R.I.P. .......................

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Aller en bas

R.I.P. ....................... Empty Re: R.I.P. .......................

Message  ivo le Jeu 10 Fév - 18:38

Frédéric Rabiller, "terroriste anti-radar", s’est suicidé
FRANCE INFO - 15:50

R.I.P. ....................... Rabiller-132e1-28dcb
Frédéric Rabiller, sur son lit d'hôpital, le 1er octobre 2008.
© RADIOFRANCE/ Anne Lamotte

Il se disait en guerre "contre la répression routière". Frédéric Rabiller, postier de métier, avait détruit une dizaine de radars automatiques en 2007. Il devait comparaître en correctionnelle au mois d’avril. Il s’est donné la mort cette nuit.
La mystérieuse "Fraction nationaliste armée révolutionnaire", c’était lui. Et lui seul... "Une création inoffensive de son cerveau", selon son avocat. Pas si sûr : c’est au nom de la FNAR qu’il avait détruit une dizaine de radars automatiques, voici quatre ans. Il devait d’ailleurs être jugé en avril.

Mais Frédéric Rabiller ne comparaîtra jamais en correctionnelle. Il s’est donné la mort cette nuit. En absorbant des médicaments.

Ce jeune postier, d’une trentaine d’années, devait être jugé devant le tribunal de grande instance de Paris pour "destruction d’engins d’utilité publique, et fabrication et détention de substances entrant dans la fabrication d’explosifs en relation avec une entreprise terroriste".

Après avoir détruit sa dizaine de radars, il avait écrit au ministère de l’Intérieur et à Paris-Match pour exposer des revendications assez floues - abaissement de la fiscalité et moins de répression - et exiger une rançon de quatre millions d’euros.

Quelques mois plus tard, il s’était grièvement blessé en manipulant des explosifs à son domicile. C’est sur son lit d’hôpital qu’une journaliste de France Info, Anne Lamotte, l’avait rencontré (voir article précédent).
ivo
ivo

Messages : 26731
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

R.I.P. ....................... Empty Re: R.I.P. .......................

Message  ivo le Mer 11 Mai - 11:09

Ainsi parlait Bob Marley
http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/culture/20110510.OBS2823/ainsi-parlait-bob-marley.html
R.I.P. ....................... 1771969
Bob Marley, peu avant sa disparition en 1981 (AP Photo/HQ/Sipa)

Pour ses fans, il était plus qu'un chanteur : un prophète. Bernard Loupias, qui l'a suivi en tournée pour "le Matin", se souvient de sa dernière rencontre avec le rastaman disparu le 11 mai 1981.

Article paru dans Le Nouvel Observateur du 17 mai 2001.

Juin 1980. Il est plus de 2 heures du matin dans cet hôtel bordelais. Des coups frappés à ma porte me réveillent brutalement. J'ouvre : c'est Tommy Cowan, le manager jamaïquain :"Bob veut te voir, maintenant ! ". Rhabillage express. Sous un éclairage au néon blafard, Marley attend, seul, assis près d'une table basse, pâle, les pommettes saillantes, les joues creuses et le regard fiévreux.

Je ne peux m'empêcher de penser au jeune dieu rayonnant d'énergie et de santé que j'avais déjà rencontré trois ans plus tôt à Londres, mais je mets cette transformation physique sur le compte du rythme infernal de la tournée. Il inspire profondément : "De quoi parle-t-on ?".

Bob Marley est en France pour une tournée qui commence le 3 à Grenoble. Elle accompagne la sortie d'"Uprising" (qui sera ? comment pouvions-nous alors le savoir? ? son dernier disque).

A l'époque, je travaille pour "le Matin", qui a demandé une interview en prévision du concert géant que "le pape du reggae" doit donner début juillet au Bourget, où plusieurs dizaines de milliers de personnes sont attendues. A Dijon, le 4 juin, pour cause de retards en cascade, rien n'a été possible. Le 11, j'ai retrouvé la tournée à Bordeaux. Le scénario est immuable. Rencontre avec la presse locale, match de foot, répétitions, concert. Celui de ce soir a eu lieu au Parc des Expositions devant 10000 personnes.

Lutte contre l'apartheid

Quand les Wailers sont entrés en scène, l'ovation a été assourdissante, interminable. Pendant que le groupe jouait en boucle les premières mesures de "Natural Mystic", Bob, immobile, les yeux clos, un index sur une tempe, l'autre pointé vers le ciel, a lâché en rugissant son inoubliable mantra, invocation à l'empereur d'Ethiopie, le dieu vivant des rastas: "Yeeeeaaaaahhh ! Salutations au nom de Sa Majesté impériale Hailé Sélassié I, Jah Rastafari, qui vit et règne éternellement, toujours plein de foi, toujours sûr. Ils disent que l'expérience amène la sagesse, mais il y a une mystique naturelle qui flotte dans l'air?" Deux heures de pure magie.

Après le concert, malgré la fatigue, Marley a reçu un groupe d'étudiants africains. Deux mois plus tôt, le 17 avril 1980, Bob Marley avait donné un concert historique au stade d'Harare, la capitale du Zimbabwe qui fêtait ce jour-là son indépendance, et cette nuit les questions tournent toutes autour de la lutte contre l'apartheid, des luttes de libération et de l'avenir du continent noir. Marley répond avec le plus grand sérieux, tout en grappillant distraitement dans son assiette.

Marley s'écroule pendant son jogging dans Central Park

Vers 2 heures, je décroche, certain que je n'ai plus aucune chance de m'entretenir avec lui. Mais Marley ne m'avait pas oublié. "Commençons par ce que vous venez de vivre au Zimbabwe", lui dis-je. Et pendant plus d'une heure et demie, d'une voix lasse mais en pesant chacun de ses mots, il laissera surtout éclater sa colère devant le cynisme des politiciens jamaïquains, dont la lutte pour le pouvoir ensanglante son pays.

"Une dernière question. Quel est le thème central d'"Uprising", dont la pochette représente un rasta poings levés sur fond de soleil levant ?" Marley se fige un instant et lâche ces simples mots : "La conscience. L'élévation du niveau de conscience." Il est bientôt 4 heures. Marley se lève, et me salue. Je ne sais pas encore que c'est un adieu.

Le 3 juillet, il triomphera au Bourget devant 50000 personnes. Mais le dimanche 21 septembre à New York, en pleine tournée américaine, c'est le drame. Marley s'écroule pendant son jogging dans Central Park. Il a eu, dira-t-il à ses proches, l'impression que son corps se "gelait". Le lendemain, les médecins diagnostiquent une tumeur cérébrale.

Mort à 36 ans

Pourtant, le soir même, 22 septembre, Marley donne le dernier concert de sa vie à Pittsburgh. Dans sa biographie du chanteur, Stephen Davis raconte : "Après quelques minutes d'ovations déchaînées, les Wailers revinrent pour les rappels. Seul avec sa guitare, Bob interpréta 'Redemption Song' ; le moment était si poignant que beaucoup de gens pleuraient dans les coulisses." Le lendemain, un communiqué annulait le reste de la tournée.

Le 7 octobre à Miami, où vivait alors sa mère, de nouveaux examens révéleront qu'il souffre non seulement d'une tumeur cérébrale mais que les poumons et l'estomac sont également atteints. Les médecins lui accordent cinq à six semaines à vivre. Bob Marley tiendra encore plus de six mois, pour succomber finalement le 11 mai 1981 à l'hôpital Cedars of Lebanon de Miami, entouré par Rita, sa femme, et Cedella Booker, sa mère. Il avait 36 ans.

Le 21 mai, je suis au National Arena de Kingston pour ses funérailles officielles. Quand on pénètre dans cet immense complexe sportif où 12.000 personnes se pressent dès 8 heures du matin, on devine tout de suite que la décoration des lieux a dû faire l'objet de négociations serrées entre le gouvernement et les Douze Tribus d'Israël, la secte rasta à laquelle appartenait Marley.

"Bob Marley est la superstar de la Jamaïque"

Derrière la scène où repose le cercueil est tendu l'immense portrait de l'empereur Hailé Sélassié I qui servait de toile de fond aux concerts des Wailers. A droite, les murs sont drapés aux couleurs éthiopiennes (rouge, jaune, vert), émaillés de portraits de l'empereur. A gauche, ils sont aux couleurs du drapeau jamaïquain (vert, jaune, noir) et ornés d'images de Marcus Garvey, héros national jamaïquain et prophète des rastas.

En 1976, "Time Magazine" écrivait: "Bob Marley est la superstar de la Jamaïque. Il rivalise avec le gouvernement comme force politique." Même mort, c'est encore le cas. Toute la classe politique est présente. Edward Seaga, le patron du JLP (Jamaican Labour Party, de droite) qui vient d'être élu Premier ministre, fait son entrée, entouré de ses gardes du corps. Accueil glacial. Les rares applaudissements sont parsemés de sifflets. La tension est d'autant plus palpable que quelques minutes auparavant Michael Manley, le leader du PNP (People National Party, gauche socialiste), a été ovationné : Manley, qui vient de gouverner le pays de 1972 à 1980, avait reçu le soutien implicite de la quasi-totalité des chanteurs de reggae, Marley en tête, comme du mouvement rasta, au moins au début de son mandat...

Un prêche enflammé

Les stars du showbiz arrivent : Jimmy Cliff et Roberta Flack, mais pas un seul rasta célèbre. Peter Tosh et Bunny Wailer sont absents. Pour les disciples du Négus, qui ne croient qu'à la vie, la mort est une illusion. Vers 9 heures, Rita Marley et ses enfants font leur entrée et s'assoient au premier rang. La cérémonie est présidée par l'archimandrite de New York, le plus haut dignitaire de l'Eglise éthiopienne orthodoxe pour l'hémisphère occidental, qui avait baptisé Bob Marley en novembre 1980 sous le nom de Berhane Sélassié. Au grand dam des rastas des Douze Tribus d'Israël, passablement courroucées par cette récupération in extremis.

On frôle d'ailleurs l'incident quand Alan "Skill" Cole, champion de l'équipe nationale de foot, un des plus vieux amis de Marley et membre éminent des Douze Tribus, est appelé à venir lire un extrait de la Bible. Une fois sur scène, il se lance dans un prêche enflammé, affirmant que "le seul Dieu est le Christ noir, réincarné en la personne de Sa Majesté impériale Hailé Sélassié I, empereur d'Ethiopie". Ovations dans les rangs rastas qui lui répondent par un "Jah Rastafari !" impressionnant.

Les ouvriers, massés le long de la route, saluent le poing levé

Panique du côté des dignitaires éthiopiens qui chargent un petit diacre de ramener "Skill" Cole à la lecture prévue : le pauvre garçon, écarté d'un geste violent, opère un repli prudent. Quand les Wailers montent sur scène, la cérémonie qui avait gardé jusque-là tant bien que mal un aspect protocolaire bascule dans la folie.

La foule se rue au-devant de la scène quand Rita Marley et les I Threes entonnent "Rastaman Chant", et c'est franchement le délire quand Ziggy et Stephen Marley, les deux fils de Marley, hauts comme trois pommes, viennent danser pour leur père. La cérémonie touche à sa fin.

Dans une bousculade homérique, le cercueil finit par être hissé sur la plate-forme d'un camion qui démarre en trombe vers Nine Miles, le hameau perdu au nord de l'île où Marley avait vu le jour. Le convoi longe d'abord Trench Town, le ghetto misérable où la star défunte passa sa jeunesse avant d'aborder une immense zone industrielle. Les ouvriers, massés le long de la route, saluent le poing levé, brandissent des portraits de Marley et des drapeaux éthiopiens qui claquent au vent.

"Bob vit !"

Plus loin, des paysans abandonnent leurs champs, s'entassent sur des camions ou enfourchent des motos pour venir grossir l'immense cortège. Dans les villages, les écoliers en uniforme dansent au son des disques de Marley que crachent les sound systems. Pas une once de tristesse, des sourires, une célébration de la vie. La caravane entame la montée vers Nine Miles dans un décor paradisiaque. Les derniers kilomètres se font au pas sur des chemins de terre, et c'est à pied que se finit le voyage. La dernière demeure de Bob est située en haut d'une colline, près de la petite baraque de planches où il avait vécu quelques-uns des plus paisibles moments de sa vie après son mariage avec Rita.

Porté à bout de bras par la foule, le cercueil de Bob est enfin glissé dans un petit mausolée construit à la hâte. Edward Seaga et les officiels sont repartis depuis longtemps. La lumière qui descend doucement dore la cime des arbres. Un parfum de ganja flotte dans l'air. Des rastas qui vont battre le tambour pendant des jours et des nuits pour le repos de l'âme du défunt allument leurs chalices (pipes à eau) et leurs feux. Sur la route du retour, dans un éclair, la lumière des phares, un homme seul qui brandit une pancarte sur laquelle on lit : "Bob vit !"

Bernard Loupias – Le Nouvel Observateur

Paru dans Le Nouvel Observateur du 17 mai 2001


R.I.P. ....................... Bob_marley_in_concert_zurich_05_30_8029
ivo
ivo

Messages : 26731
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

R.I.P. ....................... Empty Re: R.I.P. .......................

Message  Lib le Jeu 22 Sep - 10:49


_________________
"Quiconque a un jour bloqué une rocade assez longtemps pour entendre à nouveau le chant des oiseaux sait bien quelle sinistre vie s’interrompt avec le blocage de l’économie."
Lib
Lib

Messages : 1691
Date d'inscription : 16/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

R.I.P. ....................... Empty Re: R.I.P. .......................

Message  ivo le Jeu 6 Oct - 19:44

"Bad Apple" : le côté sombre de l’empire Apple
FRANCE INFO - 15:47
La mort de Steve Jobs a entraîné une avalanche de réactions dithyrambiques sur le cofondateur d’Apple, qualifié tour à tour de "génie" ou d’"inventeur incroyable". _ Mais des voix s’élèvent également pour dénoncer une entreprise peu respectueuse des conditions de travail et de l’environnement chez ses sous-traitants et un management digne d’un tyran.

R.I.P. ....................... Badapple900-7d8ef
A Foxconn (Chine), manifestation d'étudiants chinois pour protester contre les conditions de travail chez un sous-traitant d'Apple. L'usine est accusée d'empoisonner ses salariés
© REUTERS / Bobby Yip

Foxconn, en Chine, a régulièrement été le symbole des mauvaises conditions de travail en vigueur chez les sous-traitants d’Apple. Il s’agit d’une cité-usine numéro un mondial des composants pour ordinateurs qui fournit notamment des pièces à Apple, mais aussi Sony et Nokiaqui. Les conditions de travail sur place sont régulièrement dénoncées par des organisations indépendantes de défense des droits des travailleurs.

En 2010, le journaliste Jordan Pouille s’est rendu à Foxconn, où sont notamment fabriqués les iPhone 4. Il en a ramené une enquête pour La Vie, sur laquelle il revient sur son site (en anglais) et décrit ce lieu comparé à "un camp de concentration" dans un rapport d’universitaires chinois.

Le respect de l’environnement
Plusieurs rapports ont déjà mis en cause Apple en ce qui concerne la pollution de ses usines. Dernier en date : début septembre, des ONG ont publié un rapport intitulé "Bad Apple" (mauvaise pomme), dans lequel elles indiquaient que les entreprise chinoises fournissant le géant informatique polluaient gravement et durablement l’environnement. Les experts accusant Apple d’être conscient de la question mais de s’en désintéresser. Plus de 27 "fournisseurs présumés" d’Apple sont "responsables d’atteintes plus ou moins graves aux écosystèmes, en profitant des contrôles lacunaires en Chine, devenue l’atelier informatique du monde en raison de sa main-d’oeuvre très bon marché", accuse le rapport.

Le groupe répond en disant qu’Apple a réalisé des audits dans 97 usines à travers le monde l’an dernier, suite auxquels un rapport a également été publié. Le groupe américain indique qu’il a par la suite demandé à ses sous-traitants de se mettre aux normes.
ivo
ivo

Messages : 26731
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

R.I.P. ....................... Empty Re: R.I.P. .......................

Message  ivo le Lun 10 Oct - 9:55

Steve Jobs, ce dealer...
JEAN-PIERRE GAUFFRE - 7 OCTOBRE 2011
Curieux, cet hommage planétaire à Steve Jobs, le fondateur d’Apple, au lendemain de sa mort...
La version audio (2'02")

Croyez-moi ou pas, je m’étonne de voir tous ces hommages planétaires rendus à Steve Jobs, le créateur d’Apple, comme s’il était l’abbé Pierre ou mère Teresa… D’abord, devenir célèbre grâce à une pomme et une souris, excusez-moi, mais enfin, Isaac Newton et Walt Disney l’ont fait bien avant lui… C’est donc pas si nouveau que ça… Alors que tout le monde le présente comme un génie de l’innovation…

Il ne faut pas avoir peur de le dire… Steve Jobs était un redoutable dealer… Double d’un gourou de secte… Vous êtes déjà rentré dans un Apple store, un magasin Apple ? Ils sont tous habillés pareil, avec un t-shirt bleu et leur petit nom autour du cou… Ils sont tous souriants… Ils vous invitent à entrer dans un monde meilleur, où tout est plus beau, plus apaisant… Si ça c’est pas une secte…

Et pour vous attirer, ils font semblant de vous vendre des ordinateurs ou des téléphones… Mais c’est pas des ordinateurs ou des téléphones… C’est des Mac et des iPhone… Ca n’a rien à voir… Quand vous achetez un ordinateur courant, vous vous contrefichez de la marque… De toute façon, ils ont tous les mêmes logiciels, les mêmes écrans, les mêmes claviers… Alors qu’un Mac, non… C’est différent… Quand vous y touchez la première fois, c’est comme le hasch ou la cocaïne… Il vous faut votre dose quotidienne… Vous pouvez plus passer à autre chose après… Vous devenez accro…

Quand un nouveau modèle sort, enfin, un nouveau modèle… Un autre Mac, avec un port USB placé à gauche au lieu d’être à droite, un écran plus grand d’un demi tiers de quart de pouce, un clavier avec des touches blanches au lieu d’être noires… Enfin, des trucs fondamentaux, quoi… Vous n’en pouvez plus… Vous avez coché la date de sortie six mois avant dans votre agenda… Les huit derniers jours, c’est intenable, vous rongez tous vos ongles, vous n’allez plus travailler, vous oubliez de nourrir votre famille, vos enfants, votre chien… La veille, vous allez dormir devant le magasin, avec 3.250 autres drogués, pour être le premier à avoir la nouvelle version du Mac en question…

Et ils sont là, ils vous attendent, avec leur sourire, leur t-shirt bleu et leur petit nom autour du cou… Vous repartez avec le nouveau Mac, enfin, celui avec l’écran plus grand d’un demi tiers de quart de pouce, qui vous permet de faire exactement la même chose que l’ancien… Sauf qu’entre temps, votre compte bancaire s’est vidé de 1.500 euros… Un vrai dealer, je vous dis, ce Steve Jobs… C’est la réflexion que je me faisais en écrivant cette chronique sur mon Mac… Mais évidemment, vous n’êtes pas obligés de me croire…
ivo
ivo

Messages : 26731
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

R.I.P. ....................... Empty Re: R.I.P. .......................

Message  niouze le Lun 10 Oct - 11:32

j'aurais plus mis sa dans cette rubrique https://pavillonnoir.forumactif.org/t1705p15-de-l-art-du-rien-et-autres-serpents-de-mer

vu que la mort de steve machin j'en ai plutôt rien a foutre; le cancer tue encore et même les riches ....ah bon v'la la nouvelle

_________________
"Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça." coluche
niouze
niouze

Messages : 5054
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

R.I.P. ....................... Empty Re: R.I.P. .......................

Message  niouze le Lun 10 Oct - 11:47

c'était aussi une possibilité ^^ même si pour mi la blague du jours reste cette grande avancé pour la démocratie qu'ont été les primaires socialo R.I.P. ....................... 62110_vomit_boy02_vomit_puke_sick_smiley_emoticon_000653_large

_________________
"Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça." coluche
niouze
niouze

Messages : 5054
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

R.I.P. ....................... Empty Re: R.I.P. .......................

Message  niouze le Jeu 13 Oct - 16:04

drole de temps pour les informaticien sauf que la sans lui on ne serait rien (contrairement a l'autre dont on nous a rabâcher sa mort )
Dennis Ritchie, l'inventeur du langage C et papa d'Unix est décédé
Publiée par Olivier Robillart le Jeudi 13 Octobre 2011
Dennis MacAlistair Ritchie, inventeur du langage de programmation C et l'un des pères fondateurs d'Unix s'est éteint à l'âge de 70 ans. Méconnu du grand public, il laisse derrière lui un héritage conséquent.

Véritable pionnier de la programmation et du langage informatique, Dennis Ritchie était connu pour avoir élaboré le langage C (une évolution du langage B). A ce titre, il avait co-rédigé l'ouvrage « The C Programming Language » avec son confrère Brian Kernighan afin d'expliquer à tous les développeurs le fonctionnement de cette méthode.

Ritchie a également co-développé dans les laboratoires Bell les premières versions d'UNIX au début des années 70. Ce système d'exploitation multitâche a ensuite donné naissance à de nombreux OS comme BSD, GNU/Linux mais également Mac OS X ou plus récemment pour certains smartphones.

Pour beaucoup de développeurs, Dennis Ritchie représente une figure incontournable de la programmation. Il laisse derrière lui de nombreux supporters dont certains lui ont rendu hommage en écrivant notamment sur Twitter ce message : « son processus s'est terminé avec exit code 0 ».
http://www.clubic.com/unix/actualite-452454-dennis-ritchie-inventeur-langage-decede.html#ixzz1afLr1CZn

_________________
"Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça." coluche
niouze
niouze

Messages : 5054
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

R.I.P. ....................... Empty Re: R.I.P. .......................

Message  ivo le Ven 27 Jan - 8:47

un anonyme et le fisc ...


Un homme se suicide devant un centre des impôts
fr info
Un homme d'une cinquantaine d'années s'est suicidé d'une balle dans la tête dans la cour du centre des impôts de Créteil. Le fisc lui réclamait plusieurs dizaines de milliers d'euros.


Vers 14h30 cet après-midi, un homme est entré dans le centre des impôts de Créteil, dans la Val-de-Marne. Arrivé au guichet, il a remis à une employée un mot sur lequel il avait inscrit : "Vous voulez ma peau, vous l'avez".

Il est ensuite sorti du bureau et s'est suicidé dans la cour de ce grand
bâtiment en briques qui abrite la direction départementale des finances
publiques. Selon une source policière, son revolver était chargé de six balles.

Père de famille et architecte-urbaniste de profession, le quinquagénaire avait une dette de "plusieurs dizaines de milliers d'euros" auprès du Trésor public, a indiqué une source judiciaire. Une source syndicale confirme que le suicidé devait "une somme assez conséquente" à l'administration fiscale.

Le centre des impôts de Créteil est un gros site comptant 150 à 200
personnes, a précisé le syndicaliste, ajoutant que l'administration avait mis en place une cellule pour assister les personnels, avec notamment un psychologue et le médecin de prévention.
ivo
ivo

Messages : 26731
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

R.I.P. ....................... Empty Re: R.I.P. .......................

Message  ivo le Sam 10 Mar - 14:21

MOEBIUS IS OUT ...........


Blueberry orphelin : le dessinateur de BD Moebius est décédé ce matin
fr info
Selon une de ses proches collaboratrices, le dessinateur et scénariste de bande dessinée Jean Giraud alias Moebius est mort ce matin à Paris des suites d'une longue maladie. Il aurait eu 74 ans en mai prochain. Il restera notamment comme le créateur de la célèbre série Blueberry.

R.I.P. ....................... Moebius
Jean Giraud alias Moebius © Radio France

Connu sous le nom de Moebius et Gir, Jean Giraud a crée la bande-dessinée western Blueberry avec Jean-Michel Charlier. Une série née de sa passion pour les cow-boys et les indiens.

En 1985, il a été consacré "Meilleur artiste en arts graphiques" par Jack Lang, alors ministre français de la Culture, et a été décoré l'Ordre des Arts et des Lettres par François Mitterrand.

Moebius a travaillé avec le journal Pilote et l'Echo des savanes. C’est un des rares dessinateurs français à avoir illustré un comic américain, le Surfeur d'argent.

Les vies de Moebius retracées par Etienne Monin


http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Giraud
http://fr.wikipedia.org/wiki/Bibliographie_de_Jean_Giraud
http://www.moebius.fr/

R.I.P. ....................... Sphere
ivo
ivo

Messages : 26731
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

R.I.P. ....................... Empty Re: R.I.P. .......................

Message  ivo le Dim 11 Mar - 9:16

Moebius chevauche les étoiles
fr info
Jean Giraud Moebius a marqué des générations de lecteurs et d'auteurs de bande dessinée. Le dessinateur de Blueberry et créateur des Mondes d'Edena s'est éteint hier à l'âge de 73 ans. Il laisse des univers d'images inépuisables.

R.I.P. ....................... Blueb_web
Jean Giraud, Gir, Moebius, une vie de bandes dessinées © Jean Giraud Moebius / Dupuis / Les Humanoïdes associés

Au lendemain du grand départ de Jean Giraud – Moebius, combien d’images sont-elles repassées devant nos yeux ?

Celles des années Pilote, d’abord, quand celui qui avait été l’élève de Jijé, maître ès western, reprenait à son compte les grandes chevauchées. Ces décors de Messa indiennes se découpant sur l’immensité du ciel, son art de la mise en scène dynamique, ses corps en mouvement et le nez cassé de Blueberry, figure héroïque que celle du jeune Jean-Paul Belmondo avait inspirée sont inscrites à jamais dans l’histoire du 9e art.

Jean Giraud aurait pu n’être que cela qu’il aurait déjà gagné sa place au Panthéon de la bande dessinée. Il n’est qu’à regarder dans les bacs des libraires le nombre de ceux qui ont copié ses coups de plume, ses ombres hachurées et son pinceau réaliste.

Mais à tant fréquenter les déserts, à écouter, hypnotisé, le chant des chamans, à se laisser griser par les herbes magiques et, surtout, à rêver la tête dans les étoiles, Gir allait devenir Moebius, celui qui allait insuffler à la science-fiction des années 70 sa part d’introspection.

Arzach, Le Garage hermétique, Le Monde d’Edena furent autant de portes qui permirent au lecteur des magazines Métal Hurlant et À suivre de regarder ailleurs et autrement.

Invité de France Info à l’occasion de la grande rétrospective que la fondation Cartier pour l’art contemporain lui avait consacrée en 2010, il se définissait comme un moment charnière de l’histoire de la bande dessinée.

Toujours plus loin, toujours plus intime, Jean Giraud Moebius n’a jamais arrêté de chercher et d’innover. Dans ses derniers travaux, il tenait encore à l’équilibre entre le pur dessin, foisonnant, complexe et limpide, et des cases lâchées où il se met ironiquement en scène, Inside Moebius, pour reprendre le titre de ses ultimes carnets.


"Moebius était un modèle" confie le dessinateur Enki Bilal
fr info
Le dessinateur Enki Bilal a rendu hommage à Moebius, un "monstre sacré" une source d'inspiration qui "a donné de la force à cette expression graphique qu'est la bande dessinée". Le créateur du lieutenant Blueberry et de "L'Incal" est décédé ce matin à l'âge de 73 ans.

Enki Bilal rend hommage à Moebius, un "modèle"


Philippe Druillet : "Pour Moebius et moi, la bande dessinée a été un véritable combat"
fr info
Jean Giraud, alias Gir ou Moebius, est décédé ce matin à 73 ans. C'est l'un des piliers de la bande dessinée moderne qui vient de s'éteindre, père de Blueberry ou de John Difool, le héros de L'Incal. En 1975, avec quelques camarades dont le dessinateur Philippe Druillet, il avait créé la revue "Métal Hurlant". Et s'est longtemps battu pour qu'on reconnaisse la BD comme un art.

Philippe Druillet, co-créateur de Métal Hurlant avec Moebius et Jean-Pierre Dionnet


et aussi Le Cinquième Élément, Alien, Tron .....



ivo
ivo

Messages : 26731
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

R.I.P. ....................... Empty Re: R.I.P. .......................

Message  Groucho Marx le Dim 11 Mar - 11:14

encore un "daron" qui s'en va! Rolling Eyes
Groucho Marx
Groucho Marx

Messages : 411
Date d'inscription : 12/11/2010

Revenir en haut Aller en bas

R.I.P. ....................... Empty Re: R.I.P. .......................

Message  Lib le Mer 11 Avr - 13:29


_________________
"Quiconque a un jour bloqué une rocade assez longtemps pour entendre à nouveau le chant des oiseaux sait bien quelle sinistre vie s’interrompt avec le blocage de l’économie."
Lib
Lib

Messages : 1691
Date d'inscription : 16/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

R.I.P. ....................... Empty Re: R.I.P. .......................

Message  Groucho Marx le Mar 8 Mai - 8:53

j'ai retrouvé le post adéquat! cheers
http://next.liberation.fr/musique/2012/05/04/adam-yauch-des-beastie-boys-est-decede_816491
4 mai 2012
Adam Yauch des Beastie Boys est décédé

Adam Yauch, un des fondateurs du groupe américain Beastie Boys, pionnier du hip-hop, est mort vendredi à 47 ans, après s'être battu pendant trois ans contre un cancer, provoquant une vague d’hommages de la part d’artistes et d’anonymes du monde entier sur internet.

Plus connu sous son nom de scène «MCA», «le musicien, rappeur, militant et cinéaste» Adam Yauch «est mort dans sa ville natale de New York ce matin après un combat de près trois ans contre la cancer», ont indiqué les agents du groupe dans un communiqué après l’annonce de sa disparition sur des sites de presse.

L’artiste souffrait d’une tumeur des glandes salivaires, qui avait obligé le groupe à reporter une tournée en 2009 et à retarder leur dernier album, «Hot Sauce Committee Part Two», sorti en 2011 avec deux ans de retard.

Il laisse derrière lui son épouse et leur fille.

Il laisse aussi un héritage musical impressionnant avec des albums qui auront marqué l’histoire du hip-hop et toute une génération. En plus de trente ans de carrière, les Beastie Boys ont vendu 40 millions d’albums.

Originaire de Brooklyn, MCA, dont la silhouette élancée évoluait le plus souvent derrière une basse ou un clavier, avait fondé les Beastie Boys en 1979 avec ses amis Mike Diamond, dit «Mike D», et Adam Horowitz, «Ad-Rock». Le groupe, qui jouait à l’origine du punk, avait progressivement évolué vers le hip-hop dans les années 1980.

En 1986 ils sortaient «Licensed to Ill» avec le tube festif et rageur «(You Gotta) Fight For Your Right (To Party!)». Cet opus sera l’album de rap le plus vendu de la décennie et le premier à se classer numéro un des ventes, indique le magazine Rolling Stone.

Plus tard, il y aura l’album «Ill communication» et sa pépite, le plus grand tube du groupe, «Sabotage», ou encore le plus électronique «Hello Nasty» et son hit grinçant «Intergalactic».

Le groupe aux trois Grammys, la récompense la plus prestigieuse de la musique aux Etats-Unis, aura aussi marqué l’histoire du clip avec ses réalisations loufoques et burlesques comme la vidéo de «Sabotage» réalisée par Spike Jonze.

Après avoir chapoté la réalisation de plusieurs clips du groupe, MCA avait produit des documentaires dont «Exit Through The Gift Shop» («Faites le mur», en France), sur l’art urbain, qui avait été nommé aux Oscars en 2011.

L’annonce de la mort de MCA suscitait vendredi les réactions émues de célébrités et d’anonymes sur internet. Sur Twitter, le «hashtag» #RIPMCA (repose en paix MCA) faisait partie des mots clés les plus utilisés en milieu de journée.

«Repose en paix MCA, tu es une légende et un pionnier», a écrit une autre légende du rap, Snoop Dogg, sur Twitter.

«C’est une nouvelle tellement triste», a déclaré le chanteur britannique Boy George sur Twitter. MCA fait «partie de l’histoire du hip-hop. Repose en paix».

«Repose en paix MCA. Tu es une légende (...). Lenny», a renchéri le chanteur américain Lenny Kravitz.

«Anéanti d’apprendre la mort d’Adam Yauch. C'était un vrai pionnier artistique. Mes pensées et prières vont à sa famille et ses proches», a insisté le chanteur et acteur Justin Timberlake.

En France, le cinéaste Mathieu Kassovitz a tweeté : «le hip-hop vient de mourir. Repose en paix Adam».

Yauch était aussi connu pour ses prises de position politique. Ce végétarien militait pour la défense des Tibétains, cause pour laquelle il avait organisé des concerts de soutien, rappelle le site internet spécialisé sur les célébrités TMZ.

(AFP)
Groucho Marx
Groucho Marx

Messages : 411
Date d'inscription : 12/11/2010

Revenir en haut Aller en bas

R.I.P. ....................... Empty Re: R.I.P. .......................

Message  ivo le Jeu 17 Mai - 19:33

Dernière danse pour Donna Summer, reine du disco
fr info
La chanteuse, âgée de 63 ans, a succombé à un cancer, selon un communiqué publié par sa famille. Elle a été l'un des mythes de la période disco, dans les années 70 et 80, avec des tubes comme "Hot Stuff", "I Feel Love" ou "Last Dance".

R.I.P. ....................... SIPA_ap20884748_000042
Donna Summer en 2009, lors d'un concert pour le prix Nobel de la Paix à OsloSIPA / John McConnico

Elle est née LaDonna Andrea Gaines le 31 décembre 1948 à Boston. Mais c'est sous le nom de Donna Summer que la chanteuse américaine a connu la gloire. Dès l'âge de dix ans, elle était soliste dans le choeur de son église. En 1967, elle abandonne l'école et devient chanteuse professionnelle, avant de partir à 19 ans en Europe pour jouer dans de nombreuses comédies musicales, dont la version allemande de Hair.

Dans les années 70, elle interprète de nombreux tubes de l'époque disco : "Hot Stuff", "She works hard for the money", "Could it be magic". Elle sera surtout reprise par des chanteurs du monde entier, de Kylie Minogue à Alain Chamfort, de Madonna à Beyoncé. Dans toute sa carrière, elle a vendu plus de 130 millions de disques.
ivo
ivo

Messages : 26731
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

R.I.P. ....................... Empty Re: R.I.P. .......................

Message  ivo le Mar 29 Mai - 9:55

Quand les grillages de 2 m n'arrêtent pas les suicides : "C'est terriblement complexe" (SNCF)
fr info
Douze personnes se sont suicidées ce week-end sur les rails. Un niveau inédit, qui inquiète la SNCF. Gérer les retards c'est une chose, prévoir ou prévenir le désespoir en est une autre. Michel Pronost, porte-parole de la SNCF

"C'est la première fois que l'on enregistre un tel chiffre"
Michel Pronost répond à Gilbert Chevalier
ivo
ivo

Messages : 26731
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

R.I.P. ....................... Empty Re: R.I.P. .......................

Message  ivo le Mer 6 Juin - 19:27

L'écrivain de science-fiction Ray Bradbury est mort à 91 ans
fr info
L'écrivain américain de science-fiction Ray Bradbury est mort hier soir à Los Angeles, des suites d'une longue maladie. Il avait 91 ans. Il est notamment l'auteur des "Chroniques martiennes" et de "Fahrenheit 451".

C'est une légende de la science-fiction et un auteur prolifique qui s'éteint. Auteur de cinq cents nouvelles, une trentaine de romans, des contes, des poèmes, Ray Bradbury est mort à l'âge de 91 ans. Il a notamment écrit des "Chroniques martiennes" et "Fahrenheit 451", classique de l'anticipation paru en 1953, qui fut porté à l'écran par François Truffaut. "La chose la plus amusante dans ma vie, c'était de me réveiller chaque matin et de courir jusqu'à la machine à écrire parce que j'avais eu une nouvelle idée", se réjouissait-il en 2000.

Né le 22 août 1920 à Waukegan (Illinois, nord des Etats-Unis), Raymond Douglas Bradbury a découvert la littérature à l'âge de 7 ans avec Edgar Poe. Fils d'un père technicien et d'une mère d'origine suédoise, il a 14 ans lorsque ses parents s'installent à Los Angeles. Il a 17 ans lorsque sa nouvelle "Script" est publiée dans une revue de science-fiction.

"Le monde a perdu l'un des plus grands écrivains que j'ai connus, et un des hommes les plus chers à mon coeur. Repose en paix Ray Bradbury", déclare sur son compte Twitter Danny Karapetian, petit-fils de la légende de la science-fiction :

Danny Karapetian@dannykarapetian
The world has lost one of the best writers it’s ever known, and one of the dearest men to my heart. RIP Ray Bradbury (Ol’ Gramps).
ivo
ivo

Messages : 26731
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

R.I.P. ....................... Empty Re: R.I.P. .......................

Message  spike le Mer 6 Juin - 20:21


"Fahrenheit 451"

Juste superbe!
spike
spike

Messages : 3721
Date d'inscription : 19/05/2009

http://anarchietotale.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

R.I.P. ....................... Empty Re: R.I.P. .......................

Message  niouze le Mer 6 Juin - 21:03

effectivement sont adaptation au ciné est vieillotte mais pas mal aussi !!

_________________
"Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça." coluche
niouze
niouze

Messages : 5054
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

R.I.P. ....................... Empty Re: R.I.P. .......................

Message  ivo le Dim 17 Juin - 19:23

20 ans après les émeutes de Los Angeles, mort de Rodney King
fr info
En 1992, l'acquittement des quatre policiers blancs qui avait brutalisé ce jeune noir avait été à l'origine des émeutes raciales de Los Angeles. La vidéo de la scène avait fait le tour du monde. Rodney King a été découvert mort au fond de sa piscine. Il avait 47 ans.

R.I.P. ....................... Rodney
Rodney King en avril dernier © Reuters Shannon Stapleton

L'histoire commence le 3 mars 1991 quand quatre policiers blancs passent à tabac un jeune noir devant la caméra d'un vidéaste amateur. Un an plus tard, le 29 avril 1992, les quatre hommes sont blanchis par un jury composé dix Blancs, un Hispanique et un Asiatique.
La manifestation de quelque 100.000 personnes va vite dégénérer en violences, pillages et incendies. L'armée sera appelée en renfort. Ces émeutes, qui vont durer plusieurs jours, feront 53 morts, des milliers de blessés et des dégâts estimés à un milliard de dollars.


En avril dernier, Los Angeles a commémoré ces émeutes. L'occasion pour Rodney King de publier un livre, et d'assurer qu'il avait pardonné aux quatre policiers, "parce que les Etats-Unis m'ont pardonné de nombreuses choses et m'ont donné de nombreuses opportunités. Il faut pouvoir avoir une seconde chance et moi je l'ai eue. Si tout cela s'était passé dans les années 50 ou 60... je n'aurais pas survécu. Je n'aurais pas écrit ce livre."
........
ivo
ivo

Messages : 26731
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

R.I.P. ....................... Empty Re: R.I.P. .......................

Message  niouze le Lun 30 Juil - 16:18

Chris Marker est mort dimanche à son domicile parisien, à l’âge de 91 ans. Le réalisateur de « La Jetée » (1962) ou « Le fond de l’air est rouge » (1978) laisse une œuvre foisonnante, qui a inspiré des générations de cinéastes et documentaristes, français et étrangers.

du coup pour ceux qui l'aurait pas vu je vous laisse son oeuvre la plus connu la jetée , film fait de photo et d'une voie off racontant l'histoire (qui a inspiré l'armée des douze singe de terry gilliam)



_________________
"Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça." coluche
niouze
niouze

Messages : 5054
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

R.I.P. ....................... Empty Re: R.I.P. .......................

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum