Derniers sujets
» ZAD partout ?
par ivo Aujourd'hui à 11:29

» ZAD notre dames des landes
par ivo Aujourd'hui à 11:27

» la police s'étonne qu'on ne l'aime pas
par ivo Aujourd'hui à 11:25

» les fous de dieu
par ivo Aujourd'hui à 11:20

» Necronomacron
par ivo Aujourd'hui à 11:09

» les "joies" du sport ...
par ivo Aujourd'hui à 10:48

» blancs comme neige ^^
par ivo Aujourd'hui à 10:16

» U.E.
par ivo Aujourd'hui à 10:14

» état d'urgence et autres restrictions....
par ivo Aujourd'hui à 10:05

» Today's joke
par ivo Aujourd'hui à 9:58

» Découvrir la Techno.
par ivo Aujourd'hui à 9:54

» homophobie dans le monde ...
par ivo Aujourd'hui à 9:20

» alimentation
par ivo Aujourd'hui à 9:17

» immigration ...
par ivo Aujourd'hui à 8:34

» [Deutschland- Österreich] Allgemeine Informationen. [Allemagne- Autriche] Informations générales.
par ivo Aujourd'hui à 8:31

» les photos d'actus - l'info en résumé
par ivo Aujourd'hui à 8:20

» Précarité
par ivo Hier à 8:16

» la phrase du jour
par ivo Hier à 8:12

» racisme quotidien
par ivo Ven 22 Sep - 10:16

» droites extremes
par ivo Ven 22 Sep - 10:06

» Etats-Unis
par ivo Ven 22 Sep - 9:35

» un peu de douceur ....
par ivo Ven 22 Sep - 9:18

» la crise ..........
par ivo Ven 22 Sep - 8:53

» Birmanie
par ivo Ven 22 Sep - 7:47

» No Futur - la terre au 21° siecle
par ivo Jeu 21 Sep - 11:38

» agriculture
par ivo Jeu 21 Sep - 11:01

» [中国- Chine] 一般信息- Informations générales
par ivo Jeu 21 Sep - 10:06

» afrique du sud
par ivo Jeu 21 Sep - 10:02

» armement><désarmement
par ivo Jeu 21 Sep - 9:11

» flicage total du net
par ivo Jeu 21 Sep - 9:06

» macronie
par ivo Jeu 21 Sep - 8:28

» ... 14/18 ...
par ivo Mar 19 Sep - 9:00

» retraites
par ivo Lun 18 Sep - 7:58

» pesticides / fongicides
par ivo Sam 16 Sep - 9:16

» Infos insolites.
par ivo Ven 15 Sep - 9:27

» pape, cathos, vatican et autres ....
par ivo Ven 15 Sep - 9:00

» No Futur - l'espace au 21° siecle
par ivo Ven 15 Sep - 8:38

» vite, je vais vomir ...
par ivo Jeu 14 Sep - 9:06

» médias ? quels médias ??
par ivo Jeu 14 Sep - 7:34

» internet , technologie, ...
par ivo Mer 13 Sep - 8:43

» Yemen
par ivo Mer 13 Sep - 7:54

» egypte
par ivo Mar 12 Sep - 9:28

» Philippines
par ivo Mar 12 Sep - 9:07

[Italia]Informazioni generali

Page 4 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: [Italia]Informazioni generali

Message  ivo le Jeu 21 Fév - 20:29

avant les legislatives de ce w.end, italie suite:

...
Cette année, le revenu annuel des Italiens sera de 17.000 euros, soit au même niveau qu'en 1986... la pauvreté a doublé , la classe moyenne a disparu ...
...
l'évasion fiscale représenterait pas moins de 120 milliards d'euros par an, soit l'équivalent de deux plans de rigueur.
...
"N'oubliez jamais que la gauche a ses racines dans l'idéologie communiste, cruelle, elle n'a jamais changé, ce sont les idées les plus inhumaines de l'histoire de l'homme" Berlusconi
...
avatar
ivo

Messages : 26402
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Italia]Informazioni generali

Message  ivo le Ven 22 Fév - 9:16

ITALIE : Cette génération transparente dont on ne parle pas
http://www.presseurop.eu/fr/content/article/3436901-cette-generation-transparente-dont-ne-parle-pas
Les moins de 30 ans n’ont jamais été aussi précaires. Ce sont aussi les grands oubliés de la campagne électorale pour les législatives des 24 et 25 février.

Beppe Severgnini

Personne ne pourra accuser le futur gouvernement de ne pas avoir tenu ses promesses envers les jeunes Italiens, pour la bonne et simple raison qu’il n’en aura fait aucune. Les nouveaux électeurs sont pour l’instant les grands exclus de la campagne électorale. La politique s’apparente à une discothèque gardée par des gorilles qui leur barrent le passage.

Les cinq coalitions en lice semblent tout droit sorties de Gangnam Style : elles s’agitent, gesticulent, se déhanchent, se bousculent pour attirer les feux des projecteurs. Les jeunes Italiens les contemplent à travers la petite lucarne et laissent des commentaires navrés sur les réseaux sociaux. La tentation de l’abstention est forte, mais ce serait faire le jeu des détracteurs de la politique qui n’attendent que ça.

Le monde politique ne réagit pas

Les réseaux sociaux traditionnels se délitent progressivement. Les familles ont épuisé leurs réserves de patience et d’argent. Les boutiques de rachat d’or, le marché immobilier et l’évolution de la consommation de biens durables en témoignent. Le taux de chômage des jeunes actifs (15-24 ans) atteint 37 %, un record depuis 1992. Et il s’agit d’une moyenne nationale. Imaginez dans quel état se trouve l’Italie du Sud. En dix ans, le pourcentage des diplômés italiens partis chercher fortune à l’étranger est passé de 11 à 28 %.

Face à des phénomènes de cette ampleur, on serait en droit d’attendre une réaction du monde politique ; qu’il s’interroge, prenne des décisions, élabore des stratégies précises et des mesures concrètes. Aucun pays ne peut décemment se permettre de sacrifier une génération entière. Attente vaine : nos candidats s’écharpent sur les impôts et les retraites. Ils s’adressent uniquement à ceux qui ont du travail, ou en ont eu un jour. A croire que les autres, ceux qui risquent de ne jamais en trouver, comptent pour du beurre. La génération des moins de trente ans est en train de devenir transparente. La frustration pourrait, à force, engendrer de la colère, avec des conséquences dramatiques. Les signes avant-coureurs ne manquent pas.

La boulimie télévisuelle des vétérans de la politique – Silvio Berlusconi, Mario Monti, Pier Luigi Bersani (PD, Parti démocrate, gauche) – risque de tourner à la provocation. Les passages à la télé d’Antonio Ingroia (juge antimafia à la tête de la liste Révolution civique, à gauche du PD) virent à la foire d’empoigne ; loin des écrans, Beppe Grillo (Mouvement 5 étoiles) ne fait pas mieux. Comme un air de déjà-vu et de déjà-entendu. L’Italie politique de 2013 ressemble à la petite ville d’Un jour sans fin où, chaque matin, le protagoniste, joué par Bill Murray, est condamné à revivre la même journée.

Ne pas brocarder les pilotes de demain

Les ardeurs jeunistes du gouvernement Monti se sont limitées à la réintroduction de l’apprentissage et à un “Agenda numérique” [mesures en faveur de l’innovation et de la numérisation des données administratives] difficile à mettre en œuvre. Le Mouvement 5 étoiles propose “une indemnité chômage garantie” sans s’étendre sur son financement. La droite, qui évite le sujet, a banni les jeunes de ses listes pour faire de la place à la garde prétorienne du chef. La gauche, bien qu’elle présente quelques nouvelles têtes, ne propose aucune mesure radicale touchant ses jeunes concitoyens. Le prêt d’honneur évoqué par Anna Finocchiaro [ancienne ministre de l’Egalité des chances] n’est qu’un emplâtre sur une jambe de bois, alors que nous avons besoin de flexibilité à l’embauche et au licenciement.

Si nous voulons une autorité nouvelle et vigoureuse à la barre de l’Italie, ne brocardons pas les pilotes de demain : ils nous laisseront sur le bord de la route, et ils auront raison. Surtout, ne faisons pas semblant de vouloir les aider, alors que nous ne sommes prêts à aucune concession.
avatar
ivo

Messages : 26402
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Italia]Informazioni generali

Message  ivo le Sam 23 Fév - 9:50

Italie : les marchés financiers inquiets des résultats des législatives
http://www.rfi.fr/economie/20130223-italie-marches-financiers-inquiets-resultats-elections-legislatives-berlusconi-monti
Les élections législatives et régionales italiennes se tiendront les 24 et 25 février 2013. Après une campagne émaillée par de multiples scandales, les marchés financiers sont inquiets quant aux résultats, notamment à Milan, le poumon économique italien.

Malgré le froid et la neige la semaine de la mode bat son plein à Milan, l’ambiance festive, le luxe et les décorations somptueuses des magasins dans le centre de la capitale économique italienne ne calme pas l’inquiétude des entrepreneurs et des banquiers.

« Les marchés financiers craignent qu’à la sortie des urnes il n’y ait pas de majorité, explique George Bouboulis, trader sur les marchés financiers à Milan, et la peur c’est que les taux d’intérêt remontent très fortement ».

Multiples affaires de corruption, annonce de pertes abyssales pour une des plus grandes banques italiennes, pots-de-vin versées par Finmeccanica pour vendre de hélicoptères en Inde expliquent aussi la morosité et le pessimisme ambiant des grandes entreprises italiennes très en retrait dans cette campagne.

« Toujours une certaine influence »

« Les récentes arrestations dans les milieux financiers très certainement diminuent leur influence, analyse George Bouboulis, par contre, il est certain qu’en partie, ils financent les campagnes électorales et que par conséquent, en coulisses, ils ont toujours quand même une certaine influence ».

Des milieux encore représentés par deux Milanais : l’homme d’affaires Silvio Berlusconi et l’économiste Mario Monti, toujours en lice.
....
avatar
ivo

Messages : 26402
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Italia]Informazioni generali

Message  ivo le Mar 26 Fév - 13:28

legislatives italiennes, résumé:
fr info
...
Berlusconi, le retour
Silvio Berlusconi était parti sous les huées en novembre 2011 et malgré des procès à répétition dont un pour prostitution de mineure, il a opéré une remontée spectaculaire en promettant d'abaisser les impôts et même de rembourser une taxe foncière impopulaire rétablie par Monti.
"C'est un résultat extraordinaire qui montre que ceux qui croyaient Berlusconi était fini devront y repenser." (Angelino Alfano, secrétaire général du parti du Cavaliere, le PDL)
Le Cavaliere dit réfléchir à un accord avec le centre gauche de Pier Luigi Bersani mais a écarté dans le même temps l'idée d'une alliance avec les centristes de Mario Monti, chef du gouvernement sortant, largement désavoué par les électeurs lors des scrutins de dimanche et lundi.
...
Beppe Grillo et son Mouvement 5 Etoiles (M5S)
Le comique reconverti a su séduire en surfant sur le rejet de la classe politique, la colère contre l'austérité, la défiance à l'égard de l'Europe.
Catalyseur du malaise social dans un pays en pleine récession économique (-2,2% en 2012), il a pris des voix aussi bien à la droite qu'à la gauche avec un programme jugé "populiste" par ses adversaires : fin du financement public des partis politiques, revenu minimum de 1.000 euros et référendum sur l'euro.
Selon les résultats officiels, il obtient aux alentours de 24-25% dans chacune des deux chambres. Il devient ainsi la troisième force politique du pays.
...
L'inquiétude des bourses
Les principales Bourses européennes ont ouvert en forte baisse mardi en réaction aux résultats des élections italiennes qui menacent de relancer la crise de la dette en zone euro.
En matinée, à Paris, l'indice CAC 40 abandonne 2,41%, à Francfort, le Dax recule de 1,76% et à Londres, le FTSE perd 1,37%. Milan chute de 4,28% tandis que l'indice paneuropéen EuroStoxx 50 recule de 2,43%.
Le ministre français de l'Économie, Pierre Moscovici, a voulu cependant se montrer rassurant : "Le vote italien est une préoccupation sans doute mais l'Italie n'est pas un facteur de risque pour la zone euro. Son économie est solide", a-t-il déclaré.
José Manuel Garcia-Margallo, le ministre espagnol des Affaires étrangères ne partage pas son avis et exprime la "préoccupation extrême" de Madrid face à l'impasse politique issue des élections législatives italiennes, et a prévenu que l'ensemble de la zone euro pourrait s'en trouver affectée.

...
Que faire ?
Le pays semble ingouvernable, politiquement mais aussi techniquement avec peu d'issues fondées sur des alliances presque impraticables et numériquement insuffisantes. Une solution semble s'offrir aux Italiens : retourner voter, soit pour tout le Parlement soit seulement au Sénat.


...
Une distance politique devrait donc se créer et les marchés financiers pourraient sanctionner cette Europe qui tarde à se réformer. De bien mauvaise augure, notamment pour les pays et les banques qui ont acheté de la dette italienne. N'oublions pas que BNP PARIBAS contrôle 100% de la Banca Nazionale de Lavoro. Situation très compliquée ce matin... y compris pour Mario Monti dont la mue d'économiste en homme politique en échoué. Il vient de voir s'envoler tout espoir de succéder à Herman van Rumpuy à la tête de l'Europe.
...
En Italie, ce qui frappe, c'est le rejet du politique qu'il prenne la forme d'un gouvernement de techniciens comme c'est le cas depuis un an, ou qu'il prenne à l'inverse la forme d'un succès du populisme façon Berlusconi ou Beppe Grillo
... c'est une maladie à méditer bien-au delà des frontières italiennes, une maladie générale d'aveuglement dont souffrent en réalité toutes les démocraties industrielles avancées.
commentaires:
L'Europe des marchands est en train de mourir.Seul un état fédéral fort peut donner un espoir aux peuples.Sinon c'est le retour aux années 30.
Goldman Sachs perd les élections en italie; c'est pour cette raison que les "marchés" s'inquiètent... En effet Mario Monti est un ex consultant pour Goldman Sachs. L'avis du peuple souverain qui ne vote pas "correctement" et on parle déjà de le faire re-voter... Démo quoi ? oui c'est vrai démocratie.
Le peuple montre son raz le bol de la classe politique corrompue et aux ordres des multinationales ? C'est "le chaos", le pays "ingouvernable"... et cerise sur le gâteau, on parle de revoter ?! Mais qu'est-ce donc que ce journalisme ?! C'est vrai que ce même "journalisme" vendu aux intérêts des dirigeants et non des peuples censure farouchement les posts sur France Info dès qu'ils remettent trop en cause le système...
"Revoter? " : J'espère que non car cela serait un mauvais coup porté à la démocratie (déjà bien mise à mal en Europe (Irlande et France avec les référendums sur les statuts européens, pour ne citer que ces 2 exemples). Il faut laisser aux Italiens le soin de constituer un gouvernement (pour les sceptiques et les pessimistes: ne vous inquiétez pas, ils y arriveront!) et ce n'est que après quelques mois d'activité que l'on pourra, peut-être, envisager une dissolution. En conclusion, les Italiens ont voté en toute démocratie, il faut respecter leurs choix et ne pas réclamer un nouveau vote sous le prétexte incroyable qu'ils auraient mal voté!!
....
la longue agonie de la "sociale democratie", boulevard du fascisme ...
avatar
ivo

Messages : 26402
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Italia]Informazioni generali

Message  ivo le Mer 27 Fév - 8:58

Italie: les démocrates veulent une alliance, Grillo se fait attendre
...
Si la plupart sont inquiets, d'autres ne cachent pas leur satisfaction : «C’est une révolution douce, il ne s’agit pas d’aller dans la rue tout casser, se taper dessus, menacer les gens mais d’un changement en douceur (…) Jetons dehors les membres du gouvernement qui volent et s’amusent du matin au soir!»
...
Mario Monti, dont le rassemblement centriste n’a obtenu que 45 sièges à la Chambre des députés et 18 au Sénat, a convoqué ce mardi de toute urgence une réunion au siège du gouvernement, le palais Chigi, en présence des ministres sortants de l’Economie et des Affaires européennes, ainsi que du gouverneur de la Banque d’Italie, Ignacio Visco, ce qui est tout à fait inhabituel.
Mais rien n’a filtré de cette réunion où il devait être question de l’effondrement de la bourse italienne et de la remontée du spread (c’est-à-dire l’écart de taux d’intérêt entre l’Allemagne et l’Italie).
Parmi les mesures qui ont été prises, on sait seulement que la Consob, le gendarme de la Bourse italienne, a interdit jusqu’à ce mercredi compris, les ventes à découvert de titres de la banque Intesa Sanpaolo, première banque italienne.

...
>>>
http://www.rfi.fr/europe/20130226-italie-gauche-entrouvre-porte-mouvement-beppe-grillo-alliance
avatar
ivo

Messages : 26402
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Italia]Informazioni generali

Message  ivo le Mer 27 Fév - 10:17

Beppe Grillo, le vote de “rébellion” de la jeunesse italienne
Dans une société italienne où la crise étouffe les projets d’avenir, où les scandales de corruption n’en finissent pas d’amocher la confiance envers les élus, les jeunes ont semble-t-il contribué au succès de la contestation menée par Beppe Grillo. Le désormais célèbre bloggeur italien, fort de plus de 25% des suffrages exprimés à la chambre des députés et de presque 24% au Sénat (où les moins de 25 ans ne peuvent pas voter) a réussi à séduire un large panel d’électeurs, mais surtout, il a caracolé en tête chez les plus jeunes. Un sondage réalisé peu avant l’élection notait ainsi que plus de 30% des 18-25 ans voulaient voter pour le leader du mouvement Cinq étoiles.
>>>
http://www.lesinrocks.com/2013/02/26/actualite/beppe-grillo-le-vote-de-rebellion-de-la-jeunesse-italienne-11366103/
avatar
ivo

Messages : 26402
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Italia]Informazioni generali

Message  ivo le Mer 27 Fév - 12:42

Italie : le retour du populisme de gauche, enfin
http://blogs.rue89.com/yeti-voyageur/2013/02/27/italie-le-retour-du-populisme-de-gauche-enfin-229752
Beppe Grillo aura réussi en Italie, ce que les électeurs « utiles » n’ont pas encore permis à Jean-Luc Mélenchon ou à Alexis Tsipras de faire dans leurs pays respectifs.

Face à la coalition de droite de Berlusconi et à la coalition de centre gauche de Barsini, son parti Mouvement 5 étoiles (M5S) réussit le tour de force de devenir le premier parti d’Italie. Au grand dam des antipopulistes primaires.

Les adeptes de ce dernier clan vont pourtant devoir ravaler leurs cris d’orfraie et se faire une raison. Oui, c’est une chose fort remarquable et appréciable que le M5S soit un parti populiste. De gauche.

Populisme (du latin « populus », peuple) : « Discours politique favorable aux classes défavorisées, et souvent hostile aux élites. » (Wiktionnaire)

Chasses et privilèges gardés

Les élites, surtout lorsqu’elles traversent des périodes de tourmente, ont toujours éprouvé un sombre ressentiment à l’égard de tout ce qu’elles assimilent au populaire. Qu’on en juge au dédain qui entoure le mot « plèbe » (du latin « plebis », classe populaire), sans même aller jusqu’à parler du « vulgaire » (du latin « vulgus », la foule).


Nos élites (et les fidèles serviteurs qui aboient dans leur ombre) ont transformé des mots comme « populistes » en mots-couperets censés disqualifier d’avance tous ceux qui s’en réclament... et menacent leur pré-carré d’élites. On y côtoie pêle-mêle les termes infamants de « démagogue » ou de « complotiste ». On y distribue à la pelle des points Godwin pour discréditer de gênantes comparaisons.

Bref, au bout du compte, il s’agit ni plus, ni moins que de baliser le domaine du respectable et de l’admissible (le leur), dans lequel ceux-là s’adonneront au doux théâtre de la démocratie entre gens bien (et de biens), en rejetant d’avance les trublions perturbateurs du commun.

D’ailleurs, que la tempête se lève et les joueurs d’importance cessent instantanément leur joute de façade pour se regrouper en coalition d’intérêts bien compris. Ainsi en Grèce, de la Démocratie chrétienne (droite) et du Pasok (socialiste).

Amalgame désespéré

On remarquera que nos antipopulistes primaires, juchés sur leur branche de plus en plus vacillante, amalgame sans nuance le populisme de gauche (Grillo, Mélenchon) et le populisme de droite (Berlusconi, Le Pen). En ligne de mire des deux populismes, le peuple, mais non, pas pour les mêmes raisons, ce n’est pas vrai !


Amalgame finalement assez désespéré parce que les gens commencent précisément à ne plus être dupes. En Italie, les électeurs de gauche ont été finalement 25,5% à se foutre des rodomontades de nos bras cassés et des injonctions des officines de sondage qui pensaient maintenir l’importun en deçà du cap des 20%.

En dehors de menacer les intérêts d’une coterie de privilégiés, qu’est-ce qui fait qu’un populisme de gauche puisse être dangereux ? Son absence de programme. Il paraîtrait que celui du signor Grillo ait été un peu plus sommaire que les projets du Front de Gauche ou de Syriza.

Toujours les mêmes grosses ficelles

Mais enfin, on y trouve de mesures essentielles comme ce revenu d’existence fixé à 1 000 euros par mois. Irréaliste et populiste, braille notre gratin qui ne s’émeut guère quand les saints patrons augmentent annuellement leurs revenus déjà obscènes de 30% par an.


Toujours les mêmes grosses ficelles faisandées ! N’y a-il pas assez de pâtes en Italie pour nourrir toute la population ? Assez de toits pour protéger le menu fretin du soleil. Non, disent nos oligarques, ce qui manque, c’est « les moyens ». Entendez, le pognon.

Eh bien, si l’argent manque, dit le populiste Grillo, on va aller se le chercher là où les voleurs l’ont planqué. En passant à la nouvelle lire et en enterrant leur euro de malheur.

Rupture bête et brutale

Ce que marque l’émergence d’un populisme de gauche, c’est la rupture bête et brutale des citoyens avec ceux qui prétendaient garantir leurs intérêts et qui ne parviennent même plus à masquer leurs collusions avec la finance en folie. Ah, la claque sur la figure de l’austérité personnifiée par le technocrate Monti (10,5%) ! Ah, la gifle à l’Union européenne et à sa triste Commission !

On renonce à demander en pure perte à ses castrateurs de vraie vie de revenir à la raison, de respecter leurs promesses dont on sait désormais qu’ils ne le feront jamais. On les vire et on se débrouille soi-même.

Oui, c’est vrai, le chemin du populisme (de gauche, je précise encore) est semé d’embûches et de chausse-trappes. Mais bien moins que de rester engluer dans leur système malfaisant qui vous entraîne assurément vers le fond.

Voilà pourquoi l’émergence d’un populisme de gauche à la Beppe Grillo est chose bien réconfortante.
avatar
ivo

Messages : 26402
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Italia]Informazioni generali

Message  ivo le Mer 27 Fév - 13:18

>>>
CQFD >>> le figaro :

La montée du populisme se confirme en Europe
Les élections italiennes ont confirmé la montée, scrutin après scrutin, du populisme en Europe.

Plus d'un électeur italien sur deux a été séduit par Silvio Berlusconi, combattant «les diktats de l'Eu rope de Merkel», ou par Beppe Grillo, dénonçant les «élites proeuropéennes». De quoi donner des sueurs froides aux partis de gouvernement du Vieux Continent....

En Italie, seule une grande coalition peut éviter le chaos
Le chef de la gauche, Pier Luigi Bersani, hérite d'un Parlement ingouvernable. Son salut dépend de son adversaire Berlusconi ou du trublion Beppe Grillo.

L’Italie réveille la crise de la dette dans la zone euro
Les taux d’emprunt italiens sont au plus haut depuis trois mois, à 4,88% à 10 ans. Les Bourses européennes ont clôturé dans le rouge. L’euro chute à 1,30 dollar.

avatar
ivo

Messages : 26402
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Italia]Informazioni generali

Message  ivo le Mer 27 Fév - 13:41

>>>

"La colère italienne est une colère européenne"
L'Italie est entrée dans une crise politique à l'issue des élections générales des 24 et 25 février. Avec une Chambre des députés à gauche et un Sénat sans majorité, la troisième puissance économique européenne est plongée dans une impasse qui la rend ingouvernable et dont les effets se font déjà sentir sur les marchés.
Ces élections, marquées par le rejet de la classe politique, la colère contre l'austérité et la défiance à l'égard de l'Europe, sont-elles révélatrices d'une particularité politique et sociale de la Péninsule ? Ou, au contraire, ses voisins européens doivent-il s'en inquiéter ? Des chercheurs et des membres du Parti démocrate italien donnent leurs points de vue au Monde.fr.

Vous aussi, participez au débat en proposant votre contribution
>>>
http://www.lemonde.fr/idees/article/2013/02/26/elections-italiennes-un-coup-de-tonnerre-en-europe_1839167_3232.html
avatar
ivo

Messages : 26402
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Italia]Informazioni generali

Message  ivo le Jeu 28 Fév - 11:30

Crise politique en Italie : quatre scénarios avant l'impasse totale
Les heures passent et l'impasse dans laquelle se dirige l'Italie se fait toujours plus certaine. Aux dernières nouvelles de ce qui se passe de l'autre côté des Alpes, le Mouvement 5 étoiles (M5S) a refusé l'alliance avec la gauche. Son leader Beppe Grillo a d'ailleurs déclaré que sa formation ne votera la confiance ni "au Parti démocrate (PD, gauche) ni à d'autres".

En revanche, il a répété que son mouvement, qui dispose de 109 députés et 54 sénateurs tous très courtisés en l'absence de majorité claire au Sénat, "votera les lois qui reflètent son programme, quel que soit celui qui les propose". Pas de quoi renforcer la stabilité du pays...
>>>
http://www.huffingtonpost.fr/2013/02/27/legislatives-italie-bersani-grillo-alliance-berlusconi-coalition-crise-politique_n_2774570.html?utm_hp_ref=france
avatar
ivo

Messages : 26402
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Italia]Informazioni generali

Message  ivo le Ven 1 Mar - 10:55


Silvio B., grand arbitre de la situation
...
Quel sera le futur de l’Italie ? La situation reste incompréhensible entre :

*un président de la République favorable à une coalition droite, gauche et centre ;
*une gauche qui veut gouverner sans en avoir les moyens ;
*un Silvio Berlusconi qui attend, tel un loup dans sa tanière, l’improbable proposition de collaborer avec la gauche ;
*un Grillo qui, fidèle à ses promesses, refuse toute alliance et souhaite une discussion « point par point » concernant le programme du mouvement.

En attendant de résoudre le schmilblick électoral, tout le monde est sur le coup : les politologues, les journalistes, les politiques – déchus ou pas. C’est à qui dira son mot sur la question, interprétera le phénomène Grillo, fera son mea culpa... Pendant ce temps, les Italiens, eux, attendent la formation (salvatrice ?) d’un gouvernement.

Et le seul à tirer son épingle du jeu, pour l’instant, c’est Silvio B. Profitant de la confusion générale, le voilà qui s’est posé en grand arbitre de la situation, pour « le bien et l’équilibre du pays ». Pour le bien des électeurs italiens qui lui ont renouvelé leur confiance. Pour le bien aussi, de ceux qui ont hésité à lui donner et qui pourraient faire marche arrière en cas de retour au vote.
...
>>>
http://blogs.rue89.com/storitalia/2013/02/28/italie-le-grand-bordel-politique-profite-berlusconi-229762
19 RÉACTIONS
avatar
ivo

Messages : 26402
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Italia]Informazioni generali

Message  ivo le Sam 9 Mar - 9:19

Italie : l’incertitude politique pèse sur l’économie du pays
http://www.rfi.fr/europe/20130309-italie-incertitude-politique-pese-economie-pays
L'agence de notation Fitch a dégradé la note de l'Italie et a assorti cette dégradation d'une perspective négative. La situation politique confuse qui règne dans la Péninsule alourdit les risques aux yeux des marchés financiers.

L'agence de notation Fitch fait passer la note de l'Italie de A- à 3B+. 3B+, c'est la note que lui accorde déjà l'agence Standard & Poor's. Mais surtout, Fitch estime que les incertitudes politiques après les élections législatives sont de bien mauvais augure pour les mois à venir et assortit sa note d'une perspective négative, prélude à une dégradation supplémentaire éventuelle.


L'Italie est dans l'impasse après avoir porté des majorités différentes à la chambre des députés et au Sénat. L'agence craint donc l'installation aux commandes de l'Italie d'un gouvernement faible, ce qui fait peser un risque sur la poursuite des réformes qui ont été lancées durant la période de gouvernement Monti.

Or, l'Italie est déjà en récession et le poids de la dette continue d'augmenter. Fitch s'attend à ce que cette phase de récession économique soit plus sévère et plus longue que ce qui avait été prévu. Les taux d'intérêts consentis à l'Italie par les marchés financiers ont déjà recommencé à augmenter pendant la campagne électorale et l'appréciation de Fitch ne devrait pas arranger les choses.
avatar
ivo

Messages : 26402
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Italia]Informazioni generali

Message  ivo le Mar 30 Avr - 8:35

Berlusconi : grand absent et grand vainqueur
Si le Cavaliere ne fait pas partie du nouveau gouvernement d'union, il a tout fait pour pouvoir peser sur ses décisions. Malgré sa défaite aux élections de février, c'est bien Berlusconi qui a gagné la bataille post-électorale d'après la presse italienne.

>>>
http://www.courrierinternational.com/revue-de-presse/2013/04/29/berlusconi-grand-absent-et-grand-vainqueur


Des coups de feu contre la politique
Les coups de feu perpétrés dimanche contre le siège du gouvernement à Rome ne sont pas que l'acte d'un déséquilibré. Pour Adriano Sofri, ils viennent du désespoir de la société italienne et de l'irresponsabilité des politiques de tout bord.
>>>
http://www.courrierinternational.com/article/2013/04/29/des-coups-de-feu-contre-la-politique?page=all
avatar
ivo

Messages : 26402
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Italia]Informazioni generali

Message  ivo le Jeu 9 Mai - 8:58

Berlusconi condamné en appel à un an de prison pour fraude fiscale
http://www.rfi.fr/europe/20130509-italie-berlusconi-condamne-appel-an-prison-fraude-fiscale
Silvio Berlusconi a été condamné le 8 mai à un an de prison ferme pour fraude fiscale et à une interdiction de cinq ans d'exercer toute fonction publique. La cour d’appel de Milan a confirmé la peine prononcée en première instance en octobre 2012, dans l'affaire Médiaset. Le jugement pourrait cependant être invalidé par la cour de cassation. De plus, d'ici à 2014, les faits reprochés à l'ancien chef du gouvernement italien pourraient être prescrits. Il y a donc bien peu de risque pour le Cavaliere de finir en prison.

L'affaire remonte au début des années 2000. Le groupe audiovisuel Mediaset, propriété de Berlusconi, est accusé de surfacturer les droits de diffusion de certains films à l'étranger, afin de réduire sa facture, auprès du fisc italien. À l'issue de plusieurs années d'enquête, et d'une procédure judiciaire interminable, la cour d'appel de Milan a donc confirmé, le 8 mai, la condamnation du Cavaliere à une année de prison ferme.

Pour autant, l'ancien chef de gouvernement va bénéficier d'un sursis de quelques mois, qui devrait lui permettre au final d'éviter l'incarcération. Ses avocats ont, en effet, la possibilité de déposer un recours devant la Cour de cassation, et surtout, les faits qui sont reprochés à Silvio Berlusconi pourraient être frappés de prescription dès la fin de l'année en cours.

Enfin, l'ancien président du Conseil, 76 ans, devrait être dispensé de toute peine de prison, en raison de son âge. Le Cavaliere devrait donc échapper à l'infamie d'une incarcération, mais il reste l'impact politique. Et le jugement de la cour d'appel de Milan risque de compliquer un peu plus la tâche du nouveau chef du gouvernement italien.

Enrico Letta a en effet besoin, pour gouverner, du soutien du parti de Silvio Berlusconi.
avatar
ivo

Messages : 26402
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Italia]Informazioni generali

Message  ivo le Dim 19 Mai - 8:28

Italie: manifestations contre l'austérité
A Rome, plusieurs dizaines de milliers d'Italiens ont manifesté, ce samedi 18 mai 2013, contre l'austérité et pour l'emploi, à l'appel du syndicat des métallurgistes. C'est la première manifestation depuis la formation du gouvernement Letta et l'annonce de premières mesures.
>>>
http://www.rfi.fr/europe/20130518-italie-dizaines-milliers-personnes-rue-manisfestent-contre-austerite
avatar
ivo

Messages : 26402
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Italia]Informazioni generali

Message  ivo le Mar 10 Sep - 9:27

L’Italie cesse de traquer Enrico Porsia, ex-membre des Brigades rouges exilé en France depuis 30 ans: entretien
Aujourd’hui, nous sommes en 2013, nous sommes en Europe et la première page du code pénal italien est encore ornée de la signature du “Duce” Benito Mussolini
>>>
http://www.lesinrocks.com/2013/09/09/actualite/apres-30-ans-dexil-en-france-ancien-militant-brigades-rouges-voit-condamnation-en-italie-prescrite-11423640/
avatar
ivo

Messages : 26402
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Italia]Informazioni generali

Message  ivo le Dim 29 Sep - 8:59

Italie: les ministres du parti de Silvio Berlusconi démissionnent
Eclatement de la coalition au pouvoir en Italie : les ministres membres du Peuple de la Liberté (PDL), le parti de Silvio Berlusconi, ont remis leur démission ce samedi 28 septembre au soir. C’est une nouvelle crise cinq mois après la naissance aux forceps d'un gouvernement d'union
>>>
http://www.rfi.fr/europe/20130928-italie-ministres-parti-silvio-berlusconi-demissionnent-pld-peuple-liberte-letta-napolitano
avatar
ivo

Messages : 26402
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Italia]Informazioni generali

Message  ivo le Dim 29 Sep - 9:28

Italie : les ministres du parti de Berlusconi quittent le gouvernement
fr info
Les cinq ministres appartenant au parti du Peuple de la liberté (PDL) de Silvio Berlusconi ont démissionné du gouvernement de coalition samedi, à la demande du Cavaliere. Une décision surprise, qui provoque la chute du cabinet d'Enrico Letta, qui a évoqué "un geste fou". Cinq mois après la naissance difficile d'un gouvernement de large entente, l'Italie fait face à une nouvelle crise politique.

C'est un véritable coup de théâtre qu'a orchestré samedi l'ancien président du Conseil italien Silvio Berlusconi.

A la demande du Cavaliere, tous les ministres appartenant à son parti du Peuple de la liberté (PDL) ont démissionné du gouvernement de coalition que dirige Enrico Letta. C'est le vice-président du Conseil et dirigeant du PDL Angelio Alfano qui a fait cette annoncé dans l'après-midi.

"Geste fou et irresponsable"

Quelques minutes avant cette démission massive, Silvio Berlusconi avait demandé à ses ministres d'"évaluer l'opportunité de présenter immédiatement leur démission pour ne pas se rendre complices d'une ultérieure vexation imposée par la gauche aux Italiens".

Dans un communiqué cinglants, Enrico Letta a réagi à cette initiative en dix lignes, évoquant un "geste fou et irresponsable" de la part de Berlusconi, "totalement destiné à protéger ses intérêts personnels". Il a ajouté que désomais, "chacun au parlement assumera sa propre responsabilité devant le pays".

Dans la soirée, l'ancien président du Conseil Mario Monti - dont le mouvement appartient à la majorité -  lui a apporté son soutien, assurant qu'il l'aiderait à trouver des "solutions crédibles". Quant à Beppe Grillo, l'ancien comique qui dirige le mouvement anti-partis "Cinq étoiles", il a souhaité de nouvelles élections et réclamé la démission du président Giorgio Napolitano.

Désaccord sur la TVA

Si la démission des ministres du PDL peut paraître surprenante, la tension entre Berlusconi et Letta était en réalité très forte depuis plusieurs jours et le désaccord qui les oppose sur la question de la TVA italienne, l'IVA.

Vendredi, Enrico Letta avait convoqué un conseil des ministres pour obtenir des membres du PDL leur vote sur des mesures budgétaires, qui comprend notamment le rélèvement de l'IVA de 21 à 22 %.

Mais les cinq ministres proches de Berlusconi se sont opposés à cette mesure, amenant le président du Conseil à annoncer que toute décision sur les mesures budgétaires était suspendue avant un vote de confiance du Parlement. Un ultimatum "inadmissible et inacceptable" selon le Cavaliere, qui accuse Letta d'avoir enfreint "le pacte de coalition" qui unissait le Parti démocrate d'un côté - dont Letta est issu - et le PDL de l'autre.

"La décision adoptée hier par le président du Conseil de geler l'action du gouvernement, entraînant de cette façon l'augmentation de l'IVA, est une grave violation du pacte de gouvernement", a argumenté l'ancien président du conseil pour justifier la démission des ministres du PDL.

Les explications de Marie Duhamel  (00:00:44)

Mais la vraie raison de cette démission semble être la possible éviction de Berlusconi du Sénat suite à sa condamnation définitive pour fraude fiscale dans l'affaire Mediaset. Une commission sénatoriale doit se réunir le 4 octobre pour se prononcer sur une éventuelle déchéance de l'ancien dirigeant italien.

Surtout, l'épisode illustre le pouvoir dont dispose toujours Silvio Berlusconi, comme l'a expliqué à France Info l'historien Marc Lazare, spécialiste de l'Italie et professeur à Sciences Po.

"Berlusconi ouvre une crise grave" (Marc Lazare)  (00:00:55)

De nouvelles élections ou une autre coalition ?

Avec la chute du cabinet Letta, le président italien Giorgio Napolitano n'a plus le choix : il va devoir choisir entre des élections législatives anticipées ou la rechercher d'une nouvelle coalition. La seconde option pourrait avoir sa préférence : quelques heures avant la démission des ministres du PDL, il déclarait que la priorité pour l'Italie était d'avoir un gouvernement stable, et non de retourner aux urnes.

"Nous avons besoin d'un parlement qui débatte et travaille, et non qui soit dissous en permanence. Nous avons besoin de continuité", estimait le chef de l'Etat. D'après les derniers sondages, le PDL et le Parti démocrate sont au coude-à-coude : des législatives risqueraient donc de donné naissance à une nouvelle impasse politique.
avatar
ivo

Messages : 26402
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Italia]Informazioni generali

Message  ivo le Sam 5 Oct - 9:36

Arrivederci Silvio Berlusconi
http://www.marianne.net/Arrivederci-Silvio-Berlusconi_a232704.html
C’est officiel : Le Cavaliere a été déchu de son rang de sénateur par la commission électorale du sénat. La décision sera entérinée d’ici une vingtaine de jours par l’ensemble de l’hémicycle.

Condamné à quatre ans de prison pour fraude fiscale, une peine réduite des deux tiers en raison d’une amnistie, Silvio Berlusconi vient aussi d’être déchu de son titre de sénateur. Vendredi après-midi, la majorité des membres de la commission électorale sénatoriale ont décidé d’appliquer la loi « Severino » interdisant aux personnes condamnées à une peine inférieure à quatre ans de prison d’être élues. Le sénat italien sera convoqué dans un délai de trois semaines pour entériner la décision de la commission électorale.

Normalement, la messe est dite pour le Cavaliere. Le sénat est composé de 315 membres plus 5 sénateurs à vie dont Mario Monti. En février dernier, la gauche a remporté cent vingt trois sièges, le Mouvement5stelle cinquante quatre et les centristes de Mario Monti, dix neuf. La majorité est à 163 voix. Compte tenu de la position de la gauche et des centristes, la déchéance du milliardaire devrait être largement proclamée. « Mais en Italie, tout est possible, d’autant plus que le vote est secret. N’oublions pas qu’en avril 1993, le président du Conseil socialiste Bettino Craxi accusé de corruption par le tribunal de Milan qui réclamait la levée de son immunité parlementaire, fut sauvé par une poignée de sénateurs grâce au système du vote secret » se souvient l’ex sénateur démocrate Silvio Sircana.

Pour sauver sa tête, le Cavalier table sur le soutien de ses sénateurs pour soudoyer quelques collègues de la gauche et du centre. Et surtout, sur le fait que son parti a soutenu le gouvernement d’unité nationale mercredi après-midi à l’occasion du vote de confiance réclamé par le président du Conseil Enrico Letta. « Nous espérons que les alliés du gouvernement, le parti démocrate et les centristes fassent preuve de responsabilité le jour du vote au sénat et qu’ils refusent d’entériner la déchéance d’un chef de parti » a déclaré l’ancien président berlusconien du Sénat Renato Schiffani.

Reste que la marge de manœuvre pour faire pression sur les démocrates et les centristes est faible. Après avoir obligé Silvio Berlusconi à soutenir le gouvernement d’unité nationale qu’il avait essayé de faire sauter, les cinq ministres berlusconiens peuvent difficilement menacer de rendre leur tablier pour sauver le vieux chef déplumé. D’ici le jour du vote par ailleurs, le Cavaliere aura dû choisir entre les arrêts domiciliaires et les travaux d’utilité publique pour purger sa peine pendant un an et demi.

Il devra aussi affronter les magistrats napolitains qui l’accusent d’avoir soudoyé un sénateur de centre-gauche en 2008 en lui versant un million d’euros pour faire tomber le gouvernement de Romano Prodi. Et expliquer les écoutes téléphoniques démontrant qu’il aurait payé les services des prostituées qui lui rendaient régulièrement visite du temps où il était encore président du Conseil italien. Soupçonné par le parquet napolitain d’avoir essayé de polluer les preuves sur ces affaires de corruption et de prostitution, le Cavaliere risque d’être arrêté. Certes son grand âge lui évitera la prison mais pas la honte de la garde-à-vue, la photographie signalétique et les empreintes digitales.

«  Silvio Berlusconi va surement démissionner pour éviter l’humiliation du vote au sénat. Il a perdu le soutien de la majorité de son parti et les déclarations enflammées des membres de Forza Italia qui ont critiqué la décision de la commission sénatoriale sont une façade. Le climat politique actuel n’a rien à avoir avec celui des années 90 quand le sénat avait sauvé Bettino Craxi » estime Luigi Vimercati. Pour cet ancien sénateur démocrate, le Cavaliere n’a de toutes les façons aucune chance d’échapper à la déchéance.

Le parquet de Milan qui avait condamné Silvio Berlusconi à cinq ans d’interdiction d’exercice dans la fonction pour fraude fiscale a du recalculer la peine selon les indications données par la cour de cassation. Cette peine trop lourde par rapport aux quatre ans de prison sera ramenée à trois ans le 19 octobre prochain. En sauvant le Cavaliere le jour du vote, le sénat le ferait reculer pour mieux sauter.

avatar
ivo

Messages : 26402
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Italia]Informazioni generali

Message  ivo le Jeu 10 Oct - 8:41

Une loi d'amnistie pour sauver Berlusconi ?
http://www.courrierinternational.com/breve/2013/10/09/une-loi-d-amnistie-pour-sauver-berlusconi
Pour lutter contre la surpopulation carcérale, le président Giorgio Napolitano a proposé le 8 octobre au Parlement une loi d'amnistie pour les auteurs d'infractions mineures. Le Mouvement 5 étoiles (opposition) craint que cette mesure ne serve de "sauf-conduit" à Silvio Berlusconi, qui vient d'être reconnu coupable de fraude fiscale. Le quotidien Il Giornale, qui a régulièrement accusé la justice de partialité vis-à-vis du Cavaliere, prend ce projet comme une confirmation et titre : "Cette fois c'est officiel, la justice est un cancer - même Napolitano s'en est rendu compte".
avatar
ivo

Messages : 26402
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Italia]Informazioni generali

Message  ivo le Sam 12 Oct - 9:46

Italie: l'ancien criminel de guerre nazi Erich Priebke est mort
L’un des auteurs du massacre des fosses Ardéatines, en 1944 en Italie, l’ancien capitaine SS Erich Priebke, est décédé à Rome à l’âge de 100 ans, ce vendredi 11 octobre. Condamné à la prison à vie en 1998, mis aux arrêts domiciliaires à cause de son grand âge, il participa à l’exécution de 335 civils italiens, en représailles à un attentat de la résistance contre une colonne de SS, qui avait fait 33 morts.

Orphelin à sept ans, Erich Priebke devient autonome très jeune, en se spécialisant dès l’âge de seize ans dans l’hôtellerie. Mais son engagement politique va le pousser dans une autre direction. À vingt ans, il s’inscrit au parti nazi.

Dix ans plus tard, le voilà capitaine SS envoyé à Rome où il devient l’un des adjoints du lieutenant-colonel SS Herbert Kappler, condamné en 1948 à perpétuité pour son rôle dans le massacre des fosses Ardéatines.

Un exil tranquille au Mexique

Priebke participa au même crime, mais il a fallu quarante ans de plus pour qu’il soit condamné à la même peine. Fait prisonnier par les Britanniques, il a réussi à fuir en Argentine. C’est là où il coulait une vie tranquille pendant presque un demi-siècle sous sa propre identité.

Avec son passeport allemand, il voyageait sans être inquiété aux Etats-Unis, en Allemagne, et en Italie.
Repéré par une télévision américaine en 1994, il est extradé en Italie pour y être jugé et condamné à perpétuité.

avatar
ivo

Messages : 26402
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Italia]Informazioni generali

Message  ivo le Lun 14 Oct - 8:05

Italie, omerta sur la Torture
http://www.bakchich.info/international/2013/10/13/italie-omerta-sur-la-torture-62804
Demain 14 octobre, Bakchich publie une video exclusive sur un sujet tabou, en Italie et en Europe: la pratique de la torture par les autorités italiennes. Des années de plomb au G8 de Gênes, aucune loi n'est venue la sanctionner. Une victime brise la loi du silence.


Le déclic c’était une interview et… un film. Signé Daniele Vicari (Vitesse Maximale, Il Passato é una terra Straniera), le film de fiction, Diaz - Un crime d’Etat (sorti en France en 2013) raconte l’assaut de l’école Diaz, puis les exactions de la police sur les manifestants dans la caserne Bolzaneto. C’était en 2001 lors du G8 qui se tenait à Gênes. 11 ans plus tard les seuls fonctionnaires de police qui ont été condamnés, ne l’ont pas été pour les actes de violence, les sévices cruels qu’ils ont faits subir à des centaines manifestants anti-G8, mais uniquement pour avoir commis des faux. Des faux PV qui cherchaient à criminaliser les manifestants brutalisés.

Lire: Diaz, un crime d'Etat, nuit d'horreur à Gênes et

Diaz un crime d'Etat «il n'y a pas de délit de torutre en Italie»

Daniele Vicari nous avait souligné : « avant la sortie de mon film, les Italiens ne se souvenaient plus de ce qu’il s’était passé dans l’école Diaz. Les procès ont été peu ou mal couverts par la presse italienne. Et ensuite… il n’y a pas de délit de torture en Italie, et donc, on peut torturer sans problème.»

Torturer sans problème dans une démocratie européenne ?


Si les Italiens ne se souviennent pas…qui en sait quelque chose au-delà des frontières de la Botte ?

Le seing de Mussolini  

A Bakchich, nous avons décidé de creuser ce sujet, tabou en Italie, mais aussi visiblement frappé par l’omertà dans les autres pays de l’Union européenne.

Etrange démocratie, celle italienne, qui sait que de nos jours encore la première page du code pénal transalpin s’ouvre avec la signature du Duce, Benito Mussolini ? Et que dire quand on remarque que bien des lois fascistes n’ont jamais été abrogées, alors qu’aucune loi ne condamnant la torture n’a jamais été introduite dans le code pénal ?

Lire: Tortures en Europe, Bakchich sur les traces de 5 dell'Ave Maria

Et que dire quand nous avons découvert qu’une équipe de fonctionnaires tortionnaires, appartenant directement à la direction de la police politique, la très redoutée UCIGOS, sévissait dans le « Bel paese » et ceci en exécutant les ordres qui venaient directement du gouvernement ?

Nous avons donc décidé de nous rendre à Rome. Ici nous avons retrouvé un des premiers «  clients » de cette équipe de tortionnaires d’Etat.

Il s’appelle Enrico Triaca et il a été arrêté en 1978. C’est un imprimeur. Il s’occupait de mettre sous presse du matériel de propagande des Brigades Rouges. Il a été torturé et a ensuite été mis au secret pendant presque un mois, dans des cellules tellement secrètes que   ses avocats tout comme sa famille, en ignoraient l’adresse. Torturé et kidnappé en dehors de toute procédure légale, en dehors de tout principe digne d’un état de droit. Au bout d’un mois d’isolement dans des prisons impénétrables, aussi bien pour les juges que pour ses défenseurs, « l’imprimeur des Brigades Rouges » décide de dénoncer les tortures qu’il a subies. Peine perdue… mais pas pour tout le monde. Un an et quatre mois de prison supplémentaires ont été infligés à Enrico Triaca. La justice italienne ayant décidé qu’il était un calomniateur. Les tortures ? De la foutaise.

Lire: Italie, Torture d'Etat

Et pourtant…avec le temps, des langues se sont déliées. Le chef de l’équipe des tortionnaires d’Etat a décidé de libérer sa conscience. Oui, il existait une équipe, surnommée  « ceux de l’Ave Maria » , ils avaient une seule mission : torturer. Leur chef opérationnel se faisait appeler « professeur de Tormentis ». Il aimait tellement son travail qu’il se comparait à un chirurgien. Un chirurgien qui doit extirper le mal. « Je suis un combattant, celle contre les Brigades Rouges était une guerre. Une véritable guerre. Et dans cette guerre j’étais un dur qui apprenait à ses hommes ,la loyauté. Il fallait rétablir une forme d’ auctoritas  avec tous les moyens. » Toute une philosophie…

L'Ave Maria du professeur de Tormentis

Le video-reportage que nous allons diffuser, lundi 14 octobre, est un document important. C’est en effet la première fois qu’ Enrico Triaca se livre, face camera,  à un si long entretien. Il le fait à la veille d’un procès qui constitue pour lui une bataille judicaire qui dure depuis 35 ans. Un véritable marathon visant à réviser la sentence où il apparaît comme un calomniateur, alors qu’il avait été torturé par l’équipe de « l’ave  maria », par le professeur de Tormentis en personne.

Combien des détenus ont subi les mêmes  traitements depuis ?

Le 15 octobre,  la cour de Pérouse décidera qui parmi les fonctionnaires tortionnaires de l’Ucigos seront appelés à la barre. Non pas en tant qu’accusés, mais en tant que témoins.

Enrico Triaca a en effet obtenu la révision de son procès et pour démonter que le calomniateur, ce n’était pas lui, les juges seront bien obligés de demander des explications aux fonctionnaires de l’Ucigos, au professeur de Tormentis, qui s’appelle Nicola Ciocia, tout comme au commissaire Salvatore Genova, qui fut aussi élu député dans les rangs du parti social démocrate. Une première dans le pays de l’omertà où la simple évocation de la police politique suffit à installer la peur.

A Bakchich, nous n’aimons pas la loi du silence.

Et, pour ne rien vous cacher, nous ne sommes pas si fiers que les instances européennes se comportent comme des autruches alors que dans la Botte « on peut torturer sans problème » et avec la bénédiction du Duce, dont la signature orne encore le code pénal. Tradition oblige…

Ne manquez pas notre édition de lundi : un document exclusif qui dénonce des pratiques indignes.

J’accuse ! Torture d’état, rencontre avec Enrico Triaca.
«J'accuse» : torture d'Etat en Italie
http://www.bakchich.info/international/2013/10/14/jaccuse-torture-detat-en-italie-62805
Ancien militant des Brigades Rouges, Enrico Triaca brise l'un des tabous de la société italienne: L'utilisation de la torture par la police lors des années de plomb. Jamais reconnus ni pénalisées par la loi italienne, ces pratiques continuent. Un document exclusif.
>>>
http://vimeo.com/76755535
avatar
ivo

Messages : 26402
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Italia]Informazioni generali

Message  ivo le Mer 16 Oct - 9:33

Les funérailles houleuses du SS Priebke à Rome
fr info

Une trentaine de néonazis sont venus rendre hommage à l'ancien officier SS Erick Priebke © Maxppp

Plusieurs manifestants pros et antis nazis ont tenté d'accéder ce mardi aux funérailles de l'ancien officier SS Erich Priebke près de Rome. Une cérémonie encadrée par des policiers antiémeutes.

Décidément, Erich Priebke est aussi gênant mort que vif. Ce mardi soir, des dizaines de manifestants se sont rassemblés devant l'Institut Pie X, où se tenaient les funérailles de l'ancien officier SS. "Une cérémonie religieuse, comme l'avait demandé M. Priebke avec une messe en latin, à huis clos, seulement pour les amis intimes et les parents", a déclaré à l'avocat de l'ex-nazi.

Dès l'arrivée du corbillard, certains manifestants ont donné des coups de pieds et de poings dans le véhicule.


MalvaGia @Gabrymalvagia
#priebke fottiti! #Albano
6:27 PM - 15 Oct 2013

Devant les grilles du bâtiment, les médias italiens ont compté jusqu'à 400 protestataires qui refusent toute forme de cérémonie pour l'ancien officier nazi. Parmi les slogans, "Priebke Boia !" ("Priebke bourreau !")


Manolo Luppichini @manolo_loop
#Albano: Antifascisti bloccano l'ingresso dell'istituto Pio X. Sullo striscione un inequivocabile "#Priebke BOIA"

Mais quelques poignées de néonazis ont également fait le déplacement pour rendre hommage à l'homme jugé responsable du massacre des Adréatines en mars 1944, 335 victimes.


Marco Pasqua @marcopasquatw
Tra quelli che fanno i saluti romani,c'è Castellino, dirigente la Destra (quello che su Facebook celebrava #priebke)

"Nous sommes ici pour célébrer sa mémoire parce qu'il fait partie de notre monde", a expliqué aux journalistes Maurizio Boccacci, chef du mouvement d'extrême droite Militia, en précisant que quelques uns d'entre eux allaient "entrer à titre personnel".

Et après la cérémonie, que fait du corps ? Depuis la mort d'Erich Priebke la semaine dernière à l'âge de 100 ans, cette question est un casse-tête pour plusieurs villes et pays. En Allemagne, son village natal ne veut pas de lui. Le maire de Rome a également refusé d'accueillir sa dépouille. L'Argentine où l'ancien officier nazi a vécu 40 ans ne souhaite pas non plus le voir enterrer dans ses cimetières.
>>>>
http://www.franceinfo.fr/societe/la-mort-d-erich-priebke-nazi-sans-remords-1173461-2013-10-11
>>>>
http://www.franceinfo.fr/justice/rome-ne-sait-pas-ou-enterrer-un-ancien-criminel-nazi-1177557-2013-10-15
avatar
ivo

Messages : 26402
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Italia]Informazioni generali

Message  ivo le Mer 16 Oct - 10:31

Des intégristes catholiques donnent des funérailles à Priebke
http://www.liberation.fr/monde/2013/10/15/des-integristes-catholiques-donnent-des-funerailles-a-priebke_939755?xtor=rss-450
Quelques néo-nazis assistaient également ce mardi aux funérailles religieuses d'Erich Priebke, alors le criminel nazi est mort vendredi à Rome et que personne ne veut du corps.

Des intégristes catholiques lefebvristes ont célébré mardi des funérailles religieuses pour le criminel nazi Erich Priebke, en présence de quelques néo-nazis et au milieu de protestations de centaines de manifestants. «Assassin», «Emmenez-le à la décharge», criaient les quelques 400 personnes rassemblées devant le séminaire de l’Institut Pie X, siège en Italie de la communauté fondée dans les années 80 par Mgr Marcel Lefebvre.

Une poignée de protestataires de cette commune de 40 000 habitants au passé antifasciste ont donné des coups de poing et de pied au passage du corbillard. Et selon les médias, un prêtre du séminaire a été bousculé par la foule à son entrée. Une cérémonie religieuse «avec une messe en latin, à huis clos, seulement pour les amis intimes et parents», s’est tenue à l’intérieur du séminaire, selon l’avocat de l’ex-nazi, Paolo Giachini.

Priebke, l’un des responsables du massacre des Fosses Ardéatines à Rome en 1944 (335 civils tués dont 75 juifs), est mort vendredi dernier à l’âge de 100 ans. Il vivait depuis près de 15 ans dans la capitale, assigné au domicile de l’un de ses avocats, après avoir été condamné à la réclusion à perpétuité.

MILITANTS ANTI-FASCISTES CONTRE EXTRÊME-DROITE

Des manifestants anti-fascistes ont tenté d’entrer dans le couvent mais ont été refoulés par des policiers casqués et en tenue antiémeute. De nombreux journalistes se trouvaient devant le séminaire où les manifestants chantaient «Bella ciao», la chanson des résistants italiens ou scandaient «nous sommes tous antifascistes». Une trentaine de militants d’extrême droite se sont aussi rassemblés à proximité du séminaire, faisant le salut nazi et entonnant des chants fascistes. «Nous sommes ici pour célébrer sa mémoire parce qu’il fait partie de notre monde», a expliqué aux journalistes Maurizio Boccacci, chef du mouvement d’extrême droite Militia, en précisant que quelques uns d’entre eux allaient «entrer à titre personnel».

Mgr Lefebvre avait créé la Fraternité Pie X en rejet des ouvertures du Concile Vatican II (1962-1965) sur le monde moderne. Interrogé dans une émission de Radio 24, un prêtre italien lefebvriste le père Floriano Abrahamowicz, a pris la défense de Priebke en assurant qu’il était «son ami». «Je le considère comme un chrétien catholique, un soldat fidèle, unique cas d’un innocent derrière les barreaux», a-t-il déclaré, assurant que «Priebke a été persécuté en Italie».

L’un des quatre évêques de la Fraternité Saint Pie X, l’évêque britannique Richard Williamson (expulsé de la communauté pour des positions jugées trop extrêmes), a été condamné en appel fin septembre en Allemagne à une amende pour négationnisme. Dans un entretien diffusé début 2009 par une télévision suédoise, Mgr Williamson, 73 ans, avait nié l’existence des chambres à gaz et contesté le nombre de juifs morts dans les camps de concentration. Des proches du maire Nicola Marini ont assuré que la dépouille de Priebke serait ramenée ensuite à Rome pour y être incinérée.

Le lieu de sépulture reste indéterminé alors que ni l’Allemagne, son pays natal, ni l’Argentine où il a vécu caché pendant plus de 40 ans ni Rome où il a habité ces dernières années ne veulent du corps de l’ex-capitaine SS.
25 COMMENTAIRES
avatar
ivo

Messages : 26402
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum