Derniers sujets
» les photos d'actus - l'info en résumé
par ivo Mer 22 Nov - 10:15

» vite, je vais vomir ...
par ivo Mer 22 Nov - 10:12

» macronie
par ivo Mer 22 Nov - 9:07

» pesticides / fongicides
par ivo Mer 22 Nov - 9:02

» contre l'esclavage moderne
par ivo Mer 22 Nov - 8:54

» Sur les rives du Jourdain
par ivo Mer 22 Nov - 8:52

» petits business entre amis
par ivo Mer 22 Nov - 8:41

» No Futur - la terre au 21° siecle
par ivo Mer 22 Nov - 8:36

» blancs comme neige ^^
par ivo Mer 22 Nov - 8:34

» homophobie dans le monde ...
par ivo Mer 22 Nov - 8:19

» immigration ...
par ivo Mer 22 Nov - 8:16

» Nucléaire mon amour ...
par ivo Mar 21 Nov - 9:19

» Afrique coloniale belge
par ivo Mar 21 Nov - 8:50

» Révolution russe
par ivo Mar 21 Nov - 8:01

» la police s'étonne qu'on ne l'aime pas
par ivo Lun 20 Nov - 8:44

» agriculture
par ivo Dim 19 Nov - 8:26

» <<< Santé >>>
par ivo Dim 19 Nov - 8:21

» droites extremes
par ivo Sam 18 Nov - 11:01

» Birmanie
par ivo Sam 18 Nov - 10:35

» enfance ...
par ivo Sam 18 Nov - 10:33

» U.E.
par ivo Sam 18 Nov - 10:10

» pologne
par ivo Sam 18 Nov - 8:44

» No Futur - l'espace au 21° siecle
par ivo Ven 17 Nov - 8:36

» Réunionnais de la Creuse
par ivo Ven 17 Nov - 7:56

» la phrase du jour
par ivo Ven 17 Nov - 7:13

» rwanda
par ivo Jeu 16 Nov - 9:49

» médias ? quels médias ??
par ivo Jeu 16 Nov - 9:27

» flicage total du net
par ivo Jeu 16 Nov - 8:19

» internet , technologie, ...
par ivo Jeu 16 Nov - 8:07

» Infos insolites.
par ivo Mer 15 Nov - 8:04

» ZAD partout ?
par niouze Mar 14 Nov - 17:54

» pape, cathos, vatican et autres ....
par ivo Mar 14 Nov - 9:00

» Necronomacron
par ivo Lun 13 Nov - 7:46

» monde - stupéfiants
par ivo Dim 12 Nov - 8:20

» état d'urgence et autres restrictions....
par ivo Dim 12 Nov - 8:16

» conditions de travail ...
par ivo Dim 12 Nov - 8:10

» ... 14/18 ...
par ivo Dim 12 Nov - 8:07

» Combien d’autres murs à faire tomber ?
par ivo Sam 11 Nov - 10:23

» salaires
par ivo Sam 11 Nov - 9:15

» impots
par ivo Sam 11 Nov - 9:12

» démocratie et justice ...
par ivo Sam 11 Nov - 8:33

» Today's joke
par ivo Ven 10 Nov - 9:49

» Les prisons: questions.
par ivo Ven 10 Nov - 9:04


attentat de karachi "sarko au coeur de la corruption"

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: attentat de karachi "sarko au coeur de la corruption"

Message  ivo le Sam 1 Oct - 9:17

Affaire Karachi/Takieddine : mes interventions correspondaient à "une mission officielle"
FRANCE INFO - 01:24
Nouvelle révélation de Ziad Takieddine. Dans Libération, l’intermédiaire, mis en examen dans l’affaire Karachi, explique que ses interventions "correspondaient à une mission officielle", précisant être allé en Libye et en Syrie sur "demande express" de Nicolas Sarkozy et Claude Guéant. Il dément une nouvelle fois avoir pris part à tout financement occulte de la campagne présidentielle d’Edouard Balladur.
Ziad Takieddine explique qu’il effectuait des "missions officielles", décryptage d’Erik Kervellec (1'11")

Chaque jour a son lot de nouvelles révélations dans l’affaire Karachi, et en ce moment beaucoup grâce à Ziad Takieddine. Dans Libération aujourd’hui, l’intermédiaire, mis en examen dans l’affaire Karachi indique que ses interventions "correspondaient à une mission officielle", précisant être allé en Libye et en Syrie sur "demande express" de Nicolas Sarkozy et Claude Guéant, alors secrétaire général de l’Elysée.

Dans cette interview, Ziad Takieddine remet en cause des propos récent de Claude Guéant. Mi-septembre, le ministre de l’Intérieur avait expliqué qu’il avait rencontré Ziad Takieddine dans le cadre de son rôle d’intermédiaire dans le contrat Miksa de surveillance des frontières de l’Arabie saoudite. "Il était mandaté par l’Arabie Saoudite", avait déclaré le ministre. "Quand je parle des relations avec l’Arabie Saoudite, si je n’avais pas eu l’accord de M. Guéant d’intervenir sur le contrat Miksa, je n’aurais rien fait" déclare pour sa part l’intermédiaire.

Dans cet entretien, Ziad Takieddine dément une nouvelle fois avoir pris part à tout financement occulte de la campagne présidentielle d’Edouard Balladur en 1995, via des rétro-commissions sur des contrats d’armement.
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: attentat de karachi "sarko au coeur de la corruption"

Message  ivo le Dim 2 Oct - 9:56

Ziad Takieddine, chargé de mission en Libye pour le gouvernement Fillon ?
FRANCE INFO - 05:28
Contrairement aux dénégations du pouvoir, Ziad Takieddine, mis en examen dans le volet financier de l’affaire de Karachi, affirme avoir bel et bien effectué des missions récentes à l’étranger pour le compte du gouvernement français. L’homme d’affaires confie à France Info être allé en Libye au printemps dernier, à la demande de Claude Guéant.
Ziad Takieddine, chargé de mission en Libye pour le gouvernement Fillon ? explications d’Elodie Gueguen (1'01")

Jusqu’ici, Ziad Takieddine avait affirmé qu’il s’était rendu à Tripoli début mars pour affaires. Aujourd’hui, il prétend que l’Elysée lui avait confié une mission diplomatique. A savoir, faire passer à Mouammar Kadhafi le message de la France : le colonel libyen devait abandonner le pouvoir.

Au téléphone avec France Info, Ziad Takieddine affirme avoir rencontré le dictateur "à la demande express de Claude Guéant (…) Il s’agissait d’une mission officielle dans l’intérêt de la République", explique-t-il. "Les trous de mémoire du ministre de l’Intérieur sont blessants", confie un proche de l’homme d’affaires. L’intermédiaire se sentirait lâché par ceux qu’il a servis.

Contrairement aux dénégations du pouvoir, Ziad Takieddine a effectué une mission très récente en Libye, à la demande de Claude Guéant, explique Me Ludovic Landivaux, l’avocat de l’homme d’affaires franco-libanais (0'26")

S’il apparaissait que ce voyage à Tripoli en mars était bien une visite diplomatique, sa révélation pourrait embarrasser l’Elysée.

Car lors de son retour de Libye, à sa descente d’avion au Bourget le 4 mars, Ziad Takieddine avait été interpellé. A l’intérieur de l’avion affrété par le pouvoir libyen, les douaniers avaient saisi 1,5 million d’euros en liquide. Des fonds correspondant à un transfert de société commerciale, avait expliqué l’homme d’affaires.
L’enquête préliminaire pour "manquement à l’obligation déclarative" et "suspicion de blanchiment" est toujours en cours.

Mis en examen dans le volet financier de l’affaire de Karachi, l’homme d’affaires franco-libanais se livre depuis plusieurs jours, par épisodes, dans la presse. Une demi-douzaine d’entretiens au cours desquels il évoque, de plus en plus précisément, ses liens avec Nicolas Sarkozy et Claude Guéant, auxquels il demande de reconnaître son rôle.
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: attentat de karachi "sarko au coeur de la corruption"

Message  ivo le Mer 1 Fév - 9:00

Un nouvel épisode dans l'enquête sur l'affaire Karachi...
fr info
"La DST va devoir s'expliquer" selon le Parisien et Aujourd'hui en France. Deux ex-policiers du contre-espionnage vont être entendus par le juge anti-terroriste Marc Trévidic. Le Parisien publie les fac-similés de deux documents importants pour l'enquête sur l'attentat de Karachi, le premier c'est un rapport d'autopsie, le deuxième, une note signée d'un des deux policiers mis en cause, une note qui présente une version fausse du rapport d'autopsie.

Initialement, les constatations du médecin légiste sur le corps de l'auteur présumé de l'attentat aboutissaient à écarter la piste islamiste, le kamikaze supposé n'en était pas un...

Dans la version de la note policière, c'est le contraire. Les deux policiers impliqués étaient des piliers de l'enquête, le juge se demande aujourd'hui s'ils ont délibérément menti à la justice et pourquoi.


Elisabeth Fleury souligne dans le Parisien que ce rapport d'autopsie a une importance cruciale, puisque dans sa version authentique, en écartant de fait la piste islamiste, il redonne du crédit à l'hypothèse d'un attentat commis par les services secrets pakistanais pour punir la France d'avoir mis fin au versement des commissions liées à un contrat d'armement.
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: attentat de karachi "sarko au coeur de la corruption"

Message  ivo le Lun 6 Fév - 10:08

Thierry Gaubert devant la justice pour détournement de fonds
http://www.lemonde.fr/politique/article/2012/02/06/thierry-gaubert-devant-la-justice-pour-detournement-de-fonds_1639197_823448.html
Cet ex-collaborateur de Nicolas Sarkozy comparaît à partir de lundi 6 février à Nanterre dans une affaire de détournement de fonds issus du 1 % logement, quelques mois après sa mise en examen dans l'enquête sur le volet financier de l'attentat de Karachi. Thierry Gaubert, 60 ans, est jugé jusqu'au 17 février aux côtés de quatre hommes devant la 15e chambre du tribunal correctionnel pour une longue liste de délits allant de l'escroquerie à l'exercice illégal de la profession de banquier, en passant par l'abus de confiance, la prise illégale d'intérêt et l'abus de biens sociaux.
Les faits remontent à 1992-1998, une époque où l'ancien conseiller de Nicolas Sarkozy aux ministères du budget et de la communication (1993-1995) et ami de Brice Hortefeux dirige l'Habitation française. Il s'agit d'un comité interprofessionnel du logement (CIL) ayant pour vocation de collecter l'argent du 1 % logement auprès des entreprises en vue de financer des logements pour les salariés, créé en 1984 par M. Gaubert lorsqu'il travaillait pour l'actuel président de la République à la mairie de Neuilly-sur-Seine.

L'OMBRE DE L'AFFAIRE DE KARACHI

Thierry Gaubert est soupçonné de s'être servi de cette structure pour investir dans des programmes profitant à des sociétés civiles immobilières (SCI) ou des sociétés d'économie mixte (SEM) dans lesquelles il avait des parts ou des intérêts. D'autre part, l'accusation lui reproche d'avoir illégalement collecté 23,5 millions d'euros dans des ministères pour le logement des fonctionnaires, alors que l'association à but non lucratif qu'il avait fondée à cet effet (Habitation pour tous) en 1992 n'avait pas l'autorisation pour le faire.

L'ombre de l'affaire de Karachi, qui a valu à Thierry Gaubert d'être propulsé sur le devant de la scène, devrait planer sur les dix jours d'audience. M. Gaubert est apparu comme un personnage-clé de ce dossier après avoir été mis en examen en septembre par des juges parisiens enquêtant sur un éventuel financement occulte de la campagne d'Edouard Balladur en 1995.

avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: attentat de karachi "sarko au coeur de la corruption"

Message  ivo le Mer 8 Fév - 9:22

Témoignage du porteur de valises de la campagne de Balladur en 1995
fr info
Alexandre Galdin était ce qu'on appelle le porteur de mallettes de la campagne présidentielle d'Edouard Balladur en 1995. Il a livré son témoignage au magistrat qui enquête sur le volet financier de l'affaire Karachi. Le juge s'interroge sur l'origine des fonds qui ont permis de financer la campagne du candidat UDF. Il suit notamment la piste de rétrocommissions (de pots de vins) qui pourraient être liés aux contrats d'armement passés par le gouvernement Balladur.

La quarantaine élégante, cet homme grand aux lunettes rondes ne peut s'empêcher de rire aux éclats lorsqu'il résume son activité de l'époque : transporter des mallettes bourrées d'argent liquide ! Alexandre Galdin a à peine 20 ans lorsqu'il entre dans la vie politique. Attaché parlementaire de René Galy-Dejean, il est embauché en 1995 pour étoffer l'équipe de campagne d'Edouard Balladur. Il fait partie de ces "petites mains" de la cellule financière du candidat. "Une vingtaine de fois, on m’a demandé de déposer à la banque une mallette avec de l’argent liquide. Les montants allaient jusqu’à 500 mille francs. A chaque fois que j’entrais dans mon bureau, la mallette était là et, donc, je ne savais pas d’où elle venait".

Au QG de campagne du candidat, rue de Grenelle à Paris, le jeune attaché parlementaire croise aussi bien les ténors de l'UDF, les ministres François Léotard et Nicolas Sarkozy que les conseillers les plus prometteurs, Brice Hortefeux ou Nicolas Bazire.

Sérieux, discret, peut-être ambitieux, Alexandre Galdin ne pose jamais de question sur l'origine de l'argent qu'il manipule. Jusqu’à cette journée du 26 avril 1995, trois jours après la défaite de Balladur au premier tour de l’élection. "Ce jour là, je vois au QG des piles de billets de 500 francs et de 200 francs, uniquement des grosses coupures, raconte l’ancien attaché parlementaire. Il y en avait sur tous les bureaux de la trésorerie. Un peu sidéré, je pose la question : « Qu’est-ce c’est que tout cet argent ? . On me répond : Ne pose pas de question, ça ne te regarde pas. J’ai accompagné le trésorier de la campagne pour porter à la banque tout cet argent dans une grosse valise marron pleine de liasses de billets. Je me souviendrai toujours de la tête des responsables (du Crédit du Nord) quand on a ouvert la valise, leurs regards effarés. Comme moi, ils s’étonnaient du montant".


De l'argent des fonds secrets de Matignon

Par la suite, Edouard Balladur expliquera que les 10 millions de francs déposés ce jour-là à la banque correspondaient aux dons et aux recettes de la vente de t-shirts et de gadgets pendant les meetings. Impossible, selon Alexandre Galdin : "C’était mensonger, pas crédible. Les quêtes dans les meetings ne rapportaient que des pièces. Moi, j’avais la conviction que cet argent provenait des fonds secrets de Matignon. Ce qui aurait été légal. Inavouable, mais légal" , commente l’ancien "porteur de valises".

Définitivement retiré de la vie politique depuis 2008, Alexandre Galdin couchera peut-être un jour sur le papier son incroyable histoire. Aujourd’hui, il estime avoir repris sa liberté de parole. L’an dernier, il a été entendu comme témoin par le juge d’instruction Van Ruymbeke dans le volet financier de l’affaire Karachi. "Je ne sais pas s’il y a un lien avec l’attentat de Karachi, mais cette affaire est suffisamment grave", dit-il, "pour collaborer avec la justice. Et ce, quelque soit les pistes du juge, quelque soit les mis en cause".

Les balladuriens ont toujours nié avoir financé illégalement leur campagne de 1995. D'ailleurs, le Conseil constitutionnel avait validé les comptes de campagne du candidat malchanceux.
Le juge Van Ruymbeke semble pourtant avoir des éléments étayant l'hypothèse de pots de vins liés à des contrats d'armement passés par le gouvernement Balladur avec le Pakistan et/ou l’Arabie Saoudite. En septembre dernier, le magistrat a notamment mis en examen Nicolas Bazire -chef de la campagne d'Edouard Balladur-pour complicité d'abus de biens sociaux.
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: attentat de karachi "sarko au coeur de la corruption"

Message  ivo le Lun 27 Fév - 9:39

Karachi : pourquoi l’Etat français a-t-il cédé devant l’homme qui en savait trop ?
Attention, bombe ! D’après un banquier luxembourgeois, l’Etat français aurait acheté 8 millions le silence de Jean-Marie Boivin, au centre de l’affaire Karachi. Pourquoi ? Bonne question ! Ce n'est pas tout : selon un ancien membre du Conseil Constitutionnel, les Sages auraient validé les comptes de campagne “ illégaux ” de Balladur et de Chirac sous la pression de… Roland Dumas. Pépère, la semaine...
http://www.atlantico.fr/rdvpresse/karachi-bombe-luxembourgeoise-293870.html

allez lire, y'en a 3 pages ^^
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: attentat de karachi "sarko au coeur de la corruption"

Message  ivo le Jeu 18 Oct - 20:13

Un témoin-clé dans l'affaire Karachi : "Mon mari allait chercher en Suisse l'argent de Balladur"
fr info
C'est la première fois que le nom d'Edouard Balladur est mentionné par un témoin dans l'affaire Karachi. La princesse Hélène de Yougoslavie, ex-femme de Thierry Gaubert, affirme jeudi que ce dernier, ancien collaborateur de Nicolas Sarkozy, a joué le rôle de porteur de valise dans la campagne présidentielle de l'ancien Premier ministre.


Hélène de Yougoslavie (droite) accable son ex-mari (au centre) qui, selon elle, gardait une partie de l'argent qu'il retirait en Suisse pour Edouard Balladur (à gauche).Photomontage France Info avec Maxppp - Images F.Lafite et G.Tourte

C'est la première fois qu'un témoin dans l'affaire de Karachi affirme que la campagne présidentielle d'Edouard Balladur en 1995 a été financée avec de l'argent sale. Ce témoin est la princesse Hélène de Yougoslavie. Son ex-mari, Thierry Gaubert (ancien collaborateur de Nicolas Sarkozy) est mis en examen dans le volet financier de l'affaire Karachi pour complicité d'abus de biens sociaux. Réentendue à sa demande par les enquêteurs à la fin du mois de juillet, Hélène de Yougoslavie a affirmé que son ex époux avait joué un rôle dans la campagne présidentielle d'Edouard Balladur : celui de porteur de valises.

Objectif : "récupérer l'argent de Bazire et Balladur"

Selon nos informations, la princesse raconte aux policiers que Thierry Gaubert et l'homme d'affaires franco-libanais Ziad Takieddine (lui aussi mis en examen dans ce dossier) se connaissaient bien avant qu'ils le prétendent. Ils auraient commencé à se fréquenter à la fin de l'année 1993. "Thierry m'a dit qu'il avait des affaires à faire avec Ziad Takieddine, il devait lui faire rencontrer des gens du milieu politique".

L'homme d'affaires franco-libanais aurait alors chargé son nouvel ami Thierry Gaubert d'ouvrir un compte bancaire et un coffre-fort en Suisse. Objectif : y récupérer de l'argent liquide, "l'argent de Bazire et de Balladur", lâche Hélène de Yougoslavie devant les enquêteurs. En 94-95, Nicolas Bazire était le directeur de la campagne présidentielle du premier ministre Balladur. Il a lui aussi a été mis en examen dans le volet financier de l'affaire Karachi.

"Balladur voulait simplement récupérer l'argent"

Hélène de Yougoslavie accable son ex-mari qui, selon elle, gardait une partie de l'argent qu'il retirait en Suisse pour Edouard Balladur, "c'était une sorte de commission". Le témoin précise que Nicolas Bazire et Edouard Balladur ne souhaitaient pas connaître les modalités pratiques de ces retraits d'argent sale, ils voulaient "simplement récupérer l'argent".

Takieddine donnait le tempo

Les enquêteurs de la Division nationale des investigations financières (DNIF) auraient alors cherché à savoir auprès de la princesse dans quelles circonstances Nicolas Bazire et Edouard Balladur avaient demandé à Thierry Gaubert "de servir de porteur de valises pour eux". Hélène de Yougoslavie ne semble pas avoir la réponse, mais elle affirme qu'à chaque fois le scénario était le même : Gaubert et Takieddine se rendaient ensemble à Genève ou se retrouvaient sur place. Ziad Takieddine retirait l'argent liquide puis le confiait à Thierry Gaubert.

Le conseiller de Nicolas Sarkozy, toujours selon le témoin, rentrait souvent en train à Paris avec les valises bourrées de billets, afin d'éviter les contrôles douaniers. Hélène de Yougoslavie prétend que Takieddine donnait le tempo : "c'est lui qui décidait quand il fallait aller à Genève pour récupérer l'argent".

Selon les policiers, Thierry Gaubert a menti

Entendu le 16 décembre 2011, Thierry Gaubert avait affirmé aux enquêteurs qu'il n'avait participé ni de près ni de loin à la campagne électorale d'Edouard Balladur. Selon nos informations, les enquêteurs ont la preuve que ce n'est pas vrai. La police a mis la main sur l'annuaire des personnes qui travaillaient au QG de campagne du candidat, et sur cet annuaire apparaît un certain "T. GAUBERT" comme faisant partie de la "cellule déplacement" dirigée par Brice Hortefeux.

"Mon mari avait son propre badge pour entrer au QG de campagne d'Edouard Balladur"

Interrogée sur ce point, Hélène de Yougoslavie a confirmé que Thierry Gaubert s'occupait officiellement, avec Brice Hortefeux, des voyages d'Edouard Balladur. Selon la princesse, il se rendait très régulièrement boulevard de Grenelle. Un an après son premier interrogatoire, Hélène de Yougoslavie (partie civile dans le dossier) semble retrouver la mémoire : "Je me souviens que mon mari avait son propre badge" pour entrer au QG de campagne d'Edouard Balladur.

Contacté par France Info, l'avocat de Thierry Gaubert, Me François Esclatine, dénonce une fuite en avant de la part d'Hélène de Yougoslavie, au moment où les époux sortent d'une procédure de divorce très conflictuelle.
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: attentat de karachi "sarko au coeur de la corruption"

Message  ivo le Jeu 31 Jan - 9:10

Affaire Karachi : un témoin accable le contre-espionnage français
fr info
Selon un professionnel du renseignement, la Direction de la Surveillance du Territoire (DST) était au courant d'un financement occulte de la campagne d'Edouard Balladur en 1994, mais aussi de la piste financière de l'attentat de Karachi en mai 2002, qui avait coûté la vie à quinze personnes.

Gérard Willing était visiblement très informé. A l'époque des faits qu'il dénonce, il dirigeait une société de renseignement privé. Son témoignage a été écouté avec la plus grande attention par le juge antiterroriste Marc Trévidic, qui l'a interrogé lundi dernier.

Le QG de campagne de Balladur "surveillé"

Selon Gérard Willing, les agents de la DST épiaient avec attention, dans une camionnette, les allers et venues au siège de campagne d'Edouard Balladur. A l'époque, en 1994-1995, le Premier ministre s'était engagé dans la campagne présidentielle, face à Jacques Chirac.

Sous les yeux des espions notamment, le bal des valises d'argent liquide. Ils savaient donc, selon Gérard Willing, que la campagne du candidat était financée grâce à des rétro-commissions liées aux contrats d'armement avec l'Arabie Saoudite et le Pakistan. Une affirmation qu'a toujours réfutée Edouard Balladur. Toujours selon lui, "tous les documents ont été détruits en 2011".

La piste financière de l'attentat de Karachi

Autre révélation de Gérard Willing : la confirmation de la piste financière de l'attentat de Karachi, en 2002. Cinq jours après la mort de quinze personnes dans l'attaque, le 13 mai, il affirme avoir fait un compte-rendu oral à l'intention de la DST. Il a également rédigé une note destinée au chef du renseignement français, le général Philippe Rondot.

Dans cette note, il évoque "l'hypothèse" que l'attentat ait été commis en représaille après l'arrêt brutal, en 1996, des commissions sur les contrats d'armement. Les fonds auraient été détournés au profit des "amis orientaux du camp chiraquien", après la mise à l'écart des premiers intermédiaires, dont Ziad Takieddine, mis en examen dans le volet financier du dossier. Malgré tout, selon Gérard Willing, "la DST n'a pas tenu compte de sa note".

Un témoin-clé

Le témoignage de Gérard Willing est pris très au sérieux par les enquêteurs, et notamment par le juge Trévidic, qui privilégie depuis qu'il a repris l'enquête en 2007 la thèse du détournement des commissions.

Du côté des victimes, ce pavé dans la mare ne fait que confirmer l'impression de se trouver "au cœur d'une affaire d'Etat". Celui qui prononce ces mots, Gilles Sanson, a survécu à l'attentat de 2002. Il ajoute : "les services français savaient et ont tout caché, ils devront s'expliquer devant la justice".

Autre réaction, celle de Me Olivier Morice, l'un des avocats des familles, qui condamne "l'entrave au plus haut niveau de l'Etat" dans cette affaire.

A la lumière de ce nouveau témoignage, les enquêteurs s'apprêteraient à demander de nouvelles auditions.

Le témoignage explosif de Gérard Willing (00:00:56)
Les explications d'Elodie Guéguen

avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: attentat de karachi "sarko au coeur de la corruption"

Message  ivo le Sam 18 Mai - 9:41

Karachi : le juge détient la preuve d'un financement occulte de la campagne de Balladur
11 commentaires
EXCLUSIVITÉ FRANCE INFO | C'est un nouveau rebondissement dans l'affaire Karachi, et peut-être l'une des clés de l'affaire : cette semaine, le juge Van Ruymbeke, chargé d'instruire le volet financier du dossier, s'est procuré les preuves que les commissions versées à des intermédiaires étrangers, en marge de contrats d'armement, ont servi au financement de la campagne d'Edouard Balladur pour l'élection présidentielle de 1995.
>>>
http://www.franceinfo.fr/justice/karachi-le-juge-detient-la-preuve-d-un-financement-occulte-de-la-campagne-de-991641-2013-05-17
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: attentat de karachi "sarko au coeur de la corruption"

Message  ivo le Sam 1 Fév - 11:55

Affaire Karachi : un homme clé de l'affaire entendu en qualité de témoin assisté
Jean-Marie Boivin, ancien responsable de la société luxembourgeoise Heine, créée en 1994 avec l'aval du ministre du budget de l'époque, Nicolas Sarkozy. C'est par le biais de cette structure que transitèrent dans les années 1990 et 2000 certaines commissions versées discrètement par la direction des constructions navales (DCN) en marge de contrats d'armement. Plusieurs de ces marchés, signés notamment avec le Pakistan et l'Arabie saoudite, sont au cœur de l'enquête des juges. Ces derniers postulent que ces contrats ont servi pour partie, via des « rétrocommissions » au financement occulte de la campagne présidentielle d'Édouard Balladur, en 1995.
Les investigations ont permis de réunir des indices laissant présumer qu'au moins deux membres du gouvernement Balladur (1993-1995) auraient commis des délits. Il s’agit de l'ancien premier ministre Édouard Balladur lui-même et de son ministre de la défense de l'époque, François Léotard. Les deux hommes sont suspectés d'avoir œuvré, entre 1993 et 1995, afin d'imposer de sulfureux hommes d'affaires dans plusieurs contrats d'armement passés par la France avec le Pakistan et l'Arabie saoudite.
>>>
http://www.lemonde.fr/societe/article/2014/02/01/affaire-karachi-un-homme-cle-de-l-affaire-entendu-en-qualite-de-temoin-assiste_4358240_3224.html
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: attentat de karachi "sarko au coeur de la corruption"

Message  ivo le Sam 8 Fév - 10:13

Affaire Karachi: Balladur, Léotard et Sarkozy pourraient bientôt être entendus par la CJR
Dans le dossier Karachi, les juges Van Ruymbecke et Le Loire ont pris ce vendredi 7 février deux ordonnances de dessaisissement. En clair, ils estiment nécessaire de passer le relais à la Cour de justice de la République (CJR), seule juridiction habilitée à interroger les principaux protagonistes de ce dossier compliqué, à savoir Edouard Balladur, François Léotard et Nicolas Sarkozy.
La Cour de justice de la République est le seul organe à même d'enquêter et de juger des délits commis par de hauts responsables de l'Etat dans l'exercice de leurs fonctions.
>>>
http://www.rfi.fr/france/20140207-affaire-karachi-balladur-leotard-sarkozy-pourraient-bientot-etre-entendus-cjr-justice-retrocommissions-occultes
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: attentat de karachi "sarko au coeur de la corruption"

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum