[中国- Chine] 一般信息- Informations générales

Page 2 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Aller en bas

[中国- Chine] 一般信息- Informations générales - Page 2 Empty Re: [中国- Chine] 一般信息- Informations générales

Message  ivo le Ven 25 Fév - 10:42

"Rassemblements du jasmin": le site LinkedIn censuré en Chine
(AFP) – Il y a 2 heures
http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5i09KueOugvfzdH0C8XTksQKiYC1Q?docId=CNG.2d8540036e471dcfd19fa373c4ffb8d1.81
PEKIN — Le site américain LinkedIn, réseau social professionnel sur Internet, a annoncé vendredi être bloqué en Chine, après avoir été le vecteur d'une campagne pro-démocratie en ligne inspirée par la "révolution du jasmin" en Tunisie.
"Nous confirmons que l'accès à LinkedIn est bloqué pour certains en Chine. Cela semble faire partie d'une opération (de censure) plus large qui est en cours actuellement en Chine et qui concerne également d'autres sites", a indiqué à l'AFP Hani Durzy, porte-parole de la société.
Un appel sur Internet, inspiré par les mouvements de contestation dans le monde arabe, invite les Chinois à se rassembler tous les dimanches dans 13 villes pour demander plus de transparence gouvernementale et de liberté d'expression.
Des tentatives d'une journaliste de l'AFP pour se connecter vendredi depuis Pékin à LinkedIn se sont révélées infructueuses.
"Je suis pratiquement sûr qu'il (LinkedIn) a été bloqué parce qu'il contenait énormément de messages sur les appels aux manifestations du jasmin", a déclaré Jeremy Goldkorn, rédacteur en chef du site d'informations danwei.org, qui est également bloqué par la censure.
La semaine dernière, la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton a plaidé pour la liberté sur l'internet, affirmant que les pays qui censurent la Toile risquaient de subir un retour de bâton.
"Ceux qui répriment la liberté sur internet arrivent peut-être à empêcher l'expression pleine et entière des aspirations de leur peuple pendant un moment, mais pas pour toujours", a-t-elle averti.
Mme Clinton a cité la Chine, Cuba, l'Iran, la Birmanie, la Syrie et le Vietnam parmi les pays qui restreignent la liberté sur l'internet.
Créé en Californie et lancé en mai 2003, LinkedIn vise à mettre en relations les professionnels, qui peuvent joindre les contacts de leurs contacts et ainsi élargir leur réseau.
Le site revendique 85 millions de membres dans 200 pays, dont environ la moitié aux Etats-Unis. Il est disponible en six langues dont le français.
Orienté vers les cadres et dirigeants d'entreprise, il permet aux inscrits d'exposer leur CV et de suivre l'actualité de leurs relations professionnelles.
Copyright © 2011 AFP
ivo
ivo

Messages : 26731
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

[中国- Chine] 一般信息- Informations générales - Page 2 Empty Re: [中国- Chine] 一般信息- Informations générales

Message  ivo le Dim 27 Fév - 11:26

La Chine craint des rassemblements, la presse étrangère rappelée à l'ordre
http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5jADoFfjJw-SmBRe4xSVLLlJ_V1rg?docId=CNG.c0d4c3d2c483549104e6c62d1cbbc5e6.c1
PEKIN — De nombreux médias étrangers à Pékin ont reçu vendredi des convocations ou des coups de téléphone des autorités chinoises leur enjoignant de "respecter les règlements", à la veille d'un week-end où les Chinois ont été appelés à des "rassemblements du jasmin".
A Pékin, l'une des 13 villes concernées, le McDonald's devant lequel la population a été appelée à se retrouver sur le site basé à l'étranger boxun.com a vu sa façade entourée de palmiers et de barrières de chantier qui empêchent l'accès.
Comme de nombreux autres médias accrédités en Chine, l'AFP a reçu un appel du Bureau de la sécurité publique de Pékin rappelant que les journalistes étrangers devaient préalablement demander à toute personne interviewée son accord et toujours porter leur carte de presse.
La presse en langue anglaise et chinoise a publié vendredi un entrefilet réintérant cette règlementation. "Les journalistes doivent déposer une demande d'autorisation (...) avant de mener une interview, selon le Bureau d'information de la municipalité de Pékin", était-il écrit sans préciser auprès de qui déposer cette demande.
Les autorités sont visiblement nerveuses de voir des rassemblements se produire, potentiellement dans 13 villes du pays.
"Nous invitons chaque participant à se promener, à observer, voire à prétendre qu'il ne fait que passer. Pour peu que vous soyez présents, le gouvernement autoritaire va trembler de peur", ont assuré les initiateurs des rassemblements, qui se veulent dans l'esprit de la "révolution du jasmin" tunisienne qui a vu la chute du régime Ben Ali.
L'appel sur l'internet invite les Chinois à se rassembler pour demander plus de transparence gouvernementale et de liberté d'expression.
Dimanche dernier, pour le premier appel dont on ne sait de qui ou quel groupe il émane, le déploiement policier, notamment à Pékin et Shanghai, avait été largement dissuasif.
Des dizaines de militants chinois des droits de l'Homme font l'objet de poursuites par la police pour avoir relayé l'appel à la population à se rassembler, a affirmé vendredi le Centre d'information pour les droits de l'Homme et la démocratie.
"La répression actuelle menée par le gouvernement contre les militants pourrait être l'une des plus draconiennes de ces dernières années", a estimé le CHRD.
Copyright © 2011 AFP

Chine: Wen répond aux inquiétudes le jour d'un appel à manifester
http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5go--nYjCIZO44-T65B9qvp0zjWsw?docId=CNG.761ec92d8d58f5ce676f284f0528640d.5d1
PEKIN — Le Premier ministre chinois Wen Jiabao a tenté de répondre dimanche aux principaux sujets d'inquiétude de la population, inflation, corruption et logement, le jour d'un nouvel appel à manifester dans 13 villes du pays.
Le déploiement policier dans les villes concernées, notamment Pékin, a été très important et apparemment aucune manifestation n'a eu lieu après l'appel circulant sur l'internet et inspiré par les révoltes dans le monde arabe, en faveur de plus de "transparence du gouvernement" et de "liberté d'expression".

"Notre développement économique a pour objectif de répondre aux besoins croissants de la population sur le plan matériel et culturel et de rendre leur vie toujours meilleure", a assuré M. Wen lors d'une conversation avec des internautes.
Il a également indiqué que le gouvernement allait s'attaquer à la spéculation immobilière, augmenter l'offre de logements, assurer une production suffisante de céréales et des produits de première nécessité.
"La hausse rapide des prix a affecté la vie des gens et même la stabilité sociale", a reconnu le Premier ministre,"on peut sans aucun doute contenir l'inflation".
L'augmentation des prix alimentaires, du logement, ainsi que ceux des produits de première nécessité constituent actuellement la première préoccupation des Chinois et donc de leurs dirigeants, visiblement très inquiets devant les insurrections au Moyen-Orient.
En janvier, l'inflation a atteint 4,9% malgré une série de hausses des taux d'intérêt et des réserves obligatoires des banques, et les prix alimentaires flambent.
M. Wen a également annoncé un objectif de croissance plus contrôlée.
"Dans le plan quinquennal (2011-2015), nous sommes convenus d'atteindre un objectif de croissance de 7%", a-t-il déclaré, révisant à la baisse l'objectif habituel de 8%.
La Chine, devenue l'an dernier la deuxième économie mondiale, a vu son PIB augmenter de 10,3% en 2010.
Les engagements de M. Wen ont été formulés à une semaine de l'ouverture, samedi, de la session du Parlement qui planchera sur le plan quinquennal.
Apparemment, aucune manifesation n'a eu lieu dimanche en dépit du mystérieux appel lancé sur l'internet invitant les Chinois à se rassembler tous les dimanches dans 13 villes à 14H00 locales (06H00 GMT).
A Pékin, des centaines de policiers en uniforme et des centaines d'autres en civil veillaient au maintien de l'ordre dans la rue Wanfujing où les Chinois avaient été appelés à manifester.
Le restaurant McDonald's --point de ralliement -- était bondé: clients mais aussi journalistes étrangers et policiers en civil équipés d'oreillettes les photographiant ou les filmant.
L'ambiance s'est nettement tendue vers 15H00 (07H00 GMT) lorsque plusieurs journalistes voulant filmer ont été rapidement encerclés par des dizaines de policiers et empêchés de travailler, avec brutalité.

Des journalistes de l'AFP ont été témoins de scènes au cours desquelles des confrères étrangers ont été rudoyés par des policiers extrêmement nerveux exigeant qu'ils arrêtent de filmer.
Au moins une dizaine de journalistes, français, américains, espagnols ou allemands, se sont retrouvés au commissariat de police de Wanfujing.
A Shanghai, aucune protestation n'a apparemment eu lieu non plus et la police était nombreuse rue Hankou, près de la Place du peuple, endroit annoncé comme celui du ralliement.
Plusieurs personnes ont été embarquées à bord de trois fourgonnettes, a constaté l'AFP, sans que l'on puisse établir si elles manifestaient.
Des dizaines de militants chinois des droits de l'Homme font l'objet de poursuites pour avoir relayé l'appel à la population à se rassembler, avait affirmé vendredi le Centre d'information pour les droits de l'Homme et la démocratie.

Copyright © 2011 AFP

[中国- Chine] 一般信息- Informations générales - Page 2 ALeqM5jGvRWFIgzhVmqM5vaJMoy_roHA3w?docId=photo_1298799606021-1-0&size=l

[中国- Chine] 一般信息- Informations générales - Page 2 ALeqM5jC5BoVpd0wY91eXeWSKWzczUd_0w?docId=photo_1298799785635-1-0&size=l
ivo
ivo

Messages : 26731
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

[中国- Chine] 一般信息- Informations générales - Page 2 Empty Re: [中国- Chine] 一般信息- Informations générales

Message  ivo le Lun 28 Fév - 10:20

CHINE - Article publié le : dimanche 27 février 2011 - Dernière modification le : lundi 28 février 2011
En Chine, la police empêche le rassemblement à Pékin annoncé sur internet
http://www.rfi.fr/asie-pacifique/20110227-chine-police-empeche-le-rassemblement-pekin-annonce-internet
Les révoltes arabes inquiètent les dirigeants, jusqu'en Chine. Un appel à manifester avait été lancé sur internet, pour ce dimanche 27 février 2011 dans 23 villes du pays. Manifestation pour réclamer davantage de transparence et la liberté d'expression. Le Premier ministre s'est efforcé d'essayer de répondre aux attentes dans un tchat avec des internautes, mais sur le terrain, les forces de l'ordre se sont déployées en masse pour empêcher d'éventuelles manifestations.

Avec notre correspondant à Pékin, Stéphane Lagarde

Trois conseils circulaient sur Internet ce dimanche avant les manifestations :
1). Ne prenez pas de photo
2). Soyez à l’aise, faite comme si vous vous promeniez
3). Ne regardez surtout pas les policiers dans les yeux

Et c’est vrai qu’en ce début de dimanche après midi, les forces de l’ordre, en uniforme comme en civil, étaient plus nombreuses que les badauds dans le quartier commerçant de Wangfujinj au centre de la capitale chinoise.
Comme la semaine dernière, rendez-vous a été donné à 14 h devant un fast-food américain. « Tout le premier étage est occupé par des hommes d’une quarantaine d’année. Ils ont apporté leur propre boisson, ils ne commandent rien », raconte un internaute sur Twitter.


Empêcher la presse de faire des images

Un quart d’heure plus tard, le rideau de fer du magasin est tiré. Un camion de la voirie inonde la chaussée. La foule se range sur les trottoirs. Dans la rue piétonne, des policiers demandent aux journalistes étrangers de les suivre. Les agents relèvent les identités, l’objectif étant surtout d’empêcher caméramans et photographes de faire des images du rassemblement.

Tout le quartier est alors bouclé. Voitures de police et cordons de policiers sont postés à toutes les entrées. Les caméras de surveillance balayent chaque coin de trottoir et enregistrent les visages des personnes présentes. Même chose du côté de la place Tiananmen ou encore sur l’avenue Nan Chi Zi Dajie.

Le long de l’ancien mur d’enceinte marquant la cité impériale des Mings on compte un « volontaire de la sécurité de la capitale » tous les 100 mètres. Parka blanche toute neuve, brassard rouge : « l’équipement nous a été donné par le bureau de la sécurité publique », confie une soixantenaire. A 15 heures, les forces de l’ordre lèvent les barrages. La manifestation n’a pas eu lieu.

Un journaliste de Bloomberg roué de coups par la sécurité à Pékin
publié le 28/02/2011 à 09:24
http://www.lexpress.fr/actualites/1/economie/un-journaliste-de-bloomberg-roue-de-coups-par-la-securite-a-pekin_966945.html
PEKIN - Un journaliste de Bloomberg News accrédité en Chine a été roué de coups par des membres de la sécurité dimanche à Pékin où il couvrait un appel à des manifestations et a dû recevoir des soins à l'hôpital, a annoncé lundi le groupe de presse américain.
La police avait été déployée en masse dimanche notamment à Pékin, empêchant dans un climat très tendu toute velléité de contestation lors de "rassemblements du jasmin" auxquels avaient été appelés les Chinois dans 13 villes par un site internet.
Le journaliste a été encerclé par au moins cinq hommes en civil qui lui ont donné des coups de poing et des coups de pied, avant de lui confisquer sa caméra et de l'entraîner dans un magasin voisin de la rue Wanfujing.
Il a ensuite été amené au commissariat par des policiers en uniforme.
Bloomberg n'a pas précisé la gravité de ses blessures mais a indiqué que le vidéaste avait dû se rendre à l'hôpital pour recevoir des soins.

A Pékin, des centaines de policiers en uniforme et des centaines d'autres en civil, parfois accompagnés de chiens policiers, ont fait une démonstration de force dimanche rue Wangfujing, restreignant l'accès et empêchant sans ménagement les journalistes, surtout les vidéastes et photographes, de travailler. Une douzaine de journalistes ont été embarqués au poste de police.
L'ambassade des Etats-Unis a qualifié les brutalités contre la presse étrangère en Chine d'"inquiétantes".

"Nous appelons le gouvernement chinois à respecter les droits des journalistes étranger à informer sur la Chine et demandons instamment à la Sécurité publique d'assurer la sécurité de toute personne victime de harcèlement ou intimidation", a déclaré le porte-parole de l'ambassade, Richard Buangan, dans un communiqué.
"Nous appelons aussi la Chine à respecter les libertés fondamentales reconnues dans le monde, y compris la liberté d'expression", a-t-il ajouté.
Le Club des correspondants de presse étrangers en Chine (FCCC, organisation "illégale" pour Pékin) s'est dit "outré" par l'agression d'un journaliste "qui essayait de faire son travail".
Dans un communiqué, le FCCC "appelle le gouvernement chinois à assurer la sécurité physique de tous les journalistes travaillant en Chine".
La sécurité était très forte également à Shanghai, autre ville concernée par l'appel lancé à des "rassemblements du jasmin", dans l'esprit de la révolution tunisienne, en faveur de plus de transparence gouvernementale et de liberté d'expression.
Les autorités chinoises sont visiblement très nerveuses à l'idée d'une contagion et déterminées à tuer dans l'oeuf toute protestation.

Les reportages télévisés sur Wanfujing ont été censurés en Chine sur CNN et TV5 notamment, laissant la place à un écran noir.
La municipalité de Pékin avait appelé les médias étrangers accrédités en fin de semaine, leur demandant de soumettre des demandes d'autorisation pour toute interview et, dans certains cas, de ne pas chercher à se rendre rue Wanfujing, principale artère commerciale de Pékin, non loin de la place Tiananmen.


Par AFP


Chine: appels à des rassemblements
AFP 28/02/2011 | Mise à jour : 09:12
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2011/02/28/97001-20110228FILWWW00395-chine-appels-a-des-rassemblements.php
Les forces de sécurité chinoises ont beau empêcher par la force tout début de contestation dans la rue, allant jusqu'à brutaliser les journalistes étrangers, un nouvel appel à des "rassemblements du jasmin" a été lancé aujourd'hui sur l'internet. Les organisateurs, toujours anonymes, d'une campagne antigouvernementale sur l'internet ont appelé aujourd'hui à des rassemblements dimanche prochain dans un message posté sur Facebook, Twitter et d'autres réseaux étrangers.

"D'après les retours que nous avons reçus, le 27 février, le mouvement s'est propagé à 100 villes, dépassant largement notre attente initiale de 27 villes", dit le texte, appelant à une nouvelle "marche" de protestation dimanche 6 mars. C'est d'abord dans 13 villes que la population avait été appelée, sur le site de Chinois expatriés installé aux Etats-Unis Boxun, à manifester dans l'esprit de la "révolution du jasmin" tunisienne, pour exiger davantage de transparence du gouvernement et de liberté d'expression.

Les auteurs du texte appellent "tous ceux qui souffrent d'injustice", notamment "les intellectuels, les diplômés au chômage, les chrétiens, les membres (de la secte) du Falungong, les personnes expropriées et la jeune génération" à protester. Les mystérieux "organisateurs de la révolution chinoise du jasmin" promettent de "faire connaître leur identité en temps voulu".

Hier, apparemment personne n'a bravé les policiers déployés en masse, ni à Pékin, Shanghai et ailleurs. Dans la capitale, des centaines de policiers en uniforme et des centaines d'autres en civil, parfois acompagnés de chiens policiers, ont fait une démonstration de force rue Wangfujing --endroit du ralliement-- restreignant l'accès et empêchant sans ménagement les journalistes, surtout les vidéastes et photographes, de travailler. Une douzaine de journalistes ont été embarqués au poste de police.

Un journaliste de Bloomberg News a été roué de coups par au moinq cinq hommes de la sécurité en civil alors qu'il tentait de filmer et a dû recevoir des soins à l'hôpital, a annoncé lundi le groupe de presse américain, sans préciser la gravité de ses blessures. L'ambassade des Etats-Unis a qualifié les brutalités contre la presse étrangère en Chine d'"inquiétantes". "Nous appelons le gouvernement chinois à respecter les droits des journalistes étranger à informer sur la Chine et demandons instamment à la Sécurité publique d'assurer la sécurité de toute personne victime de harcèlement ou intimidation", a déclaré le porte-parole de l'ambassade, Richard Buangan. "Nous appelons aussi la Chine à respecter les libertés fondamentales reconnues dans le monde, y compris la liberté d'expression", a-t-il ajouté.
ivo
ivo

Messages : 26731
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

[中国- Chine] 一般信息- Informations générales - Page 2 Empty Re: [中国- Chine] 一般信息- Informations générales

Message  ivo le Mar 17 Mai - 10:01

Combien de personnes vivent en Chine ?
http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/05/17/combien-de-personnes-vivent-en-chine_1522947_3232.html
Combien de personnes vivent aujourd'hui en Chine, pays le plus peuplé du monde ? Un recensement peut sembler une mission impossible au premier abord, mais à la charge d'environ 8 milliards de yuans (soit environ 1,18 milliard de dollar ou 831 millions d'euros) et une collecte de données réaliser par des millions de recenseurs aux domiciles des particuliers, le gouvernement chinois vient de publier son sixième recensement national la semaine dernière à Pékin. Cette opération de recensement – la plus importante à ce jour – a confirmé les tendances largement attendues de l'urbanisation et du vieillissement, et a montré des signes inquiétants pour la Chine comme "usine du monde ".

La Chine, l'empire du Milieu se fait vieux! Selon le Bureau National de la Statistique de Chine, la population en âge de travailler diminue alors que la population vieillissante est à la hausse. Les plus de 60 ans et de 65 ans représentent actuellement 13,3 % et 8,87 % de la population totale, 2,93 % et 1,91 % de plus qu'au dernier recensement en 2000. Bien que la population en âge de travailler (15-60 ans) a également augmenté de près de 100 millions (de 825 millions en 2000 à 921 millions en 2011, le pourcentage de Chinois en âge de travailler, actuellement de 70,1 %, est considéré comme atteignant bientôt à sa valeur limite, et diminuera progressivement en 2013 selon les prévisions des démographes chinois.

L'avenir de la Chine est son avenir urbain. Mao Zedong a construit sa victoire et a créé la République populaire de Chine grâce à la réussite d'une révolution paysanne et sa focalisation sur les régions rurales du pays. Cependant, la Chine d'aujourd'hui va vers un avenir urbain. Les dernières statistiques montrent que près de la moitié (49,7 %) de la population chinoise est citadine en raison de la plus importante migration interne jamais observée dans le monde. L'exode rural a conduit le processus d'urbanisation en Chine et a augmenté la population urbaine de 14,5 % sur ces dix dernières années. Il n'est pas surprenant que, bientôt, la population urbaine sera dominante en Chine.

Plus de filles s'il vous plaît! Les Chinois comme beaucoup d'autres groupes ethniques asiatiques, ont ancré leur préférence sur les fils par rapport aux filles en raison d'un certain nombre de raisons économiques et familiales. L'introduction d'une politique de l'enfant unique à la fin des années 70 a en outre amené les parents chinois à utiliser la technologie moderne, telles que l'identification et l'avortement des fœtus féminins, pour accomplir leur souhait d'avoir un fils. Cette préférence a entraîné très rapidement une disparité entre les deux sexes. Néanmoins, les dernières données montrent qu'en fait l'écart se rétrécit. Même s'il y a encore environ 34 millions d'hommes de plus que les femmes, le ratio hommes/femmes a diminué de 1,54 % par rapport à celui de 2000. Malgré cela, il se peut que cette décennie soit la plus équilibrée en termes de parité sur un demi-siècle, la pression pour les hommes chinois de se marier est toujours forte, et la possibilité des migrations induites par le mariage et la menace de l'instabilité sociale ne doivent pas être négligées par le gouvernement chinois.

Intéressant, le gouvernement indien a également publié son recensement de 2011 seulement un mois avant la Chine, qui montre une projection démographique plus favorable avec une croissance démographique plus élevée et en particulier une très forte augmentation de la population en âge de travailler. Le contraste des résultats de l'Inde a rendu les statistiques chinoises plus alarmantes et soulève une fois de plus des débats sur le contrôle des naissances en Chine. Le communisme chinois a essayé de maintenir sa légitimité avec les résultats économiques éblouissants du pays. Mais la réalité démographique montrée par le dernier recensement va défier son modèle économique actuel, qui met trop l'accent sur les industries d'exportation à faible valeur ajoutée.

Avec une main-d'œuvre en baisse, comment la Chine peut maintenir son avantage du travail à faible coût est une interrogation pertinente pour les responsables gouvernementaux et les investisseurs étrangers. Déplacer les sites de production vers des zones moins développées à l'intérieur et à l'ouest du pays, ou compter sur les afflux de main d'œuvre rurale migrante demeurent des solutions temporaires, mais le gouvernement chinois est également bien conscient des pressions levées par une migration interne massive, une urbanisation rapide et une population vieillissante : demande de logements abordables, accès à l'éducation aux services de santé, partage de charges plus élevées pour la jeunesse future.

Cependant, les défis apportés par cette population offre des opportunités de changement. Ils devraient permettre à la Chine de réaffirmer la réorientation de son économie vers des domaines à plus haute valeur ajoutée. La Chine a déjà lourdement investi dans les industries de haute technologie et dans le secteur du service, cette tendance est désormais irréversible. En économie, le passé nous a déjà appris que d'avoir une plus grande force de travail ne signifie pas une plus grande productivité, la Chine doit pousser plus loin la réforme de son système éducatif afin d'offrir une meilleure formation, pour transformer une "nation de travail" en une nation du "pouvoir des cerveaux".

Face à l'ombre de l'insurrection et des troubles dans le monde arabe, la pyramide des âges en Chine est probablement plus réconfortante pour la direction du Parti communiste. Avec un âge moyen de 34 ans en Chine (beaucoup plus élevé que la plupart des pays du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord), avoir un emploi, acheter une maison et se marier : le "rêve chinois" est, pour la plupart des Chinois, une priorité plus importante que de manifester dans les rues. Toutefois, si leurs revendications n'étaient pas respectées et si leur intérêt n''était pas pris en considération, ces priorités pourraient s'inverser, un scénario de révolte répondrait à la volonté du Parti Communiste Chinois de faire tout son possible pour revenir en arrière.

Wei Shen, PhD Essca Ecole de management, université Lunam
ivo
ivo

Messages : 26731
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

[中国- Chine] 一般信息- Informations générales - Page 2 Empty Re: [中国- Chine] 一般信息- Informations générales

Message  ivo le Mer 18 Mai - 12:05

Chine: la crainte du printemps arabe
http://www.cyberpresse.ca/international/201105/12/01-4398550-chine-la-crainte-du-printemps-arabe.php
[中国- Chine] 一般信息- Informations générales - Page 2 330206-policier-tente-empecher-prise-photo
Un policier tente d'empêcher la prise d'une photo lors d'une manifestation tenue à Pékin, en février dernier. PHOTO: THE NEW YORK TIMES

Le bilan chinois en matière de droits de l'homme est «déplorable», a lancé cette semaine la secrétaire d'État américaine Hillary Clinton, des allégations aussitôt rejetées par Pékin. Pour faire le point sur ce nouvel accrochage diplomatique et sur l'intensification de la répression en Chine, nous avons discuté avec deux sinologues: David Ownby, professeur à l'Université de Montréal, et André Laliberté, professeur à l'École d'études politiques de l'Université d'Ottawa.

Q. Quelle est cette vague de répression que dénonce Washington?

R. «Déjà, pour les Jeux olympiques de 2008, on a contrôlé de près des gens considérés comme suspects, dit David Ownby. Ce qui est un peu ironique, puisqu'on a dit qu'on avait accordé les Jeux à Pékin pour que s'améliorent les droits... Mais plus récemment, c'est tout ce qui s'est passé au Moyen-Orient qui incite le régime chinois à surveiller de très près ce qui se passe. Personne n'aurait pu prévoir ce qui s'est passé en Égypte, alors la Chine ne veut pas que ça arrive chez elle.»

Q. Qui a fait les frais de cette répression?

R. Des avocats, des juristes, des artistes. «Il y a des gens qui ont toujours été considérés comme critiques du régime qu'on laissait quand même s'exprimer, dit André Laliberté. Mais il y a eu un resserrement. On a notamment empêché des gens d'aller à l'étranger.»

Q. Y a-t-il eu des signes de récupération en Chine de la révolte du printemps arabe?

R. «C'était tout petit, dit David Ownby. Quelques dissidents ont tenté d'organiser un mouvement via l'équivalent de Facebook et Twitter, mais la police est intervenue rapidement.» «Cette crainte des autorités chinoises d'une contagion de la révolution est exagérée, ajoute André Laliberté. Il y a quand même beaucoup de Chinois qui sont relativement satisfaits de leurs conditions de vie.»

Q. Considérez-vous que la Chine, comme elle le prétend, a fait des «progrès historiques» en matière de droits de l'homme?

R. «La Chine est le pays qui compte le plus grand nombre d'exécutions, rappelle André Laliberté. La Chine a signé des traités internationaux, elle veut faire partie des Nations unies comme une grande puissance respectée, elle doit s'engager à respecter des droits qui sont fondamentaux. Ce n'est pas négociable.» David Ownby précise: «Quand la Chine parle des droits de l'homme, elle parle surtout des droits économiques. Là, les progrès ont en effet été énormes. Et à part les dissidents, ceux qui manifestent pour des changements politiques, la vie en Chine est plus libre qu'il y a 20 ans.»

Q. L'artiste Ai Weiwei, concepteur du stade Nid d'oiseau à Pékin et critique acerbe du régime chinois, a été arrêté le 3 avril et reste introuvable. Comment son arrestation est-elle reçue en Chine?

R. «Ai Weiwei est assez peu connu en Chine, en dehors des cercles artistiques, dit David Ownby. Son arrestation n'a pas fait les manchettes. C'est d'ailleurs l'objectif du Parti: Ai Weiwei n'est pas dangereux en soi, c'est un artiste avec une belle gueule. Mais la Chine veut à tout prix éviter qu'un leader avec un message arrive à rejoindre une population mécontente.»

«La Chine sait qu'Ai Weiwei est une personnalité d'envergure internationale, ajoute André Laliberté. Son arrestation envoie quand même le message que la Chine se fiche de l'opinion internationale. C'est une attitude préoccupante. [...] D'ailleurs, en vertu de la loi chinoise, les autorités devraient maintenant porter des accusations contre lui, ce qu'elles ne font pas. Le gouvernement chinois viole ses propres lois.»

Q.Pourquoi les États-Unis font-ils ce genre de déclaration en ce moment?

R. «Les États-Unis ne peuvent rompre avec Pékin, mais ne peuvent non plus fermer les yeux, dit André Laliberté. Il y a des inquiétudes quant à la transition au Parti communiste en 2012. C'est clair qu'il y a eu un durcissement du régime dans les derniers mois.
ivo
ivo

Messages : 26731
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

[中国- Chine] 一般信息- Informations générales - Page 2 Empty Re: [中国- Chine] 一般信息- Informations générales

Message  ivo le Jeu 26 Mai - 11:36

Shenzhen expulse 80 000 indésirables
http://www.courrierinternational.com/article/2011/05/19/shenzhen-expulse-80-000-indesirables
Tout ce que la ville compte de repris de justice et d’éléments instables – selon la police – a fait les frais d’un coup de filet d’une ampleur sans précédent. Une tendance à se débarrasser des pauvres que dénonce un juriste.

Lors d’une conférence de presse organisée récemment, la police municipale de Shenzhen s’est vantée d’avoir mené depuis le 1er janvier une opération intitulée Cent Jours pour débarrasser la ville des personnes à haut risque pour l’ordre public, afin de garantir la sécurité durant les Universiades Shenzhen 2011 [du 12 au 23 août]. Au total, 80 000 personnes jugées “à risque” ont ainsi été expulsées de la ville, et l’opération n’est pas terminée. Ce qui retient ici le plus l’attention est l’invention par la police de Shenzhen de la notion de “personnes à haut risque pour l’ordre public”. Il ne s’agit pas là d’une notion juridique : aucun texte de loi ou règlement n’en fait mention en Chine. Elle rappellerait plutôt la classification en cinq mauvaises catégories des temps révolutionnaires (“propriétaires fonciers, riches, réactionnaires, mauvais éléments et droitistes”). Outre les repris de justice, on trouve des “personnes au mode de vie marginal, à l’activité essentiellement nocturne” ou encore des “malades mentaux ayant causé des incidents ou des catastrophes”…

Sur quel fondement juridique repose cette opération policière ? La police a-t-elle le droit de chasser ces personnes de Shenzhen ? Son porte-parole n’a rien dit à ce sujet lors de la conférence de presse. La question ne leur est peut-être jamais venue à l’esprit ! Que ce soit dans le Code pénal ou dans les règles de procédure pénale, nulle part on ne trouve de fondement juridique à l’initiative de la police de Shenzhen. En effet, ces “personnes à haut risque pour l’ordre public” n’ont jamais commis de trouble à l’ordre public ou d’entrave à la sécurité publique.

Normalement, ce n’est que lorsque se produisent ou sont sur le point de se produire des événements inopinés tels qu’une catastrophe naturelle ou une affaire portant atteinte à la sécurité de la société, que les autorités locales peuvent prendre des mesures d’urgence ou provisoires.

Shenzhen ne connaît pas actuellement de crise nucléaire comme au Japon, ni d’attaques terroristes. La ville ne se trouve pas non plus dans une situation d’état d’urgence. C’est seulement pour la bonne organisation des jeux universitaires mondiaux qu’elle a décidé de chasser 80 000 personnes. Cette décision semble plus relever par son ampleur de l’opération militaire que de la mesure administrative.

Comment la police de Shenzhen est-elle parvenue en cent jours à débarrasser la ville de 80 000 personnes ? Les policiers ont dû expulser environ 800 personnes par jour. Quant à la manière dont ils s’y sont pris pour contrôler les identités, faute de pouvoir procéder facilement à des auditions, leur jugement s’est fait sans doute au faciès, et les gens en guenilles ou à l’air bizarre sont devenus leurs cibles privilégiées. Comment les policiers ont-ils fait pour transporter tout ce monde hors de la ville ? La courtoisie et les procédés civilisés ont dû être l’exception et les gens ont été acheminés comme des marchandises. L’article 33 de la Cons titution chinoise énonce : “L’Etat respecte et garantit les droits de l’homme”, tandis que l’article 37 indique : “La liberté individuelle des citoyens de la République populaire de Chine est inviolable. Sont interdits toute incarcération illégale ou tout autre moyen illégal de priver les citoyens de leur liberté individuelle ou de la limiter, ainsi que toute fouille illégale de ceux-ci.” Malgré cela, la police de Shenzhen a collé sur plusieurs dizaines de milliers de citoyens l’étiquette “personne à haut risque”, uniquement à cause de leur activité professionnelle, de leur état mental ou de leurs habitudes de vie. On se croirait revenu à l’époque de la Révolution culturelle.

Plus effrayant encore : la notion de “personne à haut risque pour l’ordre public”, sans aucun fondement juridique, est dans la pratique la porte ouverte à tous les abus. Et tous les gens méritant aux yeux de la police d’être remis au pas ou sanctionnés, tels que les dissidents politiques ou les plaignants, sont à coup sûr fourrés dans le même sac.

L’opération policière menée contre ces personnes piétine les droits de l’homme et constitue une grave entorse à la Constitution. Il est d’autant plus affligeant que cela se produise à Shenzhen, cette région aux avant-postes de la réforme en Chine, puisque la ville s’est ouverte la première au vent réformiste [elle a été la première zone économique spéciale, ouverte en 1979]. Que les cadres locaux soient si peu conscients de l’importance des lois et de la valeur des droits de l’homme montre que les acquis de trente ans de réformes et d’ouverture en Chine se limitent essentiellement à des progrès matériels. Peut-être faudra-t-il encore une trentaine d’années pour pouvoir espérer que les fonctionnaires arrêtent de meurtrir le droit et que les citoyens se sentent en sécurité dans leur pays.

Cette opération de police à Shenzhen n’est pas une simple campagne de maintien de l’ordre. Incidemment, elle est révélatrice d’un problème crucial lié au processus d’urbanisation, à savoir : que faire de ces populations migrantes que les villes ne veulent pas accepter et qui ne peuvent retourner dans leurs campagnes ?

Les grandes agglomérations chinoises sont en train d’adopter des mesures pour chasser de leurs murs les migrants et les pauvres. Pour cela, soit elles démolissent les “villages dans la ville” où logent les plus pauvres ; soit, comme la police de Shenzhen, elles les expulsent au nom du maintien de l’ordre. Mais en fait, à Shenzhen aussi, ce n’est qu’un prétexte. En avril 2010, un dirigeant de la police de la ville avait reconnu que la population migrante était son plus gros casse-tête. Voilà qui semble résolu.

Dans cet assaut de cruauté, les municipalités ne se refrènent plus et il faut que le gouvernement central intervienne fermement.
ivo
ivo

Messages : 26731
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

[中国- Chine] 一般信息- Informations générales - Page 2 Empty Re: [中国- Chine] 一般信息- Informations générales

Message  ivo le Mar 31 Mai - 11:20

La pire sécheresse depuis des décennies
http://www.courrierinternational.com/breve/2011/05/27/la-pire-secheresse-depuis-des-decennies
"Je n’ai jamais vu une telle sécheresse !" se plaint Zhang Yueming, un pisciculteur de 53 ans habitant Lishui, dans la province du Jiangsu (sud-est de la Chine). Son lac d’élevage de 207 km2 est tari. Une partie de cette province connaît la pire sécheresse depuis soixante ans, rapporte le site officiel Xinhua Wang. Les lacs se sont asséchés, le cours inférieur du fleuve Huaihe est interrompu, et dans les deux principaux lacs du Jiangsu, les lacs Taihu et Hongzehu, l’eau est à son plus bas niveau historique. Dans la province du Hubei (centre), le plus grand lac, le lac Honghu, est devenu une rivière. La quantité de précipitations y est inférieure de 70 % à celles des années précédentes et la sécheresse est la plus grave depuis soixante-dix ans. Quant au plus grand lac d’eau douce de la Chine, le lac Poyang, dans la province du Jiangxi, il n'échappe pas à cette catastrophe : il a perdu 90 % de sa surface, note le site Caixin.
ivo
ivo

Messages : 26731
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

[中国- Chine] 一般信息- Informations générales - Page 2 Empty Re: [中国- Chine] 一般信息- Informations générales

Message  ivo le Jeu 2 Juin - 11:48

Sécheresse : le deuxième plus grand lac de Chine disparaît
http://www.rue89.com/chinatown/2011/06/02/secheresse-le-deuxieme-plus-grand-lac-de-chine-disparait-207144
[中国- Chine] 一般信息- Informations générales - Page 2 Secheresse__le_deuxieme_plus_grand_lac_de_chine_n039est_plus

(De Pékin) Le lac Poyang, situé dans la province du Jiangxi (sud-est), était le plus grand lac d'eau douce de Chine, et la deuxième plus grande surface d'eau du pays après le lac Qinghai.

Mais aujourd'hui, sur 90% de la surface qu'il occupait encore il y a peu, l'eau a laissé place à de la boue séchée et craquelée ou à de l'herbe, à cause du manque de précipitation et des hautes températures.

La sécheresse qui frappe actuellement la Chine est la pire depuis cinquante ans. Selon le ministère des Affaires civiles, elle a déjà affecté 34,83 millions de résidents dans les provinces du Jiangsu, de l'Anhui, du Jiangxi, du Hubei et du Hunan.

Or, pour beaucoup d'observateurs, les effets néfastes de la sécheresse sont été accentués par une mauvaise gestion des ressources par les autorités. C'est également l'avis de nombreux habitants de la région du lac Poyang, interrogés par le South China Morning Post.

Parmi les causes évoquées, le manque d'entretien (et de développement ! ) des systèmes d'irrigation, la pollution massive des eaux (en 2006, 70% de l'eau des rivières du pays étaient impropres à la consommation, selon des données scientifiques européennes), et les nombreux barrages, avec en premier lieu celui des Trois Gorges.

Le barrage des Trois Gorges en accusation

Le barrage des Trois Gorges, construit dans le Hubei en 2006, serait en effet la cause de graves dérèglements de l'écosystème du fleuve Yangtze, le plus long fleuve d'Asie, et de ses alentours.

La polémique autour de cet ouvrage pharaonique existe depuis le début, mais les événements récents semblent accréditer la thèse de ceux qui y voyaient une potentielle catastrophe écologique.

A tel point que la semaine dernière, dans un mea culpa inhabituel, les autorités ont reconnu que le barrage avait sérieusement affecté l'irrigation et les ressources en eau des provinces situées sur les cours moyens et inférieurs du fleuve Yangtze.
ivo
ivo

Messages : 26731
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

[中国- Chine] 一般信息- Informations générales - Page 2 Empty Re: [中国- Chine] 一般信息- Informations générales

Message  ivo le Dim 5 Juin - 9:59

En Chine, « le consensus de l'après-Tian'anmen s'effrite »
http://www.rue89.com/chinatown/2011/06/04/en-chine-le-consensus-de-lapres-tiananmen-seffrite-207814
[中国- Chine] 一般信息- Informations générales - Page 2 Chine_repression_democratie_inside

(De Pékin) Le sinologue français Jean-Philippe Béja revient sur la vague répressive qui sévit actuellement en Chine, que beaucoup d'observateurs estiment être la pire depuis le massacre de Tian'anmen, le 4 juin 1989, il y a 22 ans.

Aujourd'hui la Chine : Quel est le bilan du mouvement répressif qui s'est abattu sur la société civile chinoise depuis que les révolutions arabes ?

Jean-Philippe Béja : D'abord, je ne pense pas que ce retour en arrière ait commencé à ce moment-là, même s'il est indéniable qu'il s'est accéléré. Pour moi, cela a commencé avec les Jeux olympiques [de Pékin en 2008, ndlr] et la répression au Tibet, puis avec la condamnation de Liu Xiaobo [dissident et prix Nobel de la paix, ndlr] à onze ans de prison [en décembre 2009, ndlr].

Quant au bilan, il est difficile à établir, car beaucoup de gens ont été arrêtés sans qu'on le sache, notamment dans les districts reculés. Mais on estime qu'entre les disparitions, les assignations à résidence et les arrestations (dont certains ont déjà été relâchés), on arrive au moins à 100 ou 120 personnes.

C'est une répression tous azimuts avec toutes sortes de gradation dans l'intimidation, qui utilise une nouvelle méthode déjà expérimentée sur l'avocat Gao Zhisheng.

On les prend, on les garde un mois ou deux et quand ils ressortent, ils ne parlent pas. On a obtenu leur silence par des pressions psychologiques, peut-être des sévices physiques.

Je rappelle par ailleurs que la femme de Liu Xiaobo, Liu Xia, est toujours assignée à résidence, et ce depuis le mois d'octobre dernier.

C'est donc un vaste mouvement dirigé vers toutes sortes d'activistes. Comme le disait récemment Jiang Yu, la porte-parole du ministère des Affaires étrangères, la loi ne s'applique pas pour certaines personnes.

Beaucoup d'observateurs estiment que la période actuelle est la pire depuis le massacre de Tian'anmen, il y a 22 ans. Qu'en pensez vous, et quel parallèle établissez-vous entre les deux ?

Je suis assez d'accord avec cela. Deux choses ont inquiété une partie des dirigeants en mai-juin 1989 :

d'abord, l'émergence d'une organisation autonome au sein de la société, et la perspective d'un éventuel dialogue du PCC avec eux ;
mais surtout, l'attitude de Zhao Ziyang [Secrétaire général du Parti communiste chinois limogé en juin 1989 car il s'opposait à l'usage de la force, ndlr], qui voulait régler cela par l'ouverture et la démocratie. Cela a été pris comme une tentative de scinder le parti, ce qui était inacceptable. La répression était donc une façon de fermer la porte à toute scission.
Aujourd'hui, on est à la veille d'une succession [en 2012, Hu Jintao et Wen Jiabao laisseront leur place à Xi Jinping et Li Keqiang, ndlr], et le pays est en proie à une agitation sociale dont le traitement divise les dirigeants : il semble bien qu'une partie d'entre eux plaide pour commencer à discuter de réformes politiques.

J'en veux pour preuve les opinions contradictoires exprimées dans les médias gouvernementaux.

On le voit aussi dans le temps qu'ont mis les autorités à décider de la sanction de Liu Xiaobo, ainsi que ce qui arrive en ce moment même à [l'artiste contemporain] Ai Weiwei : leurs cas mettent longtemps à se régler, car en interne, des forces s'affrontent.

Cependant, je suis plus réservé sur les déclarations pro-démocratie de Wen Jiabao. Je ne pense pas qu'il soit le « Zhao Ziyang de 2011 » : il fait des déclarations sans que cela ne l'engage, pour son image historique.

Mais même si les arcanes des instances dirigeantes sont extrêmement obscures, il est sûr qu'il y a des tensions à l'intérieur du parti, et que certains estiment que le tout répressif n'est pas une façon d'assurer la stabilité, ou de maintenir l'oligarchie en place.

Pensez vous que la régression actuelle est temporaire ? La situation est-elle appelée à durer ?

C'est difficile à dire. Il me semble que cela est lié en même temps à la situation internationale, avec les révoltes arabes, et intérieure, avec la succession qui approche.

La seule chose que l'on peut affirmer, c'est que le consensus de l'après 4 juin, « développement économique, mais pas de réformes politiques », est en train de s'effriter.

Mais il semble que l'approche d'une passation de pouvoir disqualifie pour l'instant les idées des réformateurs. De plus, il y a beaucoup d'intérêts en jeu, ne serait-ce que du côté de la Sécurité intérieure, dont le budget est désormais supérieur à celui de la Défense.

Pour le reste, je connais bien la Chine pour m'y consacrer depuis longtemps, c'est pourquoi je ne me prononce jamais sur ce qui s'y passera au-delà de deux ou trois jours !

En partenariat avec Aujourd'hui la Chine



Photo : des policiers répriment une manifestation pour la libération de Ai Weiwei à Hong Kong, en avril 2011 (Bobby Yip/Reuters).

A lire aussi sur Rue89 et sur Eco89
► Il y a dix-huit ans, Tiananmen : le témoignage d'une mère
► 1989-2009 : les héritiers de Tiananmen réclament la démocratie
► Le rapport de force avec la Chine a changé
Ailleurs sur le Web
► Massacre place Tiananmen, archives sonores de Radio Canada
► Génération Tiananmen : avoir vingt ans en Chine, un webdocumentaire de Patrick Zachmann, sur LeMonde.fr
► Tiananmen: une offre d'indemnisation mais pas d'excuses, sur Lexpress.fr
ivo
ivo

Messages : 26731
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

[中国- Chine] 一般信息- Informations générales - Page 2 Empty Re: [中国- Chine] 一般信息- Informations générales

Message  ivo le Mar 7 Juin - 10:39

Chine: La loi martiale aurait été décrétée en Mongolie inférieure
http://www.20minutes.fr/ledirect/731838/chine-loi-martiale-decretee-mongolie-inferieure

Mis à jour le 27.05.11 à 14h44
Les autorités chinoises ont bouclé ce vendredi une partie de la Mongolie intérieure pour tenter d'étouffer une cinquième journée de manifestations par la population locale mise en colère par la mort d'un berger dans un accident de la route.

Des habitants de Zen Lan Qi et de Xi Wu Qi, à proximité de la ville de Xilinhot, ont indiqué à l'agence Reuters que la loi martiale avait été imposée ce vendredi matin. «Pour le moment, c'est très discret mais on voit des policiers dans les rues», a témoigné une habitante prénommée Tana.

«Les lycéens sont bouclés dans leur école»

Malgré cela, des centaines de Mongols ont bravé le dispositif de sécurité en marchant avant midi sur le bâtiment abritant les autorités locales à Shuluun Huh, a déclaré Enghebatu Togochog, du Centre d'information des droits de l'homme de la Mongolie du sud, dont le siège est à New York. «Les lycéens sont bouclés dans leurs écoles et ne sont pas autorisés à rejoindre les manifestations», a ajouté Togochog.

Interrogé par téléphone à commenter ces informations, un responsable du bureau de propagande des autorités de Mongolie intérieure a décliné tout commentaire avant de raccrocher abruptement.

L'agitation a été provoquée par la mort, le 10 mai, d'un berger mongol écrasé par un camionneur. Les toutes dernières manifestations ont pris de l'ampleur malgré l'arrestation pour homicide de deux Chinois d'ethnie Han.

La Mongolie intérieure, première région productrice de charbon de Chine, est censée bénéficier officiellement d'un fort degré d'autonomie mais ce sont les Hans, l'ethnie majoritaire en Chine, qui sont en réalité aux commandes et jouissent le plus des retombées du développement économique.


Pékin craint un «printemps arabe» en Mongolie intérieure
http://www.radio-canada.ca/nouvelles/International/2011/05/31/004-chine-mongolie-manifs.shtml
[中国- Chine] 一般信息- Informations générales - Page 2 AFP_110531_o6i02_mongolie_manifestation_8
Photo: AFP/HO/Southern Mongolian Human Rights
Cette photo prise par une ONG le 26 mai montrerait des étudiants et des éleveurs mongols manifestant à Huveet Shar Banner.

La Chine dit être prête à répondre aux demandes « légitimes » de la population de la Mongolie intérieure, où de récentes manifestations de citoyens issus de la minorité ethnique mongole font craindre un soulèvement inspiré par le « printemps arabe ».

Des manifestations sans précédent ont eu lieu la semaine dernière dans ce territoire autonome du nord de la Chine, après le décès d'un berger mongol nommé Mergen, écrasé à mort, le 10 mai, par un camionneur chinois.

Le berger et d'autres éleveurs tentaient d'arrêter un convoi de camions chargés de charbon qui roulaient dans des pâturages, dans la région de Xilingol. Selon le Centre d'information sur les droits de l'homme en Mongolie du Sud, une ONG américaine, les bergers mongols sont chassés de leurs terres par l'activité minière.

Les nouvelles déclarations de Pékin au sujet de la Mongolie intérieure surviennent après la décision, par le gouvernement, d'y renforcer la sécurité. Les forces de sécurité chinoises se sont déployées dimanche sur le territoire.

Lundi, les autorités ont interdit l'accès aux universités et aux places publiques, pour éviter que les gens ne s'y rassemblent, comme cela s'est produit au Maghreb et au Moyen-Orient. Elles ont également bloqué l'accès à Internet, en plus d'accroître la présence policière dans les rues de l'État.

Mardi, une porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Mme Jiang Yu, a affirmé que« les autorités locales répondraient positivement aux demandes légitimes de la population, essaieraient également de [concilier] le développement économique et la protection de l'environnement et [...] feraient le nécessaire pour préserver les intérêts de tous les groupes ethniques ».

Mme Jiang a par ailleurs fustigé « ceux qui, à l'étranger, essaient d'utiliser ces incidents pour provoquer des troubles ». Lors d'un point de presse régulier, elle a déclaré : « < les tentatives [...] de certains à l'étranger pour gonfler cette affaire dans le but d'arriver à leurs fins sont vouées à l'échec ».

Selon l'AFP, le Centre d'information sur les droits de l'homme en Mongolie du Sud affirme que des centaines de personnes ont manifesté lundi à Hohhot, capitale régionale de la Mongolie intérieure. L'ONG soutient que la police anti-émeute a dispersé la manifestation et arrêté des dizaines de personnes. Ni la police, ni des habitants de Hohhot n'ont pu être joints pour commenter la nouvelle.

Jusqu'ici, deux Hans ont été arrêtés relativement à la mort du berger. Les Hans sont l'ethnie majoritaire en Chine.

Le gouvernement régional a pour sa part annoncé l'adoption d'une série de lois touchant le secteur minier et s'est engagé à étudier l'impact de l'extraction et du transport de minerais sur le mode de vie de la population.

Les Mongols réclament le respect de leurs droits auprès d'une autorité gérée par la majorité chinoise Han. À l'instar des Tibétains et des Ouïghours, les Mongols se sentent menacés par la migration de Hans sur leurs terres ancestrales. Ils se disent victimes d'une répression politique et culturelle.

La Mongolie intérieure

« Région autonome » de la Chine, la Mongolie intérieure compte près de 25 millions d'habitants. Les Mongols y sont devenus minoritaires (17,1 %) face à la population chinoise (79,5 % de Hans). Constituant historiquement la partie méridionale de l'empire mongol, la Mongolie intérieure est devenue un territoire autonome sous administration chinoise depuis l'accession de la Mongolie extérieure à l'indépendance, au XXe siècle.


La grogne des Mongols contre les autorités chinoises ne faiblit pas
http://www.rfi.fr/asie-pacifique/20110528-troubles-mongolie-interieure
Les autorités chinoises ont bouclé vendredi 27 mai 2011 une partie de la Mongolie intérieure. Les déplacements sont désormais limités dans cette région du nord de la Chine. L’objectif est d’endiguer les manifestations qui ont commencé en début de semaine après la mort d’un berger de l’ethnie mongole.

Avec notre correspondante à Shanghai, Delphine Sureau

Une présence policière renforcée, des routes coupées, des bâtiments officiels bouclés. Tout est fait pour empêcher la population de répondre aux appels à manifester diffusés depuis lundi sur internet.

Des messages qui encouragent les 6 millions de Mongols de Chine à défendre leur terre, face au développement minier impulsé par Pékin. Les autorités craignent que ces protestations ne dégénèrent en affrontements interethniques, comme dans la province du Xinjiang il y a deux ans.

C’est la mort d’un berger, écrasé le 10 mai dernier par un camion d’une entreprise minière qui a mis le feu aux poudres. La Mongolie intérieure est riche en charbon et en terres rares. Et ce sont les Hans, l’ethnie majoritaire, qui profite des retombées économiques, au détriment des paysans mongols chassés de leurs terres.

Peu après la mort du berger, les autorités ont annoncé l'arrestation de quatre personnes. Mais cela n’a pas suffit à apaiser la population qui dénonce aussi une répression politique et culturelle.

Pour l’instant, la presse chinoise préfère garder le silence sur ces troubles. Mais un calendrier clandestin de futures manifestations aurait été mis en place pour les jours à venir.
ivo
ivo

Messages : 26731
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

[中国- Chine] 一般信息- Informations générales - Page 2 Empty Re: [中国- Chine] 一般信息- Informations générales

Message  ivo le Mar 21 Juin - 14:00

Pékin craint la contagion des mouvements sociaux
FRANCE INFO - 11:56
En Chine, les émeutes de ces dernières semaines inquiètent le gouvernement. Pékin est particulièrement crispé depuis le "printemps arabe", et fait tout pour maintenir la stabilité. Et pourtant, face aux inégalités sociales, aux expropriations illégales, ou aux discrimination, la grogne monte. Notamment chez les mingongs, les travailleurs migrants, qu’a rencontré notre reporter à Shanghai.

[中国- Chine] 一般信息- Informations générales - Page 2 Chine900RTR2LBMO-d0c7a
Le 17 avril dernier à Hong Kong, la police emmène une militante pro-démocratie qui proteste contre l'arrestation de l'artiste Ai Weiwei.
© REUTERS / Siu Chiu

Depuis le "printemps arabe", ils sont nombreux à rêver d’un "printemps chinois". Et c’est bien ce qui inquiète Pékin.
Inégalités croissantes entre riches et pauvres, discrimination au quotidien, hausse des prix, les motifs de grogne sont nombreux pour les Chinois. Il suffit d’une étincelle pour jeter le feu au poudres et les manifestations se multiplient. Des rassemblements souvent organisés par Internet, et minimisés par les autorités.


Cela révèle en tous cas le ressentiment croissant d’une grande partie de la population à l’égard du pouvoir. Et particulièrement chez les 153 millions de travailleurs migrants, les migongs. Ils sont le moteur de la croissance chinoise, mais subissent de plein fouet l’inflation à son plus haut niveau depuis trois ans.

Face à la crainte de la contestation, Pékin a mené sa plus grande vague d’arrestations de dissidents depuis 10 ans, arrêtant notamment l’artiste Ai Weiwei début avril.

En Chine, le ressentiment contre le pouvoir grandit. Particulièrement chez les travailleurs migrants. Reportage à Shanghai de Delphine Sureau. (1'59")
ivo
ivo

Messages : 26731
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

[中国- Chine] 一般信息- Informations générales - Page 2 Empty Re: [中国- Chine] 一般信息- Informations générales

Message  spike le Ven 9 Sep - 14:46


Une militante chinoise des droits de l’homme condamnée à neuf mois de prison
Wang Lihong, ancienne des manifestations de Tiananmen, avait été arrêtée le 21 avril, quand le régime a réprimé en réaction à une possible contagion des insurrections du monde arabe.

La militante chinoise des droits de l’homme Wang Lihong, ancienne des manifestations de la place Tiananmen, a été condamnée vendredi par un tribunal de Pékin à une peine de neuf mois de prison pour «avoir provoqué des troubles», a annoncé son avocat.

Wang va faire appel dans les dix jours, a précisé Me Han Yicun à l’AFP, mais ne devrait plus être emprisonnée que trois mois puisqu’elle l’était déjà depuis six mois.

Wang Lihong, un médecin de 55 ans dont le procès s’était déroulé en août, est apparue calme lorsque la sentence a été annoncée par un tribunal de district de Pékin en présence de trois membres de sa famille, a ajouté son avocat.

Cette femme qui avait pris une part active aux manifestations pour la démocratie de mai-juin 1989 à Pékin avait été arrêtée le 21 avril, quand le régime communiste, inquiet d’une possible contagion des insurrections du monde arabe, procédait à une implacable campagne de répression de la dissidence en Chine.

Interrogé sur cette sentence, un porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Liu Weimin, a déclaré que la Chine avait «rendu un verdict en conformité avec ses lois».
La peine de Wang Lihong est relativement légère puisqu’elle encourait jusqu’à cinq ans d’emprisonnement sous cette accusation fréquemment formulée en Chine pour faire taire la dissidence.

La presse exclue

Des dizaines de policiers avaient été postés autour du tribunal afin de tenir à distance la trentaine de militants et amis de Wang Lihong. «Wang Lihong est innocente!» criaient-ils, a rapporté un témoin

Une délégation de diplomates occidentaux n’a pas pu entrer dans le tribunal contrairement à ce qu’ils souhaitaient, a indiqué à l’AFP un diplomate de l’ambassade tchèque, la presse étrangère non plus.
«Il appartient aux autorités judiciaires (chinoises) de décider si les journalistes étrangers et les diplomates ont le droit d’écouter» l’énoncé de la sentence, a déclaré le porte-parole de la diplomatie chinoise.

Les Etats-Unis, l’Union européenne, l’Allemagne, le Canada, la Norvège, les Pays-Bas et la Suisse avaient dépêché des représentants.

«L’envoi de Wang Lihong en prison laisse penser que le gouvernement chinois sent qu’il peut avec confiance s’attaquer aux militants les moins connus, ceux auxquels la communauté internationale a accordé peu d’attention», a déclaré l’association Défenseurs des droits de l’homme en Chine (CHRD) dans un communiqué. CHRD a évalué à 200 le nombre d’amis de Wang, de diplomates et de journalistes se trouvant devant le tribunal.

Wang Lihong avait obtenu le soutien de l’artiste plasticien Ai Weiwei, qui, récemment relâché après une détention au secret d’environ trois mois, avait publié sur son microblog en août un message de soutien.

«Si vous ne parlez pas en faveur de Wang Lihong, non seulement vous n’êtes pas quelqu’un qui se battra pour l’équité et la justice, mais encore vous n’avez pas de respect pour vous-même», avait écrit l’artiste contestataire.

(Source AFP)
http://www.liberation.fr/monde/01012358846-une-militante-chinoise-des-droits-de-l-homme-condamnee-a-neuf-mois-de-prison
spike
spike

Messages : 3721
Date d'inscription : 19/05/2009

http://anarchietotale.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

[中国- Chine] 一般信息- Informations générales - Page 2 Empty Re: [中国- Chine] 一般信息- Informations générales

Message  ivo le Sam 24 Sep - 16:23

Chine : Pékin sans pitié
http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2640p068-069.xml0/?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed:+jeune_afrique_Politique+(Jeune+Afrique+Politique)
[中国- Chine] 一般信息- Informations générales - Page 2 026082011122040000000bvbbvvbvbvbbbvbepekinnnnn
Policiers en armes à Kachgar, le 2 août.

Tibet, Mongolie-Intérieure, Xinjiang… Aux mouvements de contestation violente qui agitent périodiquement les marches de la République populaire, ses dirigeants opposent une implacable fermeté. Et la liste des victimes s’allonge…

La tension est palpable à Kachgar, toujours sous contrôle des forces de l’ordre chinoises intervenues pour rétablir le calme au lendemain de la série d’attentats qui a endeuillé la province du Xinjiang, fin juillet. Bilan : plus de quarante victimes au total, depuis les premiers incidents de Hotan, le 18 juillet. Selon les militants des droits de l’homme, c’est la police qui a tout déclenché en ouvrant le feu sur une manifestation pacifiste. À l’inverse, les autorités mettent en cause une attaque terroriste contre un commissariat, œuvre de musulmans séparatistes entraînés au Pakistan.
Quoi qu’il en soit, il s’agit de la plus importante vague d’affrontements ethniques entre la minorité ouïgoure et les Hans, majoritaires, depuis les émeutes de 2009 (deux cents morts). Presque une routine pour Pékin, habitué à mater les débordements de ses minorités…
Le 16 mars, trois ans exactement après les émeutes antichinoises de Lhassa (deux cents morts), un jeune moine du monastère de Kirti, dans la préfecture autonome tibétaine d’Aba, au Sichuan, s’était immolé par le feu, provoquant de violents combats entre la population tibétaine et les policiers chinois. Le monastère, aujourd’hui coupé du monde par un cordon policier, est interdit aux journalistes.
En Mongolie-Intérieure, le 11 mai, c’est la mort d’un berger mongol qui participait à une manifestation d’éleveurs contre les toutes-puissantes compagnies minières qui a mis le feu aux poudres. De quoi attiser le nationalisme mongol et inquiéter les autorités, bien conscientes que, dans l’hypothèse où les manifestants parviendraient à paralyser les mines et les voies d’acheminement du charbon, l’impact économique de cette grogne sociale serait décuplé. Mais jusqu’ici, en dépit du violent sentiment d’injustice éprouvé par les Mongols, jamais les troubles n’ont pris l’ampleur des événements du Tibet ou du Xinjiang.
Pour sa part, la communauté internationale reste impuissante. Périodiquement, elle dénonce les écarts autoritaires de Pékin… et c’est à peu près tout. Dans son rapport rendu public le 8 avril consacré à « la pratique des droits de l’homme en 2010 », le département d’État américain s’est borné à condamner les « limitations à la liberté d’expression » en Chine et les « graves répressions » au Tibet et dans la région du Xinjiang. Pékin a répliqué en dénonçant les « atteintes aux droits des citoyens aux États-Unis », pays « gangrené par la criminalité et la discrimination raciale et sexuelle ». Une passe d’armes désormais habituelle entre les deux grandes puissances.
Tolérance zéro. Pourtant, depuis le déclenchement des mouvements démocratiques dans le monde arabe, les autorités sont sur le qui-vive. Car, si les cinquante-cinq minorités que compte le pays ne représentent que 8 % de la population totale, leurs territoires sont riches et jouxtent toutes les frontières du pays, ce qui évidemment leur confère une grande importance stratégique. Tolérance zéro est désormais le maître mot dans cette Chine qui a célébré cette année avec faste le 90e anniversaire de la fondation de son Parti communiste.
Toute contestation doit être étouffée dans l’œuf. Notamment dans le Xinjiang, zone tampon entre l’Asie centrale et le monde chinois. Très riche en matières premières (or, uranium, gaz, charbon, pétrole), cette région autonome abrite en outre le plus grand centre de recherche nucléaire du pays.

Depuis quinze ans, sous prétexte de favoriser le développement, les autorités y ont massivement encouragé l’immigration chinoise han, marginalisant ainsi les Ouïgours musulmans et turcophones, qui ne représentent plus que 45 % de la population. La liste des doléances est longue : interdiction de l’enseignement de la langue ouïgoure, inégalité des chances, impossibilité de devenir fonctionnaire sans renoncer à l’islam, restrictions de l’accès à l’eau potable…
Bouc émissaire
Selon l’agence chinoise de lutte contre le terrorisme, qui organise régulièrement des exercices conjoints entre les armées chinoise, tadjik et kirghize, il faut éradiquer les « trois forces diaboliques » qui minent la région. À savoir : « le terrorisme, le séparatisme et l’extrémisme »
Car si les revendications ouïgoures sont avant tout socioéconomiques, Pékin préfère y voir la signature de la dissidente Rebiya Kadeer (64 ans), aujourd’hui exilée aux États-Unis et accusée de tous les maux. Un bouc émissaire commode pour le gouvernement, qui brandit le spectre d’un complot séparatiste ourdi depuis l’étranger (notamment le Pakistan) par des fondamentalistes musulmans nostalgiques d’une République islamique du Turkestan oriental.
Au lendemain des attentats du 11 Septembre, l’inscription par les États-Unis du Mouvement islamique du Turkestan oriental (Mito) sur la liste noire des organisations terroristes avait en effet permis de stigmatiser la dissidence ouïgoure, soupçonnée de liens avec le terrorisme et Al-Qaïda, et de justifier aux yeux de l’opinion internationale une répression systématique et musclée.
D’autant que, sans l’attrait du boud dhisme et l’image d’un dalaï-lama symbole de paix, le monde occidental a bien du mal à s’émouvoir du sort de ces musulmans, bien moins charismatiques que le peuple tibétain ou les éleveurs mongols.
Pékin a donc le champ libre et ne tolérera aucune turbulence. Le 6 août, Meng Jianzhu, le ministre de la Sécurité publique, s’est montré sans ambiguïté : « Nous n’aurons ni pitié ni tolérance envers ces criminels. Nous extirperons la violence à sa racine et par tous les moyens. »
ivo
ivo

Messages : 26731
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

[中国- Chine] 一般信息- Informations générales - Page 2 Empty Re: [中国- Chine] 一般信息- Informations générales

Message  ivo le Ven 21 Oct - 9:52

Des moines tibétains se suicident pour dénoncer la répression chinoise
http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2011/10/18/des-moines-tibetains-se-suicident-pour-denoncer-la-repression-chinoise_1589562_3216.html
Une nonne tibétaine s'est immolée par le feu, lundi 17 octobre, dans la localité d'Aba, dans le sud-ouest de la Chine, où vit une importante communauté tibétaine. Il s'agit de la neuvième immolation de moine tibétain depuis mars, la sixième depuis le début du mois. Ainsi, depuis mars, quatre moines bouddhistes ont mis fin à leurs jours en s'immolant, cinq autres ont survécu à une tentative.
Tenzin Wangmo, nonne de 20 ans, est la première femme à s'immoler depuis le début, en mars, d'un mouvement de révolte dans le Sichuan contre la répression religieuse et culturelle des membres de l'ethnie tibétaine, a indiqué l'organisation Free Tibet.

Comme des jeunes moines avant elle, Tenzin Wangmo a appelé avant de mourir à la liberté religieuse pour les bouddhistes tibétains et au retour de leur chef spirituel exilé en Inde, le dalaï lama.

Le mouvement a été déclenché par une première immolation, dans le monastère de Kirti, situé à Aba, d'un jeune moine le 16 mars, pour le troisième anniversaire du début des émeutes antichinoises de 2008 à Lhassa. Parties de la capitale du Tibet, ces émeutes avaient fait des dizaines de morts, gagné le plateau tibétain et entraîné une répression implacable.

UNE MANIFESTATION MERCREDI

Depuis mars, le monastère de Kirti a connu de nouvelles protestations, qui prend une ampleur très préoccupante pour Pékin. "Les informations en provenance des [zones tibétaines] laissent penser qu'il y a de plus en plus de personnes prêtes à donner leur vie pour attirer l'attention du monde sur les violations continuelles et brutales des droits des Tibétains", écrit Free Tibet.

Signe de cette répression, le monastère de Kirti a vu le nombre de ses moines passer de 2 500 en mars à 600 en octobre, de nombreux ayant été envoyés en "rééducation patriotique", affirme Free Tibet. "La religion et la culture tibétaine subissent une telle répression indicible et la désespérance a atteint un tel niveau que les gens choisissent de se suicider plutôt que de continuer à vivre", a déclaré la semaine dernière le responsable en exil en Inde de ce monastère, Kirti Rinpoché.

Un appel à des manifestations mercredi circule dans la région, selon Free Tibet, "dans des enveloppes que distribuent des gens dans des restaurants et des boutiques", malgré la chape de plomb sécuritaire sur les zones tibétaines.

DEUX MOINES BLESSÉS PAR BALLE

Free Tibet a ajouté que deux Tibétains avaient été blessés par balle par les forces de sécurité, l'un au torse, l'autre à une jambe, lors d'une manifestation dimanche dernier devant un commissariat de police à Kege, dans la préfecture de Ganzi, dans le Sichuan également. Ce que nie la police chinoise.

La Chine affirme avoir "libéré pacifiquement" le Tibet en 1951 et œuvrer pour améliorer le sort des Tibétains, notamment en déversant sans compter des fonds pour le développement économique de cette région pauvre.
ivo
ivo

Messages : 26731
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

[中国- Chine] 一般信息- Informations générales - Page 2 Empty Re: [中国- Chine] 一般信息- Informations générales

Message  ivo le Mer 9 Nov - 11:08

La Chine adopte une nouvelle loi antiterroriste en réponse aux violences dans le Xinjiang
http://www.rfi.fr/asie-pacifique/20111030-chine-adopte-une-nouvelle-loi-antiterroriste-reponse-violences-le-xinjiang
La Chine revoit sa définition de terrorisme. Le Parlement a adopté des nouveaux textes qui renforcent la législation antiterroriste, notamment en réponse au mouvement ouïghour, dans la région du Xinjiang. Cette nouvelle loi se rapproche des critères internationaux et devrait permettre à la Chine de recevoir un soutien international dans sa lutte contre les Ouïghours.

Avec notre correspondant à Pékin, Joris Zilberman

Une loi contre le terrorisme a toujours quelque chose de suspect en Chine. Elle concerne principalement le Xinjiang, province du nord-ouest à forte minorité ouïghoure, ces musulmans de langue turque qui expriment de plus en plus violemment leur rage contre le gouvernement chinois. Leur violence dénonce une répression religieuse et une discrimination économique.

Pour Pékin, cela pouvait s'appeler jusqu'à ce week-end de l'extrémisme, séparatisme, terrorisme ou bien encore atteinte à la sûreté de l'Etat, notion appliquée aux dissidents. La nouvelle loi se rapproche désormais des critères internationaux. En 2001, la Chine avait reçu la bénédiction de l'administration Bush ; aujourd'hui il faut plus. Les organisations terroristes, qui seront désormais listées, sont toutes affiliées au parti islamique du Turkéstan, basé au Pakistan voisin et que la Chine accuse de fomenter la violence au Xinjiang.

Or, pour lutter contre cette menace ouïghoure, que les experts indépendants ne jugent pourtant pas si menaçante, Pékin a besoin non seulement des services secrets pakistanais déjà acquis, mais aussi des pays du Golfe, de l'Allemagne et de l'Occident.

[中国- Chine] 一般信息- Informations générales - Page 2 Chine_Manifestations432


........
ivo
ivo

Messages : 26731
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

[中国- Chine] 一般信息- Informations générales - Page 2 Empty Re: [中国- Chine] 一般信息- Informations générales

Message  ivo le Sam 4 Fév - 14:33

Face aux Tibétains, Pékin tire à vue et impose la rééducation patriotique
http://www.marianne2.fr/Face-aux-Tibetains-Pekin-tire-a-vue-et-impose-la-reeducation-patriotique_a214905.html
Trois ans après 2008, les manifestations d'opposition et de dissidence redoublent de vigueur. Face aux immolations, le gouvernement chinois emploie la force. Tir à vue, homicides, arrestations, et bouclage électronique de la région, le régime renoue avec la tradition maoïste dans une indifférence mondiale de plus en plus grande.

[中国- Chine] 一般信息- Informations générales - Page 2 944061-1121130
Image d'un moine s'immolant à Dawu dans le Sichuan

Il est de moins en moins dit que c'est avec le bouddhisme -tibétain- que la Chine trouvera la paix intérieure... Jamais depuis 2008, les troubles n’ont été aussi violents, sévères et jamais le Parti Communiste n’a exercé une répression aussi sévère dans la région. Fait nouveau, les incidents qui opposent Tibétains et forces de sécurité chinoises se propagent désormais dans les zones de peuplement tibétain de la province voisine du Sichuan.

C’est le monastère de Kirti, que décrit l’essayiste tibétaine Tsering Woering, qui incarne ces nouvelles poches de résistance. Des moines jusqu’au-boutistes lassés des vieilles lunes autonomistes régulièrement agitées par Pékin et qui réclament leur indépendance.
Le premier bonze du monastère, Phuntok Jarutsang, 20 ans, s'est immolé le 16 mars 2011, trois ans jour pour jour après les émeutes anti-chinoises de Lhassa. Sa mort le lendemain a provoqué des émeutes dans de nombreuses régions du Tibet.

« Le monastère de Kirti, situé à Aba, dans le Sichuan, est le conservatoire de la religion et de l’activité militante. Pour la première fois, des Tibétains ont ressorti leur drapeau et affirmé leurs revendications indépendantistes. Ces monastères du Sichuan étaient jusque là beaucoup plus tranquilles que ceux du Tibet. Ils constituent désormais de véritables poches de résistances. Très peu de moines tibétains affichent ce comportement. Il faut savoir que le suicide est sévèrement condamné par le bouddhisme » explique la sinologue Marie Holzman. D'où les manifestations et rassemblements après chaque immolation.

SEIZE IMMOLATIONS PAR LE FEU DEPUIS MARS 2011

[中国- Chine] 一般信息- Informations générales - Page 2 944061-1121131

Selon des organisations de défense des Tibétains, les forces de l'ordre ont ouvert le feu lundi sur une manifestation rassemblant des Tibétains non armés dans une région tibétaine de la province du Sichuan, faisant au moins un mort et des dizaines de blessés.
Le gouvernement tibétain en exil (CTA), dont le siège est à Dharamsala, en Inde, a évoqué un possible bilan de six morts parmi les manifestants, en citant des témoins. Le gouvernement parle d’un « gang » manipulé par l’étranger qui s’en serait pris aux forces de l’ordre. Selon l'ONG Free Tibet, la manifestation constituait une riposte à l'arrestation plus tôt lundi de Tibétains accusés d'avoir distribué des tracts portant le slogan « le Tibet a besoin d'être libre ». Ces tracts affirmaient aussi que de nombreux Tibétains se déclaraient prêts à s'immoler par le feu. Depuis mars 2011, l’association freeTibet a dénombré 16 immolations par le feu de moines bouddhistes.

Le ministre chinois de la Sécurité publique Meng Jianzhu s’est rendu au monastère tibétain de Kirti, en décembre dernier après ces séries d’immolations. Il a dit souhaiter que les moines « continuent à œuvrer pour la promotion de l’enseignement patriotique et religieux, pour la solidarité entre ethnies, le développement économique et le progrès social ». Pas de quoi rassurer les ONG qui estiment que les récents suicides publics des moines illustrent surtout le désespoir face à la répression religieuse et culturelle menée par Pékin dans les régions tibétaines.

« Les récentes immolations s'apparentent à des gestes de protestation désespérés contre les restrictions des libertés fondamentales et contre les mesures de sécurité punitives imposées à plusieurs monastères dans la région » jugent les organisations Amnesty International et Human Rights Watch.

DES PROGRAMMES DE RÉÉDUCATION PATRIOTIQUE

[中国- Chine] 一般信息- Informations générales - Page 2 944061-1121132
Arrivée de policiers au monastère de Kitri

Depuis avril 2011, le monastère de Kirti a, en effet, des allures de camp retranché, les 2.500 lamas qui y vivent ne peuvent plus le quitter : « présence policière permanente, un millier de militaires, barbelés et postes d’observation ont été mis en place sur l’ensemble du périmètre » détaille Human Rights Watch qui évoque des mesures policières provocatrices et dénonce l’augmentation des dépenses de sécurité dans la région depuis 2006 (5 fois plus importante que dans les zones non-tibétaines du Sichuan).
« La réaction du gouvernement chinois face au mouvement de protestation s'est traduite par des arrestations massives, des incarcérations et probablement des homicides commis par les forces de sécurité. Parmi les personnes arrêtées figurent 300 moines du monastère de Kirti, que les autorités ont dit avoir envoyés suivre un programme d'«éducation patriotique».

Sûr que les événements de ces derniers jours n'ont rien arrangé.

Depuis des années, une forme de rééducation patriotique est à l’œuvre dans cette région qui compte de nombreux monastères tibétains. En 2008, avant les Jeux-Olympiques, c’est encore la manière douce que Pékin privilégiait, proposant des sommes d’argent aux moines pour rejeter le Dalaï Lama ou les menaçant d’expulsion en Inde.

L'ORDRE DE TIRER À VUE

Les Jeux Olympiques constituent, à ce titre, une période charnière : « La Chine a raté son épreuve de légimitation. Les Jeux n’ont pas eu l’effet escompté en terme d’image. La presse internationale a pu apprécier les méthodes chinoises. Le régime a beaucoup perdu en légitimité, mais entend bien conserver son autorité sur son territoire » estime Marie Holzman, « l’exemple de l’URSS est à ce titre édifiant. On sait que le système fonctionne de telle façon qu'il interdit tout rebondissement. Toute forme d’ouverture est exclue. On l’a vu avec Gorbatchev, c’est alors tout le système qui s’effondre. C’est ce qui explique, à mon avis, le recours à la manière forte. Outre le Tibet, des dissidents très peu connus, dont le régime pourrait très bien s’accommoder sont régulièrement condamnés à des peines de 10 ans de prison ».

Encore plus inquiétant, dans la lettre Alerte Sécurité Sans Frontière, on parle désormais de « tirer à vue » : «d’importantes difficultés dans les déplacements ont pu être observées alors que des renforts policiers prenaient la direction de Luhuo et Seda (Serthar en tibétain), où se sont déroulés les récents heurts, depuis Chengdu, capitale de la province du Sichuan (sud-ouest). Des permissions octroyées pour les célébrations du nouvel an chinois auraient ainsi été annulées. Cet important déploiement a également été constaté dans le quartier tibétain de Chengdu. Les communications téléphoniques et Internet auraient été coupées par les autorités.
Selon Bahukutumbi Raman, ancien chef de la division de contre-terrorisme de l’agence indienne de renseignement extérieur (RAW), un couvre-feu aurait été imposé et les policiers chinois auraient reçu pour ordre de tirer à vue dans le comté de Draggo (Luhuo en chinois, dans le Sichuan)».

Des dizaines de véhicules de police se dirigeaient encore jeudi vers Luhuo, où des milliers de nomades et paysans indignés affluaient en début de semaine…
ivo
ivo

Messages : 26731
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

[中国- Chine] 一般信息- Informations générales - Page 2 Empty Re: [中国- Chine] 一般信息- Informations générales

Message  ivo le Lun 19 Mar - 9:32

Fraude et irrégularités sur le TGV chinois
http://www.lesechos.fr/economie-politique/monde/actu/0201956537333-fraude-et-irregularites-sur-le-tgv-chinois-303239.php
Inaugurée en grande pompe en juin 2011, cette liaison ferroviaire, d'un coût de 217 milliards de yuans (26 milliards d'euros environ), est présentée comme un symbole de la politique chinoise d'investissements dans les infrastructures. Mais sa construction a donné lieu à une kyrielle d'échecs, d'erreurs et de pratiques inhabituels qui représenteraient au total plusieurs dizaines de milliards de yuans de gaspillages, selon le Bureau national d'audit de Chine (CNAO) dans un rapport publié lundi.

Dans son nouveau rapport, le second consacré au dossier, le CNAO souligne que les irrégularités ont commencé dès l'appel d'offres, en décembre 2007, cinq mois avant le début du chantier: les auditeurs du gouvernement relèvent ainsi que le ministère des Chemins de fer a ramené de cinq jours à treize heures seulement le délai prévu pour l'examen préliminaire des dossiers en compétition pour le marché.

L'audit souligne aussi que des matériaux ont été achetés auprès d'entreprises qui n'étaient pas en lice pour le projet de ligne à grande vitesse et à des prix supérieurs à ceux proposés par des entreprises qui avaient remporté l'appel d'offres.

Le CNAO chiffre par ailleurs à 413 millions de yuans les sommes perdues (50 millions d'euros environ) par la décision de modifier les spécifications techniques des pare-brises des locomotives, prise en mars 2011, trois mois seulement avant l'ouverture de la ligne.

Le rapport fait également état de malversations d'administrations locales. Les responsables de la zone de développement économique de Jiangning, à Nankin, auraient ainsi utilisé de faux documents pour réclamer -et obtenir -une indemnisation liée à des expropriations foncières. Le rapport détaille par ailleurs les retards de paiement des prestations des fournisseurs et des sous-traitants.
ivo
ivo

Messages : 26731
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

[中国- Chine] 一般信息- Informations générales - Page 2 Empty Re: [中国- Chine] 一般信息- Informations générales

Message  ivo le Mer 11 Avr - 13:30

En Chine, la mobilisation pour une millionnaire condamnée à mort
fr info
Elle s'appelle Wu Ying.Dans la revue XXI, Dominique Lorentz raconte ce destin chinois. En 2003, Wu Ying a 22 ans, quand elle ouvre son premier salon de beauté. La jeune femme est née dans une famille modeste, dans la province du Zhejiang, sur la côte. Mais elle a le sens des affaires, et très vite, elle ouvre d'autres salons. Elle investit dans l'hôtellerie, dans l'immobilier. En 2006, à 25 ans seulement, Wu Ying est la sixième femme la plus riche de Chine.

C'est là que les difficultés commencent. Wu Ying est arrêtée. La police l'accuse d'avoir détourné près de 50 millions d'euros, d'avoir trompé des investisseurs en leur promettant des rendements faramineux. Mais une partie de l'argent s'est envolé.

La jeune femme est emprisonnée. Elle choisit de négocier avec les enquêteurs. Pour obtenir la clémence de la justice, elle fournit une liste de 137 noms, des membres du gouvernement local et des chefs d'entreprises qui lui ont prêté de grosses sommes pour financer ses activités. Pourquoi l'ont-ils fait ? Dans XXI, Dominique Lorentz l'explique simplement : en jouant les banquiers, ces dirigeants ont blanchi de l'argent sale, le fruit de la corruption et des pots-de-vin. Dans la foulée, dix notables sont condamnés. Les autres ne sont pas inquiétés.

Wu Ying, elle, affronte son premier procès en 2009. Elle est reconnue coupable, et elle est condamnée à mort : selon la justice, ses "crimes" constituent "un immense préjudice au peuple et à la nation". La millionnaire fait appel. Mais il y a quelques semaines, sa demande est rejetée.

Reste l'opinion chinoise. Elle est là, prête à défendre Wu Ying. La revue XXI explique que de simples citoyens, comme des intellectuels et des hommes d'affaires soutiennent la femme d'affaires. Selon eux, en Chine, la plupart des sociétés privées ont recours aux mêmes méthodes que Wu Ying. Elles sont obligées d'emprunter de l'argent à droite et à gauche car les banques ne font pas leur travail. Un avocat le résume sur son blog : "la vie de Wu Ying nous concerne tous".

La jeune femme n'est plus seule. Elle continue à plaider sa bonne foi. Son dernier espoir, c'est la cour suprême. Wu Ying pourrait échapper à la peine de mort.
ivo
ivo

Messages : 26731
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

[中国- Chine] 一般信息- Informations générales - Page 2 Empty Re: [中国- Chine] 一般信息- Informations générales

Message  ivo le Sam 28 Avr - 11:54

Le dissident chinois Chen Guangcheng serait sous protection américaine
fr info
Il s'est réfugié dans l'ambassade américaine à Pékin selon l’opposition chinoise. L’avocat aveugle qui avait dénoncé les avortements forcés, dans une province de l’est de la Chine, s'est échappé de son domicile où il était assigné à résidence.

"Il demande au gouvernement de garantir qu'il n'y aura pas de représailles visant sa famille", Philippe Reltien à Pékin.

Les autorités chinoises et américaines n’ont pas encore confirmé la fuite. Le ministère chinois des Affaires étrangères n’a pas voulu s’exprimer dans l’immédiat. D'autant plus que cet événement est source d’embarras, à quelques jours de la visite de la secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton.

En 2005, le dissident avait suscité la colère des autorités chinoises en révélant un programme d’avortements forcés. Il avait fait quatre ans de prison, et avait ensuite été assigné à résidence. L'avocat aveugle s'est échappé ce vendredi, selon une organisation de défense des droits de l'homme.
ivo
ivo

Messages : 26731
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

[中国- Chine] 一般信息- Informations générales - Page 2 Empty Re: [中国- Chine] 一般信息- Informations générales

Message  ivo le Sam 19 Mai - 12:11

Le dissident chinois Chen Guangcheng serait sur le point de partir aux États-Unis
fr info
Après trois semaines à l'hôpital, l'avocat chinois source de discorde diplomatique entre les États-Unis et la Chine est à l'aéroport de Pékin. Il "doit prendre un vol pour New York" dans la journée.


Au début du mois, des militants des droits de l'Homme demandaient au gouvernement chinois de laisser partir Chen, ici à Londres. © Amnesty International
Dix-neuf mois de résidence surveillée, une évasion, trois semaines à l'hôpital : c'est le parcours semé d'embûches que doit se frayer Chen Guangcheng. Après ces péripéties et un séjour de plusieurs jours à l'ambassade américaine de Pékin, l'avocat aveugle se trouve à l'aéroport de la capitale chinoise.

Difficile de faire la part des choses dans cette exfiltration, le dissident chinois "attend de voir ce qu'il va se passer" :

"Je dois prendre un vol pour les États-Unis, mais on ne m'a rien dit et je n'ai pas reçu nos passeports. Donc je n'en suis pas encore sûr."

Chen Guangcheng avait auparavant informé Bob Fu, président de l'organisation humanitaire ChinaAid basée au Texas, qu'il se trouvait à l'aéroport de Pékin.

Chen et sa famille "ont été informés qu'ils devaient faire leurs valises et se préparer à quitter la Chine". L'avocat — qui s'est rendu célèbre pour avoir lutté contre les stérilisations et avortements forcésavait provoqué un contentieux diplomatique entre Pékin et Washigton le mois dernier. Il s'était enfui de sa résidence surveillée dans le nord-est de la Chine pour se réfugier à l'ambassade américaine.
ivo
ivo

Messages : 26731
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

[中国- Chine] 一般信息- Informations générales - Page 2 Empty Re: [中国- Chine] 一般信息- Informations générales

Message  ivo le Mer 6 Juin - 12:31

La Chine ferme le Tibet aux touristes étrangers
fr info
Les autorités chinoises ont fermé le Tibet aux touristes étrangers, selon des agences de voyage. Cette mesure est prise alors que débute un festival qui voit traditionnellement un afflux de touristes dans la région himalayenne, dix jours après l'immolation par le feu de deux Tibétains à Lhasa.

La Chine ferme épisodiquement le Tibet en période de tensions ou lorsqu'elle craint des troubles dans la région. Cette nouvelle fermeture des frontières pour les touristes étrangers intervient alors que démarre un festival bouddhiste qui entraîne généralement un afflux de pélerins. Il s'agit du festival de Saga Dawa, qui célèbre la naissance du Bouddha dans le calendrier tibétain.

Mais cette fermeture intervient également dix jours après l'immolation de deux Tibétains à Lhasa, une première au sein même du Tibet. Depuis mars 2011, 37 Tibétains se sont immolés par le feu ou ont tenté de le faire, dans les zones tibétaines des provinces chinoises avoisinantes. Ils dénoncent la répression de leur culture et de leur religion. Cette région himalyenne est placée sous étroite surveillance par la Chine depuis une éruption de violences antichinoises en mars 2008.

"Le Bureau du tourisme chinois nous a demandé d'arrêter d'organiser des tours pour des groupes étrangers au Tibet fin mai. Nous ne savons pas quand cette mesure sera levée", indique une employée du Tibet China International Tour Service.
ivo
ivo

Messages : 26731
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

[中国- Chine] 一般信息- Informations générales - Page 2 Empty Re: [中国- Chine] 一般信息- Informations générales

Message  ivo le Jeu 14 Juin - 9:11

un avortement forcé qui enflamme la Toile chinoise...
fr info
C'est à lire sur le site du Global Times, un media chinois cité par la page big browser du monde.fr : selon des groupes de défenseurs des droits de l'homme, une jeune femme aurait été forcée à avorter car elle ne pouvait pas payer les presque 5000 euros d'amende pour infraction à la politique de l'enfant unique. Elle avait déjà eu un premier enfant et n'avait pas demandé l'autorisation formelle d'en avoir un deuxième. Bien que la loi chinoise interdise l'avortement après six mois de grossesse, elle en était pourtant à son septième mois.

Malgré la censure toujours vigilante, sur Weibo, le Twitter chinois, cette affaire provoque l'indignation générale, les internautes dénoncent un traitement inhumain et demandent que les responsables soient sévèrement punis. Une affaire qui relance aussi les polémiques en Chine autour de cette politique de l'enfant unique, considérée par les opposants comme une violence légale faite aux femmes.
ivo
ivo

Messages : 26731
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

[中国- Chine] 一般信息- Informations générales - Page 2 Empty Re: [中国- Chine] 一般信息- Informations générales

Message  ivo le Dim 16 Sep - 19:09

La tension monte encore d'un cran entre le Japon et la Chine
LE DIMANCHE 16 SEPTEMBRE 2012 À 17:10 mis à jour à 18:21
fr info
De violentes manifestations anti-japonaises ont éclaté ce week-end en Chine. Le Premier ministre nippon appelle Pékin à protéger ses ressortissants. Les deux pays se livrent une bataille depuis plusieurs années pour le contrôle de plusieurs îles au large de leurs côtes. L'annonce du gouvernement japonais de racheter l'archipel en question a entraîné cette flambée de violence. En tournée asiatique, le secrétaire américain à la Défense dit craindre "un conflit qui pourrait s'étendre".

[中国- Chine] 一般信息- Informations générales - Page 2 RTR3815H
Des centaines de manifestants se sont rassemblés samedi devant le consulat japonais à Shangai. © Reuters Aly Song

Un week-end émaillé d'actes de violence anti-japonaises en Chine. Les précisions depuis Pékin de Philippe Reltien.

Une usine et un concessionnaire auto japonais incendiés dans l'Est, des supermarchés nippons vandalisés dans le Sud, ou encore des manifestations dispersées au gaz lacrymogène dans quelques 70 villes du pays. Le week-end a été marqué par une flambée de violences anti-japonaises en Chine. A tel point que le Premier ministre japonais Yoshihiki Noda a officiellement demandé à Pékin de prendre des mesures pour assurer la sécurité de ses ressortissants.

Un regain de tension lié à un petit archipel d'îles en mer de Chine orientale dont les sous-sols recèleraient du pétrole et du gaz. Appelées Senkaku par les Japonais et Diayu par les Chinois, ces bouts de terre empoisonnent depuis plusieurs années les relations diplomatiques entre les deux premières puissances économiques d'Asie.

[中国- Chine] 一般信息- Informations générales - Page 2 Sans-titre-1

Le microscopique archipel de Senkaku en Japonais ou Diaoyu pour les Chinois.

Mais la crise n'a rarement été aussi vive. L'annonce par Tokyo du rachat de ces îles à leurs propriétaires privés a fait bondir Pékin. Plusieurs navires de guerres chinois ont été envoyés pendant quelques heures pour patrouiller autour de l'archipel, également revendiqué par Taïwan.

Cette surenchère inquiète jusqu'aux Etats-Unis. En tournée asiatique, le secrétaire américain à la Défense s'est dit "préoccupé par des provocations qui pourraient déboucher sur des violences et au bout du compte sur un conflit"
.

commentaire:
Une crise mondiale,une explosion des tensions entre diverses cultures,une oppression constante sur la population. J'ai déjà lu ça dans un livre d'histoire.
ivo
ivo

Messages : 26731
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

[中国- Chine] 一般信息- Informations générales - Page 2 Empty Re: [中国- Chine] 一般信息- Informations générales

Message  ivo le Lun 17 Sep - 8:55

La Chine se déchaîne contre ses Japonais
http://www.liberation.fr/monde/2012/09/16/la-chine-se-dechaine-contre-ses-japonais_846737
Le rachat par Tokyo d’îles revendiquées par Pékin a déclenché de violentes manifestations ce week-end.

De notre correspondant à Pékin PHILIPPE GRANGEREAU
En attisant la semaine dernière l’animosité de sa population à l’égard du Japon, le gouvernement chinois jouait avec le feu. En conséquence, Pékin a aujourd’hui beaucoup de mal à maîtriser cette hostilité très ancrée dans la conscience nationale. «Il n’y a plus qu’une solution : la guerre ! Si les chiens de Japonais ne nous rendent pas les îles Diaoyu [que se disputent les deux pays, ndlr], il faudra mettre le Japon à feu et à sang, prône Zheng Luogang, un militant nationaliste de 28 ans qui manifeste devant l’ambassade du Japon à Pékin. Des millions de jeunes sont prêts à prendre les armes contre le Japon. Et, si c’est nécessaire, on pourrait lâcher une bombe atomique sur Tokyo !»

Samedi, des centaines d’excités ont attaqué le bâtiment diplomatique, dont la façade grise a été la cible de pierres, d’œufs et de bouteilles en plastique. Hier, l’ambassade était de nouveau assiégée par des milliers de personnes qui ont défilé toute la journée pour crier leur haine de ce pays qui administre l’archipel des Diaoyu (Senkaku en japonais) revendiqué par la Chine.

«Viol». La semaine dernière, Tokyo a racheté ces îles à leurs propriétaires privés, semble-t-il pour empêcher l’extrême droite nippone, très antichinoise, d’acquérir elle-même ces îlots inhabités. Croyant calmer le jeu, Tokyo a au contraire déclenché une réaction outrée de Pékin contre ce «viol de souveraineté». Dans la foulée, une véritable campagne contre les Japonais a été lancée dans les médias officiels et, chose exceptionnelle, Pékin a donné le feu vert à la population pour manifester. Les rassemblements ont très vite dégénéré.

Ce week-end, des magasins et restaurants japonais ont été mis à sac dans cinq villes, des voitures de marque japonaise ont été retournées et une douzaine d’usines japonaises ont été dévastées par des foules incontrôlables. A Pékin, les nombreux restaurants nippons de la ville ont, jusqu’à hier, échappé aux vandales en se barricadant et en collant sur leurs enseignes cette affiche salutaire : «Les Diaoyu appartiennent à la Chine.» A Chongqing (centre), les vitres du consulat japonais ont été brisées.

Les résidents japonais (rien qu’à Shanghai, on en compte 60 000) vivent terrés chez eux et Tokyo a instamment demandé hier aux autorités chinoises d’assurer leur protection. Hier à Pékin, les jets de projectiles ont continué, sous les regards bienveillants d’escadrons antiémeutes. Des mots d’ordres singulièrement hostiles ont fusé. A côté d’un calicot pour le boycott des produits japonais, on pouvait lire : «Anéantissons Tokyo !» ou «donnez-nous des armes !» Une adolescente en robe légère agite une pancarte : «Baisons à mort les nains japonais.»

«Dette de sang». La féroce occupation japonaise de la Chine (1931-1945) est plus que jamais présente dans les mémoires. «Il faut venger la dette de sang historique. Coupons les têtes de ces chiens de Japonais pour assouvir la colère des Chinois», lit-on sur un placard accroché aux épaules d’un octogénaire.

Mais ce fanatisme est aussi dirigé contre les autorités chinoises. «Le problème, dit Zheng, le jeune nationaliste, c’est que notre gouvernement n’aura jamais le courage d’attaquer ces salauds de Nippons.» De-ci de-là, le cortège brandi des portraits, de prime abord incongrus, de l’ancien «Grand Timonier» Mao Zedong. «Vous savez pourquoi on agite son effigie ? demande l’un de ces «maoïstes». C’est que lui, c’est sûr, il n’hésiterait pas à déclarer la guerre au Japon! Hu Jintao [le président chinois, ndlr] n’est qu’un poltron !»
ivo
ivo

Messages : 26731
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

[中国- Chine] 一般信息- Informations générales - Page 2 Empty Re: [中国- Chine] 一般信息- Informations générales

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum