Derniers sujets
» les photos d'actus - l'info en résumé
par ivo Mer 22 Nov - 10:15

» vite, je vais vomir ...
par ivo Mer 22 Nov - 10:12

» macronie
par ivo Mer 22 Nov - 9:07

» pesticides / fongicides
par ivo Mer 22 Nov - 9:02

» contre l'esclavage moderne
par ivo Mer 22 Nov - 8:54

» Sur les rives du Jourdain
par ivo Mer 22 Nov - 8:52

» petits business entre amis
par ivo Mer 22 Nov - 8:41

» No Futur - la terre au 21° siecle
par ivo Mer 22 Nov - 8:36

» blancs comme neige ^^
par ivo Mer 22 Nov - 8:34

» homophobie dans le monde ...
par ivo Mer 22 Nov - 8:19

» immigration ...
par ivo Mer 22 Nov - 8:16

» Nucléaire mon amour ...
par ivo Mar 21 Nov - 9:19

» Afrique coloniale belge
par ivo Mar 21 Nov - 8:50

» Révolution russe
par ivo Mar 21 Nov - 8:01

» la police s'étonne qu'on ne l'aime pas
par ivo Lun 20 Nov - 8:44

» agriculture
par ivo Dim 19 Nov - 8:26

» <<< Santé >>>
par ivo Dim 19 Nov - 8:21

» droites extremes
par ivo Sam 18 Nov - 11:01

» Birmanie
par ivo Sam 18 Nov - 10:35

» enfance ...
par ivo Sam 18 Nov - 10:33

» U.E.
par ivo Sam 18 Nov - 10:10

» pologne
par ivo Sam 18 Nov - 8:44

» No Futur - l'espace au 21° siecle
par ivo Ven 17 Nov - 8:36

» Réunionnais de la Creuse
par ivo Ven 17 Nov - 7:56

» la phrase du jour
par ivo Ven 17 Nov - 7:13

» rwanda
par ivo Jeu 16 Nov - 9:49

» médias ? quels médias ??
par ivo Jeu 16 Nov - 9:27

» flicage total du net
par ivo Jeu 16 Nov - 8:19

» internet , technologie, ...
par ivo Jeu 16 Nov - 8:07

» Infos insolites.
par ivo Mer 15 Nov - 8:04

» ZAD partout ?
par niouze Mar 14 Nov - 17:54

» pape, cathos, vatican et autres ....
par ivo Mar 14 Nov - 9:00

» Necronomacron
par ivo Lun 13 Nov - 7:46

» monde - stupéfiants
par ivo Dim 12 Nov - 8:20

» état d'urgence et autres restrictions....
par ivo Dim 12 Nov - 8:16

» conditions de travail ...
par ivo Dim 12 Nov - 8:10

» ... 14/18 ...
par ivo Dim 12 Nov - 8:07

» Combien d’autres murs à faire tomber ?
par ivo Sam 11 Nov - 10:23

» salaires
par ivo Sam 11 Nov - 9:15

» impots
par ivo Sam 11 Nov - 9:12

» démocratie et justice ...
par ivo Sam 11 Nov - 8:33

» Today's joke
par ivo Ven 10 Nov - 9:49

» Les prisons: questions.
par ivo Ven 10 Nov - 9:04


Combien d’autres murs à faire tomber ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Combien d’autres murs à faire tomber ?

Message  ivo le Lun 2 Nov - 10:23

Combien d’autres murs à faire tomber ?
France Info - 06:21
Le Mur de Berlin est tombé il y a vingt ans... mais de nombreux endroits de la planète sont toujours coupés en deux.
Illustration en Israël, au sud des Etats-Unis, à Chypre, en Irlande, en Corée et en Afrique du Nord...

- Ceuta, confetti ibérique de 20 km2 où vivent 75.000 habitants, à la pointe d’une presqu’ile du continent africain.
C’est pour des milliers de subsahariens LE sas d’entrée pour l’Europe. Depuis 1993, un grillage de 3 mètres 50 de haut et de 9 km de long leur barre le passage. Les Marocains sont renvoyés dans leur pays, bon nombre d’Algériens aussi. Pour les autres qui se disent de Somalie, Congo, Côte d’Ivoire ou Nigéria, le gouvernement espagnol a créé un centre de séjour temporaire.
Actuellement, 452 clandestins y sont hébergés.

- A Belfast, les murs ont vu le jour en 1969, alors que les violences s’intensifiaient entre loyalistes et républicains. Ils n’ont cessé depuis de pousser, cloisonnant les quartiers défavorisés catholiques et protestants du nord de la ville, au point qu’il y en a aujourd’hui 88.
De nouveaux murs voient le jour, car la violence est toujours présente. Mais elle a changé de nature. A des clivages politiques ou religieux se s’est substituée une culture de gangs qui défendent des territoires. Les jeunes désoeuvrés s’invitent via internet à jeter des projectiles par-dessus ces enceintes sans même savoir qui se trouve derrière.
Il en résulte une ville schizophrène : dynamique au sud et morcelée au nord. Avec d’un côté un processus de paix qui suit son chemin, la province étant co-gouvernée par le Sinn Fein et le DUP (républicains et unionistes), et de l’autre des murs, symboles de séparation, qui semblent plus solides que jamais.

- Nicosie, dernière capitale divisée d’Europe
Depuis 35 ans, un "mur" fait de barbelés, de vieux bidons d’essence, d’immeubles en ruine et de sacs de sable divise l’île de Chypre. C’est "la ligne verte", une cicatrice de 180 kilomètres de long surveillée par l’ONU.
Au sud, la République de Chypre, membre de l’Union européenne, majoritairement peuplée de Chypriotes grecs.
Au nord, le territoire envahi par l’armée turque en 1974 est devenu la RCTN, République chypriote turque du nord. Composée de Chypriotes turcs et de Turcs venus d’Anatolie, elle n’est reconnue que par un seul pays : la Turquie.
Depuis 2003, plusieurs points de passage ont été ouverts entre les deux zones, les négociations se sont intensifiées : jamais l’île n’a été aussi proche de sa réunification. Mais les différentes communautés, elles, ont toujours beaucoup de mal à s’accepter.

- Entre Israël et la Palestine
La construction du mur a débuté durant l’été 2002, sur décision d’Ariel Sharon, alors Premier ministre israélien. A cette époque, le mur est présenté comme la solution radicale aux attentats palestiniens. En juillet 2004, la Cour Internationale de Justice a déclaré la construction du mur illégale et a demandé que le mur soit détruit.
7 ans après, cette "barrière" israélienne alimente toujours les critiques.

Entre les Etats-Unis et le Mexique
La frontière longe 4 Etats : le Texas, le Nouveau Mexique, l’Arizona et la Californie. 3169 km et un "mur" sur un peu plus de 900 kilomètres "seulement". les Américains d’ailleurs n’appellent pas cette séparation "le mur", ils l’appellent "la barrière".
Selon l’endroit où vous vous trouvez, le "mur" change d’aspect. Parfois de hauts panneaux de tôle presque infranchissables. Parfois des poteaux hauts de 4 mètres, plantés très profondément dans le sol dans lesquels on a coulé du béton. Parfois de petits pylones que même un enfant peut sauter. Parfois rien. Parfois encore ce que l’on appelle "la barrière virtuelle". Une succession de caméras et de capteurs qui doivent envoyer des signaux à la police des frontières.
Cette barrière ultra-moderne, qui devait normalement courir tout le long de la frontière, a pris un retard considérable. Elle ne marche pas la plupart du temps, incapable de faire la différence entre un homme ou un animal.
C’est George Bush qui a voulu que l’on implante une séparation entre les 2 pays. Pour lutter contre l’immigration clandestine. Et le trafic de drogue. 3 ans après les premières portions, le "mur" n’a pas fait la preuve de son efficacité. Aucun chiffre n’a été publié par la sécurité intérieure qui permettrait de comparer le nombre de passage AVANT le mur et DEPUIS le mur. Pour ceux qui vivent aux abords de la frontière, la barrière a certes ralenti le trafic. Mais il ne l’a pas stoppé. les illégaux passent plus difficilement. Mais ils passent quand même. Ils prennent plus de risques parfois, et se perdent dans le désert. 378 morts en 2009.


- En Corée
Depuis la fin de la guerre, en 1953, le 38ème parallèle sépare la Corée du Nord de celle du Sud, sur 240 km de long et 4 de large. La "DMZ", ou zone démilitarisée, est le dernier vestige de la guerre froide. Zone tampon minée, surveillée, clôturée et patrouillée en permanence par les armées des deux Corées, cette "zone démilitarisée" est en fait la plus militarisée au monde.





Faire tomber le mur entre Israël et la Palestine (kouchner)

France Info - 09:01

Alors que le monde entier s’apprête à célébrer le vingtième anniversaire de la chute du mur de Berlin, Bernard Kouchner estime sur France Info que l’urgence est à présent de faire tomber le mur entre Israël et la Palestine. Dans cette perspective, l’Europe des vingt-sept doit prendre sa place...
"Nous avons nourri beaucoup d’espoirs l’année dernière et les choses ne tournent pas aussi bien qu’on aurait pu le prévoir. Je pense que le processus est bloqué. Tout simplement", analyse Bernard Kouchner.

"Mais rien n’est terminé, ne soyons pas trop pessimistes. Il faut retourner au processus politique, c’est-à-dire au dialogue", ajoute le ministre des Affaires étrangères. "Il faut que l’Europe joue son rôle. L’Europe des vingt-sept (...) ne doit pas se contenter d’un rôle de figurant ou d’un rôle de payeur", conclut le chef de la diplomatie française.
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Combien d’autres murs à faire tomber ?

Message  niouze le Lun 2 Nov - 12:35

et n'oublions pas le mur invisible qui separe la forteresse européene du reste du monde , surtout pauvre , qui souhaiterait s'installer chez lui

_________________
"Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça." coluche
avatar
niouze

Messages : 5040
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Combien d’autres murs à faire tomber ?

Message  ivo le Lun 9 Nov - 11:34

A Paris, une "flash mob" pour dénoncer les "Murs qui restent en Europe"
08/11/2009-[18:09] - AFP

PARIS, 8 nov 2009 (AFP) - Une petite centaine de personnes se sont rassemblées dimanche à Paris pour dénoncer les murs, réels ou symboliques, qui défigurent encore l’Europe, notamment en Géorgie et en Tchétchénie, au momenht où l’on célèbre les vingt ans de la chute du Mur de Berlin.

Aux cris de "Liberté ! Liberté !", quelques militants de l’association des Géorgiens en France ont franchi un mur de carton qui barrait une rue devant la mairie du 3e arrondissement de Paris, tandis que d’autres les attendaient de l’autre côté un verre à la main. "Au moment où on bétonne à Tbilissi, on enterre l’Europe", a déclaré le président de l’association Othar Zourabichvili, dénonçant la construction par les autorités russes d’un mur en Géorgie. Pour le philosophe français André Glucksmann, "la méthode russe n’a pas beaucoup changé" : "l’intervention des tanks russes" l’été 2008 "à 30 km de Tbilissi, la capitale géorgienne, rappelle celle de Prague ou de Budapest (où l’armée soviétique avait réprimé des mouvements de révolte en 1968 et 1956, ndlr)", a-t-il déclaré à l’AFP. "La construction d’une frontière imperméable relève du même processus d’enfermement" qu’à Berlin, a-t-il ajouté, déplorant qu’on puisse "célébrer les mille morts du Mur de Berlin et ne pas penser aux journalistes et aux militants des droits de l’Homme assassinés en ce moment en Russie". Plusieurs personnalités présentes à cette "mobilisation éclair", dont des élus parisiens et des militants d’SOS racisme et du Comité Tchétchénie, ont dénoncé "l’impérialisme russe" et le silence de l’Europe face aux violations des droits de l’Homme dans ce pays. Moscou et Tbilissi se sont livré une guerre en août 2008, qui s’est soldée par la cuisante défaite de la Géorgie. Depuis, la Russie a reconnu l’indépendance de deux régions séparatistes géorgiennes, l’Abkhazie et l’Ossétie du Sud, qui échappent de facto au contrôle de Tbilissi. Par ailleurs, le Caucase russe est en proie à des violences récurrentes, en partie orchestrées par une guérilla aux accents islamistes mais qui trouvent aussi leur origine dans des exactions commises par les forces de l’ordre.
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Combien d’autres murs à faire tomber ?

Message  ivo le Jeu 18 Juin - 8:55

ils se construisent bien plus vite ....

Migrants: Viktor Orban veut construire un mur à la frontière serbe
http://www.rfi.fr/europe/20150618-migrants-viktor-orban-veut-construire-mur-frontiere-serbe-serbie-union-europeenne/
La péninsule italienne a dû accueillir 60 000 migrants depuis le début de l'année. Mais il existe d'autres routes très fréquentées, comme celle qui passe à travers la Serbie pour arriver en Hongrie. Depuis le début de cette année, la Hongrie a accueilli 50 000 demandeurs d'asile. C'est 20 fois plus que pour toute l'année 2013. Le gouvernement hongrois a annoncé son intention de construire un mur entre les deux pays.

Avec notre correspondante à Budapest, Florence La Bruyère

Une clôture de 4 mètres de haut sur 175 km de long. C'est le projet du gouvernement hongrois qui veut endiguer le flux de migrants. Selon les autorités, la Hongrie serait le pays le plus touché par l'immigration illégale. En réalité, les demandeurs d'asile, qui sont surtout des Afghans et des Syriens, ne restent que quelques jours en Hongrie. Ils fuient aussitôt vers le nord de l'Europe. Contrairement à la Grèce ou à l'Italie, la Hongrie ne fait face à aucune crise humanitaire.

Mais Viktor Orban s'est emparé de ce thème qui lui permet de gagner sur plusieurs tableaux. L'annonce de la construction du mur intervient à quelques jours du sommet européen sur l'immigration. Cela permettra à Viktor Orban de se poser en homme fort, et en gardien de la frontière Schengen.

Le mur est aussi le couronnement de sa campagne contre les réfugiés. Depuis l'attentat contre Charlie Hebdo, Viktor Orban présente tous les migrants comme des terroristes potentiels. Dans les rues de Budapest, sur des affiches financées par le gouvernement, on peut lire des slogans xénophobes. Viktor Orban ne bâtit pas seulement un mur de briques. Pour récupérer des électeurs, il construit aussi le mur de la haine.
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Combien d’autres murs à faire tomber ?

Message  ivo le Lun 22 Juin - 8:39

Bulgarie : l’autre rideau de fer pour empêcher l'arrivée de migrants
fr info
En Bulgarie, depuis l’été dernier un mur "anti-migrant" borde la frontière avec la Turquie, et Sofia est en train de le prolonger d’une centaine de kilomètres.

Alors que la Hongrie a fermé sa frontière avec la Serbie et annonce la construction d’un mur pour empêcher les migrants de passer, en Bulgarie les autorités sont passées à l’acte. Depuis l’été dernier un mur "anti-migrant" borde la frontière avec la Turquie, et Sofia est en train de le prolonger d’une centaine de kilomètres. Les autorités craignent d’être submergées par un afflux de réfugiés Syriens et Irakiens, dans ce pays le plus pauvre d’Europe. Depuis janvier, plus de 6.000 personnes sont entrées clandestinement en Bulgarie soit trois fois plus que l'an dernier.

Dans le petit village de Shtit, niché sur une colline, aux confins de la Bulgarie, en face de la Turquie, on raconte que l’église de couleur blanche sert de point de repère aux migrants qui tentent de traverser la frontière à pied : "Là-bas c’est la Bulgarie", leur disent les passeurs. Fernand habite juste à côté de l’église, il raconte qu’il trouve de plus en plus de Syriens et d’Irakiens ces dernières semaines, dans son champs : "Au début j’ai cru que c’était des gens du village, mais en fait ils n’étaient pas habillé comme des gens du village. Quand ils ont compris qu’ils étaient enfin en Bulgarie, ils ont fait un signe de croix."

Un mur construit sur l’ancien rideau de fer

Dans cette zone, le mur de 30 kilomètres doit bientôt être prolongé. Un nouveau rempart barbelé de 3 mètres de haut construit sur les restes rouillés du rideau de fer soviétique, que l’on aperçoit au loin. Ginka Costadinova, qui tient l’épicerie du village voisin de Sladun se souvient de cette époque : "Avant, il y avait une barrière sur toute la frontière qu’on a détruite, et maintenant il faut la reconstruire, c’est absurde ! Moi je suis pour le mur, mais la Bulgarie est trop pauvre, elle ne peut pas se le permettre."

A une heure de route de là, au check-point de Lesovo, un peu plus haut sur la frontière, le chef adjoint Nicolas Limitrov veut montrer comment chaque camion est scrupuleusement examiné avec un détecteur de gaz. Car c’est là dans les containers que se cachent désormais la plupart des migrants qui traversent la frontière bulgare. C’était d’ailleurs l’objectif de ce mur poursuit Nicolas Limitrov : "Le mur a été érigé pour pousser les migrants vers les check-point, pour pouvoir mieux surveiller la frontière."

Quelque 3.000 euros pour passer

En plus du mur, les autorités ont installé des caméras infrarouges sur toute la frontière, et une centaine de policiers patrouillent jour et nuit. Rojbin, 25 ans, et Youssef, 30, ans ont réussi à entrer en Bulgarie, mais ils se sont fait cueillir au check-point Ils viennent de Qamishli, une ville située au nord de la Syrie près de la frontière turque, d’où ils ont fui les combats.
Youssef raconte qu’il a payé 3.000 euros pour passer : "Ils nous ont mis dans la soute à bagage des bus. Au check point, les Turques ne nous ont pas arrêté, mais en Bulgarie, ils nous ont attrapés."

L’an dernier le mur a empêché 36.000 personnes de rentrer d’après les chiffres du gouvernement bulgare. Une situation inacceptable dénonce Roland François Weil, le représentant du Haut-Commissariat aux réfugiés en Bulgarie, pour qui "Sofia doit accueillir les personnes qui ont une crainte fondée de persécutions, c’est une obligation internationale." Et la situation ne devrait pas s’arranger, poursuit le représentant du HCR : "La Turquie accueille 1,7 millions de réfugiés. Pour certain ça va faire quatre ans qu’ils sont là et ils ne voient pas la situation s’améliorer. Et les réfugiés n’ont pas d’autre solution que d’aller vers l’Union Européenne." Et si le prolongement du mur a pris du retard les autorités sont sur les dents, la Bulgarie sera bientôt à bout de ses capacités d’accueil.

avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Combien d’autres murs à faire tomber ?

Message  ivo le Mar 30 Juin - 8:08

Israël va construire une "barrière de sécurité" à la frontière avec la Jordanie
Israël a donné son feu vert, lundi 29 juin, à la construction d'une "barrière de sécurité" de 30 kilomètres le long de sa frontière avec la Jordanie, le quatrième "mur" érigé par l'État hébreu pour empêcher l'entrée de migrants clandestins ou d'assaillants sur son sol.
Israël a également installé une barrière de fils barbelés le long de la ligne de démarcation sur le plateau du Golan dont il occupe une partie, pour tenter d'éviter un débordement de la guerre civile qui fait rage depuis plus de quatre ans en Syrie.
Israël a enfin construit un mur de béton qui s'étend sur plusieurs centaines de kilomètres et enserre la Cisjordanie occupée, qu'il découpe également, pour séparer les colonies israéliennes des zones dont la gestion est laissée aux Palestiniens.
>>>
http://www.france24.com/fr/20150629-israel-construire-barriere-securite-frontiere-jordanie-mur-migrants-terroristes
avatar
ivo

Messages : 26703
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Combien d’autres murs à faire tomber ?

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum