Derniers sujets
» monde - stupéfiants
par ivo Hier à 10:22

» No Futur - la terre au 21° siecle
par ivo Hier à 9:33

» salaires
par ivo Hier à 9:24

» mai 68
par ivo Hier à 8:59

» Précarité
par ivo Hier à 8:52

» sexisme ... encore et toujours ...
par ivo Hier à 8:46

» U.E.
par ivo Hier à 8:33

» le chômage en france
par ivo Hier à 8:31

» la phrase du jour
par ivo Hier à 8:11

» agriculture
par ivo Hier à 7:47

» les photos d'actus - l'info en résumé
par ivo Hier à 7:43

» la crise ..........
par ivo Jeu 19 Oct - 10:23

» Combien d’autres murs à faire tomber ?
par ivo Jeu 19 Oct - 10:19

» droites extremes
par ivo Jeu 19 Oct - 9:52

» Etats-Unis
par ivo Jeu 19 Oct - 9:27

» macronie
par ivo Jeu 19 Oct - 9:14

» Grèce Ελλάδα πληροφορία γενικός
par ivo Jeu 19 Oct - 7:59

» immigration ...
par ivo Mer 18 Oct - 10:56

» la guerre d'algérie n'est tjs pas finie ...
par ivo Mer 18 Oct - 9:13

» R.I.P. .......................
par ivo Mer 18 Oct - 8:54

» egypte
par ivo Mer 18 Oct - 8:40

» Nucléaire mon amour ...
par ivo Mer 18 Oct - 8:33

» Necronomacron
par ivo Mer 18 Oct - 8:30

» programmes TV
par ivo Mar 17 Oct - 18:45

» [Deutschland- Österreich] Allgemeine Informationen. [Allemagne- Autriche] Informations générales.
par ivo Mar 17 Oct - 11:09

» vite, je vais vomir ...
par ivo Mar 17 Oct - 10:04

» homophobie dans le monde ...
par ivo Mar 17 Oct - 9:55

» Today's joke
par ivo Mar 17 Oct - 8:51

» la police s'étonne qu'on ne l'aime pas
par niouze Lun 16 Oct - 14:51

» Cameroun >>>>
par ivo Lun 16 Oct - 8:17

» impots
par ivo Dim 15 Oct - 8:44

» ... 14/18 ...
par ivo Dim 15 Oct - 8:19

» alimentation
par ivo Dim 15 Oct - 7:50

» ZAD notre dames des landes
par ivo Sam 14 Oct - 10:59

» etat français et collaboration
par ivo Sam 14 Oct - 10:01

» Philippines
par ivo Sam 14 Oct - 8:52

» Il n'y a pas que la police qu'on n'aime pas..
par niouze Ven 13 Oct - 11:19

» blancs comme neige ^^
par ivo Ven 13 Oct - 9:01

» médias ? quels médias ??
par ivo Jeu 12 Oct - 9:58

» Liberia
par ivo Jeu 12 Oct - 8:22

» racisme quotidien
par ivo Mer 11 Oct - 9:44

» Ghana >>>
par ivo Mer 11 Oct - 9:17

» Infos insolites.
par ivo Mar 10 Oct - 9:20

les infos de l'empereur

Page 2 sur 10 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: les infos de l'empereur

Message  spike le Jeu 15 Juil - 12:04



57% des français ne sont pas convaincus par la prestation télévisuelle de Sarkozy.
avatar
spike

Messages : 3721
Date d'inscription : 19/05/2009

http://anarchietotale.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: les infos de l'empereur

Message  Invité le Jeu 15 Juil - 13:36

spike a écrit:CNT / SUD même combat!
Ca va chauffer à la rentrée entre les retraites et l'éducation nationale cheers!!
On a un peu tendance à se dire ça tous les ans... Espérons que ce soit vrai cette année !!!

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: les infos de l'empereur

Message  spike le Sam 17 Juil - 19:30


Sarkozy obtient la condamnation d'un journal satirique
495 réactions


Nicolas Sarkozy a obtenu vendredi de la justice le retrait de photomontages qui le tournent en ridicule dans le numéro estival du bimestriel Le Monte, une décision «préoccupante», selon l’avocat de la publication qui dénonce l’audition par les policiers des responsables du journal satirique.

Dans son numéro de juillet-août, le bimestriel Le Monte, une caricature du Monde, présente plusieurs photomontages de M. Sarkozy, sous le titre de une «Nicolas Sarkozy en prison».

Ces photomontages utilisent «sans autorisation l’image de son visage, le représentant nu en train de subir un acte sexuel derrière les barreaux d’une cellule de prison, agenouillé en slip dans un cachot (…) et le présentant nu en train d’imposer un acte sexuel à une chèvre», selon le jugement consulté par l’AFP.

M. Sarkozy a déposé mardi en toute discrétion, par l’intermédiaire de son avocat, Me Thierry Herzog, une assignation d’heure en heure, c’est-à-dire examinée dans de très brefs délais, pour obtenir l’occultation de ces photomontages.

Les publications «outrepassent les limites admises»

L’assignation a été examinée vendredi en l’absence des représentants de la société de publication et le juge des référés du tribunal de grande instance de Paris a donné raison au chef de l’Etat en condamnant Sonora Média à occulter les photos dans tous les exemplaires du numéro d’été, sous peine d’une astreinte de 100 euros par photographie non occultée.

Sonora Média est également condamné à verser un euro symbolique à M. Sarkozy comme «réparation de son préjudice» et à verser 2.000 euros de frais de justice.

La justice a notamment estimé que les publications en cause «outrepassent les limites admises et constituent une atteinte à la dignité de la personne humaine», selon le jugement.

«C’est un humour potache, un peu "trash", mais ce n’est pas méchant, la décision nous paraît disproportionnée», a commenté un des éditeurs du Monte, Stéphane de Rosnay, précisant que le journal satirique serait retiré des kiosques dès lundi.

«C’est une décision extrêmement préoccupante car elle a été prise en catimini et en urgence et met à mal la liberté d’expression», a déclaré à l’AFP l’avocat de Sonora Média, Me Patrick Klugman, qui a annoncé qu’il faisait appel de cette condamnation.

«Scandaleux»

L’avocat s’est également élevé contre les multiples auditions par les policiers des dirigeants de la société éditrice, notamment le directeur de la publication, Frédéric Lafeuille, entendu lundi par les policiers de la Brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP).

Le parquet de Paris a précisé que cette audition avait été effectuée dans le cadre d’une enquête préliminaire ouverte à son initiative «il y a quelques jours».

Selon Me Klugman, le chef de l’Etat a «utilisé les moyens d’enquête policiers pour préparer son assignation au civil, c’est scandaleux».

Depuis son élection, Nicolas Sarkozy a multiplié les plaintes et procédures, une pratique tranchant avec celle de ses prédécesseurs qui se refusaient à descendre dans l’arène judiciaire.

Il était ainsi devenu en février 2008 le premier président en exercice de la Ve République à déposer une plainte pénale contre un organe de presse, le Nouvel Observateur, dont le site internet avait évoqué un SMS que M. Sarkozy aurait envoyé à son ex-femme Cécilia Attias peu avant son mariage avec Carla Bruni. M. Sarkozy avait finalement retiré sa plainte après une lettre d’excuse de l’auteur de l’article.

Il a également tenté sans succès de faire interdire la vente de poupées vaudous à son effigie et a assigné la compagnie aérienne Ryanair qui avait utilisé sans autorisation l’image de son couple.

(Source AFP)
avatar
spike

Messages : 3721
Date d'inscription : 19/05/2009

http://anarchietotale.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: les infos de l'empereur

Message  spike le Mar 20 Juil - 12:54



L'ex-patron des RG devrait être nommé conseiller à la sécurité de Sarkozy

Le préfet et ancien patron des renseignements généraux (RG) Joël Bouchité devrait être nommé conseiller pour la sécurité de Nicolas Sarkozy à l’Elysée, a-t-on appris lundi de source proche de la présidence confirmant une information du site lepoint.fr.

La nomination de Joël Bouchité devrait faire l’objet prochainement d’un arrêté publié au Journal officiel, a ajouté la même source.

Le poste de conseiller du président de la République à la sécurité n’existait pas jusque-là dans l’organigramme de l’Elysée.

Nommé en juillet 2008 préfet délégué pour la sécurité et la défense auprès du préfet de la région Nord-Pas-de-Calais, il a été placé hors-cadre la semaine dernière par le Conseil des ministres.

Commissaire de police, Joël Bouchité a fait toute sa carrière aux renseignements généraux, dont il est devenu le dernier directeur central d’avril 2006 à juillet 2008 avant leur transformation en direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) à la faveur de la fusion des RG avec la direction de la sécurité du territoire (DST).

La DCRI est aujourd’hui dirigée par Bernard Squarcini.
Avec l’agriculture, la santé et l’emploi, la sécurité est l’un des quatre thèmes érigés par Nicolas Sarkozy en priorité après la débâcle de la droite aux élections régionales de mars dernier.

Avant Joël Bouchité, un autre policier, Christian Lambert, ex-chef du Raid, l’unité d’élite de la police nationale, a été nommé en avril dernier préfet du département de Seine-Saint-Denis.

(Source AFP)
avatar
spike

Messages : 3721
Date d'inscription : 19/05/2009

http://anarchietotale.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: les infos de l'empereur

Message  niouze le Jeu 22 Juil - 14:44


par moi (oui je sais c'est tres vite fait )

_________________
"Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça." coluche
avatar
niouze

Messages : 5036
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: les infos de l'empereur

Message  niouze le Mar 27 Juil - 13:03

Quand Sarkozy domine les ouvriers
Par la rédaction le 26/07/2010

C'est presque devenu un "marronnier". Comment Nicolas Sarkozy s'y prend-il, notamment dans ses rencontres avec les ouvriers, pour gommer sa petite taille ? Après les talonnettes, après le tabouret à l'ONU, après la photo prise sur la pointe des pieds dans un sommet de l'Otan et après les ouvriers dont aucun ne doit dépasser la taille du visiteur, les communicants de l'Elysée ont inventé une nouvelle mise en scène.

En déplacement aux Chantiers navals de Saint-Nazaire, Nicolas Sarkozy inaugure une nouvelle mise en scène, dans son rapport aux ouvriers.





Sur cette photo en contre-plongée choisie par Slate.fr, Sarkozy trace la voie des futurs chantiers >>>

Derrière lui, pas d'ouvriers, mais un paysage industriel, et quelques bustes en costume-cravate.





Encerclé par les ouvriers sur cette photo choisie par Le Figaro.fr,..

...le président les domine tous d'une demi-taille. Plus crédible, pour boxer dans la catégorie champions industriels.





L'impression donnée est toute différente lorsque l'estrade est visible.

La preuve avec ces deux photos : à gauche celle de ouest-france.fr, à droite celle lavoixdunord.fr.






Sarkozy estrade

(par Jean-Yves Alric)

_________________
"Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça." coluche
avatar
niouze

Messages : 5036
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: les infos de l'empereur

Message  niouze le Ven 30 Juil - 15:35


A Grenoble, Sarkozy dégaine tous azimuts





A Genoble, à l’occasion de l’installation officielle du nouveau préfet de l’Isère, ce vendredi, Nicolas Sarkozy a fait une série d'annonces chocs: extension des peines planchers, retrait de la nationalité pour certains criminels, réévaluation des droits et prestations des sans-papiers. Le détail.
Retrait de la nationalité aux criminels

Le Président : que la nationalité française puisse être retirée à «toute personne d'origine étrangère qui aurait volontairement porté atteinte à la vie» d'un policier, d'un gendarme» ou «de toute autre personne dépositaire de l'autorité publique».

«Nous allons réévaluer les motifs pouvant donner lieu à la déchéance de la nationalité française. Je prends mes responsabilité», a déclaré le chef de l’Etat après les événements violents de Saint-Aignan et Grenoble.

«La nationalité doit pouvoir être retirée à toute personne d’origine étrangère qui aurait volontairement porté atteinte à la vie d’un fonctionnaire de police d’un militaire de la gendarmerie ou de toute autre personne dépositaire de l’autorité publique», a-t-il poursuivi.

Le chef de l’Etat souhaite aussi «que l’acquisition de la nationalité française par un mineur délinquant au moment de sa majorité ne soit plus automatique».
]ndm : tient et si on est français ils se passe quoi ; ]
«La nationalité française se mérite. Il faut pouvoir s’en montrer digne. Quand on tire sur un agent chargé des forces de l’ordre, on n’est plus digne d’être Français», selon lui.
L'extension des peines plancher

Le président Nicolas Sarkozy a annoncé vendredi à Grenoble sa volonté d’étendre dès la rentrée parlementaire de septembre les peines planchers «aux auteurs de violences aggravées», applicables actuellement aux seuls récidivistes.

«Dès le 7 septembre prochain, les peines plancher qui fonctionnent bien mais qui ne s’appliquent qu’aux multirécidivistes (…) seront désormais étendus à toutes les formes de violence aggravées c’est-à-dire notamment les violences sur des personnes dépositaires d’une autorité publique»
, a déclaré le chef de l’Etat.

24.000 peines plancher ont déjà été prononcées, s’est-il félicité.

«L’instauration d’une peine de prison incompressible de 30 ans pour les assassins de policiers ou de gendarmes sera discutée au Parlement dès la rentrée», a-t-il aussi dit.]ndm et si un flic tue ils se passe quoi???? (béh rien a part un non lieu )
Réévaluer les droits et prestations des sans-papiers

Soulignant qu’en 2009 «le taux de chômage des étrangers non communautaires a atteint 24%», soit plus de deux fois la moyenne nationale, Nicolas Sarkozy a fait référence à une formule devenue célèbre de l’ex-Premier ministre socialiste Michel Rocard selon laquelle «la France ne peut accueillir toute la misère du monde».

«Je souhaite d’ailleurs que l’on évalue les droits et les prestations auxquelles ont aujourd’hui accès les étrangers en situation irrégulière», a-t-il ajouté. «Une situation irrégulière ne peut conférer plus de droits qu’une situation régulière et légale!».


Nicolas Sarkozy a rappelé la nécessité de reconduire aux frontières «les clandestins», puis enchaîné sur la situation de certains Roms, qui était déjà au centre d’une réunion mercredi à l’Elysée.

«Nous devons mettre un terme aux implantations sauvages de campements Roms. Ils constituent des zones de non-droit qu’on ne peut tolérer en France», a-t-il ajouté, en évoquant le démantèlement d’ici fin septembre «de l’ensemble des camps de Roms qui font déjà l’objet d’une décision de justice».

«Là où cette décision de justice n’a pas encore été prise, nous allons engager des démarches pour qu’elle intervienne le plus rapidement possible». «Dans les trois mois, je veux qu’au moins la moitié des implantations sauvages de ce type aient disparu du territoire français», a encore indiqué le président, conformément à ce qu’avait annoncé mercredi le ministre de l’Intérieur Brice Hortefeux.
Menaces sur la BAC

Nicolas Sarkozy a affirmé que les résultats de l’enquête sur les menaces contre des policiers de la Brigade anti-criminalité (BAC) de Grenoble «ne vont pas tarder».

«Des policiers de la BAC de Grenoble ont fait l’objet de menaces de mort. C’est inacceptable», a déclaré le chef de l’Etat en déplacement à Grenoble pour installer le nouveau préfet de l’Isère après le limogeage de son prédecesseur. Il a assuré ces policiers de son «soutien», de sa «confiance» et de sa «reconnaissance».

«Nous n’aurons aucune complaisance, aucune faiblesse vis-à-vis des délinquants et des criminels qui seront mis hors d’état de nuire et dont la seule place est en prison. Une enquête est engagée pour retrouver ceux qui ont proféré ces menaces», a-t-il dit.[ndm: je rappele quand même que ses soi disant menace on été envoyer par le biais de sms de flic en flic cqfd .....mettons la police hors d'état de nuire

«Tous seront retrouvés et déférés devant la justice. Je ne peux naturellement pas en dire plus, mais vous verrez que les résultats ne vont pas tarder», a ajouté le chef de l’Etat.

Les trois policiers de la BAC de Grenoble visés par les menaces de mort étaient impliqués dans la fusillade au cours de laquelle un braqueur a été tué et qui a été suivi par plusieurs nuits de violences. Ils ont été récemment mutés à leur demande.

Une instruction judiciaire a été ouverte pour «association de malfaiteurs en vue de commettre un crime en bande organisée», dont la Juridiction interrégionnale spécialisée (Jirs) de Lyon est saisie.

«Les policiers ont riposté en état de légitime défense. Les policiers ont fait leur devoir et j’appelle chacun à ne pas confondre les délinquants, les victimes et les forces de l’ordre. Les policiers ont bien agi. Il n’y a rien à leur reprocher. Il y a à les soutenir totalement», a-t-il insisté.

(Source AFP)

rien sur les béttencourts qui fraude le fisc , rien sur son ministre qui l'aide ,rien sur la femme de celui ci qui trouve un boulot grace a son mari rien sur les policier qui tabasse les pompier , rien sur l'économie a vive l'insécurité sa au moins sa donne l'impression de faire des choses !!(et le pen lui dit merci)

_________________
"Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça." coluche
avatar
niouze

Messages : 5036
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: les infos de l'empereur

Message  spike le Ven 30 Juil - 16:52

Welcome IVe reich!!
avatar
spike

Messages : 3721
Date d'inscription : 19/05/2009

http://anarchietotale.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: les infos de l'empereur

Message  spike le Sam 31 Juil - 15:14


«Nicolas Sarkozy s'aligne sur les thèses du Front National»

Les mesures de restriction de la nationalité annoncées par Nicolas Sarkozy ont suscité un tollé parmi les associations de défense des droits de l’Homme fustigeant des relents des années 30, alors que des experts s’interrogent sur leur pertinence juridique ou leur portée sociale. Quant au Front National, Marine Le Pen «somme» le chef de l'Etat de réformer le code de la nationalité.

Les dispositions permettant, comme l’a demandé vendredi Nicolas Sarkozy, de déchoir certains délinquants de la nationalité française pourraient être présentées au Parlement fin septembre.

Dans son discours vendredi à Grenoble, le chef de l’Etat a demandé que la nationalité française puisse «être retirée à toute personne d’origine étrangère qui aurait volontairement porté atteinte» à la vie d’un policier, d’un gendarme, ou de tout autre «dépositaire de l’autorité publique».

Les associations furibondes

Outre les partis de gauche, plusieurs associations ont réagi vivement aux annonces de Nicolas Sarkozy.

Le Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (MRAP) lui reproche de vouloir «mettre un peu plus à mal le principe fondamental d’égalité entre les citoyens» en s’alignant «sur les thèses du Front National au risque de les légitimer».

La Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (Licra) estime «qu’après les gens du voyage et les Roms, cette nouvelle mesure jette cette fois l’opprobre sur les personnes d’origine étrangère et instaure, par la voix de l’Etat, une citoyenneté de seconde zone.» La Ligue des Droits de l’Homme (LDH) accuse le président d’agiter «les refrains des années 30 destinés à attiser la haine contre les étrangers».

Son président d’honneur, Michel Tubiana, a déclaré à l’AFP: «Faire un discours sur la délinquance uniquement centré sur une question de retrait de nationalité, sur l’immigration, après avoir tenu une réunion sur les gens du voyage et sur les Roms, c’est l’assimilation des étrangers et des personnes d’origine étrangère à la délinquance, à ceux qui mangent le pain des Français».

Une «ère du soupçon à l’égard des Français d’origne étrangère»? Pour l’historien Patrick Weil, auteur de «Qu’est-ce qu’un Français?», le doute n’est pas permis.

Il redoute des tracasseries supplémentaires visant les jeunes d’origine étrangère dont chacun «sera tenu de demander un extrait de casier judiciaire pour lever tout soupçon d’acte délictueux» à son encontre.

La légalité des mesures annoncées en question

De son côté le constitutionnaliste Guy Carcassonne «doute» que la déchéance de nationalité française pour des crimes de droit commun, soit légale au regard de la Constitution de la Ve République.

«L’article 1 de la Constitution dit que la République "assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion"», a-t-il observé.

Guy Carcassonne a rappelé que le Conseil constitutionnel a validé en 1996 une loi selon laquelle «peuvent être déchues de la nationalité française, les personnes ayant acquis la qualité de français qui ont été condamnées pour un crime ou un délit constituant un acte de terrorisme».

Mais il doute que «cette entorse au principe d’égalité des citoyens devant la loi puisse être étendue à des crimes de droit commun», la nationalité était «une partie intégrante de notre identité».

Le FN demande une réforme du code de la nationalité



De son côté, le Front national a demandé samedi à Nicolas Sarkozy de «tirer toutes les conséquences» de ses nouvelles annonces sur la sécurité «en rétablissant l’expulsion effective et définitive des délinquants étrangers» et en «réformant profondément» le code de la nationalité.

La vice-présidente du FN, Marine Le Pen, «somme» le chef de l’Etat «de tirer toutes les conséquences de ses déclarations en rétablissant l’expulsion systématique, effective et définitive des délinquants étrangers», «en décrétant un moratoire immédiat sur l’immigration et en réformant profondément notre code de la nationalité», indique un communiqué du parti.

Pour le parti d’extrême droite, «les propos du président de la République qui procèdent d’une nouvelle gesticulation estivale, n’ont qu’un mérite, celui de confirmer officiellement le caractère criminogène de certaines immigrations, vérité pour laquelle le Front national est persécuté depuis trois décennies».



(Source AFP)
avatar
spike

Messages : 3721
Date d'inscription : 19/05/2009

http://anarchietotale.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: les infos de l'empereur

Message  spike le Dim 1 Aoû - 12:15


Hortefeux veut étendre les déchéances de nationalité aux cas d'excision
Et aussi en cas d'«actes de délinquance grave»... Le ministre de l'Intérieur emboîte le pas du président de la République dans le tout sécuritaire.

Le ministre de l’Intérieur Brice Hortefeux veut étendre les possibilités de déchéance de nationalité aux cas d’excision, de traite d’êtres humains ou d’«actes de délinquance grave», dans un entretien dans le Parisien/Aujourd’hui en France.

Interrogé sur le cas de Lies Hebbadj, soupçonné de polygamie, le ministre a indiqué que «des déchéances de nationalité doivent pouvoir être prononcées dans de telles situations mais aussi en cas d’excision, de traite d’êtres humains ou d’actes de délinquance grave».

Vendredi à Grenoble, le chef de l’Etat Nicolas Sarkozy avait déjà fait part de sa volonté de modifier la législation afin que la nationalité française puisse être retirée à toute personne d’origine étrangère qui aurait «volontairement porté atteinte» à la vie d’un policier, d’un gendarme, ou de tout autre «dépositaire de l’autorité publique».

Les nouvelles dispositions évoquées par le chef de l’Etat figureront dans le projet de loi sur la sécurité intérieure qui sera examinée au Sénat le 7 septembre et dans celui sur l’immigration qui présenté «en septembre à l’Assemblée», a par ailleurs précisé M. Hortefeux.

A l’heure actuelle, un Français peut se voir déchu de sa nationalité en cas de condamnation pour «atteinte aux intérêts fondamentaux de la Nation» ou pour terrorisme ou s’il s’est livré «au profit d’un Etat étranger à des actes incompatibles avec la qualité de Français et préjudiciable aux intérêts de la France».

Une personne naturalisée peut également perdre sa nationalité française si elle a été acquise par «mensonge ou par fraude».

(Source AFP)


avatar
spike

Messages : 3721
Date d'inscription : 19/05/2009

http://anarchietotale.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: les infos de l'empereur

Message  spike le Mar 3 Aoû - 23:34


échéance de nationalité: c'est constitutionnel, assure la droite

Nouvel argumentaire à droite, pour défendre la proposition de Nicolas Sarkozy sur la déchéance de nationalité pour certains criminels. Pour le ministre Eric Besson, comme pour le député UMP Thierry Mariani, il s'agit d'un retour à ce qui prévalait avant la loi Guigou de 1998. Les deux hommes politiques rejettent ainsi les accusations d'inconstitutionnalité avancées hier par les socialistes Robert Badinter et Jack Lang et par le centriste François Bayrou.

«C'est relativement simple, il suffit de revenir à l'Etat de droit qui prévalait jusqu'à 1998: en clair, étaient passibles de déchéance de la nationalité française toutes celles et tous ceux qui avaient commis des crimes, passibles de plus de cinq ans de prison, et qui l'avaient fait dans un délai de dix ans après l'acquisition de la nationalité», a soutenu le ministre de l’Immigration au micro d'Europe 1, mardi matin.


Les «enfants de la deuxième génération» concernés

Les tentatives de crime ou les crimes contre les dépositaires de l'autorité publique, dont le chef de l'Etat veut faire un nouveau motif de déchéance de la nationalité, «me paraissent incluses dans cette première définition», a soutenu Eric Besson. «Mais pour qu'il n'y ait pas d'ambiguïté, on pourrait l'ajouter (...) C'est relativement simple, il suffit de revenir à l'Etat de droit de 98, ça n'est pas anticonstitutionnel».

La possibilité de déchoir les auteurs de ces crimes fera l'objet d'un premier amendement gouvernemental, a annoncé Eric Besson. Un second concernera les «enfants de la deuxième génération, nés en France», a-t-il précisé: les mineurs délinquants multirécidivistes ne pourront plus acquérir automatiquement la nationalité française à leur majorité.

«Cela vise une minorité qui n’a pas sa place dans la communauté nationale»

Mardi, dans un entretien au Parisien/Aujourd’hui en France, le député UMP Thierry Mariani, rapporteur du projet de loi sur l'immigration, met lui aussi en avant ce retour « à une disposition qui existait dans la loi jusqu’en 1998». «Cela vise une minorité qui n’a pas sa place dans la communauté nationale», affirme le député du Vaucluse, qui soutiendra les amendements gouvernementaux.

Interrogé sur l’éventuelle inconstitutionnalité d’une telle mesure, il répond qu’il «ne voit pas en quoi cela serait inconstitutionnel si cela était valable il y a douze ans». «Ce qui compte, c’est que les dispositions que nous voulons prendre sont logiques et parfaitement comprises par la population. La France invisible et silencieuse pense que la nationalité n’est pas une carte de crédit donnant uniquement accès à des services. Il y a aussi des devoirs», insiste ce proche du chef de l’Etat.

Hortefeux veut aller plus loin

La polémique a enflé depuis que, vendredi à Grenoble, Nicolas Sarkozy a demandé que la nationalité française puisse «être retirée à toute personne d’origine étrangère qui aurait volontairement porté atteinte» à la vie d’un policier, d’un gendarme, ou de tout autre personne «dépositaire de l’autorité publique».

Le ministre de l’Intérieur, Brice Hortefeux, a même proposé d’aller plus loin dimanche avec l’extension des possibilités de déchéance de nationalité à l’excision, la traite d’êtres humains ou pour des «actes de délinquance grave».

(Source AFP)

avatar
spike

Messages : 3721
Date d'inscription : 19/05/2009

http://anarchietotale.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: les infos de l'empereur

Message  spike le Sam 28 Aoû - 15:35


Déchéance de nationalité: Besson et Hortefeux divergent
234 réactions

Le ministre de l'Immigration Eric Besson et celui de l'Intérieur Brice Hortefeux le 25 août 2010 lors de la conférence des ambassadeurs à l'Elysée. (AFP Lionel Bonaventure)

Le très controversé projet d'élargir les cas de déchéance de nationalité à des Français naturalisés condamnés ou pratiquant la polygamie suscite des désaccords entre ministres qui seront soumis la semaine prochaine à l'arbitrage de Nicolas Sarkozy.

Les amendements appelés à figurer dans le projet de loi sur l'immigration soumis à partir du 27 septembre à l'Assemblée nationale par Eric Besson a fait mercredi l'objet d'une réunion à Matignon avec les trois ministères concernés: Justice, Intérieur et Immigration et Identité nationale.

«Il va y avoir la semaine prochaine une réunion d'arbitrage» présidée par le chef de l'Etat «où chacun des ministres va apporter ses propositions», a déclaré Eric Besson sur RMC.

Divergences entre ministres

La déchéance de la nationalité a fait irruption dans le débat politique en avril avec le cas d'un Nantais d'origine algérienne, Liès Hebbaj, dont le ministre de l'Intérieur a demandé la retrait de la nationalité, le soupçonnant de «polygamie de fait» et de fraude aux prestations sociales.

Tout en défendant la demande de Brice Hortefeux, d'un point de vue politique et moral, Eric Besson a vite émis des réserves, arguant d'une mise en oeuvre «juridique complexe».

Ces divergences apparaissent dans les propositions soumises à l'arbitrage du chef de l'Etat et révélées vendredi matin dans nos colonnes, pour les amendements présentés par Hortefeux, puis sur le site du Figaro, pour les amendements Besson.

Le plan d'Hortefeux

Brice Hortefeux a proposé un premier amendement créant un «délit de "polygamie de fait/escroquerie/abus de faiblesse"».

Le second amendement - faisant référence à la demande de Nicolas Sarkozy de retirer la nationalité française «à toute personne d'origine étrangère qui aurait volontairement porté atteinte» à la vie d'un policier, d'un gendarme ou de tout autre «dépositaire de l'autorité publique» - concernerait les étrangers naturalisés depuis moins de dix ans, et condamnés à «une peine d'au moins cinq années d'emprisonnement» pour «acte qualifié de crime ou délit» visant «une personne mentionnée au 4e (alinéa) de l'article 222-8 du code pénal».

Besson plus nuancé

Eric Besson a estimé que «les cas de déchéance doivent être réservés aux atteintes à l'autorité de l'État, à l'intégrité de la Nation».

Il souhaite ainsi que soit déchue de sa nationalité «celui qui a été condamné à 8 (ou 10 ans) en France ou à l'étranger pour un acte qualifié de crime par la loi française et commis en particulier contre une personne dépositaire de l'autorité publique», selon Le Figaro.fr.

Il veut aussi que l'acquisition de la nationalité française «ne soit pas automatique pour les jeunes ancrés dans la délinquance», a-t-dit début août.

«Pacte républicain»

Sans évoquer explicitement la «polygamie», il prévoit un amendement obligeant les quelque 10.000 étrangers naturalisés chaque année à signer un «pacte républicain» les engageant à respecter les lois de la République et ses valeurs comme la laïcité et l'égalité hommes/femmes.

Le ministère de la Justice a également fait des propositions, dans le même esprit que celles du ministère de l'Immigration, mais «plus juridiques», affirme le site du Figaro.

(Source AFP)
avatar
spike

Messages : 3721
Date d'inscription : 19/05/2009

http://anarchietotale.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: les infos de l'empereur

Message  spike le Mar 31 Aoû - 18:58


Sarkozy «inflexible» sur la déchéance de nationalité.

Nicolas Sarkozy a réaffirmé mardi sa «volonté inflexible» d’appliquer la déchéance de la nationalité «sous certaines conditions», notamment aux meurtriers de policiers et gendarmes, a indiqué l’Elysée après sa rencontre avec des policiers agressés aux Tarterêts.

A cette occasion, le chef de l’Etat a «rappelé les mesures législatives destinées à renforcer la répression des agressions envers les représentants de la force publique» annoncées lors de son discours de Grenoble fin juillet et «fait part de sa volonté inflexible de mener à bien ces chantiers dans les semaines à venir», a rapporté la présidence dans un communiqué.

Parmi ces mesures, il a cité l’«élargissement des peines planchers aux violences aggravées (dont celles commises contre les policiers et gendarmes)», la «déchéance de la nationalité française sous certaines conditions» et la «peine de prison incompressible de 30 ans en cas de meurtre».

En installant le 30 juillet à Grenoble le nouveau préfet de l’Isère, Nicolas Sarkozy avait notamment souhaité que la nationalité française puisse «être retirée à toute personne d’origine étrangère qui aurait volontairement porté atteinte» à la vie d’un policier, d’un gendarme, ou de tout autre «dépositaire de l’autorité publique».

Selon le ministre de l’Immigration Eric Besson, le président doit trancher vendredi, lors d’une réunion interministérielle, sur les modalités pratiques de cette extension de la déchéance de la nationalité, qui opposent M. Besson à son collègue de l’Intérieur Brice Hortefeux.

(Source AFP)
avatar
spike

Messages : 3721
Date d'inscription : 19/05/2009

http://anarchietotale.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: les infos de l'empereur

Message  niouze le Mer 15 Sep - 0:54

on rigole a chacune de ses sorties
Des immigrés sélectionnés pour figurer à côté de Nicolas Sarkozy ?
LEMONDE.FR | 14.09.10 | 11h18 • Mis à jour le 14.09.10 | 12h17


Nicolas Sarkozy visite, mardi 14 septembre, le chantier de neuf cents logements du promoteur Nexity, à Villeneuve-le-Roi, dans le Val-de-Marne. L'occasion pour le chef de l'Etat de continuer à s'afficher aux côtés de cet électorat populaire avec lequel il cherche à renouer.

Mais, comme ce fut déjà le cas à plusieurs reprises, l'Elysée a quelque peu cherché à enjoliver la réalité. Comme le révèle une brève du Parisien, qui cite un responsable de Nexity, les services de communication de la présidence ont posé certaines exigences.


"L'Elysée nous a demandé de sélectionner des ouvriers au comportement exemplaire, symboles d'une immigration réussie, pour les placer à moins de cinq mètres du président", explique un cadre du promoteur immobilier.

Une information démentie par la direction de l'usine, contactée par Le Post, qui a publié un communiqué expliquant "qu'aucun ouvrier n'a été sélectionné" pour cette visite.

Les services de communication de la présidence ont déjà eu recours plusieurs fois à des "castings" de ce type. Lors de la visite du président américain, Barack Obama, en France, à l'été 2009, des militants UMP avaient été réquisitionnés pour figurer le public devant les deux présidents.

PLUSIEURS "CASTINGS"

La même année, en septembre, l'Elysée avait procédé à une sélection des ouvriers de Faurecia qui figuraient derrière le chef de l'Etat. La chaîne belge RTBF avait filmé une ouvrière, qui expliquait qu'on avait choisi des gens "de petite taille" pour se placer derrière lui. "Ridicule", avait démenti l'Elysée.

Même chose, le 22 juin, à l'usine Turbomeca de Bordes (Pyrénées-Atlantiques). Selon La République des Pyrénées, "deux émissaires de l'Elysée sont venus à Bordes (...) pour sélectionner les salariés de l'usine Turbomeca aptes à figurer sur les images de la prochaine visite du président de la République". Une ingénieure "aurait été écartée en raison de son mètre quatre-vingt-cinq".

Une information démentie par la direction de l'usine, mais confirmée par une employée, qui confiait au Post : "La direction de l'usine s'est (...) exécutée en choisissant des personnes ne mesurant pas plus de 1,70 mètre."
Le Monde.fr
l'empereur a t'il peur de se retrouver face a des gens qui pourrait etre hostiles?

_________________
"Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça." coluche
avatar
niouze

Messages : 5036
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: les infos de l'empereur

Message  Invité le Ven 17 Sep - 9:45

09h15 le neuf-quinze
De la Cour au Sarkozistan
Paris, 16 septembre. Le Sarkozistan sait aussi s'amuser. Alors que la crise politique et économique bat son plein, les médias officiels et officieux du petit Etat voyou d'Europe occidentale multiplient articles et couvertures à propos de deux livres, consacrés à la troisième femme de l'homme fort du régime. Il s'agit d'un ancien mannequin de haute couture, dont on se passe encore les photos nues sous le manteau, qui a "fait une fin", comme on disait naguère ici, en épousant le dirigeant après de nombreuses liaisons avec des chanteurs et des acteurs, de différentes générations, mais appartenant tous à la jet set.

La presse locale du petit Etat voyou l'appelle comiquement "la première Dame", rappellant ainsi son rapport obsessionnel d'attraction-répulsion avec le pays suzerain, les Etats-Unis d'Amérique.

Dès qu'elle a sû que l'un de ces deux livres, insistant longuement sur ses anciens amants, était en préparation, la "première Dame" s'est empressée d'en favoriser un second, en recevant ses auteurs, et en ordonnant à son entourage de leur jeter quelques confidences piquantes.

Résultat : ce second livre semble plus alléchant que le premier (impression peut-être fausse, votre envoyé spécial n'a pas encore lu ces deux ouvrages). Il multiplie par exemple les anecdotes sur la manière dont la "première Dame" a diligenté des enquêtes de la police secrète à l'encontre d'une courtisane disgrâciée -que Sarkozy, en arrivant, avait même nommée ministre de la Justice- coupable de cancaner au téléphone sur ses liaisons supposées (celles de la première Dame) avec un chanteur à la mode. Il faut dire que l'un des auteurs du livre ainsi favorisé est le journaliste de la télévision d'Etat, chargé de suivre au jour le jour le mari-président. Cela facilite les choses.

A l'époque de ces enquêtes secrètes, la "première Dame" avait démenti, au micro d'une radio appartenant à un oligarque aimant se présenter comme le "frère" de l'homme fort, l'existence de toute enquête de police sur les rumeurs d'adultère. Comiquement, elle avait d'ailleurs été démentie elle-même par un des chefs de la police secrète. Ayant omis d'écouter la radio, le malheureux avait benoîtement confirmé qu'il consacrait une importante partie de son temps à cette affaire d'Etat. Il a néanmoins conservé son poste: au Sarkozistan, le chef policier est le dignitaire le plus difficile à révoquer. Son supérieur immédiat, le grand patron de la police, est d'ailleurs le même, qui a étouffé une procédure concernant son fils, qui roulait en scooter sur un trottoir des C hamps-Elysées, ivre-mort. Comme nous le laissions entendre dans notre dépêche d'hier, la révélation de cet étouffement n'a d'ailleurs connu aucune suite, les leaders syndicaux de la police multipliant simplement les communiqués de soutien à l'agence officielle d'information, pour venir à la rescousse de leur patron. L'un d'entre eux a même argumenté que ces pratiques d'étouffement étaient courantes, s'agissant d'enfants de nomenklaturistes locaux.

Radio d'oligarque, télévision d'Etat, agence officielle : de tout ce qui précède, il ne faudrait pas déduire que les médias du Sarkozistan seraient, d'une manière idiote et univoque, soumis au régime. Dans ce vieux peuple, non sans charme d'ailleurs, et toujours si fier de ses très anciennes traditions de courtisanerie, les choses sont plus subtiles et plus raffinées. On n'interdit pas un livre désagréable : on le fait étouffer par un autre, regorgeant d'anecdotes séduisantes.

Surtout, la presse du Sarkozistan, bien qu'anesthésiée par les subsides gouvernementaux, garde encore un oeil sur ses courbes de ventes. Toujours soucieuse de séduire le public, elle a un maître plus implacable encore que le leader du régime : l'air du temps. Ainsi, dans ce peuple pourtant obsédé par son passé, rares sont les journaux qui ont critiqué la tirade d'une bureaucrate de l'union européenne (fédération d'Etats voisins du Sarkozistan, et souffre-douleur des dirigeants successifs de l'Etat voyou) quand elle a comparé implicitement les expulsions de Roms aux déportations des Juifs par les nazis. C'était évidemment excessif et stupide. Mais comme il était doux de voir une bureaucrate étrangère administrer au leader la râclée que la presse brûle de lui infliger, sans jamais l'oser à visage d&eacu te;couvert.



NDR : devant l'intérêt de nos lecteurs, et l'abondance de l'actualité, la rédaction en chef de l'agence ouzbek d'information a pris la décision de prolonger jusqu'à nouvel ordre la mission de notre envoyé spécial au Sarkozistan.

Daniel Schneidermann

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: les infos de l'empereur

Message  niouze le Ven 17 Sep - 19:22

Le camp Sarkozy piétine un à un tous les contre-pouvoirs
Par Julien Martin | Rue89 | 17/09/2010 | 11H36


Juges, Europe, Parlement, presse… Pour tenir, le Président et son entourage s'en prennent à tous ceux qui les gênent.


Les uns après les autres, les contre-pouvoirs - judiciaires, européens, parlementaires, syndicaux, médiatiques - se dressent contre la politique de Nicolas Sarkozy. Mais sa réponse est à chaque fois la même : plutôt que de se mettre à l'écoute, de tenter de redresser la barre, le Président choisit le passage en force et le dénigrement, aidé en cela par son carré de fidèles. Objectif : colmater les brèches pour ne pas prendre l'eau avant 2012.
Contre les juges

Dernière trouvaille en date du président de la République : mettre les juges sous tutelle du peuple. Depuis la semaine dernière, Nicolas Sarkozy veut installer des jurés populaires auprès des juges dans les tribunaux correctionnels.

Avocat de profession, il a toujours exprimé sa méfiance envers les magistrats. En témoigne aussi sa volonté de supprimer les juges d'instruction. Il peut compter sur son « ami de trente ans » Brice Hortefeux pour le soutenir dans son entreprise.

Le ministre de l'Intérieur vient encore de s'en prendre aux magistrats dans une interview très offensive à paraître samedi dans Le Figaro magazine. Selon lui, il y a un « décalage entre la souffrance des victimes et la réponse pénale apportée par une minorité de magistrats ».
Contre la Commission européenne

Baudry sur le Sommet des 27.« Trop, c'est trop ! » La Commission européenne a annoncé mardi son intention de déclencher une procédure d'infraction en justice contre la France, pour protester contre les expulsions de Roms, qui seraient contraires au droit européen.

« Ça suffit ! », a poursuivi en conférence de presse Viviane Reding, la commissaire européenne à la Justice et aux Droits des citoyens, qui estime que l'attitude de la France « est une honte ».

La contre-attaque de Nicolas Sarkozy ne s'est pas fait attendre. Le lendemain, lors d'un déjeuner avec les sénateurs UMP, le Président a raillé la commissaire luxembourgeoise en disant qu'il serait « très heureux si le Luxembourg pouvait aussi accueillir quelques Roms ». Vendredi, il est allé jusqu'au clash à Bruxelles avec le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso.
Contre le Parlement européen

« Le Parlement européen se déclare vivement préoccupé par les mesures prises par les autorités françaises […] à l'encontre des Roms. » Une semaine plus tôt, c'est la résolution votée par le Parlement européen qui a mis le gouvernement hors de lui. Eric Besson, ministre de l'Immigration et de l'Identité nationale s'en est pris à l'institution :

« Le Parlement européen est sorti de ses prérogatives et nous n'avons bien évidemment pas à nous soumettre à un diktat politique. »

Et si les eurodéputés n'ont pas bien compris, le secrétaire d'Etat aux Affaires européennes en a remis une couche. Selon Pierre Lellouche, le Parlement européen « est en train de se décrédibiliser » et « est dans l'instrumentalisation politique ».
Contre le Parlement français

Que les Européens se rassurent : le gouvernement ne ménage pas non plus les parlementaires français ! En témoigne encore ce mot doux glissé mercredi par le ministre du Travail Eric Woerth à la députée socialiste Catherine Coutelle, lors du houleux débat sur la réforme des retraites : « Collabo ! »

Mais plus significatif encore est la façon dont s'est déroulé tout le débat à l'Assemblée nationale : au pas de charge. Le président de l'Assemblée nationale, l'UMP Bernard Accoyer, a même écourté les échanges pour aboutir plus vite au vote, forcément positif ; les députés de la majorité ayant « pris l'habitude de l'obéissance », dixit un élu… UMP !

La réforme des institutions, adoptée en 2008 et censée redonner du pouvoir au Parlement, a fait long feu. Les députés de la majorité sont loin de pouvoir faire usage de toutes leurs prérogatives, sous peine de se faire vertement recadrer par l'Elysée. Et ceux de l'opposition ne peuvent toujours pas se faire entendre dans l'hémicycle autrement que par les invectives.
Contre le Conseil constitutionnel

Le Parlement aux ordres, reste quand même le Conseil constitutionnel. Hadopi, la taxe carbone, la rétention de sûreté… Les Sages ont multiplié les censures des grands projets législatifs de Nicolas Sarkozy depuis 2007. De fait, le président de la République fait tout pour essayer de passer outre.

« Je veux que vous ayez du courage, il ne faut pas tenir compte des critiques, il faut foncer. La pire des maladies, c'est la tremblante. », a-t-il lancé le 5 janvier en Conseil des ministres, après la censure de la réforme de la taxe professionnelle, au nom du principe d'égalité.

Ce qu'il avait d'ailleurs fait ostensiblement en février 2008, en demandant au premier président de la Cour de cassation de lui faire des propositions pour rendre immédiatement applicable la rétention de sûreté aux criminels déjà condamnés… que le Conseil constitutionnel venait de censurer 24 heures plus tôt.
Contre les syndicats

Baudry sur la manif du 7 septembre pour les retraites.La réforme des retraites a aussi été l'occasion de vérifier le peu d'intérêt que porte Nicolas Sarkozy aux organisations syndicales. Après trois petits mois seulement de négociation, le texte était déjà transmis au Parlement, sans même qu'ils ne puissent lire avant sa version définitive.

Les deux millions de personnes qui ont défilé dans la rue le 7 septembre n'ont pas non plus changé grand-chose au projet de loi. Le porte-parole de l'UMP, Dominique Paillé, a ressorti une célèbre formule, au Point.fr : « Ce n'est pas la rue qui gouverne. »

Seules quelques menues concessions ont été annoncées le lendemain par le chef de l'Etat. Mais elles étaient en réalité préparées à l'avance, et avaient même été dévoilées en partie trois jours plus tôt à la radio par Claude Guéant, secrétaire général de l'Elysée.
Contre les journalistes

L'affaire Bettencourt-Woerth est le théâtre de toutes les déclarations de haine de la part de la majorité contre une presse qui n'est pas aux ordres. Cette affaire ? « Une cabale médiatique », selon le ministre en question. La publication des écoutes réalisées chez l'héritière de L'Oréal ? « Des méthodes fascistes », selon Xavier Bertrand, le secrétaire général de l'UMP.

Dernier épisode en date : Le Monde a déposé plainte pour violation du secret des sources, après la révélation d'une enquête menée par la Direction centrale du renseignement intérieur, toujours dans la même affaire. Le quotidien qualifie la DCRI de « cabinet noir » utilisé par l'Elysée pour « s'affranchir des règles de la simple justice ».

Heureusement que le président de la République avait quand même pris quelques précautions avec la réforme de l'audiovisuel public : adoptée début 2009, elle lui permet de nommer désormais les présidents de France Télévisions et de Radio France.
Contre la gauche

A son arrivée à l'Elysée, les socialistes étaient choyés par Nicolas Sarkozy, qui n'aime rien moins que créer la division au sein de l'opposition. De Bernard Kouchner nommé au ministère des Affaires étrangères aux missions confiées à Jack Lang, via Dominique Strauss-Kahn envoyé au FMI.

Mais l'ouverture à gauche a fini d'ébranler les socialistes, dont peu tombent aujourd'hui dans les filets sarkozystes. Face à l'unité affichée du PS, place désormais au combat frontal et verbal. Un exercice dans lequel excelle l'UMP, et notamment Xavier Bertrand, qui a encore déclaré fin août au JDD :

« Les socialistes sont totalement éloignés du peuple. L'anti-sarkozysme est le seul ciment qui les unit aujourd'hui. Je suis frappé par leur absence de propositions et de projets. On l'a vu sur la question de la sécurité, ils n'apportent aucune réponse. Sur les retraites, je n'en vois guère non plus, si ce n'est l'augmentation des cotisations et des impôts… »

Contre la droite

Devant l'amplification des voix discordantes au sein de la majorité, le chef de l'Etat est passé de l'ouverture à gauche à l'ouverture… à droite. Lors du dernier remaniement, il a recruté dans chacune des grandes familles de son camp : un centriste (Marc-Philippe Daubresse), un chiraquien (François Baroin) et même un villepiniste (Georges Tron).

Mais certains perturbateurs n'ont pas cessé depuis leur activité. A l'image des Jean-François Copé et autres Alain Juppé. Pas question cependant de leur céder. Alors, début septembre à l'occasion du campus UMP, le Premier ministre est venu donner clairement de la voix dans cette période trouble :

« Les petites phrases et les états d'âme, la majorité a le devoir de s'en dispenser. Douter aujourd'hui est inconcevable. »

_________________
"Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça." coluche
avatar
niouze

Messages : 5036
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: les infos de l'empereur

Message  niouze le Sam 25 Sep - 13:38

la source est plutot perrave (fondation copernic )
mais l'info est marrante
Et oui ! tout se sait un jour et peut expliquer des comportements.... : Sarko ou l'histoire d'une revanche.

Le plus grave ce n'est pas qu'il n'ait pas tous ces diplômes, c'est qu'il falsifie son vrai CV ......

LETTRE DE TROIS PROFESSEURS DE VONNAS (AIN) .

Le surdoué qui nous gouverne Sarkozy, un sous-doué à l'Elysée

Mais pourquoi tant de haine envers le corps enseignant en général et les chercheurs en particulier ? Tout simplement parce que Notre Majesté souffre du complexe du cancre parvenu.

Président médiocre, il fut par le passé élève médiocre, bachelier médiocre et étudiant médiocre. Mais aucune trace de cette médiocrité dans son curriculum vitae. Et pour cause, il l'a customisé, l'animal.

Officiellement Notre Souverain Eclairé serait titulaire d'une maîtrise de droit privé, d'un certificat d'aptitude à la profession d'avocat, d'un DEA de sciences politiques obtenu avec mention et aurait fait des études à l’Institut d'Etudes politiques de Paris. Waouh !

Mais alors pourquoi est-il aussi nul ? Tout simplement parce que la plupart de ces titres universitaires sont faux.



Une enquête menée par Alain Garrigou, professeur de sciences politiques à Nanterre le prouve :



En parcourant l'annuaire des anciens élèves de Sciences Po, il a pu constater que Sarkozy de Nagy Bosca n'y figure pas, ce qui signifie qu'il n'a pas mené ses études à leur terme et ne peut donc se parer du titre d'ancien élève réservé aux seuls diplômés.

Et son DEA ? Pourquoi n'en trouve-t-on aucune trace dans les archives de Paris X Nanterre ? Tout simplement parce que si le candidat Sarkozy apparaît bien dans le procès verbal de la première session, il est ajourné pour ne pas s'être présenté à l’épreuve écrite terminale et n'avoir pas rendu son mémoire.

Et son certificat d'aptitude à la profession d'avocat ? Obtenu sur le fil avec la note médiocre de 20/40 (7/20 à la première épreuve et 13/20 à la seconde)

Mais rappelons aussi, pour compléter le tableau, les notes obtenues au bac par le candidat 18917 en 1973 (Jury 80, lycée Molière) : 7/20 à l'épreuve écrite de français et 12 à l'oral (voilà pourquoi il s'exprime toujours dans un idiome approximatif), 9/20 en philo, 8/20 en maths (il a néanmoins su s'augmenter de 200 % !), 10/20 en anglais ("magnifical" s'exclama-t-il un jour en présence de la reine d'Angleterre) et 11/20 en économie (on n'est pas sorti de la crise ! ).

Avec 142 points sur 300, le médiocre petit candidat fut recalé et fut obligé de se présenter au repêchage.



Ne nous étonnons donc plus des propos méprisants qui sortent donc de la bouche de ce vilain petit personnage médiocre et rancunier qui a tant souffert de ne jamais avoir été reconnu à sa juste valeur par ses professeurs.

Publié par DES PROFESSEURS DU COLLÈGE DE VONNAS (AIN).

A vous de transmettre avant que ça ferme !!!

_________________
"Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça." coluche
avatar
niouze

Messages : 5036
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: les infos de l'empereur

Message  spike le Sam 25 Sep - 14:04

Effectivement c'est pas super super rassurant^^
avatar
spike

Messages : 3721
Date d'inscription : 19/05/2009

http://anarchietotale.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: les infos de l'empereur

Message  ringostare le Dim 26 Sep - 7:48

oui, c'est marrant, mais faut quand même se méfier de ce genre d'info quand les sources ne sont pas un média reconnu.
avatar
ringostare

Messages : 82
Date d'inscription : 06/05/2010

http://www.anartisanart.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: les infos de l'empereur

Message  niouze le Dim 26 Sep - 13:28

pas un media reconnu mais pas non plus un truc sorti de nul part (tout doit pouvoir etre vérifiable)
quand je dit que la source est perrave c'est parceque la fondation copernic est un espece de réunion de pensé( 'think thank en anglais) qui je cite "veut remettre a l'endroit ce que le liberalisme fait fonctionner a l'envers " dont les membre sont ...socialo , attac , parti de gauche ....bref une bonne blague
apres pour le texte la ou sa me fait rire c'est pas qu'il ai pas de diplome (apres tout pourquoi un ouvrier ne pourrait etre président) mais plus dans ce que sarko aimerait qu'on croit de lui

_________________
"Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça." coluche
avatar
niouze

Messages : 5036
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: les infos de l'empereur

Message  niouze le Mer 29 Sep - 15:51

Quand "Newsweek" fait de Sarkozy le symbole de l'extrême droite européenne
LEMONDE.FR | 29.09.10 | 09h30 • Mis à jour le 29.09.10 | 11h56

R
La "une" du magazine américain "Newsweek" pour la semaine du 4 octobre.


La presse anglo-saxonne épingle une nouvelle fois Nicolas Sarkozy. Après The Economist, qui s'était moqué du "président qui rétrécit" début septembre, c'est au tour de l'hebdomadaire américain Newsweek de choisir le chef de l'Etat français pour illustrer sa "une", dans son édition européenne datée du 4 octobre. Ce sur un sujet bien précis : la montée de l'extrême droite en Europe.

Le dossier du magazine s'appuie sur l'arrivée des nationalistes au Parlement suédois pour tirer le portrait d'un vieux continent hanté par le repli identitaire, minant le projet européen alors que la crise économique et le chômage attisent les ressentiments.

"COUP DE FOUET POPULISTE"

"La région la plus démocratique du monde est désormais le terreau des politiques extrêmes", analyse le journaliste Denis MacShane. Elles s'appuient selon lui sur "ceux qui relient leurs déboires nationaux aux immigrés – ou aux puissances nucléaires, ou à l'Union européenne, ou aux musulmans, ou aux juifs, ou au marché, ou aux Etats-Unis".

C'est dans ce contexte que Nicolas Sarkozy, "à la recherche d'un coup de fouet populiste pour retrouver son aura politique", a, selon l'auteur, "lancé une campagne de violentes accusations et d'expulsions forcées contre la minorité rom". Il rappelle ensuite les contestations de la commissaire européenne Viviane Reding, qui n'était "pas loin de traiter Sarkozy de nazi."

Denis MacShane conclut cependant son article en mettant en garde contre les "mythes" et la nature des comparaisons à donner à ce renouveau populiste, estimant que les démocraties européennes et les capacités d'intégration des étrangers restent "fortes".
LeMonde.fr


si c'est newsweek qui le dit ....

_________________
"Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça." coluche
avatar
niouze

Messages : 5036
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: les infos de l'empereur

Message  ivo le Dim 24 Oct - 12:26

Sondage: sept Français sur dix mécontents de Sarkozy
http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/societe/20101024.FAP9987/sondage-sept-francais-sur-dix-mecontents-de-sarkozy.html

PARIS (AP) — La cote de popularité de Nicolas Sarkozy est tombée à 29% (-3 points) dans le contexte de conflit social sur la réforme des retraites, alors que sept Français sur dix (70%) se disent mécontents du président, selon le baromètre mensuel IFOP pour "Le Journal du dimanche".

Les plus critiques sont les professions intermédiaires, employés et ouvriers (79, les plus positifs étant les commerçants, artisans et chefs d'entreprise (38%), et les retraités (37%).

Parmi les salariés du secteur privé, 26% se déclarent satisfaits et 73% insatisfaits, tandis que dans le public, 18% apprécient l'action de Nicolas Sarkozy contre 81% qui la désapprouvent.

Les sympathisants du parti présidentiel, l'UMP, se déclarent en revanche contents de M. Sarkozy à 79% (contre 20.


- Sondage réalisé par téléphone et à domicile du 14 au 22 octobre auprès d'un échantillon de 1.828 personnes sélectionné selon la méthode des quotas pour être représentatif de la population française âgée d'au moins 18 ans. AP
avatar
ivo

Messages : 26571
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: les infos de l'empereur

Message  ivo le Lun 1 Nov - 20:39

Grèce : un colis piégé adressé à Sarkozy
France Info - 15:24

Trois colis piégés ont été interceptés par la police athénienne. Un des colis a explosé au siège d’une société de courrier à Athènes. Des artificiers de la police ont désamorcé deux autres bombes dissimulées dans des paquets, dont l’un était destiné au président français Nicolas Sarkozy.

Rien à voir avec Al Qaïda. Selon les enquêteurs, les suspects pourraient appartenir à des groupes d’extrême gauche.
Ces deux hommes de nationalité grecque, âgés de 22 et 24 ans, ont été arrêtés dans le centre d’Athènes après l’explosion d’une lettre piégée adressée à l’ambassade du Mexique. L’un deux serait membre des "Cellules du complot du feu", un groupuscule gauchiste grec. Ces hommes ont eu trois paquets piégés en leur possession.

D’après les premiers éléments de l’enquête, le colis qui a explosé était destiné à l’ambassade du Mexique en Grèce. "L’engin a sauté quelques minutes après avoir été livré par deux hommes" au centre de tri postal, a indiqué un responsable de la police. Une employée souffre de brûlures superficielles.

Un second paquet devait être livré à l’ambassade des Pays-Bas. Enfin le troisième "était adressé au président de la République française, Nicolas sarkozy" . "L’affaire apparait de fait assez ridicule, dans le cas de M. Sarkozy il est évident que ce paquet n’aurait jamais pu atteindre son destinataire", a commenté le porte-parole de la police, Thanassis Kokalakis.
Des colis piégés désamorcés à Athènes, dont l’un était adressé à Nicolas Sarkozy

En juin, un proche collaborateur du ministre grec de la Police avait été tué dans l’explosion d’un colis piégé au ministère.
avatar
ivo

Messages : 26571
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: les infos de l'empereur

Message  ivo le Mer 3 Nov - 21:29

Le boss du Canard Enchaîné : "Sarkozy a plus recours aux services secrets que Chirac et Mitterrand"
http://www.lepost.fr/article/2010/11/03/2291432_le-boss-du-canard-enchaine-sarkozy-a-plus-recours-aux-services-secrets-que-chirac-et-mitterrand.html
03/11/2010 à 13h29 - mis à jour le 03/11/2010 à 17h36 | 13447 vues | 83 réactions
Sur Le Post, le rédacteur en chef du Canard Enchaîné, auteur de l'article sur le présumé espionnage de journalistes par le chef de l'Etat, affirme avoir été informé par "plusieurs personnes de confiance"


Nicolas Sarkozy lors de son discours face à l'Association des Journalistes de l'Information Sociale | REUTERS/© Benoit Tessier / Reuters

Le Canard Enchaîné affirme dans son édition du 3 novembre que Nicolas Sarkozy superviserait personnellement la surveillance par la division centrale du renseignement intérieur (DCRI) des journalistes travaillant sur des affaires sensibles. L'Elysée estime cette accusation "totalement farfelue" et Xavier Bertrand a affirmé mercredi sur RTL que c'était du "grand n'importe quoi". Le ministère de l'Intérieur préfère "ne pas commenter" les affirmations du journal satirique. La gauche demande une enquête.

De son côté, la DCRI ne dément pas totalement les affirmations de l'hebdomadaire satirique. Si elle précise que le directeur de la DCRI, Bernard Squarcini, n'a "jamais eu d'instructions de Nicolas Sarkozy depuis que celui-ci est président de la République", elle ne
réfute pas la surveillance de certains médias, explique que "la DCRI ne s'occupe pas des journalistes, mais, éventuellement, de leurs sources."


Contacté par Le Post, l'auteur de l'article, Claude Angeli, rédacteur en chef du Canard Enchaîné, affirme avoir été informé par "plusieurs personnes de confiance". Et ironise : "Quand Le Canard sort des affaires qui l'arrangent, Nicolas Sarkozy ne dit rien mais quand c'est le contraire, c'est farfelu..."

Vous citez des sources anonymes au sein de la DCRI, comment pouvez-vous être sûr de ne pas être manipulé ?
"Mes sources couvrent Squarcini donc ce n'est pas une manoeuvre interne. On ne sort pas une telle info, avec un titre pareil, sans biscuits [informations, ndlr]. Ce n'est pas un informateur qui m'a appelé comme ça... Bien sûr, la preuve formelle, la conversation entre Squarcini et son équipe, je ne l'ai pas mais ce sont plusieurs personnes de confiance qui m'ont informé. Je ne peux pas être manipulé car ce sont des fuites à la DCRI."


Pour Xavier Bertrand, "ce n'est pas la première fois que Le Canard enchaîné est pris en flagrant délire", rappelant que votre journal "avait dit que dans le futur avion du président de la République, il y aurait même une baignoire". Ce qui s'est révélé faux...
"Le démenti de Xavier Bertrand m'a bien fait rigoler. Il est normal qu'il démente car nos infos les gênent..."

Dans l'entourage de Nicolas Sarkozy, on reprend l'argument de Bertrand : on juge votre information "aussi crédible que lorsque certains parlaient de l'installation d'une baignoire dans l'avion du président".
"Au départ, c'était une baignoire. En fait, c'est une douche... On était pas loin. Je croyais que Bertrand avait trouvé tout seul cet argument mais je constate que c'est un élément de langage de l'Elysée, en guise de contre-attaque (rires)."

"L'Elysée a dit que notre info était 'farfelue'. Mais ce que je trouve bizarre dans ce communiqué, c'est que le 23 mars 2005, notre journal avait publié un article intitulé 'Sarkozy mis sur écoutes'. On l'appelle, il ne veut pas s'exprimer publiquement mais attribue ces écoutes au couple Chirac-Villepin, qui ne dément pas. À l'époque, nos infos n'étaient pas farfelues ! Quand Le Canard sort des affaires qui l'arrangent, Nicolas Sarkozy ne dit rien mais quand c'est le contraire, c'est farfelu..."

Avez-vous des exemples concrets de journalistes qui seraient sous surveillance ?
"Le Canard a lui-même été victime d'espionnage début 2009, quand il sortait des infos sur le Quai d'Orsay. À l'époque, on convoquait des diplomates à la DCRI pour tenter de confondre nos sources."

"Après, il y a des choses que l'on sait mais qu'on ne peut pas écrire car on n'a pas les preuves ou parce que ça mouillerait une source. Mais par exemple, dans l'affaire des rumeurs [sur la vie privée du couple présidentiel, ndlr], l'enquête avait été confiée à la DCRI. C'est aussi la DCRI qui a identifié David Sénat [le conseiller de Michèle Alliot-Marie, auteur présumé des fuites au journal Le Monde dans l'affaire Bettencourt, ndlr]."


Que pensez-vous des vols d'ordinateurs de journalistes enquêtant sur l'affaire Bettencourt ?
"Je remarque que quand on l'a interrogé sur le sujet, Nicolas Sarkozy n'a rien dit ! Il aurait pourtant dû condamner ces vols, en espérant que la police et la justice feraient le nécessaire pour qu'il n'y ait pas d'atteinte à la liberté des journalistes. Je ne le soupçonne pas d'avoir commandité ces vols mais il aurait dû les condamner. Comme il ne l'a pas fait, cela nourrit les soupçons. D'ailleurs, dans cette affaire des cambriolages, les sources ont peur de parler. La seule chose que l'on sait, c'est que ce n'est pas la DCRI qui est derrière tout ça."


Pensez-vous être vous-même sous surveillance ?
"Je ne vais pas jouer la parano... On est pas sous Ceaucescu ! Mais c'est vrai qu'au Canard, tout le monde fait attention..."


Pour les journalistes d'investigation, est-il plus difficile d'enquêter sur des affaires sensibles aujourd'hui que sous Mitterrand ou Chirac ?
"La liberté de la presse existe aujourd'hui : on peut tout écrire, on est libre. Mais c'est vrai que c'est un peu plus dur sous Sarkozy que par le passé car nous sommes dans un système pyramidal avec un chef qui contrôle tout. Aujourd'hui, il est plus difficile de trouver des infos que lorsque le pouvoir est plus dispersé, comme c'était le cas sous Mitterrand et Chirac."

"Ayant peur des fuites, Nicolas Sarkozy a plus recours aux services secrets et aux services de la police que Chirac et Mitterrand. Pour éviter ces fuites tant redoutées, il a lui-même nommé ses proches à la tête de la DGSE (la Direction générale de la sécurité extérieure, ndlr], de la DCRI ou à la police nationale."


"Mais quelque soit le Président, il est toujours très compliqué de sortir des informations sur le pouvoir. Tout est très fermé dans l'administration. Il faut bosser ! Sous Chirac, on a sorti plusieurs choses sur la mairie de Paris mais ce n'était pas simple. Sous Mitterrand, il n'était pas aisé de trouver des infos car les plus sensibles n'étaient connues que d'un petit cercle."


Alex Lemarié
Journaliste à la rédaction du Post

Sources : Le Post, Le Monde.fr, RTL.fr
avatar
ivo

Messages : 26571
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: les infos de l'empereur

Message  niouze le Sam 6 Nov - 12:51

sa devient une affaire d'etat ^^
Journalistes espionnés : plaintes de Guéant et Squarcini
Par Sophie Verney-Caillat | Rue89 | 06/11/2010 | 11H14

« C'est la première fois de ma vie que je porte plainte », a confié Claude Guéant au Journal du Dimanche, qui révèle que le secrétaire général de l'Elysée et du patron du contre-espionnage, Bernard Squarcini portent plainte en diffamation contre Le Canard enchaîné.

L'hebdomadaire satirique avait publié une bombe ce mercredi en affirmant que Nicolas Sarkozy supervisait personnellement l'espionnage de journalistes.


Le lendemain, Mediapart affirmait que Claude Guéant était l'homme qui organisait la surveillance. Deux de ses journalistes enquêtant sur les affaires Karachi et Bettencourt, auraient été « géolocalisés » par les services français lors de leurs déplacements pour rencontrer leurs informateurs.

Claude Guéant a rencontré son avocat vendredi soir, selon le JDD, qui le cite :

« On ne peut pas laisser dire n'importe quoi, il y a des limites à tout. Et puis il y a tellement de journalistes disant du mal du Président, je le déplore, que cette tâche que l'on m'impute serait gigantesque ! Tout cela est absurde. »

Une tentative de diversion selon Squarcini

De la même façon, Bernard Squarcini, patron de la Division centrale du renseignement intérieur (DCRI), bouillonne. Accusé d'être au cœur du cabinet noir de l'Elysée, il attaque sur un autre front et y voit une tentative de diversion :

« On tente de déstabiliser la boutique à un moment où la menace terroriste n'a jamais été aussi forte. »
AHAHAH
Se posant en patron solide d'une maison attaquée, l'homme insiste sur le fait que son « seul vrai métier » est de déjouer les complots terroristes. Accompagné de son supérieur, le directeur général de la police nationale (DGPN) Frédéric Péchenard, il a fait l'objet d'une audition à huis-clos, jeudi, par la délégation parlementaire au renseignement.

Le Canard devra donc se défendre devant la justice des accusations qu'il a publiées. L'article qui a mis le feu aux poudres est signé Claude Angeli, le rédacteur en chef de l'hebdomadaire, qui cite des sources anonymes au sein de la DCRI et dit avoir les preuves de ce qu'il affirme.

On peut se demander pourquoi la décision a été prise, au Palais, de porter plainte. En effet jeudi, l'Elysée, joint par Le Point.fr, qualifiait l'article du Canard de « farfelu » :

« Le Canard enchaîné n'est pas le Washington Post ou le New York Times. Claude Angeli n'est ni Bob Woodward ni Carl Bernstein. […] Pour autant, nous n'attaquerons pas Le Canard enchaîné en diffamation, comme il est de tradition. »

Pas d'intérêt pour les journalistes mais pour les sources

Les soupçons d'espionnage de journalistes ou de leurs sources n'en sont pas à leur premier épisode. Rappelons les précédents :

* Rachida Dati est persuadée d'avoir été mise sur écoute pour avoir alimenté en avril des « rumeurs » sur le couple Sarkozy. L'ancienne garde des Sceaux est « en train de regarder » si elle portera plainte ou pas. En attendant, elle s'est vue supprimer tous ses avantages.

* Le Monde a porté plainte contre X pour violation du secret des sources parce que, selon le journal, « les services du contre-espionnage ont été utilisés pour rechercher l'informateur d'un de nos reporters », en l'occurence David Sénat, conseiller de Michèle Alliot-Marie, muté depuis. Squarcini avait déclaré à ce propos :

« Je ne m'intéresse pas aux journalistes mais aux sources lorsqu'elles sont haut placées dans les cabinets ministériels. »

* Les vols d'ordinateurs se sont multipliés au mois d'octobre : deux concernent des journalistes de Mediapart travaillant sur l'affaire Bettencourt-Woerth, un chez le journaliste du Monde chargé de la même affaire, et un autre au Point, encore en lien avec le même dossier.

► Mis à jour le 06/11/10 à 12h20. Ajout des précédents soupçons d'espionnage

_________________
"Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça." coluche
avatar
niouze

Messages : 5036
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 10 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum