Derniers sujets
» Etats-Unis
par ivo Lun 10 Juil - 13:50

» Black Blocs
par ivo Lun 10 Juil - 13:45

» Syrie
par ivo Lun 10 Juil - 13:41

» immigration ...
par ivo Lun 10 Juil - 13:31

» ... G20 ...
par ivo Lun 10 Juil - 8:15

» turquie information
par ivo Lun 10 Juil - 8:07

» armement><désarmement
par ivo Lun 10 Juil - 8:00

» burundi
par ivo Dim 9 Juil - 9:17

» Today's joke
par ivo Dim 9 Juil - 9:00

» U.E.
par ivo Dim 9 Juil - 8:58

» Réflexion sur la peine de mort
par ivo Dim 9 Juil - 8:46

» esclavage
par ivo Dim 9 Juil - 8:44

» Corée du nord
par ivo Dim 9 Juil - 8:36

» egypte
par ivo Dim 9 Juil - 8:19

» droites extremes
par ivo Dim 9 Juil - 8:14

» GRAVOS & FRIENDS
par ivo Sam 8 Juil - 13:07

» blancs comme neige ^^
par niouze Sam 8 Juil - 11:40

» la police s'étonne qu'on ne l'aime pas
par niouze Sam 8 Juil - 11:09

» les "joies" du sport ...
par ivo Sam 8 Juil - 9:39

» pape, cathos, vatican et autres ....
par ivo Sam 8 Juil - 9:10

» sexisme ... encore et toujours ...
par ivo Sam 8 Juil - 8:57

» Salvador
par ivo Sam 8 Juil - 8:49

» les photos d'actus - l'info en résumé
par ivo Sam 8 Juil - 8:03

» internet , technologie, ...
par ivo Sam 8 Juil - 7:56

» la phrase du jour
par ivo Sam 8 Juil - 7:46

» Découvrir la Techno.
par ivo Ven 7 Juil - 13:09

» macronie
par ivo Ven 7 Juil - 7:52

» état d'urgence et autres restrictions....
par ivo Ven 7 Juil - 7:50

» Necronomacron
par ivo Ven 7 Juil - 7:49

» R.I.P. .......................
par ivo Jeu 6 Juil - 13:40

» vite, je vais vomir ...
par ivo Jeu 6 Juil - 10:20

» racisme quotidien
par ivo Jeu 6 Juil - 9:22

» flicage total du net
par ivo Jeu 6 Juil - 8:08

» Nucléaire mon amour ...
par ivo Mer 5 Juil - 8:04

» monde - stupéfiants
par ivo Mar 4 Juil - 8:52

» homophobie dans le monde ...
par ivo Dim 2 Juil - 8:50

» "stupéfiants"
par ivo Sam 1 Juil - 9:45

» No Futur - l'espace au 21° siecle
par ivo Sam 1 Juil - 9:17

» salaires
par ivo Sam 1 Juil - 9:04

» No Futur - la terre au 21° siecle
par ivo Sam 1 Juil - 8:58

» RDC >>>
par ivo Sam 1 Juil - 8:55

» Iran >>>
par ivo Sam 1 Juil - 8:36

» médias ? quels médias ??
par ivo Sam 1 Juil - 8:19

CAMPAGNE 2010 POUR LA LIBERATION DES PRISONNIE-RES D'ACTION DIRECTE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

CAMPAGNE 2010 POUR LA LIBERATION DES PRISONNIE-RES D'ACTION DIRECTE

Message  Invité le Mer 30 Déc - 12:40

Des initiatives vont avoir lieu partout en France pour la mobilisation
afin d'en finir avec l'acharnement contre les militant-es d'Action
Directe encore emprisonnés. Manifestations, actions, intitiatives
diverses, rencontres/débats, projections, concerts, expos, etc... Vous
pouvez en organiser par chez vous en contactant les comités de soutien.
La liste ci dessous sera mise à jour régulièrement. Merci. (le texte
collectif en bas de page peut servir de tract à reproduire et à faire
circuler, des affiches seront aussi disponibles prochainement)


http://action-directe.over-blog.com/
http://www.action-directe.net
http://nlpf.samizdat.net

SAMEDI 6 MARS 2010 - 19h - P.A.F. 5euros
PRESENTATION DE LA CAMPAGNE, INTERVENTION SUR LES ACTIONS EN COURS ET
PROJECTION
« RETOUR SUR MON PARCOURS MILITANT » (dernier entretien avec JOELLE
AUBRON militante d’Action Directe, décédée en mars 2006 – 1h30) PUIS
CONCERT AVEC :
OÏ POLLOÏ
(anarcho-punk - Scotland)
HEYOKA
(anarcho-punk rock - Dijon)
CARTOUCHE
(méli-mélodic punk - Paris)
XTRUE NATURE
(folk - u.s .a .)
ESPACE AUTOGERE DES TANNERIES 15 BD DE CHICAGO 21000 DIJON



Arrêtés
avec Joëlle Aubron et Nathalie Ménigon en tant que militants d’Action
directe, Georges Cipriani et Jean-Marc Rouillan sont en prison depuis
février 1987 ! Action directe était une organisation qui a fait le
choix de la lutte armée en Europe de l’Ouest dans les années 1980. A
partir de mai 1979 cette organisation a réalisé des actions contre des
institutions de décisions politiques de l´État.
En 85/86 AD
menait, entre autre, les opérations contre le responsable pour l’État
français de la vente d’armes, et contre le P-DG de Renault, responsable
de restructurations industrielles et de licenciements de masse.
Les quatre d´AD ont été condamnés à perpétuité avec une peine de sûreté de 18 ans.
L’État
visait leur anéantissement physique et psychique. Ils furent soumis à
un traitement spécial : torture par l’isolement, interdiction ou
restriction des contacts et de la communication à l’intérieur de la
prison et vers l’extérieur.

Après 17 ans de prison, les médecins
ont diagnostiqué à Joëlle Aubron une tumeur cancéreuse avancée. La
mobilisation permit sa libération en suspension de peine en juin 2004.
Joëlle est décédée le 1er mars 2006.

Après la période des 18 ans
de peine de sûreté, la mobilisation pour la libération de Georges
Cipriani, Nathalie Ménigon et Jean-Marc Rouillan se renforça. Il y eut
des campagnes de presse, des actions publiques, des meeting, des
concerts, des rassemblements et d'autres actions de solidarité pour
remettre la question des prisonniers d'Action directe à l’ordre du
jour.
Après plus de vingt ans de prison, Nathalie Ménigon et
Jean-Marc Rouillan obtinrent une semi-liberté. Les restrictions
associées à cet aménagement de peine comprenaient une interdiction de
se prononcer publiquement sur les faits pour lesquels ils avaient été
condamnés, et par conséquent sur leur histoire et sur le contexte
politique de l´époque. Jean-Marc donna une interview qui lui valut la
révocation totalement arbitraire de sa semi-liberté.
La dernière
demande de libération de Georges Cipriani lui fut refusée en appel aux
motifs, entre autres, qu'il continue à se prononcer politiquement et
qu’il signe toujours ses déclarations en tant que prisonnier d'Action
directe. Il lui fut également reproché de ne pas exprimer de regrets.
Il est ainsi le seul militant d’Action directe emprisonné qui n'ait
bénéficié d’aucun jour de liberté après plus de 22 ans de détention.
Quelques
mois après l’annulation de sa semi-liberté, l’état de santé de
Jean-Marc Rouillan s’est dégradé. L’administration pénitentiaire a
attendu la dernière limite avant de l’hospitaliser d’urgence. Le
syndrome de Chester-Erdheim, maladie grave et évolutive, fut
diagnostiqué. Cette maladie devrait être traitée, selon les
spécialistes, avant la manifestation d’une nouvelle crise. Mais un tel
traitement est incompatible avec la détention. Jean-Marc est retourné
en prison, sans soins. Les procureurs lui ont dit de prendre ses
distances avec l´histoire d´AD et d´exprimer des regrets s´il voulait
sortir pour être soigné. L´État veut le laisser mourir en prison.
Nous demandons la libération immédiate de
Georges Cipriani et de Jean-Marc Rouillan !

Décembre 2009

PS : je vais vous harceler avec ça toute l'année qui vient. Cette situation est insupportable, elle ne peut plus durer, qu'il s'agisse d'une question de principe ou d'une question humaine. Je sais, pour vous avoir vus dans diverses manifs de soutien, que plusieurs d'entre vous partagent ce refus du sort qui est fait aux militants d'AD. Quels que puissent être nos différends par ailleurs, nous devons au moins tous nous retrouver sur une question d'une telle importance : il y aura bien, à un moment ou à un autre, une initiative dans votre région à laquelle vous pourrez participer, chacun à sa manière, selon ses moyens. Et s'il n'y en a pas, vous pouvez aussi les imaginer, les créer. Il faut que 2010 soit l'année de la libération de Jean-Marc Rouillan et de Georges Cipriani !


Dernière édition par niouze le Jeu 6 Nov - 11:30, édité 3 fois (Raison : rajout petit mot personnel)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: CAMPAGNE 2010 POUR LA LIBERATION DES PRISONNIE-RES D'ACTION DIRECTE

Message  Invité le Mer 30 Déc - 12:53

Aux quartiers-maîtres : je souhaite que ce sujet apparaisse, soit en annonce, soit en post-it et il semblerait que je n'aie plus la possibilité de le faire moi-même. Merci d'avance.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: CAMPAGNE 2010 POUR LA LIBERATION DES PRISONNIE-RES D'ACTION DIRECTE

Message  Lib le Mer 30 Déc - 15:10

C'est fait. Very Happy

_________________
"Quiconque a un jour bloqué une rocade assez longtemps pour entendre à nouveau le chant des oiseaux sait bien quelle sinistre vie s’interrompt avec le blocage de l’économie."
avatar
Lib

Messages : 1691
Date d'inscription : 16/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: CAMPAGNE 2010 POUR LA LIBERATION DES PRISONNIE-RES D'ACTION DIRECTE

Message  Invité le Mer 30 Déc - 15:37

Merci !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: CAMPAGNE 2010 POUR LA LIBERATION DES PRISONNIE-RES D'ACTION DIRECTE

Message  spike le Dim 3 Jan - 1:23

Merci NN!
J'ai une petite idée (pas très originale, mais quand même!
avatar
spike

Messages : 3721
Date d'inscription : 19/05/2009

http://anarchietotale.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: CAMPAGNE 2010 POUR LA LIBERATION DES PRISONNIE-RES D'ACTION DIRECTE

Message  Invité le Dim 3 Jan - 12:15

spike a écrit:Merci NN!
J'ai une petite idée (pas très originale, mais quand même!
???

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: CAMPAGNE 2010 POUR LA LIBERATION DES PRISONNIE-RES D'ACTION DIRECTE

Message  spike le Dim 3 Jan - 15:45

Nyark nyark a écrit:
spike a écrit:Merci NN!
J'ai une petite idée (pas très originale, mais quand même!
???

Qu'est-ce-que tu comprends pas?
Je te dis merci d'avoir relayé l'info et que je vais essayer d'organisé un truc pour eux (un concert peut être).
avatar
spike

Messages : 3721
Date d'inscription : 19/05/2009

http://anarchietotale.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: CAMPAGNE 2010 POUR LA LIBERATION DES PRISONNIE-RES D'ACTION DIRECTE

Message  Invité le Dim 3 Jan - 16:01

OK. Tu ne précisais pas quel type d'événement tu comptais organiser, c'est pour ça que je ne comprenais pas. Merci : je pense que toutes les idées sont les bienvenues, l'important étant de faire connaître le sort des prisonniers d'AD.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: CAMPAGNE 2010 POUR LA LIBERATION DES PRISONNIE-RES D'ACTION DIRECTE

Message  Invité le Dim 10 Jan - 17:41

APPEL POUR LA LIBÉRATION DE GEORGES CIPRIANI ET JEAN-MARC ROUILLAN

L’Appel suivant, à l’initiative des « Collectifs de soutien aux
prisonniers d’Action Directe », s’adresse aux « groupes, associations,
organisations, personnalités politiques, culturelles, syndicales »,
qui sont sollicités pour signer d’urgence ce texte.

Le Collectif « Ne laissons pas faire ! » vous invite à signer et à
faire signer largement cette pétition (merci d’indiquer vos nom,
prénom, qualité ou profession, lieu de résidence), et à transmettre
les signatures à l’adresse mail suivante :

sout.ad@orange.fr

« Bien qu’ayant accompli leur peine de sûreté depuis février 2005,
et après l’élargissement des autres prisonniers d’Action Directe,
Georges Cipriani et Jean-Marc Rouillan sont maintenus en prison. Nous
demandons des soins appropriés immédiats pour Jean-Marc Rouillan et
leur libération dans les plus brefs délais. »

Texte joint à l’appel :

« • Après leur arrestation le 21 février 1987, Joëlle Aubron, Georges
Cipriani, Nathalie Ménigon et Jean-Marc Rouillan sont condamnés suite
à plusieurs procès (1989 et 1994) à la perpétuité assortie d’une peine
de sûreté de 18 ans. • Le 16 juin 2004, Joëlle Aubron obtient une
suspension de peine pour raisons médicales (loi « Kouchner »). Elle
décède le 1er mars 2006… • Nathalie Ménigon, handicapée moteur suite à
deux AVC dus à leur détention particulièrement éprouvante, est mise en
semi-liberté en août 2007. Un an plus tard, elle obtient la libération
conditionnelle. • En décembre 2007, c’est au tour de Jean-Marc
Rouillan d’accéder à la semi-liberté. Travaillant à Marseille, il
regagne chaque soir une cellule de la prison des Baumettes. • Dix mois
plus tard (le 1/10/2008) paraît dans un hebdomadaire national une
interview où il exprime sur deux pages son point de vue sur la
situation sociale et annonce son engagement au sein d’un parti
politique alors en cours de création. Les attendus de la cour lui
interdisent de s’exprimer sur Action Directe. Il le sait, le
journaliste aussi. À la question « Regrettez-vous les actes d’Action
directe, notamment cet assassinat (G. Besse ) ? » il répond : « Je
n’ai pas le droit de m’exprimer là-dessus. Mais le fait que je ne
m’exprime pas est une réponse. Car il est évident que si je crachais
sur tout ce qu’on avait fait je pourrais m’exprimer. Par cette
obligation de silence, on empêche aussi notre expérience de tirer son
vrai bilan critique. » Immédiatement, une grande partie de la presse,
devançant toute décision judiciaire, s’acharne contre lui. La messe
est dite : entérinant l’expression de ces médias, la réincarcération
est prononcée. • Peu de temps après, Jean-Marc Rouillan tombe
gravement malade. Il est en fait atteint d’une maladie orpheline grave
et évolutive dite de Chester-Erdheim. Il n’y a pas de traitement type
pour cette maladie et, l’expérimentation étant interdite sur les
détenus, Jean-Marc Rouillan restera sans soins efficaces tant qu’il
sera en prison. Les seuls spécialistes de cette maladie sont à La
Pitié-Salpêtrière, à Paris ; Jean-Marc Rouillan a été transféré de
Marseille à Muret, près de Toulouse… • En août 2009, Georges Cipriani
se voit refuser, après appel du parquet, la semi-liberté qu’un
précédent jugement lui avait accordée. On lui reproche principalement
de se dire prisonnier d’Action Directe et de refuser de renier son
passé politique. Quant à Jean-Marc Rouillan, qui avait tout loisir de
se soustraire à la justice au cours de ses dix mois de semi-liberté,
il n’est retourné en prison que pour avoir tenté d’exprimer une
liberté d’expression. Le refus du repentir n’est pas un appel au
meurtre, ni le signe d’une récidive. Le repentir est un concept moral
plus proche d’une pensée religieuse monothéiste de type judéo-chrétien
que d’une infraction au code de procédure pénale. La repentance exigée
rappelle davantage les procès de l’Inquisition que l’application
stricte des lois d’un État démocratique et laïque. A-t-on exigé un tel
« mea culpa » de qui que ce soit ? ! La non-assistance à personne en
danger (incarcérée ou non) est par contre un délit bien réel (en
décembre 2009, Jean-Marc Rouillan a déposé une plainte en ce sens). Il
est temps de libérer définitivement les prisonniers d’Action Directe.
Nous ne demandons ni sympathie, ni adhésion à ce qu’a été Action
Directe, mais simplement que les propres principes d’un État qui se
proclame lui-même laïque et démocratique soient appliqués. »


----------
Liberation des prisonniers d'Action directe !

Abonnez-vous a la newsletter Nlpf! :
http://listes.samizdat.net/sympa/subrequest/nlpf-infos

Pour etre tenu au courant des initiatives :
http://nlpf.samizdat.net
http://www.action-directe.net

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: CAMPAGNE 2010 POUR LA LIBERATION DES PRISONNIE-RES D'ACTION DIRECTE

Message  Invité le Mar 12 Jan - 21:03

LibéMarseille 08 janvier 2010



Jean-Marc Rouillan: « Je suis emprisonné depuis treize mois pour une phrase »






PRISON.
Atteint d'une maladie orpheline rare, la maladie
d'Erdheim-Chester,
le cofondateur d'Action directe réclame un transfert du centre de
détention de Muret vers la Pitié Salpêtrière à Paris, pour qu'on
le soigne. Sans succès. Alors, Jean-Marc Rouillan écrit. Sur la
maladie. Sur la détention. « Je suis emprisonné depuis treize mois pour
une phrase », indique-t-il dans un nouveau livre. Cette phrase qu'il
avait lâchée à L'Express
et qui, interprétée comme une absence de regrets, lui a valu, en
octobre 2008, de retourner à plein temps en prison, après dix mois en
semi-liberté. Lire la suite









Dans ce livre qui sort le 20 janvier chez Agone, éditeur marseillais (1),
Rouillan affirme que, lorsqu'il était encore détenu aux Baumettes,
il a reçu la visite de deux magistrats du Parquet.


L'un
lui a dit, selon Rouillan: « Il est indispensable de faire
preuve d'un repentir. Sinon, rien n'est possible. »


Il
a rétorqué: « Je suis emprisonné depuis treize mois pour une
phrase. »


Drôle de face-à-face. « L'Etat est prêt à me liquider pour
quelques mots exactement comme je suis prêt à mourir pour une
histoire vieille de trente ans. »


L'ancien d'Action directe, condamné deux fois à perpèt' pour complicité
d'assassinats, a déjà vécu 23 ans derrière les barreaux.


Il a cru en sortir, goûtant pendant dix mois à la semi-liberté, à
partir de décembre 2007.


Mais une phrase ambiguë à L'Express, interprétée comme
une absence de regrets sur les assassinats de Georges Besse et René
Audran, pour lesquels il a été condamné et qu’il n’a pas le
droit d’évoquer, lui a valu de repartir en taule (2).

Ironiquement, en préambule, ses éditeurs préviennent: « Par la révocation
de sa semi-liberté et son renvoi en prison début octobre 2008,
l'administration pénitentiaire et le juge d'application des peines
ont offert à l'auteur les conditions nécessaires à la poursuite de
son oeuvre. »


Car « c'est une fois le quotidien de Jean-Marc Rouillan
redevenu carcéral à plein temps que l'écrivain est revenu habiter
le détenu ».


Il remplit des feuilles à carreaux d'écolier. Il (s')observe: « Le
temps carcéral, pour les très longues peines, est un analgésique
qui te laisse juste assez de vie en toi pour que tu puisses
t'observer mourir. »

Et son témoignage donne l'impression, pour Agone, « que le
dernier moyen fourni à l'auteur est de jouer cette fois lui-même le
rôle du mort ».


Depuis qu'il se sait atteint de cette maladie orpheline rare, détectée en
avril 2009, Rouillan réclame d'être
transféré à la Pitié Salpétrière à Paris.

C'est le seul hôpital capable, à ses yeux, de le soigner correctement,
car « le seul centre français possédant une expérience
clinique (et non pas seulement théorique) de la maladie »,
selon le docteur Patrick Barrot, anesthésiste, ami et médecin
traitant de Rouillan.


L'administration
pénitentiaire n'a pas fait suite à cette demande.


Son avocat, Me Chalanset, a porté plainte, début décembre à Toulouse,
pour non-assistance à personne en danger, estimant que son client
est privé de soins.


Mais l'inspection générale des affaires sociales (IGAS) a estimé, après
enquête, qu'il n'y a « pas d'insuffisance » dans la
prise en charge du détenu Rouillan, transféré fin octobre des
Baumettes, à Marseille, vers le centre de détention de Muret, près
de Toulouse.


« Jusqu'à présent, le traitement qui vous a été proposé est conforme aux
recommandations actuelles qui s'appliquent à votre affection »,
lui écrit l'inspecteur général, le 4 décembre.


Rouillan réclame aussi une suspension de peine pour raisons de santé. Sans
succès.
Cet homme de 57 ans, à qui les jeunes en taule donnent du « Papy »
ou de « L'Ancien », sait que l'on va douter de sa
maladie: « Certains pisse-froid vont m'accuser d'avoir tout
inventé. »


Et il fait part de son pessimisme: « On me soignera quand les
séquelles seront irrémédiables, c'est-à-dire quand je serai
crevard de chez crevard! »

Dans ce livre, il revient aussi sur ces « regrets »
que certains veulent l'entendre exprimer.
« Ne voir aucune arrogance dans ma position de résistance. Peut-être de l'orgueil »,
écrit-il, face à des institutions qui « savent que, sans nos
regrets, la boucle ne serait jamais bouclée. Voilà le sens de
l'acharnement judiciaire. »


Rouillan se dit juste « fidèle », d'une fidélité « orpheline »,
au « camarade garotté un matin dans une prison catalane; à
celui assassiné d'une balle dans la nuque; à celui devenu fou sous
la torture ».
Aujourd'hui, il lui reste l'écriture. Celle d'un type, « guenille d'homme,
trouée de part en part », qui souffre de la détention mais a
peur de la liberté: « La liberté fait peur car le prisonnier
sait qu'il découvrira à ce moment-là, en franchissant la porte,
l'ampleur de l'amputation intime qu'il a subie au cours de ces
années. »

MICHEL
HENRY


(1) Paul des Epinettes et moi. Sur la maladie et la mort en prison.
Agone. 225 pages, 10 euros.
(2) Rouillan, interrogé sur l’assassinat
de Georges Besse le 17 novembre 1986, y répond:
«Je n’ai pas le droit de m’exprimer là-dessus… Mais le fait
que je ne m’exprime pas est une réponse. Car il est évident que,
si je crachais sur tout ce qu’on avait fait, je pourrais
m’exprimer. Par cette obligation de silence, on empêche aussi
notre expérience de tirer son vrai bilan critique.


Par contre, je vous déconseille de lire les commentaires à l'article...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: CAMPAGNE 2010 POUR LA LIBERATION DES PRISONNIE-RES D'ACTION DIRECTE

Message  spike le Mer 13 Jan - 0:46

J'ai lu les commentaires, et y en a pas mal en faveur de JMR quand même. C'est sûr que certains bourgeois qui lisent Libé sont offusqué, mais bon....
avatar
spike

Messages : 3721
Date d'inscription : 19/05/2009

http://anarchietotale.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: CAMPAGNE 2010 POUR LA LIBERATION DES PRISONNIE-RES D'ACTION DIRECTE

Message  Eikkichi le Mar 26 Jan - 11:34

Il serait interressant de faire une action coordonné au niveau nationnal afin de militer pour que JMR soit au minimum placé en clinique afin d'être soigner correctement! Pour ce qui est des dates possibles, je vous laisse m'éclairer sur d'éventuels anniversaire lié à AD ou à leur actions marquante!
avatar
Eikkichi

Messages : 8
Date d'inscription : 03/01/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: CAMPAGNE 2010 POUR LA LIBERATION DES PRISONNIE-RES D'ACTION DIRECTE

Message  Invité le Mar 26 Jan - 11:40

>>> Eikkichi :

CAMPAGNE 2010 POUR LA LIBERATION DES PRISONNIE-RES D'ACTION DIRECTE


Des
initiatives vont avoir lieu partout en France pour la mobilisation afin
d'en finir avec l'acharnement contre les militant-es d'Action Directe
encore emprisonnés. Manifestations, actions, intitiatives diverses,
rencontres/débats, projections, concerts, expos, etc... Vous pouvez en
organiser par chez vous en contactant les comités de soutien. La liste
ci dessous sera mise à jour régulièrement. Merci. (le texte collectif
en bas de page peut servir de tract à reproduire et à faire circuler,
des affiches seront aussi disponibles prochainement)

http://action-directe.over-blog.com/
http://www.action-directe.net
http://nlpf.samizdat.net

Mises à jour des actions déjà organisées :


JEUDI 04 FEVRIER 2010 - 18 à 19H. (précises!)
Pour que 2010 soit l'année de la libération de Georges Cipriani et de
Jean-Marc Rouillan, en nous rassemblant en face de la direction de l’Administration pénitentiaire, carrefour
rue de la Verrerie - rue du Renard (Paris 4e - Métro L1/L11 : Hôtel-de-Ville)
Collectif « Ne laissons pas faire ! »

SAMEDI 20 FEVRIER
Bordeaux : rassemblement et une diffusion/bouffe. Détail horaires et lieux à venir.
Toulouse : rassemblement 11 heures devant la préfecture, place St Etienne.
Paris
: manifestation 13h30 devant la prison de Fresnes, avenue de la Liberté
( !!! ) – Bus 187 Porte d’Orléans station Maison d’arrêt – RER B
direction Robinson, station Arcueil Cachan puis bus 187.

DIMANCHE 21 FEVRIER
Projection du film " 9M2", infos et table de presse.
au MOLODOI - STRASBOURG

SAMEDI 27 FEVRIER 2010 - 14H
Atelier de cuisine vegetalienne à 14h00
puis
à 19h00 soirée avec discussion autour du film « RETOUR SUR MON PARCOURS
MILITANT » (dernier entretien avec JOELLE AUBRON militante d’Action
Directe, décédée en mars 2006 – 1h30). Puis bouffe (veggie burger) et
discussion autour de l'enfermement
LOKAL AUTOGERE 7 RUE PIERRE DUPONT 38000 GRENOBLE

MARS - Prévisions lieux et/ou dates non définies :
Expo-vente
de dessins / tableaux /etc en soutien, table de presse, infos et
musiques/chansons : Espace Louise Michel, rue des Cascades, 75020 Paris.
Projection
de Lucio, la vie de Lucio Urtubia anarchiste, faussaire, maçons et
solidarité internationale. Débat avec Lucio et des représentants des
collectifs de soutien. Paris.

JEUDI 04 MARS 2010 - 18 à 19H. (précises!)
Pour que 2010 soit l'année de la libération de Georges Cipriani et de
Jean-Marc Rouillan, en nous rassemblant en face de la direction de l’Administration pénitentiaire, carrefour
rue de la Verrerie - rue du Renard (Paris 4e - Métro L1/L11 : Hôtel-de-Ville)
Collectif « Ne laissons pas faire ! »

SAMEDI 6 MARS 2010 - 19h - P.A.F. 5euros
PRESENTATION DE LA CAMPAGNE, INTERVENTION SUR LES ACTIONS EN COURS ET
PROJECTION
« RETOUR SUR MON PARCOURS MILITANT » (dernier entretien avec JOELLE
AUBRON militante d’Action Directe, décédée en mars 2006 – 1h30) PUIS
CONCERT AVEC :
OÏ POLLOÏ
(anarcho-punk - Scotland)
HEYOKA
(anarcho-punk rock - Dijon)
CARTOUCHE
(méli-mélodic punk - Paris)
XTRUE NATURE
(folk - u.s .a .)
ESPACE AUTOGERE DES TANNERIES 15 BD DE CHICAGO 21000 DIJON

DIMANCHE 21 MARS 2010
Infos, interventions...
PANCAKE (punk rock - USA)
Le Picolo, rue Jules Vallès, Saint Ouen 93 – dans les puces de Clignancourt, Métro Porte de Clignancourt

AVRIL - Prévisions lieux et/ou dates non définies :
Tours : projection et débat.

DIMANCHE 18 AVRIL 2010
Projo, débat et concert.
DAMN' DYNAMITE
(punk autonome - Lyon)
CICP 21 ter rue Voltaire 75011 Paris

AUTRES PREVISIONS NON DEFINIES :
Saint-Etienne, Lille,

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: CAMPAGNE 2010 POUR LA LIBERATION DES PRISONNIE-RES D'ACTION DIRECTE

Message  Eikkichi le Mar 26 Jan - 11:45

Ok et merci pour ces infos! Je vois que rien n'est prévus pour la région toulousaine apparament, donc je vais essayer de me renseigner afin de voir se que je peux faire dans se coin là!
Je te tiendrais bien évidamment au courant!!
avatar
Eikkichi

Messages : 8
Date d'inscription : 03/01/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: CAMPAGNE 2010 POUR LA LIBERATION DES PRISONNIE-RES D'ACTION DIRECTE

Message  spike le Mer 27 Jan - 0:02

LIBERTÉ POUR GEORGES CIPRIANI ET JEAN-MARC ROUILLAN !

MANIFESTATION
samedi 20 février, 13h30

devant la prison de Fresnes
avenue de la Liberté
(Depuis Paris : bus 187, Porte d’Orléans, station Maison d’arrêt ou
RER B, direction Robinson, station Arcueil-Cachan, puis bus 187)

Dans quelques semaines, le 21 février, cela fera 23 ans que Georges
Cipriani et Jean-Marc Rouillan sont incarcérés pour les actes
accomplis comme militants d’Action directe.

Il y a deux ans, Jean-Marc Rouillan a pu obtenir une semi-liberté,
dernière étape avant la liberté conditionnelle. Mais la justice
"antiterroriste", une justice d’exception, a fabriqué de toutes pièces
un prétexte pour perpétuer une peine déjà accom-plie : il a suffi
d’une interprétation fallacieuse de quelques mots prononcés lors d’une
interview pour refermer une porte briè-vement ouverte, pour mettre fin
à dix mois de semi-liberté étroitement contrôlée, et renvoyer
Jean-Marc en prison à temps plein. L’an dernier, à la suite d’une
détérioration de sa santé, une maladie grave, rare et évolutive était
diagnostiquée. Mais depuis près d’un an, à la prison des Baumettes
puis au centre de détention de Muret où il a été transféré le 27
octobre, Jean-Marc est laissé sans soins adaptés. Jean-Marc a déposé
une nouvelle demande de libération qui ne sera examinée qu’après son
passage - vraisemblablement en février - par le Centre national
d’observation (CNO) de Fresnes. En effet, la loi Dati sur la rétention
de sûreté, appliquée de manière rétroactive aux militants d’Action
directe, les oblige avant toute décision de libération conditionnelle
à se soumettre durant six semaines aux examens multiples d'"experts"
prétendant juger de leur "dangerosité".

Depuis 23 ans, Georges Cipriani n’a pu encore bénéficier d’un seul
jour en dehors de la prison. En avril 2009, un jugement lui avait
accordé un régime de semi-liberté pour un an, mais, sur appel du
parquet, des juges ont infirmé cette décision, déci-dant après 22 mois
de procédure que le dossier de Georges pourtant accepté en première
instance n’était soi-disant pas rece-vable ! Depuis la prison
d’Ensisheim où il reste incarcéré, Georges Cipriani a déposé une
nouvelle demande de libération conditionnelle : celle-ci serait cette
fois examinée dans des délais normaux, le 5 février prochain.

Georges Cipriani comme Jean-Marc Rouillan n’en finissent pas de subir
un chantage au reniement, voire au repentir. Ce sont pourtant deux
notions absentes du droit français. Georges Cipriani et Jean-Marc
Rouillan doivent être libérés. Pour cela, restons mobilisés et
manifestons notre solidarité.

FAISONS DE 2010 L’ANNÉE DE LA LIBÉRATION DE GEORGES CIPRIANI ET DE
JEAN-MARC ROUILLAN !

Collectif "Ne laissons pas faire !"

nlpf@samizdat.net - http://nlpf.samizdat.net/

----------
Libération des prisonniers d'Action directe !

Contact : nlpf@samizdat.net

Abonnez-vous à la newsletter Nlpf! :
http://listes.samizdat.net/sympa/subrequest/nlpf-infos

Pour être tenu au courant des initiatives :
http://nlpf.samizdat.net
http://www.action-directe.net

--------------------------------------------
avatar
spike

Messages : 3721
Date d'inscription : 19/05/2009

http://anarchietotale.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: CAMPAGNE 2010 POUR LA LIBERATION DES PRISONNIE-RES D'ACTION DIRECTE

Message  spike le Dim 31 Jan - 22:10

DEUX RENDEZ-VOUS EN FEVRIER 2010 POUR LA LIBERATION DE G. CIPRIANI ET
J.M. ROUILLAN

Le 21 février, cela fera 23 ans que Georges Cipriani et Jean-Marc
Rouillan sont incarcérés pour les actes accomplis comme militants
d’Action directe.

Il y a deux ans, Jean-Marc Rouillan a pu obtenir une semi-liberté,
interrompue après dix mois par son retour en détention à plein temps.
Georges Cipriani n’a pu encore bénéficier d’un seul jour en dehors de
la prison.

Jean-Marc Rouillan souffre d’une maladie dégénérative pour laquelle il
n’est pas soigné. Il a déposé une nouvelle de-mande de libération qui
ne sera examinée qu’après son passage par le Centre national
d’observation (CNO) de Fresnes, où il a été transféré le 26 janvier.
En effet, la loi Dati sur la rétention de sûreté, appliquée de manière
rétroactive aux militants d’Action directe, les oblige avant toute
décision de libération conditionnelle à se soumettre durant six
semaines aux examens multiples d'"experts" prétendant juger de leur
"dangerosité".

(Adresse actuelle de Jean-Marc : J.M. Rouillan, 947 912, Maison
d’arrêt – Centre national d’observation, allée des Thuyas, 94261
Fresnes Cedex)

L’an dernier, un jugement avait accordé à Georges Cipriani un régime
de semi-liberté pour un an, mais, sur appel du par-quet, des juges ont
infirmé cette décision. Après ce rejet incompréhensible, Georges
Cipriani a déposé une nouvelle demande de libération conditionnelle,
qui sera examinée au cours d’une audience à la prison d’Ensisheim, le
5 février prochain.

FAISONS DE 2010 L’ANNÉE DE LA LIBÉRATION DE GEORGES CIPRIANI ET DE
JEAN-MARC ROUILLAN !

Comme chaque mois, pour exprimer notre solidarité :

RASSEMBLEMENT
jeudi 4 février, de 18 h à 19 h
en face de la direction de l’Administration pénitentiaire, carrefour
rue de la Verrerie - rue du Renard (Paris 4e - Métro L1/L11 :
Hôtel-de-Ville)

Et préparons dès maintenant la mobilisation annuelle de février, pour
exiger leur libération alors qu’ils entreront dans leur 24e année de
prison :

MANIFESTATION
samedi 20 février, 13h30
devant la prison de Fresnes
avenue de la Liberté
(Depuis Paris : bus 187, Porte d’Orléans, station Maison d’arrêt ou
RER B, direction Robinson, station Arcueil-Cachan, puis bus 187)

Collectif "Ne laissons pas faire !"

nlpf@samizdat.net - http://nlpf.samizdat.net/

----------
Libération des prisonniers d'Action directe !

Contact : nlpf@samizdat.net

Abonnez-vous à la newsletter Nlpf! :
http://listes.samizdat.net/sympa/subrequest/nlpf-infos

Pour être tenu au courant des initiatives :
http://nlpf.samizdat.net
http://www.action-directe.net
avatar
spike

Messages : 3721
Date d'inscription : 19/05/2009

http://anarchietotale.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: CAMPAGNE 2010 POUR LA LIBERATION DES PRISONNIE-RES D'ACTION DIRECTE

Message  spike le Dim 28 Mar - 23:57


DÉCISION LE 1er AVRIL POUR GEORGES CIPRIANI : SOLIDARITÉ !

Le 24 février, le tribunal ("antiterroriste") d’application des peines
accordait un régime de semi-liberté à Georges Cipriani. Le parquet
s’étant immédiatement opposé à ce jugement, l’audience d’appel s’est
déroulée le 25 mars. Georges Cipriani, libérable depuis 2005, avait
déjà obtenu l’an dernier un jugement favorable… lequel avait ensuite
été infirmé sur appel du parquet. Pour cette 4e demande de libération
conditionnelle, la décision sera donnée le jeudi 1er avril.

L’acharnement contre Georges Cipriani doit cesser ! Alors qu’il n’a pu
bénéficier depuis 23 ans du moindre jour hors de la prison, il est
plus que temps qu’il quitte Ensisheim et obtienne la semi-liberté,
première étape avant sa libération conditionnelle !

Jean-Marc Rouillan, lui aussi, est entré le 21 février dans sa 24e
année d’incarcération pour les actes accomplis comme militant d’Action
directe. Sa peine est aussi accomplie depuis plus de 5 ans. Il avait
obtenu, il y a deux ans, une semi-liberté, interrompue après dix mois
sous un prétexte fallacieux qui l’a renvoyé en détention à plein
temps. Ayant déposé une nouvelle demande de libération conditionnelle,
il a été transféré durant six semaines au Centre national
d’observation (CNO) de Fresnes, où il a été soumis aux examens
multiples d'"experts" prétendant juger de sa "dangerosité", en vertu
de la loi Dati sur la « rétention de sûreté ». Puis, il a réintégré la
prison de Muret.

L’acharnement contre Jean-Marc Rouillan doit cesser ! Sa demande de
libération conditionnelle doit être examinée au plus vite !

Comme chaque mois, pour manifester notre solidarité et pour demander
la libération de Georges Cipriani et Jean-Marc Rouillan, soyons
nombreux au

RASSEMBLEMENT
jeudi 1er avril, de 18 h à 19 h
en face de la direction de l’Administration pénitentiaire, carrefour
rue de la Verrerie - rue du Renard (Paris 4e - Métro L1/L11 :
Hôtel-de-Ville)

Le Collectif "Ne laissons pas faire !"

nlpf@samizdat.net - http://nlpf.samizdat.net/
avatar
spike

Messages : 3721
Date d'inscription : 19/05/2009

http://anarchietotale.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: CAMPAGNE 2010 POUR LA LIBERATION DES PRISONNIE-RES D'ACTION DIRECTE

Message  spike le Ven 2 Avr - 0:59


GEORGES CIPRIANI ARRACHE LA SEMI-LIBERTÉ !

Ce jeudi 1er avril, la chambre d’application des peines de la cour
d’appel de Paris a confirmé la décision du tribunal d’application des
peines qui avait accordé, le 24 février, un régime de semi-liberté à
Georges Cipriani. Comme en 2009, le parquet s’était immédiatement
opposé à ce jugement, poursuivant son acharnement contre notre
camarade, emprisonné depuis 24 ans. Georges Cipriani obtient
aujourd’hui une réponse positive à sa 4e demande de libération, alors
que, libérable depuis 2005, il n’avait pu jusqu’à présent bénéficier
du moindre jour hors de la prison.

L’aménagement de peine accordé à Georges, sous la forme d'un régime de
semi-liberté contraignant, devrait logiquement déboucher sur sa
libération conditionnelle.

Arrêté avec ses camarades Joëlle Aubron, Nathalie Ménigon et Jean-Marc
Rouillan en 1987, Georges Cipriani avait été con-damné avec eux à
perpétuité pour des actions armées revendiquées par leur organisation,
Action directe. Durant des années, Georges a résisté à
l’anéantissement carcéral dans des conditions particulièrement dures :
traitements médicaux imposés après une terrible grève de la faim,
interdiction de communication et isolement carcéral prolongés…

Dans une quinzaine de jours, Georges Cipriani quittera enfin la prison
d’Ensisheim. Dans quelques jours aussi, le 12 avril, Georges aura 60
ans : nous lui adresserons nos vœux les plus chaleureux, convaincus
que 2010 sera le prélude à sa libération définitive et à la
réalisation de ses projets d’homme libre.

Toutes celles et toux ceux qui ont manifesté à un moment ou un autre
leur solidarité avec notre camarade Georges Cipriani peuvent
aujourd’hui se réjouir ; restons vigilants, pour qu’aucun traquenard
ne vienne compromettre sa semi-liberté.

Restons mobilisés pour exiger la libération de Jean-Marc Rouillan. Fin
2007, il avait pu obtenir une semi-liberté, qui n’avait duré que dix
mois avant sa réincarcération à plein temps sous un prétexte
fallacieux. Liberté pour Jean-Marc Rouillan !

Le Collectif "Ne laissons pas faire !"

Le 1er avril 2010


FAISONS DE 2010 L’ANNÉE DE LA LIBÉRATION DE GEORGES CIPRIANI ET DE
JEAN-MARC ROUILLAN !

En v'la une bonne nouvelle!
avatar
spike

Messages : 3721
Date d'inscription : 19/05/2009

http://anarchietotale.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: CAMPAGNE 2010 POUR LA LIBERATION DES PRISONNIE-RES D'ACTION DIRECTE

Message  niouze le Ven 2 Avr - 16:06

clap clap tant mieux pour lui c'est deja sa ...

_________________
"Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça." coluche
avatar
niouze

Messages : 5023
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: CAMPAGNE 2010 POUR LA LIBERATION DES PRISONNIE-RES D'ACTION DIRECTE

Message  Invité le Lun 5 Avr - 12:44

Campagne pour la libération des prisonniers d'Action directe




Projections "Joëlle Aubron" et "Miguel Benasayag"



DIMANCHE 11 AVRIL 2010 - 20H

Dans le cadre de la campagne pour la libération de Jean-Marc Rouillan
et Georges Cipriani, prisonniers d'Action directe :


Projections




  • Extraits du film sur Joëlle Aubron « Retour sur mon parcours
    militant » (30 min)
  • Entretien avec Miguel Benasayag (psychanalyste et philosophe)
    réalisé à l'occasion de la campagne (25 min)

info, table de presse
Le Maldoror

10 rue du Grand Prieuré

Métro République ou Oberkampf75011 PARIS



Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: CAMPAGNE 2010 POUR LA LIBERATION DES PRISONNIE-RES D'ACTION DIRECTE

Message  spike le Jeu 8 Avr - 23:21


FAISONS DE 2010 L'ANNEE DE LA LIBERATION DE GEORGES CIPRIANI ET
JEAN-MARC ROUILLAN !

Quelques nouveaux rendez-vous de la campagne 2010 :

- Infos et projections, dimanche 11 avril à 20h, au Maldoror, 10 rue
du Grand-Prieuré, Paris 11e (M° République ou Oberkampf):
Extraits du film avec Joëlle Aubron, "Retour sur mon parcours militant"
(30 min) - Entretien avec Miguel Benasayag, psychanalyste et
philosophe, réalisé à l'occasion de la campagne (25 min)

Journées internationales de solidarité avec les prisonniers
politiques, organisées par le comité "Libérez-les !" (expositions,
musique, stands...) :
- vendredi 16 avril à 18h30, Espace Marx, rue Salengro, à Lille Hellemmes.
- samedi 17 avril à 14h30, à l’Auberge de l’Abbaye, à Mont-Saint-Eloi
(près d’Arras).

- Infos, musique, projection-débat, vendredi 14 mai à 19 h, à la MJC
de Montpellier-Clapiers
"Rouge bandit, un film de Fred K. Nicolas, avec Charlie Bauer, présent
au débat.

----------
Libération des prisonniers d'Action directe !

Contact : nlpf@samizdat.net
avatar
spike

Messages : 3721
Date d'inscription : 19/05/2009

http://anarchietotale.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: CAMPAGNE 2010 POUR LA LIBERATION DES PRISONNIE-RES D'ACTION DIRECTE

Message  spike le Mar 4 Mai - 21:00


GEORGES CIPRIANI EN SEMI-LIBERTE, JEAN-MARC ROUILLAN DOIT SORTIR!

A sa quatrième demande, alors qu'il était libérable depuis 2005,
Georges Cipriani vient enfin d'arracher un régime de semi-liberté,
dernière étape avant la liberté conditionnelle.

Sans la mesure arbitraire qui l'a ramené en prison à temps plein,
Jean-Marc Rouillan devrait être dans sa deuxième année de liberté
conditionnelle.

Réincarcéré depuis plus de 18 mois maintenant, alors qu'il était à
deux mois d'une libération conditionnelle qui devait faire suite à un
an de semi-liberté, Jean-Marc Rouillan attend toujours qu'une date lui
soit communiquée pour l'examen de sa nouvelle demande de libération
conditionnelle. L'avis de la commission pluridisciplinaire du CNO
chargée de statuer sur sa "dangerosité" n'a pas encore été transmis,
un retard qui allonge anormalement la procédure.

Il ne peut y avoir de trêve dans notre revendication de libération de
tous les militants d'Action directe. Plus de 24 ans après leur
incarcération, leur temps est accompli depuis de longues années ! Il
faut que Jean-Marc Rouillan sorte !

Ce mois encore, pour manifester notre solidarité et pour demander la
libération de Jean-Marc Rouillan, soyons nombreux au

RASSEMBLEMENT
jeudi 6 mai, de 18 h à 19 h
en face de la direction de l’Administration pénitentiaire
carrefour rue de la Verrerie - rue du Renard (Paris 4e - Métro L1/L11
: Hôtel-de-Ville)

Le Collectif "Ne laissons pas faire !"

nlpf@samizdat.net - http://nlpf.samizdat.net
avatar
spike

Messages : 3721
Date d'inscription : 19/05/2009

http://anarchietotale.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: CAMPAGNE 2010 POUR LA LIBERATION DES PRISONNIE-RES D'ACTION DIRECTE

Message  spike le Mar 1 Juin - 1:35


À QUAND LA LIBERTÉ POUR JEAN-MARC ROUILLAN ?

Georges Cipriani a arraché récemment un régime de semi-liberté,
dernière étape avant la liberté conditionnelle. Il devra respecter
durant un an les contraintes de cette semi-liberté, qui semble se
limiter à l’obligation de travailler en dehors d’un centre
pénitentiaire qu’il lui faut réintégrer le reste du temps, week-ends
compris.

Sans la mesure arbitraire qui l'a ramené en prison à temps plein,
Jean-Marc Rouillan devrait être dans sa deuxième année de liberté
conditionnelle.

Réincarcéré depuis plus de 18 mois maintenant, alors qu'il était à
deux mois d'une libération conditionnelle qui devait faire suite à un
an de semi-liberté, Jean-Marc Rouillan attend toujours qu'une date lui
soit communiquée pour l'examen de sa nouvelle demande de libération
conditionnelle. L'avis de la commission pluridisciplinaire du CNO
chargée de statuer sur sa "dangerosité" n'a pas encore été transmis,
un retard qui allonge anormalement la procédure.

Il ne peut y avoir de trêve dans notre revendication de libération de
tous les militants d'Action directe. Plus de 24 ans après leur
incarcération, leur temps est accompli depuis de longues années ! Il
faut que Jean-Marc Rouillan sorte !

Ce mois encore, pour manifester notre solidarité et pour demander la
libération de Jean-Marc Rouillan, soyons nombreux au

RASSEMBLEMENT
jeudi 3 juin, de 18 h à 19 h
en face de la direction de l’Administration pénitentiaire
carrefour rue de la Verrerie - rue du Renard (Paris 4e - Métro L1/L11
: Hôtel-de-Ville)

Le Collectif "Ne laissons pas faire !"

RAPPEL :

Samedi 5 juin
RASSEMBLEMENT NATIONAL
DEVANT LE CENTRE DE DÉTENTION DE MURET OÙ JEAN-MARC ROUILLAN EST INCARCÉRÉ
covoiturage depuis Toulouse : rendez-vous devant le lycée des Arènes à 13h30.
ou directement : rendez-vous au parking de l’Intermarché de Seysses à
15 heures
(20 km au sud de Toulouse : autoroute direction Muret, prendre la
dernière sortie avant le péage vers Muret, passer devant Ikea,
Leclerc..., en arrivant à Muret prendre à droite la D12 direction
Seysses, CD de Muret, prison de Seysses, qui retraverse l'autoroute)

A partir de 18 heures
CONCERT DE SOUTIEN
à Terre Blanque (aux Aujoulets, 6 km à l’ouest de Seysses en allant
vers Saint-Lys)
avec les groupes Renato Cortisone, Modest lovers, Abuzcomsa, Les
Fleurs du mâle

UN AUTRE RENDEZ-VOUS, A RENNES :

Mercredi 2 juin, à 20h30
Bar "La Quincaillerie générale", 15 rue Paul Bert
Projection du film avec Joëlle Aubron,"Retour sur mon parcours
militant", suivie d'un débat, en soutien aux prisonniers d'Action
Directe.
Une initiative du Groupe Libertaire Rennais (contact :
glr@courriel.dyndns.org)


avatar
spike

Messages : 3721
Date d'inscription : 19/05/2009

http://anarchietotale.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: CAMPAGNE 2010 POUR LA LIBERATION DES PRISONNIE-RES D'ACTION DIRECTE

Message  Guantar le Mar 29 Juin - 13:50

29 juin 2010
L'ancien d'Action directe Max Frérot va être libéré

JUSTICE. La cour d'appel de Paris a confirmé mardi la libération conditionnelle de l'artificier d'Action directe Max Frérot, 53 ans, qui pourra sortir de prison à partir du 2 juillet, après 23 ans de détention. Actuellement en semi-liberté, il travaille à Arles. Jean-Marc Rouillan reste lui en prison.

Le tribunal d'application des peines (Tap), compétent en matière terroriste, avait donné le 10 juin son feu vert à une mesure de libération conditionnelle de Max Frérot, qui bénéficie déjà depuis juin 2009 d'un régime de semi-liberté.

Mais le parquet de Paris avait formé un appel suspensif.

La cour d'appel de Paris a finalement confirmé mardi l'ordonnance du Tap et accordé la mesure de libération conditionnelle à Frérot, à partir du 2 juillet.

Détenu depuis un an au centre de semi-liberté de Nîmes (Gard), M. Frérot, 53 ans, travaille dans une association culturelle liée aux éditions Actes Sud, installées à Arles (Bouches-du-Rhône). Il retourne chaque soir en détention, ce qu'il n'aura plus à faire à partir du 2 juillet.

Max Frérot était membre de la « branche nationale » ou « lyonnaise » du mouvement armé. Arrêté en 1987, condamné à la réclusion criminelle à perpétuité assortie d'une peine de sûreté de 18 ans en 1989, il est à nouveau condamné en 1992 à la même peine, pour un attentat commis en 1986 contre le siège de la Brigade de répression du banditisme (BRB) à Paris, qui avait entraîné la mort d'un policier.

Converti au protestantisme durant sa détention, Frérot n'est pas le premier ancien d'Action directe à sortir de prison.

Joëlle Aubron, libérée en juin 2004 pour raison médicale, est morte deux ans plus tard.

Nathalie Ménigon bénéficie d'une liberté conditionnelle depuis août 2008, après un an de semi-liberté.
Georges Cipriani bénéficie depuis avril 2010 d'un régime de semi-liberté.

Jean-Marc Rouillan reste lui en prison.

Il avait bénéficié en décembre 2007 d'une semi-liberté, pendant laquelle il travaillait aux éditions Agone à Marseille. Elle lui a été retirée un an plus tard, après une interview controversée à L'Express.

Atteint d'une maladie rare, Rouillan demande une suspension de peine pour raisons médicales.

Concernant Max Frérot, la cour d'appel de Paris estime dans son arrêt que « l'épreuve de semi-liberté d'une année a été parfaitement respectée ». La cour note par ailleurs que Max Frérot « a confirmé ses capacités de réinsertion dans les métiers du livre ».

Max Frérot a par ailleurs « fait la preuve de son évolution positive, tant par la profondeur de sa réflexion sur son passage à l'acte que par son souci de l'indemnisation des victimes et son respect du cadre de la mesure », relève la cour. (AFP)

http://www.libemarseille.fr/henry/2010/06/lancien-daction-directe-max-frérot-va-être-libéré.html
avatar
Guantar

Messages : 33
Date d'inscription : 01/05/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: CAMPAGNE 2010 POUR LA LIBERATION DES PRISONNIE-RES D'ACTION DIRECTE

Message  spike le Mar 31 Aoû - 11:52


IL FAUT QUE L'ACHARNEMENT CESSE ! JEAN-MARC ROUILLAN DOIT SORTIR !

Plus de 23 ans de prison pour Jean-Marc Rouillan, si ce n'est
l'intermède de 10 mois de semi-liberté révoquée il y a près de deux
ans. La loi est différemment appliquée selon que les justiciables sont
désignés à la vindicte populaire, comme « terroristes » ou qu'il
s'agit de décideurs politiques ou économiques, c'est-à-dire ceux qui
de près ou de loin participent à l'élaboration des lois qui seront
appliquées à d'autres mais surtout pas à eux-mêmes. C'est ce que l'on
nomme la justice de classe !

Depuis près de 5 ans, Jean-Marc Rouillan a fini de purger la peine de
sûreté de 18 ans à laquelle les membres de son organisation ont été
condamnés. Comme les autres militants d'Action directe, Nathalie
Ménigon et Georges Cipriani, qui sont aujourd'hui en semi-liberté ou
en liberté conditionnelle. Mais pour Jean-Marc Rouillan, la justice
semble surtout ne rien faire pour que le dossier avance. Cet été, les
"vacances judiciaires" auront signifié pour lui de longues semaines
enfermé dans une cellule de Muret où il savait que nulle information
n'arriverait.

En février dernier, comme tous les condamnés à une longue peine, il a
subi le transfert au CNO (Centre national d'observation) pour être
soumis à nombre d'évaluations de sa "dangerosité". L'avis de la
commission pluridisciplinaire aurait dû lui être notifié quelques
semaines plus tard. À ce jour Jean-Marc Rouillan ne connaît toujours
pas le résultat de ces multiples expertises. Dehors, un travail
l'attend, commencé il y aura bientôt trois ans lors de l'obtention de
sa semi-liberté. Combien de mois encore à attendre une audience pour
sa demande de libération, mois qui s’ajoutent aux années et aux années
de résistance à l’enfermement ?

Ce n'est pas Jean-Marc Rouillan qui est dangereux, mais les lois
liberticides et xénophobes dictées par un gouvernement aux ordres de
la bourgeoisie et approuvées par la chambre d'enregistrement qu'est le
Parlement, lois qui touchent en premier lieu les travailleurs, la
jeunesse populaire, les sans-papiers, la population nomade…, tous ceux
que l’Etat pourchasse, exploite et opprime.

Jean-Marc Rouillan doit sortir, retrouver le régime de semi-liberté
pour les quelques mois restants, puis obtenir la liberté
conditionnelle !

Venons le dire une fois de plus, comme chaque mois, à l'occasion du

RASSEMBLEMENT
jeudi 2 septembre, de 18 h à 19 h

en face de la direction de l'Administration pénitentiaire
carrefour rue de la Verrerie - rue du Renard (Paris 4e - Métro L1/L11
: Hôtel-de-Ville)

Le Collectif "Ne laissons pas faire !"
nlpf@samizdat.net - http://nlpf.samizdat.net/
avatar
spike

Messages : 3721
Date d'inscription : 19/05/2009

http://anarchietotale.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum