Derniers sujets
» GRAVOS & FRIENDS
par ivo Ven 23 Fév - 10:10

» étude du fascisme
par ivo Mar 6 Fév - 8:58

» la police s'étonne qu'on ne l'aime pas
par niouze Mar 16 Jan - 12:29

» vite, je vais vomir ...
par niouze Ven 12 Jan - 13:23

» Tunisie >>>>>>>
par ivo Lun 18 Déc - 8:29

» la phrase du jour
par ivo Lun 18 Déc - 8:09

» [中国- Chine] 一般信息- Informations générales
par ivo Sam 16 Déc - 8:38

» les photos d'actus - l'info en résumé
par ivo Sam 16 Déc - 8:34

» macronie
par ivo Sam 16 Déc - 8:23

» enfance ...
par ivo Ven 15 Déc - 9:27

» démocratie et justice ...
par ivo Ven 15 Déc - 9:19

» internet , technologie, ...
par ivo Ven 15 Déc - 8:41

» sexisme ... encore et toujours ...
par ivo Ven 15 Déc - 8:19

» [Toulouse - 03-01-2018] HASSIG + TROTZ + PESTCONTROL
par vegan31 Ven 8 Déc - 10:42

» flicage total du net
par niouze Lun 4 Déc - 10:06

» état d'urgence et autres restrictions....
par niouze Jeu 30 Nov - 22:32

» pesticides / fongicides
par ivo Mer 22 Nov - 9:02

» contre l'esclavage moderne
par ivo Mer 22 Nov - 8:54

» Sur les rives du Jourdain
par ivo Mer 22 Nov - 8:52

» petits business entre amis
par ivo Mer 22 Nov - 8:41

» No Futur - la terre au 21° siecle
par ivo Mer 22 Nov - 8:36

» blancs comme neige ^^
par ivo Mer 22 Nov - 8:34

» homophobie dans le monde ...
par ivo Mer 22 Nov - 8:19

» immigration ...
par ivo Mer 22 Nov - 8:16

» Nucléaire mon amour ...
par ivo Mar 21 Nov - 9:19

» Afrique coloniale belge
par ivo Mar 21 Nov - 8:50

» Révolution russe
par ivo Mar 21 Nov - 8:01

» agriculture
par ivo Dim 19 Nov - 8:26

» <<< Santé >>>
par ivo Dim 19 Nov - 8:21

» droites extremes
par ivo Sam 18 Nov - 11:01

» Birmanie
par ivo Sam 18 Nov - 10:35

» U.E.
par ivo Sam 18 Nov - 10:10

» pologne
par ivo Sam 18 Nov - 8:44

» No Futur - l'espace au 21° siecle
par ivo Ven 17 Nov - 8:36

» Réunionnais de la Creuse
par ivo Ven 17 Nov - 7:56

» rwanda
par ivo Jeu 16 Nov - 9:49

» médias ? quels médias ??
par ivo Jeu 16 Nov - 9:27

» Infos insolites.
par ivo Mer 15 Nov - 8:04

» ZAD partout ?
par niouze Mar 14 Nov - 17:54

» pape, cathos, vatican et autres ....
par ivo Mar 14 Nov - 9:00

» Necronomacron
par ivo Lun 13 Nov - 7:46

» monde - stupéfiants
par ivo Dim 12 Nov - 8:20

» conditions de travail ...
par ivo Dim 12 Nov - 8:10

multiculturalisme ?

Aller en bas

multiculturalisme ?

Message  ivo le Mer 16 Fév - 20:22

Quand la gauche va-t-elle défendre le multiculturalisme ?
http://www.rue89.com/wieviorka/2011/02/12/quand-la-gauche-va-t-elle-defendre-le-multiculturalisme-190273
La gauche va-t-elle gober sans broncher les attaques convergentes de la droite et de l'extrême-droite contre ce qu'elles appellent le « multiculturalisme » ?

« Je ne peux que le féliciter », a déclaré Marine le Pen, la nouvelle dirigeante du Front national, après que David Cameron, le Premier ministre britannique, a affirmé, le 5 février, que le multiculturalisme est un échec.

Quatre mois auparavant, en Allemagne, Angela Merkel, la Chancelière, avant lancé l'offensive des droites en déclarant que « cette approche a échoué, totalement échoué ».

Et lors de l'émission « Paroles de Français » sur TF1, vendredi, Nicolas Sarkozy, le chef d'Etat français, a apporté sa contribution à la disqualification du multiculturalisme en reprenant la même antienne. Dans son cas, on hésite quant au diagnostic : renversement complet ou incohérence ?

Il y a quelques années, en effet, quand il était ministre de l'Intérieur, Nicolas Sarkozy proposait la nomination d'un préfet musulman, en tant que tel, et jusqu'en 2009, il se faisait le chantre des idées qui animent les positions favorables au multiculturalisme, par exemple en promouvant la discrimination positive ou en installant, auprès du Premier ministre, un Commissaire en charge de la diversité, Yazid Sabeg.

Ces charges donnent l'image d'une grande cohérence idéologique des droites d'Europe – à noter qu'en réaction, le président russe Medvedev vient de rappeler son attachement au modèle multiculturel.

Un débat fourre-tout des droites contre l'islam

Mais que visent-elles ? En fait, d'abord et avant tout, non pas tant un ensemble de différences culturelles clairement identifiées, qui sont stricto sensu l'objet du multiculturalisme, mais [color:9628=red]une nébuleuse sémantique regroupant l'immigration, le terrorisme, la criminalité, la délinquance, l'insécurité et surtout, l'islam, c'est-à-dire une religion.

Otons l'islam du débat : que reste-t-il dans le rejet du « multiculturalisme » ? Les différences régionales, celles liées au genre, ou aux mœurs sexuelles, l'existence de communautés, en particulier venues d'Asie, qui n'ont guère de place dans les préoccupations de l'opinion et des médias… toutes thématiques intéressantes, certes, mais relativement secondaires aujourd'hui.

Le terme de multiculturalisme est inapproprié ici, car ce qui est en jeu est d'abord et avant tout une religion, et non une culture. Que celles-ci puissent se recouper est une évidence, mais cela n'autorise en aucune façon à les confondre, et à rejeter le multiculturalisme pour en réalité flatter l'islamophobie.

Un concept qui concilie droit, raison et respect des différences

Inadapté, le terme est aussi disqualifié dans cette communion des droites et extrêmes droites, pour devenir toute autre chose que ce que ses promoteurs tentent d'expliquer.

Il suffit de lire, par exemple, un de ses meilleurs théoriciens, le chercheur canadien Will Kymlicka, pour comprendre que le multiculturalisme, aussi bien dans son concept que dans les dispositifs institutionnels et politiques qui l'incarnent réellement, refuse toute tentation communautariste et au contraire concilie le droit et la raison, d'une part, et d'autre part le respect des différences.

Il est légitime et souhaitable qu'un chef d'Etat s'en prenne au terrorisme, à la violence, agisse pour mettre fin à la domination des groupes et de leurs leaders sur les individus relevant de minorités, à commencer par les femmes.

Mais imputer ces maux au multiculturalisme, c'est en faire un bouc émissaire trop commode, ou, au mieux, ne s'intéresser qu'aux dérives des modèles qu'il promeut, et non à ces modèles eux-mêmes.

Que signifie l'injonction de l'intégration des immigrés ?

La critique du multiculturalisme par les droites et les extrêmes-droites comporte une dimension qui mérite d'être soulignée : elle va de pair avec l'appel à l'intégration des immigrés.

Cet appel est toujours présenté comme une nécessité pour la nation, pour la société dans son ensemble, et jamais du point de vue des immigrés.

Ceux-ci sont alors définis comme autant de problèmes ou de sources de difficultés, rien d'autres, et le message qui leur est adressé est vite si peu conforme aux réalités de leur expérience sociale qu'il ne peut être qu'incantatoire, et répressif : que signifie l'injonction de l'intégration, si les moyens de la réussir ne sont guère proposés ?

Tempéré, le multiculturalisme est une opportunité pour la gauche

Il y a néanmoins un avantage dans ce rejet par les droites et extrêmes droites du multiculturalisme au nom d'une intégration qui devient mythique : il interpelle les gauches.

Le concept, historiquement, a plutôt été de leur côté, mais il faut aussitôt ajouter qu'elles ont toujours été divisées dès qu'il s'agissait de le promouvoir.

En France, notamment, l'attachement à l'idéal républicain, version nationale des valeurs universelles, s'est souvent soldé, y compris à gauche, par un refus de tout ce qui semble déboucher sur une reconnaissance des minorités, et sur un encouragement, dès lors, aux horreurs du communautarisme.

Qui voudrait vivre dans le Liban de la guerre civile, ou dans l'ex-Yougoslavie de la purification ethnique ? Mais, vingt ans après l'effondrement du régime soviétique, et, surtout, au moment où les peuples se soulèvent en Egypte et en Tunisie contre des régimes dictatoriaux, de tels exemples ne devraient pas interdire à la gauche de s'inquiéter tout autant des dérives autoritaires et brutales auxquelles l'universalisme abstrait peut lui aussi aboutir.

Le multiculturalisme bien tempéré, s'il fait l'objet d'évaluations régulières, s'il est expérimenté avec prudence, et sans généralisation prématurée, n'est pas nécessairement l'abomination que dénoncent les droites et les extrêmes droites, il pourrait même apporter des solutions à une gauche soucieuse d'articuler le respect absolu des valeurs universelles, et celui des différences.

La gauche aurait bien tort d'être paresseuse, ou idéologique, et de se contenter d'embrayer le pas aux droites et aux extrêmes droites.
avatar
ivo

Messages : 26720
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: multiculturalisme ?

Message  ivo le Jeu 17 Fév - 9:29

Après l’"identité nationale", l’UMP veut lancer un débat sur l’islam
FRANCE INFO - 06:53
C’est Jean-François Copé, le secrétaire général de l’UMP qui l’a annoncé hier : l’UMP compte organiser début avril un débat sur les religions en général et l’islam en particuliers. Sur notamment sa compatibilité avec les règles de la République laïque.
Une manière de couper l’herbe sous les pieds du FN, à un an de la présidentielle ? L’idée -sensible- aurait reçu l’aval de l’Elysée.


Prière du vendredi dans une rue de Paris, le 17 décembre dernier © REUTERS/Charles Platiau

C’est Nicolas Sarkozy, le premier, qui a lancé le débat l’air de rien, lors de son intervention télévisée sur TF1 la semaine dernière. Il y a fustigé le multiculturalisme et indiqué que seuls seraient les bienvenus en France ceux qui accepteraient de se fondre dans la communauté nationale. "Cela pose, a-t-il alors déclaré, la question de l’islam et de nos compatriotes musulmans".

Le pavé déjà dans la mare, l’UMP n’a fait qu’embrayer, proposant dès lundi au chef de l’État un débat sur le thème général suivant : "comment organiser l’exercice des cultes religieux de telle sorte qu’ils soient compatibles dans notre pays avec les règles de la république laïque ". L’islam n’est annoncé qu’en deuxième partie de ce débat, mais devrait en constituer l’essentiel. Ce débat prendrait la forme d’une convention le 5 avril. Dès lors, comment ne pas y voir la version "bis" du débat très controversé sur l’identité nationale lancée en 2010 par l’ancien ministre de l’Immigration Éric Besson.

L’UMP relance le débat : après l’identité nationale, l’islam en France Précisions de Yannick Jadot (0'59")

"Je ne veux pas de prières dans les rues" Nicolas Sarkozy
En l’occurrence, le député-maire de Meaux, en pointe sur la loi interdisant le port du voile intégral, n’a jamais cacher vouloir relancer le débat. Jean-François Copé souhaite ainsi aborder les questions du nombre de lieux de culte musulmans en France, de la formation des imams, du contenu de leur prêche ou de leur langue d’expression.

Parant d’avance les critiques, Nicolas Sarkozy qui recevaient hier ses ministres à déjeuner a affirmé que "si on ne veut pas que les débats dérapent, il faut les affronter". Et de marteler : "Je ne veux pas de prières dans les rues, d’appels à la prière. On a eu un débat sur la burqa et c’était une bonne chose. Il faut aboutir à un cursus idéologique sur la place des religions en 2011".

"La laïcité n’est pas lepénisable" PCF
Des arguments qui choquent. Le parti communiste a le premier déclaré qu’il ne laisserait pas "souffler un nouvel écran de fumée nauséabonde comme ce fut le cas lors du débat sur l’identité nationale". "La laïcité n’est pas lepénisable", dit le PCF.

Cécile Quéguiner, avec agences
avatar
ivo

Messages : 26720
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: multiculturalisme ?

Message  ivo le Jeu 17 Fév - 10:03

Islam: l'UMP tiendra une convention sur les religions le 5 avril
(AFP) – Il y a 5 heures
PARIS — Nicolas Sarkozy souhaite fixer des règles concrètes à l'islam en France à l'issue d'une convention de l'UMP qui se tiendra le 5 avril sur la laïcité et la place des religions, indique Le Figaro jeudi.
Selon le quotidien, le président a reçu mercredi les députés UMP à l'Elysée et a dénoncé "un décalage croissant entre les médias et les préoccupations des Français" sur les questions de l'islam et de la laïcité.
"Les racistes d'hier sont devenus les populistes d'aujourd'hui. Notre formation politique, puis le Parlement doivent s'occuper de ces sujets", a-t-il déclaré aux députés UMP.
"Quelles sont les limites que nous mettons à l'islam?", s'est-il interrogé devant ses hôtes.
"Il n'est pas question d'avoir une société française qui subirait un islam en France. Nous sommes une société laïque"
, a-t-il poursuivi.
"Dans un pays laïque, il ne doit pas y avoir d'appels à la prière. Il faut aboutir à un corpus idéologique sur la place des religions en 2011", a encore déclaré le président selon Le Figaro.
Nicolas Sarkozy a validé lundi la tenue d'une convention sur ce sujet, après avoir répété à la télévision jeudi dernier qu'il voulait "un islam de France", et non "un islam en France".
Selon un participant anonyme à la réunion cité par le quotidien, "l'islam sera un sujet phare de la présidentielle".
Copyright © 2011 AFP

.............................
avatar
ivo

Messages : 26720
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: multiculturalisme ?

Message  niouze le Jeu 17 Fév - 14:54

quand c'est connard comprendront qu'a force de jouer sur les terres d'extreme droite on en fait que la fortifier ; il sera trop tard !

_________________
"Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça." coluche
avatar
niouze

Messages : 5052
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: multiculturalisme ?

Message  spike le Jeu 17 Fév - 16:56

C'est vraiment gerbant....
avatar
spike

Messages : 3721
Date d'inscription : 19/05/2009

http://anarchietotale.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: multiculturalisme ?

Message  ivo le Ven 18 Fév - 10:50

Rachida Dati met en garde contre une« stigmatisation» de l'islam
http://www.20minutes.fr/article/672667/politique-rachida-dati-met-garde-contre-une-stigmatisation-islam
RELIGION (...) - Alors que l'UMP va lancer un débat sur sa place en France...

La députée européenne UMP Rachida Dati a mis en garde vendredi contre une «stigmatisation» de l'islam et des musulmans avec le débat lancé par son parti, à la demande de Nicolas Sarkozy, sur la place des religions en France.

«Le débat sur l'islam, moi ça ne me pose aucun problème, ce débat est pertinent. Mais il faut faire attention, et c'est important de le dire, de ne pas stigmatiser l'islam en tant que religion et de ne pas stigmatiser les musulmans, qui sont d'abord Français, en tant que pratiquants», a déclaré l'ancienne garde des Sceaux.

«Ne pas stigmatiser»

A la demande de Nicolas Sarkozy, l'UMP veut lancer un débat, avec une convention le 5 avril, sur l'exercice des cultes religieux, «singulièrement le culte musulman», a expliqué le patron du parti majoritaire, Jean-François Copé.

«Le débat, je suis d'accord, mais attention de ne pas stigmatiser, attention de ne pas caricaturer une partie de nos compatriotes pour susciter de la peur chez les autres», a insisté la députée européenne et conseillère politique de l'UMP. Selon Rachida Dati, «en fait ce n'est pas l'islam qui pose un problème».

Les prières de rues sont «inacceptables»

«Le problème aujourd'hui, c'est de combattre ceux qui dévoient l'islam, qui l'utilisent pour défier les valeurs de la République, le sujet il est là», a ajouté Rachida Dati, mais «il faut aussi que les musulmans, comme pour toutes les autres religions, aient des lieux de culte et de prière décents».

Qualifiant les prières dans les rues d'«inacceptables», elle a ajouté: «nous avons aujourd'hui les moyens juridiques de pouvoir empêcher cela. Les musulmans ne demandent pas de prier dans les rues».

«Les prières dans les rues on a laissé faire», a-t-elle déplorée, en regrettant «le manque de courage des politiques». «Ca a été le problème de l'immigration et de la sécurité pendant des années», a-t-elle dit.

Interrogée sur un sondage Ifop diffusé vendredi dans France Soir et créditant Marine Le Pen de 19 à 20% d'intentions de vote au premier tour de la présidentielle, Rachida Dati a tempéré ces chiffres, en faisant valoir que «nous sommes loin de l'échéance présidentielle».

© 2011 AFP
avatar
ivo

Messages : 26720
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: multiculturalisme ?

Message  ivo le Sam 19 Fév - 11:05

Nicolas Sarkozy s’enflamme sur l’islam
http://www.liberation.fr/politiques/01012320727-nicolas-sarkozy-s-enflamme-sur-l-islam
La deuxième religion de France est devenue la cible préférée du Président. Une partie de la droite s’inquiète d’éventuels dérapages, comme lors du débat sur l’identité nationale.


Nicolas Sarkozy, le 15 février dernier. (REUTERS)

C’est le sujet du moment. Nicolas Sarkozy veut «un islam de France» et des imams parlant français, il ne veut plus entendre parler de prières de rues ni de minarets. Il y revient en toutes circonstances : la semaine dernière devant le panel de Français réunis par TF1, lundi matin lors de la réunion hebdomadaire des cadres de l’UMP, mardi matin devant les dirigeants de la majorité et mercredi, encore, lors d’un déjeuner avec les parlementaires du parti majoritaire.

Risque. «La laïcité et la place de l’islam dans la République» : ce sera le thème d’une convention organisée par l’UMP le 5 avril. Alimentée par le club des think tanks gravitant autour du parti du Président, la réflexion devrait déboucher, avant l’été, sur des «propositions concrètes». Le chef de l’Etat envisage notamment le vote solennel d’une résolution réaffirmant «les principes de la République et la laïcité».

En lançant ce débat, la droite prend le risque de nouveaux dérapages, comme ceux qui avaient marqué l’an dernier le débat sur l’identité nationale. De quoi inquiéter Alain Juppé : «Si on se lance sur ce sujet, attention à l’atterrissage», a-t-il objecté mardi à l’Elysée. Pour l’eurodéputé écologiste Daniel Cohn-Bendit, le projet est clair : Nicolas Sarkozy «ressort l’islam» pour «labourer vers la droite dure, […] si ça lui fait du bien, ça fait du mal à la France».

Le risque est totalement assumé par le secrétaire général de l’UMP, Jean-François Copé. Principal inspirateur de cette stratégie, il entend reproduire, en lui donnant plus d’ampleur, l’opération burqa de l’an dernier. A l’occasion de ce débat sur l’interdiction du voile intégral dans l’espace public, la majorité avait pris l’initiative d’une résolution affirmant «l’attachement au respect des valeurs républicaines face au développement de pratiques radicales». Mal à l’aise dans un débat dont elle dénonçait la dimension électoraliste, la gauche avait voté la résolution mais pas la loi d’interdiction. Et la droite, derrière Copé, avait eu la satisfaction de pouvoir se dire à l’avant-garde du combat pour la laïcité. Si elle choisit de remettre ça en 2011, c’est qu’elle s’inquiète de voir Marine Le Pen s’emparer des valeurs républicaines, alors même que le ministère de l’Intérieur fait état de rapports alarmants de services de renseignements sur l’activité de certaines mosquées. Des préfets alertent sur des prêches radicaux, sur l’extension des menus halals ou encore sur le développement des écoles coraniques. Si le sujet obsède les élus de la majorité, c’est que leurs électeurs sont de plus en plus nombreux à dénoncer une «islamisation» de la société. «Ils nous en parlent comme si les musulmans étaient à leur porte. Il y a une montée terrible de l’islamophobie», constate Jérôme Bignon, député (UMP) de la Somme, dans une circonscription rurale majoritairement peuplée de catholiques.

«Quelles sont les limites que nous mettons à l’islam ? Notre formation politique, puis le Parlement doivent s’occuper de ces sujets», martelait le chef de l’Etat mercredi devant les élus UMP. Un discours bien éloigné de celui que tenait entre 2002 et 2007 le ministre de l’Intérieur Sarkozy, défenseur d’une «discrimination positive» incarnée par un «préfet musulman» et promoteur d’un Conseil français du culte musulman (CFCM) confié a des organisations aujourd’hui décriées. «Sa pensée n’a pas évolué. Mais il est vrai que son expression évolue», reconnaissait hier un proche du chef de l’Etat.

«Valeurs». Responsable de la conception du projet de l’UMP pour 2012, Bruno Le Maire assure qu’il ne prétend pas avoir «la vérité révélée». Mais il soutient que rien ne sera possible sans l’acceptation d’un «socle de valeurs» comprenant notamment la maîtrise de la langue, l’égalité homme-femme ou encore la tolérance et la liberté d’expression : «On accepte les caricatures du pape, il faut accepter celles de Mahomet.»

Pour le reste, l’UMP se dit ouverte à toute proposition. Animateur du Club 89, think tank fondé par Alain Juppé, le secrétaire d’Etat au Logement, Benoist Apparu, animera le 2 avril un séminaire sur «La laïcité et les libertés religieuses». Il préconise un débat «aussi serein et aussi peu électoraliste que possible». Dès lors qu’il y a accord sur les valeurs, il devient possible, selon lui, de progresser sur la contractualisation des établissements scolaires musulmans ou de réfléchir à un assouplissement de la loi de 1905 sur la laïcité pour développer la construction de mosquées. Esquissée hier sur RMC, cette idée fait bondir les durs de l’UMP, membres du collectif la Droite populaire. Ils se sont fendus d’un communiqué dénonçant une violation du «pacte majoritaire». Pas question, écrivent-ils, «d’utiliser l’argent des Français» pour financer le «prosélytisme». Ainsi s’engage le débat «serein».
avatar
ivo

Messages : 26720
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: multiculturalisme ?

Message  ivo le Sam 19 Fév - 19:18

Laïcité : Sarkozy veut couper la route au FN
http://www.leparisien.fr/election-presidentielle-2012/laicite-sarkozy-veut-couper-la-route-au-fn-19-02-2011-1322373.php
Nicolas Sarkozy ne laisse jamais rien au hasard. Grand consommateur de sondages, il surveille depuis des mois l’ascension de Marine Le Pen. Hier, douche froide : la majorité découvre que la patronne du FN est créditée de 19 ou 20% au premier tour de la présidentielle, contre 22 ou 23% pour le président, soit 3 à 4 points d’écart, selon un sondage Ifop pour « France-Soir »! Autant dire qu’elle pourrait passer devant… Quand on l’interroge, Sarkozy fait mine de ne pas s’inquiéter : « Elle va comprendre son plaisir maintenant qu’elle est aux commandes.

» Ses proches parlent même de « construction médiatique ».

Le risque d’un « 21 avril à l’envers »

Pourtant, en privé, le président évoque parfois le risque d’un « 21 avril à l’envers », allusion à l’éviction de Lionel Jospin par Jean-Marie Le Pen en 2002. Mais cette fois, c’est le candidat de droite qui serait balayé… « Si la présidentielle avait lieu demain, ça pourrait arriver. Elle pourrait passer devant le candidat PS ou UMP, ou les deux », constate Jean-Daniel Lévy de l’institut Harris Interactive, qui relève que la fille de Jean-Marie Le Pen, moins sulfureuse, est jugée « sympathique » par 40% des Français, surtout dans les catégories populaires. De quoi alarmer l’UMP !

Ce n’est donc pas une coïncidence si Nicolas Sarkozy a confié cette semaine à Jean-François Copé le soin de relancer dans une version light, expurgée des dérapages, le débat sur l’identité nationale. Dans les faits, c’est bien d’immigration qu’il est question. Mais officiellement, il s’agit de parler de l’exercice des cultes dans une République laïque, notamment des prières de rue.

« On ne choisit pas nos sujets en fonction du PS ou du FN, mais en fonction de ce qui intéresse les Français! Nous, on arrive avec des solutions, là où le FN est exclusivement dans l’imprécation », précise le patron de l’UMP. Il n’a pas non plus échappé à Sarkozy que les révolutions dans le monde arabe inquiètent une partie de son électorat. S’il se garde bien de tenir ces propos en public, le chef de l’Etat fait le constat suivant en petit comité : « Barack Obama est décontracté sur ce sujet car il n’aura pas trois millions de réfugiés si ça se passe mal! »

Reste à savoir si cette nouvelle opération séduction des électeurs du FN, qui ne dit pas son nom, portera ses fruits. Le débat sur l’identité nationale n’avait pas empêché le FN, que Sarkozy se targuait d’avoir « tué », de faire 12% au premier tour des régionales de 2010.
Le Parisien
avatar
ivo

Messages : 26720
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: multiculturalisme ?

Message  ivo le Lun 21 Fév - 19:33

Sarkozy et l’Islam : César veut se mêler des affaires de Dieu
http://www.marianne2.fr/Sarkozy-et-l-Islam-Cesar-veut-se-meler-des-affaires-de-Dieu_a202906.html
Le chef de l’Etat a dénoncé « l’échec » du multiculturalisme. Dans la foulée, l’UMP se mêle de religion et lance un débat pour organiser « l’Islam de France ». Un paradoxe et une belle atteinte à la laïcité.



La fin du « multiculturalisme », le nouveau chantier de Nicolas Sarkozy ? « C’est un échec. La vérité c’est que dans toutes nos démocraties, on s’est trop préoccupé de l’identité de celui qui arrivait et pas assez de l’identité du pays qui accueillait », disait-il lors de l’émission « Paroles de Français », la semaine dernière sur TF1. « Si on vient en France, on accepte de se fondre dans une seule communauté, qui est la communauté nationale », a-t-il encore dit. Ces critiques font suite à celles de David Cameron, premier ministre anglais, et Angela Merkel, chancelière allemande. Bien évidemment, l’histoire migratoire et les politiques d’intégration sont différentes d’un pays à l’autre. Mais l’Europe est confrontée à ce même problème : comment intégrer une population d’origine non-européenne et ayant vocation à s’installer durablement sur le continent ?

Pour répondre à cette question, le chef de l’Etat pense bien sûr à la place de l’Islam (deuxième culte de France), comme si on ne pouvait aborder les immigrés que sous l'angle de la religion. Des propos répétés mardi lors du petit déjeuner de la majorité à l’Elysée. « Si certains pensent que les prières dans la rue ne sont pas un problème, que des imams ne parlent pas français, ce n'est pas un problème, ce n'est pas mon avis », a-t-il lancé. En cela, il a défendu sa théorie d’un « Islam de France » plutôt qu’un « Islam en France ». Une conception qui préfère organiser les relations d’une religion avec le pouvoir au lieu de l’ignorer, quitte à piétiner un peu la laïcité. Cet Islam de France avait déjà été initié avec la création du CFCM en 2003. Nicolas Sarkozy, en tant que ministre de l’Intérieur, a été un grand artisan du projet. Il veut désormais aller plus loin et a demandé à l’UMP de lancer un débat sur ce sujet.

Une convention devrait alors lieu en avril sous la houlette notamment de François Baroin, ministre du Budget, mais aussi conseiller politique de l’UMP chargé du « Pacte Républicain ». Ce débat devrait également concerner le rapport à la religion en général. Et l'implication de Baroin n'est pas anodine. Si le ministre fut un fort partisan, avec Jean-François Copé, d’une loi d’interdiction du voile intégral, il a en revanche fortement critiqué, dans Le Monde en décembre 2009, la tenue du débat sur l’identité nationale (avant d’entrer au gouvernement en mars 2010) : « J'ajoute que, d'un point de vue strictement électoral, la ficelle est trop grosse, et les gens ne s'y trompent pas. Ce que j'observe sur le terrain, c'est que c'est compris et vu comme tel. Il y a désormais un risque de remontée du Front national favorisé par la crise, d'une part, et par ce débat qui, au fond, ne peut que le servir ».

COMMUNAUTARISME RAMPANT

Pourtant, on pourrait croire que ce débat sur l’Islam est un nouvel « enfumage » destiné à masquer des sujets plus sensibles. Pas pour Jean-François Copé. « Il n'y a pas un repas de famille, aujourd'hui, sans qu'on ne parle de ces questions », a-t-il dit mercredi sur RTL. C’est le même dilemme qui avait traversé la classe politique lors du débat avorté sur l’identité nationale ou la loi contre le voile intégral. Faut-il accepter un débat sur les principes de la République au risque de se faire piéger par la droite ou au contraire le boycotter au risque de passer pour aveugles aux dérives communautaristes ? A l’UMP, on dément toute manœuvre. « A chaque fois, on nous fait ce coup-là (…) Mais la question avait été posée bien avant tout cela », répond à Marianne2 Marc-Philippe Daubresse, secrétaire général adjoint. Il renvoie en cela au « Dîner de la République » organisé par son ami Jean-Louis Borloo en décembre dernier.

Cela dit, le projet de Nicolas Sarkozy est-il réellement républicain ? Car paradoxalement, cette remise en cause du multiculturalisme pourrait bien cacher une démarche… communautariste. Comment d’un côté défendre l’unité de la communauté nationale et de l’autre, participer à l’organisation d’une communauté distincte sur des bases religieuses ? Cette démarche est typique du chef de l’Etat. De son concept de « laïcité positive » à sa volonté de nommer un « préfet musulman », du ministère de l’Intérieur, il n’a eu de cesse de segmenter la population selon des critères ethniques ou religieux. Son conseiller à l’intégration Abderrahmane Dahmane a fait plus fort et a proposé de créer un « Conseil de la diversité » où seraient représentés les représentants des communautés étrangères. Ce débat sur l’Islam risque donc d’entrer dans la même logique.

Mais Marc-Philippe Daubresse refuse toute « caricature » du débat. S'il dit vouloir « garder les équilibres de la loi de 1905 », il admet que le texte n’est pas parfait : « Est-ce que la loi permet d’appliquer la neutralité religieuse dans l’espace public et le respect des croyances dans l’espace privé ? (…) Notre réponse est non », déclare-t-il. Les discussions à l’UMP pourrait aboutir à des « amendements à la loi » et au vote d’une résolution au Parlement. Cela ira-t-il jusqu'à concrétiser la fameuse « laïcité positive » de Nicolas Sarkozy ?

VIEUX DÉBATS

Car ce débat va très vite amener l'Etat à s'ingérer dans les affaires religieuses. Dans cette optique, un des points de débat sera la formation des imams. Sur TF1, Nicolas Sarkozy avait exclu toute formation par l’Etat au nom de la laïcité. Pourtant en juin dernier, Eric Besson, alors ministre de l’Immigration, avait proposé, en vain, que des universités publiques proposent un cursus pour les imams. L’Université… catholique de Paris (privée) propose déjà un diplôme en partenariat avec le ministère de l'Intérieur. Mais cette formation ne concerne pas la théologie musulmane pure, étant axée sur l'étude des institutions françaises et des religions en général. Mais la question du rôle de l'Etat dans la formation des imams n'est pas nouvelle. On en parlait déjà en 2003 lors de la création du CFCM.

Pour autant, sans passer par un diplôme reconnu pour les imams, Nicolas Sarkozy tient à se mêler de ce qui se passe dans les mosquées. Il souhaite notamment que les imams parlent français. Un autre vieux débat qui a déjà été lancé en 2004 par Dominique de Villepin, alors ministre de l'Intérieur. Pour lui, il n'était « pas acceptable » que « sur les quelque 1200 imams » de France, « un tiers ne parle pas notre langue », citant les propres chiffres de son ministère. En 2006, Nicolas Sarkozy, comme locataire de la place Beauvau, avait lui aussi évoqué le problème, s'interrogeant sur les moyens pour « ne pas subir des imams qui viennent de l'extérieur et ne parlent pas français » et également « débarrasser les religions de France d'influence étrangère et de l'argent de l'étranger ». La définition parfaite de « l'Islam de France ».

Ce qui amène au deuxième point de débat : le financement public de l’entretien et la construction de mosquées. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, l’état actuel du droit n’interdit pas vraiment le financement public des bâtiments religieux. Il faut alors passer par l’intermédiaire d’une association cultuelle (comme c’est le cas pour la grande mosquée de Paris) ou que la commune soit propriétaire des murs. Ou alors louer un terrain via un bail emphytéorique (à très très longue durée) pour un prix rès modique afin de construire un édifice religieux. Le débat est houleux. « Personnellement », le secrétaire général adjoint de l’UMP est « contre » tout financement public préférant se pencher sur « la transparence du financement privé » notamment via des fondations.

LE RÔLE DU CFCM CONSACRÉ

Et l’affirmation d’un Islam de France aura un autre effet très politique : la consécration du rôle du CFCM (Conseil français du culte musulman) comme instance de dialogue politique entre les musulmans et le pouvoir (voir encadré). Et si Marc-Philippe Daubresse est prêt à inviter le CFCM à la convention UMP (avec d’autres organisations comme la Mosquée de Paris), il pose le problème de la « représentativité » de ces instances. Une interrogation qui renvoie à la difficulté de compter les musulmans en France (face à la distinction entre croyants et pratiquants).

Ce dialogue avec le CFCM amène surtout à se questionner sur la pertinence de considérer une partie de la population dans un Etat laïc avant tout comme des musulmans et non comme citoyens. Le dirigeant UMP réfute pourtant tout détricotage de la République indivisible : «Vous aurez toujours des gens qui vont nous faire des procès d’intention mais quand vous avez un débat équilibré, vous obtenez des solutions équilibrées». Il est vrai qu'entre clientélisme communautaire, volonté de contrer le FN et respect de valeurs laïques, l’exercice d’équilibre risque d’être très ardu.

CFCM, Crif, même combat ?

Le CFCM peut-il devenir le pendant musulman du Crif (Conseil représentatif des institutions juives de France) ? Marc-Philippe Daubresse souhaite lui que le CFCM devienne « une instance de ce type ». Mais les deux conseils ne sont pas vraiment comparables. Le CFCM à la fois un rôle religieux et de représentation politique, ce en quoi il se distingue du Crif qui n’a aucun rôle religieux, ce dernier étant dévolu au Consistoire central.

Samuel Ghiles-Meilhac, chercheur à l’Ehess et auteur du livre Le Crif, de la résistance juive à la tentation du lobby, explique aussi à Marianne2 que le Crif a une position particulière en France. « Sa forte présence dans l'espace politique tient à son histoire (créé en 1944, ndlr) et à son rôle, en particulier depuis les années 1980, sur des thèmes très porteurs : la mémoire du génocide et de la 2nd Guerre mondiale, la lutte contre le FN... C'est à cette période, en particulier dans les années 90, que le CRIF est devenu un partenaire des pouvoirs publics », détaille-t-il. A l'inverse, le sociologue rappelle que «l'organisation politique et institutionnelle de l'Islam en France est beaucoup plus récente et il est délicat, voire anachronique, de chercher à établir des calques rigides».

Samuel Ghiles-Meilhac reste cependant critique avec la notion de communautarisme, terme « trop flou » pour lui. Il note également que la « situation de proximité » du Crif avec Nicolas Sarkozy, le met en fait « dans une subordination au pouvoir politique plutôt qu'elle ne lui donne une grande influence ».
avatar
ivo

Messages : 26720
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: multiculturalisme ?

Message  niouze le Lun 21 Fév - 21:44

. « Si certains pensent que les prières dans la rue ne sont pas un problème, que des imams ne parlent pas français, ce n'est pas un problème, ce n'est pas mon avis

tout a fait donc les prieres des petit catho dans la rue contre (aux choix) l'IVG et l'homosexualité veut plus en entendre parler ; les pretres qui font la messe en latin en squatant une églises depuis des décennies avec l'aval des differentes autorité non plus !

(même si je ne defend nullement cette religion qui est bien comme toute les autres)
J'ai vraiment l'impression qu'on cherche a taper sur cette "ennemies"en oubliant les autres et sa tombe vraiment bien a un moment ou les soit disant "méchant térroriste muslim " venu de l'autre coté de la méditéranée font la révolution pour ....plus de démocratie; limite il chercherais a créer une guerre civil entre nous" bon gaulois de souche"-qu'en-faite-du gaulois-sa-fait-bien-longtemps-qu'on ne l-est-plus" et les "méchant de banlieux" qu'ils en s'y prendrait pas mieux


Dernière édition par niouze le Lun 21 Fév - 22:34, édité 1 fois

_________________
"Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça." coluche
avatar
niouze

Messages : 5052
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: multiculturalisme ?

Message  ivo le Lun 21 Fév - 21:52

limite il chercherais a ....

entre autres.

ils savent tres bien que ça devient tendu du string pour leurs tetes.
pas pour rien qu'ils refusent de relacher JMR ou qu'ils vont faire n'importe qu'elles poubelles pour trouver du PQ terroriste à tarnac etc ...

le fascisme sera leur eternel et ultime rempart, on le sait.

ils ont fait 100 millions de morts au siecle dernier pour garder leurs privileges.
comme en libye où ils font bombarder la foule, ils feront absolument tout pour garder leurs fauteuils.


manque de chance pour eux, il va y avoir plusieurs millions voir milliards de mecs tres tres enervés dans pas lgt .....
ils vont devoir payer et le prix sera leurs tetes.
alors ils essaient de la proteger en focalisant sur celles des autres.
ça s'appelle créer de l'alterité.
c'est tjs l'autre le mechant diable quand on se prend pour un immaculé ange de dieu chargé de purifier ....
ça tombe bien on va pouvoir se venger des anges ^^
avatar
ivo

Messages : 26720
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: multiculturalisme ?

Message  Invité le Lun 21 Fév - 21:59

ils vont devoir payer et le prix sera leurs tetes.
Je me demande s'ils s'en rendent compte... En tout cas, ils les défendront chèrement leurs têtes : à nous d'être prêt(e)s...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: multiculturalisme ?

Message  Lib le Lun 21 Fév - 22:46

Et comment ils vont la défendre leur tête?

L'OTAN? Les armées en générale?

Ca va faire comme partout, l'armée va se ranger du côté de la plèbe. Ca hume bon.

_________________
"Quiconque a un jour bloqué une rocade assez longtemps pour entendre à nouveau le chant des oiseaux sait bien quelle sinistre vie s’interrompt avec le blocage de l’économie."
avatar
Lib

Messages : 1691
Date d'inscription : 16/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: multiculturalisme ?

Message  ivo le Mar 22 Fév - 8:13

l'armée va se ranger du côté de la plèbe. Ca hume bon.

sauf que ....

en europe ils ont privatisé les armée populaires.

et les mercenaires ....


quand je pense à tout ces "petits jeunes" qui veulent que ça pete et qui sont si fiers de ne pas avoir fait l'armée ....
bref ...
avatar
ivo

Messages : 26720
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: multiculturalisme ?

Message  ivo le Mar 22 Fév - 11:12

Débat sur l’islam : prières de rue et financement des mosquées
http://www.ajib.fr/2011/02/debat-islam-ump/
Fort d’un bilan économique et social catastrophique, Nicolas Sarkozy et son parti l’UMP semblent vouloir faire diversion en plaçant l’islam au cœur du débat publique. Financement des mosquées, formation des imams, prières dans la rue… certes il existe quelques difficultés mais ce sont à notre sens des problèmes locaux qu’on ne pourrait généraliser à tout le culte musulman en France. Voici quelques éléments de réponse.

Les prières de rue

Le principal argument avancé par les promoteurs de ce débat concerne les prières de rue. Mises au devant de la scène publique par Marine Le Pen, ces quelques endroits où les prières du vendredi empiètent sur la voie publique ne sont pas inconnus des autorités. Bien au contraire, municipalités, services de police, service de renseignements et préfets (donc l’État) sont depuis des années bien au courant de ces écarts qu’ils tolèrent et organisent. Tout se fait donc dans la transparence et en totale coordination avec les services de l’Etat.
Malgré cette transparence, les prières au grand jour font l’objet de tous les fantasmes, on entend que certains fidèles s’y rendraient volontairement afin de défier les lois République ou bien encore pour occuper le terrain, c’est FAUX. En réalité les gens prient dehors faute de place à l’intérieur des mosquées, c’est simple et nous invitons tous les journalistes qui nous liront à aller filmer l’intérieur des mosquées des grandes villes notamment Paris afin de se rendre compte des conditions austères dans lesquelles les musulmans prient.
Tous les acteurs du dossier connaissent et disposent des éléments nécessaires à la résolution à courts et moyens termes de ces problèmes que l’on peut caractériser d’isolés. Cependant faute de courage et de réelle volonté rien n’est fait sur le terrain. Y a t il nécessité d’ouvrir un débat publique là dessus ? assurément non, il incombe simplement aux responsables politiques et acteurs musulmans d’agir, mais sur le plan politique aider des musulmans à prier dans des conditions dignes n’est pas vendeur. Laisser pourrir les situations et accuser les musulmans d’occuper la rue, ça peut rapporter gros…

Le financement des mosquées

Les problèmes de place entrainant les prières dans la rue nous amènent à réfléchir sur le nombre de mosquées en France. Afin que le culte musulman puisse s’exercer dans de bonnes conditions, il faudrait selon des estimations doubler le nombre de salles de prière sur le sol métropolitain mais pour atteindre un tel objectif il faut de l’argent, beaucoup d’argent.
En France, la quasi totalité des mosquées sont financées par des dons privés provenant de fidèles vivant sur le territoire français. Lorsqu’un projet de construction est lancé, une chaine de solidarité se met en place. Les membres de l’association à l’origine de la construction parcourent alors les mosquées du département, de la région voir du pays afin de récolter de l’argent. Encore une fois, tous ces dons sont contrôlés et tracés par les associations musulmanes et nous pouvons affirmer de manière certaine que lorsque les services de renseignements qui suivent les comptes des mosquées ont des doutes, ils ne manquent pas d’interroger les responsables associatifs sur la provenance de cet argent.
En ce qui concerne les financement des mosquées par des pays étrangers (majoritairement l’Algérie et le Maroc), cela devient plutôt rare mais là encore lorsque cela se fait , l ‘État, les municipalités et les services de renseignements sont au courant de ces opérations et laissent faire. C’est le cas par exemple du projet de construction de la Grande Mosquée de Saint Étienne à laquelle le Roi du Maroc Mohamed VI aurait participé à hauteur de 1,2 millions d’euros sur un budget total de 4 millions d’euros, la presse a largement diffusé la nouvelle. Pensez vous sincèrement qu’une telle somme peut passer inaperçue dans les comptes d’une association fraichement créée qui plus est musulmane ? Non, tout se fait sous les yeux de l’État qui à défaut d’interdire permet.
Par conséquent , la posture d’hommes politiques agitant le spectre de l’ingérence des pays étrangers dans le culte français est purement hypocrite. D’un côté ils permettent les financement étrangers et de l’autre accusent ces mêmes financements. Si le financement étranger de mosquées pose problème, là encore pas besoin de débat publique, l’exécutif doit prendre ses responsabilités et en assumer l’interdiction.

Enfin, intéressons nous au financement des mosquées via l’argent public, l’argent de nos impôts. A nouveau, on flirte avec l’hypocrisie. Il existe plusieurs mosquées ayant été financées par l’argent publique. Ces projets sont généralement montés par des municipalités et nous sommes les premiers (musulmans) à les dénoncer car cela implique bien souvent la mise sous tutelle de la mosquée par la mairie. Sous couvert d’association culturelle, les maires ouvrent des centres cultuelles. C’est le cas par exemple pour la mosquée d’Epinay sur Seine qui a été financée à hauteur de 2 millions d’euros par le maire centriste Hervé Chevreau.

Nous aurons l’occasion de revenir lors d’un prochain billet sur la formation des imams et l’imposture du projet politique qu’est l’islam de France. Pour conclure notre propos nous invitons l’UMP et ses partisans à dépenser leur énergie à la résolution de problèmes bien plus graves comme le chômage de masse, l’insécurité, le pouvoir d’achat, le financement des retraites, la dette… et de prendre leur responsabilité dans la résolution des problèmes mentionnés précédemment puisqu’ils sont au pouvoir. Vouloir créer de faux débats ainsi que de fausses préoccupations est malsain pour tous les français. Espérons que les élections cantonales auront raison de l’UMP.

malheureusement les resultats des cantonales ....
avatar
ivo

Messages : 26720
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: multiculturalisme ?

Message  Lib le Mar 22 Fév - 19:33

ivo a écrit:
sauf que ....

en europe ils ont privatisé les armée populaires.

et les mercenaires ....

Comme partout, d'où le revirement.


quand je pense à tout ces "petits jeunes" qui veulent que ça pete et qui sont si fiers de ne pas avoir fait l'armée ....
bref ...

Mouais, j'vois pas beaucoup de rapport, j'ai pas fais de service non plus et j'attends que ça, que ça pète.

_________________
"Quiconque a un jour bloqué une rocade assez longtemps pour entendre à nouveau le chant des oiseaux sait bien quelle sinistre vie s’interrompt avec le blocage de l’économie."
avatar
Lib

Messages : 1691
Date d'inscription : 16/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: multiculturalisme ?

Message  fab le Lun 7 Mar - 16:50

Ben , en attendant que la vague qui déferle de l'autre coté de la mediterrané touche nos cotes, je pense que sa va se durcir pour nous. En avant pour la guerre des religions.
Je dirais presque que j'en ai rien a foutre et que si ces pourris ce dégommment entre eux c'est pas plus mal, sauf qu'ont sais qui détiend le pouvoir , qui manipule qui, et qu'au final c'est les fachos qui vont sortir tres tres renforcés par tout ça.
avatar
fab

Messages : 14
Date d'inscription : 26/02/2011

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum