Derniers sujets
» Précarité
par ivo Hier à 11:01

» les fous de dieu
par ivo Hier à 10:22

» racisme quotidien
par ivo Hier à 10:16

» droites extremes
par ivo Hier à 10:06

» alimentation
par ivo Hier à 9:52

» Etats-Unis
par ivo Hier à 9:35

» un peu de douceur ....
par ivo Hier à 9:18

» les photos d'actus - l'info en résumé
par ivo Hier à 9:00

» immigration ...
par ivo Hier à 8:58

» la crise ..........
par ivo Hier à 8:53

» la phrase du jour
par ivo Hier à 7:58

» Birmanie
par ivo Hier à 7:47

» No Futur - la terre au 21° siecle
par ivo Jeu 21 Sep - 11:38

» agriculture
par ivo Jeu 21 Sep - 11:01

» état d'urgence et autres restrictions....
par ivo Jeu 21 Sep - 10:33

» [中国- Chine] 一般信息- Informations générales
par ivo Jeu 21 Sep - 10:06

» afrique du sud
par ivo Jeu 21 Sep - 10:02

» blancs comme neige ^^
par ivo Jeu 21 Sep - 9:24

» armement><désarmement
par ivo Jeu 21 Sep - 9:11

» flicage total du net
par ivo Jeu 21 Sep - 9:06

» U.E.
par ivo Jeu 21 Sep - 8:31

» macronie
par ivo Jeu 21 Sep - 8:28

» les "joies" du sport ...
par ivo Mer 20 Sep - 8:46

» [Deutschland- Österreich] Allgemeine Informationen. [Allemagne- Autriche] Informations générales.
par ivo Mer 20 Sep - 8:24

» ... 14/18 ...
par ivo Mar 19 Sep - 9:00

» Today's joke
par ivo Mar 19 Sep - 8:03

» retraites
par ivo Lun 18 Sep - 7:58

» Necronomacron
par ivo Sam 16 Sep - 9:25

» pesticides / fongicides
par ivo Sam 16 Sep - 9:16

» homophobie dans le monde ...
par ivo Sam 16 Sep - 8:23

» Infos insolites.
par ivo Ven 15 Sep - 9:27

» pape, cathos, vatican et autres ....
par ivo Ven 15 Sep - 9:00

» No Futur - l'espace au 21° siecle
par ivo Ven 15 Sep - 8:38

» vite, je vais vomir ...
par ivo Jeu 14 Sep - 9:06

» médias ? quels médias ??
par ivo Jeu 14 Sep - 7:34

» internet , technologie, ...
par ivo Mer 13 Sep - 8:43

» Yemen
par ivo Mer 13 Sep - 7:54

» egypte
par ivo Mar 12 Sep - 9:28

» Philippines
par ivo Mar 12 Sep - 9:07

» pologne
par ivo Mar 12 Sep - 8:55

» Nazisme.
par ivo Mar 12 Sep - 8:24

» Réflexion sur le sexisme
par ivo Lun 11 Sep - 8:37

» la police s'étonne qu'on ne l'aime pas
par niouze Sam 19 Aoû - 19:33

Grande-Bretagne

Page 2 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Grande-Bretagne

Message  Invité le Sam 26 Mar - 19:54

Les Britanniques mobilisés contre la politique d'austérité

Le Point.fr - Publié le 26/03/2011 à 11:58 - Modifié le 26/03/2011 à 17:43
La manifestation de samedi apparaît comme la plus importante à Londres depuis celle contre la guerre en Irak.

Les Britanniques battent le pavé à Londres samedi pour protester contre le programme de coupes budgétaires du gouvernement. © Ian Langsdon / EPA

Les Britanniques sont descendus en masse dans la rue samedi pour dire non à la cure d'austérité draconienne imposée par le gouvernement, une manifestation sans précédent depuis celle contre la guerre en Irak dans un pays peu coutumier de grandes démonstrations sociales. "Nous sommes absolument ravis : il y a des centaines de milliers de personnes, peut-être un demi-million", s'est félicité Paul Nowak, un des responsables de l'organisation. Un porte-parole de la confédération des syndicats britanniques, le Trades Union Congress (TUC), a estimé qu'"entre 250 000 et 300 000 personnes" étaient au rendez-vous, en l'absence d'évaluation de la police.

Les syndicats, qui rêvaient de faire de cette journée un tournant dans la mobilisation contre la politique de rigueur, assurent avoir gagné leur pari, même si la fête a été un peu ternie par des échauffourées avec la police en marge du défilé. "C'est la plus grande manifestation à Londres depuis une génération, s'est enthousiasmé le secrétaire général du syndicat Unite, Len McCluskey. Il y a une colère palpable dans ce pays."

Ce rassemblement est le plus important dans la capitale britannique depuis celui contre la guerre en Irak, qui avait réuni près d'un million de personnes, et le plus vaste mouvement social depuis des émeutes il y a deux décennies, qui précipitèrent la chute de Margaret Thatcher. Les syndicats ont mobilisé leurs troupes dès l'automne et affrété des centaines de cars et des dizaines de trains pour convoyer les manifestants.

Échauffourées

Un important service d'ordre a aussi été mis en place par le TUC, en plus des 4 500 policiers mobilisés, pour ne pas revivre les débordements des manifestations d'étudiants de cet automne qui avaient stupéfié les Britanniques. Des échauffourées ont malgré tout éclaté en marge du défilé. Des perturbateurs, agissant souvent le visage masqué et brandissant des drapeaux noirs et rouges, s'en sont pris à coups de peinture et de bouteilles de verre à des magasins et à des banques et ont brisé des vitrines, autour d'Oxford Street, une grande artère commerçante. Des ampoules remplies d'ammoniaque ont également été jetées en direction des forces de l'ordre, a déclaré la police. Les télévisions ont montré des images de casseurs lançant des projectiles contre l'hôtel Ritz.

Le défilé à proprement parler s'est, lui, déroulé dans une atmosphère bon enfant. Beaucoup étaient venus en famille, avec des poussettes et des vuvuzelas, ces fameuses cornes utilisées par les supporters au moment de la Coupe du monde de football en Afrique du Sud. Des Écossais jouaient de la cornemuse et des musiciens et des danseurs se sont joints à cette marche, lui donnant un petit air de carnaval. Le cortège est passé devant le Parlement et la résidence du Premier ministre David Cameron, saluée par des huées, avant de rejoindre Hyde Park, pour un grand rassemblement. "Ne cassez pas la Grande-Bretagne", "Défendons nos services publics", proclamaient les banderoles. "Je suis ici parce que le gouvernement veut nous fait payer pour réparer ce qu'ont fait les banquiers. Il est en train de bâtir une société où les riches le sont encore plus et les faibles encore plus démunis", a expliqué Gillian Siddons, un retraité de 60 ans.

Le gouvernement a imposé au pays une cure de rigueur sans précédent, avec à la clé un gel des salaires des fonctionnaires et la suppression de plus de 300 000 emplois publics. "Bien sûr que les gens sont inquiets, et même parfois en colère, mais nous avons hérité d'une telle situation économique que nous devons prendre des mesures pour ramener les finances publiques à l'équilibre", a plaidé le ministre de l'Éducation Michael Gove, manifestement sans être entendu.

Et ça c'est "leur presse".

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Grande-Bretagne

Message  ivo le Ven 29 Avr - 18:11

La fortune de la couronne d'Angleterre
http://www.challenges.fr/actualites/monde/20110420.CHA5221/la_fortune_de_la_couronne_dangleterre.html
Assise sur un pactole évalué à 290 millions de livres, la reine d'Angleterre est une des femmes les plus riches de son pays. Challenges.fr décrypte un fonctionnement remontant au 18e siècle.



LA reine Elizabeth II d'Angleterre fait partie des femmes les plus riches du Royaume-Uni. Elle se situe au 245e rang du classement 2010 du Sunday Times des Britanniques les plus riches, avec une fortune estimée à 290 millions de livres (446 millions de dollars). Selon le classement du magazine Forbes, elle serait de 450 millions de dollars.

- Une fortune marquée par l'histoire

La reine est en effet l'un des plus grands propriétaires fonciers du Royaume-Uni. Mais tous ces biens appartiennent à la fonction et non à la personne. Il faut remonter à 1760 et au roi George III pour comprendre cette situation particulière. Lorsqu'il arrive sur le trône, le souverain trouve une monarchie très endettée. Il remet alors au Parlement les Domaines de la Couronne. En échange, il s'assure un revenu fixe couvrant les dépenses de la Maison royale. Le roi perd ainsi les impôts indirects héréditaires, les revenus de l'administration des postes ainsi qu'une partie des revenus héréditaires (loyers des terres domaniales, notamment). Une "liste civile" est depuis attribuée à la Couronne, une sorte de pension publique couvrant les frais officiels. Impossible depuis de vendre les joyaux de la Couronne. A l'époque, le roi fait une bonne affaire. "On est avant la révolution industrielle. Les revenus du Domaine ne sont pas aussi importants que par la suite", précise Philippe Chassaigne, professeur d'histoire contemporaine à l'Université de Tours et auteur d'une Histoire de l'Angleterre des origines à nos jours (collection Champs Histoire - Flammarion).
La fortune des souverains anglais s'est faite sur le tard. Elle date du règne de Victoria au 19e siècle. "En 1837, la reine Victoria a trouvé une monarchie pauvre et endettée. Lorsqu'elle meurt en 1901, elle est riche", indique Philippe Chassaigne. Cette évolution s'explique notamment par la gestion "à l'allemande" de son mari le prince Albert de Saxe-Cobourg, qui a fait des économies sur la liste civile pour rembourser les dettes.

- La "liste civile" pour les dépenses courantes

La liste civile couvre les dépenses courantes de la maison royale jusqu'au début des années 90. Elle ne concerne plus que la famille, limitée à Elizabeth II, son époux et la reine mère (jusqu'en 2002, date de sa mort).
La subvention accordée par le gouvernement est gelée depuis 1990 à 7,9 millions de livres (9,2 millions d'euros). Le prince Charles ne dépend pas de la liste civile. Ses revenus sont notamment liés au Duché de Cornouailles qu'il gère d'une main de maître.
La liste civile doit être abolie au-delà de 2012-13. Le gouvernement de David Cameron a présenté fin 2010 une réforme qui doit laisser la place à une nouvelle allocation dite "subvention de soutien au souverain". Ces subsides seront déterminés en fonction des recettes générées par les propriétés royales. "C'est une bonne chose pour la Couronne, analyse Philippe Chassaigne, car les revenus du Crown Estate [qui gère le Domaine royal] sont très importants. C'est une machine bénéficiaire qui rapporte beaucoup d'argent".

- Le rôle du Crown Estate

Le Crown Estate ou Domaine Royal gère les avoirs immobiliers de la couronne depuis 1760. Cette agence autonome est placée sous la tutelle du Trésor. A sa charge notamment, les 107.000 hectares de terres appartenant à la couronne. Des fermes du nord de l'Ecosse, aux mines du Dorset, en passant par des immeubles londoniens ou près de 50% des côtes du royaume, le Domaine de la Couronne gère un portefeuille dont la valeur est estimée à 6,6 milliards de livres. Ses revenus sont de l'ordre de 250 millions de livres.

- Le budget de la Couronne

Un budget royal ("Royal Household") est alloué par le Parlement. Il permet de payer le personnel, d'entretenir les palais. La couronne d'Angleterre emploie approximativement 1.200 personnes. En octobre 2010, le ministre des finances Georges Osborne a annoncé une réduction du budget de la famille royale de 14% en 2012/2013. Il est gelé pour l'année budgétaire 2011-2012 à environ 30 millions de livres (34 millions d'euros). Il était de 38,2 millions de livres en 2009-2010 et 41,5 en 2008-2009.
La reine bénéficiera cependant d'une "facilité supplémentaire temporaire" d'un million de livres (1,14 million d'euros) afin de couvrir les frais générés par le 60e anniversaire de son règne en 2012.

Comme le rappelle Philippe Chassaigne, "la monarchie coûte à chaque Britannique 62 pences, soit moins d'un euro, une somme très faible".
Si la monarchie fait oeuvre de transparence en s'affichant dans le détail, l'historien rappelle qu'il s'agit d'une "fausse transparence". La Maisone royale est le seul organisme qui ne peut être expertisé par le National Audit Office, la Cour des comptes britannique. Et puis "il y a le montant de la fortune personnelle de la reine, sur lequel il n'y a aucune communication"...


..........


avatar
ivo

Messages : 26380
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grande-Bretagne

Message  ivo le Ven 6 Mai - 21:08

Ben Laden: manifestation à Londres
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2011/05/06/97001-20110506FILWWW00591-ben-laden-manifestation-a-londres.php
Plus d'une centaine de partisans d'Oussama Ben Laden se sont rassemblés aujourd'hui devant l'ambassade des Etats-Unis à Londres pour protester contre la mort du chef d'al-Qaida tué dimanche par un commando américain.

La police est intervenue pour s'interposer entre les manifestants et un groupe de militants de l'English Defence League, un mouvement d'extrême droite qui avait organisé une contre-manifestation en faveur des Etats-Unis. "Ce sont les Etats-Unis qui sont les vrais terroristes", proclamaient des pancartes brandies par les sympathisants de Ben Laden, qui ont assuré que des représailles étaient "garanties".

Ce rassemblement avait été organisé par Anjem Choudary, un prédicateur radical, membre du mouvement "Muslims Against Crusades" (Musulmans contre les croisades), qui s'était fait connaître notamment en brûlant des coquelicots, symboles des anciens combattants, lors d'un rassemblement l'an dernier dans la capitale britannique.

"Ben Laden brûle en enfer", assuraient de leur côté les banderoles des manifestants d'extrême droite, qui ont échangé des insultes avec les partisans de Ben Laden. Oussama Ben Laden, ennemi public numéro un des Etats-Unis, a été tué dans la nuit de dimanche à lundi par des forces spéciales américaines dans la résidence où il se cachait à Abbottabad, une ville-garnison à 80 km au nord d'Islamabad, au Pakistan.
avatar
ivo

Messages : 26380
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grande-Bretagne

Message  ivo le Jeu 19 Mai - 17:56

"Vis ma vie" sans service public
http://www.lemonde.fr/europe/article/2011/05/19/vis-ma-vie-sans-service-public-sur-la-bbc_1524211_3214.html

LONDRES, CORRESPONDANTE - Coupes budgétaires, donc télé-réalité. A priori, rien ne justifie que les unes entraînent l'autre. Et pourtant, la BBC a eu l'idée de marier ces deux concepts pour donner à ses téléspectateurs une idée de ce qui les attend en ces temps de rigueur..

"The Street That Cut Everything" ("La rue sans service public") – c'est le nom du programme que la chaîne a diffusé, lundi 16 mai, en prime time – se déroule dans une impasse de la ville de Preston, dans le Lancashire, dont les cinquante-deux résidents ont accepté, pendant six semaines, de se priver de tous les services que leur fournit en temps normal la municipalité.

Alors que David Cameron, le premier ministre britannique, vient d'engager son pays dans la cure d'austérité la plus sévère qu'il ait eu à connaître depuis la seconde guerre mondiale, la BBC s'est livrée à une expérience in vitro. Filmer, en live, ce que serait la vie d'une communauté sans éclairage public, sans ramassage des ordures, sans poubelles même puisque celles-ci sont fournies par la commune, mais aussi sans ramassage scolaire, sans bus, sans aide aux personnes âgées… Seule concession, les urgences médicales et les écoles ont été maintenues.

"Bien sûr, c'est une situation extrême et purement imaginaire", nuance Nick Robinson, le journaliste politique star de la BBC qui, pour l'occasion, a abandonné le perron du 10 Downing Street et pris les habits du présentateur vedette. Même si le gouvernement a prévu de [color:5978=red]réduire de 81 milliards de livres (92,7 milliards d'euros) les dépenses publiques d'ici à 2015 – ce qui signifie pour les collectivités locales une baisse en moyenne de 28% de leur budget sur cette période –, il n'est question nulle part au Royaume-Uni de rayer totalement l'Etat de la carte.

"NOUS N'EN AVONS PAS POUR NOTRE ARGENT"

Le premier jour, les cobayes de la BBC sont enthousiastes. "Nous n'en avons pas pour notre argent", assène, à propos des services publics, Janette St Jean. Cette femme, qui vit dans "la rue" de Preston depuis dix ans et enseigne le théâtre dans une école privée, se dit persuadée qu'on peut faire mieux (avec moins) que la mairie.

De ce point de vue, elle pense comme M.Cameron, qui martèle, depuis des mois, que ses concitoyens sont plus à même que les administrations en tout genre de gérer leurs deniers. C'est la fameuse "Big Society" qui doit prendre le relais de l'Etat à chaque fois que cela est possible. Dans les bibliothèques, les maisons de retraite, et même les transports publics ou l'éducation, le leader tory rêve de voir des bataillons de volontaires s'installer aux commandes. Et gérer avec parcimonie l'argent du contribuable.

Pour l'heure, dans "la rue", l'affaire se complique vite. Alors que chaque foyer a reçu l'équivalent de 26,45 livres (30,24 euros) par semaine au titre des impôts locaux qu'il ne paie logiquement plus, nos vingt maisonnées ont bien du mal à se mettre d'accord sur la destination de cet argent. Doit-il être mis au pot commun ou rester la propriété de chacun?

Quand il s'agit de décider comment le dépenser, les débats font rage. "Je ne vais pas demander l'autorisation si je veux acheter une lampe torche pour pouvoir marcher dehors quand il fait nuit", s'énerve Lilly Richards, une jeune infirmière, qui partage une maison avec deux de ses collègues.

Pendant ce temps, les sacs-poubelle s'amoncellent. Sans parler du réfrigérateur, des vieux matelas, du canapé défoncé ou des crottes d'une vingtaine de chiens que la BBC a jugé utile d'apporter et de laisser sur le sol, une nuit, pour "rendre les choses encore plus difficiles", justifie M. Robinson.

Et puis, il faut s'organiser. Emmener les enfants à l'école soi-même, aller les rechercher, aider Pam Picken, la retraitée de la rue, à faire ses courses, son repassage et son ménage, trouver d'autres aires de jeu ou de promenade que le parc qui appartient à la mairie…

Jusque-là, tout va bien. Ou à peu près. Après tout, l'expérience ne doit durer que six semaines. Entre voisins, on peut s'aider. Et il y a toujours une solution à ces petits désagréments: on emporte les bouteilles de verre dans une poubelle (de la municipalité!) située sur le parking d'un supermarché, le reste part dans des décharges privées. Quant aux graffitis, qui sont eux aussi l'œuvre des producteurs de l'émission, un bon coup de brosse – à condition de choisir le solvant adéquat, ce qui demandera une réunion de quarante minutes entre les participants – et le tour est joué.

"APRÈS CES SIX SEMAINES, JE SUIS SOLIDAIRE DE LA MUNICIPALITÉ"

Mais quand il s'agit de remplacer l'Etat providence, l'affaire se corse. Tracie Lambert, célibataire, mère de deux filles de 7 et 19 ans, va en faire la difficile expérience. Cette jeune femme, en formation pour devenir travailleuse sociale, a besoin des aides auxquelles elle a renoncé pour participer à l'émission: la ville, en plus de payer la cantine et les afterschool clubs (activités après le temps scolaire) de sa petite dernière, et une partie des droits d'inscription universitaires de son aînée, lui assurait aussi des allocations logement. Soit plus de 160 livres (183 euros) par semaine.

A la question de savoir s'ils vont assumer ces dépenses, les résidents de "la rue" vont finir par répondre par l'affirmative. Mais, auparavant, l'un d'entre eux aura demandé, hors champ, "si on peut décider d'exclure Tracie". Et Tony Wilding aura dit tout haut "ce que d'autres pensent tout bas": la dame a "trop d'enfants" pour quelqu'un qui ne peut subvenir à ses besoins. "Quand tout cela sera fini, je vais déménager", lâche, en larmes, Tracie Lambert.

Au bout de quarante-deux longs jours, les habitants de "la rue" poussent un énorme soupir de soulagement lorsqu'ils voient leurs poubelles réapparaître, le camion des éboueurs revenir et les éclairages remis en marche. "J'avais tort, dit Janette St Jean. Après ces six semaines, je suis totalement solidaire de ce que fait la municipalité."

On ne sait toujours pas si Preston gère efficacement l'argent public. Mais on sait, de manière certaine, que, quelle que soit la réponse, c'est toujours mieux que ce qu'ont été capables de faire les 52 héros de "La rue sans service public".

"Les gens ne vont pas oublier, ils ne vont pas pardonner, juge Tony Wilding. La communauté est en lambeaux, il faudra du temps pour qu'elle s'en remette si tant est qu'elle y arrive." Dans ce coin de Preston, la "Big Society" n'est pas pour demain.
avatar
ivo

Messages : 26380
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grande-Bretagne

Message  ivo le Mer 8 Juin - 14:09

Londres durcit la lutte contre l’extrémisme
http://www.france-info.com/monde-europe-2011-06-08-londres-durcit-la-lutte-contre-l-extremisme-542085-14-15.html
Pour lutter contre l’islamisme radical, le gouvernement de David Cameron veut intensifier les contrôles dans les prisons et les universités. Pour Theresa May la ministre de l’Intérieur, "les universités britanniques font preuve de laxisme vis-à-vis de l’extrémisme musulman".


Dans une interview publiée dans le Daily Telegraph, la ministre de l’Intérieur de David Cameron a déclaré que le plan du gouvernement porterait “sur toutes les formes de terrorisme, y compris l’extrême-droite”, même si la plus grande menace reste d’Al-Qaïda.

Les associations musulmanes qui ne condamnent pas explicitement la violence ou qui ont des positions islamistes radicales perdront leurs subventions publiques. Toutes les organisations qui prônent l’instauration de la charia (la loi islamique) à travers le pays risquent de perdre le soutien de l’État.
Les contrôles seront intensifiés dans les prisons et les universités. Les médecins seront aussi sollicités pour identifier les “ personnes susceptibles d’être entrainées dans le terrorisme ”.

Anti-terrorisme : Londres durcit le ton à l’égard des islamistes radicaux Précisions de notre correspondant en Grande-Bretagne, Franck Mathevon (0'57")

Le projet du gouvernement britannique est en fait une mise à jour du plan “Prevent” lancé il y a 4 ans, après les attentats de juillet 2005 dans les transports publics londoniens qui avaient fait 52 morts, et avaient été perpétrés par 4 jeunes musulmans britanniques.

Selon le Daily Telegraph, la stratégie “Prevent” identifie 25 collectivités locales à risque, dont certaines parties des agglomérations de Londres, Birmingham, Manchester, Leeds et Bradford. Theresa May a déclaré que les universités ne prenaient pas la question de la radicalisation suffisamment au sérieux et qu’il était trop facile pour les extrémistes musulmans de former des groupes sur les campus.

Le Daily Mail a de son coté indiqué que le document gouvernemental identifie 40 universités présentant “un risque élevé de radicalisation ou de recrutement” de militants. Selon le quotidien, qui cite la stratégie gouvernementale, plus de 30% des inculpés d’actes terroristes liés à Al-Qaïda en Grande-Bretagne seraient passés par l’université ou l’enseignement supérieur.

Le Conseil musulman britannique (MCB, plus grande association musulmane en Grande-Bretagne) s’est insurgé, contre ce qu’il a qualifié de “stigmatisation” des musulmans du Royaume-Uni.
avatar
ivo

Messages : 26380
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grande-Bretagne

Message  Invité le Ven 15 Juil - 10:01



09h15 le neuf-quinze
Murdoch, l'ignominie de trop
Mais oui, il y a aussi des heureuses nouvelles: le vacillement, sous nos yeux, de l'empire Murdoch, est tout aussi sidérant, et réjouissant, que la fuite de Ben Ali, ou la chute de Moubarak. Les Murdoch, qui "faisaient" hier encore les Premiers ministres britanniques, renonçant au contrôle du bouquet BskyB, trainés devant une commission parlementaire, demain peut-être devant la Justice: il y a quelque chose d'inouï, à la brutalité de cet effondrement (au moins, du pan britannique de l'Empire).
On avait fini par s'habituer à la domination de Murdoch, comme on s'était habitué, dans les dernières années de l'URSS, à voir les gérontes du Kremlin se succéder les uns aux autres, jusqu'à la nuit de temps. Fox News, le Wall Street Journal, le Sun, News of the world, chacun à sa place, semblaient gouverner les consciences pour toujours des deux côtés de l'Atlantique, sans aucun contrepouvoir efficace, dans un éternel "win win", où martelage idéologique libéral et bonnes affaires se conjuguaient harmonieusement. Murdoch à terre, va-t-on déconstruire idéologiquement le thatcherisme ? On peut rêver...

Si les vilénies du groupe Murdoch éclatent comme un coup de tonnerre pour les Français (qui en étaient préservés), il faut réaliser depuis combien de temps duraient (1) les révélations du Guardian, sur le sujet, sans émouvoir grand monde. Ni le gouvernement Cameron murdochisé (davantage encore que ses prédecesseurs, qui n'étaient pourtant guère rebelles), ni les parlementaires terrorisés par le pouvoir de nuisance du groupe, ni même la police (dont on va maintenant découvrir, dans un feuilleton de l'été qui pourrait bien rivaliser avec celui de la dette, comment elle était infiltrée et corrompue par les hommes de Murdoch). Accessoirement, romanciers et cinéastes britanniques, pourtant si prompts à s'emparer de la réalité sociale, brillent par leur absence sur ce front-là. La peur, aussi ?

Mystérieux détours des consciences: il aura fallu une ignominie à peine plus ignominieuse que les autres, une toute petite ignominie dans l'océan des ignominies, l'effraction de la messagerie de portable d'une fillette de treize ans kidnappée (jusqu'au sacrilège inouï de l'effacement par les truands de ses messages, quand sa messagerie était saturée), pour réveiller tardivement le bon peuple, et l'establishment à sa suite. Espionner et ridiculiser des footballeurs surpayés, des stars comme Hugh Grant, des politiques, ou des "Royals" est une chose. Violer la mémoire d'une adolescente de treize ans, en est une autre.

Enfin, comment résister à cette frappante symétrie ? Alors même que les journalistes français conservaient un silence pudique, que révèle l'affaire DSK, sur les agressions sexuelles dans les milieux politiques (2), Gordon Brown, ministre des finances de Blair, tombait "en larmes" (assure-t-il tardivement aujourd'hui) en apprenant en 2006 que le Sun s'apprêtait à révéler la mucoviscidose d'un de ses enfants. Ici, chez nous, silence complice et connivence de caste sur la "vie privée". Là-bas, viols de l'intimité, hacking des messageries téléphoniques, voyouterie organisée. Aucune de ces deux violences n'est plus acceptable que l'autre. Des deux côtés de la Manche, pour la presse, il y a du réglage de curseurs dans l'air.

Certains clients de courrier électronique bloquent l'accès direct aux liens. Aussi, vous trouverez ci dessous et en clair l'ensemble des adresses web de ce présent message :

(1) http://en.wikipedia.org/wiki/News_of_the_World_phone_hacking_affair#cite_note-82

(2) http://www.arretsurimages.net/dossier.php?id=247

Daniel Schneidermann

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Grande-Bretagne

Message  Lib le Ven 15 Juil - 11:19

Si l'empire Murdoch pouvait se casser la gueule avec toutes ces succursales de merdias, il y aurait un paquets de monde à se gratter la tête, et notament tous les groupes myspaciens. XD

_________________
"Quiconque a un jour bloqué une rocade assez longtemps pour entendre à nouveau le chant des oiseaux sait bien quelle sinistre vie s’interrompt avec le blocage de l’économie."
avatar
Lib

Messages : 1691
Date d'inscription : 16/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grande-Bretagne

Message  spike le Ven 15 Juil - 16:16


Rebekah Brooks, proche de Murdoch, a démissionné de News International
La jeune femme était en première ligne dans le scandale des écoutes téléphoniques qui a conduit à la fermeture du tabloïd «News of the World».

Rebekah Brooks, considérée comme une proche de Rupert Murdoch et directrice de la filiale du groupe News Corp. chapeautant les journaux britanniques, a démissionné de ses fonctions, a annoncé vendredi un porte-parole de News Corp. à Londres.

A la tête de News International, Rebekah Brooks était en première ligne dans le scandale des écoutes téléphoniques qui a conduit à la fermeture du tabloïd News of the World la semaine dernière, et sa démission avait été réclamée par l’ensemble de la classe politique.

"Je peux confirmer (qu’elle a démissionné), nous venons d’envoyer l’information en interne aux employés de News International", a indiqué à l’AFP le porte-parole.

Dans sa lettre envoyée aux employés du groupe, rendue publique, Rebekah Brooks "reconnaî(t) être devenue le centre du débat", ce qui "détourne l’attention de tous nos efforts pour régler les problèmes du passé".

"Ma démission me donne la liberté et le temps de coopérer entièrement aux enquêtes présentes et futures", ajoute-t-elle. "Je suis désolée pour ce que je sais maintenant des faits qui se sont déroulés" et pour "les personnes que nous avons fait souffrir", poursuit-elle.

"La réputation de la compagnie que nous aimons tant, ainsi que la liberté de la presse à laquelle nous sommes si attachés, sont menacées", ajoute Rebekah Brooks.

Commission parlementaire

Soutenue jusqu’à ce jour par son patron Rupert Murdoch, elle avait, selon la presse, déjà offert à deux reprises sa démission depuis le début de la tempête qui s’est abattue sur le groupe il y a une dizaine de jours. Mais celle-ci lui aurait été refusée dans un premier temps.

Cette rousse flamboyante de 43 ans, souvent décrite comme le septième enfant de Murdoch, a commencé en bas de l’échelle au News of the World, et était rédactrice en chef du journal à l’époque où une partie des piratages de messagerie téléphonique se sont produits.

Rupert Murdoch, désormais sous le feu de plusieurs enquêtes ou demandes d’enquêtes au Royaume-Uni, aux Etats-Unis et en Autralie, s’est donc finalement résolu à sacrifier Rebekah Brooks.

Son fils James Murdoch, président de News International, se retrouve désormais en première ligne. Il doit témoigner devant une commission parlementaire mardi, à l’instar de son père et de Rebekah Brooks.

Tom Mockridge, directeur général de Sky Italia, chaîne de télévision italienne appartenant à l’empire Murdoch, a immédiatement été nommé directeur général de News International en remplacement de Rebekah Brooks.
Le groupe américain News Corp réalise un peu moins d’un cinquième de son chiffre d’affaires mondial dans la presse (6,1 milliards de dollars sur un total de 32,7 milliards de dollars).

News International, qui comprend les journaux The Sun, The Times, The Sunday Times et News of the World (aujourd’hui fermé), pèse 1,61 milliard de dollars de chiffre d’affaires.

(Source AFP)
ttp://www.liberation.fr/medias/01012349204-rebekah-brooks-proche-de-murdoch-a-demissionne-de-news-international
avatar
spike

Messages : 3721
Date d'inscription : 19/05/2009

http://anarchietotale.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grande-Bretagne

Message  ivo le Ven 23 Sep - 20:19

GB: des enfants se battent en cage pour amuser des adultes
http://www.rtbf.be/info/monde/detail_gb-des-enfants-en-cage-se-battent-pour-amuser-des-adultes?id=6794703
Des images d'enfants enfermés dans une cage pour se livrer bataille provoquent un vif émoi. Les organisateurs parlent d'une simple démonstration. Le principe n'en reste pas moins choquant.

Ils doivent avoir huit ou neuf ans et sont enfermés dans une cage habillés en "free fighters". Le "free fight" c'est un sport qui se développe actuellement et dont le nom traduit bien le degré de violence qu'il peut atteindre. Le Free fight, c'est donc le combat libre.

Autour de la cage des deux enfants, 250 adultes, un verre à la main, observent les deux jeunes "free fighters" qui se livrent à un combat acharné. Les images sont choquantes mais les organisateurs de l'événement assument sans problème. Michelle Anderson est la propriétaire du Greenlands Labour Club à Preston Lancs, petite localité de l'ouest de l'Angleterre. "Ce combat au début avec les enfants était purement et simplement une démonstration. Les deux enfants ont reçu un trophée pour avoir participé. C'était donc purement de la démonstration et je sais, après avoir parlé avec des clients ce soir, qu'ils accepteraient que leur enfant soit dans la cage. Ils veulent que leur enfant puisse le faire aussi."

Pas plus dérouté que cela par les questions que ce combat peut poser, le père d'un des combattants témoigne lui aussi. "Un bel événement, ce n'est pas la peine de critiquer. Aucun enfant n'était en danger. Il y a avait arbitre et des juges et une bonne équipe médicale. Et quand l'enfant s'est mis à pleurer, il lui ont demandé s'il voulait arrêter et il a répondu qu'il voulait continuer".

Le combat a bien été arrêté parce que l'un des enfants était en difficulté, mais l'affrontement a repris. Les images montrent d'ailleurs que l'un des combattant est sur le point de perdre son dentier sans que cela ne provoque d'intervention de l'arbitre. Les enfants n'échangent pas de coups de poings et aucun d'eux n'a été blessé. Mais il est clair que le sang n'est pas nécessaire pour s'émouvoir du spectacle proposé.

En Angleterre, le Vicaire Timothy Liscomb a vu les images et il est choqué. "Je pense que les adultes ont le devoir d'élever leurs enfants avec prudence, en les protégeant et en leur permettant de grandir sainement. Aucune violence, selon moi, n'est un bon moyen. On exploite des enfants pour combattre et offrir un spectacle devant des adultes qui boivent un verre (...) Je vois cela comme du voyeurisme. Quelque chose que ne va pas seulement blesser les enfants physiquement, mais va les toucher mentalement aussi".

On a appris aujourd'hui que la police ne poursuivrait pas les organisateurs. On ignore par ailleurs si le club de lutte concerné envisage de reproduire ce genre d'affrontements.

"A l'état de sous-humains"

David Lallemand, porte-parole du délégué général au droits de l'enfant en Belgique, a vu ses images. Il est scandalisé. "J'éprouve du dégoût. On est en plein dans le domaine de l'exploitation des enfants. C'est clairement une situation où des adultes donnent de mauvais conseils à des enfants. Ils les incitent au conflit.C'est déplorable. Par ailleurs des enfants n'ont rien à faire dans une cage et encore moins dans un lieu où de l'alcool circule. L'accord des parents n'est ici pas suffisant. On réduit clairement ces deux enfants à un rôle de sous-humains".



...........
avatar
ivo

Messages : 26380
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Un groupe terroriste déjoué en Angleterre

Message  ricou adzif le Lun 26 Sep - 14:46



Six hommes ont été inculpés dimanche. Ils seront présentés à la justice lundi.

Ils préparaient des attentats-suicides au Royaume-Uni depuis neuf mois. Six hommes ont été inculpés Outre-Manche dimanche pour des délits liés au terrorisme. Tous détenteurs d'un passeport britannique, ils ont été arrêtés la semaine dernière à Birmingham.

4 principaux terroristes présumés arrêtés

Deux hommes étaient visiblement à la tête de cette cellule : Irfan Nasser, âgé de 30 ans, et Irfan Khalid, lui, âgé de 26 ans. Ils se seraient rendus au Pakistan pour participer à un camp d’entraînement et ainsi recevoir une formation à la confection de bombes, d'armes et de poisons. Tous deux sont aussi accusés d’avoir enregistré une vidéo-testament dans laquelle ils manifestaient leur intention de se transformer en kamikaze, et d’avoir fabriqué un engin explosif.

Deux autres militants islamistes présumés - Ashik Ali, âgé de 26 ans, et Rahin Ahmed, âgé de 25 ans, sont également accusés de s'être engagés dans des préparatifs d'actes terroristes. L'un d'eux est aussi accusé d'avoir levé des fonds pour financer des actions terroristes.

Une comparution lundi

Quant aux deux derniers hommes arrêtés - Bahader Ali, âgé de 28 ans, et Mohammed Rizwan, âgé de 32 ans -, ils sont accusés de non dénonciation d’actes terroristes.

Par ailleurs, une femme de 22 ans, arrêtée lundi dernier, est accusée d'avoir dissimulé des informations pouvant être utiles à la prévention d'actes de terrorisme. Un septième homme, âgé de 20 ans, était également interrogé par la police dimanche.

Les six hommes doivent comparaître lundi devant un tribunal de l'ouest de Londres.

http://info.sfr.fr/monde/articles/un-groupe-terroriste-dejoue-en-angleterre,736913/
avatar
ricou adzif

Messages : 102
Date d'inscription : 17/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grande-Bretagne

Message  Hostyr le Ven 30 Mar - 15:48

avatar
Hostyr

Messages : 289
Date d'inscription : 27/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grande-Bretagne

Message  ivo le Jeu 7 Juin - 12:28

En coulisse du jubilé : des chômeurs non payés et logés sous un pont
fr info
Pendant quatre jours la Grande-Bretagne a célébré le jubilé de diamant de la reine Elizabeth II. Derrière les cotillons, le Guardian révèle qu'une trentaine de chômeurs, employés par une société privée de sécurité, n'ont pas été payés et ont été logés sous un pont.

Cette affaire fait tâche après la parenthèse enchantée que vient de vivre le Royaume. Le Guardian révèle qu'une trentaine de chômeurs et une cinquantaine d'apprentis venus travailler dans la capitale britannique pour le jubilé de la Reine ont été accueillis dans des conditions plus que contestables.

Venus de Bristol, Bath et Plymouth, ils participaient à un programme de réinsertion et sont arrivés en bus à Londres samedi soir, à la veille des festivités. C'est là, semble-t-il, qu'ils ont appris qu'ils ne seraient pas payés. Deux d'entre eux racontent ensuite que la société pour laquelle ils travaillaient les a fait dormir sous un pont. Le lendemain matin, levés à 5h30, ils ont dû se changer en public avant de partir travailler quatorze heures d'affilée, à gérer la foule sous leurs ponchos transparents. Ils n'ont pas eu accès à des toilettes pendant 24h. Le dimanche soir ils ont été emmenés dans un camping "détrempé", racontent-ils.

A un mois et demi des Jeux Olympiques

Ces travailleurs étaient employés par une entreprise de sécurité privée : Close Protection UK (CPUK). La société a présenté ses excuses et assure qu'il s'agit d'un "incident", qu'il y a eu des "problèmes logistiques", mais précise que les conditions rapportées ont été exagérées.

L'ex-vice-premier ministre travailliste Lord John Prescott s'est dit "très concerné". Selon lui, cela pose la question de la pertinence de faire appel à des entreprises de sécurité privées pour ce genre d'évènement, plutôt qu'à des agents de police. Il demande au gouvernement de lancer une enquête. "Cela sera-t-il le même modèle pour les Jeux Olympiques ?" interroge-t-il.
avatar
ivo

Messages : 26380
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grande-Bretagne

Message  ivo le Ven 19 Oct - 12:31

Angleterre : des actions contre l'abandon de ses droits sociaux
fr info
C'est une proposition qui décoiffe que vient de faire le ministre anglais des finances, Georges Osborne. Son idée est simple : les salariés des petites entreprises pourraient devenir actionnaires à bon compte, sans payer d'impôts sur les plus-values... à condition de renoncer par avance à certains de leurs droits. Comme par exemple la possibilité d'attaquer leur employeur pour licenciement abusif. Ou encore réclamer leurs indemnités de licenciement, demander à travailler à temps partiel ou à partir en formation. Même le congé maternité pourrait être rogné pour ces "salariés-actionnaires".
Le gouvernement anglais y voit la possibilité de reconstruire une vraie culture d'entreprise
. Les syndicats, on s'en doute, ne l'entendent pas de cette oreille. D'autant que, si cette proposition est votée, ce "contrat" pourrait devenir obligatoire dans les entreprises qui naîtraient après le mois d'avril prochain et que, dans les entreprises existantes, les nouveaux employés pourraient se voir appliquer automatiquement ce régime.
ben voyons ...
avatar
ivo

Messages : 26380
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grande-Bretagne

Message  ivo le Ven 19 Oct - 20:15

Manifestation contre l'austérité à Londres
fr info
Des dizaines de milliers de personnes sont attendues samedi 20 octobre dans le centre de Londres pour s'opposer aux mesures d'austérité voulues par le gouvernement.

Les organisations britanniques ont baptisé ce défilé "Un avenir qui marche". Ce devrait être la plus grande manifestation depuis celle de mars 2011, qui avait regroupé environ 500.000 personnes. Exceptionnellement, l'opposition travailliste devrait se joindre au rassemblement. Le leader travailliste devrait s'exprimer au moment de l'arrivée du défilé organisé par le TUC (Confédération des Syndicats Britanniques) qui regroupe 54 organisations.

Manifestation contre l'austérité à Londres. Le reportage de Franck Mathevon - UN MONDE D'INFO
avatar
ivo

Messages : 26380
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grande-Bretagne

Message  ivo le Sam 20 Oct - 19:54

Des milliers de Britanniques défilent contre l'austérité
fr info
Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont défilé à Londres. Une manifestation pour protester contre les mesures d'austérité que le Premier ministre David Cameron veut imposer.


Plusieurs dizaine de milliers de personnes ont manifesté à Londres contre l'austérité. © Radio France Nathanaël Charbonnier

Une forte mobilisation, mais peut-être pas autant que les syndicats l'espéraient. Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont manifesté dans les rues de Londres pour protester contre la politique d'austérité que le Premier ministre David Cameron veut mettre en place. Selon le secrétaire général de la confédération syndicale TUC, Brendan Barber cette mobilisation a envoyé "un message très fort, celui que la politique d'austérité est un échec".

Le gouvernement conservateur entend diminuer drastiquement les budgets alloués aux services publics pour réduire la dette du pays qui dépasse les 1.200 milliards d'euros. Ainsi, David Cameron a annoncé une baisse de 12 milliards d'euros dans les dépenses sociales.

Une grève générale ?

"L'austérité ne marche pas, ce sont les plus pauvres et les plus vulnérables qu'on assomme", a dénoncé Brendan Barber dans son discours à Hyde Park. Pour le leader syndical, "le gouvernement nous avait dit que si nous faisions des sacrifices, la reprise économique serait au rendez-vous. Au lieu de quoi, nous nous sommes enfoncés dans la récession."

Par ailleurs, un responsable syndical a appelé à l'organisation d'une grève générale de 24 heures. Une idée largement applaudie par les manifestants. "Si tous les travailleurs font grève une seule journée, on verra bien qui fait tourner ce pays", a raconté l'un des manifestants.

En mars 2011, 250.000 personnes avaient déjà participé à une gigantesque manifestation contre l'austérité.
avatar
ivo

Messages : 26380
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Never mind the bollocks...

Message  Lib le Mer 23 Jan - 12:02


_________________
"Quiconque a un jour bloqué une rocade assez longtemps pour entendre à nouveau le chant des oiseaux sait bien quelle sinistre vie s’interrompt avec le blocage de l’économie."
avatar
Lib

Messages : 1691
Date d'inscription : 16/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grande-Bretagne

Message  ivo le Mar 19 Fév - 9:56

reforme de l'education en angleterre, les resultats ...

Oxford s’excuse d’avoir discriminé un étudiant
L’université britannique a fait son méa culpa devant le tribunal. Elle avait empêché un étudiant de poursuivre son master car il n’avait pas 15.000 euros sur son compte bancaire. Il avait porté plainte.
LIRE AUSSI:
» Oxford pratiquerait un «test de richesse»
» Un étudiant poursuit Oxford pour discrimination
» Les anglais les moins diplômés seront les plus endettés
» Les Anglais renoncent aux études jugées trop chères

>>>
http://etudiant.lefigaro.fr/les-news/etudier-a-l-etranger/detail/article/oxford-s-excuse-d-avoir-discrimine-un-etudiant-1216/
avatar
ivo

Messages : 26380
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grande-Bretagne

Message  ivo le Sam 23 Fév - 9:57

Le Royaume-Uni perd son triple A
fr info
Pour la première fois depuis 35 ans, Moody's a abaissé d'un cran la note de la dette britannique. Une très mauvaise nouvelle pour le gouvernement de David Cameron qui ne parvient pas à relancer la croissance. L'agence de notation estime que la faiblesse de la croissance devrait se prolonger pendant plusieurs années.

Le Royaume-Uni avait la note maximale depuis 1978. Le communiqué de Moody's est donc un évènement, une "gifle" pour le gouvernement Cameron. Même si ce n'est pas une surprise : Moody's avait déjà lancé un premier avertissement à Londres il y a tout juste un an. Plusieurs agences avaient estimé récemment que les perspectives étaient négatives.

D'après Mody's la croissance britannique nulle en 2012 va rester molle encore pendant plusieurs années et la colossale dette du pays, près de 70% du PIB ne baissera pas au moins avant 2016. La Grande-Bretagne, solidement arrimée à sa livre-sterling et à sa florissante place financière, paraissait relativement à l'abri mais elle a fini par retomber dans le collimateur des agences de notation après une nouvelle rechute de son économie à la fin 2012.

"Nous avons droit à un sévère rappel des problèmes de la dette auxquels est confronté notre pays" (George Osborne)

Le ministre de l'Economie, George Osborne, a annoncé à l'automne une prolongation de l'austérité jusqu'en 2018. "Nous n'allons pas tourner le dos à nos problèmes, nous allons les surmonter", a-t-il précisé. Pour lui la décision de Moody's est un encouragement à poursuivre les efforts budgétaires. La rigueur continue donc, pas de plan B pour le moment, malgré les nombreux appels en ce sens.

Moody's place le Royaume-Uni au même niveau que la France avec toutefois une perspective stable, estimant que la volonté politique et la solidité sous-jacente de l'économie du pays devraient permettre d'aller vers une réduction de sa dette et un budget plus équilibré. D'autre part l'économie britannique reste selon l'agence hautement compétitive.
avatar
ivo

Messages : 26380
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grande-Bretagne

Message  ivo le Jeu 28 Fév - 12:27

L’Université d’Oxford accusée de discrimination raciale
... en prenant en compte les seuls étudiants ayant obtenu les meilleurs résultats au lycée, soit trois A* ou plus aux «A-levels», l’équivalent du bac en France, la différence reste flagrante. Tandis que, parmi ces jeunes brillants, un blanc sur deux obtenait le droit d’intégrer Oxford, seul un asiatique sur trois et moins d’un noir sur quatre se voyaient octroyer cette chance.
...
>>>
http://etudiant.lefigaro.fr/les-news/actu/detail/article/l-universite-d-oxford-accusee-de-discrimination-raciale-1320/
avatar
ivo

Messages : 26380
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grande-Bretagne

Message  ivo le Sam 2 Mar - 18:27

La droite radicale aux portes du Parlement britannique
http://radiofrance-blogs.com/franck-mathevon/2013/03/01/la-droite-radicale-aux-portes-du-parlement-britannique/
Longtemps le Royaume-Uni a fait figure d’exception en Europe. L’un des rares pays où la droite nationaliste, extrémiste, obtenait des scores marginaux aux élections. Ce n’est plus le cas.

Le UKIP (prononcer “youkip”) vient de signer le meilleur résultat de son histoire lors d’une législative partielle. Diane James recueille près de 28% des suffrages à Eastleigh, une circonscription vacante depuis la démission de l’ancien ministre libéral-démocrate Chris Huhne en raison de démêlés judiciaires. Les lib-dems, au grand soulagement du vice-Premier ministre Nick Clegg, conservent leur siège de justesse ; Mike Thornton obtient 32% des voix. Les conservateurs sont relégués à une humiliante 3ème place (25%). Les travaillistes, traditionnellement faibles dans le sud de l’Angleterre, plafonnent à 10%.

Pour prendre la mesure de ce coup de théâtre politique, il faut comparer ces résultats avec ceux de 2010 : les lib-dems perdent 14,5% des voix ; les conservateurs chutent de 14% ; les travaillistes stagnent ; et le UKIP gagne 24,2% !

En clair, les déçus de la coalition au pouvoir se sont presque tous tournés vers ce parti radical, longtemps confidentiel, qui surfe aujourd’hui sur l’europhobie et la crise économique.

Le UK Independence Party de Nigel Farage n’est pas aussi extrémiste que le British National Party de Nick Griffin. Mais son programme présente de nombreux communs avec, par exemple, le Front National. D’ailleurs, en visite récemment à Cambridge où elle était invitée par une association étudiante, Marine Le Pen s’est targuée d’entretenir des relations étroites avec le UKIP.


Marine Le Pen avec les médias français lors de sa visite à Cambridge le 19 février, à l’invitation de la Cambridge Union Society. © F Mathevon/RF

Il existe toutefois une différence majeure entre les deux formations : le UKIP veut moins d’Etat, à l’image du Tea Party américain. Pour le reste, c’est un parti nationaliste qui souhaite une sortie immédiate de l’Union européenne. Bruxelles est responsable de tous les maux du pays. Et quand ce n’est pas Bruxelles, ce sont les étrangers ; le UKIP entend geler l’immigration pendant 5 ans. Ajoutez à cela la réduction massive des impôts, le renforcement de la sécurité, et quelques mesures libertaires comme la remise en cause de l’interdiction de fumer dans les lieux publics, et vous aurez une idée assez claire du programme du parti.

Difficile d’expliquer le succès du UKIP dans un pays réputé pour son pragmatisme. N’en déplaise à Nigel Farage, une grande gueule excentrique dont raffolent les médias, il s’agit d’un vote protestataire. Les Britanniques sont déçus par le gouvernement Cameron, lassés de l’austérité qui plombe la croissance, et ne font pas confiance aux travaillistes emmenés par Ed Miliband, leader falot que personne n’ose vraiment imaginer au 10 Downing Street.

L’Europe n’explique qu’en partie la progression du UKIP dont David Cameron n’a pas réussi à éloigner la menace malgré sa promesse d’un référendum sur l’UE d’ici à 2017.

Il est aujourd’hui fort possible que ce parti radical de droite entre au Parlement en 2015, et absolument certain qu’il prendra beaucoup de voix aux conservateurs.
avatar
ivo

Messages : 26380
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grande-Bretagne

Message  ivo le Lun 1 Avr - 12:07

Budget 2013 au Royaume Uni : l'austérité made in London
fr info
C'est ce lundi que démarre le nouvel exercice budgétaire en Grande-Bretagne. Budget d'austérité qui n'hésite pas à couper dans les aides sociales. Des millions de Britanniques vont être touchés par ces sévères restrictions, allant d'une taxe sur les chambres en trop à la suppression des allocations pour un handicapé sur cinq.


Les mesures décidées in extremis par le gouvernement britannique pour le budget 2013-2014 qui entre en vigueur ce lundi 1er avril, sont particulièrement sévères. Certaines n'hésitent pas trancher dans les aides sociales. Au point que l'opposition travailliste a décidé d'appeler cette date "journée de la honte".

La "bedroom tax"

La plus emblématique de ces coupes : la hausse des loyers dans les logements sociaux jugés trop grands. Ce que les travaillistes ont surnommé la "bedroom tax", ou taxe à la chambre vide. Il s'agit de faire payer ceux qui disposent d'une pièce en trop. Mais comment mesurer les "abus" ? Tout a été pensé, raconte la BBC : ainsi, les enfants, garçon ou fille, sont censés être deux par chambre jusqu'à 10 ans. Puis, continuer à partager la pièce jusqu'à 16, s'ils sont du même sexe. En cas de divorce, le parent qui n'a pas la garde de son enfant, n'a même plus le droit de conserver une chambre pour l'accueillir lors de son droit de visite.

Selon le gouvernement britannique, un demi-million de locataires de HLM devraient être concernés. Pour un manque à gagner moyen de 728 livres par an, soit un peu plus de 850 euros. De quoi augmenter les arrières de loyer, dénoncent les associations caritatives. Ou pire, le nombre de sans-abri.

Les autres mesures sociales

Deuxième mesure hautement symbolique : la réforme des allocations aux adultes handicapés qui entrera en vigueur dans une semaine. Ces aides seront établies non plus en fonction de l'état de santé de la personne, mais des conséquences de son état de santé. Un allocataire sur 5 devrait ainsi être sanctionné, alors que selon les associations, on ne recensait jusqu'alors que 0,5% de fraudes.

Le montant total d'aides social sera enfin plafonné. Il ne pourra désormais plus être supérieur au revenu moyen annuel d'un ménage après impôts et assurance. D'autres mesures encore (à lire ici en anglais sur le site du Guardian) sont censées compléter ce dispositif.

Le budget 2013 en Grande-Bretagne expliqué par Franck Mathevon, correspondant à Londres (00:00:59)

Des mesures à ajouter aux restrictions très controversées annoncées une semaine plus tôt, sur les droits sociaux des immigrés. Selon cet autre plan gouvernemental, un immigré au chômage, par exemple, ne touchera plus que six mois d'aides. Enfin, même les riches sont mis à contribution. Une réforme radicale des allocations familiales est entrée en application en janvier, sucrant les aides à un million de familles.

"Une vie d'assisté ne doit pas être plus attirante qu'une vie passée à travailler" (ministres)

Objectif avancé du nouveau budget britannique : combler le déficit, tout en limitant les injustices. "Nous sommes juste en train de rétablir les principes d'origine de l'État providence, ont défendu lundi dans une tribune au Telegraph, les ministres britanniques des Finances, George Osborne, et du Travail et des Pensions, Iain Duncan Smith. À savoir que ceux qui peuvent travailler doivent travailler, et qu'une vie d'assisté ne doit pas être plus attirante qu'une vie passée à travailler".

Principales opposantes à cette réforme, les différentes églises. Églises d'Angleterre, d'Écosse, Églises méthodistes et réformée unie et Union baptiste ont dénoncé d'injustes coupes budgétaires, frappant les plus pauvres. Ces réformes drastiques sont censées durer cinq ans.
avatar
ivo

Messages : 26380
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grande-Bretagne

Message  ivo le Mar 7 Mai - 8:26

Le gouvernement prêt à payer pour des crimes coloniaux au Kenya
http://www.courrierinternational.com/breve/2013/05/06/le-gouvernement-pret-a-payer-pour-des-crimes-coloniaux-au-kenya
"Le gouvernement britannique est en train de négocier le dédommagement de milliers de Kenyans emprisonnés et sévèrement maltraités pendant 'la révolte des Mau Mau' dans les années cinquante", annonce en une le quotidien de centre-gauche. 10 000 anciens prisonniers seraient concernés par une compensation. La révolte Mau Mau, prélude à l’indépendance du Kenya en 1963, a duré huit ans, a causé au moins 30 000 morts et fait entre 80 000 et 300 000 prisonniers, dont le grand-père de Barack Obama. "Ce dédommagement pourrait entraîner d'autres plaintes d'anciennes colonies", prévoit le journal.
avatar
ivo

Messages : 26380
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grande-Bretagne

Message  ivo le Jeu 16 Mai - 11:24

Des prêcheurs islamistes «en tournée» dans les universités anglaises
Depuis un an, des prédicateurs ont tenu près de 180 conférences dans les facultés britanniques, imposant la ségrégation des filles et des garçons dans les amphithéâtres s’inquiète l’organisation Students Rights.
>>>
http://etudiant.lefigaro.fr/les-news/actu/detail/article/des-precheurs-islamistes-en-tournee-dans-les-universites-anglaises-1882/
avatar
ivo

Messages : 26380
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum