Derniers sujets
» Etats-Unis
par ivo Lun 10 Juil - 13:50

» Black Blocs
par ivo Lun 10 Juil - 13:45

» Syrie
par ivo Lun 10 Juil - 13:41

» immigration ...
par ivo Lun 10 Juil - 13:31

» ... G20 ...
par ivo Lun 10 Juil - 8:15

» turquie information
par ivo Lun 10 Juil - 8:07

» armement><désarmement
par ivo Lun 10 Juil - 8:00

» burundi
par ivo Dim 9 Juil - 9:17

» Today's joke
par ivo Dim 9 Juil - 9:00

» U.E.
par ivo Dim 9 Juil - 8:58

» Réflexion sur la peine de mort
par ivo Dim 9 Juil - 8:46

» esclavage
par ivo Dim 9 Juil - 8:44

» Corée du nord
par ivo Dim 9 Juil - 8:36

» egypte
par ivo Dim 9 Juil - 8:19

» droites extremes
par ivo Dim 9 Juil - 8:14

» GRAVOS & FRIENDS
par ivo Sam 8 Juil - 13:07

» blancs comme neige ^^
par niouze Sam 8 Juil - 11:40

» la police s'étonne qu'on ne l'aime pas
par niouze Sam 8 Juil - 11:09

» les "joies" du sport ...
par ivo Sam 8 Juil - 9:39

» pape, cathos, vatican et autres ....
par ivo Sam 8 Juil - 9:10

» sexisme ... encore et toujours ...
par ivo Sam 8 Juil - 8:57

» Salvador
par ivo Sam 8 Juil - 8:49

» les photos d'actus - l'info en résumé
par ivo Sam 8 Juil - 8:03

» internet , technologie, ...
par ivo Sam 8 Juil - 7:56

» la phrase du jour
par ivo Sam 8 Juil - 7:46

» Découvrir la Techno.
par ivo Ven 7 Juil - 13:09

» macronie
par ivo Ven 7 Juil - 7:52

» état d'urgence et autres restrictions....
par ivo Ven 7 Juil - 7:50

» Necronomacron
par ivo Ven 7 Juil - 7:49

» R.I.P. .......................
par ivo Jeu 6 Juil - 13:40

» vite, je vais vomir ...
par ivo Jeu 6 Juil - 10:20

» racisme quotidien
par ivo Jeu 6 Juil - 9:22

» flicage total du net
par ivo Jeu 6 Juil - 8:08

» Nucléaire mon amour ...
par ivo Mer 5 Juil - 8:04

» monde - stupéfiants
par ivo Mar 4 Juil - 8:52

» homophobie dans le monde ...
par ivo Dim 2 Juil - 8:50

» "stupéfiants"
par ivo Sam 1 Juil - 9:45

» No Futur - l'espace au 21° siecle
par ivo Sam 1 Juil - 9:17

» salaires
par ivo Sam 1 Juil - 9:04

» No Futur - la terre au 21° siecle
par ivo Sam 1 Juil - 8:58

» RDC >>>
par ivo Sam 1 Juil - 8:55

» Iran >>>
par ivo Sam 1 Juil - 8:36

» médias ? quels médias ??
par ivo Sam 1 Juil - 8:19

[Italia]Informazioni generali

Page 3 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: [Italia]Informazioni generali

Message  ivo le Dim 6 Nov - 12:29

Nouvelle manifestation anti Berlusconi à Rome
fr info
Hier, plusieurs dizaines de milliers d'Italiens ont répondu à l'appel lancé par le Parti Démocrate pour manifester contre la politique de Silvio Berlusconi et réclamer la démission de son gouvernement.

" Silvio va-t-en ! " pouvait-on lire hier sur les pancartes brandies par les manifestants réunis sur la Piazza San Giovanni de Rome. Plusieurs dizaines de milliers d'Italiens, massés devant un grand podium aux couleurs du drapeau national, descendus dans la rue pour réclamer le départ du Cavaliere et de son gouvernement. Une manifestation dont l'initiative revient au chef du Parti Démocrate italien (le principal parti d'opposition de gauche en Italie), Pier Luigi Bersani.

Après avoir chanté l'hymne national avec la foule, ce dernier a réclamé la démission de Silvio Berlusconi arguant que "l'Italie se trouve sur le versant le plus exposé de la zone euro à cause de la politique d'un gouvernement inacceptable et inconsidéré." Une nouvelle fois, il a réclamé la création d'un gouvernement de coalition regroupant la gauche et différents mouvements centristes pour "restituer à l'Italie le rang qu'elle a perdue."

Ce nouveau tour de force de l'opposition italienne intervient alors que l’économie du pays vient d’être placée sous surveillance par l’Union Européenne et le FMI. Un nouveau coup dur pour Silvio Berlusconi, après la vague de défections sans précédent qui a touché son parti, le Peuple de la liberté (PDL), cette semaine. Pour la presse italienne, la chute du Cavaliere est aujourd'hui inéluctable. Elle pourrait même avoir lieu dans les jours qui viennent : plusieurs votes engageant la responsabilité du gouvernement sont prévus au Parlement.


Les manifestants ont réclamé le départ de Silvio Berlusconi et la création d'un nouveau gouvernement de coalition. © AFP Alberto Pizzoli
avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Italia]Informazioni generali

Message  ivo le Sam 25 Fév - 19:03

Prescription pour Berlusconi, dans une affaire de corruption de témoin
fr info
Le parquet avait demandé cinq ans de prison, la défense l'acquittement, finalement la juge Francesca Vitale a prononcé la prescription. Dans le procès Mills, l'ancien président du Conseil italien était accusé d'avoir acheté pour 600.000 dollars de faux témoignages, une affaire qui remonte aux années 90.

Dépité, le procureur a simplement dit : "Je veux juste m'en aller." À l'époque, David Mills (ex avocat de Berlusconi) avait été reconnu coupable d'avoir reçu ces 600.000 dollars du Cavaliere. En 2009, il avait été condamné à quatre ans et demi de prison, peine confirmée en appel avant d'être prescrite en 2010.

......................................................
avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Italia]Informazioni generali

Message  niouze le Dim 8 Avr - 20:56


La Ligue du Nord, parti des honnêtes gens, se fait prendre la main dans le sac


Flora Zanichelli
Publié le 07/04/2012 à 12h28

Umberto Bossi, leader de la Ligue du Nord, a démissioné jeudi (Alessandro Garofalo/Reuters)

Il était le Zorro des Italiens du nord condamnés à payer pour les « terroni » (bouseux) du sud, le leader d’un parti « aux mains propres », le roi incontesté de la Padanie, un Etat fictif dont les frontières, mal définies, s’arrêtaient à la Toscane, parce que tout ce qu’il y a en dessous ne vaut pas le coup...

Umberto Bossi, le leader de l’extrême-droite italienne a fini par démissionner jeudi à Milan. Son parti, la Ligue du Nord (Lega Nord), était pris dans la tourmente depuis la démission de son économe, Francesco Belsito lundi.


Ancien videur de boîte devenu trésorier de la Ligue et sous-secrétaire d’Etat de l’ancien gouvernement Berlusconi, l’homme était accusé par trois procureurs (ceux de Naples, de Milan et de Reggio Calabria) de détournements de fonds, d’escroquerie et de blanchiment.

Mis en cause par des investissements dans des pays improbables tels que la Tanzanie ou Chypre, le trésorier était depuis quelques temps dans le collimateur des enquêteurs, ces derniers jugeant que les caisses du parti « étaient gérées avec l’opacité la plus complète ».

Une Smart payée pour la fiancée de « La Truite »

Une opacité dont la famille Bossi aurait largement profité à travers le détournement d’argent des comptes de l’organisation politique pour payer :

trois licences universitaires
le baccalauréat de Renzo Bossi dit « la Truite » (en raison d’un surnom donné par son père à qui on demandait s’il était son dauphin), petit dernier de la dynastie padana,
la location de voitures de luxe, l’achat d’une Smart pour la fiancée de ce dernier

Umberto Bossi aura pourtant défendu bec et ongles sa réputation. Allant même jusqu’à dire :

« Je dénoncerai celui qui a utilisé l’argent de la Ligue du Nord pour réparer ma maison. Je ne savais rien de tout ça. Ayant peu d’argent, je n’ai pas encore fini de payer tous les travaux engagés sur ma propriété. »

Lui qui avait réussi jusqu’à nier l’évidence, n’a pu résister aux preuves diffusées par le procureur de Naples.
Un dossier secret et des écoutes accablantes

Suite à une perquisition chez Belsito, les enquêteurs ont en effet découvert un dossier dans le coffre fort du trésorier intitulé « The Family », recensant toutes les largesses accordées par le parti aux proches de Bossi.

Depuis, la presse transalpine ne laisse passer aucun détail. Le coup de grâce aura été porté par la publication par la rédaction du « Fatto quotidiano » de conversations téléphoniques accablantes entre le désormais fameux Belsito et Daniela Dagrada, la secrétaire du parti.

Les deux comparses, sentant le vent tourner après la mise au jour des investissements louches en Tanzanie, se mettaient d’accord pour faire chanter la famille Bossi, au cas où elle décide de charger Belsito.

Voici ce que disait Daniela Dagrada au trésorier :

« Bossi n’a aucune idée des dépenses. Tu dois lui faire comprendre que si [les enquêteurs] vont regarder le montant, lui et sa famille sont finis. Cela concerne leurs propres dépenses : les voitures sont pour eux, le baccalauréat, c’est eux, les travaux dans la maison, encore pour eux. »

24 ans, conseiller régional et 12 000 € par mois

Depuis le printemps, la Ligue du Nord, le parti des honnêtes gens, s’effrite.

Il y a peu, Davide Boni, président du conseil régional lombard a dû démissionner, soupçonné d’avoir touché des pots-de-vins pour avoir accordé frauduleusement des marchés publics qu’il reversait ensuite au parti.

Une dizaine d’autres personnes ont aussi été mises en cause.

Ce jeudi, dans un épisode consacré à la Ligue, l’émission d’enquête de la 7 Piazza Pulita, revenait sur les vingt ans de règne d’Umberto Bossi et de son parti, né sur les cendres de la première République, quelques années avant le lancement de l’opération Mani Pulite.

Ce grand scandale de corruption qui a recomposé le paysage politique italien avait ensuite profité à la Ligue du Nord. Le parti s’était fortement prononcé contre la « Roma ladrona » (Rome la voleuse) en référence à tous les politiciens corrompus.
A gauche, La Marguerite aussi impliquée

Beaucoup d’Italiens voient dans cette série d’événements le signe de la fin de la seconde République. Le parti IDV de Di Pietro, l’un des anciens juges chargés de Mani Pulite a annoncé avoir déposé une demande de référendum sur le financement des partis à la Cour de cassation.

En effet, ces jours-ci, l’ensemble de la politique italienne a pris un coup. Il y a peu, le trésorier du parti de la gauche La Marguerite, a lui aussi été contraint à la démission pour détournement de fonds. Des avantages dont les Italiens sont las.

Ils ont appris que le rejeton Bossi, âgé de 24 ans touchait ainsi 12 000 euros par mois nets en tant que conseiller régional. « La Truite » ne payait « même pas ses cafés quand il était dans la région », affirment des témoins.

Ce jeudi, Piazza Pulita a fait voir des militants partagés, encore confiants en leur leader charismatique qu’était Umberto Bossi, prêts à parier son innocence. Mais prêts aussi à s’indigner très fort si ses escroqueries étaient avérées.

Pressée de tourner la page, la Ligue a déjà prévue des élections au sein du parti. Roberto Maroni, ancien ministre de l’Intérieur sous Berlusconi, devrait être le favori. Umberto Bossi, qui n’en finit pas de proclamer son innocence, a déjà avancée la thèse du complot, si chère à son ancien allié Silvio Berlusconi... Il n’exclut pas de se représenter au Parlement de la Padanie.

rue89.com
c'est toujours bon de voir les "pourfendeurs de la corruption" pris la main dans le sac

_________________
"Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça." coluche
avatar
niouze

Messages : 5023
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Italia]Informazioni generali

Message  ivo le Sam 12 Mai - 9:08

Italie: Un groupe anarchiste revendique l'attaque qui a blessé un PDG
http://www.20minutes.fr/ledirect/932677/italie-groupe-anarchiste-revendique-attaque-blesse-pdg
Un petit groupe anarchiste italien a revendiqué ce vendredi l'attaque qui a blessé lundi à Gênes le directeur général d'Ansaldo Nucleare, une société italienne spécialisée dans le nucléaire, rapporte ce vendredi le Corriere della Serra.

Le quotidien italien indique avoir reçu une lettre de la cellule Olga de la Fédération anarchiste informelle-Front révolutionnaire international, qui explique avoir mené l'attaque pour punir «l'un des nombreux sorciers de l'industrie atomique».

Roberto Adinolfi, qui dirige Ansaldo Nucleare, une entreprise liée au conglomérat de défense Finmeccanica, a été blessé par balle à la jambe lundi. L'attentat a ravivé les craintes d'une résurgence des violences des groupes extrémistes de gauche et de droite qui ont rythmé la vie politique italienne pendant les années 1970 et 1980.
avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Italia]Informazioni generali

Message  ivo le Ven 18 Mai - 19:09

En Italie, des groupes anarchistes reprennent certaines méthodes des Brigades Rouges
fr info
En Italie, après l'attentat qui a blessé le patron d'Ansaldo, une entreprise publique du nucléaire, le ministre de l'intérieur a réuni hier le comité national pour l'ordre et la sécurité. Il a décidé de prendre des mesures pour protéger certaines personnes. L'attentat avait été revendiqué par la Fédération Anarchiste Informelle qui a menacé d'autres actions, alors que les manifestations violentes d'exaspération contre les agences du fisc se multiplient dans le pays. Tout cela rappelle les années sombres des années 70-80.

Si on en est pas encore là, pas plus tard que ce matin, l'inscription "Mort à Orsi" a été découverte sur un mur dans un des bureaux du personnel de l'entreprise publique Ansaldo Ernegia à Gênes. L'inscription était signée BR pour Brigade Rouges avec le signe de l'étoile à 5 branches. D'après la direction, ce serait l'acte d'un mythomane. Mais pourtant, le 7 mai dernier un autre chef d'entreprise était visé. Roberto Adinolfi, le PDG d'Ansaldo Nucleare, s'était fait tirer dans les jambes. Cet attentat avait été revendiqué par un groupuscule d'extrême gauche. Suite à une réaction de l'Etat, 550 personnes sont désormais sous protection. Mais on est loin des années 70. A l'époque, les groupes souhaitaient déstabiliser l'Etat alors qu'il s'agit plutôt désormais d'épisodes de tension sociale liés à la crise dans le pays.

Selon Marc Lazar, sociologue, spécialiste de l'extrême gauche et de la vie politique italienne, "il faut être très prudent sur la comparaison avec les années de plomb". Mais il avoue qu'il "n'est pas surpris par la montée de la tension sociale en Italie... Ce qui est plus surprenant, c'est l'activité de ces groupes anarchistes qui reprennent certaines méthodes des Brigades Rouges avec des attentats ciblés comme ces tirs dans les jambes". Il ajoute aussi que des groupes italiens s'inspirent de groupes grecs où la situation est encore plus grave. "On peut se demander s'il n'y a pas un risque d'extension en Europe" s'interroge-t-il.

Attentats en Italie : l'Analyse de Marc Lazar - LE DOSSIER FRANCE INFO


.......
avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Italia]Informazioni generali

Message  ivo le Mer 23 Mai - 12:43

En Italie, le comique Beppe Grillo bouscule le paysage politique
fr info
Il est parfois surnommé "le Coluche italien". Avec son mouvement "cinq étoiles", Beppe Grillo vient de créer la surprise aux élections municipales.

Beppe Grillo, c'est d'abord un slogan : "Vafanculo", littéralement "va te faire foutre". En Italie, avec ses amis, il vient d'obtenir 12% des suffrages aux élections municipales. Un de ses candidats, Federico Pizzarotti, remporte la ville de Parme, une commune de 200.000 habitants environ. La classe politique prenait Beppe Grillo pour un comique, une sorte de Coluche - version italienne. Elle découvre un phénomène : à 63 ans, avec ses cheveux en bataille et sa barbe poivre et sel, l'amuseur veut casser tout le système politique.

Grillo est un homme populaire, et depuis longtemps. Dès les années 1980, il attire le public dans les cabarets, puis à la télévision. A l'époque déjà, il se moque des dirigeants, dénonce la corruption. Il défend les citoyens, les consommateurs. Puis il décide d'aller plus loin. En 2007, il anime le "Vaffanculo Day", avec des manifestations massives contre la classe politique. Deux ans plus tard, nouvelle étape : il crée un mouvement baptisé "cinq étoiles". Le succès est immédiat : 100.000 personnes le rejoignent.

Grillo se méfie des médias traditionnels. Il préfère s'exprimer sur son blog, très consulté. Sur Facebook, il a 830.000 amis. Plus de 500.000 personnes le suivent sur twitter. Elles guettent ses bons mots, et ses formules à l'emporte-pièce. Sans arrêt, Grillo interpelle les dirigeants italiens. Hier, Silvio Berlusconi, aujourd'hui, Mario Monti, l'austère président du conseil. Il le surnomme "Rigor Montis", une allusion à "rigor mortis", la rigidité des cadavres.

Beppe Grillo dénonce le "capitalisme" et la dérive de l'Etat. Il défend ce qu'il appelle "l'hyper démocratie". Son programme ? La mise en place d'un salaire minimum - il n'y en a pas en Italie -, mais aussi le retrait de la zone euro, et des mesures d'économie tous azimuts : sur le salaire des hommes politiques ou encore sur les dépenses militaires.

En face, les partis traditionnels accusent Beppe Grillo d'être populiste, démagogue. Le comique balaie ces attaques. Il compare son succès à la victoire des Soviétiques, à Stalingrad, en 1943, et il annonce qu'il prépare la suite : les élections législatives, organisées l'an prochain.
avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Italia]Informazioni generali

Message  ivo le Lun 28 Mai - 9:07

Mauvaise surprise pour les retraités italiens
fr info
Avec la réforme des retraites adoptée en décembre dernier par le gouvernement Monti à peine arrivé au pouvoir, les retraités sont les plus impactés par la crise. D'autant que cette réforme a "oublié" des centaines de milliers de personnes. On les appelle les "esodati".

Marisa est ancienne cadre à La Poste italienne. En 2009, alors qu'elle a 57 ans, son entreprise lui propose un départ en pré-retraite. La Poste avait prévu de faire partir en trois ans 15.000 salariés. Elle accepte les 30.000 euros bruts, censés couvrir les 3 années manquantes jusqu'à sa retraite fin 2012. Mais en décembre, arrive la réforme, l'âge de départ est repoussé et Marisa réalise qu'elle ne sera en retraite qu'en 2017. Mais elle ne touchera pas un euro de plus. Elle se retrouve donc sans salaire, sans pension de retraite, sans travail, et sans revenus. Comme elle, les syndicats estiment qu'ils sont plusieurs centaines de milliers en Italie. Le gouvernement affirme que des ressources ont été dégagées pour régler le cas de 65.000 de ces "esodati".

Taxes en tous genres

Mais ceux qui sont déjà à la retraite rencontrent eux aussi des difficultés. Le mari de Marisa est à la retraite depuis un an. Giuseppe, 62 ans, a fait toute sa carrière à la banque nationale du travail, groupe BNP. Sa retraite est confortable mais il est confronté, comme beaucoup d'autres retraités, aux augmentations de taxes en tous genres qui touchent les Italiens. Pour redresser les finances du pays, le gouvernement de Mario Monti a par exemple augmenté la TVA qui est passée à 21%, il a rétabli la taxe sur l'habitation principale, ce qui représente un mois et demi de pension, selon les calculs de Giuseppe. Le prix de l'essence a également augmenté.

Les retraités et les "esodati" s'organisent via les réseaux sociaux. Les parlementaires ont été saisis. Marisa et Giuseppe ne voient pas l'avenir de leur pays en rose. Ils approuvent les mesures de Mario Monti visant à sauver l'Italie mais demandent plus d'équité.
avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Italia]Informazioni generali

Message  ivo le Mar 29 Mai - 9:53

Pas de répit pour la chasse aux fraudeurs
fr info
La suite de notre série sur l'Italie. Aujourd'hui, l'une des priorités de Mario Monti, la lutte contre l'évasion fiscale. Elle fait polémique en Italie à cause des nombreux cas de suicide de chômeurs ou d'entrepreneurs pris à la gorge et qui accusent le fisc de les pousser à bout. Mais Mario Monti a redit que si tout le monde payait des impôts, tous en paieraient moins et les services publics seraient de meilleure qualité.

Les fins limiers de la lutte contre l'évasion fiscale se trouvent dans des bureaux assez impersonnels de l'Agenzia delle Entrate, le fisc italien. Les agents s'appuient sur le logiciel Serpico, qui permet de passer au crible des millions de données, bancaires, mais pas seulement. Il permet de croiser des fichiers sur lesquels apparaissent les propriétaires de bateaux, de voitures de luxe, d'appartements, y compris les dépenses d'énergie et de voyages. En croisant ces données, les agents arrivent à débusquer des contribuables dont la situation parait peu cohérente (faible revenu déclaré mais nombreuses propriétés immobilières par exemples). Le contribuable doit donc s'expliquer sur ces incohérences.

Fraude en baisse, mais supérieure à la moyenne européenne

L'année dernière, 50.000 lettres ont été envoyées à des personnes ou entreprises aux situations "incohérentes". Sur la déclaration suivante, 32.000 de ces contribuables ont déclaré 189 millions de revenus supplémentaires. En Italie, le pourcentage de ceux qui trichent sur la TVA, ce qui est le plus facilement mesurable, est passé de 31 à de 27%, contre 15% en moyenne en Europe. Le but est d'inciter les italiens à déclarer au plus près de la vérité.

La lutte contre l'évasion fiscale s'accompagne aussi de vastes opérations coup de poing, des opérations de communication visées à toucher les esprits, comme celle qui s'est déroulée en décembre dans la station de ski huppée de Cortina. En 2011, 12,7 milliards d'euros ont été récupérés par le fisc, c'est 15% de plus que l'année précédente.
avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Italia]Informazioni generali

Message  ivo le Mer 30 Mai - 9:45

Dans la jungle des contrats précaires
fr info
Mario Monti assure vouloir œuvrer pour les jeunes, mis à l'écart du marché du travail, et aussi pour les générations futures en stoppant l'endettement du pays. Le chômage des jeunes de 15 à 24 ans frôle les 36% en mars, selon les chiffres de l'institut italien de la statistique. parmi les 25-34 ans, 40% habitent encore chez leurs parents, la moitié parce qu'ils ne trouvent pas de travail et qu'ils ne peuvent pas s'en sortir tout seuls.

En Italie, il existe 46 formes de contrats de travail de toutes sortes, parmi lesquels par exemple des "contrats de projet" sans durée, ou encore des "partita IVA", contrats réservés en théorie aux professions libérales. La plupart de ces contrats ne sont accompagnés d'aucune protection sociale, pas d'indemnisation chômage prévue.

Beaucoup de jeunes Italiens subissent ces contrats précaires d'extrême flexibilité. C'est le cas par exemple d'Astrid, archéologue, employée abusivement comme "partita IVA". Après 10 années d'études, 11 ans d'expérience sur le terrain, son objectif, c'est d'arriver à toucher, en moyenne, 1.000 euros par mois.

Parents, enfants : la famille fragilisée

Le parlement travaille actuellement à faire le ménage dans ces contrats ; on parle aussi d'un revenu minimum pour les fins de contrats de projet qui n'ont actuellement aucune indemnisation. Jusqu'à présent, c'est la famille qui servait d'amortisseur social pour ces précaires. Mais avec la crise qui touche aussi les parents, la situation devient intenable.

Lors des 20 dernières années, les dépenses de consommation des familles ont augmenté plus vite que leurs revenus. Résultat, moins de capacité d'épargne. Depuis 2008, le pouvoir d'achat des foyers a baissé de 5%.

Le logement hors d'atteinte pour les précaires

Les jeunes précaires ne peuvent même plus penser à se loger. A Rome, un appartement normal, deux pièces, cuisine, salle de bain, dans une zone ni centrale ni périphérique, coûte 350.000 euros. Une somme que des jeunes comme Astrid ne pourront jamais débourser. Du coup, le nombre d'enfants est en baisse.

L'Italie est le pays d'Europe qui a le plus faible taux de natalité, après l'Allemagne et la Lettonie. On compte 1,42 enfant par femme, grâce aux populations immigrées (2,07 enfants par femme chez les étrangers, contre 1,33 chez les Italiens). L'Italie est devenue le deuxième pays d'Europe le plus vieux, après l'Allemagne. Mario Monti dit vouloir réduire la précarité dans le pays. Mais Astrid est sceptique. Le problème, dit-elle, c'est que sans contrôle, personne ne se mettra en règle
avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Italia]Informazioni generali

Message  ivo le Jeu 31 Mai - 8:44

Vers un renouveau de la classe politique ?
fr info
La situation politique italienne est assez particulière : depuis la démission de Silvio Berlusconi, en novembre dernier, c'est un gouvernement non élu qui est à la tête du pays, mais qui bénéficie de l'appui de quasiment toutes les forces politiques au parlement. Mais le désamour des Italiens envers la classe politique ne cesse de grandir. Ils reprochent au personnel politique d'être trop payé, corrompu et de mal s'occuper des affaires du pays. Ce qui fait le lit d'une nouvelle formation politique atypique : le Mouvement 5 étoiles.


Beppe Grillo, comique italien, s'en prend aux partis politiques. © Reuters Alessia Pierdomenico

Ce mouvement est né avec le blog le plus visité d'Italie, celui du comique Beppe Grillo. Depuis des années, il pourfend la société de consommation, prône la sortie de l'euro et s'en prend surtout aux partis politiques, accusés de mener l'Italie au gouffre. Beppe Grillo encourage donc les citoyens à se saisir eux-mêmes de la politique. Comment ? En s'organisant via internet et les forums de discussion.

C'est ainsi que naissent un peu partout des groupes "Movimento 5 Stelle" qui réunissent des gens aussi divers que des retraités ou des étudiants, des employés ou des professions libérales, des avocats, des enseignants, des représentants de commerce ou des artistes.

Un mouvement sans locaux

Les propositions des 5 étoiles sont discutées et autour de ces piliers (l'environnement, l'eau, la connectivité, le développement et les transports), un programme national est élaboré puis décliné selon les réalités locales. Mais avec une règle au dessus de toutes les autres : ne pas se former en parti politique structuré. Il faut que ce soient les citoyens qui s'expriment directement. Le Mouvement n'a pas de locaux, pas de moyens financiers.

Les détracteurs du Mouvement, à savoir les responsables politiques et les médias italiens, l'accusent de brandir des propositions incohérentes et inapplicables, de ne pas pouvoir assumer de charges électives réelles, et surtout de n'être qu'un mouvement populiste.

Lors des dernières élections municipales partielles, le Mouvement 5 étoiles a remporté la mairie de Parme, avec Federico Pizzarotti, un jeune élu de 39 ans. La moyenne d'âge des candidats présentés avec le label Mouvement 5 étoiles était de 32 ans. Les derniers sondages le présentent comme la deuxième force politique du pays en intentions de vote.
avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Italia]Informazioni generali

Message  ivo le Mer 20 Juin - 8:29

Le juge, la Mafia et la trahison de l'Etat
fr info
20 ans après son assassinat, le fils du juge Borsellino, l'une des icônes de la lutte anti-Mafia en Italie, parle d'une trahison au plus haut niveau de l'Etat italien.


L'Express

C'était il y a 20 ans... A quelques semaines d'intervalle, deux attentats visaient deux juges italiens, tous les deux des icônes de la lutte anti-Mafia. A chaque fois le même scénario et la même image qui avait fait le tour du monde, une voiture désintégrée sur l'autoroute par des centaines de kilos d'explosif. La Mafia n'avait laissé aucune chance au juge Falcone puis à son ami le juge Borsellino.

20 ans après, pour la première fois, le fils de Paolo Borsellino, devenu commissaire de police, s'exprime sur la mort de son père. Il le fait dans l'Express de cette semaine. Qui a assassiné son père ? Il évoque "une trahison au plus haut niveau de l'Etat italien".
D'ailleurs en octobre dernier, six condamnés à perpétuité ont été libérés : ils avaient été condamnés après l'attentat, mais la justice a fini par reconnaître leur innocence, et l'enquête a été rouverte.

Delphine Saubaber dans l'Express parle d'un nouveau scénario qui affleure, d'un scandale d'Etat sur fond de tractations secrètes entre l'Etat et la Mafia dont les plus hautes autorités italiennes étaient informées. Selon le fils du juge, son père a été tué pour "raison d'Etat", littéralement "trahi et poignardé dans le dos". Une thèse qui repose notamment sur des confidences faites par le juge Borsellino juste avant sa mort.

Manfredi, le fils du juge, explique aussi dans l'Express que son père se savait menacé, qu'il voyait les cadavres de ses amis et de ses collaborateurs victimes de la Mafia s'accumuler autour de lui, et qu'au milieu de ce bain de sang, il n'avait qu'une obsession : sauver sa famille.

Alors il laissait de temps en temps, volontairement, une brèche dans sa protection, pour adresser un message à la Mafia : regardez, si vous voulez me tuer, inutile de massacrer ma famille avec moi, il y a des moments où je suis seul et sans défense...

Message reçu, le juge disparaissait dans une gigantesque explosion près de Palerme le 19 juillet 1992. Avec ses cinq agents de sécurité, tués eux aussi dans l'attentat, mais le dernier voeu du juge exaucé, sa famille était épargnée et aujourd'hui elle demande la vérité.
avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Italia]Informazioni generali

Message  ivo le Dim 9 Sep - 8:38

Quand les populismes frappent la politique italienne
http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20120907.OBS1712/quand-les-populismes-frappent-la-politique-italienne.html
Jamais comme en 2012, les populismes n'auront été aussi puissants en Italie. Décryptage d'un danger qui secoue le pays.

L'Italie est violemment secouée par les populismes. Une conception qui repose sur l'idée que le leader reçoit ses pouvoirs directement par le peuple. Tout a commencé avec la Ligue du Nord, dans les années 1990. Umberto Bossi s’avance sur le devant de la scène pour proposer la sécession, c'est-à-dire la séparation entre l’Italie riche et productive (celle du Nord) et l’Italie pauvre et parasitaire (celle du Sud). Il déclare la guerre contre l’Europe supranationale (et ses diktats).

A partir des élections de 1994, la Ligue gouverne l’Italie. Forza Italia se présente, de son côté, comme un mouvement antipartis, anti "première République", et à l’allure managériale. A ses débuts, la Forza Italia n’est pas exempte d’accents populistes, mais ils n’ont cessé de se renforcer avec le temps. Le "chef" appelle au bon sens des "gens" contre les "acteurs" de la politique, avec le choix démagogique de cacher la vérité aux Italiens. La vérité de la crise est dissimulée à la population, de même que la réalité des comptes de la nation. A la fin du berlusconisme, à l’automne dernier, un vieux monsieur sur-maquillé continue de raconter de bonnes blagues à un public aveugle et consentant.

L'avènement d'Italia dei valori

Mais le populisme ne s'arrête pas là. En 1998, l’Italia dei valori se dessine. Le parti naît de l'entrée en politique du magistrat Antonio Di Pietro. La démagogie est telle que l’Italia dei Valori met à son programme une vaste opération de propreté morale. "Sortez les sortants". La formule avait fait la fortune du poujadisme en France dans les années 1960. Di Pietro rêve de passer les menottes à la plus grande partie de la classe politique : son projet ne va guère plus loin. Avec ses accents anti establishment et son désir de propreté, il séduit une partie de l’électorat de gauche, ce qui justifie son alliance avec le PDS, héritier du communisme.

Di Pietro est triomphalement élu dans un collège de l’Italie centrale, où la gauche gouverne depuis des décennies. Mais sa démagogie, son refus de prendre ses responsabilités, et de soutenir le gouvernement Monti, ont rejeté l'Italia dei valori dans les limbes des partis peu fiables. Conséquence : la rupture , inévitable, avec le centre gauche.

Le danger existe à gauche

Le mouvement "5 Stelle" s'affirme aux municipales du printemps dernier. Le programme, porté par le comique Beppe Grillo, s'est résumé à des insultes, du dévergondage, du langage et des attaques violentes. Ce dernier remporte trois municipalités (dont celle de Parme), et il est crédité de 15 à 20% des suffrages. Grillo est évidemment anti Monti, anti sacrifices et anti Europe.

Le populisme bat son plein. A l'intérieur du parti démocrate, Matteo Renzi, maire de Florence, décide de contester les instances dirigeantes de son parti. Il demande un "changement de génération". Il rencontre un franc succès dans les médias et devrait faire un malheur aux prochaines "primaires" grâce au flou de ses propositions. Le danger existe aussi à gauche. Si l'on décidait par un étrange calcul de comptabiliser tous les populismes péninsulaires, on obtiendrait une majorité de 60% des suffrages. Pour quoi faire au gouvernement ? Personne ne le sait. Même pas ses différents leaders.
avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Italia]Informazioni generali

Message  ivo le Mar 11 Sep - 8:30

Pluton ressort des enfers. Manlio Dinucci
http://www.millebabords.org/spip.php?article21402
« Site Pluto » (Site Pluton) était pendant la guerre froide le plus grand dépôt d’armes nucléaires de la US Army en Italie. Dans ses souterrains, à l’intérieur de la colline de Longare (Vicence), étaient gardés plus de 200 engins nucléaires « tactiques » : des missiles à courte portée, des projectiles d’artillerie et des mines de démolition. Prêts à déclencher l’enfer nucléaire sur le territoire italien.
Inactivé officiellement en 1992 comme dépôt, le site a été en partie affecté à des communications satellitaires. Il est, ainsi, quasiment tombé en léthargie. A présent cependant Pluton est en train de se réveiller, prêt à assumer de nouveau sa pleine fonction guerrière. Des travaux sont en cours à l’intérieur de son périmètre fermé et surveillé. Le projet prévoit la construction d’un édifice de 5mille m2, dans lesquels seront entraînés avec des technologies d’avant-garde les soldats étasuniens, surtout ceux de la 173ème brigade basée à Vicence. Personne par contre ne sait quelles réelles activités se dérouleront derrière son mur de « protection », haut de 6 mètres. Ni, non plus, à quel usage seront affectés les souterrains du site. Les mystères de Pluton continuent ainsi, sous la chape du secret militaire, garanti au Pentagone par les accords secrets entre les deux gouvernements. Aucun mystère par contre sur le fait que la réactivation du site entre dans le renforcement de tout le réseau de bases militaires étasuniennes dans le territoire de Vicence : c’est là que s’est installé le US Army Africa, et la 173ème brigade potentialisée a été autorisée en 2007 par le gouvernement Prodi (1) à construire une nouvelle base dans l’aire de l’aéroport Dal Molin. Ici s’ouvre donc un scénario encore plus inquiétant : comme déclaré par Francesco Cossiga (2) le 28 février 2007 au sénat, la 173ème brigade est « un instrument du plan de dissuasion et de rétorsion, y compris nucléaire, appelé Pointe de diamant ». Les Usa –confirme la Fédération des scientifiques américains (étasuniens, NdT) dans un rapport de mai 2012- maintiennent 50 bombes nucléaires par avion à Aviano (région de Pordenone, Frioul-Vénétie-Julie) et 20 à Ghedi Torre (Brescia). Ce ne sont pas des résidus guerriers de la guerre froide, mais d’efficientes bombes B-61, plus de dix fois plus puissantes que celle de Hiroshima, qui, par lots, seront remplacées par une nouvelle bombe nucléaire, la B61-12, beaucoup plus puissante. Les bombes sont gardées dans des hangars spéciaux avec les chasseurs prêts pour l’attaque nucléaire : des F-16 étasuniens à Aviano et des Tornado italiens à Ghedi Torre. L’aéronautique italienne a participé à la manœuvre étasunienne de guerre nucléaire « Steadfast Noon », en mai 2010 à Aviano et en septembre 2011 à Volkel AB en Hollande. Il n’est donc pas exclu que le « Site Pluto » exhumé servira aussi à des manœuvres de guerre nucléaire et éventuellement, à nouveau, comme dépôt et centre de manutention d’armes nucléaires. Surtout quand les F-16 et les Tornado seront remplacés par les chasseurs F-35 de cinquième génération, pour lesquels a été projetée la nouvelle bombe nucléaire B61-12. Au lancement de laquelle se prépareront aussi les F-35 italiens.

L’Italie continuera ainsi à violer le Traité de non-prolifération qu’elle a souscrit, s’engageant solennellement à « ne pas recevoir de quiconque des armes nucléaires, ni le contrôle sur de telles armes, directement ou indirectement ». On cèle ceci et d’autres choses dans les souterrains de « Site Pluto », sur la superficie duquel sera construit un édifice qui, a-t-on garanti, sera à faible impact environnemental, doté de panneaux photovoltaïques pour ne pas polluer.

Edition de mardi 4 septembre 2012 de il manifesto

http://www.ilmanifesto.it/area-abbonati/in-edicola/manip2n1/20120904/manip2pg/14/manip2pz/328125/

Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio

(1) Gouvernement Prodi de “centre gauche”

(2) Francesco Cossiga, président de la république 1985-1992
avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Italia]Informazioni generali

Message  ivo le Ven 5 Oct - 19:57

Italie : lycéens et étudiants manifestent contre l'austérité
fr info
Des milliers d'étudiants et de lycéens manifestaient ce vendredi en Italie dans de nombreuses villes du pays. Ils protestent contre les mesures d'austérité du gouvernement, notamment dans l'éducation.


Des heurts ont opposé les jeunes aux forces de l'ordre à Rome, à Milan et à Turin © AFP /Filippo Monteforte

Grèce, Espagne, Italie, pas un jour sans protestation contre les mesures d'austérité imposées partout en Europe. Ce vendredi, des milliers d'étudiants et lycéens italiens ont envahi les rues de Rome, Naples, Milan et Turin. Ils s'insurgent contre l'austérité décrétée par le gouvernement de Mario Monti dans tous les secteurs, notamment dans celui de l'éducation, et lui reprochent, ainsi qu'à l'Union européenne " d'imposer une école qui ne sera suivie que par ceux qui peuvent se le permettre".

En Italie, les frais de scolarité et d'inscription aux universités sont devenus prohibitifs pour bon nombre d'étudiants, comme c'est aussi le cas en Irlande depuis une décennie, et en Grande-Bretagne, où les frais de scolarité ont doublé depuis deux ans.
Lycéens et étudiants italiens reprochent surtout à Mario Monti de ne pas avoir pris des mesures contre les coupes budgétaires dans l'éducation, décidées par le précédent gouvernement de Silvio Berlusconi.

Des heurts brefs et quelques blessés. A Rome, un dispositif policier important accompagnait les manifestants, des heurts brefs ont fait quatre blessés légers parmi les policiers.
A Milan, les manifestants ont voulu s'en prendre aux établissements bancaires quand ils ont été chargés par les forces de l'ordre.
A Turin, cinq étudiants ont été légèrement blessés et 15 ont été interpellés puis relâchés.
Des manifestations anti-austérité ont également eu lieu à Palerme, Pise, Florence et Bologne.
commentaire
... ce n'est que le début ...
avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Italia]Informazioni generali

Message  ivo le Jeu 18 Oct - 12:04

La pauvreté toujours en hausse en Italie
http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2012/10/17/97002-20121017FILWWW00438-la-pauvrete-toujours-en-hausse-en-italie.php
La pauvreté ne cesse de croître en Italie et implique de nouvelles couches sociales, essentiellement des retraités et des femmes, a indiqué aujourd'hui l'organisation humanitaire catholique Caritas qui dénonce l'absence de politique sociale adéquate. "La crise renforce la pauvreté que nous connaissions auparavant et fait naître en même temps de nouvelles pauvretés", a déploré Francesco Soddu, directeur de Caritas Italie, lors de la présentation du dernier rapport de son organisation sur la situation sociale dans la péninsule.

Selon le rapport, "les politiques sociales actuelles sont clairement incapables de gérer les nouvelles formes de pauvreté, les nouvelles urgences sociales qui ont augmenté en raison de la crise économique et financière". Caritas indique ainsi avoir augmenté de 44,5% son aide matérielle aux plus pauvres au cours des six premiers mois de l'année, par rapport à la même période de l'année 2011, soulignant que le nombre d'Italiens demandeurs d'une assistance a augmenté de 15,2% pendant la même période.

Par rapport à 2009, le nombre de femmes aux foyers qui a demandé de l'aide a augmenté de 177,8% tandis que le nombre de retraités dans le même cas a grimpé de 65,6%.
avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Italia]Informazioni generali

Message  ivo le Sam 20 Oct - 20:06

Italie: Une manifestation pour l'emploi à Rome
http://www.20minutes.fr/ledirect/1026330/italie-manifestation-emploi-rome
Des milliers de manifestants se sont rassemblés samedi dans le centre de Rome à l'appel de la CGIL, la principale confédération syndicale d'Italie, pour dénoncer les suppressions d'emplois, les fermetures d'usines et la politique d'austérité menée par le gouvernement de Mario Monti.

Des employés de tous les secteurs de l'industrie se sont massés devant la basilique Saint-Jean de Latran en tenant à la main des ballons rouges et en brandissant des banderoles où on lisait notamment «Monti, va t'en!».

Sur son site internet, la CGIL demande au gouvernement de prendre des mesures pour l'investissement et l'emploi, notamment en faveur des jeunes et des femmes.
avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Italia]Informazioni generali

Message  ivo le Ven 26 Oct - 19:23

Silvio Berlusconi condamné à un an de prison ferme pour fraude fiscale
fr info
L'ancien président du Conseil italien était initialement condamné à quatre ans ferme, mais trois ans ont été amnistiés. Berlusconi est également interdit d'exercer un mandat public pendant trois ans. Il est accusé d'avoir artificiellement gonflé le prix des droits de diffusion de films, achetés par des sociétés-écrans lui appartenant, lors de leur revente à Mediaset.


Ce n'est pas si courant, mais le tibunal de Milan est allé au-delà des réquisitions du parquet, qui avait réclamé trois ans et huit mois de prison pour Silvio Berlusconi. Ce sera finalement quatre ans feme pour l'ancien président du Conseil. Sauf que trois ans ont été amnistiés : le Cavaliere a bénéficié d'une loi d'amnistie de 2006, promulguée par la gauche pour réduire la surpopulation carcérale.

Il y a aussi une interdiction d'exercer un mandat public pendant trois ans - ce qui tombe bien : il y a deux jours, Berlusconi, 76 ans, a renoncé à conduire son parti, Peuple de la liberté, aux élections du printemps prochain...

C'est ce que l'on a appelé le procès Mediaset - du nom de son empire audiovisuel. Berlusconi était accusé d'avoir artificiellement gonflé le prix des droits de diffusion de films, achetés par des sociétés-écrans lui appartenant, lors de leur revente à Mediaset. Le groupe aurait ainsi constitué des caisses noires à l'étranger et réduit ses bénéfices en Italie pour payer moins d'impôts.

Dans son réquisitoire, le procureur avait estimé que les coûts d'acquisition avaient été gonflés de 368 millions de dollars pour la seule période 1994-1998, et de 40 millions pour la période 2001-2003.

C'est donc le dénouement - provisoire, Berlusconi a la possibilité de deux appels - d'un procès qui a débuté voici six ans, et suspendu à de nombreuses reprises - la dernière, en avril 2010, après adoption d'une loi accordant l'immunité pénale pendant 18 mois.

Berlusconi et la justice, une (déjà) longue histoire
fr info
Condamné à quatre ans de prison ferme (susceptible d'appel) dans l'affaire Mediaset, Silvio Berlusconi n'a encore jamais été condamné définitivement.

1994 : corruption de policiers. Accusé d'avoir versé des pots-de-vin à la police financière, il est condamné en première instance en 1997 à 33 mois de prison. Acquittement en appel en mai 2000 en partie pour prescription, décision confirmée en Cassation en octobre 2001.

1995 : faux en bilan. Accusé d'avoir financé avec une caisse noire l'achat du joueur de football Gianluigi Lentini pour son club, le Milan AC, il bénéficie de la prescription en novembre 2002, grâce à une loi dépénalisant le faux en bilan, votée par sa majorité au Parlement.

1995 : accusé de fraude fiscale dans l'acquisition d'une luxueuse villa, à Macherio, près de Milan, il bénéficie de la prescription.

1995 : accusé de faux en bilan lors de l'acquisition de la société cinématographique Medusa, Silvio Berlusconi est condamné à 16 mois de prison en première instance en décembre 1997. Il est acquitté en appel en février 2000, décision confirmée en cassation en octobre 2001.

1995 : accusé de financement illégal du Parti socialiste italien (PSI) à travers une société off-shore, la All Iberian, il est condamné en première instance à 28 mois de prison en juillet 1998. Acquitté pour prescription en appel en octobre 1999, confirmé en cassation en 2000.

1996 : accusé de faux en bilan dans un autre volet de l'affaire All Iberian, il est acquitté en septembre 2005.

1998 : accusé de corruption de juges pour empêcher le rachat de la société de produits agroalimentaires publique SME en 1985 par l'industriel Carlo De Benedetti. Silvio Berlusconi est acquitté définitivement par la Cour de cassation en octobre 2007.

Outre l'affaire Mediaset, M. Berlusconi fait l'objet actuellement de deux autres procès :

Rubygate (prostitution de mineure et abus de pouvoir). Il est accusé d'avoir rémunéré Ruby, de son vrai nom Karima El Mahroug, mineure marocaine, en échange de prestations sexuelles entre janvier et mai 2010. Et d'avoir fait pression sur la police de Milan afin de la faire libérer après son interpellation pour un vol fin mai 2010.
Unipol pour "violation du secret de l'instruction", en raison de la publication par le journal appartenant à sa famille de retranscriptions de conversations couvertes par le secret de l'instruction.

.......


avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Italia]Informazioni generali

Message  ivo le Sam 27 Oct - 20:02

Dizaines de milliers de jeunes à la manifestation "No Monti day" contre la rigueur
http://www.liberation.fr/depeches/2012/10/27/debut-a-rome-de-la-manifestation-no-monti-day-contre-la-rigueur_856432


Plusieurs dizaines de milliers de manifestants, pour la plupart jeunes, ont défilé samedi au coeur de Rome, à l'appel de partis d'extrême gauche, associations et syndicats autonomes, pour protester dans le cadre d'un "no Monty Day" contre les mesures d'austérité du gouvernement italien.

Le défilé a débuté vers 12H30 GMT et se déroulait dans le calme, sous une nuée de drapeaux rouges arborant la faucille et le marteau.

Les magasins ont fermé leurs devantures et le parcours était placé sous stricte surveillance policière pour éviter tout débordement, comme cela avait été le cas lors d'une manifestation analogue à l'appel des "indignés" il y a un an contre le gouvernement de Silvio Berlusconi, alors que l'Italie était dans la tourmente financière.

"Avec l'Europe qui se rebelle, chassons le gouvernement Monti", était inscrit sur une grande banderole en tête du cortège parti de piazza della Repubblica et arrivé plus d'une heure plus tard piazza San Giovanni à 1,5 km de là. Sur un autre calicot, on peut lire "le patron est mort".

Seuls petits incidents, des petits groupes de jeunes des centres sociaux ont envoyé des oeufs, des bouteilles et des pétards contre des succursales de banques italiennes.

Les manifestants arboraient des marionnettes géantes de Mario Monti, Angela Merkel et Barack Obama. Ils répondaient à l'appel notamment du Parti communiste des travailleurs et de Refondation communiste, et de syndicats autonomes.

Le collectif No Tav contre le train à grande vitesse devant relier Turin à Lyon, à l'origine d'une contestation ayant été parfois marquée par des incidents violents dans une vallée alpine, et des mouvements d'étudiants et de précaires qui protestent contre l'austérité et le chômage soutiennent l'initiative.

La préfecture de Rome a imposé un parcours au cortège, interdisant toute circulation automobile dans le quartier, et le maire de la capitale a lancé un appel aux manifestants à "respecter la ville".

pas un mot sur fr info, 10s au jt fr3 (contre 5mn sur les pompes à talons....)
avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Italia]Informazioni generali

Message  ivo le Dim 28 Oct - 9:58

justice et politique en italie ....


Berlusconi déterminer à réformer la justice italienne
http://www.youtube.com/watch?gl=FR&v=89UiMEzc-cE
http://fr.euronews.com/ Silvio Berlusconi est amer après sa condamnation à un an de prison ferme pour fraude fiscale. Lors d'une conférence de presse improvisée à Lesmo près de Milan, l'ancien président du conseil italien a réagi à cette annonce et dénonce un acharnement judiciaire.

"Notre démocratie n'est pas réelle. Nous vivons dans une dictature dirigée par les juges. Nous ne vivons pas dans une démocratie mais dans une "judiciocratie". Je me sens donc dans l'obligation de rester en politique et de concentrer mon prochain combat politique sur la réforme de la Justice", a-t-il déclaré.

Mais en l'état, cette peine reste inapplicable en raison des recours auquel a droit Silvio Berlusconi. Le magnat des médias, 76 ans, a toutefois confirmé qu'il ne se représenterait pas aux élections législatives au printemps 2013.

Berlusconi promet de "combattre la dictature des magistrats"
http://www.lemonde.fr/europe/article/2012/10/27/berlusconi-se-sent-oblige-de-rester-en-politique-apres-sa-condamnation_1782147_3214.html
Vos réactions (10)

>>>>>>>>>>

Berlusconi menace de faire chuter le gouvernement Monti

http://lci.tf1.fr/monde/europe/berlusconi-menace-de-faire-chuter-le-gouvernement-monti-7612379.html
Silvio Berlusconi a annoncé samedi que son bloc de centre droit pourrait retirer son soutien au gouvernement de coalition de Mario Monti, une mesure qui risque de précipiter l'Italie dans le chaos politique avant les élections législatives d'avril 2013.
Condamné vendredi à de la prison ferme dans un procès pour fraude fiscale, Silvio Berlusconi ne décolère pas. D'où sa menace samedi de faire chuter le gouvernement de coalition de Mario Monti, qui bénéficie actuellement du soutien du parti du Cavaliere.

"Nous devons reconnaître le fait que l'initiative de ce gouvernement est une poursuite d'une spirale de récession pour notre économie", a déclaré l'ancien président du Conseil lors d'une conférence de presse donnée au lendemain de sa condamnation (lire notre article : "Berlusconi condamné à de la prison ferme". "Dans les jours à venir, nous déciderons avec mes collaborateurs s'il vaut mieux retirer immédiatement notre confiance à ce gouvernement ou la maintenir compte tenu du calendrier électoral", a-t-il dit.

Le gouvernement Monti, composé de techniciens non-élus, bénéficie du soutien du centre gauche, du centre droit et du centre. Dans l'hypothèse où la totalité du centre droit, dont le Peuple de la liberté (PDL) du "Cavaliere", lui retire son soutien, cette équipe n'aurait pas d'autre choix que de démissionner. Mario Monti est arrivé au palais Chigi, siège de la présidence du Conseil, en novembre 2011 en pleine crise de la dette. Cet ancien commissaire européen a fait adopter des hausses d'impôt, des coupes budgétaires et une réforme des retraites pour diminuer l'endettement de l'Etat qui représente 126% du PIB, selon le FMI.

"Politique hégémonique de l'Allemagne"

L'ancien chef du gouvernement a également condamné l'équipe Monti pour avoir appliqué ce qu'il a appelé la politique économique "hégémonique" de l'Allemagne. Il a accusé la chancelière allemande Angela Merkel et l'ancien président Nicolas Sarkozy de "chercher à assassiner ma crédibilité politique internationale". Dans un entretien publié auparavant, il a laissé entendre qu'il pourrait ne pas quitter le devant de la scène politique comme prévu, tout en confirmant par la suite qu'il ne serait pas candidat pour la présidence du Conseil (lire notre article : "Berlusconi se sent obligé de rester en politique"). Il n'a en revanche pas exclu de briguer un poste de député en avril.

Silvio Berlusconi, qui est âgé de 76 ans, n'a pas donné de précision sur la date à laquelle sera prise la décision de soutenir ou non le gouvernement Monti. Mais dimanche, les élections régionales en Sicile constitueront un test de la force du centre droit italien. En cas de mauvais résultat pour Monti, Berlusconi pourrait alors décider d'entamer sa guérilla anti-gouvernementale.
1 - excellent, ils ne s'en cachent meme plus ^^
2 - monti, comme tant d'autres en europe, est un ancien de goldman sachs ...
avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Italia]Informazioni generali

Message  ivo le Lun 29 Oct - 10:33

Fin d'une ère : quel héritage laisse vraiment Berlusconi aux Italiens ?
Alors que Silvio Berlusconi a annoncé qu'il ne se présenterait pas aux élections de 2013, il est temps de s'intéresser à l'héritage qu'il laissera aux Italiens : celui d'une Italie à genoux économiquement et rongée par une dégradation morale et sociétale.
>>>
http://www.atlantico.fr/decryptage/fin-ere-quel-heritage-laisse-vraiment-berlusconi-aux-italiens-fabio-liberti-527886.html
avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Italia]Informazioni generali

Message  poil de yak le Jeu 8 Nov - 21:01

Plus de cinquante blessés - vingt d'entre eux
appartenant à la police - dont quarante toujours hospitalisés,C'est le
bilan (non officiel) de l'expulsion effectuée dans un entrepôt dans la
zone industrielle de Cusago (Milan), où se déroulait une rave. On estime
que 1.700 jeunes sont venus de toute l'Italie et d'Europe pour prendre
part à la rave illégale. Ainsi, hier soir 150 policiers et policières
ont fait leur entrée dans la structure pour des contrôles. Cela a été
l'étincelle qui a déclenché les affrontements. Selon les informations de
la préfecture de police de Milan, les agents ont été visés par des jeté
des bouteilles et ont alors décidé d'intervenir. Dans la mêlée une
jeune fille de 22 ans aurait trébuché, taper forterment sa tête, comme
en témoignent des amis de la même jeune femme. Transporté à l'hôpital
San Carlo à Milan, elle a subi une intervention chirurgicale pour une
hémorragie cérébrale. Elle est actuellement dans un coma artificiel.

http://www.bassexpression.com/viewtopic.php?id=2674
avatar
poil de yak

Messages : 94
Date d'inscription : 01/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Italia]Informazioni generali

Message  ivo le Dim 27 Jan - 19:53

Berlusconi défend "l'action positive" de Mussolini
fr info
Silvio Berlusconi a suscité le tollé ce dimanche en soulignant que Benito Mussolini avait fait beaucoup de bonnes choses. A un mois des élections législatives, au cours desquelles le "Cavaliere" espère revenir sur le devant de la scène, ces déclarations ont généré une vague de protestations.


Accoutumé du fait, le "Cavaliere" a lancé une nouvelle polémique © Reuters - Max Rossi

Aucun doute, Silvio Berlusconi est de retour en politique. En défendant ce dimanche l'action positive de Benito Mussolini - mis à part les lois dites "raciales", antisémites -, l'ancien président du Conseil italien a renoué avec les polémiques.

"Les lois raciales représentent la pire faute d'un leader, Mussolini, qui en revanche a fait de bonnes choses dans tant d'autres domaines", a affirmé le "Cavaliere", qui espère profiter des élections législatives prévues en février prochain pour remonter en selle. Il s'exprimait à Milan en marge d'une cérémonie à l'occasion de la journée de la mémoire de l'Holocauste.

Par ailleurs, un jour après que que la chancelière Angela Merkel a estimé que l'Allemagne avait "une responsabilité permanente pour les crimes du national-socialisme", Silvio Berlusconi a comparé l'Italie de Mussolini à l'Allemagne nazie. Pour lui, clairement, son pays "n'a pas les mêmes responsabilités que l'Allemagne".

Le régime de Benito Mussolini, au pouvoir de 1922 à 1943, a adopté à partir de 1938 une série de mesures connues sous le nom de "lois raciales", qui excluaient notamment les juifs de l'armée et de l'enseignement et limitaient leur droit de propriété. Au cours de la Seconde Guerre mondiale, plus de 7.000 hommes, femmes et enfants juifs italiens furent exterminés dans les camps de la mort.

Réactions outrées en chaine

A la suite de ces déclarations - faites le jour de la Mémoire de la Shoah -, plusieurs responsables politiques de gauche ont exprimé leur indignation. "Les paroles de Berlusconi sont une honte et une insulte à l'histoire et à la mémoire. Qu'il s'excuse aujourd'hui même auprès des Italiens", a twitté le président du groupe du Parti démocratique (PD, gauche) à la Chambre des députés. Plus outré, encore, leleader de l'Italie des Valeurs (IDV), Antonio Di Pietro a déclaré que le "Cavaliere" était "ni plus ni moins que la caricature" de Mussolini.

Les association juives italiennes ont aussi critiqué les propos de Silvio Berlusconi. "Les déclarations de Silvio Berlusconi sont non seulement superficielles et inopportunes, mais aussi (...) privées de sens moral et de fondement historique", a dénoncé le président de l'Union des communautés juives italiennes, Renzo Gattegna. "De telles déclarations doivent être rejetées et démontrent à quel point l'Italie a encore du mal a accepter sérieusement sa propre histoire et ses propres responsabilités", a-t-il conclu.

Face au tollé, le chef du groupe Peuple de la Liberté (PDL) à la Chambre, Fabrizio Cicchitto, est monté au créneau pour défendre le fondateur de son parti. "La dictature fasciste n'a jamais atteint l'horreur de celle des nazis et de celle de Staline", a-t-il cherché à relativiser, affirmant que "le débat instrumentalisé qui s'est ouvert détourne le sens des paroles de Berlusconi, qui se référait évidemment aux politiques d'aide sociale et de soutien aux familles" du Duce.
apologie de la "politique sociale" de mussolini le jour de la Mémoire de la Shoah ... joli ^^
avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Italia]Informazioni generali

Message  niouze le Mer 30 Jan - 12:50


Corruption
Italie : la mafia dans l’ombre d’un projet TGV

Par Sophie Chapelle (30 janvier 2013)



« On n’a qu’à mettre des matériaux de mauvaise qualité, de toute façon là-dessous personne n’y verra rien ». C’est sur la base d’écoutes téléphoniques menées par le Parquet que le creusement d’un tunnel de 7 km pour un train à grande vitesse sous la ville de Florence, en Italie, a été stoppé le 17 janvier. Trente-six personnes sont mises en examen sous sept chefs d’inculpation, dont escroquerie, trafic d’influence, trafic de déchets illicites et association de malfaiteurs. Le parquet de Florence a fait apparaître des liens entre les entreprises engagées par les Ferrovie dello Stato (Chemins de fer italiens) et la camorra, la branche napolitaine de la mafia.

Les pollutions environnementales sont pointées du doigt, les entreprises engagées étant accusées d’avoir déversé des boues dans les nappes phréatiques ou de les avoir dispersées en décharges illégales. Plusieurs problèmes de sécurité sont aussi constatés. Depuis des mois, les enseignants du lycée Otonne Rosai, dans le périmètre du chantier, dénoncent des failles et des affaissement structurels du bâtiment. Le matériau de revêtement du tunnel ne serait pas non plus conforme aux paramètres européens anti-incendie fixés après la tragédie du tunnel du Mont Blanc.

Malgré ce scandale, le gouverneur de Toscane, la direction des Ferrovie dello Stato et le maire de Florence insistent sur le caractère indiscutable du projet. Le Comité anti-TGV de Florence demande leur démission. Les opposants au projet réclament le réexamen du projet alternatif de traversée en surface, rédigé par des techniciens et des urbanistes. « Ce projet alternatif permettrait d’économiser les trois quarts des investissements indispensables à la rénovation des transports publics locaux, actuellement en piteux état », soulignent-ils. Espérons que la mafia ne cherchera pas aussi à faire du business avec le projet de LGV Lyon-Turin.


Source : Reporterre
bastamag.net

_________________
"Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça." coluche
avatar
niouze

Messages : 5023
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Italia]Informazioni generali

Message  ivo le Jeu 21 Fév - 11:29

Elections italiennes : le choix d'une population écrasée par la crise
...
Une colère noire contre les banquiers

L'autre gros problème soulevé par la quasi-totalité des responsables de PME que l'on croise en Lombardie, ce sont les banques qui ont "fermé le robinet de crédit". "C'est scandaleux", explique Giorgio Richardelo, "ces banques ne veulent plus nous prêter alors que depuis des décennies, c'est nous qui avons fait leur patrimoine. C'est injuste. Il faut que je bataille chaque jour sur chaque ligne de crédit avec mon banquier" s'énerve-t-il.

En colère ce petit patron vient d'écrire au président du conseil Mario Monti, chef du gouvernement technique aux commandes du pays depuis la fin 2011. "Je voulais lui dire en somme : oui peut-être que votre cure d'austérité avec 100 milliards d'économie a rassuré les marchés, la finance et Bruxelles, mais elle a créé des dégâts irréversibles sur le terrain, dans l'économie réelle", explique-t-il.
...
"La politique d'austérité me fait enrager. Ils veulent faire payer aux plus pauvres la mauvaise gestion passée du pays. On devient des esclaves. Moi, le chômage m'a brisé. Je n'ai plus de rêve je passe mon temps avec mon stylo et mon carnet à compter le moindre euro pour survivre."
...
Ces personnes en marge du monde du travail se tourneraient bien vers Pôle emploi. Mais le gouvernement Berlusconi en 2003 a supprimé le service public de l'emploi. Il reste donc les agences d'intérim, et pour les quelques aides, ils doivent s'adresser directement au trésor public. Ce qui relève du parcours du combattant.

Du coup, ce sont les syndicats qui assurent le lien avec les chômeurs. Au bureau milanais de la CGIL - premier syndicat du pays avec six millions de membres - l'essentiel de l'activité n'est pas de préparer des manifestations, mais d'aider les chômeurs qui affluent et prennent un ticket pour attendre leur tour.

Comme beaucoup de salariés de la CGIL, Corrado Mandreoli a quasiment une mission d'assistante sociale. "Ici dans nos bureaux, je vois défiler tous les jours des situations désespérées. Dans l'histoire du mouvement ouvrier, on a eu des périodes difficiles, mais là, c'est différent, il n'y a aucune perspective. Les relations humaines en souffrent, c'est la guerre entre tous pour le moindre job. Les cas de dépressions, de recours aux anxiolytiques et de suicides sont de plus en plus nombreux", raconte-t-il amer.
...
La colère des petits patrons, la détresse des chômeurs favoriseront-elle le centre gauche en tête des sondages ? Beaucoup sont tentés aussi de succomber aux sirènes de Beppe Grillo, le Coluche italien, comédien reconverti en politique avec son mouvement "5 étoiles", à gauche toute. Grillo remplit les places publiques et veut créer la surprise.
>>>
http://www.franceinfo.fr/politique/le-plus-france-info/elections-italiennes-le-choix-d-une-population-ecrasee-par-la-crise-898699-2013-02-21
commentaires:
Pourquoi font ils des élections ces italiens ? il suffit qu'ils demandent à Bruxelles une équipe de technocrates formatés par Goldman Sachs pour remplacer leurs élus ? quelle perte de temps.
Voilà ce qui nous attend...

>>>
Qui est Beppe Grillo ?
>>>
http://www.franceinfo.fr/europe/beppe-grillo-nouveau-trublion-de-la-politique-italienne-897407-2013-02-19
avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum