Derniers sujets
» GRAVOS & FRIENDS
par ivo Dim 16 Déc - 17:29

» étude du fascisme
par ivo Ven 14 Déc - 9:46

» [Toulouse - 07-12-2018] GRAVESITE + ALL BORDERS KILL + VOMI NOIR
par vegan31 Ven 9 Nov - 14:32

» [Toulouse - 02-07-2018] TRAVOLTA + guests
par vegan31 Lun 11 Juin - 9:28

» [Toulouse - 09-07-2018] KNUR + guests
par vegan31 Lun 11 Juin - 9:27

» [Toulouse - 18-07-2018] SPEED-NOISE-HELL + OSSERP + MUTILATED JUDGE
par vegan31 Lun 11 Juin - 9:26

» [Toulouse - 20-08-2018] HIRAX + EVILNESS + VARKODYA + SCORCHED EARTH
par vegan31 Lun 11 Juin - 9:24

» À la lanterne
par krépite Lun 7 Mai - 22:31

» [Toulouse - 12-05-2018] SICKSIDE + JEANNOT LOU PAYSAN + AHURI
par vegan31 Lun 16 Avr - 0:34

» la police s'étonne qu'on ne l'aime pas
par niouze Mar 16 Jan - 12:29

» vite, je vais vomir ...
par niouze Ven 12 Jan - 13:23

» Tunisie >>>>>>>
par ivo Lun 18 Déc - 8:29

» la phrase du jour
par ivo Lun 18 Déc - 8:09

» [中国- Chine] 一般信息- Informations générales
par ivo Sam 16 Déc - 8:38

» les photos d'actus - l'info en résumé
par ivo Sam 16 Déc - 8:34

» macronie
par ivo Sam 16 Déc - 8:23

» enfance ...
par ivo Ven 15 Déc - 9:27

» démocratie et justice ...
par ivo Ven 15 Déc - 9:19

» internet , technologie, ...
par ivo Ven 15 Déc - 8:41

» sexisme ... encore et toujours ...
par ivo Ven 15 Déc - 8:19

» [Toulouse - 03-01-2018] HASSIG + TROTZ + PESTCONTROL
par vegan31 Ven 8 Déc - 10:42

» flicage total du net
par niouze Lun 4 Déc - 10:06

» état d'urgence et autres restrictions....
par niouze Jeu 30 Nov - 22:32

» pesticides / fongicides
par ivo Mer 22 Nov - 9:02

» contre l'esclavage moderne
par ivo Mer 22 Nov - 8:54

» Sur les rives du Jourdain
par ivo Mer 22 Nov - 8:52

» petits business entre amis
par ivo Mer 22 Nov - 8:41

» No Futur - la terre au 21° siecle
par ivo Mer 22 Nov - 8:36

» blancs comme neige ^^
par ivo Mer 22 Nov - 8:34

» homophobie dans le monde ...
par ivo Mer 22 Nov - 8:19

» immigration ...
par ivo Mer 22 Nov - 8:16

» Nucléaire mon amour ...
par ivo Mar 21 Nov - 9:19

» Afrique coloniale belge
par ivo Mar 21 Nov - 8:50

» Révolution russe
par ivo Mar 21 Nov - 8:01

» agriculture
par ivo Dim 19 Nov - 8:26

» <<< Santé >>>
par ivo Dim 19 Nov - 8:21

» droites extremes
par ivo Sam 18 Nov - 11:01

» Birmanie
par ivo Sam 18 Nov - 10:35

» U.E.
par ivo Sam 18 Nov - 10:10

» pologne
par ivo Sam 18 Nov - 8:44

» No Futur - l'espace au 21° siecle
par ivo Ven 17 Nov - 8:36

» Réunionnais de la Creuse
par ivo Ven 17 Nov - 7:56

» rwanda
par ivo Jeu 16 Nov - 9:49


médias ? quels médias ??

Page 1 sur 10 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Aller en bas

Indépendance des médias ???

Message  ivo le Ven 6 Nov - 12:22

Réforme de la Poste: Assouline (PS) évoque le statut de l'AFP dans le débat
05/11/2009-[20:38] - AFP

PARIS, 5 nov 2009 (AFP) - Le sénateur PS, David Assouline, a fait un parallèle jeudi au Sénat lors du débat du projet de loi sur La Poste entre le changement de statut de l’entreprise postale et le projet de changement de statut de l’AFP.

"L’enjeu est le même pour l’AFP, dont nous parlerons bientôt. Son PDG, que j’ai auditionné, m’a expliqué que le statut de société anonyme avec 100 % de capitaux public était la solution pour que l’Agence se modernise", a déclaré le sénateur de Paris. "Mais, que je sache, l’Agence est bénéficiaire et n’est pas au bord de la banqueroute. Pourquoi donc a-t-elle besoin de capitaux ’ Non pas pour affronter la concurrence, m’a répondu son PDG, mais pour prendre des participations dans d’autres agences ici et là et sous-traiter. Ce qui est possible de faire, rétorquent les salariés, sans modifier le statut de l’entreprise" a-t-il ajouté. Le projet de loi sur La Poste, actuellement établissement public, industriel et commercial (EPIC), transforme l’entreprise en société anonyme à capitaux publics dès le début 2010. Ce changement de statut permettra un apport en fonds propres de 2,7 milliards d’euros (1,2 milliard à la charge de l’Etat, 1,5 milliard venant de la Caisse des dépôts). Pour le gouvernement, il s’agit de "moderniser" et "d’adapter" La Poste à l’ouverture de la concurrence. Pour les syndicats et la gauche, c’est la porte ouverte à une future privatisation, après France Telecom privatisée malgré les engagements du président de la République. En application d’une loi de 1957, l’AFP est dotée d’un statut sans équivalent, soumise au droit commercial mais avec une gouvernance dérogatoire au droit commun des sociétés. Elle n’a pas de capital et est administrée de façon collégiale par ses clients. Selon un pré-projet de loi concernant l’AFP et actuellement à l’étude, l’Etat détiendrait 100% du capital de l’agence, avec ouverture éventuelle d’une petite partie aux salariés. Une des pistes de travail consisterait à faire passer de 16 à 9 (PDG compris) le nombre de sièges au conseil d’administration. Ce projet, porté par son pdg, Pierre Louette, au nom du développement de l’AFP, est combattu par les syndicats qui estiment qu’il porte atteinte à son indépendance.
avatar
ivo

Messages : 26729
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: médias ? quels médias ??

Message  ivo le Ven 6 Nov - 19:30

AFP: pas d'examen de la réforme du statut début 2010 (syndicats)
06/11/2009-[18:26] - AFP

PARIS, 6 nov 2009 (AFP) - Le projet de réforme du statut de l’AFP ne devrait pas être examiné début 2010, contrairement à ce qui a été avancé auparavant, en raison de "l’encombrement de l’ordre du jour" parlementaire, selon l’interdyndicale de l’agence qui a été reçue par le président du Sénat jeudi.

Dans un communiqué publié vendredi, l’intersyndicale CGT-CFDT-SNJ-FO-SUD de l’AFP, indique s’être entretenue pendant une heure avec Gérard Larcher, qui a proposé de "mettre en place des auditions avant le dépôt du texte". Selon l’intersyndicale, M. Larcher a précisé qu’il allait "consulter le président de l’Assemblée nationale", Bernard Accoyer, afin que le processus d’auditions menées en parallèle par les membres des deux chambres "ne débouche pas sur des dissonances". Pour le président du Sénat, il faudra voir si une éventuelle modernisation du statut de 1957 doit passer par une modification de la loi ou se faire par voie réglementaire (décret). Dans leur communiqué, les représentants du personnel de l’AFP ont estimé que les propositions du président Larcher allaient "dans le bon sens". En application d’une loi de 1957 destinée à garantir son indépendance, l’Agence est dotée d’un statut sans équivalent, soumise au droit commercial mais avec une gouvernance dérogatoire au droit commun des sociétés. Elle n’a pas de capital et est administrée de façon collégiale par ses clients. Selon un pré-projet de loi, actuellement à l’étude, l’Etat détiendrait 100% du capital, avec ouverture éventuelle d’une petite partie aux salariés. Une des pistes de travail consisterait à faire passer de 16 à 9 (PDG compris) le nombre de sièges au conseil d’administration. Devant la commission des Affaires culturelles de l’Assemblée nationale, le ministre de la Culture et de la communication Frédéric Mitterrand a déclaré qu’il souhaitait "prendre un peu de temps" pour réformer le statut de l’AFP, précisant qu’il présenterait "d’ici trois mois" un "schéma d’options". L’Assemblée nationale doit mener "en amont" des auditions sur ce projet de réforme portée par la direction au nom de son développement mais combattue par les syndicats au nom de son indépendance.
avatar
ivo

Messages : 26729
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

médias ? quels médias ??

Message  ivo le Mar 16 Mar - 10:59

Un nouveau France Soir... avec les (gros) moyens de l’oligarchie russe
France Info - 07:59

Une nouvelle formule pour France Soir : le quotidien national fait peau neuve demain matin. C’est comme le printemps, cela arrive à peu près tous les ans...
Mais le journal fondé par Pierre Lazareff n’arrive pas à retrouver son lustre d’antan. Ils sont loin, les 2 millions de journaux vendus le lendemain de la mort du Général de Gaulle : en ce moment, France soir vend 23.000 exemplaires par jour.
Le quotidien change de directeur comme de Une, et ne se porte pas bien. Mais cette fois, la nouvelle équipe va frapper fort.

L’artillerie lourde : 500.000 exemplaires en vente dans toute la France au prix de 50 centimes demain et pendant un mois ; une campagne d’affichage depuis hier, des pubs à la télé ce soir et à la radio demain. 20 millions d’euros, rien que pour la publicité.

Il faut dire que depuis un an, le propriétaire s’appelle Alexandre Pougatchev. C’est le fils d’un oligarque russe. Et sa capacité d’investissement parait sans limite. "Nous n’avons pas une somme précise à investir, explique-t-il. On voit ce qui est nécessaire et puis on ajuste. Par exemple, dans le cas de la campagne de publicité, quand nous avons rencontré les publicitaires, ils nous ont demandé « Combien d’argent avez-vous ? » Non. On ne parle pas comme ça. On dit : combien faut-il pour arriver à l’objectif ? Pour relancer France Soir, il faut plusieurs dizaines de millions d’euros."
Nouveau France Soir : les ambitions d’Alexandre Pougatchev

Evidemment, on nous promet quelque chose de nouveau, d’original, du jamais vu. Dans les faits, le nouveau France Soir se veut éclectique, familial. Il traitera d’actualité, de sport, des courses hippiques, il y aura des jeux. Et une innovation, peut-être la principale : on pourra découper des coupons de réduction pour tel ou tel magasin. Tous les jours.
"C’est un journal qui fera réfléchir parfois mais ce sera surtout un journal de détente,
dévoile Gilles de Prévaux, le futur ex-directeur de la rédaction. Nous ne pouvons pas faire un journal anxiogène. Je lisais récemment un autre quotidien dans lequel revenait sans cesse les mots « mort », « menace », « racket »… il n’y a pas que ça dans la vie. France Soir doit avant tout parler des sujets dont on parle à table le soir."

Gilles de Prévaux va être officiellement remplacé ce matin par Christian de Villeneuve, un ancien du JDD et du Parisien. Une transition dans la douceur, dit-on au journal puisque Prévaux n’était sorti de sa retraite sur la Côte d’Azur que pour concevoir le nouveau quotidien. Il quittera l’entreprise le 30 avril.
La direction de France Soir a recruté également quelques noms connus mais attention, ce n’est pas France Soir qui les a contactés, ce sont eux qui se sont manifestés, explique la direction.

L’aura du journal et le portefeuille de son généreux propriétaire ont donc séduit Patrick Poivre d’Arvor, Eric Naulleau, Laurent Cabrol ou encore Bernard Debré.
Christiane Vulvert, la directrice générale déléguée, a de l’ambition et les moyens qui vont avec. "Nous sommes passés de 30 journalistes à 90 et nous continuons d’embaucher des noms prestigieux. Il y a de nombreuses personnalités qui ont une histoire avec France Soir et qui ont envie de participer à l’aventure. Ils ont envie de redonner toute cette qualité qu’avait France Soir à l’époque de Lazareff. Nous avons fait un bond dans le siècle pour retrouver l’ambiance de l’équipe d’alors. C’est un journal qui informe, qui instruit, qui divertit."

Des investissements lourds, le journal a déménagé en juillet dernier dans un bel immeuble des Champs Elysées, mais comment rentabiliser ? En vendant un maximum bien sûr.
La direction vise rapidement 150.000 exemplaires par jour. Ce qui représente une sacrée progression. "Il est un peu naïf" avoue dans un sourire et sous couvert d’anonymat un salarié de France Soir qui affirme que son PDG ne connaît absolument rien à la presse. Il faut dire qu’il n’a que 24 ans.
Le mystérieux M. Pougatchev


L’argent vient de son père : Sergueï Pougatchev. Il a fait fortune dans la banque sous Eltsine dont il était très proche. Il a su se rapprocher de Poutine et maintenant de Medvedev. Il touche maintenant à tout, de l’exploitation des mines à l’immobilier haut de gamme. En France, il a aussi acheté le traiteur de luxe Hédiard en 2007. Et ses chantiers navals de Saint Saint-Pétersbourg pourraient bien récupérer la construction des mistral, ces navires de guerre vendus par la France à la Russie au début du mois.
C’est un homme très secret dont on sait seulement qu’il est extrêmement croyant, l’intérieur de son jet privé serait d’ailleurs tapissé d’images pieuses. C’est un orthodoxe fervent, il finance la branche la plus conservatrice de son église. Une église proche du nationalisme russe. A 47 ans, il a jusqu’ici parfaitement mené sa barque sans s’exposer.
Son investissement dans France Soir est un vrai mystère. Jusqu’ici la famille Pougatchev s’est tenue à l’écart des médias, ce n’est pas son domaine d’activité.



Sergueï Pougatchev (d), avec Vladimir Poutine
©️REUTERS/Itar Tass


Les théories sur le sujet sont nombreuses. On lui prête l’intention de vouloir se rapprocher du pouvoir politique français par le biais d’un journal complaisant. Il pourrait ainsi développer plus facilement ses affaires en France. Il pourrait également utiliser son quotidien pour flatter les industriels tricolores, là encore dans le but d’améliorer ses affaires ici. On évoque aussi la possibilité qu’il soit là en "service commandé" pour le Kremlin. C’est-à-dire que France Soir lui servirait à mettre en avant la politique russe et éviter la diabolisation de ses dirigeants.
"Il y a une autre hypothèse, avance Arnaud Dubien, spécialiste de la Russie à l’Institut de relations internationales et stratégiques. C’est qu’il faut bien occuper le fils ! Alexandre Pougatchev a manifestement beaucoup d’enthousiasme, d’énergie. Son père lui a donc donné les moyens pour assouvir ses envies journalistiques. Cet investissement n’est pas insoutenable, loin de là, pour la fortune des Pougatchev."



Par son jeune age et son inexpérience des médias, Alexandre Pougatchev prête donc le flanc aux critiques. Il s’en agace un peu, lui qui a grandi en partie à Monaco, qui parle un français impeccable et qui a d’ailleurs la nationalité française.
Il a eu son bac à 15 ans et France Soir n’est pas son premier défi industriel. Il a, dit il, mené à bien un projet immobilier de luxe en Russie. C’est un gestionnaire. "Les secteurs changent mais tout est question de gestion, se défend-il. Les patrons de grandes entreprises ne sont pas des spécialistes dans ces domaines. Ce sont des spécialistes dans la gestion. Moi, je suis un gestionnaire qui a acheté un journal."
avatar
ivo

Messages : 26729
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: médias ? quels médias ??

Message  ivo le Sam 20 Mar - 10:02

La bourde du nouveau France Soir : des photos exclusives... vieilles de quatre ans
France Info - Hier, 21:35

Le cliché fait la Une du quotidien daté du vendredi 19 mars, estampillée "exclusive". "Johnny au top !", titre France Soir. Et pour cause, le rockeur français surfant à Saint-Barth’, a sur la photo quatre ans de moins qu’aujourd’hui.
Une bourde malheureuse, pour un journal qui vient tout juste d’être racheté. Ce numéro est seulement le troisième depuis le lancement de sa nouvelle formule. France Soir plaide non coupable et entend poursuivre l’agence qui lui a vendu les photos.

Dans cette affaire, tout le monde se renvoie la balle. France Soir estime avoir été dupé par l’agence Abaca Press qui lui a vendu la série de photos, censées dater d’hier, mais remontant en réalité à 2006. Mais l’agence se défend et incrimine une autre agence de Los Angeles X17, d’où proviendraient les clichés. C’est elle qui aurait menti la première sur la date.

............... ^^
avatar
ivo

Messages : 26729
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: médias ? quels médias ??

Message  niouze le Sam 20 Mar - 12:55

pfff nouveau journal nouvelle merde ...vieille photo ....

_________________
"Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça." coluche
avatar
niouze

Messages : 5052
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: médias ? quels médias ??

Message  Invité le Sam 20 Mar - 12:58

Bof, France Soir ça a toujours été la pire merde en matière de presse écrite. Ils peuvent la repeindre en couleurs, ça pue pareil.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: médias ? quels médias ??

Message  ivo le Dim 28 Mar - 10:34

Bolloré, l’homme qui monte dans les médias
Amaury de Rochegonde - 05:50

Alors qu’Arnaud Lagardère s’est retiré de la presse quotidienne régionale et vend une de ses chaînes de télévision, le groupe Bolloré s’afffirme de plus en plus comme un acteur à part entière du monde des médias.

Alors qu’Arnaud Lagardère semble de plus en plus en plus désireux de se désengager des médias quand il n’est pas en position de force, Vincent Bolloré, lui, y croit. Il y croit même tellement qu’il vient de racheter au groupe Lagardère pour 70 millions d’euros la chaîne musicale de la TNT Virgin 17. Il vient d’annoncer aussi la création d’un studio de cinéma pour Direct 8, une chaîne locale à Nice et il s’apprête à lancer avant l’été un nouveau quotidien payant qui sera vendu 50 centimes d’euros et qui sera tiré à 400 ou 500 000 exemplaires alors que sont déjà distribué à 1,3 millions d’exemplaires ses gratuits Direct Matin et Direct Soir.

Pour Arnaud Lagardère, qui cherche à vendre à Vivendi sa part de 20% dans Canal+ et qui ne cache pas son intention de se retirer des journaux où il n’est pas majoritaire, les médias sont vus comme une source de problèmes en période de crise. Le groupe a déjà subi de plein fouet la chute de ses recettes publicitaires et il enregistre une perte de 389 millions d’euros de son pôle médias. Arnaud Lagardère ne jure donc plus que par le sport, autrement dit le sponsoring et le négoce des droits sportifs, et il applaudit aux bons résultats d’Hachette livres après le succès phénoménal de Twilight de Stéphenie Meyer. Mais pour ce qui est de la télé ou la presse, ce n’est plus tout à fait la grande passion, même si Lagardère vient de lancer le magazine féminin Be qui se présente d’ailleurs davantage comme une plateforme multimédia. Et Bolloré dans tout ça ? Et bien lui, encore une fois, il y croit à la télé et à la presse. Certes, il perd encore pas mal d’argent dans ces deux domaines, quelque 40 millions d’euros, mais il prévoit d’atteindre l’équilibre avant 2012. Et surtout, il affirme que la presse quotidienne a je cite “beaucoup d’avenir”, en étant un peu persuadé d’avoir raison contre tout le monde, comme quand il investit en Afrique ou dans la voiture électrique. La voiture électrique qui va justement coûter 1 milliard d’euros à Bolloré : pour convaincre les Français et les pouvoirs publics de passer à la révolution écologique, il n’est sans doute pas inutile de posséder un quotidien d’opinions même si Bolloré père et fils précisent bien qu’il s’agira d’opinions multiples….
avatar
ivo

Messages : 26729
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: médias ? quels médias ??

Message  ivo le Ven 28 Mai - 10:26

Radio France mise en garde par le CSA après des propos sur Christian Estrosi
27/05/2010-[21:23] - AFP
PARIS, 27 mai 2010 (AFP) - La Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) a mis en garde Radio France au sujet d’une émission de France Inter, "Là-bas si j’y suis", dans lequel une auditrice avait exhorté les salariés de Sodimatex à faire sauter l’usine et le ministre chargé de l’Industrie, Christian Estrosi.

"Radio France a été mise en garde à la suite de la diffusion, le 5 avril 2010 (...), de l’enregistrement du message d’une auditrice soutenant les salariés de Sodimatex et les exhortant à faire sauter l’usine avec ses dirigeants à l’intérieur, ainsi que Christian Estrosi", explique le gendarme de l’audiovisuel. Selon le CSA, "de tels propos, à l’égard d’une personne nommément désignée, méconnaissent l’article 1er de la loi du 30 septembre 1986 ainsi que l’article 5 du cahier des charges de Radio France relatifs au respect de la personne humaine et de sa dignité". Par ailleurs, toujours dans l’émission "Là-bas si j’y suis" du 10 mars 2010, "des propos radicaux ont été tenus par une personne interviewée au sujet de son mouvement, +L’Arme révolutionnaire marxiste+, propos qui sont susceptibles d’être considérés comme portant atteinte à la liberté d’autrui, à la dignité de la personne humaine et à la sauvegarde de l’ordre public", poursuit le CSA. La haute autorité a donc rappelé au président de Radio France, Jean-Luc Hees, "que les journalistes sont tenus d’intervenir pour modérer les propos d’un intervenant à l’antenne lorsque celui-ci tient des propos pénalement répréhensibles".
avatar
ivo

Messages : 26729
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: médias ? quels médias ??

Message  ivo le Jeu 13 Jan - 11:21

Le site d’informations Bakchich dépose son bilan

Cela ressemble à la fin de l’aventure pour Bakchich.info : le site d’informations va déposer son bilan, et sa liquidation pourrait être prononcée à la fin du mois par le tribunal de commerce.
La version papier, hebdomadaire, que le site avait lancée en 2009, sortira une dernière fois vendredi. Sur internet, "nous continuerons à publier des infos jusqu’à la fin du mois", affirme l’un des créateurs, Xavier Monnier.

Bakchich était depuis longtemps dans une une santé financière délicate. Le site a été lourdement condamné la semaine dernière (40.000 euros) pour diffamation, après une plainte du député UMP David Douillet.
avatar
ivo

Messages : 26729
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: médias ? quels médias ??

Message  ivo le Mer 26 Jan - 13:59

Nicolas Demorand, nouveau patron de "Libération"
http://www.lepoint.fr/chroniqueurs-du-point/emmanuel-berretta/nicolas-demorand-nouveau-patron-de-liberation-26-01-2011-131942_52.php
Laurent Joffrin rejoint "Le Nouvel Observateur" et cède sa place à Nicolas Demorand, en provenance d'Europe 1.


Nicolas Demorand va prendre la succession de Laurent Joffrin à "Libération". © Meigneux / Meigneux/Sipa

La deuxième proposition d'Édouard de Rothschild, actionnaire de Libération, a convaincu Nicolas Demorand de faire le grand saut : mercredi matin, il a annoncé à Denis Olivennes, le patron d'Europe 1, qu'il quitterait la station au 1er mars pour diriger le quotidien Libération, Laurent Joffrin ayant, de son côté, accepté de rejoindre Le Nouvel Observateur, son ancienne maison. Demorand relève ainsi le défi de la presse écrite, un milieu dans lequel cet enfant de la radio n'a jamais évolué.

Laurent Joffrin laisse derrière lui un "bilan positif". "On n'a jamais dit qu'on roulait sur l'or, mais les comptes 2010, certifiés par les commissaires aux comptes, affichent un bénéfice net d'environ 300.000 euros." La diffusion payée s'est stabilisée à 115.622 exemplaires par jour. En outre, le quotidien va recevoir un renflouement de 12 millions d'euros (étalés sur 3 ans) de la part d'un nouvel investisseur.

En fait, Libération équilibre ses comptes avec les aides publiques à la presse : 9 centimes par exemplaire payé. Soit, selon nos estimations, environ 3,8 millions d'euros (si l'on se fie au rapport Cardoso). À noter que Libération n'est pas le plus gâté par les pouvoirs publics : Le Figaro perçoit 19 centimes par exemplaire (22,5 millions d'euros), Le Monde 23 centimes par exemplaire (26,4 millions d'euros), Les Échos 25 centimes (11,2 millions d'euros), La Tribune 27 centimes (6,7 millions d'euros), France Soir 52 centimes, L'Humanité 54 centimes, La Croix 54 centimes.

La greffe Demorand n'avait pas pris

Les aides à la presse, les difficultés de la distribution, le management d'une boîte de 200 personnes, voilà quelques-uns des problèmes auxquels Nicolas Demorand va se frotter à partir du mois de mars en plus de ceux qui consistent à imaginer, tous les jours, le sommaire d'un journal.

Chez Europe 1, le remplacement de Demorand devrait être très vite connu. Olivennes n'a pas été pris au dépourvu. Il préparait déjà des changements à la rentée dans la case occupée par Demorand entre 18 et 20 heures. La greffe Demorand n'avait pas totalement pris, selon les sondages Médiamétrie : 243.000 auditeurs perdus entre novembre et décembre 2010, par rapport à la même période il y a un an. Le ton, plutôt à gauche de son émission, a pu désarçonner une partie de l'auditoire de la station du groupe Lagardère. Au lieu d'attendre septembre, le nouvel animateur pressenti prendra donc ses fonctions au 1er mars.
avatar
ivo

Messages : 26729
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: médias ? quels médias ??

Message  Invité le Mer 26 Jan - 18:25

Demorand à gauche ? Bizarre, j'avais pas tellement remarqué quand il officiait sur France-Inter. D'ailleurs Porte et Guillon n'ont pas dû remarquer non plus...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: médias ? quels médias ??

Message  ivo le Mer 9 Fév - 9:50

"Pan sur le bec" : les Français jugent les médias
DANIÈLE OHAYON - HIER, 18:50
Les Français ont moins confiance dans les médias et jugent que leur qualité est globalement moins bonne sur les dix dernières années, selon le 24e Baromètre annuel TNS-Sofres à paraître mardi dans le quotidien La Croix.

Selon ce sondage, les Français continuent de douter de l’indépendance des journalistes vis-a-vis du pouvoir politique et des pressions de l’argent, tout en estimant que les médias sont neutres politiquement.(...)

Que nous reproche-t-on ? Comment combattre ce désamour ?

Info médias, avec Benjamin Muller et Catherine Pottier (4'18")

avatar
ivo

Messages : 26729
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: médias ? quels médias ??

Message  ivo le Mar 15 Fév - 19:50

Affrontement Copé-Ramadan autour des vacances de MAM et Fillon
http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/media/20110210.OBS7777/affrontement-cope-ramadan-autour-des-vacances-de-mam-et-fillon.html
Le débat entre le secrétaire générale de l'UMP et le spécialiste de l'islam sur Canal+ s'est transformé en polémique sur l'islamisme et le monde musulman.

Les vacances controversées de Michèle Alliot-Marie et François Fillon sont devenues l'objet d'une joute verbale opposant le secrétaire général de l'UMP, Jean-François Copé, et Tarik Ramadan, spécialiste de l'islam. Lors du Grand Journal de Canal+, mercredi 9 février, les deux hommes ont eu échange des plus vifs autour de l'islam et des Frères musulmans.

Alors que Jean-François Copé jugeait "regrettables" les vacances en Tunisie de la ministre des Affaires étrangères, Tariq Ramadan, petit-fils du fondateur des frères musulmans, mais non membre de cette organisation, comme il l'a affirmé, s'est indigné.
- "Ce qui me choque, ce n'est pas qu'un ministre des Affaires étrangères parte avec un avion, Tout le monde l'a fait (...) c'est une réalité française et occidentale (...). Ce n'est pas regrettable, c'est grave de partir en vacances payées par les soins d'un dictateur. C'est grave de soutenir un dictateur comme Ben Ali parce qu'on dit que l'opposition serait islamiste. Ce n'est pas regrettable, c'est une erreur monumentale de la démocratie occidentale de se mettre du côté des dictateurs parce qu'on diabolise l'opposition", a-t-il asséné.


Lapidation des femmes

- "Je dois dire que recevoir des leçons de morale de Tarik Ramadan (...) de la part de quelqu'un dont je n'ai jamais su véritablement s'il condamnait totalement la lapidation des femmes...", a rétorqué Jean-François Copé avant d'être coupé par Tariq Ramadan.
Puis, il a ajouté: "je ne suis pas certain que vous soyez forcément le plus à même à nous donner des leçons de morale (...) Vous avez parlé d'un moratoire". "Sur ces sujets, vous faites preuve au moins une certaine forme d'ambigüité pour ne pas dire plus".
- "La pratique de la lapidation, comme de la peine de mort, comme des châtiments corporels, je m'y suis opposé en demandant qu'il y ait un débat dans le monde musulman", a répliqué Tariq Ramadan.
- "Il y a un débat sur la lapidation?", a lancé Jean-François Copé.


"Le gouvernement français s'est tu"

- "Quand le gouvernement que vous soutenez en Tunisie pratiquait la torture, c'est peut-être plus grave. Le gouvernement français s'est tu quand on savait que la torture était pratiquée dans les prisons du Caire, dans les prisons de Tunisie. Et on partait en vacances. Ce n'est pas drôle et ce n'est même pas regrettable".
- "Est-ce qu'il est bien écrit dans la charte fondatrice des frères musulmans: "le coran est notre constitution, le Djihad notre voie, le martyr notre espérance?", a questionné Jean-François Copé.
- "C'est un slogan (...) Est-ce qu'il n'est pas dit dans l'hymne national français qu'un sang impur va se répandre dans nos sillons? Est-ce que vous avez réduit la France à cela ? Vous ne pouvez pas réduire une organisation à un slogan", lui a répondu Tariq Ramadan
.
avatar
ivo

Messages : 26729
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: médias ? quels médias ??

Message  ivo le Dim 20 Fév - 11:48

de la novlangue et des médias à bruler .....


MAM : Malgré les affaires les Français la soutiennent
http://www.francesoir.fr/actualite/politique/mam-malgre-affaires-francais-soutiennent-74735.html
Michèle Alliot-Marie doit démissionner pour seulement 54% des Français. C'est un sondage paru dans Le Parisien qui le révèle. Il montre que la ministre des Affaires étrangères est soutenue dans son camp.


MAM peut avoir le sourire, les Français ne l'accablent pas... (trop) MaxPPP

Qui aurait pu croire les Français aussi indulgents ? Selon un sondage publié dimanche par Le Parisien, "seulement" 54% des Français souhaitent voir Michèle Alliot-Marie démissionner de son poste de ministre des Affaires étrangères après les polémiques.

Mais ce qui frappe dans cette étude, c'est que la compagne de Patrick Ollier reste très soutenue dans son camp, notamment. En effet, on apprend que 75% des sympathisants de droite préfèrent que MAM soit maintenue à son poste. 79% des militants UMP sont même hostiles à sa sortie du gouvernement. A gauche, la tendance est, naturellement, radicalement opposée puisque 82% des personnes interrogées prônent sa démission. 68 % des sondés se disant proches du Modem, sont favorables à la démission de la ministre.

La chef de la diplomatie n'est donc pas si affaiblie malgré les différentes affaires et polémiques après son voyage en Tunisie fin décembre, alors que le peuple se soulevait contre Ben Ali. Les nouvelles révélations sur une transaction immobilière entre les parents de la ministre et un grand patron tunisien proche de Ben Ali, n'ont semble-t-il pas affecté davantage l'image de Michèle Alliot-Marie. L' Enquête Harris-Interactive a été réalisée auprès d'un peu plus de 1.000 personnes.



Par Actu France Soir

moi ce qui me frappe c'est qu'un torchon pareil qui publie de telles aberrations soit acheté alors qu'il n'est meme pas digne de servir de PQ.
vive le journalisme et l'information en france.

radio paris ment ....
avatar
ivo

Messages : 26729
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: médias ? quels médias ??

Message  ricou adzif le Jeu 26 Mai - 15:04

les vrais manipulateur sont ceux qui vous vident votre portefeuille et vous prometent des jours meilleurs?
pour qui?
certainement pas pour les classes moyennes ou pauvres!!!!
avatar
ricou adzif

Messages : 102
Date d'inscription : 17/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: médias ? quels médias ??

Message  ivo le Ven 3 Juin - 9:53

Déjeuners secrets avec la presse : l’autre scandale de l’affaire DSK ?
http://www.atlantico.fr/decryptage/dsk-primaire-socialiste-107908.html
Des rédactions « convoquées » en secret dans de grands restaurants parisiens. Un candidat qui se déclare devant des journalistes dont il réclame le soutien… mais qui n’en piperont mot jusqu’à sa chute. Et si l’autre scandale de l’affaire DSK tenait aux indéfectibles soutiens politiques dont il bénéficiait auprès des médias français ?

Vue d’Amérique, l’information est plus que dérangeante. Elle est pourtant passée presque inaperçue dans le flot ad nauseum de nouvelles sur l’affaire DSK... Quelques semaines avant son arrestation, le champion socialiste, le Jedi du FMI censé rétablir l’équilibre dans la Force après un quinquennat de stupre sarkozyen, organisait des déjeuners secrets avec la crème des journalistes politiques parisiens.

Quel était le concept de ces rencontres pour « happy-few » médiatiques ? DSK disait tout… mais les journalistes, eux, ne pouvaient rien en dire ! Curieuse dialectique médiatico-politique. Enfin… jusqu’au crash new-yorkais et à la mort politique de l’intéressé, qui a brisé de facto le vœu de silence des journalistes. Des journalistes qui ne pensaient vraisemblablement pas à mal en acceptant de taire les informations qu’ils recevaient, puisque c’est un des leurs (Denis Jeambar de Marianne), qui a raconté par le menu, et avec une candeur désarmante, le contenu de l’une de ces rencontres secrètes.

Pas encore officiellement candidat mais déjà en pré-campagne (notamment en vue des primaires socialistes), Dominique Strauss-Kahn avait invité fin avril les pontes des rédactions de Marianne, du Nouvel Obs et de Libération, pour trois déjeuners « off » dans de grands restaurants parisiens. Une façon informelle et pleine de tact d’anticiper la mue du directeur-général du FMI en candidat socialiste et de dévoiler en primeur aux heureux élus (et à mots à peine couverts) son intention de se porter candidat à la présidentielle… tout en exigeant encore une fois de ses convives qu’ils demeurent bouche cousue.

Un travail de désinformation ?

Et tant pis si le travail des journalistes présents consistait justement à assurer au quotidien la couverture de la campagne électorale… Tant pis surtout pour leurs lecteurs qui ont pu lire dans leurs colonnes, et jusqu’à l’arrestation de Dominique Strauss-Kahn, des informations tronquées sur la primaire socialiste. Ce petit cirque aurait eu d’ailleurs toutes les chances de perdurer quelques semaines encore sans l’intervention de la police new-yorkaise…

Le doute sur les intentions de DSK, savamment entretenu par ses proches, était indéniablement un acte politique, qui jouait en sa faveur tant il faussait la campagne interne au parti socialiste, handicapait les challengers (Royal, Hollande) et faisait monter un « désir » artificiel auprès de l’opinion. Mais la connivence d’une brochette de journalistes avec un politicien en vue posait surtout un sérieux problème de déontologie.

Connaître trois mois à l’avance les intentions d’un homme politique dans une course présidentielle n’a rien à voir avec un banal embargo de quelques heures ! L’alibi du « off » n’est pas recevable face à des éléments et des rencontres de cette importance ! Le « off » journalistique a pour objet d’enrichir et d’humaniser les données recueillies au cours de l’enquête… pas d’opérer de la rétention volontaire.

Manquement au devoir d’informer donc. Mais la portée de ces causeries informelles allait bien au-delà du fameux « atterrissage en douceur » voulu par les proches de DSK. Dans la campagne qui s’annonçait, l’ex-futur candidat socialiste comptait sur « l’engagement militant » de ces trois médias traditionnellement orientés à gauche qui (doux euphémisme) ne portent pas Nicolas Sarkozy dans leurs cœurs.

Reprenons le compte-rendu édifiant du déjeuner dressé par Denis Jeambar. En plein exercice de séduction, DSK demande au patron de Marianne (Maurice Szafran) si son journal « souhaite bien que la France soit débarrassée de ce type-là ». Nicolas Sarkozy s’entend… La réponse de Maurice Szafran semble convenir à Dominique Strauss-Kahn qui poursuit : dans ce cas-là, « Marianne n’a pas d’autre choix que de (le) soutenir dans ce combat ».

Les déjeuners. Les journalistes. Le « off ». Tout s’explique. Même pour l’ingénu Denis Jeambar qui perçoit une demande de « soumission » (qu’il considère toutefois « choquante »). Ces déjeuners, au secret scrupuleusement respecté par des dizaines de journalistes, n’étaient en réalité rien de moins que la mise en branle d’une machine de guerre journalistique contre Nicolas Sarkozy au service du PS.

Pour DSK, les journalistes présents avaient vocation à se transformer en fantassins au cours de la campagne présidentielle. L’auraient-ils déçu sur ce point ? Impossible de le dire, mais leur simple silence sur ces rencontres éminemment politiques en faisait de toute façon des alliés objectifs d’un DSK en lévitation sondagière.

Aux Etats-Unis, les convives de ce genre de déjeuners auraient eu à s’expliquer devant leurs confrères (et le public)… et auraient in fine été renvoyés. En France, le copinage (qui tourne souvent à l’enrôlement partisan) semble demeurer la norme… une zone grise et malsaine de la vie politico-médiatique.



NOTE : Une malencontreuse erreur nous a conduit à publier une première version de cet article sous une signature qui n'était pas celle de l'auteur. La rédaction d'Atlantico.fr s'en excuse auprès de ses lecteurs, ainsi qu'auprès de M. Denis Tillinac et de M. François Tillinac.
avatar
ivo

Messages : 26729
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: médias ? quels médias ??

Message  ivo le Lun 6 Juin - 10:42

« L’Affaire Luc Ferry », une information comme France Inter les aime !
http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/l-affaire-luc-ferry-une-95446
France Inter peut se vanter d’avoir créé par son Journal de 13 heures un type d’information-maison. Il obéit à un patron invariable qu’on a déjà analysé à l’occasion d’un attentat dans un grand magasin, de l’agression d’un élève dans un lycée ou du remaniement ministériel de novembre 2010 (1). Moins on en sait sur un événement susceptible de capter l’attention, plus il mérite un traitement prioritaire et un temps d’antenne inversement proportionnel à ce qu’on en sait.


« L’affaire Luc Ferry » vient d’en offrir un nouvel exemple, vendredi 3 juin 2011, dans le Journal de 13 heures, lu par une jeune journaliste aux inflexions vocales de comtesse pincée sortie tout droit des comédies de Labiche. Ne faut-il pas que l’interprétation tente de faire oublier l’indigence du texte ? (2)

Une information stimulant quatre réflexes

« L’affaire Luc Ferry » a été placée, ce jour-là, en tête de la hiérarchie des informations par France Inter pour une première raison évidente : elle avait tout pour capter l’attention en déclenchant quatre réflexes.

1- L’accusation de pédophilie marocaine portée contre un ancien ministre est d’abord une exhibition simultanée du plaisir et du malheur d’autrui propre à stimuler le réflexe de voyeurisme : la perversion qu’elle implique, peut même provoquer la sidération attendue.

2- Dans le même temps, cette transgression de la morale du groupe est de nature à déclencher un réflexe d’indignation et de condamnation envers l’accusé : l’enfant est protégé avec raison contre la prédation sexuelle des adultes. La violation de cette règle suscite aussitôt la réprobation sociale.

3- L’acteur impliqué, un ancien ministre, peut, d’autre part, déclencher un autre réflexe, inculqué par le classisme qui s’exprime par le mépris d’une classe sociale envers une autre, ici celui des dominés envers un dominant.

4- Enfin, le mystère entretenu sur l’identité de l’accusé stimule un réflexe inné d’attirance, celui qu’excite la curiosité ou le besoin de savoir de qui il s’agit : on passe en revue avec gourmandise les personnalités susceptibles d’être soupçonnées.

En plaçant ainsi ce scandale en tête de journal, France Inter était assurée de retenir captifs les auditeurs.

Une information indifférente, comme leurre de diversion ?


La deuxième caractéristique de « l’affaire Luc Ferry » est d’appartenir, pour l’heure, à la variété de l’information indifférente. Elle ne paraît pas, pour l’instant du moins, gêner d’autres intérêts que ceux de l’ancien ministre supposé dont Luc Ferry s’est gardé de livrer le nom : on ne sait, à vrai dire, rien de l’affaire.

1- Une affaire qui tient en trois lignes

Elle peut même se résumer en trois lignes : un ancien ministre aurait été surpris par la police marocaine à Marrakech en flagrant délit d’actes pédophiles mais aurait bénéficié de protections pour ne pas être inquiété, selon Luc Ferry qui affirme tenir cette histoire des plus hautes autorités de l’État, Premier ministre et membres de cabinet.

2- Une affaire traitée en sept minutes par France Inter

Or, France Inter a réussi le tour de force de tenir sept minutes sur le sujet. La méthode est très simple :

1- On réécoute d’abord les propos de Luc Ferry au Grand Journal de Canal + du 30 mai 2011. Ça fait passer un moment.

2- - On multiplie ensuite les intervenants : a/ après la présentatrice aux inflexions de comtesse pincée, b/ une journaliste, égarée en reportage devant le commissariat où Luc Ferry a été convoqué et entendu, raconte qu’elle ne sait rien. c/ Une troisième journaliste ajoute à son tour ses commentaires aventurés sur les plaintes susceptibles d’être déposées par deux associations marocaines de défense des enfants, « Touche pas mon enfant » et « Touche pas à mes enfants ». d/ L’occasion est alors donnée à un de leurs avocats interviewé de raconter son agenda, son voyage imminent au Maroc, et son intention de déposer plainte, mais pas avant mercredi parce qu’il retenu par des Assises, et tutti quanti…

3- Entre les quatre acteurs en scène, forcément les répétitions ne cessent de se multiplier, puisque nul ne sait rien de l’affaire. On ignore ce que Ferry a pu dire à la police, révèle la journaliste qui fait le pied de grue inutilement devant le commissariat. Une indiscrétion policière confirme même… que le témoin s’est montré « peu disert, peu bavard », corrige la reporter pour les auditeurs qui ne connaissent pas le sens de "disert".

4- Enfin, bien qu’on ne sache rien du présent, rien n’interdit de s’amuser à explorer l’avenir mais en lisant un mode d’emploi hypothétique tiré du Code de procédure pénale. Le jeu peut durer des heures !

Une opération d’influence ?

Tant de moyens déployés pour rien, ou du moins pour une information bien pauvre mise hors-contexte, finissent tout de même par intriguer.


1- Un leurre de diversion

On sait que l’information indifférente remplit un rôle de leurre de diversion pour détourner l’attention des problèmes essentiels et l’attirer vers ce qui n’a pas d’importance. En accaparant le temps et l’espace exigus de diffusion, elle exclut mécaniquement les autres informations, devenant ainsi un instrument de censure discrète. L’information indifférente joue ce rôle en occupant seulement la place indûment.

2- Un missile à la cible non identifiée ?

Mais cette affaire d’un ancien ministre pédophile dont on ne sait rien et à laquelle on consacre tant de temps en mobilisant une reporter sur les lieux pour ne rien apprendre, ne peut manquer de susciter l’interrogation. Le traitement dont elle est l’objet, est apparemment si disproportionné au regard de ce qu'on en sait. Ne serait-elle pas une opération d’influence menée par étapes ?

1- Elle est d’abord apparue dans un article du Figaro Magazine de la semaine précédente.

2- Il semblerait que l’écho rencontré eût été jugé insuffisant. Luc Ferry lui aurait donc donné une large publicité au Grand Journal de Canal +, le 30 mai.

3- Et France Inter aurait ensuite apporté son concours à une plus grande diffusion encore.
La question qui se poserait, serait alors de savoir à quelle cible est destiné ce missile ? On voit bien de quelle base, à Droite, il est tiré. Mais on ne sait pas encore à qui il est destiné : on suppose que c’est la Gauche qui est visée, par temps de campagne électorale présidentielle, mais rien ne permet encore de l’affirmer.

L’information-maison du Journal de 13 heures de France Inter se reconnaît donc à sa stimulation intensive des réflexes des auditeurs et non de leur réflexion. Il importe peu que la station ne sache rien ou presque de l’événement pourvu qu’il soit à même de déclencher ces réflexes. L’information indifférente est une seconde caractéristique de cette information-maison, avec deux de ses fonctions usuelles : celle d’un leurre de diversion et celle d’une censure discrète. Il peut arriver, cependant, comme dans « l’affaire Luc Ferry », qu’elle puisse jouer une troisième fonction dans le cadre d’une opération d’influence. Or, est-ce bien ce que l’on attend d’une radio de service public ? Paul Villach

(1) Paul Villach
- « Printemps-Haussmann sur France Inter : « la technique de confusion intellectuelle » ? », AgoraVox 18 décembre 2008.
http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/printemps-haussmann-sur-france-48925
- « Meurtre « à la une » d’un lycéen : la manipulation discrète des esprits par France Inter », 11 janvier 2010.
http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/meurtre-a-la-une-d-un-lyceen-la-67980
- « Fillon 2 ou 3 : « mayonnaise » et « encéphalogramme plat » sur France Inter ! », AgoraVox, 16 novembre 2010
http://www.agoravox.fr/actualites/medias/article/fillon-2-ou-3-mayonnaise-et-84473

(2) Extraits du Journal de 13 heures de France Inter, 3 juin 2011

« C. Servajean.- Luc Ferry entendu par la brigade de protection des mineurs, ce matin. L’ancien ministre de l’Éducation nationale a dû s’expliquer suite à ses propos tenus sur Canal +, lundi soir. Pour l’instant on ignore s’il a donné le nom de l’ancien ministre qu’il a accusé de pédophilie au Maroc. Ce que l’on sait, c’est que plusieurs plaintes sont sur le point d’être déposées en France et au Maroc. Invité de ce journal, Maître Jean Chevais, l'avocat de l'association "Touche pas à mon enfant" qui a décidé de porter plainte.
- Première comparution devant la justice internationale pour Ratko Mladic. (…)
- En Allemagne, les autorités sanitaires parlent d'une stabilisation des infections dues à cette bactérie qui a déjà fait 18 morts. (…)
Au sommaire de cette édition également,
- Dominique Baudis proposé par Nicolas Sarkozy pour le futur poste de Défenseur des Droits.
- Les communistes bien partis pour choisir Jean Luc Mélenchon comme candidat du Font de Gauche pour la prochaine présidentielle.
- Le groupe Sony à nouveau victime d'une attaque informatique de grande ampleur.
- Et le sport avec en football la France contre le Bélarus ce soir à Minsk et cet après-midi les demi finale messieurs à Roland Garros.
On n'oublie pas un appel à la solidarité lancé par nos confrères de France Bleu Périgord pour les agriculteurs victimes de la sécheresse.
(…Bulletin météo)
Les choses n’auront donc pas traîné. Quatre jours après avoir repris à son compte sur Canal + des accusations de pédophilie à l’encontre d’un ancien ministre qu’il n’a pas voulu nommer, Luc Ferry a été convoqué par la police ce matin. Le philosophe et ancien ministre de l’Éducation nationale a été entendu dans les locaux de la brigade de protection des mineurs à Paris. Géraldine Allo, bonjour !

Géraldine Allo .- Bonjour !

C. S. .- Vous êtes sur place pour France Inter, Géraldine. Alors, cette audition a duré un peu plus d’une heure et demie. Qu’en est-il ressorti ?

G. A. .- Alors, Luc Ferry est arrivé à 9 h 20 à la brigade de protection des mineurs, à pied, souriant. Il est ressorti une heure et demie plus tard par l’arrière du bâtiment en voiture cette fois et sans faire de commentaire. Alors qu’a-t-il dit aux policiers pendant cette courte audition. A-t-il lâché le nom du ministre qui se serait fait coincer à Marrakech. Pour l’instant on ne le sait pas. Le parquet de Paris se refuse à donner des informations. Une source policière nous parle juste de témoin peu disert, de témoin peu bavard sans donner plus de précision. Ce qui est sûr, c’est que Luc Ferry était entendu comme témoin et qu’à ce titre il n’est pas obligé de donner de nom. L’ancien ministre de l’éducation avait de toute façon prévenu qu’il ne lâcherait pas l’identité du ministre car il n’avait pas de preuve de ce qu’il affirmait. En tout cas l’affaire est sensible et suivie de près en haut lieu. Pour preuve, le directeur de la PJ parisienne, Christian Flèche, est venu en personne ce matin assister à l’audition.

C. S. .- Alors affaire sensible, Géraldine, on l’a compris. Que va-t-il se passer maintenant pour Luc Ferry ?

G. A. .- Soit Luc Ferry a donné un nom, une date et les faits ne sont pas prescrits, la justice pourra alors enquêter. Soit il n’a rien lâché, et il y a de grandes chances qu’on en reste là. En tout cas peu de risques que Luc Ferry soit poursuivi pour non-dénonciation de crime, car si crime il y a eu, Luc Ferry n’a pas été un témoin direct. Il y a également peu de chance pour qu’il soit poursuivi pour diffamation car lors de son passage au Grand Journal, il a certes accusé un ancien ministre mais sans donner de nom, sans donner d’indication pour l’identifier.

C. S. .- Merci beaucoup Géraldine Allo, en direct de la brigade des mineurs pour toutes ces précisions (sic !). Alors justement tout est parti d’une déclaration au début de la semaine sur le plateau du Grand Journal de Canal +. Luc Ferry avait repris à son compte le contenu d’un article du Figaro Magazine

Luc Ferry. – Vous avez un épisode qui est raconté d’un ancien ministre qui s’est fait poisser à Marrakech dans une partouze avec des petits garçons. Bon ! probablement nous savons tous ici de qui il s’agit (Dénégation d’Ali Badou) Eh bien moi, je le sais, je pense que je suis pas le seul. Et l’affaire m’a été racontée par les plus hautes autorités de l’État en particulier par le Premier Ministre. J’ai des témoignages des membres du cabinet et au plus haut niveau. Si je sors le nom maintenant, c’est moi qui serai mis en examen. Je serai à coup sûr condamné, même si je sais que l’histoire est vraie.

C. S. .- Voilà, cette déclaration a valu à Luc Ferry une volée de bois vert, la classe politique dans son ensemble l’accusant d’en avoir trop dit ou pas assez. Finalement, vous le savez, le parquet a ouvert une enquête préliminaire alor que trois plaintes différentes sont sur le point d’être déposées, Charlotte Piret, ici à Paris ainsi qu’au Maroc.

Charlotte Piret.- Oui, les deux premières plaintes viennent d’être enregistrées par le parquet général ce matin, déposées par deux association distinctes, bien qu’au nom quasiment identique, « Touche pas à mon enfant » d’un côté, « Touche pas à mes enfants » , de l’autre. Alors, même si concurrentes, ces associations affichent un objectif commun : elles réclament l’ouverture d’une enquête préliminaire au Maroc et là aussi l’audition de Luc Ferry en tant que témoin, soit évidemment la même chose que ce qui vient de se passer en France. L’un des avocats marocains espère aussi que le contexte politique du « Printemps arabe » joue en faveur d’une plus grande transparence dans ce dossier car, selon lui, certaines affaires similaires voient les faits de pédophilie requalifiés en homosexualité encore condamnée au Maroc mais beaucoup plus faiblement. En France, les enjeux sont bien sûr très différents, mais une plainte contre X doit également être déposée au Parquet de Paris par l’association « Touche pas à mon enfant » pour permettre - pourquoi pas ? - d’accélérer la procédure et favoriser peut-être l’ouverture d’une information judiciaire ainsi que la coopération entre les chancelleries des deux pays.

C. S. .- Alors justement, merci Charlotte Piret, nous sommes en ligne avec Me Jean Chevais, l’avocat de l’association « Touche pas à mon enfant ». Bonjour Me Chevais !

Me Chevais.- Bonjour, Madame !

C. S. .- Vous avez donc décidé de porter plainte, c’est une plainte contre X, c’est bien ça ?

Me C. .- Alors l’association « Touche pas à mon enfant » qui est dirigée, enfin présidée par Mme Najat Anwar , m’a demandé de m’occuper de ce dépôt de plainte et d’ailleurs, je pars au Maroc ce soir, et je reviens dimanche, pour m’entretenir avec elle et avec mes confrères du Maroc, prendre connaissance de leur plainte qu’ils ont déposée ce matin, et évidemment déposer dès le début de la semaine prochaine, vraisemblablement mercredi, parce que je suis retenu par des Assises, une plainte à Paris. Le vut de cette plainte n’est pas de révéler des noms. C’est simplement de faire la lumière, etc. » (NDLR. : L'avocat n’a rien de plus à dire) (0’ 30 + 7’ = 7’ 30’’)
avatar
ivo

Messages : 26729
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: médias ? quels médias ??

Message  Invité le Lun 6 Juin - 12:53

Dans la même veine :

09h15 le
neuf-quinze

Hulot : la grande bataille de la petite
phrase


Rien n'est perdu: revoilà le
journalisme politique. Le vrai, le pur, garanti 100% sans
compromissions, celui qui ne cache pas ce qu'il sait, celui qui
dévoile la vérité, toute la vérité,
quoiqu'il en coûte. La chronique politique avait perdu la
bataille DSK. Elle n'a pas perdu la guerre: la bataille de "La
marée" est un immense succès. Il est 23 heures,
vendredi soir, dans la salle du premier étage d'un restaurant
de La Rochelle. Les journalistes qui couvrent le congrès
d'Europe Ecologie Les Verts sont partagés en trois
tablées. Hulot kitesurfe entre les trois tables.
L'envoyée spéciale de France-Soir raconte (1) un entretien de fin de dîner,
qu'elle décrit comme "zigzagant" « Et
Borloo ? Vous seriez près à bosser avec
lui ?
» La réponse de Hulot –
déconcertante – va chambouler le week-end :
« J’ai discuté avec lui en amont de ma
candidature…
» Ont-ils envisagé
l’idée d’un partenariat ?
« Oui, un court temps. » Mais,
nuance-t-il, « ce n’était pas envisageable
d’y aller sans Europe Ecologie-Les
Verts
».

Passée la première question (qu'est-ce
exactement qu'un entretien "zigzagant" ?
Est-ce une
manière de sous-entendre, sans le dire, que Huloit est
totalement bourré ? Et alors pourquoi ne pas le dire ?) il faut
admirer la réactivité du système., dès
qu'il se trouve sur son terrain privilégié: l'extraction
de "petite phrase" Dès 23 heures 45 (toujours selon
France-Soir)
les "urgents" de l'AFP s'inscrivent sur les
smartphones des journalistes qui, on l'imagine, n'ont pas encore
quitté leurs tablées. Il faut dire que la nouvelle est
sidérante: Hulot "a discuté" avec Borloo.
En
amont. Qui l'eût cru ? Et voilà la désignation du
candidat des Verts bouleversée, et par contrecoup, toute la
présidentielle. Une chose est certaine: la réaction des
confrères présents autour de cette table a
été plus rapide que celle des convives de DSK, lors des
fameux déjeûners, fin avril, avec trois rédactions
de médias de gauche, apprenant de sa bouche que sa candidature
était certaine, mais se gardant bien de l'écrire.
Accessoirement, au détour de l'article de
France-Soir,
on apprenait qu'avant l'embardée
fatale, Hulot et ses convives avaient aussi causé
nucléaire. Que s'étaient-ils dit ? Avaient-ils
évoqué la décision de l'Allemagne ? La
manière de promouvoir les énergies renouvelables ? Hulot
avait-il longuement démonté les argumentaires
gouvernementaux sur le nucléaire ? Avait-il rappelé que
le prix du KwH produit par l'EPR serait 40 % plus cher (2) que le coût
initialement prévu ? On ne le saura jamais, cette
partie-là de la conversation n'ayant pas fait l'objet de
dépêches urgentes.



Certains clients de courrier électronique bloquent l'accès direct
aux liens. Aussi, vous trouverez ci dessous et en clair l'ensemble des
adresses web de ce présent message :

(1) http://www.francesoir.fr/actualite/politique/rochelle-week-end-fou-des-ecolos-107548.html
(2) http://www.actualites-news-environnement.com/26663-Energie-nucleaire-France-mauvaise-eleve-Europe.html


Daniel Schneidermann

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: médias ? quels médias ??

Message  ivo le Lun 6 Juin - 20:20

pour une phrase à N.Y, 25 mn sur l'innoncence de dsk sur FR2 ... pas un mot de la victime ...

et ils s'etonneront encore de se faire couper la tete .......


avatar
ivo

Messages : 26729
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: médias ? quels médias ??

Message  ivo le Mar 7 Juin - 10:57

80 policiers tués en Syrie, selon les médias officiels
france-info
La télévision d’Etat affirme que 80 policiers ont été tués par des groupes armés à Jisr al-Choughour, dans le nord-ouest de la Syrie. "L’embuscade a été tendue par des bandes armées, alors que les policiers arrivaient pour secourir des citoyens terrifiés" par ces "bandes", accuse la télévision, qui ajoute que ces groupes, "munis d’armes de moyen calibre et de grenades, utilisent les habitants comme des boucliers humains".

L’armée mène des opérations dans cette ville depuis samedi. Hier, 35 personnes (27 civils et 8 membres des forces de l’ordre) ont été tuées.
avatar
ivo

Messages : 26729
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: médias ? quels médias ??

Message  ivo le Mar 7 Juin - 19:36

Affaire DSK: les médias en font-ils trop?
http://www.lexpress.fr/actualite/politique/affaire-dsk-les-medias-en-font-ils-trop_1000204.html


Les reporters de Libé dans la chambre du Sofitel, des journalistes aux portes du tribunal, des éditions spéciales à gogo... Chaque détail vient nourrir le feuilleton du moment. Frisez-vous l'indigestion?

"Qu'est-ce qu'on s'en fiche de voir la chambre de DSK! Franchement, j'ai 21 ans, pas mal de choses encore à découvrir, j'ai développé mon esprit critique avec Libé, mais depuis l'affaire DSK, quelle déception!". Sur Libe.fr, l'internaute Xavier89 se fâche. L'objet de sa colère? Le joli coup réussi par le site d'info ce mardi, qui publie les images de la chambre du Sofitel où s'est déroulée la première scène de l'affaire DSK. Dans les (très nombreux, puisqu'il y en a plus de 400!) commentaires, malgré quelques défenseurs, les lecteurs ne sont pas tendres. A tel point que la rédaction a fini par publier un long message d'explication "A nos lecteurs [...] Les mêmes qui se plaignent que Libération publie cette vidéo seraient légitimement furieux qu'on leur cache des informations sur tel ou tel aspect du dossier. La suite 2806 est un élément du dossier."

Liberation.fr n'est pas le seul média ainsi montré du doigt: ce lundi, c'était les chaînes d'information qui étaient la cible des critiques. Beaucoup avaient prévu une édition spéciale durant l'après-midi, pour seulement quelques minutes d'audience. Massées devant le domicile de DSK à TriBeCa, BFM, LCI et i-Télé ont manqué la sortie du patron du FMI, qui a ouvert la porte de chez lui... pendant les coupures publicitaires. Et, comble du ridicule, malgré les journalistes qui se pressaient devant la salle d'audience, la seule caméra autorisée à l'intérieur n'a pas réussi à filmer le "not guilty" tant attendu. Rires jaunes sur Twitter.

"On en a assez parlé maintenant!"

Ces remarques ne datent pas d'hier. Le 18 mai déjà, sur LEXPRESS.fr, après notre article "Nous étions à l'aéroport JFK avec DSK", les reproches étaient légion. "Du grand journalisme", sifflait Leelou. Mêmes critiques contre l'exclusif du Point.fr, qui évoquait le lendemain les derniers mots qu'aurait prononcé DSK avant son arrestation ("Quel beau c.."), provoquant des rires en série sur Twitter.

Evidemment, les journaux justifient leurs choix éditoriaux, souvent mis en cause: "Fallait-il montrer DSK menotté? Fallait-il parler plus tôt de la vie sexuelle de DSK?". Et d'autres voix s'élèvent pour justifier le traitement de l'affaire. "Moi ça m'intéresse, pas tant cette affaire DSK dont effectivement on ne sait rien que tous les débats qui pullulent autour. C'est dans ces moments là que les sociétés avancent", défend Jérôme Choain dans son billet de blog: "On parle trop de DSK? Je ne trouve pas".

Le ras-le-bol, pourtant, n'est pas loin. Ce mardi, sur LeFigaro.fr, Tête d'ampoule résume une opinion qui se répand parmi les commentateurs des sites d'info. "Le gens commencent à en avoir marre. Qu'il soit jugé, point barre. Mais bon, on en a assez parlé maintenant. Parlez nous plutot de la Lybie, de l'Algérie, du Maroc, du Japon...".

En attendant, l'affaire DSK a bel et bien dopé les audiences des médias. Et, rien que sur LEXPRESS.fr, des dizaines de millier commentaires ont été publiés depuis l'arrestation de l'ex-patron du FMI, ce qui en fait l'un des sujets les plus débattus de ces deux dernières années, loin devant, par exemple, la mort de Ben Laden. De quoi penser que l'événement mérite bien la couverture qui lui a été accordée - 109 articles, rien que sur LEXPRESS.fr.

Et vous?
Que pensez-vous du traitement médiatique de l'affaire DSK?
Y-a-t'il des sujets, sur LEXPRESS.fr ou ailleurs, qui vous ont choqué ou paru "de trop"?


......................
avatar
ivo

Messages : 26729
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: médias ? quels médias ??

Message  ivo le Mer 8 Juin - 14:13

(Non) Démission de l’ambassadrice de Syrie en France : France 24 manipulée ?
FRANCE INFO - 11:38
Hier soir, la chaîne de télévision France 24 annonçait sa démission. Dans une interview audio, on entend une voix de femme donner raison aux manifestants dans son pays et appeler le président Bachar el Assad à former un nouveau gouvernement. Mais quelques heures après, Lamia Shakkour a démenti catégoriquement, criant à l’imposture. Elle se dit toujours ambassadrice de Syrie en France. Ce matin, la rédaction de France 24 a le sentiment d’avoir été manipulée.
Controverse autour de la démission de l’ambassadrice de Syrie en France : "Nous n’excluons pas la manipulation" (France 24) Renée Kaplan, directrice adjointe de la rédaction à France 24, au micro ce matin de Marc Fauvelle (0'56")

"On peut penser que vraisemblablement nous avons été victimes d’une manipulation". C’est le sentiment ce matin de Renée Kaplan, directrice adjointe de la rédaction à France 24. France 24 qui hier soir diffusait l’interview, réalisée par téléphone, d’une femme présentée comme étant Lamia Shakkour, l’ambassadrice de Syrie en France, annonçant sa démission pour ne pas cautionner "le cycle de violence" dans son pays.
Sauf que ce matin sur BFM TV, Lamia Shakkour affirme que ce n’est pas elle au bout du fil. La diplomate accuse France 24 "d’usurpation d’identité" et menace de porter plainte contre la chaîne de télévision "pour ces actes de désinformation, qui s’inscrivent dans une campagne de falsification de l’information et de désinformation qui a démarré courant mars 2011 contre la Syrie".

Mais avant ce démenti musclé de l’intéressée en personne, "il n’y avait aucune raison de remettre en question la crédibilité du témoignage", explique Renée Kaplan. " Nous avions appelé un numéro qui avait été fourni par le service de presse de l’ambassade syrienne elle-même ", explique la directrice adjointe de la chaîne d’information. Service de presse lui-même contacté par mail via, encore une fois, le site internet de cette même ambassade.

Alors comment se fait-il que la personne qui a décroché le téléphone n’étaient pas Lamia Shakkour ? Et qui est cette femme qui a affirmé à France 24 : "Je reconnais la légitimité des demandes du peuple pour plus de démocratie et de liberté. Ma démission prend effet immédiatement" ... Mystère.
"Ce qui est passé reste très confus et très troublant", réagit encore Renée Kaplan. " Nous n’excluons pas la manipulation ou la provocation. Et Si, c’est le cas France 24 poursuivra en justice toutes les personnes et services officiels qui seraient à l’origine", poursuit-elle.
avatar
ivo

Messages : 26729
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: médias ? quels médias ??

Message  spike le Jeu 9 Juin - 14:24



Le «Fig Mag» matraque les «canapés»
40 réactions
Par JEAN-CHRISTOPHE FÉRAUD


«La France des assistés»… Le Figaro Magazine n’est pas L’Huma, mais sa une du 4 juin est pour le moins caricaturale. Le journal préféré des rentières de Neuilly déroule un dossier de huit pages sur cette idée qui «enthousiasme l’opinion, lasse de déverser toujours plus d’argent dans le puits sans fond de la solidarité» (sic) : «faire travailler gratuitement les allocataires du RSA».

On peut y lire sous la plume de Sophie Roquelle un long papier qui suinte la stigmatisation des pauvres. Accroche : «On les surnomme "les canapés", […] ces demandeurs d’emploi qui ne demandent pas grand-chose sinon de rester chez eux devant la télé. Le travail n’est plus qu’un vieux souvenir. Leur univers se résume à un gros sofa face à un immense écran plat.»

Reprenant l’antienne du parasite vivant aux crochets de la société - «le RMI a été remplacé par le RSA, mais les "canapés" sont toujours là, aussi nombreux» -, l’article abonde de témoignages de petits patrons qui «s’évertuent en vain à recruter des gars qui veulent travailler».

Mais ne donne à aucun moment la parole à un allocataire du RSA qui se complairait à vivre sous le seuil de pauvreté. Il se trouve que la signataire de l’article est l’épouse d’un grand patron du CAC40 qui touche plus de 2 millions d’euros par an. Soit plus d’un an de RSA… par jour.

http://www.liberation.fr/economie/01012342266-le-fig-mag-matraque-les-canapes
avatar
spike

Messages : 3721
Date d'inscription : 19/05/2009

http://anarchietotale.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: médias ? quels médias ??

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 10 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum