Derniers sujets
» monde - stupéfiants
par ivo Hier à 10:22

» No Futur - la terre au 21° siecle
par ivo Hier à 9:33

» salaires
par ivo Hier à 9:24

» mai 68
par ivo Hier à 8:59

» Précarité
par ivo Hier à 8:52

» sexisme ... encore et toujours ...
par ivo Hier à 8:46

» U.E.
par ivo Hier à 8:33

» le chômage en france
par ivo Hier à 8:31

» la phrase du jour
par ivo Hier à 8:11

» agriculture
par ivo Hier à 7:47

» les photos d'actus - l'info en résumé
par ivo Hier à 7:43

» la crise ..........
par ivo Jeu 19 Oct - 10:23

» Combien d’autres murs à faire tomber ?
par ivo Jeu 19 Oct - 10:19

» droites extremes
par ivo Jeu 19 Oct - 9:52

» Etats-Unis
par ivo Jeu 19 Oct - 9:27

» macronie
par ivo Jeu 19 Oct - 9:14

» Grèce Ελλάδα πληροφορία γενικός
par ivo Jeu 19 Oct - 7:59

» immigration ...
par ivo Mer 18 Oct - 10:56

» la guerre d'algérie n'est tjs pas finie ...
par ivo Mer 18 Oct - 9:13

» R.I.P. .......................
par ivo Mer 18 Oct - 8:54

» egypte
par ivo Mer 18 Oct - 8:40

» Nucléaire mon amour ...
par ivo Mer 18 Oct - 8:33

» Necronomacron
par ivo Mer 18 Oct - 8:30

» programmes TV
par ivo Mar 17 Oct - 18:45

» [Deutschland- Österreich] Allgemeine Informationen. [Allemagne- Autriche] Informations générales.
par ivo Mar 17 Oct - 11:09

» vite, je vais vomir ...
par ivo Mar 17 Oct - 10:04

» homophobie dans le monde ...
par ivo Mar 17 Oct - 9:55

» Today's joke
par ivo Mar 17 Oct - 8:51

» la police s'étonne qu'on ne l'aime pas
par niouze Lun 16 Oct - 14:51

» Cameroun >>>>
par ivo Lun 16 Oct - 8:17

» impots
par ivo Dim 15 Oct - 8:44

» ... 14/18 ...
par ivo Dim 15 Oct - 8:19

» alimentation
par ivo Dim 15 Oct - 7:50

» ZAD notre dames des landes
par ivo Sam 14 Oct - 10:59

» etat français et collaboration
par ivo Sam 14 Oct - 10:01

» Philippines
par ivo Sam 14 Oct - 8:52

» Il n'y a pas que la police qu'on n'aime pas..
par niouze Ven 13 Oct - 11:19

» blancs comme neige ^^
par ivo Ven 13 Oct - 9:01

» médias ? quels médias ??
par ivo Jeu 12 Oct - 9:58

» Liberia
par ivo Jeu 12 Oct - 8:22

» racisme quotidien
par ivo Mer 11 Oct - 9:44

» Ghana >>>
par ivo Mer 11 Oct - 9:17

» Infos insolites.
par ivo Mar 10 Oct - 9:20

no pasaran ; les mouvements fascistes et néo nazi

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: no pasaran ; les mouvements fascistes et néo nazi

Message  Lib le Ven 22 Avr - 19:31

Avec qui je veux faire ça: toutes les tendances Communistes (sauf stals), les altermondialistes, les autonomes et tous ceux qui veulent se joindre à nous dans cette démarche.

Tu n'as pas peur que chaque groupe cité est une autre définition du fascisme?

_________________
"Quiconque a un jour bloqué une rocade assez longtemps pour entendre à nouveau le chant des oiseaux sait bien quelle sinistre vie s’interrompt avec le blocage de l’économie."
avatar
Lib

Messages : 1691
Date d'inscription : 16/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: no pasaran ; les mouvements fascistes et néo nazi

Message  spike le Sam 23 Avr - 0:14

Lib a écrit:
Avec qui je veux faire ça: toutes les tendances Communistes (sauf stals), les altermondialistes, les autonomes et tous ceux qui veulent se joindre à nous dans cette démarche.

Tu n'as pas peur que chaque groupe cité est une autre définition du fascisme?

Bah euh... non pas vraiment? Je devrais?

Si c'est le cas, à nous de définir clairement ce qu'on entend par fascisme.
avatar
spike

Messages : 3721
Date d'inscription : 19/05/2009

http://anarchietotale.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: no pasaran ; les mouvements fascistes et néo nazi

Message  niouze le Mar 28 Juin - 0:55

« On ne parle jamais autant d’un problème que lorsqu’il n’existe pas »

Publié le 1er juin



C’est bien connu, depuis Sun Tzu l’art de la guerre consiste à connaître son ennemi avant de s’engager corps et âme dans la bataille. Li Ch’uan rajoutait que la guerre est une affaire bien trop sérieuse pour que les hommes ne s’y engagent sans la réflexion qu’elle mérite. Pourtant, à Lyon, pas besoin de réflexion. L’ennemi se désigne de lui-même avec ses saluts hitlériens, ses agressions physiques et/ou verbales [1]. Il avait même élu domicile au BunkerKorps. Le spectre d’un 4éme Reich, favorisé par le climat ambiant, plane sur les esprits apeurés. Pourtant, je me permet de me demander, malgré l’evidence qui semble s’imposer : y a-t-il réellement danger ? Pour y répondre : un petit tour d’horizons des différentes formations d’extrême-droite, où l’on verra qu’il n’y a pas que des nazillons en goguette.

Avant-propos

Cet arti­cle parle des mou­ve­ments anti-fas­cis­tes récents ayant eu lieu suite notam­ment à l’ouver­ture d’un local ouver­te­ment néo-nazi, local qui depuis a été fermé.

La nébu­leuse extrême-droite

En effet, en dehors des bone­heads et de quel­ques natio­na­lis­tes achar­nés, la plu­part des for­ma­tions de l’extrême-droite radi­cale ont com­pris la neces­sité de se mon­trer sous un jour plus envia­ble. Par exem­ple les iden­ti­tai­res ont su couper les ponts, du moins en appa­rence, avec cer­tai­nes de leurs pra­ti­ques par­ti­cu­liè­re­ment cho­quan­tes (vio­lence phy­si­que, salut hit­lé­rien, racisme et anti-sémi­tisme for­cené). Ils prô­nent la sau­ve­garde des « iden­ti­tés régio­na­les », prin­cipe fourre-tout, certes, mais tou­jours plus attrayant que de décla­rer ouverte la chasse aux immi­grés. Ils jouent ainsi sur les mots reven­di­quant « la défense de la laï­cité », « la résis­tance contre l’isla­misme » et même « la défense de la liberté d’expres­sion », l’on vient sur ce der­nier point de leur lais­ser un immense bou­le­vard ou ils pour­ront, toute légi­ti­mité appa­rente, insis­ter la dessus (j’y revien­drais)…

Le pré­jugé du sens commun consi­dère l’extrême-droite comme la famille poli­ti­que la plus à même de pro­duire, en dehors de la famille marxiste, de l’idéo­lo­gie. Or comme le sou­li­gne Jean-Yves Camus [2] « l’ima­gi­naire de l’extrême-droite est fait avant tout de ‘visions du mondes’, d’images fuga­ces arri­vant en gerbes et qui des­si­nent un uni­vers intel­lec­tuel dans lequel l’atti­tude et le style impor­tent fina­le­ment davan­tage que la cohé­rence [3] ». Or à ce jeu là les iden­ti­tai­res sont plutôt doués, de même que Casa Pound [4] par exem­ple, squat fas­ciste ouvert en 2007 à Rome copiant ouver­te­ment la réus­site des cen­tres sociaux gau­chis­tes, ou encore le mou­ve­ment des auto­no­mes natio­na­lis­tes alle­mands [5] qui brouillent les cartes en récu­pé­rant les codes ves­ti­men­tai­res et les sym­bo­les des black-blocs (défi­lant der­rière des ban­de­ro­les dénon­çant le capi­ta­lisme, ils res­sem­blent beau­coup à ceux dont ils usur­pent les codes). Ce qui veut dire qu’en terme de visi­bi­lité dans l’espace public, ils appa­rais­sent à beau­coup comme étant tout sauf nazis, c’est une donnée non négli­gea­ble. Alors certes un paral­lèle peut être dressé entre les nazis et les iden­ti­tai­res par exem­ple, mais l’on ne peut les réduire à cela.

L’aspi­ra­teur idéo­lo­gi­que comme trem­plin

Songeons main­te­nant, cette fois en nous tour­nant vers l’extrême-droite par­le­men­taire, à Le Pen [6] qui, le 1er mai 2010, oubliant qu’il avait autre­fois été ultra-libé­ral et chan­tre de Reagan, défen­dit sou­dai­ne­ment le pou­voir d’achat, la pro­tec­tion sociale et les retrai­tes. Ou même à Soral se disant de « la droite des idées mais de la gauche des valeurs » [7]… Cette pré­ten­tion à se pré­ten­dre ni de droite ni de gauche repose gran­de­ment sur cette cer­ti­tude qu’il y a là un « coup » à jouer, sur le cons­tat que les forces de gauche ont perdu leur capa­cité à porter les aspi­ra­tions de chan­ge­ment et que le sen­ti­ment de révolte par­tagé par une frac­tion crois­sante de la popu­la­tion peut très bien se conju­guer avec les sim­plis­tes dis­cours anti-sys­tème de l’extrême-droite. Le danger est donc là, non pas comme l’ima­gi­naire col­lec­tif nous l’intime, à savoir par une sou­daine prise de pou­voir par les héri­tiers du fas­cisme, mais plutôt dans la conquête pro­gres­sive de l’hégé­mo­nie intel­lec­tuelle dans les socié­tés civi­les. Ainsi donc, le nazisme serait un faux ennemi ou, tout du moins, res­te­rait can­tonné à quel­ques sphè­res loca­les très peu influen­tes. Dans ses cahiers de prison, le théo­ri­cien marxiste Gramsci écrivait que l’Etat se pro­tège par un « sys­tème de case­ma­tes (appa­reils d’Etat de contrôle, culture, infor­ma­tion, écoles, formes de la tra­di­tion) qui excluent la pos­si­bi­lité d’une stra­té­gie d’assaut, puisqu’elles doi­vent être conqui­ses une à la fois. C’est pour­quoi une guerre de posi­tions est néces­saire, c’est-à-dire une stra­té­gie diri­gée à la conquête des dif­fé­rents et suc­ces­sifs niveaux de la société civile ». La prise du pou­voir pas­sant par un coup d’état est donc à pros­crire. Mais si prise de pou­voir il y a, ce sera par contre sur le ter­rain de la récu­pé­ra­tion idéo­lo­gi­que. Ce qui nous amène au sujet de la liberté d’expres­sion.

La liberté d’inter­dire la liberté

Rappelons avant tout que cette der­nière, comme pen­dant de la liberté de cons­cience, est un pro­duit occi­den­tal s’oppo­sant au dogme établi, à savoir celui de la monar­chie abso­lue (crime de lèse-majesté) et celui de la reli­gion (blas­phème). C’était bien sou­vent la pre­mière étape vers la démo­cra­tie, un pre­mier vrai contre-pou­voir en somme. Il est signi­fi­ca­tif qu’elle soit la pre­mière des liber­tés sup­pri­mées par les régi­mes auto­ri­tai­res. Cependant, comme dans le cas qui nous inté­resse, la liberté d’expres­sion peut effec­ti­ve­ment pro­vo­quer des crimes, à carac­tère raciste par exem­ple, qui n’auraient peut-être pas eu lieu sans elle. Il appa­raît ainsi dan­ge­reux qu’une société tolère qu’on dif­fuse des appels au meur­tre de musul­mans dans ses rues. On peut aussi très bien ima­gi­ner que les paro­les influent sur la pensée et qu’elles pous­sent les esprits fai­bles dans cer­tai­nes direc­tions : Socrate n’a-t-il pas été condamné à mort pour « cor­rup­tion de la jeu­nesse » ? Considérer également que les paro­les ne font pas de mal, c’est s’aveu­gler au sujet de ce qu’un mal peut être : il n’y a pas que le mal phy­si­que qui cons­ti­tue un crime, mais également le mal moral. Que la calom­nie puisse être relayée par la presse est ainsi pro­blé­ma­ti­que. Ce fai­sant, la liberté d’expres­sion pose pro­blème, car elle existe prin­ci­pa­le­ment pour contrer l’arbi­traire du pou­voir, or, si on choi­sit de la limi­ter, ce sera néces­sai­re­ment le pou­voir qui la limi­tera. Aussi il me semble dif­fi­cile d’encou­ra­ger une telle limi­ta­tion, car ce serait comme rendre le plein pou­voir à la puis­sance en place. Le cons­tat se pose d’emblée, ou bien on défend la liberté d’expres­sion jusqu’au bout, ou on ne la défend pas du tout [8]. Alors certes, il est néces­saire de lutter contre toutes les formes de racis­mes, mais cette néces­si­tée doit elle passer par un arse­nal juri­di­que limi­tant la parole ? Si telle était le cas, au nom de quelle morale cette mesure se ver­rait jus­ti­fier ? Est t’elle juste ?

Se libé­rer de l’ordre de liberté

Pas aussi simple d’y répon­dre car un autre fac­teur, et de taille, rentre en jeu. Comme je le disais plus haut, l’extrême-droite, en tant qu’aspi­ra­teur idéo­lo­gi­que, est en train de s’acca­pa­rer le thème de la liberté d’expres­sion en la vidant de son contenu tout en en fai­sant une valeur abso­lue, son cheval de bataille en quel­que sorte. Il est clair que cette liberté d’expres­sion, sous sa soi-disante valeur huma­niste et pro­gres­siste, ne doit s’appli­quer pour eux que de manière uni­la­té­rale. Car il est à crain­dre qu’une fois acquise entre leurs mains, elle puisse servir à enter­rer d’autres points de vue, à mieux cen­su­rer les contres-idées. Elle serait donc biai­sée car décou­lant d’un rap­port de sou­mis­sion. C’est sur­tout par­tant de ce point que les antifa sou­hai­tent inter­dire la liberté d’expres­sion. Arguant, à juste titre, qu’il s’agit de « la liberté du renard dans le pou­lailler ». C’est cette concep­tion de liberté qu’il nous faut remet­tre en cause, en met­tant l’accent sur ses contrain­tes héri­tées qui pèsent sur nous. « Car il est clair que cri­ti­quer la répres­sion ins­ti­tu­tion­nelle ou para-étatique n’a de sens que si l’on s’en sert aussi pour cri­ti­quer l’idée de liberté. Non pas en arguant qu’elle serait fausse du fait de l’exis­tence conjointe d’une répres­sion, mais au contraire en mon­trant qu’elle n’a de sens que dans un contexte de pres­sion et quelle est alors sa fonc­tion. » [9] On le voit bien ici, cette concep­tion de la liberté est en réa­lité plus nocive que pro­duc­tive. Mais vou­loir inter­dire cette liberté à usage ver­ti­cale, bien qu’étant logi­que en appa­rence, passe auto­ma­ti­que­ment par un acca­pa­re­ment puis un usage inverse de celle-ci ! Ouroboros par excel­lence : on a peur qu’ils puis­sent nous inter­dire la parole alors on inter­dit la leur ! Dit autre­ment : à quoi sert la cri­ti­que même de l’idée de pou­voir si, dans un même temps, on s’en empare ? Dans ce cas ne nous fau­drait-il pas, non pas inter­dire la liberté d’expres­sion, mais la reconsi­dé­rer à usage hori­zon­tale ? Cela passe par la démys­ti­fi­ca­tion de cette liberté qui, en réa­lité, n’est autre qu’une « sou­mis­sion consen­tie dans un cadre de sou­mis­sion forcée » [10]. Mais il ne faut pas perdre de vue que la lutte à mener doit sur­tout contrer la sou­mis­sion, pas uni­que­ment l’idée de liberté toute rela­tive qui en découle. Je n’ai pas de solu­tion mira­cle, mais je per­siste à croire que l’inter­dic­tion n’en est pas une.

Une vic­toire à la Pyrrhus

Face à cette ques­tion d’impor­tance, je ne peux que vous lais­ser seul juge devant les consé­quen­ces liées à l’inter­dic­tion de cette « fausse liberté d’expres­sion »qui en décou­lent : son­geons un ins­tant, dans notre société du spec­ta­cle, au spec­ta­teur qui serait amener à s’inter­ro­ger devant tout cela. Il ver­rait, de prime abord, d’un côté une force dite d’extrême gauche, héri­tière de valeurs ances­tra­les telle que la liberté d’expres­sion et d’émancipation du rôle étatique (dans le cas qui nous inté­resse), et de l’autre une force dite d’extrême droite qui, tou­jours au pre­mier abord, est vue comme por­teuse de valeurs hai­neu­ses et auto­ri­ta­ris­tes. Dans un second plan main­te­nant, ce même spec­ta­teur peut voir l’extrême-gauche dési­reuse de couper la parole à l’extrême-droite en pas­sant par l’aide de l’état, il verra ensuite cette même extrême-droite clamer haut et fort le droit à la liberté d’expres­sion, invo­quant une tra­hi­son étatique. Il y a donc, en terme de visi­bi­lité, inver­sion des rôles. La défor­ma­tion média­ti­que aidant, le spec­ta­teur éprouvera alors pres­que auto­ma­ti­que­ment une cer­taine sym­pa­thie pour l’extrême-droite, et une anti­pa­thie cer­taine pour une extrême-gauche qu’il qua­li­fiera d’hypo­crite. Pour être concret cela veut dire que malgré nous, nous sommes en train d’aider l’extrême-droite-nébu­leuse à s’implan­ter dans les esprits en la pré­sen­tant sous un jour plus envia­ble. Elle-même se déga­gant média­ti­que­ment de son corpus le plus radi­cal. Il y a donc urgence, il nous faut ren­ver­ser la vapeur, mais par quels moyens ?

Vers l’émergence d’une « refl-action » anti-fas­ciste ?

Propositions : le but (éradication de la menace fas­ciste des grou­pus­cu­les radi­caux d’extrême-droite) doit n’être qu’un ADJUVENT à un but plus global et prio­ri­taire visant à repé­rer puis à affron­ter sur le ter­rain idéo­lo­gi­que les récu­pé­ra­tions de l’extrême-droite-nébu­leuse, et même de la classe poli­ti­que en géné­rale, des thèmes ras­cis­tes, xéno­pho­bes, popu­lis­tes, déma­go­gi­ques, (etc) sous cou­vent de propos « poli­ti­que­ment cor­rect ». Ce n’est pas évident car Sarkozy n’effec­tue pas tout les matins en se rasant un salut hit­lé­rien devant son miroir. C’est pour­tant là que le danger est le plus grand, c’est-à-dire là où il est le plus subtil, le plus indé­ce­la­ble. Le fas­cisme osten­ta­toire est plus facile à com­bat­tre car plus visi­ble, mais le fas­cisme à visage humain est plus sour­nois, plus insi­dieux et nous ne dis­po­sons pas d’armes pour le com­bat­tre. Car les moyens mis en place pour le com­bat­tre ne doi­vent pas ren­trer en contra­dic­tion avec nos reven­di­ca­tions usuel­les, vou­loir inter­dire une expres­sion est non seu­le­ment hypo­crite de notre part, mais de plus contre-pro­duc­tif car fai­sant le lit de l’extrême-droite-huma­niste (sic). Je ne nie pas le danger poten­tiel des grou­pus­cu­les néo-nazis, je pense juste que ce danger n’est pas prio­ri­taire. A ce titre les anti­fas, en tant que force phy­si­que, sont néces­sai­res, mais uni­que­ment d’un point de vue défen­sif. L’atta­que doit se jouer sur le ter­rain idéo­lo­gi­que, or à ce sujet le mou­ve­ment antifa manque cruel­le­ment de moyens de com­mu­ni­ca­tions per­met­tant une dif­fu­sion mas­sive de pen­sées cri­ti­ques. Dire d’une quel­conque for­ma­tion poli­ti­que qu’elle est raciste et dis­cri­mi­na­toire peut cons­ti­tuer une cer­taine vérité, ne dire que cela passe pour un men­songe ou un manque de dis­cer­ne­ment.

« La liberté de tout dire n’a d’enne­mis que ceux qui veu­lent se réser­ver la liberté de tout faire. Quand il est permis de tout dire, la vérité parle d’elle-même et son triom­phe est assuré. » [11]

http://rebellyon.info/On-ne-parle-jamais-autant-d-un.html

_________________
"Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça." coluche
avatar
niouze

Messages : 5036
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: no pasaran ; les mouvements fascistes et néo nazi

Message  niouze le Dim 5 Fév - 12:27

« Les femmes, tu séduiras » : les dessous du GUD lyonnais
Street Press"
Johan Weisz



Extrait d'un compte rendu de réunion du Groupe union défense (GUD) de Lyon :

« Etre présent à toutes les soirées ou réunions étudiantes, mettre le côté gentleman fasciste en avant. (…) Inscription des adhérents à des clubs de combat (…) pour instaurer un climat de peur pour les gauchistes. »

Le GUD est le principal mouvement étudiant d'extrême droite de ces 40 dernières années, présent aux élections universitaires sous différents prête-noms.

Du lourd. Crânes rasés et blousons en cuir, croix celtiques et battes de baseball, et pourquoi pas un casque de moto sur la tête quand ils font le coup de poing. De quoi égayer la vie universitaire, notamment à la fac de droit d'Assas (Paris II), leur bastion historique.

Revigoré après quelques années de calme, le GUD avait fait une rentrée en trombe et préparait d'arrache-moustache les élections universitaires à venir ce printemps à Paris et à Lyon.

Mais pas de bol, le 27 janvier, des Anonymous lyonnais hackent le compte e-mail de Steven Bissuel, le boss du GUD à Lyon. Ce qui leur permet de s'emparer du compte Twitter de l'antenne, de hacker le site du groupe (qui renvoie désormais vers le site du mouvement antifasciste Reflexes) et de publier échanges de mails, contacts personnels, ainsi que des comptes rendus de réunion internes aux différentes section du GUD à Lyon et à Paris.

Des documents internes qui en révèlent beaucoup sur la stratégie et l'organisation de ce mouvement étudiant.
1
L'UDJ est la branche légale du GUD

Cela fait bien longtemps que le GUD, trop sulfureux, ne se présentait plus sous son nom aux élections universitaires.

Jusqu'à présent les anciens responsables des « Renouveau étudiant parisien » ou autre « Union des étudiants d'Assas – UDEA » expliquaient qu'ils n'avaient rien à voir avec le GUD.

Désormais, le compte rendu de la réunion du GUD Paris du 29 août 2011 le revendique clairement :

« L'UDJ (Union Défense de la Jeunesse) [est] notre branche étudiante légale déposée en préfecture ».

2

Une stratégie d'alliance avec l'extrême droite dure

Le compte rendu de la « première réunion GUD Lyon » annonce un « gros soutien des groupuscules nationalistes lyonnais » et évoque des « échanges de services (collage, bombage, etc.) ».

La ligne du GUD reste bien celle de l'extrême droite nationaliste : le mouvement invite ses militants à lire trois ouvrages :

« “Doctrines du nationalisme” de Poncard d'Assac [auteur anti-francs maçons, ndlr], “Histoire de France” de Bainville » [écrivain maurassien], et… [le choix du troisième ouvrage n'était pas tranché en fin de réunion] »

Des « formations doctrinales » internes avec Bruno Gollnisch, l'historien Bernard Lugan, des cadres du Renouveau français sont également prévues. Le projet de « partage d'un local » avec les néo-païens de Terre et Peuple en dit aussi long sur les alliances possibles pour le Gud lyonnais.
3
Une organisation militante efficace

« Le combat nationaliste » des étudiants du GUD prévoit un rythme d'actions intense, avec pour but de se faire connaître (les reprises médias sont notées dans les comptes rendus).

Il s'agit aussi de recruter « quelques personnes » et « surtout de mettre la pression sur les cocos ». Au menu des actions : manifestations, tractages (« dix tracts différents par semaine », « trois tractages par semaine »), militantisme en ligne et soirées.

L'organisation passe aussi par « l'inscription des adhérents à des clubs de combat ».
4
Un folklore militant intact

Voir le document

(Fichier PDF)

Le folklore militant du GUD reste aussi intact chez ses membres qui doivent « mettre le côté gentleman fasciste en avant ».

Les 10 commandements du GUD sont désormais portés à la connaissance du grand public, parmi lesquels :

« Les femmes, tu séduiras. »
« De Ray-bans, tu te muniras. »

5

Un marketing politique soft

C'est la plus grosse surprise de ce « GUD-Leaks ». Les documents internes du GUD parisien révèlent un marketing politique qui n'a rien à envier au FN tendance mariniste.

La réunion d'avant Noël préparait ainsi la campagne universitaire qui devait commencer en janvier, avec 3 piliers : la sécurité, l'excellence et le social.

Rien de très skinhead dans ce programme qui, hormis une vanne sur « la mise en place d'une formation accélérée pour les étudiants étrangers », propose la création d'un « parking privé pour les enseignants et les étudiants d'Assas » ou « l'amélioration de l'apprentissage des langues ».

Rien de bien méchant pour la très propre campagne de l'UDJ. Certes, on y trouve un axe de campagne sur « le problème des chargés de TD ne parlant pas français », mais c'est tout.
« Notre champ d'action : la rue, pas le Net »

Après cette fuite, le boss du GUD lyonnais, Steven Bissuel, inscrit en première année de droit à Lyon II, garde la tête haute : « Notre champ d'action à nous c'est la rue, pas Internet », confie-il à StreetPress. On venaut de lui fait remarquer que sur son blog figure désormais une photo du jeune leader nationaliste lyonnais Alexandre Gabriac, torse nu dans une chambre, avec derrière lui, une jeune militante en haut d'un lit superposé !

Steven Bissuel a reçu des menaces téléphoniques depuis que ses coordonnées personnelles ont été publiées par Anonymous :

« On m'a dit qu'on allait me fumer, mais c'est que des appels qui restent en inconnu, c'est des lâches. »

Bissuel nous envoie un texto victorieux vendredi en début de soirée : « Site, courriel récupéré, et bientôt le Twitter ».

Yvan Benedetti, bras droit de Bruno Gollnisch (mais exclu récemment du FN) et membre historique de L'Œuvre française, s'est lui aussi fait hacker quelques jours plus tôt son site web.

Comme Bissuel, il n'a pas envie de rentrer dans une cyber-guéguerre avec les militants antifascistes :

« Quand je vois qu'ils s'attaquent à des institutions, aux services américains, je crois qu'on ne peut pas faire grand-chose. »

Au FN, malaise quand on évoque le GUD

Ce piratage tombe mal en tout cas mal pour le groupuscule, à quelques mois des élections universitaires : la

La publication de ces documents coïncide au jour près avec la diffusion d'un communiqué interne au Front national signé de Steeve Briois et de Nathalie Pigeot, patronne du Front national de la jeunesse interdisant aux membres du mouvement de jeunesse du parti de « constituer des listes communes avec des groupuscules ennemis lors des prochaines élections étudiantes ».
Voir le document

(Fichier PDF)

Les « groupuscules ennemis » cités dans le communiqué n'étant pas des organisations gauchistes, mais « le Renouveau Français et les Jeunesses Nationalistes ».

Sollicitée par StreetPress, la directrice nationale du FNJ n'était pas joignable pour commenter le sujet, trop occupée à chercher des signatures pour Marine le Pen . De son côté, le porte-parole du FNJ Julien Rochedy nous a littéralement raccroché au nez lorsqu'on a prononcé le mot « GUD ».

Les « gentlemen fascistes » du GUD devront donc continuer à militer seuls et ont désormais beaucoup moins de chances de « récupérer les électeurs étudiants du FN » aux prochaines élections aux Crous.

Reste une inconnue, la stratégie du FN, qui ne pourra plus compter sur le GUD pour s'implanter dans les facs.

En 2006, les jeunes du Front national avaient déposé leur propre liste, alternative à celle des Gudards : « Agir pour un Crous qui Mousse », avec pour mot d'ordre « Bière et Saucisson pour tous ».
http://www.rue89.com/2012/02/04/les-femmes-tu-seduiras-les-dessous-du-gud-lyonnais-229067

_________________
"Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça." coluche
avatar
niouze

Messages : 5036
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: no pasaran ; les mouvements fascistes et néo nazi

Message  niouze le Sam 18 Fév - 0:58

Civilisation, le Gud des autres

Piraté par le collectif anonymous, le GUD, très droitier syndicat étudiant, souffre aussi de voir son leader lyonnais poursuivi pour incitation à la haine raciale. De la richesse des civilisations….



Les forts peu primesautiers syndicats étudiants de droite se disputent l'actualité par grand froid. Grâce à Claude Guéant, pour l'UNI, devant laquelle le ministre de l'Intérieur, des libertés locales et des Cultes (si, si) a exprimé un point de vue. «Tous les civilisations ne se valent pas» assure-t-il, s'appuyant sur des exemples audacieusement choisis en ces temps d'islamophobie. Un relent du «vent mauvais qui souffle sur notre pays depuis de nombreuses année» dénoncé par le procureur de Castres, lors du procès de la profanation d'un cimetière musulman en 2011?



Du tout voyons! Une réflexion frappée de «bon sens» selon Nicolas Sarkozy, chef de l'Etat.



Tout occupé à réparer les dégâts provoqués par le hacking de son site par les Anonymous, le Groupe Union Défense, autre sympathique association estudiantine, n'a pas encore apporté son attendu point de vue dans ce débat des bas-fonds. Au moins l'opération Gud-Leaks a-t-elle révélé les us et coutumes en cours chez ces gentlemen fascistes, fort bien détaillés par Stress Press. «Être présent à toutes les soirées ou réunions étudiantes, mettre le côté gentleman fasciste en avant. (…) Inscription des adhérents à des clubs de combat (…) pour instaurer un climat de peur pour les gauchistes». Un réjouissant programme de civilisation dont on peut apercevoir quelques bribes également en justice.



«Je suis nationaliste mais pas nazi»


Le leader du Gud Lyon, Steven Bissuel, 17 ans et toutes ses dents, est, avec une demi-douzaine de ses ouailles visé par une information judiciaire ouverte au début de l'année pour dégradation volontaire d'édifice public, et incitation à la haine raciale.





Les apprenti gentlemen ont avoué dessiner leurs propres décorations de fin d'année sur les murs de la commune d'Amplepuis. 21 oeuvres qui oscillent entre la croix gammée et la croix celtique, assorties de quelques «Lyon est nazi» selon les PV d'auditions auxquels Bakchich a eu accès. Du travail de connaisseur, réalisé dans la nuit du 28 au 29 décembre dernier, après une tranquille soirée entre amis.



«Ca va, c'est pas Marseille ici»

Les agapes se sont tenues dans un appartement où les drapeaux du IIIe Reich font office de tapisserie. Ce qui, attention, n'est pas du goût de tous les participants. «Je ne cautionne pas ses idées c'est son délire (…) Je suis nationaliste mais pas nazi», tient à préciser l'un des convives, mineur, aux gendarmes. De la nuance et de la fierté….« En gros On est les plus gros racistes de la terre, c'est ce que vous essayez de me faire dire depuis tout à l'heure», s'emporte le mineur quand les enquêteurs le pressent de questions. Et le même garçon de rétorquer aux pandores qui s'inquiétaient qu'il n'ait pas prévenu sa mère au moment de sortir que «ça va, c'est pas Marseille ici non plus». Le paltoquet se veut supporter assumé de l'Olympique Lyonnais…Interdit de stade après une rixe lors de Lyon-Marseille.





La carte de visite de Bruno Gollnisch

Pour égayer les soirées, de gentilles ballades nazies ont été entonnées, des saluts bras tendu devant le drapeau filmés. «J'ai vu ça mais c'était pas un meeting», proteste l'un des rares majeurs de la soirée, qui consent. «C'est une déco spéciale. Il y a les drapeaux du IIIe Reich. C'est ce qui choque le plus quand on rentre (…) Mais on est entre amis, entre nationalistes» Quant au tag Nostalgie, avec un S évoquant la typographie de SS, il s'agit sans doute là «d'une pub pour une radio».



La bande de joyeux drilles est emmenée par Steven Bissuel, qui n'en est pas à son coup d'essai. Deux semaines plus tôt, le 15 décembre, le chef du Gud lyonnais avait déjà passé quelques heures en garde-à-vue, pour des oeuvres sur les murs d'un parking de la commune du Bois d'Oingt, réalisations du 1er mai 2011. Des dessins de croix celtique, accompagnées de mentions «White Power» ou «Pétain de retour»…«C'était pas très utile. C'est une erreur de jeunesse» se confesse-t-il alors, inquiet que les enquêteurs aient trouvé dans sa chambre des tracts du Gud, des écussons de la division Charlemagne, de la milice et la carte de visite de Bruno Gollnisch, membre éminent du bureau politique du Front National.



Qui, lui aussi, doit avoir son idée sur la sensible question de la valeur des civilisations...
http://www.bakchich.info/france/2012/02/07/civilisation-le-gud-des-autres-61133

_________________
"Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça." coluche
avatar
niouze

Messages : 5036
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: no pasaran ; les mouvements fascistes et néo nazi

Message  niouze le Mar 13 Mar - 21:10

Facholand 11/03/2012 à 23h38
Ma plongée au milieu des identitaires, obsédés de l'islam
Mathieu Martinière | Journaliste



Jeunes identitaires (Mathieu Martinière)

Samedi 10 mars se sont tenues à Paris « les assises de la France en danger », organisées par l'association Nationalité citoyenneté identité (NCI), nouvelle courroie du Bloc identitaire.

A la tribune, un invité de marque, Filip Dewinter, leader du Vlaams Belang, le parti d'extrême droite flamand. Mais aussi les ex-gauchistes de Riposte Laïque, associés à des jeunes identitaires venus de France et de Russie.

Le terreau commun : une aversion pathologique pour la communauté musulmane. En plein débat sur le halal, récit d'un samedi islamophobe, entre sandwichs aux rillettes et verres de vin rouge.
Chevelus et souriants

9h45. Sous un ciel bleu, les jeunes identitaires grillent une cigarette devant l'espace Charenton. Soignés, chevelus et souriants, ils pourraient aussi bien voter Eva Joly. La vedette du jour, Filip Dewinter, est reçue chaleureusement, tout comme la presse.

A l'intérieur, les premiers invités s'installent. L'animation se tient du côté de la boutique, où des dames aimables proposent la parfaite petite bibliothèque anti-immigration. Les jeunes identitaires assurent l'organisation, les rares crânes rasés sont à la sécurité. Une salle pleine, une buvette et des jeunes filles agréables. Bref, un samedi prometteur.

10 heures. Première table ronde. On retrouve Yvan Blot, ex-RPR et FN, ou encore Philippe Conrad, historien, et ancien membre du Grece (Groupement de recherche et d'études pour la civilisation européenne). Sont abordées les racines grecques et la domination mondialiste américaine. Sont loués les gouvernements suisses et russes. On refait l'histoire, et les spectateurs décrochent aux noms de Lénine ou Régis Debray.

Je m'égare et je retrouve Filip Dewinter en salle de presse, qui salue au passage une délégation d'identitaires russes. Le député et homme fort d'Anvers – 33% déjà atteints aux municipales – définit la ligne de son parti :

« Mon modèle est un mix entre Marine Le Pen, Strache (FPÖ, Autriche) et Bossi (Ligue du Nord, Italie). Mais nous sommes plus à droite que le FN. »

Filip Dewinter révèle plusieurs rencontres avec le FN et la volonté d'une association européenne de partis d'extrême droite :

« Il y a un noyau dur, qui s'est réuni à Vienne, autour du FPÖ, du Vlaams Belang, du FN et de Lega, qui pourrait être le noyau dur d'un parti européen. Mais nous attendons les élections présidentielles françaises. »

Avant de revenir aux fondamentaux lorsqu'il s'agit d'aborder le débat sur la viande halal :

« L'industrie du halal, c'est de l'argent pour l'islam radical et peut-être même pour le terrorisme. »

Rillettes et vin rouge

12 heures. A la tribune, Riposte Laïque a subtilisé le micro et réveille l'auditoire grâce aux vieilles pulsions identitaires. Pierre Cassen, son président, ex-LCR et PCF, qui se revendique toujours de gauche :

« Nous avons des ennemis communs : les islamistes, les communautaristes, les européanistes. Il en va de la survie du plus beau pays du monde, la France ! »

12h30. Applaudissements chaleureux, avant l'intervention de Filip Dewinter :

« A Anvers, le prénom Mohamed est le prénom le plus choisi parmi toutes les naissances. »

Une dame à droite s'indigne en silence, tandis qu'un petit chien apeuré tente de sortir le museau de son sac à main.

12h45. Les convives se lèvent, le buffet est servi. Au menu : baguette-rillettes, vin rouge et bière 1664. Pierre, 33 ans, est adossé au fond de la salle, près du buffet. Il explique sa présence :

« Il y a une désinformation des journalistes à propos de l'islam. »

Lui a voté Sarkozy en 2007, et s'apprête à placer un bulletin blanc en 2012. Il se défend d'être xénophobe, et pourtant amalgame :

« J'ai des amis islamistes. Mais eux, ils ne parlent pas de charia. »

« Toutes les religions ne se valent pas »

Quelques chaises plus loin, l'œil vigilant et les oreilles aux aguets, un homme m'interpelle, souriant :

« Je suis catholique traditionaliste, je peux vous en parler si vous voulez. »

Emmanuel Regnouf, 53 ans, cadre à La Poste, membre de la fraternité intégriste Saint-Pie X et responsable du Front national dans La Manche :

« Dire qu'il y a des races différentes ne veut pas dire que l'on dénigre l'autre. »

Paraphrasant Claude Guéant, volubile et roulant presque des yeux :

« Toutes les religions ne se valent pas. On dit que le monde musulman est charitable. Mais pourquoi les grands pays pétroliers n'accueillent pas les immigrés ? »

Avec un badge « organisateur », Aurore, 21 ans, étudiante en commerce, en provenance de Rennes :

« Les musulmans n'ont pas beaucoup de respect pour les autres religions. C'est rare qu'on entende parler des intégristes catholiques. »

« Notre cible, c'est les musulmans »

13h15. Les officiels échangent autour de l'estrade. Je retrouve Catherine Blein, porte-parole du Bloc identitaire et organisatrice de l'évènement :

« Un citoyen européen, espagnol, italien, danois, ne posera jamais de problèmes. Nous respectons la loi. »

Catherine Blein assure avoir organisé ces assises suite à une pétition contre le droit des votes des étrangers qui a recueilli plus de 10 000 signatures. Mais ne cache pas sa mission, sa croisade :

« Notre cible, c'est les musulmans. Ils n'ont rien à voir avec notre culture. Notre berceau, c'est la chrétienté. »

A ses côtés, Christine Tasin, ex-chevènementiste, organisatrice d'apéros « saucisson-pinard » et rédactrice pour le site de Riposte Laïque (30 000 visiteurs uniques par mois), se montre très bavarde :

« Sur le droit des vote des étrangers, c'est presque logique de parler de l'islam. »

Chantre de la liberté d'expression, elle y va de sa théorie sur le halal :

« On paye une dîme qui va directement aux mosquées. »

Et conclut, sans rire :

« La laïcité est l'aboutissement du catholicisme. »


Jean-Yves Le Gallou (Mathieu Martinière)

13h30. Je m'éloigne de l'estrade pour me diriger vers les stands.

Jean-Yves Le Gallou, ancien homme fort du MNR, dédicace son livre. Il confie, ironique :

« Je n'ai pas de droits d'auteur à verser à Claude Guéant. »

14 heures. Environ 500 personnes participent aux sessions de l'après-midi. Petit coucou sur écran géant d'Oskar Freysinger, membre influent du parti d'extrême droite suisse, l'UDC, et porte-parole lors de la campagne contre l'interdiction des minarets :

« Nous avons un système de démocratie directe unique au monde. Le printemps arabe devrait s'inspirer du modèle suisse pour ne pas connaître l'hiver. »

« A coup de pied au cul »

14h30. Yves Marie Laulan, démographe, rappelle les causes à effet entre immigration et islam :

« La présence de l'islam se renforce d'années en années. Notre pays creuse sa propre tombe. »

15 heures. Deuxième table ronde. On retrouve Jean-Yves Le Gallou, mais aussi Henry de Lesquen, président du Club de l'Horloge et conseiller municipal à Versailles, pas loin du one-man-show sur l'immigration :

« Un ami, ça reste huit jours, pas plus. Si on en a marre, on le vire à coup de pied au cul. »

16h45. Surgit alors l'autre guest-star des assises : Jared Taylor, en provenance de Washington, défenseur d'une race blanche via son magazine American Renaissance :

« Il y a entre 5 et 10% de Blancs seulement dans les écoles publiques des grandes villes américaines. »

Et de conclure, sous l'acclamation des spectateurs, debouts et galvanisés :

« Evitez à tout prix le culte de la diversité. »


Catherine Blein (Mathieu Martinière)

17h30. Succédant à Fabrice Robert, président du Bloc identitaire, Catherine Blein, en bonne traditionaliste, conclut ces journées par une petite diatribe contre Vatican II :

« Notre clergé qui n'a plus de moelle et qui pactise avec l'islam ! »

Un homme se lève, furieux, et rappelle avant tout que la critique contre l'Eglise ne passe pas : « C'est faux madame ! »

18 heures. On rempile, on serre des mains. Les organes de presse liés aux identitaires, Novopress et Agence2presse, débranchent les micros. Les organisateurs paraissent satisfaits, comme délestés d'un poids, d'une peur, d'une haine.

Je ne retrouve plus la sortie, je m'agite, il me faut de l'air. Dehors, les jeunes grillent toujours une cigarette. Des barrières et des CRS ont été postés pour éviter les débordements. Je file, pressé. Un début de liberté à la station de métro, mais un autocollant de Ras l'front rappelle aux bons souvenirs de la journée. Comme une envie de boire un verre. Vous connaissez un bon bar à vins ?
http://www.rue89.com/2012/03/11/ma-plongee-au-milieu-des-identitaires-obsedes-de-lislam-230105

_________________
"Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça." coluche
avatar
niouze

Messages : 5036
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: no pasaran ; les mouvements fascistes et néo nazi

Message  niouze le Ven 15 Juin - 17:44




Par Laurent Burlet | Rue89Lyon | 14 juin 2012 22:55 | Comments (32)
Le leader d’un groupuscule d’extrême droite poursuivi pour « menaces de mort »

Le conseiller régional exclu du FN, Alexandre Gabriac, a passé ce lundi 11 juin douze heures en garde à vue. On lui reproche d’avoir notamment menacé de morts deux employés d’un bar du Vieux Lyon où il avait ses habitudes. Le procès aura lieu en septembre.



Alexandre Gabriac lors de la manifestation de son groupe les Jeunesses nationalistes le 14 janvier





Ces derniers temps, Alexandre Gabriac fait beaucoup parler de lui, comme membre du GUD Lyon ou fondateur-leader d’un nouveau groupuscule d’extrême droite, les Jeunesses nationalistes. Après avoir été photographié, pour la seconde fois, le bras tendu en hommage à Mussolini, le voilà embarqué dans une affaire judiciaire.





L’intéressé nie farouchement les faits qui lui sont reprochés et qui remontent au 23 mai dernier.





C’est le conseiller régional d’extrême droite, lui-même, qui nous a déclaré être poursuivi pour des « menaces de mort » contre deux employés d’un pub du Vieux Lyon (5e arrondissement) où il avait ses habitudes jusqu’au changement de propriétaire en début d’année. Mais il précise qu’il nie totalement les faits qui lui sont reprochés.









« Gabriac a tenté de forcer la porte »





Contactée, la gérante de ce pub nous a raconté ce que, selon elles, ses deux employés avaient subi le 23 mai. Sous couvert d’anonymat :



« Tout s’est déroulé vers 22 heures sur la terrasse du pub. Alexandre Gabriac et son collègue n’ont visiblement pas apprécié de ne pas pouvoir pénétrer dans les lieux. Pendant une vingtaine de minutes un barman et l’agent de sécurité leur ont signifiés qu’ils ne pouvaient pas rentrer dans l’établissement. Les deux ont répondu en les insultant et en les menaçant. Mes deux employés ont fermé la porte ».



La gérante raconte que ce serait la fermeture de la porte qui aurait fini d’énerver Gabriac et son collègue.



« Ils ont jeté une table de la terrasse et ont voulu forcer la porte. Ils risquaient de la casser. C’est à ce moment là que l’agent de sécurité et mon barman sont sortis pour les gazer avec une bombe lacrymogène. L’agent de sécurité en a ceinturé un, que la police a ensuite interpellé ».



Le parquet confirme qu’il n’y a eu, le soir du 23 mai, qu’une seule interpellation qui a été suivie par un placement en garde à vue. Selon une source policière, il ne s’agissait pas d’Alexandre Gabriac mais de son compagnon.





La gérante estime qu’« il n’y a eu aucune agressivité de la part de (ses) employés ».









« Manipulation du système »



Pour nier les faits, Alexandre Gabriac répète qu’il n’était pas présent sur les lieux ce soir-là et n’a surtout qu’une phrase à la bouche :



« C’était une manipulation visant à ce que je ne sois pas présent dans la rue pour préparer la manifestation le 23 juin. »



Le 23 juin, Alexandre Gabriac et ses Jeunesses nationalistes programment en effet leur deuxième manifestation intitulée « la révolte des souchiens ».



Mais, dit-il, grâce à son) avocat, il a pu éviter la comparution immédiate. Et donc, un placement en détention provisoire :



« S’il y avait un procès dans la foulée de la garde à vue, j’aurais refusé la comparution immédiate pour préparer ma défense et j’aurais donc été placé en détention provisoire ».



Il dénonce un « système » qui voudrait le « faire taire » :



« Ça prouve que quand on met des bâtons dans les roues du système, il nous en met. Ça rassure. Ça veut dire qu’on est du bon côté si le système nous en veut ».









Exclu de leur bar pour des « insultes racistes »



La seule chose que reconnaît Alexandre Gabriac est qu’il est interdit de séjour dans ce pub du Vieux Lyon où il avait pourtant ses habitudes jusqu’au changement de propriétaire, au début de l’année 2012.



La gérante raconte comment elle en est venue à prendre une mesure d’exclusion :



« Ils se sentaient chez eux. Il y avait une forte agressivité. Ils voulaient qu’on mette le drapeau français. Et ils collaient les autocollants avec l’aigle doré dans les toilettes (le symbole néofasciste des Jeunesses nationalistes, ndlr). »





Surtout, la gérante évoque des propos racistes tenus à plusieurs reprises :



« Ils ont eu des mots. Vis-à-vis de l’agent de sécurité de couleur et vis-à-vis du barman qui est nord-africain. Ils ne respectent rien. »





Mais elle rejette toute idée de « discrimination politique » dont parle Gabriac, qui veut déposer plainte dans ce sens dans les prochains jours :





« Pour moi ce sont des clients, je ne fais pas de différence entre extrêmes gauche et droite. Mais là ça devenait trop tendu. Ils étaient chez eux. Et comme nous employons des personnels de différentes nationalités, ce n’était plus possible. J’en ai exclu une partie. Les deux derniers que j’ai exclus, c’est ces deux là (en parlant de Gabriac et de son collègue, ndlr). Les autres sont partis naturellement. Ils n’ont pas peur. Ils assument leurs responsabilités. »





Alexandre Gabriac nie, une fois de plus, ce qu’il lui est reproché. Il explique que c’est le barman lui-même qui lui a dit qu’il « ne voulait plus de ces idées politiques ».



Exclu de ce pub où il avait ses habitudes, Alexandre Gabriac n’en a pas pour autant déserté le Vieux Lyon que les différents mouvements d’extrême droite considèrent comme leur fief. Au grand dam de nombreux habitants et commerçants.





Au terme de sa garde à vue, le procureur de la République de Lyon a malgré tout décidé de poursuivre Alexandre Gabriac devant le tribunal correctionnel pour des faits Sans s’étendre davantage sur l’affaire. qui sera jugée en septembre.

_________________
"Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça." coluche
avatar
niouze

Messages : 5036
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: no pasaran ; les mouvements fascistes et néo nazi

Message  niouze le Mar 5 Fév - 16:23

Agressions fascistes à Besançon
Posted on 31 janvier 2013 by juralib

À Besançon, des néonazis sèment la terreur

Le centre-ville de Besançon pourrait être devenu un terrain de chasse depuis quelques semaines. Des néonazis, identitaires, ultranationalistes, y sèment la terreur en tabassant les malheureux qui croisent leur chemin. Le principe est toujours le même : une bande, organisée, armée, et méthodique, débarque soudainement, réalise son « opération », puis disparaît aussi rapidement qu’elle est venue. Et pour quelles raisons… s’en prendre à ceux qu’elle juge être des opposants, anarchistes, antifascistes, gauchistes, qu’ils le soient réellement ou non, mais aussi peut-être des jeunes issus de l’immigration et autres « indésirables » de leur conception. Une vague de violences de plus en plus brutale et récurrente qui, bien que la population commence à en prendre conscience et à réagir, ne semble toujours pas inquiéter les Autorités.
http://juralib.noblogs.org/files/2013/01/0128.jpg

Ultranationalistes à Besançon en 2010

Des archives sur des cas graves et récents

L’énumération des principaux faits similaires était inévitable, et les dossiers à ce sujet ne manquent malheureusement pas. Car si Besançon est une ville plutôt ancrée à gauche, avec un mouvement libertaire dynamique, il n’en demeure pas moins que des violences émanant de groupes d’extrême-droite y ont toujours été ponctuelles. Sans reprendre la longue chronologie sur ce sujet, l’évocation des dernières barbaries commises ne peut qu’apporter une lumière sur cette vérité mal connue des Bisontins eux-mêmes. C’est par exemple le cas des attaques d’avril 2012 en plein centre historique, qui ont défrayé le petit monde local notamment parce que leurs auteurs se sont filmés en train de réaliser leurs actes, et que deux vidéos sont parvenues au grand public.

L’on y voit dans la première le passage à tabac de deux personnes attablées à un bar, qui s’avéreront issues du monde alternatif, et dans la deuxième la même sanction à l’encontre de plusieurs personnes non identifiées. Plus récemment milieu décembre dernier, c’est un autre opposant politique qui est pris à parti, en pleine après midi sur la passerelle Battant, par un nationaliste radical. Les deux gaillards s’étant croisés sur le mince passage, le crâne-rasé lui aurait directement sauté dessus selon la version adverse, et aurait tenté de lui assener deux coups de couteau dans le bas du ventre et à la cuisse, point de vue appuyé par des témoins, entraînant de légères blessures mais heureusement sans gravité.

Une escalade sans précédents

Outre ces deux faits graves, et les nombreuses autres altercations régulières, c’est bien l’événement du vendredi 25 janvier au soir qui a marqué un tournant dans l’esprit général. Car c’est une véritable horde qui a déferlé, en ayant pour cible non pas une ou un petit groupe de personnes, mais toute une foule. Les faits se sont déroulés rue Rivotte, dans un petit café-concert tranquille. Une dizaine d’individus aux crânes-rasés et bombers, véritable formation disciplinée et déterminée, ont alors fait irruption aux abords de l’établissement, gazant avec des bombes lacrymogènes l’ensemble des personnes présentes fumant à l’extérieur, et en frappant certaines. Tout en scandant « on est chez nous » et « on va revenir avec des cocktails molotov. » Le nuage de gaz et la panique se diffusant, les clients notamment ceux encore à l’intérieur sont pris d’une terreur machinale. C’est le cas par exemple d’un père de famille avec sa fillette de cinq ans présents pour écouter Prince Ringard, qui témoignera auprès du blogueur Bison Teint.
http://juralib.noblogs.org/files/2013/01/0225.jpg

Vue de la soirée avant l’agression © Ze muzic All

Mais les assaillants s’enfuient, finalement plus de peur que de mal. La gérante a décidé de porter plainte, l’instruction étant apparemment en cours. J’ai eu le « privilège » d’engager une conversation avec l’un des auteurs de cette descente, de manière bien sûr anonyme. Il m’explique avoir agi par esprit de vengeance afin de punir d’anciennes rixes entre des collègues de son milieu et des antifascistes, et des agressions envers « des gens originaires de la campagne. »

Le lieu leur paraissait adéquat « car c’est de la musique d’anar et les participants avaient des crêtes » (référence aux punks et skinheads antifascistes). Lorsque je lui précise qu’ils s’en sont pris à des personnes innocentes et étrangères à leurs problèmes, il affirme que non. Il terminera par cette phrase : « ce qu’il faut retenir c’est que dorénavant il y aura réponse violente à chacune de vos sorties. » J’espère avoir prochainement une version complète de son point de vue, que je ferai parvenir en totalité et sans altération si un accord est trouvé.

Déjà trois nouveaux actes signalés

Peu après cette intervention, le soir même, quatre jeunes issus de la diversité auraient été pris à parti dans une rue adjacente. Ils se seraient fait gazés au niveau de la porte Rivotte. Le samedi suivant en pleine après-midi, un jeune d’ascendance maghrébine aurait été attaqué au couteau, et ouvert au niveau du visage dans l’intention de le « balafrer. » D’importantes blessures seraient à déplorer, et la victime aurait clairement désigné « des fachos » comme ses bourreaux. Malheureusement ces témoins se sont évaporés sans qu’ils ne laissent plus d’éléments. Lundi 28 janvier au soir, un libertaire est de nouveau agressé dans les mêmes circonstances alors qu’il promenait son chien. Les faits se seraient déroulés encore une fois dans le centre historique. Plus précisément au niveau du crédit Agricole de la rue Goudimel, entre 23h et minuit. Armée de triplex une bande d’une dizaine d’individus aurait roué de coups le jeune en lui hurlant « Besançon est à nous » et « on va vous chasser. » Il s’en tirerait « bien » avec quelques lacérations et un coup au crâne entraînant une hémorragie vite maîtrisée. Les agresseurs ont été pour la plupart formellement reconnus, d’autres non. Il pourrait s’agir pour ces derniers de connections régionales (Dole et Montbéliard particulièrement) et même de Suisse.

Une prochaine « nuit des longs couteaux » bisontine ?

Ces actes de violences, devenus récurrents voir frénétiques, commencent à éveiller la conscience de la population bisontine qui jusque là ne connaissait pas ces réalités ou les dénigrait. De tels agissements ne sont évidemment pas le monopole des nationalistes radicaux, mais l’étendue de leurs cibles potentielles, la fréquence, le niveau de brutalité, et le non-sens des attaques, font qu’ils apparaissent éminemment dangereux pour la société. Il faut dire aussi que la presse n’a pas toujours été au rendez-vous, considérant ces événements comme des luttes marginales entre extrêmes. Elle commence timidement à en parler, devant leur retentissement et leur gravité, pour le moment uniquement grâce aux blogueurs qui font pression. Mais plus inquiétant, c’est les encouragements toujours plus décomplexés de certains politiques à l’égard de thèses répugnantes qui confortent le bien-fondé de ces actes, et l’inactivité des services de police et de justice qui ne semblent toujours pas prendre le problème au sérieux.

Les individus sont pourtant notoirement connus, tâche de décryptage qu’exerce avec talent le site Fafwatch ainsi que le Collectif antifasciste de Besançon. Pourtant, faute de plaintes dans certains cas, de volonté dans d’autres, ces actes resteront sans suites et donneront une nouvelle fois un sentiment d’impunité totale à leurs auteurs continuant sans relâche leurs exactions. Jusqu’où ira l’emballement de ces néo-fascistes sans scrupules ? Doit-on attendre une catastrophe ou une opération de plus grande envergure pour leur barrer la route ? Normalement, non. Car la loi du 10 janvier 1936 sur les groupes de combat et milices privées permet en théorie leur arrêt. Mais d’ici à ce que les Autorités réagissent, leur réseau s’étend et s’implante durablement, avec en conséquence combien d’autres futures victimes peut-être fracassées à coup de batte, jetées dans le Doubs, lardées au canif…

Toufik de Planoise, 30 janvier 2013
trouvé sur le juralib

_________________
"Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça." coluche
avatar
niouze

Messages : 5036
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: no pasaran ; les mouvements fascistes et néo nazi

Message  niouze le Mer 20 Mar - 21:44

met sa la, car pas vraiment plus d'info que cette annonce (orga de la contre manif ??? etc .... )

Manifestation unitaire contre l’extrême droite

samedi 23 mars
à Chartres-de-Bretagne
15h00 à la Mairie

Le samedi 23 mars, dans un lieu privé à la sortie de Chartres-de-Bretagne, le mouvement d’extrême droite identitaire Jeune Bretagne, prétend organiser une journée de débat sur le thème « Que faire face à la crise ? ». Est ainsi annoncée la présence d’une dizaine d’organisations de France et de l’étranger, de la plus dure extrême droite qui soit, des organisations qui se revendiquent fascistes et ont à leur actif quantité de faits d’ultra violence raciste (se référer au verso pour plus de détails sur les organisations invitées).

Ce n’est pas par hasard si Jeune Bretagne a choisi Chartres pour organiser sa « conférence ». Le mouvement espère faire écho à la lutte des camarades victimes de la guerre sociale à l’usine PSA. Cette tentative de récupération écœurante est malheureusement classique de l’extrême droite. La dernière « conférence » organisée par Jeune Bretagne s’était conclue par l’agression de jeunes du quartier dans lequel se tenait le sinistre rendez vous, à Vannes, il y a un an.

Nos valeurs à nous, respect, solidarité, refus de la haine, rendent inacceptable la tenue d’un pareil événement, qui dans le contexte de percée de l’extrême droite sur fond de crise sociale, fait songer aux manœuvres de partis néo-nazis comme Aube Dorée en Grèce. Au delà de ça, un tel rassemblement de tout ce qui peut se faire de pire à droite de la droite est une situation à haut risque de débordements, pour tout le week end du 23 mars.

Personne ne mérite de subir auprès de chez lui un tel regroupement ! Ni à Chartres, ni en Bretagne, ni ailleurs !
1

_________________
"Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça." coluche
avatar
niouze

Messages : 5036
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: no pasaran ; les mouvements fascistes et néo nazi

Message  niouze le Dim 12 Mai - 13:18

A Lyon, la police réprime préventivement les rassemblements antifascistes

Publié le 9 mai

Maj le 11 mai

14 compléments d'info

Ce jeudi 9 mai 2013, des groupuscules néonazis avait une nouvelle fois prévu d’occuper la rue lyonnaise. Alors que la violence et la haine d’extrême droite s’expriment chaque jour plus librement dans les rues de Lyon, avec le mouvement homophobe comme tremplin, des antifascistes ont décidé de réagir et ont organisé un rassemblement pour s’opposer à ces nervis à leurs exactions. Avant même d’y être arrivés, 25 antifascistes ont été arrêtés et placés en garde à vue.

Mise à jour Samedi 14h00 : Les six der­niè­res per­son­nes encore rete­nues ont été relâ­ché-e-s à l’ins­tant.
Nous vous tien­drons au cou­rant des suites judi­ciai­res de cette affaire et de l’orga­ni­sa­tion de la soli­da­rité pour les pos­si­bles inculpé-e-s.
Face au fas­cisme et à la répres­sion, la soli­da­rité est une arme !
http://rebellyon.info/A-Lyon-la-police-reprime

_________________
"Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça." coluche
avatar
niouze

Messages : 5036
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: no pasaran ; les mouvements fascistes et néo nazi

Message  niouze le Mar 4 Fév - 21:20


Serge Ayoub en garde à vue pour violences conjugales
Le Point.fr - Publié le 04/02/2014 à 20:17 - Modifié le 04/02/2014 à 20:38
Le militant d'extrême droite a été interpellé mardi matin à son domicile de Meudon. Il est soupçonné d'avoir frappé son épouse.

Ce fut "une interpellation houleuse", d'après une source proche du dossier. Le militant d'extrême droite Serge Ayoub a été interpellé mardi matin à son domicile et placé en garde à vue à Meudon. Il est soupçonné d'avoir frappé sa femme. Mardi matin, cette dernière a appelé les policiers, leur expliquant avoir été "giflée" par son compagnon à leur domicile de Meudon, selon l'une des sources.

Une fois sur place, les policiers ont interpellé cette ancienne figure des skinheads parisiens, aujourd'hui vétéran de la mouvance. Il a été placé en garde à vue au commissariat de Meudon pour "violences conjugales" suite à "un avis du parquet de Nanterre", a-t-elle expliqué.

Sa compagne n'a pas souhaité déposer plainte, ont précisé les sources.

"Batskin"

Le nom de Serge Ayoub, alias "Batskin", était réapparu il y a plusieurs mois lors de l'affaire Clément Méric, ce jeune militant antifasciste tué lors d'une rixe le 5 juin 2013 à Paris entre skinheads et militants d'extrême gauche.

Les cinq personnes mises en examen dans cette affaire, dont le principal protagoniste Esteban Mortillo, 20 ans, étaient sympathisants ou membres des groupuscules d'extrême droite fondés par Serge Ayoub, Troisième Voie et son service d'ordre les Jeunesses nationalistes révolutionnaires (JNR).

Ces mouvements ont été dissous par le gouvernement quelques semaines après cette rixe tragique.

http://www.lepoint.fr/societe/serge-ayoub-en-garde-a-vue-pour-violences-conjugales-04-02-2014-1788016_23.php

_________________
"Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça." coluche
avatar
niouze

Messages : 5036
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: no pasaran ; les mouvements fascistes et néo nazi

Message  niouze le Sam 15 Fév - 10:42


Deux personnes poignardées par des fascistes dans le Vieux Lyon
Publié le 15 février

1 commentaire
Ce vendredi 14 février, dans la soirée, deux jeunes militant-e-s ont été pris pour cibles par des nervis d’extrême-droite dans le vieux Lyon. Attaqué-e-s au couteau par les fascistes, les deux agressé-e-s ont été pris en charge à l’hôpital et sont hors de danger.

Article mis à jour régulièrement.
 Vendredi 23h30 :
Ce soir, des cama­ra­des de lutte ont été atta­qués par une dizaine de nervis néo-nazis en pleine rue. Deux d’entre eux ont été poi­gnar­dés. Leurs jours ne sont pas en danger mais ils res­te­ront en obser­va­tion pour la nuit.
La bana­li­sa­tion des idées fas­cis­tes a tué. A Lyon, cette agres­sion s’ins­crit mal­heu­reu­se­ment dans une longue série d’atta­ques ultra-vio­len­tes ciblées sur toute per­sonne s’oppo­sant ou ne cor­res­pon­dant pas à l’idéo­lo­gie fas­ciste.
Nous appe­lons à une réponse immé­diate. L’anti­fas­cisme, c’est l’affaire de toutes et tous.
NO PASARAN
Des cama­ra­des
 Un appel à ras­sem­ble­ment pour 14h demain, samedi 15 février, sur la place de la Comédie cir­cule depuis ce soir.
L’ini­tia­tive ne vient pas des vic­ti­mes, de leurs cama­ra­des ou de leurs pro­ches.

Plus d’infor­ma­tions seront publiées ici demain dans la jour­née.
http://rebellyon.info/Deux-personnes-poignardees-par-des

_________________
"Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça." coluche
avatar
niouze

Messages : 5036
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: no pasaran ; les mouvements fascistes et néo nazi

Message  niouze le Ven 21 Fév - 15:43

[Calais] Les fascistes se mobilisent contre les squatteurs. Appel à la solidarité internationale
Posted on 21 février 2014 by juralib   

Calais. Les fascistes se mobilisent contre les squatteurs. Appel à la solidarité internationale

Demain Vendredi 21 Février, les fascistes ont appelé à de nouvelles manisfestations dans la journée et dans la soirée devant le nouveau squat rue Émile-Dumont à Coulogne. C’est l’aboutissement de cinq jours d’intense activité fasciste sur le Calaisis.
http://juralib.noblogs.org/files/2014/02/017.jpg

Le nouveau squat rue Émile-Dumont à Coulogne

Ces derniers mois, ‘Sauvons Calais’ un groupe raciste contre les migrants a mobilisé Calais appelant à ‘défendre la ville contre les migrants’. La semaine dernière, des gens ont squatté une ferme à Coulogne. Depuis dimache soir, des groupes de fascistes et des voisins mécontents, allant parfois jusqu’à cinquante personnes, ont eu une présence quasiment constante devant la maison.

Durant la semaine, les fascistes ont insulté les habitants de la maison, jetant des pierres, des feux d’artifices et en étant présents en permanence. Mardi à 7 heures du matin, trois fascistes qui avaient bu toute la nuit ont tenté de s’introduire dans le squat avec une masse. Deux d’entre eux ont été arrêtés. Certains ont aussi été filmés en train de proférer des menaces de morts contre les migrants.

Aujourd’hui, ils sont de nouveau de retour et menacent à nouveau les gens à l’intérieur du squat. Les fascistes de Sauvons Calais ont appelé sur Facebook les gens à attaquer le squat.

Le squat a été rendu public la semaine dernière et les squatteurs ont acquis un status légal pour le bâtiment occupé.

Les jours passent et le nombre de fascistes présents sur les lieux ne fait qu’augmenter. Loin d’une accalmie, la situation devient de plus en plus tendue. Ce regain d’activité fasciste sur Calais est sans précédent. Les gens appelent à l’aide demain et dans les semaines qui viennent.

Traduit de l’anglais (Calais Migrants Solidarity),  20 février 2014

squat.net

_________________
"Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça." coluche
avatar
niouze

Messages : 5036
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: no pasaran ; les mouvements fascistes et néo nazi

Message  niouze le Mar 25 Fév - 0:48


L'examen des appels et des SMS envoyés par les skinheads impliqués dans la rixe ayant entraîné la mort du jeune antifa révèle que l'un d'eux était bien porteur d'un poing américain.
http://www.liberation.fr/societe/2014/02/24/mort-de-clement-meric-des-sms-accablent-un-des-skinheads_982627

_________________
"Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça." coluche
avatar
niouze

Messages : 5036
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: no pasaran ; les mouvements fascistes et néo nazi

Message  niouze le Lun 10 Nov - 12:04


ami d'Hervé Gourdel dénonce: Les identitaires tentent de récupérer sa mémoire

Mathieu Vernerey, ami d'Hervé Gourdel a contacté les Debunkers. Il a été scandalisé par l'entreprise systématique de récupération de la mort de son ami par les identitaires et en particulier les identitaires Niçois de "Nissa Rebella". Son témoignage est implacable, sourcé, argumenté. Il démontre une campagne organisée de récupération de la mort d'un homme au profit d'un parti dont les opinions sont à l'opposé de celles d'Hervé Gourdel.
On sent une colère saine, une indignation dans les propos de M. Vernerey qui a touché l'équipe des Debunkers. Mais de plus sont article est sourcé, rigoureux et démontre au fil de la lecture l'implacable logique politicienne d'un parti de vautours qui exploite la moindre rumeur, tronque les faits quand il ne les modifient pas complètement.
Voici un article de M. Vernerey qui montre sa profonde amitié désintéressée pour l'ami qu'était pour lui M. Gourdel: http://www.nicematin.com/derniere-minute/temoignage-merci-a-toi-herve-notre-ami-notre-frere.1920864.html Nous n'avons pas changé une virgule, un mot de ce texte, nous le publions intégralement.

 
Les identitaires tentent de récupérer la mémoire d'Hervé Gourdel
 
Le 21 septembre dernier, un groupe terroriste séquestrait le guide de haute-montagne niçois Hervé Gourdel lors de son séjour en Algérie. Aussitôt, des comités de soutien se créaient spontanément un peu partout en France, organisant des manifestations de solidarité et s'exprimant sur les réseaux sociaux, notamment sur Facebook. À la suite de l'exécution de l'otage français, le 24 septembre 2014, ces comités ont tous exprimé leur hommage à la victime et adressé leurs condoléances à la famille. Tous, ou presque. L'un de ces hommages s'est rapidement transformé en récupération politique - une récupération qui, a posteriori, semble même avoir été préméditée alors que l'initiative se présentait au début comme "citoyenne, populaire et apolitique".
 

https://www.facebook.com/SoutienHerveGourdel
 
Plus de 60 000 internautes trompés
 
Ce sont pourtant les identitaires qui se révèlent au fur et à mesure être les administrateurs de la page Facebook intitulée "Soutien à Hervé Gourdel" et les organisateurs de plusieurs rassemblements, notamment à Nice. Un "soutien" sensible, dès lors que leur page Facebook est celle qui réunit le plus grand nombre de followers (plus de 60 000) - dont la plupart ont probablement adhéré spontanément, pensant avoir affaire à une démarche neutre et solidaire - et devient une tribune pour véhiculer des idées politiques, contestables de surcroît. Un "soutien" sensible aussi parce qu'il intervient dans un climat national tendu, où une partie de la population française est de plus en plus stigmatisée, à savoir ceux des Français qui sont de confession musulmane ou d'origine immigrée.
 
La page Facebook intitulée "Soutien à Hervé Gourdel" suscite au prime abord une adhésion de confiance, car elle répertorie ou donne l'impression de répertorier tous les messages et signes de soutien à l'égard de l'otage français exécuté. Et ce, en apparence, sans exclusive. Ce sont pourtant plusieurs signes qui interrogent la motivation réelle des administrateurs de la page.
 
À travers l'"islamisme", les musulmans stigmatisés
 
Tout d'abord, aucun des nombreux hommages et rassemblements de musulmans en France n'est relayé, pas même ceux des Algériens et Kabyles qui, en Algérie même, ont exprimé leur solidarité avec Hervé Gourdel. Idem pour les déclarations des organisations représentatives musulmanes en France ou la campagne "Not In My Name" qui ont chacune dénoncé l'abject à travers cet assassinat ainsi que tout lien avec l'islam alors que les terroristes s'en revendiquaient. Seul un statut posté sur Facebook par la page "Les Kabyles pour la libération d'Hervé Gourdel" est partagé et où il est fait référence aux "griffes de l'hydre islamiste actionnée par le pouvoir algérien" - une page francophone présentée comme d'initiative kabyle, mais au cadre éditorial très politisé et anti-algérien, et elle aussi identitaire.
 

 
Pendant ce temps, les administrateurs de la page française "Soutien à Hervé Gourdel", plutôt que d'opter comme les autres comités pour une formulation neutre et non polémique, choisissent d'offrir leur "soutien" puis leur "hommage" à une "nouvelle victime du terrorisme islamiste". En insistant à chaque fois sur le terme "islamiste" et en revendiquant même toujours plus fort ce choix de vocabulaire à chaque fois que des critiques ou des réserves leur sont adressées.
 

 
Les administrateurs estiment ainsi dénoncer une "réalité" en désignant les islamistes, et ne pas faire d'amalgame avec les musulmans. Ils ne peuvent pourtant ignorer l'ambiguïté de ce terme couramment utilisé, qui résonne pour certains comme un équivalent de "christianisme" et dont la racine "islam" a une forte résonance dans notre contexte national, et qui inévitablement ouvre la polémique et échauffe les esprits. Pour preuves les critiques suscitées dans les commentaires de la page et les nombreux commentaires haineux, racistes et islamophobes qui déferlent à chacun des statuts postés par les administrateurs.
 
Ces derniers estiment ne pas toujours être en mesure de tout modérer - ils sont pourtant de leur propre aveu dix à se relayer pour administrer la page, ce qui ressemble plus à une activité militante coordonnée qu'à une initiative spontanée souvent plus désorganisée. Mais alors que les critiques interrogeant la finalité de cette page et l'identité de ses administrateurs se retrouvent censurées, tous les commentaires racistes et intolérants sont quant à eux préservés du travail de "modération". Cette complaisance laisse également libre court à la plupart des réactions "pro-musulmanes" exacerbées, comme pour alimenter la polémique et nourrir de nouveaux commentaires toujours plus vifs. Et de dénoncer ensuite ceux des commentaires qui seraient "islamistes" ou qualifiés comme tels par les administrateurs pour mieux justifier leurs choix éditoriaux.
 

 
Au fil de leurs publications, les administrateurs vont jusqu'à publier des captures d'écran - y compris sous forme de montages - de commentaires postés par des utilisateurs de Facebook dont les noms sont à consonance arabe ou musulmane. Ces commentaires extraits - dont le contexte n'est jamais restitué - s'en prennent avec virulence à la victime Hervé Gourdel et engendrent fatalement des réactions indignées de la part des autres internautes ainsi qu'une multitude de nouveaux commentaires racistes qui, quant à eux, ne seront jamais dénoncés ni "capturés" par les administrateurs.
Il existe ainsi deux poids deux mesures dans la dénonciation des excès, et il est possible de lire dans les commentaires des appels suggérés ou explicites à mener des ratonnades, à mettre en place des milices, etc., sans que cela n'émeuve les administrateurs, bien au contraire semble-t-il.
 
Parmi les montages ayant suscité une vive émotion se trouve celui mettant en scène - une fois de plus - de supposés "islamistes", et dont les commentaires - là encore décontextualisés - mettent en doute la mort d'Hervé Gourdel et dénoncent une manipulation. Cette théorie du complot a déjà été démontée par les "Debunkers" dans un précédent article (*), mais les administrateurs de la page "Soutien à Hervé Gourdel" semblent ignorer ou occulter le fait que l'extrême-droite s'est elle-même emparé de cette théorie et l'a elle-même largement diffusée. Mais à la différence de l'extrême-droite conspirationniste, l'extrême-droite identitaire ne peut se permettre de désigner un ennemi abstrait, au risque de se priver de son fonds de commerce lui permettant de stigmatiser les musulmans à travers l'"islamisme". Une fois de plus, les administrateurs de la page utilisent ici deux poids deux mesures pour dénoncer les dérives, si l'on tient à leur laisser le bénéfice du doute.
 

 

(*) http://www.debunkersdehoax.org/assassinat-d-herve-gourdel-la-fachosphere-utilise-un-expert-en-toc-pour-accrediter-ses-theories-fumeuses
 
Les identitaires niçois en embuscade
 
Alors que les administrateurs se veulent impartiaux et entendent restituer fidèlement tous les hommages, leur démarche se révèle de nouveau sélective. En plus des témoignages de solidarité exprimés par la communauté musulmane, c'est au tour du plus important rassemblement organisé en France de faire les frais de cette forme de censure. La marche silencieuse qui s'est déroulée à Nice le samedi 27 septembre 2014 et qui a réuni plus de 3000 personnes, n'est pas relayée et est décrite ironiquement comme "l'événement 'apolitique' de M. Estrosi", le maire de Nice.
 
Les administrateurs vont jusqu'à suggérer une récupération politicienne de la part de celui-ci, lequel connaissait pourtant Hervé Gourdel et a pris l'initiative de cette marche en accord avec la famille. Pour une page se présentant comme "apolitique", les administrateurs font le choix curieux de mettre en scène les difficultés qu'ils auraient rencontrées pour organiser leur propre rassemblement, pointant du doigt l'entourage de Christian Estrosi mais aussi de supposés "islamistes" appelant à un rassemblement concurrent. Ce qui n'est pas sans rappeler l'action des identitaires niçois (Nissa Rebela et Génération Identitaire Nice) qui exploitent toutes les opportunités pour déstabiliser le maire de Nice, que ce soit en conseil municipal, sur la voie publique ou par voie de presse.
 

 
Les administrateurs de la page "Soutien à Hervé Gourdel", qui sont également les organisateurs de leur propre rassemblement le 26 septembre à Nice - auquel les participants étaient invités à venir "avec drapeaux niçois ou français" -, revendiquent le caractère "citoyen, populaire et apolitique" de leur démarche. S'il est vrai qu'ils ne mettent la plupart du temps aucun homme politique en avant, ils dérogent à cette règle lors du compte-rendu de leur rassemblement. Est ainsi soulignée la présence de Philippe Vardon (leader identitaire niçois, président de Nissa Rebela et co-fondateur du Bloc identitaire):

de Marie-Christine Arnautu (conseillère municipale FN):

de Marc-André Domergue (conseiller municipal FN):

et de Jacques Peyrat (ex-FN et ancien maire de Nice, candidat soutenu par les identitaires lors des dernières municipales):

Est également identifié Marc Concas (conseiller municipal PS), présent comme d'autres citoyens niçois venus se recueillir spontanément et qui croyaient avoir affaire à un rassemblement citoyen et apolitique comme cela était annoncé:
 
 
 
En outre, alors que la famille d'Hervé Gourdel avait souhaité que les rassemblements ne donnent lieu à aucune récupération politique ni à aucune parole haineuse ou provocatrice, les administrateurs de la page n'ont pas jugé bon de relayer son appel. Dès ses premières publications, la page offre notamment une tribune à Philppe Vardon (leader identitaire de Nissa Rebela) dont deux posts sur sa propre page sont partagés et dont la teneur politique aurait dû alerter. Où il dit notamment : "le développement de l'islamisme en France est le fruit de l'islamisation, elle-même conséquence de l'immigration massive". Une intervention loin d'être "apolitique" et loin également de ne pas rechercher la stigmatisation des Français de confession musulmane ou d'origine immigrée.
 

 
Une initiative identitaire coordonnée
 
En plus de donner l'impression de son "impartialité", la page "Soutien à Hervé Gourdel" semble présenter un second atout lui permettant d'élargir son audience : répertorier sinon coordonner divers rassemblements à travers la France pour celles et ceux qui souhaiteraient se recueillir en mémoire de l'otage français exécuté. Les administrateurs prévoient pour cela un visuel préformaté pour chacun des rassemblements, avec pour slogan martelé comme un leitmotiv : "nouvelle victime du terrorisme islamiste".
 
 
Il est à noter que dans la plupart des cas, les groupes identitaires locaux (notamment Génération Identitaire) relayent aussitôt sur leur page Facebook l'annonce des rassemblements prévus dans leur propre ville et qu'ils ne communiquent que sur ceux-ci. En outre, le site Novopress (média privilégié par les groupes identitaires et nationalistes ainsi que par le Front national) relaye lui aussi, parallèlement, les rassemblements proposés par la page "Soutien à Hervé Gourdel" sans pour autant citer celle-ci. Parmi ces rassemblements : Paris, Vannes, Aix-en-Provence, Nantes, Nice, Lyon, Montpellier, Antibes, Cannes, Menton, etc.
http://fr.novopress.info/175602/vendredi-2609-nombreux-rassemblements-en-hommage-herve-gourdel/
 
Si le doute est permis quant à l'identité réelle des organisateurs pour certains de ces rassemblements, il n'en va pas de même pour les autres, à commencer par ceux de Lyon et de Nice. Dans ces deux villes, l'initiative des identitaires est clairement perceptible, à travers notamment l'utilisation du slogan et de la banderole "victime du terrorisme islamiste", entre autres signes. Mais il faut, pour le comprendre, recouper différentes sources.
 
LYON - À Lyon, la presse locale (Le Progrès, Lyon-Capitale, Lyon Mag) atteste de l'initiative identitaire, en soulignant la présence d'une cinquantaine de militants, dont Alexandre Gabriac (ex-FN et ex-Jeunesses nationalistes) et Yvan Benedetti (ex-FN et ex-Oeuvre française), et en précisant que de nombreux Lyonnais venus se rassembler ont eu "le sentiment de s'être fait piéger". Les photos publiées par la page "Soutien à Hervé Gourdel" montrent également, sans les nommer, Romain Espino et Louise d’Espagnac du groupe Génération Identitaire Lyon prenant la parole au mégaphone. L'initiative identitaire sur Lyon est par ailleurs ouvertement assumée à travers une vidéo postée sur le site d'extrême-droite Novopress.
http://www.lyoncapitale.fr/Journal/Lyon/Actualite/Actualites/L-hommage-a-Herve-Gourdel-etait-initie-par-les-identitaires
http://fr.novopress.info/176222/lyon-hommage-herve-gourdel-25-septembre-dernier-video/
 
NICE - À Nice, un premier article de Nice-Matin (27/09/14) fait état de "rumeurs" autour de l'identité des organisateurs, précisant qu'il "ne s'agit, a priori, pas des identitaires" mais sans savoir "qui a appelé sur Facebook au rassemblement", en soulignant dans le même temps la présence de Philippe Vardon de Nissa Rebela et de Jacques Peyrat. C'est un second article de Nice-Matin (30/09/14) qui relatera a posteriori : "'Hervé Gourdel, victime du terrorisme islamiste', c'est ce que l'on pouvait lire sur la banderole accrochée par des identitaires", en citant de nouveau Philippe Vardon et Nissa Rebela.
https://www.facebook.com/SoutienHerveGourdel/photos/a.279914438864431.1073741828.279906425531899/282467298609145/?type=1&theater
https://www.facebook.com/SoutienHerveGourdel/photos/a.279914438864431.1073741828.279906425531899/282467298609145/?type=1&theater
 
TOURS - Sur Tours, également, le flou entoure l'identité réelle des organisateurs, mais la forte représentation de militants identitaires, dont Pierre-Louis Mériguet (Front national, ancien leader du groupe extrémiste Vox Populi), laisse peu de place au doute, comme l'indiquent le webzine tourangeau 37° et, de manière plus explicite, la chaîne de télévision locale TV Tours.
http://www.37degres-mag.fr/actualites/soutien-identitaire-a-herve-gourdel/
http://www.youtube.com/watch?v=4HlWiL2g_lE
 
CANNES - Sur Cannes, le groupe Cannes-Grasse Identitaire assume ouvertement sur sa page Facebook sa "participation" au rassemblement et valorise la présence de deux élus frontistes : Adrien Grosjean (conseiller municipal FN) et Sébastien Copin (conseiller régional FN), seuls élus présents.
https://www.facebook.com/CannesIdentitaire/photos/a.195000303881972.47948.194993877215948/721334521248545/?type=1&theater
 
MONTPELLIER - À Montpellier, la Ligue du Midi ("les identitaires du Languedoc") se déclare elle-même co-organisatrice du rassemblement et prend soin de préciser dans son compte-rendu que "le danger, à l’intérieur et à l’extérieur de nos frontières, est désormais permanent et qu’il fait son lit d’une immigration incontrôlée".
http://liguedumidi.com/la-ligue-du-midi-a-rendu-hommage-a-herve-gourdel/
 
NANTES - Sur Nantes, l'implication du Front national et l'utilisation de la banderole "victime du terrorisme islamiste" ont fini par perturber le bon déroulement du rassemblement auquel d'autres personnes et élus s'étaient joints, comme le mentionnent Le Parisien et France bleu Loire-Océan. On ignore là aussi l'identité réelle des organisateurs.
http://www.leparisien.fr/politique/nantes-la-presence-du-fn-perturbe-l-hommage-a-herve-gourdel-27-09-2014-4169445.php
http://www.francebleu.fr/societe/gourdel/hommage-herve-gourdel-quand-le-fn-derape-1809148
 
À Nice, la banderole identitaire "découpée par des islamistes"
 
Plutôt que d'assumer sa mission initiale de "soutien" puis d'"hommage", la page "Soutien à Hervé Gourdel" juge bon de s'appesantir sur un incident survenu à Nice et donne finalement l'impression de vouloir monter celui-ci en épingle. Cet incident concerne la banderole ayant jusqu'alors suscité la polémique, intitulée "victime du terrorisme islamiste" et où le qualificatif "islamiste" a été découpé. Les administrateurs décrivent aussitôt l'auteur de cet acte comme étant un "islamiste" et remercient celles et ceux qui auraient permis d'en apporter la preuve.
 

 


 
 
Relatant l'incident, un article de Nice-Matin (30/09/14) explique quant à lui, en utilisant le conditionnel, que la revendication a été attribuée à cet internaute, sans que le geste dont il est supposé être l'auteur n'ait été accompagné d'explications. D'autres messages postés par ce dernier auraient témoigné, toujours selon le quotidien, de sa motivation à "lutter contre un amalgame desservant l'islam". Nice-Matin conclut en expliquant que "les identitaires niçois n'ont pas apprécié la découpe de leur banderole", en citant notamment le leader de Nissa Rebela, Philippe Vardon. Et permet ainsi de mieux comprendre qui étaient les organisateurs du rassemblement niçois et par conséquent les administrateurs de la page "Soutien à Hervé Gourdel".

https://www.facebook.com/SoutienHerveGourdel/photos/a.279914438864431.1073741828.279906425531899/282467298609145/?type=1&theater
 
Les administrateurs avaient d'ailleurs auparavant ouvertement "remercié" les identitaires niçois pour avoir remplacé la banderole. Il s'agissait alors de la première référence explicite sur cette page au groupe Génération Identitaire, non seulement remercié mais aussi désormais mis en avant.
 
 
Il est peu probable qu'un "islamiste" soit l'auteur de la dégradation de la banderole identitaire à Nice, ou que, même si ça avait été le cas, il se serait alors contenté de simplement découper le qualificatif "islamiste". On comprend cependant que les identitaires ont eu besoin de cette justification pour continuer d'alimenter leur discours et que ce qualificatif a probablement été délibérément choisi pour provoquer ce genre de situation. Lors du rassemblement qui s'est tenu à Nantes, le 26 septembre dernier, ce ne sont pas des "islamistes" qui ont demandé le retrait d'une banderole comportant le même slogan, mais un ancien élu nantais ainsi que des militants communistes. Un slogan dont "la formule a été jugée choquante et inopportune pour la plupart des participants à cet hommage", comme le rapporte France bleu Loire-Océan.
http://www.francebleu.fr/societe/gourdel/hommage-herve-gourdel-quand-le-fn-derape-1809148
 
Une pétition de facture identitaire
 
"Après l'émotion doit venir l'action", affirment les administrateurs de la page "Soutien à Hervé Gourdel". Pour ce faire, ils proposent une pétition dont le contenu et la forme méritent une lecture attentive, car très orientés.
 
http://www.france-petitions.com/petition/443/hervegourdel
 
Tout d'abord, le site sur lequel la pétition est hébergée - France Pétitions - est connu pour ses prises de positions contestables, avec plus d'un quart des pétitions stigmatisant l'islam et les musulmans et de nombreuses autres porteuses de thèmes identitaires, nationalistes et bien souvent racistes.
 
Les auteurs de la pétition évoquent alors une "saine colère patriotique", comme si le qualificatif "patriotique" était une précision indispensable. Ils se réfèrent ensuite aux djihadistes français partis en Irak et en Syrie pour "persécuter des Chrétiens", occultant au passage les centaines d'autres civils exécutés par l'État Islamique, y compris ceux de confession musulmane. Partant d'un assassinat qui s'est produit à l'étranger - celui d'Hervé Gourdel en Algérie -, ils en viennent à invoquer un thème national, en y mêlant des questions de "sécurité" et d'"identité". Il faut en déduire que l'"identité" - française si l'on comprend bien - est forcément chrétienne et que les musulmans en sont par conséquent exclus. Et que ces derniers, en plus de ne pas être français, représentent "chez nous" une "menace" potentielle.
 
Assassinat d'Hervé Gourdel, APRES L’ÉMOTION DOIT VENIR L'ACTION !
L'émoi national, la saine colère patriotique, suscitées par l'infâme assassinat d'Hervé Gourdel ne doivent pas rester lettre morte. A l'émotion doit désormais succéder l'action !
Les 2 000 djihadistes partis de France pour rejoindre les groupes opérant en Irak et en Syrie, et y persécutant les Chrétiens, nous indiquent clairement que c'est d'abord chez nous que la menace islamiste doit être combattue ! Désormais, ce n'est plus seulement une question d'identité, mais aussi de sécurité.
Nos dirigeants ne peuvent plus se contenter de "condamner fermement", ils doivent désormais agir avec fermeté. Signataires de cette pétition, nous demandons à nos politiques de s'engager à défendre :
- L'application de la déchéance de la nationalité française pour les djihadistes binationaux et l'interdiction totale de retour sur le territoire.
- La fin de toutes compromissions et de toutes relations avec les associations islamistes - que celles-ci se réclament du salafisme ou de la doctrine des Frères Musulmans promue par l’Union des Organisations Islamiques de France.
- Le refus de l’influence du Qatar, grand pourvoyeur de fonds des djihadistes, dans notre pays.
Nous comptons bien mettre nos élus devant leurs responsabilités en les interrogeant un à un sur ces mesures et en faisant connaître leurs réponses aux Français.
 
La pétition reprend point par point l'argumentaire de la lettre postée par le leader identitaire niçois Philippe Vardon (Nissa Rebela), un argumentaire identique à celui du discours de Génération Identitaire lors du rassemblement à Lyon et que l'on retrouve également dans d'autres communications issues de cette mouvance d'extrême-droite. À commencer par la référence aux "2000 djihadistes" français partis en Syrie qui représenteraient une "menace islamiste" "en nos frontières" et à combattre "d'abord chez nous" ; ensuite à la "déchéance de la nationalité française pour les djihadistes binationaux et l'interdiction totale de retour sur le territoire" ; et enfin à l'arrêt de "toute relation avec les associations islamistes - que celles-ci se réclament du salafisme ou de la doctrine des Frères Musulmans promue par l’Union des Organisations Islamiques de France (UOIF)".
 
Communiqué de PHILIPPE VARDON du 23 septembre 2014
L’enlèvement du guide de haute-montagne niçois Hervé Gourdel par un groupe djihadiste, lié à l’État Islamique, en Algérie est un drame qui touche chaque Niçois et au-delà chaque Français et doit nous conduire à une véritable réflexion collective. Je tiens, à titre personnel mais aussi comme responsable politique, à apporter mon plus entier soutien à ses proches dans cette terrible épreuve.
J'appelle aussi nos compatriotes résidant ou voyageant dans des pays musulmans à prendre le moins de risques possibles. Chacun d'entre-nous doit désormais se pénétrer de l'idée que nous pouvons tous êtes des cibles potentielles... En effet, hier, l’État Islamique - ce groupe djihadiste ayant établi son Califat à cheval sur l'Irak et la Syrie - a appelé dans un communiqué officiel tous ses sympathisants à frapper la France et les Français où qu'ils soient. L'appel a été entendu par ces islamistes algériens, mais ils ne seront sans doute pas les seuls.
Rappelons que 1 000 à 2 000 djihadistes "français" combattent dans les rangs de l’État Islamique, parmi lesquels près d'une centaine partis de notre département. De l'aveu même du Ministre de l'Intérieur plusieurs centaines seraient aussi déjà rentrés en France. Tant à travers ces djihadistes, véritables bombes à retardement, présents sur notre sol qu'à travers le développement de l'islamisme (fruit de l’islamisation, elle-même conséquence de l'immigration massive) la menace existe aussi en nos frontières.
Christian Estrosi, reprenant l'une des formules favorites de nos politiciens devenus commentateurs, "condamne fermement" l’enlèvement d'Hervé Gourdel. Mais l'heure est grave, il ne suffit plus de "condamner fermement" mais il faut agir avec fermeté !
C'est pourquoi je demande solennellement à tous les élus du département de s'engager en défendant l'application de la déchéance de la nationalité française, et évidemment l'interdiction de revenir en France, pour tous les djihadistes binationaux, mais aussi de cesser immédiatement toutes relations avec les associations islamistes – que celles-ci se réclament du salafisme ou de la doctrine des Frères Musulmans promue par l'UOIF. C'est d'abord chez nous que le combat doit être mené, et l'on ne peut prétendre lutter contre les groupes djihadistes en se compromettant avec ceux qui leur préparent le terrain.
 
Cette pétition n'est finalement qu'un "copier-coller" du programme politique identitaire, qui reflète une interprétation partisane des données du problème et dont les solutions proposées sont par conséquent orientées. On est bien loin ici d'un hommage à une victime et d'un soutien à sa famille, dont l'état d'esprit initialement déclaré se voulait "apolitique" et se défendait de toute velléité de récupération.
 
Une lourde responsabilité et une faute grave
 
Le plus grand tort des administrateurs de la page n'est pas simplement d'avoir instrumentalisé la mémoire d'un défunt et d'avoir profité de l'émotion suscitée par son assassinat. Leur principal tort est d'avoir agi à visage dissimulé et de n'avoir jamais prévenu de leurs intentions. Car, sur le fond, il n'est pas surprenant de voir l'extrême-droite (ici dans son expression identitaire) véhiculer des idées d'extrême-droite ou encore s'adonner à la récupération politique sans la moindre morale ni le moindre scrupule. Mais il aurait fallu que les 60 000 utilisateurs de Facebook qui ont adhéré à la page "Soutien à Hervé Gourdel" puissent en être avertis, de même que les milliers de personnes qui se sont rendues sur chacun des rassemblements identitaires organisés en France.
 
Cette instrumentalisation, si elle se comprend du point de vue identitaire pour atteindre ses objectifs, est dangereuse. Car elle intervient dans un climat national déjà difficile et où l'équilibre de la société est de plus en plus précaire. Si globalement les Français ont su rester unis face à la provocation terroriste à travers l'assassinat d'Hervé Gourdel, l'initiative identitaire, telle qu'elle a cherché à s'insinuer dans les esprits, a commencé de mettre en péril cette unité nationale à laquelle elle aspirait pourtant.
 
Enfin, l'initiative identitaire correspondait à la seule réponse qu'attendaient véritablement les criminels d'Hervé Gourdel : la division, la désignation d'un bouc émissaire - à savoir sur le plan national les musulmans et les immigrés -, le choc des cultures, la confrontation des idéologies, etc. En un mot : la haine répondant à la haine, et l'extrémisme répondant lui-même à l'extrémisme.
 
Mathieu Vernerey
http://www.debunkersdehoax.org/un-ami-d-herve-gourdel-denonce-les-identitaires-tentent-de-recuperer-sa-memoire

_________________
"Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça." coluche
avatar
niouze

Messages : 5036
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

ultra droite et islamiste

Message  niouze le Mer 6 Mai - 18:31


L’enquête sur cette figure de la mouvance identitaire du Nord - Pas-de-Calais contient des éléments très sensibles. Un lien avec les armes utilisées par le terroriste de l’Hyper Cacher de Paris est sérieusement envisagé. De plus, Claude Hermant était un informateur de la gendarmerie.






L’ombre des attentats de Paris plane sur le trafic d’armes présumé de Claude Hermant, figure de la mouvance identitaire régionale. C’est sans doute ce qui explique le mutisme de la police et de la justice. Car la volumineuse enquête de la PJ de Lille, pilotée par le juge lillois Stanislas Sandraps, contient de multiples informations explosives.
L’affaire a éclaté fin janvier, peu après les attaques terroristes. Après huit mois d’investigations, Claude Hermant, sa compagne, et un autre homme, sont mis en examen et écroués. Depuis, seul le premier reste en détention provisoire, les deux autres ayant été libérés. Selon deux sources différentes proches du dossier, « des éléments lourds » pèsent sur lui.
Depuis plusieurs années, il aurait remilitarisé « beaucoup » d’armes de guerre neutralisées provenant de pays de l’Est. « Elles ont ensuite été écoulées dans le milieu du grand banditisme, pas uniquement lillois. » Lors des perquisitions, de « nombreuses armes et munitions » ont été saisies.
Ce trafic présumé n’aurait pas servi qu’à alimenter des voyous. Dès fin janvier, nous évoquions l’hypothèse que certaines armes auraient été utilisées par Coulibaly, le terroriste de l’Hyper Cacher (attentat du 9janvier à Paris). « C’est une piste très sérieuse, en bonne voie de confirmation. » Elle mène en Belgique, où « Claude Hermant avait des relations » dans le cadre de son réseau présumé. Rappelons que Coulibaly se serait procuré ses armes à Charleroi (B).
Si le lien se vérifie, il ne serait pas nécessairement direct. « Dans ce genre de trafic, il y a toujours un ou des intermédiaires. Claude Hermant ne connaissait pas forcément la destination finale des armes. Ça montrerait en tout cas la porosité entre certains milieux islamistes et du banditisme. » Un autre aspect s’ajoute à ce dossier. Claude Hermant était un informateur de la gendarmerie (ci-dessous). Mais il aurait trafiqué les armes, « pour son propre compte, tempèrent nos deux sources, pas celui de la gendarmerie. Il la mouille pour s’en sortir. »

CLAUDE HERMANT, DU FN À LA MAISON FLAMANDE DE LAMBERSART



Âgé de 51 ans, Claude Hermant a un passé bien rempli dans les milieux « barbouzards » et d’extrême droite. Ancien membre de la sécurité du FN dans les années 90, il a aussi été mercenaire (Angola, Congo, Croatie). Au cours des dernières années, il s’est fait connaître dans la région en étant un leader de l’ex-Maison flamande de Lambersart. Ces derniers temps, il travaillait dans une friterie à Lille.

Ces mails qui jettent le trouble



« Salut Claude, nous avons vu avec notre hiérarchie… Nous sommes partant(s) pour les deux dossiers que tu nous as présentés (armes-Charleroi…)… » Imaginons que vous tombiez sur ce type de message (parmi une dizaine) qui aurait été envoyé par un gendarme à Claude Hermant, le 21novembre 2014 à 8 h 47. Que ce mail soit en possession du juge d’instruction en compagnie d’autres pièces transmises par un homme sourcilleux. Qu’un proche du prévenu certifie que « Claude Hermant a assuré ses arrières… », voilà qui ajouterait au trouble. Poursuivi pour trafic d’armes en bande organisée (lire ci-dessus), Claude Hermant, 51 ans, placé à l’isolement au centre pénitentiaire de Lille-Annœullin, entend « laver son honneur ». « Mon client est un combattant, il n’aurait jamais travaillé contre les intérêts de son pays », poursuit Me Maxime Moulin.
La question est de savoir si le prévenu, via ces mails, était missionné (instrumentalisé) par quelques services de renseignements de la métropole lilloise. Si ces missions ont bien conduit l’ex-barbouze près de Charleroi pour y surveiller un hypothétique trafiquant. Si cette affaire croise le travail de la justice belge qui cherche à déterminer la solidité des liens entre Amédy Coulibaly et un trafiquant d’armes présumé domicilié à… Charleroi. Si le Lillois a joué le jeu des services ou double jeu.

« Le prochain Marc Fievet »



Selon nos informations, l’ex-mercenaire aurait acheté des armes « neutralisées » via une entreprise slovène (AFG) ayant pignon sur rue. « Il se servait de ces armes pour infiltrer le grand banditisme… », affirme un familier. Le renvoi à un message daté du 24mai 2014 délivré à l’un de ses correspondants gendarmes se montre plus précis : « afg livre des armes qui ensuite suivent un circuit de remilitarisation et finissent dans les quartiers (lillois). » Les enquêteurs restent convaincus que Claude Hermant, présumé innocent, serait la tête pensante d’un important trafic au minimum régional. La nature des armes saisies, leur nombre, les factures… doivent permettre de clarifier une situation complexe.
Une affaire de vengeance et de balance plane également sur ce dossier dont chaque tiroir possède ses secrets. Joint ce jeudi, l’état-major de la gendarmerie de Villeneuve-d’Ascq renvoie à « la commission rogatoire internationale, aux services de police concernés, au procureur… ». Dans les couloirs du palais de justice, Claude Hermant s’était fait plus loquace. Il ne serait pas « le prochain Marc Fievet ». Allusion directe à cet ex-inspecteur des douanes français arrêté par les autorités canadiennes et lâché par sa hiérarchie. Qui, après avoir purgé onze ans de prison, se bat pour obtenir sa réhabilitation. Que le chemin s’annonce long. PATRICK SEGHI
http://www.lavoixdunord.fr/region/trafic-d-armes-presume-de-claude-hermant-la-piste-ia0b0n2806501

_________________
"Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça." coluche
avatar
niouze

Messages : 5036
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: no pasaran ; les mouvements fascistes et néo nazi

Message  niouze le Dim 10 Mai - 17:02


Comme chaque année, tous les affreux sont de sortie à Paris le deuxième week-end de mai. Petit aperçu de ce qui attend les malheureux touristes qui traîneront du côté du jardin des Tuileries ces jours-là…
Ça commence avec la manifestation du 9 mai : en 1994, lors de la dispersion d’une manifestation anti-américaine organisée par plusieurs groupes d’extrême droite, Sébastien Deyzieu, un militant de l’Œuvre française, tombe du toit d’un immeuble alors qu’il était poursuivi la police. Cette date est devenue les années suivantes un prétexte que se donne l’extrême droite radicale pour défiler en toute tranquillité dans les rues de Paris avec drapeaux et insignes fascistes (plus d’information sur les manifs du 9 mai ici). L’an passé, alors que c’était les 20 ans de la mort de Deyzieu, il n’y eut pas de véritable manif, et c’est ce qui restait du GUD autour de Logan Djian qui assura le service minimum. Il semblerait cette année que la mobilisation risque d’être plus importante : on a pu voir en tout cas un collage tout le long du parcours de la manif du Premier mai du Front national invitant à renouer avec le trajet originel de la manif.
En effet, Entre 2010 et 2013, Serge « Batskin » Ayoub avait été l’organisateur de cette date et en avait déplacé le lieu (passant du quartier Port-Royal à celui d’Opéra) afin de pouvoir coller au fesses de la manifestation en l’honneur de Jeanne d’Arc organisée à la fois par l’Action française et l’Œuvre française à la même date. Mais après l’implication de ses militants (visibles en première ligne lors des manifs du 9 mai) dans le meurtre de Clément Méric, Ayoub est depuis revenu à ses amours tout chaîne tout cuir de sa jeunesse. Les militants de l’Œuvre française, estimant la manif pour Deyzieu débarrassée du « juif » Ayoub (c’est eux qui le disent), ont donc appelé cette année à rejoindre l’initiative après la tenue de leur « Forum de l’Europe », préparée dans la plus grande discrétion, et qui devrait rassembler des néofascistes de toute l’Europe, organisés au sein de l’Alliance for Peace and Freedom (APF).
Ce Forum de l’Europe parisien, sur le thème de « la répression anti-nationaliste », s’inscrit dans la continuité des réunions de l’APF qui se sont déjà tenues les mois passés. La première, en décembre dernier en Italie, dans un hôtel milanais, avait rassemblé selon la presse locale environ 300 personnes. L’AFP est présidée par Roberto Fiore, dirigeant du petit parti néofasciste Forza Nuova, et regroupe une petite dizaine de partis nationalistes, dont certains ont (ou ont eu) des élus au Parlement européen, ce qui leur a permis très officiellement de se réunir le 4 février à Bruxelles. S’y sont retrouvés les vieux potes de Jean-Marie Le Pen, Nick Griffin, ancien député britannique du BNP, Udo Voigt, député allemand du NPD et bien entendu Roberto Fiore, ainsi que des représentants de l’Aube dorée grecque, du Dans Karnas-Parti danois, de la Democracia Nacional espagnole ou encore des Belges de Nation. L’objectif de l’AFP est de « protéger, célébrer et promouvoir nos valeurs chrétiennes communes et le patrimoine culturel européen » et de s’opposer au « mondialisme sioniste » (sic) : normal que ce qui reste de l’Œuvre en devienne le représentant français. On devrait donc retrouver sur Paris ce week-end à peu près les mêmes participants (à l’exception du BNP) : Roberto Fiore bien sûr ; Manuel Canduela, président de Democracia Nacional ; Daniel Carlsen, chef du Dans Karnas-Parti ; Irène Dimopoulou-Pappa, directrice du journal d’Aube dorée ; Hervé Van Laethem de Nation ; Jens Pühse du NPD.
On prend les mêmes et on recommence

L’Œuvre française dans le cortège de Civitas, en mai 2014.
On est donc revenu cette année à la configuration traditionnelle : manifestation confidentielle le 9 mai organisée par « des camarades » anonymes mais derrière lesquelles on peut sans peine reconnaître le GUD, et trois défilés nationaux-catholiques le 10 mai autour de Jeanne d’Arc : l’an passé, on avait pu voir, à la queuleuleu, et bien séparés les uns des autres, l’Action française, le Renouveau français, les Amis de Pierre Sidos et ses pseudopodes (ce qui reste de l’Œuvre depuis sa dissolution) le matin ; et l’après-midi, c’était au tour des cathos intégristes de Civitas, avec en guest star Farida Belghoul, d’assurer l’animation. Plus de détails sur cette folle journée dans le compte rendu que nous en avions fait, à lire ici.
L’année dernière, les cortèges était plutôt clairsemés. Pourtant, cette année, les organisateurs ont mis les petits plats dans les grands, avec des « animations médiévales » à partir de midi, avant la manif. Pour assurer la promotion, le site d’extrême droite Média-Presse-Info a demandé à des « personnalités » d’appeler à soutenir l’initiative. De façon assez cocasse, on peut ainsi entendre le gourou misogyne Alain Soral nous parler de « cet être surhumain » qu’est la Pucelle d’Orléans, réussissant à glisser comme de bien entendu quelques petites allusions antisémites, suivie de Marion Sigaut, qui nous explique que « pour que la France soit sauvée, il faut que des femmes se lèvent ». Fichtre, s’agirait-il d’une manif féministe ? Pas vraiment, car Sigaut complète : « les femmes ne sont pas là pour faire le travail des hommes, mais pour leur montrer leur devoir. (…) Quand les hommes n’y arrivent plus, c’est à nous les femmes, de les aider. » Question : y aura-t-il pendant la manif distribution de Viagra ?
Ensuite, plus classiquement, les fous de la messe prennent le relais : l’historien Pierre Hillard, qui nous révèle « ce que personne ne sait », même parmi les patriotes catholiques, à savoir que « le message premier » de Jeanne est de vouloir « restaurer la royauté du Christ sur la France » ; Béatrice Bourges du Printemps français (qui avoue prier Sainte-Jeanne d’Arc « tous les jours »), nous met en garde : « si ce n’est pas Dieu qui gouverne la Terre, alors c’est Satan » ; et enfin, Elie Hatem, candidat FN-RBM dans le IVe arrondissement de Paris lors des dernières municipales mais surtout cadre de l’Action française, y va lui aussi de sa petite litanie : pas de surprise pour nous, on l’avait déjà vu aux côtés de Civitas et de Jany Le Pen à la tribune d’une manifestation pour les Chrétiens d’Orient en septembre dernier.
Dieu leur avait envoyé la pluie l’an passé pour les éprouver : mais il serait peut-être temps que nous aussi on s’organise pour perturber leur petite fête…
http://lahorde.samizdat.net/2015/05/08/paris-ce-week-end-cest-freakshow-chez-les-fachos/
avatar
niouze

Messages : 5036
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: no pasaran ; les mouvements fascistes et néo nazi

Message  niouze le Lun 11 Mai - 13:54


Paris : Défilé de l'Action française en hommage à Jeanne d'Arc
Politique  Info vérifiée   Paris, France  - 10 mai 2015
Comme chaque année, des dizaines de membres de l'Action française, un mouvement royaliste d'extrême-droite, ont défilé à Paris, avant de se réunir autour de la statue de Jeanne d'Arc, le 10 mai 2015.
 
http://www.citizenside.com/fr/photos/politique/2015-05-10/112933/paris-defile-de-l-action-francaise-en-hommage-a.html#f=0/1223765


Paris : L'extrême droite radicale dans la rue pour Jeanne d'Arc
Politique Info vérifiée Paris, France - 10 mai 2015
Plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées à Paris, entre la place de la Madeleine et Pyramides, lors d'une manifestation en hommage à Jeanne d'Arc organisée par l'extrême droite radicale, le 10 mai 2015. 
Les groupuscules des Caryatides et du CLAN ont participé à la marche où de nombreuses personnes brandissaient la croix celtique, symbole néo-fasciste d'Ordre nouveau, d'Oeuvre française et de Jeune Nation entre autres.  

Alexandre Gabriac et Ivan Benedetti, dirigeants d'Oeuvre française et de Jeunesse nationaliste - groupes dissous en 2013 après l'affaire Clément Méric -  étaient présents. Selon Le Figaro, plusieurs organisations étrangères étaient invitées, notamment l'Aube dorée grecque. 


 

http://www.citizenside.com/fr/photos/politique/2015-05-10/112962/paris-l-extreme-droite-radicale-dans-la-rue.html#f=0/1224158

_________________
"Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça." coluche
avatar
niouze

Messages : 5036
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: no pasaran ; les mouvements fascistes et néo nazi

Message  niouze le Dim 19 Juil - 22:39


Des membres du GUD se vantent de leur attaque raciste sur Facebook, ils finissent en prison

27283 visites | 26 commentaires


Une information judiciaire a été ouverte le 10 juillet après une agression à caractère raciste qui s’est déroulée dans la nuit du 5 au 6 juin, place des Terreaux. Cinq personnes ont été interpellées.
Deux ont été placées en détention provisoire. Selon la police, il s’agit de membres du GUD, un groupuscule d’extrême droite radicale.

A Lyon, le Groupe Union Défense (GUD), qui s’est reformé en septembre 2011, est un groupuscule connu pour ses actions violentes. Plusieurs de ses militants ont déjà été lourdement condamnés pour un lynchage à Villeurbanne ou pour une forme de ratonnade à la Guillotière.

_________________
"Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça." coluche
avatar
niouze

Messages : 5036
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: no pasaran ; les mouvements fascistes et néo nazi

Message  niouze le Jeu 6 Aoû - 17:15

Les drôles de camps d'entraînement d'Alain Soral

L'essayiste d'extrême droite a fait parler de lui ce mercredi après la diffusion d'images de stages commandos qu'il organise dans la forêt de Fontainebleau.





Sur le papier, rien que de très anodins week-ends à la scout. Le site de l'essayiste d'extrême droite Alain Soral, Égalité et réconciliation, propose des stages dans la nature, renvoyant pour les inscriptions vers le site web d'une association appelée Prenons le maquis. "Dormir en pleine nature, allumer un feu, s'adapter à la fatigue, résister aux intempéries. [...] Prenons le maquis est né en réponse à notre époque où les tensions et les crises, de plus en plus fréquentes et inattendues, nous rappellent que l'équilibre de l'ordre social est toujours fragile", propose simplement le site web.
Le hic, c'est que Le Canard enchaîné de ce mercredi contient un article au vitriol sur ces stages. Le journal a débusqué sur le site de Soral une vidéo montrant un tout autre visage de ces classes vertes. Sur un fond de rock and roll, on y découvre un montage d'images de véritables commandos où des hommes au crâne rasé se livrent à des entraînements aux combats ultra-violents, couteaux et pistolets à l'appui, en pleine forêt de Fontainebleau. Le tout entrecoupé - certes - d'images de secourisme et de feux de camp plus classiques.
Devant ce tapage, Alain Soral a supprimé d'Égalité et réconciliation toute vidéo ou page évoquant ces activités. Devant le succès de la "formation" des 28 et 29 juin, une nouvelle session était pourtant prévue les 30 et 31 août. Pour la discrétion, c'est probablement raté. Le Parti socialiste lui-même a publié un communiqué appelant les pouvoirs publics à "la plus grande vigilance" face à ces stages "dont la nature belliqueuse ne fait aucun doute".

http://www.lepoint.fr/societe/les-droles-de-camps-d-entrainement-d-alain-soral-06-08-2014-1851976_23.php

et aussi plus complet thanks to l. qui l'a trouvé

http://tempsreel.nouvelobs.com/video/20140807.OBS5825/ces-inquietants-stages-commandos-qui-remplissent-les-poches-d-alain-soral.html


Dernière édition par niouze le Jeu 6 Aoû - 17:50, édité 2 fois

_________________
"Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça." coluche
avatar
niouze

Messages : 5036
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: no pasaran ; les mouvements fascistes et néo nazi

Message  niouze le Jeu 6 Aoû - 17:18


_________________
"Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça." coluche
avatar
niouze

Messages : 5036
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: no pasaran ; les mouvements fascistes et néo nazi

Message  niouze le Lun 23 Nov - 12:20

Quand les fascistes d'Europe se donnent rendez-vous à Rungis

Samedi 14 novembre, le Gud avait filé un rencard aux partis nationalistes européens, pour refaire le monde et faire la fête près de Paris. Un rassemblement évidemment interdit aux journalistes. Reportage.


http://tempsreel.nouvelobs.com/politique/20151119.OBS9870/quand-les-fascistes-d-europe-se-donnent-rendez-vous-a-rungis.html

_________________
"Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça." coluche
avatar
niouze

Messages : 5036
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: no pasaran ; les mouvements fascistes et néo nazi

Message  niouze le Lun 25 Jan - 11:06

sa pourrait aller dans media politique et puanteur .....

Calais : les médias offrent une tribune à l'extrême droite !
Bienvenue dans le monde d'Orwell ou l'on transforme l'agresseur en victime. Samedi, une famille de militants très connus à Calais pour leur implication aux côtés de l'extrême droite la plus radicale insulte la manifestation antiraciste qui passe prêt de sa maison. Évidemment, le cortège réagit aux provocations, et s'approche de ceux qui les insultent. Des invectives sont échangées. Certains manifestants vont même s'interposer pour protéger les provocateurs, manifestement ivres. Le fils de famille – impliqué dans la mouvance néo-nazie Calaisienne – sort un fusil. La fin de cette scène est filmée par les journalistes indépendants de Taranis News. La vidéo va être reprise par les réseaux d'extrême droite, très actifs sur internet, qui légitiment l'action de cette famille de fachos. Puis par les médias officiels. Tous les témoins s'accordent à dire que c'est bien cette famille qui a lancé les provocations, pourtant, ce ne sera jamais dit dans aucun média.
Devinez ce qu'ont fait les journalistes le lendemain ? Au lieu d'enquêter sur ces militants d'extrême droite connus localement, ou d'interroger des témoins de la scène, certaines chaînes leur ont donné la parole ! Ainsi, le père de famille, présenté comme un « riverain excédé », a pu réclamer l'expulsion des réfugiés dans un français approximatif, au JT de France2, chaîne de service public.

---
- Le fils de cette famille Calaisienne "excédée" pose devant un drapeau SS : https://luttennord.wordpress.com/…/calais-un-neo-nazi-mena…/
- Un témoignage extrêmement précis sur le déroulé des faits, qui montre que cette famille a bien lancé les hostilités : http://www.oureyeislife.com/?p=858
[url]
[/url]


_________________
"Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça." coluche
avatar
niouze

Messages : 5036
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: no pasaran ; les mouvements fascistes et néo nazi

Message  niouze le Mar 22 Nov - 21:20


Ce samedi 19 novembre l’extrême droite souhaitait occuper le quartier de la Croix Rousse à Lyon, tout en espérant récupérer une église inoccupée depuis 25 ans dans ce quartier pour y installer des catholiques intégristes. Après ce rassemblement, l’extrême droite en a profité pour attaquer la librairie de la Coordination des Groupes Anarchistes de Lyon, La Plume Noire qui avait déjà subi l’assaut de l’extrême droite en 1997 lorsqu’elle fut incendiée. Nous publions le communiqué de la CGA Lyon suite à l’attaque de leur local :
Ce samedi 19 novembre 2016 en milieu d’après-midi, des catholiques intégristes et d’autres militants d’extrême-droite appelaient à un rassemblement place Colbert, pour s’opposer au projet de reconversion de l’église Saint-Bernard (actuellement désaffectée) en centre d’affaires et exiger qu’elle soit confiée à la fraternité saint Pie X, une organisation catholique particulièrement réactionnaire et proche des milieux fascistes.
Ce rassemblement avait fait l’objet d’une interdiction de la préfecture, qui invoquait dans son communiqué le risque de trouble à l’ordre public et renvoyait honteusement dos à dos fascistes aux méthodes violentes et militant·e·s progressistes et antifascistes présent·e·s dans le quartier.
Le rassemblement a pourtant eu lieu malgré l’interdiction, comprenant des membres du GUD, de l’Action Française et du Parti Nationaliste Français lourdement casqués et armés, qui ont fait une première apparition devant notre local, la librairie la Plume Noire, au début de l’après-midi.
Ces militants fascistes, ouvertement préparés à mener des actions violentes, n’ont pas été inquiétés ou contrôlés par les nombreux policiers présents, qui ont d’ailleurs assuré la protection du rassemblement en tenant à distance militant·e·s antifascistes et autres habitant·e·s du quartier.
Nous ne nous étonnons malheureusement pas d’une telle complaisance y compris dans le cadre de l’état d’urgence, alors même que celui-ci sert notamment de cache-misère à la répression accrue des mouvements sociaux progressistes. Rappelons qu’il y a quelques semaines, la police manifestait de nuit dans les rues lyonnaises main dans la main avec cette même extrême-droite.
Vers 18h, alors que le rassemblement des intégristes s’était dispersé, une vingtaine de fascistes toujours massivement équipés ont remonté les pentes de la Croix-Rousse et ont brutalement convergé vers la Plume Noire, où se trouvaient une douzaine de nos camarades.
Les personnes présentes dans le local ont baissé le rideau pour se protéger, mais les fascistes ont réussi à le relever et à enfoncer un autre volet métallique, détruisant également les vitres qui se trouvaient derrière.
La résistance de nos camarades a empêché les fascistes de pénétrer physiquement dans le local, mais n’a pu éviter les dégâts matériels que sont la destruction de la totalité des vitres et d’une partie du volet. Plusieurs personnes ont également subi des blessures légères durant cette agression qui a duré de longues minutes, notamment à cause de projectiles (pierres, outils métalliques, bouteilles en verre) lancés par les fascistes. Lors de leur arrivée puis de leur départ, les fascistes ont hurlé « on est chez nous », « la France au Français » et « morts aux juifs », comme signe de ralliement et de dispersion.
Cette attaque odieuse n’est pas un fait isolé. Près de 20 ans après l’incendie du précédent local de la Plume Noire par l’extrême-droite en 1997, elle s’inscrit dans la montée en puissance actuelle de l’extrême-droite et du fascisme, qui se traduit par une multiplication des agressions contre les minorités, des militantes et militants du mouvement syndical, féministe, antiraciste, LGBT et progressiste.
Ces attaques sont favorisées par l’ouverture de nouveaux locaux fascistes dans plusieurs villes françaises comme Lille et Lyon, qui servent de lieux d’organisations à cette stratégie d’intimidation fasciste. À Lyon, il y a maintenant 4 locaux (PNF, GUD, Action Française et les identitaires), sans réaction réelle des autorités et de la ville de Lyon.
Face à ce constat, nous réaffirmons que nous ne nous laisserons pas intimider et nous en appelons à la solidarité et à une réaction large de toutes les composantes du camp progressiste.
Le groupe de Lyon de la Coordination des Groupes Anarchistes
http://lahorde.samizdat.net/2016/11/21/lyon-le-rassemblement-des-cathos-integristes-a-la-croix-rousse-cachait-une-attaque-violente-contre-une-librairie/


rassemblement a l'appel d'une membre du fn et proche de marine ........

_________________
"Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça." coluche
avatar
niouze

Messages : 5036
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum