dynasties françaises

Aller en bas

dynasties françaises Empty dynasties françaises

Message  ivo le Jeu 12 Mai - 9:40

Liliane Bettencourt et les fantômes de l'Occupation
http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/societe/20110507.OBS2597/liliane-bettencourt-et-les-fantomes-de-l-occupation.html
dynasties françaises 1762082
"Un jour tu m'as beaucoup blessée. Tu m'as dit que je n'aimais pas Jean-Pierre parce qu'il était juif", reprochera, beaucoup plus tard, Liliane à Françoise. Un milliard de secrets, par Marie-France Etchegoin. (SIPA)

Amour, trahisons, pouvoir... Dans "Un milliard de secrets" qui paraît aux éditions Robert Laffont, Marie-France Etchegoin (Nouvel Observateur) dévoile les dessous de la famille Bettencourt. En voici un premier extrait.

Quel est le secret de François-Marie Banier ? Comment s’est-il introduit au cœur de l’une des plus grandes fortunes de France ? Dans son enquête, nourrie de nombreux documents inédits, Marie-France Etchegoin révèle avec quelle maestria le photographe a su surfer sur les névroses familiales et exploiter un passé douloureux : le père de Liliane Bettencourt, Eugène Schueller, fondateur de l’Oréal, a été un ultra de la collaboration.

Son mari André, ancien ministre, a écrit des articles violemment antisémites avant de s’engager dans la Résistance.

Sujet sensible

A la génération suivante, Françoise, la fille de la milliardaire, semble avoir voulu expier les fautes du père et du grand père : elle a épousé Jean-Pierre Meyers, le petit-fils d’un rabbin exterminé à Auschwitz.

Banier a fait son miel de cette généalogie compliquée. Un sujet ô combien sensible chez les Bettencourt comme en témoigne cette scène.

Nous sommes au 18, rue Delabordère, à Neuilly-sur-Seine. Liliane Bettencourt discute comme à son habitude avec son gestionnaire de fortune, Patrice de Maistre. Extrait.



"Le gestionnaire de fortune : On vous a regrettée, hier soir. La chorale était magnifique… C'était plein. J'étais à côté de votre petit-fils…

La milliardaire : Il y avait sa mère ?

Le gestionnaire de fortune : Oui, elle m'a dit, en me montrant son invitation où il y avait marqué "Mme Meyers" : Ce n'est pas gentil de ne pas mettre le nom complet, "Mme Bettencourt-Meyers". J'ai eu envie de lui dire : Je ne suis pas secrétaire, désolé. Mais votre petit-fils, c'est la première fois que je le voyais… Je l'ai trouvé bien…

La milliardaire : Grand ?

Le gestionnaire de fortune : Oui.

La milliardaire : Et distingué ?

Le gestionnaire de fortune : Oui.

La milliardaire : Pas trop juif ?

Le gestionnaire de fortune : Physiquement, avec ses lunettes… il est un peu… bon, mais quand il s'exprime…

La milliardaire : Mais ses lunettes, il faut bien qu'il les porte.

Les secrets de famille n’ont souvent de secret que l’apparence. Ils restent cachés parce qu’ils sont simplement trop déplaisants pour être regardés. En 1991, alors que le scandale du "L’Oréal parallèle" éclate (1) , François-Marie Banier réalise que l’ombre du passé pèse sur les Bettencourt encore plus qu’il ne l’avait imaginé jusque là.

En particulier sur les relations entre la mère et la fille, même si ces "choses là" n’ont longtemps été effleurées qu’à demi-mots. "Un jour, tu m’as beaucoup blessée. Tu m’as dit que je n’aimais pas Jean-Pierre parce qu’il était juif" écrira, beaucoup plus tard, Liliane à Françoise.

Destins contraires

Françoise, la petite fille du cagoulard antisémite, Eugène Schueller, a en effet épousé un juif, Jean-Pierre, lui même petit- fils d’un héros assassiné à Auschwitz, Robert Meyers. Un raccourci qui dit à lui seul la détermination de Françoise quand elle a choisi son époux. (…)

Comment une union entre deux êtres issus de familles aux destins si contraires aurait-elle pu être simple ? Pour Liliane Bettencourt, qui idolâtre son père, il y a dans le choix de Françoise une forme de défi et le rejet explicite d’une partie de l’histoire familiale (…)

Mésalliance

Pour les intimes de la milliardaire comme pour les proches du couple, il ne fait aucun doute que Liliane Bettencourt a rêvé d’un autre mari pour sa fille. "Pour elle, ce mariage est une chose épouvantable. Une mésalliance" (…).

Avant le mariage, l’héritière n’en a pas fait mystère Elle revendique ce droit élémentaire des belles-mères, quelles que soient les origines de son gendre. "J’ai été très entourée de juifs dans ma vie affective. Tu as dû même t’en rendre compte !" se défendra-t-elle plus tard dans une lettre à sa fille. (…)

Est-ce un hasard si la bonne fortune de François-Marie coïncide avec la mise au pilori d’Eugène, puis d’André Bettencourt ? C’est au milieu des années 90, alors que la face grimaçante de Schueller ressurgit et que l’antisémitisme "juvénile" de son mari est découvert, que l’héritière commence à couvrir l’artiste d’or."

(1) en 1991, on découvre qu’Eugène Schueller a embauché, après guerre, ses
anciens amis "cagoulards" ou "collabos" chez l’Oréal.


http://fr.wikipedia.org/wiki/Liliane_Bettencourt
http://fr.wikipedia.org/wiki/Andr%C3%A9_Bettencourt
http://fr.wikipedia.org/wiki/L'Or%C3%A9al
ivo
ivo

Messages : 26731
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

dynasties françaises Empty Re: dynasties françaises

Message  ivo le Jeu 28 Sep - 11:37

La belle histoire de L’Oréal
https://lundi.am/Hommage-a-Liliane-Bettencourt
En 1907,

alors qu’Einstein invente la relativité et que Picasso

peint ses demoiselles,

Eugène Schueller,

jeune brillant chimiste français d’origine alsacienne

conçoit une formule

permettant de teindre les cheveux.

Du nom d’une coiffure féminine

alors à la mode,

et rappelant une auréole

il la baptise ’l’Auréale’,

et,

pour pénétrer le marché de la grande consommation

il acquiert la Société des Savons français,

plus connue sous le nom de sa marque :

Monsavon.

C’est ainsi qu’en 1936,

L’Oréal devient une SARL,

et

qu’ Eugène Schueller

devenu riche,

peut investir

dans la formation d’un groupe d’extrême droite

nommé « Comité secret d’action révolutionnaire » ,

mais

plus connu sous le surnom de Cagoule

groupe

dont André Bettencourt fait partie

et

qui se réunit au siège de l’Oréal.

Pendant l’Occupation,

André Bettencourt dirige La Terre française.

revue collaborationniste,

et

En 1942, Eugène Schueller envoie André Bettencourt en Suisse

afin d’« aryaniser » la société Nestlé

dont il est devenu l’un des principaux actionnaires.

Après guerre,

La filiale de L’Oréal en Espagne est créée

par Henri Deloncle,

le frère d’Eugène,

elle emploie le cagoulard Jean Filliol,

condamné en tant que co-responsable du massacre d’Oradour-sur-Glane,

qui échappe ainsi

à l’exécution de sa peine,

et engage

par ailleurs

François Mitterrand

comme directeur général du magazine Votre Beauté, dédié à la promotion des produits Loréal.

Car

tout se tient
ivo
ivo

Messages : 26731
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum