Derniers sujets
» droites extremes
par niouze Hier à 12:21

» la police s'étonne qu'on ne l'aime pas
par niouze Lun 24 Juil - 13:13

» Etats-Unis
par ivo Lun 10 Juil - 13:50

» Black Blocs
par ivo Lun 10 Juil - 13:45

» Syrie
par ivo Lun 10 Juil - 13:41

» immigration ...
par ivo Lun 10 Juil - 13:31

» ... G20 ...
par ivo Lun 10 Juil - 8:15

» turquie information
par ivo Lun 10 Juil - 8:07

» armement><désarmement
par ivo Lun 10 Juil - 8:00

» burundi
par ivo Dim 9 Juil - 9:17

» Today's joke
par ivo Dim 9 Juil - 9:00

» U.E.
par ivo Dim 9 Juil - 8:58

» Réflexion sur la peine de mort
par ivo Dim 9 Juil - 8:46

» esclavage
par ivo Dim 9 Juil - 8:44

» Corée du nord
par ivo Dim 9 Juil - 8:36

» egypte
par ivo Dim 9 Juil - 8:19

» GRAVOS & FRIENDS
par ivo Sam 8 Juil - 13:07

» blancs comme neige ^^
par niouze Sam 8 Juil - 11:40

» les "joies" du sport ...
par ivo Sam 8 Juil - 9:39

» pape, cathos, vatican et autres ....
par ivo Sam 8 Juil - 9:10

» sexisme ... encore et toujours ...
par ivo Sam 8 Juil - 8:57

» Salvador
par ivo Sam 8 Juil - 8:49

» les photos d'actus - l'info en résumé
par ivo Sam 8 Juil - 8:03

» internet , technologie, ...
par ivo Sam 8 Juil - 7:56

» la phrase du jour
par ivo Sam 8 Juil - 7:46

» Découvrir la Techno.
par ivo Ven 7 Juil - 13:09

» macronie
par ivo Ven 7 Juil - 7:52

» état d'urgence et autres restrictions....
par ivo Ven 7 Juil - 7:50

» Necronomacron
par ivo Ven 7 Juil - 7:49

» R.I.P. .......................
par ivo Jeu 6 Juil - 13:40

» vite, je vais vomir ...
par ivo Jeu 6 Juil - 10:20

» racisme quotidien
par ivo Jeu 6 Juil - 9:22

» flicage total du net
par ivo Jeu 6 Juil - 8:08

» Nucléaire mon amour ...
par ivo Mer 5 Juil - 8:04

» monde - stupéfiants
par ivo Mar 4 Juil - 8:52

» homophobie dans le monde ...
par ivo Dim 2 Juil - 8:50

» "stupéfiants"
par ivo Sam 1 Juil - 9:45

» No Futur - l'espace au 21° siecle
par ivo Sam 1 Juil - 9:17

» salaires
par ivo Sam 1 Juil - 9:04

» No Futur - la terre au 21° siecle
par ivo Sam 1 Juil - 8:58

» RDC >>>
par ivo Sam 1 Juil - 8:55

» Iran >>>
par ivo Sam 1 Juil - 8:36

» médias ? quels médias ??
par ivo Sam 1 Juil - 8:19

Grèce Ελλάδα πληροφορία γενικός

Page 4 sur 18 Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 11 ... 18  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Grèce Ελλάδα πληροφορία γενικός

Message  Invité le Sam 8 Mai - 17:56

Votre optimisme fait... froid dans le dos...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Grèce Ελλάδα πληροφορία γενικός

Message  niouze le Mar 11 Mai - 1:22


À propos des événements du 5 mai en Grèce



En attendant la nouvelle journée de manifestation conjointe contre les mesures d’austérité annoncée aujourd’hui et prévue mercredi à Athènes par les deux centrales syndicales du public et du privé…




Quelques éléments de contexte



1. Le 5 mai, trois personnes ont perdu la vie dans l’incendie de la banque Marfin, dans le centre d’Athènes, pendant l’une des plus grandes manifestations qu’ait jamais vu la capitale de la Grèce.



2. 200'000 personnes ont participé. Pour la première fois, même le parti communiste, habituellement patriote, sectaire et légaliste, a rejoint les dizaines de milliers de manifestants qui tentaient d’envahir le Parlement réuni en assemblée. Son secrétaire général a même été forcé de reconnaître ultérieurement que le bloc communiste avait été victime d’une provocation de la part des fascistes, qui agitaient des drapeaux rouges et ont été enregistrés en train d’appeler à la destruction par le feu du Parlement.



3. Les employés des grands médias étaient tous en grève. Aucune information concernant la mobilisation n’a été donnée pendant la matinée. Aussitôt que la mort des trois employés de la banque Marfin a été annoncée, la grève a été levée.



4. Le manager de la banque Marfin située rue Stadiou a menacé les employés de licenciement s’ils prenaient part à la grève générale et ne pointaient pas à la banque, qui s’est avérée ne disposer d’aucune issue de secours ni de matériel pour assurer la sécurité du personnel en cas d’incendie.



5. Vgenopoulos est un ambitieux grand capitaliste financé entre autres, par des capitaux arabes [Des Émirats ?, NDT], acheteur de la compagnie aérienne Olympic Airlines, PDG du fonds d’investissement Marfin, souvent célébré dans les médias et les sondages en tant que «solution aux problèmes économiques grecs».


et un texte plein de sagesse
À propos des événements du 5 mai



En décembre 2008, durant les émeutes qui ont suivi le meurtre d’Alexandros Grigoripoulos, le milieu anarchiste anti-autoritaire répondait aux appels fascistes des médias prônant le retour à la loi et à l’ordre par le slogan : «Vous parlez de vitrines, nous parlons de vies».



Une dangereuse tolérance pleine d’hypocrisie autorise maintenant certains à parler du manque d’installations anti-incendie dans la banque, une distorsion orwellienne de la réalité leur permettant d’évoquer la mort tragique de trois travailleurs comme s’il s’agissait d’un accident domestique.



Ne comprenons-nous pas qu’il s’agit exactement du même discours que tient l’OTAN lorsqu’il est question de «dommages collatéraux» ? Ne voyons-nous pas que les protestations contre le cynisme — peu surprenant — d’un homme d’affaires ayant forcé les employés à rester à l’intérieur de la banque, ne lavera aucune main du sang qu’elle porte ?



Ne comprenons-nous pas qu’en utilisant les tactiques de la Bête, on finit par devenir bien trop proche d’elle ?



Dans une manifestation qui s’est tenue le 6 mai au centre de Thessalonique, à laquelle appelait le syndicat des médecins de l’hôpital public et les syndicats «du premier degré», une des nombreuses manifestations s’opposant à l’attaque sans précédent subie par les conventions collectives et les droits des travailleurs, touchant aux salaires, à la protection sociale et aux retraites afin de satisfaire les prescriptions économiques des banquiers du FMI et de l’UE, beaucoup d’anti-autoritaires à l’arrière de la manifestation répétaient ce slogan : «C’était un meurtre, nous ne nous faisons aucune illusion : l’État et Vgenopoulos ont assassiné les travailleurs». Pour certaines personnes, la facilité de cette conclusion est en effet confortable : «L’État et Vgenopoulos tuent des travailleurs». Pourtant, réalisent-ils ce que cela signifie vraiment ? Et quelles sont les conséquences de ce vœu pieux ?



Nous ne savons absolument pas ce qui s’est passé exactement à la banque Marfin dans l’après-midi du 5 mai. Ce que nous savons de manière sûre est que lorsque nous avons appris cette tragique nouvelle, personne dans nos cercles n’était en mesure de réfuter, avec une certitude absolue, le verdict des médias. Et cela était tout aussi tragique. Parce que si nous ne pouvons rendre inconcevable (et en premier chef pour nous-même) le fait que ces événements n’ont rien à voir avec les personnes de notre milieu, alors nous avons déjà préparé le terrain pour de telles tragédies (que ce soit au travers d’une irresponsabilité fatale, d’une malveillance retorse ou de stratégies périlleuses).



Dans un soulèvement général, il se peut que des morts adviennent dans des circonstances incontrôlables. C’est arrivé à Los Angeles, c’est arrivé en Argentine. Personne n’a jamais reproché la responsabilité de ces morts à un mouvement politique organisé de dissidence. Le simple fait que le meurtre de trois personnes dans la banque Marfin soit associé à l’anarchisme signale la grande responsabilité des anarchistes. Qui peut vraiment ignorer la complaisance des pratiques d’avant-garde envers des logiques qui méprisent la vie ? Bien sûr, les anarchistes sont expérimentés, ils ont brûlé tant de banques sans qu’aucune vie ne soit mise en danger. Bien sûr, Vgenopoulos a forcé les travailleurs à rester à l’intérieur, en ne disposant d’aucune protection anti-incendie. Qu’importe ce que l’on dira, la question de la responsabilité ne peut être évitée. Si même un minuscule nombre de personnes qui se définissent comme des anarchistes sont assez irresponsables pour brûler un bâtiment à l’intérieur duquel se trouvent des gens, nous devons nous demander comment cette irresponsabilité a été permise et cultivée. Si, et c’est encore pire, nous avons préparé un terrain favorable à l’acte de provocation le plus grave de la Grèce d’après les colonels , alors les conséquences à long terme dépassent de loin la tragédie que sont ces trois meurtres.



La réponse à cela ne doit pas être l’apaisante déclaration : l’ennemi n’a aucun scrupule. Nous sommes conscients de ce qui a eu lieu Piazza Fontana à Milan, et à la Scala de Barcelone. La réponse réside dans l’opposition grandissante, qui, dans la mutualité, la solidarité et dans un esprit de communauté et de camaraderie, s’enracine à travers lieux et groupes dans l’ensemble du pays, dans un dur et laborieux travail. La réponse réside dans la lutte collective pour la vie, et non pour la mort.

Signé par les Éditions-Revue Panopticon, Éditions des Étrangers, Éditions Stasei Ekpiptones, Le Poivre Noir d’Euboia, Journal Nyktegersia, Éditions Exarcheia (et diffusé sur la liste Radical Europe).

Traduit de l’anglais pour le JL, 10 mai 2010.

http://juralibertaire.over-blog.com/

_________________
"Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça." coluche
avatar
niouze

Messages : 5026
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grèce Ελλάδα πληροφορία γενικός

Message  niouze le Ven 21 Mai - 22:09

Selon Indymedia Athènes cette nuit de mercredi la police antiémeute a investi massivement Exarchia — certaines unités prenant position rue Mesollogiou, un des principaux axes piétonniers du quartier.



Contrôles d’identité dans les bars. «Peu» d’arrestations signalées (…)



Traduit de l’anglais (After The Greek Riots)
à l’arrache par nos soins, 19 mai 2010.
jura libertaire

Infos sur la grève générale du 20 mai en Grèce

À Exarcheia, la police a bloqué deux centres sociaux (le centre social Nosotros et le bureau des Archives anarchistes) afin d’empêcher les gens de se joindre à la manifestation (!). Au moment où nous écrivons (13h50 GMT +2) le siège continue.

La police a arrêté beaucoup de personnes tout au travers de la ville, très difficile de savoir combien. Un groupe d’étudiant.es de l’école Polytechnique a été arrêté alors qu’ils/elles quittaient leur établissement ; dans la rue Tritis Septemvriou la police anti-émeute aurait également violemment frappé des retraité.es [pensioners] qui se préparaient à rejoindre la manifestation.
jura libertaire
Grèce : nouvelle grève générale et manifestations contre la rigueur


Près de 20'000 manifestants selon la police, plus du double selon les syndicats, ont manifesté dans le calme jeudi à Athènes à l’occasion de la quatrième grève générale organisée contre l’austérité et une réforme des retraites, ont constaté des journalistes de l’AFP.



Les manifestants se sont dispersés en milieu d’après-midi après s’être rendus devant le parlement à l’appel des deux grandes centrales du pays, la Confédération générale des travailleurs de Grèce (GSEE, 1 million d’adhérents) et la Fédération des fonctionnaires (ADEDY, 370'000 membres).





Cette manifestation a été moins suivie que lors de la précédente grève générale du 5 mai, selon les journalistes de l’AFP.

Ce dernier rendez-vous avait été endeuillé par la mort de trois employés de banque asphyxiés dans l’incendie de leur établissement par des casseurs.

Un premier cortège organisé par le Pame, front syndical du Parti communiste (KKE-ultra orthodoxe) avait, selon une source policière, défilé en fin de matinée quelque 4000 personnes jusqu’au ministère du Travail, dans le calme et sous des calicots appelant à «Résister» et à «mettre fin à la politique anti-populaire».

«Tous en lutte» et «les retraites ne doivent pas être soumises au marché», proclamaient des banderoles dans le principal cortège syndical, protestant contre la thérapie de choc prescrite au pays en échange du sauvetage financier du pays par l’UE et le FMI.

Les mesures la cure incluent une réforme des retraites allongeant la durée du travail et réduisant le montant des pensions, qui doit être soumise au vote du parlement d’ici la fin du mois. La GSSE et l’Adedy en ont exigé le retrait dans une déclaration commune, s’engageant à «la poursuite de la lutte».

À Salonique, deuxième ville du pays située au nord, les manifestations ont rassemblé quelque 5000 personnes, selon une source policière.

À Athènes, la police a procédé à une trentaine d’interpellations de présumés fauteurs de trouble aux abords du quartier contestataire d’Exarchia.

Avec quelque 1700 policiers déployés dans le centre, les autorités «ont renforcé le dispositif de sécurité pour éviter la répétition du drame du 5 mai», a indiqué à l’AFP le porte-parole de la police Thanassis Kokalakis.

Selon les analystes politiques, la mort des trois employés de banque pourrait dans l’immédiat relâcher la pression dans la rue, dans l’attente d’une rentrée sociale tendue en septembre.

Dans un communiqué, la GSEE s’est prévalue d’une forte participation à la grève, de 70% dans l’industrie et les grandes entreprises de service public à 100% dans les raffineries, et ports où les bateaux sont restés à quai.

À Athènes, métros, bus et trolleys étaient à l’arrêt, et un seul train devait circuler par destination.

Le trafic aérien international était en revanche assuré, les contrôleurs aériens ayant décidé de ne pas participer au mouvement face à «la dégradation de la situation dans le secteur touristique». La grève n’affectait que quelques petits aéroports insulaires.

Le fonctionnement des écoles était assuré au cas par cas, tandis que nombre de banques privées étaient ouvertes dans le centre d’Athènes.

À l’exception des employés de la télévision publique, les journalistes ne se sont pas pas ralliés à la grève, mais leurs syndicats ont prévu un arrêt de travail de 24 heures la semaine prochaine.

Par la voix de son porte-parole, Georges Pétalotis, le gouvernement socialiste a exclu mercredi de reculer sur le plan de redressement, réitérant que la seule alternative était la «banqueroute» du pays.

Grâce au versement d’une première tranche de 20 milliards d’euros des prêts d’un montant total de 110 milliards sur trois ans, la Grèce venait de s’acquitter d’une échéance de remboursement de sa dette, qui caracole à quelque 300 milliards d’euros.



AFP), 20 mai.

_________________
"Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça." coluche
avatar
niouze

Messages : 5026
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grèce Ελλάδα πληροφορία γενικός

Message  spike le Ven 25 Juin - 11:58



Athènes: un mort dans un attentat au colis piégé
3 réactions

Jeudi soir, devant les bureaux du ministère touché par l'attentat. (REUTERS)

Un attentat au colis piégé a frappé pour la première fois jeudi soir le coeur de l’appareil sécuritaire grec, les bureaux du ministre de la Protection du citoyen chargé de la police, provoquant la mort du chef de la sécurité du ministre.

La victime a été identifiée comme étant Georges Vassilakis, 52 ans, dans le bureau duquel s’est produit l’explosion, qualifiée de «très forte», de source policière, à quelques mètres du bureau du ministre, Michalis Chryssohoïdis, présent au ministère au moment de l’explosion.

Le Premier ministre Georges Papandréou a affirmé qu’il s’agissait d’une «attaque terroriste», exprimant «la douleur et l’indignation de chaque citoyen grec».

«Alors que notre pays et notre peuple livrent une bataille quotidienne pour sortir de la crise, de lâches assassins veulent nuire à notre démocratie (…) ils auront la réponse qu’ils méritent non seulement de l’Etat, mais de l’ensemble de la société», a-t-il ajouté, cité par un communiqué.

«Nous n’avons pas peur, nous continuons la lutte», a affirmé M. Chryssohoïdis devant les caméras, à l’entrée du ministère. «Personnellement, j’ai perdu un collaborateur précieux et aimé», a-t-il ajouté, manifestement sous le choc.

Climat social très tendu

L’explosion a eu lieu au 7e étage du ministère, un imposant bâtiment abritant aussi le siège de la police, sur une grande avenue périphérique d’Athènes. Elle a causé d’importants dommages aux bureaux proches, selon une source policière.

Les médias grecs se perdaient en conjectures pour comprendre comment le colis avait pu passer les contrôles, en principes draconiens, à l’entrée. L’enquête a été confiée à la brigade antiterroriste, dont le chef s’est rendu sur les lieux, a-t-il indiqué.

L’attentat, qui intervient sur fond de climat social très tendu en Grèce, face à la thérapie de choc infligée au pays pour le sauver de la banqueroute, a en tout cas visé une figure emblématique de la lutte antiterroriste grecque.

M. Chryssohoïdis était chargé du même portefeuille à l’époque du démantèlement en 2002 du groupe «historique» grec du 17 Novembre, responsable d’une vingtaine d’assassinats depuis 1975.

Bavure en décembre 2008

Le ministre, qui a affirmé sa volonté de reprendre en main une police accusée d’inefficacité sous le précédent gouvernement conservateur, a été aussi crédité du récent coup porté au groupe Lutte Révolutionnaire (EA). Six membres présumés, dont l’un revendiquant la direction du groupe, ont été arrêtés début avril, et un arsenal saisi.

Figurant sur la liste des organisations terroristes de l’Union européenne et des Etats-Unis, EA a revendiqué depuis 2003 15 attentats, dont un mitraillage de policiers dans lequel un policier a été grièvement blessé en janvier 2009. Le groupe à la réthorique d’extrême gauche avait aussi signé un attentat avorté à la bombe en mai 2006 contre la voiture d’un prédécesseur conservateur de M. Chryssohïdis.

Les autorités grecques sont aussi confrontées à d’autres activistes extrémistes visant des cibles policières, depuis la mort en décembre 2008 à Athènes d’un adolescent tué par un policier. Cette bavure, dont l’auteur a été récemment remis en liberté conditionnelle dans l’attente de la fin de son procès, avait provoqué des semaines de troubles urbains dans le pays.

(Source AFP)
avatar
spike

Messages : 3721
Date d'inscription : 19/05/2009

http://anarchietotale.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grèce Ελλάδα πληροφορία γενικός

Message  niouze le Lun 19 Juil - 22:56


Des nouvelles de Grèce...


En mai dernier nous avons sorti un tract évoquant la situation en Grèce. Même si les médias n’en parlent plus la lutte et les grèves se poursuivent. Voici un rapide aperçu sur ce qui se passe en Grèce. Il n’est bien sûr pas exhaustif.



Grève générale du 29 juin


Déjà la veille des actions ont eu lieu. Ainsi le 28 juin des syndicalistes ont occupé le siège du «Public Power Corporation» à Athènes.



Pour les dockers les choses n’étaient pas simple dans la mesure où le tribunal avait jugé leur grève comme étant illégale. Cela a eu pour conséquence que la police occupe le port du Pirée afin d’empêcher les grévistes de bloquer ce dernier. Mais c’était sans compter la détermination des dockers qui ont réussi à enfoncer les cordons de flics et à la suite d’affrontements ont réussi a bloquer le port. Il s’agissait principalement de syndicalistes du PAME, proche du parti communiste grec.


Pendant ce temps une action de réduction a eu lieu dans un supermarché à Athènes et a été suivie d’une redistribution. Une action similaire s’est déroulée à Thessalonique.


Durant l’après-midi environ 30'000 à 50'000 personnes ont participé à la manifestation à Athènes qui a donné lieu à des affrontements. Une trentaine de militants d’extrême-droite qui ont tenté de défiler avec les travailleurs se sont heurtés à une réaction immédiate. Ils ont été mis en fuite, les manifestants étant bien décidés à ne pas tolérer la présence de militants d’extrême-droite dans le cortège. Après la manifestation la police est intervenue violemment dans le métro (matraquages etc.).


Grève générale du 8 juillet


À l’appel des deux principaux syndicats du secteur public et privé la Grèce a connu sa sixième journée de grève générale. La grève a paralysé entre autres les transports maritimes, ferroviaires et aéroportuaires, les administrations, les hôpitaux…


Les travailleurs entendaient dénoncer le projet de loi sur la réforme des retraites adoptée la veille par la majorité socialiste au Parlement. Ce projet généralise le départ à la retraite à 65 ans, alors qu’avant les travailleurs pouvaient partir à 60 ans. Outre la dénonciation de la réforme des retraites, les gens se sont également mobilisés pour continuer à dénoncer le plan d’austérité que le gouvernement leur impose.

Des rassemblements et des manifestations ce sont déroulés à Athènes et dans d’autres villes.


À suivre…


Fédération anarchiste - Strasbourg, 18 juillet 2010.
trouver sur le juralibertaire

_________________
"Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça." coluche
avatar
niouze

Messages : 5026
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grèce Ελλάδα πληροφορία γενικός

Message  niouze le Lun 19 Juil - 23:31

traduit approximativement(par mes soins alors si quelqu'un a un lea anglais je prend) de la page from the greek street
le prisonnier anarchiste nikos Mazioti commence une greve de la faim
Nikos Maziotis, un anarchiste a emprisonné pour sa relation avec la Lutte Révolutionnaire, a commencer a participer à la grève de la faim. Ci-dessous est une traduction de sa lettre annonçant le debut de sa grève de la faim.
"Le traitement réservé par l'état aux révolutionnaires emprisonnés et à ses ennemis politiques est standard : actions revanchistes, sadisme, violence physique et psychologique, manque de respect envers la dignité humaine, indifférence pour santé, pour intégrité physique, pour vie humaine lui-même.

Parce que la sécurité de l'état et du régime, le démenti de liberté est par dessus tout - au-dessus de la vie lui-même et "des droits de l'homme".

Pour les fonctionnaires d'état, l'élite politique et financière et les riches, "les droits de l'homme" est seulement pour leur semblable de classe.

Ils ne concernent pas les gens(le peuple), le pauvre, l'appauvri, les ouvriers, les chômeurs, les vétérans de travail, les migrants, ceux fouillant les déchets de marchés de la rue pour manger.

Ils ne concernent non plus l'emprisonné - de prisonniers sociaux-, dont la grande majorité vient des classes pauvres, populaires et dont les vies ne valent absolument rien pour le système.

Et bien sûr, [des droits de l'homme] ne concernent pas le révolutionnaires ou les prisonniers politiques non plus, pour qui le système essaye toujours leur extermination physique et morale.

Dans ce contexte, mon associé et camarade Panagiota Roupa et moi-même, aussi membres de Lutte Révolutionnaire,dont sont refusé le droit de visites de prison à l'avocat de la prison de Korydallos, qui rejettent "pour des raisons de sécurité" ma visite à la clinique de maternité "Alexandra" pour visiter ma femme, qui amènera notre fils au monde - le prisonnier politique le plus jeune "de la démocratie" grecque.

Elle rejette aussi pour le même "des raisons de sécurité" ma demande pour visiter les prisons féminines de Korydallos, comme ma camarade est incapable en raison de sa condition de visiter les prisons masculines elle-même, comme c'est censément usuel jusqu'à présent.

L'exigence, donc, "l'évident", comme une associé et un père pour visiter ma camarade et nos fils, je vais participer à la grève de la faim du 15 juillet pour après deux demandes à être rencontré :

1. Pour être transféré pour une visite à la clinique de maternité "Alexandra" le 25 juillet, pour visiter ma copine Panagiota Roupa et notre fils, dont l'accouchement a été planifié avec une césarienne pour le 24 juillet, tandis qu'elle restera dans la clinique pendant quelques jours après cela et

2. Que je soit autoriser pour des visites aux prisons féminines pendant la première période après l'accouchement en raison de l'incapacité inévitable de mon associé et notre fils pour se déplacer.

Autant que les mécanismes répressifs croient qu'en nous emprisonnant ils seront faits avec nous, ils ont tort. À l'intérieur, ou à l'extérieur des prisons la lutte pour nous est une question d'honneur et dignité; il continuera.

La lutte révolutionnaire continue.
NIKOS MAZIOTIS


le texte en anglais
Anarchist prisoner Nikos Maziotis goes on hunger strike

Nikos Maziotis, an anarchist imprisoned in relation the Revolutionary Struggle case , has gone on hunger strike. Below is a translation of his letter announcing the commencing of the hunger strike.

The treatment reserved by the state for the imprisoned revolutionaries and its political enemies is standard: Revanchist actions, sadism, physical and psychological violence, disrespect toward human dignity, indifference for health, for bodily integrity, for human life itself.

Because the security of the state and the regime, the denial of freedom is above all – above life itself and “human rights”.

For the state officials, the political and financial elite and the rich, “human rights” only concern themselves and their class-alike.

They do not concern the people, the poor, the impoverished, the workers, the unemployed, the veterans of work, the migrants, those digging through the garbage of street markets to eat.

Nor do they concern the imprisoned -social- prisoners, the vast majority of which comes from the poor, popular classes and the lives of which is worth absolutely nothing for the system.

And of course, [human rights] do not concern revolutionaries or political prisoners either, for which the system has always attempted their physical and ethical extermination.

In this context, my partner and comrade Panagiota Roupa and myself, both of which are members of Revolutionary Struggle, are denied the right of prison visits thanks to the attorney of the prison of Korydallos, who rejects “for security reasons” my visit to the maternity clinic “Alexandra” to visit my partner, who will bring our son to the world – the youngest political prisoner of the greek “democracy”.

She is also rejecting for the same “security reasons” my application to visit the female prisons of Korydallos, as my comrade is unable due to her condition to visit the male prisons herself, as it is supposedly customary until now.

Demanding, therefore, the “obvious”, as a partner and father to visit my partner-comrade and our sons, I am going on hunger strike from July 15th in order for my following two demands to be met:

1. To be transferred for a visit to the maternity clinic “Alexandra” on July 25th, in order to visit my partner Panagiota Roupa and our son, since the childbirth has been planned with a Caesarean for July 24th, while she will remain in the clinic for a few days after that and

2. That it is me who gets transferred for visits to the female prisons for the first period after the childbirth due to the unavoidable inability of my partner and our son to move.

As much as the repressive mechanisms believe that by imprisoning us they will get done with us, they are wrong. Either inside, or outside prisons the struggle for us is a matter of honour and dignity; it will continue.

Revolutionary struggle continues.

NIKOS MAZIOTIS


_________________
"Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça." coluche
avatar
niouze

Messages : 5026
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grèce Ελλάδα πληροφορία γενικός

Message  niouze le Lun 2 Aoû - 14:48

En Grèce, le volant de la révolte a pris fin

social . Après six jours, les routiers ont voté, hier, la fin de la grève contre la libéralisation du secteur.

15 réactions

Par PHILIPPE CERGEL Correspondance à Athènes



Les chauffeurs routiers grecs ont finalement décidé hier après-midi de mettre fin à leur mouvement de grève. Après six jours très tendus qui ont affecté de larges pans de l’économie grecque. Six jours de pénurie de carburant en pleine saison estivale où, de la Chalcidique à Rhodes et à la Crète, des loueurs de voitures ont dû aller chercher des véhicules abandonnés par leurs clients, faute de carburant. Six jours au cours desquels le gouvernement a notamment dû avoir recours à des camions de l’armée et des compagnies pétrolières pour remplacer les plus de 30 000 chauffeurs ayant refusé l’ordre de réquisition. «Les camionneurs seront de nouveau à leur volant dès demain», a résumé le chef de la confédération des transporteurs routiers grecs, George Tzortzatos, à l’issue d’une chaude réunion syndicale qui a duré plus de six heures.

Le conflit s’était inscrit dans une longue série de mouvements déclenchés depuis l’entrée en vigueur du plan de rigueur adopté en février par le gouvernement socialiste. Contraint, pour éviter la faillite, de réduire drastiquement le déficit budgétaire. Et d’adopter sous la pression de l’UE et du FMI, contre un plan de sauvetage de 110 milliards d’euros, une vague de libéralisations. A commencer par les transports, histoire de réduire le coût du fret. Il revient en effet aussi cher d’acheminer un conteneur de Malaisie en Grèce par bateau que d’Athènes à Volos par camion.

Le métier de routier fait partie des professions que le gouvernement Papandréou avait promis d’ouvrir, comme son prédécesseur conservateur Karamanlis ou la junte des colonels dans les années 70. Une réforme présentée comme non négociable. Mais les routiers avaient hurlé à la ruine. Leurs licences (autorisations d’exploitation) risquaient de ne plus rien valoir. Leurs tarifs pouvaient parfois atteindre 200 000 euros, poussant les candidats à s’endetter.

Face à la colère d’une catégorie professionnelle soutenue par le front syndical communiste, le gouvernement, après avoir proposé des mesures d’adaptation, a donc choisi la fermeté et des mesures de coercition. Une stratégie critiquée par la gauche mais qui, à ce jour, semble s’être avérée payante. Et qui constitue aussi un avertissement pour d’autres professions «fermées» (70 en tout, pesant 4 milliards d’euros annuels). Et les employés d’autres secteurs en voie de privatisation comme celui de l’électricité ou des chemins de fer. Dont l’ouverture est prévue d’ici à la fin de l’année.
libe.fr

_________________
"Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça." coluche
avatar
niouze

Messages : 5026
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grèce Ελλάδα πληροφορία γενικός

Message  niouze le Sam 11 Sep - 13:58

Des milliers de manifestants dans la rue pour dénoncer la politique de rigueur
Alors que les efforts de rigueur ont été salués par le FMI, des milliers de manifestants sont attendus ce samedi à Salonique pour dénoncer la politique du Premier ministre Papandreou. Un important dispositif de sécurité a été mis en place.

Par Dépêche (texte)


AFP - Le Premier ministre grec Georges Papandreou affronte la rue samedi à Salonique, la deuxième ville de Grèce, où cinq manifestations différentes sont prévues contre sa politique d'austérité, au moment où il présente ses priorités pour l'économie du pays en 2011.

Alors que les efforts d'extrême rigueur budgétaire de la Grèce ont été salués vendredi par le FMI qui a débloqué une deuxième tranche de son prêt au pays, une partie des Grecs contestent les conséquences sociales néfastes des réductions de salaires et hausses de taxes qui les étranglent.

De source policière, les manifestants devraient être beaucoup plus nombreux samedi soir que les 10.000 personnes recensées l'an dernier.

Le discours de politique économique prononcé par le Premier ministre à l'occasion de la foire internationale de Salonique, dans le nord, marque traditionnellement la rentrée politique et sociale du gouvernement, la plupart du temps accompagnée de manifestations.

Cette année, des mesures de sécurité draconiennes ont été prises. Plus de 4.000 policiers sont venus d'Athènes et d'autres départements pour escorter les manifestants, a-t-on indiqué de source policière. Du jamais vu depuis 2003, lorsque la ville, porte des Balkans sur la Méditerrannée, avait hébergé un conseil Européen de chefs d'état.

Au vu de la situation grecque, -sauvée de la faillite au printemps par un prêt de 110 milliards d'euros du FMI et de l'Union européenne en échange de la mise en place d'une politique de rigueur- M. Papandreou ne dispose de presque aucune marge de manoeuvre pour distribuer de quelconques mannes budgétaires adoucissant la rigueur, s'accordent à dire la plupart des commentateurs.

Le remaniement ministériel opéré lundi a donné quant à lui le signal d'une poursuite de l'austérité budgétaire, avec notamment le maintien du ministre des Finances Georges Papaconstantinou à son poste.

Au milieu d'une mer de mauvaises nouvelles économiques, illustrant la profonde récession que traverse le pays (accélération de la baisse du PIB, chute de 8,6% de la production industrielle en juillet, avec une inflation à 5,5% en août), Athènes a annoncé vendredi avoir réduit de 32% son déficit budgétaire sur les huit premiers mois de 2010 par rapport à la même période de 2009.

Le ministère des Finances s'est dit convaincu qu'il atteindrait son objectif de limiter ce déficit à 8,1% du produit intérieur brut sur l'ensemble de l'exercice.

Le FMI, qui est intervenu avec l'UE alors que la dette publique grecque frisait les 300 milliards d'euros, soit près de 14% du PIB, a indiqué que tous les objectifs fixés pour la Grèce à la fin juin avaient été atteints.

"Des progrès impressionnants ont été faits dans les réformes structurelles. Une réforme en profondeur des retraites a été votée au parlement, et celle, considérable, du marché du travail est en cours", a relevé le FMI vendredi.

La population n'est pas toute de cet avis. Certaines des manifestations de l'an dernier ont été violentes. En mai, trois personnes sont mortes dans l'incendie d'une banque à Athènes, déclenché par une bombe incendiaire.

Samedi, le principal défilé, organisé par les syndicats du privé, devrait débuter dans l'après-midi, le discours de M. Papandreou n'étant pas prévu avant 20H00 locales (23H00 GMT).

Lundi à Athènes, un nouvel audit des finances du pays doit commencer, mené par la "troïka" Union européenne, Banque centrale européenne (BCE) et FMI pour déterminer si la troisième tranche du prêt, de neuf milliards d'euros, sera versée en décembre.
france 24

_________________
"Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça." coluche
avatar
niouze

Messages : 5026
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grèce Ελλάδα πληροφορία γενικός

Message  niouze le Mer 29 Sep - 18:16

La Grèce, sauvée de la faillite au printemps par les autres pays européens, est en grève aujourd’hui aussi. Parmi ceux qui ne travaillent pas, les médecins hospitaliers notamment. Les syndicats protestent contre les mesures d’austérité, ils ont également rédigé une pétition à l’attention des instances européennes :

“Nous voulons leur dire que les Européens protestent contre la hausse des prix, et celle du chômage, contre les mesures antisociales imposées par les leaders européens”, explique Vangelis Bouzoulas, le secrétaire général de la Confédération Générale du Travail grecque.

Bus, tram, trolley, métro, trains, sont restés au dépôt. De quoi créer des embouteillages monstres, d’autant plus que sur les routes un autre obstacle attendait les automobilistes : la grève des camionneurs. 16 jours qu’ils bloquent le trafic pour protester contre la réforme du gouvernement qui veut ouvrir leur secteur à la concurrence.

_________________
"Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça." coluche
avatar
niouze

Messages : 5026
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grèce Ελλάδα πληροφορία γενικός

Message  Lib le Lun 11 Oct - 14:17

Prison à vie pour le policier qui a tué un lycéen lors des émeutes grecques de 2008


Epaminondas Korkonéas, le policier accusé d'avoir tué un lycéen en décembre 2008 à Athènes, déclenchant plus d'un mois de violences urbaines, a été condamné à la prison à perpétuité par la Cour d'assises d'Amfissa, lundi 11 octobre. Il a été reconnu coupable "d'homicide avec intention de donner la mort". Cette décision a été prise à la majorité de la cour, formée de trois juges et quatre jurés, qui ont suivi le réquisitoire du procureur.

Alexis Grigoropoulos, un lycéen de 15 ans, est tombé sous les balles du policier alors que la police tentait de disperser un groupe de jeunes dans le quartier d'Exarchia, dans le centre d'Athènes, le 6 décembre 2008. Des affrontements, parfois extrêmement violents, ont eu lieu pendant plusieurs semaines après la mort du lycéen. D'importantes forces policières étaient déployées autour du tribunal pour prévenir tout incident. Le procès avait été délocalisé à Amfissa pour prévenir tout regain de violences à Athènes.

La cour a également infligé dix ans de prison au second accusé, Vassilios Saraliotis, 32 ans, qui faisait équipe avec Epaminondas Korkonéas et a été reconnu coupable de "complicité". Sa peine est la moins lourde prévue pour son crime. Les avocats de la défense ont indiqué qu'ils allaient faire appel, tandis que la défense de Saraliotis a réclamé sa remise en liberté, déclenchant la fureur de la grand-mère de la victime, et un tollé dans la salle, pleine à craquer.

Le dernier anniversaire de la mort d'Alexis Grigoropoulos, le 6 décembre 2009, avait été le théâtre d'affrontements à Athènes et dans les principales villes de province. Trente personnes avaient été blessées, dont vingt-six policiers, et une centaine d'autres interpellées. Des boutiques et des banques avaient été saccagées à Athènes et à Salonique et plusieurs voitures endommagées.

_________________
"Quiconque a un jour bloqué une rocade assez longtemps pour entendre à nouveau le chant des oiseaux sait bien quelle sinistre vie s’interrompt avec le blocage de l’économie."
avatar
Lib

Messages : 1691
Date d'inscription : 16/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grèce Ελλάδα πληροφορία γενικός

Message  niouze le Lun 11 Oct - 18:20

putain c'est pas en france qu'on verrait sa !

_________________
"Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça." coluche
avatar
niouze

Messages : 5026
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grèce Ελλάδα πληροφορία γενικός

Message  Lib le Lun 11 Oct - 18:57

C'est le meilleur moyen de ne pas voir de nouvelles émeutes, si non, tu peux être sur que le condé il serait acquitté comme tous les autres.

_________________
"Quiconque a un jour bloqué une rocade assez longtemps pour entendre à nouveau le chant des oiseaux sait bien quelle sinistre vie s’interrompt avec le blocage de l’économie."
avatar
Lib

Messages : 1691
Date d'inscription : 16/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grèce Ελλάδα πληροφορία γενικός

Message  niouze le Lun 11 Oct - 23:11

Lib a écrit:C'est le meilleur moyen de ne pas voir de nouvelles émeutes, si non, tu peux être sur que le condé il serait acquitté comme tous les autres.

même regarde en france ....il joue le temps et finissent par acquité les condés

qui parie qu'il sera liberé en douce dans moins de 3 ans ?
sa par contre y a de forte chance

_________________
"Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça." coluche
avatar
niouze

Messages : 5026
Date d'inscription : 18/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grèce Ελλάδα πληροφορία γενικός

Message  Lib le Mar 12 Oct - 9:52

ivo a écrit:
qui parie qu'il sera liberé en douce dans moins de 3 ans ?

Je suis près à parier, mais si c'est en douce, on ne le saura jamais^^

_________________
"Quiconque a un jour bloqué une rocade assez longtemps pour entendre à nouveau le chant des oiseaux sait bien quelle sinistre vie s’interrompt avec le blocage de l’économie."
avatar
Lib

Messages : 1691
Date d'inscription : 16/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grèce Ελλάδα πληροφορία γενικός

Message  Lib le Mar 12 Oct - 9:55

Allez, il à le droit à sa photo lui aussi, histoire qu'on se rappelle de lui. Il est à droite sur la photo Epaminondas Korkonéas.

_________________
"Quiconque a un jour bloqué une rocade assez longtemps pour entendre à nouveau le chant des oiseaux sait bien quelle sinistre vie s’interrompt avec le blocage de l’économie."
avatar
Lib

Messages : 1691
Date d'inscription : 16/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grèce Ελλάδα πληροφορία γενικός

Message  ivo le Lun 8 Nov - 11:40

Grèce : les socialistes confortés aux élections régionales et locales
FRANCE INFO - HIER, 22:24
Les candidats soutenus par le parti au pouvoir sont en tête dans huit régions sur treize. Voilà qui conforte le Premier ministre, qui avait menacé d’élections générales si le soutien n’était pas jugé suffisant...
C’est un Georges Papandreou souriant qui s’est approché des micros : le Premier ministre socialiste ne ressort-il pas rassuré du premier tour des élections régionales ? Lui qui avait menacé de recourir à des élections générales s’il n’obtenait pas un soutien suffisant aujourd’hui peut donc annoncer sans ambages qu’il va se remettre au travail dès demain pour réformer l’économie du pays.

Car, selon les premiers résultats très provisoires du scrutin, les candidats soutenus par le parti socialiste sont arrivés en tête dans huit régions sur treize. Sur la base de 10% des votes dépouillés, le Pasok enlèverait 34 à 35% des voix, contre 31 à 32% à la Nouvelle Démocratie de droite.
Le premier parti, c’est l’abstention... estimée à 45%.

Pour le scrutin municipal c’est plus contrasté. Les candidats de droite sont en tête, sans surprise, dans les deux grandes villes du pays, Athènes et Salonique. Mais un renversement en faveur du Pasok est mathématiquement possible au deuxième tour, sur la base des résultats. La troisième ville du pays, Patras, voit, elle une avance du candidat socialiste.

Le Premier ministre, Georges Papandreou, à la sortie de l'isoloir, aujourd'hui à Athènes.
© REUTERS/Yiorgos Karahalis
avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grèce Ελλάδα πληροφορία γενικός

Message  ivo le Mar 9 Nov - 21:30

Grèce: 13 membres présumés d'un groupe extrémiste dans le collimateur
http://www.lepoint.fr/monde/grece-13-membres-presumes-d-un-groupe-extremiste-dans-le-collimateur-09-11-2010-1260505_24.php
Un paquet suspect a été adressé jeudi à l'ambassade de France à Athènes qui l'a retourné, a-t-on appris auprès de la police qui a envoyé des artificiers à l'agence de messagerie d'où provenait le colis pour le faire détonner.

Treize membres présumés du groupe extrémiste grec "Conspiration des cellules de feu" sont dans le collimateur de la justice grecque, accusés d'appartenance à un groupe "terroriste", a-t-on appris mardi de source judiciaire.

Lié à la mouvance anarchiste locale, ce groupe est considéré par la police comme un des suspects possibles dans l'affaire des 14 colis piégés expédiés en Grèce la semaine dernière, parvenus à des ambassades à Athènes ou à des dirigeants étrangers en Allemagne et en Italie.

Selon une décision mardi du conseil des juges, qui avait ouvert une instruction sur ce groupe en septembre 2009 lors de l'arrestation de cinq membres présumés, six personnes supplémentaires sont actuellement recherchées pour des actes qualifiés de "terroristes".

Parmi les personnes recherchées figure le frère de l'un des deux jeunes hommes arrêtés et mis en examen pour terrorisme la semaine dernière lors de la découverte à Athènes des premiers colis piégés.

Initialement, en septembre 2009, la justice avait lancé des poursuites à l'encontre de 17 personnes. Cinq d'entre elles avaient été mises en examen, dont deux sont toujours en détention provisoire, les trois autres ayant été laissées en liberté conditionnelle.

La Conspiration des cellules de feu s'est fait connaître en 2008 avec des attentats à l'engin incendiaire. Selon la police, qui ne fournit pas de profil précis, ce groupe à la taille indéterminée n'a jamais signé d'actions meurtrières. Il est formé de jeunes sans liens avérés avec les principales autres organisations extrémistes locales et sans noyau dirigeant identifié.

S'attaquant à des personnalités ou des institutions politiques et économiques, le groupe a d'abord utilisé des petits engins incendiaires formés de cartouches de gaz, avant de recourir à des engins à retardement composés d'un explosif à base de dynamite. Ses attaques sont le plus souvent précédées d'un appel téléphonique d'avertissement.

Les colis piégés découverts la semaine dernière, adressés aux dirigeants allemand Angela Merkel, italien Silvio Berlusconi et français Nicolas Sarkozy et à d'autres institutions et ambassades européennes, contenaient des livres évidés et remplis d'une poudre provenant de pétards, selon les premiers élements de l'enquête. Aucune revendication n'a été rendue publique jusqu'à présent.
avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grèce Ελλάδα πληροφορία γενικός

Message  ivo le Dim 14 Nov - 17:45

Deuxième tour des régionales en Grèce sur fond d'austérité
http://www.lexpress.fr/actualites/2/deuxieme-tour-des-regionales-en-grece-sur-fond-d-austerite_936492.html
Les Grecs votaient dimanche pour le second tour des élections régionales dont le résultat pourrait compliquer la tâche du Premier ministre socialiste George Papandréou, tenu de réduire les déficits pour répondre aux exigences de l'Union européenne et du FMI.

Les bureaux de vote ferment à 15h00 GMT et les premiers résultats sont attendus dans la soirée.
Selon les résultats du premier tour dimanche dernier, le Pasok de Papandréou serait en mesure de s'imposer dans sept des treize régions du pays.
Une médiocre prestation du parti au pouvoir illustrerait le mécontentement de l'électorat face au programme d'austérité draconienne adopté en échange d'un plan de renflouement de 110 milliards d'euros accordé en mai par l'UE et le Fonds monétaire international (FMI).
Papandréou a exclu, à l'issue du premier tour, d'organiser des législatives anticipées.
"Réformer n'est pas facile. Le peuple grec nous a portés au pouvoir l'an dernier et il a confirmé aujourd'hui qu'il souhaitait ces réformes. Nous allons poursuivre notre tâche demain", a-t-il dit au soir du 7 novembre.

"PAS DE CHÈQUE EN BLANC"

Pour l'opposition conservatrice, le Premier ministre n'a pas obtenu de chèque en blanc pour la mise en oeuvre de ses mesures d'austérité.
"La majorité de ceux qui ont voté (au premier tour) a condamné la politique de M. Papandréou et tous ceux qui se sont abstenus ont rejeté son chantage", a déclaré Antonis Samaras, du parti Nouvelle Démocratie.
Le gouvernement d'Athènes s'était engagé en mai à réduire cette année le déficit budgétaire à 8,1% du Produit intérieur brut (PIB) mais il ne pourra pas tenir cet engagement. Le déficit devrait finalement avoisiner les 9,2 ou 9,3% du PIB, a-t-on déclaré cette semaine de source gouvernementale.
Papandréou, dans une interview dimanche au journal Proto Thema, déclare que la possibilité d'un rééchelonnement du remboursement du prêt consenti par l'UE et le FMI a été évoquée.
Un responsable de la Banque centrale européenne (BCE), Lorenzo Bini Smaghi, a cependant estimé que toute mention d'une telle renégociation pourrait porter atteinte à la crédibilité de la Grèce.
Le FMI a indiqué qu'un rééchelonnement des remboursements était possible mais en octobre, l'Allemagne s'y est fortement opposée et la Commission européenne a indiqué qu'aucune discussion n'avait lieu en ce sens.
La Grèce a réduit les salaires et les pensions de retraite de la fonction publique et augmenté les impôts pour tenter de dégonfler son énorme déficit budgétaire.
Athènes veut dans son budget 2011 réaliser de nouvelles économies représentant environ 2% de son PIB, a déclaré samedi un responsable gouvernemental à l'issue d'un conseil des ministres extraordinaire, avant la venue lundi à Athènes d'inspecteurs du FMI et de l'UE.
Les mesures envisagées portent avant tout sur la lutte contre le gaspillage et sur la réorganisation du secteur public
, a-t-il ajouté. Le projet définitif de budget 2011 doit être rendu public le 18 novembre.
Guy Kerivel pour le service français
avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grèce Ελλάδα πληροφορία γενικός

Message  ivo le Lun 15 Nov - 11:49

Grèce/élections: le FMI a été "compris"
AFP
15/11/2010 | Mise à jour : 09:50
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2010/11/15/97001-20101115FILWWW00452-greceelections-le-fmi-a-ete-compris.php
La victoire du parti au pouvoir en Grèce aux élections locales montre que le programme mis en oeuvre par le gouvernement avec le soutien du Fonds monétaire international a été compris, a déclaré le directeur général du FMI Dominique Strauss-Kahn sur France Inter.

"Les nouveaux programmes du FMI, je pense à la Grèce en particulier, sont conçus de telle manière que l'on revienne à l'équilibre, mais que ça se fasse en protégeant les plus démunis, les plus vulnérables", a expliqué M. Strauss-Kahn. "Quand je disais cela on me disait, +oui, cours toujours, mais le FMI est libéral...+. La réalité, c'est qu'il vient d'y avoir des élections (en Grèce, ndlr) et que la gauche au pouvoir a gagné", a-t-il ajouté.
"Ce qui m'intéresse, ce n'est pas que la gauche ait gagné, c'est que le gouvernement en place, avec le programme du FMI, a été compris par l'opinion et que l'opinion est derrière le gouvernement", a-t-il poursuivi.


"C'est jamais arrivé dans le passé. Ce n'est jamais arrivé que, malgré un programme aussi dur que celui que les Grecs sont amenés à supporter, on arrive à faire comprendre à la population que c'était nécessaire et que finalement, en majorité, elle soutienne le gouvernement en place", a-t-il encore dit.

Le parti socialiste au pouvoir de Georges Papandréou a remporté d'une courte tête dimanche le second tour d'un scrutin local marqué par une abstention record de plus de 50% des électeurs, et qui avait des allures de référendum sur la politique d'austérité du gouvernement sous tutelle budgétaire de l'Union européenne et du FMI.
Les candidats soutenus par le Pasok au pouvoir enregistrent une avance dans huit des 13 régions du pays tandis que pour la première fois en 24 ans, la capitale du pays, Athènes, a basculé à gauche.
avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grèce Ελλάδα πληροφορία γενικός

Message  ivo le Lun 6 Déc - 18:21

Heurts entre jeunes et policiers à Athènes

Les policiers grecs ont fait usage de gaz lacrymogènes contre quelque 3.000 jeunes qui manifestaient dans le centre d’Athènes à l’occasion du second anniversaire de la mort d’un des leurs, qui avait déclenché les pires émeutes en Grèce depuis des décennies.
Les manifestants, dont la plupart étaient cagoulés, ont lancé des pierres, bouteilles et autres projectiles aux policiers. Ils ont aussi dégradé et brisé des vitrines.



Affrontements entre lycéens et policiers lors d'une manifestation dans le centre d'Athènes
©REUTERS/Yiorgos Karahalis

Les jeunes se sont affrontés aux policiers devant les hôtels de luxe de la place Syntagma, près du Parlement.
Des petits groupes casqués et cagoulés s’en sont pris à coup de pierres et barres en bois aux vitrines de banques et magasins, la plupart toutefois recouvertes de volets de métal.
Les forces anti-émeutes les ont fait reculer, coupant en deux le gros du cortège.
Les manifestants ont ensuite poursuivi leur marche vers le siège du rectorat.
Ils ont défilé aux cris de “La Grèce n’est pas un protectorat”, en référence à l’austérité imposée au pays par l’Union européenne et le Fonds monétaire international (FMI) en échange de son sauvetage financier.“Dehors le FMI”, proclamaient aussi des banderoles.


Ces manifestations interviennent alors que qu’il y a deux ans, Alexis Grigoropoulos, un jeune homme de 15 ans était tombé sous les balles de policiers. La mort de ce jeune avait déclenché de violentes émeutes qui avaient paralysé Athènes durant des semaines.
Deux policiers ont été reconnus coupables de sa mort cette année.
Au cours du week-end dernier, six personnes ont par ailleurs été arrêtées en Grèce, dont deux soupçonnées d’appartenir à un groupe extrémiste anarchiste, après la découverte de caches d’armes lors de perquisitions menées samedi et dimanche dans plusieurs villes.

Le contexte social est aussi tendu avec la grave crise économique que traverse le pays et les mesures d’austérité adoptées pour lutter contre les déficits publics.
Une grève générale de 24 heures dans les secteurs privé et public est prévue pour le 15 décembre, la neuvième depuis le début de l’année.


Mikaël Roparz, avec agences
avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grèce Ελλάδα πληροφορία γενικός

Message  Lib le Mer 15 Déc - 14:07

La Grèce paralysée par une journée de mobilisation générale

La Grèce tournait au ralenti mercredi, privée de transports aériens, maritimes et ferroviaires, dans le cadre d'une grève générale de vingt-quatre heures contre la deuxième vague de rigueur prévue dans le pays en 2011. La grève touche aussi les écoles, hôpitaux, tribunaux, banques et grandes entreprises publiques. Le projet de budget 2011, qui prolonge l'effort réclamé aux Grecs en contrepartie de l'aide européenne, doit être examiné la semaine prochaine au Parlement.

Prévue au départ dans le cadre d'une journée d'action européenne contre la rigueur, cette grève a pris l'allure d'une mobilisation générale, notamment après l'annonce de coupes salariales dans le secteur privé. Deux réformes en ce sens, portant sur un assouplissement du marché du travail, ont été adoptées dans la nuit en procédure d'urgence au Parlement, par 156 voix pour et 130 contre. L'une d'elle prévoit une coupe de 10 % à 25 % des salaires dans les entreprises publiques déficitaires. L'autre permet aux entreprises privées de s'affranchir des accords de branche fixant des barèmes salariaux pour s'appuyer sur des conventions d'entreprise.

Le secteur des transports est le plus touché : les 400 vols prévus au départ ou à l'arrivée de l'aéroport d'Athènes ont été annulés après le ralliement au mot d'ordre des contrôleurs aériens. Tous les ferries ralliant les îles sont restés à quai également, tandis qu'une grève de vingt-quatre heures des journalistes privait le pays d'informations. A la mi-journée, alors que deux manifestations étaient sur le point de démarrer à Athènes, seuls les transports urbains, métro et bus, fonctionnaient, après des arrêts de travail en matinée créant de gigantesques embouteillages aux heures de pointe.

"ILS NOUS VOLENT NOS VIES"

En Grèce, le gouvernement socialiste de Georges Papandréou, qui a dû accepter de mettre en œuvre un plan de rigueur en échange d'une aide financière de 110 milliards d'euros de l'Union européenne et du FMI, dispose d'une majorité confortable au Parlement, et les manifestations ne devraient pas le faire dévier du cap de l'austérité. Mais le mouvement de mercredi est une manifestation de plus du mécontentement du peuple grec, durement touché par ces mesures. "Nous réclamons le retrait du mémorandum d'accord avec l'UE et le FMI, et l'abandon des politiques contre les travailleurs, annonce le syndicat de la fonction publique Adedy. Ils nous volent nos emplois, notre pain, ils nous volent nos vies."

Le mouvement s'inscrit dans une journée d'action à l'échelle européenne avant le sommet européen de jeudi et vendredi. A Bruxelles, un rassemblement est prévu à 11 heures devant le siège de la Commission. A Dublin, une manifestation est prévue devant le Parlement, où les députés irlandais doivent se prononcer sur le plan de sauvetage de 85 milliards d'euros négocié avec l'Union européenne et le FMI. "Les syndicats européens demandent aux gouvernements de cesser de s'en prendre aux salaires et aux aides sociales, d'agir ensemble, de cesser d'aller d'une crise à l'autre, de cesser de détruire notre Europe sociale", résume John Monks, de la Confédération européenne des syndicats.

_________________
"Quiconque a un jour bloqué une rocade assez longtemps pour entendre à nouveau le chant des oiseaux sait bien quelle sinistre vie s’interrompt avec le blocage de l’économie."
avatar
Lib

Messages : 1691
Date d'inscription : 16/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grèce Ελλάδα πληροφορία γενικός

Message  Lib le Mer 15 Déc - 18:43


_________________
"Quiconque a un jour bloqué une rocade assez longtemps pour entendre à nouveau le chant des oiseaux sait bien quelle sinistre vie s’interrompt avec le blocage de l’économie."
avatar
Lib

Messages : 1691
Date d'inscription : 16/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grèce Ελλάδα πληροφορία γενικός

Message  Lib le Jeu 16 Déc - 11:44

Athènes de nouveau privée de transports en commun

La capitale grecque était de nouveau privée, jeudi 16 décembre, de tout transport en commun en raison d'une grève de vingt-quatre heures, la troisième en une semaine, pour protester contre une loi sur la restructuration des entreprises publiques prévoyant d'importantes coupes salariales.

Aucun bus, métro, trolley, tramway ou train interurbain ne circulait à Athènes, ce qui a provoqué d'énormes embouteillages dans les rues de la ville. Cette grève intervient le lendemain d'une grève générale dans le privé et le public, la septième depuis le début de l'année, et des manifestations des dizaines de milliers de personnes à Athènes et Salonique.

Au cours de violents incidents dans la capitale, le député de droite et ex-ministre des transports Kostis Hadzidakis avait été molesté par la foule, ce qui a été fortement condamné par le gouvernement socialiste. La loi controversée sur la restructuration d'une cinquantaine d'entreprises publiques, dont les sociétés des transports en commun considérées par le gouvernement comme les plus déficitaires, a été adoptée mardi par le Parlement.

La loi s'inscrit dans le cadre des réformes structurelles, réclamées par l'Union européenne et le Fonds monétaire international comme préalable au déblocage prévu en février de la quatrième tranche de 15 milliards d'euros du prêt de 110 milliards consenti en mai au pays.

http://www.lemonde.fr/europe/article/2010/12/16/athenes-de-nouveau-privee-de-transports-en-commun_1454092_3214.html#xtor=RSS-3208

_________________
"Quiconque a un jour bloqué une rocade assez longtemps pour entendre à nouveau le chant des oiseaux sait bien quelle sinistre vie s’interrompt avec le blocage de l’économie."
avatar
Lib

Messages : 1691
Date d'inscription : 16/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grèce Ελλάδα πληροφορία γενικός

Message  ivo le Jeu 30 Déc - 12:20

Une bombe explose devant un tribunal à Athènes
FRANCE INFO - 08:10
Pour le moment, la police n’a pas fait état d’éventuelles victimes. Une bombe a explosé devant un tribunal de la capitale grecque tôt ce matin. Un appel téléphonique d’avertissement avait permis l’évacuation de la zone.
Selon les premières constatations, l’engin aurait été placé sur une moto. "L’explosion était plutôt forte. Je suis à 100 mètres et tout est tombé de mes étagères", raconte un commerçant du quartier à une chaîne de télévision grecque. Une épaisse fumée s’élevait devant le bâtiment du Tribunal de première instance d’Athènes, dont plusieurs vitres avaient volé en éclats.

La police n’a pas fait état de blessés. La zone avait été évacuée à temps : la chaîne de télévision Alter avait reçu un appel d’avertissement une quarantaine de minutes avant l’explosion et avait alerté la police.

Il n’y avait aucune revendication dans l’immédiat de l’attentat, qui intervient deux semaines avant l’ouverture du procès d’une douzaine de membres présumés d’un groupe anarchiste radical.

Début novembre la Grèce avait connu une série d’attaques et de tentatives au colis piégé notamment contre des ambassades étrangères, attribuées à la mouvance anarchiste extrémiste.
avatar
ivo

Messages : 26286
Date d'inscription : 17/05/2009

http://gravos.110mb.com/

Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 18 Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 11 ... 18  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum