des gens qui sont des professionnelles de la représentation des idées des autres.
Pas qu'en France. Sinon, je suis plutôt d'accord sur le constat.
paulnashua77 a écrit:Pour ce qui concerne l'écologie, et la possibilité de faire tout seul dans son coin. Sans règle établie, et coup de pouce financier et structurelle de l'état, il y aura un choix entre pollution et pognon. Et qui croyez vous qui va gagner dans cette société capitaliste ?
Heu, je crois qu'ici on est tous, à des degrés divers, pour un renversement total de cette société. Pas une adaptation, pas une moralisation, un renversement et pour ce qui est de l'Etat, tu devrais savoir ce que les anars pensent de l'Etat...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: le danger de l'ecologisme

Message  spike le Ven 19 Mar - 18:26

Nyark nyark a écrit:
paulnashua77 a écrit:Pour moi, le pb des élections en france, c'est que l'on ne donne pas des mandats mais des postes à des gens qui sont des professionnelles de la représentation des idées des autres.
Pas qu'en France. Sinon, je suis plutôt d'accord sur le constat.

A mais non! Les politiciens ne représentent pas les idées des autres. Ils font passer leurs idées, qu'ils croient bonnes, et les appliquent à tout le monde...
Paulnashua tu n'est pas anars? Rien de méchant là dedans hein, c'est juste que ton discours est en opposition avec le notre et j'avoue être surpris...
avatar
spike

Messages : 3721
Date d'inscription : 19/05/2009

http://anarchietotale.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: le danger de l'ecologisme

Message  ivo le Ven 19 Mar - 18:40

on ne donne pas des mandats mais des postes à des gens qui sont des professionnelles de la représentation des idées des autres.
Les politiciens ne représentent pas les idées des autres. Ils font passer leurs idées, qu'ils croient bonnes, et les appliquent à tout le monde...

et le marketing (populisme ? ^^) spike c'est quoi ??
ne serait-ce pas persuader les gens qu'on a les memes idées qu'eux ??
avatar
ivo

Messages : 26723
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum