Derniers sujets
» les photos d'actus - l'info en résumé
par ivo Mer 22 Nov - 10:15

» vite, je vais vomir ...
par ivo Mer 22 Nov - 10:12

» macronie
par ivo Mer 22 Nov - 9:07

» pesticides / fongicides
par ivo Mer 22 Nov - 9:02

» contre l'esclavage moderne
par ivo Mer 22 Nov - 8:54

» Sur les rives du Jourdain
par ivo Mer 22 Nov - 8:52

» petits business entre amis
par ivo Mer 22 Nov - 8:41

» No Futur - la terre au 21° siecle
par ivo Mer 22 Nov - 8:36

» blancs comme neige ^^
par ivo Mer 22 Nov - 8:34

» homophobie dans le monde ...
par ivo Mer 22 Nov - 8:19

» immigration ...
par ivo Mer 22 Nov - 8:16

» Nucléaire mon amour ...
par ivo Mar 21 Nov - 9:19

» Afrique coloniale belge
par ivo Mar 21 Nov - 8:50

» Révolution russe
par ivo Mar 21 Nov - 8:01

» la police s'étonne qu'on ne l'aime pas
par ivo Lun 20 Nov - 8:44

» agriculture
par ivo Dim 19 Nov - 8:26

» <<< Santé >>>
par ivo Dim 19 Nov - 8:21

» droites extremes
par ivo Sam 18 Nov - 11:01

» Birmanie
par ivo Sam 18 Nov - 10:35

» enfance ...
par ivo Sam 18 Nov - 10:33

» U.E.
par ivo Sam 18 Nov - 10:10

» pologne
par ivo Sam 18 Nov - 8:44

» No Futur - l'espace au 21° siecle
par ivo Ven 17 Nov - 8:36

» Réunionnais de la Creuse
par ivo Ven 17 Nov - 7:56

» la phrase du jour
par ivo Ven 17 Nov - 7:13

» rwanda
par ivo Jeu 16 Nov - 9:49

» médias ? quels médias ??
par ivo Jeu 16 Nov - 9:27

» flicage total du net
par ivo Jeu 16 Nov - 8:19

» internet , technologie, ...
par ivo Jeu 16 Nov - 8:07

» Infos insolites.
par ivo Mer 15 Nov - 8:04

» ZAD partout ?
par niouze Mar 14 Nov - 17:54

» pape, cathos, vatican et autres ....
par ivo Mar 14 Nov - 9:00

» Necronomacron
par ivo Lun 13 Nov - 7:46

» monde - stupéfiants
par ivo Dim 12 Nov - 8:20

» état d'urgence et autres restrictions....
par ivo Dim 12 Nov - 8:16

» conditions de travail ...
par ivo Dim 12 Nov - 8:10

» ... 14/18 ...
par ivo Dim 12 Nov - 8:07

» Combien d’autres murs à faire tomber ?
par ivo Sam 11 Nov - 10:23

» salaires
par ivo Sam 11 Nov - 9:15

» impots
par ivo Sam 11 Nov - 9:12

» démocratie et justice ...
par ivo Sam 11 Nov - 8:33

» Today's joke
par ivo Ven 10 Nov - 9:49

» Les prisons: questions.
par ivo Ven 10 Nov - 9:04


turquie information

Page 1 sur 4 1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

turquie information

Message  niouze le Jeu 17 Déc - 13:44

emeute en turquie apres l'interdiction du partie kurdes

La Cour constitutionnelle turque a ordonné vendredi 12 décembre la fermeture du parti kurde DTP (Parti pour une société démocratique), accusé d'être « un foyer d'activités nuisibles à l'indépendance de l'Etat et à son unité indivisible ». Il lui est surtout reproché de n'avoir jamais dénoncé ses liens avec le PKK qui mène une lutte armée dans l'Est turc depuis 25 ans.

La décision de la Cour bannit de la vie politique 37 cadres du parti, dont son leader Ahmet Türk, et un certain nombre de députés et de maires.

Dans son verdict, la Cour se serait appuyée sur la jurisprudence du Tribunal constitutionnel espagnol et de la Cour européenne des droits de l'homme, qui a présidé à la dissolution du parti basque Herri Batasuna, en l'accusant d'être la vitrine politique de l'ETA. Même si cette dissolution du parti kurde n'est que la sixième du genre, elle intervient dans un contexte particulièrement délicat.
Sérieux revers pour l'ouverture démocratique du gouvernement

Outre le fait de priver le gouvernement d'Ankara du seul interlocuteur politique existant sur la question kurde, cette décision du pouvoir judiciaire est un sérieux revers pour son « ouverture démocratique », nom donné à la stratégie mise en place depuis 6 mois pour trouver une solution politique au conflit qui oppose la communauté kurde et l'Etat turc.

Au début de l'été, le Premier ministre Recep Tayip Erdogan a annoncé une série de mesures : développement de l'enseignement du kurde, rétablissement des noms kurdes pour les villes et villages, aides sociales et économiques …
Mais ces mesures ont plus suscité de critiques que d'enthousiasme : trop limitées pour les partisans de l'ouverture démocratique, trop timorées pour les sceptiques qui doutent des bonnes intentions du gouvernement, très dangereuses pour les nationalistes qui agitent le spectre d'une partition du territoire.
Exacerbation des clivages ethniques

Désireux d'avancer rapidement mais sans prendre le temps de préparer l'opinion publique, le Premier ministre Erdogan autorise fin août un contingent de rebelles du PKK installés au Nord de l'Irak à revenir en Turquie. Ces hommes sont accueillis en héros à Diyarbakir et dans la région kurde. Mais les images de leur triomphe ont un effet désastreux sur l'opinion publique turque qui ne comprend pas cette soudaine bienveillance d'Ankara : l'Etat aurait-il déjà oublié ses soldats morts pour la patrie ?

Puis courent des rumeurs de dégradation des conditions de détention d'Abdullah Özcalan, leader toujours très charismatique du PKK emprisonné depuis 10 ans. Des manifestations embrasent les grandes villes de l'Est mais aussi des quartiers d'Istanbul. Voitures brûlées, vitrines explosées, jets de pierre contre gaz lacrymogènes. Un étudiant est tué à Diyarbakir.

Le 7 décembre, sept soldats sont tués dans une embuscade près de Tokat, toujours dans l'Est. Ce drame, très largement médiatisé, bouleverse l'opinion publique et fragilise un peu plus les liens entre communautés. Condamnée par le DTP, reconnue par une branche du PKK alors que celui-ci avait annoncé une trêve, cette embuscade est perçue comme une provocation.

Mais elle crée aussi un profond malaise car les circonstances qui l'entourent rappellent les attentats menés par des groupes ultra-nationalistes et paramilitaires de l'Etat profond pour manipuler l'opinion.
Radicalisation chez les jeunes kurdes
C'est dans ce contexte déjà très tendu qu'est tombée l'annonce de la dissolution du DTP. Très vite, des manifestants sont descendus dans les rues pour crier leur colère dans plusieurs villes du pays et se sont heurtés aux forces de l'ordre. Des dizaines de personnes ont été arrêtées.


A Istanbul, dans le quartier branché de Beyoglu, les manifestants se sont retrouvés face à des groupes nationalistes et se sont battus jusqu'à l'arrivée de la police anti-émeute. A Mus, un commerçant tire dans la foule en colère : deux morts.

La dissolution du DTP, perçue par les plus sceptiques comme l'échec de la voie parlementaire dans le règlement du conflit, risque d'entraîner une radicalisation de la nouvelle génération kurde, moins politisée que ses aînés mais plus déterminée. Laure Marchand, dans Le Figaro du 14 décembre, écrit :

« Nous avions l'habitude de plaisanter entre nous en disant que nous irions faire notre master dans les montagnes, raconte Mehmet, 21 ans, mais maintenant je songe sérieusement à rejoindre le PKK. »

Or, le bilan de ce conflit, qui dure depuis 25 ans, est de 45 000 morts et un nombre inconnu de blessés, de familles brisées et de drames humains. Alors, bien que la situation soit tendue, la solution ne peut venir que du dialogue politique.

Recep Tayip Erdogan a réaffirmé hier que l'ouverture démocratique en direction des Kurdes restait une priorité, pendant que le DTP annonçait la poursuite de ses activités politiques au sein d'un nouveau parti : le Parti de la paix et de la démocratie (BDP).

c'est beau comme une europe democratique

_________________
"Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça." coluche
avatar
niouze

Messages : 5040
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: turquie information

Message  niouze le Lun 2 Aoû - 15:53

La paix civile menacée

De graves heurts se sont produits ces derniers jours dans plusieurs villes entre les populations turque et kurde. Les éditorialistes de la presse turque craignent que ces troubles ne dégénèrent, alors que le pays est sous tension avant un référendum crucial qui se tiendra en septembre.

30.07.2010 | Pierre Vanrie | Courrier international



© AFP

Des militants kurdes affrontent la police anti-émeute turque, Istanbul, 10 juillet 2010.

"Ce n'est que basse polémique politicienne que d'accuser le gouvernement AKP [Parti de la justice et du développement, islamiste, au pouvoir] d'être responsable des incidents qui se déroulent actuellement, uniquement parce qu'il a lancé une politique d'ouverture vis-à-vis des Kurdes", affirme Taha Akyol dans Milliyet. L'éditorialiste du quotidien turc réagit aux nombreux affrontements ethniques qui ont opposé ces derniers jours les populations kurde et turque dans la province de Hatay (sud du pays) et à Inegöl, dans le nord du pays, dans la région de Bursa. Quatre policiers avaient été tués lundi 26 juillet dans la ville de Dörtyol, lors d'un attentat perpétré par l'organisation séparatiste kurde PKK.

"Les critiques de l'opposition ne sont pas plus crédibles que le discours du gouvernement. Selon ce dernier, ces graves incidents n'ont d'autre but que de saboter le processus menant au référendum [sur la révision constitutionnelle, prévu pour le 12 septembre prochain. Il vise notamment à limiter le rôle politique de l'armée.] En effet, de graves affrontements de masse s'étaient déjà produits avant que le gouvernement ne lance son 'ouverture kurde' et ne décide d'organiser un référendum", continue Taha Akyol dans Milliyet. "Au cours des années 1980 et 1990, la question kurde restait cantonnée à un problème de terrorisme. Il n'y avait pas d'affrontements impliquant les populations civiles. Plus récemment, la question kurde s'est fortement politisée et a acquis une nouvelle dimension en pénétrant toutes les couches de la société. La tension inhérente à ce problème s'est étendue aux masses. Le problème des 'enfants jetant des pierres sur les forces de l'ordre', inimaginable il y a dix ans, est l'une des manifestations de ce processus. Ce sont des signaux d'alarme annonciateurs d'une effroyable catastrophe."

Dans le journal Taraf, Rasim O. Kütahyalı privilégie quant à lui la piste du complot visant à déstabiliser le gouvernement et à maintenir un statu quo favorable à un establishment menacé par les diverses procédures judiciaires en cours dans le cadre du procès Ergenekon [nom de l'organisation clandestine composée de civils et de militaires de l'Etat ayant pour but de renverser l'AKP]. "Ils essaient tout pour que le 'non' l'emporte lors du référendum du 12 septembre", écrit-il à ce propos. "La population n'a pas cru au danger du fondamentalisme musulman qui serait incarné par l'AKP. Le seul atout qui reste alors dans les mains du réseau Ergenekon, c'est de mener des opérations créant les conditions favorables à une guerre civile, en particulier dans les petites et les grandes villes de l'ouest de la Turquie. Le nationalisme turc, à l'œuvre dans les régions côtières occidentales, a une dimension laïciste et souverainiste selon laquelle tout lien spirituel avec les Kurdes est impossible. Le discours : 'Les Kurdes sont un fardeau', 'Pourquoi vivrions-nous encore avec eux ?', s'entend surtout dans ces régions. Les affrontements d'Inegöl illustrent à nouveau le fait que le terreau de cette région est favorable à une guerre civile à caractère ethnique. Les événements qui ont eu lieu dans cette petite ville, s'ils ont l'air spontanés, sont donc le résultat de provocations orchestrées."

Dans Vatan, Rusen Çakir veut, quant à lui, dépasser la controverse : "Plutôt que de polémiquer sur le lien éventuel de ces événements avec le processus d'ouverture et de référendum du gouvernement, constatons qu'il s'agit là d'une nouvelle manifestation de la question kurde, la 'mère de tous les problèmes de la Turquie'. Toujours non résolue, cette question pose en réalité à ce stade celle de notre capacité à vivre ensemble en paix. Si nous ne voulons pas être tous perdants, nous avons alors intérêt à mettre tous la main à la pâte pour tenter de la résoudre. Dans ces conditions, toute personne qui en a la possibilité doit apporter sa contribution pour que le PKK dépose les armes sans aucune condition."
courrier international.com

_________________
"Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça." coluche
avatar
niouze

Messages : 5040
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: turquie information

Message  spike le Ven 25 Fév - 16:27



Sarkozy froidement accueilli en Turquie
Le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan s'est dit par voie de presse déterminé à lui demander des explications sur son refus d’une adhésion de son pays à l’Union européenne.


Le président français Nicolas Sarkozy a été accueilli vendredi à son arrivée à Ankara par un coup de colère, par voie de presse, du Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, déterminé à lui demander des explications sur son refus d’une adhésion de son pays à l’Union européenne.

Sarkozy est en visite à Ankara en tant que président du G20, ce que regrettent les hautes autorités turques, qui auraient préféré une visite officielle du président de la République française.

Cette visite n’est «pas à la hauteur de l’amitié franco-turque», avait déclaré Erdogan mercredi à l’AFP. «La Turquie et les relations franco-turques méritent bien plus que cela», avait-il protesté.

Autre sujet qui fâche: la candidature turque à l’Union européenne, à laquelle Nicolas Sarkozy et Angela Merkel, chancelière allemande, sont fermement opposés. «J’ai mis de nombreuses fois en garde M. Sarkozy sur cette question. Nous lui avons dit que son attitude concernant la Turquie est totalement erronée et nous allons l’interroger sur ce point», a déclaré Recep Tayyip Erdogan, lors d’une interview à la télévision turque ATV, jeudi tard dans la soirée.

Selon le Premier ministre turc, «l’Union européenne a besoin de la Turquie, la Turquie a besoin de l’Union européenne». «Mais si les choses continuent comme ça, alors prenez une décision et annoncez: "nous ne voulons pas de la Turquie"» dans l’Europe, a-t-il ajouté, à l’adresse du président français.

Dans une interview au journal turc Posta, publiée vendredi, le président français déclare notamment: «Je reste convaincu que la Turquie et l’UE doivent entretenir des relations aussi étroites que possible, sans aller jusqu’à l’intégration, qui ne profiterait en réalité ni à la Turquie, ni à l’Union européenne.»

Négociations au point mort


Les négociations entre la Turquie et l’Union européenne, qui ont commencé en 2005, sont au point mort, du fait de la question de Chypre et de l’opposition de plusieurs pays européennes à une adhésion turque.

Nicolas Sarkozy considère que la Turquie ne fait, géographiquement, pas partie de l’Europe et estime que ce pays devrait former «un partenariat privilégié» avec l’UE.
Selon l’Elysée, cette visite – la première d’un président français depuis celle de François Mitterrand en 1992 – est avant tout «dédiée aux dossiers du G20», le forum des principales économies auquel appartient la Turquie, 17e puissance mondiale.

Comme il l’avait fait auprès du président américain, et avant lui auprès des dirigeants chinois et indien, fin 2010, Nicolas Sarkozy devait exposer les priorités de sa présidence du G20 à Erdogan et au président Abdullah Gül.
Il s’agit de «la réforme du système monétaire international, dont tout le monde reconnaît aujourd’hui la nécessité, de la lutte contre la volatilité excessive du prix des matières premières, énergétiques et agricoles», ainsi que de la «question des financements innovants», a-t-il rappelé au Posta.

La Turquie devrait être attentive à ces chantiers, alors que le Fonds monétaire international, tout en saluant sa croissance vigoureuse, vient de la mettre en garde contre des risques de déséquilibres financiers.

(Source AFP)
avatar
spike

Messages : 3721
Date d'inscription : 19/05/2009

http://anarchietotale.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: turquie information

Message  spike le Dim 12 Juin - 14:20



Les Turcs votent pour les législatives
Le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan semble bien parti pour un troisième mandat consécutif.

Les Turcs votent dimanche pour les élections législatives dans lesquelles le parti issu de la mouvance islamiste du Premier ministre Recep Tayyip Erdogan part favori pour un troisième mandat consécutif.

Tous les sondages prédisent que le Parti de la justice et du développement (AKP) de M. Erdogan, 57 ans, soutenu par les classes populaires et une partie de la classe moyenne, sortira gagnant des élections, ce qui constituerait une troisième victoire d'affilée depuis 2002.

Plus de 50 millions d'électeurs, sur une population de 73 millions, sont appelés à se prononcer dans plus de 200.000 bureaux de vote pour renouveler le Parlement de 550 sièges.

Les derniers bureaux de vote fermeront à 14 heures et les premières estimations sont attendues à partir de 18 heures mais généralement les autorités électorales permettent aux télévisions de donner des projections plus tôt.

Recep Tayyip Erdogan a vanté durant la campagne la bonne santé économique de la Turquie, actuellement 17e économie mondiale avec une croissance "à la chinoise" de 8,9% en 2010, et une inflation maîtrisée à environ 6%.

Forte participation

Mais l'opposition dénonce l'autoritarisme croissant de M. Erdogan, et des atteintes aux libertés, avec en particulier des arrestations de journalistes.

"J'ai voté pour le retour à une démocratie normale en Turquie, où les gens n'ont pas peur d'afficher leurs opinions", a déclaré à l'AFP Engin Ünsal, fonctionnaire retraité, qui n'a pas caché qu'il avait voté pour l'opposition, dans le quartier résidentiel de Cankaya.

Le chef de l'Etat Abdullah Gül, un ancien cadre du parti gouvernemental, et son épouse ont voté dans un quartier tout proche.

Dès l'ouverture des bureaux de vote, installés généralement dans des écoles, d'importantes files d'attente se sont formées, laissant présager une forte participation.

La campagne électorale s'est déroulée avec quelques coups bas, dont la diffusion sur internet d'enregistrements vidéo sexuellement compromettants qui ont décapité la direction du parti nationaliste MHP, troisième force à l'Assemblée.

Dans le contexte d'une victoire annoncée par les sondages, le principal suspense du scrutin est de savoir si l'AKP obtiendra assez de sièges pour faire adopter une nouvelle constitution.

Recep Tayyip Erdogan ne cache pas ses ambitions d'avancer vers un système présidentiel, mais une importante partie de l'opinion craint de voir le pays sombrer dans l'autoritarisme avec ces changements.

Députés pro-kurdes

Trois scénarios peuvent ressortir des urnes: si l'AKP dépasse la barre des 367 députés, soit une majorité des deux-tiers, il pourra modifier la constitution sans avoir recours à un référendum. Avec 330 sièges, l'AKP devra organiser un référendum. Enfin, à moins de 330, il lui faudrait l'aide d'autres partis, ou abandonner son projet.

Les sondages donnent l'AKP gagnant avec environ 45% voix (47% en 2007).

Mais le principal parti d'opposition pro-laïque (CHP, Parti républicain du peuple) semble capable d'une percée. Le MHP (Parti de l'action nationaliste) devrait obtenir entre 10 et 12%.

Les sondages prédisent aussi l'élection de députés "indépendants", en particulier pro-kurdes, qui ont choisi cette étiquette pour échapper au barrage des 10% de voix à l'échelle nationale indispensable pour entrer au Parlement, selon un mode de scrutin à la proportionnelle.

En raison des élections, la vente d'alcool est interdite dans tout le pays, officiellement à 99 % musulman.

Depuis près de 10 ans, Erdogan a changé le visage de la Turquie. Outre le redressement économique, il a cantonné dans ses casernes, par des amendements constitutionnels, la puissante armée turque, jadis acteur politique de premier plan.

Mais la perspective d'une adhésion à l'Union européenne est dans les limbes, en raison notamment de l'opposition de la France et de l'Allemagne.

(Source AFP)
http://www.liberation.fr/monde/01012342946-les-turcs-votent-pour-les-legislatives
avatar
spike

Messages : 3721
Date d'inscription : 19/05/2009

http://anarchietotale.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: turquie information

Message  ivo le Mer 19 Oct - 10:40

Atttaques meutrières du PKK à la frontière entre la Turquie et l'Irak
http://www.la-croix.com/Actualite/S-informer/Monde/Atttaques-meutrieres-du-PKK-a-la-frontiere-entre-la-Turquie-et-l-Irak-_NG_-2011-10-19-724954
Vingt-quatre soldats turcs ont été tués et plusieurs autres blessés dans des attaques lancées simultanément par des rebelles kurdes tard mardi 18 octobre.

Les attaques de plusieurs groupes armés du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK , interdit) se sont produites contre des postes militaires situées à la frontière irakienne, faisant 24 morts.

Les rebelles ont attaqué huit objectifs à la frontière entre l'Irak et la Turquie sur les localités de Cukurca et de Yüksekova, dans la province de Hakkari, qui abritent plusieurs postes frontière de la gendarmerie, corps d'armée en Turquie, a indiqué une source de sécurité locale.

Selon les chaînes de télévision, l'armée a lancé des opérations terrestres et aériennes dans la nuit pour pourchasser les assaillants. Des unités de commando turques sont entrées mercredi 19 octobre par deux points en Irak, a annoncé l'agence kurde Firatnews.

BOMBARDEMENT
Selon les observateurs, il s'agit du deuxième plus lourd bilan de victimes pour l'armée turque depuis que le PKK a engagé en 1984 son combat pour la sécession de la partie kurde (est) de la Turquie. En 1993 les rebelles avaient tué 33 soldats sans armes au moment de leur transfert d'un point à un autre.

Le PKK a multiplié considérablement ses attaques depuis l'été après une accalmie et la Turquie a menacé d'intervenir militairement contre les repaires de ce mouvement situés dans le Kurdistan irakien (nord de l'Irak).

L'aviation turque bombarde régulièrement les caches du PKK dans la montagne irakienne mais les analystes soulignent la nécessité d'une incursion terrestre pour nettoyer les bases arrière de ce mouvement classé terroriste par la Turquie et bon nombre de pays. La dernière opération transfrontalière de la Turquie en Irak remonte à février 2008.
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: turquie information

Message  ivo le Jeu 20 Oct - 20:17

La question kurde en Turquie et la naissance du PKK
http://www.rfi.fr/europe/20111020-question-kurde-turquie-naissance-pkk
Le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) a revendiqué les attaques de mardi 18 octobre 2011 contre des soldats turcs à la frontière avec l'Irak, faisant au moins 24 morts. Le PKK a été fondé il y a plus de trente ans et poursuit une lutte armée contre la Turquie depuis 1984.

La question de la présence kurde en Turquie est née principalement à la fin de la Première Guerre mondiale et la chute de l'Empire ottoman. Elle anime la vie géopolitique du pays depuis la naissance de la République turque en 1923. Les Kurdes représentent une importante minorité en Turquie (20 % de la population). Mais depuis la création de la République turque, le kémalisme, du nom du fondateur de la République laïque turque Mustafa Kemal, menace l'identité kurde notamment par le déni total de son existence, l'interdiction de la langue kurde ou les répressions permanentes par l'armée turque.

En 1978, Abdullah Öcalan fonde le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), union du nationalisme séparatiste kurde et du marxisme-léninisme. A sa création en 1978, le PKK voulait l'indépendance des territoires à population majoritairement kurde se situant dans le sud-est de la Turquie. Une région constituant une partie du Kurdistan. Mais à présent, les revendications d'indépendance du PKK se sont muées en demandes d'autonomie au sein d'un système fédéral. Avant tout, les Kurdes demandent la libération de leur chef historique, Abdullah Öcalan, en prison sur l'île d'Imrali depuis sa capture en 1999 par les services secrets turcs. Plus largement, le PKK réclame l'amnistie pour les 10 000 combattants qu'il revendique.

La logistique du PKK

Grâce à leurs bases arrières en Irak, en Iran, en Syrie, et en Europe, les rebelles kurdes de Turquie parviennent chaque année à réunir une centaine de millions de dollars, selon le site d’information Terrorwatch. Dans certains pays, toujours selon ce site, le PKK lève carrément l'impôt révolutionnaire au sein de la diaspora kurde. Et Ankara l'accuse même d'être impliqué dans des trafics de drogues et d'armes. Le Parti des travailleurs du Kurdistan est d'ailleurs inscrit sur la liste des organisations terroristes des États-Unis, de l'Union européenne et du Royaume-Uni.

Lutte armée et cessez-le-feu

Depuis une trentaine d'années, 45 000 personnes ont trouvé la mort à l'occasion d'affrontements entre rebelles kurdes et armée turque. 4 000 villages ont été détruits et au moins un million de Kurdes ont dû partir en exil. Depuis le début du conflit en 1984, le PKK a décrété plusieurs cessez-le-feu de manière unilatérale. Le premier est proposé par Abdullah Öcalan, alors en relation directe avec le président turc de l'époque Turgut Özal, puis entériné par le conseil présidentiel en 1993.

Le texte, qui suit les recommandations d'Öcalan, définit l'arrêt de la lutte armée comme la seule voie possible à la démocratisation de la Turquie et la résolution du problème kurde. Ont ensuite suivi les cessez-le-feu de 1995, 1998, 1999 et 2006 toujours dans le but, selon ses dirigeants, d'aboutir à la résolution du problème kurde par la voix du dialogue.

Jusqu'à aujourd'hui, le gouvernement turc refuse toute négociation avec le PKK qu'il accuse de terrorisme. Selon Didier Billion, directeur adjoint de l’Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS) et spécialiste de la Turquie, les militaires turcs n’ont pas réussi à éradiquer le PKK depuis 1984. D’après lui, plusieurs voix s’élèvent aujourd'hui en Turquie pour estimer que la solution au conflit est avant tout politique.
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: turquie information

Message  ivo le Lun 23 Jan - 18:59

Génocide : La Turquie attend la décision de la France
fr info
Le Parlement français devrait adopter définitivement ce lundi une proposition de loi pénalisant la négation des génocides, notamment celui des Arméniens en 1915 par les Turcs, un geste comparé à une "nouvelle inquisition" par Ankara.

Le vote du Sénat scrute de près la décision définitive de la France. En décembre 2011, l'Assemblée avait adopté cette proposition de loi. La Turquie avait alors décidé de prendre une série de mesures de rétorsion à l'encontre de la France.

Bulent Arinç, le vice-Premier ministre turc, a prévenu que de nouvelles mesures seraient prises après l'adoption d'un texte qu'il compare à l'Inquisition, une juridiction catholique d'exception chargée de réprimer les hérétiques.
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: turquie information

Message  ivo le Ven 8 Juin - 19:22

Turquie : une étudiante française retenue en prison
fr info
Depuis le 10 mai dernier, Sevil vit derrière les barreaux sans comprendre ce qu'on lui reproche. Les autorités d'Ankara la soupçonnent d'appartenir à une organisation clandestine d'extrême-gauche. Elle risque jusqu'à 12 ans de prison.

Sevil Sevimli, 19 ans, habite Lyon. Pour sa dernière année d'études, elle a décidé de découvrir son pays d'origine, la Turquie. C'est grâce à un échange Erasmus qu'elle est partie étudier à l'université Anatolie d'Eskisehir dans l'Est du pays. Depuis un mois, elle ne passe plus son temps sur les bancs des amphithéâtres, mais derrière les barreaux.

Soupçonnée d'appartenir à une organisation clandestine d'extrême gauche, la jeune fille a été arrêtée le 10 mai dernier avec cinq autres personnes. Elle aurait eu des liens avec le Front-Parti de libération du peuple révolutionnaire, qui figure sur la liste des organisations terroristes de l'Union Européenne.

Selon son avocat, il n'y a aucune preuve de son appartenance à cette organisation. De plus, l'accusation qui pèse à son encontre est étonnante. On lui reproche d'avoir assisté à une parade du 1er Mai et d'être allée au concert d'un groupe de musique réputé pour ses actions politiques socialistes.

La jeune femme risque 12 ans de prison pour appartenance à une organisation armée. Sevil ne comprend pas pourquoi elle est en prison d'autant qu'elle n'a pas accès à son dossier, classé confidentiel. Il y aurait plus de 700 étudiants emprisonnés en Turquie.

Sevil n'est la seule dans ce cas. Explication de Jérôme Bastion.
>>>>
http://www.7sur7.be/7s7/fr/1726/Erdal/article/detail/1046276/2009/12/24/DHKP-C-La-Turquie-se-declare-decue.dhtml
http://www.turquieeuropeenne.eu/5225-etudiants-emprisonnes-en-turquie-manifestation-sous-forme-de-cours.html
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: turquie information

Message  ivo le Sam 22 Sep - 11:00

Coup de massue judiciaire contre les généraux turcs comploteurs
Le verdict est finalement tombé vendredi dans l'affaire Balyoz (masse de forgeron), une affaire de complot contre le gouvernement islamo conservateur, fomenté par l'armée turque en 2003. Après plusieurs heures de délibération, le jugement est tombé comme un coup de massue contre des dizaines d'officiers de haut rang, déclarés coupables de tentative de putsch et "d'entrave à l'action du gouvernement de la République".
>>>
http://istanbul.blog.lemonde.fr/2012/09/21/coup-de-massue-judiciaire-contre-les-generaux-comploteurs/
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: turquie information

Message  ivo le Lun 29 Oct - 10:31

Lettre de Söner Yalçin, journaliste turc en prison.
En Turquie, la liberté de la presse est en danger. Le pays détient un triste record : celui du nombre de journaliste arrêtés : 76 journalistes et distributeurs de presse en prison, soit la moitié du contingent mondial des journalistes détenus. Ce nombre dépasserait la Chine pour ce triste palmarès. La majorité sont des Kurdes accusés de « collusion avec une entreprise terroriste », d’autres sont des militants turcs de la démocratie et des libertés fondamentales.
>>>
http://www.turquieeuropeenne.eu/5390-lettre-de-soner-yalcin-journaliste-turc-en-prison.html

found by K
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: turquie information

Message  ivo le Jeu 8 Nov - 10:02

Raid de l’armée turque contre le PKK, 13 morts
http://www.armenews.com/article.php3?id_article=84194
Treize maquisards du Parti des travailleurs du Kurdistan ont été tués lors d’une opération menée dans la nuit par l’armée turque, appuyée par des hélicoptères d’attaque et des avions, contre des positions du PKK, a-t-on appris lundi auprès de la sécurité.

La région ciblée, dans les montagnes de la province de Sirnak, dans le sud-est du pays, est limitrophe de l’Irak et de la Syrie. Dimanche, l’explosion d’une voiture piégée visant un véhicule de l’armée et imputée au PKK a tué un garçonnet de onze ans et fait 18 blessés dans la province voisine d’Hakkari.

Le PKK, classé sur les listes des “organisations terroristes“ en Turquie, aux Etats-Unis et dans l’Union européenne, a pris les armes en 1984. Plus de 40.000 personnes ont péri dans les violences politiques depuis le début du conflit.

Les affrontements entre les combattants du PKK et les forces turques se sont multipliés depuis cet été, une évolution que le gouvernement d’Ankara lie à la situation de guerre civile en Syrie. Le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, accuse le gouvernement syrien de Bachar al Assad d’armer le PKK.
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: turquie information

Message  ivo le Ven 15 Fév - 20:26

Turquie : l'étudiante franco-turque Sevil Sevimli condamnée à cinq ans de prison pour terrorisme
Cinq ans et deux mois de prison pour "propagande terroriste", telle est la condamnation prononcée par un tribunal de Bursa - qui l'a tout de même autorisée à quitter la Turquie jusqu'à son procès en appel
>>>
http://www.franceinfo.fr/justice/turquie-l-etudiante-franco-turque-sevil-sevimli-condamnee-a-cinq-ans-de-pri-893987-2013-02-15

y'a une petition avaaz ...
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: turquie information

Message  ivo le Dim 2 Juin - 8:50

Turquie: la conquête de Taksim par les manifestants, un revers pour Erdogan
http://www.rfi.fr/europe/20130601-turquie-conquete-taksim-manifestants-revers-erdogan
Depuis deux jours, des affrontements ont opposé la police à des manifestants, à Istanbul. À l'origine de ces heurts, un projet d'urbanisme qui prévoit la destruction du parc Gezi, à proximité de la place Taksim, au cœur de la ville, afin d'y ériger une caserne militaire et un centre commercial. Le gouvernement, qui s’est d’abord montré inflexible, a lâché du lest ce samedi 1er juin, en ordonnant le retrait des forces de police, laissant de fait la place Taksim aux manifestants.

Avec notre correspondant à Istanbul, Jérôme Bastion

La conquête de la place Taksim est sans nul doute un revers cuisant dont le gouvernement, et avant tout son chef, Tayyip Erdogan, va devoir tirer les leçons. Il doit d’abord commencer par accepter le fait qu’il a affaire à un mouvement de mécontentement très large et très profond dans la société turque.

Cette contestation qui a essaimé en quelques heures à de nombreuses villes du pays, en est la preuve. C'est le signe qu’il ne s’agissait pas là d’une poignée de provocateurs, mais bien d’un avertissement, un cri du cœur d’une large partie de la population.

Le Premier ministre semble avoir fait marche arrière en reconnaissant, comme le président de la République et quelques ministres, un usage « excessif » de la force.

Tayyip Erdogan a fait retirer la police, tout en disant vouloir maintenir le projet de réhabilitation de la place de Taksim. Tancé par Damas, qui en profite opportunément pour retourner à Tayyip Erdogan ses critiques sur la gestion des manifestations populaires, le chef du gouvernement turc n’a bien sûr pas commenté. Mais il se demande certainement comment entendre le message de la rue, sans perdre la face.


LA MOBILISATION SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX A PESÉ SUR LE RECUL DU GOUVERNEMENT
La mobilisation contre les violences policières dont ont été victimes des milliers de manifestants à Istanbul est sans précédent, en Turquie. L'effervescence a été telle, sur les réseaux sociaux, qu’elle a fait reculer le gouvernement.

Visages ensanglantés, corps propulsés dans les airs par la force de jets des canons à eaux, manifestants pacifiques aspergés de gaz lacrymogènes. Les images d'Istanbul ont été largement relayées par les internautes sur les réseaux sociaux, notamment Facebook et Twitter (#occupygezi).

Comme un pied de nez aux autorités et à la censure en vigueur dans les médias officiels, contrôlés par le gouvernement, des dizaines de milliers de personnes ont littéralement pris d'assaut les réseaux sociaux pour informer, dénoncer et lancer un appel à manifester contre la dérive autoritaire de Tayyip Erdogan.

Un « printemps turc » ?

Les clichés, parfois insoutenables, ont créé un élan de solidarité et fait sortir dans les rues des dizaines de milliers de personnes. Ce qui n'était au départ qu'un simple rassemblement pour la sauvegarde d'un jardin public en centre-ville s'est mué en un vaste mouvement d'union contre la politique du chef du gouvernement.

L'usage excessif de la force par la police a fini de convaincre les plus réticents de se joindre au mouvement que beaucoup, déjà, décrivent comme un « printemps turc ». De nombreux internautes crient déjà victoire après l'appel au calme lancé, ce samedi, par le président Abdullah Gül et l'ordre donné aux policiers d'évacuer la place Gezi, occupée ces derniers jours par les forces de l'ordre.
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: turquie information

Message  ivo le Lun 3 Juin - 9:06

Turquie : nouveaux affrontements violents entre police et manifestants
fr info
Pour la troisième journée consécutive, des heurts ont opposé dimanche de jeunes manifestants aux policiers à travers la Turquie, mais surtout à Istanbul et Ankara. Ils réclament le départ du Premier ministre Recep Tayyip Erdogan et ont fait de la place Taksim, dans la capitale, le symbole de ce qu'ils nomment leur révolution.

Pas question de s'en aller. Les milliers de manifestants, rassemblés depuis trois jours sur la place Taksim, le coeur battant d'Istanbul, semblent décidés à aller jusqu'au bout.

Au départ pourtant, le motif des manifestations, la destruction de centaines d'arbres du parc Gezi pour ériger un immeuble, semblait bien dérisoire. Mais désormais, les jeunes manifestants réclament ni plus ni moins que le départ du Premier ministre Recep Tayyip Erdogan. Un dirigeant accusé d'islamiser la société turque depuis son arrivée au pouvoir il y a une dizaine d'années, et qui a reconnu ce week-end que la réponse policière avait été trop brutale envers les jeunes gens sortis crier leur colère dans les rues.

Victoire, puis affrontements

Samedi et dimanche, les étudiants et militants de gauche - la majorité des manifestants présents sur la place Taksim - ont fêté une première victoire, le retrait des forces de l'ordre demandé par le Premier ministre. Mais dimanche soir, après une journée passée dans le calme et une ambiance bon enfant, des incidents ont à nouveau éclaté, alors que les manifestants tentaient d'accéder aux bureaux du Premier ministre.

Dans le viseur, les policiers et l'usage massif de gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants. Même le chef de l'État turc, Abdullah Gül, a jugé dimanche "inquiétant" le niveau de la confrontation.

Les manifestants refusent de quitter la place Taksim : le récit depuis Istanbul de Jérôme Jadot (00:01:09)

Les jeunes manifestants ont également fait de Twitter un moyen de partager leur révolte, via le hashtag #OccupyTaksim sur le modèle des Indignés à travers le monde.

Ankara, l'autre foyer de la révolte

Il n'y a pas qu'à Istanbul que la colère gronde. Dimanche, c'est même à Ankara que les violences ont été le plus ressenties. Les manifestants ont été brutalement délogés de la place Kizilay, centre névralgique de la révolte citoyenne, à coups de tirs de gaz lacrymogènes et de canons à eau. Les policiers ont également empêché les manifestants d'accéder aux bureaux du Premier ministre.

Des manifestations ont également eu lieu dans d'autres provinces de Turquie, comme à Izmir, Adana ou encore Gaziantep. Pas moins de 235 manifestations auraient été recensées dans 67 villes du pays depuis mardi dernier.

Difficile pour l'instant d'établir un bilan fiable de ces incidents : médecins, ONG et pouvoir se démentent tous les uns les autres. Une certitude : les blessés se comptent par centaines. Mais pour l'instant, Recep Tayyip Erdogan veut encore donner l'image d'un Premier ministre inflexible, refusant de céder à la rue.

>>>>

http://occupygezipics.tumblr.com/
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: turquie information

Message  ivo le Mar 4 Juin - 8:55

Turquie : deux morts dans des manifestations
fr info
Le "retour au calme" annoncé par le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan n'est toujours pas d'actualité. La mort de deux personnes au cours de manifestations a été annoncée dans la nuit par les médias.

Jusqu'à présent, le bilan des troubles qui secouent la Turquie depuis vendredi s'élevait à un milllier de blessés à Istanbul et au moins 700 à Ankara selon les organisations de défense des droits de l'Homme et les syndicats de médecins des deux villes.

Désormais il y aurait au moins deux morts, deux jeunes hommes. Le premier a été tué dimanche soir à Istanbul par une voiture qui a percuté la foule. Le second est mort après avoir été grièvement blessé par balle toujours lors d'une manifestation, mais cette fois dans le sud de la Turquie. La police a ouvert une enquête.

Une grève de deux jours

Pendant ce temps là, le mouvement autour des occupants de la place Taksim d'Istanbul continue à prendre de l'ampleur. Ils ont reçu le soutien d'une des plus importantes confédérations syndicales turques. Elle a appellé à une grève de deux jours à partir de ce mardi pour dénoncer le recours à la "terreur" par l'Etat contre les contestataires.

Une aggravation de la situation qui ne semble pas inquiéter le Premier ministre turc. Depuis le Maroc - il a entamé ce lundi une tournée de quatre jours dans les pays du Maghreb - Recep Tayyip Erdogan a estimé que la situation était "en train de revenir au calme. A mon retour de cette visite les problèmes seront réglés."
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: turquie information

Message  ivo le Jeu 6 Juin - 10:12

Maintien de l’ordre : en Turquie aussi, la France veut exporter son « savoir-faire »
http://www.rue89.com/2013/06/05/maintien-lordre-turquie-aussi-france-veut-exporter-savoir-faire-243004
En pleine répression des manifestations en Turquie, ça fait un peu désordre. Mediapart rappelle qu’un accord de coopération policière entre la France et la Turquie, signé par Claude Guéant en 2011 et soutenu par Laurent Fabius, est bloqué depuis plusieurs mois à l’Assemblée nationale.

Il porte sur la lutte contre le terrorisme, le trafic de drogue et le blanchiment, mais comporte aussi, à la demande de la Turquie, un volet « gestion démocratique des foules » (maintien de l’ordre).

Il s’agit, selon le quai d’Orsay, d’apporter une assistance à la police et à la gendarmerie turque sur les « techniques de maintien et de rétablissement de l’ordre pour maîtriser des individus armés sans faire usage d’armes létales ».

Le Parti communiste et plusieurs associations pro-kurdes avaient protesté lors du dépôt de ce projet de loi, en février. Ils mettaient surtout en cause les passages consacrés à la lutte antiterroriste, utilisée à tort et à travers en Turquie.

Un député, François Asensi, a quant à lui évoqué le maintien de l’ordre, en dressant un parallèle inévitable avec l’exportation du « savoir-faire français » en Tunisie, proposé par Michèle Alliot-Marie au régime de Ben Ali. Réponse (sèche) du ministère des Affaires étrangères :

« Un parallèle avec le régime Ben Ali en Tunisie est difficile à soutenir tant les conditions politiques et le contexte de cet accord diffèrent. »

Rappelons que la France contribue à la formation de policiers dans de nombreux pays – démocratique[s] ou non – , et y exporte aussi du matériel dédié au maintien de l’ordre.
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: turquie information

Message  ivo le Dim 9 Juin - 10:33

En Turquie, les anti-Erdogan toujours mobilisés
Des milliers de personnes se sont à nouveau rassemblées place Taksim à Istanbul, et ailleurs dans le pays, malgré les appels répétés du Premier ministre à l’arrêt immédiat de la contestation.
>>>
http://www.liberation.fr/monde/2013/06/08/en-turquie-les-anti-erdogan-toujours-mobilises_909326
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: turquie information

Message  ivo le Mer 12 Juin - 8:52

Turquie: pas de discussions en perspective entre le gouvernement et les manifestants de la place Taksim
http://www.rfi.fr/europe/20130612-turquie-taksim-gezi-negociations-erdogan
Treizième jour de contestation en Turquie. Une journée qui s'ouvre dans un calme relatif à la différence de la veille, mardi, quand le gouvernement a voulu montrer sa fermeté, sa détermination à ne pas céder face aux milliers de contestataires rassemblées place Taksim à Istanbul. La journée et la nuit de mardi à mercredi ont été ponctuées d'affrontements.

Avec notre correspondant à Istanbul, Jérôme Bastion

Les assauts de la police, qui avaient repris en début de soirée, à la surprise générale, ont duré jusqu’à 3h et demi du matin ce mercredi. C’est vers minuit que la place de Taksim a été définitivement vidée de ses occupants, puis elle a commencée à être nettoyée par les services de la mairie. C'est alors que l’assaut du parc de Gezi a commencé - bien que le gouverneur ait promis que les forces de sécurité n’investiraient pas le jardin public où restent des centaines de tentes depuis près de deux semaines.

Un violent assaut

Cet assaut a été très violent, des flammes se sont élevées du parc pendant plusieurs heures. On voyait de l’extérieur les policiers tirer des cartouches de gaz lacrymogènes et utiliser ses canons à eau derrière le rideau des arbres, et on pouvait entendre des cris monter dans la nuit.

Les affrontements ont fait des dizaines de blessés, qui ont dû être soignés dans les hôtels alentour. Ils avaient le plus souvent été touchés à la tête par des cartouches de gaz lacrymogènes.

Désormais le parc Gezi est dévasté, mais pas entièrement vidé, il reste environ la moitié de ses tentes et de ses habitants. Cependant, l’expulsion totale et définitive risque de ne pas tarder, la police anti-émeute est en effet toujours aux abords du parc, face aux toutes dernières barricades.

La perspective de discussions s'éloigne

Depuis hier, chacun a compris que les espoirs d’une solution négociée, pacifique à cette crise n’étaient plus d’actualité, et que les opposants ne viendraient de toutes façons pas de cette rencontre avec Tayyip Erdogan prévue ce mercredi, rencontre pourtant annoncée lundi par le bureau du Premier ministre. En effet les membres de la Plateforme de Taksim ont indiqué n’avoir reçu aucune invitation, n’avoir jamais été conviés à rencontrer le chef du gouvernement. En somme, que ce rendez-vous était purement factice, et que son annonce était juste destinée à calmer la colère alors que se préparait la répression policière.

Le bureau du Premier ministre n’a pas commenté. En fait, les membres de la plateforme de Taksim ont de toutes façons indiqué qu’il n’était pas non plus question pour eux de négocier quoi que ce soit alors que Taksim est sous blocus policier.

Le Premier ministre a indiqué qu’il recevrait jeudi deux comédiennes avec lesquelles il compte parler du parc Gezi. Mais ces deux artistes ne représentent en rien la contestation de la place Taksim et n’ont aucune légitimité en terme d’environnement ou d’urbanisme.

De son côté, le vice-Président du parti au pouvoir Hüseyin Celik se dit près à rencontrer «des» défenseurs de l’environnement, mais on voit mal qui pourrait endosser ce rôle et dans quel cadre ils pourraient entamer une discussion avec ce reponsable… Les fils du dialogue sont bel et bien coupés.

Jean Marcou sur RFI: «Les autorités turques sont adeptes du double langage»
Je crois qu’il y a effectivement une stratégie, à l’heure actuelle contrôlée, qui est manifeste. Ceci étant, ce genre de discours à plusieurs voix peut aussi amener des conflits, parfois, entre les personnes et des dérapages.
>>>
http://www.rfi.fr/europe/20130611-jean-marcou-turquie-erdogan-gul-akp-double-language
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: turquie information

Message  ivo le Dim 16 Juin - 9:34

Turquie: à Istanbul, la police évacue le parc Gezi et la place Taksim
Samedi 15 juin, la police d'Istanbul a évacué le parc Gezi, dont le projet de destruction avait déclenché le mouvement de contestation qui dure depuis dix-huit jours maintenant. Plus tôt dans l'après-midi, le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan avait lancé un ultimatum au manifestants, les sommant de quitter les lieux avant dimanche.
>>>
http://www.rfi.fr/europe/20130616-turquie-istanbul-police-evacuation-parc-gezi-place-taksim
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: turquie information

Message  ivo le Lun 17 Juin - 9:27

Turquie : Erdogan défend son coup de force contre les manifestants, appel à la grève générale
Le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan a justifié dimanche 16 juin devant plus de 100.000 partisans l'évacuation du dernier bastion des manifestants qui réclament sa démission depuis plus de deux semaines, sur fond d'affrontements sporadiques à Istanbul.

Deux des principaux syndicats turcs ont appelé à la grève générale lundi pour protester contre la répression brutale des rassemblements à Istanbul, Ankara et dans plusieurs villes du pays tout au long du week-end.
....

Selon le dernier bilan du syndicat des médecins turcs publié plus tôt dans la semaine, 4 personnes sont mortes et près de 7.500 autres ont été blessées.
>>>
http://www.huffingtonpost.fr/2013/06/17/turquie-erdogan-coup-force-contre-manifestants-appel-greve-generale_n_3451955.html?utm_hp_ref=france
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: turquie information

Message  ivo le Mar 18 Juin - 12:12

Série d'arrestations dans les milieux d'extrême-gauche turcs
http://www.lemonde.fr/europe/article/2013/06/18/serie-d-arrestations-dans-les-milieux-d-extreme-gauche-en-turquie_3431975_3214.html
La police turque a procédé tôt mardi 18 juin à des dizaines d'arrestations dans des milieux d'extrême gauche en lien avec les manifestations antigouvernementales qui secouent le pays depuis la fin mai, ont affirmé des sources concordantes.
A Istanbul, la police a arrêté à leurs domiciles quelque 90 membres du Parti socialiste des opprimés (ESP), une petite formation active dans les manifestations, a indiqué à l'AFP le barreau d'Istanbul. Elle a également investi les locaux d'un quotidien, Atilim, et d'une agence de presse, Etkin, proches de ce parti, ont rapporté les chaînes d'information NTV et CNN-Türk.

Le député Sirri Sürreya Önder a confirmé sur Twitter l'arrestation à son domicile du vice-président de l'ESP, Alp Altinörs, à laquelle il a assisté. NTV mentionne également l'interpellation de 30 personnes à Ankara, de 13 autres à Eskisehir (nord-ouest) et des opérations de la police dans 18 autres provinces.

PROJET DE RÉGLEMENTATION DE LA CRIMINALITÉ SUR INTERNET

La police turque a déjà arrêté près de 600 personnes dimanche 16 juin à Istanbul et Ankara dans les manifestations antigouvernementales, selon les représentants des avocats de ces deux villes. La police peut mettre les personnes interpellées quatre jours en garde à vue, selon la loi turque, avant de les présenter à un procureur qui décide de leur éventuelle inculpation, de leur placement en détention préventive ou de leur remise en liberté.

Le ministère turc de la justice a par ailleurs commencé à travailler sur un projet de réglementation de la criminalité sur Internet pour restreindre le rôle des médias sociaux dans la propagation des appels à manifester contre le premier ministre Recep Tayyip Erdogan, a rapporté mardi le quotidien Hürriyet Daily News, citant une source ministérielle. "Nous évaluons les applications à l'étranger concernant cette question", a indiqué cette source, citée par le quotidien.

Quelque 25 personnes ont été arrêtées début mai à Izmir (ouest) pour avoir twitté des "informations fausses ou diffamatoires" relatives aux manifestations, avant d'être relâchées.
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: turquie information

Message  ivo le Mer 16 Oct - 10:25

Il y a une véritable justice parallèle en Turquie
Il y a aujourd’hui encore dans les prisons turques au moins 8 000 personnes – militaires accusés de complot, militants de la cause kurde, activistes d’extrême gauche, etc.– jugées au titre de cette législation par les cours pénales à compétences spéciales qui sont en charge des crimes les plus graves, terrorisme ou crime organisé. Elles représentent une véritable justice parallèle menant ses propres procédures, où les accusés sont considérés comme des ennemis de l’Etat avec tout ce que cela implique. Ces juridictions viennent d’être remplacées dans le cadre de la dernière réforme judiciaire par des cours «antiterreur» disposant des mêmes pouvoirs excessifs et arbitraires.
>>>
http://www.liberation.fr/monde/2013/10/16/il-y-a-une-veritable-justice-parallele-en-turquie_939699?xtor=rss-450
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: turquie information

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 4 1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum