Derniers sujets
» Etats-Unis
par ivo Lun 10 Juil - 13:50

» Black Blocs
par ivo Lun 10 Juil - 13:45

» Syrie
par ivo Lun 10 Juil - 13:41

» immigration ...
par ivo Lun 10 Juil - 13:31

» ... G20 ...
par ivo Lun 10 Juil - 8:15

» turquie information
par ivo Lun 10 Juil - 8:07

» armement><désarmement
par ivo Lun 10 Juil - 8:00

» burundi
par ivo Dim 9 Juil - 9:17

» Today's joke
par ivo Dim 9 Juil - 9:00

» U.E.
par ivo Dim 9 Juil - 8:58

» Réflexion sur la peine de mort
par ivo Dim 9 Juil - 8:46

» esclavage
par ivo Dim 9 Juil - 8:44

» Corée du nord
par ivo Dim 9 Juil - 8:36

» egypte
par ivo Dim 9 Juil - 8:19

» droites extremes
par ivo Dim 9 Juil - 8:14

» GRAVOS & FRIENDS
par ivo Sam 8 Juil - 13:07

» blancs comme neige ^^
par niouze Sam 8 Juil - 11:40

» la police s'étonne qu'on ne l'aime pas
par niouze Sam 8 Juil - 11:09

» les "joies" du sport ...
par ivo Sam 8 Juil - 9:39

» pape, cathos, vatican et autres ....
par ivo Sam 8 Juil - 9:10

» sexisme ... encore et toujours ...
par ivo Sam 8 Juil - 8:57

» Salvador
par ivo Sam 8 Juil - 8:49

» les photos d'actus - l'info en résumé
par ivo Sam 8 Juil - 8:03

» internet , technologie, ...
par ivo Sam 8 Juil - 7:56

» la phrase du jour
par ivo Sam 8 Juil - 7:46

» Découvrir la Techno.
par ivo Ven 7 Juil - 13:09

» macronie
par ivo Ven 7 Juil - 7:52

» état d'urgence et autres restrictions....
par ivo Ven 7 Juil - 7:50

» Necronomacron
par ivo Ven 7 Juil - 7:49

» R.I.P. .......................
par ivo Jeu 6 Juil - 13:40

» vite, je vais vomir ...
par ivo Jeu 6 Juil - 10:20

» racisme quotidien
par ivo Jeu 6 Juil - 9:22

» flicage total du net
par ivo Jeu 6 Juil - 8:08

» Nucléaire mon amour ...
par ivo Mer 5 Juil - 8:04

» monde - stupéfiants
par ivo Mar 4 Juil - 8:52

» homophobie dans le monde ...
par ivo Dim 2 Juil - 8:50

» "stupéfiants"
par ivo Sam 1 Juil - 9:45

» No Futur - l'espace au 21° siecle
par ivo Sam 1 Juil - 9:17

» salaires
par ivo Sam 1 Juil - 9:04

» No Futur - la terre au 21° siecle
par ivo Sam 1 Juil - 8:58

» RDC >>>
par ivo Sam 1 Juil - 8:55

» Iran >>>
par ivo Sam 1 Juil - 8:36

» médias ? quels médias ??
par ivo Sam 1 Juil - 8:19

egypte

Page 1 sur 12 1, 2, 3 ... 10, 11, 12  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

egypte

Message  ivo le Mar 7 Déc - 18:44

Egypte: le pouvoir renforce son emprise à un an de la présidentielle
De Christophe DE ROQUEFEUIL (AFP) – Il y a 6 heures
http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5i7PybgjU0T7Fs0tcSeNDkFMFVO1A?docId=CNG.b5a6b9dc90a7f3bd5711283e5e9f599b.101
LE CAIRE — Parti gouvernemental hégémonique, islamistes laminés, opposition laïque marginale: les législatives ont permis au pouvoir en Egypte de consolider sa domination parlementaire avant la présidentielle de 2011, au prix d'accusations de fraude et de critiques internationales.
Les commentateurs étaient toutefois partagés mardi, au lendemain de la publication des résultats, entre ceux qui pensent que cette victoire affaiblit la "légitimité" du régime, et ceux qui estiment qu'elle lui offre une assemblée "sur mesure" en vue d'une succession du président Hosni Moubarak.
Le Parti national démocrate (PND), au pouvoir, "avait un besoin pressant de renouveler sa légitimité", mais avec cette élection au déroulement controversé "il a perdu en crédibilité", estime Ammar Ali Hassan, un éditorialiste du quotidien indépendant al-Masri al-Yom.
Pour Amr el-Chobaki, du centre al-Ahram d'études politiques, ces critiques sont secondaires face à l'objectif d'avoir pour cinq ans un Parlement le plus docile possible pour préparer, à l'intérieur des cercles du pouvoir, une succession éventuelle de M. Moubarak, 82 ans dont 29 à la tête de l'Etat.
"Ce Parlement est conçu sur mesure pour correspondre au projet de succession héréditaire", estime M. Chobaki en référence à une possible accession à la présidence du fils du président, Gamal Moubarak, proche des milieux d'affaires.
Au cas où un candidat venant de l'institution militaire serait choisi, il n'aurait aucun mal non plus à trouver des soutiens parmi une assemblée monocolore, dit-il.
Le politologue Emad Gad estime lui aussi que "rien n'est laissé au hasard: le PND a bien mené les législatives en vue de préparer la présidentielle", et décourager encore davantage toute candidature d'opposition ou indépendante.
Néanmoins Amr Hemzawi, du centre d'études américain Carnegie, estime que "le PND n'avait pas besoin d'une telle victoire pour la présidentielle". Le résultat final "fait peser beaucoup de pression sur lui" et "donne une image extrêmement négative de l'Egypte", assure-t-il.
Les résultats du scrutin achevé dimanche donnent 420 députés au PND sur 508 sièges en lice, soit 83% des sièges contre 70% dans l'assemblée sortante.
Face au PND, rien ou presque.
Les Frères musulmans, première force d'opposition du pays, se sont retirés du scrutin entre les deux tours en dénonçant des fraudes. Ils seront désormais absents des bancs de l'Assemblée du peuple où ils occupaient un cinquième des sièges.
"Le PND s'est assuré que rien ne lui échappe. Maintenant il dialogue avec lui-même. C'est une régression par rapport à la petite marge démocratique qui existait", estime Saad Katatni, chef du bloc parlementaire islamiste sortant.
L'opposition laïque n'a qu'une quinzaine de sièges soit environ 3%. Quand aux indépendants, aux alentours de 70, ils sont souvent prompts à se rapprocher du parti dominant, ou à en grossir les rangs une fois élus.
Les accusations de fraude et de violences n'ont cessé de s'amplifier contre le PND tout au long de la campagne et du vote, de la part d'observateurs indépendants égyptiens et de la presse non-gouvernementale.
Une fédération d'observateurs indépendants a jugé que l'ampleur des irrégularités posait la question de la "légitimité" de la prochaine assemblée et a appelé à sa dissolution.
Des critiques sur le déroulement du scrutin sont également venues des Etats-Unis et de l'Union européenne, qui ont exprimé leur "inquiétude".
Le gouvernement a réfuté l'existence de fraudes massives, parlant de simples irrégularités mineures sans conséquence pour la validité du vote, et balayé comme des "ingérences dans (ses) affaires" les critiques internationales.
avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: egypte

Message  ivo le Lun 3 Jan - 13:11

Très vive tension en Egypte après l’attentat d’Alexandrie
Des incidents ont éclaté hier au Caire lors d’une manifestation de la communauté chrétienne copte, qui réclame davantage de protection. Les autorités craignent que la tension déjà vive entre chrétiens et musulmans ne dégénère. Sept personnes sont interrogées sur l’attentat qui a fait 21 morts devant une église copte d’Alexandrie lors du réveillon du Nouvel An.

Ils étaient des centaines dans les rues d’Alexandrie et du Caire, hier, pour exprimer leur colère. Les coptes dénoncent "la lâcheté" du gouvernement et le manque de protection de leur communauté. "Révolution en Egypte, dans toutes les églises d’Egypte" ont scandé certains manifestants.

Au Caire, le rassemblement a tourné à l’affrontement avec les forces de l’ordre. Les incidents se sont prolongés tard dans la nuit devant la Cathédrale Saint-Marc, siège du patriarcat copte orthodoxe. "Etes-vous avec nous ou contre nous ?" ont lancé des coptes aux policiers. Une voiture de responsables officiels, venus présenter leurs condoléances, a été la cible de jets de pierre. Plusieurs dizaines de manifestants ont tenté d’encercler le grand imam d’Al-Azhar, Ahmad al-Tayeb, l’un des principaux responsables religieux musulmans du pays, donnant des coups sur sa voiture.

Des incidents ont également eu lieu à Alexandrie et dans le sud du pays, où des musulmans ont été pris à partie.

Beaucoup de responsables spirituels et politiques du pays appellent pourtant les chrétiens et les musulmans à faire bloc, craignant que l’attaque d’Alexandrie ne provoque une escalade des tensions confessionnelles. "Quelqu’un veut faire exploser ce pays" et provoquer "une guerre civile religieuse" en Egypte, affirmait hier le quotidien pro-gouvernemental Rose el-Youssef. La minorité chrétienne d’Egypte représente environ 10% des 79 millions d’habitants du pays. Les relations tendues avec la majorité musulmane dégénèrent régulièrement en violences.

Une messe célébrée hier soir à Notre-Dame de Paris en hommage aux victimes.

L’attentat n’a pas été revendiqué, mais la piste d’Al-Qaïda est évoquée par les autorités qui rappellent que l’organisation, qui avait revendiqué l’attentat meurtrier du 31 octobre contre une cathédrale de Bagdad, avait proféré des menaces contre les chrétiens d’Egypte.

Sept personnes sont actuellement en détention, interrogées sur l’attentat qui a fait 21 morts et 97 blessés.
avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: egypte

Message  ivo le Mer 26 Jan - 9:51

En Egypte, des milliers de manifestants réclament des réformes
http://www.pavillon-noir.info/t1836p15-emeutes-de-la-faim-un-debut#16623

dernière minute : Égypte : le groupe de militants pro-démocratie appelle à un deuxième jour de manifestations aujourd’hui_



Un groupe d’opposition appelle les Egyptiens à redescendre dans la rue aujourd’hui
FRANCE INFO - 09:35
Au lendemain d’une journée de manifestations historiques en Egypte, qui a fait trois morts, un groupe de militants pro-démocratie appelle à un deuxième jour de mobilisation ce mercredi. Cet appel du "Mouvement du 6 avril" intervient quelques heures seulement après que les forces de sécurité égyptiennes ont dispersé dans la nuit des milliers de manifestants qui s’étaient rassemblés sur la place Tahrir, dans le centre du Caire, pour demander "le départ du régime".
Egypte : manifestations sans précédent contre Moubarak Au Caire, le reportage de Claude Guibal (2'00")

10.000 manifestants hier et jusqu’à tard dans la nuit dans le centre du Caire, 15.000 au total dans tout le pays (selon les chiffres officiels). Dans le sillage de la "révolution du jasmin" en Tunisie, l’Égypte vient de vivre à son tour des heures historiques. Selon des experts, ces manifestations anti-gouvernementales étaient les plus importantes depuis les émeutes de 1977 provoquées par une hausse du prix du pain.

" Le peuple veut le départ du régime ", résume un slogan scandé hier par les manifestants, qui pourraient redescendre dans la rue aujourd’hui à l’appel du "Mouvement du 6 avril", un groupe de militants pro-démocratie décidé à mener la fronde contre le président égyptien Hosni Moubarak, au pouvoir depuis la fin 1981. " Continuant ce que nous avons commencé le 25 janvier, nous allons descendre dans la rue pour demander le droit de vivre, la liberté et la dignité", écrit le groupe d’opposition dans un communiqué diffusé via sa page Facebook. Et d’appeler à poursuivre la mobilisation " jusqu’à ce que les demandes du peuple égyptien soient satisfaites ".

La tension est montée d’un cran hier. Trois personnes ont perdu la vie hier. Deux manifestants à Suez (nord) après des heurts avec la police. Un policier au Caire après avoir été frappé par des manifestants.

Cécile Mimaut, avec agences


édit - M.A.J

En réaction à ce nouvel appel à descendre dans la rue, le ministère égyptien de l’Intérieur a indiqué qu’il ne permettrait aucune nouvelle manifestation. " Aucun acte de provocation, rassemblement de protestation, marche ou manifestation ne sera permis ", prévient-il dans un communiqué.
avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: egypte

Message  ivo le Mer 26 Jan - 14:03

Hosni Moubarak n'est pas Ben Ali...
http://www.lepoint.fr/monde/hosni-moubarak-n-est-pas-ben-ali-26-01-2011-131930_24.php
Si les manifestations contre le raïs s'inspirent de la révolte tunisienne, il semble peu probable qu'elles connaissent la même issue.


Âgé de 82 ans, Hosni Moubarak dirige l'Égypte depuis 1981. © Iannis Japiot / Maxppp

De NOTRE CORRESPONDANTE AU CAIRE DENISE AMMOUN
En Égypte, la "Journée de la colère" a pris fin dans le sang. Épilogue prévisible, trois manifestants sont morts à Suez et un policier a été tué au Caire, place Tahrir, centre des manifestations. Le bilan des services de sécurité ne dénombre pas les blessés, mais on pouvait les compter par dizaines, mardi 25 janvier, après un face-à-face de 15.000 manifestants et de 30.000 policiers antiémeute.

Le régime Moubarak n'a jamais connu un tel déferlement populaire. Il y a eu la révolte des conscrits dans un passé lointain et les émeutes du pain en mars 2008, mais jamais, les rues du Caire n'avaient résonné de tels slogans : "Moubarak, dégage !" ou "Le peuple veut la fin du régime". D'autres manifestants, au Caire comme à Alexandrie, Suez ou Assiout, ne se privaient pas de lancer : "À bas Moubarak !"

Armée loyale à Moubarak

Le modèle tunisien a certainement inspiré cette révolte, contenue depuis plusieurs années. D'ailleurs, certains manifestants ont tenu à le souligner en portant des drapeaux tunisiens, ou des pancartes : "La Tunisie est la solution". On pouvait aussi retrouver les exigences tunisiennes : "Pain. Liberté. Dignité". Reste qu'il est difficile d'imaginer qu'Hosni Moubarak connaisse le sort de Ben Ali.

D'abord parce que le régime égyptien est beaucoup plus fort que le tunisien. Le raïs est soutenu par une armée très loyale, dont sont issus tous les chefs d'État depuis la révolution de 1952. Il est également soutenu par un système sécuritaire très puissant. Le 24 janvier, le ministre de l'Intérieur, sourire aux lèvres, déclarait au journal gouvernemental Al-Ahram : "Nous ne tolérerons pas le moindre débordement." Les policiers avaient cependant ordre de ne pas adopter de mesures graves ; en d'autres termes, de ne pas se servir de leurs armes à feu.

Espaces d'expression maîtrisés

De fait, le 25 janvier, les membres des brigades antiémeute se sont contentés d'utiliser les gaz lacrymogènes et les canons à eau. De leur côté, les manifestants n'ont pas cherché à incendier de voitures ou à détruire les devantures de magasins. Il y a eu, d'une part comme de l'autre, de la retenue, ce qui n'a certes pas empêché les morts. Une reprise des manifestations - mercredi de nouveau à l'appel de l'opposition ou vendredi à la sortie des mosquées - est très possible. Mais elle devrait alors être contrôlée et considérée comme entrant dans le cadre de la marge accordée à l'exaspération populaire.

Pour le politologue Dia Rachwane : "Égypte possède un régime subtil, qui ménage des espaces de liberté d'expression, tout à fait maîtrisés, qui permettent d'évacuer l'exaspération populaire." De toute évidence, Hosni Moubarak ne sera pas forcé d'abandonner le pouvoir, mais il devra faire des gestes : "Changer de gouvernement, accorder plus de liberté... Il ne suffira pas de ne pas augmenter le prix des denrées alimentaires de base. Les manifestants n'étaient pas des Égyptiens pauvres, mais des adeptes de Facebook", dit Mounir Abdel Nour, secrétaire général du Néo-Wafd.

La question d'une candidature du raïs à l'élection présidentielle de septembre 2011 se pose donc toujours. En revanche, les opinions de plusieurs politiciens convergent concernant Gamal Moubarak, le dauphin attitré : "Il a perdu toutes ses chances."
avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: egypte

Message  ivo le Mer 26 Jan - 14:08

Le Caire: nouveaux appels à manifester
http://info.france2.fr/monde/le-caire-nouveaux-appels-a-manifester-67029096.html

Affrontements entre les manifestants et la police au Caire le 25 janvier 2011

Les organisateurs des manifestations de la veille en Egypte ont appelé à de nouveaux rassemblements mercredi
Le ministère de l'Intérieur a prévenu "qu'aucun acte de provocation, rassemblement de protestation, marche ou manifestation ne sera permis".


Les manifestations de mardi, au cours desquelles quatre personnes ont été tuées (trois manifestants et un policier), sont d'une ampleur sans précédent en 30 ans de présidence Moubarak.

========
Les manifestations anti-Moubarak mardi soir Voir cette vidéo
Les Egyptiens dans la rue Voir cette vidéo
Déploiement policier au Caire contre les manifs Voir cette vidéo
Toutes les vidéos
========

Des militants, très actifs auprès de jeunes via les réseaux sociaux sur internet, ont indiqué qu'ils ne tiendraient pas compte de l'avertissement du régime, et que des rassemblements pourraient aussi avoir lieu à nouveau en province.

Trois manifestants ont été tués à Suez avec des balles en caoutchouc, selon des sources médicales. L'une de ces sources a précisé qu'une soixantaine de personnes ont été indisposées dans la ville par l'inhalation de gaz lacrymogènes. Un policier est mort lors d'un défilé qui a réuni quelque 15.000 personnes dans la capitale après avoir été battu par des manifestants, selon la sécurité égyptienne. Quelque 200 personnes ont été arrêtées mardi lors des défilés de mardi, selon les services de sécurité.

La police a dispersé avec des tirs de gaz lacrymogènes dans la nuit de mardi à mercredi des milliers de manifestants réunis depuis l'après-midi sur la place Tahrir, proche de nombreux bâtiments officiels, dans le centre du Caire.

Cette rare démonstration de force contre le régime du président Hosni Moubarak, qui ne l'avait pas préalablement autorisée, avait été baptisée "jour de colère" par ses organisateurs, des activistes actifs sur internet. Hosni Moubarak est au pouvoir depuis l'assassinat d'Anouar El Sadate en 1981. Le mouvement prend exemple sur le mouvement tunisien.

Scandant "Moubarak dégage", "la Tunisie est la solution", des milliers d'Egyptiens ont défilé au Caire comme à Alexandrie (nord) et dans de nombreuses autres villes, face à un dispositif policier massif. Selon des spécialistes, ces manifestations anti-gouvernementales sont les plus importantes depuis les émeutes de 1977 provoquées par une hausse du prix du pain.

La secrétaire d'Etat américaine, Hillary Clinton, a toutefois assuré que le gouvernement égyptien, ferme allié des Etats-Unis au Moyen-Orient, était "stable". De son côté, la Maison blanche a jugé que "le gouvernement égyptien a une occasion importante d'être sensible aux aspirations du peuple égyptien et de mener des réformes politiques, économiques et sociales qui peuvent améliorer sa vie et aider à la prospérité de l'Egypte".

Le président du Parlement européen, Jerzy Buzek, a souhaité que les autorités égyptiennes entendent "les aspirations légitimes" de leurs citoyens et répondent à leurs revendications. Les manifestations en Egypte reflètent les aspirations de la population en faveur du "changement politique" et constituent un "signal", a estimé de son coté la porte-parole de la chef de la diplomatie européenne.

Trente ans de régime Moubarak
Le régime égyptien, jugé souvent très corrompu, est dominé depuis près de 30 ans par le président Hosni Moubarak, 82 ans, à la santé fragile. Celui-ci n'a pas encore fait savoir s'il se présenterait cette année, mais son entourage assure qu'il briguera un nouveau mandat.

Sa succession est au centre d'une sourde rivalité entre son fils Gamal 47 ans, proche des milieux d'affaires, et la "vieille garde" du pouvoir liée au puissant appareil militaro-sécuritaire.

L'armée égyptienne, dont sont issus tous les présidents depuis 1952, est jugée davantage loyale envers le pouvoir que l'armée tunisienne ne l'était à l'égard du président déchu Ben Ali.
avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: egypte

Message  niouze le Mer 26 Jan - 15:14


L'Egypte se révolte pour chasser Moubarak : plusieurs morts
Par Zineb Dryef | Rue89 | 25/01/2011 | 18H48


Violente répression après le défilé de milliers de manifestants au Caire. L'accès à des réseaux sociaux, dont Twitter est bloqué.

Un manifestant bloque un camion équipé dans canon à eau dans les rues du Caire (DR)

Après l'Algérie samedi 22 janvier, c'est au tour de l'Egypte de manifester sa colère contre le pouvoir en place. Plusieurs dizaines de milliers d'Egyptiens défilent dans les rues du Caire et partout dans le pays ce lundi, décrété Jour de la colère ou Jour de la révolution par les internautes, très actifs en Egypte. Plusieurs personnes sont mortes.

Ils réclament plus de liberté et exigent le départ de Hosni Moubarak. Le rendez-vous a d'abord été lancé via Facebook où un petit groupe souhaitait rendre hommage à Khaled Saïd, jeune homme de 28 ans originaire d'Alexandrie et torturé à mort par la police le 6 avril.

La date n'est pas anodine. En Egypte, le 25 janvier correspond à la Fête de la police, une commémoration du 25 janvier 1952, quand les hommes de la police ont affronté à Ismaïlia les forces d'occupation britanniques.

Depuis mardi après-midi, la foule égyptienne en colère réclame le départ du président Hosni Moubarak. Pour contenir les manifestants, 30 000 policiers ont été mobilisés dans la capitale mais la population n'a pas reculé, en dépit de leurs tentatives de dispersion à coup de lacrymogènes et de canons à eau. (Voir la vidéo)


Sur ces images, un manifestant seul défie les forces de l'ordre de l'ordre. (Voir la vidéo)


Dans la nuit, la situation était très confuse. CNN confirmait la mort d'un jeune homme tué par la police durant la manifestation à Suez. On a appris qu'un second manifestant dans la même ville avait également été tué. Un policier a succombé à une blessure au crane.

A 23h35, cette vidéo postée sur YouTube témoigne de la détermination des manifestants. (Voir la vidéo)


Peu avant, les informations en provenance d'Egypte étaient essentiellement issues des réseaux sociaux (le mot clé est #25jan sur Twitter), les télévisions étant plutôt silencieuses (à l'exception de France 24, Euronews et CNN). Elles faisaient état de dizaines de blessés et d'arrestations massives.

Sur son compte Twitter, le journaliste égyptien Mohamed Abdelfattah rapportait qu'il avait été frappé et arrêté par la police. Ses derniers messages postés :

« - Gaz lacrymo
- Je suffoque
- On est bloqué à l'intérieur d'un immeuble
- Voitures blindées dehors
- A l'aide, on suffoque
- Je vais être arrêté
- A l'aide
- Arrêté
- On m'a frappé »

Certains réseaux sociaux sont bloqués. L'opérateur Vodafone a ainsi confirmé le blocage de Twitter sur tout le territoire égyptien, rapporte l'AFP.

Des manifestations ont également eu lieu à Assouan et Assiout, à Tanta et à Mansourah selon l'AFP. Depuis les émeutes de 2008, le gouvernement a pris quelques mesures notamment contre la vie chère mais les tensions restent vives dans ce pays où le président Hosni Moubarak règne depuis trente ans.

A la mi-janvier, l'immolation d'Abou Abdel Monem, propriétaire d'une sandwicherie, après s'être vu refuser des coupons de subvention pour acheter du pain, avait profondément ému et fait espérer un réveil de la population, à l'image de la révolution tunisienne. Dans les rues égyptiennes, le slogan le plus populaire des manifestations qui ont suivies de le départ de Ben Ali est « Moubarak dehors, ton avion t'attend. »

En fin de soirée, Hosni Moubarak ne s'était pas encore exprimé. Sur YouTube, cette petite parodie le représente répétant, comme l'a fait Ben Ali la veille de sa fuite :

« Cher peuple égyptien, je vous ai compris, je vous ai compris, je vous ai compris. » (Voir la vidéo)

vidéo visible sur http://www.rue89.com/2011/01/25/des-milliers-degyptiens-dans-la-rue-pour-chasser-moubarack-187368

_________________
"Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça." coluche
avatar
niouze

Messages : 5023
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: egypte

Message  ivo le Mer 26 Jan - 18:31

Manifestations malgré l’interdiction en Egypte : au moins 500 arrestations
FRANCE INFO - 16:49
Des milliers d’Égyptiens ont bravé l’interdiction de manifester prononcée par les autorités. Pour la deuxième journée de suite, ils se sont rassemblés au centre du Caire et dans la ville de Suez. Rassemblements qui ont parfois tourné à l’affrontement avec la police.
Les forces de sécurité annoncent au moins 500 personnes arrêtées dans tout le pays.



Au Caire, aujourd'hui, la foule face aux policiers anti-émeutes déployés depuis hier © AFP/Mohammed Abed

Les autorités avaient prévenu : interdiction de manifester dans les rues égyptiennes aujourd’hui, après le soulèvement populaire d’hier, inédit depuis trente ans. La police a donc appliqué la consigne. Le ministère égyptien de l’Intérieur annonce l’arrestation d’au moins 500 personnes à travers tout le pays, dont 90 arrêtées près de la place Tahrir, place centrale du Caire et 121 islamistes des Frères musulmans, organisation officiellement interdite. Eux auraient été interpellés à Assiout, au sud de la capitale égyptienne.

Les témoins rapportent aussi des heurts, dans le centre du Caire, près de la Cour suprême, où des milliers de manifestants étaient à nouveau rassemblés en début d’après-midi, après avoir été pourtant évacués une première fois pendant la nuit. Des heurts opposant les gaz lacrymogènes des policiers aux pierres jetées par la foule.
À Suez, pendant ce temps-là, 2.000 personnes se seraient aussi rassemblées. C’est dans cette ville portuaire que deux manifestants ont été tués hier. Un troisième est mort des suites de ses blessures ce matin. Enfin, un policier lui aussi a succombé au Caire hier.


Le bilan n’a pourtant pas découragé le mouvement du 6 avril, à l’origine de ce soulèvement populaire. Ce mouvement qui réclame le départ d’Hosni Moubarak, président en place depuis 1981, a appelé de nouveau sur Facebook les Égyptiens à descendre dans la rue. Hier, avec seulement 15 à 20.000 personnes, les manifestations ont battu tous les records d’affluence depuis le début de ce régime qui réprime systématiquement la moindre velléité de protestation.

Situation confuse au Caire à 18h de notre correspondante Claude Guibal (0'50")


Cet après-midi, il est encore difficile de savoir combien de personnes ont réussi à se rassembler. Ce matin, plusieurs tentatives d’attroupement ont été rapidement dispersées par les centaines de policiers déployés dans la capitale. Mais visiblement ceux-ci ont fini par être dépassés, quand plusieurs milliers d’opposants se sont réunis devant le palais de justice.

Les autorités égyptiennes ont pourtant bloqué Twitter, Facebook et les principaux sites internet de contestation pour tenter d’empêcher l’opposition de s’organiser. Mais les activistes ont usé de leur ingéniosité et de logiciels spécialisés pour contrer la censure. Des cyber-contestataires qui ont dû sursauter en entendant la dernière sortie du Premier ministre égyptien : "Le gouvernement est résolu à garantir la liberté d’expression par des moyens légitimes".

Cécile Quéguiner, avec agences
avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: egypte

Message  ivo le Jeu 27 Jan - 13:05

Nouvelles manifestations violentes en Egypte
FRANCE INFO - 00:03
Deux personnes ont été tuées aujourd’hui en Egypte dans les manifestations contre le régime du président Moubarak qui ont émaillé le pays. Le bilan total des violences dans le pays s’élève désormais à six morts. Un nouvel appel à la manifestation a été lancé pour vendredi, jour de la prière. Les réseaux sociaux Twitter et Facebook ont été coupés. L’Union européenne et les Etats-Unis protestent contre la répression.

Charge de police aujourd'hui au Caire.
© REUTERS / Goran Tomasevic

Deux morts au Caire, 70 blessés à Suez, tel est le bilan des manifestations d’aujourd’hui en Egypte. Un policier et un civil ont été tués au Caire, ce qui porte le bilan total des violences à six morts. Mais selon un responsable égyptien qui a souhaité rester anonyme, ces deux derniers décès ne seraient pas liés aux troubles, mais résulteraient d’un accident de la circulation. Des bâtiments gouvernementaux ont été attaqués au cocktail Molotov et un bâtiment municipal a totalement brûlé à Suez. Dans cette ville, des émeutes ont éclaté suite au refus de la police de remettre le corps d’un des trois manifestants tués la veille.

De violentes manifestations ont de nouveau eu lieu en Egypte. Au Caire, la correspondance de Claude Guibal. (0'52")

Au Caire, le quartier du ministère des Affaires étrangères a été le lieu d’affrontements violents. Les manifestants ont forcé les entrées, avant d’être dispersés par les forces de l’ordre à l’aide de gaz lacrymogènes.

Près de 500 personnes ont été arrêtées aujourd’hui, alors que 200 autres restaient en prison après les vagues d’arrestations des jours précédents.

Mais la présence policière impressionnante, appuyée par des blindés, et les interdictions lancées par le gouvernement contre les manifestations n’ont pas découragé les protestataires du “Mouvement du 6 avril”, un groupe pour la démocratie qui réclame des réformes politiques, économiques et sociales dans le pays. “Nous voulons faire tomber le régime”, ont scandé les protestataires en lançant des pierres sur les policiers qui ont tiré des gaz lacrymogènes et des balles caoutchoutées, ont indiqué les témoins.

Ce groupe est particulièrement actif sur internet et les autorités égyptiennes ont tenté de lui couper l’herbe sous le pied en coupant les accès au réseau Twitter, utilisé pour diffuser les appels à manifester. Le site internet suédois Bambuser, qui permet de visionner directement en flux sur l’internet des vidéos filmées par téléphone mobile ou webcam, est bloqué. Facebook a aussi connu des perturbations pendant la journée.
Malgré ces tentatives, le Mouvement du 6 avril a de nouveau appelé par SMS à manifester vendredi, jour de prière.

Les Etats-Unis, rejoints par l’Union européenne, ont appelé l’Egypte, un de leurs proches alliés, à lever l’interdiction de manifester, et à ne pas perturber le fonctionnement des réseaux sociaux sur internet.
avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: egypte

Message  ivo le Jeu 27 Jan - 14:15

Egypte: au moins 1000 personnes arrêtées et six morts depuis mardi
http://www.liberation.fr/monde/01012316247-l-opposant-mohamed-elbaradei-va-rentrer-en-egypte
Le contexte - Après deux jours de manifestations, les protestataires ne semblent pas désarmer. Le «Mouvement du 6 avril», une organisation de jeunes pro-démocratie à l'origine de ces rassemblements, a appelé les Egyptiens à continuer le mouvement.


Ces manifestations, qui ont rassemblé 15 à 20.000 personnes mardi rien qu'au Caire, sont sans précédent depuis l'arrivée au pouvoir d'Hosni Moubarak, en 1981. Hier, elles ont été moins importantes, les forces de l'ordre ayant interdit tout rassemblement de protestation. Mais plusieurs affrontements ont eu lieu. Depuis mardi, six personnes sont mortes.

13h25. Anonymous, un collectif de pirates informatiques qui avait bloqué plusieurs sites officiels du gouvernement tunisien début janvier, menace à présent le régime égyptien de représailles s'il bloque l'accès à internet pour contrer l'action des manifestants. Anonymous incite les internautes à les rejoindre au sein d'«Operation Egypt» en téléchargeant un logiciel qui permettra de submerger de trafic les serveurs de certains sites gouvernementaux égyptiens.


Comme en Tunisie, Facebook et Twitter sont utilisés en Egypte par les manifestants pour sensibiliser, faire passer des slogans ou indiquer des points de ralliement. Twitter a confirmé que son site avait été bloqué mardi. En revanche Facebook a indiqué qu'il n'avait pas constaté de changement dans son trafic, alors que des informations faisaient état d'une impossibilité de se connecter dans le pays.

13h. La France appelle les autorités égyptiennes à respecter la liberté d'expression et reste attentive «au sort des centaines de personnes arrêtées à la suite des manifestations des derniers jours», a déclaré le ministère des Affaires étrangères.

Par ailleurs, la France compte en Egypte 9.376 ressortissants recensés. Le Quai d'Orsay a appelé les voyageurs à éviter les lieux de rassemblement.

10h40. Les échanges ont été provisoirement suspendus à la Bourse du Caire après une forte chute. Ils doivent reprendre à 11h30 (9h30 GMT). La Bourse a enregistré une chute de 6,2%, au lendemain d'une baisse de 6% de son principal indice EGX 30.

10h 20. Au moins mille personnes ont été arrêtées depuis le début des manifestations, selon un responsable de la sécurité qui veut rester anonyme. Six personnes y ont été tuées, et des dizaines ont été blessées.


Arrestation d'un manifestant par des policiers en civil, le 26 janvier, au Caire. (Asmaa Waguih / Reuters)

10h15. L'opposant égyptien Mohamed ElBaradei, l'un des principaux soutiens des manifestations anti-gouvernementales, en séjour à l'étranger ces dernières semaines, va revenir au Caire, ce soir. Il revient «pour participer aux manifestations de vendredi», a déclaré à l'AFP son frère Ali.

L'ancien chef de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) est l'un des plus virulents critiques de Moubarak. «Si les Tunisiens l'ont fait, les Egyptiens devraient y arriver», a-t-il déclaré au magazine allemand Der Spiegel de cette semaine.

ElBaradei ne dispose pas d'un parti reconnu, mais il a formé un mouvement, l'Association nationale pour le changement, qui plaide pour des réformes démocratiques et sociales.

Hier. Les manifestants sont redescendus dans la rue, malgré l'interdiction de tout nouveau rassemblement de protestation par les autorités. Celles-ci ont pourchassé les manifestants dans les rues des quartiers, faisant usage de gaz lacrymogènes, de matraques et même de pierres. Les protestataires jetaient aussi des pierres sur les forces anti-émeutes.


Des manifestants déchirent un poster du président Moubarak dans la ville d'Alexandrie, le 26 janvier (photo AFP)

Au Caire, ils ont forcé un portail de l'enceinte du ministère des Affaires étrangères avant d'en être chassés par des gaz lacrymogènes.

A Suez, à 100 km au nord-est du Caire), les manifestations ont été les plus violentes mercredi. Les affrontements ont éclaté après le refus de la police de remettre le corps d'un des trois manifestants morts mardi. Les manifestants ont lancé des bouteilles incendiaires contre un bâtiment relevant de la municipalité, dont une partie a pris feu, selon des témoins. Ils ont aussi attaqué le siège du parti de Moubarak et un poste de police.

Les appels de l'étranger se sont multipliés pour appeler le gouvernement égyptien à écouter les demandes du peuple et à respecter la liberté d'expression.

Lire aussi: le récit de la journée de mercredi.
avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: egypte

Message  ivo le Jeu 27 Jan - 14:18

Deuxième jour de black-out sur les communications en Egypte
http://www.lemonde.fr/technologies/article/2011/01/27/deuxieme-jour-de-black-out-sur-les-communications-en-egypte_1471100_651865.html
Suez coupée du monde : d'après de nombreux témoignages publiés sur Internet, la ville, qui a été le théâtre de violents affrontements entre police et manifestants hier, n'a plus accès à Internet ni au réseau téléphonique. Mercredi, les réseaux sociaux Facebook et Twitter étaient largement inaccessibles dans l'ensemble de l'Egypte. Twitter a confirmé que l'ensemble de ses services étaient bloqués mercredi, tandis que Facebook affirmait ne pas avoir noté de modification sensible du trafic en provenance d'Egypte. D'après de nombreux témoignages, les deux réseaux ont été inaccessibles par intermittence depuis hier.

Contrairement à la Tunisie du gouvernement Ben Ali, l'Egypte n'avait jusqu'alors jamais pratiqué le blocage à grande échelle de sites ou de services. Les autorités égyptiennes s'étaient cependant donné les moyens de surveiller les réseaux et de les bloquer en cas d'urgence : dans un pays où une grande partie des internautes utilisent les cybercafés ou les connexions Wi-Fi prépayées, il est obligatoire de fournir une adresse e-mail valide pour recevoir ses identifiants de connexion Wi-Fi.

L'opérateur national public Telecom Egypt contrôle la majorité des abonnements à la téléphonie fixe. A Suez, l'ensemble des lignes fixes ont été coupées, rapportent de nombreux témoins. Les réseaux mobiles ont également été bloqués, mais le réseau de l'opérateur Vodafone semble fonctionner par intermittence, selon des utilisateurs.

Le Monde.fr
avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: egypte

Message  ivo le Jeu 27 Jan - 20:19

Egypte: un manifestant tué dans le nord du Sinaï (témoins)
http://www.tdg.ch/node/305519
LE CAIRE, 27 JAN 2011 | Un manifestant a été tué jeudi par la police lors d'accrochages dans la localité de Cheikh Zouwayed, dans le nord du Sinaï, ont indiqué des témoins, au troisième jour de manifestations contre le régime du président égyptien Hosni Moubarak.


AFP | 27.01.2011 | 16:47

Un manifestant a été tué jeudi par la police lors d'accrochages dans la localité de Cheikh Zouwayed, dans le nord du Sinaï, ont indiqué des témoins, au troisième jour de manifestations contre le régime du président égyptien Hosni Moubarak.

Mohamed Atef, 22 ans, a été mortellement atteint d'une balle dans la tête lors d'un échange de tirs entre des manifestants bédouins habitant la région et les forces de sécurité, ont indiqué à l'AFP des témoins et des proches de la victime.

la vidéo sur FR 2 ....................................................
d'apres cette video un jeune tres loin des flics et sans geste agressif à été simplement abattu comme un lapin, pour rien ...
avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: egypte

Message  ivo le Ven 28 Jan - 11:05

L’Egypte retient son souffle en attendant les manifestations
FRANCE INFO - 05:11
Les organisateurs du "mouvement du 6 avril", qui pilotent la contestation en Egypte depuis internet, ont appelé à manifester aujourd’hui, vendredi, jour de prière. Les autorités sont sur le pied de guerre, tandis que le président Hosni Moubarak, cible des protestataires, reste cloîtré dans le silence. L’opposant le plus en vue, Mohamed El Baradei, est revenu dans son pays pour manifester. Les Frères musulmans participeront aussi. En attendant, il est de plus en plus difficile de communiquer avec l’Égypte ou les liaisons satellitaires et internet ne fonctionnent plus depuis cette nuit...
L’Egypte retient son souffle en attendant les manifestations Le point sur la situation ce matin avec la correspondante de France Info au Caire, Claude Guibal. Elle répond à Marc Fauvelle (4'39")


Face à face entre policiers et manifestants au Caire.
© REUTERS / Amr Dalsh

Pour la troisième journée, l’Egypte a connu des manifestations contre son président, Hosni Moubarak, 82 ans, au pouvoir depuis 30 ans. Des violences les ont émaillées et elles ont fait un septième décès, lors d’affrontements entre les forces de l’ordre et des manifestants bédouins armés, dans le nord du Sinaï. Une roquette antichar a été tirée sur la police sans faire de victime.
Des échauffourées ont aussi eu lieu à Suez, où une caserne de pompiers a été incendiée, et à Ismaïliya. Au Caire, les forces de l’ordre quadrillaient le centre ville, et la situation est resté calme.

Conséquences d’un autre genre, la bourse du Caire a chuté et les matchs du championnat égyptien de football prévus vendredi et samedi ont été reportés.

OFFRE DE SERVICE DE MOHAMED EL BARADEI
Il est à craindre que le bilan s’aggrave aujourd’hui pour le “vendredi de la colère”, décrété sur internet par SMS par le “mouvement du 6 avril”, de jeunes militants pro-démocratie inspirés par l’exemple tunisien. Ils appellent à manifester après les prières hebdomadaires.

L’opposant égyptien le plus en vue, Mohamed El Baradei, l’ex-chef de l’Agence internationale de l’énergie atomique, prix Nobel 2005 avec l’agence, est rentré dans son pays, dans l’intention de participer aux manifestations, sans préciser où il se trouverait.

Il appelle Hosni Moubarak à céder le pouvoir et se propose de prendre la direction d’une transition politique devant déboucher sur des élections libres. “Je suis ici avec l’espoir de continuer à travailler pour un changement ordonné et pacifique”, déclare-t-il. Il a demandé “l’arrêt de la violence, des détentions et de la torture”. Et il prévient : “c’est un moment critique dans l’histoire de l’Egypte (...) La volonté de changement doit être respectée”

Les frères musulmans dans la rue
Mohamed El Baradei ne dispose pas d’un parti reconnu, mais a formé un mouvement, l’Association nationale pour le changement, qui plaide pour des réformes démocratiques et sociales. Il est la plus connue des personnalités d’opposition à soutenir publiquement le mouvement de protestation.

Il ne sera pas le seul représentant de l’opposition dans les rues ce vendredi. Les Frères musulmans, première force d’opposition, ont annoncé sur leur site internet leur participation à la journée. La confrérie demande la “dissolution” du parlement, des amendements à la Constitution en ce qui concerne en premier lieu l’élection présidentielle à venir, et la libération des personnes détenues à la suite des manifestations et des prisonniers de conscience.

Face à cette tension, la communauté internationale ne sait plus trop sur quel pied danser. Barack Obama affirme que la violence n’était “pas une solution aux problèmes en Egypte”. La Maison Blanche rappelle que Hosni Moubarak est un “partenaire important”, et appelle manifestants et le gouvernement à la retenue. L’Union européenne, de son côté, avait demandé au Caire d’écouter les demandes du peuple et Paris a appelé au respect de la liberté d’expression. Des appels qui ne semblent pas devoir être entendus. Le pouvoir égyptien a au contraire durci le ton, en annonçant des “mesures décisives” contre les manifestants.


Égypte : au moins 20 membres des Frères Musulmans arrêtés
Plusieurs hauts responsables des Frères Musulmans ainsi que d’autres membres du mouvement fondamentaliste interdit ont été arrêtés cette nuit en Égypte où une nouvelle journée de manifestations doit se tenir aujourd’hui.

Parmi les personnes arrêtées à leur domicile, figurent cinq anciens députés et cinq membres du bureau politique, dont les dirigeants les plus connus sont Essam El-Eriane et Mohammed Moursi.

Une source proche des services de sécurité a confirmé que les autorités avaient donné l’ordre d’intervenir contre l’organisation pendant la nuit.
avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: egypte

Message  ivo le Ven 28 Jan - 17:12

Couvre-feu en Egypte, l’armée appelée en renfort
FRANCE INFO - 16:32
Le pari d’Hosni Moubarak de tuer dans l’oeuf aujourd’hui les manifestations en coupant internet et une bonne partie des téléphones mobiles semble bel et bien raté. Les manifestations ont pris une ampleur sans précédent depuis ce matin dans plusieurs villes égyptiennes. On parle de dizaines de blessés et d’au moins un mort à Suez. Plusieurs bâtiments publics sont en feu. L’armée a été déployée au Caire. Et le couvre-feu a été décrété jusqu’à demain 7h00 heure locale.


© AFP/Khaled Desouki

Les rues du Caire sont le théâtre de véritables scènes de guerre civile, depuis que les manifestants ont commencé à déferler. Deux commissariats de police ont été incendiés. Plusieurs dizaines de personnes seraient blessées.
À Alexandrie, c’est le gouvernorat qui est en feu. Et à Suez, un poste et plusieurs voitures de police. Dans cette ville, au moins un manifestant, un chauffeur de 30 ans, a été tué lors d’une tentative de dispersion. Il serait mort d’une balle dans la tête.


Manifestation très violente au Caire Récit de Claude Guibal, après l’annonce du couvre-feu (1'02")

"On en va pas céder" affirme une jeune manifestante au Caire (0'34")


Pris à la gorge, le pouvoir a décidé manifestement de reprendre la main. En décrétant ce soir un couvre-feu jusqu’à demain 7h00, dans les trois villes du Caire, de Suez et d’Alexandrie. Et des unités militaires égyptiennes ont été déployées dans les rues de la capitale.

La télévision d’État annonce que le président Hosni Moubarak a demandé à l’armée d’assurer la sécurité avec la police, "étant donné, dit la TV officielle, ce qui s’est passé en province, les émeutes, le désordre, les pillages, les destructions, les agressions et les incendies de biens publics et privés, notamment de banques et d’hôtels".

La première réaction devant l’aggravation de la situation en Égypte provient des États-Unis, qui parlent d’évènements "profondément inquiétants". Le président égyptien devrait, selon CNN, s’exprimer prochainement.



Cécile Quéguiner, avec agences
avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: egypte

Message  ivo le Ven 28 Jan - 19:56

EN DIRECT. Egypte : le couvre-feu étendu à tout le pays
http://www.leparisien.fr/international/en-direct-egypte-le-couvre-feu-etendu-a-tout-le-pays-28-01-2011-1246977.php
Au quatrième jour d'une contestation sans précédent contre le régime du président Hosni Moubarak, les manifestations se poursuivent ce vendredi en Egypte. Le centre du Caire est notamment le théâtre de violents heurts entre forces de l'ordre et manifestants. Des dizaines de blessés sont à déplorer tandis que le bilan des victimes s'est alourdi : neuf personnes auraient été tuées depuis mardi, dont deux aujourd'hui.

Plusieurs journalistes étrangers sont molestés et arrêtés. Décrété dans les grandes villes, le couvre-feu a été étendu à tout le pays.

19h34. CNN et Al Jazeera montrent des images d'un convoi de tanks accueilli par une foule en liesse dans les rues du Caire.

19h13. Le correspondant de la BBC, Khaled Ezzelarab, indique que des hélicoptères de l'armée tournent dans le ciel du Caire.

18h 54. Les opérateurs téléphoniques ont été obligés de «suspendre leurs services», indique l'opérateur britannique Vodafone.





18h37. Le couvre-feu est étendu à tout le pays, annonce la télévision publique.

18h32. Inquiétudes quant à une probable propogation de l'incendie du siège du NDP, le parti de Moubarak, au Musée national du Caire où sont exposés plus de 160 000 objets, et notamment le trésor de Toutânkhamon.

18h28. Le Quai d'Orsay appelle les ressortissants français à limiter leurs déplacements en Egypte.

18 h 24. Les manifestants ont pris d'assaut le ministère des Affaires étrangères, annonce Al Jazeera.

18h20. L'armée fait mouvement dans les villes d'Alexandrie et de Suez. Au Caire, des feux font rage en différents endroits de la ville.

18h17. La chef de la diplomatie américaine, Hillary Clinton, appelle le gouvernement égyptien à «faire tout ce qui est en son pouvoir pour réfréner les forces de l'ordre» et dénonce le blocage «sans précédent» des communications dans le pays. Elle réclame par ailleurs «immédiatement» des «réformes économiques, politiques et sociales» de la part du gouvernement.

18h15. La chancelière allemande Angela Merkel appelle Moubarak à autoriser les «manifestations pacifiques».

17h46. Selon la chaîne de télévision Al Jazeera, l'armée aurait ouvert le feu alors que des manifestants tentaient de monter sur des tanks.

17h42. Barack Obama s'est dit «très préoccupée» par les événements qui se déroulent en Egypte et a de nouveau appelé le Caire à respecter les droits des Egyptiens et à rétablir l'accès à internet et aux réseaux sociaux.

17h35. Comme la Suède un peu plus tôt, le Danemark déconseille à ses ressortissants tout voyage non nécessaire en Egypte, à l'exception des destinations touristiques sur les côtes de la mer Rouge.

17h25. Des manifestants mettent le feu au siège du Parti national démocrate au pouvoir au Caire. Le bâtiment, qui donne sur le Nil, est en flammes, selon des images retransmises en direct par la télévision.

17h18. Les manifestants ont des «raisons de mécontentement légitimes», estime le ministre britannique des Affaires étrangères, William Hague, qui s'est dit très «inquiet quant aux images provenant d'Egypte», appelant «toutes les parties à la retenue».

17h07. Selon CNN, le président Hosni Mubarak devrait s'exprimer dans la soirée, rompant le silence qu'il observe depuis le début des manifestations en Egypte mardi.

16h55.«La violence doit être évitée et les droits fondamentaux respectés», estiment les Etats-Unis qui jugent «profondément inquiétants» les événements qui se déroulent en Egypte.

16h49. Hosni Moubarak en appelle à l'armée. Le président égyptien a demandé aux forces armées de prêter main forte à la police pour faire respecter la sécurité et appliquer le couvre-feu décrété au Caire, à Alexandrie et Suez, a annoncé la télévision d'Etat. Selon un journaliste de l'AFP, un char de l'armée est stationné aux abords de l'immeuble de la télévision nationale.

16h43. La Haut Commissaire de l'ONU aux droits de l'homme Navi Pillay a demandé la levée de l'état d'urgence en vigueur depuis près de 30 ans dans le pays. C'est attendu «depuis longtemps et est à l'origine d'une grande partie de la frustration et de la colère qui déborde actuellement dans les rues», a-t-elle déclaré.


16h37. Le couvre-feu est décrété au Caire, à Alexandrie et à Suez, selon la télévision d'Etat qui annonce l'arrivée de renforts au Caire.

16 h 34. Selon des témoins, les manifestants mettent le feu à deux commissariats au Caire où les affrontements se poursuivent dans les rues.

16h21. Des dizaines de personnes ont été blessées dans le centre-ville du Caire, près de la place de l'Opéra, selon un journaliste de l'AFP. Les ambulanciers évacuaient des manifestants blessés dans ce secteur du centre-ville en fin de journée alors que les rues de la capitale égyptienne ne désemplissaient pas.

16h16. Des journalistes de médias étrangers son pris à partie par la police au Caire. «Ils visaient les journalistes de manière délibérée», a témoigné le reporter de la BBC, Assad Sawey, sur les ondes de son média. «Ils ont pris ma caméra et quand ils m'ont arrêté, ils ont commencé à me frapper avec des matraques métalliques, puis des matraques électriques», continue-t-il, ajoutant que plusieurs journalistes étrangers couvrant la même manifestation dans le centre du Caire avaient été «chargés dans des camions et emmenés quelque part».

16h10. Des manifestants ont mis le feu au siège du gouvernorat d'Alexandrie, dans le centre de la deuxième ville d'Egypte, selon un journaliste de l'AFP. Plusieurs manifestants ont forcé l'entrée de l'enceinte d'un commissariat d'un autre quartier du centre-ville.

15h55. Des témoins rapportent que des manifestants se sont emparés d'armes dans le poste de police du quartier d'Arbayine, à Suez, auquel ils venaient de mettre le feu. Huit voitures de police ont été brûlées.

15h39. Un mort annoncé à Suez. Selon des témoins, cités par l'AFP, un manifestant a été tué à Suez. Il s'agit d'un chauffeur de 30 ans qui a été tué d'une balle dans la tête alors que plusieurs milliers de manifestants tentaient de prendre d'assaut le commissariat de la ville. Ce nouveau décès porterait à 9 le nombre de victimes depuis le début des événements.
15h23. «Il y a beaucoup de monde dans les rues. C'est inouï, les gens veulent renverser Moubarak !» explique au Parisien.fr le réceptionniste d'un hôtel situé dans le quartier populaire Tahrir (liberté), en plein coeur du Caire. «Il y a du monde partout, je les vois de ma fenêtre, la police charge avec des gaz lacrymogènes. Je les vois courir. Il y a beaucoup qui veulent entrer dans l'hôtel pour se mettre à l'abri», continue-t-il. «La situation devient dangereuse pour mon pays. La police charge. Elle charge encore avec des gaz. Ca me fait mal», lance-t-il avant de mettre fin à la conversation, craignant d'être arrêté par la police, omniprésente de le quartier selon lui.

15h10. «Nulle part au monde la sécurité n'est capable de mettre fin à la révolution», déclare Mostapha al-Fekki, le président de la commission des Affaires étrangères de l'Assemblée et membre du Parti national démocrate au pouvoir. Il appelle Hosni Moubarak à «des réformes sans précédent».
14h55. Les quatre journalistes français interpelés au Caire par la police ont été libérés, selon l'AFP qui cite Philippe Gelie, un des rédacteurs en chef du Figaro. «Les policiers en civil les ont relâchés après plus d'une heure de discussions», précise-t-il. Les journalistes travaillent pour le Journal du Dimanche, Le Figaro, l'agence photo Sipa et Paris-Match.

14h20. Plusieurs sources évoquent la mort d'un manifestant, une femme d'âge moyen, place Tahrir, au Caire.

14h15. Selon son fils, Ayman Nour, chef du parti centriste, libéral et non-religieux d'opposition Hizb al-Ghad, aurait été blessé à la tête par un jet de pierre et se trouverait à l'hôpital.

14h07. A Suez, des manifestants auraient pénétré de force dans un commissariat et auraient libéré des personnes interpellées ces deux derniers jours lors de manifestations.

13h55. Selon des témoins et des journalistes d'Al Jazeera, il y aurait actuellement 40 000 manifestants à Mansoura.

13h40. Les images des télévisions à Suez montrent un cordon de policiers, peu nombreux, débordés sans difficulté par les manifestants.

13h35. Des manifestants se répandent sur le pont du 6 octobre, le nom donné à la route qui relie Le Caire à l'aéroport.



13h27. Ahmad Ali, journaliste à Al Masry Al Youm, grand journal d'opposition, estime à 100 000 le nombre de manifestants rassemblés dans les rues d'Alexandrie.

13h15. La police a brisé des caméras de CNN et d'une télévision allemande.

13h10. Le géant des télécommunications Vodafone assure sur son site internet que toutes les sociétés de téléphonie mobile présentes en Egypte ont reçu l'ordre de suspendre leurs services dans certaines zones du pays.

13 heures. Selon la BBC en arabe, le siège du NDP, le parti d'Hosni Moubarak, à Ismaïlia, a été saccagé. De nombreuses femmes âgées, ainsi que des ouvriers, ont pris part aux cortèges de protestation.

12h57. ElBaradei ne serait pas arrêté mais empêché de quitter la mosquée, selon Channel 4.

12h54. La foule se presse sur la grand route proche du siège du parti d'Hosni Moubarak, en scandant «la démocratie pour le peuple».

12h50. Quatre journalistes français ont été arrêtés au Caire, selon le ministère Affaires étrangères. Ils travaillent pour le Journal du Dimanche, Le Figaro, l'agence photo Sipa et Paris-Match.

12h45. L'opposant ElBaradei serait aux mains de la police.

12h42. En Jordanie, à Amman, plus de 3 000 personnes défilent contre la vie chère et la politique économique du gouvernement. «O Egypte, déploie tes hommes et débarrasse-nous de Hosni Moubarak», crient les Jordaniens.

12h40. Des milliers de manifestants, selon des témoins cités par Reuters, convergent au centre du Caire, ainsi qu'à Suez, Mansoura et Sharqiya.

12h34. Al Jazeera rapporte que des manifestants s'approchent d'une résidence d'Hosni Moubarak.

12h20. La police utilise des gaz lacrymogènes et des balles caoutchoutées pour disperser une foule d'un millier de personnes à Alexandrie. Selon CNN, des jeunes manifestants ripostent en lançant des pierres.

12 heures. Une marche de protestation a commencé dans la ville de Kafr Al-Dawar, une cité industrielle à une poignée de kilomètres d'Alexandrie.

11h54. Des accrochages éclatent entre police et manifestants en présence d'ElBaradei, devant la mosquée al-Azhar du Caire.

11h50. L'opposant Mohamed ElBaradei, rentré jeudi soir en Egypte, participe à la prière hebdomadaire avec 2 000 personnes sur une place publique du centre du Caire.

11h30. L'ONU s'en mêle. La liberté d'expression doit être «totalement respectée» en Egypte, a demandé Ban Ki-Moon en marge du sommet économique de Davos (Suisse). Le secrétaire général de l'ONU a également invité les autorités politiques de la région à considérer cette situation comme une «opportunité à s'engager sur les moyens de répondre aux aspirations légitimes de leurs peuples».

10h30. La police se déploie en masse dans la capitale, selon CNN.

10 heures. Sur Twitter, les messages se multiplient : les réseaux de téléphonie portable sont coupés, seuls les téléphones filaires fonctionnent.

8 heures. Les communications coupées. Le réseau internet est inaccessible, l'information est confirmée dans tous les grands hôtels cairotes contactés par l'AFP.

7 heures. Les réseaux sociaux et les SMS ne passent plus depuis minuit dans certains quartiers du Caire, la capitale. Les Egyptiens s'attendent à ce que les réseaux de téléphonie soient bientôt coupés, comme mardi lors des premières manifestations.

3h30. Les autorités se crispent. Une vingtaine de membres des Frères musulmans, première force d'opposition en Egypte, ont été arrêtés dans la nuit de jeudi à vendredi, dont cinq anciens députés. Un peu plus tôt, cette formation qui représente 5 millions de personnes avait appelé à participer aux manifestations de vendredi.

2h54. Human Right Watch dénonce l'usage disproportionné de la force. L'ONG indique par ailleurs avoir de «vraies préoccupations au sujet de possibles mauvais traitements» dont pourraient faire l'objet les personnes arrêtées dans le cadre des manifestations.

1h40. Un comité de solidarité avec la lutte du peuple égyptien appelle à se réunir ce soir, à 18h30, place de la Fontaine des Innocents, derrière les Halles, à Paris.

Vendredi, 0h07. «La violence n'est pas une solution aux problèmes de l'Egypte», assure Barack Obama. Le président américain s'est livré à un discours ménageant la chèvre et le chou, Moubarak et les réformateurs.

Jeudi, 23h50. Le ministère égyptien de l'Intérieur met en garde les manifestants qui comptent protester de nouveau vendredi. «Le ministère de l'Intérieur affirme que des mesures décisives seront prises pour faire face à de telles actions, en conformité avec la loi», indique un communiqué.
avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: egypte

Message  ivo le Ven 28 Jan - 21:20

La contestation en Egypte, en temps réel
FRANCE INFO - 19:59
Après trois jours de contestations en Égypte, les manifestations ont pris une ampleur sans précédent, notamment au Caire, à Suez et à Alexandrie.
Des manifestations violemment réprimées par la police égyptienne. Puis Hosni Moubarak a instauré un couvre-feu dans toutes les agglomérations et mis l’armée à contribution. Une situation explosive
à suivre ici en temps réel.


21h10
Les Etats-Unis menacent de revoir leur aide, notamment militaire, à l'Egypte, si les autorités s'obstinent à réprimer les manifestations.

20h58

Curieuse scène de manifestants en liesse devant des militaires passifs @AFP/KHaled Desouki

20h51
Un vol d'Air France parti de Paris à destination du Caire, dérouté vers Beyrouth au Liban, à cause du couvre-feu égyptien.

20h46
Le Premier ministre britannique, David Cameron, appelle à "des réformes" en Egypte.

20h45
Le secrétaire d'Etat français au Tourisme, Frédéric Lefebvre, recommande aux voyagistes de suspendre tous les départs à destination de l'Egypte ce samedi. Plus tôt, la compagnie EgyptAir avait annoncé la suspension de ses propres vols au départ du Caire pour 12 heures.

20h34
[Fichier audio] RobertSole.mp3 Visionner

20h29
L'armée égyptienne déloge les manifestants qui tentaient de s'emparer du siège de la télévision publique égyptienne, selon des témoins cités par l'agence Reuters. Malgré l'intrusion, les programmes de la chaîne d'Etat n'auraient jamais été interrompus.

20h16


Image capturée sur Al-Jazeera

20h11
La ministre française des Affaires étrangères Michèle Alliot-Marie appelle à "la retenue" et "au dialogue" en Egypte. "La France exprime sa vive préoccupation face aux manifestations qui
secouent l'Egypte depuis quelques jours et qui ont connu une nouvelle vigueur
ce vendredi", dit-elle dans une déclaration officielle.

20h08
L'Union européenne appelle à la libération immédiate des manifestants égyptiens emprisonnés.

20h03
Plusieurs télévisions Al Djazira et Al Arabia montrent des images d'une colonne de blindés dans les rues du Caire, circulant sous les acclamations de la foule.

20h00
De sources médicales, au moins cinq personnes ont été tuées au Caire, après les manifestations.

19h59
L'agence officielle égyptienne annule l'annonce de l'extension du couvre-feu







avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: egypte

Message  Lib le Ven 28 Jan - 23:01

Pour contourner le blocage du Web, les modems 56K

Lorsque les technologies de pointe ne fonctionnent plus, il reste toujours les anciennes : face au blocage quasi complet du Web en Egypte, en place depuis jeudi 27 janvier au soir, le fournisseur d'accès à Internet français FDN a mis en place une connexion de secours à bas débit à destination des Egyptiens qui disposent d'un modem 28K ou 56K.

"Parce qu'il s'agit bien d'une attaque flagrante d'un Etat contre Internet, FDN a décidé d'ouvrir une petite fenêtre sur le réseau en mettant à disposition de qui le souhaite un compte d'accès RTC [réseau téléphonique commuté]", explique le FAI, connu pour ses engagements en faveur de la neutralité d'Internet ou la liberté d'expression. Les internautes égyptiens peuvent utiliser la ligne +33 1 72 89 01 50 et se connecter avec l'identifiant et le mot de passe "toto" pour accéder à une connexion de secours à bas débit.


Si la quasi-totalité des lignes à haut débit sont coupées en Egypte, le réseau de téléphonie fixe est majoritairement opérationnel, et les connexions bas débit, dites "28K" ou "56K" n'ont pas besoin d'accéder à d'autres réseaux pour fonctionner.

Outre les modems, les activistes du groupe Werebuild, qui centralisent les ressources à disposition des Egyptiens, notent que les réseaux radio "classiques", utilisés par les radio-amateurs, sont également opérationnels.

Les rares Egyptiens qui disposent encore d'un accès à Internet, à bas débit ou via Noor, l'unique FAI encore opérationnel, semblent en tout cas faire preuve d'une grande crainte que leur connexion soit surveillée : d'après les chiffres du projet Tor, le nombre de connexions via ce système très sophistiqué de cryptage ont été multipliées par deux vendredi.

Communiquez ce numéro et mot de passe si vous connaissez des ressortissants égyptiens, et pour celles et ceux qui veulent aider à leur manière les internautes d'Egypte et d'ailleurs, allez sur le site Torpark.

_________________
"Quiconque a un jour bloqué une rocade assez longtemps pour entendre à nouveau le chant des oiseaux sait bien quelle sinistre vie s’interrompt avec le blocage de l’économie."
avatar
Lib

Messages : 1691
Date d'inscription : 16/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: egypte

Message  ivo le Sam 29 Jan - 10:24

Suivez la crise en Egypte

10h14
Le ministère belge des Affaires étrangères recommande d'éviter tout voyage non-essentiel.

10h11
De violents heurts éclatent entre la police et les manifestants à Ismaïliya .

10h00
Un supermarché carrefour de la périphérie du Caire a été pillé.

09h58
Un conseil des ministres va se réunir à midi, heure locale, au cours duquel la démission du gouvernement sera présentée.

09h23
Un journaliste d'Al Djazira dit avoir vu plus de 20 cadavres à Alexandrie.

09h16
L'accès internet, coupé depuis vendredi, n'est toujours pas rétabli.

09h09
La police égyptienne tire à proximité de manifestants rassemblés dans des rues menant à la Place Tahrir, dans le centre du Caire. On ignore s'il s'agit de balles réelles ou en caoutchouc.

09h07
Les services de téléphonie mobile sont partiellement rétablis.

08h39
Plusieurs centaines de manifestants se rassemblent dans le centre du Caire pour réclamer le départ du président Moubarak.

03h51
[Veille] L’hôte met cet événement en direct en mode veille.

00h39
Moubarak doit agir "concrètement" en faveur de réformes politiques (Obama)

00h38
Obama met en garde le gouvernement égyptien contre l'usage de la violence

00h36
Le peuple égyptien jouit de droits universels, affirme Obama

00h31
L'armée égyptienne prend le contrôle de la place Tahrir, dans le centre du Caire. Les manifestants fuient.

00h28
Obama a parlé au président Moubarak vendredi pendant 30 minutes.

samedi 29 janvier 2011

23h39
Moubarak promet des "nouvelles mesures" pour la démocratie, l'emploi, l'éducation, la santé et une hausse du niveau de vie.

23h28
Moubarak annonce un nouveau Premier ministre et un nouveau gouvernement.

23h23
Moubarak à la télévision publique égyptienne : le peuple a des aspiration légitimes en terme de démocratie, d'emploi, de lutte contre la pauvreté. Il dit comprendre les souffrances du peuple. Cependant, ajoute-t-il, ils ne seront pas réglés dans la violence et le chaos.

23h15
[Fichier audio] 'incertitude en Egypte (E. Monin).mp3 Visionner

23h13
Hosni Moubarak doit prononcer "sous peu" un discours à la télévision publique égyptienne.

22h44
[Fichier audio] Manif Paris par Sandrine Etoa.mp3 Visionner

22h29
Dans la ville de Suez, les affrontements on fait 13 morts et 75 blessés vendredi selon des sources médicales.

22h23
Le président du Parlement égyptien annonce qu'"une affaire d'importance sera annoncée dans de brefs délais", selon la télévision satellitaire.

22h22
Nouveau bilan : 1.030 blessés au Caire et dans sa périphérie (sources médicales). Il y aurait aussi cinq morts dans la capitale.

22h20
Les voyagistes français ont décidé de suspendre tous les départs pour l'Egypte ce week-end. Les tour-opérateurs tentent de trouver des solutions pour rapatrier les touristes français qui sont déjà sur place. Les voyageurs peuvent reporter leur voyage sans frais, sur l'Egypte ou sur une autre destination. Environ 4.000 Français seraient en vacances en Egypte à ce jour.

22h15
[Fichier audio] Le point au Caire (Claude Guibal).mp3 Visionner

22h08
Des manifestants ont fait une chaîne humaine autour du musée national du Caire, pour empêcher les pillages, selon la chaîne de télévision Al-Jazira.

22h07
Les évènements en Egypte font boire la tasse à Wall Street. La bourse de New-York subit ce soir sa plus forte baisse depuis novembre. Le Dow Jones a perdu 1,48% et le Nasdaq chute de 2,48%
.



France Info Edition spéciale : retrouvez nos invités

FRANCE INFO - 09:44
Le pays s’est embrasé depuis quatre jours, les émeutes ont provoqué la mort de près de trente personnes et des milliers de blessés. Au bord de l’explosion, l’Égypte craint un scénario à la tunisienne. Au centre des questions, le rôle de l’armée, des Etats-Unis et de la rue...

Après quatre jours de manifestations au Caire, à Suez, à Alexandrie et à Mansoura, le président Hosni Moubarak s’est adressé hier soir à son peuple lors d’une allocution télévisée. Il a souhaité que l’Égypte entre dans la voie des réformes politiques et économiques. Et réaffirmé sa détermination à assurer la stabilité du pays.

Le président a annoncé la formation d’un nouveau gouvernement dès aujourd’hui. Mais la rue continue de réclamer son départ.

Pour commenter la situation, nous recevons plusieurs invités tout au long de cette édition spéciale.

Antoine Basbous, de l’Observatoire des pays arabes.
Antoine Basbous, directeur de l’Observatoire des pays arabes, invité de la rédaction ce matin. Il répond aux questions de Célyne Bayt-Darcourt. (4'48")

Pour lui, “le règne d’Hosni Moubarak est en train de vaciller”. Même si la nuit a été plutôt calme, les promesses faites par le président égyptien ne vont pas calmer les manifestants.

"L’arbitre dans ces événements, ce sera l’armée." Mais le président contrôle-t-il encore les militaires ? C’est toute la question ? Selon Antoine Basbous, l“’armée interviendra en termes d’intérêt de l’Etat et pas en tenant compte des intérêts de la famille Moubarak”.

Le rôle des Etats-Unis : Au plan international, les États-Unis, qui aident l’Egypte à hauteur de 2 milliards de dollars par an, ont sans doute précipité l’intervention du rais. Et selon le directeur de l’Observatoire des pays arabes, les États-Unis sont désormais prêts à lâcher Moubarak.

Bernard Botiveau, chercheur au CNRS, rattaché à l’Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman (IRAM) d’Aix-en-Provence
Bernard Botiveau, chercheur au CNRS, rattaché à l’Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman (IRAM) d’Aix-en-Provence (6'12")

La situation est comparable avec la révolte en Tunisie, par la vitesse des événements et la mobilisation de la population, mais les enjeux politiques internes et régionaux sont différents en Egypte. Le pays a en effet un rôle clé dans la région, dans la stratégie occidentale et surtout américaine.

La première allocution publique de Hosni Moubarak hier soir est le signe que "le président égyptien ne peut plus ternir la situation en main" et qu’il est contraint de faire dans l’urgence des réformes. Mais pour Bernard Botiveau, "Hosni Moubarak n’est pas en train de lâcher le pouvoir pour le moment".

Bernard Botiveau souligne la situation particulière de l’Egypte, qui vit en état d’urgence depuis 30 ans, ce qui se traduit au quotidien pour les Egyptiens par des emprisonnements politique, de la censure sur les journaux et des mesures attentatoires aux libertés publiques. L’opposition est quasi inexistante. Le prétexte à cet état d’urgence avancé par le gouvernement est la crainte d’une tentative de déstabilisation des mouvements islamistes et notamment des Frères musulmans.

L’armée est dans un rôle d’arbitre sur les questions de changement de gouvernement, voire de régime. Et la question est de savoir si elle va lâcher Hosni Moubarak. C’est peu probable aujourd’hui, estime Bernard Botiveau.

Pour lui, on n’en est qu’au début d’un long processus. Il a fallu un mois en Tunisie. Pour l’instant en Egypte, la population n’a pas encore énormément bougé, quelques dizaines de milliers de manifestants pour l’instant. On est loin des deux millions de manifestants qu’à déjà connu le Caire par le passé.

Quelle est la crédibilité de Hosni Moubarak. La question de sa succession se posait déjà avant le début de cette crise. Il se disait qu’il n’en avait plus que pour 2 ans. Son fils est pressenti, mais l’armée n’accepte pas l’idée. Il a donc peu de chance, selon Bernard Botiveau.
avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: egypte

Message  ivo le Sam 29 Jan - 10:43

Comment contourner la censure en Egypte ?
http://www.slate.fr/story/33411/comment-contourner-la-censure-en-egypte
Face à la montée de la contestation, Moubarak a décidé de couper l'accès à Internet. Les internautes égyptiens cherchent désormais à contourner la censure.

Depuis le jeudi 27 janvier 22h30, la majeure partie de l'Internet égyptien ne répond plus. Après avoir bloqué mardi l'accès aux réseaux sociaux (Twitter, Facebook), l'État Égyptien a tout simplement décidé la coupure quasi-totale du réseau à l'intérieur du pays (voir ce visuel assez évocateur).


Comment les autorités égyptiennes sont-elles parvenues à établir cette censure? Peut-elle être contournée ?

Jusqu'à présent, l'État égyptien s'était contenté de méthodes de filtrage classique empêchant l'accès aux réseaux sociaux, qui servaient aux manifestants pour s'organiser et cordonner leurs manifestations. Mais ce filtrage était imparfait, si le site public de Twitter ou Facebook était bien inaccessible, les applications sur téléphones mobiles notamment continuaient de permettre d'y accéder.

En prévention de la journée test de ce vendredi 28 janvier, le gouvernement a donc décidé d'aller beaucoup plus loin en interdisant aux quatre principaux fournisseurs d'accès (FAI) d'établir des connexions à l'intérieur ou à l'extérieur du pays. Alors qu'en France, nous comptons une centaine d'opérateurs, en Egypte, ces quatre opérateurs privés bénéficient du quasi-monopole sur le trafic internet. Entièrement soumis à l'exécutif, ils n'ont opposé aucune résistance à la requête d'Hosni Moubarak, plongeant ainsi dans le noir la grande majorité des internautes égyptiens.

Quasiment «historique», selon Benjamin Bayart, président de la French Data Network, un des fournisseurs d'accès historiques français, puisque contrairement à la Tunisie où Internet avait été coupé pour les particuliers mais restaient accessible pour les entreprises, ou en Iran, où le gouvernement avait joué sur le ralentissement du débit pour en limiter l'utilisation Là, le «blackout» toucherait 88% de l'internet égyptien. Unique exception : le fournisseur d'accès (le Groupe Noor) hébergeant le site de la bourse égyptienne aurait échappé à la censure. Seule la Birmanie avait osé aller aussi loin jusqu'à présent.

Comment le gouvernement égyptien a procédé? En ordonnant aux fournisseurs d'accès d'interrompre l'accès aux protocole BGP (Border Gateway Protocol) et DNS. Pour faire simple, l'Internet égyptien n'émet plus d'adresse IP et n'a plus de «routes» pour accéder à Internet. Les ordinateurs sont reliés physiquement à Internet puisqu'il n'y a pas eu de destruction matérielle mais les IP ne répondent plus, les routeurs internationaux sont coupés. 3500 routes ont été ainsi retirées sans laisser de chemin valide. Un peu comme si on avait supprimé tous les panneaux d’indications d’un système routier.

Les autorités égyptiennes ont également suspendu les réseaux de téléphonie mobile.

Mais si le réseau haut-débit ne répond plus, il reste cependant le bon vieux réseau analogique de liaison radio amateur qui peut permettre de contourner partiellement cette censure. La situation est assez similaire à celle des résistants pendant la seconde guerre mondiale, la problématique de communication et les risques sont les mêmes, à savoir que ce type de radio sont très facilement localisables pour la police. Telecomix, un groupe d'hacktivistes suédois multiplie ainsi les passerelles afin «d'acheminer les IP» des Egyptiens qui utilisent ce genre de radio amateurs.

Le gouvernement n'ayant pas encore osé éteindre l'intégralité du réseau téléphonique, avec une ligne fixe et un modem 56k, les Egyptiens peuvent aussi accéder au web. Notamment grâce à FDN, qui vient de lancer un réseau téléphonique commuté permettant aux Egyptiens capables de joindre la France par téléphone, d'accéder à Internet. Malheureusement, la bande passante reste très limitée.

Enfin pour les journalistes et les élites du pays, il reste le réseau satellitaire mais qui demeure trop onéreux pour représenter une véritable solution alternative.

Ce black-out de l’Egypte sur elle-même représente une solution d'urgence qui aura de toute manière dû mal à être soutenu sur le long terme. La Birmanie avait réussi à le maintenir durant deux semaines mais n'avait pas les mêmes besoins politico-économiques que l'Egypte. Internet est tellement intégré la société et à l'économie égyptienne que les pertes seront considérables. Si le groupe Noor qui héberge la bourse égyptienne a été épargné, des hackers parlaient aujourd'hui de lancer des attaques DDOS afin de le faire tomber.

Les autorités devront aussi mesurer que si l’Internet représente un contre-pouvoir au régime tunisien, il est aussi une soupape de sécurité. Nul doute que la censure des réseaux risque de faire monter un peu plus le niveau d'exaspération de la société.


liens sur la page.
avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: egypte

Message  ivo le Sam 29 Jan - 12:52


Suivez la crise en Egypte



12h36
Sami Anan, chef d'Etat Major égyptien, écourte sa visite aux Etats-Unis pour rentrer en Egypte.

12h28
La durée couvre-feu est allongée au Caire, à Alexandrie et à Suez. Il court désormais de 16 h à 8 h (heure locale).

12h24
L'Union européenne appelle à l'arrêt des violences et des effusions de sang.

12h21
L'agence Reuters estime à au moins 74 le nombre de personnes tuées en Egypte, même si aucun bilan officiel n'est disponible pour l'heure. Il y aurait eu 2000 blessés.

12h05
A Rafah, le siège de la sûreté de l'Etat a été attaqué. Trois policiers ont été tués.

11h49
Le gouvernement a démissionné selon la télévision d'Etat.

11h45
Des balles réelles ont été utilisées dans les affrontements entre policiers et manifestants à Alexandrie.

11h36
Le Parti Communiste Français (PCF) dénonce le "silence complaisant et scandaleux" de Nicolas Sarkozy.

11h21
Une centaine de personnes se rassemblent devant la morgue de Suez, où le nombre de victimes est actuellement évalué à 13.

11h16
Trente cadavres, dont ceux de deux enfants, ont été amenés à l'hôpital El Damardach du Caire, après les manifestations de ces deux derniers jours.

11h09
L'Iran appelle les dirigeants égyptiens à se soumettre aux exigences des manifestants en "quête de justice".

11h05
Selon la télévision publique égyptienne, les contrevenants au couvre-feu et les manifestants s'exposent à des "procédures judiciaires".

10h54
Les forces armées égyptiennes invitent la population à ne pas se rassembler et à respecter le couvre-feu.

10h49
L'opposant au régime Mohammed El Baradei déclare à France 24 : "Moubarak doit partir".

10h23
La Chine censure le mot "Egypte" sur plusieurs sites de micro-blogging. Le parti communiste au pouvoir se méfie des revendications démocratiques
.
avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: egypte

Message  ivo le Sam 29 Jan - 14:11

Egypte : nouvelles manifestations et démission du gouvernement
FRANCE INFO - 12:59
Comme promis le gouvernement égyptien a démissionné ce midi. Mais les Égyptiens, peu convaincus par les promesses du président Moubarak hier soir, continuent de manifester au Caire, mais aussi à Suez et à Alexandrie, où des tirs de la police à balles réelles ont été signalés. Une trentaine de personnes seraient mortes depuis le début de ces émeutes.
Des milliers de manifestants convergent et se rassemblent depuis ce matin sur la place Tahrir dans le centre du Caire. Ils n’ont apparemment pas été convaincus par les promesses de réformes formulées hier soir par le président Hosni Moubarak. Et ils réclament toujours son départ. Certains reconnaissent que son discours est une étape.

L’armée égyptienne, qui s’est déployée hier soir dans les rues du Caire, a invité la population à ne pas organiser de rassemblements et à respecter le couvre-feu imposé hier. Les militaires égyptiens se sont postés ce matin aux principaux carrefours et près des bâtiments officiels. La police, elle était absente du centre-ville ce matin.

Dans les rues du Caire, les soldats encouragent et sympathisent avec les manifestants. Des scènes décrites par Claude Guibal, la correspondante de France Info au Caire. (0'52")

On a également appris que le chef d’état-major est revenu ce matin au Caire. Il était aux Etats-Unis où il conduisait une délégation militaire. La question est de savoir si l’armée va continuer à soutenir Hosni Moubarak.

Tirs de la police à balles réelles à Alexandrie
Le centre ville du Caire ressemble à un champ de bataille, avec des barrières en métal et des carcasses de voitures calcinées. Le siège du parti présidentiel est toujours en flammes et une épaisse fumée noire continue de s’en échapper.

Un supermarché du géant français Carrefour a été pillé à la périphérie du Caire par des dizaines de personnes.

Des témoins rapportent que des balles réelles ont été utilisées ce matin par des policiers, lors d’affrontements avec des milliers de manifestants à Alexandrie.
Des heurts violents ont aussi été signalés entre des manifestants et la police à Ismaïliya, sur le canal de Suez.


Les services de téléphonie mobile ont été partiellement rétablis ce matin, après un blackout de 24heures ordonné par le gouvernement pour tenter d’empêcher les manifestants de se regrouper. Les services de l’opérateur britannique Vodafone, un des plus importants en Egypte avec plus de 25 millions d’abonnés, fonctionnaient. En revanche, les communications des autres opérateurs restaient bloquées, ainsi qu’Internet.

Bilan incertain
Le bilan des émeutes de ces derniers jours s’élève à au moins 24 morts et plus d’un millier de blessés. La chaîne de télévision arabe, Al Djazira indique que plus de 20 cadavres ont été vus à Alexandrie
.

Trente cadavres auraient également été amenés hier à l’hôpital El Damardach du Caire. Parmi ces corps figuraient ceux de deux enfants âgés de quatre et sept ans.

Et puis à Suez, une centaine de personnes se sont rassemblées ce matin devant la morgue de la ville où, selon elles, se trouvent les cadavres de 12 personnes tuées la veille lors des manifestations hostiles au gouvernement.

Une centaine de manifestants ont défilé aujourd’hui dans la principale artère de la ville en scandant des slogans hostiles au gouvernement mais l’ampleur de la mobilisation était sans commune mesure avec les manifestations des jours précédents.

Démission du gouvernement égyptien
Le gouvernement égyptien a officiellement présenter sa démission un peu avant midi ce samedi lors d’un conseil des ministres. Un nouveau cabinet doit être formé très rapidement, selon un porte-parole.

L’opposant Mohamed ElBaradei a demandé ce matin sur France 24 le départ du président Moubarak et a indiqué qu’il "redescendrait dans la rue aujourd’hui pour contribuer à apporter un changement".

Mohamed ElBaradeï, assigné chez lui à résidence, entend retourner manifester aujourd’hui. Il s’exprimait ce matin sur France 24. (1'34")


Suivez la crise en Egypte

14h08
L'armée annonce via la télévision publique que "quiconque violera le couvre-feu sera en danger".

13h55
Jean Ping, président de l'Union Africaine, s'est dit "préoccupé" par la situation en Egypte.

13h34
Les Frères musulmans appellent à une passation pacifique du pouvoir

13h25
La Bourse du Caire sera fermée dimanche en raison des manifestations, annonce l'autorité des marchés égyptiens.

13h09
38 morts dans les manifestations et les émeutes hier en Égypte, selon des sources officielles au sein du ministère de la Santé.
avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: egypte

Message  niouze le Sam 29 Jan - 18:24

Michèle Alliot-Marie avait proposé le recours au « savoir-faire » de la France pour le maintien de l'ordre en Tunisie. En Egypte, c'est une formation à la « gestion des foules et des grands événements » qui a été dispensée à la mi-octobre par deux policiers français à leurs homologues égyptiens.

L'annonce de cette petite formation figure toujours sur le site de l'Ambassade de France au Caire, plus discret sur le soulèvement du peuple égyptien. (Voir capture d'écran)


Capture d'écran du site de l'ambassade de France au Caire

L'organisation des services d'ordre et de rétablissement de l'ordre était au programme de la formation dispensée au Caire, au
profit de vingt officiers des services d'ordre public et de la sécurité
d'Etat égyptiens, par deux officiers de police français.

Egalement au programme de la formation : l'examen de cas pratiques et les règles déontologiques.

C'est le Caire qui avait vu dans la France l'interlocuteur opportun pour lui enseigner « la gestion des foules et des grands événements ». Cette petite information prend un relief particulier lorsque l'on constate que les affrontements entre force de sécurité et manifestants ont fait environ 100 de morts sur le sol égyptien.

Contacté ce samedi, le cabinet, place Beauvau, a promis de revenir vers Rue89 pour donner de plus amples informations sur ces programmes de coopération en matière de sécurité intérieure.

Ceux-ci sont désormais mieux connus, depuis que Michèle Alliot-Marie avait proposé les services de la France le 11 janvier au régime de Ben Ali qui vivait alors ses dernières heures et qui avait fait plusieurs morts.
Par Chloé Leprince | Rue89 | 29/01/2011 | 16H12

_________________
"Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça." coluche
avatar
niouze

Messages : 5023
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 12 1, 2, 3 ... 10, 11, 12  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum