Derniers sujets
» les photos d'actus - l'info en résumé
par ivo Mer 22 Nov - 10:15

» vite, je vais vomir ...
par ivo Mer 22 Nov - 10:12

» macronie
par ivo Mer 22 Nov - 9:07

» pesticides / fongicides
par ivo Mer 22 Nov - 9:02

» contre l'esclavage moderne
par ivo Mer 22 Nov - 8:54

» Sur les rives du Jourdain
par ivo Mer 22 Nov - 8:52

» petits business entre amis
par ivo Mer 22 Nov - 8:41

» No Futur - la terre au 21° siecle
par ivo Mer 22 Nov - 8:36

» blancs comme neige ^^
par ivo Mer 22 Nov - 8:34

» homophobie dans le monde ...
par ivo Mer 22 Nov - 8:19

» immigration ...
par ivo Mer 22 Nov - 8:16

» Nucléaire mon amour ...
par ivo Mar 21 Nov - 9:19

» Afrique coloniale belge
par ivo Mar 21 Nov - 8:50

» Révolution russe
par ivo Mar 21 Nov - 8:01

» la police s'étonne qu'on ne l'aime pas
par ivo Lun 20 Nov - 8:44

» agriculture
par ivo Dim 19 Nov - 8:26

» <<< Santé >>>
par ivo Dim 19 Nov - 8:21

» droites extremes
par ivo Sam 18 Nov - 11:01

» Birmanie
par ivo Sam 18 Nov - 10:35

» enfance ...
par ivo Sam 18 Nov - 10:33

» U.E.
par ivo Sam 18 Nov - 10:10

» pologne
par ivo Sam 18 Nov - 8:44

» No Futur - l'espace au 21° siecle
par ivo Ven 17 Nov - 8:36

» Réunionnais de la Creuse
par ivo Ven 17 Nov - 7:56

» la phrase du jour
par ivo Ven 17 Nov - 7:13

» rwanda
par ivo Jeu 16 Nov - 9:49

» médias ? quels médias ??
par ivo Jeu 16 Nov - 9:27

» flicage total du net
par ivo Jeu 16 Nov - 8:19

» internet , technologie, ...
par ivo Jeu 16 Nov - 8:07

» Infos insolites.
par ivo Mer 15 Nov - 8:04

» ZAD partout ?
par niouze Mar 14 Nov - 17:54

» pape, cathos, vatican et autres ....
par ivo Mar 14 Nov - 9:00

» Necronomacron
par ivo Lun 13 Nov - 7:46

» monde - stupéfiants
par ivo Dim 12 Nov - 8:20

» état d'urgence et autres restrictions....
par ivo Dim 12 Nov - 8:16

» conditions de travail ...
par ivo Dim 12 Nov - 8:10

» ... 14/18 ...
par ivo Dim 12 Nov - 8:07

» Combien d’autres murs à faire tomber ?
par ivo Sam 11 Nov - 10:23

» salaires
par ivo Sam 11 Nov - 9:15

» impots
par ivo Sam 11 Nov - 9:12

» démocratie et justice ...
par ivo Sam 11 Nov - 8:33

» Today's joke
par ivo Ven 10 Nov - 9:49

» Les prisons: questions.
par ivo Ven 10 Nov - 9:04


A.D. >>>>>>>

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La révocation de la semi-liberté de Rouillan confirmée en cassation

Message  ivo le Jeu 25 Juin - 12:47

La révocation de la semi-liberté de Rouillan confirmée en cassation
25/06/2009-[10:45] - AFP

PARIS, 25 juin 2009 (AFP) - La Cour de cassation a confirmé la révocation de la semi-liberté du cofondateur du groupe armé d’extrême gauche Action directe (AD) Jean-Marc Rouillan, un régime d’aménagement de peine qui lui avait été retiré à la suite d’une interview controversée à L’Express fin 2008.

Le pourvoi formé contre cette révocation, décidée en première instance en octobre 2008 puis confirmée en appel en décembre 2008, a été rejeté, a-t-on appris jeudi auprès de la plus haute juridiction de l’ordre judiciaire. Comme Georges Cipriani, Nathalie Ménigon et Joëlle Aubron (décédée en 2006), Jean-Marc Rouillan, 56 ans, a été condamné deux fois à la réclusion criminelle à perpétuité pour les assassinats du PDG de Renault Georges Besse en 1986, et de l’ingénieur général de l’armement René Audran en 1985. Dans un entretien à l’hebdomadaire L’Express du 2 octobre 2008, interrogé sur d’éventuels regrets concernant les crimes d’Action directe, Jean-Marc Rouillan avait répondu : "je n’ai pas le droit de m’exprimer là-dessus... Mais le fait que je ne m’exprime pas est une réponse. Car il est évident que si je crachais sur tout ce qu’on avait fait, je pourrais m’exprimer. Mais par cette obligation de silence, on empêche aussi notre expérience de tirer son vrai bilan critique". La justice a estimé que tenir de tels propos constituait une violation de l’obligation faite à Jean-Marc Rouillan, dans le cadre de sa semi-liberté, de ne pas s’exprimer sur les faits pour lesquels il a été condamné. Une analyse confirmée mercredi par les magistrats de la chambre criminelle de la Cour de cassation, qui se sont conformés aux réquisitions du représentant du parquet général. M. Rouillan, actuellement soigné à Marseille au sein d’une structure spécialisée pour les soins aux détenus, a déposé par ailleurs une demande de suspension de peine pour raison médicale. Selon son avocat, il souffrirait d’une maladie grave, le syndrome de Chester-Erdheim, qui touche les adultes et atteint en particulier les os. Une demande de semi-liberté de Georges Cipriani devait par ailleurs être examinée jeudi après-midi en appel à Paris.
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Un régime de semi-liberté accordé Régis Schleicher

Message  niouze le Jeu 23 Juil - 16:03

Un régime de semi-liberté accordé Régis Schleicher





Un régime de semi-liberté a été accordé jeudi par la cour d’appel de Paris à Régis Schleicher, 52 ans, ex-animateur de l’une des branches du mouvement armé d’extrême gauche Action directe, en prison depuis 25 ans, a-t-on appris auprès du parquet général de la cour d’appel.

Cette mesure confirme la décision qui avait été prise en début d’année par le tribunal de l’application des peines.

Régis Schleicher, 52 ans, en prison depuis 25 ans, a été condamné deux fois à la réclusion à perpétuité, en 1987 pour sa participation au meurtre de deux policiers lors d’une fusillade avenue Trudaine à Paris (IXe arrondissement) en 1983, puis en 1988 pour des hold-up avec tentatives de meurtres de policiers.

(Source AFP)
avatar
niouze

Messages : 5040
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: A.D. >>>>>>>

Message  spike le Jeu 23 Juil - 17:47

En v'la une bonne nouvelle!
avatar
spike

Messages : 3721
Date d'inscription : 19/05/2009

http://anarchietotale.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: A.D. >>>>>>>

Message  Invité le Ven 24 Juil - 0:05

Voui, une bonne nouvelle de temps en temps ça fait du bien. Voici le communiqué complet de nlpf :

REGIS SCHLEICHER EN SEMI-LIBERTE, UN MOIS D’ATTENTE ENCORE POUR
GEORGES CIPRIANI

La cour d'appel de Paris a confirmé ce jeudi 23 juillet la décision
prononcée fin avril par le tribunal d'application des peines,
accordant la semi-liberté à Régis Schleicher, contre l’avis du parquet
qui avait fait appel. Après plus de 25 ans de prison, Régis devrait
être transféré le 26 août dans un centre de semi-liberté, où il
passera ses nuits et ses week-ends, travaillant à l’extérieur le jour.
Même si les conditions de ce régime de semi-liberté sont
particulièrement restrictives, il s’agit de la dernière étape avant la
libération conditionnelle.

Georges Cipriani, qui a également obtenu un placement en semi-liberté
le 30 avril dernier, doit quant à lui attendre jusqu’au 20 août la
décision de la cour d’appel, alors qu’il aurait dû sortir le 19 mai !
À cette date, il aura passé plus de 22 ans en prison, dont vingt mois
depuis le début de cette dernière procédure. Son dossier qui répond à
toutes les exigences d’une décision favorable aurait déjà dû lui
permettre d’obtenir l’aménagement de peine auquel il a droit, s’il
n’avait été soumis à l’application rétroactive de la loi sur la
rétention de sûreté.

Nathalie Ménigon en liberté conditionnelle, Régis Schleicher en
semi-liberté, Georges Cipriani dont on ne comprendrait pas qu’il
n’obtienne pas lui aussi le même régime, ces décisions arrachées à
l’Etat ne nous font pas oublier que Jean-Marc Rouillan devrait
aujourd’hui être en liberté conditionnelle, s’il n’avait pas été
réincarcéré en octobre dernier sous un prétexte monté de toutes pièces.

Nous continuerons notre action jusqu’à la libération de tous les
militants d’Action directe, et donc celle de Jean-Marc Rouillan,
actuellement détenu aux Baumettes à Marseille, atteint du syndrome de
Chester-Erdheim, maladie très rare et évolutive, dont le traitement
(expérimental) est incompatible avec le maintien en prison. Jean-Marc
Rouillan doit être libéré !

Restons mobilisés !
Libération de tous les militants d’Action directe !

Paris, le 23 juillet 2009

Collectif "Ne laissons pas faire !"

nlpf@samizdat.net - http://nlpf.samizdat.net



----------
Liberation des prisonniers d'Action directe !

Abonnez-vous a la newsletter Nlpf! :
http://listes.samizdat.net/sympa/subrequest/nlpf-infos



Pour etre tenu au courant des initiatives :
http://nlpf.samizdat.net

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

A.D. >>>>>>>

Message  ivo le Mar 8 Déc - 20:32

Rouillan, malade, porte plainte pour non-assistance à personne en danger
08/12/2009-[18:19] - AFP

PARIS, 8 déc 2009 (AFP) - Le cofondateur du mouvement armé d’extrême gauche Action directe (AD) Jean-Marc Rouillan, détenu près de Toulouse, a porté plainte pour non-assistance à personne en danger, estimant être privé de soins pour la maladie rare dont il souffre, a-t-on appris de sources concordantes.

Le procureur de la République à Toulouse a confirmé à l’AFP le dépôt, début décembre, de cette plainte contre X. Jean-Marc Rouillan y déplore être laissé sans soins depuis que des médecins ont diagnostiqué chez lui, en mai, une pathologie rare, la maladie d’Erdheim-Chester qui s’attaque principalement au système osseux. Il est pourtant "parfaitement établi que le service de médecine interne du Centre hospitalier Pitié-Salpétrière (à Paris) est le seul service à pouvoir lui apporter des soins", affirme dans la plainte déposée par son avocat Me Jean-Louis Chalanset et dont l’AFP a eu copie. Jean-Marc Rouillan, jusqu’alors détenu à la prison marseillaise des Baumettes, a été transféré le 27 octobre au centre de détention de Muret, près de Toulouse. Là encore, "il n’a consulté aucun médecin spécialiste de cette maladie", dénonce la plainte. Son avocat avait écrit à la Chancellerie courant octobre pour demander le transfèrement de M. Rouillan en région parisienne. "Il apparaît que dans les dernière semaines, Jean-Marc Rouillan présente des signes d’atteinte neurologique centrale", précise encore le texte. Jean-Marc Rouillan, 56 ans, a été condamné deux fois à la réclusion criminelle à perpétuité dans les années 1990 pour les assassinats du PDG de Renault, Georges Besse, en 1986, et d’un ingénieur général de l’armement, René Audran, en 1985. Rouillan, incarcéré depuis 1987, avait bénéficié de décembre 2007 à octobre 2008 d’une semi-liberté. Ce régime lui avait été retiré après qu’il eut enfreint, en s’exprimant dans l’hebdomadaire L’Express, l’obligation de ne pas évoquer les faits lui ayant valu d’être condamné
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: A.D. >>>>>>>

Message  spike le Mer 9 Déc - 0:46

Il a juste dit que le fait qu'il ne puisse pas s'exprimer sur le sujet en disait déjà long...
avatar
spike

Messages : 3721
Date d'inscription : 19/05/2009

http://anarchietotale.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

AD : maintenant y en a marre !

Message  Invité le Jeu 25 Fév - 19:24

GEORGES CIPRIANI : UNE SEMI-LIBERTE QU’IL FAUDRA ARRACHER !

Le tribunal d’application des peines « antiterroriste » de Paris a
accordé hier, 24 février, un régime de semi-liberté à Georges
Cipriani, première étape avant sa libération conditionnelle. Cette
décision a logiquement pris en compte la solidité du dossier constitué
par Georges Cipriani. Mais, le parquet faisant appel de cette
décision, Georges Cipriani ne pourra quitter la prison d’Ensisheim,
comme prévu, le 16 mars. Bien que libérable depuis 2005, il n’a pas pu
bénéficier du moindre jour hors de la prison et il devra encore
attendre de longs mois.

Quand cessera donc cet acharnement contre notre camarade ? Rappelons
qu’en avril 2009, Georges Cipriani avait déjà obtenu un jugement
identique, lequel avait ensuite été infirmé en appel, le 20 août, sur
appel du parquet.

Le 21 février, Georges Cipriani entamait sa 24e année de détention
pour les actes accomplis comme militant d’Action di-recte. La veille,
samedi 20 février, une centaine de personnes venues de Blois, Béziers,
Bordeaux, Clermont-Ferrand, Lille, Paris…, mais aussi de Belgique et
d’Allemagne s’étaient rassemblées devant la prison de Fresnes pour
exiger la libération de Georges Cipriani et de Jean-Marc Rouillan. Les
manifestants firent le tour de la prison en criant des slogans, entre
autres : "Libérez Rouillan !, Libérez Cipriani !", "23 ans de prison,
23 ans de résistance ! Halte au chantage au reniement, libération sans
conditions !". Les mots d’ordre étaient accompagnés par la clameur qui
montait de la prison. Un message de solidarité fut lancé à l’adresse
de tous les prisonniers. Des prises de paroles terminèrent cette
manifestation, rappelant la situation actuelle des camarades
emprisonnés et l’échéance du 24 février (rendu de la décision du TAP
pour Georges Cipriani) et annonçant la suite de la campagne pour leur
libération. Deux autres manifestations se sont déroulées le même jour
à Bordeaux et Toulouse.

"Acharnement" : en effet je ne vois pas d'autre mot...
Je ne vous mets pas la suite : rien de nouveau concernant JMR. Et j'ai déjà posté les événements dans le calendrier...
Mais vraiment, oui, y en a marre. Ils attendent qu'ils crèvent en taule...


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: A.D. >>>>>>>

Message  Invité le Lun 1 Mar - 12:08

Up ! Rassemblement jeudi 4 mars angle rue du Renard/rue de la Verrerie, 18 h, en face de l'administration pénitentiaire... Comme tous les 1ers jeudis du mois...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: A.D. >>>>>>>

Message  spike le Mar 2 Mar - 19:02


PEINE ACCOMPLIE DEPUIS PLUS DE 5 ANS ! LIBÉREZ GEORGES CIPRIANI ET
JEAN-MARC ROUILLAN !

Le 24 février, le parquet a fait appel de la décision du tribunal
("antiterroriste") d’application des peines d’accorder un régime de
semi-liberté à Georges Cipriani, réponse à sa 4e demande de libération
conditionnelle. Georges Cipriani ne pourra pas quitter la prison
d’Ensisheim, comme prévu, le 16 mars. Il devra encore attendre de
longs mois.

Quand cessera donc cet acharnement contre notre camarade ?

Jean-Marc Rouillan, lui, se trouve en ce moment au Centre national
d’observation (CNO) de Fresnes où, durant six semaines, il doit se
soumettre aux examens multiples d’« experts » prétendant juger de sa «
dangerosité », en vertu de la loi Dati sur la « rétention de sûreté ».
Cette mesure est « indispensable » avant l’examen de sa nouvelle
demande de libération conditionnelle. Fin 2007, il avait pu obtenir
une semi-liberté, qui n’avait duré que dix mois avant sa
réincarcération à plein temps sous le prétexte fallacieux de
l’interprétation de propos tenus lors d’une interview. Depuis plus
d’un an, atteint d’une maladie rare et évolutive, il demeure sans
soins adaptés en raison de son statut de prisonnier.

Contre l’arbitraire du pouvoir qui les maintient en prison, pour
manifester notre solidarité et pour demander leur libération, soyons
nom-breux comme chaque mois au

RASSEMBLEMENT
jeudi 4 mars, de 18 h à 19 h
en face de la direction de l’Administration pénitentiaire, carrefour
rue de la Verrerie - rue du Renard (Paris 4e - Métro L1/L11 :
Hôtel-de-Ville)

Le Collectif "Ne laissons pas faire !"

nlpf@samizdat.net - http://nlpf.samizdat.net/


FAISONS DE 2010 L’ANNÉE DE LA LIBÉRATION DE GEORGES CIPRIANI ET DE
JEAN-MARC ROUILLAN !

RAPPEL : Nlpf! vous invite à signer et à faire signer largement la
nouvelle pétition à l’initiative des "Collectifs de soutien aux
prisonniers d’Action Directe", et à transmettre les signatures à
l’adresse mail : sout.ad@orange.fr.

LES AUTRES INITIATIVES DE LA CAMPAGNE 2010 :

GRENOBLE : samedi 27 février, 19 h
Projection-discussion, au Lokal autogéré, 7 rue Pierre-Dupont

PARIS : jeudi 4 mars, de 18 h à 19 h
Rassemblement mensuel devant la Direction de l’Administration
pénitentiaire, Paris 4e

DIJON : samedi 6 mars, 19 h
Projection-concert, à l’Espace autogéré des Tanneries, 15 boulevard de Chicago

BAGNOLET : dimanche 14 mars, 17 h
Projection-concert hip-hop, au Parvis de Bagnolet, 27 rue Adélaïde Lahaye

PARIS, jeudi 18 mars, 19 h 30
Projection-débat, au Centre culturel La Clef, 21 rue de la Clef, Paris 5e

SAINT-OUEN : dimanche 21 mars, 18 h
Interventions-concert, Le Picolo, 58 rue Jules-Vallès

PARIS : samedi 27 mars
Expo-vente de dessins, peintures, collages et spectacle, à l’Espace
Louise-Michel, 42 bis rue des Cascades, Paris 20e

SAINT-DENIS : lundi 5 avril
Projection-débat, à La Belle étoile, 14 allée Saint-Just

PARIS : dimanche 18 avril, 17 h
Projection-débat-concert, au CICP, 21 ter rue Voltaire

TOURS : vendredi 23 avril, 18 h
Projection-débat, au café comptoir "Chez Colette" (quai Paul-Bert, en
face du pont de Fil)

LE HAVRE : vendredi 30 avril, 19 h 30
Lecture des "Chroniques carcérales" de Jann-Marc Rouillan, à la
librairie Le Bouqui'n'oir

(Informations à suivre pour Angers, Lille, Saint-Étienne, Clermont-Ferrand…)
avatar
spike

Messages : 3721
Date d'inscription : 19/05/2009

http://anarchietotale.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: A.D. >>>>>>>

Message  spike le Mer 3 Mar - 17:56


JEAN-MARC ROUILLAN A L’UHSI DE LA PITIE-SALPETRIERE

Le 21 février, Jean-Marc Rouillan est entré dans sa 24e année
d’incarcération. Il y a deux ans, il avait pu obtenir une
semi-liberté, interrompue après dix mois, sous un prétexte fallacieux,
par son renvoi en détention à plein temps. Ayant déposé une nouvelle
demande de libération conditionnelle, Jean-Marc Rouillan a dû passer
par le Centre national d’observation (CNO) de Fresnes, où il a été
soumis durant des semaines aux examens multiples d'"experts"
prétendant juger de sa "dangerosité".

Il y a un an, à la suite d’une détérioration de sa santé, une maladie
grave, rare et évolutive était diagnostiquée. Mais depuis, à la prison
des Baumettes puis au centre de détention de Muret, Jean-Marc avait
été laissé sans soins adaptés.

Jean-Marc Rouillan vient d’être transféré à l’Unité hospitalière
sécurisée interrégionale (UHSI) située au sein de l’hôpital parisien
de La Pitié-Salpétrière, le seul hôpital français où exercent des
spécialistes de sa maladie.

Nous vous invitons à venir lui transmettre un chaleureux salut, en
nous réunissant

vendredi 5 mars, de 18 h à 19 h
devant l’UHSI de La Pitié-Salpétrière
(secteur Pitié, entrée par le 83 boulevard de l’Hôpital, Paris 13e -
métro : L5/Saint-Marcel)

Le Collectif "Ne laissons pas faire !"

nlpf@samizdat.net - http://nlpf.samizdat.net/

avatar
spike

Messages : 3721
Date d'inscription : 19/05/2009

http://anarchietotale.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: A.D. >>>>>>>

Message  Invité le Mer 3 Mar - 19:16

Le rdv de jeudi est maintenu : donc, pour ceux qui peuvent, c'est jeudi 4 ET vendredi 5.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: A.D. >>>>>>>

Message  Invité le Sam 6 Mar - 12:35

Pas pu y aller jeudi (malade à crever), mais vendredi à l'hôpital-prison de la Pitié-Salpêtrière : une vingtaine de personnes, avec une grosse majorité du NPA : ils se sont réveillés semble-t-il. Parce que, quelques jours avant, une très bonne copine du NPA (genre activiste dont on se demande quand elle arrive à dormir) n'était au courant de rien. À moins que l'action des libertaires au meeting du NPA63 ne les ait quelque peu interpellés...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: A.D. >>>>>>>

Message  Invité le Dim 7 Mar - 0:16

Et je rappelle, à l'occasion, que l'année 2010 devrait être l'année de la libération de tous les prisonniers d'AD, que ce soit à Paris ou ailleurs. Il y a des initiatives en régions (voir posts précédents et liens rappelés en permanence) auxquelles vous pouvez vous joindre. Et s'il n'y en a pas dans la vôtre, rien ne vous empêche de les lancer hein...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: A.D. >>>>>>>

Message  niouze le Dim 7 Mar - 14:12

seulement ceux d'AD ?? et les autres alors ....

_________________
"Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça." coluche
avatar
niouze

Messages : 5040
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: A.D. >>>>>>>

Message  Invité le Dim 7 Mar - 14:29

Les autres aussi bien sûr... Mais faut bien commencer par quelque chose, et ne pas attendre qu'ils crèvent comme Joëlle Aubron. JMR EST EN TRAIN DE CREVER !!!

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Jean-Marc Rouillan : "deux années d’emprisonnement pour des mots"

Message  Invité le Ven 1 Oct - 22:37

01/10/2010
Jean-Marc Rouillan : "deux années d’emprisonnement pour des mots"
ACTION DIRECTE. Cela fait deux ans que le régime de semi-liberté accordé au co-fondateur du groupe Action Directe, Jean-Marc Rouillan, est annulé.

Conséquence d’une interview au journal L'Express pour laquelle il lui est reproché d'avoir enfreint l'interdiction de s'exprimer sur les faits-l'assassinat du Général René Audran et celui du PDG de Renault Georges Besse- pour lesquelles il a été condamné à perpétuité en 1989.


De faits, après une brève période de semi liberté durant laquelle il a travaillé chez son éditeur marseillais (Agone), Jean Marc Rouillan est actuellement détenu à la centrale de Muret (Haute-Garonne).

"Deux années d’emprisonnement pour des mots… ", écrit-il de sa cellule dans une chronique transmise par son éditeur à LibéToulouse. Verbatim
"Deux années d’emprisonnement pour des mots… Moi qui, à la sortie de Mai 68, ai fait le choix des armes et de l’action révolutionnaire, me voici, à cinquante-huit ans, incarcéré, suprême ironie, «sur parole».

Les magistrats de l’antiterrorisme donnent ainsi raison à l’adolescent que j’étais et qui, comme des milliers d’autres à travers l’Europe, avaient fait ce choix en estimant qu’il était impossible d’agir en révolutionnaire dans les cadres de la politique bourgeoise. Pour nous, dans ce système, on ne parle librement qu’à la seule condition de balbutier les commandements des maîtres.

Aveuglés par leurs certitudes réactionnaires, les juges parient sur la disparition sans retour d’une véritable opposition d’extrême gauche dans nos pays repus du malheur qu’ils causent ailleurs. Une opposition de classe capable de briser les appétits de prédateurs qui détournent les fruits du labeur des travailleurs. Une opposition conséquente en mesure de rallier le pôle politique des exploités.

Qu’on le veuille ou non, ma détention révèle les peurs qui hantent toujours les gouvernements des pays impérialistes. Leurs craintes du fantôme de la résistance. Ma détention résulte de la volonté d’anéantir toute trace d’une alternative radicale aux habitudes rituelles des pétitions et des manifs-promenades, au verbiage hémiplégique des «plus à gauche, tu meurs», aux actions sans lendemain et aux comédies de la rupture avec le système et ses supplétifs.

Malgré tout, la lutte continue : chaque combat, chaque escarmouche, chaque refus porte en son sein une alternative révolutionnaire. J’ai appris de nos défaites. Mais je ne me suis jamais dit qu’ils sont les plus forts, qu’il n’y a plus rien à faire. Je n’ai jamais renoncé à diffuser notre expérience combattante. Et j’assume toute la responsabilité politique de nos actions passées.

Deux années d’emprisonnement pour des mots… Ma détention repose sur l’arbitraire. Qui est aussi le fruit «ordinaire» de la prolifération des lois et des décrets liberticides. Alors que les gouvernants organisent l’impunité des patrons voyous et des milliardaires voleurs, ils multiplient les lois durcissant le rapport de force contre les exploités. Pas une année ne passe sans qu’on ne fasse voter en toute hâte (et souvent en catimini) une loi ou un amendement serrant encore la vis.

Les tribunaux d’exception et les brigades antiterroristes encadrent l’autoritarisme de cet État policier. Ils en sont l’expression omnipotente. Et aujourd’hui les tribunaux « ordinaires » – qui expulsent les Roms et les travailleurs étrangers, qui innocentent les policiers assassins, qui emprisonnent par brassées le petit peuple des quartiers –, relayés par le cortège des brigades spéciales – qui contrôlent au faciès, fouillent, tabassent et jouent du Taser et du flash ball –, font entrer l’arbitraire dans chaque relation «ordinaire» des plus pauvres avec l’État. Jusqu’où allons-nous accepter la dictature «ordinaire» de la droite extrême ?

Cet État aurait-il cherché à donner un sens supplémentaire à ma vie militante qu’il n’aurait pu s’y prendre mieux ! Que je remercie en empruntant les mots du poète Heinrich Heine : «La haine de mes ennemis peut servir de garant que j’ai rempli jusqu’à ce jour cet emploi fidèlement et avec honneur. Je me montrerai toujours digne de cette haine.»

Et pour conclure ce deuxième anniversaire, je remercie, du fond de ma cellule, tous les camarades, les amis et les inconnus qui incluent ma libération dans leur projet d’émancipation révolutionnaire.


Jean-Marc Rouillan

Centre de détention de Muret

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: A.D. >>>>>>>

Message  Invité le Mer 16 Fév - 19:45

Tant qu'il aura pas crevé, ils s'acharneront sur lui...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: A.D. >>>>>>>

Message  ivo le Jeu 17 Fév - 14:17

Une nouvelle douche écossaise pour Jean-Marc Rouillan
http://www.lemague.net/dyn/spip.php?article7556
Le chaud et le froid ont de nouveau coulé sur les larges épaules de Jean-Marc Rouillan. Le tribunal d’application des peines a aujourd’hui ordonné sa mise en liberté. Le parquet de Paris a immédiatement fait appel…

« Au réveil, la prison me saute à la gorge. Comme un animal à l’affût de l’ultime cauchemar. Le premier sens en éveil m’avertit de sa présence tapie. Un coin de mur surgissant de l’aube, l’odeur du désinfectant, les ablutions diverses des congénères, l’effleurement de la couverture administrative et l’écœurement indicible. Elle me pénètre d’un trait. Elle me force avec la goulée d’air inspirée au bord de cette noyade lève-tôt. Sa langue enfoncée dans la bouche, elle me baise de sa mort journalière, sans fleur ni couronne au tréfonds des caveaux de béton, du « je ne le ferai plus » et des lâchetés misérables. Souveraine tyrannique, la « malamort » de la lèpre moderne et carcérale est là et déjà en moi. Et pas moyen de lui échapper. Jusqu’au plus lointain du dernier exil, j’éprouverai cette nausée. On ne s’habitue jamais à la prison… » Jann-Marc Rouillan (Je hais les matins – Denoël)

Jean-Marc Rouillan, âgé de 58 ans, est en taule depuis février 1987… Il a été arrêté avec Joëlle Aubron, Nathalie Ménigon et Georges Cipriani, tous militants d’Action directe. Les quatre ont été condamnés à perpétuité avec une peine de sûreté de 18 ans. Joëlle Aubron est sortie de prison le 16 juin 2004 suite à une campagne de solidarité afin d’obtenir sa suspension de peine pour raisons médicales. Elle est décédée le 1er mars 2006. Nathalie Ménigon est en liberté conditionnelle depuis le 3 août 2008 pour une durée de cinq ans. Georges Cipriani est en semi-liberté pour un an depuis le 14 avril 2010. Sa demande de libération conditionnelle devrait être examinée en mars 2011.

Jean-Marc Rouillan a vécu quelques mois en semi-liberté en 2008. Salarié aux éditions Agone dans la journée, taulard la nuit et le week-end. Ce régime a été brutalement révoqué le 16 octobre 2008 suite à la publication d’une interview accordée à un hebdomadaire. « Deux années d’emprisonnement pour des mots… Moi qui, à la sortie de Mai 68, ai fait le choix des armes et de l’action révolutionnaire, me voici, à cinquante-huit ans, incarcéré, suprême ironie, « sur parole ». »

Après une hospitalisation en urgence dans un hôpital de Marseille, il a été établi que Jean-Marc Rouillan souffre du syndrome de Chester-Erdheim, une maladie rare dont on ne sait pratiquement rien en dehors du fait qu’elle provoque des crises très douloureuses. Le militant révolutionnaire qui est aussi devenu un écrivain reconnu est détenu à la prison de Muret, près de Toulouse, depuis le 27 octobre 2009. Il a déposé une demande de semi-liberté en novembre 2009. Elle a été examinée le 2 février 2011. La réponse en première instance était attendue pour le 16 février.

Prenant en compte « les efforts sérieux de réadaptation sociale » manifestés par Jean-Marc Rouillan, le tribunal d’application des peines s’est aujourd’hui prononcé pour un aménagement de la peine et s’est déclaré favorable à une mesure de semi-liberté. Une nouvelle saluée avec prudence par les ami-e-s de Jean-Marc Rouillan qui aurait pu sortir de la prison de Muret le 7 mars prochain pour rejoindre, sous surveillance électronique, les locaux de son employeur, les éditions Agone à Marseille. Bien sûr, c’était compter sans la réaction quasi immédiate du parquet de Paris qui a annulé la décision de justice prise quelques heures plus tôt…

Assez d’acharnement. Liberté immédiate pour Jean-Marc Rouillan !



Le blog des éditions Agone consacré à Jann-Marc Rouillan.
http://blog.agone.org/category/La-Chronique-de-Jann-Marc-Rouillan

Le blog Action directe.
http://action-directe.over-blog.com/

Le site de Ne laissons pas faire.
http://nlpf.samizdat.net/

Le blog Linter.
http://linter.over-blog.com/
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: A.D. >>>>>>>

Message  Invité le Mer 23 Fév - 23:40

JEAN-MARC ROUILLAN : ENCORE ET TOUJOURS L’ACHARNEMENT DE L’ÉTAT !

Le 16 février, le tribunal d'application des peines de Paris a jugé
recevable la demande de Jean-Marc Rouillan, en lui accordant un
aménagement de peine à partir du 7 mars prochain, première étape d'une
libération conditionnelle.

Il fallait bien entendu s’attendre à l’acharnement qui ne s'est jamais
démenti du parquet, lequel a fait immédiatement appel de cette
décision, comme lors de la première procédure en 2007 et pour chacun
des autres militants d'Action directe, Nathalie Ménigon - aujourd’hui
en liberté conditionnelle - et Georges Cipriani, actuellement en
semi-liberté.

C'est donc toute la rigueur de la justice bourgeoise que doit
continuer à affronter Jean-Marc Rouillan, emprisonné depuis 1987,
alors que le vernis de l’État se craquelle de plus en plus et que des
ministres utilisent opportunément leur charge pour servir leurs
intérêts privés, donnant une image de l'affairisme effréné au poste de
commande !

L’audience qui décidera si Georges Cipriani peut enfin obtenir une
liberté conditionnelle serait programmée dans moins d’un mois, le 10
mars. Nous sommes convaincus que, dans le même temps, la chambre
d'appel ne pourra que confirmer le jugement en première instance pour
Jean-Marc Rouillan et que notre camarade sortira rapidement de la
prison de Muret.

Le Collectif "Ne laissons pas faire !"
Le 17 février 2011

----------
Libération des prisonniers d'Action directe !

Contact : nlpf@samizdat.net

Abonnez-vous à la newsletter Nlpf! :
http://listes.samizdat.net/sympa/subrequest/nlpf-infos

Pour être tenu au courant des initiatives :
http://nlpf.samizdat.net
http://www.action-directe.net

Rien de nouveau pour l'instant, mais reçu seulement aujourd'hui.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: A.D. >>>>>>>

Message  spike le Sam 26 Fév - 18:10



Des tracts signés Action Directe envoyés à la police

Une enquête a été ouverte par le parquet antiterroriste de Paris après l'envoi vendredi de tracts signés Action Directe dans cinq commissariats des Hauts-de-Seine annonçant la réactivation de groupuscule armé d'extrême gauche, a-t-on appris de sources proches de l'enquête.

La section antiterroriste de la brigade criminelle de la police judiciaire parisienne a été saisie de cette affaire, a précisé l'une de ces sources.

Les tracts portent en haut à gauche l'étoile d'Action Directe et en haut à droite «à la mémoire de», avec les noms des dirigeants du groupe Jean-Marc Rouillan, Georges Cipriani, Nathalie Ménigon et Joëlle Aubron, décédée en 2006.

Ils mentionnent notamment les phrases suivantes: «A bas la dictature capitaliste. Flics, vos jours sont comptés. Nous commencerons l'extermination par le 92».

«Dans des tracts reçus vendredi matin, Action Directe annonce qu'il va se réactiver et parmi ces cibles, figurent notamment les forces de police des Hauts-de-Seine», a indiqué une source proche de l'enquête.

Parmi les cinq commissariats destinataires, figurent notamment Malakoff, Le Plessis-Robinson, Sèvres.

Ces tracts ont été envoyés neuf jours après l'appel par le parquet de la mesure de semi-liberté accordée à l'ancien leader d'Action Directe, Jean-Marc Rouillan. Il est le dernier membre du groupuscule à passer ses jours et ses nuits en prison pour les assassinats du PDG de Renault, Georges Besse, en 1986, et d'un ingénieur général de l'armement, René Audran, en 1985.

«Action Directe n'existe plus. Ce qui est difficile c'est de savoir si c'est une résurgence de l'extrême gauche ou si c'est un acte isolé», a assuré un enquêteur à l'AFP. «Les tracts sont actuellement examinés», a-t-il ajouté.

La police parisienne se disait récemment inquiète de l'intensification des actions de l'ultra-gauche, notamment en raison de la tenue en France du G8 et du G20.

Le groupe terroriste d'extrême gauche Action directe (AD) a revendiqué ou s'est vu attribuer près de 80 attentats, dont plusieurs meurtriers, entre sa création en 1979 et son démantèlement en 1987.

Interrogé par l'AFP, le syndicat de police Alliance espère que «l'administration prendra la mesure d'une telle menace. Si elle est avérée, il faut prendre toute disposition pour assurer la sécurité de nos collègues et du public dans les commissariats». «Tous les moyens pour trouver les auteurs doivent être mis en oeuvre, canular ou pas», a-t-il ajouté.

Les quatre membres du noyau dur ou «branche internationale» de l'organisation (Jean-Marc Rouillan, Nathalie Ménigon, Joëlle Aubron et Georges Cipriani) avaient été arrêtés le 21 février 1987 dans le Loiret.

Ils avaient été condamnés à deux reprises, en 1989 et 1994, à la réclusion criminelle à perpétuité assortie d'une période de sûreté de 18 ans, maximum légal à l'époque, pour des assassinats et tentatives d'assassinats de grandes figures de l'Etat.

Joëlle Aubron, libérée en juin 2004 après l'opération d'une tumeur au cerveau, est décédée en mars 2006, à 46 ans, d'un cancer aux poumons.

Nathalie Ménigon, 53 ans, a obtenu un régime de semi-liberté durant l'été 2007, puis une libération conditionnelle en août 2008, après deux accidents vasculaires cérébraux en détention. Georges Cipriani est en semi-liberté depuis avril 2010.

Quant à Régis Schleicher, un des animateurs de la branche d'AD spécialisée dans les hold-up, il a vu sa peine aménagée en juillet 2009. Max Frérot, considéré comme l'artificier de la branche lyonnaise du groupe, a fait l'objet d'une libération conditionnelle en juillet 2010.

(Source AFP)
http://www.liberation.fr/societe/01012322439-des-tracts-signes-action-directe-envoyes-a-la-police

Espèrons que ça ne gène pas la libération de notre camarade...
avatar
spike

Messages : 3721
Date d'inscription : 19/05/2009

http://anarchietotale.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: A.D. >>>>>>>

Message  niouze le Sam 26 Fév - 18:48

sa pue la manip d'extreme droite ....

_________________
"Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça." coluche
avatar
niouze

Messages : 5040
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: A.D. >>>>>>>

Message  Invité le Mer 2 Mar - 19:30

Dépêches 02/03/2011 à 17h21

Hauts-de-Seine: 24 tracts Action directe envoyés à des commissariats depuis vendredi


PARIS (AFP) - Quatre nouveaux commissariats des Hauts-de-Seine ont reçu mercredi des tracts signés Action Directe, annonçant la réactivation de ce groupuscule armé d'extrême gauche, portant le total de ces tracts envoyés depuis vendredi à 24, a-t-on appris de sources proches de l'enquête.

"Depuis vendredi, cela fait donc 24 tracts siglés Action Directe reçus par des commissariats ou postes de police des Hauts-de-Seine", a assuré une source proche de l'enquête.

"Pour l'instant, ces documents sont à l'étude, mais il est difficile d'en savoir plus", a explique cette même source.

Une enquête a été ouverte vendredi par le parquet antiterroriste de Paris après les premiers envois de ces tracts. La section antiterroriste de la brigade criminelle de la police judiciaire parisienne a été saisie de cette affaire.

Sur ces tracts, tous identiques, figurent notamment les phrases: "A bas la dictature capitaliste. Flics, vos jours sont comptés. Nous commencerons l'extermination par le 92", qui, selon la même source, ciblent exclusivement les Hauts-de-Seine. Trente-cinq sites de police se trouvent dans ce département.

Un détail a cependant attiré l'oeil des enquêteurs: "aucun de ces tracts n'a été ni timbré, ni oblitéré", a assuré une source proche du dossier.

"C'est assez étrange", a confié à l'AFP l'un des enquêteurs qui vont désormais se pencher sur le parcours de ces tracts.

Les tracts portent en haut à gauche une étoile d'AD, "mais le sigle ne correspond pas au sigle historique", a indiqué la même source. En haut à droite, les auteurs ont écrit: "à la mémoire de", avec les noms des dirigeants du groupe Jean-Marc Rouillan, Georges Cipriani, Nathalie Ménigon et Joëlle Aubron, décédée en 2006.

© 2011 AFP

Un peu gros le prétexte pour le garder en zonz...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: A.D. >>>>>>>

Message  spike le Mer 2 Mar - 20:43

J'ai déjà posté ça...
avatar
spike

Messages : 3721
Date d'inscription : 19/05/2009

http://anarchietotale.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: A.D. >>>>>>>

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum