Derniers sujets
» homophobie dans le monde ...
par ivo Hier à 8:59

» la police s'étonne qu'on ne l'aime pas
par ivo Hier à 8:44

» No Futur - la terre au 21° siecle
par ivo Hier à 8:36

» petits business entre amis
par ivo Hier à 8:31

» agriculture
par ivo Dim 19 Nov - 8:26

» immigration ...
par ivo Dim 19 Nov - 8:23

» <<< Santé >>>
par ivo Dim 19 Nov - 8:21

» droites extremes
par ivo Sam 18 Nov - 11:01

» les photos d'actus - l'info en résumé
par ivo Sam 18 Nov - 10:36

» Birmanie
par ivo Sam 18 Nov - 10:35

» enfance ...
par ivo Sam 18 Nov - 10:33

» U.E.
par ivo Sam 18 Nov - 10:10

» pologne
par ivo Sam 18 Nov - 8:44

» Révolution russe
par niouze Ven 17 Nov - 12:17

» No Futur - l'espace au 21° siecle
par ivo Ven 17 Nov - 8:36

» Réunionnais de la Creuse
par ivo Ven 17 Nov - 7:56

» macronie
par ivo Ven 17 Nov - 7:49

» la phrase du jour
par ivo Ven 17 Nov - 7:13

» rwanda
par ivo Jeu 16 Nov - 9:49

» médias ? quels médias ??
par ivo Jeu 16 Nov - 9:27

» flicage total du net
par ivo Jeu 16 Nov - 8:19

» internet , technologie, ...
par ivo Jeu 16 Nov - 8:07

» blancs comme neige ^^
par ivo Mer 15 Nov - 8:30

» Infos insolites.
par ivo Mer 15 Nov - 8:04

» ZAD partout ?
par niouze Mar 14 Nov - 17:54

» Nucléaire mon amour ...
par ivo Mar 14 Nov - 10:01

» pape, cathos, vatican et autres ....
par ivo Mar 14 Nov - 9:00

» Necronomacron
par ivo Lun 13 Nov - 7:46

» pesticides / fongicides
par ivo Dim 12 Nov - 8:42

» monde - stupéfiants
par ivo Dim 12 Nov - 8:20

» état d'urgence et autres restrictions....
par ivo Dim 12 Nov - 8:16

» conditions de travail ...
par ivo Dim 12 Nov - 8:10

» ... 14/18 ...
par ivo Dim 12 Nov - 8:07

» Combien d’autres murs à faire tomber ?
par ivo Sam 11 Nov - 10:23

» salaires
par ivo Sam 11 Nov - 9:15

» impots
par ivo Sam 11 Nov - 9:12

» contre l'esclavage moderne
par ivo Sam 11 Nov - 9:01

» démocratie et justice ...
par ivo Sam 11 Nov - 8:33

» Today's joke
par ivo Ven 10 Nov - 9:49

» Les prisons: questions.
par ivo Ven 10 Nov - 9:04

» Affaire de Tarnac
par ivo Mer 25 Oct - 11:20

» vite, je vais vomir ...
par ivo Mer 25 Oct - 10:13

» [Deutschland- Österreich] Allgemeine Informationen. [Allemagne- Autriche] Informations générales.
par ivo Mer 25 Oct - 10:00

Suisse >>>.

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Suisse >>>.

Message  ivo le Sam 17 Mar - 11:15

-le fait que le peuple suisse est constamment appelé aux urnes. on nous demande notre avis peut-être (au moins) 1 fois par mois ! les gens en ont marre de faire leur devoir civique. jles comprend. même si je fais une distinction entre votation et éléction je n'ai jamais approuvé ce système car c'est voter des lois et des lois et toujours des lois (et les elections... bah vous pensez bien ce que j'en pense !). donc ya plus que les vieux et les fachos qui votent. les autres en ont rien à carr'. ce qui fait que la majorité c'est pas les votants, mais souvent les abstenants ! et ca, c'est trop honteux pour qu'on le dise haut et fort ! La démocratie directe qu'on se tape ! ya ombre au tableau...

on est pas dans la merde avec ça ...
décidément le patriarcat autoritaire et la delegation ont de beaux jours devant eux ...
avatar
ivo

Messages : 26686
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Suisse >>>.

Message  spike le Sam 17 Mar - 11:28

Après moi je comprends pas trop la lassitude que tu évoques flippy c'est cool de donner toujours son avis non alors qu'ici une élite décide pour nous.... Bon après c'est vrai que le reste semble tellement pourris que c'est carrément hypocrites.
avatar
spike

Messages : 3721
Date d'inscription : 19/05/2009

http://anarchietotale.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Suisse >>>.

Message  flippy le Sam 17 Mar - 12:11

bah tu vois en fait on élis des gars pour qu'ils écrivent des textes de lois qu'on va voter ensuite.... du coup c'est quand même les élites qui font les lois, toi tu dis OUI ou NON... c'est pas ce que j'appelle donner son avis.

après ya les référendums et initatives populaires et autres mais bon... c'est toujours un pur bordel administratif et si t'es pas organisé en parti pour récolter des signatures bah tu peux toujours te brosser.

et les gars ils sont forts pour écrire des projets de lois obscurs que personne ne comprend, du coup ca favorise pas non plus l'intêret général (y'en a qui peuvent faire un débat de plusieurs heures sur la place d'une virgule dans un texte de loi ! véridique !)... les gens se contentent de voir ce que leur partis appellent à voter, et ils font des fois l'effort de mettre l'enveloppe dans l'urne mais la plupart du temps i z'en ont rien à secouer, et je les comprends...


ensuite je parle personnellement, je sais que je suis un très mauvais perdant. et les fois ou j'ai voté (pour la suppression de l'armée, contre les lois inhumaines sur les étrangers, et sur la dépénalisation de la beuh) bah j'ai perdu. contre ces suisses allemands complètement mous du bulbes, moutons mais majoritaires... et oui. on a 5 cantons francophones sur 22 - cf carte-... et ca se passe à la majorité des cantons... bref on subit un peu la dictature des röstis
et ca me fait rager alors autant en avoir rien à foutre et pas perdre systématiquement ! mais j'aimerais bien une fois participer à une monstre teuf après un résultat positif car y'en a eu aussi faut pas exagérer non plus.

carte des cantons :


en tous cas en suisse le patriarcat et la délégation de pouvoir sont encore bien à l'ordre du jour en effet.

mais moi je les emmerde. je vis ma vie et je leur dis FUCK
avatar
flippy

Messages : 21
Date d'inscription : 18/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Suisse >>>.

Message  spike le Sam 17 Mar - 14:15

Merci flippy! Donc leur système c'est un peu de l' esbroufe en fait......
avatar
spike

Messages : 3721
Date d'inscription : 19/05/2009

http://anarchietotale.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Suisse >>>.

Message  flippy le Dim 18 Mar - 11:35

carrément.

pour résumer reprenons coluche qui nous a dit la célèbre phrase

"la dictatture c'est ferme ta gueule, la démocratie c'est cause toujours".

la suisse n'est pas (encore) une dictature, mais qu'est-ce qu'elle est démocrate !

mais ya aussi des choses souterraines qui se passent... des réseaux de l'ombre, un mouvement et un milieu qui tentent de se battre - encore heureux- car genève, et la suisse romande en général, a un passé mouvementé dans l'histoire de la lutte pour le logement, (ou contre le nucléaire lorsque ce n'était pas envore une affaire de parti couleur gerbe) c'était l'une des villes les plus squattées d'europe ! devant amsterdam et barcelone !

indy suisse romande se fait infiltrer par des connards à texte conspirationistes sauce complot mondial NWO machin machin... les fafs s'en donnent à coeur joie et rien n'est modéré... ca fait pitié !

ca fait chier parce que ya plein de personnes qui vont lire indy, et c'est nul que ca soit si mal géré.
du coup on s'est regroupé sous un autre site : lereveil.ch
(d'ailleurs je viens d'apprendre par le site que ya une nouvelle occup' à genève.... grandiose !)

si vous voulez aller glaner des infos jcrois que c'est plus approprié le reveil. (qu'est-ce que ca me fait chier de faire de la pub pour le reveil j'étais plutot pour ne pas lacher indy, mais bon ya du boulot !)
avatar
flippy

Messages : 21
Date d'inscription : 18/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Suisse >>>.

Message  ivo le Mer 23 Mai - 19:29

Suisse
fr info
C'est une hécatombe, 100.000 colonies d'abeilles, ont péri l'hiver dernier, soit près de la moitié des colonies du pays. Un triste record.

Comme dans d'autres pays, c'est le parasite Varroa destructor qui serait responsable. Selon les scientifiques, le parasite raccourcit la durée de vie des abeilles d'hiver de 5 à 6 mois de sorte que la colonie ne survit pas à l'hiver.
il a bon dos varroa.
et les "scientifiques" .... no comment ...
avatar
ivo

Messages : 26686
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Suisse >>>.

Message  ivo le Dim 23 Sep - 9:14

En Suisse, le canton de Berne sera-t-il toujours un paradis fiscal ? Référendum ce dimanche
fr info
C'est dans ce canton suisse que Johnny Hallyday est imposé. Le système fiscal y est particulièrement avantageux pour les plus fortunés. Un système, réservé aux étrangers, dont le maintien est soumis ce dimanche à consultation.

Johnny et les autres multimillionnaires domiciliés à Gstaad, la station de ski huppée du canton de Berne, vont-ils bientôt faire les valises ? Peut-être, si le forfait fiscal qui les avait attirés-là devait disparaître. Forfait qui permet aux riches exilés fiscaux d'être taxés non pas sur leurs revenus ou leur fortune, mais sur leurs dépenses en Suisse. Autant dire qu'à l'arrivée la note est bien plus légère. Ce système doit-il être maintenu ou aboli : la question est posée ce dimanche aux habitants de ce petit paradis fiscal.

5.000 exilés fiscaux en Suisse

Chaque canton est libre de choisir les conditions de son forfait. Mais quatre déjà ont décidé de mettre fin à ce système. Ceux de Zurich, Schaffhouse et Appenzell Rhodes-Extérieurs ces dernières années et celui de Bâle-Ville a prévu, la semaine passée, de l'abolir en 2014. Il faut dire que ces cadeaux fiscaux, réservés aux étrangers, sont de plus décriés en Suisse. On compte environ 5.500 grosses fortunes venues se réfugier dans le pays, dont 2.000 françaises, selon le magazine Challenge. Et même au niveau fédéral, la question de la pérennité de ces privilèges agite les milieux politiques. La chambre basse, la semaine dernière, a refusé de les supprimer complètement mais accepté d'augmenter le niveau d'imposition de ces riches étrangers.

Si le référendum dans le canton de Berne supprime le forfait fiscal, le chanteur Johnny ira-t-il s'installer ailleurs ? Selon le journal helvète Le Matin, il n'aurait payé en 2011 que 581.000 euros pour un peu moins de cinq millions de revenus.
avatar
ivo

Messages : 26686
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Suisse >>>.

Message  ivo le Lun 24 Sep - 20:37

Un représentant du Parti Pirate élu maire en Suisse
fr info
La petite ville d'Eichberg, dans le nord-est de la Suisse, est la première commune au monde à élire un représentant du Parti Pirate comme maire. Alex Arnold, développeur de logiciel de 31 ans, a recueilli 60% des suffrages. Le Parti Pirate se félicite et qualifie ce résultat d'"étape importante".


Capture d'écran de la page Facebook d'Alex Arnold, membre du Parti Pirate Suisse et nouveau maire d'Eichberg

Une première mondiale. La petite ville suisse d'Eichberg, près de la frontière avec le Liechtenstein, compte un peu moins de 1.500 habitants. Un petit village mais qu'importe, c'est bien le résultat qui satisfait les cadres du Parti Pirate.

Un maire Pirate, une première

Il existe déjà un maire issu du Parti Pirate, en Allemagne. À Eixen, le premier magistrat est membre du Piratenpartei. Mais il a pris sa carte après avoir été élu.

Dimanche, c'est bien en tant que membre du Parti Pirate qu'Alex Arnold a été élu maire d'Eichberg, village dont il est originaire. Selon le quotidien 20minutes suisse, il a recueilli 60% des voix, emportant 349 votes contre 145 pour son principal rival, membre du parti conservateur de droite, l'UDC. La participation était bien présente puisque 65% des électeurs se sont déplacés pour aller voter.

La section régionale du Parti pirate a été fondée en novembre dernier à St-Gall, le canton d'Eichberg. Les pirates s'étaient présentés aux élections cantonales st-galloises en mars, où ils avaient récolté 1,3% des suffrages.

Le nouveau maire de Eichberg a 31 ans, il est développeur de logiciel. En bon adepte d'internet, Alex Arnold choisi Twitter pour remercier ses électeurs.

Mit über 60% der Stimmen gewählt! ^^

— Alex Arnold (@_AlexArnold) Septembre 23, 2012
Élu avec plus de 60% des voix !
Eichberg hat gewählt. Mit klarer Mehrheit hab ich die Wahl um das Präsidium gewonnen. Danke Eichberg für das vertrauen! Und bis bald.

— Alex Arnold (@_AlexArnold) Septembre 23, 2012
Eichberg a choisi. J'ai gagné l'élection avec une nette majorité. Merci à Eichberg pour sa confiance. Et à bientôt.

"Une étape importante pour le parti"

Sur le site Pirate Times, le président du Parti Pirate Suisse se félicite : "Ce résultat est une étape importante pour notre jeune parti", explique Thomas Bruderer. "Remporter un scrutin majoritaire démontre que nos membres ne font pas partie d'une phénomène marginal mais sont bien ancrés dans la société", ajoute-t-il.

Cette mouvance politique est très jeune. Initiée en Suède en 2006, elle ne se revendique ni de gauche ni de droite et milite pour un internet libre, la liberté de communication ou le partage des fichiers.

Le modèle à suivre est sans conteste le Parti Pirate allemand. Il compte des élus dans quatre parlements régionaux (Berlin, Sarre, Schleswig-Holstein et Rhénanie-du-Nord-Westphalie). Il y a également des élus en Suède et en Autriche.

C'est surtout le style des Pirates qui séduit, avec une autre façon de faire de la politique. Les militants peuvent donner leur avis, les débats se déroulent sur internet ou sur Twitter et les adhérents peuvent avoir un poids réel dans les décisions.

L'Allemagne revendique 25.000 militants en Allemagne. Ils sont à peine 300 en France. Aux dernières législatives, le Parti Pirate français a présenté une centaine de candidats.
avatar
ivo

Messages : 26686
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Suisse >>>.

Message  ivo le Sam 3 Nov - 9:00

Suisse : Une initiative de l'association Ecopop contre la surpopulation
http://www.zinfos974.com/Suisse-Une-initiative-de-l-association-Ecopop-contre-la-surpopulation_a49108.html
Une idée pour le moins surprenante du groupe écologiste suisse Ecopop...Il a déposé aujourd'hui une initiative afin de protéger la nature et limiter le besoin de constructions nouvelles. Ce qui n'est pas sans semer la zizanie parmi les partis politiques suisses, parvenant à séduire une partie de la droite populaire...

Selon un site du ministère des Affaires étrangères, "avec une densité moyenne de 193 habitants par km² de la surface productive, la Suisse est un pays très densément peuplé".

Pour le secrétaire général du parti Ecopop, Andreas Thommen, "si l'on estime que les migrants vont atteindre le même train de vie moyen des Suisses dans le futur, ce développement n'est pas durable à la longue".

C'est pour cette raison que cette proposition vise avant tout les migrants, de plus en plus nombreux en Suisse depuis l'ouverture des frontières aux Européens en 2007. Le texte, appelé "Halte à la surpopulation", propose de limiter à 0,2% par an le nombre d'immigrés dans le pays.

Pour arriver à ce chiffre, l'association s'est basée sur la formule mathématique du biologiste américain Paul Ehrlich. Ce scientifique avait théorisé une formule, qui selon lui, permettait de mesurer l'impact de la pression démographique sur la nature et l'environnement, en prenant en compte des facteurs comme le nombre d'habitants, la consommation par habitant et les techniques utilisées par la société.

Malgré la controverse de cette motion, Ecopop se dit "contre la xénophobie et le racisme". Philippe Roch, membre du comité de soutien dénonce une "réaction complètement hystérique" dans les médias, comme le relate le site lematin.ch : "quiconque remet en question la croissance de la population se fait tout de suite traiter de nazi".

Il espère que cette intitiative sensibilisera la population sur la question de la surpopulation.

Selon les derniers chiffres de l'Office fédéral des Migrations, la Suisse comptait fin 2011 plus de 1,8 millions d'étrangers sur un total de 8 millions d'habitants.
commentaires
Bonne initiative des suisses !
Que M. Hollande en prenne exemple !

Si chacun pouvait rester chez lui dans son propre pays , le monde serait plus heureux !
Les étrangers et surtout leurs enfants sèment le désordre dans le pays -accueilleur ... car ils ne s'adapteront jamais aux lois du pays ...ce qui les intéresse , c'est se faire du fric !
On voit en France , les affaires de drogues , de grand banditisme , le proxénétisme , de mafia ...ce sont les enfants des immigrés qui sèment la "merde" ...
Le FN a raison de dire à hautes voix ce que d'autres marmonent à voix basse ...
Si ça continue , les pays-accueilleurs seront foutus !
On voit maintenant en France d'où provient la majorité de la délinquance...On ne peut pas dire que cela vient essentiellement du Français de souche,de base,de racine,apel sa kom zote i vé!!!mais c'est clair et évident que nana un gros gros problème lié entre l'immigration et la délinquance!!!Mais lé vrai que maintenant le fait du dire ou d'écrire ou de suggerer ou d'insinuer le mot immigré,nana dé/trois couillons pou hurler au racisme etc etc etc....
avatar
ivo

Messages : 26686
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Suisse >>>.

Message  ivo le Dim 3 Mar - 19:02

Les Suisses disent "oui" à l'encadrement des rémunérations des grands patrons
fr info
Les Suisses ont voté à près de 68 % pour l'initiative Minder, instaurant un plus strict encadrement des rémunérations des patrons d'entreprises cotées en Bourse. Le texte interdit également les parachutes dorés. La Suisse devient l'un des Etats les plus stricts au monde dans le domaine.

Les Suisses ont donc dit oui, à 67,9 %, ce dimanche à l'interdiction des parachutes dorés pour les patrons, lors d'une initiative populaire contre les "rémunérations abusives", dite projet Minder du nom de Thomas Minder, homme d'affaires qui l'a proposée.

Sur la télévision suisse RTS, Thomas Minder, chef d'entreprise et sénateur UDC (Union démocratique du centre, droite populiste), a expliqué qu'il n'était pas surpris par ses premiers chiffres. "Le peuple a décidé de donner un signal fort envers les conseils d'administration, le Conseil fédéral (gouvernement) et le Parlement", a-t-il analysé.

Le texte, qui ne sera pas adopté avant un an, instaure trois principales mesures qui s'appliqueront aux entreprises cotées en bourse. La durée du mandat des membres du conseil d'administration sera limitée à un an. Les parachutes dorés et les primes pour des achats d'entreprises seront interdits. Dernière mesure, les rémunérations du conseil d'administration et de la direction devront être approuvées obligatoirement par l'assemblée générale des actionnaires.

Le "oui" en passe de l'emporter : reportage de Claude Cordier (00:01:02)
commentaires:
Les suisses gouvernent beaucoup par référendum, à quand le même système en France (rappelons que Mr Sarkozy s'est scandaleusement assis sur le dernier référendum français...) ? A ce jour il n'y a que Mme Le Pen qui propose ce système...
Même les suisses en ont ras le bol, tout un symbole !! Qu'en pense les tenants de la pensée unique néolibérale considérant la France comme un repère de "bolchévique" ? Que vont ils dire des suisses, qu'ils sont devenus des nord-coréens ? A l'UMP et au MEDEF, le déjeuner du dimanche doit être difficile à digérer :-)
A quand le même référendum en France?
Un pays qui va bien démocratiquement. Ceci serait impossible en france : nos élus ont bien trop peur de la démocratie directe ! Quand, en France, on rassemble 700'000 signatures en 15 jours pour saisir le CESE, celui ci se déclare incompétent ! (action du collectif la manif pour tous contre la mariage pour tous). On a encore des choses à apprendre, et le FN a encore de beaux jours ! Quand au sujet du plafonnement des salaires, interrogés nos élus de gauche : ils seront tous d'accord, mais pas un ne proposera quoi que ce soit en ce sens ! un peu comme le cumul des mandats quoi...
avatar
ivo

Messages : 26686
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Suisse >>>.

Message  ivo le Lun 10 Juin - 9:10

Suisse: près de 8 électeurs sur 10 se prononcent pour une restriction du droit d'asile
http://www.rfi.fr/europe/20130609-suisse-restriction-droit-asile-referendum
Le durcissement de la loi sur l’asile a été approuvé à une très large majorité de 78,5% par le peuple suisse. Consulté par référendum, il a donné son aval à un renforcement des conditions d’accueil que le gouvernement et le Parlement avaient déjà mises en place. La gauche, les Eglises et plusieurs organisations d’entraide en contestaient le bien-fondé. D’où le scrutin de ce dimanche 9 juin 2013.

Plus que le résultat qui semblait acquis d’avance, c’est l’ampleur de l’approbation donnée qui a surpris. De toute évidence, elle témoigne d’un certain rejet face à l’afflux des candidats à l’asile.

Leur nombre a fortement progressé au cours des dernières années, l’augmentation atteignant 80% depuis 2011.

Accélérer le processus

La nouvelle législation veut accélérer le processus de décision et limiter les motifs pouvant être invoqués lors d'une demande d'asile.

La Suisse restera tout de même proportionnellement un pays qui accepte quatre à cinq fois plus de réfugiés que l’Allemagne, la France et l’Italie.

Les conséquences ? Aldo Brina, chargé d'information sur le droit d'asile du centre social protestant et coprésident de l'association Stop exclusion à Genève détaille quelles pourraient être, de son point de vue, les conséquences de la votation du 9 juin :

Aldo Brina, responsable de la communication du centre social protestant
La Suisse envoie un signal très négatif à la communauté internationale.
avatar
ivo

Messages : 26686
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Suisse >>>.

Message  ivo le Lun 23 Sep - 8:57

Défense nationale: les Suisses gardent la conscription
http://www.rfi.fr/europe/20130922-defense-nationale-suisse-conscription-service-militaire-armee-metier
Les Suisses gardent la conscription (service militaire obligatoire). Appelés à se prononcer, au niveau fédéral, sur son remplacement par un système de volontariat ou une armée de métier, les citoyens de ce petit pays d'Europe ont répondu «non» à 73,2% ce dimanche 22 septembre.

Avec notre correspondant à Genève, Laurent Mossu

Pas de changement. L’armée de milice reste la règle. Le peuple suisse a catégoriquement rejeté toute idée d’abolition de la conscription. L’obligation de servir demeure en vigueur.

La coalition favorable à une Suisse sans armée est donc une nouvelle fois défaite. C’était la troisième fois qu’elle s’attaquait à l’institution militaire, véritable ciment de la Confédération helvétique.

C’est à une majorité de plus de 73% que les électeurs ont refusé de mettre un terme au système du « citoyen soldat », qui conserve à son domicile uniforme, arme et munitions.

Même si la symbiose entre civils et militaires s’effrite quelque peu - alors qu’elle a longtemps constitué l’âme de la nation -, les liens restent très forts.

Ce dimanche de votation a par ailleurs permis aux électeurs du Tessin, un canton jouxtant l’Italie, de se prononcer pour l’interdiction de la burqa. Intervenant après une mesure similaire frappant les minarets, cette votation désigne la Suisse à la vindicte des musulmans.
avatar
ivo

Messages : 26686
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Suisse >>>.

Message  ivo le Lun 30 Sep - 10:40

LES 44 FRANÇAIS LES PLUS RICHES EXILÉS EN SUISSE
01/12/2011 Mis à jour le 07/12/2011 à 18:55
http://www.rmc.fr/info/205355/les-44-francais-les-plus-riches-exiles-en-suisse/
Le magazine économique helvétique Bilan publie son classement annuel des 300 plus grosses fortunes de Suisse. Surprise: 44 Français « exilés fiscaux » y figurent, pour une fortune estimée à 30 milliards d'euros.
Si certains noms sont bien connus du grand public (Famille Peugeot, Benjamin de Rotschild, famille Taittinger, Daniel Hechter, Eric Guerlain... ), la plupart restent mystérieux. Pourtant, presque tous ont fondé ou dirigent de grands groupes de l'hexagone (Chanel, Hermès, Capgemini, Saint Yorre, Seb, Moulinex... ).
Découvrez ci-dessous cette liste, du plus riche au moins fortuné, ainsi que les sociétés dont ils sont - ou ont été - actionnaires ou dirigeants:

- Famille Wertheimer (Chanel...)
Fortune estimée entre 3.2 milliards et 4 milliards d'euros.
- Famille Castel (Thonon, Saint-Yorre,Vichy Célestin, "33 export...)
Fortune estimée entre 3.2 milliards et 4 milliards d'euros.
- Famille Primat (Schlumberger Limited)
Fortune estimée entre 1.6 milliard et 2.5 milliards d'euros.
- Benjamin de Rothschild (Groupe financier Edmond de Rotschild)
Fortune estimée entre 1.6 milliard et 2.5 milliards d'euros.
- Famille Peugeot (Groupe PSA)
Fortune estimée entre 1.2 milliard et 1.6 milliard d'euros.
- Famille Lescure (Seb, Tefal, Rowenta, Krups, Moulinex, Calor... )
Fortune estimée entre 1.2 milliard et 1.6 milliard d'euros.
- Famille Bich (Groupe Bic)
Fortune estimée entre 1.2 milliard et 1.6 milliard d'euros.
- Famille Mimran (Compagnie sucrière sénégalaise...)
Fortune estimée entre 1.2 milliard et 1.6 milliard d'euros.
- Héritiers Louis-Dreyfus (Groupe Louis-Dreyfus, Olympique de Marseille)
Fortune estimée 815 millions et 1.2 milliard d'euros.
- Claude Berda (Fondateur du groupe AB Prod)
Fortune estimée 815 millions et 1.2 milliard d'euros.
- Paul-Georges Despature (Damart...)
Fortune estimée 815 millions et 1.2 milliard d'euros.
- Famille Murray
Fortune estimée 815 millions et 1.2 milliard d'euros.
- Nicolas Puech (Hermès...)
Fortune estimée 815 millions et 1.2 milliard d'euros.
- Familles Defforey et Fournier (Carrefour)
Fortune estimée entre 650 millions et 730 millions d'euros.
- Famille Zorbibe (Lancel)
Fortune estimée entre 400 millions et 490 millions d'euros.
- Roger Zannier (Z, Kenzo, Kookaï, Oxbow, Chipie...)
Fortune estimée entre 400 millions et 490 millions d'euros.
- Famille Lejeune (SEITA...)
Fortune estimée entre 325 millions et 400 millions d'euros.
- Philippe Jabre (Jabre Capital Partners)
Fortune estimée entre 325 millions et 400 millions d'euros.
- Famille Harari
Fortune estimée entre 325 millions et 400 millions d'euros.
- Famille Taittinger (Champagne Taittinger)
Fortune estimée entre 325 millions et 400 millions d'euros.
- Alexandra Pereyre de Nonancourt (Champagne Laurent-Perrier)
Fortune estimée entre 245 millions et 325 millions d'euros.
- Denis Dumont (Enseigne Grand Frais)
Fortune estimée entre 245 millions et 325 millions d'euros.
- Michel Lacoste (Vêtements Lacoste)
Fortune estimée entre 245 millions et 325 millions d'euros.
- Georges Cohen (Groupe Sogeti)
Fortune estimée entre 245 millions et 325 millions d'euros.
- Nicole Bru-Magniez (Laboratoire UPSA)
Fortune estimée entre 165 millions et 245 millions d'euros.
- Michel Reybier (Cochonou, Aoste, Justin Bridou...)
Fortune estimée entre 165 millions et 245 millions d'euros.
- Alain Duménil (Acanthe Développement)
Fortune estimée entre 165 millions et 245 millions d'euros.
- Bruno Moineville (Réseaux câblés de France)
Fortune estimée entre 165 millions et 245 millions d'euros.
- Antoine Zacharias (Vinci)
Fortune estimée entre 165 millions et 245 millions d'euros.
- Hugues de Montfalcon de Flaxieu (Maxiris)
Fortune estimée entre 165 millions et 245 millions d'euros.
- Christian Picart (Buffalo Grill)
Fortune estimée entre 165 millions et 245 millions d'euros.
- Jean Pigozzi (Simca)
Fortune estimée entre 165 millions et 245 millions d'euros.
- Michèle Bleustein-Blanchet (Publicis)
Fortune estimée entre 165 millions et 245 millions d'euros.
- Thierry Roussel
Fortune estimée entre 165 millions et 245 millions d'euros.
- Daniel Hechter (Hechter)
Fortune estimée entre 80 millions et 165 millions d'euros.
- Philippe Hersant (Groupe Hersant presse)
Fortune estimée entre 80 millions et 165 millions d'euros.
- Paul Dubrule (Accor)
Fortune estimée entre 80 millions et 165 millions d'euros.
- Jean Louis David (Coiffure)
Fortune estimée entre 80 millions et 165 millions d'euros.
- Maurice et David Giraud (Pierre et Vacances)
Fortune estimée entre 80 millions et 165 millions d'euros.
- Eric Guerlain (Groupe Christian Dior)
Fortune estimée entre 80 millions et 165 millions d'euros.
- Famille Ducros (Ducros)
Fortune estimée entre 80 millions et 165 millions d'euros.
- Jérôme De Witt (Horlogerie De Witt)
Fortune estimée entre 80 millions et 165 millions d'euros.
- Dominique Frémont (Mauboussin)
Fortune estimée entre 80 millions et 165 millions d'euros.
où l'on (re)découvre qu'il existait de l'exil fiscal sous sarko avant que fraise des bois ne fasse "la guerre à la finance" ...
avatar
ivo

Messages : 26686
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Suisse >>>.

Message  ivo le Lun 30 Sep - 10:45

L’armée suisse simule l’attaque d’une France surendettée
http://www.lematin.ch/suisse/armee-suisse-simule-lattaque-dune-france-surendettee/story/28550466
MENACE — Dans un nouvel exercice de l’armée, le Jura français rebaptisé «Saônia», appuyé par la Brigade libre de Dijon, menace d’attaquer la Suisse si elle ne reprend pas une partie de sa dette.



Stabilo Due, qui prévoyait le chaos social européen et l’afflux de réfugiés, avait fait le tour du monde en 2012. Duplex-Barbara, le nouvel exercice des Brigades blindées que «Le Matin Dimanche» s’est procuré, se projette dans une Europe décimée par une longue dépression. «Saônia», Etat ruiné situé dans l’actuel Jura français, accuse la Suisse d’être responsable de son déclin. La Brigade de Dijon, organisation paramilitaire, menace d’envahir la Suisse si elle n’éponge pas la dette saônienne.

Menace pas crédible

«Pour sa crédibilité, l’armée suisse devrait travailler aux menaces du XXIe siècle», réagit Antoine Vielliard, conseiller général de Haute-Savoie. Le brigadier Daniel Berger réfute toute provocation: «L’exercice n’a strictement rien à voir avec la France. Il a été préparé alors que les relations franco-suisses étaient moins tendues. Des villes françaises sont citées uniquement pour donner des échelles réelles aux soldats.»
110 Commentaires
http://www.lematin.ch/suisse/armee-suisse-simule-lattaque-dune-france-surendettee/story/28550466?comments=1

............................................................
avatar
ivo

Messages : 26686
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Suisse >>>.

Message  ivo le Mar 1 Oct - 10:34

Suite à une longue crise économique, politique et sociétale, l'architecture politique et sécuritaire européenne s'effondre. Une majeure partie du continent fait face à une grande dépression, qui se caractérise par une montée des tensions internes et de la violence
>>>
http://www.lefigaro.fr/international/2013/09/30/01003-20130930ARTFIG00557-le-jour-o-les-brigades-de-dijon-attaqueront-la-suisse.php
59 commentaires
avatar
ivo

Messages : 26686
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Suisse >>>.

Message  ivo le Mar 8 Oct - 8:43

Cantonales à Genève : percée de l'extrême droite
http://www.courrierinternational.com/breve/2013/10/07/cantonales-a-geneve-percee-de-l-extreme-droite
Le Mouvement des citoyens de Genève (MGC) obtient 20 sièges sur 100 aux élections cantonales du canton de Genève du 6 octobre. Le programme de ce parti consiste à dénoncer "l'invasion des travailleurs frontaliers", notamment français, à Genève. "La percée populiste ne s'arrête pas là !" note le quotidien, puisque L'Union démocratique du centre (UDC) a également obtenu un bon score. "A gauche aussi, le discours des extrêmes a séduit les électeurs", ajoute le journal. "Ce vote protestataire pourrait rendre le canton ingouvernable."
avatar
ivo

Messages : 26686
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Suisse >>>.

Message  ivo le Jeu 30 Jan - 8:53

En Suisse, faux emplois pour vrais chômeurs
http://www.monde-diplomatique.fr/2013/07/KUEHNI/49363
Les syndicats et le patronat s’apprêtent à renégocier, à la fin 2013, la convention d’assurance-chômage française. Ils devront trouver comment remédier au déficit de l’Unedic, alors qu’il n’y a jamais eu autant de sans-emploi dans le pays. Pendant ce temps, la Suisse, elle, pousse jusqu’à son terme la logique d’activation, c’est-à-dire la politique visant à remettre au travail ceux que l’on soupçonne toujours de fainéantise.

Au chômage depuis plus d’un an, Claude, électricien de 50 ans, a demandé à suivre ce que l’on appelle communément en Suisse une « mesure active ». Son conseiller en placement l’a assigné à un « programme d’emploi temporaire » dans une université. Content de pouvoir exercer ses compétences, il commence par affirmer que le prestige de l’institution compense l’absence de salaire pour le travail effectué. Mais l’aura ne résiste pas longtemps au sentiment d’exploitation et à l’impression que ses « collègues » lui réservent le sale boulot : « Ce serait plus valorisant pour moi si je recevais un salaire. Pendant que je suis ici, c’est quand même l’assurance-chômage qui paie, et pourtant, pour le patron qui m’emploie, je suis un ouvrier, une force supplémentaire de travail ! »

Daniela, elle, est arrivée en Suisse à l’âge de 10 ans. Après avoir terminé la scolarité obligatoire sans décrocher de diplôme, elle a travaillé plusieurs années dans une usine. Le jour où celle-ci a fermé, elle s’est retrouvée au chômage. A 23 ans, elle a encore la vie devant elle et nourrit fermement l’espoir de devenir vendeuse. Au moment de notre rencontre, elle a un petit garçon de 2 ans et est enceinte de huit mois. Elle vit un calvaire : « Mon conseiller m’a obligée à faire quelque chose pour que je ne reste pas à la maison. Mais pour moi, ce n’est vraiment pas facile. » Se moquant ouvertement de ses projets professionnels, son conseiller en placement l’a envoyée dans une « entreprise » de tri de déchets électroniques qui fonctionne uniquement avec des sans-emploi. Elle se lève à l’aube pour amener son fils chez sa mère et s’échine ensuite toute la journée à démonter des télévisions usagées. Elle n’ose pas dire que son activité met sa grossesse en danger, de peur d’être sanctionnée ou, pire à ses yeux, de perdre son droit aux indemnités de chômage et de se retrouver mère au foyer.

De son côté, Joshua attend la retraite avec impatience. Logisticien de formation, à l’assistance publique depuis cinq ans, il décrit cette période comme une descente aux enfers. Lorsque son conseiller lui propose d’exercer une activité, il se montre enthousiaste. D’autant que l’intitulé de son poste est le même qu’au temps où il avait un emploi. A une différence près : aujourd’hui, il remplit des fiches de commandes fictives pour des clients imaginaires.

A priori, rien ne réunit ces trois personnes, si ce n’est que toutes sont sans emploi, inscrites dans un office régional de placement (ORP) et ont été assignées à un programme d’emploi temporaire. L’assignation est une procédure officielle par laquelle un conseiller en placement peut contraindre une personne inscrite dans un ORP à suivre une mesure active du marché du travail (MMT). Il en existe trois types : les mesures de formation, les mesures spécifiques et les mesures d’emploi, qui comprennent les programmes d’emploi temporaire, les semestres de motivation (pour les jeunes) et les stages en entreprises fictives.

Cumuler les contraintes

Mis en place au milieu des années 1990 dans le cadre de l’assurance-chômage, ces programmes visent à la « réinsertion rapide et durable » sur le marché du travail. D’une durée de trois mois, ils portent sur des activités « proches de la réalité professionnelle », selon les termes officiels, mais se gardent toutefois de « concurrencer l’économie privée ». Exercés sur une sorte de « marché du travail secondaire (1) », ils sont effectués dans des « entreprises » qui ne réunissent que des sans-emploi, dans l’administration publique ou dans des associations sans but lucratif. Refuser d’y participer constitue selon la loi sur l’assurance-chômage (LACI) une faute grave entraînant la suspension des indemnités pour une période déterminée (entre un mois et demi et trois mois).

La contrainte n’est pas, et de loin, la seule particularité de ces programmes. Le travail assigné échappe largement aux catégorisations ordinaires. Il ne s’agit pas d’un travail gratuit, puisqu’il est une contrepartie exigible en échange du versement des indemnités de chômage — lesquelles ne sont pourtant que le résultat légitime d’une cotisation. Et il ne s’agit pas non plus d’un emploi, puisqu’il ne donne pas droit à un salaire et aux prestations sociales qui lui sont généralement attachées. Aucune expression ne résume mieux la situation que celle de plusieurs des personnes rencontrées : c’est un « vrai-faux travail ». Dans leur esprit, les travailleurs assignés exercent un vrai travail, puisqu’ils produisent des biens et des services dans un rapport hiérarchiques ; mais ils parlent aussi de faux travail puisque, contrairement aux salariés, ils ne sont pas liés par un contrat classique, mais par un « contrat d’objectifs » qui définit les rapports hiérarchiques, la prestation et le temps mis à disposition, sans accord sur la rémunération. Pas de prévoyance retraite, par exemple, ni de possibilité de prolonger un droit au chômage.

En situation d’assignation, les personnes cumulent les contraintes liées au travail salarié et celles liées au chômage. Elles sont soumises à des impératifs d’horaires et de production et sont évaluées par des responsables de programme, mais elles doivent également rechercher activement un emploi et se présenter aux rendez-vous mensuels avec un conseiller en placement, y compris durant la durée du programme d’emploi temporaire. Ces deux impératifs ne fonctionnent pas sur le modèle des vases communicants : un investissement fort dans l’activité assignée ne peut compenser une recherche d’emploi insuffisante, ni l’inverse.

A l’occupation quotidienne, souvent fatigante et toujours chronophage, s’ajoute la préoccupation de retrouver un poste et de prouver les démarches entreprises, en sachant que ses moindres faits et gestes sont examinés à la loupe par les services dits compétents : à la fois les encadrants, qui évaluent la prestation de travail, et les conseillers en placement, qui évaluent le sérieux de la recherche d’emploi.

Comme tout manquement est susceptible d’être sanctionné, la situation d’assignation produit une tension permanente. Les personnes concernées parlent d’une situation d’« examen ». Elles s’insurgent contre leurs encadrants, qui les prennent parfois pour des « cas sociaux », des « ignorants » ou encore des « enfants ». Ainsi, Joshua, l’ancien logisticien, raconte : « Une dame nous faisait jouer aux dominos pour savoir si on comprenait quelque chose aux chiffres. Ou pire, elle nous faisait remplir des bons de commande avec des chiffres inventés, pour voir si on savait remplir des bons de commande… Toutes ces choses hypocrites ! » Dans ce qu’il nomme « la boîte », « il y a les encadrants, qui possèdent le savoir, et il y a les autres, nous, les ignorants, qui doivent apprendre. Moi, bien sûr, je n’ai rien contre apprendre, mais apprendre quoi ? ».

Clairement situés en deçà de l’emploi, les programmes n’autorisent cependant aucune dérogation à l’obligation de « faire comme si » il s’agissait d’un vrai travail. « Fixez-vous des objectifs », « Faites comme si vous étiez en emploi », « Donnez le meilleur de vous-même » : le répertoire des injonctions est infini. Difficile pourtant de se prêter au jeu lorsqu’on est mère célibataire d’un enfant en bas âge, et que l’on passe sa journée à répondre à des clients imaginaires sans gagner de salaire, tout en devant débourser le montant de la garde d’enfant !

Si les personnes rencontrées se plaisent à dire à leurs voisins qu’elles vont « bosser », la majorité taisent les conditions dans lesquelles elles exercent ce travail. Elles vivent ce temps d’assignation de façons très diverses : les uns se disent soulagés de quitter la solitude de leur foyer, d’autres rient sous cape, d’autres encore désespèrent de se sentir « pris au piège ». Pour tous cependant, la dimension fictive des « mesures actives » cristallise différentes tensions : le peu de sens et l’absence de reconnaissance du travail effectué, la pression pour retrouver rapidement un emploi, sans parler des soupçons de fainéantise, d’inaptitude au travail ou de manque de volonté qui pèsent sur les sans-emploi. Ils peuvent bien clamer haut et fort qu’ils n’ont rien à prouver puisqu’ils ont toujours travaillé : en situation d’assignation, ils se trouvent pris dans une relation qui annule leur expertise et leurs années d’expérience.

Le passage en emploi temporaire est souvent vécu comme une forme d’indignité qui marque au fer rouge l’appartenance à la catégorie des chômeurs plutôt qu’à celle des salariés. Toutes les personnes interrogées affirment sans détour gaspiller beaucoup d’efforts et d’énergie à défendre une identité de travailleur. De la dérobade à la colère, de l’arrêt-maladie aux conflits ouverts, elles ont élaboré une gamme de défenses plus ou moins coûteuses, plus ou moins « rentables », pour préserver leur estime d’elles-mêmes. Si certains dénoncent publiquement cette situation, d’autres la gardent secrète même devant leurs proches, l’omission et parfois le mensonge servant à les préserver d’un sentiment de honte. La plupart disent « tirer leur temps », comme ils tireraient une peine de prison.

Fragmentation des statuts

Toutefois, il serait erroné de ne conserver qu’une vision doloriste de ces activités. Dans les rares cas observés où il a été possible de créer un collectif de travail, certains se sont saisis de cette dimension fictive pour travestir certaines règles et investir le travail assigné d’un sens qui leur était propre. Ainsi, en l’absence de la responsable, les femmes assignées dans un magasin de seconde main offrent par exemple des jouets aux enfants des bonnes clientes. Comme leur travail n’est pas rétribué, elles prennent la liberté de donner !

L’idéologie qui sous-tend la mise en place des politiques d’activation a le mérite d’être limpide : traquer et stigmatiser toute forme de non-emploi, et sacraliser le travail comme support unique et nécessaire du lien social. Certes, le travail demeure une valeur centrale pour les personnes assignées ; mais pas n’importe lequel, ni dans n’importe quelles conditions. En échange de leur labeur, elles aimeraient pouvoir assurer leur subsistance et y trouver un sentiment d’utilité et de reconnaissance, plutôt que de devoir faire face aux soupçons et fournir une double preuve de leur « employabilité ». Loin de favoriser la cohésion sociale et la solidarité souvent invoquées par les représentants de l’Etat social, l’assignation au travail joue clairement en faveur de la fragmentation des statuts et crée de nouvelles formes d’inégalités parmi les plus défavorisés.
.........
avatar
ivo

Messages : 26686
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Suisse >>>.

Message  ivo le Lun 10 Fév - 9:29

La Suisse dit «oui» à la limitation de l'immigration
http://www.rfi.fr/europe/20140209-suisse-oui-limitation-immigration-referendum-udc
Les Suisses se sont prononcés à 50,3% en faveur d'une limitation de l'immigration, notamment européenne, ce dimanche 9 février lors d'un référendum, selon les résultats officiels. Le référendum, organisé à l'initiative du parti UDC (droite populiste) a obtenu la double majorité requise, soit la majorité des cantons et la majorité des électeurs.

Avec notre correspondant à Genève, Laurent Mossu

La Suisse donne un coup de frein à l’immigration. Consultés par référendum, les citoyens ont accepté une proposition de la droite nationaliste de mettre un terme à la liberté de circulation, et à réintroduire un contingentement de la main-d’œuvre étrangère.

Le résultat du scrutin a été obtenu à une très faible majorité, marquant ainsi une profonde division du pays entre les tenants du repli sur soi et les partisans de l’ouverture.

Il ne s’agit toutefois pas d’un vote xénophobe, mais de la manifestation d’un certain malaise face à une arrivée massive des étrangers attirés par l’étonnante prospérité de la Confédération dans une Europe en crise. La Suisse accueille 23,5% d’étrangers, un niveau record qui à force d’accroissement pose des problèmes d’infrastructure et de dumping salarial.

La cassure est claire entre la Suisse romande francophone qui a rejeté l’initiative et le reste du pays, plus ouvert aux mesures de règlementation de la main-d’œuvre étrangère.

Le gouvernement, la plupart des formations politiques et les milieux économiques avaient prôné le rejet du projet de l’UDC, le premier parti du pays qui réclamait donc avec succès la mise en place de garde-fous efficaces.

A (re)lire : Suisse: le patronat contre la limitation de l'immigration

Des milliers de travailleurs frontaliers français concernés

Les Suisses demandent la limitation du nombre des travailleurs qui résident en France mais occupent un emploi en Suisse. Les Français représentent la moitié des travailleurs frontaliers en Suisse. Ils sont plus de 130 000 à faire chaque jour le trajet, un déplacement vite rentabilisé grâce à un salaire nettement supérieur de l'autre côté de la frontière.

Rien qu'à Genève, les Français sont 65 000 et ils occupent un quart des emplois. En dix ans, leur nombre a pratiquement doublé. Il est vrai qu'en Suisse le taux de chômage est de 3,5%. Dans des villes françaises comme Thonon ou Annecy, près de 10% de la population travaille en Suisse, cumulant ainsi salaire élevé et loyer faible.

L'instauration de contingents de travailleurs frontaliers risque donc d'avoir des effets sur l'économie de ces régions. Mais aussi sur l'emploi des jeunes de moins de 30 ans qui sont nombreux à souhaiter un emploi en Suisse. On estime qu'ils sont 50 000 à occuper un emploi en Suisse alors que la France enregistre un pourcentage élevé de chômage chez les jeunes.
voilà qui va donner un exemple au reste de l'europe et en encourager bcp ....
avatar
ivo

Messages : 26686
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Suisse >>>.

Message  ivo le Lun 10 Fév - 9:44

Immigration restreinte : le petit "oui" suisse
Ce vote pourrait avoir de lourdes conséquences dans les relations entre la Suisse et l'UE car il met fin à la liberté de circulation et réintroduit la notion de quota. Le gouvenement suisse a indiqué dimanche soir qu'il allait mettre en oeuvre le texte "rapidement et de manière conséquente". La Commission européenne a "regretté" ce vote.
>>>
http://www.franceinfo.fr/europe/suisse-50-3-des-electeurs-ont-vote-en-faveur-de-la-limitation-de-l-immigrat-1312365-2014-02-09
36 réactions
avatar
ivo

Messages : 26686
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Suisse >>>.

Message  ivo le Lun 10 Fév - 10:06

à comparer avec ce qui est dit plus haut ....

Référendum contre l'immigration en Suisse: 50,3% des électeurs ont dit "oui" à la limitation
Le taux de participation a été particulièrement élevé, atteignant 56%, soit beaucoup plus que la moyenne de 44% habituellement enregistrée en Suisse. Preuve que le sujet, lancé par l'UDC (droite populiste), le parti ayant le plus de sièges au Parlement suisse, a suscité beaucoup d'intérêt de la part des électeurs suisses.

En France, Florian Philippot, vice-président du FN n'as pas hésité à saluer ce résultat de la Suisse, une "vraie démocratie", selon lui.

Les principales dispositions du texte
- la Suisse gère de manière autonome l'immigration des étrangers.
- Le nombre des autorisations délivrées pour le séjour des étrangers en Suisse est limité par des plafonds et des contingents annuels.
- Les plafonds valent pour toutes les autorisations délivrées en vertu du droit des étrangers, y compris le domaine de l'asile.
- Le droit au séjour durable, au regroupement familial et aux prestations sociales peut être limité.
- Les plafonds et les contingents annuels pour les étrangers exerçant une activité lucrative doivent être fixés en fonction des intérêts économiques globaux de la Suisse et dans le respect du principe de la préférence nationale.
- Ces plafonds doivent inclure les frontaliers.
- Les critères déterminants pour l'octroi d'autorisations de séjour sont en particulier la demande d'un employeur, la capacité d'intégration et une source de revenus suffisante et autonome.
- Aucun traité international contraire au présent article ne sera conclu.
- La loi suisse va règler les modalités de mise en oeuvre de ces dispositions.
- Les traités internationaux contraires à ces dispositions doivent être renégociés et adaptés dans un délai de trois ans.
- Si les lois d'application afférentes ne sont pas entrées en vigueur dans ce délai de 3 ans, le gouvernement suisse édictera provisoirement les dispositions d'application nécessaires par voie d'ordonnance.
>>>
http://www.huffingtonpost.fr/2014/02/09/referendum-immigration-suisse-electeurs-oui-limitation_n_4755896.html?utm_hp_ref=france&ir=France

il y avait une question sur l'avortement aussi. pas encore trouvé d'info à ce sujet ...
avatar
ivo

Messages : 26686
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Suisse >>>.

Message  ivo le Lun 10 Fév - 11:14

Le repli sur Suisse
La Suisse autocentrée l’a emporté. Contre l’avis du gouvernement, de la plupart des partis, du patronat et des syndicats, le peuple a choisi de mettre fin à la libre circulation. C’est bien davantage qu’une gifle.
Les populistes de tout le continent peuvent se réjouir. Après le vote contre les minarets de 2009 qui avait déchaîné les passions islamophobes bien au-delà des frontières helvétiques, la Suisse montre une nouvelle fois l’«exemple» que d’aucuns rêvent de suivre : un retour à l’Europe des frontières.
Alors pourquoi ce rejet ? Aussi incroyable que cela puisse paraître dans ce paysage idyllique, un sentiment diffus de malaise s’est installé. Victimes de leur succès, les Suisses trouvent que leurs villes grandissent trop vite, que les trains sont bondés, et que les bouchons s’allongent. Ce n’est plus aussi calme qu’avant. Il leur restait à mettre la faute sur le dos de quelqu’un. Les ressortissants de l’UE ont fait l’affaire. «La fois d’avant, c’était les musulmans. On ne connaît pas encore les prochains»
>>>
http://www.liberation.fr/monde/2014/02/09/le-repli-sur-suisse_978987?xtor=rss-450

avatar
ivo

Messages : 26686
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Suisse >>>.

Message  ivo le Lun 10 Fév - 11:32

Les Suisses votent contre «l'immigration de masse»
La presse nationale est sous le choc. Pour le journal Le Temps, c'est un «dimanche noir», en référence à l'échec du référendum de 1992 sur l'entrée de la Suisse dans l'Espace économique européen
le vice-président de l'UDC, Claude-Alain Voiblet, rappelle que son parti, le premier du pays, n'est pas «contre la croissance, mais dénonce son impact sur la qualité de vie des concitoyens»
>>>
http://www.lefigaro.fr/international/2014/02/09/01003-20140209ARTFIG00194-les-suisses-votent-contre-l-immigration-de-masse.php
312 commentaires

Les politiques français préoccupés par le vote suisse sur l'immigration
A l'UMP, François Fillon, lui, s'est clairement prononcé en faveur d'une politique des quotas.
Fillon sait qu'il faudra pour cela modifier la Constitution de 1958. «Cela fait partie de mon projet»
, a-t-il précisé.
François Fillon a aussi reconnu que «les règles européennes ne permettent pas» (non plus) de mettre en œuvre une politique d'immigration «choisie», selon une formule chère à l'ancien président, Nicolas Sarkozy. L'ancien premier ministre invite l'Europe à «se doter d'une politique d'immigration sérieuse et maîtrisée pour protéger son modèle. Si elle ne le fait pas, elle ne peut pas empêcher les États de le faire avec un système de quotas, pour adapter le volume de personnes que l'on accueille».

Rama Yade a déclaré: «Je pense que le FN devrait avoir honte» de s'être félicité de ce référendum. «A force de jouer avec le feu (…), il y a un pays qui décide que même l'immigration européenne, même l'immigration française posent problème»

Sans surprise, Marine Le Pen s'est réjouie des résultats de ce référendum. «Les Suisses font preuve de beaucoup de bon sens et (…) c'est évidemment vers ce chemin que j'appelle les Français», a déclaré la présidente du Front national sur Europe 1. «S'il y avait un référendum en France sur le même sujet, les Français voteraient très largement pour l'arrêt de l'immigration de masse», a-t-elle pronostiqué. Sur le fond, la députée européenne s'est félicitée que les Suisses veuillent «mettre en œuvre la politique des quotas (…), décider qui entre sur leur territoire et qui y travaille».
Marine Le Pen a jugé que «les crises en Europe entraînent un afflux d'immigrés en Suisse», et que «l'immigration pèse à la baisse sur les salaires». Comparant la France à «une maison», elle a lancé: «Vous savez la différence entre un mur et une porte? Il ne s'agit pas de mettre un mur mais d'avoir une porte. On l'ouvre ou on la ferme selon son intérêt (…) Cela s'appelle la souveraineté». La présidente du FN a accusé l'Union européenne de «multiplier les menaces, les chantages (…) Elle va envoyer les chars peut-être pour laisser ouvertes les portes de la Suisse»!
>>>
http://www.lefigaro.fr/politique/2014/02/10/01002-20140210ARTFIG00074-les-politiques-francais-preoccupes-par-le-vote-suisse.php
10 commentaires
Sondage sur RMC (désolé..) ce matin : 95% de sondés d'accord avec l'approche suisse...
avatar
ivo

Messages : 26686
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Suisse >>>.

Message  ivo le Lun 10 Fév - 11:51

Les Suisses votent oui à la limitation de « l'immigration de masse »
L'UDC, de son côté, s'est réjouie de ce résultat. « Nous avons gardé notre indépendance », a déclaré en son nom Christoph Blocher, ajoutant que le peuple suisse a dit « non » à la libre-circulation. Plusieurs partis populistes ou d'extrême droite en Europe ont également fait part de leur satisfaction. Ainsi, en France, le Front national, présidé par Marine Le Pen, a salué « la lucidité du peuple suisse ». C'est une « merveilleuse nouvelle pour les amoureux de la liberté et de la souveraineté nationale en Europe », a réagi Nigel Farage, le chef du parti britannique populiste Ukip.
>>>
http://www.lemonde.fr/europe/article/2014/02/09/les-suisses-votent-oui-a-la-limitation-de-l-immigration-de-masse_4363064_3214.html


Suisse : le vote limitant l'immigration inquiète les Européens
Pour M. Asselborn qui, dit-il, « refuse d'être radical », le vote de dimanche représente « en quelque sorte un coup d'arrêt aux relations anciennes entre la Suisse et l'UE ». Il estime que la politique du gouvernement britannique dans le domaine des prestations sociales pour les travailleurs de l'Est ou certains discours d'extrême droite ont pu influencer de manière négative le débat helvétique.
Interrogé par Le Monde, le ministre belge des affaires étrangères, Didier Reynders, estime également que les débats sur l'immigration qui agitent divers pays européens ainsi que les replis nationalistes ou régionaux, conjugués aux impacts de la crise économique, peuvent expliquer « l'agitation » du moment.
Wolfgang Schäuble. Le plus européen des ministres d'Angela Merkel a déclaré dans une interview à la télévision publique allemande ARD : « La Suisse ne le prendra pas mal si je dis que nous regrettons cette décision. (…) Cela montre un peu, naturellement, que dans ce monde de la globalisation les gens ressentent un malaise grandissant vis- à-vis de la liberté complète d'installation (…) Je crois que nous devons tous prendre cela au sérieux. »
>>>
http://www.lemonde.fr/europe/article/2014/02/09/suisse-l-union-europeenne-regrette-le-vote-sur-l-immigration_4363111_3214.html#

avatar
ivo

Messages : 26686
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum