Derniers sujets
» GRAVOS & FRIENDS
par ivo Mar 13 Nov - 16:53

» [Toulouse - 07-12-2018] GRAVESITE + ALL BORDERS KILL + VOMI NOIR
par vegan31 Ven 9 Nov - 14:32

» [Toulouse - 02-07-2018] TRAVOLTA + guests
par vegan31 Lun 11 Juin - 9:28

» [Toulouse - 09-07-2018] KNUR + guests
par vegan31 Lun 11 Juin - 9:27

» [Toulouse - 18-07-2018] SPEED-NOISE-HELL + OSSERP + MUTILATED JUDGE
par vegan31 Lun 11 Juin - 9:26

» [Toulouse - 20-08-2018] HIRAX + EVILNESS + VARKODYA + SCORCHED EARTH
par vegan31 Lun 11 Juin - 9:24

» À la lanterne
par krépite Lun 7 Mai - 22:31

» [Toulouse - 12-05-2018] SICKSIDE + JEANNOT LOU PAYSAN + AHURI
par vegan31 Lun 16 Avr - 0:34

» étude du fascisme
par ivo Mar 6 Fév - 8:58

» la police s'étonne qu'on ne l'aime pas
par niouze Mar 16 Jan - 12:29

» vite, je vais vomir ...
par niouze Ven 12 Jan - 13:23

» Tunisie >>>>>>>
par ivo Lun 18 Déc - 8:29

» la phrase du jour
par ivo Lun 18 Déc - 8:09

» [中国- Chine] 一般信息- Informations générales
par ivo Sam 16 Déc - 8:38

» les photos d'actus - l'info en résumé
par ivo Sam 16 Déc - 8:34

» macronie
par ivo Sam 16 Déc - 8:23

» enfance ...
par ivo Ven 15 Déc - 9:27

» démocratie et justice ...
par ivo Ven 15 Déc - 9:19

» internet , technologie, ...
par ivo Ven 15 Déc - 8:41

» sexisme ... encore et toujours ...
par ivo Ven 15 Déc - 8:19

» [Toulouse - 03-01-2018] HASSIG + TROTZ + PESTCONTROL
par vegan31 Ven 8 Déc - 10:42

» flicage total du net
par niouze Lun 4 Déc - 10:06

» état d'urgence et autres restrictions....
par niouze Jeu 30 Nov - 22:32

» pesticides / fongicides
par ivo Mer 22 Nov - 9:02

» contre l'esclavage moderne
par ivo Mer 22 Nov - 8:54

» Sur les rives du Jourdain
par ivo Mer 22 Nov - 8:52

» petits business entre amis
par ivo Mer 22 Nov - 8:41

» No Futur - la terre au 21° siecle
par ivo Mer 22 Nov - 8:36

» blancs comme neige ^^
par ivo Mer 22 Nov - 8:34

» homophobie dans le monde ...
par ivo Mer 22 Nov - 8:19

» immigration ...
par ivo Mer 22 Nov - 8:16

» Nucléaire mon amour ...
par ivo Mar 21 Nov - 9:19

» Afrique coloniale belge
par ivo Mar 21 Nov - 8:50

» Révolution russe
par ivo Mar 21 Nov - 8:01

» agriculture
par ivo Dim 19 Nov - 8:26

» <<< Santé >>>
par ivo Dim 19 Nov - 8:21

» droites extremes
par ivo Sam 18 Nov - 11:01

» Birmanie
par ivo Sam 18 Nov - 10:35

» U.E.
par ivo Sam 18 Nov - 10:10

» pologne
par ivo Sam 18 Nov - 8:44

» No Futur - l'espace au 21° siecle
par ivo Ven 17 Nov - 8:36

» Réunionnais de la Creuse
par ivo Ven 17 Nov - 7:56

» rwanda
par ivo Jeu 16 Nov - 9:49

débat ?

Aller en bas

débat ?

Message  ivo le Lun 14 Jan - 19:33

De la nécessité du débat...et de son enfermement
fr info
L'actualité est particulièrement agitée par des débats de société, notamment, bien sûr, par celui qui concerne le mariage pour tous. Dans les médias d'abord, mais pas seulement ; en famille, entre amis, dans la rue, avoir son opinion sur le sujet et en débattre semble inévitable. Mais pourquoi aimons-nous débattre ?


Manifestations à Paris en faveur du mariage pour tous, en novembre dernier © Radio France - /N.C.
Réponses d'Anne Laure Gannac, de Psychologie Magazine.

Déjà, ce goût a des racines historiques profondes. Le débat public est un rite de la démocratie depuis Athènes. Ce qui nous plaît dans cette forme particulière, c'est tout simplement qu'elle est la preuve vivante que nos libertés d'expression sont à l'œuvre. Pas de débat sous une dictature.

Ensuite, le débat flatte ce qu'il y a de plus noble en nous, à savoir notre raison. C'est d'abord à elle qu'il s'adresse ; qu'on débatte ou qu'on suive un débat de qualité, on est censé faire fonctionner sa capacité de raisonner, d'argumenter. Et cela, c'est très jouissif.

Mais ça l'est d'autant plus qu'il n'y a pas que de la raison, dans un débat, il y a aussi de la passion, de l'emportement, de l'agressivité aussi. C'est un combat : combat de mots, combat d'idées, en tout cas on a là de quoi exprimer nos pulsions agressives sans trop de risque pour soi et pour autrui. C'est un lieu de défoulement, qu'on soit partie prenante ou qu'on en soit le simple spectateur.

Le débat comme lieu de spectacle ?

Oui, c'est un spectacle ! Ca l'était à l'époque des rhéteurs athéniens et romains, ça l'est d'autant plus à l'heure du tout écran et de l'hyper-médiatisation. Le débat, ce sont des slogans, des petites et des grandes phrases, mais aussi des manifestations dans la rue, avec des déguisements et des banderoles.

Derrière cette idée de participer à un débat il y a l'idée d'un engagement, un acte de citoyenneté

Bien sûr, un acte de citoyenneté, un acte républicain au sens propre : on participe à la chose publique, la "res publica". Cela nous donne un sentiment d'appartenance. Mais l'enjeu est également individuel ! Prendre position, c'est s'affirmer avec tout son "moi, je", si l'on peut dire. C'est affirmer ses valeurs, son identité sociale, religieuse, culturelle, sexuelle... Pour se sentir reconnu et exister. Derrière ce goût pour le débat, il y a ce désir, ce besoin de revendiquer son identité personnelle aussi, pas que collective.

Prendre position, c'est s'affirmer avec tout son "moi, je"

Dans le cas du mariage pour tous, le but de tous ceux qui s'y engagent c'est d'aider à prendre une décision concrète, à savoir la légalisation ou non du mariage homosexuel...

C'est vrai, mais c'est là que le débat montre une limite : il repose, par essence, sur un désaccord, sur un dissensus. S'il y a consensus, il n'y a pas débat ! Autrement dit, deux forces opposées sont à l'œuvre, mais dont nous attendons que leur combat aboutisse à la victoire de l'une sur l'autre. Comment ? Par quel miracle ? Du fait que l'une sera plus convaincante que l'autre, mais le problème est de savoir suivant quels critères. Ceux du fond ou ceux de la forme ? Ceux des arguments posés ou ceux de la finesse d'esprit, de la capacité de conviction, la force dont fera davantage preuve l'un des clans ?

Le risque de manipulation

Oui, mais aussi par soi-même : quand on choisit un clan, on sent bien qu'on ne peut plus lâcher et qu'il ne doit plus y avoir de place pour le doute, pour la remise en question. "Dès qu'on tient une opinion, elle nous tient" dit le philosophe Alain. C'est-à-dire qu'elle nous clôt, nous limite. Alors que penser c'est douter, c'est revenir en arrière, c'est s'interroger...

Sauf qu'il faut bien avoir une opinion pour faire avancer le débat, non ?

C'est toute la question ! Il semble qu'il faudrait absolument avoir une opinion. Notre époque raffole des opinions, on fait des sondages d'opinions à tour de bras. On ne sonde pas des réflexions, des interrogations, on sonde des opinions. Même si, comme le disait le sociologue Jean Baudrillard, "à force d'être sondés, les français risquent de ne même plus avoir d'opinion" !

Est-ce que cette envie d'exprimer et d'entendre les opinions de chacun est vraiment nouvelle ?

Sans doute que non, mais le crédit qu'on lui donne, lui, l'est. Historiquement, l'opinion a longtemps été dévalorisée, dans le monde de la pensée, en tout cas. La philosophie l'a toujours combattue. "Rejette une opinion et tu seras sauvé" conseille Marc Aurèle.

L'opinion se contente de peu : d'impressions, de réactions, d'émotions qui vont se cristalliser autour de peurs, de désirs plus inconscients

Platon, lui, la situe juste après l'ignorance mais bien avant la connaissance. Parce qu'elle n'est qu'une représentation subjective de la chose, dans laquelle on a tendance à se complaire. On s'y sent bien, elle est confortable. Alors que la réflexion exige du temps, de l'effort, de la recherche, exige justement de sortir de ses zones de confort, l'opinion se contente de très peu, elle se contente d'impressions, de réactions, d'émotions qui vont se cristalliser autour de peurs, de désirs plus inconscients. L'opinion est figée et fige.

Comment pourrait-on expliquer cette place importante et ce crédit donné à l'opinion aujourd'hui ?

Plus on est en proie au doute, à l'inquiétude, à tout ce qui parle d'un monde en crise, et plus on a besoin de se raccrocher à des certitudes. Or, le propre des opinions c'est de proposer des certitudes. Et puis, c'est aussi que contrairement à l'idée qui a besoin de mûrir, l'opinion ne demande pas de temps, elle vient vite et elle est laconique. Et la vitesse, c'est une banalité de le dire, mais c'est un critère déterminant de notre époque.

Trop de débats de société alimente les opinions mais pas les idées

Soyons clairs : on a besoin de ces débats et notre propre réflexion s'en nourrit, bien sûr, on ne pense pas uniquement par soi-même ! Disons plutôt que le risque, à l'échelle individuelle, c'est de de se faire voler son temps de réflexion, en se laissant happer par trop de débats. Et donc d'en sortir soit avec un peu plus d'eau au moulin de ses propres opinions, soit avec une sensation de fouillis, l'impression qu' " on ne sait plus quoi en penser ", comme on dit.

De l'opinion à l'idée, à la réflexion

Il faut prendre son temps pour réfléchir. En n'étant pas dupe de soi lorsqu'on s'accroche à une opinion, ni dupe des influences que subit notre réflexion. Par exemple, se revendiquer pour ou contre le mariage homosexuel, ce n'est pas seulement revendiquer ses croyances religieuses, ou ses engagement politiques ; c'est parler de sa propre histoire, des parents qu'on a eu, des parents que l'on est, de ceux que l'on voudrait être... Mais cet entremêlement d'influences, nous ne pouvons en prendre conscience et en défaire les nœuds que si nous prenons le temps d'une introspection réflexive et de l'incertitude.

Quoi d'autre sinon le débat ?

Idéalement, le dialogue au sens Socratique. C'est-à-dire le dialogue qui avance posément, davantage par question et non par affirmation, et surtout parce que son but n'est pas d'acquérir le pouvoir mais d'approcher ensemble la vérité. Mais quant à savoir si cela est toujours possible, c'est un autre débat !
commentaire
la jouissance du raisonnement convient aux addictions pathologiques issues de l' anthropocentrisme, la motivation à la révolte face aux obscurantismes n' est pas cérébrale, elle est la réponse d' une translation de l' instinct vers une alternative dénuée d' analyse, la dénonciation du jeu qu' organise le maître pour maintenir l' esclave dans l' espérance provient du coeur
avatar
ivo

Messages : 26727
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: débat ?

Message  niouze le Lun 14 Jan - 19:57

drôle mais sur le mariage pour tous, autour de moi (bon d'accord sa fait moi je) aucun debat ;les seuls que je vois débattre sont bien les médias

_________________
"Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça." coluche
avatar
niouze

Messages : 5052
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: débat ?

Message  ivo le Ven 18 Jan - 20:26

La dictature des minorités
fr info
A première vue, et c'est du moins ce qu'on nous apprend à l'école de la République, cette fameuse école laïque que le monde entier nous envie, à première vue, donc, la Démocratie, c'est la loi du plus grand nombre. On a raison quand on est plus nombreux que ceux qui pensent différemment et qui du coup ont tort, mais qui ont cependant le droit de s'exprimer, de râler de manifester ; bref de s'opposer.

N'empêche que celui qui exerce le pouvoir est celui qui a obtenu la majorité, qu'elle soit large ou ténue. Une voix de plus que 50% suffit à assurer une victoire et c'est bien ainsi. C'est à cela que l'on reconnaît les démocraties, le pire des régimes à l'exception de tous les autres.

Ce qui est plus étrange et carrément sidérant, c'est le glissement progressif de cette règle du " plus grand nombre vers la loi du " plus bruyant ", laquelle nous vient tout droit de la " bien pensance ", elle même enfantée par la dictature du " politiquement correct ".

Car de nos jours et suivant une mode comme toujours importée des Etats Unis que nous adorons détester mais ne cessons jamais d'imiter, de nos jours donc, ce n'est plus de la majorité des gens qu' on se soucie, mais des minorités. Qu'elles soient organisées en lobbies, qu'elles pratiquent le communautarisme, le sectarisme ou tel ou tel particularisme idéologique, religieux ou sexuel, il n'y en a plus que pour les minorités qui par nature sont " agissantes " alors que la majorité est comme chacun sait " silencieuse ".

Ce glissement des grandes démocraties vers le dorlottage systématique de tout ce qui est minoritaire, marginal, différent voire dérangeant est d'autant plus inquiétant qu'il prétend s'imposer au nom de la lutte contre tous les racismes, s'appuie sur une caricature de pensée pseudo égalitariste et pourrait menacer à termes les fondements d'une société qui a sans doutes d'énormes défauts mais aussi d'infinies qualités.

Toutes les dictatures sont insupportables, y compris celles des minorités.
avatar
ivo

Messages : 26727
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum