Derniers sujets
» les photos d'actus - l'info en résumé
par ivo Mer 22 Nov - 10:15

» vite, je vais vomir ...
par ivo Mer 22 Nov - 10:12

» macronie
par ivo Mer 22 Nov - 9:07

» pesticides / fongicides
par ivo Mer 22 Nov - 9:02

» contre l'esclavage moderne
par ivo Mer 22 Nov - 8:54

» Sur les rives du Jourdain
par ivo Mer 22 Nov - 8:52

» petits business entre amis
par ivo Mer 22 Nov - 8:41

» No Futur - la terre au 21° siecle
par ivo Mer 22 Nov - 8:36

» blancs comme neige ^^
par ivo Mer 22 Nov - 8:34

» homophobie dans le monde ...
par ivo Mer 22 Nov - 8:19

» immigration ...
par ivo Mer 22 Nov - 8:16

» Nucléaire mon amour ...
par ivo Mar 21 Nov - 9:19

» Afrique coloniale belge
par ivo Mar 21 Nov - 8:50

» Révolution russe
par ivo Mar 21 Nov - 8:01

» la police s'étonne qu'on ne l'aime pas
par ivo Lun 20 Nov - 8:44

» agriculture
par ivo Dim 19 Nov - 8:26

» <<< Santé >>>
par ivo Dim 19 Nov - 8:21

» droites extremes
par ivo Sam 18 Nov - 11:01

» Birmanie
par ivo Sam 18 Nov - 10:35

» enfance ...
par ivo Sam 18 Nov - 10:33

» U.E.
par ivo Sam 18 Nov - 10:10

» pologne
par ivo Sam 18 Nov - 8:44

» No Futur - l'espace au 21° siecle
par ivo Ven 17 Nov - 8:36

» Réunionnais de la Creuse
par ivo Ven 17 Nov - 7:56

» la phrase du jour
par ivo Ven 17 Nov - 7:13

» rwanda
par ivo Jeu 16 Nov - 9:49

» médias ? quels médias ??
par ivo Jeu 16 Nov - 9:27

» flicage total du net
par ivo Jeu 16 Nov - 8:19

» internet , technologie, ...
par ivo Jeu 16 Nov - 8:07

» Infos insolites.
par ivo Mer 15 Nov - 8:04

» ZAD partout ?
par niouze Mar 14 Nov - 17:54

» pape, cathos, vatican et autres ....
par ivo Mar 14 Nov - 9:00

» Necronomacron
par ivo Lun 13 Nov - 7:46

» monde - stupéfiants
par ivo Dim 12 Nov - 8:20

» état d'urgence et autres restrictions....
par ivo Dim 12 Nov - 8:16

» conditions de travail ...
par ivo Dim 12 Nov - 8:10

» ... 14/18 ...
par ivo Dim 12 Nov - 8:07

» Combien d’autres murs à faire tomber ?
par ivo Sam 11 Nov - 10:23

» salaires
par ivo Sam 11 Nov - 9:15

» impots
par ivo Sam 11 Nov - 9:12

» démocratie et justice ...
par ivo Sam 11 Nov - 8:33

» Today's joke
par ivo Ven 10 Nov - 9:49

» Les prisons: questions.
par ivo Ven 10 Nov - 9:04


Infos insolites.

Page 1 sur 7 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Infos insolites.

Message  Lib le Mer 17 Juin - 14:22

avatar
Lib

Messages : 1691
Date d'inscription : 16/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Cinq clones d'un chien héros du 11-Septembre dévoilés à Los Angeles

Message  ivo le Jeu 18 Juin - 12:44

Cinq clones d'un chien héros du 11-Septembre dévoilés à Los Angeles
18/06/2009-[03:36] - AFP

LOS ANGELES, 17 juin 2009 (AFP) - Cinq clones d’un chien secouriste qui avait sauvé des vies lors des attentats du 11 septembre 2001 à New York ont été présentés mercredi à Los Angeles au maître de leur glorieux aîné, décédé en avril dernier.

Trakr, un berger allemand qui vivait avec son maître James Symington à Los Angeles, avait été choisi par une entreprise californienne, BioArts International, comme étant le chien "le plus digne d’être cloné" lors d’un concours offrant aux propriétaires la possibilité de répliquer gratuitement leur animal favori. Très ému, M. Symington a pris possession des chiots, baptisés Trust, Valor, Prodigy, Solace et Déjà Vu, en espérant qu’ils suivraient les traces de leur aîné. "Nous sommes ici pour célébrer l’héritage de Trakr, qui vit toujours à travers ces magnifiques chiots", a-t-il dit aux journalistes. James Symington a indiqué que lui-même et Trakr avaient été parmi les premiers secouristes à arriver sur les lieux après les attentats du 11-Septembre. Ce sont eux qui avaient repéré celui qui devait être le dernier survivant retrouvé sous neuf mètres de débris. "Trakr était un chien secouriste extraordinaire", a dit Symington. Il a indiqué qu’un des chiots de la portée, Trust, était l’exacte réplique de Trakr. "Les similarités physiques sont étonnantes", a-t-il observé. "Il a exactement les mêmes tâches, il bouge de la même manière. Il est très alerte, très intelligent". La compagnie BioArts International a travaillé avec le laboratoire sud-coréen SoAm Biotech Research Foundation pour cloner Trakr. Un dirigeant de BioArts International, Lou Hawthorne, a défendu le principe controversé de clonage des chiens. "Je pense que dans 99% des cas, les gens devraient aller prendre leur chien dans les refuges", a-t-il dit, mais "dans 1% des cas", et concernant des chiens d’une valeur exceptionnelle, le clonage peut être préférable. Il a également expliqué que le clonage d’un chien coûtait en moyenne 144.000 dollars.
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Infos insolites.

Message  ivo le Ven 19 Juin - 12:02

Quand policiers et gendarmes conseillent la télé et le cinéma
France Info - 06:16

Si vous avez regardé TF1 hier soir, vous avez vu le premier épisode d’une nouvelle série intitulée "Claire Brunetti", capitaine de gendarmerie. Une série dont les producteurs ont fait appel à un vrai gendarme pour conseiller toute l’équipe, à commencer par les acteurs. Toutes les séries ou les longs-métrages mettant en scène les forces de l’ordre travaillent d’ailleurs avec des conseillers techniques. Pour donner un parfum de vérité à la fiction...

Nicolas Matrenchart, commandant de gendarmerie, a travaillé environ un an et demi sur cette nouvelle série de TF1. Sa première mission à la lecture du scénario, donner son avis de professionnel, dire ce qui se fait ou ne se fait pas. "Dans cette scène, trop de coups de feu", par exemple. Ensuite sur le tournage, il est devenu fournisseur : uniformes, véhicules et figurants. Tout était vrai. En dehors des personnages principaux, tous les gendarmes de la série sont des professionnels. Enfin et surtout, le commandant Matrenchart a appris à l’actrice qui interprète l’héroïne éponyme de la fiction, Elsa Mollien, tous les gestes et les postures à adopter.


Le but du commandant Matrenchart, "que la série soit crédible" tout en faisant quelques concessions : résoudre deux meurtres en 90 minutes, ce n’est pas très réaliste... mais c’est la durée de l’épisode. Et le tout, en faisant en sorte de donner une image positive de la gendarmerie : locaux flambants neufs, uniformes immaculés, militaires irréprochables...

Le même genre de collaboration sur les séries policières existe avec une approche un peu différentes. Exemple avec la série "PJ", diffusée récemment sur France 2. Au générique, deux policiers consultants. "Ils nous ont surtout apporté leur vécu", affirme Marc Eisenchteter, chef scénariste sur 90 épisodes de "PJ". Des consultants qui étaient parfois prêts à écorner l’image de la police...

Mais s’il y en a un qui n’est pas convaincu par les séries françaises, c’est le policier David Barbas. Son truc à lui, c’est le cinéma. Il a collaboré à cinq longs-métrages dont deux sous la direction d’André Téchiné : "la Fille du RER" et "les Témoins". Pour lui, "les séries sont parfois truffées d’erreurs".

Mais ça paye... David Barbas a touché environ 5.000 euros par film. Le tout sur son temps libre. La gendarmerie, elle, fonctionne différemment : sur "Claire Brunetti", elle a signé une convention avec la production. Le Commandant Matrenchart a collaboré à la série durant ses heures de travail. Et il n’a pas reçu un euro de plus sur son salaire. En revanche, la location des voitures, des hélicos et du matériel a été facturée 20.000 euros à la production. Et, cerise sur le gâteau, celle-ci a versé 20.000 euros supplémentaires aux bonnes œuvres de la gendarmerie.
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

L'ancien site de campagne de Nicolas Sarkozy victime de plaisantins

Message  Lib le Ven 24 Juil - 13:36

L'ancien site de campagne de Nicolas Sarkozy victime de plaisantins

L'ancien site de campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy est victime depuis plusieurs jours de plaisantins, et arrive ainsi en tête des résultats quand les internautes tapent l'expression "trou du cul du web" sur le moteur de recherche Google.

www.sarkozy.fr, qui n'est plus utilisé, a subi ce que Google appelle un "Google Bombing", une technique qui permet aux concepteurs de sites web de faire "remonter des résultats inhabituels sur certaines requêtes", explique le géant américain dans un communiqué.

"Dans ce cas précis, un grand nombre de webmestres ont utilisé l'expression en question pour pointer vers le site www.sarkozy.fr, faisant ainsi remonter ce site parmi les résultats de recherches liés à cette requête", ajoute-t-il.

Interrogé par l'AFP, l'Elysée a souligné que le site était "dormant", sans autre précision.

Le lien "va disparaître naturellement assez rapidement" du fait du manque de popularité du site, qui n'est plus actualisé, a déclaré à l'AFP une porte-parole de Google.

"C'est quelque chose de très compliqué techniquement à mettre en oeuvre (...) Sur les milliards de pages indexées, c'est une infime minorité", a-t-elle souligné.

Nicolas Sarkozy avait déjà été la cible d'une telle pratique il y a quelques années: quand on tapait son nom sur le moteur de recherche, le premier résultat qui apparaissait était la comédie "Iznogoud" de Patrick Braoudé, a rappelé à l'AFP un spécialiste en référencement, Jean-Pierre Caron.

D'autres personnalités en ont été victimes, en France comme à l'étranger, à l'image de l'ancien président américain George W. Bush ou de l'actuel, Barack Obama.

Lorsque l'on recherche par exemple l'expression "worst failure ever" (la pire erreur de tous les temps), le deuxième résultat cité est le site de la Maison Blanche.

Dans son communiqué, Google dit "ne pas excuser cette pratique, ni aucune autre pratique visant à altérer l'intégrité de (ses) résultats de recherche". "Mais nous ne sommes pas plus enthousiasmés par l'idée de modifier manuellement nos résultats pour empêcher de telles informations d'apparaître", ajoute le premier moteur de recherches sur internet dans le monde.

"Cette pratique malveillante du +Google Bombing+ est peut-être divertissante pour certains, mais en aucun cas leur démarche n'affecte la qualité générale de notre moteur de recherche", assure-t-il.

Essayez. mdr
avatar
Lib

Messages : 1691
Date d'inscription : 16/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Infos insolites.

Message  Invité le Sam 25 Juil - 21:03

Pas vraiment insolite, mais je savais pas trop où le mettre, donc...

Le géant Microsoft vacille

Mauvais karma pour Microsoft qui vient de subir deux revers. Le géant informatique américain a dû faire une concession majeure, vendredi, afin de régler un vieux litige avec l’Union européenne.

Il offrira désormais le choix entre plusieurs navigateurs Internet sur son logiciel d’exploitation Windows : son navigateur maison, Internet Explorer, mais également Firefox, de la fondation libre Mozilla, Chrome (Google) ou encore Opera, du norvégien Opera Software.

Soupçonné par Bruxelles de se procurer un avantage commercial déloyal à l’égard de ces concurrents en excluant les autres navigateurs de son système, qui équipe neuf ordinateurs sur dix dans le monde, le géant américain avait fait l’objet d’une enquête par la Commission. Celle-ci considérait jusqu’ici comme insuffisants les remèdes proposés par l’éditeur de Windows. Bruxelles va maintenant examiner la nouvelle offre de Microsoft avant de rendre un jugement, tout en laissant entendre qu’elle la considère favorablement.

Deuxième déconvenue, les derniers résultats, publiés vendredi. Microsoft boucle une année 2008-2009 noire marquée pour la première fois par un recul de son chiffre d’affaires.

Le bénéfice net de l’exercice clos fin juin a chuté de 18 %, pour revenir à 14,57 milliards de dollars (10,24 milliards d’euros). Sur la seule période avril-juin, le résultat a chuté de 29 %, à 3,05 milliards de dollars. «Nos affaires ont continué à souffrir de la faiblesse du marché mondial de vente des ordinateurs et des serveurs», a commenté le directeur financier, Chris Liddell.
Libé, samedi 25 juillet.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Infos insolites.

Message  Lib le Lun 27 Juil - 12:02

Amazon s'excuse pour avoir effacé "1984" de ses livres électroniques

Le PDG d'Amazon Jeff Bezos a présenté de "profondes excuses" après l'effacement généralisé de plusieurs romans, dont "1984" de George Orwell, des livres électroniques Kindle commercialisés par son groupe.

"Nous nous excusons de la façon dont nous avons réglé la question d'exemplaires illégaux de +1984+ et d'autres romans sur le Kindle. Notre +solution+ à ce problème a été stupide, irréfléchie, et douloureusement incompatible avec nos principes", a écrit M. Bezos dans un message adressé à la "communauté Kindle" sur un forum internet d'Amazon.

L'affaire, révélée la semaine dernière par plusieurs lecteurs furieux, avait valu à Amazon de nombreuses critiques, lorsque des romans de George Orwell, entre autres, avaient été soudainement effacés des comptes des usagers du Kindle: les lecteurs ne pouvaient plus les consulter, et certains qui avaient pris des notes électroniques pour un travail scolaire les avaient toutes perdues.

Amazon, qui n'avait pas prévenu ses clients, les avait toutefois automatiquement remboursés pour ces téléchargements qui s'avéraient résulter de copies piratées.

L'affaire, révélant le pouvoir d'Amazon de contrôler les comptes de ses clients à leur insu, avait semé des inquiétudes pour le respect de la vie privé. Elle était d'autant plus ironique qu'elle semblait révéler un comportement à la "Big Brother" de la part du géant de la distribution sur internet, précisément à propos de "1984", le roman-dénonciation des totalitarismes.

"Nous méritons les critiques essuyées", a souligné M. Bezos, promettant de tirer des leçons de cette "faute douloureuse pour prendre désormais de meilleures décisions".
avatar
Lib

Messages : 1691
Date d'inscription : 16/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Infos insolites.

Message  le_vieux le Mer 19 Aoû - 12:57

avatar
le_vieux

Messages : 321
Date d'inscription : 16/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Infos insolites.

Message  Lib le Mer 26 Aoû - 14:21

Un mari jusqu'auboutiste applique la "séparation de biens" à la tronçonneuse

Un homme a découpé à la tronçonneuse les meubles de sa maison, prenant au mot son épouse, qui lui demandait un partage de leurs biens, alors que le couple était en instance de divorce, dans la région de Rocroi (Ardennes), a indiqué mardi la gendarmerie.

Lorsque la gendarmerie est intervenue pour calmer le chef de famille, ce dernier, muni d'une tronçonneuse, avait "coupé en deux parties égales, le canapé du salon, la table de la salle à manger et l'ordinateur domestique", a révélé le journal L'Union la semaine dernière.

Tout le mobilier aurait pu y passer, sans la médiation des militaires qui, à défaut de mieux, "se sont efforcés, tant bien que mal, de recoller les morceaux entre ce mari aux méthodes radicales et sa future ex-épouse, manifestement déstabilisée par sa réaction spectaculaire", selon le quotidien.

Le journal y voit un remake du film "La guerre des Rose", une comédie hollywoodienne de 1990, interprétée par Michael Douglas, Kathleen Turner et Danny de Vito, dans lequel un couple décidé à se séparer, en vient aux pires extrémités.
avatar
Lib

Messages : 1691
Date d'inscription : 16/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Infos insolites.

Message  le_vieux le Mer 26 Aoû - 15:28

Pourvu qu'ils aient pas les enfants en garde partagée...
avatar
le_vieux

Messages : 321
Date d'inscription : 16/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Infos insolites.

Message  spike le Mer 26 Aoû - 15:31

le_vieux a écrit:Pourvu qu'ils aient pas les enfants en garde partagée...

Very Happy
avatar
spike

Messages : 3721
Date d'inscription : 19/05/2009

http://anarchietotale.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Infos insolites.

Message  Lib le Jeu 24 Sep - 21:10

J’hallucine

24.09.2009

La police grecque a arrêté un homme accusé de cultiver du cannabis au beau milieu de l’autoroute Salonique-Athènes, non loin de Katerini. Les 42 plants, qui mesuraient jusqu’à 1,80 mètre, étaient, semble-t-il, irrigués par le système d’arrosage automatique du terre-plein.

_________________
"Quiconque a un jour bloqué une rocade assez longtemps pour entendre à nouveau le chant des oiseaux sait bien quelle sinistre vie s’interrompt avec le blocage de l’économie."
avatar
Lib

Messages : 1691
Date d'inscription : 16/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Infos insolites.

Message  Lib le Sam 26 Sep - 18:07

En Belgique, les malfaiteurs font sauter la banque et meurent sous les décombres



Deux malfaiteurs maladroits ont péri samedi écrasés par l'effondrement des murs d'une banque dont ils tentaient de forcer les coffres à l'explosif, a annoncé la justice belge.

Leur cible était une agence de la Record bank installée dans une maison à Dinant, près de Namur, à une centaine de kilomètres au sud de Bruxelles.

Les malfaiteurs ont opéré pendant la nuit et l'explosion s'est produite à 03h20 (O1H20 GMT). Les policiers arrivés sur les lieux ont dégagé un homme grièvement blessé. Il est mort peu après son admission à l'hôpital. Il était porteur de documents d'identité kosovars

La charge explosive était si importante qu'elle a provoqué l'effondrement de la moitié gauche du bâtiment. Les autorités ont du contacter une entreprise spécialisée pour araser la toiture afin de pouvoir permettre aux enquêteurs de travailler dans les décombres.

"On en peut pas exclure la présence de complices dans les décombres", avait expliqué en fin de matinée Serge Mottiaux, substitut du procureur de Dinant. Quelques heures plus tard, lors de la reprise des fouilles des décombres, les policiers ont dégagé le corps d'un deuxième homme, a annoncé le maire de la ville, Richard Fournaux.

Le directeur de la banque a souligné que l'argent conservé dans son établissement était placé dans des "valises protégées" qui lorsqu'elles auraient été forcées "auraient provoqué l'explosion d'une cartouche d'encre, rendant les billets inutilisables".

_________________
"Quiconque a un jour bloqué une rocade assez longtemps pour entendre à nouveau le chant des oiseaux sait bien quelle sinistre vie s’interrompt avec le blocage de l’économie."
avatar
Lib

Messages : 1691
Date d'inscription : 16/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Le blocage de la production d'une protéine allonge de 20% la vie des souris

Message  ivo le Ven 2 Oct - 9:55

Le blocage de la production d'une protéine allonge de 20% la vie des souris
01/10/2009-[20:15] - AFP

WASHINGTON, 1 oct 2009 (AFP) - Des chercheurs britanniques ont obtenu un allongement de la vie de souris femelles de 20% par une manipulation génétique bloquant la production d’une protéine, selon des travaux publiés jeudi aux Etats-Unis.

Cette étude ouvre potentiellement la voie à des médicaments permettant d’empécher chez les humains des maladies liées au vieillissement, jugent-ils. L’incapacité de l’animal à produire la protéine appelée S6 Kinase 1 (S6K1), également présente chez les humains, provoque des effets similaires à une réduction de l’apport calorique dont de nombreuses études sur des rats, et plus récemment sur des singes, montrent qu’elle allonge nettement la vie et minimise les effets de l’âge. "Bloquer les effets de la protéine S6K1 a contribué à empêcher nombre de problèmes de santé survenant avec le vieillissement de ces souris femelles", explique le professeur Dominic Withers de l’University College de Londres, principal auteur de cette recherche parue dans la revue américaine Science datée du 2 octobre. "Les souris qui ne produisaient pas de protéine S6K1 ont vécu plus longtemps, étaient plus minces, plus actives et généralement en meilleure santé que celles du groupe témoins", ajoute-t-il. En revanche les souris mâles incapables de produire cette protéine dans cette expérience n’ont pas eu de gain de longévité mais elles étaient plus minces et avaient des cellules lymphocytes T, importantes pour le système immunitaire, plus saines que les autres souris de sexe masculin ayant produit normalement la protéine S6K1, indique le Dr Withers sans pouvoir expliquer cette différence entre les deux sexes. En moyenne les souris génétiquement manipulées pour ne pas produire de protéine S6K1 ont vécu 950 jours, soit 160 jours de plus ou 20% de plus que celles du groupe témoin, précise les chercheurs.
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Infos insolites.

Message  ivo le Mar 6 Oct - 10:22

Après l'exécution ratée de Romell Broom, l'Ohio repousse deux exécutions
LEMONDE.FR avec AFP | 06.10.09 | 08h40


"Même après cette effroyable exécution ratée, l'Ohio veut continuer à tuer des gens (...), il devrait à tout le moins déclarer un moratoire de manière à être sûr qu'il possède les compétences techniques pour tuer les gens avec humanité", écrivait samedi 3 octobre le "New York Times" dans son éditorial.

Le gouverneur de l'Ohio, Ted Strickland, a repoussé, lundi 5 octobre, les deux prochaines exécutions capitales qui devaient avoir lieu dans l'Etat en octobre et en novembre, après l'échec de son équipe à administrer l'injection mortelle à un condamné sorti vivant de son exécution. Dans un communiqué, le gouverneur démocrate a expliqué que "depuis le 15 septembre, les autorités pénitentiaires travaillent à l'établissement d'une solution alternative au protocole de l'injection mortelle dans le cas improbable où le même genre de problèmes apparaîtrait dans le futur".

Le 15 septembre, l'équipe d'exécution de l'Ohio a cherché pendant deux heures une veine suffisamment solide dans les bras, les mains et les jambes de Romell Broom, 53 ans, avant d'abandonner. Le condamné est retourné meurtri dans le couloir de la mort et a déposé un recours en justice pour échapper à une seconde tentative d'exécution. Parallèlement, une cour d'appel fédérale a suspendu, lundi, l'exécution prévue jeudi de Lawrence Reynolds, 43 ans, dans l'attente de la résolution du dossier Broom.

Dans son communiqué, le gouverneur a déclaré offrir un sursis à Lawrence Reynolds, jusqu'au 9 mars, et à Darryl Durr, 46 ans, jusqu'au 20 avril. Il entend que leurs exécutions soient conduites après celles de Kenneth Biros (8 décembre), Vernon Smith (7 janvier) et Mark Brown (4 février) ; et s'est dit "convaincu que les autorités pénitentiaires auront réussi à finir leur travail de recherche, choisir une alternative valable (...) et organiser des formations et toute préparation nécessaire" au moment de l'exécution de Kenneth Biros en décembre. Mais s'est néanmoins réservé la possibilité d'"ordonner de nouveaux sursis".

L'exécution ratée, mi-septembre, de Romell Broom pourrait également remettre en cause plus généralement cette méthode de mise à mort. "Même après cette effroyable exécution ratée, l'Ohio veut continuer à tuer des gens (...), il devrait à tout le moins déclarer un moratoire de manière à être sûr qu'il possède les compétences techniques pour tuer les gens avec humanité", écrivait samedi le New York Times dans son éditorial. "Chaque Etat devrait utiliser ce moment de honte pour s'interroger sur la peine capitale", insiste le quotidien.

Un incident comme celui qu'a vécu Romell Broom "peut arriver dans n'importe quel Etat pratiquant l'injection mortelle", car tous utilisent, en gros, le même protocole, assure Richard Dieter, directeur du Centre d'information sur la peine de mort (DPIC). Trois produits sont injectés dans les veines du prisonnier sanglé sur un brancard : le premier l'anesthésie, le deuxième paralyse ses muscles, le troisième arrête son cœur.

Initiée en 1982 et déjà pratiquée aux Etats-Unis sur plus de 1 000 condamnés, la méthode a pour but d'offrir au condamné et aux témoins une mort rapide et paisible. Mais elle suppose de faire pratiquer une intraveineuse à des équipes plus ou moins formées aux soins médicaux – aucun médecin ne pratique lui-même l'injection. Et si le premier produit est mal administré, les deux autres peuvent causer une intense douleur. En décembre 2006, Angel Diaz a vécu une pénible agonie de trente-quatre minutes : les produits avaient été injectés dans ses muscles.

Etats-Unis : un condamné raconte son exécution ratée
LE MONDE | 01.10.09 | 15h20 • Mis à jour le 06.10.09 | 10h07

Romell Broom est un survivant. Du moins à ce jour. Condamné à mort pour l'enlèvement, le viol et le meurtre d'une adolescente en 1984 dans la banlieue de Cleveland, cet Afro-Américain de 53 ans aurait dû être exécuté le 15 septembre au pénitencier de Lucasville (Ohio). "Aurait dû", car l'équipe chargée de sa mise à mort n'a pas réussi à trouver une veine pour administrer l'injection mortelle.

Deux heures de tâtonnements et de souffrances auront été nécessaires avant que le gouverneur de l'Etat, Ted Strickland, ne décide de suspendre l'exécution. Deux heures insoutenables, passées en partie sous le regard d'une dizaine d'agents carcéraux, de quatre journalistes et de trois membres de la famille du condamné.

L'affaire a relancé le débat sur les équipes médicales chargées d'administrer la mort. Le fait est que dans la longue histoire des exécutions capitales aux Etats-Unis, cette situation de sursis temporaire dans laquelle se trouve Romell Broom est rarissime. On ne connaît qu'un seul cas, en 1946, où un certain Willie Francis, un Afro-Américain condamné pour meurtre, a survécu à la chaise électrique en raison d'une défaillance matérielle. Il n'y réchappera pas un an plus tard.

Aujourd'hui, Romell Broom est retourné dans sa cellule. Après un premier sursis de dix jours, il vient de voir repoussée, par un juge fédéral, au 30 novembre, la décision devant statuer sur son sort. Deux nouveaux mois avec cette peur au ventre de revivre un nouveau calvaire, comme il dit.

Dans une déclaration sous serment devant Marcia Dukes, notaire public, deux jours après son exécution ratée, Broom raconte chaque détail. Un récit de 4 pages sous forme de monologue, glacial et serein à la fois, mais toujours hanté par sa condition de condamné en sursis. Il y décrit comment il fut transféré le 14 septembre dans la cellule des exécutions. Le lendemain, vers 14 heures, son dernier recours rejeté, un gardien vient lui lire son ordre d'exécution. "Deux infirmiers sont entrés dans ma cellule et m'ont conseillé de m'allonger. L'un d'entre eux était un homme blanc, l'autre une femme blanche."

Trois matons s'installent dans la pièce. L'un se tient debout à sa droite, l'autre à sa gauche et le troisième à ses pieds. "Les infirmiers essayaient simultanément de trouver des veines dans mes bras. La femme essaya trois fois au milieu de mon bras gauche. L'infirmier essaya trois fois au milieu de mon bras droit."

Après ces six tentatives infructueuses, les deux infirmiers demandent à Romell Broom de faire une pause qui durera "environ deux minutes et demie".

Une fois de retour, l'infirmière tente à nouveau de trouver une veine dans le bras gauche : "Elle a dû toucher un muscle parce que la douleur m'a fait hurler." L'infirmier fait un nouvel essai sur le bras droit. Il réussit à accéder à une veine, mais lorsqu'il tente d'insérer le cathéter intraveineux, "il le perd et du sang coule sur mon bras", dit Romell Broom. Au moment de quitter la pièce, un gardien demande à l'infirmière si elle se sent bien. "Elle répondit "non" et prit la porte."

Nouvelle pause. L'infirmier sort à son tour. "Le maton installé à ma droite me posa la main sur mon épaule droite et me conseilla de me relaxer." Broom affirme alors souffrir "beaucoup" et qu'il lui est difficile "d'étendre ou de bouger ses bras". L'infirmier revient. Il porte des serviettes chaudes à la main, afin de l'aider à trouver les veines, lui dit-il. Après les avoir appliquées sur le bras gauche, l'homme effectue une tentative au milieu du bras. L'infirmier passe ensuite à la main gauche qu'il perfore à trois reprises. "Après cette troisième tentative, il a fait remarquer que la consommation d'héroïne avait endommagé mes veines, poursuit Romell Broom. J'ai été contrarié par ce commentaire parce que je n'ai jamais pris d'héroïne ni aucune autre drogue par intraveineuse."

Poursuivant son récit il affirme que l'infirmier n'arrêtait pas de répéter que la veine était là, "juste là". Et d'ajouter : "J'ai essayé de les aider en essayant d'étendre mon bras." Nouvelle pause. Nouvelle intervention d'un des gardiens qui lui conseille de "se relaxer". "A ce stade, je me suis senti très mal, affirme Romell Broom. J'ai commencé à pleurer à cause de la douleur. Les infirmiers plaçaient les aiguilles dans des zones déjà contusionnées et gonflées. J'ai demandé à arrêter le processus et s'il était possible de parler à mon avocat."

Le responsable des gardiens lui demande alors de se mettre assis afin que "le sang coule plus librement". Entre dans la pièce l'infirmière en chef ; "une femme asiatique" qui "tenta d'accéder à des veines de ma cheville droite". D'après Romell Broom, l'aiguille percute un os. "J'ai crié, dit-il. Dans le même temps, l'infirmière en chef a essayé d'atteindre une veine dans la partie inférieure de ma jambe gauche tandis que l'infirmier essayait simultanément d'accéder à une veine de ma cheville droite."

Nouvel échec, l'infirmière en chef quitte la salle. Son collègue, lui, reste auprès de Romell Broom et effectue deux tentatives à la main droite.

Romell Broom poursuit son récit : "Le degré de souffrance était à son maximum." Encore une fois, le chef des gardiens lui demande de "se relaxer". Le directeur de l'établissement fait alors son entrée et annonce que la procédure d'exécution est interrompue. Il s'adresse au condamné pour lui dire qu'il a apprécié sa coopération. "Il a également loué le professionnalisme de son équipe."

A l'issue de sa déclaration, Romell Broom note : "Attendre d'être encore exécuté est angoissant." Et cette ultime phrase : "Je suis sans cesse ramené au fait que je vais devoir subir la même torture que celle que m'ont infligée les autorités de l'Ohio ce mardi 15 septembre 2009, parce que le protocole d'exécution de l'Ohio n'a pas changé, et l'état de mes veines non plus."
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Infos insolites.

Message  Lib le Mar 6 Oct - 10:56

Premier sextoy pour chien "made in France", produit en Charente



Le premier sextoy pour chien "made in France", conçu par un jeune designer lillois et fabriqué par une entreprise charentaise, est désormais disponible sur internet au prix de 399 euros, sans les frais de port.

L'objet, qui a nécessité deux ans de développement, se présente sous la forme d'une silhouette de caniche stylisée, en plastique moulé, sorte de poupée gonflable canine, équipée de "pieds ventouses", a détaillé vendredi Stéphane Delimoges, directeur de la petite entreprise de plasturgie d'une quinzaine de salariés chargée de la fabrication à Mornac (Charente). Il est en vente depuis une semaine.

"Nous en avons expédié aux quatre coins du monde, mais pas encore en France", poursuit Stéphane Delimoges, ravi de la notoriété médiatique acquise en quelques jours par son entreprise qui produit "à 80% du mobilier contemporain".

Clément Eloy, le designer de 26 ans à l'origine du concept, explique avoir voulu inventer un objet décoratif, pratique, "ergonomique et sécurisant" pour l'animal, conçu en partenariat avec des vétérinaires.

La gamme, qui ne comprend pour l'instant qu'une taille unique, devrait rapidement s'étoffer de grands et petits modèles, selon ses concepteurs.

_________________
"Quiconque a un jour bloqué une rocade assez longtemps pour entendre à nouveau le chant des oiseaux sait bien quelle sinistre vie s’interrompt avec le blocage de l’économie."
avatar
Lib

Messages : 1691
Date d'inscription : 16/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Infos insolites.

Message  Lib le Mar 6 Oct - 11:33

Trop de bonbons dans l'enfance favorise la violence à l'âge adulte



Les enfants qui mangent des sucreries tous les jours présentent plus de risques de devenir des adultes violents, selon une étude de chercheurs de l'université de Cardiff (pays de Galles) publiée jeudi.

L'étude, publiée dans le numéro d'octobre du British Journal of Psychiatry, est la première à examiner les effets de l'alimentation des enfants sur la violence à l'âge adulte.

L'analyse portant sur plus de 17.415 Britanniques nés en 1970, qui participent à une étude interdisciplinaire à long terme, a conclu que les enfants de 10 ans qui mangeaient des sucreries de façon quotidienne ont un taux de condamnation pour violences plus élevé entre 29 et 34 ans.

Les scientifiques ont observé que parmi les individus violents dans cette tranche d'âge, 69% avaient mangé des sucreries et des chocolats presque tous les jours dans l'enfance, tandis que chez les adultes non violents, seulement 42% avaient reçu une dose quotidienne de sucreries.

"Notre meilleure explication est que donner aux enfants des sucreries et des chocolats régulièrement pourrait les empêcher d'apprendre à patienter avant d'obtenir ce qu'ils veulent" et les pousser "à un comportement impulsif, étroitement associé à la délinquance", a indiqué Simon Moore, responsable de l'équipe scientifique.

"Accorder plus de ressources pour l'amélioration de l'alimentation des enfants pourrait avoir un effet bénéfique sur leur santé et réduire l'aggressivité", conclut l'étude.

Selon les chercheurs, le lien entre la consommation de sucreries et la violence demeure valide après correction des autres facteurs.

Ces conclusions ne font cependant pas l'unanimité. Julian Hunt, responsable de la communication de la Fédération britannique des industries alimentaires et des boissons (FDF), estime qu'il s'agit "soit d'absurdités complètes soit d'un très mauvais poisson d'avril".

"Les comportements antisociaux sont issus de facteurs sociaux très profonds et de l'environnement, comme une éducation déficiente, un manque d'autorité parentale, et ne sont pas lié au fait de manger ou non des bonbons dans l'enfance", a-t-il protesté.

_________________
"Quiconque a un jour bloqué une rocade assez longtemps pour entendre à nouveau le chant des oiseaux sait bien quelle sinistre vie s’interrompt avec le blocage de l’économie."
avatar
Lib

Messages : 1691
Date d'inscription : 16/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Infos insolites.

Message  niouze le Mar 6 Oct - 12:47

rollon rollon rollon rollon rollon rollon rollon rollon rollon rollon rollon hhhh rollon rollon rollon rollon rollon rollon attend je respire rollon rollon rollon rollon rollon rollon

au faite des bonbon j'en mange presque tout mes jours depuis ... tout petit et a part les carrie que j'ai eu ; sa ma jamais rendu violent pour autant
avatar
niouze

Messages : 5040
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Infos insolites.

Message  ivo le Mer 7 Oct - 9:20

Le gratuit est-il le meilleur moyen de lutter contre le piratage ?
Jérôme Colombain - 21 septembre 2009

Un artiste peut-il gagner de l’argent en diffusant gratuitement sa musique sur Internet ? Apparemment oui. A son tour, le groupe Smashing Pumpkins a décidé d’offrir son futur album sur le Web.

« Ce sera vraiment gratuit », précise le leader des Smashing Pumpkins sur le site officiel du groupe. A partir du mois prochain, 43 chansons seront mises à disposition librement sur Internet.

Après Radiohead, après le groupe Nine Inch Nails, voilà une nouvelle initiative pour tenter d’enrayer le piratage en optant pour la voie du gratuit. Plutôt que de tenter de freiner une hémorragie sans fin, ces artistes ont décidé de casser la mécanique traditionnelle et d’inventer un nouveau système économique basé sur le gratuit.

En fait, les chansons seront bien diffusées librement sur Internet mais elles vont être également éditées sur CD dans des coffrets collectors bourrées de bonus. L’idée consiste à donner envie aux fans d’acheter les disques. Les chansons diffusées gratuitement sur le Net sont en quelque sorte des produits d’appel. Selon plusieurs études, les internautes qui piratent le plus de musique seraient aussi ceux qui en achètent le plus.

Les Smashing Pumpkins appliquent une méthode décrite par le journaliste américain Chris Anderson dans son livre « Free » paru récemment. Celui-ci raconte, par exemple, comment les célèbres Monthy Python, lassés de voir leurs sketchs piratés sur Internet, ont décidé de les diffuser gratuitement sur Youtube. Résultat : les ventes de DVD des Monthy Python sont reparties en flèche.

Alors… Le gratuit est-il l’avenir du Web ?

A défaut de se généraliser, le modèle fait des émules et commence à s’installer. C’est exactement le contraire de ce que prévoit la loi Hadopi qui mise, au contraire, sur le maintien du modèle écomique actuel de la culture basé sur la gestion de la rareté.

Certes, ce modèle du « gratuit » semble pour l’instant surtout favorable, soit, aux artistes hyper-renommés, soit, au contraire aux débutants en quête de notoriété.
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Infos insolites.

Message  ivo le Mer 7 Oct - 9:23

Les Etats-Unis vont-ils renoncer à contrôler seuls Internet ?
Jérôme Colombain - 30 septembre 2009

Internet va-t-il devenir un peu plus européen ? Réponse peut-être aujourd’hui.

Qui doit gouverner Internet ? Qui doit décider d’autoriser ou de refuser les fameux « noms de domaines » ? Voilà l’épineuse question qui devrait trouver un début de réponse aujourd’hui avec une décision attendue du ministère américain du commerce.

Historiquement, Internet a été inventé aux Etats-Unis, c’est vrai. Mais le système s’est développé au niveau international et pourtant les Américains n’ont jamais renoncé à demeurer les « grands Manitou » de cet outil qu’ils considèrent comme stratégique.

Ce sont notamment les Américains qui décident seuls d’autoriser ou pas ce que l’on appelle les « noms de domaine de premier niveau » : les extensions .com, .fr, ou .biz qui correspondent à des secteurs d’activité ou à des zone géographiques. Ainsi, dans le passé, par exemple, les Etats-Unis ne se sont pas privé de suspendre les domaines de l’Irak et de l’Afghanistan, faisant disparaître du réseau mondial tous les sites Web de ces pays. Il y a quatre ans, ils ont refusé la création d’un domaine en .xxx qui devait servir à identifier clairement les sites pornographiques.

La « Gouvernance d’Internet » se joue au sein de l’ICANN (l’Internet Corporation for Assigned Names and Numbers), une organisation basée en Californie, officiellement consultative et internationale mais, en réalité, fortement soumise à l’autorité de Washington dans le cadre d’un accord avec le Département du commerce. Or, cet accord expire aujourd’hui 30 septembre. Toute la question est de savoir si ce lien de filiation entre l’ICANN et le pouvoir centra américain va être reconduit dans les mêmes termes.

Le reste du monde, notamment l’Europe, ne veut pas en entendre parler et réclame le droit de participer plus activement à la « gouvernance » d’Internet. La secrétaire d’Etat française Nathalie Kosiusko Morizet en appelle à une organisation plus « onusienne » basée sur le principe « un pays une voix ».

Ces voix seront-elles entendues ? Afin d’éviter une véritable crise internationale qui se profile, les Américains seraient prêts à faire quelques concessions. Mais cela sera-t-il suffisant pour calmer les ardeurs des autres pays qui réclament chacun leurs parts du gateau Internet.
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Infos insolites.

Message  ivo le Mer 7 Oct - 9:25

La neutralité d’Internet en question
Jérôme Colombain - 24 septembre 2009

Internet est-il sur le point de perdre sa « neutralité » ?

La neutralité d’Internet : voilà un concept un peu étrange créé en 2005 par un chercheur américain. C’est l’idée que le réseau informatique mondial doit servir à tous et pour tout sans restrictions techniques. Par exemple, une petite entreprise qui fait du commerce en ligne doit avoir droit au même débit, à la même bande passante, qu’une multinationale. Pas question, que ses messages arrivent moins vite à destination. C’est un peu comme La Poste où le délai de livraison est à priori le même que l’on soit un gros ou un petit client.

Pourtant, cette neutralité d’Internet serait aujourd’hui remise en question. Les opérateurs télécoms, qui possèdent les réseaux constituant Internet, aimeraient bien adapter l’utilisation de ces réseaux en fonction de leurs clients. Une société qui paye plus cher pourrait bénéficier d’un Internet « meilleur ». Par exemple, un site comme Youtube, qui diffuse 20 heures de vidéo par minute, pourrait payer plus.

Mais cette vision des choses, beaucoup n’en veulent pas. Les opposants estiment que c’est injuste et que cela pourrait empêcher les petites sociétés d’innover sur Internet.

Aux Etats-Unis et maintenant aussi en Europe, le débat fait rage chez les professionnels. Barak Obama vient de réaffirmer son attachement à la neutralité du Net. En Europe, un collectif d’associations (April, la Quadrature du Net, Framasoft, UFC-Que Choisira...) a écrit récemment au Parlement pour lui demander de statuer dans le même sens.

L’atteinte à la neutralité c’est aussi le fait qu’un fournisseur d’accès bloque, par exemple, la connexion aux réseaux peer-to-peer pour lutter contre le piratage alors que le peer-to-peer ne sert pas seulement à échanger des fichiers piratés.

Autre initiative considérée comme une atteinte à la « neutralité d’Internet » : récemment, le fournisseur d’accès SFR a mis en place un système renvoyant les internautes qui se trompent en tapant une adresse Internet vers une page d’erreur créée par SFR sur laquelle l’opérateur peut afficher de la publicité. En principe, les erreurs renvoient vers des messages standards qui sont les même pour tout le monde (erreur 404).

Enfin, autre dérive observée récemment : les opérateurs de téléphonie mobile qui interdisent l’utilisation sur leurs réseaux 3G des logiciels permettant de téléphoner gratuitement par Internet afin que cela ne concurrence pas le commerce des communications vocales.

Bref, va-t-on vers un Internet à plusieurs vitesses ? Vaste débat qui oppose en quelque sorte les « gardiens du Temple » technologique aux « marchands » de ce même temple.
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Infos insolites.

Message  niouze le Mer 7 Oct - 15:16

Wall Street : concours du plus gros loser de la crise

Par Guillemette Faure | Eco89 | 07/10/2009 | 10H09


Une société d'investissement américaine lance un grand concours pour récompenser les trois plus gros perdants de la crise de Wall Street. Premier prix : un voyage à Rome, « dernier grand empire à s'être effondré sous une montagne de dettes, une monnaie dévaluée et des dépenses incontrôlées ».Deuxième prix : un voyage en Islande célèbre pour l'effondrement de son système bancaire. Troisième prix : un voyage à Las Vegas, « capitale des saisies immobilières ».

Parce qu'on ne rate jamais l'occasion de faire une prévision foireuse, Eco89 a contacté Mike Kane, PDG d »Hedgeable.com pour en savoir plus.
Il nous a dit avoir déjà reçu une centaine de candidatures.

Est-ce que Bernard Madoff en fait partie ? Non, nous a répondu Mike Kane, « le concours n'est pas ouvert aux professionnels ».

Malheureusement pour Jérome Kerviel, cette course au plus gros loser est réservée aux Américains.

Les perdants seront classés en fonction des pertes subies entre octobre 2007 et mars 2009, pertes exprimées en pourcentage du portefeuille « pour ne pas favoriser ceux qui ont le plus d'argent ».

Les résultats de ce concours organisé « au premier anniversaire de la faillite de Lehmann Brothers » seront annoncés le 16 octobre sur la chaîne d'information financière CNBC… en direct de Wall Street.
avatar
niouze

Messages : 5040
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Infos insolites.

Message  ivo le Dim 11 Oct - 12:31

Quand le blocus de Gaza change les ânes en zèbres
http://www.lefigaro.fr/international/2009/10/09/01003-20091009ARTFIG00585-quand-le-blocus-de-gaza-change-les-anes-en-zebres-.php

Les baudets ont été zébrés avec de la teinture pour cheveux française, «la meilleure» jure le directeur du zoo de Gaza. Crédits photo : AP

Pour remplacer les zèbres authentiques morts de faim, le directeur du zoo de Gaza a repeint des ânes avec de la teinture pour cheveux.

Tristes zèbres au «zoo de la Joie» de la bande de Gaza. Deux ânes peints en noir et blanc tentent en vain de tromper leur monde dans le modeste parc animalier de M. Mahmoud Barghouti. Les zèbres authentiques sont morts de faim pendant l'offensive israélienne de l'hiver dernier, comme la plupart des autres animaux. Le propriétaire aurait pu importer des remplaçants par les tunnels de contrebande reliés à l'Égypte, où transitent des vaches et des voitures en pièces détachées. Mais les équidés sauvages auraient coûté 20 000 euros pièce, selon M. Barghouti. Alors qu'un bourricot autochtone de bonne qualité se négocie à 450 euros. Bien sûr, pour ce prix-là, on n'a qu'un faux zèbre. Mais M. Barghouti est en phase avec la situation économique. Gaza est habituée aux ersatz. Depuis le début du blocus israélien, instauré en 2007 après la prise de pouvoir du Hamas, les boutiques croulent sous les produits égyptiens de mauvaise qualité : cigarettes à goût de foin, prises de courant qui durent trois jours, réfrigérateurs en panne au bout de trois mois. M. Barghouti a repeint ses baudets de rayures avec de la teinture pour cheveux française, «la meilleure», dit-il - mais une rareté à Gaza. La démarche du patron du «zoo de la Joie» n'est sans doute pas dénuée d'humour surréaliste, compris surtout des enfants. «Je sais bien que ce n'est pas un vrai zèbre», a dit Yara el-Masri, visiteuse du zoo, 4 ans et demi.
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Infos insolites.

Message  ivo le Dim 11 Oct - 12:32

Belgique: élection d'une miss SDF
AFP
11/10/2009 | Mise à jour : 10:56
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/
Une femme de 58 ans a remporté hier soir en Belgique la première édition du concours Miss SDF, lancé pour sensibiliser le public aux problèmes des sans-abri mais qui a créé une certaine polémique. Selon l'agence Belga, la lauréate est Thérèse Van Belle, originaire de Schaerbeek dans la région de Bruxelles. Elle a gagné une année de logement gratuit dans une maison de location. Comme ses 9 concurrentes en finale, elle bénéficiera aussi d'un encadrement pour tenter de décrocher un emploi stable.
Les organisateurs mettent en avant la volonté de réinsérer les postulantes.

"Les candidates doivent avoir le souhait explicite d’abandonner la vie de la rue et de s’engager, avec un encadrement, à développer une vie sociale", expliquent-ils sur leur site internet. Mais l'initiative a été critiquée par certaines organisations d'aide aux sans-abri, qui y ont voient une initiative marketing déplacée et un manque de respect pour la dignité humaine.

"Nous voulons, avec cette élection, mettre en avant la problématique des sans-abri. Ils reçoivent ainsi la chance de se reprendre en main", s'est défendue l'une des organisatrices du concours, Aline Duportail, interrogée par l'agence Belga.
"Ce qui est sûr, c'est que cela fait énormément de bien pour leur confiance en eux", a-t-elle assuré.
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Infos insolites.

Message  ivo le Lun 12 Oct - 13:53

Gorbatchev : «On a évité une troisième guerre mondiale»
http://www.lefigaro.fr/international/2009/10/12/01003-20091012ARTFIG00279-gorbatchev-on-a-evite-une-troisieme-guerre-mondiale-.php
INTERVIEW EXCLUSIVE - Le dernier président de l'URSS donne sa version personnelle des événements qui ont conduit à la chute du mur de Berlin et à l'effondrement du bloc communiste. Et dit ce qu'il pense d'Obama, de Medvedev et de Poutine.

LE FIGARO. - Il y a vingt ans, vous étiez au pouvoir en Union soviétique au moment de la chute du mur de Berlin. L'aviez-vous vue venir ou vous a-t-elle pris par surprise ?
Mikhaïl GORBATCHEV. - Il aurait été difficile de me surprendre à cette époque-là. Ces événements étaient le résultat d'un long processus. Cela faisait longtemps que j'étais dans les cercles du pouvoir et je connaissais parfaitement la situation. Quand je suis devenu le leader de l'Union soviétique, l'une des pierres angulaires de ma vision du monde était de considérer l'Europe comme notre maison commune. J'avais d'ailleurs proposé, au cours d'une visite en France, que nous bâtissions cette maison commune. Et la question allemande faisait partie de cette vision. L'unification de l'Allemagne a été possible parce qu'elle a été précédée de grands changements en URSS, en Europe centrale et de l'Est, dans les relations avec les pays occidentaux et particulièrement avec les États-Unis, avec qui nous étions alors en très mauvais termes. Quand je suis arrivé à la tête de l'URSS, les responsables soviétiques et américains ne s'étaient pas rencontrés depuis six ans. Quelques années plus tard, nous avions changé cela. Et c'est l'ensemble de ces changements qui a entraîné la possibilité de la réunification. Lors d'une visite en RDA en 1989, à l'occasion du 40e anniversaire de la République est-allemande, j'ai été très impressionné par ce que j'ai vu. J'ai longuement parlé avec le président Erich Honecker et il m'a étonné. Je pensais qu'il ne comprenait pas ce qui se passait. Ou qu'il refusait d'accepter le processus qui était en cours et qui, de toute évidence, mettait la question de l'unité de l'Allemagne sur la table. Il y avait un grand défilé, les vingt-huit régions de la RDA étaient représentées. Les jeunes qui participaient à la manifestation criaient des slogans qui prouvaient que le pays était en effervescence et qu'il allait y avoir de grands changements très bientôt… Le premier ministre polonais, Mieczyslaw Rakowski, s'est approché de moi en me demandant si je comprenais l'allemand. J'ai répondu : suffisamment pour savoir ce que disent les pancartes et les slogans. Alors il m'a dit : c'est la fin. J'ai dit oui.

À vous entendre, c'est presque comme si vous aviez vous-même planifié tout cela ?
Non, je ne l'ai pas planifié. D'ailleurs, en juin 1989, à l'occasion d'une visite en RFA, après un entretien avec Helmut Kohl, un journaliste m'a demandé si nous avions évoqué la question allemande. J'ai répondu que oui. J'ai déclaré que la division de l'Allemagne était un héritage de l'histoire, de la Seconde Guerre mondiale. Mais que c'était à l'histoire de dire ce qu'il en adviendrait. Les journalistes n'étaient pas contents et ils ont insisté en me demandant quand aurait lieu la réunification. J'ai répondu que cette question serait probablement résolue au XXIe siècle et que ce serait l'histoire qui déciderait. Vous voyez, c'était ma position quelques mois avant la chute du Mur… Et puis il y a eu les changements en URSS, en Europe centrale et de l'Est, la «révolution de velours», les nouvelles relations avec les États-Unis, le désarmement. Tout cela a entraîné la spirale des événements, même si la RDA était encore une sorte d'île dans cette mer de changement.

Avez-vous eu la tentation de recourir à la force pour arrêter les mouvements à l'œuvre en Europe de l'Est ?
Vous savez, quand mon prédécesseur, Konstantin Tchernenko, est mort, en 1985, les leaders des pays du pacte de Varsovie sont venus aux funérailles à Moscou. Nous nous sommes réunis dans mon bureau. Je les ai remerciés et je leur ai dit : nous ne ferons rien qui puisse compliquer nos relations avec vous. Nous respecterons nos obligations, mais vous êtes responsables de votre politique, de votre pays, et nous sommes responsables de notre politique, de notre pays. En 1985, donc, je leur ai promis que nous n'interviendrions pas - et nous ne sommes jamais intervenus. Si nous l'avions fait, alors je ne serais probablement pas là aujourd'hui, avec vous… Cela, je peux vous l'assurer.

Que se serait-il passé, selon vous ?
On aurait pu avoir une Troisième Guerre mondiale… À l'époque, l'Europe était pleine d'armes nucléaires. Il y avait environ deux millions de troupes des deux côtés du rideau de fer… Imaginez simplement ce qui aurait pu arriver si nous avions utilisé la force…

Quelle était, à cette époque, votre vision de l'avenir de l'Union soviétique ?
C'était une vision qui nous a conduits à engager des changements démocratiques, à ouvrir le pays, à réformer notre union et notre économie, à rendre leur liberté de mouvement aux citoyens, à introduire la liberté d'expression et de religion. À cette époque, je n'avais aucune hésitation, je savais que c'était le chemin à suivre. Et j'ai cru que l'on pourrait ainsi préserver l'Union soviétique. Mais, après les élections libres de 1989, certains, au sein du Parti communiste, ont réagi férocement contre toutes ces réformes. Le parti était alors divisé : 84 % des députés en étaient membres, mais la nomenklatura avait perdu les élections. J'avais toutes les raisons de croire que la perestroïka était soutenue par la majorité. Il n'empêche que la nomenklatura a essayé à plusieurs reprises de me renverser, de me démettre lors des réunions du Soviet suprême. Les adversaires de la perestroïka n'ont pas été capables de s'opposer à nous légalement, politiquement. C'est pour cela qu'ils ont organisé un coup d'État en 1991. Nous avons sous-estimé le danger, nous aurions dû agir avec plus de fermeté pour empêcher cela. Je pense que les défenseurs de la perestroïka, y compris moi-même, nous avons été trop confiants. Nous croyions être sur la bonne voie. À cette époque, nous avions préparé un programme pour redresser la situation économique en URSS. Ce programme avait été soutenu par toutes les Républiques, même les Républiques baltes. Début août, nous avions aussi préparé un nouveau traité pour l'Union. En novembre 1991, nous voulions tenir un congrès pour réformer le parti. Nous pensions que, dans cette situation, il aurait été irresponsable pour quiconque d'organiser un coup d'État. Malheureusement, ils l'ont fait, et certains de ceux qui ont organisé le coup faisaient partie de mon entourage, de mon cercle rapproché.

Comment interprétez-vous aujourd'hui la nostalgie de l'empire et de l'Union soviétique qui se manifeste au sein du pouvoir et de la population russes ?
Je connais la situation. Je pense qu'il ne faut pas exagérer cette tendance. Dans un sondage réalisé en 2005 pour le 20e anniversaire de la perestroïka, 55 % des gens estimaient que les changements avaient été nécessaires, alors qu'ils étaient minoritaires dix ans plus tôt. Les deux tiers des Russes se disent favorables aux élections libres, à l'économie de marché et à la liberté de mouvements…

Oui, mais Staline est plus populaire aujourd'hui qu'hier…
Je ne le pense pas. Il est vrai que certains manifestent dans la rue avec des portraits de Staline. Cela prouve surtout que la Russie n'a pas totalement réussi son processus de changement. Mais cela, on le savait déjà. Quoi qu'il en soit, il n'y aura pas de retour vers le passé. On ne peut pas faire marche arrière. Cela n'arrivera pas.

Quel jugement portez-vous sur la politique du tandem Medvedev-Poutine ? Ces deux hommes mènent-ils la Russie sur la bonne voie ?
Le premier mandat de Vladimir Poutine était plutôt positif. Il a mis fin au processus de désintégration de la Russie, qui était extrêmement dangereux. Il a stabilisé la situation : ne serait-ce que pour cela, il aura sa place dans l'histoire. Mais je ne vois pas de véritable effort de modernisation, c'est le principal problème. Les conditions étaient favorables, grâce à l'augmentation du prix du pétrole… Mais je m'interroge sur la manière dont ont été utilisés ces millions de pétrodollars. Je crois qu'ils ont permis à leurs amis d'acheter les Champs-Élysées et le reste de la France… Je plaisante, mais je pense qu'une grande partie de cet argent a été gaspillée et qu'il n'a pas été utilisé pour moderniser le pays. Ils auraient dû agir beaucoup plus tôt pour améliorer la situation économique, moderniser la Russie et aussi la démocratiser. D'un côté, ils ont arrêté l'incendie ; de l'autre, ils ont commis des erreurs.

Le problème essentiel relève-t-il selon vous de la politique économique ou de la corruption ?
Ce qu'il faut au pays, c'est un nouveau système, un nouveau modèle de développement. Et, pour le bâtir, il faut venir à bout de la corruption. Pour l'instant, je vous l'accorde, ce n'est pas le cas. Mais qui vivra verra.

Pensez-vous que Medvedev et Poutine vont saisir la main tendue par Barack Obama ?
Ce n'est pas seulement Barack Obama qui est à l'origine de cette opportunité dans la relation russo-américaine. Mais c'est une personne sérieuse, qui comprend la situation de crise, qui milite en faveur de la dénucléarisation et qui a pris la mesure des problèmes environnementaux. C'est un bon interlocuteur pour nos dirigeants, parce que c'est aussi ce qu'ils souhaitent. J'ai un sentiment positif à l'égard du président américain. Et, oui, je crois que la Russie veut saisir cette chance. Mais on ne sait jamais…

Vous avez reçu le prix Nobel de la paix en 1990. Pensez-vous que celui qui vient d'être décerné à Barack Obama est mérité ou prématuré ?
Je lui ai écrit pour le féliciter. J'ai dit que c'était le bon choix car je me sens proche de sa vision du monde. Il lui faudra beaucoup de détermination, d'autorité internationale et de talent de communication pour la mettre en œuvre. Je lui souhaite de réussir.

Vous avez retiré les troupes russes d'Afghanistan. Vingt ans après, Barack Obama s'apprête à décider, ou non, l'envoi de renforts américains dans ce pays. Que lui conseilleriez-vous ?
Nous avons traversé une période identique à celle que connaît Obama en Afghanistan. Nous aussi, nous avons dû remettre à plat notre stratégie et nos politiques. Je pense que l'objectif ultime des Américains devrait être le retrait de leurs forces. Mais je n'ai pas de recommandation à lui faire. Sans doute aurait-il mieux valu ne pas s'y engager… Pendant que nous nous retirions d'Afghanistan, les Américains travaillaient avec les Pakistanais pour créer les talibans, alors qu'ils nous affirmaient vouloir un pays « libre et stable, en bons termes avec nos deux nations »… Aujourd'hui, ils en récoltent les fruits. D'un autre côté, j'admets qu'il est nécessaire d'agir contre les noyaux terroristes…

Vous êtes à la tête de Green Cross (« la croix verte »), une ONG vouée à la protection de l'environnement : êtes-vous confiant avant la réunion mondiale prévue en décembre à Copenhague sur le réchauffement climatique ?
Je veux croire que ce sera une étape majeure dans la bonne direction. De solides travaux préparatoires ont eu lieu. Les problèmes environnementaux nous étranglent : nous devons faire en sorte d'éviter une catastrophe, d'échapper au désastre. Il ne faut pas que la température moyenne de la planète augmente de plus de 2 % : même cet objectif sera très difficile à atteindre. Les États doivent maintenant prendre des mesures décisives.
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Infos insolites.

Message  niouze le Lun 12 Oct - 14:02

Pendant que nous nous retirions d'Afghanistan, les Américains travaillaient avec les Pakistanais pour créer les talibans, alors qu'ils nous affirmaient vouloir un pays « libre et stable, en bons termes avec nos deux nations »… Aujourd'hui, ils en récoltent les fruits.
bien vu

_________________
"Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça." coluche
avatar
niouze

Messages : 5040
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Infos insolites.

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 7 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum